Vous êtes sur la page 1sur 1
par Hubert Védrine Hutus et Tutsis: a chacun son pays! © 1 serait na de ernie que le retour massif de réfugiés hutus au Rwanda, que Je pouvoir tuts de Ki ‘zl vient le rendre possible pour évi- t ter lintervention internationale, qui aurait compliqué la création d'une | zone tampon tutsie au Kivu, régle le prin wanda, Queue sit la nature de Vantagonisme entre Hur Pourquoi pS tus et Tutsis ~les specialistes en dé deux Etats pen =I be icihatyowntlatlleta distincts iu pouvoir entre ces deux comm sein une, __ utes continueront dese herr a u dérangeantes données de base: ily a confédération? au Rwanda ct au Burunci 85% de Hu: tuset 15% de Tuts, ‘Toute élection donne donc arithmetiquement le pouvotr ‘aux Hutus. Or, sans culture démocratique enracinée, pas ‘de garantie pour les minorités. Cest done par les armes que les Tutsis, tres minoritaires, ont repris en 1994 au Rwanea le pouvoir perdu depuis 'indépendance, et quis le gardent depuis lors, Comme le ait, au Burundi voisin, ar née, enue par es Tutsi. Les pouvbis tutsis ne peuvent done pas laisser se dé | rouler des élections libres, qu'ils perdraient. Alors, que | faire? Toumer le moulin a prieres démocratique, émettre des veux pieux espérer une réconciliation entre Hutus et “Tutsis? Ce serait faire Tautruche. Pourquoi ne pas oser une solution radieale: un pays pour les Tutsis et un autre pour les Hutus? Atteinte au dogme de Fintangibilité des fron- tres, ouverture de la beite dle Pandore, crieratton. Mais qu’ont dintangible des frontiéres violées chaque jour? Et aston pas dé voulu, ou accepts, le partage de fat de Chypre, Nindépendance de VErythrée, la réunification de Allemagne, la désunfication de la Tchécoslovaquie, l'éla- tement de la Yougoslavie en plusieurs Etats, la création disraal, celle, en gestation, c'un Etat paestinien, en atten- ‘dant la réunification des deux Corées? Sans parler des re- ‘definitions de frontigres et des transferts de populations & Tissue de la Seconde Guerre moniiale, Or, dans cette ré= ‘gon, cest bien en termes daprés-auerre quil faut penser si_| Ton ne veut pas que ce soit entre-deux-guertes. ‘Laviolence est haissable. Mis ne fautll pas, pour en pré- ‘venir e retour, de Taudace géopolitique? Pourquoi ne pas rifléchir I exéation intomaticnalement controlée, dans les frontires actueles du Rwanda et du Burundi, de deux Etats istnets, hutu et tuts, associes si possible dans une conf ration dotée de arbitrage? Le Conseil de sé ‘curitéen definialt le cadre géographique et institutionnel, pms les Etats voisins, les grands Etals Afrique, Europe, les Etats-Unis accompagneraient sar cing ans la mise en ceuvre ‘de cette solution sous tous ses aspects humains, financiers, s€opalitiques. Cet ersemble de conditions, de précautions de parrainages gerantirait Fexemplarité et dissuaderait imitation sauvage. Sily a une autre solution viable et du- rable, meilleure ou plus lacie, tant mieux. Mais ce serait une eur de reuse, par dogme,pusilaniité ou soul ‘gement momentané, examiner celle