Vous êtes sur la page 1sur 7

ETUDES DE SUPPORTS &

BAC PRO MRIM


PROTOCOLES DE COMMUNICATION
COURS N° 22
Transmission de données
Page 1 / 7

A) Principaux éléments intervenant dans la transmission


A.1 Equipement voisins

Ordinateur Ordinateur
ou terminal ou terminal

Canal de transmission

ETTD ETTD

ETTD : Equipement Terminal de Traitement de Données. Il assure la création et le traitement


des données transmises (ordinateur).

Canal de transmission : Il s’agit de la connectique permettant de transporter des données.


Cette connectique n’effectue pas de traitement sur les données transmises, elle sera donc
constituée de câbles, de paires torsadées, de fibre optique mais aussi d’appareils tels que des
HUBs ou des répéteurs.

A.2 Equipement distants

ETCD : Equipement Terminal de Circuit de Données


Il assure la transformation des données, mais ne modifie par leur contenu.

Ø Un modem est à la fois un ETCD et un ETTD pourquoi ?


ETCD car il rajoute aux données crées par l’ordinateur des adresses IP et MAC pour assurer
leur transport sur internet.
ETTD car il transforme l’aspect le signal en un signal plus facile à véhiculer.

L’interface ETTD / ETCD est normalisée ainsi que la communication entre


ETCD/ETCD. La normalisation permet de concevoir des appareils fonctionnant selon le
même principe.

-1-
ETUDES DE SUPPORTS &
BAC PRO MRIM
PROTOCOLES DE COMMUNICATION
COURS N° 22
Transmission de données
Page 2 / 7

A.3 Transformation de signal pour l’ETTD


Il y a deux types de transformation le codage et la modulation.
• le codage : Les bits sont transformés en symboles (bits) ce qui donne le signal
électrique binaire.
• La modulation : Les symboles (signal binaire) est transformé en signal sinusoïdal
analogique pour faciliter son transport.

A.4 Emission d’un signal

• {dK} : C’est la valeur binaire à transmettre.


• a(t) : Signal binaire, c’est le signal électrique représentant la valeur binaire, par
exemple le signal numérique binaire (signal de la liaison RS232).
• s(t) : Signal modulé, le signal binaire à été transformé en signal analogique pour
faciliter son transport sur de longues distances.

• Codeur : transforme la valeur binaire en signal binaire pour le transporter sur de


courtes distances.
• Modulateur : transforme le signal binaire en signal analogique (pourvu d’une
porteuse), pour faciliter son transport sur de longues distances.
Ø Remarque : La liaison série RS232 d’un ordinateur véhicule un signal binaire. Cette
liaison série ne peut excéder une certaine distance car le signal binaire s’atténue sur la
distance. Si l’on voulais transporter ce signal sur de longues distances il faudrait le
moduler en signal analogique avec une porteuse.

A.5 Réception d’un signal

• S(t) : signal reçu ; il s’agit du signal modulé.


• A(t) : le signal modulé est transformé en signal binaire grâce à un démodulateur. A(t)
est un signal binaire.
• {dK} : du signal binaire on décode la valeur binaire pour l’exploiter, cela se fait grâce
au décodeur.

• Le démodulateur : transforme le signal modulé en signal binaire.


• Le décodeur : décode le signal binaire pour extraire sa valeur.

-2-
ETUDES DE SUPPORTS &
BAC PRO MRIM
PROTOCOLES DE COMMUNICATION
COURS N° 22
Transmission de données
Page 3 / 7

A.6 Phénomènes perturbateurs


La valeur transportée par un signal électrique peut être altérée par les phénomènes
suivants :
• Le Bruit blanc : due à l’agitation thermique, de faible puissance, généré sur une large
plage de fréquences.
• Le Bruit impulsif : due à des organes électromagnétiques, il s’agit de coupures du
signal, de forte puissance, de durée courte.
• La Diaphonie : due au couplage parasite entre lignes voisines, du aux influence
électromagnétique, peut être évité grâce au placement des câbles, blindage, fibre
optique.
• L’Echo : due à la réflexion du signal en raison d’une désadaptation d’impédance, peut
être évité grâce à une adaptation correcte d’impédances.

B) Les décibels (dB)


Durant sa transmission, un signal subit différentes déformations dues aux
caractéristiques du support physique et de l’environnement.

B.1 L’affaiblissement et l’amplification


• L’affaiblissement d’un signal est du à des caractéristiques du support physique (
résistance, dispersion de l’onde hertzienne…). L’atténuation (perte) et l’amplification
(gain) s’expriment en décibels ( dB ) :

L’atténuation ou l’amplification entre deux tensions U1 et U2 s’exprime par la relation :

NdB = 20 log (u2 / u1)

* log : logarithmes décimaux ( base 10 ).

• Dans le cas de l’Atténuation ⇒ N < 0


• Dans le cas de Gain ⇒ N > 0

B.2 L’affaiblissement et l’amplification en puissance

NdB = 10 log P2 / P1

B.3 Addition de décibels

GtdB = G1dB + G2dB + …

-3-
ETUDES DE SUPPORTS &
BAC PRO MRIM
PROTOCOLES DE COMMUNICATION
COURS N° 22
Transmission de données
Page 4 / 7

B.4 Rapport signal sur bruit (S/NdB)


C’est la comparaison entre un signal et un bruit parasite qui s’est ajouté à ce signal.
Le rapport signal sur bruit s‘exprime en décibel, d’après la relation :

S / NdB = 10 log S/N

Avec :
• S/NdB : rapport signal sur bruit en décibels.
• S : valeur du signal sinusoïdal.
• N : valeur du bruit.

Pour qu’un signal soit utilisable correctement, il faut que la valeur du signal soit
suffisamment élevée par rapport à la valeur du bruit.

B.5 Bande passante


C’est la bande de fréquences dans laquelle les signaux sont correctement reçus (en Hz) :

W = fmaxi – fmini

Soit un quadripôle Q avec ue en signal d’entrée et us en signal de sortie :

ue Q us

La bande passante du quadripôle est la bande de fréquences pour laquelle :

Us >= Ue /√2
Soit un atténuation de –3 dB
G
Gmax
-3 dB

fmini fmaxi f(Hz)


fmini et fmaxi sont appelées fréquences de coupure.

De part et d‘autre des fréquences mini et maxi la tension chute. Il y a atténuation du


signal. On considère que la transmission du signal au delà de ces fréquences ne correspond
pas à une transmission correcte.

-4-
ETUDES DE SUPPORTS &
BAC PRO MRIM
PROTOCOLES DE COMMUNICATION
COURS N° 22
Transmission de données
Page 5 / 7

B.6 Débit théorique maximum d’un support soumis au bruit (Capacité d’un canal)

AdB

3dB

Fmini Fmaxi Hz

Formule de Shannon (1948) :


S log10 X
D = W log 2 (1 + ) log 2 X =
N avec log 2
Ce qui donne :
log 10 (1 + S )
D =W N
log 2
Avec :
• D : débit en bps.
• S : puissance du signal sinusoïdal.
• N : puissance du bruit.

-5-
ETUDES DE SUPPORTS &
BAC PRO MRIM
PROTOCOLES DE COMMUNICATION
COURS N° 22
Transmission de données
Page 6 / 7

C) Traitement dans le binaire

Amplitu
de +8

1 1 1

t
Intervalle 0 0
-8 significatif

Horloge

• Intervalle significatif T : Période de l’horloge, durée pendant laquelle le signal à


transmettre ne varie pas.
• Etat significatif : Valeur de la grandeur.
• Instant significatif : Instant où l’on passe d’un état significatif à un autre.
• Transition : Durée de passage d’un état significatif à un autre.
• Valence V : C’est le nombre d’états significatifs du signal.
• Rapidité de modulation R : C’est le nombre d’états significatifs par unité de temps
(s). L’unité est le Baud. R = 1 / T

Débit d’un signal numérique D : C’est la quantité d’informations émise par unité de temps
par une source. L’unité est le bit par seconde (bps).Il dépend des caractéristiques physiques
des supports et des techniques de transmission utilisées.

D = R x log2 ( V )
Avec :
log10 X
log 2 X =
log 2

-6-
ETUDES DE SUPPORTS &
BAC PRO MRIM
PROTOCOLES DE COMMUNICATION
COURS N° 22
Transmission de données
Page 7 / 7

C.1 Durée de transmission


On peut évaluer un débit si l’on connaît la quantité de bits à émettre et la durée de
l’émission à partir d’une source :
N x8
D = octets
t transm

Noctets : Nombre d’octets à émettre


ttransm : Temps nécessaire pour émettre ces octets.

D) Numérisation des informations


C’est le passage d’un signal analogique à un signal numérique

• 1ère opération : échantillonnage :


Découpage du signal analogique en un certains nombres de tranches. Chaque tranche
correspond à une grandeur analogique. La fréquence de ce découpage apporte un signal final
d’autant plus précis qu’elle est élevée. L’échantillonnage s’effectue avec OFFSET ( le signal
minimum correspond au 0V et il n’y a pas de tension négative ).

Fréquence d’échantillonnage :
Il faut prendre un nombre suffisant d’échantillons pour ne pas perdre une partie de
l’information que transporte le signal BF. Soit Fe la fréquence d’échantillonnage d’un signal
il faut que :
Fe > 2 fmaxi ( Théorème de Shannon )

La fréquence d’échantillonnage doit être le double de la plus haute fréquence du signal


à échantillonner.

• 2ème opération : quantification :


Décomposition de l’amplitude maximum du signal en un certain nombre d’escaliers :
ex de 0 V à 7 V ( 8 niveaux ), donc 3 bits de codages ( 0 V = 000 et 7 V = 111 ). Action de
remplacer les valeurs réelles des échantillons d’une même plage de quantification par une
valeur correspondant au minimum, milieu ou maximum de la plage de quantification. Le
nombre de bits dépend de la quantification. L’erreur de quantification ( ou bruit ), est la
différence entre la valeur réelle et la valeur quantifiée.

• 3ème opération : codage par conversion analogique -digitale :


Passage d’une valeur analogique ( Ex : 3V ) à sa valeur binaire ( 011 ).

La transformation analogique / numérique par échantillonnage s’appelle Modulation


par Impulsion Codée (MIC), l’opération est effectuée par un codeur / décodeur (CODEC).
Le nombre d’échantillons à prélever, pour reconstituer un signal est donné par la
formule de Shannon.

-7-