Vous êtes sur la page 1sur 33

ISSN 1608-4136

Agence européenne
pour la sécurité et la santé
au travail

La prévention

04
des accidents
4 du travail

05
TE-AA-01-004-FR-C

Magazine de l’Agence européenne pour la sécurité et la santé au travail


h t t p : / / o s h a . e u . i n t

L’objectif de l’Agence européenne est défini dans son


règlement fondateur:

«En vue de promouvoir l’amélioration, notamment du


Agence européenne pour la sécurité et la santé au travail

milieu de travail, pour protéger la sécurité et la santé

magazine
des travailleurs, tel que prévu par le traité et les
programmes d’action successifs relatifs à la sécurité et
à la santé sur le lieu de travail, l’Agence a pour objectif
de fournir aux instances communautaires, aux Etats
membres et à tous ceux impliqués dans le domaine les
informations techniques, scientifiques et économiques
utiles dans le domaine de la sécurité et de la santé au
travail.»

Agence européenne
pour la sécurité et la santé
au travail

Gran Vía 33. E-48009 Bilbao


Tél. (34) 944 79 43 60
Fax (34) 944 79 43 83
E-mail: information@osha.eu.int

OFFICE DES PUBLICATIONS OFFICIELLES


EUR
DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES

L-2985 Luxembourg
NOUVELLES TENDANCES BONNES PRATIQUES
FR SEMAINE EUROPÉENNE 2001
Avec l’aimable autorisation de la Health and Safety Authority (Irlande) pour la photo de la couverture.

http://osha.eu.int

De nombreuses autres informations sur l’Union européenne sont disponibles sur Internet via le serveur
Europa (http://europa.eu.int).

Une fiche bibliographique figure à la fin de l’ouvrage.

Luxembourg: Office des publications officielles des Communautés européennes, 2002

ISSN 1608-4136

© Agence européenne pour la sécurité et la santé au travail, 2002


Reproduction autorisée, moyennant mention de la source.

Printed in Belgium

IMPRIMÉ SUR PAPIER BLANCHI SANS CHLORE


Prévention des accidents du travail

HANS-HORST KONKOLEWSKY
Directeur de l’Agence européenne pour la sécurité et la santé
au travail

À cette fin, la Semaine européenne de la sécurité et de la santé au


travail 2001 a été consacrée à la prévention des accidents liés au
travail. Fortement déterminés à encourager d’autres progrès dans ce
domaine, nous avons associé nos efforts à ceux de la présidence belge
001 de l’UE pour organiser la cérémonie de clôture de la Semaine. Cette
TO BRE 2 manifestation, qui se déroulera au Parlement européen à Bruxelles,
E OC
P ÉENN s’articulera autour d’une conférence importante intitulée «La
EURO
A INE prévention des accidents liés au travail: une stratégie différente dans
SEM
un monde du travail en mutation», et de la seconde édition de

I D E NT, l’attribution des prix européens des bonnes pratiques.


C
D’AC NANT
Un certain nombre de thèmes de cette conférence sont développés
dans le présent magazine, consacré à la prévention des accidents du
A S
P
DÉFI
GAG travail. Vous y trouverez un grand choix d’articles signés par des
personnalités faisant autorité sur ce sujet, et couvrant des problèmes
tels que les accidents et l’employabilité, l’impact des changements
dans le monde du travail et les perspectives des partenaires sociaux.
Un grand nombre de ces articles sont basés sur une analyse
rigoureuse, indispensable pour l’élaboration de programmes de
prévention efficaces.
La campagne d’information de la Semaine européenne a mis
particulièrement l’accent sur les petites et moyennes entreprises
(PME), car celles-ci continuent à se tailler la part du lion dans les
statistiques sur les accidents du travail. C’est aussi la raison pour
laquelle l’Agence européenne pour la sécurité et la santé au travail a
décidé de lancer un programme de subventions à l’intention des PME,
financé par l’UE et destiné à encourager la diffusion des bonnes
européenn
e pratiques en matière de santé et de sécurité au travail (SST) parmi ce
TE-35-0

Agence urité et la santé


séc
pour la
groupe cible d’entreprises.
1-384-FR

IL au travail
AU TRAVA
SANTÉ
-P

E LA
TÉ ET D
E DE LA
SÉCURI D’autre part, la présente édition dévoile et analyse les résultats d’une
PÉENN 01/fr
E EURO
SEMAIN ha.eu.int/ew
os
20
étude sur plus de 20 actions de prévention des accidents menées avec
http://
succès dans les États membres, aux niveaux national, sectoriel et local
ainsi qu’à celui de l’entreprise. Cette étude, financée par l’Agence,
montre de façon encourageante que des programmes soigneusement
organisés et ciblés peuvent avoir un impact majeur sur le nombre et la
gravité des accidents. Autre élément important: parmi les initiatives
Avant-propos

évaluées dans l’étude, nombreuses sont celles qui offrent des


enseignements «universels» dont d’autres pays, industries et
entreprises pourraient tirer profit.
Il est indispensable de continuer à lutter contre les risques constants et
L es taux d’incidence des accidents du
travail sont restés constamment élevés au
cours de la dernière décennie. Les
à long terme des accidents du travail, car ces derniers peuvent avoir
des effets néfastes, voire désastreux, sur la vie des personnes. Or, il est
statistiques les plus récentes montrent que, possible d’identifier, d’évaluer et de réduire ces risques de façon
au sein de l’Union européenne, près de rationnelle, et nous espérons que les informations contenues dans le
5 500 personnes perdent la vie au travail présent numéro contribueront à porter leurs fruits dans ce domaine.
chaque année et qu’un nombre bien plus
important de personnes sont blessées. Outre
les souffrances humaines ainsi occasionnées,
les accidents du travail ont un impact sur le
plan économique. Chaque année, les seuls
coûts d’assurance directement imputables
aux accidents du travail sont évalués à
20 milliards d’euros et 149 millions de
jour nées de travail sont perdues. Les
individus, les entreprises et la société doivent
tous en payer le prix. Il est donc essentiel de
rester vigilant à l’égard des risques
d’accident.
Il y a toutefois une bonne nouvelle: des
analyses détaillées à court et à long terme
ont permis de faire la lumière sur les causes
et l’incidence de ces risques et, autre élément
non négligeable, d’identifier des mesures
préventives souvent efficaces. Le défi à
relever maintenant consiste à assurer la plus
grande diffusion possible de ces informations
et à faire adopter les bonnes pratiques par le
plus grand nombre possible d’employeurs.

Agence européenne pour la sécurité et la santé au travail 1


Prévention des accidents du travail

Sommaire La prévention N otre avis sur la question .......................... p. 14

Quatre partenaires sociaux exposent leurs points de vue sur de

des accidents récentes initiatives visant à améliorer la sécurité au travail:

s yndicats et PME .................................... p. 14


du travail Stefano Boy, Bureau technique syndical européen pour la santé
et la sécurité (BTS), Belgique

r amener les taux au niveau zéro ......... p. 16


Iben Posniak, Confédération des industries danoises

les partenaires sociaux français


concluent des accords prometteurs ....... p. 17
Jean-Paul Peulet, secrétaire général, Confédération française
démocratique du travail (CFDT)

u n grand pas en avant ......................... p. 19


Luis Lopes, Union générale des travailleurs (UGT), Portugal

L e retour au travail .................................... p. 20


Veerle Hermans et Rik Op De Beeck, Prevent, Belgique

L a prévention des accidents aujourd’hui ... p. 3 Le retour à l’emploi après un accident s’avère souvent difficile.
Comment pouvons-nous aider les salariés?
P Jorma Saari, Institut finlandais de la santé au travail — Centre
r

thématique chargé de la recherche sur la santé et le travail

Chaque accident est un accident de trop. Il reste encore beaucoup à


faire dans le domaine de la prévention.
L a route de la réussite ............................... p. 22

La conduite est une activité dangereuse. Les accidents liés à des


véhicules de transport tuent ou blessent des milliers de travailleurs
L es statistiques parlent d’elles-mêmes ...... p. 5
chaque année. L’Agence européenne et la DG Énergie et transports
cherchent des moyens de réduire ce problème.
Didier Dupré, Eurostat

Les statistiques montrent que les taux d’incidence des accidents du


travail sont toujours bien trop élevés. Les chiffres les plus récents
d’Eurostat en dévoilent les coûts humains et financiers.
C omment faire la différence? .................... p. 23

Quelques exemples pratiques de programmes de prévention testés et


éprouvés:
P as d’accident, défi gagnant ........................ p. 8
g lissades, faux pas et chutes
Cette année, la Semaine européenne de la sécurité et de la santé au dans les PME ............................................ p. 23
travail a été au cœur d’une vaste campagne de sensibilisation Klaus Selge, caisse d’assurance mutuelle de l’industrie
regroupant des milliers de manifestations visant à réduire les accidents allemande de la viande,
du travail. et Uwe Kaulbars et Heinz Schenk, institut d’étude sur la sécurité
au travail (BIA)

N ouvelles tendances dans la prévention


des accidents .................................................. p. 11
Analyse des risques et des causes d’accidents dans l’industrie
allemande de la viande

Rik Op De Beeck et Kathleen Van Heuverswyn, Prevent, Belgique —


Centre thématique chargé de la recherche sur la santé et le travail
les mesures simples sont la clé de la réussite
en matière de prévention
Les changements dans le monde du travail ont conduit à une nouvelle des accidents ........................................... p. 25
approche en matière de prévention des accidents. De nouvelles Sept projets issus du dernier rapport de l’Agence européenne
stratégies sont nécessaires pour faire face à de nouveaux risques. Comment réduire le nombre d’accidents du travail?

2
Prévention des accidents du travail

P R JORMA SAARI, INSTITUT FINLANDAIS DE LA SANTÉ AU TRAVAIL


Centre thématique chargé de la recherche sur la santé et le travail

La prévention des accidents aujourd’hui


C haque accident est un accident de trop

Malgré les progrès enregistrés au cours de la dernière décennie en


matière de sécurité au travail, environ 5 500 personnes meurent
Coûts élevés des accidents
Au niveau individuel, les coûts engendrés par un accident
chaque année dans des accidents du travail au sein de l’Union peuvent être considérables, tant sur le plan moral que sur le
européenne. Plus de 75 000 personnes ont subi une atteinte si sévère plan financier. Outre la douleur et la détresse morale, un
qu’elles sont désormais incapables de reprendre une activité accident peut entraîner un changement majeur dans la vie
professionnelle. En outre, d’importantes études ont montré que les d’une personne. Les systèmes d’assurance «atteintes
personnes sont confrontées à davantage de problèmes physiques au corporelles» visent à protéger les travailleurs blessés et les
travail que par le passé, contrairement à l’opinion répandue selon personnes qui dépendent d’eux, mais l’indemnisation est très
laquelle les nouvelles technologies ont entraîné la disparition des différente d’un pays à l’autre.
tâches pénibles telles que le levage des objets lourds.
Du point de vue des sociétés, les accidents perturbent la
Ces chiffres, associés aux production, ce qui a pour effet d’entraîner une augmentation
Rentrer chez soi sans aucune résultats des autres des coûts et, parfois, de saper la renommée de l’entreprise. Le
statistiques et études, recours aux services publics, tels que le système de santé,
altération de son état de santé soulignent sans équivoque augmente également.
après une journée de travail la nécessité de programmes
de prévention des accidents Les effets nets des accidents du travail représentent une perte
est un droit fondamental encore plus rigoureux. économique nationale importante. Selon les pays, les coûts
des personnes. Rentrer chez soi sans aucune peuvent atteindre 1 à 3 % du produit national brut.
altération de son état de Au bout du compte, ces coûts se répercutent sur tous les
santé après une journée de citoyens, à la fois les contribuables et les consommateurs. Il
travail est un droit fondamental des personnes; personne ne devrait être convient dès lors de se poser la question suivante: sommes-nous
tué ni blessé dans un accident du travail. Mais, si nous ne voulons pas que réellement disposés à continuer de payer un tel prix? Il s’agit
cela reste un vœux pieux, il reste encore beaucoup à faire dans le essentiellement d’un problème de volonté politique, les aspects
domaine de la prévention des accidents. économiques étant évidents: une meilleure prévention des
Le problème est dû en partie au fait que les hommes ont tendance à accidents permettrait non seulement de réduire les coûts, mais
sous-estimer les risques qui existent de longue date, tels que les chutes, également de stimuler la productivité.
et à surestimer les risques plus récents, tels que la violence sur le lieu de
travail. Les deux types de risque doivent être reconnus et maîtrisés.
D’autre part, les développements socio-économiques font évoluer
l’ampleur et le profil des accidents et des risques. Le secteur des
transports, par exemple, connaît un essor considérable, auquel sont
Prévention des accidents et recherche
associés un nombre croissant de personnes et des volumes de scientifique
marchandises de plus en plus importants. De surcroît, tous les systèmes
gagnent en complexité et en ampleur. Le progrès technologique a sans La science de la prévention des accidents est apparue au cours de la
doute réduit la probabilité d’accident dans ces environnements, mais le Première Guerre mondiale; elle a d’abord été axée à la fois sur la
potentiel de catastrophe subsiste et est d’autant plus lancinant qu’il sécurité des personnes et sur le contrôle des diverses «sources et
risque de frapper sur une échelle bien plus grande. substances énergétiques» nocives sur le lieu de travail. À la fin des
années 60, l’accent a été placé sur l’interaction systématique entre les
personnes, les machines et l’environnement professionnel. Cette
approche systémique a fait largement progresser la compréhension
des conditions nécessaires à une prévention efficace. Les principaux
accidents ont montré qu’il ne suffit pas d’analyser un individu ou une
personne en l’isolant de son contexte, c’est-à-dire de la communauté
professionnelle et des autres éléments sur le lieu de travail. Plus
récemment, les chercheurs ont orienté leurs travaux vers les facteurs
organisationnels et culturels.
Même si une personne ou une
machine a des caractéristiques Les accidents ne se
qui la rendent plus vulnérable
aux accidents, plusieurs produisent pas forcément
facteurs ont une influence là où on les attend.
déterminante sur la probabilité
d’un accident. Les accidents ne
se produisent pas forcément là où on les attend. Pour donner un
exemple, on peut marcher sans problème sur une surface glissante et
glisser sur une petite tache d’huile au sol.
Des idées fausses sur la sécurité peuvent inciter les personnes à ignorer
les risques. Par exemple, une étude récente montre que les camions se
renversent souvent sur des routes rectilignes, dans des conditions
atmosphériques favorables et en plein jour. Les conditions climatiques
Échafaudage au Parlement européen à Strasbourg.
médiocres exigent une meilleure concentration de la part des

Agence européenne pour la sécurité et la santé au travail 3


Prévention des accidents du travail

conducteurs et ne causent pas autant d’accidents qu’on pourrait le sociétés ont tendance à recruter des personnes qui envisagent les
croire. choses de la même façon, à moins qu’il s’agisse d’une évolution
Le facteur humain est important, étant donné que les personnes ne relativement consciente. Toujours est-il qu’une bonne culture de la
peuvent pas faire face à certaines circonstances, particulièrement aux sécurité est synonyme d’un environnement de travail au sein duquel
conditions imprévues. Les accidents sont par définition inattendus et tous les intervenants partagent une éthique rigoureuse de la sécurité.
la plupart des gens ont des difficultés à gérer des situations imprévues Le fatalisme ou le culte de la «production avant tout» s’assortit
(voir l’exemple de l’encadré 2). immanquablement d’une attitude négligente à l’égard des risques
dans le cadre d’une culture de la sécurité médiocre. L’engagement des
dirigeants de l’entreprise est indispensable pour promouvoir une
culture de la sécurité.

Erreur de voie
Lors d’un accident ferroviaire survenu récemment, le Approches nouvelles en matière de prévention
conducteur n’a pas ralenti suffisamment tôt à l’approche d’une des accidents
gare. Il s’agissait d’un conducteur expérimenté, qui avait déjà
conduit des trains de voyageurs un nombre incalculable de fois
Bien que la prévention des accidents ait considérablement progressé,
à destination de cette même gare. Les trains de voyageurs
notre pensée doit évoluer pour répondre aux besoins des nouvelles
arrivaient habituellement sur la voie numéro un mais, ce jour-là, pratiques professionnelles et des nouveaux cadres de travail.
le train en question a été dévié sur la voie numéro trois.
Malheureusement, sur ce secteur inattendu et moins familier, le Trois idées nouvelles intéressantes, que les professionnels pourraient
conducteur n’a pas vu les signaux et n’a pas ralenti assez tôt, mettre à profit, sont en cours d’émergence:
causant la mort de dix personnes, dont lui-même.
• L’approche «zéro accident»: son principal objectif n’est pas
d’éliminer tous les accidents, mais plutôt d’inciter les gens à penser
que tous les accidents sont évitables. On tolère trop fréquemment
des dangers et des risques parce qu’on pense qu’ils échappent à
toute prévention ou, dans certains cas, qu’ils sont inévitables. En
définissant des objectifs de sécurité plus ambitieux, les entreprises
feront un pas en avant sur la voie de l’adoption de l’approche dite
«zéro accident». La promotion de cette approche offre un moyen
de lutte non négligeable contre un fatalisme trop répandu.
• L’intégration de la sécurité sans distinction de la nature des activités ni
des groupes sociaux: dans notre société, les efforts en matière de
sécurité sont généralement organisés de manière distincte en fonction
des différentes composantes de notre vie (temps de travail, temps de
loisirs, temps passé à la maison, voyage...) et sont pris en charge par
des ministères différents. Les tenants d’une telle politique semblent
ignorer qu’une personne soucieuse de la sécurité au travail ne devient
pas un danger public lorsqu’elle prend le volant.
• Une approche plus intégrée de la gestion de la sécurité devrait s’avérer
plus efficace et permettre de tirer davantage parti du regroupement
des données. Une telle approche devient d’autant plus nécessaire que
les frontières traditionnelles entre les lieux et cadres de travail
s’estompent, avec le développement du télétravail et du travail à
domicile. Le programme «Safe Community», promu par l’Organisation
1
mondiale de la santé ( ), est une nouvelle approche intéressante à cet
égard. Ce programme, qui a déjà produit des résultats positifs, est
destiné à améliorer la sécurité à travers toutes les activités d’une
communauté, des voyages aux loisirs en passant par le travail.
• La mondialisation comme vecteur de la prévention des accidents:
qui s’étonne de voir les entreprises internationales édicter
Avec l’aimable autorisation de l’Health and Safety Executive, UK généralement des normes de sécurité et d’environnement plus
strictes que celles des entreprises locales? D’ailleurs, conscientes de
Cet exemple montre à quel point la routine influence notre perception la nécessité de soigner leur image de marque sur le plan mondial,
des informations. Nous disposons généralement d’un trop grand bon nombre de ces multinationales ont déjà réussi à réduire le
nombre d’informations pour une situation donnée et risquons nombre des accidents du travail parmi leurs collaborateurs. Dans ce
d’ignorer les éléments dont nous supposons, sur la base de notre contexte, elles pourraient représenter une filière intéressante pour
expérience, qu’ils n’affectent habituellement pas la situation. Pour l’exportation des bonnes pratiques vers les autres pays ou pour
éviter de tels risques, si clairement illustrés par l’exemple de l’accident l’instauration de normes communes en matière de sécurité. Elles
de train, nous devons nous octroyer un délai plus long pour prendre pourraient également exiger que leurs fournisseurs se conforment
les décisions qui s’imposent dans des situations qui sortent de à des normes aussi rigoureuses. Le développement des ressources
l’ordinaire. d’Internet et des extranets facilite plus que jamais la diffusion rapide
et l’actualisation de ces normes à l’échelle mondiale.
Un autre facteur important
Toujours est-il qu’une bonne réside dans le fait que
les gens se comportent
culture de la sécurité différemment dans des L’intérêt de l’enregistrement systématique
est synonyme cadres différents. Cette
dernière caractéristique des accidents
d’un environnement de travail est, entre autres, due à la
au sein duquel tous les culture d’une entreprise, Les systèmes existants de gestion de la sécurité englobent les aspects
en particulier à sa culture suivants: identification des dangers, évaluation des risques, mise en
intervenants partagent de la sécurité. Les membres œuvre, suivi et révision des mesures de prévention. Cette approche
une éthique rigoureuse d’une société adhèrent à holistique de la prévention des accidents a généré un vaste réservoir
des échelles de valeurs de connaissances et d’informations qui, faute d’être enregistrées et
de la sécurité. relativement similaires: collationnées, ne nous permettent généralement pas de tirer les
peut-être parce que les enseignements de notre expérience.

4
Prévention des accidents du travail

À l’avenir, il convient d’introduire des procédures de conservation des


documents davantage axées sur la prévention. Un syndicat américain de
salariés de l’industrie du papier a récemment proposé une solution
intéressante, à savoir un indice de performances. Ce système enregistre
tous les incidents, les demi-échecs, les accidents et les accidents
potentiellement graves. Si les recommandations formulées sur la base de
ces incidents enregistrés sont mises en œuvre dans les 90 jours, les demi-
échecs et les incidents les moins graves ne sont pas inclus dans l’indice.
Une approche comparable est appliquée pour les accidents
potentiellement graves: ils sont d’abord répertoriés comme des incidents
doubles. Si les mesures correctives sont mises en œuvre dans les 90 jours,
ils sont ensuite reclassés dans la catégorie des accidents simples.
Les initiatives de sécurité plaçant l’accent sur les performances,
comme celle que nous avons décrite ci-dessus, sont de nature à inciter
les entreprises à accorder une priorité supérieure à la prévention des
accidents, car elles s’inscrivent logiquement dans la ligne de leurs
politiques visant à stimuler l’accroissement des performances en vue
d’optimiser la compétitivité.

RÉFÉRENCE

1) Voir le site suivant: http://www.phs.ki.se/csp

DIDIER DUPRÉ
Eurostat

Les statistiques parlent eurostat


d’elles-mêmes
lieu de travail. Sur ce total d’environ 8 600 accidents du travail
L es accidents du travail dans l’UE, 1998-1999
mortels, 59 % sont imputables à des accidents de la circulation ou de
transport.
Les statistiques récemment publiées par Eurostat (1) révèlent que les
coûts en termes humains et financiers
des accidents du travail restent
obstinément à des niveaux élevés
dans toute l’Europe.
En 1998, 4,7 millions d’accidents du
travail ont été à l’origine d’arrêts de
travail d’une durée supérieure à
3 jours. Cela représente une
diminution de 0,4 % du taux
d’incidence, ramené à 4 089 accidents
pour 100000 personnes. Les premières
estimations pour 1999 semblent
indiquer que le taux d’incidence serait
à nouveau en hausse et qu’il pourrait
atteindre le niveau de 1996 (4 229).
Toutefois, cela représenterait encore
une amélioration considérable par
rapport au taux de 1994 (4 539). Le
nombre total d’accidents, y compris
ceux qui n’ont pas entraîné d’arrêt
de travail, s’est élevé à 7,4 millions,
soit l’équivalent de 6 380 pour
100 000 personnes.
Le taux des décès résultant
d’accidents du travail a diminué de
3 %; il est ramené à 5,0 décès
pour 100 000 personnes. Au total,
5 476 personnes ont perdu la vie
dans le cadre de leur activité
professionnelle. Par ailleurs,
3 100 accidents du travail mortels
sont survenus entre le domicile et le
© Yves Cousson-INRS, France.

Agence européenne pour la sécurité et la santé au travail 5


Prévention des accidents du travail

de santé d’origine professionnelle. Pour les problèmes de santé liés à


La pêche est l’activité économique la plus l’activité principale exercée, le taux d’incidence des problèmes de
dangereuse santé d’origine professionnelle est de 5 372 cas par an pour
100 000 employés. La prévalence s’est accrue avec l’âge, atteignant
Le secteur de la pêche a enregistré le taux d’incidence le plus élevé en 7 150 cas pour la tranche d’âge des 55-64 ans.
matière d’accidents du travail: 2,43 fois la moyenne communautaire.
Globalement, 53 % des cas impliquaient des troubles musculo-
Parmi les autres secteurs à haut risque, il convient notamment de citer
squelettiques. Ceux-ci étaient les plus répandus dans le secteur de la
la construction (1,41 fois la moyenne communautaire), le secteur de
santé et de l’action sociale (1,6 fois la moyenne), suivi par la
la santé et de l’action sociale (1,34) ainsi que l’agriculture (1,32).
construction et le transport.
Environ 18 % des cas étaient liés au stress, à la dépression ou à
l’anxiété, 26 % des cas justifiant un arrêt de travail de deux à plusieurs
semaines au cours de l’année. Dans le secteur de l’enseignement, ainsi
que dans le secteur de la santé et de l’action sociale, l’incidence de ces
problèmes a atteint le double de la moyenne.
Ont souffert de problèmes pulmonaires 0,6 million de personnes.
L’incidence dans l’industrie minière était le double de la moyenne.

Coûts sociaux et économiques


En raison des accidents du travail, près de 5 % des personnes ont été
contraintes de changer d’emploi ou de lieu de travail ou de diminuer
la durée de leur travail. Ont mis définitivement un terme à leurs
activités professionnelles 0,2 % d’entre elles.
Entre 1998 et 1999, on estime que les accidents d’origine
professionnelle ont représenté une perte de 150 millions de journées
de travail par an au sein de l’UE. En raison de problèmes de santé
d’origine professionnelle, 350 millions de journées supplémentaires
ont été perdues. Globalement, la perte totale a atteint 500 millions de
journées par an.
Ces chiffres ne doivent pas faire oublier le coût réel des accidents du
travail: la douleur et la souffrance des travailleurs et de leur famille, la
tragédie répétée de vies brisées. Tous les acteurs dans le domaine de
la prévention des accidents doivent relever le défi de faire des
© Yves Cousson-INRS, France. entreprises européennes des lieux de travail plus sûrs.

Les taux restent élevés pour les PME


Dans les entreprises employant de 10 à 49 personnes, le taux d’incidence
des accidents entraînant un arrêt de travail égal ou supérieur à 3 jours est
de 1,26 fois la moyenne. Les taux les plus élevés ont été enregistrés dans
le secteur des transports (1,43 fois la moyenne du secteur) ainsi que dans
la construction et les industries manufacturières (1,2).
Des taux similaires ont été observés dans les entreprises employant
1 à 9 personnes, les industries manufacturières, la construction et le
transport se hissant à nouveau en tête (de 1,1 à 1,3 fois les moyennes
sectorielles).

Les personnes nouvellement embauchées


et les jeunes sont les plus vulnérables
Il ressort des chiffres analysés que le risque d’accident du travail a été
supérieur de 1,2 à 1,3 fois pour les personnes employées depuis moins
de deux ans par rapport aux travailleurs d’ancienneté moyenne, et ce
indépendamment de la nature du contrat de travail. Dans certains
secteurs, cette proportion était bien plus élevée. La probabilité
d’accident du travail a atteint 47 % pour le personnel des hôtels et
restaurants employé de manière permanente depuis moins de deux
ans. Pour les personnes employées à titre temporaire dans la
construction, cette probabilité a été supérieure de 65 % en
comparaison avec d’autres travailleurs de ce secteur.
Le risque pour les personnes âgées de 18 à 24 ans a dépassé la
moyenne par un facteur de 1,4. Ce facteur a été de l’ordre de 1,4-1,5
pour les personnes qui effectuaient un travail posté d’au moins
20 heures par semaine.

Problèmes de santé d’origine professionnelle


En 1998 et 1999, sans compter les blessures liées aux accidents du
travail, quelque 7,7 millions de personnes ont souffert de problèmes
Échafaudage au Parlement européen à Strasbourg.

6
Prévention des accidents du travail

Accidents du travail ayant entraîné un arrêt de travail supérieur à trois jours

Personnes
Nombre Taux de fréquence (nombre par 100 000 personnes employées)
NACE Rév. 1 (Activité économique) emploi
Section (branche) 1998 1998 1999* 1994 1995 1996 1997 1998 1999* Tendance %
Sous-section ou division (secteur) (1 000) 94-98 96-98 98-99*

Total — tous les secteurs d’activité 136 150 4 678 586 4 850 120* 4 539 4 266 4 229 4 106 4 089 4 206* – 9,9% – 3,3% 2,9%*
dont certains (si spécifiés):
Hommes 5 960 5 534 5 458 5 291 5 268 : – 11,6% – 3,5% .
Femmes 1 936 1 864 1 924 1 865 1 890 : – 2,4% – 1,8% .
18-24 ans 5 751 5 613 5 725 : – 0,5% .
25-34 ans 4 390 4 210 4 179 : – 4,8% .
35-44 ans : : 3 766 3 696 3 678 : – 2,3% .
45-54 ans : : 3 558 3 548 3 543 : – 0,4% .
55-64 ans : : 4 063 3 671 3 602 : – 11,4% .
A Agriculture, chasse, sylviculture 5 092 345 766 373 340* 6 496 6 123 6 771 6 647 6 790 7 510* 4,5% 0,3% 10,6%*
D Industries manufacturières 30 156 1 354 762 1 369 376* 5 071 4 962 4 660 4 607 4 492 4 546* – 11,4% – 3,6% 1,2%*
F Construction 10 375 830 873 883 045* 9 014 9 080 8 023 7 963 8 008 8 261* – 11,2% – 0,2% 3,2%*
I Transport, stockage et communication 7 509 440 143 461 309* 6 139 5 790 6 018 5 937 5 862 5 999* – 4,5% – 2,6% 2,3%*
N Santé et action sociale (estimation selon
le module ad hoc 1999 de l’Étude
européenne sur la main-d’œuvre) 5 100

* : Estimation provisoire sur la base des données ESAW 1998 et des évolutions nationales 1998-1999 pour les données nationales non harmonisées.

Accidents mortels du travail

Personnes
Nombre Taux de fréquence (nombre par 100 000 personnes employées)
NACE Rév. 1 (Activité économique) emploi
Section (branche) 1998 1998 1999* 1994 1995 1996 1997 1998 1999 Tendance %
Sous-section ou division (secteur) (1 000) 94-98 96-98

Total — tous les secteurs d’activité 136 150 5 476 : 6,09 5,9 5,18 5,22 5,03 : – 17,5% – 3,0%
dont certains (si spécifiés):
Hommes : : 7,70 7,70 7,40 : . – 3,8%
Femmes : : 0,76 0,82 0,84 : . 11,6%
18-24 ans : : 3,88 3,71 3,60 : . – 7,3%
25-34 ans : : 4,10 3,94 3,85 : – 6,2%
35-44 ans : : 4,58 4,87 4,60 : . 0,5%
45-54 ans : : 6,28 6,00 6,12 : . – 2,5%
55-64 ans : : 8,31 8,94 8,06 : . – 3,0%
A Agriculture, chasse, sylviculture 5 092 631 : 14,0 13,8 12,9 12,6 12,4 : – 11,4% – 3,9%
D Industries manufacturières 30 156 1 101 : 4,6 4,2 3,9 4,0 3,7 : – 19,6% – 5,1%
F Construction 10 375 1 330 : 14,7 14,8 13,3 13,1 12,8 : – 12,9% – 3,8%
I Transport, stockage et communication 7 509 883 : 13,7 13,7 12,0 12,1 11,8 : – 13,9% – 1,7%

RÉFÉRENCES

1) Eurostat, Les accidents du travail


dans l’UE 1998-1999, collection
«Statistiques en bref», thème
«Population et conditions sociales»,
2001.

Eurostat, Les problèmes de santé


liés au travail dans l’UE 1998-1999,
collection «Statistiques en bref»,
thème «Population et conditions
sociales», 2001.

Avec l’aimable autorisation


de la Health and Safety
Authority, Irlande.

Agence européenne pour la sécurité et la santé au travail 7


Prévention des accidents du travail

SOURCES ET NOTES MÉTHODOLOGIQUES En fonction de la procédure de déclaration des États membres (systèmes basés ou non sur
la déclaration obligatoire pour la prise en charge par l’assurance), les taux de déclaration
Statistiques européennes sur les accidents au travail (European Statistics on Accidents at d’accidents du travail sont variables. En général, les taux de déclaration sont très élevés,
Work, ESAW) — Eurostat de l’ordre de 100 %, dans les systèmes basés sur un régime d’assurance. Dans le cadre
des autres systèmes, non basés sur l’assurance, l’enregistrement n’est que partiel, variant
Dans le cadre du projet ESAW, tous les cas d’accidents ayant entraîné un arrêt de travail habituellement entre 30 et 50 %, en moyenne, tous secteurs économiques confondus.
supérieur à 3 jours calendaires sont inclus dans les données. Un accident du travail est Les données provenant des deux sources, c’est-à-dire provenant ou non de l’assurance,
défini comme un «événement survenant au cours du travail et occasionnant un préjudice corrigées en fonction du taux de déclaration, ne sont pas strictement comparables.
physique ou psychologique». Cette définition recouvre les cas d’empoisonnement grave
ainsi que les actes intentionnels de tiers, mais exclut les blessures volontaires auto-infligées
Module ad hoc sur la santé et la sécurité au travail dans l’enquête communautaire sur les
ainsi que les accidents survenus sur le chemin du travail (accidents lors des trajets
forces de travail 1999 — Eurostat
journaliers entre le domicile et le travail).

«Au cours du travail» signifie pendant l’exercice d’une activité professionnelle ou pendant L’enquête communautaire sur les forces de travail est réalisée chaque année au printemps.
le temps consacré au travail. Cela inclut les cas d’accidents de la circulation dans le cadre Elle couvre un échantillon représentatif de l’ensemble des ménages. Le module ad hoc de
du travail. Un accident mortel est défini comme un «accident entraînant le décès d’une 1999 sur la santé et la sécurité au travail était basé sur des entretiens avec plus de
victime dans un délai d’une année à compter du jour de l’accident». 500 000 personnes dans 11 États membres.

INFORMATIONS COMPLÉMENTAIRES

Eurostat est l’office statistique des Communautés européennes. Il publie des statistiques
officielles harmonisées sur l’Union européenne et la zone euro. De plus amples
renseignements sont disponibles sur le site web d’Eurostat (à l’adresse suivante:
http://www.europa.eu.int/comm/eurostat).

Une fiche d’information de l’Agence, Accidents du travail dans l’UE — Évolution statistique
(1998-1999), est disponible dans toutes les langues de l’UE (à l’adresse suivante:
http://agency.osha.eu.int/publications/factsheets).

SEMAINE EUROPÉENNE 2001

Pas d’accident, défi gagnant


En lançant officiellement la Semaine européenne, M me Anna
L a Semaine européenne vient renforcer la campagne en
faveur de la réduction des accidents du travail Diamantopoulou, commissaire européenne à l’emploi et aux affaires
sociales, a déclaré ceci: «Compte tenu des coûts humains et financiers
La campagne visant à réduire les coûts en termes humains et
financiers des accidents liés au travail a bénéficié d’un important coup des accidents liés au travail, il est impératif que la prévention des
de pouce grâce à la Semaine européenne de la sécurité et de la santé accidents reste une priorité à l’ordre du jour des activités
au travail 2001, qui s’est déroulée en octobre dans les 15 États communautaires.»
membres et au-delà des frontières communautaires. «La réduction des accidents d’origine professionnelle ne constitue pas
Sous le slogan «Pas d’accident, défi gagnant», la campagne a seulement un impératif
particulièrement souligné d’ordre moral. De nom-
les avantages, sur les plans breux autres éléments
humain et économique, plaident en faveur de cel-
d’une réduction des le-ci», a ajouté Mona Sah-
accidents du travail afin lin, ministre suédoise de
d’inciter plus d’entreprises l’industrie, de l’emploi et
à améliorer leurs pratiques des communications. Les
en matière de santé et de entreprises les plus pros-
sécurité au travail (SST). pères sont celles qui enre-
Actuellement, plus de gistrent habituellement
4,5 millions d’accidents les meilleurs résultats en
dans l’UE sont à l’origine matière de prévention
d’arrêts de travail d’une d’accidents. La réduction
durée supérieure à 3 jours, des risques d’accidents au
ce qui équivaut pour les travail constitue l’un des
entreprises à environ principaux facteurs
146 millions de journées d’amélioration de la quali-
de travail perdues. À té de la vie professionnel-
cela s’ajoutent les frais le, un thème central de la
d’assurance directement présidence suédoise de
imputables aux accidents Anna Diamantopoulou, commissaire européenne l’Union européenne. Mona Sahlin, ministre suédoise de l’industrie,
du travail, soit 20 milliards pour l’emploi et les affaires sociales. de l’emploi et des communications.
d’euros par an.

8
Prévention des accidents du travail

et le risque de lésions deux fois supérieur? Ces risques pourraient


être considérablement réduits en conjuguant les éléments suivants:
SEMAINE EUROPÉENNE OCTOBRE 2001 l’évaluation des risques, l’aménagement et le rangement du lieu de
travail, la formation et l’utilisation de meilleurs équipements de
protection individuelle. La fiche d’information indique les
principaux domaines de risques (notamment le travail en hauteur,
les travaux d’excavation et le transport de charges) et propose des
solutions pratiques pour réduire les risques d’accident. Elle souligne
PAS D’ACCIDENT, également la nécessité de sensibiliser davantage les travailleurs à
ces risques et aux mesures de prévention par le biais de la formation
DÉFI GAGNANT et de l’information.
• Par ailleurs, on peut également consulter une liste de contrôle pour
utiliser les échafaudages et les échelles en toute sécurité.
• Une gestion efficace pour la prévention des accidents: les accidents
n’ont pas que des répercussions pour les individus blessés, ils peuvent
aussi avoir des conséquences significatives, sur les plans juridique et
financier, pour les entreprises qui les ont indirectement occasionnés en
manquant de se conformer aux directives européennes applicables en
matière de santé et de sécurité. La présente fiche d’information
commence par énumérer les principales directives, puis propose un
cadre pour la gestion et l’amélioration de la SST dans le contexte de
ces obligations légales. L’engagement de la direction est
indispensable, celle-ci devant à la fois définir une politique claire en
matière de SST et fournir les ressources nécessaires à la mise en œuvre
de cette politique. L’implication des travailleurs est également
nécessaire dans le cadre du développement des normes et des
procédures pratiques en matière de sécurité; elle peut avoir lieu à
travers les comités d’entreprise et d’autres organismes. Pour aider les
entreprises à optimiser leur gestion de la SST, la fiche d’information
décrit une approche structurée, étape par étape (planification, mise en
Agence européenne
œuvre et application, vérification...), y compris les points clés pour
SEMAINE EUROPÉENNE DE LA SÉCURITÉ ET DE LA SANTÉ AU TRAVAIL pour la sécurité et la santé réaliser une évaluation des risques, première étape indispensable du
TE-35-01-384-FR-P

http://osha.eu.int/ew2001/fr au travail
processus. Une liste de contrôle de type «aide-mémoire» figure
également à la fin de la fiche pour permettre aux entreprises de vérifier
que tous les aspects de base sont couverts.

Pour s’attaquer à ce problème et à d’autres risques majeurs, l’Agence a En plus de ces fiches d’information, l’Agence a lancé un programme de
conçu spécialement pour la campagne un dossier d’information publié subventions spécial (voir l’encadré) visant à diffuser les bonnes pratiques
dans les 11 langues communautaires, comprenant notamment en matière de SST parmi les PME et à les sensibiliser à la prévention des
4 nouvelles fiches d’information avec des conseils importants en matière risques, car elles sont les plus exposées aux accidents du travail dans l’UE.
de prévention. Elles ont été diffusées dans tous les États membres, à plus L’Agence a également organisé la remise annuelle des prix de la Semaine
de 1 million d’exemplaires, au cours de la Semaine européenne 2001. européenne qui distinguent les solutions novatrices visant à la prévention
Ces fiches d’information traitent des aspects suivants: des accidents au travail. Des affiches et des brochures invitant les
entreprises à s’impliquer dans des initiatives de SST ont aussi été publiées
• Prévention des glissades et des faux pas: les glissades, les faux pas et et complétées par les informations actualisées du site web multilingue
les chutes constituent la principale cause d’accident au sein de l’UE, (http://www.osha.eu.int/ew2001).
dans l’ensemble des secteurs et dans tous les types d’activités, tant Un nouveau service en ligne, accessible à partir du site de l’Agence
pour les cols bleus, par exemple dans la construction, que pour les cols (http://www.osha.eu.int), fournit un accès aisé à une abondance de
blancs (travail de bureau). La fiche d’information rappelle les renseignements pratiques couvrant presque tous les secteurs
responsabilités qui incombent aux employeurs en vertu des directives
européennes, par exemple la nécessité de garantir que les revêtements
de sol ne comportent pas d’irrégularités, de trous ou d’inclinaisons
dangereux. Elle contient également des éléments d’information
concernant la gestion de ces risques et, aspect non négligeable,
propose des bonnes pratiques de travail. Celles-ci portent notamment
Mise à disposition
sur la maintenance générale des sols, sur l’amélioration de l’éclairage, de nouvelles ressources
des escaliers et des lieux de travail en plein air et sur d’autres éléments pour la réduction du nombre
importants. L’attention est attirée sur la nécessité d’utiliser des
chaussures antidérapantes appropriées. d’accidents dans les PME
• Prévention des accidents impliquant des véhicules de transport sur Un programme de subventions de 4,5 millions d’euros a été lancé
le lieu de travail: environ un tiers des accidents mortels sur le lieu de par l’Agence en vue de réduire le nombre disproportionné
travail, sans compter les blessures engendrant une invalidité, sont d’accidents du travail enregistré dans les PME de l’UE.
liés aux véhicules de transport. Afin d’éliminer ou tout au moins de Ce programme bénéficiant d’un financement communautaire
réduire ces risques, il est indispensable d’identifier les lieux permet d’allouer des subventions pouvant aller de 25 000 à
dangereux potentiels, notamment quand les véhicules sont en 200 000 euros à des projets encourageant l’adoption de bonnes
cours de chargement, de déchargement ou en marche arrière. pratiques en matière de SST au sein des PME, par la formation ou
L’idéal serait d’éviter les marches arrière en réaménageant le lieu de des campagnes d’information ou bien par le développement de
travail. Les voies piétonnières devraient être isolées des voies de nouvelles pratiques de santé et de sécurité, en mettant l’accent
circulation des véhicules. Voilà quelques exemples parmi les sur les risques prioritaires. Les subventions couvrent jusqu’à 60 %
recommandations figurant dans la fiche d’information. Elle contient des coûts des projets nationaux et jusqu’à 80 % des coûts des
également des recommandations concernant la maintenance des programmes transnationaux.
véhicules et, autre aspect important, la sécurité des conducteurs
(voir la liste de contrôle du conducteur et l’encadré spécial sur la Les demandes de subventions ont pu être présentées par tous les
sécurité d’utilisation des chariots élévateurs à fourche, à l’origine de organismes, y compris les PME, et les subventions ont été
nombreux accidents du travail). allouées au cours du mois d’octobre. Vous trouverez tous les
détails, ainsi que de plus amples renseignements sur cette
• Prévention des accidents dans le secteur de la construction: saviez- initiative, sur le site web de l’Agence (à l’adresse suivante:
vous que le risque de décès pour les travailleurs de la construction http://www.osha.eu.int/ew2001).
est trois fois plus élevé que pour les travailleurs des autres secteurs,

Agence européenne pour la sécurité et la santé au travail 9


Prévention des accidents du travail

professionnels, de l’industrie chimique à la restauration en passant par


les industries manufacturières et l’exploitation minière. E u r o p e a n We e k f o r S a f e t y
Ces ressources, associées à d’autres services d’assistance, ont permis à a n d H e a l t h a t Wo r k
des organismes de l’ensemble de l’UE (encouragés par le réseau de
points focaux nationaux de l’Agence) d’organiser un large éventail 2001

ACCIDENT PREVENTION IN PRACTICE


d’événements visant à souligner la menace que représentent les
accidents sur le lieu de travail et à fournir des solutions pratiques. Parmi
ces événements, on peut citer des audits sur la sécurité des entreprises,
des séminaires et ateliers de formation, des campagnes d’information et

t
n
e
des concours pour le développement et l’échange de bonnes pratiques.

d
i
Les premiers rapports indiquent — et c’est là un constat encourageant —

c
c
qu’une part importante de ces événements se sont déroulés «à la

a
source», c’est-à-dire sur le lieu de travail à proprement parler, impliquant

o
n
souvent activement à la fois les dirigeants et le personnel.

s
i
Une évaluation officielle de l’impact de la Semaine européenne 2001

s
reste encore à effectuer — celle-ci venait à peine de se terminer au

s
e
c
moment de l’impression du présent magazine —, mais tout semble

c
European Agency

u
for Safety and Health
indiquer d’ores et déjà un succès encore plus important que celui de at Work

S
la dernière édition, consacrée aux troubles musculo-squelettiques.

Prix “Bonnes pratiques 2001”


Méthodes nouvelles et novatrices en matière
de prévention des accidents Unità Funzionale di Prevenzione Igiene e Sicurezza nei Luoghi di
Lavoro Alta Val d’Elsa, Azienda USL 7 di Siena - Italie
Slagteribranchens Arbejdsmiljøudvalg Slagteri- og Kødbranchens Protocole pour la rénovation des bâtiments en toute sécurité
BST - Danemark
“Les bouchers disent non aux accidents” Arbouw - Pays-Bas
Outil de planification de la sécurité dans le bâtiment
Local Health Unit Enterprise of the Province of Sondrio - Italie
Passage protégé - protection des passages et des zones
dangereuses dans les scieries Programmes de formation novateurs en matière
de prévention des accidents
Union syndicale artisanale tarnaise - France
“Soutien aux microentreprises - programme de formation et London Borough of Greenwich - Royaume-Uni
d’intervention” Formation d’initiation dans les chantiers et codage de couleur

The Finnish Road Administration - Finlande


Prévention des chutes, glissades et faux pas Sécurité des véhicules de travaux routiers - programme de
formation pour les contractants travaillant dans la construction des
Industrias Serva S.A. - Espagne routes et dans d’autres domaines du transport
Sécurité au travail - maintenant et toujours
Zentrum für Umwelt und Energie der Handwerkskammer
Düsseldorf Handwerkszentrum Ruhr - Allemagne
Gestion de la prévention des accidents Artisanat de la santé - outil de prévention des risques en ligne

BGZ Wegvervoer - Pays-Bas Titan Cement Co S.A. - Grèce


“Contrôles de sécurité et santé dans l’industrie du transport routier” Formation et participation du personnel dans un programme de
prévention des accidents à long terme
Fenster Mersch S.A. - Luxembourg
Solutions pratiques dans une petite entreprise de menuiserie
Réseaux ou partenariats en matière de
Abbott Ireland - Irlande prévention des accidents
Automatisation pour la sécurité - sans créer de problèmes de
maintenance Hickson & Welch Ltd - Royaume-Uni
Partenariat entre employeurs et syndicats

Prévention des accidents dans les secteurs du ULSS (Local Health Unit) N. 6 “Vicenza” - Italie
bâtiment, de l’agriculture et de la pêche Travail de partenariat dans le secteur métallurgique et mécanique à
l’aide d’analyse de quasi-accidents
MiVeDi bvba - Belgique
Sécurité en mer - prévention des accidents dans le secteur de la RHI AG (Radex Heraklith Industriebeteiligungs AG) - Autriche
pêche À l’aide d’analyses de quasi-accidents

10
Prévention des accidents du travail

RIK OP DE BEECK ET KATHLEEN VAN HEUVERSWYN


Prevent, Belgique — Centre thématique chargé de la recherche sur la santé et le travail

Nouvelles tendances dans la prévention


des accidents
engagement ferme de la part de la direction et d’une large association
L e monde du travail en pleine évolution
des salariés, ainsi que de l’acceptation des responsabilités de part et
d’autre.
Le monde du travail évolue. La mondialisation, la rationalisation, la
transition vers une économie de services, le travail à temps partiel, le
travail temporaire, la sous-traitance et le vieillissement de la
population active sont autant d’éléments qui contribuent à cette Information et participation
évolution. Quelles en sont les conséquences en ce qui concerne la
prévention des accidents? Les stratégies et les structures L’information est un élément important de la gestion en général; c’est
traditionnelles permettent-elles de faire face aux nouveaux risques qui plus vrai encore pour la gestion des changements. Les campagnes
apparaissent? Comment adapter nos stratégies de prévention et quels d’information et de communication peuvent s’avérer très efficaces
sont les facteurs de la réussite? pour éliminer les zones d’ombre et aider à améliorer la satisfaction au
travail et la prévention des risques.
Les stratégies de prévention peuvent être classées en deux groupes:
d’une part, celle qui, s’appuyant sur la mondialisation et l’économie Les approches basées sur la participation globale (1) dans les
de marché, place l’accent sur le marketing et la promotion de la évaluations de risques et les actions de prévention ont souvent un
sécurité; de l’autre, celle qui, plus attentive à l’évolution du travail et à impact positif sur la sécurité au travail. En faisant participer tout le
l’augmentation du niveau des connaissances, privilégie la personnel à l’analyse des risques et à la formation, on observe une
responsabilisation des dirigeants et des travailleurs. influence bénéfique sur les comportements, qui constituent
généralement le goulet d’étranglement dans la prévention des
accidents. Le personnel peut apprendre à considérer ses activités
professionnelles sous l’angle de la sécurité. Il peut ainsi être amené à
Anticipation de nouveaux risques identifier les dangers et les risques dès un stade précoce, ce qui
permet d’identifier les nouveaux risques qui émergent avec l’évolution
Les mutations rapides de l’organisation du travail nécessitent une rapide des conditions de travail. Dans une chaîne de supermarchés, les
approche dynamique de la prévention des accidents du travail et de la accidents ont diminué de moitié après la mise en œuvre d’une action
SST. Cette approche ne peut réussir qu’à condition de bénéficier d’un participative de ce type.

Affiche italienne de la Semaine européenne pour la sécurité et la santé au travail.

Agence européenne pour la sécurité et la santé au travail 11


Prévention des accidents du travail

Mesure des performances en matière de prévention


L’analyse coût/bénéfice de la prévention n’est pas aisée. On admet
cependant, de manière générale, qu’il n’est possible de faire face
efficacement à l’évolution rapide des risques au travail qu’à condition
que tous les membres du personnel d’une entreprise les abordent de
façon proactive. La prévention est vue comme le résultat d’une
analyse économique et comme un investissement dans la capacité
d’innovation et les perspectives d’avenir (2) d’une société. Les
systèmes de gestion tentent d’intégrer la mesure des performances de
la prévention dans le but d’atteindre un plus haut niveau de sécurité
(voir l’encadré 1).

ENCADRÉ 1

Mesure des performances en matière


de prévention: le programme
«Actions-prévention» chez Janssen
Pharmaceutica, Belgique
Janssen Pharmaceutica avait coutume de récompenser les
départements qui obtenaient les meilleurs résultats dans le
domaine de la sécurité. Ainsi, les salariés des départements qui
n’enregistraient aucun accident pendant une période donnée
recevaient un cadeau. Mais comme ce système ne plaisait pas à
tous, Janssen a mis au point un nouveau système d’évaluation
basé sur des critères différents. Il s’agit des «actions-prévention»,
Avec l’aimable autorisation de l’Health and Safety Executive, UK.
dont les principes de base sont les suivants:
• Mesure des performances proactives: identification et mesure
des efforts visant à prévenir les accidents dans le cadre du
département (engagement de la direction, implication du Promotion de la sécurité
personnel, innovation et amélioration continue).
• Programme de mesures incitatives en matière de santé, de Les sociétés, les gouvernements et les organisations sectorielles ont
sécurité et d’environnement: promotion de la sécurité, de la recherché d’autres façons de promouvoir la santé et la sécurité. On
santé et de l’environnement et mise en valeur des efforts retient deux développements importants consistant à utiliser la santé
consentis pour améliorer tous ces aspects dans le cadre du et la sécurité au travail:
département.
• un critère pour l’achat de produits et de services;
Le mot «actions» a été choisi parce que la valeur des actions peut
augmenter ou diminuer. Les résultats finaux sont calculés en
utilisant un système clairement défini. La valeur de l’action • un élément de marketing pour promouvoir les ventes de produits et
correspond à un prix, qui peut être un cadeau collectif à de services.
l’intention du département (par exemple une œuvre d’art) ou un
présent à une personne en particulier.
Le projet a rencontré un large succès et a permis de créer une La SST en tant que critère d’achat
culture positive de la prévention au sein de la société: chaque
L’étiquetage et la certification de produits, de marchandises et de
département a déployé des efforts considérables et les statistiques
services visent à répondre à ces développements récents (4). Ils ont été
d’accidents ont été ramenées à leur plus faible niveau.
initialement prévus comme des outils de marketing destinés à
accroître la productivité et la compétitivité, mais leur impact positif sur
la sécurité et la santé de la main-d’œuvre est indéniable (voir
Apprentissage tout au long de la vie l’encadré 2). Le raisonnement qui a été à l’origine de l’étiquetage et
de la certification a également inspiré le développement de systèmes
Des efforts doivent être déployés pour renforcer l’aptitude des
de gestion intégrant la SST dans la stratégie de gestion (5).
personnes à gérer les risques (3). L’apprentissage tout au long de la vie
devient plus important si les salariés veulent renforcer leur
employabilité et assurer leur santé et leur sécurité. Les salariés
ENCADRÉ 2
temporaires, sous contrat à durée déterminée et à temps partiel, ont
moins accès à la formation et exécutent souvent des tâches requérant
moins de compétences, si bien qu’ils sont moins susceptibles
d’acquérir de nouveaux savoirs sur les lieux de travail. Ils sont
V
CA — Veiligheids Checklist
également moins bien informés sur les risques que présente leur Aannemers (liste de contrôles de la
travail. Cela pose un problème pour la gestion de la SST ainsi que pour sécurité au niveau du sous-traitant)
la gestion des ressources humaines. L’apprentissage tout au long de la
vie peut aider à anticiper des changements. Ce système d’approvisionnement, développé initialement dans
l’industrie pétrochimique aux Pays-Bas, est à présent répandu
Voici quelques exemples de programmes d’apprentissage intégrés: dans d’autres secteurs et d’autres pays. Le volume croissant de la
• Dans l’industrie chimique, l’organisation de formations ciblées et sous-traitance a conduit à adopter les mêmes exigences à l’égard
obligatoires en matière de santé et de sécurité à l’intention de tous des systèmes de gestion de la SST ou de formation en matière de
les travailleurs est chose courante. SST des sous-traitants (politique, objectifs, procédures, stratégie,
fréquence des accidents, etc.). Une tierce partie doit réaliser la
• Certains systèmes de certification (par exemple le programme certification ou l’approbation initiale. Le succès de ce système
VCA — voir l’encadré 2) mettent l’accent sur les cycles de formation s’explique apparemment, en partie, par sa simplicité et sa
et peuvent aider à promouvoir l’apprentissage tout au long de la commodité, mais est également dû au fait que les grandes
vie. Chaque membre du personnel doit recevoir régulièrement une compagnies clientes ont participé à son développement et ont
formation de base, qui autorise le renouvellement de la utilisé leur expérience en matière de SST pour définir les critères.
certification.

12
Prévention des accidents du travail

Stratégie de marketing L’influence est positive sur la culture de la sécurité prise dans son
ensemble, et même sur le comportement individuel des salariés en
Concernant la sécurité, les techniques de marketing n’ont été que matière de prévention des risques. Notons à cet égard que le groupe
rarement utilisées. Comme la sécurité n’est pas un produit mais une français Bouygues a publié une «charte des ressources humaines» et
valeur, des stratégies de marketing dans le domaine social peuvent une «charte sociale européenne» (voir http://www.bouygues.com).
proposer des idées pour inciter les gens à changer leur comportement, Cette société a à son actif un taux d’accidents inférieur à la moyenne.
pour montrer aux entreprises comment l’amélioration de la sécurité
peut entraîner des profits, et convaincre les hommes politiques des
avantages d’une politique intégrée en matière de sécurité. Approche communautaire
Le but de l’«approche communautaire» consiste à changer le
La mondialisation fournit une occasion de promouvoir la sécurité. Une comportement de la communauté entière dans plusieurs milieux à la
société affichant des résultats médiocres dans les domaines de la fois (environnement professionnel, vie privée, loisirs, enseignement,
sécurité et de l’environnement risque fort de compromettre son image etc.), afin de créer un «réflexe de la sécurité». Des expériences basées
publique. Sa réputation risque de se ternir considérablement si les sur cette approche ont été réalisées dans le monde entier, avec
effets négatifs de la mondialisation sont largement diffusés sur les beaucoup de succès. Ce concept peut être transposé dans d’autres
écrans de télévision et à travers les médias du monde entier. cultures et s’avérer très utile pour de petites entreprises.
La notion de «responsabilité sociale des entreprises» (6) peut servir de
structure pour promouvoir la sécurité; un grand nombre de sociétés
déployant leurs activités à l’échelle mondiale ont déjà annoncé des
objectifs ambitieux en matière de sécurité, et bon nombre d’entre elles Conclusions
ont d’ores et déjà enregistré une baisse du nombre d’accidents.
La promotion de la sécurité et l’application de la notion de marketing à
Les multinationales sont bien placées pour transposer les bonnes cette problématique peuvent contribuer à accroître la prise de conscience
pratiques instaurées dans une partie de leurs activités vers d’autres parmi les différents groupes de personnes, qui sont les moins familiarisés
parties de leurs opérations, dans d’autres pays, et pour établir des avec les questions de sécurité et doivent donc être convaincus de leurs
normes communes en matière de sécurité. De même, elles peuvent propres besoins en la matière. À titre d’exemple, on peut citer:
spécifier leurs exigences en matière de sécurité pour leurs
approvisionnements et les activités qu’elles sous-traitent à travers • les salariés et l’opinion publique, qui devraient prendre conscience
toutes leurs filiales. Celles-ci peuvent échanger des informations de l’importance d’un «réflexe de sécurité»;
détaillées sur la façon de résoudre un problème de sécurité particulier. • l’industrie, qui ne devrait plus se laisser bercer par l’illusion que les
scénarios catastrophes ne la concernent pas;
Les valeurs des sociétés • les hommes politiques, qui doivent comprendre qu’il leur incombe,
sur le plan social, de développer des réglementations.
Les sociétés qui adoptent une échelle de valeurs sociales et se
conforment à leur mission paraissent bénéficier d’une image positive De nouvelles études devront être réalisées pour confirmer que les
et stimuler l’engagement de leurs collaborateurs. Une politique stratégies de prévention contribuent à l’adaptation aux évolutions du
cohérente — lancée par l’énoncé de la mission et mise en œuvre à monde du travail. Nous devrions donc investir dans la recherche,
travers des initiatives et des programmes concrets, tant en interne sachant qu’elle nous permet de tirer des enseignements du passé et
qu’à l’extérieur de la société — est de nature à mobiliser le personnel. d’anticiper encore plus de changements à l’avenir.

RÉFÉRENCES

1) Op De Beeck, R., Participatieve risicoanalyse, université d’Anvers, 1998.

2) Bullinger, H. J., «Innovation und Prävention», dans Eichendorf, W. (éd.), e.a.,


Arbeit und Gesundheit Jahrbuch 2000, Universum, Wiesbaden, p. 19-40.

3) Jäger, W., et Stürk, P., «Zeitarbeit und Arbeitssicherheit bedingen einander», Die
BG (Die Berufsgenossenschaft), n° 5, mai 2000, p. 258-26.

4) Agence européenne pour la sécurité et la santé au travail, Systems and


programmes — Occupational safety and health in marketing and procurement,
rapport, 2000 (à l’adresse suivante: http://agency.osha.eu.int/publications/reports).

5) Rapport «Work Life 2000» de la conférence d’Amsterdam, New strategies to


improve occupational health and safety, 1998 (à l’adresse suivante:
http://www.niwl.se/wl2000/workshops/workshop8/default.asp).

6) Commission européenne, Commission urges to greater corporate social


responsibility in Europe, 2001 (à l’adresse suivante:
http://www.europa.eu.int/comm/employment_social/soc-dial/csr/csr_index.htm).

Avec l’aimable autorisation de l’Health and Safety Executive, UK.

Agence européenne pour la sécurité et la santé au travail 13


Prévention des accidents du travail

STEFANO BOY
Bureau technique syndical européen pour la santé et la sécurité
(BTS), Belgique

Syndicats et PME
L a présence des syndicats sur les lieux de travail permet, selon
le BTS, de réduire les accidents
Malgré le nombre relativement faible de déclarations d’accidents et les
difficultés d’utiliser les rapports existant en matière de sécurité dans
des secteurs spécifiques, les études démontrent que de nombreuses
Notre avis sur la question

PME enregistrent des taux d’incidents/accidents et de maladies


d’origine professionnelle supérieurs aux taux moyens relevés dans
l’ensemble du secteur privé (1).
D’aucuns estiment néanmoins que la présence des organisations
syndicales sur les lieux de travail permet de réduire les accidents; le BTS
partage ce point de vue et affirme qu’elle aiderait les PME à améliorer
leurs performances en matière de santé et de sécurité.
La réduction du nombre de blessures corporelles d’origine
professionnelle exige une définition claire des conditions de travail
et la mise en œuvre de stratégies de prévention des risques.
Souvent, les initiatives et les programmes isolés ne permettent pas
d’atteindre un objectif social. Le BTS affirme que les objectifs en
matière de sécurité et de prévention ne peuvent être réalisés que si
de tels programmes sont établis et menés sur la base d’un bon
réseau de communication entre toutes les parties (par exemple les
employeurs, les salariés, les syndicats et les représentants de la
sécurité), de l’assistance mutuelle et de moyens financiers et
culturels.

Avec l’aimable autorisation du Slagteribranchens Arbejdsmiljøudvalg Slagteri- og


Kødbranchens BST, Danemark.

La coopération tripartite a un rôle Des campagnes de promotion de la santé et de la sécurité au travail


essentiel à jouer dans la réduction des (SST) doivent compléter la conformité aux normes de sécurité et les
coûts des accidents du travail. ajustements techniques du matériel professionnel (par exemple les
Quatre représentants des partenaires équipements de protection pour les machines). Cela peut nécessiter la
sociaux de l’UE décrivent des initiatives définition de stratégies organisationnelles, qui doivent amener les
récentes visant à améliorer la sécurité au PME à accorder une plus grande priorité aux aspects de la santé et de
travail. la sécurité.

14
Prévention des accidents du travail

La directive-cadre comporte des dispositions spécifiques concernant la


formation, l’information, la consultation et la participation des Le rôle des syndicats
travailleurs sur les questions de santé et de sécurité. Toutefois, les
mesures en faveur de la représentation des travailleurs dans le Selon le BTS, une bonne organisation sur le lieu de travail est une
domaine de la SST exigent plus que la seule existence d’un cadre de condition essentielle pour l’amélioration des conditions de santé et de
référence légal: la présence d’une culture sous-jacente est également sécurité. Dans les PME, plus que partout ailleurs, il est indispensable
indispensable. pour toute politique de prévention intégrée visant à couvrir tous les
facteurs liés au travail que les travailleurs deviennent des protagonistes
actifs dans le domaine de la prévention des accidents. La directive-
cadre admet que les initiatives collectives constituent le principal
Un long chemin à parcourir moyen de faire participer les salariés. À cet égard, les syndicats ont un
rôle important à jouer en matière de prévention des accidents dans les
En général, la mise en place d’un système de prévention en matière PME.
de santé et de sécurité dans les PME est loin d’être terminée dans
la plupart des pays européens. Les obstacles à l’amélioration des En général, l’application de la directive-cadre a stimulé les activités des
conditions de santé et de sécurité dans les PME sont considérables syndicats en ce qui concerne les questions de SST couvrant l’ensemble
et comprennent, entre autres, les facteurs organisationnels des conditions sur le lieu de travail. Aujourd’hui, les syndicats estiment
suivants: que l’intégration de représentants de la sécurité au sein de
l’organisation syndicale officielle du lieu de travail est de nature à
• un accès limité aux informations;
contribuer à améliorer considérablement la situation en matière de
• de faibles ressources en matière de santé et de sécurité; santé et de sécurité.
• le manque de collaborateurs qualifiés dans ce domaine;
D’une part, les relations entre les «délégués sécurité» et les autres
• la difficulté à embaucher du personnel chargé des activités de SST; salariés sont facilitées par les bonnes compétences en communication
• le manque de formations et de compétences appropriées, que ces représentants développent et utilisent en tant que membres
normalement requises pour les stratégies de mise en œuvre; d’un syndicat. Il est vrai que les questions de santé et de sécurité
impliquent souvent la gestion de solutions techniques difficiles à
• l’incapacité à identifier les dangers au travail et à assurer une expliquer, dont la présentation nécessite beaucoup de savoir-faire.
surveillance.
D’autre part, les représentants de la sécurité intégrés dans les
À cela s’ajoutent des
syndicats peuvent tirer parti du soutien que les syndicats sont en
facteurs structurels
mesure de leur apporter aux niveaux national et régional, notamment
Les questions de santé et de (tels que la diversité,
à travers la fourniture d’information et la formation sur le lieu de
l’insécurité et une
sécurité sont fréquemment du travail.
durée de vie limitée)
ressort de la direction, et c’est là qui empêchent la Par ailleurs, les délégués sécurité ont généralement une vision plus
concrétisation et ample de la gestion sur le lieu de travail. Une bonne communication
que le bât blesse. inhibent l’impact de avec les salariés permet de mieux enregistrer les doléances et les
solutions spécifiques besoins des travailleurs et, ainsi, de définir une meilleure stratégie
en matière de SST au pour l’affectation des ressources financières dans le domaine de la
sein des PME. Même SST.
si les PME prennent
connaissance des informations essentielles concernant la sécurité, Des délégués sécurité à l’échelle régionale ont été introduits en
d’autres paramètres peuvent avoir une influence défavorable. On peut Espagne, en Italie, en Suède et au Royaume-Uni, ainsi que des
notamment citer l’individualisme (par exemple, un salarié quitte son délégués sécurité «itinérants» parrainés par les syndicats au Royaume-
entreprise pour créer sa propre affaire; il se peut qu’il ait assez Uni. Ils constituent des exemples efficaces de soutien à la
d’expérience pour gérer les aspects pratiques de l’entreprise, mais représentation dans les PME. Mais ces initiatives gagneraient à être
qu’il n’ait pas conscience des tâches associées au statut d’employeur). davantage répandues, elles bénéficieraient d’une assise plus large et
Parmi les autres facteurs qui interviennent, on peut citer le haut degré plus stable. Par ailleurs, elles risquent d’avoir un impact très limité si
d’indépendance des PME et le sens des responsabilités personnelles les employeurs et les autorités qui les ont instaurées ne s’engagent par
du gérant. Tous ces facteurs peuvent aller à l’encontre de la réellement à coopérer avec les représentants du personnel pour
reconnaissance de la valeur des informations relatives à la santé et à la l’amélioration de la santé, de la sécurité et des conditions de travail
sécurité. dans les PME.
Les questions de santé et de sécurité sont fréquemment du ressort de
la direction, et c’est Enfin, étant donné que la directive-cadre ne comporte aucune
là que le bât blesse. disposition digne d’intérêt concernant la promotion et le soutien de la
Très souvent, les représentation des travailleurs pour la santé et la sécurité au sein des
Les PME qui ne procèdent pas petites entreprises, le BTS recommande de faire pression sur le
dirigeants pensent
à une évaluation des risques que des accidents ne législateur afin qu’il adopte des mesures réglementaires en faveur du
surviennent que très développement d’institutions pour la représentation des lieux de
agissent ainsi parce qu’elles travail en matière de santé et de sécurité.
rarement dans les
estiment, à tort, que la PME, dans la mesure
directive-cadre n’est pas où aucun accident
n’a eu lieu dans leur
applicable aux PME. propre entreprise.
Par conséquent, ils
ne peuvent pas
comprendre que
«de bonnes conditions de santé et de sécurité au travail sont RÉFÉRENCE
synonymes d’une bonne marche des affaires»; ils peuvent même
croire l’inverse, à savoir qu’une intervention dans les aspects de SST 1) Eurostat, Les accidents du travail dans l’UE en 1996, thème 3-4/2000.
risque de compromettre le flux de travail et la productivité.
Enfin, les règlements sur la santé au travail peuvent paraître confus
pour de nombreux dirigeants. À vrai dire, les enquêtes réalisées par
l’Observatoire européen des petites et moyennes entreprises montrent
que la plupart des PME qui ne procèdent pas à une évaluation des
risques agissent ainsi parce qu’elles estiment, à tort, que la directive- INFORMATIONS COMPLÉMENTAIRES
cadre n’est pas applicable aux PME.
E-mail: sboy@etuc.org

Agence européenne pour la sécurité et la santé au travail 15


Prévention des accidents du travail

IBEN POSNIAK
Confédération des industries danoises

Ramener les taux au niveau zéro


P révention des accidents du travail — Une cause commune
Une campagne à deux volets
Vous vous demandez peut-être pourquoi une organisation patronale La campagne comprend deux volets: le premier vise à diffuser le
telle que la Confédération des industries danoises se préoccupe de la message au moyen d’affiches et d’autocollants; le second est consacré
prévention des accidents du travail. Notre démarche est motivée par à la promotion de trente méthodes de prévention des accidents au
plusieurs raisons, l’une d’elles étant que les employeurs que nous travail. La campagne a été lancée lors d’une conférence de presse de
représentons jugent important de prendre soin de leurs salariés et de portée nationale, pour lui assurer une bonne publicité. Les affiches
créer une atmosphère propice à une meilleure coopération au sein de combinant des images choquantes, des slogans humoristiques et un
leur société. La prévention des accidents du travail constitue un message plus sérieux sur le nombre d’accidents ont largement
élément important du dispositif utilisé en la matière. contribué à son impact publicitaire.
C’est essentiellement pour cette raison que la Confédération a décidé Les affiches et les autocollants
de s’associer à l’Organisation centrale des salariés de l’industrie du ont été conçus de façon à Le sondage a révélé que
Danemark et aux autorités danoises responsables de l’environnement pouvoir être utilisés en interne
de travail pour lancer une campagne de prévention des accidents du par des entreprises désirant la plupart des salariés
travail. Cette campagne a été lancée le 9 mars 2001 sous le slogan s’engager dans une démarche pensent qu’ils ne seront
«Zéro accident». de prévention des accidents à
long terme, en adoptant l’une jamais victimes d’un tel
La prévention des accidents au travail est également opportune du
des trente méthodes proposées. accident.
point de vue économique, car les accidents coûtent cher aux
Les images et les titres des
entreprises et sont susceptibles de compromettre leur image de
affiches ont été choisis en
marque.
s’inspirant des résultats d’un
sondage d’opinions sur les
accidents du travail. Celui-ci a révélé que la plupart des salariés
La campagne «Zéro accident» pensent qu’ils ne seront jamais victimes d’un tel accident.

Fruit d’une coopération tripartite, cette campagne s’inscrit dans la


tradition danoise de collaboration entre les organisations
d’employeurs et d’employés et les autorités danoises responsables de
l’environnement de travail.
Cette campagne vise à sensibiliser essentiellement les dirigeants
d’entreprise et les comités d’hygiène et de sécurité à l’objectif «zéro
accident». Tout comité d’hygiène et de sécurité a le droit et la
responsabilité d’agir et de prendre les décisions relatives à
l’environnement de travail de l’entreprise, en vue de l’améliorer et de
prévenir les accidents.
Le rôle de la direction dans la
«Chaque accident est prévention des accidents du travail
apparaît clairement dans de
un accident de trop.» nombreux travaux de recherche
effectués dans ce domaine. Bon
nombre d’entreprises qui ont réduit,
voire éliminé, les accidents d’origine
professionnelle ont été amenées à le faire à la suite de pressions
extérieures, émanant par exemple de la direction des grosses
entreprises ou des autorités danoises responsables de l’environnement
de travail. Dans d’autres entreprises, la direction a commencé à
s’attaquer à la prévention des accidents en affirmant que «chaque
accident est un accident de trop» et qu’aucun accident ne devrait
survenir sur le lieu de travail.
Affiche de la campagne danoise «Zéro accident».

Le rôle du comité d’hygiène et de sécurité est de souligner


l’importance de la prévention des accidents du travail. Il représente à
la fois la direction et les salariés et constitue donc un partenaire digne
de confiance pour ces deux groupes. Bien que le rôle de la direction
dans la prévention des accidents du travail soit déterminant, il est
difficile d’introduire des changements dans ce domaine si le comité
d’hygiène et de sécurité n’est pas également engagé dans ce
processus. La tradition danoise de collaboration entre employeurs et
employés en matière de SST joue également un rôle non négligeable
dans la prévention des accidents du travail.

16
Prévention des accidents du travail

Mais ce sondage a également révélé que la plupart des salariés de tous les secteurs industriels sont informées au sujet de la
craignent de ne plus être un jour capables de subvenir aux besoins de campagne. En collaboration avec l’Organisation centrale des salariés
leur famille et de ne plus être en bonne santé. Nous pensons que de l’industrie du Danemark, la Confédération des industries danoises
l’association d’images choquantes et de slogans amusants est la est en train de développer une formation à l’intention des comités
meilleure façon de faire passer l’information, grave, sur le nombre d’hygiène et de sécurité.
d’accidents du travail au Danemark. Ce volet de la campagne a pour
objectif d’amener les gens à réfléchir à ce problème des accidents du Cette formation est destinée à faire évoluer leur comportement à
travail et à discuter de la façon d’y remédier. l’égard de la définition d’une «conduite sûre» sur le lieu de travail et
à leur permettre de former à la fois les salariés et la direction dans ce
Les trente méthodes de prévention des accidents visent à une domaine. La formation sera développée sur la base du principe
approche plus large de la prévention des accidents. Elles couvrent suivant: il est plus facile de changer les actions des personnes dans un
plusieurs aspects différents de la prévention des accidents, tels que premier temps, puis leur comportement par la suite. C’est la seule voie
l’élaboration de politiques en matière de sécurité, la documentation possible pour sensibiliser les personnes à la question de la sécurité au
de systèmes de sécurité, l’analyse de la culture dans ce domaine ou la travail et pour les inciter à réfléchir aux façons de prendre soin de leur
rédaction de plans d’urgence. Grâce au large éventail des méthodes propre sécurité et de celle des autres.
proposées, la plupart des entreprises peuvent en trouver plusieurs À l’occasion de la Semaine européenne de la sécurité et de la santé au
compatibles avec leur culture et leur système de gestion et peuvent travail, l’Organisation centrale des salariés de l’industrie du Danemark
ainsi travailler efficacement à la prévention des accidents du travail. et la Confédération des industries danoises ont organisé quatorze
Les trente méthodes ont été utilisées avec succès dans un contexte manifestations de type «portes ouvertes»: dans ce contexte, des
danois ou international. Lors des discussions tripartites concernant la entreprises ont ouvert leurs portes à d’autres entreprises et ont décrit
campagne, nous étions tous animés par le désir de voir les entreprises leur vécu concernant les accidents du travail ainsi que les solutions
utiliser les méthodes et reconnaître leur utilité. Les méthodes ont été adoptées pour les prévenir. Certaines d’entre elles ont d’ores et déjà
sélectionnées dans le cadre d’un processus impliquant une étroite ramené le nombre d’accidents au niveau zéro, atteignant ainsi
coopération entre la Confédération des industries danoises, l’objectif de notre campagne.
l’Organisation centrale des salariés de l’industrie du Danemark et les La campagne se poursuivra pendant au moins un an mais, au sein de
autorités danoises responsables de l’environnement. la Confédération des industries danoises, nous continuerons d’attirer
l’attention de nos membres sur la prévention des accidents du travail.
Nous prévoyons des activités de suivi sous plusieurs formes: un réseau
de responsables de la sécurité qui se réuniront pour discuter des
Où en est la campagne «Zéro accident»? méthodes et des idées en matière de prévention des accidents du
travail, une formation ciblant les comités d’hygiène et de sécurité et,
Depuis le lancement de la campagne, chaque membre du groupe peut-être, une autre série de portes ouvertes dans différentes
tripartite a consacré beaucoup de temps à s’assurer que les entreprises entreprises danoises.

JEAN-PAUL PEULET
Secrétaire général, Confédération française démocratique du travail (CFDT)

Les partenaires sociaux français concluent


des accords prometteurs
N ouvelle stratégie pour la santé et la sécurité en France
Pourquoi une telle négociation?
Les conditions de travail ont beaucoup changé ces dernières années.
Les principaux partenaires sociaux français ont conclu un accord La mobilité et la précarité se sont par exemple développées. La
collectif capital sur la sécurité et la santé au travail. Les négociations proportion de salariés dans le secteur tertiaire — avoisinant
organisées au niveau national ont été menées par la Confédération aujourd’hui 70 % — s’est aussi considérablement accrue.
française démocratique du travail et d’autres organisations syndicales Les risques professionnels des activités de service ne sont pas les
et patronales importantes. mêmes que ceux rencontrés dans les secteurs plus traditionnels de
l’industrie. De nouveaux risques sont apparus, notamment
L’accord définit une nouvelle stratégie destinée à moderniser le
l’intensification du travail, le stress, les troubles musculo-
dispositif français de prévention des risques et des accidents
squelettiques, le harcèlement, les cancers d’origine professionnelle et
professionnels. Ces thèmes n’avaient pas été abordés depuis 1975.
l’exposition aux produits chimiques tels que l’amiante et les solvants.
L’issue fructueuse des discussions constitue donc un tournant
majeur dans l’histoire de la santé et de la sécurité au travail en Pour aborder les nouveaux risques, il convient de considérer
France. l’organisation du travail en plus des aspects médical et technologique.

Agence européenne pour la sécurité et la santé au travail 17


Prévention des accidents du travail

Ces différentes initiatives auront pour effet de réunir les approches


axées sur la santé au travail (services de médecine du travail), sur la
technologie (ingénieurs des caisses régionales d’assurance maladie —
CRAM) et sur l’organisation (intervenants des associations régionales
pour l’amélioration des conditions de travail — ARACT).
On s’accorde désormais à reconnaître que l’organisation du travail a
une influence sur les conditions de travail. Il est dès lors essentiel que
ceux qui ont de l’expérience dans ce domaine coopèrent — en suivant
une approche pluridisciplinaire — afin d’améliorer encore davantage
la sécurité et la santé au travail et les conditions de travail.

PME
En France, à peine un tiers des travailleurs bénéficient d’un comité
d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT), car
l’institution d’un tel comité n’est obligatoire que pour les entreprises
de plus de cinquante salariés. Le nouvel accord conclu par les
partenaires sociaux prévoit la mise en place de commissions paritaires
locales pour les petites entreprises. Composées de syndicalistes et
d’employeurs, elles seront un lieu de confrontation pour les aspects de
santé et de sécurité au sein des petites entreprises.

Évaluation a priori des risques


L’évaluation a priori des risques est une obligation inscrite dans la
législation européenne depuis 1989. La CFDT déplore que les pouvoirs
publics n’aient pratiquement rien fait pour expliquer ce concept aux
entreprises et qu’un grand nombre de ces dernières négligent par
conséquent de le mettre en œuvre. Cette situation est d’autant moins
tolérable que l’évaluation des risques est un bon moyen de prévenir
les risques — manière de procéder préférable à la remédiation après
que des accidents sont survenus. Le nouvel accord autorise les
entreprises à réaliser l’évaluation des risques en collaboration avec les
représentants des travailleurs et en relation avec les services de
Avec l’aimable autorisation d’Esswein, France. médecine du travail, les CRAM et l’ARACT.
Le nouvel accord renforce également le rôle de la médecine du travail.
Si tous ces sujets ont été relégués au second plan des préoccupations Celle-ci consacrera l’essentiel de ses efforts aux salariés les plus
sociales en raison du chômage qui a sévi durement pendant des exposés, en contrôlant leur état de santé entre les visites médicales.
années, il est temps qu’ils soient de nouveau pris en charge comme il Pour parer à la carence actuelle de personnel médical, des médecins
se doit. Parfaitement consciente de cette nécessité, la CFDT entend d’autres spécialités se verront offrir l’opportunité de devenir médecins
contribuer activement au succès des négociations. du travail à condition de suivre une formation appropriée.
Dans le cadre du système de prévention, l’Institut national de
recherche et de sécurité (INRS) adoptera des modalités de
Objectifs fonctionnement fondé sur un véritable paritarisme dans la gestion de
la santé et de la sécurité.
Dans le cadre de cette négociation, trois grands objectifs ont été La CFDT se réjouit de ce nouvel accord propre à revitaliser la
poursuivis: prévention des risques et des accidents. Il prévoit en effet des
• imprimer une dynamique sociale à la prévention des risques au sein méthodes, des structures et des moyens permettant aux institutions
des entreprises; de prévention, aux partenaires sociaux et aux pouvoirs publics d’agir
ensemble pour améliorer la santé des salariés, quelle que soit la taille
• assurer aux salariés des petites et moyennes entreprises une ou l’activité de leur entreprise.
protection accrue et de meilleures conditions de travail;
• développer l’évaluation a priori des risques et améliorer la
coopération et la synergie entre les institutions de prévention dans
le domaine de la santé et de la sécurité au travail et les partenaires
sociaux.
INFORMATIONS COMPLÉMENTAIRES

Insuffler une dynamique sociale Le texte de l’accord et les commentaires de la CFDT sont disponibles sur le site web
de la CFDT (à l’adresse suivante: http://www.cfdt.fr/dexnego.htm).
Les organisations syndicales ont Un interlocuteur privilégié a également été prévu:
un rôle essentiel à jouer pour jpeulet@cfdt.fr
Les organisations redynamiser la prévention. Les
syndicales ont un rôle négociations par branche
professionnelle doivent être
essentiel à jouer pour axées sur l’établissement de
redynamiser la plans triennaux de prévention et
sur l’amélioration de la
prévention. surveillance sanitaire pour les
salariés exposés à des risques
élevés. Elles doivent également
permettre de remettre en question la fréquence des visites médicales
et de remodeler la médecine professionnelle sur les lieux de travail.
Des observatoires régionaux de la santé au travail doivent être mis en
place afin d’impulser des initiatives locales susceptibles d’améliorer les
conditions de travail. Ces observatoires régionaux apporteront le
soutien pluridisciplinaire nécessaire et prévu dans la directive de 1989.

18
Prévention des accidents du travail

LUIS LOPES
Union générale des travailleurs (União Geral de Trabalhadores — UGT), Portugal, membre du conseil d’administration de l’Agence européenne

Un grand pas en avant


de prévention, d’identifier les domaines prioritaires pour les mesures
L e Portugal signe un accord tripartite sur la prévention des
accidents politiques et législatives ainsi que de répertorier et de diffuser les
bonnes pratiques en matière de prévention des risques. Il évaluera
Au Portugal, les travailleurs ont souvent payé de leur santé, voire de également les coûts économiques et sociaux des accidents et des
leur vie, le taux élevé d’accidents du travail et de maladies maladies liés au travail, ainsi que les bénéfices résultant d’un
professionnelles. Si les accidents du travail et les maladies environnement de travail sain.
professionnelles touchent les travailleurs et leur famille sur les plans
physique, économique et psychologique, les entreprises et le pays Parallèlement, un plan national d’action préventive est en préparation.
dans son ensemble sont également affectés, ne serait-ce que d’un Il permettra de véhiculer une politique globale de prévention des
point de vue économique. risques et contribuera à la réduction du taux d’accidents. Ce plan fait
partie des mesures à moyen terme qui seront appliquées sur trois ans.
Cette situation nécessite une action concertée de tous les secteurs de Ses principales caractéristiques sont:
la société non seulement en termes de motivation, mais également en
termes d’engagement et de participation de tous les partenaires • des réglementations régissant la nomination des représentants du
sociaux. personnel pour les questions de sécurité et de santé au sein des
entreprises;
Les partenaires sociaux ont abouti à un consensus, au moins
théorique, en juillet 1991 lors de la signature de l’accord sur la sécurité • une législation spécifique au secteur de l’agriculture (qui connaît
et la santé au travail (Acordo de Segurança, Higiene e Saúde no également un taux d’accidents élevé);
Trabalho). Il ne s’agit que du deuxième accord signé par l’ensemble • la restructuration des méthodes de compilation des statistiques sur
des partenaires sociaux jusqu’à présent. L’évolution de la situation a les accidents et les maladies professionnels, en vue de contribuer à
fait obstacle à son application intégrale. Cela n’a pas empêché les l’efficacité des politiques mises en œuvre;
partenaires sociaux de poursuivre conjointement l’élaboration de
documents stratégiques. • l’insertion dans les programmes scolaires de modules relatifs à la
sécurité et à la santé au travail, afin que les jeunes puissent
Leur travail a abouti à la signature d’un accord sur les conditions de développer un état d’esprit et des réflexes de prévention avant de
travail, d’hygiène et de sécurité au travail et de prévention des se présenter sur le marché du travail.
accidents (Acordo sobre Condições de Trabalho, Higiene e Segurança
no Trabalho e Combate à Sinistralidade). Celui-ci a été signé en février Dans le souci d’aider les entreprises à s’adapter aux changements
de cette année lors de la conférence sur le dialogue social à Lisbonne, nécessaires, l’accord prévoit l’élaboration de contrats d’adaptation
à l’issue de longs et fructueux débats entre le gouvernement et les pour les services de prévention des entreprises. Ceux-ci permettront
partenaires sociaux. aux entreprises des secteurs qui signent des contrats-cadres de
conclure également des contrats d’adaptation individuels sur une
Les trois principaux objectifs de l’accord sont: période maximale de deux ans. Un calendrier sera établi pour la mise
• réduire le nombre d’accidents du travail et de maladies en conformité des entreprises par rapport à la législation actuelle, et
professionnelles; les détails de l’aide qui sera fournie pour cette adaptation seront
précisés.
• sensibiliser les employeurs et les travailleurs et promouvoir une
culture de prévention des risques professionnels parmi ceux-ci;
• moderniser le monde de l’entreprise en adoptant des mesures
visant à améliorer les conditions de santé et de sécurité au travail.
Cet accord n’est pas une fin en soi; il devrait davantage servir de
INFORMATIONS COMPLÉMENTAIRES
tremplin aux entreprises portugaises désireuses d’améliorer la santé et
la sécurité des lieux de travail à un moment où l’éthique et la UGT
modernité des méthodes de travail constituent un avantage Rua de Buenos Aires, 11
concurrentiel. À cette fin, deux types de mesures ont été prévues: à 1249-067 Lisboa
court et à moyen terme. Internet: http://www.ugt.pt

Les mesures à court terme les plus importantes sont celles qui
s’appliquent aux secteurs connaissant un taux d’accidents
particulièrement élevé. Ces mesures vont de l’élaboration des règles
spécifiques de sécurité au travail (ou de leur amélioration, lorsqu’elles
existent) pour les secteurs de la construction et des travaux publics au
soutien des services et activités de contrôle dans les secteurs les plus
gravement touchés. Le suivi de ces mesures a déjà conduit à
l’organisation de cours de formation pour les nouveaux inspecteurs du
travail.

Autres mesures
Par ailleurs, le Conseil national pour la sécurité et la santé au travail
(organisme où sont représentés des membres du gouvernement et
des associations patronales et syndicales) reprend ses activités, et un
observatoire sur la prévention sera créé sous sa tutelle. Cet
observatoire sera chargé, entre autres, d’assurer le suivi des politiques

Agence européenne pour la sécurité et la santé au travail 19


Prévention des accidents du travail

VEERLE HERMANS ET RIK OP DE BEECK


Centre thématique chargé de la recherche sur la santé et le travail, Prevent, Belgique

Le retour au travail
Réintégration chez un nouvel employeur
L a reprise du travail après un accident
Selon Wevers et Cavé (2), la réintégration chez un nouvel employeur
Les taux d’accidents du travail restent élevés dans les États membres s’accomplit selon le schéma classique: les candidats répondent à des
de l’Union européenne, contraignant souvent les individus à quitter le petites annonces ou ont recours à d’autres moyens passés dans les
marché du travail, parfois durant de longues périodes. Le retour à mœurs, comme les agences pour l’emploi, et leur candidature est
l’emploi s’avère souvent difficile. Que peut-on faire pour faciliter ce évaluée par l’employeur sur la base des critères appliqués à tous les
processus et garantir une bonne réintégration dans le milieu candidats, le dossier médical du candidat à la réintégration pouvant
professionnel? Nous rendons compte dans cet article de notre analyse constituer un facteur défavorable. Pour cette raison, une période d’essai
des principaux ingrédients contribuant au succès. est souvent imposée dans un premier temps. Il est intéressant de noter
que la plupart des demandes concernent des emplois à temps partiel. En
effet, les personnes sont souvent déclarées partiellement invalides et
cherchent donc un emploi à temps partiel, afin de se ménager des
Réintégration périodes de repos et de récupération propices à leur rétablissement.

Le retour à la vie active après un accident peut s’opérer de deux


façons:
• réintégration chez l’ancien employeur (au même poste ou à un
Facteurs influençant l’employabilité
nouveau poste); L’employabilité des personnes qui ont été vicitmes d’un accident du
• réintégration chez un nouvel employeur. travail dépend globalement de trois facteurs:
Dans le cadre d’une étude menée sur plus de 7 000 personnes • les caractéristiques personnelles du salarié: l’âge, le sexe, la
contraintes de s’absenter de leur travail en raison d’un accident du profession, le niveau d’éducation, l’expérience, le type de contrat/le
travail, Nijboer e.a. (1) ont constaté que 30 % seulement des statut de l’emploi, la situation de famille, les responsabilités
personnes concernées ont repris un emploi: 68 % chez leur ancien familiales, l’état de santé;
employeur et 32 % chez un nouvel employeur. • les caractéristiques du lieu de travail: le travail spécifique effectué
lorsque l’accident/la maladie s’est produit, les conditions de travail,
les pratiques de prévention au sein de la société (formation sur le
travail et les risques afférents), la taille de l’entreprise;
• l’accident lui-même: les causes, la gravité et l’impact sur la santé du
travailleur, sa situation professionnelle et financière, dont les frais
d’indemnisation et de réadaptation.

ENCADRÉ 1

P
rincipales étapes
sur la voie d’une bonne réintégration
• Contacts réguliers entre l’individu et l’entreprise au cours de
la période d’absence: à savoir des contacts avec les collègues,
le supérieur hiérarchique et le médecin du travail, en prêtant
une attention particulière aux questions personnelles et
psychologiques.
• Participation d’experts qualifiés: il peut s’agir d’experts
internes ou externes à l’entreprise. Ils doivent jouer un rôle de
responsables en matière d’«invalidité» et servir de passerelle
Avec l’aimable autorisation d’Industrias Serva, S.A., Espagne. entre tout le personnel concerné en interne et l’individu
accidenté.
Réintégration chez l’ancien employeur • Réintégration rapide: pour renforcer la confiance de l’individu
On constate que les individus sont souvent réembauchés au sein de et limiter les risques de dépression.
leur ancienne organisation parce que cette dernière a un sentiment • Soutien social de la famille et des amis: pour accroître la
d’obligation morale, par exemple si ces individus travaillaient dans motivation et le bien-être.
l’entreprise depuis longtemps ou si l’employeur s’est senti responsable
• Soutien de l’entreprise: avec par exemple une formation et
de l’accident en raison de carences en matière de sécurité. Il n’est pas
éventuellement une adaptation du poste pour qu’il
rare qu’un nouveau poste à temps plein soit créé, ce qui entraîne
corresponde mieux à la nouvelle situation de l’individu.
différents changements organisationnels, notamment une nouvelle
répartition des tâches entre collègues. Bien qu’il s’agisse d’un emploi • Réadaptation liée au poste: avec une attention particulière
à plein temps, il s’assortit souvent d’une certaine flexibilité, par pour les exercices de rééducation spécifiques liés au travail
exemple des pauses plus longues ou plus fréquentes, l’absence pendant la réadaptation professionnelle.
d’heures supplémentaires et des exigences revues à la baisse en ce qui
concerne la productivité.

20
Prévention des accidents du travail

Les auteurs d’une étude récente de l’Agence européenne pour la sécurité


et la santé au travail (3) se sont intéressés en particulier à l’impact des Comment faciliter la réintégration au niveau de
accidents du travail sur l’employabilité des individus, à partir de treize l’entreprise?
études de cas menées dans quatre États membres. Dans ces études de
cas, tous les individus ont repris le travail, mais leur réintégration s’est Il existe deux possibilités:
rarement passée sans encombre. Plusieurs problèmes sont venus
retarder, voire empêcher, provisoirement leur réintégration dans un
emploi à temps plein. Pour minimiser ou éviter ces problèmes, l’étude Établir des procédures formelles au sein de l’entreprise
propose plusieurs solutions qui sont résumées dans l’encadré 1. Ces procédures peuvent contribuer à une réintégration plus aisée, plus
rapide et réussie. Il importe de trouver un compromis entre la nécessité
d’établir des procédures administratives formelles et les conditions de
Un impératif: rester en contact vie personnelles et souvent très particulières de la personne
accidentée. Tous les acteurs clés doivent être associés à la
réintégration, du personnel de médecine du travail à la compagnie
Un des principaux facteurs contribuant à la réussite du retour à
d’assurances, avec des responsabilités claires. Un «responsable
l’emploi et de la réintégration est de rester en contact avec la
invalidité» doit être désigné pour coordonner les différentes
personne accidentée durant toute son absence. Plusieurs études
composantes de l’équation.
documentaires [Nijboer e.a. (1), Wevers et Cavé (2) et ACT (4)] ainsi
que la récente étude de l’Agence européenne (3) sont venues
confirmer cette constatation. Prévoir des services de soutien au sein de l’entreprise
L’importance du soutien social, tant au niveau professionnel qu’au Si le salarié ne peut reprendre le poste de travail qu’il occupait
niveau du personnel, est illustrée par l’étude de cas de l’encadré 2. Il antérieurement, il convient de prévoir une formation à de nouvelles
convient toutefois de garder à l’esprit que les relations entre la tâches, complétée par des exercices physiques spécifiques à la tâche
personne accidentée et son employeur ne sont pas toujours faciles, qui lui permettront d’améliorer la fonctionnalité des parties de son
car chacun peut à l’occasion tenir l’autre pour responsable de corps touchées par le handicap lorsque leur maîtrise est nécessaire
l’accident. Les reproches de ce type sont susceptibles de freiner, voire pour l’accomplissement des tâches professionnelles. Le cas échéant,
d’empêcher, la réintégration et doivent être traités avec tact. l’environnement de travail doit être aménagé pour répondre au mieux
à sa nouvelle situation. Tous ces changements doivent être décidés en
consultation avec l’individu pour s’assurer que l’entreprise exploite
ENCADRÉ 2 l’expérience du salarié et parvient à la solution la plus bénéfique pour
tous.
L’importance du soutien social —
Exemple
À la suite d’un grave accident, un conducteur de grue a subi de RÉFÉRENCES
graves blessures aux jambes et au dos, l’obligeant à se déplacer
en fauteuil roulant. La compagnie d’assurances souhaitait lui 1) Nijboer, I. D., Gründemann, R. W. M., et Andries, F., Werkhervatting na
verser une allocation d’invalidité totale (100 %), mais arbeidsongeschiktheid, Ministerie van Sociale Zaken en Werkgelegenheid, 1993,
l’employeur lui a cherché un nouveau rôle dans l’entreprise et 180 p.
lui a assuré un soutien social et technique. Le salarié occupe
désormais un poste de planification logistique à plein temps au 2) Wevers, T. J., et Cavé, M., Werkgevers over herintredene WAO’ers en hun
sein de l’entreprise. Par ailleurs, l’entreprise a tiré les leçons de ziekteverzuim, Ministerie van Sociale Zaken en Werkgelegenheid, 1993, 89 p.
l’accident et porte maintenant une attention accrue à la
3) Agence européenne pour la sécurité et la santé au travail, Atelier sur la sécurité
sécurité.
et la santé au travail et l’employabilité, Bilbao, 29/30 juin 2000.
Critères de réussite
4) Arbeids consulting team (ACT) Desiron, De raadgevend geneesheer, regisseur
• L’entreprise assure un soutien social et technique important van het reintegratieproces?, actes d’une journée d’étude, 2000 (disponible à: ACT
et travaille en consultation avec l’individu pour aboutir à la Desiron, Vredestraat 51, B-3500 Hasselt).
meilleure solution.
Impact de l’accident sur l’employabilité
• Malgré sa paralysie et une invalidité de 50 %, le salarié a
repris le travail après deux ans d’absence, au départ à l’essai
et désormais à plein temps. INFORMATIONS COMPLÉMENTAIRES

Obstacles E-mail: v.hermans@prevent.be


r.opdebeeck@prevent.be
• L’employeur et le salarié accidenté ont eu du mal à convaincre
la compagnie d’assurances que l’allocation d’invalidité totale
n’était pas nécessaire.
• Les problèmes affectifs de l’individu confronté à un handicap
à vie.

Agence européenne pour la sécurité et la santé au travail 21


Prévention des accidents du travail

SEMAINE EUROPÉENNE 2001

La route de la réussite
L ’Agence et la DG Énergie et Transports unissent leurs forces
pour réduire les accidents des transports
• de prévoir des horaires suffisamment flexibles pour permettre aux
conducteurs de respecter les limitations de vitesse et leur éviter de
rouler aux heures de pointe;
En dépit des publicités élogieuses concernant les caractéristiques de
sécurité des derniers véhicules sortis des chaînes de production, la • de tenir compte des conditions climatiques et des autres
conduite reste une activité dangereuse, surtout pour les entreprises circonstances défavorables;
tributaires de leur parc de véhicules. • de privilégier le choix d’itinéraires offrant plus de sécurité, comme
les autoroutes;
Au sein de l’Union européenne, on enregistre chaque année des
• d’employer si possible du personnel qualifié autre que les
milliers d’accidents mortels liés à l’utilisation de véhicules de transport
chauffeurs pour procéder au chargement et déchargement, car ces
dans le cadre d’activités professionnelles. Certaines victimes perdent la
opérations sont une source de fatigue;
vie sur la route, d’autres dans les locaux de l’entreprise, par exemple
lorsque les camions font marche arrière ou que des objets tombent • d’intégrer les éventuels chartes ou codes locaux de sécurité routière
des chariots élévateurs — pour ne parler «que» des cas de décès, car dans le programme de sécurité de l’entreprise;
des milliers d’autres personnes sont blessées. • de transformer votre stratégie de sécurité routière en avantage
commercial: assurez-en la promotion auprès de vos clients.
Comme l’indique une fiche d’information de l’Agence européenne
(élaborée en collaboration avec la direction générale de l’énergie et Pour les conducteurs, les «bonnes pratiques» sont bien connues, mais
des transports), ces risques — et les coûts économiques et humains pas toujours appliquées. Ils doivent garder à l’esprit la nécessité de
qu’ils engendrent — pourraient être réduits de façon significative faire des pauses et d’éviter l’alcool ou de répartir la charge de manière
grâce à une approche plus systématique de la sécurité des véhicules. équilibrée dans le véhicule. Le personnel doit être informé de toutes
La fiche d’information «Prévenir les accidents de la route impliquant ses obligations par des instructions écrites. La fiche d’information
des poids lourds» souligne que la première mesure consiste à mettre fournit une liste très utile à cet égard.
en œuvre un plan de prévention des accidents. En particulier, chaque La réduction des risques d’accidents sur les routes publiques ne résout
entreprise devrait nommer en son sein un responsable de la sécurité toutefois qu’une partie du problème. La vigilance est également de
doté de responsabilités spécifiques en matière de moyens de rigueur pour les déplacements de véhicules autour des installations de
transport. Il serait notamment chargé de l’évaluation des risques, de l’entreprise, sujet abordé dans une autre fiche d’information de
la formation du personnel (notamment les conducteurs) et de l’Agence, intitulée «Prévention des accidents impliquant des véhicules
s’assurer du bon entretien de tous les véhicules et équipements. de transport sur le lieu de travail».
Idéalement, le plan devrait être rédigé en consultation avec le Un élément essentiel à cet égard est la bonne conception du système
personnel et les autorités locales. Les conducteurs pourraient par de circulation. Par exemple, dans la mesure du possible, le trafic des
exemple mettre à profit leur connaissance approfondie du terrain pour véhicules doit être isolé du trafic piétonnier. À défaut, il convient de
signaler les points noirs et tout autre problème de circulation routière, veiller à mettre en place des passages piétonniers adaptés avec une
par exemple une signalisation médiocre; il ne resterait aux pouvoirs bonne signalisation. Il convient également d’envisager la mise en
publics qu’à prendre les mesures d’amélioration nécessaires pour place d’un système de circulation à sens unique en vue de réduire les
minimiser les risques d’accidents. risques de collisions. Les courbes prononcées et autres aménagements
Dans le cadre global du plan, des objectifs clairs doivent être définis des voies de circulation susceptibles de réduire la visibilité des
pour l’employeur et les conducteurs. conducteurs et des piétons doivent être proscrits. L’installation de
miroirs au niveau des virages peut aider à surmonter ce problème.
En tant qu’employeur, il vous incombe:
Ces mesures devraient être complétées par des panneaux de limitation
• d’établir par écrit une politique de sécurité et des instructions pour de vitesse bien visibles, ainsi que par des ralentisseurs et d’autres
les conducteurs, sur des thèmes tels que l’utilisation du téléphone techniques permettant de ralentir le trafic. Les abords des quais de
portable au volant, le port des ceintures de sécurité et la chargement doivent être dotés d’une signalisation claire et, si possible,
consommation d’alcool; équipés d’une barrière de protection.
• de vérifier les antécédents des chauffeurs employés en ce qui
concerne la conduite; Il importe d’apporter une attention particulière aux chariots élévateurs à
fourche qui sont à l’origine de nombreux accidents. Les suggestions en
• de mettre à disposition des véhicules sûrs et bien entretenus;
vue de réduire les risques liés à ces véhicules sont énumérées ci-dessous:
• Les chariots élévateurs doivent être parfaitement visibles par les
personnes se trouvant à proximité, par exemple au moyen de feux
clignotants, de feux de recul ou d’autres dispositifs de signalisation.
De même, ces personnes doivent être visibles par le conducteur;
elles doivent par exemple porter des vêtements à haute visibilité.
Elles doivent toujours informer le conducteur de leur présence et
éviter de marcher derrière le véhicule.
• L’utilisation d’avertisseurs sonores ou autres dispositifs sonores doit
être envisagée sur les chariots élévateurs, notamment sur les lieux
de travail bruyants et à activité intense. Un avertissement doit être
émis avant la traversée d’une porte, à l’entrée d’un virage sans
visibilité ou avant de commencer une manœuvre en marche arrière.
• Les conducteurs doivent toujours vérifier que la voie est libre avant de
procéder à une marche arrière. Nul besoin de préciser qu’ils doivent
également être parfaitement formés et avisés des risques éventuels.
• L’espace et l’éclairage doivent être suffisants pour le chargement, le
déchargement et les manœuvres des chariots élévateurs.
Vous pouvez obtenir un exemplaire de cette fiche ainsi que d’autres
fiches d’information sur la prévention des accidents sur le site web de la
Semaine européenne (à l’adresse suivante:
© Yves Cousson-INRS, France. http://www.osha.eu.int/ew2001).

22
Prévention des accidents du travail

KLAUS SELGE
Caisse d’assurance mutuelle de l’industrie allemande de la viande

UWE KAULBARS ET HEINZ SCHENK


Institut d’étude sur la sécurité au travail (BIA)

Glissades,
faux pas et chutes
dans les PME
Comment faire la différence?

A nalyse des risques dans l’industrie de la viande en


Allemagne
Les accidents du travail impliquant des glissades, des faux pas et des
chutes sont très fréquents et engendrent des coûts élevés, tant pour
les employeurs que pour les salariés. Dans certains types de PME, telles
que celles de l’industrie de la viande, les montants versés pour
indemniser des victimes de ces accidents spécifiques sont plus élevés
que pour tout autre type d’accident.
Pour concevoir des mesures de prévention appropriées et efficaces,
nous devons connaître les causes de ces accidents. Nous devons
également analyser les risques par rapport aux différentes zones de
travail et aux tâches concernées.

Analyse
La caisse d’assurance mutuelle de l’industrie de la viande et l’institut
pour la sécurité au travail (Berufsgenossenschaftliches Institut für
Arbeitssicherheit — BIA) ont collaboré pour mener une étude
approfondie sur 95 accidents du type glissades, faux pas et chutes. Sur
Pour trouver les moyens de prévenir les la base de critères normalisés (1), le projet a permis de rassembler les
accidents, il faut d’abord en connaître témoignages des victimes d’accidents, en précisant:
les causes. Mais la réussite des • le type de chaussures portées;
programmes de prévention dépend
aussi de la participation de toutes les • le coefficient de frottement du sol où un accident s’est produit;
parties prenantes, y compris les salariés. • le bâtiment (par exemple la taille de l’escalier ou de la chambre
Les «études de cas» suivantes montrent frigorifique et le type d’éclairage).
comment le panachage d’analyse, de
suivi et de recherche — et une touche de
créativité — peut faire toute la
différence pour améliorer la sécurité sur
les lieux de travail.
La première décrit une étude
approfondie menée en Allemagne sur
les causes des glissades, faux-pas et
chutes dans l’industrie de la viande. Le
projet a recueilli les témoignages des
victimes d’accidents elles-mêmes.
Les sept autres études de cas concernent
des programmes de prévention contre
les accidents de différents pays
européens. Elles sont extraites du
dernier rapport de l’Agence intitulé How
to reduce workplace accidents
(«Comment réduire le nombre
d’accidents du travail?»). Des La figure 1 présente le GMG100, un dispositif permettant de mesurer
informations détaillées sur le rapport les propriétés antidérapantes, qui a été utilisé pour déterminer le
sont présentées à la fin des études. coefficient de frottement du sol (2).

Agence européenne pour la sécurité et la santé au travail 23


Prévention des accidents du travail

Temps passé relatif Fréquence d’accidents relative

Commerciaux

Proportion
Zones Chambre Aires Département
de passage de réfrigération de production ventes
La figure 2 montre une botte portée au cours de l’un des accidents,
dont les propriétés antidérapantes ont été testées.
Une nouvelle méthode a ensuite été mise en œuvre pour analyser la
relation entre le temps qu’un salarié passe à travailler dans une Propositions d’amélioration
zone — c’est-à-dire le degré d’exposition à différents revêtements de
sol — et la fréquence des accidents. Ces résultats ont permis d’évaluer L’étude suggère les mesures préventives suivantes:
les risques relatifs des différentes zones de travail pour le personnel
• concevoir les nouvelles installations en veillant à éviter escaliers et
des ventes et de la production, qui portait des types de chaussures très
paliers;
différents.
• garantir que les escaliers sont conformes aux normes et
La séquence des mou-
convenablement éclairés;
vements du personnel a
été automatiquement • vérifier que les revêtements du sol ont été posés correctement, en
enregistrée sur une pé- utilisant un dispositif pour mesurer les propriétés antidérapantes,
riode d’une semaine notamment au cours des travaux de construction et de rénovation;
dans cinq petites et • réduire la fréquence des mouvements du personnel entre les zones
moyennes entreprises. de travail présentant des revêtements différents, et notamment
L’équipement nécessai- entre les zones humides et les zones sèches. Cela peut être réalisé
re pour mesurer, enre- en réorganisant le travail ou en rénovant une zone particulière.
gistrer et analyser ces Dans la mesure du possible, éviter que le personnel doive quitter sa
résultats était basé sur zone de travail habituelle;
un dispositif de suivi du
personnel en cas d’ur- • les chaussures doivent convenir au type et à l’état du revêtement du
gence (voir figure 3), sol; une liste des chaussures recommandées est d’ailleurs disponible
qui envoie un signal ra- (e-mail: bia@hvbg.de). Dissuader le personnel de courir en montant
dio à une station cen- et en descendant les escaliers. Sensibiliser les salariés aux risques en
trale d’enregistrement assurant des formations et des campagnes de sécurité sur le lieu de
en donnant la position travail.
de chaque membre du
personnel.
RÉFÉRENCES

1) Schenk, H., Kaulbars, U., et Meierdiercks, R. C., Stolper-, Rutsch- und

Résultats Sturzunfälle in Klein- und Mittelbetrieben der Fleischwirtschaft —


Präventionsmaßnahmen, Messverfahren, Ursachenanalyse, BIA-Report 2/2000,
Hauptverband der gewerblichen Berufsgenossenschaften (HVBG), Sankt Augustin,
L’analyse des accidents a 2000.
montré que plus de
53 % des escaliers 2) Götte, T., et Heisig, A., «Prüfung der Rutschhemmung von Bodenbelägen vor
présentaient des défauts Ort. Das Gleitmessgerät GMG100», Die BG, n° 11, Erich Schmidt Verlag, Bielefeld,
de différents types et 1999.
que 80 % étaient mal
3) Schenk, H., et Selge, K., «Prävention von Stolper-, Rutsch- und Sturzunfällen in
éclairés.
Betrieben der Fleischwirtschaft», Die BG, n° 6, Erich Schmidt Verlag, Bielefeld,
L’étude sur le coefficient de frottement des surfaces du sol a mis en 1999.
évidence des valeurs particulièrement peu élevées dans les chambres
frigorifiques. Le degré de résistance au glissement était compris entre
«dangereux» et «très dangereux». De même, une étude sur les
chaussures portées au moment des accidents a montré qu’elles
étaient souvent utilisées bien au-delà de leur durée de vie INFORMATIONS COMPLÉMENTAIRES
recommandée (3).
Klaus Selge, Fleischerei-Berufsgenossenschaft (institut d’assurance obligatoire pour
Il est ressorti de la comparaison entre le temps passé par un salarié à les accidents et de prévention pour l’industrie de la viande)
travailler dans une zone et les statistiques d’accidents que le personnel
des ventes avait davantage d’accidents dans la chambre frigorifique et E-mail: info@fleischerei-bg.de
dans les zones de production (voir figure 4). La comparaison entre le
temps passé et le taux d’accident pour le personnel de production a Uwe Kaulbars et Heinz Schenk, Berufsgenossenschaftliches Institut für
mis en évidence un risque relatif plus élevé dans les couloirs et dans Arbeitssicherheit (BIA) (institut d’étude sur la sécurité au travail des BG)
les zones de vente. Ces constatations permettent de conclure que le
E-mail: bia@hvbg.de
risque d’accident augmente lorsque le salarié quitte sa zone de travail
habituelle.

24
Prévention des accidents du travail

COMMENT RÉDUIRE LES ACCIDENTS DU TRAVAIL ?


Synthèse d’un rapport de l’Agence

Les mesures simples sont la clé


de la réussite en matière de prévention
des accidents
Le nombre de décès et de blessures au travail pourrait être réduit
considérablement si les organisations contrôlaient systématiquement
les accidents en associant les principales parties intéressées, dont les
salariés, à l’élaboration des programmes de prévention.
Ce sont les deux conclusions d’une grande étude concernant vingt-
deux initiatives réussies de prévention des accidents au sein de l’UE,
publiée par l’Agence européenne pour la sécurité et la santé au travail.
How to reduce workplace accidents («Comment réduire le nombre
d’accidents du travail?») révèle qu’il est possible de réduire le nombre
d’accidents grâce par exemple à:
• des systèmes «maison» de signalisation des points dangereux, sur
la base d’analyses statistiques;
• des programmes de prévention associant tous les partenaires
sociaux, des salariés aux autorités locales; Avec l’aimable autorisation de la Région Toscane, Italie.

• des mesures d’incitation au niveau individuel et à celui de


l’entreprise pour réduire à néant le nombre d’accidents. accidents, notamment en ce qui concerne les règles d’accès pour les
Figurent ci-après sept des vingt-deux projets retracés dans l’étude. Les ambulances et la lutte contre l’incendie. Au cours du projet de
détails du rapport figurent à la fin des études de cas. construction, des inspections ont été menées régulièrement pour
garantir l’application de ces règles.

La réduction des décès en bonne voie Des accords spécifiques entre l’autorité locale chargée de la
La prochaine fois que vous prendrez le train, pensez à cette statistique santé et les entreprises concernées
funeste: en Italie, la construction de chaque kilomètre de tunnel a Toutes les entreprises travaillant sur la liaison ont signé une convention
coûté la vie à un ouvrier. Ce chiffre est probablement proche de la spéciale avec l’autorité locale de Florence en matière de santé.
réalité dans la plupart des pays d’Europe. Le nombre de décès et de Conformément à cette convention, l’autorité a fourni une aide
blessures pourrait pourtant être réduit de manière considérable grâce d’urgence 24 heures sur 24, y compris du personnel, les entreprises
à une nouvelle approche de la sécurité et de la santé dans les grands assurant la prise en charge des frais. Le service d’aide médicale
projets d’infrastructure tels que celui-ci. d’urgence fourni allait de la mise à disposition d’un médecin 24 heures
L’application de cette approche à la construction de la liaison sur 24 à des lignes téléphoniques d’urgence dédiées et à des héliports
ferroviaire à grande vitesse entre Florence et Bologne a permis de permettant une évacuation rapide dans les cas les plus graves. Des
ramener à deux le nombre de décès après la construction de plus de infirmières étaient également présentes dans quatre camps de base,
50 kilomètres de tunnel. assurant la gestion des accidents et des services de soins généraux.
Chacun de ces intervenants avait bénéficié d’une formation adaptée.
Ces progrès ont pu être obtenus grâce à une approche plus unifiée de
la sécurité et de la santé, associant partenaires publics et privés, étayée
par des conventions collectives et un système de suivi des accidents et La création d’un observatoire sur la sécurité et la santé au
de la santé des travailleurs en temps réel, 24 heures sur 24. travail
Ce bilan est particulièrement impressionnant compte tenu de l’ampleur Une unité de chantier a été mise en place pour fournir des données en
et de la complexité du projet de construction. Au cours de la construction temps réel sur les taux d’accidents, la santé des travailleurs et
de la liaison ferroviaire de 78 kilomètres dans les années 90, l’avancement du forage des tunnels, y compris le nombre de salariés
3 000 salariés travaillaient sur 40 chantiers en même temps, en réalisant travaillant sur chaque tunnel à tout moment et le nombre d’heures
souvent des tâches à haut risque, notamment le forage de tunnels, une qu’ils y passaient. Ces informations, notamment en ce qui concerne
des principales sources d’accidents dans ces types de projets. les blessures, ont permis à l’autorité locale chargée de la santé et à
toutes les entreprises travaillant sur la liaison ferroviaire d’actualiser et,
le cas échéant, de modifier leurs priorités en matière de sécurité et de
La réussite du programme de sécurité et de santé au santé au travail afin d’éliminer les problèmes. Toutes les entreprises
travail a été rendue possible par les trois principaux ont soutenu l’observatoire et ont coopéré sans réserve avec ce dernier,
éléments suivants: ce qui a été un élément clé de son succès.

Un audit sur la sécurité et la santé de tous les plans avant le Une entreprise britannique bien aiguillée
début de la construction
Au cours de la première étape de l’audit, des normes minimales ont Trouver des solutions pour les entreprises qui ont un fort taux
été établies pour la construction des bâtiments industriels et des d’accidents revient souvent, comme le dit le proverbe, à «trouver une
«camps de base» des travailleurs, et ce pour des aspects tels que aiguille dans une meule de foin». Pourtant, la réponse réside parfois
l’aération, les microclimats, l’éclairage et la hauteur des pièces. De dans un simple ajustement pratique, comme une entreprise
même, des normes ont été établies pour les 92 tunnels à construire, britannique de la confection en a fait l’expérience dans le cadre d’une
en plaçant l’accent en particulier sur les plans de réaction aux action visant à réduire le nombre des membres de son personnel
blessés aux doigts par des aiguilles de machines à coudre.

Agence européenne pour la sécurité et la santé au travail 25


Prévention des accidents du travail

Cette initiative a permis de tirer deux grands enseignements.


Premièrement, la participation d’un large éventail de parties
prenantes, notamment les personnes directement affectées par les
accidents, lors de la conception de la solution, est essentielle.
Deuxièmement, la solution n’implique pas toujours un changement
de comportement de la part du personnel; la réponse réside parfois
dans un ajustement technique relativement simple.

Baisse du nombre d’accidents du travail dans le


secteur agricole
Au Danemark, le secteur agricole détient le triste record du nombre
d’accidents du travail le plus grand, avec un taux presque trois fois plus
élevé que la moyenne nationale. Ce chiffre alarmant pourrait être
considérablement réduit si une nouvelle initiative expérimentée dans
une région était étendue au reste du pays. Elle a en effet permis en six
mois à peine une réduction de près de la moitié du nombre
d’accidents dans les exploitations agricoles.
Le programme pilote déployé au sein de plus de 660 exploitations
comprenait cinq étapes clés:
• Dans un premier temps, tous les travailleurs agricoles victimes l’année
précédente d’un accident ayant entraîné une hospitalisation ont
Avec l’aimable autorisation de témoigné de leurs blessures au cours d’un entretien.
William Baird, UK.
• Ensuite, un expert en sécurité agricole a consacré une demi-journée
à l’exploration de chaque exploitation avec l’agriculteur afin de
En 1995, on recensait environ 500 incidents de ce type au sein de la vérifier les conditions de sécurité dans lesquelles se déroulaient les
société W illiam Baird, ce qui représentait un montant de 66 tâches principales, de la traite et de l’alimentation des animaux
200 000 euros en demandes d’indemnisation. en passant par la manipulation des pesticides. Les performances
ainsi que la qualité du matériel utilisé étaient notées sur une grille
Le problème était que, malgré la protection placée autour des aiguilles d’évaluation standard. Sur place, l’ingénieur faisait part à
des machines, les opérateurs pouvaient glisser leurs doigts sous l’agriculteur de ses commentaires et conseils sur les problèmes et les
l’aiguille en manipulant le tissu, et se blesser cruellement aux doigts. risques. Au terme de l’inspection, un rapport contenant des
Dans l’industrie britannique de la confection, forte de recommandations sur les mesures de sécurité à court et à long
60 000 travailleurs, ces accidents représentent 25 % des blessures terme a été remis à chaque agriculteur.
nécessitant des soins de première urgence.
• Quelques semaines plus tard, l’agriculteur et l’un de ses employés
En vue de résoudre ces problèmes, la société s’est associée à l’un des âgé de plus de 18 ans ont suivi une formation d’une journée
principaux syndicats de cette branche pour développer une nouvelle consacrée à la sécurité, encadrée par des médecins et des
protection qui non seulement réduirait l’incidence des blessures psychologues. Cette formation prévoyait entre autres des groupes
causées par les aiguilles, mais aussi permettrait aux utilisateurs des de discussion sur les risques relevés sur les exploitations et
machines de maintenir leur niveau de productivité. concernant la perception de ces risques par les travailleurs, ainsi que
Une petite équipe formée de deux délégués syndicaux, d’un ingénieur des démonstrations d’équipements de protection. Un travailleur
et d’un superviseur a été mise en place pour étudier les différentes d’une autre exploitation amputé d’un bras à la suite d’un accident
possibilités, afin de garantir la prise en compte des points de vue de du travail est venu raconter son expérience et les conséquences de
toutes les parties intéressées. À partir d’une étude minutieuse sur les l’accident sur sa vie. L’objectif principal était d’améliorer la prise de
modalités d’utilisation des machines menée dans l’usine présentant la conscience des risques et de l’importance de la sécurité; l’une des
plus forte incidence de blessures causées par des aiguilles, l’équipe a tâches essentielles des psychologues consistait à utiliser la pression
développé et testé différents prototypes de protection, réalisés en du groupe pour encourager la prise de conscience de ces questions
Perspex afin que les utilisateurs puissent voir l’aiguille. et le changement de comportement.
Quelques problèmes sont apparus au départ lors des essais. Certains • Au cours des six mois suivants, chaque exploitation a été invitée à
machinistes trouvaient par exemple que l’éblouissement dû à la faire état de tous les accidents ayant entraîné une hospitalisation.
surface en Perspex de la protection les gênait pour voir l’aiguille et • Au terme de ces six mois, une seconde inspection a été réalisée avec
l’orienter précisément. Pour résoudre ce problème, l’éclairage a été les mêmes méthodes que pour la première inspection.
modifié et un petit «V» a été découpé dans la protection, afin que les
opérateurs puissent voir l’aiguille, toujours sans se blesser.
Finalement, un prototype acceptable a été développé, mais une autre
difficulté s’est présentée. L’entreprise utilisait différents types de
machines à coudre dans ses usines, et la nouvelle protection ne s’adaptait
pas sur toutes ces machines. Les responsables ont alors fait appel à une
société d’ingénierie externe pour développer un modèle universel. Cet
objectif a été atteint, ce qui confirme la nécessité d’associer tout un
éventail d’intervenants pour parvenir à une solution efficace.
Entre-temps, le syndicat a lancé une campagne intitulée «Stitchy
Finger» («Halte aux piqûres»), mettant en évidence les dangers des
blessures avec des aiguilles et incitant les représentants de la sécurité
dans l’industrie britannique de la confection à adopter la nouvelle
protection. Cette initiative était accompagnée d’un film présentant les
avantages de cette innovation.
Bien que cette nouvelle protection ait dû être modifiée ultérieurement
pour obtenir la certification pour une nouvelle machine à coudre
standard et recevoir l’agrément du Health and Safety Executive du
Royaume-Uni, son impact a été très important. Jusqu’en 2000, personne
dans les usines William Baird n’a été blessé en travaillant sur les machines.
Par ailleurs, le concept a depuis été adopté par l’industrie comme
solution standard, avec des variantes de conception selon les entreprises. Avec l’aimable autorisation d’Eurostat.

26
Prévention des accidents du travail

Certains agriculteurs ont renoncé à participer à l’étude en raison d’une


surcharge de travail ou parce qu’ils ne s’estimaient pas concernés, Poster publicly displayed during the campaign:
mais d’une manière générale, ceux qui y ont participé jusqu’au bout
l’ont très bien accueillie: 60 % des participants ont approuvé cette ‘The causes of most accidents are totally banal’
initiative.
Plus important encore, cette étude a conduit à une diminution
significative de la fréquence des accidents qui est passée de 32,6
pour 100 000 heures de travail à 18,2 — soit près de la moitié par
rapport au chiffre de départ. Les progrès les plus notables en
matière de sécurité se sont traduits par une amélioration des
équipements de protection individuelle, par la systématisation des
entretiens et des réparations et par l’adoption de mesures de
précaution, par exemple pour la mise en marche et l’arrêt des
machines dans les champs. En revanche, aucune amélioration n’a
été notée en ce qui concerne les tâches impliquant le maniement
des animaux.
Les chercheurs doivent encore déterminer si cette chute nette du
nombre d’accidents sur les exploitations qui ont participé à l’étude est
susceptible de se prolonger ou n’est que passagère. Il est possible que
d’autres formations sur la sécurité s’avèrent nécessaires.
Est-il possible de transposer les leçons tirées de cette étude à d’autres Avec l’aimable autorisation d’AUVA-HUB, Autriche.
pays? Bien qu’ils répondent généralement par l’affirmative, les
chercheurs font observer que les exploitations étudiées étaient de
petites entreprises familiales spécialisées dans l’élevage porcin, la
culture et l’élevage laitier. Une approche différente pourrait s’avérer
Au terme de la campagne, le nombre de chutes a baissé de 9,3 %,
nécessaire pour les grandes exploitations assumant d’autres types de
alors que le nombre de journées de travail perdues en raison de ces
productions.
accidents a baissé de 4,4 %, mais l’AUVA considère que ces chiffres
sont sous-estimés. Aspect tout aussi important du point de vue de
l’AUVA, le coût des pensions d’invalidité a été réduit de 5,7 %, soit
une économie de près de 11 millions d’euros pour les membres de
Un pas dans la bonne direction l’AUVA. Par rapport aux 1,8 million d’euros investis dans la campagne,
le rapport coût/bénéfice est de 1/6.
En Autriche, grâce à une campagne de sensibilisation, le nombre
d’accidents du travail occasionnés par des chutes a baissé de 10 %, ce Si l’on rajoute les économies réalisées par les entreprises elles-mêmes
qui représente une économie de 6 euros pour chaque euro investi à et d’autres parties intéressées, la réduction totale des coûts s’élève au
l’échelle nationale. chiffre stupéfiant de 23,5 millions d’euros, soit un rapport
coût/bénéfice de 1/13, ce qui constitue pour toute entreprise un
Les chutes sont la forme la plus commune d’accident du travail et retour sur investissement non négligeable.
représentent 27 % des accidents en Autriche et 41 % des pensions
Le seul point légèrement négatif de l’initiative a été que le nombre
d’invalidité, soit un coût de près de 55 millions d’euros. Ce type
d’accidents est remonté dès la fin de la campagne, d’où la nécessité
d’accident du travail a également un impact non négligeable sur les
de mettre en place des dispositifs pour maintenir la sensibilisation. La
résultats financiers des entreprises en termes d’indemnités de
campagne de promotion a toutefois démontré concrètement que la
maladie, de formation de reclassement, de perte de productivité et
sécurité est aussi importante du point de vue économique.
autres coûts.
Dans un souci de réduction des coûts, l’organisme autrichien
d’assurance contre les accidents (AUVA) a lancé une vaste campagne
visant à réduire le nombre de chutes de 10 %. Mieux cibler pour obtenir de meilleurs résultats
L’idée maîtresse de la campagne «La sécurité à chaque pas» était de Des inspections SST ciblées pour les entreprises qui enregistrent des
promouvoir une stratégie de gestion des risques grâce à la publicité, taux d’accidents supérieurs à la moyenne peuvent avoir un impact
aux relations publiques, à des mallettes pédagogiques de bien plus important qu’une approche classique généralisée, visant à
sensibilisation et à des formations, destinées à la fois aux employeurs encourager toutes les entreprises à améliorer leurs normes relatives à
et à leur personnel. la santé et à la sécurité au travail.
L’une des principales difficultés était de convaincre les personnes C’est l’une des principales
concernées des dangers des chutes — le risque le plus sous-estimé conclusions d’une étude portant sur
dans le cadre professionnel en Autriche. Pour pallier cette difficulté, la un nouveau programme innovateur
campagne a été centrée autour des risques et des conséquences des déployé en Aragon (Espagne) et
chutes, le tout illustré par des analyses détaillées. actuellement étendu à d’autres
régions du pays.
La forte dispersion de la main-d’œuvre dans l’industrie autrichienne a
constitué un autre obstacle, car il a été difficile d’atteindre un grand Jusqu’à récemment, l’Aragon ne collectait que des statistiques
nombre de personnes sans occasionner une augmentation «globales» sur les accidents du travail. Cependant, après un examen
considérable des coûts. Le pays compte en effet 220 000 entreprises plus approfondi de ces chiffres et une analyse par secteur
de moins de 51 salariés, mais qui représentent au total 1,2 million de économique, il s’est avéré qu’à peine 1,7 % des entreprises étaient
travailleurs. responsables de 32 % des accidents ayant conduit à un arrêt de travail
en 1999, soit près de 7 000 entreprises employant plus de
La solution de l’AUVA a été de lancer une campagne publicitaire 32 000 salariés ou 10 % de la population active aragonaise. Plus de
publique, recourant à des images tape-à-l’œil — dont des peaux de 200 accidents ont été déclarés en 1999 pour l’ensemble de ces
banane — pour attirer l’attention sur les risques. La campagne était entreprises qui, à l’échelle individuelle, dépassaient de 50 % ou
assortie de possibilités de réaction permettant aux entreprises de davantage les moyennes enregistrées dans leur secteur économique
demander des mallettes d’information et de formation contenant respectif.
des diapositives, des prospectus et des fiches. Les spécialistes de la
Les années 2000 et 2001 ont connu des taux à peu près identiques,
prévention des accidents disposaient ainsi de tout le nécessaire
légèrement plus élevés. Globalement, 3 % des entreprises ont été
pour dispenser aux salariés des formations sur les risques de chutes.
responsables de 40 % des accidents entre 1999 et 2001.
La formation invitait en particulier le personnel à proposer des
procédures appropriées à leur entreprise. La formation insistait Pour lutter contre cette forte concentration d’accidents sur une si
également sur l’importance de porter des chaussures faible proportion d’entreprises, la région aragonaise a lancé le
antidérapantes. «Programa Aragón», mis en œuvre par son ministère de l’économie,

Agence européenne pour la sécurité et la santé au travail 27


Prévention des accidents du travail

des affaires sociales et de l’emploi. L’objectif de ce programme est de La mise en œuvre du programme Tuttava est axée sur
faire chuter de façon significative les taux d’accidents en ciblant les sept étapes principales.
entreprises les plus critiques par activité économique pour les
soumettre à des inspections SST et leur donner des conseils en la
matière. Créez une équipe spécialisée dans la mise en œuvre du
Le programme, lancé en 1999, visait au départ les entreprises ayant programme
enregistré au moins 4 accidents par an et/ou dépassant la moyenne de
50 % ou plus dans leur secteur d’activité. Chaque entreprise a été Créez une équipe de trois à cinq personnes responsable de la
informée de la gravité de la situation, notamment dans le cadre de la coordination et de la mise en œuvre du programme. Son rôle consiste
nouvelle législation à appliquer, et a reçu la visite d’inspecteurs de avant tout à réunir les informations essentielles relatives aux objectifs
santé et de sécurité qui ont relevé les lacunes concernant la gestion et aux processus du programme qui seront distribuées à l’ensemble du
SST et ont formulé des recommandations pour les combler. Ces personnel de l’entreprise, afin d’expliquer le contenu du programme
inspecteurs ont également fixé des échéances. Les entreprises qui et d’inciter toute l’entreprise à y participer.
n’ont pas atteint les objectifs fixés par les inspecteurs ont été
convoquées à une réunion obligatoire pour se justifier et faire part de Établissez des objectifs en matière de performances
leurs intentions. Lorsque les objectifs ont été atteints, les entreprises
n’ont pas reçu la visite des inspecteurs l’année suivante. Développez une liste de dix objectifs relatifs à l’entretien des locaux
La première année, «Programa tels que le rangement du matériel sur des palettes non endommagées.
Aragón» a eu un impact Ces objectifs peuvent être élaborés en utilisant plusieurs approches
significatif sur les taux (réunions de réflexion, entretiens avec le personnel et tours
d’accidents qui ont baissé de d’inspection de l’entreprise). Un examen des données sur les accidents
près de 26 % en moyenne pour et autres informations relatives aux performances permettra de définir
les 677 entreprises impliquées, ces normes qui devraient être «SMART» — spécifiques, mesurables,
malgré une hausse de 10 % de accessibles, réalistes, traçables.
leurs effectifs. L’année suivante,
lorsque les critères de sélection
Supprimez les obstacles techniques et organisationnels
ont été affinés et étendus (à au
moins 3 accidents ou 25 % au- Identifiez et supprimez les obstacles qui vous empêchent de réaliser
delà de la moyenne par secteur les dix objectifs relatifs à l’entretien des locaux. En ce qui concerne
d’activité), le nombre l’objectif «stockage du matériel sur des palettes non endommagées»
d’accidents a continué à diminuer, de près de 29 % en moyenne pour par exemple, la solution est claire: identifiez et remplacez les palettes
les 1 163 entreprises inspectées, et ce, encore une fois, malgré la défectueuses. Des échéances doivent être fixées pour chaque obstacle
hausse de leurs effectifs. et les individus responsabilisés à cet égard.
Inévitablement, certaines entreprises n’ont pas atteint les objectifs ou
n’ont pas respecté les échéances. Ces entreprises, comme la plupart
des autres entreprises, nécessitaient davantage qu’un simple conseil Créez une liste de contrôle du «bon entretien des locaux»
technique. En effet, des changements de comportement s’imposaient Pour revoir les objectifs régulièrement, établissez une série au
également. Autrement dit, une culture de la prévention fait souvent maximum de dix questions par norme avec des cases à cocher:
défaut aux entreprises. «correct», «incorrect» ou «non observable». Concernant l’objectif
Le «Programa Aragón» démontre cependant clairement qu’une relatif aux palettes par exemple, on pourrait poser les questions
approche plus ciblée et analytique permet d’engranger des suivantes: Les palettes sont-elles en bon état? Avez-vous prévu de
améliorations substantielles en matière de santé et sécurité et remplacer les palettes défectueuses? Quand avez-vous prévu de les
d’optimiser ainsi les ressources SST. remplacer?

Définissez une base de référence pour votre «indice


Maintenez vos locaux en ordre grâce à «Tuttava» d’entretien des locaux»
Avant la mise en œuvre complète du programme, procédez à un tour
Selon la méthodologie Tuttava, un environnement de travail ordonné d’inspection dans l’entreprise une fois par semaine pendant quatre à
où les outils et le matériel sont correctement rangés favorise les dix semaines et complétez les listes de contrôle pour chaque norme.
comportements propices à la sécurité et contribue à réduire le nombre Le pourcentage de réponses «correctes» par rapport au nombre total
d’accidents. Développée par l’institut finlandais de la santé au travail, de questions constituera votre indice de référence relatif à l’entretien
cette méthodologie semble être concluante et plus de 1 000 des locaux. Des études ont montré que cet indice devrait se situer
entreprises se sont donc décidées à l’appliquer. Grâce à cette autour de 50-60 %. Si tel n’est pas le cas, vous devriez ajuster vos
méthodologie, un chantier naval a vu son nombre d’accidents de objectifs. Une fois le programme mis en œuvre, le but est d’améliorer
travail décroître d’au moins 70 %. ce pourcentage. Ce dernier est généralement porté à 80-90 %.

Du désordre à l’ordre

Avec l’aimable autorisation de Tuttava-Centre, Finlande.

28
Prévention des accidents du travail

Formez le personnel à la méthodologie Tuttava réglementation a été instaurée pour les ouvriers du secteur de la
construction travaillant à ces hauteurs. Selon cette réglementation:
Organisez une réunion du personnel concerné par la méthodologie
Tuttava afin d’en expliquer les principes, les modalités d’évaluation, • un équipement approprié est nécessaire pour prévenir les chutes
l’indice de référence relatif à l’entretien des locaux, les actions à depuis des toitures à une hauteur de plus de 3 mètres;
entreprendre, etc. • si la nature des travaux ne permet pas l’utilisation de ce type
d’équipement, un système antichute doit être prévu;
Informez le personnel des retombées de Tuttava • des cordes de sécurité ne peuvent être utilisées que si elles sont
Dans un lieu de passage de l’entreprise, affichez un graphique correctement fixées et s’il est impossible d’installer un système
illustrant l’indice de référence relatif à l’entretien des locaux. Pendant antichute.
deux à trois mois, à un rythme hebdomadaire, procédez à une L’étude menée par les Berufsgenossenschaften a également révélé
inspection pour vérifier si les résultats se sont améliorés ou s’ils ont que 42 % des chutes se sont produites à partir d’échelles. Ce
décliné par rapport à l’indice de référence et portez-les sur le problème a été résolu par l’introduction d’une nouvelle
graphique. Ensuite, procédez à une inspection trimestrielle en réglementation. En premier lieu, les échelles ne peuvent plus être
n’omettant pas d’expliquer le fonctionnement de Tuttava aux utilisées pour des travaux à plus de 7 mètres de hauteur à partir du sol.
nouvelles personnes recrutées. En second lieu, l’utilisation des échelles pour des travaux effectués
entre 2 et 5 mètres du sol est désormais soumise à des conditions
particulières:
L’Allemagne place l’industrie de la construction • La durée de travail sur une échelle et à ces hauteurs ne doit pas
dépasser 2 heures.
devant ses obligations
• Le travailleur ne doit pas porter une charge d’outils et de matériel
Une analyse détaillée des accidents et de leurs causes dans le secteur supérieure à 10 kilogrammes en haut d’une échelle.
de la construction en Allemagne a été à l’origine d’une • Les matériaux ne doivent pas avoir une surface de 1 mètre carré
réglementation plus efficace, qui a engendré une baisse de 30 % du exposée au vent.
nombre de chutes de hauteur.
• Toute tâche effectuée sur l’échelle doit permettre à l’ouvrier de
En 1989, avant que la nouvelle réglementation ne soit introduite, poser les deux pieds sur un barreau.
10 % des travailleurs du secteur de la construction ont été victimes
d’un accident chaque année, ce qui équivaut au double de la Cette nouvelle réglementation relative à l’utilisation des échelles et au
moyenne nationale et représente un coût de 1,3 milliard d’euros en matériel de protection pour les travaux de toiture a entraîné une
termes de frais d’indemnisation et de pensions d’invalidité. Par diminution de 30 % du nombre d’accidents dans le secteur de la
ailleurs, la gravité des blessures représentait un coût par accident trois couverture des toitures et de la charpenterie. Le seul point négatif est que
fois plus élevé que la moyenne nationale. les chutes d’échelle n’ont baissé que de 1 %, essentiellement parce que
les nouvelles lois exigeaient des changements plus significatifs des
Pour identifier les secteurs où des réglementations plus strictes sont méthodes de travail, dont l’adoption de types d’équipement différents
nécessaires en matière de sécurité, les instituts d’assurance obligatoire pour pouvoir travailler à plus de 5 mètres de hauteur. Malheureusement,
pour les accidents et de prévention, connus sous le nom de ces équipements ne sont pas toujours appropriés. Par exemple, les
Berufsgenossenschaften, ont mené des enquêtes sur le terrain plates-formes de levage ont été introduites, mais il est impossible de les
concernant tous les accidents impliquant des chutes en 1990. utiliser dans des espaces restreints.
Comme l’a montré l’initiative allemande, l’élaboration de nouvelles
réglementations sur la base d’une compréhension fine et en prise
Accidents impliquant des chutes dans certains directe avec le terrain des causes des accidents de travail peut avoir un
secteurs sélectionnés impact majeur. Cependant, d’autres considérations pratiques telles
que le type d’équipement utilisé doivent également être prises en
compte, et ces aspects doivent faire l’objet de campagnes de
sensibilisation et de formations aux risques d’accidents.

Entreprises de menuiserie Entreprises de toitures


INFORMATIONS COMPLÉMENTAIRES
Entreprises d’échafaudages Entreprises de plâtres
Conservation de bâtiments Entreprises de construction Vous pouvez télécharger gratuitement le rapport complet en anglais sur le site web
de l’Agence européenne (à l’adresse suivante:
Peintres et décorateurs
http://agency.osha.eu.int/publications/reports).

La version imprimée du rapport How to reduce workplace accidents («Comment


Il s’est avéré que 37 % des accidents de ce type se produisaient dans réduire le nombre d’accidents du travail?») de l’Agence européenne pour la
le cadre de travaux de toiture et de charpenterie. Dans les deux cas, sécurité et la santé au travail (2001, ISBN 92-95007-42-5) est disponible sur
les équipements de protection étant relativement onéreux, des commande auprès de l’Office des publications officielles des Communautés
échelles sont utilisées à la place des échafaudages par exemple. Par européennes (EUR-OP), Luxembourg (http://europ.eu.int), ou auprès de ses
ailleurs, les câbles de sécurité ne sont souvent pas utilisables en raison distributeurs, au prix de 13 euros.
de la mobilité requise par la nature des tâches. Une fiche d’information «How to reduce workplace accidents» résume le rapport
Plus important encore, une analyse détaillée a révélé que 30 % des et est disponible dans toutes les langues de l’UE (à l’adresse suivante:
http://agency.osha.eu.int/publications/factsheets).
accidents impliquant des chutes avaient lieu depuis des toits situés à
plus de 3 mètres de hauteur. Face à ce problème, une nouvelle

Agence européenne pour la sécurité et la santé au travail 29


Les informations contenues dans cette publication de l’Agence européenne sont fournies pour informer le public de la sécurité et de la santé au travail et ne

prétendent pas être exhaustives. L’Agence européenne pour la sécurite et la santé au travail met ces informations à disposition sans aucune garantie.

L’Agence n’endosse pas la responsabilité de la validité ou du caractère complet des données contenues dans Magazine, ni des conséquences engendrées par

l’utilisation de telles informations.

L’Agence européenne pour la sécurité et la santé au travail n’est passible d’aucun dommage ni plainte ou autre obligation dus à l’utilisation de ces données.
Venta • Salg • Verkauf • Pvlèseiw • Sales • Vente • Vendita • Verkoop • Venda • Myynti • Försäljning
http://eur-op.eu.int/general/en/s-ad.htm
BELGIQUE/BELGIË ÖSTERREICH EESTI Renouf Publishing Co. Ltd
5369 Chemin Canotek Road, Unit 1
Jean De Lannoy Manz’sche Verlags- und Eesti Kaubandus-Tööstuskoda Ottawa, Ontario K1J 9J3
Avenue du Roi 202/Koningslaan 202 Universitätsbuchhandlung GmbH (Estonian Chamber of Commerce and Industry) Tel. (1-613) 745 26 65
B-1190 Bruxelles/Brussel Kohlmarkt 16 Toom-Kooli 17 Fax (1-613) 745 76 60
Tél. (32-2) 538 43 08 A-1014 Wien EE-10130 Tallinn E-mail: order.dept@renoufbooks.com
Fax (32-2) 538 08 41 Tel. (43-1) 53 16 11 00 Tel. (372) 646 02 44 URL: http://www.renoufbooks.com
E-mail: jean.de.lannoy@infoboard.be Fax (43-1) 53 16 11 67 Fax (372) 646 02 45
URL: http://www.jean-de-lannoy.be E-Mail: manz@schwinge.at E-mail: einfo@koda.ee EGYPT
URL: http://www.manz.at URL: http://www.koda.ee
La librairie européenne/ The Middle East Observer
De Europese Boekhandel 41 Sherif Street
PORTUGAL HRVATSKA
Rue de la Loi 244/Wetstraat 244 Cairo
B-1040 Bruxelles/Brussel Mediatrade Ltd Tel. (20-2) 392 69 19
Tél. (32-2) 295 26 39 Distribuidora de Livros Bertrand Ld.ª
Pavla Hatza 1 Fax (20-2) 393 97 32
Fax (32-2) 735 08 60 Grupo Bertrand, SA HR-10000 Zagreb E-mail: inquiry@meobserver.com
E-mail: mail@libeurop.be Rua das Terras dos Vales, 4-A Tel. (385-1) 481 94 11 URL: http://www.meobserver.com.eg
URL: http://www.libeurop.be Apartado 60037 Fax (385-1) 481 94 11
P-2700 Amadora INDIA
Moniteur belge/Belgisch Staatsblad Tel. (351) 214 95 87 87
Rue de Louvain 40-42/Leuvenseweg 40-42 Fax (351) 214 96 02 55 MAGYARORSZÁG EBIC India
B-1000 Bruxelles/Brussel E-mail: dlb@ip.pt Euro Info Service 3rd Floor, Y. B. Chavan Centre
Tél. (32-2) 552 22 11 Gen. J. Bhosale Marg.
Fax (32-2) 511 01 84 Imprensa Nacional-Casa da Moeda, SA Szt. István krt.12
II emelet 1/A Mumbai 400 021
E-mail: eusales@just.fgov.be Sector de Publicações Oficiais Tel. (91-22) 282 60 64
PO Box 1039
Rua da Escola Politécnica, 135 H-1137 Budapest Fax (91-22) 285 45 64
DANMARK P-1250-100 Lisboa Codex E-mail: ebicindia@vsnl.com
Tel. (36-1) 329 21 70
Tel. (351) 213 94 57 00 Fax (36-1) 349 20 53 URL: http://www.ebicindia.com
J. H. Schultz Information A/S Fax (351) 213 94 57 50
Herstedvang 12 E-mail: euroinfo@euroinfo.hu
E-mail: spoce@incm.pt URL: http://www.euroinfo.hu JAPAN
DK-2620 Albertslund URL: http://www.incm.pt
Tlf. (45) 43 63 23 00 PSI-Japan
Fax (45) 43 63 19 69 MALTA Asahi Sanbancho Plaza #206
E-mail: schultz@schultz.dk SUOMI/FINLAND
Miller Distributors Ltd 7-1 Sanbancho, Chiyoda-ku
URL: http://www.schultz.dk Akateeminen Kirjakauppa/ Tokyo 102
Malta International Airport Tel. (81-3) 32 34 69 21
Akademiska Bokhandeln PO Box 25
DEUTSCHLAND Fax (81-3) 32 34 69 15
Keskuskatu 1/Centralgatan 1 Luqa LQA 05 E-mail: books@psi-japan.co.jp
Bundesanzeiger Verlag GmbH PL/PB 128 Tel. (356) 66 44 88 URL: http://www.psi-japan.co.jp
Vertriebsabteilung FIN-00101 Helsinki/Helsingfors Fax (356) 67 67 99
Amsterdamer Straße 192 P./tfn (358-9) 121 44 18 E-mail: gwirth@usa.net MALAYSIA
D-50735 Köln F./fax (358-9) 121 44 35
Tel. (49-221) 97 66 80 Sähköposti: sps@akateeminen.com POLSKA EBIC Malaysia
Fax (49-221) 97 66 82 78 URL: http://www.akateeminen.com Suite 45.02, Level 45
E-Mail: vertrieb@bundesanzeiger.de Ars Polona Plaza MBf (Letter Box 45)
URL: http://www.bundesanzeiger.de SVERIGE Krakowskie Przedmiescie 7 8 Jalan Yap Kwan Seng
Skr. pocztowa 1001 50450 Kuala Lumpur
ELLADA/GREECE BTJ AB PL-00-950 Warszawa Tel. (60-3) 21 62 92 98
Traktorvägen 11-13 Tel. (48-22) 826 12 01 Fax (60-3) 21 62 61 98
G. C. Eleftheroudakis SA S-221 82 Lund Fax (48-22) 826 62 40 E-mail: ebic@tm.net.my
International Bookstore Tlf. (46-46) 18 00 00 E-mail: books119@arspolona.com.pl
Panepistimiou 17 Fax (46-46) 30 79 47 MÉXICO
GR-10564 Athina E-post: btjeu-pub@btj.se ROMÂNIA
Tel. (30-1) 331 41 80/1/2/3/4/5 Mundi Prensa México, SA de CV
URL: http://www.btj.se
Fax (30-1) 323 98 21 Euromedia Río Pánuco, 141
E-mail: elebooks@netor.gr Str.Dionisie Lupu nr. 65, sector 1 Colonia Cuauhtémoc
URL: elebooks@hellasnet.gr UNITED KINGDOM RO-70184 Bucuresti MX-06500 México, DF
Tel. (40-1) 315 44 03 Tel. (52-5) 533 56 58
The Stationery Office Ltd Fax (52-5) 514 67 99
ESPAÑA Fax (40-1) 312 96 46
Customer Services E-mail: euromedia@mailcity.com E-mail: 101545.2361@compuserve.com
Boletín Oficial del Estado PO Box 29
Trafalgar, 27 Norwich NR3 1GN PHILIPPINES
Tel. (44) 870 60 05-522 SLOVAKIA
E-28071 Madrid EBIC Philippines
Tel. (34) 915 38 21 11 (libros) Fax (44) 870 60 05-533 Centrum VTI SR
Tel. (34) 913 84 17 15 (suscripción) E-mail: book.orders@theso.co.uk 19th Floor, PS Bank Tower
Nám. Slobody, 19 Sen. Gil J. Puyat Ave. cor. Tindalo St.
Fax (34) 915 38 21 21 (libros), URL: http://www.itsofficial.net SK-81223 Bratislava
Fax (34) 913 84 17 14 (suscripción) Makati City
Tel. (421-7) 54 41 83 64 Metro Manilla
E-mail: clientes@com.boe.es ÍSLAND Fax (421-7) 54 41 83 64
URL: http://www.boe.es Tel. (63-2) 759 66 80
E-mail: europ@tbb1.sltk.stuba.sk Fax (63-2) 759 66 90
Bokabud Larusar Blöndal URL: http://www.sltk.stuba.sk
Mundi Prensa Libros, SA E-mail: eccpcom@globe.com.ph
Skólavördustig, 2 URL: http://www.eccp.com
Castelló, 37 IS-101 Reykjavik
E-28001 Madrid SLOVENIJA
Tel. (354) 552 55 40 SOUTH AFRICA
Tel. (34) 914 36 37 00 Fax (354) 552 55 60 Gospodarski Vestnik
Fax (34) 915 75 39 98 E-mail: bokabud@simnet.is Dunajska cesta 5 Eurochamber of Commerce in South Africa
E-mail: libreria@mundiprensa.es SLO-1000 Ljubljana
URL: http://www.mundiprensa.com PO Box 781738
NORGE Tel. (386) 613 09 16 40 2146 Sandton
Fax (386) 613 09 16 45 Tel. (27-11) 884 39 52
FRANCE Swets Blackwell AS E-mail: europ@gvestnik.si Fax (27-11) 883 55 73
Journal officiel URL: http://www.gvestnik.si E-mail: info@eurochamber.co.za
Østenjoveien 18
Service des publications des CE Boks 6512 Etterstad
26, rue Desaix N-0606 Oslo TÜRKIYE SOUTH KOREA
F-75727 Paris Cedex 15 Tel. (47) 22 97 45 00 Dünya Infotel AS The European Union Chamber of
Tél. (33) 140 58 77 31 Fax (47) 22 97 45 45 Commerce in Korea
Fax (33) 140 58 77 00 E-mail: info@no.swetsblackwell.com 100, Yil Mahallessi 34440
E-mail: europublications@journal-officiel.gouv.fr TR-80050 Bagcilar-Istanbul 5th FI, The Shilla Hotel
URL: http://www.journal-officiel.gouv.fr Tel. (90-212) 629 46 89 202, Jangchung-dong 2 Ga, Chung-ku
SCHWEIZ/SUISSE/SVIZZERA Fax (90-212) 629 46 27 Seoul 100-392
E-mail: infotel@dunya-gazete.com.tr Tel. (82-2) 22 53-5631/4
IRELAND Euro Info Center Schweiz Fax (82-2) 22 53-5635/6
Alan Hanna’s Bookshop c/o OSEC ARGENTINA E-mail: eucck@eucck.org
Stampfenbachstraße 85 URL: http://www.eucck.org
270 Lower Rathmines Road PF 492 World Publications SA
Dublin 6 CH-8035 Zürich
Tel. (353-1) 496 73 98 Av. Cordoba 1877 SRI LANKA
Tel. (41-1) 365 53 15 C1120 AAA Buenos Aires
Fax (353-1) 496 02 28 Fax (41-1) 365 54 11 EBIC Sri Lanka
E-mail: hannas@iol.ie Tel. (54-11) 48 15 81 56
E-mail: eics@osec.ch Fax (54-11) 48 15 81 56 Trans Asia Hotel
URL: http://www.osec.ch/eics E-mail: wpbooks@infovia.com.ar 115 Sir Chittampalam
ITALIA URL: http://www.wpbooks.com.ar A. Gardiner Mawatha
Licosa SpA Colombo 2
B@LGARIJA Tel. (94-1) 074 71 50 78
Via Duca di Calabria, 1/1 AUSTRALIA Fax (94-1) 44 87 79
Casella postale 552 Europress Euromedia Ltd
Hunter Publications E-mail: ebicsl@slnet.ik
I-50125 Firenze 59, blvd Vitosha
Tel. (39) 055 64 83 1 BG-1000 Sofia PO Box 404
Abbotsford, Victoria 3067 UNITED STATES OF AMERICA
Fax (39) 055 64 12 57 Tel. (359-2) 980 37 66
E-mail: licosa@licosa.com Fax (359-2) 980 42 30 Tel. (61-3) 94 17 53 61 Bernan Associates
URL: http://www.licosa.com E-mail: Milena@mbox.cit.bg Fax (61-3) 94 19 71 54 4611-F Assembly Drive
URL: http://www.europress.bg E-mail: jpdavies@ozemail.com.au Lanham MD 20706-4391
LUXEMBOURG Tel. (1-800) 274 44 47 (toll free telephone)
|ESKÁ REPUBLIKA BRESIL Fax (1-800) 865 34 50 (toll free fax)
Messageries du livre SARL E-mail: query@bernan.com
5, rue Raiffeisen Livraria Camões
ÚVIS URL: http://www.bernan.com
L-2411 Luxembourg Rua Bittencourt da Silva, 12 C
odd. Publikaci CEP
Tél. (352) 40 10 20 Havelkova 22 ANDERE LÄNDER/OTHER COUNTRIES/
Fax (352) 49 06 61 20043-900 Rio de Janeiro AUTRES PAYS
CZ-130 00 Praha 3 Tel. (55-21) 262 47 76
E-mail: mail@mdl.lu Tel. (420-2) 22 72 07 34
URL: http://www.mdl.lu Fax (55-21) 262 47 76 Bitte wenden Sie sich an ein Büro Ihrer
Fax (420-2) 22 71 57 38 E-mail: livraria.camoes@incm.com.br Wahl/Please contact the sales office of
URL: http://www.uvis.cz URL: http://www.incm.com.br your choice/Veuillez vous adresser au
NEDERLAND
bureau de vente de votre choix
SDU Servicecentrum Uitgevers CYPRUS CANADA Office for Official Publications of the European
Christoffel Plantijnstraat 2 Communities
Postbus 20014 Cyprus Chamber of Commerce and Industry Les éditions La Liberté Inc. 2, rue Mercier
2500 EA Den Haag PO Box 21455 3020, chemin Sainte-Foy L-2985 Luxembourg
Tel. (31-70) 378 98 80 CY-1509 Nicosia Sainte-Foy, Québec G1X 3V6 Tel. (352) 29 29-42455
Fax (31-70) 378 97 83 Tel. (357-2) 88 97 52 Tel. (1-418) 658 37 63 Fax (352) 29 29-42758
E-mail: sdu@sdu.nl Fax (357-2) 66 10 44 Fax (1-800) 567 54 49 E-mail: info-info-opoce@cec.eu.int
URL: http://www.sdu.nl E-mail: demetrap@ccci.org.cy E-mail: liberte@mediom.qc.ca URL: http://eur-op.eu.int
1/2001