Vous êtes sur la page 1sur 5

IDENTIFICATION DES VERBES A

CONSTRUCTION DIRECTE ET A
CONSTRUCTION INDIRECTE
Présentation : Cette fiche de révisions et d’approfondissement porte sur le vocabulaire
d’analyse de la phrase acquis de la 6e à la 4e concernant les verbes intransitifs, transitifs direct
et indirects, à complément d’objet second et à complément interne. Les objectifs sont de savoir
repérer le groupe complément d’objet du verbe ou notifier son absence, savoir repérer la
préposition l’introduisant, être capable de le distinguer d’un groupe complément circonstanciel
ou complément d’agent. Les thèmes associés sont les constituants de la phrase simple, les
groupes syntaxiques, sujet, prédicat, les catégories et fonctions des groupes nominaux
prépositionnels, les compléments circonstanciels, le complément d’agent, la forme active et la
forme passive, les verbes d’état. A l’épreuve du DNB, il faudra savoir restituter des acquis en
étude de la langue concernant la grammaire de l’analyse de phrase, savoir en déduire le champ
d’action d’un personnage.

I. CLASSER LE VERBE

Il faut déterminer s'il s'agit d'un verbe d'action qui exprime une action faite ou subie par le sujet
ou d’un verbe d’état indiquant l’attitude ou l’état du sujet.

Les verbes d'action peuvent se présenter sous trois aspects : voix active si c'est le sujet qui fait
l'action (La foudre a frappé l’arbre.), voix passive si le sujet subit l'action (L’arbre a été frappé par la
foudre.), voix pronominale lorsque le sujet est repris par un pronom personnel complément
(L’arbre s’est fait frapper par la foudre).

Après avoir défini la voix du verbe il faut préciser sa construction.


Dans le dictionnaire, à côté de l’infinitif du verbe, est indiquée la façon dont le verbe se
construit par des abréviations : v. tr. (verbe transitif) ou v. i. (verbe intransitif).

II. LA CONSTRUCTION DES VERBES

La construction des verbes est la manière dont le complément du verbe se rattache au verbe.
Un verbe actif peut être transitif ou intransitif.

Un verbe peut ne recevoir aucun complément, ou se construire avec un, deux ou même trois
compléments.

Quelques-uns sont transitifs ou intransitifs par nature, c'est-à-dire qu'ils exigent un type de
construction.

Certains verbes peuvent être employés transitivement ou intransitivement. Certains verbes


changent de sens selon qu’ils sont employés avec ou sans objet, ou selon la préposition utilisée
(Le miroir réfléchit la lumière. As-tu réfléchi au problème ? Il ne pense rien. Il ne pense à rien.)

III. VERBE INTRANSITIF

Un verbe est intransitif quand son action ne s'effectue pas sur un objet. Le sens du verbe
intransitif ne concerne que le sujet. (Les chevaux galopent.) Il n'admet donc pas de complément
d'objet, direct ou indirect.
Certains verbes sont intransitifs par nature : aller, arriver, venir, voyager... Certains verbes ont
une construction transitive : L'infirmière a fleuri ma chambre ou intransitive : Les cerisiers
fleurissent.

En revanche, il peut avoir des compléments circonstanciels : de temps, de lieu... (Je marche dans
la rue.)

IV.  VERBE TRANSITIF


Quand un verbe transitif est employé sans complément d’objet, il est employé absolument : Il
mangeait.

1. DIRECT

Quand le verbe est suivi d’un complément d’objet qui n'est pas introduit par une préposition,
le verbe est appelé transitif direct (= verbe avec C.O.D.) : Il mangeait un énorme croissant.

Le C.O.D. peut être séparé du verbe par un adverbe, un groupe nominal prépositionnel, une
apposition : Il mange, malproprement, vautré, au fond du bistrot, un énorme croissant.

Pour reconnaître un C.O.D. :

• On peut l’encadrer par « c’est…que » : C’est un énorme croissant qu’il mange.

• On peut utiliser la question « quoi » : Il mange quoi ? è Un croissant (C.O.D.)

• A la voix passive, ce C.O.D. devient le sujet du verbe : Un croissant est mangé par cet
homme.
2. INDIRECT

Quand le verbe est suivi d’un complément d’objet qui est introduit par une préposition, le
verbe est appelé transitif indirect (= verbe avec C.O.I.) :

Il rêvait de gâteaux énormes.

La préposition est imposée par la construction du verbe. Les plus fréquentes sont : « a » et « de »,
« sur » : Il pense à elle ; il médite sur son cas, il rêve de la soigner.

Pour reconnaître un C.O.I. :

• Il ne peut devenir sujet à la transformation à la voix passive.

• On peut poser une question, qui porte sur le verbe, et qui commence toujours par une
préposition : A quoi pense-t-il ? à elle (C.O.I.)

3. A COMPLEMENT D’OBJET SECOND

Un verbe transitif peut se construire avec plusieurs compléments direct ou indirect. On parle
alors d’objet premier et objet second (C.O.S.)

Autrefois, il s’appelait complément d’attribution. Il s’agit d’un complément d’objet indirect qui
suit un complément d’objet direct : J’ai acheté ce piolet (C.O.D.) à Jean (C.O.S.).

4. A COMPLEMENT D’OBJET INTERNE


C’est un complément dont le sens est extrêmement proche du sens du verbe qu’il complète :
vivre sa vie, chanter une chanson, s’aimer d’amour… Le complément et le verbe sont deux mots de
la même famille.