Vous êtes sur la page 1sur 8

COMPORTEMENT DES MATERIAUX COMPOSITES 1

CHAPITRE 8 : Théorie des plaques stratifiées


8.1 INTRODUCTION
Un stratifié est constitué de deux ou plusieurs couches superposées et parfaitement
jointes. Chaque couche est orientée de façon à ce que l’ensemble du stratifié résiste à
un ensemble de charges complexe. Ce chapitre se propose de dériver les équations
constitutives du stratifiées à partir des équations de chacune des couches. La théorie
des plaques stratifiées ainsi élaborée repose sur un certain nombre d’hypothèses
importantes sur les contraintes et les déformations de la structure. Cette théorie ainsi
appelée théorie classique des stratifiés est souvent rencontrée dans la littérature sous le
non du CLT (Classical Lamination Theory).

Figure 8-1 : Exemple de stratifié composé de couches unidirectionnelles


8.2 CODE DES STRATIFIES
 Chaque pli est noté par l’angle (en degrés) entre la direction longitudinale des
fibres et l’axe x.
 Des plis adjacents sont séparés par une barre oblique (/) si leurs angles ont de
différentes valeurs absolues.
 Le code d’un stratifié le plus général possible est donné en utilisant la lettre T
pour total et en dérivant les couches en partant de la face inférieure du stratifié vers la
face supérieure comme on le ferait pour une intégrale définie :
[03/902/45]T (8.1)
45°
90°
90°


Figure 8.2 : Exemple d’empilement


Cette convention est cependant souvent modifié pour des stratifiés d’un type
particulier, par exemple pour les stratifiés symétriques, sandwichs symétriques,
stratifié constitué d’une répétition de sous stratifiés.
 Un stratifié symétrique possède des couches disposées symétriquement en
épaisseur et en orientation de part et d’autre de son plan moyen. Le code
conventionnel de désignation des stratifiés décrit le matériau à partir de la face

Cours de Mastère de Recherche ENSIT SOULA Mohamed


COMPORTEMENT DES MATERIAUX COMPOSITES 2
inférieure ou de la face supérieure. Pour un stratifié symétrique, la surface de
départ n’importe pas.
Dans l’exemple suivant, les codes présentent le même stratifié. Les indices numériques
désignent le nombre des couches. La lettre T signifie que le stratifié est décrit
totalement et S signifie que le stratifié est symétrique et n’est décrit que par la moitié :
[03/902/45/-453/-453/45/902/03]T ou (8.2)
[03/902/45/-456/45/902/03]T ou [03/902/45/-453]S
 Un stratifié symétrique comportant une âme en nid d’abeille. On mesure
l’épaisseur totale du stratifié en nombre de couches élémentaire. Seule la moitié de
l’épaisseur de l’âme est donnée dans le code du stratifié en nombre de couches ; par
exemple pour un stratifié dont l’âme c’est épaisse de 6 couches :

[03/902/45/-453/c3]S (8.3)
Le stratifié a une épaisseur totale de 24 couches.
 Si un stratifié est constitué par la répétition d’un stratifié, un indice représentant
le nombre de fois où intervient ce stratifié de base peut être inséré avant la lettre T ou
S. Ainsi en utilisant le stratifié ci dessus comme un stratifié de base, nous pouvons
représenter un stratifié constitué de quatre fois le stratifié de base de l’une des manières
suivantes :
[03/902/45/-453]S , {[03/902/45/-453]2}S , ou
{[03/902/45/-453] [03/902/45/-453][-453/45/902/03] [-453/45/902/03]}T (8.4)

 Un stratifié équilibré possède un nombre de couches à + est égal au nombre


de plis à -.
 Un stratifié orthogonal : Plis de 0° et de 90°
z z
+40 +40
-40 -40
-40 +40
Stratifié non équilibré Stratifié non équilibré
et non symétrique et symétrique
z
z +40
+40 -40
-40 -40
Stratifié équilibré +40
et non symétrique Stratifié équilibré
Et symétrique
Figure 8.3 : différents types de stratifié

Cours de Mastère de Recherche ENSIT SOULA Mohamed


COMPORTEMENT DES MATERIAUX COMPOSITES 3
Remarque :
 Un pli dont les axes naturels ne coïncident pas avec les axes de référence se comporte
comme un stratifié non équilibré mais symétrique.
 Pour qu’un stratifié soit symétrique et équilibré, il doit comprendre au moins quatre
plis.
 Un stratifié symétrique et équilibré doit comprendre un nombre pair de plis.
8.3 VARIATION DES DEFORMATIONS SUIVANT L’EPAISSEUR DU
STRATIFIE
 On suppose que le stratifié est constitué de couches parfaitement jointes. Les
joints ont de plus une épaisseur infinitésimale et insensible aux déformations de
cisaillement. Les déplacements sont ainsi continus d’une couche à l’autre. Le stratifié
se comporte alors comme une seule couche mais avec des propriétés très spéciales.
 On suppose de plus que le stratifié total est mince et qu’une ligne
originellement droite et perpendiculaire à la surface moyenne du stratifiée reste droite
et perpendiculaire à la surface moyenne du stratifié lorsque celui ci est soumis à des
efforts de membrane et/ou de flexion. Si l’axe 3 est l’épaisseur du stratifié, ceci revient
à ignorer les déformation de cisaillement transverse 13 et 23 .
 On suppose également que les normales au plan moyen gardent une longueur
constante au cours de la charge, c’est à dire que l’on néglige 33.
La série des 3 hypothèses précédentes constitue les hypothèses classiques des plaques
de Kirchhoff (applicable également aux coques minces, elles portent alors le nom
d’hypothèses de Love-Kirchhoff). Elles sont récapitulées sur la figue 8.4 :

Uo
A

B
Zc x
C
A Wo
D
B
C 
z D
Zc

Figure 8.4 : Plaque déformée suivant les hypothèses de Love-Kirchhoff.


Notons uo le déplacement de B suivant l’axe x. Puisque la ligne ABCD reste droite
pendant la déformation du stratifié, alors, le déplacement du point C vaut :
uc = u0 - zc  (8.5)
Sachant que de plus que la ligne ABCD reste perpendiculaire à la surface moyenne, 
représente la pente de la surface moyenne du stratifié dans la direction x :

Cours de Mastère de Recherche ENSIT SOULA Mohamed


COMPORTEMENT DES MATERIAUX COMPOSITES 4
W0
 (8.6)
x
Ainsi, le déplacement suivant x de tout point de la normale initiale peut s’écrire :
W0
uc = u0 - zc (8.7)
x
De même le déplacement suivant l’axe y peut s’écrire :
W0
vc = v0 - zc (8.8)
y

Les déformations non négligeables valent par définition :

  u
 1 
 x
  v
 2  (8.9)
 y
  u  v
 6    212
 y x

On peut alors les écrire :

  uo  2 wo
 1   z
 x  x2
  vo  2 wo

2   z (8.10)
 y  y2
  uo  vo  2 wo
 6    2z
 y x  x y

C’est à dire :
{} = {o} + z {k} (8.11)
Avec

  0x 
 
 0
 o   y  = déformation membrane moyenne du stratifié (8.12)
 
 0 
 xy 

 kx 
 
 
 
{k}=  k y  = courbure moyenne du stratifié (8.13)
 
 
k xy 

La variation des déformations est donc linéaire suivant l’épaisseur du stratifié.

Cours de Mastère de Recherche ENSIT SOULA Mohamed


COMPORTEMENT DES MATERIAUX COMPOSITES 5
8.4 VARIATION DES CONTRAINTES DANS UNE COUCHE
Pour chaque couche, on peut alors déterminer les contraintes :

   Q '    Q '   o   z k  (8.14)

Dans cette formule, les matrices [Q’] (notée aussi Q  ) sont les matrices de rigidités de
chaque couche obtenues dans le repère global du stratifié à partir :
 Les matrices de rigidités connues dans le repère local des fibres
 L’angle d’orientation 
 Les formules de changement de repère déjà vues dans les chapitres précédents.

Q'11 Q'12 Q'16 


Q  =[Q’] = Q'21 Q'22 Q'26  (8.15)
Q'61 Q'62 Q'66 

La variation des contraintes est donc linéaire par couche

8.5 EFFORTS ET MOMENTS RESULTANTS


Les efforts et moments résultants agissants sur le stratifié sont obtenu en intégrant les
contraintes de chacune des couches sur l’épaisseur totale du stratifié :

h/ 2 h/ 2
N   dz et M   z dz (8.16)
h / 2 h / 2
Où h désigne l’épaisseur totale du stratifié.
En fait les efforts sont homogènes à des forces par unités de longueur et les moments, à
des moments par unités de longueur.
Pour un stratifié constitué d’un nombre m de couches homogènes, on peut
remplacer l’intégrale par une somme :
m zi m zi
N    i dz et M    i z dz (8.17)
i 1 zi 1 i 1 zi 1

Où zi et zi-1 sont les cotes respectivement inférieures et supérieures de la couche i


mesurées à partir du plan moyen du stratifié

Cours de Mastère de Recherche ENSIT SOULA Mohamed


COMPORTEMENT DES MATERIAUX COMPOSITES 6

m= h/2 i=m

zi
zi-1
h
Plan moyen

z
z0 =-h/2

i=1

Figure 8.5 : Géométrie d’un stratifié


Sachant que pour zi-1 < z < zi
 i  Q' i   o zk  (8.18)

On peut écrire :

m zi
N    Q' i o zkdz (8.19)
i 1 zi 1

m zi
M    Q' i o zkz dz (8.20)
i 1 zi 1

Or
{o} et {k} ne varient pas suivant z : ce sont des valeurs rattachées à la surface
moyenne. On peut donc les sortir de la sommation. De plus [Q’]i est constant sur une
couche, on peut donc le sortir des intégrales. On obtient alors :
m  zi  m  zi 
 
N    Q' i dz o   Q'  z dz  k (8.21)
 i  
i 1  zi 1  i 1  zi 1 

m  zi  m  zi 
M    Q' i  z dz  o 
  Q'  z 2 dz  k 
 i  
(8.22)
i 1  zi 1  i 1  zi 1 
Ceci s’écrit :
{N} = [A] {o} + [B] {k} (8.23)
{M} = [B] {o} + [D] {k}

Avec
m
[A] = Q' i zi  zi1 (8.24)
i 1

Cours de Mastère de Recherche ENSIT SOULA Mohamed


COMPORTEMENT DES MATERIAUX COMPOSITES 7
m

2 i1

[B] = 1 Q' i z 2  zi21
i
 (8.25)

3 i1 i

[D] = 1 Q' i z3  zi31  (8.26)

La matrice [A] est appelée matrice de rigidité de membrane.


La matrice [B] est appelée matrice de rigidité de couplage membrane flexion.
La matrice [D] est appelée matrice de rigidité de flexion.
Sous forme développée, on peut écrire (ici de préférence on utilise le chiffre «6»):

 0
 Nx   A11 A12 A16 B11 B12 B16    x 
N  A B26    y 
0
 y   21 A22 A26 B21 B22
 N xy   0 
   A61 A62 A66 B61 B62 B66   xy 
     (8.27)
 Mx   B11 B12 B16 D11 D12 D16    
x
My   B21 B22 B26 D21 D22 D26    
    y 
 M xy   B61 B62 B66 D61 D62 D66   
 xy 
Remarque:
 Dans le cas d’un stratifié symétrique [B] =0, c’est à dire que les coefficients Bij
sont nuls dès lors que le laminé est constitué de plis qui sont symétriquement
identiques par rapport au plan moyen (spécificité et positionnement).
 Dans le cas de deux couches + et -, on a A16 = A26 = D16 = D26 = 0 , c’est à
dire que les coefficients D16 et D26 s’annulent si le laminé est entièrement composé de
pli à 0 ou 90°. De même, ces deux coefficients peuvent s’annuler (la somme des termes
s’annulent) si pour chaque pli θ le laminé possède un équivalent (par rapport au plan
moyen) par le biais d’un pli -θ. Ceci implique, dans ce cas de figure, que le laminé
n’est plus symétrique et par conséquent Bij ≠ 0.
 Les coefficients Aij sont liés à la traction ou à la compression dans le plan, les
coefficients Bij sont liés aux couplages et les coefficients Dij sont liés à la flexion.
 Contribution des différents paramètres :
 Étirement ou compression du plan moyen ( εx0, εy0 ) Cisaillement du plan
moyen (γ xy ) flexion du laminé ( κx, κy ) torsion du laminé ( κxy )
Cette expression matricielle va nous permettre d’exprimer plus simplement les
relations entres les contraintes et les déformations dans le cas le cas de l’hypothèse des
contraintes planes (modélisation de contraintes de traction dans le plan du panneau
composite) ou alors dans le cas de déformations de flexion ( Halpin, 1992).

Cours de Mastère de Recherche ENSIT SOULA Mohamed


COMPORTEMENT DES MATERIAUX COMPOSITES 8
8.6 APPLICATIONS.
Exercice 1
On se propose de déterminer les contraintes et les déformations dans un stratifié
composé de deux couches identiques [-45/45] en matériau composite Carb/epoxy.
L’épaisseur total du stratifié est de 3mm. Chaque couche du matériau composite
Carb/epoxy est caractérisé par :
El=138GPa ; Et=9GPa ; lt=0.3 ; Glt= 6.9 GPa.
On demande de :
1. Calculer la matrice de rigidité [Q] dans la base lt.
2. Calculer, pour chaque couche, la matrice de rigidité dans la base (x,y) du
stratifié.
3. Calculer la matrice de rigidité membrane A.
4. Calculer la matrice de couplage B.
5. Calculer la matrice de rigidité à la flexion D
6. Calculer déformations membranes moyennes {} du stratifié
7. Calculer déformations de courbures moyennes {k} du stratifié
8. Calculer les contraintes dans chaque couche du stratifié.
9. Analyser les résultats

Exercice 2 :

Cours de Mastère de Recherche ENSIT SOULA Mohamed