Vous êtes sur la page 1sur 11

Orientation lacanienne III, 8. Finnigans Wake, par exemple.

Cette dichotomie, je la retrouvais


dans l’usage que nous avons des
termes freudo-lacaniens, en opposant
Jacques-Alain Miller désir et pulsion. Là aussi, si on se
repère sur l'opération de déchiffrement,
Première séance du Cours cette opération a un sens concernant le
désir et donc ce n'est pas un terme
(mercredi 9 septembre 2005) qu'on met en jeu quand il s’agit de
saisir ou d’apprendre quelque chose de
la pulsion.
Je crois qu'on peut même mettre ici
I un couple dont je n’avais pas parlé,
l’automaton – c’est plutôt le contraire -
au fond on veut se servir de l'opposition
que Lacan a introduite dans son
Séminaire XI, c’est plus près d’ici qu’il
Nous revoilà donc pour une nouvelle est question de rencontres, que ici.
de nos années studieuses. C'est bien ce qui nous fait difficulté à
Je me suis trouvé ce dimanche, lire Finnigans Wake ; il faut vraiment y
ailleurs, présenter une petite mettre beaucoup de sien pour qu'une
articulation que je vais vous reproduire rencontre se produise et qui détraque
au tableau. l’automaton que j'ai indiqué ici.
Je l'ai réduite au plus simple, vu le J'ai encore aligné le manque et le
temps dont je disposais et le plus trou, le manque de signifiant, d'un
simple s'est trouvé être une succession signifiant, à la différence du trou central
d'oppositions binaires dont j'ai dit des ronds de ficelle, par exemple. J’y
qu'elles avaient à se superposer et que ajoutais le manque-à-être, qui définit le
me manquait pour se faire la sujet lacanien, je l'opposais à l’être du
compagnie du tableau noir, que je sinthome et j’y récupérais cette
retrouve ici, à sa place, et donc je vais opposition pour montrer qu'elle vaut
l’utiliser pour inscrire au moins ce petit entre sujet, sujet du manque-à-être et
repère qui pourra nous resservir. le parlêtre, introduit par le dernier
Lacan.
Symptôme Sinthome Au fond, le sujet, quand nous
vérité jouissanc l'utilisons, c'est une fonction ponctuelle
et évanouissante, c'est une position qui
désir pulsion n'implique aucun être sinon sa
tuché automato défalcation si je puis dire, alors que le
manque trou parlêtre dispose d’une assise bien plus
manque-à-être être importante et j’essayerai de … tout à
l'heure, j'ajouterai à mon … l'opposition
sujet parlêtre entre le fantasme et le corps, surtout
fantasme corps parce que l'usage que nous faisons du
fantasme nous barre pendant tout un
temps les … du terme de corps, de son
J'opposais le symptôme au instance.
sinthome, je répercutais cette Eh bien, ce petit tableau, si on
opposition sur vérité et jouissance, voulait ici durcir ces oppositions - dans
dans la mesure où le symptôme, le le texte de Lacan elles se nouent de
sinthome qu'a choisi Lacan pour façon plus subtile - si nous voulions
introduire ce terme se prête à tout sauf durcir ces oppositions, nous pourrions
à un déchiffrement de vérité. Personne dire que nous voyons … surgir une
n’a l’idée de déchiffrer dans ces termes autre psychanalyse que celle que nous
ce qui a pris forme d’œuvre d'art dans connaissons et sur laquelle nous nous
J.-A. MILLER, - Orientation Lacanienne III,8 - Cours n°1 - 9/11/2005 - 2

repérons. libro que no en sierra su contra-libro es


Une psychanalyse en partie double, considerado incompleto. » « Un livre
et pourquoi ne pas aller jusque-là, deux qui ne contient pas son contre-livre est
Lacan, par un effet de diplopie. considéré comme incomplet. »
Dimanche, cet effet, je l'ai assigné à J'ai retrouvé là l’énoncé, enfin, que
un effort de Lacan pour penser ce qu'il je cherchais, et que, au fond,
y a d'impensé dans son propre l'enseignement de Lacan est si complet
discours. Il nous est familier de repérer qu'il inclut le contre-enseignement. Il
et de nous ébaubir de la continuité des n'a laissé à personne la charge de
Séminaires de Lacan qui remettent en diffuser son contre-enseignement. Il se
question tel ou tel élément pour ouvrir pourrait que, pourquoi pas ? Cet
une nouvelle voie, eh bien ça va jusqu'à enseignement ait lui-même la structure
ce qu'on puisse dire qu'il n'a pas voulu d'un conte.
laisser aux autres, aux lecteurs, le soin Là, je me suis référé à un petit texte
de le - entre guillemets – « dépasser » que je me suis promis de traduire un
et que dans chaque Séminaire, il se jour, je crois pouvoir le faire puisque
dépasse lui-même : besoin de j'en ai rencontré l'auteur, qui est aussi
personne pour ce faire. argentin, comme Borges, et qui
Cet effort pour penser son impensé, s'appelle Piglia, Ricardo Piglia.
pour le prendre à son compte, le fait
passer lui-même à l'envers de son Piglia
propre enseignement. Et de rire du vain
effort de déchiffrer en termes de vérité Et qui nous donne une thèse, même
le sinthome ou de ne penser que plusieurs thèses, sur le conte. Il isole ça
manque là où il y a trou et de ne se - tout ça tient en très peu de pages - il
référer au sujet que là où il faut manier isole ça comme thèse, qu’un paradoxe
une catégorie plus lourde, plus est toujours au centre d'un conte ou
consistante que le sujet. d'une nouvelle. Et que, pour qu’il soit
À vrai dire la dichotomie du sujet du opérant, pour que cette pièce de
parlêtre est féconde, elle serait féconde littérature soit opérante l’intrigue est
à nous montrer des différences, toujours paradoxale.
certainement essentielles ; ce qui m'a Le paradoxe, ce serait ici que Lacan,
retenu une fois que j'ai eu prononcé ça le même qui a fait l'éloge de la parole
ce dimanche, c’est que j'ai trouvé ça, comme constitutive du sujet en vienne
cette idée là, de deux Lacan, je l'ai à la disqualifier comme une parlotte du
trouvé très borgésienne, de Borges. parlêtre. De la fonction de la parole
Et ça m’a fait relire le conte qui exaltée à la parlotte au contraire
ouvre le recueil de fictions, ce conte, dépréciée.
qui s'appelle « Tlön, Uqbar, Orbus L'exemple de Piglia il va le pêcher
Tertius », et j'ai trouvé ce pourquoi dans les carnets de Tchekhov,
j'avais eu dimanche soir l'envie de lire supposant qu'il y a là le noyau d'un
ce conte : c’est qu'on y trouve la conte. Voilà la note : « Un homme à
description d’une bibliothèque, des Monte-Carlo. Il va au casino, gagne un
livres qui circulent dans un espace créé million, rentre chez lui, se suicide. »
par une conspiration, un espace Alors, si c'est là le noyau d'un conte,
imaginaire créé par une conspiration et pour le raconter il faut scinder en deux
qui, petit à petit, infiltre la réalité l'histoire tordue. D'un côté l'histoire du
ordinaire. jeu, de l'autre celle du suicide. D'où la
De ces livres imaginaires, il est dit : première thèse de Piglia qu'un conte a
« Les livres de nature philosophique toujours un caractère double et raconte
contiennent invariablement la thèse et toujours deux histoires à la fois. D'où
la contre thèse et le pour et contre l'opportunité de distinguer l'histoire qui
rigoureux d'une doctrine. » La phrase vient au premier plan et puis l'histoire
qui vient après, je vous la dirais en numéro deux, qui est chiffrée dans les
espagnol, avant de la traduire : « Un
J.-A. MILLER, - Orientation Lacanienne III,8 - Cours n°1 - 9/11/2005 - 3

interstices de l'histoire numéro un. simplement, l'histoire la plus secrète.


Et à cette fin, on constate que C’est cette histoire secrète qui vient au
seulement quand se conclut l'histoire, le premier plan et qui est racontée comme
conte, l'histoire numéro deux apparaît allant de soi et au contraire ce qui est
et c'est alors l'effet de surprise. Ce qui chiffré c’est l'histoire qui devrait être
lie ces deux histoires, c’est que les visible et qui devient quelque chose
éléments, les événements, les mêmes, d'énigmatique et de caché.
s'inscrivent pourtant dans deux Ainsi, à partir de la note de
registres narratifs qui sont à la fois Tchékhov, on verrait l’histoire du
distincts, simultanés et antagonistes. Et suicide au premier plan et banalisée,
la construction même du conte est bâtie tandis que l'événement terrible, ce
sur les points de croisement entre les serait la partie de jeu elle-même. La
deux histoires. Avec des inversions variante borgésienne consiste à
telles que ce qui est superflu dans la raconter l'histoire numéro un comme
chaîne de l'histoire numéro un devient appartenant à un genre littéraire, c'est-
au contraire essentiel dans la trame de à-dire en fait d’aller chercher là les
l'histoire numéro deux. D’où le vieux stéréotypes d’une tradition, de les
problème technique : comment raconter parodier, ces stéréotypes, et l'histoire
une histoire pendant qu’on en raconte interne, l’histoire secrète est toujours la
une autre ? Et d’où la thèse numéro même : c’est la rencontre d’un homme
deux : l'histoire secrète est la clé de la avec un acte unique, une scène unique
forme du conte. Il n'y a pas de doute qui définit son destin.
que ce regard littéraire est évidemment Et plus encore, Borges, dit Piglia, fait
informé de la psychanalyse, il y a là de la construction chiffrée de l'histoire
tous les échos possibles de « Fonction le thème même du récit. C'est-à-dire il
et champ de la parole et du langage. » raconte, il fait voir toutes les
Il y a, disons, une forme moderne du manœuvres pour pervertir le normal et
conte qui transforme cette structure en construire une trame secrète avec les
omettant la surprise finale et en laissant matériaux d'une histoire visible, de telle
s’enfermer la structure de l'histoire qui sorte que les problèmes supposément
laisse là le tracé d'un récit et ainsi la techniques de la forme du récit littéraire
tension des deux histoires ne se résout deviennent l'anecdote même qui est
jamais. C'est ça qu'on considère racontée dans le récit.
comme proprement moderne. C'est la Et l’effet, l'effet final est très bien dit
soustraction du point de capiton final, par Piglia : « Le conte se construit pour
qui laisse les deux histoires se faire apparaître artificiellement quelque
poursuivre en tension et précisément chose qui était occulte, il reproduit la
dans une tension qui ne se résout recherche toujours renouvelée d'une
jamais. expérience unique qui nous permet de
C'est par exemple le cas, dit-il, chez voir sous la surface opaque de la vie
Hemingway qui pousse à son comble une vérité secrète . » Et pour exprimer
l'art de l'ellipse, de telle sorte que ceci, il a recours à Rimbaud : « La
l'histoire secrète reste hermétique ; vision instantanée – je ne suis pas allé
simplement on s'aperçoit qu'il y a une le rechercher chez Rimbaud, donc je
autre histoire qu'il faudrait avoir traduis à partir de l’espagnol - la vision
racontée et qui est resté absente. On instantanée qui nous fait découvrir
trouve là, il y a un creux. l'inconnu ne se situe pas dans une
Ainsi la note de Tchekhov, si on la lointaine terra incognita sinon dans le
modifiait à la Hemingway, ne cœur même de l'immédiat. »
raconterait pas le suicide mais J'avais déjà fait allusion à ce
l'ensemble du texte serait écrit de telle phénomène lorsque, présent dans
sorte qu’on devrait penser que le plusieurs des histoires de Borges, on
lecteur le savait déjà. Kafka constitue voit d'abord se tisser un complot, une
une autre de ces variantes. Lui il conspiration de quelques personnes, et
raconte dans ses nouvelles, très cette conspiration ensuite s’étendre au
J.-A. MILLER, - Orientation Lacanienne III,8 - Cours n°1 - 9/11/2005 - 4

point qu’on découvre que c’est l'établissement d'une logique, passe


l'humanité tout entière ; et alors les toujours par une réduction du matériel.
quelques conjurés montent dans une On reconnaît son émergence par
carriole et vont se promener et exemple quand on transforme une
comprennent que le secret qu'ils phrase en proposition et que cette
cherchaient est là, partout, c’est dans le proposition elle-même, on peut lui
total que réside ce secret. substituer la lettre A.
Et en effet, c’est ce à quoi renvoie ici
Piglia, et la dernière phrase m’a A
beaucoup frappé : « Cette illumination
profane s’est convertie dans la forme Et donc par-là, en effet, vider le
même du conte. » C’est bien sens, peu importe ce qu’elle dit, on ne
illumination profane, en effet, puisque la retient qu’à titre d'élément distinct,
cette illumination de l'immédiat se fait doté d'une valeur de vérité. Et donc ce
sans références à dieu, sans à quoi se réfère Lacan quand il évoque
références à rien qui soit transcendant. le discours sans parole, c’est à un
Là, il me revient qu’on a déjà discours écrit.
annoncé, dans la presse, je l’avais On peut considérer un peu
annoncé personnellement, que notre mystérieux d'appeler ça l’essence de la
ami Philippe Sollers s’apprête à sortir théorie. Eh bien ça dit au moins que ça
en janvier un épais roman dont il a n’est pas l'existence de la pratique,
donné le titre Une vie divine - sans puisque dans l'existence de la pratique
doute la sienne - mais il me semble que la parole au contraire vient au premier
cette vie divine n'est pas sans rapport, plan. La parole est dans la
peut être inversé, avec l’illumination psychanalyse comme l’histoire numéro
profane qu'évoque Piglia ici et si j’osais un de Piglia tout à l’heure. Et en même
j'appellerais le Cours de cette année, je temps, ce qui s'écrit de cette parole
l'appellerais « Illuminations profanes », vient à se déposer sous forme
au pluriel. Si j’osais... d'écriture.
Si j’osais et pour avancer, baliser ce On peut au moins dire que la théorie
chemin, si nous nous trouvons si à se soutient d'une écriture qui se
l’aise dans Borges et dans Piglia, c’est transmet invariable, par cette écriture.
qu’évidemment ce sont des écrivains D'ailleurs quelle est l'essence de la
de l'époque de la psychanalyse ; dans religion ? Au moins l'essence des
ces écritures la psychanalyse reprend grandes religions est-ce que ça n'est
son bien, si je puis dire. pas également un discours sans
Cette référence à l'écriture ne me parole ? Évidemment s’il s’agit alors
paraît pas inutile pour saisir ce que des écritures sacrées.
Lacan jadis voulait dire en écrivant au Et nous avons de notre temps,
tableau, au début d'une année, la contemporain de quoi relever, parfois
phrase selon laquelle l’essence de la avec ahurissement étant donné notre
théorie psychanalytique est un discours relativisme, enfin pas le relativisme des
sans parole. autres, le relativisme profond du
Qu'en est-il ? Est-ce que c'est un catholicisme et du protestantisme, c'est
discours muet ? Est-ce que c'est un bien l'islam nous apprend le prix qu'on
discours secret ? Est-ce que c'est le peut donner à un discours sans parole
couteau, le fameux couteau sans lame quand il s'appelle le Coran. Tout
auquel manque le manche, le couteau attaque à cette écriture, toute mise en
sans lame dont on a ôté le manche, le cause de la matérialité même du Coran
couteau de Lichtenberg ? Est-ce que suscite une émotion devant laquelle on
c’est quelque chose comme ça, le ne peut que s'incliner et qui interroge
discours sans parole ? Je crois qu'il faut les autres religions du Livre sur le
saisir que dans l'orientation lacanienne, rapport plus cool qu’elles, ces grandes
l'orientation vers un discours réduit à religions du Livre, ont avec leurs
une écriture. Et la logique,
J.-A. MILLER, - Orientation Lacanienne III,8 - Cours n°1 - 9/11/2005 - 5

écritures sacrées. Là, c’est l’islam qui bien Le livre noir c'est zéro.
enseigne ce que ça peut être une Alors est-ce qu’on peut penser qu'il y
écriture sacrée et le pathologique, le a une transmission par l’écriture seule ?
pathos qui va avec. Le pathos, Lacan peut dire que Freud a cogité
l’émotion qui va avec, je ne dis pas que l’inconscient mais qu’il n’a pas – je le
se soit pathologique. cite des Autres écrits , page 562 – qu’il
Et d'ailleurs le respect des écritures n’a pu mettre encore sur ce qu’est
donne lieu à piapiater, à s’égorger l’expérience qui instaure le régime de
durant les siècles des siècles. Et même l’inconscient. « Ça devait de me rester
pour ce qui est des sciences, on peut de le faire », dit-il. Et donc il fait, en
dire que tant que leurs discours ne effet, une différence là très profonde
cristallisent pas en formules entre l’inconscient, la cogitation de
mathématiques qui sont applicables à l’inconscient et l’instauration d’une
l'aveugle, eh bien on peut douter de expérience qui instaure, qui met
leur valeur, de leur qualité scientifique. finalement l’inconscient au pas de son
Donc ce qu'il y a de plus sûr, c’est discours. Donc il donne l’indication, au
qu'il y a une pratique, ce qu'il y a au fond précieuse, qu’il considère que
crédit de la psychanalyse, c’est une Freud n’a pas mis au point la structure
pratique qui a des effets. de l’expérience analytique, de son
C’est pourquoi je ne trouve pas du temps.
tout déplacé ce qu'a inventé un des Cette opposition que je reprenais de
nombreux coauteurs du Livre noir de la Piglia, de l’histoire numéro un, de
psychanalyse, que j’avais d’ailleurs l’histoire numéro deux, n’est au fond
jadis, oh il y a bien longtemps, recruté pas si éloignée de ce que depuis
comme enseignant au Département de Carnap nous distinguons, à savoir deux
psychanalyse, ce même Département langages essentiels, le langage objet et
aux fins duquel je m'exprime. À le métalangage. Cette distinction, à
l'époque, il a peut-être fait une très laquelle s’est référé Lacan provient très
mauvaise rencontre ici, pour que ça le précisément de l’ouvrage de Carnap,
mette sur ce chemin, mais enfin il ne dit
pas quelque chose de foutu quand il dit Carnap
que la théorie psychanalytique, c’est
une théorie zéro. Ce n’est pas si loin de La syntaxe logique du langage, en fait il
ce que Lacan veut dire quand il dit que s’agit toujours dans les faits de la
l’essence de la théorie psychanalytique syntaxe logique d’un langage, puisque
est un discours sans parole, parce que son intérêt principal porte, son intérêt
ce que Lacan veut dire, c'est que la même unique porte sur les langages
théorie psychanalytique proprement déjà formalisés. Il appelle syntaxe
dite, c'est une théorie de la pratique logique la théorie formelle des formes
psychanalytique, ce n'est pas une linguistiques de ce langage.
théorie de l'inconscient en tant que tel, Et donc il distingue le langage qui
et qu'en effet ce qui est le plus sûr à fait l’objet de notre investigation et le
mettre au crédit de la psychanalyse, langage dans lequel nous parlons au
c’est qu'il y ait pratique de la sujet des formes linguistiques du
psychanalyse. Et pour le reste, il s’agit, langage objet. Et c’est ce qu’il appelle
en effet, les théories ont été multiples métalangage.
pour rendre compte des effets de cette C’est à propos de cette distinction
pratique et Lacan a la faiblesse de que Bertrand Russell a pu dire dans
penser que ce qu’il a lui élaboré est l’introduction qu’il a donnée au
plus près des effets qu’on constate de Tractatus de Wittgenstein que là
cette pratique. s’ouvrait une hiérarchie infinie, sans
Donc ce qui fait ici le départ, et ce limite, de ce qu’on peut retraduire en
qui fait aussi la futilité d'entreprises terme de métalangage qui s’inclut
comme Le livre noir, c’est que tant que successivement à l’infini. Idée qui est
la pratique subsiste avec ses effets, eh
J.-A. MILLER, - Orientation Lacanienne III,8 - Cours n°1 - 9/11/2005 - 6

d’ailleurs très borgésienne elle aussi et négative : « Il n'y a pas de rapport


dans son ouvrage Meaning and Truth, sexuel. » Il s'est interrogé jusqu’à plus
Russell prend bien soin de dire que soif sur la négation et sur le droit de
cette hiérarchie de langage, cette formuler une négation de ce genre à un
hiérarchie de métalangages qui niveau qui est celui du réel et qui n’est
s’incluent les uns les autres, à l’infini pas si loin que ce que Russell essaye
seulement progressif puisque, dans d’appeler ici le primaire.
l’autre sens, il faut bien qu’il y ait un En quoi peut-on, au niveau primaire,
langage objet qui soit primaire pour que dire une négation ? De telle sorte qu'à
le langage même puisse commencer. la fin chez Russell, le langage objet
Get started. consiste en définitive en simple, en tout
et pour tout ne comporte que des object
words, des mots d’objet ou des mots
objet qui ont la caractéristique d'avoir
tous du sens, in I …, tout seul, ils ont
du sens tout seul, et ils peuvent être
appris sans supposer d’autres mots.
Autrement dit il nous donne ici très
clairement, il repousse ici ce qui est le
Pour que le langage puisse binarisme jakobsonien et la notion que
commencer, il faut qu'il y ait un niveau le mot n'a de sens qu’articulé en
primaire et c'est pourquoi lui appelle le système et plus encore il est par-là,
langage objet langage primaire ; et il enfin, l'image que nous avons du
donne un portrait de ce langage langage à partir de Russell et qu'il est
primaire assez savoureux puisqu’il n’en coupé de tout effet réel, de toute
reste pas grand-chose, là la réduction conséquence.
va au maximum. C'est un langage où Ah ! Voilà où nous rencontrons, que
on peut seulement dire ce qui est et où nous avons à penser la conséquence
on peut seulement proférer des du discours. Et cette exigence d’un
assertions, déjà la négation suppose ce discours qui ait de la conséquence,
langage objet et donc elle appartient cette exigence, elle se fait entendre
déjà au métalangage numéro un. De dans l'enseignement de Lacan et elle
telle sorte que l'assertion au niveau fait la différence avec ceux qui pensent
primaire du langage n'a pas d'antithèse, que le discours est en lui-même
n'a pas de contraire. Ça, c'est, disons parlote, comme dit un autre Lacan.
exactement le contraire du livre de … La conséquence du discours
chez Borges qui a toujours son s’entend de deux façons. Je propose
contraire, qui ne se promène jamais ça. Il y a d'abord l'artifice logicien. Nous
sans son contraire avec lui-même : ici avons épelé le nom de quelques-uns
au contraire l'assertion correspondante de ces logiciens. Il y a d'abord l'artifice
au langage primaire n'a pas logicien. Il consiste à réduire, enfin il
d'antithèse ; et donc la négation se consiste à détacher des langues
trouve reportée au métalangage parlées une zone qui fait enclave et une
numéro un, il faut déjà qu’on ai dit, zone où il s'agit de choses comme si
enfin, il y a du beurre dans le cagibi, etc., alors etc., où il s'agit de
pour autant qu’on vient mettre du déductions, de démonstrations,
beurre dans le cagibi, il y a du beurre et d'implications, de conclusions certaines
il faut, pour dire il n’y en a pas, il faut avec des lexiques et des grammaires
déjà savoir ce que c'est que beurre et sur mesure. C’est ça, c'est
que il y a du beurre : donc c'est renvoyé essentiellement de ça dont traite
à un niveau supérieur. Carnap, de cette zone qui est comme
Ça fait comprendre fort bien les une enclave dans le langage parlé où il
difficultés que Lacan a traînées est question de la conséquence.
plusieurs années avec son assertion Ça nous a donné, en effet, un
certain savoir de la conséquence, qui
J.-A. MILLER, - Orientation Lacanienne III,8 - Cours n°1 - 9/11/2005 - 7

est peut-être ce qu'on peut trouver de l'hypothèse des tourbillons, c’est une
plus voisin pour représenter ce qui fut fantasmagorie.
l'utopie d’une langue universelle telle De tout ce fatras, la physique
que par exemple la rêva au XVIIe siècle mathématique, celle qui est née au
le fameux évêque Wilkins, j'ai dit le XVII° siècle, se distingue par les
fameux pas tellement, l'évêque Wilkins conséquences réelles qu'elle s'avère
qui se dépensa dans la construction capable d'apporter dans cette Nature, y
d’une langue artificielle qu’il proposerait compris celle de faire rêver à
à toutes les nations, on en entend l'anéantissement de l'humanité, et en
d'abord parler dans Borges, et Lacan plus sans jugement d'aucune sorte, non
dans les Écrits fait référence à l'évêque pas que le jugement judiciaire, enfin, le
Wilkins à partir de Borges, c'est dans judiciaire ne donne aucune garantie
une note de son Séminaire sur « La mais enfin là on en est venu, ça nous
lettre volée », que vous pouvez aller accompagne, à l'idée de
retrouver. C'est pour ça que je dis le l'anéantissement de l’humanité, du tout
fameux évêque Wilkins. de l'humanité, sans jugement, mais
Mais, en fait, la langue universelle plutôt par l’effet conjugué de la bêtise et
de l’évêque Wilkins comme cette de la folie.
enclave logique dans le langage, ce C’est ce que montre si bien le film
n’est pas une langue puisque personne génial de Kubrick Docteur Strange
ne la parle, c'est tout juste un langage love : on voit sous les yeux le
écrit et inventé. processus qui conduit à la destruction
Et puis il y a la conséquence au de la planète et qui est dû à un mixte, à
sens de ce que le discours suscite dans un mélange de folie et de bêtise.
le réel et au grès de cette conséquence Alors que faut-il en conclure ? Que
il s’agit de savoir, enfin c'est par là que le symbolique est entré dans le réel ?
le discours ne serait pas vain. C’est la version classique du
Alors le mot de conséquence veut lacanisme. On peut dire aussi, c’est
dire ici effet du symbolique dans le moins classique, que nous trouvons un
réel ; et c'est ce que nous appelons la réel non pas le réel, mais un réel, que
structure c'est-à-dire le savoir en tant cette science s'est créée sur mesure en
que cause. Il est intéressant que Lacan le prélevant sur la Nature.
ait fini par faire, disons ça, que le Lacan Bon, qu’est-ce qu'il faut dire ? Le
numéro deux ait fini par faire cette réel, est-ce qu'il faut dire un réel et
niche au Lacan numéro un, de définir la quelle est la valeur que chacune de ces
structure comme du réel et non pas du expressions est susceptible de prendre,
symbolique. c’est quelque chose que nous aurons
On croyait pourtant avoir appris le sans doute à rencontrer cette année.
contraire mais on l’apprenait du Lacan En tout cas, si mangée que la
numéro un, le Lacan numéro deux Nature soit, qu’on l'imagine, si mangée
considère comme absurde que la qu’elle soit par le réel ou par le
structure soit autre chose que du réel. symbolique, la nature se définit, c'est
Si on essaye d’y comprendre là-dessus que nous conduit Lacan, la
quelque chose, il faut saisir, il faut nature se définit de ce qu’aucun
prendre la chose de plus loin, de ce à discours n’y a de conséquence.
quoi nous faisons volontiers un petit Alors il y a une enquête qui a été
bye bye, et qui s'appelle l'écologie, la faite sur le sens du mot Nature, un
Nature en tant que nous pouvons lui essai sur l’histoire de l'idée de Nature,
faire adieu. qui a été faite par le philosophe,
La Nature, l'idée de la Nature, le fait l’historien Hadot, Pierre Hadot,
de la Nature, son existence, a nourrit
au cours des siècles d'innombrables Hadot
contemplations et fantasmagories.
Descartes lui-même, vaillant cavalier, a qui, l’année dernière, a sorti un ouvrage
succombé dans sa physique, à
J.-A. MILLER, - Orientation Lacanienne III,8 - Cours n°1 - 9/11/2005 - 8

qui s'appelle Le Voile d’Isis, essai sur langage. Ils se sont montrés capables
l’histoire de l'idée de Nature. Ça fait de s’intéresser à une proposition aussi
vraiment une pièce à l'appui de cette peu avenante que s’il fait jour alors il
thèse puisqu'il ne se gêne pas pour dire fait jour, proposition qui est vraie sans
que près de 25 siècles de pensées ont qu'on ait seulement à ouvrir les rideaux.
été nourris par les trois petits mots dont Le jour qu’il fait on lui substituera
on dit, enfin c’est la tradition qui veut avantageusement la lettre A, initiale de
ça, dont on dit qu'ils furent déposés par l’âne, et puis on se servira du colifichet
Héraclite dans le temple d'Artémis à de celui-là pour désigner le si alors,
Éphèse, les trois petits mots : physis pour désigner le alors et on aura une
kryptesthai philei. La nature aime à se concaténation aussi intéressante que
cacher. Sublime oracle, et l'historien qui celle-ci, si A alors A. Je ne manquerai,
étudie la chose peut dire c'est resté vous le copierez un certain nombre de
comme ça pendant 25 siècles. On a fait fois.
des variations en philosophie, on a fait A A
des variations sur : la Nature aime à se
cacher. Et, au fond, on n'a pas fait un Alors évidemment tout devient plus
seul pas de plus. Pour lui on en trouve complexe et plus intéressant si vous
encore l’écho chez Heidegger, quand admettez dans cette histoire un B, si A
Physis se découvre, la Physis qui aime alors B, ça, ça ouvre un monde de
à se cacher c'est alors Aleteia veritae spéculations et c'est sans doute un peu
qui surgit. court.
C'est ce qu'on trouve à la fin du texte A B
de Heidegger sur Aristote qui s'intitule :
Ce qu'est et comment se détermine la
En effet, avoir A et B, si on a deux
Physis , que vous trouvez dans le
termes ils peuvent avoir des valeurs de
recueil intitulé Question II chez
vérité distincte.
Gallimard ; évidemment nous sommes
Si A et B sont vrais tous les deux
plutôt gênés par l'idée de traduire
leur combinaison implicative sera vraie,
Physis par Natura, le mot latin n’ayant
s’ils ont tous les deux faux de même, si
pas du tout la même valeur que le mot
A est vrai et l'autre pas, la proposition
grec, la chute de ce texte sur Aristote
implicative sera fausse, et elle sera
est : Physis est Aleteia – la nature est
vraie si A est faux et B est vrai. Difficile
vérité – d’éclosion dans l’hiver et pour
à noter, tout ça.
cette raison kryptesthai philei. Pour
Mais il suffit alors de faire un petit
cette raison la nature aime à se cacher.
tableau.
Donc il y a là comme la répétition de
ces trois petits mots qui soutient la
cogitation philosophique depuis V V V
25 siècles. V F F
Et, là, avec cette définition de la F F
nature, évidemment, aucun discours n’y V
peut rien. On définit précisément ce F V V
terme comme celui qu'aucune
combinaison de signifiants n'aura Si cette proposition est vraie alors
aucune incidence. Et c'est en quoi on une proposition vraie la combinaison
peut dire que la nature est définie du est vraie. Si a l première est vraie la
fait que aucun discours n’y a de seconde est fausse la combinaison est
conséquence. fausse. Si ici la première est fausse et
Évidemment, on est tout à fait à la seconde également la combinaison
l'opposé, là, du régime des lettres que est vraie et si celle-ci est fausse et la
j'évoquais en écrivant ceci. Ça, seconde vraie leur combinaison est
évidemment, on est à l'autre bout du vraie.
kryptesthai philei, quand on s'intéresse Eh bien voilà, ça, une petite table cet
à ce que les stoïciens ont pu faire du ordre, voilà un discours, voilà un de ces
J.-A. MILLER, - Orientation Lacanienne III,8 - Cours n°1 - 9/11/2005 - 9

discours sans paroles que nous étions instruction sur le sens : Snow is white
en peine de trouver et ici on peut dire, est vrai si et seulement la neige est
sur le mode de ce petit tableau de blanche. Et donc en inversant le
vérité, voilà un discours sans paroles et processus, en inversant la formule on a
ça reste l’effort de Lacan de réduire les de quoi apprendre le sens des
termes analytique à des tableaux de ce propositions d'une phrase.
genre. Il cite plutôt que de regarder par la
La conséquence comme la vérité fenêtre, on consultera le dictionnaire,
sont ici fermement enfermées dans le au mieux l’encyclopédie. Et il faut bien
discours. Il en va autrement quand on dire que le sauvage de Bougainville se
définit la vérité elle-même à partir de moque de la neige et de sa couleur,
l'implication. C'est le tour que joue quel supplément leur est enseigné.
Tarski dans un célèbre article des L'important est que cette fonction
années 30, du début des années 30, s'exprime ici comme une unité de
qui formule «il neige est une phrase valeur, comme une unité de valeur de
vraie si et si seulement il neige. » Bon, vérité ou de faussetés, une unité de
écrivons-le, cette proposition valeur de vérité et qu’elle est donc
renversante : chiffrable. Il faut passer par là pour
avoir un discours qui mordrait sur le
"il neige" s i i il neige réel.
S'attacher, privilégier les discours
« Il neige » - je peux écrire ici la qui ont de la conséquence dans le réel,
flèche, et si seulement, s avec deux i - il c’est le critère dont Lacan, que le
neige. Il faut regarder, là, la phrase premier Lacan a presque toujours
oblige à regarder par la fenêtre de son utilisé jusqu’à ce que ça cède, ça cède
igloo, pour s’assurer de la vérité du dit, dans les textes mystérieux de sa fin
de sa conformité à ce qui est le cas. d’écriture, où en fait des catégories de
Alors il y a petit jeu de guillemets qui la science il les trouve même futiles.
sont mis et ôtés, et les petits guillemets Mais le premier Lacan enseigne au
signalent que l'on change d’univers du contraire le sérieux du discours et il y
discours. Leur présence indique que voit le privilège du structuralisme.
l'on cite et les guillemets disparaissent Pourquoi est-ce que le
quand on décite, ce n'est pas mot qui structuralisme c'est sérieux ? Pour
est d’emploi français, on emploie en autant que le sérieux c'est le sériel, le
anglais le terme de disquotation. sérieux vraiment sérieux, c’est le sériel,
qui est fait d'éléments, de suites, de
disquotation configurations, d’homologies, de
répétitions, etc.
Quotation c’est la citation et Bref, ce qui est sérieux pour Lacan,
disquotation en français ça donne la c'est la logique du signifiant, c'est-à-dire
décitation. le contraire d'une philosophie, pour
Tarski démontre que cette définition autant que toute philosophie repose sur
de la vérité échoue pour les langues l'adéquation, la transparence, l’accord,
naturelles comme pour les langues l’harmonie de la pensée avec elle-
formalisées et complexes et il est venu même.
à l’idée de Davidson Il y a toujours caché quelque part
dans une philosophie un Je égal Je
Tarski
Je = Je
Davidson
qui constitue ce que quelque part
de se servir de cette proposition en Lacan appelle l'erreur initiale de toute
l’inversant pour qu'elle fasse pont entre philosophie, et qui consiste à privilégier
les langues. Ça permet, vous voyez cette égalité et donc à faire croire que
comment on peut en faire une
J.-A. MILLER, - Orientation Lacanienne III,8 - Cours n°1 - 9/11/2005 - 10

le « Je » est contemporain de complètement et nous chargeons de la


lui-même, alors qu'il est foncièrement récolletion le grand Autre, qui devient,
en retard, sa constitution est en retard qui est en effet, où tous les signifiants
sur l'émergence de sa cause, est sont supposés trouver place, voire tout
toujours en retard sur l'émergence de le discours universel dans ses
petit a. variantes, voire l’infini hiérarchie de
L'inconscient veut dire cela, que la Russell, voire le langage primaire, voire
pensée est causée par de la non les langages de dessous, le marché du
pensée, qu’on ne peut ressaisir au savoir, finalement nous avons ici dans
présent sinon à la saisir dans la cet Autre, cet Autre est aussi plein que
conséquence. le sujet barré est vide. Ça rappellerait
Et c'est ainsi que Georges Dandin pour un peu la fable de la grenouille,
peut quand même ressaisir la bon.
conséquence ; au temps d’arrêt quand
il s’arrête pour dire « Tu l’as voulu
Georges Dandin. » Le « Tu l’as voulu
Georges Dandin », c'est le moment où S A
il fait temps d'arrêt pour ressaisir dans
la conséquence ce qui était causé par
Mais là, précédemment, le S barré,
de la non pensée. bien plus fort que la grenouille,
Cette critique du « Je égal Je », abandonne tout prédicat à l'Autre et il
nous savons qu'elle s’est inscrite pour fonctionne pour nous comme manque
Lacan à la rubrique du sujet barré, ma de.
petite flèche à deux tirets signifie au
Eh bien il faut quand même
contraire ici opposition au sujet barré.
comment tenir compte de ce que il y a
d’intimité, une durée de quelque chose
Je = Je S qui apparaît bien liée au sujet.
Alors, on peut dire, c'est ce dont
Mais, qu'est-ce qui fait ce sujet barré Lacan a rendu compte de cette durée
dans l'expérience analytique ? C'est par un terme qu’il a au départ
que le sujet s'y trouve dispensé de complètement opposé à S barré, à
cette proposition je le dis et je le répète. savoir le moi. Il a opposé le moi comme
C'est-à-dire il peut dire, il doit dire, des étant du symbolique par rapport à
propos qu’il est dispensé de soutenir l'imaginaire.
sous la forme d'un je dis et je le répète.
C'est ainsi qu’on arrive à une
certaine pureté qui laisse précisément
au psychanalyste la charge de soutenir S A
ce qui est avancé. moi
Et ça, nous le savons, c'est ce qui
nous lie à cette écriture et pourtant on
Mais ce qu'on voit, les traces qu’on
voit déjà dans l'enseignement de Lacan
observe dans l’enseignement de Lacan
surgir le sentiment, les premiers sont là pour indiquer qu’il y a quelque
arguments qui montrent que ce S barré chose qui autour du sujet fait soudure,
est trop étroit pour soutenir toutes les fait un gel. Et le terme autour de quoi
fonctions. se fait ce gel, le seul terme auquel
Lacan peut avoir recours c'est le
Je = Je S fantasme.

S ( S ◊ (S ◊ a) ) ) )
En effet, au départ il est fait pour ça.
S'il y a S barré, si le sujet nous pouvons Et donc c’est par rapport, ce serait le
l’écrire S barré, c’est parce que nous petit a qui donnerait sa continuité, sa
chargeons, nous le vidons soudure au sujet barré. Comme si nous
J.-A. MILLER, - Orientation Lacanienne III,8 - Cours n°1 - 9/11/2005 - 11

avions ici une suite d'instants subjectifs


et que seul ce serait leur relation à
petit a qui fait du sujet sa consistance
ou qui fait qu’il se produit tout de même
une certaine soudure.
Eh bien je dirais que c'est là ce dont
Lacan s'emparera par la suite pour
définir le parlêtre.
Le parlêtre, c'est le sujet devenu
durée, et s'inscrivant comme Un du
corps. On voit que ce que lui donne son
assise dans le Lacan numéro un c'est
le rapport du sujet barré avec petit a.
Au fond, la précipitation autour de S
barré, c'est là qu'elle ouvre la place du
corps, l'homme à un corps, on ne peut
pas le dire du sujet barré, l'homme
parle avec son corps et, dit Lacan, il
parlêtre de nature. Le mot nature est
bien fait pour amener que ce faisant, il
se dénature.
Au fond, parlêtre, est pour Lacan
l'équivalent, ce qui a aussi vocation à
remplacer l'inconscient freudien et on
voit que si on peut le donner comme la
transformation du sujet barré ou de
l'inconscient, c'est bien parce que il est
foncièrement particularisé.
Bon, eh bien, je ne sais pas si c’est
clair pour vous, ou ça ne l’est pas
entièrement pour moi et c’est bien ce
qui nous fera poursuivre la semaine
prochaine.

Fin du Cours I de Jacques-Alain Miller


du 9 novembre 2005