Vous êtes sur la page 1sur 2

i i

i i

– En régime permanent, l’oscillateur répond à la fréquence fixée par l’excitateur.


– L’amplitude de la réponse est proportionnelle à l’amplitude de l’excitation (réponse
linéaire).
– L’amplitude de la réponse dépend des caractéristiques intrinsèques de l’oscillateur
(v0 , t) et de la fréquence v de l’excitateur .
– La réponse présente en général un déphasage avec l’excitation.
On peut définir la réponse en vitesse par ż = v0 exp(ivt), où v0 = ivz0 :

f0 iv
v0 = 3 2
m (v0 − v2 ) 1 iv/t

3.2. Comportement de la réponse en amplitude en fonction


de la fréquence
• Le phénomène de « résonance en amplitude »
Avertissement : Il importe de remarquer que le titre est entre guillemets. On dit qu’il
y a résonance lorsque la puissance cédée par l’excitateur à l’oscillateur est maximale ;
cela se produit lorsque la fréquence de l’excitateur est rigoureusement égale à la fréquence
propre de l’excitateur. La mise en évidence du phénomène de résonance proprement dit
nécessite l’étude de la réponse en vitesse ; on ne peut donc pas en toute rigueur parler de
« résonance en amplitude ».
z0 (v) = ( f0 /m).Fa (v) conduit à :

1 v /t
|Fa (v)| =  et tan f(v) = −
(v20 − v2 )2 1 (v/t)2 v20− v2

où f est le déphasage entre la force excitatrice F(t) et la réponse en amplitude x(t). La


seule donnée de tan f(v) ne suffit pas à déterminer la phase f(v). Pour la déterminer, on
peut remarquer que l’argument de Fa (v) est négatif.
Si l’oscillateur est assez faiblement amorti
1 Fa
(pour v0 t > √ ) l’amplitude de la réponse
2 Fa,max
présente un maximum pour une pulsation Fa,max
excitatrice vm légèrement inférieure à la pul- 2
>>1
sation propre v0 de l’oscillateur ; la force
excitatrice est alors en avance de un peu 1

moins de p/2 sur le déplacement. On a ωοτ < 1


2

vm = v20 − 1/2t2 m

• Réponse à basse fréquence : dans la limite des basses fréquences, la force excitatrice
est pratiquement en phase avec le déplacement.

24

i i

i i
i i

i i

• Réponse à haute fréquence : dans la limite des hautes fréquences, la réponse tend vers 0
comme 1/v2 (l’oscillateur n’ a pas le temps de répondre à cause de son inertie). La force
est pratiquement en opposition de phase avec le déplacement.
• Acuité de la « résonance en amplitude » : dans la limite d’un amortissement nettement
faible (v0 t  1) vm est très voisin de v0 et l’acuité de la résonance en amplitude est
caractérisée par une largeur de bande passante telle que :

Dva = 1/t

La « résonance » en amplitude, lorsqu’elle existe est d’autant plus étroite que l’amortisse-
ment est faible. Il en va de même pour la résonance définie par la vitesse à la différence
qu’elle n’existe pas toujours.
• Principe de causalité : les effets ne peuvent précéder les causes. Cela se manifeste ici par
le fait que la réponse en amplitude est toujours en retard de phase sur la force excitatrice.

3.3. Aspect énergétique


• Bilan instantané : l’énergie cinétique et l’énergie potentielle sont des fonctions pério-
diques, de période T /2 dont l’amplitude dépend du module de la fonction de réponse.
L’énergie mécanique est en général dépendante du temps.
Ce n’est que dans le cas où la fréquence de l’excitateur est égale à la fréquence propre
de l’oscillateur que la puissance instantanée qu’il lui fournit est égale à la puissance
instantanée dissipée par l’amortissement.
• Puissance moyenne absorbée : résonance. La puissance moyenne absorbée est la
grandeur moyenne effectivement accessible à la mesure.
 T
1 f02 t 1
P T (v) =
2m v2 − v2 2

p(t)dt =
T 0
0
11
v /t

La puissance moyenne absorbée par l’oscillateur a un profil fréquentiel Lorentzien. Elle


est maximale lorsque la fréquence de l’excitateur est égale (rigoureusement) à la fréquence
propre de l’oscillateur ; la bande passante en puissance (largeur totale à mi-hauteur de
P T (v)) est telle que :
DvP  3 t = 1

Le facteur de qualité Q ne dépend que des caractéristiques de l’oscillateur et rend compte


de l’acuité de la résonance :
v0
Q= ≈ v0 t
DvP 

➜ Voir exercices 16 à 17

1. MÉCANIQUE 25

i i

i i

Vous aimerez peut-être aussi