Vous êtes sur la page 1sur 13

 

Lycée  Jean  Dautet  –  La  Rochelle  -­‐                                                          jeudi  1er  octobre  2015  
 
 
CHIMIE PCSI

 
CORRIGÉ  du  
Devoir  Surveillé  n°1  
 
 
Durée  du  devoir  :  2  heures  
 
 
Barême :
 
!  Exercice  1  :  11  points    (soit  7,3  points  sur  20)  
 
!  Exercice  2  :  18  points    (soit  12  points  sur  20)  
 
!  Présentation  générale  de  la  copie  :  1  point  (soit  0,7  points  sur  20)  
 
 
TOTAL  :  30  points  
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Page 1 sur 13
 
 
 
11 Pts Exercice : combustion de S et formation de
SO2. {40 min}
Les   gaz   sont   considérés   comme   parfaits   et   la   constante  
des  gaz  parfaits  R  vaut  R  =  8,31  J.K-­‐1.mol-­‐1.  
 
On   admet   que   l’air   est   constitué   approximativement   de  
20%   de   dioxygène   et   de   80%   de   diazote   (pourcentages  
molaires).  
   
On   introduit   une   masse   m   =   0,30   g   de   fleur   de   soufre  
(soufre   pur   solide,   se   présentant   sous   forme   d’une  
poudre  jaune)  dans  un  petit  creuset  de  combustion.  
 
À   l’aide   d’un   bec   bunsen,   on   enflamme   le   soufre   et   on  
place  immédiatement  le  creuset  dans  un  flacon  de  volume  
1,00   L   contenant   de   l’air   sous   pression   initialement                  
de  𝑃  =  1,00  bar.  On  referme  hermétiquement  le  flacon.  
 
On   observe   alors   une   combustion   lente   du   soufre   dans  
l’air,   avec   une   flamme   bleutée   caractéristique.   On  
modélisera   cette   transformation   par   l’unique   réaction  
chimique  d’équation  :  
   
S(s)    +    O2(g)    =    SO2(g)  
 
Le  diazote  n’est  ni  un  réactif,  ni  un  produit  mais  est  une  espèce  gazeuse  présente  dans  le  
flacon.  
 
Même   si   la   température   augmente   légèrement   pendant   la   combustion,   avant   de  
redescendre  ensuite,  on  admettra  pour  simplifier  qu’elle  reste  toujours  voisine  de  25°C.  
À   cette   température,   la   constante   d’équilibre   K°   de   la   réaction   de   combustion   vaut   :              
𝐾°  =  4.10+52.    
 
On  donne  la  masse  molaire  du  soufre  :  𝑀  =  32,1  g⋅mol-­‐1.  
 
1) Calculer  les  quantités  de  matière  initiales  de  soufre,  de  dioxygène  et  de  diazote.  
Quantité  de  matière  initiale  :  
0,5 Pt    De  soufre  :  n0  =  0,30/32,1  =  9,35.10-­‐3  mol  
D’air  :   le   flacon   a   un   volume   de   1L,   la   température   vaut   25+273,15   =   298,15   K,   la  
pression   vaut   p°   =   1,00   bar   =   1,00.105   Pa.   Alors   utilisons   l’équation   d’état   des   gaz  
parfaits  :  
1 Pt  nair  initial  =  nair  =  (1,00.105  x  1.10-­‐3)  /  (8,31  x  298,15)  
nair  initial  =  nair  =  0,040  mol  
Comme  il  y  a  20  %  de  diazote  et  80  %  de  diazote,  il  y  a  donc  dans  le  flacon  :  

Page 2 sur 13
 
0,5 Pt  nO2initial  =  n1  =  8,0.10-­‐3  mol  
0,5 Pt  nN2initial  =  n2  =  3,2.10-­‐2  mol  
 
 
2) Proposer   un   tableau   d’avancement   explicite,   l’avancement   étant   noté   ξ.   Que  
pouvez-­‐vous  dire  de  la  quantité  de  matière  totale  de  gaz  initialement  et  au  cours  
de  la  transformation  ?  Qu’en  déduisez-­‐vous  pour  la  pression  ?  
Proposons  un  tableau  d’avancement  :  
 
1 Pt   S(s)   +   O2(g)   =   SO2(g)   N2(g)   nTOT(gaz) 0,5 Pt  
               
t  =  0   n0     n1     0   n2   nair  =  n1+n2  
t   n0  -­‐  ξ     n1      -­‐  ξ     ξ   n2   nair    -­‐  ξ+  ξ
=  nair  

Dans  ce  tableau  d’avancement,  les  quantités  de  matière  apparaissent  exprimées  en  
mol.    

0,5 Pt   On   remarque   que   la   quantité   de   matière   gazeuse   totale   ne   change   pas  :   quand  
ξ mol  de  O2  disparaissent,  elles  sont  remplacées  par  ξ  mol  de  SO2.  

0,5 Pt   Donc   si   la   quantité   de   matière   de   gaz   ne   change   pas,   la   pression   non   plus  :   la  
pression  reste  constante  tout  au  long  de  l’évolution  du  système.  

 
3) Exprimer   la   constante   d’équilibre,   en   fonction   des   activités,   puis   des   pressions  
partielles  de  chaque  gaz  O2  et  SO2.  
Exprimons  la  constante  d’équilibre  en  utilisant  la  relation  de  Guldberg  et  Waage  :  
 
!"#!
!(!"!)é! !° é!
1 Pt                      𝐾° = !(!!)é!
  =   !"!  
!° é!

 
4) Déterminer   la   composition   finale   du   système   dans   le   flacon,   en   précisant   en  
particulier  quel  est  le  réactif  limitant,  s’il  y  a  présence  ou  absence  du  soufre,  et  en  
donnant   la   pression   totale   dans   l’enceinte   et   les   pressions   partielles   des  
différents  gaz.    
Passons  aux  valeurs  numériques  afin  de  repérer  le  réactif  limitant  :  
 
  S(s)   +   O2(g)   =   SO2(g)   N2(g)   nTOT(gaz)  
               
t  =  0   9,35.10-­‐3     8,0.10-­‐3     0   n2   nair  =  n1+n2  
t   9,35.10-­‐3  -­‐  ξ     8,0.10-­‐3    -­‐  ξ     ξ   n2   nair    
 
Le  réactif  limitant  est  celui  qui  disparaît  en  premier  si  la  réaction  est  totale.  

Page 3 sur 13
Ici,  visiblement,  c’est  le  dioxygène.  
 
Par  ailleurs,  la  constante  d’équilibre  a  une  valeur  très  grande,  très  supérieure  à  104  donc  
la  réaction  est  totale.  
 
1Pt  En  conclusion  :  le  dioxygène  est  le  réactif  limitant,  le  soufre  est  donc  en  excès.  
 
A  la  fin  de  la  transformation,  voici  donc  les  quantités  de  matière  restantes  :  
 
  S(s)   +   O2(g)   =   SO2(g)   N2(g)   nTOT(gaz)  
               
t  =  0   9,35.10   -­‐3   8,0.10 -­‐3     0   n2   nair  =  n1+n2  
tfinal   9,35.10-­‐3  -­‐  8,0.10-­‐3         8,0.10-­‐3    -­‐  8,0.10-­‐3         8,0.10-­‐3     n2   nair    
 
  S(s)   +   O2(g)   =   SO2(g)   N2(g)   nTOT(gaz)  
               
t  =  0   9,35.10-­‐3     8,0.10-­‐3     0   n2   nair  =  n1+n2  
tfinal   1,35.10-­‐3         ε   8,0.10-­‐3     3,2.10-­‐2   4,0.10-­‐2  
 
En   fait,   le   dioxygène   est   gazeux,   il   n’en   reste   quasiment   plus,   c’est   à   dire   qu’il   en   reste  
une   quantité   très   très   faible,   mais   que   nous   pouvons   calculer   car   c’est   un   composé  
gazeux   et   il   est   possible   de   calculer   sa   pression   partielle   à   l’aide   de   K°.   L’état   final   est  
donc   toujours   un   état   d’équilibre   chimique   même   s’il   ne   reste   que   des   «  traces  »   de  
dioxygène.  
 
Calculons  les  pressions  partielles  :  
 
!,!.!"!!
0,5 Pt𝑃 𝑆𝑂2 =   !,!.!"!!  𝑃    =  0,2  bar  
 
!,!.!"!!
0,5 Pt𝑃 𝑁2 =   !,!.!"!!  𝑃    =  0,8  bar  
 
On  peut  calculer  la  pression  partielle  de  O2  en  utilisant  K°  :    
 
0,2
𝐾° =   !"! = 4.10!"  
!° é!
 
D’où  l’on  déduit  :    
 
0,5 Pt𝑃 𝑂2 =   5.10!!"  𝑏𝑎𝑟  
 
La  quantité  de  matière  de  O2  restante  est  effectivement  très  très  faible  :  
!.! !.!"!!"  !  !,!.!"!!
0,5 Pt  n(O2)finale  =   !"  =   !,!"  !  !"#,!"
 =  2.10-­‐55  mol  
 
Donc  il  ne  reste  plus  de  O2,  la  valeur  obtenue  étant  extrèmement  faible  !!!!!  
 
Il  reste  1,35.10-­‐3  mol  de  soufre,  soit  :  0,5 Pt  m(S,  finale)  =  0,0443  g  

Page 4 sur 13
 

18 Pts Problème : chimie dans l’Univers


La   présence   d’eau   liquide   et   d’une   atmosphère   permettant   le   processus   de   la  
photosynthèse   ainsi   que   l’existence   d’un   champ   magnétique   servant   de   boucliers   aux  
rayonnements  cosmiques  sont  nécessaires  à  l’apparition  de  la  vie.  
Dans   le   tableau   ci-­‐dessous   sont   réunies   quelques   caractéristiques   des   planètes   du  
système  solaire  :  
 

 
1  UA  =  1,5.1011  m  =  distance  Terre-­‐Soleil  
 
2,5 Pts partie 1 : « amarrisage ». La présence d’eau liquide –
arrivée sur Mars {10 min}
 
On  donne  le  diagramme  pression  –  température  de  l’eau  :  

 
 
1) Associer   à   chaque   domaine   (numérotés   de   1   à   4)   l’état   physique   dans   lequel   se  
trouve   l’eau   parmi   les   propositions   suivantes  :   solide,   liquide,   gaz   et   fluide  
supercritique.  

Page 5 sur 13
1 Pt
1  :  à  T  élevée  et  pression  faible,  le  corps  pur  est  gazeux.  
3  :  à  température  basse  et  pression  élevée,  le  corps  pur  est  solide.  
2  :  la  troisième  phase  commune  est  la  phase  liquide  
4  :  domaine  de  la  phase  fluide  supercritique.  
 
2) Donner  les  noms  des  points  A  et  B.  
0,5 Pt    
A  s’appelle  le  point  triple.  En  ce  point  coexistent  les  trois  phases  S,  L  et  G.  
B   est   le   point   critique.   Au   delà,   plus   rien   de   distingue   la   phase   liquide   et   la   phase  
gaz,  le  corps  pur  est  dans  une  phase  appelée  phase  supercritique.  
 
(Occultons   l’annonce   de   la   NASA   de   ce   début   de   semaine)…Si   l’eau   n’existe   plus   sous  
forme   liquide   sur   Mars,   elle   a   dû   néanmoins   être   présente   sous   cette   forme   dans   le  
passé.   Les   volcans   martiens   ont   dû   éjecter   de   l’hydrogène   et   de   l’oxygène   qui   ont   donné  
naissance   à   de   l’eau   dont   les   canaux   conservent   la   trace   de   son   écoulement.   Lors   d’un  
refroidissement  ultérieur  de  la  planète,  l’eau  a  dû  disparaître  sous  forme  de  glace  dans  le  
sol.  
Un  élément  qui  vient  confirmer  cette  hypothèse  est  la  présence  de  dépôts  de  sel  au  creux  
de  dépressions  vers  lesquelles  serpentent  les  canaux.  
 

 
image  de  la  caméra  stéréoscopique  haute  résolution  2D    
du  canyon  d’Echus  Chasma  sur  la  planète  Mars  
 
3) D’après   le   texte,   sous   quel   état   physique   se   trouve   essentiellement   l’eau   sur   Mars  
aujourd’hui  ?  
0,5 Pt  L’eau  se  trouve  sous  la  forme  solide  aujourd’hui  sur  Mars.  
 
4) Valider  cette  hypothèse  en  vous  aidant  du  tableau  et  du  diagramme  (P,T)  de  l’eau.  
0,5 Pt  D’après  le  tableau,  la  température  est  très  basse  et  inférieure  à  0  et  la  pression    
vaut   600   Pa,   soit   0,006   bar.   L’eau   y   figure   bien   sous   la   forme   solide   sur   ce  
diagramme.  
 

Page 6 sur 13
sc
C

S L

sur Mars T
G

 
 
4,5 Pts Partie 2 : « atterrissage ». Les dangers d’une
atmosphère trop concentrée en dioxyde de carbone sur la
survie des espèces calcaires dans l’océan – retour sur Terre.
{20 min}
Les   rejets   de   CO2   liés   à   l’activité   humaine   ont   des   conséquences   sur   le   réchauffement  
climatique,   mais   entraînent   aussi   une   acidification   des   eaux   qui   pourrait   avoir   de   lourds  
impacts  sur  la  survie  des  organismes  marins  calcaires.  
 
5) D’après   l’introduction   de   la   page   3,   comment   est   limitée   la   concentration   en  
dioxyde  de  carbone  de  l’atmosphère  terrestre  ?  

 
0,5 Pt  C’est  la  photosynthèse  qui  limite  la  concentration  en  CO2  de  l’atmosphère.  En  
effet,  beaucoup  de  dioxyde  de  carbone  va  se  trouver  ainsi  assimiler  par  les  plantes.  
 
Un   second   processus   de   limitation   de   la   concentration   en   dioxyde   de   carbone   dans  
l’atmosphère   consiste   en   la   dissolution   du   dioxyde   de   carbone   dans   l’eau   de   mer.  
Cependant,  le  processus  ne  se  fait  pas  de  manière  homogène  dans  les  différents  bassins  
du  monde  car  cette  réaction  de  dissolution  est  exothermique.  
 
Actuellement,   l’eau   de   mer   a   un   pH   compris   entre   8,1   et   8,3   mais   les   scientifiques  
s’attendent  à  une  diminution  du  pH  de  0,3  dans  cent  ans.    
On  rappelle  que  :  pH  =  -­‐Log([H3O+]).  
 
La  constante  d’équilibre  de  la  réaction  [1]  de  dissolution  de  CO2(g)  qui  produit  des  ions  
hydrogénocarbonate  HCO3-­‐(aq)  et  des  ions  oxonium  H3O+  :    
 
CO2(g)    +    2  H2O(l)    =    HCO3-­‐(aq)    +    H3O+(aq)                [1]  
 
La  constante  a  une  valeur  qui  vaut,  à  la  température  de  travail  (298  K)  :  K°1  =  2,00.10-­‐8  
 

Page 7 sur 13
6) Exprimer   la   constante   K°1   en   fonction   des   activités   des   composés   en   réaction,  
puis  en  considérant  les  composés  en  solution  comme  infiniment  dilués  et  le  gaz  
comme  parfait.  
 
𝒂 𝑯𝟑𝑶+, 𝒂𝒒 é𝒒 𝒂 𝑯𝑪𝑶𝟑−, 𝒂𝒒 é𝒒
𝑲°𝟏 =  
𝒂 𝑪𝑶𝟐, 𝒈 é𝒒 𝒂 𝑯𝟐𝑶, 𝒍 𝟐 é𝒒
 
!!!! é! !"#!! é!

1 Pt 𝐾!° = !°
!!"!,é!

   car  l’activité  de  l’eau  liquide  vaut  1.  

 

 
vue  du  Mauna  Loa,  sur  l’île  d’Hawaii  
 
La   pression   partielle   moyenne   constante   en   CO2   au   sommet   du   Mauna   Loa   à   Hawaii   est  
actuellement  de  39,5  Pa.    
 
7) A  l’aide  d’un  tableau  d’avancement,  montrer  qu’il  y  a  une  relation  simple  entre  les  
quantités  de  matière  de  chacun  des  ions  de  la  réaction  [1].  
 

  CO2(g)   +   2  H2O(l)   =   H3O+(aq)   +    HCO3-­‐(aq)  


             
t  =  0   n0     excès     0   0  
t   n0  -­‐  ξ     excès     ξ   ξ  
 
0,5 Pt  On  remarque  facilement  que  la  quantité  de  matière  d’ions  oxonium  est  la  
même  que  celle  des  ions  hydrogénocarbonate.  
 
8) En   déduire,   dans   l’hypothèse   où   seul   le   dioxyde   de   carbone   est   responsable   de  
l’acidité,  le  pH  de  l’eau  de  pluie  se  formant  au  sommet  du  Mauna  Loa.  Commenter.  
 
0,5 Pt  La  remarque  précédente  nous  permet  d’écrire  que  :  [H3O+]éq  =  [HCO3-­‐]éq  
 
En   utilisant   la   constante   d’équilibre   et   sachant   que   la   pression   partielle   de   CO2  
reste  constante  :  
 
 

Page 8 sur 13
!!!! é! !

𝐾!° = !!"!,é!    

 
!!!! é! !

𝐾!° = !",!.!"!!
 =  2,00.10-­‐8    
!
 
1 Pt  Ce  qui  conduit  à  :  [H3O+]éq,  2015  =  2,8.10-­‐6  mol.L-­‐1        soit  :  pH2015  =  5,55  
 
9) En  2100  la  pression  partielle  de  CO2  pourrait  atteindre  50  Pa.  Quelle  variation  de  
pH  accompagnera  cette  évolution  de  la  concentration  en  CO2  dans  l’atmosphère  ?  
Commenter.  
En   2100,   le   calcul   que   feront   vos   arrière-­‐   arrière   petits   enfants   alors   en   CPGE,  
lors  du  DS  1  du  1er  octobre  2100,  donnera  :  
 
0,5 Pt  [H3O+]éq,2100  =  3,2.10-­‐6  mol.L-­‐1        soit  :  pH2100  =  5,50  
 
0,5 Pt  La  variation  du  pH  sera  une  diminution  de  celui-­‐ci  de  0,05.  Cela  reste  faible  
en   valeur   absolue   mais   c’est   la   traduction   quand   même   d’une   acidité   accrue   de  
l’eau,  même  si  elle  est  beaucoup  plus  faible  que  celle  de  l’eau  de  mer.  
 
 
 
 
 
 
7 Pts Partie 3 : sur Terre et dans la station spatiale. Et pourquoi
ne pas utiliser les quantités de CO2 produites comme réactif
pour l’industrie chimique ? Exemple de la réaction de Sabatier.
{30 min}

Et   si   les   énormes   quantités   de   dioxyde   de   carbone   émises   par   les  


centrales  thermiques,  mais  aussi  les  cimenteries  ou  encore  les  gisements  
de   gaz   naturel   étaient   récupérées   pour   fabriquer   des   carburants  
synthétiques  ?    
 
Les   études   de   la   réactivité   du   dioxyde   de   carbone   ne   sont   pas   nouvelles.  
Paul   Sabatier   a   reçu   le   prix   Nobel   de   Chimie   en   1912   pour   l’étude   de   la  
réaction   d’hydrogénation   du   dioxyde   de   carbone en   méthane   et   en   eau,  
dont  l’équation  est  la  suivante  :  

 
CO2(g)  +  4  H2(g)  =  CH4(g)  +  2  H2O(g)   [2]  
 
A  la  température  de  travail,  la  constante  K°2  de  cette  réaction  vaut  :  K°2  =  1.106  

Page 9 sur 13
Cette   réaction,   appelée   réaction   de   Sabatier,   est   actuellement   utilisée   pour   produire   de  
l’eau   à   bord   de   la   station   spatiale   internationale.   Le   catalyseur   utilisé   par   Paul   Sabatier  
était  le  nickel  ;  d’autres  catalyseurs  comme  le  ruthénium  peuvent  être  utilisés.    

Expérimentalement,   la   réaction   de   Sabatier   est   effectuée   à   573   K,   sous   une   pression  


totale  Ptot  fixée   à   2,1   bar,  sur  catalyseur  à  base  de  ruthénium,  à  partir  d’une  mole  de  CO2  
et   quatre   moles   de   H2.   Après   passage   sur   le   catalyseur,   on   mesure   une   pression   de  
dihydrogène,  pH2,  égale  à  0,12  bar.  
 
10)A   partir   d’un   tableau   d’avancement,   montrer   qu’il   y   a   des   relations   simples   entre  
certaines  pressions  partielles.  Déterminer  alors  les  pressions  partielles  pCH4,   pCO2  
et   pH2O   après   passage   sur   le   catalyseur.   On   rappelle   que   la   somme   des   pressions  
partielles  est  égale  à  la  pression  totale.  
 
1 Pt  

  CO2(g)   +   4  H2(g)   =   CH4(g)   +    2  H2O(g)   nTOT(gaz)  


               
t  =  0   1     4     0   0   5  
t   1  -­‐  ξ     4  -­‐  4ξ     ξ   2 ξ   5  -­‐  2ξ
 
Nous   remarquons   que   les   réactifs   ont   été   introduits   dans   les   proportions  
stoechiométriques,   donc   au   cours   de   la   transformation,   ils   resteront   dans   ces  
proportions  stoechiométriques.    La  pression  partielle  du  dihydrogène  sera  donc  
égale  à  chaque  instant  à  4  fois  la  pression  partielle  du  dioxyde  de  carbone  :  
 
1−𝜉
𝑃 𝐶𝑂2 =   . 𝑃  
5 − 2𝜉 !"!
 
4 − 4𝜉 1−𝜉
𝑃 𝐻2 =   . 𝑃!"! = 4. . 𝑃 = 4. 𝑃 𝐶𝑂2  
5 − 2𝜉 5 − 2𝜉 !"!
 
Donc  nous  pouvons  calculer  la  pression  partielle  de  H2  :    
P(H2)  =  4.P(CO2)    
 
1 Pt  P(CO2)  =  0,03  bar  
 
Remarquons  aussi  que  :    
 
𝜉
𝑃 𝐶𝐻4 =   . 𝑃  
5 − 2𝜉 !"!
 
!! !
0,5 Pt 𝑃 𝐻2𝑂 =   !!!! . 𝑃!"! = 2. !!!! . 𝑃!"! = 2. 𝑃 𝐶𝐻4  
 
Comme  la  somme  des  pressions  partielles  est  égale  à  la  pression  totale  :  
 
𝑃 𝐶𝑂2 +  𝑃 𝐻2 +  𝑃 𝐶𝐻4 +  𝑃 𝐻2𝑂   = 𝑃!"!  
 

Page 10 sur 13
0,03 +  0,12 +  𝑃 𝐶𝐻4 +  𝑃 𝐻2𝑂   = 2,1  
 
0,03 +  0,12 +  𝑃 𝐶𝐻4 +  2𝑃 𝐶𝐻4   = 2,1  
 
1 Pt  On  en  déduit  :  𝑷 𝑪𝑯𝟒   = 𝟎, 𝟔𝟓  bar  
 
D’où  :  0,5 Pt        P(H2O)  =  1,30  bar  
 
Rem  :  0,03  +  0,12  +  0,65  +  1,30  =  2,1  bar     OK  
 
 
 
11)Exprimer,  puis  calculer  le  quotient  réactionnel  de  la  réaction,  Q,   pour  le  système  
gazeux  à  la  sortie  du  réacteur  catalytique.    
 
!(!!!) ! !(!"!)
!° !°
Alors  :  𝑄 = !(!"!) !(!!) !
   
!° !°
 
 
!,!" ! !,!"
Alors  :  𝑄 = !,!" !,!" !
   
 
1,5 Pt  Q  =  1,77.105  
 
12)Comparer  les  valeurs  de  Q  et  K°2.  Que  peut-­‐on  en  conclure  ?    
 
1 Pt  Q  est  inférieure  à  K°2,  donc  le  système  constitué  des  4  gaz  n’est  pas  à  
l’équilibre   chimique   à   la   sortie   du   réacteur.   L’équilibre   chimique   n’est   pas  
atteint  au  bout  du  temps  de  passage  sur  le  catalyseur.  
 
Pour   limiter   les   rejets   de   CO2   dans   l’atmosphère,   une   des   solutions   consiste   à   capter  
directement   le   CO2   émis   à   la   sortie   de   l’usine   et   de   lui   faire   subir   une   suite   de  
compressions  successives.  On  le  stocke  à  800  m  sous  terre  où  le  gaz  est  généralement  en  
phase  liquide  ou  supercritique.  
 
13)Citer  une  utilisation  du  CO2  supercritique.  
0,5 Pt  L’analyse  documentaire  n°  1  indiquait  que  le  CO2  supercritique,  CO2sc,  servait  
notamment   de   solvant   pour   l’extraction   de   la   caféine   du   café.   CO2sc   est   un   bon  
solvant  qui  respecte  les  principes  de  chimie  verte.  
 
 
4 Pts Partie 4. « en route vers le Seigneur des anneaux ».
Partons vers Saturne, et arrêtons-nous sur Titan, le seigneur
des anneaux ! {20 min}
Titan,  la  plus  grosse  lune  de  Saturne,  est  le  seul  satellite  du  système  solaire  à  posséder  
une   atmosphère   dense.   Dans   certaine   théories   sur   l’histoire   de   Titan,   son   atmosphère  

Page 11 sur 13
primitive,  riche  en  ammoniac  (NH3)  et  en  méthane  (CH4)  se  trouvait  initialement  à  une  
température   d’environ   250°C,   puis   a   connu   un   lent   refroidissement.   L’irradiation   de  
cette   atmosphère   primitive   par   les   UV   solaires   et   les   rayons   cosmiques   aurait  
rapidement   dissocié   l'ammoniac.   Dans   les   basses   couches,   moins   irradiées,   l ’ammoniac  
est  resté  en  équilibre  chimique  avec  du  dihydrogène  et  du  diazote.    
 
Pendant   le   refroidissement   de   Titan,   des   mélanges   homogènes   eau-­‐ammoniac   liquides  
ont  formé  de  véritables  océans,  qui  sont  demeurés  au  contact  de  l’atmosphère  pendant  
près  de  100  millions  d’années,  sous  une  température  de  20  à  40°C.  Le  refroidissement  se  
poursuivant,  une  épaisse  couche  de  glace  de  plusieurs  kilomètres  d’épaisseur  a  fini  par  
se   former.   Actuellement,   la   température   à   la   surface   de   Titan   est   de   l’ordre   de   -­‐170°C,  
mais   il   est   probable   que   les   océans   eau-­‐ammoniac   perdurent   sous   la   glace,   à   des  
températures  plus  élevées.  
Les   conditions   passées   —   et   même   actuelles   dans   certaines   zones   —   ne   seraient   pas  
totalement   défavorables   à   l’apparition   ou   au   maintien   de   micro-­‐organismes   vivants,  
bien   que   cette   hypothèse   n’ait   pu   être   validée   ou   infirmée   pour   l’instant.   Dans   toute  
cette  partie,  on  considérera  que  la  pression  est  constante  et  égale  à  1  bar.  
 
Quelques  données  concernant  l’ammoniac  :    
 
Température  de  fusion  sous  P  =  1013  hPa  :  Tfus  =  −77,73°C.    
Point  triple  :  −77,8°C  sous  0,06  bar    
Point  critique  :  132,4°C  sous  112,8  bar    
 
Solubilité  dans  l’eau  :  540  g  par  litre  d’eau  à  20°C  sous  1  atm    (1  atm  =  1013  hPa).    
 
Masse  molaire  :  M  =  17,031  g⋅mol-­‐1    
 
Extrait  du  diagramme  de  phases  :    

 
 
 
14)Compléter   le   diagramme   de   phases   à   l’aide   des   données   fournies.  
Sur  Titan,  la  pression  est  de  1,5  bar  et  la  température  est  égale  à  –  179°C.  Dans  
quel  état  physique  trouve-­‐t-­‐on  l’ammoniac  dans  ces  conditions  ?    
 

Page 12 sur 13
 
1 Pt  

S
1,013

G
0,06
TT

- 77,73°C

- 77,8°C
 
 
0,5 Pt  A  -­‐179°C  et  sous  1,5  bar,  l’ammoniac  est  sous  la  forme  solide.  
 
15)  L’ammoniaque   est   une   solution   aqueuse   d’ammoniac.     Quelle   sera   la   fraction  
massique   de   la   solution   d’ammoniaque   obtenue   en   faisant   barboter   l’ammoniac  
sous  1  atm,  à  20°C,  dans  un  litre  d’eau  ?  
 
Si   l’on   fait   barboter   l’ammoniac,   la   solution   va   atteindre   la   saturation   et  
l’équilibre   NH3(g)     =     NH3(l)     va   s’établir.   Il   y   aura   donc   540   g   d’ammoniac   dans  
l’eau.  
0,5 Pt  Comme  on  prend  1  L  d’eau,  la  masse  d’eau  vaut  1  kg  =  1000  g.  
 
La  fraction  massique  le  l’ammoniac  sera  alors  égale  à  ωNH3,l  =  540/(540  +  1000)  
Soit  :    
1 Pt ω NH3,l  =  0,35.  
 
 
16)En   réalité,   l’ammoniac   est   une   base   faible   ;   la   solution   contient   également   une  
petite  quantité  d’hydroxyde  d’ammonium.  (ion  hydroxyde  =  HO-­‐  ;  ion  ammonium  
=  NH4+).  Écrire  l’équation  de  la  réaction  chimique  responsable  de  la  présence  de  
ces  ions.    
 
1 Pt  NH3(aq)    +  H2O(l)  =  NH4+(aq)    +    HO-­‐(aq)  

 
 

Page 13 sur 13