Vous êtes sur la page 1sur 4

TRAVAUX DIRIGES DE DYNAMIQUE DES STRUCTURES TD 4

TRAVAUX DIRIGES DE DYNAMIQUE DES STRUCTURES (TD4)

Réponse d’un système à 1 ddl à une excitation périodique

4.1. Déterminer la réponse d’un système à 1 ddl soumis à la charge périodique F(t) de la
figure 4.1 dans les 2 cas suivants :
(a) en absence d’amortissement et (b) lorsque le système est amorti.
F(t)
F0
F(t) = t
TF
F0
u(t)
k

c m F(t)

t
TF TF TF TF

Figure 4.1 : Système à 1 ddl excité par un chargement périodique (TD4.1)

SOLUTION DU TD4.1.

Le chargement F(t) est périodique de période TF et de fréquence : ω = 2π TF


Déterminons alors ses coefficients de Fourier en utilisant les expressions (4.2) :
1 TF 
F0  F0
a0 =
TF ∫0
  t dt =
 TF  2
2 TF  F0 
an = ∫   t cos ( nωt ) dt = 0
TF 0  TF 
2 TF  F0  F0
bn = ∫   t sin ( nωt ) dt = −
TF 0
 TF  nπ

La série de Fourier représentative de la charge périodique F(t) s’écrit alors comme suit :

F0 F0 1 1 1 1 1 
F(t) = − ∑ sin ( nωt ) = F0  − sin ( ωt ) − sin ( 2ωt ) − sin ( 3ωt ) − ⋯
2 π n=1 n 2 π 2π 3π 

Pour un système non amorti, l’équation (4.4) nous fournit la réponse en régime permanent suivante :

F0 F 1 ω
u(t) = − 0 ∑ sin ( nωt ) où β n = n
2k kπ n = 1 n 1 − β2n ( ) ω

 
F0  1 sin ( ωt ) sin ( 2ωt ) sin ( 3ωt ) 
Ou bien : u(t) =  − − − − ⋯
k  2 π 1 − ( ω ω )2  2π 1 − ( 2ω ω )2  3π 1 − ( 3ω ω )2  
       

Pour un système amorti, l’équation (4.8) nous fournit la réponse en régime permanent suivante :
 
1  ∞  F0 
( )
F0 F0
( 2ξβn ) cos ( nωt )  
1
u(t) = + ∑ − 1 − β n sin ( nωt ) +
2
2k
 n (
k  n = 1 1 − β2 2 + 2ξβ 2  nπ
( n ) ) nπ 

ω ω 2π
Où β n = n = nβ1 , β1 = et ω =
ω ω TF

IPSAS, GCV3 ENSEIGNANT : FAHMI BEN JEMAA -1-


TRAVAUX DIRIGES DE DYNAMIQUE DES STRUCTURES TD 4

4.2. Considérons un système à 1 ddl soumis à la charge périodique F(t) de la figure 4.2.
Déterminer la réponse de ce système en utilisant les séries de Fourier dans les 2 cas
suivants : (a) en absence d’amortissement et (b) lorsque le système est amorti.

F(t)

u(t)  2 π 
k F(t) = F0 sin  t 
F0  TF 
c m F(t)

t
TF/2 TF/2 TF/2

Figure 4.2 : Système à 1 ddl excité par un chargement périodique (TD4.2)

SOLUTION DU TD4.2.

Le chargement F(t) est périodique de période TF et de fréquence : ω = 2π TF


Déterminons alors ses coefficients de Fourier en utilisant les expressions (4.2) :
1  TF 2   2π T  F
a0 =  ∫0 t  dt + ∫ F 0 dt  = 0
F0 sin 
 T
TF    F
TF 2
 π
0 si n impair
2 TF 2  2π   2 πn  
TF ∫0
an = F sin  t  cos  t  dt =  F0 2
si n pair ( n = 2p )
0
 TF   TF  
 π 1 − n2
 F0
2 TF 2  2π   2 πn   si n = 1
bn =
TF ∫0
F0 sin 

t  sin 
 
t  dt =  2

 TF   TF  0 si n > 1

La série de Fourier représentative de la charge périodique F(t) s’écrit alors comme suit :
 ∞ F 
( 2pωt )  +
F0 2 F0
F(t) = + ∑ 0 cos sin ( ωt )
π  p = 1 π 1 − 4p2  2

F  π ∞
2 
= 0 1 + sin ( ωt ) + ∑ cos ( 2pωt ) 
π  2 p = 1 1 − 4p
2


F  π 2 2 2 
= 0 1 + sin ( ωt ) − cos ( ωt ) − cos ( 4ωt ) − cos ( 6ωt ) − ⋯
π  2 3 15 35 

Pour un système non amorti, l’équation (4.4) nous fournit la réponse en régime permanent suivante :
F0 1 F0 F ∞ 1 2
u(t) = + sin ( ωt ) + 0 ∑ cos ( 2pωt )
kπ 1 − β1
2 2k kπ p = 1 1 − 4β p 1 − 4p
2 2

 ∞ 
F0  π2 2 
= 1 + sin ( ωt ) + ∑ cos ( 2pωt ) 
kπ 

1 − β2
1 (
p = 1 1 − 4β p 1 − 4p
2
)(
2
)


F0  π sin ( ωt ) 2 cos ( 2ωt ) 2 cos ( 4ωt ) 2 cos ( 6ωt ) 

Ou bien : u(t) = 1 + − − − − ⋯
kπ  2 1 − β1  3 1 − 4β1  15  1 − 16β1  35 1 − 36β1 
2 2 2 2


IPSAS, GCV3 ENSEIGNANT : FAHMI BEN JEMAA -2-


TRAVAUX DIRIGES DE DYNAMIQUE DES STRUCTURES TD 4

Pour un système amorti, l’équation (4.8) nous fournit la réponse en régime permanent suivante :

( F0 2k )
u(t) =
F0
+ {( 1 − β21 ) sin ( ωt ) − ( 2ξβ1 ) cos ( ωt )}

( ) + ( 2ξβ1 )
2 2
1 − β2
1

 
 ∞ ( 2F0 kπ ) 

+∑ ( )
 1 − 4β2 cos ( 2pωt ) + 4ξβ sin ( 2pnωt )  
2    ( )
)( ) ( )
p p

(
2
 n =1 1 − 4p2 1 − 4β 2 + 4 ξβ 
  p p  
 
ω ω 2π
où β p = p = nβ1 , β1 = et ω =
ω ω TF

4.3 Déterminer la réponse totale en régime permanent d’un système amorti à 1 ddl
soumis à la charge périodique F(t) de la figure 4.3.

F(t)

F0
u(t)
k
0 1 2 3 4 5 6
t
c m F(t)
-F0

TF/2 TF/2 TF/2 TF/2 TF/2 TF/2

Figure 4.3 : Système à 1 ddl excité par un chargement périodique (TD4.3)

SOLUTION DU TD4.3.

Le chargement F(t) est périodique de période TF = 2 et de fréquence : ω = 2π TF = π :


 F pour t ∈ 0 1
F (t) =  0
 − F0 pour t ∈ 1 2

Déterminons alors les coefficients de la série de Fourier sous forme exponentielle


représentative de la charge F(t) en utilisant les expressions (4.10) et (4.11) :
+∞
1 2
F(t) = ∑ cn ei n π t telque c n =
2 ∫0 F(t) e−i nπt dt
n =−∞

cn =
1
2 {∫ ( 1
0
F0 ) e − i n π t dt + ∫
1
2
( − F0 ) e − i n π t dt = } F0  1 2 
i   e − i n π t  −  e − i n π t  
2nπ  0 1 

{ e − i n π − 1 − e −2i n π + e − i n π } = 2n0π i { 2e − i n π − 1 − e −2i n π }


F0 F
= i
2nπ
 
{ }
F0  F
= i  2 cos ( nπ ) + 2i sin ( nπ ) − 1 − cos ( 2nπ ) + i sin ( 2nπ )  = 0 i cos ( nπ ) − 1
2nπ       nπ
 =0 =1 =0 
0 si n pair ( n = 2p )
D’où c n =
F0

i cos ( nπ ) − 1 ={
F0

} 
i ( −1 ) − 1 =   2F0 
n
{ }
 −  nπ  i si n impair ( n = 2p + 1 )
  

IPSAS, GCV3 ENSEIGNANT : FAHMI BEN JEMAA -3-


TRAVAUX DIRIGES DE DYNAMIQUE DES STRUCTURES TD 4

La série de Fourier sous forme exponentielle représentative de la charge périodique F(t)


s’écrit alors comme suit :
+∞ −2F
F(t) = ∑ ( 2p + 10) π i e i ( 2p + 1 ) π t
p =−∞

Pour chacune des oscillations de fréquence nω = ( 2p + 1 ) π , on a :


1
H ( nω ) = H ( 2p + 1 ) ω  = H ( 2p + 1 ) π  =
k  − ( 2p + 1 ) ( π ω) + 2i ( 2p + 1 ) ( π ω ) ξ + 1
2 2
 

La solution est alors donnée par l’expression (4.17) :


+∞
H ( 2p + 1 ) π  c 2p+ 1 e  i ( 2p + 1 ) π t 
 
u(t) = ∑
p =−∞

−2F0 i e  i ( 2p+ 1 ) π t 
+∞  
D’où u(t) = ∑
p =−∞ ( 2p + 1 ) πk  − ( 2p + 1 )2 ( π ω )2 + 2i ( 2p + 1 ) ( π ω ) ξ + 1
 

On pourrait également développer la charge F(t) en série de Fourier sous forme régulière
comme suit :

a0 = a n = 0 car la fonction charge F(t) est impaire.


bn =
2
2
2 1 2
∫0 F ( t ) sin ( nπt ) dt = ∫0 F0 sin ( nπt ) dt − ∫1 F0 sin ( nπt ) dt = nπ
F0
{  cos ( nπt )  −  cos ( nπt ) 
0
1
1
2 }
 
 
F   2F0  
= 0  1 − cos ( nπ ) − cos ( nπ ) + cos ( 2nπ ) =  1 − cos ( n π) 
nπ    nπ   
 =1 ( −1 ) n
 
0 si n pair

D’où bn =  4F0 4F0
 nπ = ( 2p + 1 ) π si n impair ( n = 2p + 1 )

La série de Fourier sous la forme régulière représentative de la charge périodique F(t)


s’écrit alors comme suit :
∞ 4F
F(t) = ∑ ( 2p +01 ) π sin ( 2p + 1 ) πt 
p=0

La réponse totale en régime permanent est obtenue par l’équation (4.8) ou l’équation (4.5) :

∞ 4F0 sin ( 2p + 1 ) πt − θ2p + 1 


 
u(t) = ∑ k ( 2p + 1 ) 2
p=0 
( ) ( )
2 2
 1 − ( 2p + 1 ) ( π ω )  +  2ξ ( 2p + 1 ) ( π ω ) 
 

 
 2ξ ( 2p + 1 ) ( π ω ) 
avec θ2p + 1 = Arctg 
2
(
 1 − ( 2p + 1 ) ( π ω ) 
  )

IPSAS, GCV3 ENSEIGNANT : FAHMI BEN JEMAA -4-