Vous êtes sur la page 1sur 102

UNIVERSITE DE MONASTIR

FACULTE DE MEDECINE DENTAIRE


DE MONASTIR

Année 2019 Thèse N°.....

THESE
POUR LE DIPLOME NATIONAL
DE DOCTEUR EN MEDECINE DENTAIRE

Présentée et soutenue publiquement le 15/03/2019

PAR
Karim Hmissi
Né le 04/08/1988

Enregistrement de l’occlusion des édentements de faible


étendue : des techniques conventionnelles aux techniques
numériques

Examinateurs de la Thèse

JURY:
Président : Pr. Zohra Nouira Directeur
Assesseurs: Pr. Moncef Omezzine Gnewa Pr.Ag. Anissa Ben Moussa
Pr. Soumaya Touzi Mrabet
Dr. Rihab Dakhli
Dédicaces

« La vraie science est une ignorance qui se sait »


Montaigne
Profitant de cet espace de libre expression, je souhaiterai exprimer toute la reconnaissance
due aux personnes sans qui, je n’en serais pas là aujourd’hui :

A ma mère et mon père,


Sans vous je ne serais jamais allé au bout de mes études et particulièrement de ce travail.
Merci de votre soutien sans limite et de votre aide à tout point de vue. Je vous aime fort et
vous remercie de tout mon cœur.

A mon frère et mes sœurs


Bilel, Oumeima et Dhouha,
Accompagnés de mes parents vous êtes les personnes qui comptent le plus pour moi, mes
mots ne seront jamais assez forts pour exprimer l’amour que j’ai pour vous.
A Sami, Yassine, Anis, Mahdi, Rachid et Mohammed
Merci pour tous les bons moments partagés avec vous, merci pour les fous rires, les soirées
mémorables et celles à venir.
A tous mes amis,
Que j’affectionne sincèrement et qui se reconnaîtront sans grande difficulté…
Remerciements

« Un bon maître a ce souci constant : enseigner à se passer de lui. »


André GIDE
A notre Maitre et Présidente de Jury
Madame la Professeure Zohra Nouira,
Pour m’avoir fait l’honneur d’accepter de présider ce jury et de soumettre ce modeste travail
à votre jugement,
Pour la qualité de l’enseignement que vous m’avez prodigué pendant mes années d’études et
mon internat,
Votre droiture professionnelle et morale,
Ainsi que la passion transmise de la prothèse conjointe,
Je souhaite que vous retrouviez dans ce travail, la marque de ma profonde gratitude et le
fruit de la rigueur de votre instruction.

A notre Maitre et Juge


Madame la professeure Soumaya Touzi,
Vous me faites le grand honneur de participer au jury de cette thèse. Veuillez trouver ici le
témoignage de ma gratitude et de mon profond respect.

A notre Maitre et Juge


Monsieur le professeur Moncef Omezzine Gnewa,
Nous vous remercions d’avoir accepté de siéger parmi les membres du jury.
Soyez assurés de nos remerciements les plus sincères.
A notre Maitre et Juge
Madame le Docteur Rihab Dakhli,
Vous me faites le grand honneur de participer au jury de cette thèse. Veuillez trouver ici le
témoignage de ma gratitude et de mon profond respect.

A ma Maitre et Directrice de thèse


Madame la Professeure Agrégée Anissa Ben Moussa Mrabet
Je ne saurais suffisamment vous remercier pour votre aide, qui m’a été précieuse tout le long
de la réalisation de cette thèse que vous avez fort gentiment accepté de diriger.
Malgré toutes les difficultés, vous m’avez accordé votre temps sans compter lorsque j’en avais
besoin, sans reproches, et toujours avec la même patience et bienveillance qui vous
caractérisent si bien.
Faire partie de vos élèves est pour moi un honneur ainsi qu’une source de grande fierté, et
j’espère qu’à l’avenir, je saurai rester fidèle à vos enseignements et digne de votre
confiance.
Sommaire

SOMMAIRE

Introduction ....................................................................................................................................... 6

Occlusion et prothèse fixée

1. Appareil manducateur ............................................................................................................. 8

1.1. Définitions ................................................................................................ 8


1.2. Constituants de l‟appareil manducateur ................................................... 8
1.2.1. Système dentaire .................................................................................. 8
1.2.2. Système ostéo-articulaire ..................................................................... 9
1.2.3. Système neuro-musculaire ................................................................ 10
2. Positions de références ........................................................................................................... 11

2.1. Occlusion d‟intercuspidie maximale (OIM) ............................................ 12


2.2. Relation centrée (RC) ............................................................................. 13
2.3. Dimension verticale (DV) ...................................................................... 13
2.3.1. Dimension verticale d‟occlusion (DVO) ............................................ 13
2.3.2. Dimension verticale de repos (DVR) ................................................. 14
2.4. Plans de références ................................................................................ 15
2.4.1. Plan de Francfort ............................................................................... 15
2.4.2. Plan axio-orbitaire ............................................................................. 15
2.4.3. Plan de Camper ................................................................................. 15
2.4.4. Plan arbitraire .................................................................................... 15
2.5. Courbes d‟occlusion .............................................................................. 16
2.5.1. En vue sagittale : la courbe de Spee ................................................... 16
2.5.2. En vue frontale : la Courbe de Wilson ............................................... 17
3. Fonctions de l‟occlusion .......................................................................................................17

3.1. Centrage ................................................................................................. 18

1
Sommaire

3.2. Calage..................................................................................................... 18
3.2.1. Stabilité dentaire ................................................................................ 18
3.2.2. Stabilité mandibulaire ........................................................................ 19
3.3. Guidage .................................................................................................. 19

Support, matériaux et techniques conventionnelles


d’enregistrement de l'occlusion en PIM

1. Support de l‟enregistrement .................................................................................................21


1.1. La stabilité .............................................................................................. 21
1.2. Encombrement minimal .......................................................................... 21
1.3. Respecter les zones d‟appui dentaires ..................................................... 22
1.4. Couple structure dure - structure molle ................................................... 22
2. Matériaux de l‟enregistrement ...........................................................................................22

2.1. Cahier de charge du matériau idéal ......................................................... 22


2.2. Matériaux d‟enregistrement de l‟occlusion ........................................... 23
2.2.1. Cires .................................................................................................. 24
2.2.2. Pates d‟oxyde de zinc eugénol ........................................................... 25
2.2.3. Silicones réticulant par addition ......................................................... 25
2.3. Propriétés physico-chimiques des matériaux d‟enregistrement de
l‟occlusion ..................................................................................................... 26
2.3.1. Stabilité dimensionnelle ..................................................................... 26
2.3.2. Comportement rhéologique ............................................................... 27
2.3.3. Temps de travail et de prise ............................................................... 28
2.4. Propriétés mécaniques ............................................................................ 28
3. Techniques d‟enregistrement de l‟occlusion en PIM .................................................28
3.1. Repositionnement manuel ...................................................................... 28
3.2. Technique du mordu occlusal ................................................................ 29
3.3. La table d‟enregistrement occlusal sectorielle ........................................ 31

2
Sommaire

3.4. Empreinte sectorielle en occlusion .......................................................... 32


3.5. Clé vestibulaire ...................................................................................... 35
3.6. Functionnaly Generated Path FGP ......................................................... 36
4. Contrôle et qualité de l‟enregistrement ............................................................................38
4.1. Absence de contact entre les supports de l‟enregistrement ...................... 38
4.2. Enregistrement symétrique et simultanée ................................................ 38
4.3. Les indentations ...................................................................................... 39
4.4. Absence d‟interposition du matériau d‟enregistrement ........................... 39
4.5. Précision et fiabilité de l‟enregistrement ................................................. 39

CFAO et occlusion numérique sans articulateur virtuel


1. Généralités : Base fondamentales de la CFAO ............................................................40

1.1. Définitions .............................................................................................. 40


1.2. Types des CFAO dentaires .................................................................... 41
1.2.1. CFAO directe .................................................................................... 42
1.2.2. La CFAO semi-directe ....................................................................... 42
1.2.3. CFAO indirecte ................................................................................. 43
2. L‟empreinte optique ................................................................................................................43
2.1. Principe général de la caméra intra-buccale ........................................... 44
2.2. Capteurs ................................................................................................. 44
2.3. Technologies d‟acquisition ..................................................................... 45
2.3.1. Méthode par triangulation .................................................................. 45
2.3.2. Echantillonnage actif du front d‟onde : Active Wavefront Sampling . 46
2.3.3. Méthode parallèle confocale .............................................................. 46
2.3.4. Tomographie optique de cohérence ................................................... 47
2.4. Différentes caméras intra-buccales ........................................................ 48
2.4.1. Système CEREC BlueCam ............................................................... 48
2.4.2. Système CEREC Omnicam ............................................................... 48
2.4.3. Système E4D ..................................................................................... 49

3
Sommaire

2.4.4. Système Lava C.O.S de 3M ESPE ..................................................... 50


2.4.5. Système APOLLO DI ........................................................................ 50
2.4.6. Système TRIOS ® de 3Shape ............................................................ 51
3. Prise d‟empreinte optique ..................................................................................................... 52

3.1. Indications .............................................................................................. 52


3.2. Préalables à la prise d‟empreinte ............................................................. 53
3.2.1. Champ de travail sans interférence .................................................... 53
3.2.2. Axe de la caméra ............................................................................... 53
3.2.3. Poudrage ............................................................................................ 53
3.3. Prise d‟empreinte ................................................................................... 54
3.3.1. Empreinte image par image ou succession d‟image .......................... 55
3.3.2. Empreinte par flux continu : full motion ............................................ 55
4. Techniques d‟enregistrement de l‟occlusion assisté par ordinateur sans
articulateur virtuel ......................................................................................... 57
4.1. Enregistrement avec un mordu occlusal ................................................. 57
4.1.1. Principe ............................................................................................. 57
4.1.2. Mordu en cire ................................................................................... 58
4.1.3. Mordu en silicone ............................................................................. 58
4.1.4. Enregistrement de l‟occlusion proprement dit .................................... 59
4.2. Enregistrement par voie vestibulaire ...................................................... 62
4.3. Analyse métrique ................................................................................... 65
4.3.1. Indications ......................................................................................... 65
4.3.2. Principe ............................................................................................. 65
4.3.3. Avantages .......................................................................................... 66
4.3.4. Limites………………………………………………………………..66
4.4. Technique F.G.P (Functionally Generated Path ...................................... 67
5. Le suivi de l‟empreinte optique ......................................................................................... 69

5.1. La transmission du travail au laboratoire ................................................ 69


5.2. Le modèle réel à partir de l‟empreinte optique ........................................ 70

4
Sommaire

6. Avantages et inconvénients de l‟enregistrement de l‟occlusion assisté par


ordinateur ...................................................................................................................................71

6.1. Avantages ............................................................................................... 71


6.1.1. Confort, ergonomie et gain de temps ................................................. 71
6.1.2. Précision ............................................................................................ 72
6.1.3. Visualisation directe des préparations dentaire et de l'occlusion ........ 73
6.1.4. Avantages pour le patient .................................................................. 73
6.1.5. Communication ................................................................................. 74
6.2. Inconvénients .......................................................................................... 74

Conclusion .......................................................................................................................................76
Références Bibliographiques ....................................................................................................78

5
Introduction

Introduction
‟enregistrement des rapports inter arcades en prothèse conjointe est une

L étape fondamentale aussi bien dans la démarche diagnostique que dans


la réalisation du traitement prothétique. Le non-respect de sa mise en
œuvre peut nuire à l‟intégration prothétique ainsi qu‟à la santé de l‟appareil
manducateur, qui sont deux impératifs essentiels à respecter.

La chaine prothétique commence par l‟étude de l‟anatomie occlusale du patient,


les caractéristiques des dents et de l‟édentement pour le choix d‟un schéma
occlusal adapté à la physiologie du patient. Après la préparation, l‟enregistrement
fiable de tous ces paramètres est d‟une importance capitale pour transférer au
laboratoire une simulation fidèle du rapport inter-arcades afin de réaliser une
prothèse qui s‟intègre sur le plan physiologique, fonctionnel et esthétiques.

L‟avènement de la CFAO a bouleversé le domaine de la prothèse dentaire, et


l‟apport des techniques informatisées est indéniable. En effet l‟avenir de la
prothèse dentaire est étroitement lié à l‟utilisation de la technologie informatique,
la réalité virtuelle spécifiquement. Cette nouvelle technologie permet
l‟enregistrement fidèle des arcades, des préparations et des rapports inter-
maxillaires et offre la possibilité de visualisation et de traitement par ordinateur.
Dans ce travail, on se propose d„exposer les différentes techniques
d‟enregistrement de l‟occlusion dans les édentements de faible étendue.

Dans la première partie, après un rappel anatomique des acteurs physiologiques


de l‟appareil manducateur, nous allons rappeler les notions fondamentales de
l‟occlusion.

6
Introduction

Dans la deuxième partie, nous décrirons les différentes techniques


conventionnelles de l‟enregistrement de l‟occlusion ainsi que les différents
matériaux à utiliser.

La dernière partie est réservée aux techniques informatisées d‟enregistrement de


l‟occlusion dans laquelle nous allons décrire les différents protocoles de
l‟enregistrement par CFAO ainsi que les avantages et les limites de cette
technique

7
Occlusion et prothèse fixée

1. Appareil manducateur [35]

1.1. Définitions
Le système dentaire est constitué de l‟ensemble des organes dentaires (dents et
parodonte) organisés en arcades dentaires maxillaire et mandibulaire. Associé à
des structures ostéo-articulaires et à des éléments du système neuromusculaire, le
système dentaire est inclus dans l‟unité fonctionnelle que constitue l‟appareil
manducateur.
L‟appareil manducteur se définit donc comme un véritable système masticatoire
complexe. Il se compose d‟un ensemble d‟éléments passifs articulaires (temporo-
mandibulaires et occlusaux) et actif musculaire dont la dynamique est
coordonnée par le système neurosensoriel.
Cet appareil participe à de nombreuses fonctions à savoir la succion, la
préhension, la mastication, la déglutition, la fonction de respiration, la fonction de
relation par la mimique et la phonation, la fonction d‟équilibre postural.

1.2. Constituants de l’appareil manducateur [35,46,54]

1.2.1. Système dentaire

Les faces occlusales, par leur anatomie, constituent les parties actives des organes
dentaires. Chaque caractère morphologique, occlusal ou radiculaire, a une
incidence sur l‟ergonomie fonctionnelle. Le reste de l‟organe dentaire qui
comprend les faces axiales ainsi que les racines en constitue le support.
- L’anatomie occlusale
La morphologie occlusale des dents est constituée de formes convexes, les
cuspides pour les dents cuspidées (prémolaires et molaires), pointe canine pour
les canines et les bords libres pour les incisives.
La forme convexe des cuspides constitue la réponse ergonomique aux impératifs
physiologiques à savoir faciliter l‟éruption, favoriser la prophylaxie, réduire le

8
Occlusion et prothèse fixée

travail musculaire, réduire les forces exercées sur les tissus de soutien et réduire
le risque de fracture.
Cette morphologie joue alors un rôle important, elle doit être donc respectée,
restaurée ou reconstruite.
- L’arcade dentaire
L‟assemblage des organes dentaires en arcades antagonistes est destiné à
constituer un ensemble cohésif, répartissant et dirigeant les pressions pour assurer
la conservation des pièces constitutives. C‟est en vue horizontale que la notion
d‟arcade dentaire trouve toute sa réalité en se montrant en un arc dentaire continu
(sans diastème) de forme parabolique. Ces deux facteurs anatomiques favorisent
la stabilité dentaire et la répartition des contraintes.

1.2.2. Système ostéo-articulaire (ATM)

L‟articulation temporo-mandibulaire est une diarthrose bicondylienne à disque


interposé (entre le processus condylien mandibulaire et le tubercule articulaire du
temporal). Les ATM, paires et symétriques, relient la mandibule au crâne au
niveau de l‟os temporal. Ainsi, l‟ATM va mettre en jeu des surfaces osseuses
séparées par un disque le tout englobé dans une capsule articulaire. La double
articulation temporo-mandibulaire se compose des deux condyles mandibulaires,
des deux condyles temporaux et des deux cavités glénoïdes.
Le mouvement de chaque ATM est conjugué et complémentaire de son
homonyme controlatéral avec des conséquences fondamentales en termes
morpho-fonctionnels.

9
Occlusion et prothèse fixée

Figure 1: Coupe sagittale de l’ATM [33]

1.2.3. Système neuro-musculaire

- Le système musculaire
La mandibule effectue ses mouvements grâce au système musculaires qui se
compose des muscles manducateurs. Ces muscles sont disposés en paires
symétriques :
- Les muscles élévateurs qui sont de puissants muscles à insertion
crânienne : le temporal, le masséter et le ptérygoïdien médial.
- Les muscles abaisseurs qui sont faibles et à insertion hyoïdienne.
- Les muscles supra-hyoïdiens (génio-hyoïdien, mylo-hyoïdien, stylo-
hyoïdien, digastrique).
- Les muscles infra-hyoïdiens (sterno-thyroïdien, thyro-hyoïdien, sterno-
cleïdo-hyoïdien, Omo-hyoïdien).
- Un muscle propulseur : le ptérygoïdien latéral.
- Autres muscles : muscle cervicaux, muscles de la langue, de la joue et
de l‟oropharynx.

10
Occlusion et prothèse fixée

Figure 2: Les muscles manducateurs [35]

- Contrôle neurologique
Le système de contrôle neurologique a pour objectif d‟assurer la conservation des
structures par limitation des sollicitations mécaniques (intensité et temps
d‟application des pressions).
L‟innervation dépend du nerf auriculo-temporal, qui innerve la partie postérieure
et la partie externe de l‟articulation et participe pour une part plus faible aux
régions antérieure et interne, la branche massétérine innerve majoritairement la
zone antérieure et participe pour une part plus faible à la région interne, Et la
branche du nerf temporal profond postérieur participe faiblement à l‟innervation
de la zone externe de l‟articulation.

2. Positions de références [1,22,47]


Les positions de référence sont des positions dans lesquelles on enregistre les
rapports maxillo-mandibulaires. Il s‟agit de positions mandibulaires
reproductibles, non affectées par le traitement envisagé, qu‟il est possible
d‟enregistrer cliniquement puis de simuler au laboratoire.

11
Occlusion et prothèse fixée

L‟analyse de chaque cas clinique permet de choisir la position mandibulaire dite


de référence.
Deux possibilités s‟offrent à nous : l‟Occlusion d‟Intercuspidie Maximale
(l‟OIM) ou la Relation Centrée (RC).

2.1. Occlusion d’intercuspidie maximale (OIM) [22]


L‟OIM est la position mandibulaire en occlusion où le rapport d‟engrènement
dentaire se caractérise par le plus grand nombre de contacts interarcades,
autorisant l‟intensité maximale des contractions musculaires. C‟est une position
déterminée par les rapports entre les faces occlusales des dents et non par la
position des condyles dans leurs cavités glénoïdes.
L‟OIM est une occlusion fonctionnelle. Cette relation est une position imprimée
dans les centres supérieurs du système nerveux qui contrôlent le neuromécanisme
de la fonction masticatrice. Elle permet ainsi une contraction isométrique
maximale des forces musculaires masticatrices. Le patient retrouve
automatiquement cette position en début et fin de cycle de mastication et
déglutition. L‟OIM est la clé de la fonction manducatrice, c‟est une position
physiologique de référence.
Tous les auteurs sont d‟accord pour dire que l‟occlusion d‟intercuspidie
maximale doit être stable et que cette stabilité occlusale est de la plus haute
importance clinique.
L‟OIM permet :
- Une stabilité de chaque organe dentaire (tripodisme) ;
- Une large répartition des contacts simultanés.
- Une position mandibulaire unique, reproductrice et stable.
- Une position stable et symétrique en déglutition.
- Une protection des ATM en phase de crispation musculaire.
- Une protection des dents antérieures par les dents postérieures.

12
Occlusion et prothèse fixée

2.2. Relation centrée (RC) [22]


La relation centrée se définie par une composante verticale : la Dimension
Verticale d‟Occlusion (DVO) et deux composantes horizontales. Il s‟agit d‟une
position de référence, qui n‟est plus dentaire mais articulaire.
« La relation centrée est la situation condylienne de référence la plus haute,
réalisant une coaptation bilatérale condylo-disco-temporale, simultanée et
transversalement stabilisée, suggérée et obtenue par contrôle non forcé,
réitérative dans un temps donné et pour une posture corporelle donnée et
enregistrable à partir d‟un mouvement de rotation mandibulaire sans contact
dentaire. »
La RC est utile pour analyser les rapports dentaires et pour modifier ou recréer
les relations interarcades. Elle est prise comme point de départ des équilibrations
pour les corrections occlusales en bouche, lors des ajustements occlusaux
(meulages sélectifs) mais surtout en dentisterie restauratrice et au cours des essais
cliniques de reconstruction prothétique.

2.3. Dimension verticale (DV) [42,45]


La dimension verticale caractérise la hauteur de l‟étage inférieur de la face
mesurée entre deux points sagittaux, l‟un situé au-dessus des lèvres (point nasal)
l‟autre au-dessous (gnathion).

2.3.1. Dimension verticale d’occlusion (DVO)

La DVO correspond à la hauteur de l‟étage inférieur de la face lorsque les dents


antagonistes sont en occlusion d‟OIM. Ceci implique la présence de dents ou
restitution prothétique susceptibles d‟entrer en contact et capable de stabiliser
l‟occlusion. Par conséquent cette dimension est absente chez le patient n‟ayant
plus de calage postérieur, comme c‟est le cas chez l‟édenté total.

13
Occlusion et prothèse fixée

Les arcades dentaires subissent des modifications au cours du temps. Ainsi,


l‟abrasion naturelle des dents entraînera dans certains cas une diminution de la
DVO, diminution qui sera plus ou moins importante. On peut aussi assister à une
augmentation de la DVO due à l‟égression des dents.

2.3.2. Dimension verticale de repos (DVR)

Il s‟agit d‟une position occupée par la mandibule lorsque la tête du patient est
droite, que le tonus des muscles élévateurs/abaisseurs est en équilibre. Cette
position, caractérisée par l‟absence de contact dentaire, se retrouve chez tous les
patients. Il s‟agit d‟ailleurs de la référence la plus fiable pour la hauteur de l‟étage
inférieur de la face telle qu‟elle se présentait avant la perte de calage.
Dans cette posture, les muscles masticateurs sont positionnés de telle sorte qu‟ils
reçoivent un minimum de décharges nerveuses. A partir de là les muscles peuvent
facilement provoquer une élévation ou un abaissement de la mandibule. Les
condyles sont en position neutre, sans contrainte vis-à-vis des structures
articulaires.

Figure 3: Dimension verticale d’occlusion et dimension verticale de repos [63]

14
Occlusion et prothèse fixée

2.4. Plans de références [22,47,57]


Toute restauration prothétique doit prendre comme références des repères fixes
reproductibles notamment lors de la confrontation des modèles et de transmettre
la situation occlusale au laboratoire. Pour ceci différents plans ont été décrits,
joignant des points de référence.

2.4.1. Plan de Francfort

Il est déterminé par la ligne qui joint le porion (bord supérieur du tragus) et le
point sous orbitaire également appelé orion. Le plan de Francfort représente par
définition le plan de référence.

2.4.2. Plan axio-orbitaire

Il est déterminé par la ligne joignant les émergences de l‟axe charnière et le point
sous-orbitaire.

2.4.3. Plan de Camper

Il joint le bord supérieur du tragus au bord inférieur de l‟aile du nez. Il est


normalement parallèle au plan d‟occlusion et fait un angle de 10 degrés avec le
plan de Francfort.

2.4.4. Plan arbitraire

Il est déterminé par la ligne joignant les orifices auriculaires et un point arbitraire
situé 43 mm au-dessus du bord de l‟incisive latérale supérieur. Ce plan est défini
comme le plan esthétique.

15
Occlusion et prothèse fixée

Figure 4: Les plans de références [22]

2.5. Courbes d’occlusion [57]

2.5.1. En vue sagittale : la courbe de Spee

Le collège national d‟occlusodontologie propose la définition suivante « Courbe


sagittale à concavité supérieure issue du sommet de la cuspide de la canine
mandibulaire et qui suit la ligne des pointes cuspidiennes vestibulaires, les
prémolaires et molaires mandibulaires ». Les incisives mandibulaires doivent être
dans sa continuité.
La courbe de Spee est assimilée à une portion de cercle dans un but de
simplification.

Figure 5: La courbe sagittale d’occlusion : Courbe de Spee [57]

16
Occlusion et prothèse fixée

2.5.2. En vue frontale : la Courbe de Wilson

C‟est une courbe, à concavité supérieure, dans le plan frontal. Elle passe par les
pointes cuspidiennes vestibulaires et linguales des pluri-cuspidées.
La convexité de la courbe passant par les pointes cuspidiennes va en diminuant
depuis les deuxièmes molaires jusqu‟aux premières prémolaires où elle peut
s‟inverser.
L‟association de la courbe dans le plan sagittal et des courbes dans le plan frontal
répond au concept hélicoïdal d‟Ackermann.

Figure 6: La courbe frontale d’occlusion : Courbe de Wilson [57]

3. Fonctions de l’occlusion [34,46]


Les fonctions occlusales correspondent aux conditions d'affrontement des arcades
dentaires antagonistes, lesquelles sont organisées, dans un cadre physiologique,
pour optimiser les fonctions de l'appareil manducateur. Elles définissent donc les
conditions physiologiques d'intégration du système dentaire dans l'ensemble des
fonctions manducatrices.
On distingue trois fonctions de l‟occlusion physiologique : le centrage, le calage
et le guidage.

17
Occlusion et prothèse fixée

3.1. Centrage
Le centrage concerne la situation de la position mandibulaire en OIM. Il impose
la position de la mandibule pour laquelle sont généralement appliquées les
contraintes les plus importantes. Pour diminuer les contraintes musculo-
articulaires, cette position spatiale doit être « centrée », c'est-à-dire répondre aux
critères suivants :
- Dans le sens vertical : l‟ensemble condylo-discal est dans une position
haute, le bourrelet postérieur discal venant se stabiliser sur la partie la plus
concave de la fosse mandibulaire.
- Dans le sens sagittal : il doit y avoir coaptation des structures condylo-
disco-temporales, la tête condylienne est en appui sur l‟isthme discal, le
disque étant en appui le long du versant postérieur du tubercule articulaire.
- Dans le sens frontal : il existe une congruence des surfaces anatomiques,
l‟ensemble condylo-discal est dans une position strictement centrée dans la
fosse mandibulaire. Il ne doit pas exister de jeu transversal.

3.2. Calage
Il correspond à la stabilité intra-arcade, c'est-à-dire de chaque dent à l'intérieur de
son arcade, mais garanti également la stabilité inter-arcade, c'est-à-dire celle de la
mandibule en occlusion avec le maxillaire.

3.2.1. Stabilité dentaire

La stabilité de la dent sur sa base osseuse, dans son arcade, signifie l‟absence de
migration dentaire. Pour chaque dent la répartition de contacts punctiformes sur
des versants cuspidiens opposés est un gage de stabilité. Le respect de ces
impératifs est obtenu par la répartition de contacts occlusaux multiples distribués
harmonieusement sur toute l‟arcade diminuant ainsi le stress subi par chaque
organe.

18
Occlusion et prothèse fixée

3.2.2. Stabilité mandibulaire

La stabilisation de la mandibule n'a de sens que s'il existe une parfaite stabilité
des arcades dans le temps, permettant ainsi un faible recrutement musculaire par
la reproductibilité et la précision de la position et diminuant encore de cette façon
les contraintes appliquées.

3.3. Guidage
La fonction de guidage concerne les trajectoires d‟accès à la position
mandibulaire en OIM. Elle va jouer un rôle d‟entonnoir pour accéder à l‟OIM.
Ces surfaces dentaires vont constituer de véritables rampes tridimensionnelles de
guidage dont l'ensemble forme un cône à base ellipsoïdale dont le sommet
représente l'OIM : l'entonnoir d'accès à I'OIM. Les pentes de cet entonnoir
doivent être symétriques, ouvertes vers l'avant, ni trop marquées, afin de générer
un espace fonctionnel suffisant, ni trop faibles, afin d'assurer un guidage
mandibulaire efficace.
Ces surfaces de guidage orientent les déplacements mandibulaires sous la
protection d'une indispensable composante neurophysiologique, mémorisant le
point d'atterrissage (l'OIM) et générant des réflexes d'évitement des contacts
occlusaux en dehors de I'OIM. Les trajets fonctionnels ainsi induits doivent
permettre de diminuer les surcharges dentaires les contraintes articulaires et le
travail musculaire par symétrisation des fonctions.
On décrit 3 zones de guidages :
- Le guidage incisif : Défini par la pente incisive, il oriente les mouvements
de propulsion et de rétrusion en OIM et le bout à bout incisif. Il doit y avoir
symétrie des surfaces de guidage par rapport au plan sagittal médian et
continuité de la prise en charge de la mandibule.
- Le guidage latéral : Transversal, il oriente le mouvement de diduction. Les
guidages latéraux droit et gauche doivent être symétriques pour favoriser
une mastication alternée. Il y a fonction canine lorsque seule la canine

19
Occlusion et prothèse fixée

assure la prise en charge du mouvement, et fonction de groupe lorsque


d'autres dents adjacentes participent au guidage en même temps que la
canine.
- Le guidage de protraction ou d'anti-rétrusion : Sagittal et symétrique, il
empêche les positions mandibulaires trop postérieures en imposant une
légère antéroposition de la mandibule en OIM par rapport à I'ORC. Cette
antéposition accentue la coaptation condylo-discale le long du tubercule
articulaire.

20
Support, matériaux et techniques conventionnelles d’enregistrement
de l’occlusion en PIM

L‟enregistrement de l‟occlusion est une étape fondamentale dans le processus de


réhabilitation prothétique des patients. Elle permet au praticien et au prothésiste
de transférer les modèles sur un simulateur de l‟appareil manducateur, tout en
maintenant l‟occlusion de base du patient ou en recréant une nouvelle occlusion.
Ainsi, praticien et prothésiste pourront travailler et répondre à des critères
esthétiques et fonctionnels adaptés au patient.
Plusieurs matériaux et techniques sont à la disponibilité du praticien. Le choix
du praticien sera en fonction de la particularité de chaque situation clinique.

1. Support de l’enregistrement [4,20,44,58]


Ce support de l‟enregistrement doit présenter certaines qualités pour un
enregistrement optimal.

1.1. La stabilité
Le support de l‟enregistrement sera le moyen de confrontation des modèles
maxillaire et mandibulaire dans la position de référence choisie. Cette
confrontation doit être la plus stable possible.
Le support doit être bien stabilisé sur les surfaces dentaires pour assurer un
transfert fidèle de l‟occlusion sans modification. Il faut s‟assurer qu‟il n‟y a pas
de bascule entre les modèles.

1.2. Encombrement minimal


Le support de l‟enregistrement ne doit pas présenter une cause d‟interférence
avec les structures avoisinantes (langue, joue, lèvres) pour éviter toute instabilité
d‟une part. D‟autre part, la proprioception peut influencer la position de la
mandibule. Donc toute interférence avec les structures adjacentes peut modifier
l‟occlusion.

21
Support, matériaux et techniques conventionnelles d’enregistrement
de l’occlusion en PIM

1.3. Respecter les zones d’appui dentaires


Le support doit se reposer sur les dents préparées, laissant libres les surfaces
occlusales des dents pour avoir une occlusion bien stabilisée en PIM.
Le support doit aussi être d‟une épaisseur minimale, occupant juste l‟espace
prothétique entre les dents préparées et les surfaces occlusales des antagonistes
pour permettre le contact occlusal entre les autres dents.

1.4. Couple structure dure - structure molle


Le couple structure dure contre structure molle a été défini comme étant la
meilleure association pour l‟enregistrement des relations intermaxillaires. En
effet, le principe est de réduire au maximum la participation des muscles
élévateurs en limitant l‟influence des extérocepteurs sur la surface d‟appui par
l‟établissement de contacts inter-occlusaux entre une surface molle et une
surface dure. L‟enregistrement se fait alors avec douceur sans que le patient
exerce une force trop importante.

2. Matériaux de l’enregistrement [44, 58]


L‟enregistrement des relations intermaxillaires est une étape qui nécessite une
certaine rigueur de la part du praticien ainsi qu‟une précision de la part des
matériaux utilisés. Il convient de connaitre les différentes propriétés des
matériaux afin de faire un choix judicieux.

2.1. Cahier de charge du matériau idéal


Un matériau d‟enregistrement idéal se caractérise par plusieurs critères :
- Sa viscosité doit être basse avant l‟enregistrement afin de ne pas entraîner
de résistance sur le trajet de fermeture et de ne pas agir sur la
proprioception parodontale qui conduirait à un déplacement des condyles.
- Sa manipulation doit être aisée. Elle ne nécessite que très peu de matériel
ou d‟instrument.

22
Support, matériaux et techniques conventionnelles d’enregistrement
de l’occlusion en PIM

- L‟encombrement doit être minimum pour le patient.


- Sa prise ou son refroidissement doit être rapide pour un faible volume afin
de ne pas contraindre le patient à rester en position d‟enregistrement trop
longtemps.
- Il doit être compatible avec le milieu buccal.
- Après durcissement, il doit présenter une très grande rigidité et dureté
sous une faible épaisseur.
- Le praticien doit pouvoir le tailler pour éliminer d‟éventuels excès.
- Lors du repositionnement le matériau doit être fidèle, précis et résistant
aux contraintes. Il est donc préférable qu‟il soit indéformable après la
prise, qu‟il présente une grande précision de surface ainsi qu‟une stabilité
dimensionnelle.
- Une résistance au fluage. Ce phénomène physique provoque la
déformation irréversible d‟un matériau soumis à une contrainte constante
pendant une durée suffisante.
Il s‟agit là des critères du matériau idéal néanmoins aucun matériau ne
rassemble toutes ces qualités. Il convient alors de les étudier au cas par cas et de
connaître pour chacun d‟entre eux leurs avantages, leurs limites afin de savoir
les utiliser dans les conditions où ils répondront aux attentes du praticien.

2.2. Matériaux d’enregistrement de l’occlusion [20,44,58]


L‟enregistrement des relations inter-arcades est un acte clinique, indissociable
de l‟acte technique que constitue la reproduction de ces relations au niveau des
modèles de travail. Un grand nombre de matériaux sont proposés pour effectuer
cette étape clinique. Les méthodes décrites dépendent des différents champs
d‟application qui s‟étendent de la mise en relation des modèles d‟étude à
l‟enregistrement de la relation inter maxillaire en phase prothétique. Les
matériaux utilisés doivent être à la fois capable d‟enregistrer et de restituer des
données avec précision.

23
Support, matériaux et techniques conventionnelles d’enregistrement
de l’occlusion en PIM

2.2.1. Cires

Les cires sont constituées d‟un mélange de différentes formules qui sont
d‟origine minérales, naturelles (végétales, animales) ou synthétiques.
Pour l‟enregistrement de l‟occlusion, on utilise les cires d‟origine synthétiques :
Les cires de polyéthylènes, de polyéthylène glycol, les cires d‟hydrocarbures
hydrogénés ou halogénés sont représentatives de cette catégorie. Ces cires ne
peuvent pas se substituer aux cires naturelles, mais permettent d'en corriger les
défauts.
Le mélange des formules et les proportions entre chacune d‟entre elles
permettent de régler les propriétés essentielles : L‟intervalle de ramollissement,
le coefficient de dilatation thermique, les propriétés mécaniques, le fluage, les
contraintes internes, et la ductilité. Pour chaque composition, la température
joue un rôle essentiel sur ces propriétés.
La variation de température permet le changement d‟état, de liquide en solide.
L‟intervalle de ramollissement est aussi fonction du rapport des différentes
formules et de la température. Ainsi, les cires trouvent un vaste champ
d‟utilisation. Elles présentent une phase cristalline et une phase amorphe. Elles
sont utilisées, soit comme base d‟enregistrement réalisées sur un modèle ou une
arcade, ou comme matériau d‟enregistrement.

Figure 7: Cire Moyco® extra-hard [64]

24
Support, matériaux et techniques conventionnelles d’enregistrement
de l’occlusion en PIM

2.2.2. Pates d’oxyde de zinc eugénol

La pâte d‟oxyde de zinc eugénol est le produit de la réaction de prise entre


l‟eugénol et l‟oxyde de Zinc par chélation du Zinc entre deux molécules
d‟eugénol, avec élimination d‟une molécule d‟eau.
La réaction n‟est possible qu‟en présence d‟eau. Bien que l‟on puisse constater
un changement d‟état, la réaction de prise n‟est jamais totalement terminée. Par
conséquent, le retrait thermique entre température buccale et température
ambiante est négligeable.

Figure 8: Pate d’oxyde de zinc eugénol


d’enregistrement de l’occlusion SS White [65]

2.2.3. Silicones réticulant par addition

Ces silicones dérivent des élastomères utilisés pour la prise d‟empreinte. Ils ont
été modifiés par adjonction de charge à base de quartz dans le but de les rendre
plus rigides.
Ils sont constitués de polysiloxanes comportant des radicaux vinyles. Ce sont
ces radicaux qui par leur double liaison vont permettre la création de ponts
méthyle et ainsi réaliser la réaction d‟addition.

25
Support, matériaux et techniques conventionnelles d’enregistrement
de l’occlusion en PIM

Figure 9: Silicone expert d'occlusion [66]

2.3. Propriétés physico-chimiques des matériaux d’enregistrement


de l’occlusion

2.3.1. Stabilité dimensionnelle

La précision dimensionnelle des cires n‟est pas très bonne. En effet, elles ont le
coefficient de dilatation thermique le plus élevé de tous les matériaux dentaires
utilisés. À ce propos, les changements de température entre la cavité buccale et
la température ambiante entraînent des variations dimensionnelles non
négligeables. Le coefficient de dilatation thermique varie de 530.10-6 à 250.10-
6 par °C. Les cires dures ont un coefficient de dilatation thermique qui se situe à
la limite basse de cette fourchette. L‟adjonction de particules, métalliques à
certaines compositions de cires, diminue le fluage et le coefficient de dilatation
thermiques. C‟est le cas de l‟Aluwax® par exemple. La manipulation des cires,
compte tenu de leurs propriétés, génère un certain nombre de contraintes. Par
exemple, la difficulté à ramollir une cire de manière homogène compte tenu de
leur faible conductivité thermique (0,04 W/mK) explique l‟apparition de
contraintes au sein du matériau. La libération de ces contraintes, si l‟on
réchauffe la cire, peut engendrer une déformation.
La stabilité dimensionnelle des pâtes Eugénol/Oxyde de Zinc, compte tenu de la
spécificité de la réaction de prise, est excellente et surtout indépendante de son

26
Support, matériaux et techniques conventionnelles d’enregistrement
de l’occlusion en PIM

épaisseur. Elles subissent une contraction de moins de 0,10% entre la


température buccale et la température ambiante.
La stabilité dimensionnelle linéaire des silicones réticulant par addition est
inférieure à 0,2%.

2.3.2. Comportement rhéologique

L‟intervalle de ramollissement est représentatif des différents types de cires


entrant dans la composition du mélange et des changements structuraux au sein
de chaque constituant. L‟intervalle de ramollissement des cires dures est
particulièrement bien adapté à l‟enregistrement des relations inter-arcades. Par
exemple, la cire Moyco® présente un intervalle de ramollissement réduit (2°C)
se situant autour de 51°C à 52°C. Faiblement viscoplastique autour de 50°C elle
est suffisamment rigide à température ambiante. Le fluage des cires varie en
fonction de la température, de la durée d‟application de la contrainte, et de la
composition. Le fluage peut être bas au-dessous du point d‟inflexion, et
augmenté au-dessus. Il est fonction : du ramollissement des esters, des
changements de structure de la phase cristalline, du fluage propre à la phase
amorphe.
Le comportement viscoplastique des pâtes Eugénol/Oxyde de Zinc est
parfaitement adapté aux enregistrements de l‟occlusion. Après mélange, leur
faible viscosité les rend imperceptibles pour le patient. Leur bonne résistance au
fluage les rend cliniquement faciles d‟utilisation. La précision de surface est
correcte compte tenu du caractère hydrophile de l‟Eugénolate de Zinc.
Le silicone idéal doit présenter une viscosité initiale faible pour ne pas gêner le
patient lors de la fermeture, puis une rigidité finale élevée pour éviter toute
erreur lors du repositionnement. Ce matériau engendre peu de déformation sous
contrainte ainsi qu‟une stabilité dimensionnelle correcte.

27
Support, matériaux et techniques conventionnelles d’enregistrement
de l’occlusion en PIM

2.3.3. Temps de travail et de prise

Le temps de travail des cires varie en fonction de la composition et de la


température. Sans être totalement maîtrisable, il peut être accéléré (air ou eau
froide).
Le temps de travail des pâtes Eugénol/Oxyde de Zinc est suffisant et en
adéquation avec l‟acte clinique d‟enregistrement. Le temps de prise est assez
rapide, se situant aux alentours de 1 à 3 minutes.
Le temps de travail des silicones réticulant par addition est d‟environ 90
secondes, le temps de prise est d‟environ 1 minute et 30 secondes.

2.4. Propriétés mécaniques


Les propriétés mécaniques des cires varient en fonction de la température, et
sont relativement faibles par rapport aux autres matériaux dentaires utilisés.
La résistance à la compression des pâtes eugénol/oxyde de zinc est d‟environ
35MPa. Une fois la prise effectuée, ils ont un comportement fragile.
Les silicones se différencient des matériaux de prise à empreinte par leur plus
grande dureté ainsi que par leur rigidité.

3. Techniques conventionnelles d’enregistrement de


l’occlusion en PIM [4,6, 28, 40, 53,55]
Différentes techniques sont à la disposition du praticien dont le choix sera dicté
par la situation clinique. Quel que soit la technique choisie, le premier souci du
praticien doit être la stabilité de l‟enregistrement et un transfert fidèle de la
relation inter-arcade.

3.1. Repositionnement manuel [4,53]


Lorsque la préparation prothétique ne concerne qu‟une dent unitaire ou deux
encastrées, qu‟il y a un nombre suffisant de répartition des points d‟occlusion ;
alors l‟occlusion entre les deux arcades complètes peut facilement être

28
Support, matériaux et techniques conventionnelles d’enregistrement
de l’occlusion en PIM

retrouvée. Le confrontement manuel des modèles peut être utilisé pour


l‟enregistrement de l‟occlusion.
En préalable, le praticien ou le prothésiste doit procéder à la toilette des
modèles : élimination des excès du matériau d‟empreinte, nettoyer les bulles
d‟air et les petits défauts d‟empreinte suspects de causer une instabilité des
modèles. Les deux modèles peuvent être repositionnés et être montés en
articulateur en PIM.
En cas doute, il est préférable de passer à un support d‟occlusion pour que le
montage soit fiable.

3.2. Technique du mordu occlusal [4, 40,53]


Cette technique consiste à interposer de la cire ou de la silicone entre les
arcades. Le patient ferme alors en PIM et les indentations seront enregistrées.
La technique du mordu est indiquée pour des reconstitutions prothétiques de
faible étendue concernant une ou deux dents.
Pour l‟enregistrement proprement dit une feuille de cire Moyco Hard® est
préparée et adaptée à l‟arcade maxillaire. Elle doit inclure les secteurs prémolo-
molaires et dégager les secteurs antérieurs pour éviter la déformation lors de la
fermeture. Au niveau des dents cuspidéess, la cire s‟arrête aux bords des
cuspides vestibulaires.

Figure 10: Feuille de cire Moyco percée [4]

29
Support, matériaux et techniques conventionnelles d’enregistrement
de l’occlusion en PIM

La feuille de cire Moyco est réchauffée dans un thermobain à la température


idéale de travail puis insérée en bouche, le patient est alors amené et fermer de
manière naturelle. Il est important de réchauffer légèrement la cire pour que le
patient ne ressente pas d‟obstacle à son retour en OIM, source d‟erreur. Les
indentations enregistrées sont nombreuses et ne doivent prendre en compte que
les cuspides. L‟enregistrement peut-être rebasé avec une pâte oxyde de zinc-
eugénol ou de l‟Aluwax® pour plus de précision.

Figure 11: Préparation de la plaque de cire Moyco sur le modèle supérieur [4]

Figure 12: Essayage de la plaque en bouche, elle doit être stable [4]

Figure 13: Après réchauffement de la cire, le patient est invité à fermer en PIM (4)

30
Support, matériaux et techniques conventionnelles d’enregistrement
de l’occlusion en PIM

Figure 14: Les contacts dento-dentaires correspondent


Aux endroits où la cire est percée [4]

Pour le mordu en silicone, le praticien met en place du matériau sur l‟arcade


puis le patient vient mordre en OIM. Le support peut être découpé pour
s‟adapter correctement sur les modèles. Ce mordu sera retravaillé après la prise
pour ne garder que les contacts occlusaux.

3.3. La table d’enregistrement occlusal sectorielle [4]


Cette technique répond aux enregistrements en OIM lorsque le nombre de dents
préparées engendre une incertitude lors de l‟affrontement des modèles ou un
basculement lors de leur mise en articulateur, notamment les prothèses plurales
terminales. La table occlusale permet un enregistrement localisé aux zones de
préparations.
Le praticien optera pour un matériau rigide et stable, soit une cire dure (Moyco
Hard® par exemple) ou une résine (Pick U Plast®).
Le matériau d‟enregistrement sera déposé uniquement au niveau des dents
préparées puis le patient vient en OIM. Cela permettra un montage sans bascule
du modèle sur la table de transfert et de positionner les modèles l‟un par rapport
à l‟autre.

31
Support, matériaux et techniques conventionnelles d’enregistrement
de l’occlusion en PIM

Figure 15 : Enregistrement de l’occlusion avec une table sectorielle d’occlusion [3]

Pour plus de précision, la table d‟enregistrement occlusal sera rebasée par une
pâte oxyde de zinc eugénol ou de l‟Aluwax®.

Figure 16: Rebasage de l’enregistrement avec une pâte


D’oxyde de zinc eugénol pour plus de précision [3]

Figure 17: Repositionnement des modèles après enregistrement de l’occlusion [3]

3.4. Empreinte sectorielle en occlusion [4,12,14,61]


Cette technique consiste à enregistrer les préparations et les antagonistes en un
seul temps. Elle se caractérise par le fait que le praticien n‟enregistre pas les
arcades de manière complète mais de façon sectorielle.
Cette technique ne peut être utilisée que si les dents voisines et antagonistes
permettent une occlusion correcte et qu‟aucune modification de la DVO n‟est

32
Support, matériaux et techniques conventionnelles d’enregistrement
de l’occlusion en PIM

pas envisagée. Les indications proposées pour les empreintes sectorielles sont
strictes et reposent sur trois conditions cliniques qui doivent être remplies
simultanément :
- Une à deux préparations de dents cuspidées, en secteur encastré ;
- Une position d‟intercuspidie maximale (ICM) stable et réitérative ;
- Une désocclusion postérieure en latéralité, qui permet d‟éviter les
interférences sur les futures prothèses, lors des mouvements d‟excursion
mandibulaire.
Les avantages mis en avant pour promouvoir cette technique reposent sur :
- L‟utilisation d‟une moindre quantité de matériau d‟empreinte
- Un meilleur confort pour le patient
- Des résultats cliniques de qualité égale ou supérieure à celle obtenue avec
des enregistrements complets d‟arcades.
La technique de l‟empreinte sectorielle nécessite l‟emploi d‟un porte empreinte
spécifique : hemi porte empreinte.
- Métalliques (réutilisables) ou plastiques : Bite Tray ou Triple Tray ou
contra Tray
- Avec ou sans parois latérales ;
- Avec gaze interposée ou non.

Figure 18: Porte empreinte sectoriels métalliques


Rigides pour empreinte en occlusion [12]

33
Support, matériaux et techniques conventionnelles d’enregistrement
de l’occlusion en PIM

Le praticien procède à l‟essayage du porte empreint pour s‟assurer de l‟absence


de tout blocage lors de la fermeture. Il explique au patient le processus de
l‟empreinte et lui demandera de fermer à plusieurs reprises afin qu‟il intègre la
position souhaitée et que le praticien puisse comparer si elle correspond bien à
celle de l‟enregistrement.
L‟empreinte peut être réalisée en un seul temps avec de la silicone de deux
viscosités différentes (double mélange simultané) ou en deux temps (wash
technique).

Figure 19: Bite Tray en carton [12]

En double mélange simultané, le porte-empreinte sera rapidement mis en bouche


avant que la prise des matériaux commence. Le patient vient fermer de façon
naturelle sans se laisser influencer par la présence des matériaux. Leur état
plastique à ce moment précis est important, le patient ne doit ressentir aucune
résistance sous risque de dérapage. L‟occlusion est maintenue le temps de prise
des matériaux, le praticien veillera à la concordance entre la position enregistrée
et la PIM.

34
Support, matériaux et techniques conventionnelles d’enregistrement
de l’occlusion en PIM

Figure 20 : Modèles issues des empreintes sectoriels [67]

Le praticien contrôlera les éléments de l‟empreinte (exactitude de


l‟enregistrement, absence de bulles, de tirage) mais également de la relation
intermaxillaire : des points d‟indentations entre les deux arcades doivent être
visibles, le matériau ne doit pas empêcher le retour à l‟OIM.
Les modèles sont coulés et mis en relation à l‟aide d‟un occluseur. Il ne faut en
aucun cas que les deux parties issues de l‟empreinte soient séparées avant leur
mise en occlusion.

3.5. Clé vestibulaire [4,30]


Il s‟agit là plus d‟une aide au repositionnement des moulages que d‟un véritable
enregistrement sectoriel de l‟occlusion. Le praticien, à l‟aide de silicone de
haute viscosité, va enregistrer la position des dents antérieures en OIM, les
contacts occlusaux ne sont en aucun cas pris en compte.
Le risque de bascule vestibulo-linguale des modèles lors du montage en
occlusion rend ce dernier impossible. La clé vestibulaire n‟est pas une technique
à privilégier, elle peut néanmoins servir de vérification du montage en OIM.

35
Support, matériaux et techniques conventionnelles d’enregistrement
de l’occlusion en PIM

Figure 21: Technique de clé vestibulaire [68]

3.6. Functionnaly Generated Path FGP [4,18,29]


Décrit par Meyer en 1931, cette technique intra-orale permet l‟enregistrement
statique et dynamique de la cinématique des trajectoires cuspidiennes du secteur
préparé et de son antagoniste. L‟enregistrement s‟effectue en deux temps : tout
d‟abord le praticien réalise une empreinte sectorielle classique en occlusion
statique. Puis une seconde empreinte est réalisée mais cette fois ci elle sera
dynamique : le patient effectue des mouvements pendant la prise du matériau ou
de la cire réchauffée ;
Cette technique convient au cas de prothèses unitaires ou aux prothèses fixes
plurales de faible étendue au niveau des dents cuspidées et lorsque la
morphologie occlusale est correcte, que l‟occlusion dynamique est fonctionnelle
et non modifiée par les préparations.
- Protocole :
- Fixer une cire sur la face occlusale de la dent préparée. Le patient serre les
dents en intercuspidie maximale et, à partir de cette position, effectue tous
les déplacements mandibulaires. Simultanément, les pointes cuspidiennes

36
Support, matériaux et techniques conventionnelles d’enregistrement
de l’occlusion en PIM

gravent tridimensionnellement, dans la cire, tous les trajets correspondant


aux déplacements de la mandibule.
- Badigeonner puis couler le plâtre dans l'enregistrement en cire laissé sur
la préparation. Le modèle fonctionnel ainsi obtenu est utilisé pour les
constructions à réaliser.

Figure 22: Cire de latéralité en bouche et sur l’articulateur [34]

- Un dispositif est utilisé pour le montage des modèles, le Twin Stage


Occluder de Hanau. Il s'agit d'un occluseur à trois branches permettant
d'obtenir, en plus des rapports statiques, la cinématique mandibulaire.
On place le modèle de travail sur la branche inférieure et, respectivement,
sur les deux branches supérieures le modèle antagoniste et le modèle
fonctionnel. Ce dispositif permet d'affronter successivement les deux
moulages :
- Le premier moulage, anatomique, permet de réaliser classiquement une
face occlusale adéquate, respectueuse de l'OIM.
- Le second moulage, fonctionnel, permet d'intégrer la maquette
prothétique à l'enveloppe complète des mouvements des dents
antagonistes.

37
Support, matériaux et techniques conventionnelles d’enregistrement
de l’occlusion en PIM

Figure 23: Montage des modèles sur le Twin Stage Occluder de Hanau [40]

4. Contrôle et qualité de l’enregistrement [4,33]


Quel que soit la technique utilisée par le praticien, il convient de garder à l‟esprit
que le but est d‟obtenir un enregistrement stable, précis, et de qualité pour
permettre au laboratoire de repositionner le modèle maxillaire et mandibulaire
l‟un par rapport à l‟autre avec fiabilité.
Plusieurs points sont à vérifier pour s‟assurer de la qualité de l‟enregistrement.

4.1. Absence de contact entre les supports de


l’enregistrement
Toute interférence entre les supports d‟enregistrements maxillaires et
mandibulaires doit être éliminée.
De la même manière, les modèles secondaires en plâtre, doivent être mis en
forme de telle sorte que leur montage sur articulateur ne soit pas faussé.

4.2. Enregistrement symétrique et simultanée


Les contacts occlusaux doivent être bien répartis et symétriques sur le support
d‟occlusion. Toute prématurité susceptible d‟engendrer des bascules, des
glissements doit être repérée et éliminée pour assurer une stabilité optimale.

38
Support, matériaux et techniques conventionnelles d’enregistrement
de l’occlusion en PIM

4.3. Les indentations


Les indentations doivent être nombreuses, bien reparties et peu profondes. Cela
permet un repositionnement correct et stable sans mouvement de bascule des
modèles. Seules les cuspides sont concernées par l‟enregistrement car les zones
d‟anfractuosités risquent d‟être mal définies sur les moulages entraînant des
erreurs.

4.4. Absence d’interposition du matériau d’enregistrement


Le matériau d‟enregistrement ne doit pas empêcher la mise en occlusion des
arcades. Il faut donc s‟assurer que les contacts persistent après l‟enregistrement
en visualisant les perforations en regard des cuspides sur le matériau
d‟enregistrement.

4.5. Précision et fiabilité de l’enregistrement


Avant d‟envoyer l‟enregistrement au prothésiste, le praticien veillera à ce que
celui-ci soit précis. Il vérifiera que les informations fournies au laboratoire lui
permettent de retrouver l‟occlusion sans erreur possible.
Les techniques conventionnelles de l‟enregistrement de l‟occlusion sont encore
d‟actualité est restent largement indiqués notamment dans les cas d‟édentement
de large étendu. Cependant elles présentent certaines limites notamment les
délais de communication entre le praticien et le prothésiste, les risques de
déformations des matériaux du au transport entre les différents lieux les
difficultés de visualisation simultanées entre praticien et prothésiste du
traitement interdisant une ré intervention au cours de la réalisation prothétique
sans l‟ajout de coûts supplémentaire. On parle ainsi de limites opérateur
dépendant.
D‟où l‟intérêt des techniques assisté par ordinateurs.

39
CFAO et occlusion numérique sans articulateur virtuel

1. Généralités : Base fondamentales de la CFAO [49,60]

1.1. Définitions
L'acronyme CFAO signifie Conception et Fabrication Assistées par Ordinateur
(appelée en littérature Anglaise CAD-CAM : Computer Assisted Design,
Computer Assisted Manufacturing) et désigne un processus industriel destiné à
simplifier et à standardiser les techniques et les tâches répétitives. En
odontologie, elle désigne l‟ensemble des équipements permettant d'aller de la
modélisation à la fabrication des prothèses dentaires assistées par ordinateurs.
La CFAO regroupe deux concepts : la CAO (conception assistée par ordinateur)
et la FAO (fabrication assistée par ordinateur). Stricto sensu, il faut bien
identifier les deux notions.
- La CAO : consiste au recueil des données de l‟empreinte, à leur
numérisation par scannérisation, puis la réalisation d‟éventuelles
modifications à travers la construction d‟un projet prothétique virtuel.
- La FAO : consiste à la transmission des données de la CAO à un logiciel
qui commande une machine-outil qui exécute le travail par différentes
techniques (usinage ou stéréolithgraphie).
De manière courante, le terme CFAO est utilisé un peu abusivement pour
désigner l‟un ou l‟autre ou les deux concepts à la fois. Ils sont, de toute façon,
indissociables.

40
CFAO et occlusion numérique sans articulateur virtuel

Figure 24: Le principe schématique de la CFAO [60]


SPE = Système de prise d’empreinte ; CAO = Conception Assistée par Ordinateur
MOCN = Machine-Outil à Commande Numérique

1.2. Types des CFAO dentaires [10,32,51,60]


Le principe de la CFAO est simple : une sonde intra-orale permet d‟enregistrer
la surface des dents sous forme de données exploitables par informatique. Ces
données sont analysées et traitées par un logiciel qui construit une image par
modélisation d‟une surface. L‟enregistrement permet alors d‟obtenir une image
3D virtuelle.
Il existe différents systèmes de CFAO dentaires. Il faut les catégoriser en
fonction de la nature de l‟empreinte ainsi que le lieu de sa numérisation et de la
fabrication.

41
CFAO et occlusion numérique sans articulateur virtuel

Figure 25: Les trois types de CFAO dentaires [60]

1.2.1. CFAO directe

La CFAO directe est une technologie qui permet la prise d‟empreinte, la


modélisation de la prothèse et son usinage, le tout, au cabinet dentaire. Le
praticien est le seul opérateur de la chaine prothétique.
Le praticien réalise une empreinte numérique de la préparation (l‟empreinte
optique). Il enregistre à la fois la dent préparée, les dents adjacentes et les dents
antagonistes ainsi que les rapports intermaxillaires en OIM. Après une
modélisation de modèles en 3D à partir des données numériques collectées, il
procède à la CAO de la pièce prothétique. Puis, finalement déclenche la
fabrication par la machine-outil qui se trouve sur place au cabinet.

1.2.2. La CFAO semi-directe

Dans ce système de CFAO, l‟unité d‟usinage n‟est pas dans le cabinet dentaire.
Le praticien réalise l‟empreinte numérique et enregistre les informations
nécessaires pour la réalisation de la prothèse (dents adjacentes, dents
antagonistes, occlusion). Ces données numériques sont envoyées au laboratoire
de prothèse (ou dans un centre d‟usinage) qui réalisera la modélisation 3D et
l‟usinage de la restauration.

42
CFAO et occlusion numérique sans articulateur virtuel

1.2.3. CFAO indirecte

La CFAO indirecte commence par une technique d‟empreinte classique par les
matériaux d‟empreinte conventionnels qui sera envoyée du laboratoire. Le
moulage est ensuite scanné pour fournir les données à la FAO.
Le principe de CFAO indirecte ne sera pas traité dans ce travail car elle est à
usage exclusif du laboratoire.

2. L’empreinte optique [8,12,21,43]


Tout système CFAO en odontologie débute par l‟acquisition des données
topographiques de la zone de travail et de l‟arcade antagoniste. Cette acquisition
réside dans l‟étape de la prise d‟empreinte, qui est une étape clef dans la chaine
prothétique. Plusieurs concepts cohabitent actuellement :
- L‟acquisition extra-orale sur des modèles coulés, des empreintes ou des
maquettes. Elle est faite au laboratoire de prothèse par micropalpation ou
par scannage optique ;
- L‟empreinte optique intra-orale à l‟aide d‟une caméra intra-buccale ;
La saisie d‟informations par l‟acquisition numérique de l‟image a pour but
d‟enregistrer le maximum de données sur la situation présente.
L‟unité d‟acquisition comprend deux parties :
- Un récepteur : la caméra intra-buccale, elle est au contact de l‟objet et
permet la prise d‟information ;
- Un centre de numérisation : il transpose les données analogiques
collectées par le récepteur en données numériques.
Sur le marché, il existe une panoplie de caméras intra-buccales Ces caméras
utilisent sensiblement le même principe d‟empreinte optique, mais avec des
fonctionnalités cliniques différentes.

43
CFAO et occlusion numérique sans articulateur virtuel

2.1. Principe général de la caméra intra-buccale [21,43]


L‟empreinte optique se définit comme une mesure optique. Le principe consiste
à projeter un rayon lumineux dit rayon incident sur un objet. Le rayon incident
peut s‟agir d‟une lumière incohérente (polychromatique) ou cohérente (laser)
L‟objet ainsi éclairé va renvoyer une partie des rayons qu‟il reçoit. Ces rayons
réfléchis vont être captée par une caméra munie de capteurs photosensibles.

Figure 26: Principe de l’empreinte optique [20]

Il convient de noter que cette empreinte optique cherche à enregistrer en 3D


uniquement la surface de l‟objet et non pas l‟intégralité de son volume.
L‟information optique captée est qualifiée de données analogiques qui seront
converties en données numériques par l‟ordinateur.

2.2. Capteurs [21,43]


La fonction de ces capteurs est de convertir des informations analogiques
visuelles en données numériques afin de reconstruire l‟image en 3D.
On décrit deux types de capteurs pour les caméras intra-buccales : CCD
- CCD : Les photodiodes des pixels réagissent à la lumière et fournissent un
signal électrique. Le signal de chaque colonne de pixel est récupéré et un

44
CFAO et occlusion numérique sans articulateur virtuel

signal électrique analogique est fourni au convertisseur A/D en sortie de


capteur.
- CMOS : également composé de photodiodes il convertit directement le
signal électrique de chaque pixel (=photodiodes) numériquement. De ce
fait il est plus rapide que le CCD mais moins performant dans le cas de
luminosité faible.

2.3. Technologies d’acquisition [5,8,16]


Même si les différentes caméras se basent pratiquement sur le même principe,
ils existent différentes technologies qui permettent à la caméra d‟évaluer le relief
de l‟objet.

2.3.1. Méthode par triangulation

Le principe suppose de récréer un triangle dont les trois sommets sont constitués
par :
- Un émetteur : qui émet un rayonnement lumineux connu et orienté
- L‟objet à mesurer sur lequel le rayonnement se réfléchit
- Un capteur qui enregistre la déformation de la lumière engendrée par sa
réflexion sur l‟objet.

Figure 27: Présentation schématique de la triangulation [39]

45
CFAO et occlusion numérique sans articulateur virtuel

2.3.2. Echantillonnage actif du front d’onde : Active


Wavefront Sampling

Le système est composé de trois capteurs, face à un disque composé de trois


trous, et dont les trois trajets optiques résultant ne sont pas colinéaires. La
lentille concentre le rayon reflété jusqu‟au capteur permettant le positionnement
des points à la surface de la dent à partir de 3 axes de prise de vue à 3 temps
différents, selon l‟ouverture de l‟obturateur. Par le biais de ces 3 images, il est
possible de générer informatiquement une image 3D.

Figure 28: Principe de fonctionnement de l'échantillonnage actif de front d'onde [25]

2.3.3. Méthode parallèle confocale

Elle est basée sur le principe du microscope confocal.


Il s‟agit de faire passer le faisceau laser à travers un montage optique.

Figure 29: Principe de la technique parallele confocale [5]

46
CFAO et occlusion numérique sans articulateur virtuel

Dans le cas d‟une caméra optique, l‟enjeu est de capturer un nombre suffisant
d‟images en un temps acceptable. Pour cela on ajoute une grille de
microlentilles possédant toutes le même plan focal. La grille est inclinée afin de
couvrir plusieurs plans. Cela permet de multiplier le nombre d‟images et le
nombre de plans focaux en une seule prise.

2.3.4. Tomographie optique de cohérence

Le principe de la tomographie optique de cohérence est de séparer en deux un


faisceau lumineux (laser monochromatique) afin que celui-ci se dirige vers un
miroir de référence et sur l‟objet à mesurer.

Figure 30: Dans le cas d'une empreinte optique on remplace le miroir issu du bras
échantillon par un objet biologique à savoir les tissus bucco-dentaires [43]

Dans le cas d‟une empreinte optique, afin d‟obtenir les coordonnées dans les 3
dimensions de l‟espace on multiplie les miroirs de référence. De plus, la prise
d‟empreinte intra-buccale nécessitant une acquisition des informations rapide,
on utilise des micro-miroirs vibrants. Cela va permettre l‟acquisition rapide de
nombreuses images qui, assemblées par le software, vont engendrer la
reconstitution 3D des volumes bucco-dentaires.

47
CFAO et occlusion numérique sans articulateur virtuel

2.4. Différentes caméras intra-buccales [5,10,15,16,59]


Aujourd‟hui, il y a une diversité de caméras destinées à la prise d‟empreinte
optique. La multitude de caméras disponibles sur le marché peut porter
confusion au praticien qu‟au choix du « meilleur » système.

2.4.1. Système CEREC BlueCam :

Ce système utilise les principes basiques de la microscopie confocale et la


technique de la triangulation active.

Figure 31: Le système CEREC BlueCam [69]

Elle ne fonctionne en « point and click », par saisie d‟un petit nombre de clichés
et l‟acquisition se fait image par image pour la création d‟un modèle 3D. La
caméra projette une lumière bleue et se déclenche automatiquement. Elle
nécessite un poudrage préalable des surfaces à enregistrer.

2.4.2. Système CEREC Omnicam

Ce système fonctionne avec la technologie de triangulation active. L‟apport de


cette caméra par rapport à ces antécédentes est qu‟elle fonctionne sur la base
d‟une saisie continue des données, c‟est-à-dire en vidéo en 3D motion et la
modélisation du modèle 3D en couleurs naturelles. Elle ne nécessite pas de
poudrage préalable.

48
CFAO et occlusion numérique sans articulateur virtuel

Figure 32: Caméra CEREC Omnicam [70]

2.4.3. Système E4D

L‟acquisition de l‟image ne se fait en « point and click », c‟est-à-dire


l‟acquisition se fait par succession d‟image comme la caméra CEREC BlueCam.
La caméra émet un laser. Les surfaces à enregistrer ne nécessitent pas de
poudrage.

Figure 33: Le système E4D [71]

Ce système permet au praticien de fabriquer la prothèse entièrement au cabinet


ou de se connecter à un laboratoire équipé en CAO.

49
CFAO et occlusion numérique sans articulateur virtuel

2.4.4. Système Lava C.O.S de 3M ESPE

La caméra LAVA est la plus petite sur le marché. Elle est composée de 192
diodes électroluminescentes et de 22 lentilles. L‟acquisition des données, après
poudrage préalable, se fait en film 3D. L‟enregistrement est visualisé en temps
réel sur l‟écran.

Figure 34: Le système LAVA C.O.S [72]

Figure 35: La caméra LAVA C.O.S [73]

2.4.5. Système APOLLO DI

La numérisation se fait par triangulation active, de manière continue, et


nécessite un poudrage. Cette caméra n'est pas rattachée au système d'usinage de
chez Sirona et permet uniquement d'envoyer l‟empreinte au laboratoire.

50
CFAO et occlusion numérique sans articulateur virtuel

Figure 36: Le système APPOLO DI [74]

2.4.6. Système TRIOS ® de 3Shape

Le système TRIOS utilise une technologie appelée Ultrafast Optical Sectioning


(Sélection Optique Ultrarapide). Cette technologie combine la microscopie
confocale avec la projection de la lumière.
Il se compose d‟une caméra et d‟un chariot doté d‟un écran tactile. Les images
3D couleur sont désormais enregistrées sans poudrage ou spray. La vitesse
d‟enregistrement des données est également accrue.

Figure 37 : Le système TRIOS de 3shape [75]

51
CFAO et occlusion numérique sans articulateur virtuel

Il existe une nouvelle version, dite « POD », qui permet aux praticiens de
connecter la caméra directement à leur PC ou leur iPad. Elle peut être intégrée
au fauteuil ou contrôlée à distance. Cette fonctionnalité permet de substituer le
chariot TRIOS.

Figure 38: Le TRIOS Pod [76]

3. Prise d’empreinte optique [12,17,21]

3.1. Indications
La prise d‟empreinte par CAO convient dans de nombreux cas cliniques.
Certains cas peuvent être réalisés entièrement au cabinet et d‟autres nécessitent
la collaboration du prothésiste.
La CAO répond aux cas de prothèse fixée et implantaire. Les empreintes
réalisées peuvent être sectorielles ou complètes.
Actuellement elle offre la possibilité de traiter les cas suivants :
- Inlay ;
- Onlay ;
- Facette ;
- Couronne et endocouronne ;
- Chape et armature ;
- Pilier implantaire ;
- Prothèse fixe plurale de 4 éléments.

52
CFAO et occlusion numérique sans articulateur virtuel

3.2. Préalables { la prise d’empreinte


L‟empreinte en CAO nécessite quelques précautions et un protocole rigoureux.

3.2.1. Champ de travail sans interférence

Nous devons veiller que les préparations et les dents adjacentes et antagonistes à
enregistrer soient à l‟abri de la salive, bien asséchées. La présence de salive ou
de sang provoquerait un défaut d‟enregistrement.
La lumière du scialytique doit être éloignée au moment de l‟enregistrement car
elle peut être source de lumière parasite diminuant la qualité de l‟image.

3.2.2. Axe de la caméra

La caméra doit être maintenue selon l‟axe d‟insertion de la future pièce


prothétique.
La caméra est équipée d‟une petite cale que le praticien vient appuyer en distal
de la préparation de façon à être stable avant de déclencher le cliché. Il est très
important de respecter l‟axe de la caméra ; en effet pour que le logiciel analyse,
compare et relie les différentes empreintes ; l‟angle de vue doit être le même.

3.2.3. Poudrage

En fonction du système utilisé, un poudrage peut être nécessaire. Le praticien


recouvre de façon uniforme la zone d‟empreinte d‟un matériau opto-lisible : le
dioxyde de titane. La poudre permet de rendre la surface mate sans reflet, ce qui
permet d‟augmenter le contraste optique et ainsi d‟enregistrer les détails de la
préparation tout en donnant une notion de profondeur.

53
CFAO et occlusion numérique sans articulateur virtuel

Figure 39: Poudrage des surfaces avec OptiSpray™ sous dispositif Isolite® et empreinte
optique au CEREC (Bluecam) [77].

Le matériau peut se présenter sous forme de liquide coloré ou de poudre sous


différents conditionnements : en aérosol, pulvérisateur à réservoir montés ou
non sur seringue à air, « pistolet poudreur automatique » 3M, ou encore en
aérographe et son réservoir de poudre relié à une bombonne d‟air sec. Le produit
doit être étalé en fine couche d‟épaisseur constante sans créer de paquet. On
obtient alors une couche d‟environ 25 microns qui est programmée et
compensée par les logiciels.

3.3. Prise d’empreinte [16,17]


Selon le type de caméra, la prise d‟empreinte se fait par :
- Une image unique : point and click.
- Une succession d‟images qui seront corrélées pour donner une image
globale : points and clicks.

54
CFAO et occlusion numérique sans articulateur virtuel

- Un enregistrement « filmé », c‟est-à-dire une suite d‟images prises par


flux continu.
L‟enregistrement va permettre au praticien d‟enregistrer dans un premier temps
les préparations et les dents adjacentes, puis les antagonistes et enfin un dernier
enregistrement pour retrouver la relation intermaxillaire en fonction de la
technique choisie.

3.3.1. Empreinte image par image ou succession d’image

Ce type d‟enregistrement correspond à celui effectué par le CEREC® de Sirona


par exemple. Lorsque la caméra est correctement positionnée, elle est activée
par une pédale de commande ou de façon automatique lorsque la caméra est
stabilisée.
De manière générale, la caméra est introduite en bouche et centrée sur la dent
préparée. Suivant le principe optique elle sera angulée de manière précise et
éventuellement en appui sur la dent distale. L‟enregistrement est réalisé sur
l‟ensemble des surfaces de la dent concernée (occlusale, vestibulaire
linguale/palatine ou proximale). Le parcours et l'annulation de la caméra
dépendent d‟un protocole imposé par le constructeur

Figure 40: Schématisation de la caméra intra-buccale de CEREC [43]

3.3.2. Empreinte par flux continu : full motion

Ce type d‟enregistrement correspond au système Lava C.O.S (Chairside Oral


Scanner) de 3M.

55
CFAO et occlusion numérique sans articulateur virtuel

Le praticien « filme » en 3D une empreinte partielle ou sectorielle. Le système a


pour avantage de présenter une caméra petite et plus maniable. Dans ce type
d‟empreinte, le travail se fait sans appui, à main levée à la différence de la
technique précédente.
Le praticien déclenche le début de l‟enregistrement par un interrupteur situé sur
le corps de la caméra ou par un contacteur situé sur l‟écran tactile. L‟opérateur
oriente la caméra sur la face occlusale, puis vestibulaire et enfin linguale ou
palatine afin d‟enregistrer toutes les données nécessaires. Si l‟enregistrement est
incomplet lors du premier passage, un second enregistrement est effectué et
vient se combiner avec le premier.
Il convient de respecter des limites d‟enregistrement pour la caméra, des codes
couleurs sont là pour aider le praticien dans la prise de l‟enregistrement. La
manipulation ne doit pas être trop rapide pour laisser le temps à l‟acquisition des
images de se faire correctement.
Ce système émet une lumière bleue à onde courte grâce à des LEDs, il s‟agit de
la lumière la plus précise pour un rendu optimal.

Figure 41: Le système LAVA COS® Chairside Oral Scaner de 3M [78]

Les données sont enregistrées dans une séquence vidéo et immédiatement


converti en une image précise et fiable. Une seconde d‟enregistrement

56
CFAO et occlusion numérique sans articulateur virtuel

correspond à 20 images 3D et donc une arcade complète peut être scannée en


deux minutes avec une acquisition de 2400 images 3D, soit 24 millions de
points de données.

4. Techniques d’enregistrement de l’occlusion assisté par


ordinateur sans articulateur virtuel [4,9,21,26,27,41,52]
Le modèle virtuel a été obtenu par numérisation directe ou indirecte. Suivant la
situation clinique, le praticien n‟est pas nécessairement obligé de passer par un
simulateur mécanique ou virtuel de la cinétique mandibulaire. Cependant,
certaines informations occlusales doivent être données au logiciel de CAO pour
obtenir une prothèse intégrée au système manducateur du patient. Certains
modules des logiciels de CAO analysent et intègrent directement ces
informations, permettant au praticien (ou prothésiste) de diminuer les
manipulations et retouches occlusales. Cette gestion de l‟occlusion par CFAO
n‟est possible que dans certaines situations de restaurations unitaires ou de
petites étendues. Il existe actuellement quatre méthodes figurant dans les
systèmes de CFAO pour répondre à cette situation clinique

4.1. Enregistrement avec un mordu occlusal [11,13,23,26,41]

4.1.1. Principe

Cet enregistrement se base sur un support d‟enregistrement sectoriel ou totale


réalisés à l'aide du silicone ou cire Moyco® en double épaisseur adaptées à la
dimension du secteur préparé, servant de table d‟enregistrement inter-occlusale.
Le patient se met en O.I.M. Cette méthode est alors indiquée lors d‟un
enregistrement en OIM par la technique conventionnelle ou par CFAO, avec
conservation de la DVO et dans le cadre des inlays/onlays, d ‟une prothèse
unitaire ou plurale de faible étendue.

57
CFAO et occlusion numérique sans articulateur virtuel

Cette technique est facile à réaliser, offre une bonne stabilité du support et une
bonne fiabilité d‟enregistrement.

4.1.2. Mordu en cire

Il s‟agit d‟un mordu réalisé avec la cire Moyco®, il est confectionné en double
épaisseur et adapté à l‟espace prothétique disponible. La cire est préchaufée et
placée sur les préparations et le patient est amené à fermer en PIM sur le mordu
jusqu‟à prise du matériau.
Au préalable, il est important de procéder à un entraînement du patient pour
éviter qu'il ne réalise une position mandibulaire différente lors de
l'enregistrement. Cet entraînement garanti en quelque sorte la réussite de cette
technique. Un guidage manuel léger permet d'éviter les positions excentrées, car
les patients ont tendances à suivre un chemin de fermeture latérale en présence
du mordu.
Le praticien devra contrôler et s‟assurer que le patient est en O.I.M en observant
les rapports d‟occlusion du côté controlatéral. Les indentations obtenues au
niveau des tables occlusales doivent être de faible profondeur.
Par la suite le mordu est rebasé à l'aide de la pâte oxyde de zinc eugénol (type
Temp-bond®) pour un enregistrement plus précis, le patient est prié de se mettre
en O.I.M.

4.1.3. Mordu en silicone

Le mordu peut être réalisé avec une silicone par addition qui est applicable à
l‟enregistrement conventionnel de l‟occlusion numérique.
Le mordu de silicone présente un nombre considérable d‟avantages : avec ses
propriétés importantes de fluage et sa viscosité suffisamment importante, le
silicone ne coule pas et enregistre avec précision les détails de l‟empreinte. Une
dureté finale élevée et une bonne rigidité après la prise permettent une découpe
aisée et un positionnement précis des modèles.

58
CFAO et occlusion numérique sans articulateur virtuel

Différents types types de silicone sont disponibles sur le marché pour


l‟enregistrement de l‟occlusion. Tous ces silicones présentent un haute précision
d‟enregistrement, un temps de travail confortable et un temps de prise
relativement court permettant d‟accélérer la procédure tout en améliorant le
confort du patient. Ceci permet d‟éviter d‟éventuelles imprécisions dues aux
mouvements des arcades pendant la prise.
Les exemples de silicones disponibles : Imprint 4 Bite® (temps de prise 60
secondes, Metal Bite® ou Virtual CAD Bite Registration® (temps de prise entre
40 et 45 secondes).

Figure 42: Silicone Imprint 4 Bite® [41]

Figure 43: Protocole d’utilisation du silicone de l’enregistrement de l’occlusion [80]

4.1.4. Enregistrement de l’occlusion proprement dit

L‟enregistrement de la (des) dent(s) préparée(s) et de leurs antagonistes par


empreinte optique ont été réalisées au préalable.

59
CFAO et occlusion numérique sans articulateur virtuel

Le praticien appose une silicone ou une cire d‟occlusion sur la ou les


préparation(s). Le matériau étant de prise rapide sur lequel le patient est amené à
fermer en OIM et à garder cette position le temps de prise du matériau. Le temps
de prise du matériau peut diminuer par la chaleur en bouche.
Le patient doit donc venir rapidement en occlusion avant que le matériau ne
commence à prendre en créant une résistance sur le chemin de fermeture et des
risques d‟erreur. Le praticien devra contrôler que l‟occlusion enregistrée est la
bonne. Une fois la prise réalisée, le praticien analyse le mordu, vérifie que le
patient retrouve bien la même occlusion.
La dureté finale du matériau étant élevée, le praticien peut le couper sans risque
de le déchirer afin de bien l‟adapter. La surface de silicone indentée doit se
limiter à la surface occlusale de la/ des dent(s) préparée(s) sans déborder sur les
dents adjacentes.
Après les différents réglages et vérifications, le mordu est remis en place, bien
sec, puis poudré (si le système le nécessite) afin d‟enregistrer les indentations à
l‟aide de la caméra optique.
Le logiciel analyse alors les différentes données : l‟empreinte des préparations,
l‟empreinte des antagonistes et enfin l‟empreinte du mordu. Il va ainsi pouvoir
superposer ces empreintes grâce aux zones identiques, telles que les dents
adjacentes, les cuspides des antagonistes et les indentations. Pour cela, il est
important que les empreintes soient prises dans le même axe et qu‟elles aient
suffisamment de points communs.
Tout bien considéré, il s‟agit d‟une acquisition optique de l‟empreinte laissée par
l‟antagoniste dans un matériau plastique.

60
CFAO et occlusion numérique sans articulateur virtuel

Figure 44: Mordu en silicone pour l’enregistrement de l’occlusion [11]

Figure 45: Visualisation du modèle virtuel après scannage du mordu d’occlusion [11]

RAYNAL en 2005, démontre qu‟il est tout à fait possible, à l‟aide du CEREC®,
de ne réaliser que l‟empreinte des préparations puis du mordu sans même avoir
scanné les antagonistes.
Le logiciel est alors capable de recréer l‟anatomie de la dent à reconstituer. On
veillera tout de même à ce que le mordu n‟empiète pas sur les dents adjacentes

61
CFAO et occlusion numérique sans articulateur virtuel

qui vont servir de repères entre la première et la seconde empreinte. Ceci


permettrait un gain de temps et un confort considérable.

4.2. Enregistrement par voie vestibulaire [4, 24,26,41]


Cette technique est désormais réalisable avec le CEREC® version 3,8. Dans un
premier temps, l‟opérateur enregistre la/les préparation(s), puis les antagonistes.
Ensuite, le praticien guide le patient en OIM, la caméra optique est alors insérée
dans le vestibule pour venir enregistrer les faces vestibulaires en occlusion.

Figure 46 : Positionnement en vestibulaire de la caméra et visualisation


à l’écran de l’enregistrement de l’occlusion [33]

Cette méthode a pour inconvénient de devoir mettre en place la caméra dans le


vestibule avec une distance convenable pour l‟enregistrement par rapport aux
dents. Cela peut s‟avérer difficile dans le fond de la cavité buccale ou face à une
joue tonique. Le système Lava C.O.S met en avant une caméra de petite taille :
13,2 mm à son extrémité permettant de mieux appréhender ce problème.
Chaque cas clinique comporte alors 3 enregistrements : de l‟arcade avec la ou
les préparations, de l‟arcade antagoniste et de la clé vestibulaire. L‟opérateur
superpose alors les trois clichés et le logiciel affine parfaitement cette
superposition.

62
CFAO et occlusion numérique sans articulateur virtuel

Figure 47 : Visualisation des trois prises [4]

L‟opérateur superpose alors les trois clichés et le logiciel affine parfaitement


cette superposition.

Figure 48 : Superposition des clichés en OIM et des arcades [4]

63
CFAO et occlusion numérique sans articulateur virtuel

Figure 49 : Superposition des prises de vue [4]

Lorsque le logiciel retrouve l‟occlusion, le praticien peut observer sur l‟écran les
points d‟occlusion virtuels. Pour s‟assurer de la qualité de l‟enregistrement ; le
praticien peut contrôler ces points en bouche à l‟aide d‟un papier articulé. La
cohérence entre les points d‟occlusion réels et virtuels garantit que la relation
inter maxillaires enregistrée est correcte.

Figure 50 : Observation des points d’occlusion virtuels [4]

64
CFAO et occlusion numérique sans articulateur virtuel

Les règles habituelles de l‟empreinte s‟exercent : il est possible d‟enregistrer un


quadrant ou une arcade complète. Le temps moyen d‟enregistrement d‟une
arcade complète est de deux minutes, la caméra peut cependant stocker sept
minutes de film dynamique par arcade. Chaque seconde, vingt images de dix
mille points sont enregistrées.

4.3. Analyse métrique : [9,19,37,38,39]


Cette solution nécessite seulement l‟empreinte optique de l‟arcade concernée par
la restauration. Le praticien n‟a pas besoin d‟effectuer l‟empreinte optique de
l‟occlusion et de l‟antagoniste. La construction de la table occlusale de la future
prothèse se fait à partir de l‟analyse morphologique des dents environnantes
réalisée par le logiciel de CFAO. Dans le propos qui suit, nous allons détailler la
méthode d‟analyse métrique personnalisée : CEREC Biogénérique.
Mehl et Blanz, s‟étaient fixés dès le départ des objectifs très ambitieux :
- Tenir compte de tous les concepts d‟occlusion existants ;
- Décrire mathématiquement toutes les morphologies possibles ;
- Trouver pour chaque patient un résultat individuel parfaitement adapté.

4.3.1. Indications

Inlay/onlay, couronne, facette, Bridge anatomique.

4.3.2. Principe

Le biogénérique a permis de trouver la formule nécessaire à élaborer le plan de


génétique, morphologique et occlusale et d‟obtenir ainsi les repères nécessaires
à la restauration de la dent. Pour les inlays et onlays, le logiciel biogénérique
CEREC utilise la substance dentaire occlusale résiduelle entourant la cavité
préparée, nous n‟avons même pas besoin de dent intacte : les informations
stockées dans la substance dentaire résiduelle suffisent. Concernant les
couronnes, il convient de prendre comme deux repères : la préparation et une
dent antagoniste ou adjacente ou controlatérale intacte.

65
CFAO et occlusion numérique sans articulateur virtuel

Figure 51: La morphologie spécifique d’une dent est dérivée de celle


d’une dent voisine ou antagoniste, et reconstituée dans sa forme initiale. [39]

Selon ces données, le logiciel propose une restauration en tous points adaptée à
la préparation et le résultat est alors très proche de la face occlusale initiale
propre à chaque patient.

4.3.3. Avantages

- La démarche est identique pour toutes les indications :


- Prise d‟empreinte optique de la préparation au moyen de la caméra
CEREC Bluecam (une dent voisine, l‟antagoniste ou toute autre dent
intacte servant de référence).
- Affichage du modèle 3D sur l‟écran du CEREC AC.
- Tracé des limites de la préparation sur le logiciel.
- Obtenez rapidement une restauration idéale reflétant fidèlement la
morphologie naturelle de la dent, quelle que soit la situation clinique.
- Facilité d'utilisation de système.
- Sécurité clinique et satisfaction naturelle.

4.3.4. Limites

66
CFAO et occlusion numérique sans articulateur virtuel

L‟analyse géométrique n‟est pas utilisable dans le cas où l‟anatomie des dents
restantes est particulière ou avec des guidages amoindris. Sinon, des
interférences occlusales risquent d‟apparaître dans le déclenchement des
mouvements.

4.4. Technique F.G.P (Functionally Generated Path)


[4,26,41,50,56]
La méthode F.G.P. exploite un enregistrement intra-buccal des trajets des
pointes cuspidiennes au cours de la fonction mandibulaire. C‟est la seule
technique qui permet avec des empreintes sectorielles de tenir compte de
l‟enveloppe des trajectoires cuspidiennes antagonistes.
Le CEREC® à partir de la version 2.4 en mode de réglage « occlusion », permet
l‟enregistrement des trajets en latéralité.
Cette technique convient au cas de prothèses unitaires ou aux prothèses fixes
plurales de faible étendue au niveau des dents cuspidées et lorsque la
morphologie occlusale est correcte et l‟occlusion dynamique est fonctionnelle et
non modifiée par les préparations.
La présence de guide antérieur et présence d'une protection de groupe lors des
mouvements de latéralité sont des conditions d‟enregistrement.
- Protocole :
Le praticien enregistre l‟occlusion par la technique du mordu. Dans un second
temps, du silicone opto-lisible est déposé entre les arcades et le patient réalise
différents mouvements de latéralité, de propulsion et rétrusion. Une nouvelle
empreinte est alors réalisée.
En effet, un premier enregistrement optique par la caméra est réalisé :
l‟acquisition numérique de l‟empreinte statique en occlusion d‟intercuspidie
maximale (OIM) de la dent antagoniste laissée dans un matériau plastique. Le

67
CFAO et occlusion numérique sans articulateur virtuel

logiciel reconstruit alors l‟anatomie occlusale de la dent antagoniste à partir du


négatif obtenu comme pour un mordu.
Dans un second temps, du silicone opto-lisible est déposé entre les arcades et le
patient réalise différents mouvements de latéralité, de propulsion et rétrusion.
Une nouvelle empreinte est alors réalisée et « la table FGP » est obtenue qui sera
scannée après un poudrage préalable. Une comparaison entre les points et
surfaces de contact de l‟image virtuelle du mordu et de la table FGP est réalisée
; les points de contact de l‟OIM seront projetés sur la table FGP et les
interférences en dehors des surfaces de contact de l‟OIM seront éliminées. Alors
la table FGP obtenue servira comme une référence pour la construction
anatomo-fonctionnelle de la surface occlusale de la prothèse.

Figure 52: Enregistrement des mouvements excentriques


Mandibulaires par la technique FGP [79].

L'avantage de cette technique est qu'elle permet de prendre en les déterminants


antérieurs et postérieurs, la torsion de la mandibule, l'influence de l'activité
musculaire et le mécanisme de contrôle proprioceptif. Mais cette technique,
difficile à réaliser et peu fiable, n‟a pas été reconduite dans les nouveaux
systèmes CEREC®.

68
CFAO et occlusion numérique sans articulateur virtuel

5. Le suivi de l’empreinte optique [31]

5.1. La transmission du travail au laboratoire


Une fois l‟empreinte et l‟enregistrement de l‟occlusion effectués, le praticien
utilise une base de données spécifique à chaque système pour transmettre la
fiche du patient, le bon de commande ainsi que les empreintes virtuelles à son
prothésiste directement par internet. Les logiciels les plus répandus sont le
CEREC Connect® de Sirona et le LavaLab® de 3M ESPE.

Figure 53: Traitement de l’empreinte optique avec le système Lava Lab® [4]

69
CFAO et occlusion numérique sans articulateur virtuel

Figure 54 : Traitement de l’empreinte optique avec le système Cerec Connect® [4]

Cette étape représente un gain de temps important pour le prothésiste, qui n‟est
plus obligé de se déplacer, et n‟a nullement besoin de couler les modèles ou de
les mettre en articulateur.
Praticien et prothésiste peuvent communiquer aisément sur chaque cas clinique,
dès que cela est nécessaire.

5.2. Le modèle réel { partir de l’empreinte optique [3]


A partir des empreintes numériques, le prothésiste peut commander des modèles
au centre de production. Ces modèles sont réalisés par stéréolithographie ou par
usinage.
La stéréolithographie est un procédé génératif de fabrication par stratification, le
matériau de base utilisé est une résine acrylique liquide qui polymérise par
l‟action de faisceau laser UV.

70
CFAO et occlusion numérique sans articulateur virtuel

6. Avantages et inconvénients de l’enregistrement de


l’occlusion assisté par ordinateur [2,7,15,36,48,62]

6.1. Avantages
La CFAO est une révolution dans la manière de concevoir et de fabriquer des
prothèses dentaires. Elle réduit considérablement le nombre d'étapes de travail,
ainsi que le nombre de matériaux utilisés, en amont de la réalisation prothétique.
La CFAO tout au long de son cheminement (empreinte optique, CAO, FAO)
tend à diminuer le risque d'imprécisions et offre de nombreux avantages.
Il convient de noter que la majorité des avantages offerts par la technique CFAO
sont dus à l‟apport de l‟empreinte optique.

6.1.1. Confort, ergonomie et gain de temps

La technologie de CFAO modifie les protocoles du dentiste ainsi que ceux du


prothésiste et permet un gain de temps appréciable. C‟est le passage de la
méthode conventionnelle à l‟ère de l‟informatique.
Au cabinet dentaire, il n‟est plus nécessaire de :
- Sélectionner et décontaminer le porte-empreinte
- Choisir le matériau d‟empreinte adéquat à la situation clinique
- Réaliser un mélange strictement homogène des matériaux
- Désinfecter, emballer et livrer l‟empreinte au laboratoire
Pour les prothésistes, les avantages sont :
- Plus de réception de l‟empreinte par le coursier
- Plus de découpage des excès, plus de sciage des MPU, plus de mise en
place des pins
- Plus de détourage délicat ou de montage sur occluseur
Le praticien et le patient peuvent aussi bénéficier de gain de temps lors de la
CFAO par technique directe. En effet, la réalisation de la pièce prothétique se
fera en une seule séance.

71
CFAO et occlusion numérique sans articulateur virtuel

Les empreintes optiques aboutiraient donc à une technique plus rapide. De plus,
lorsque l‟empreinte n‟est pas satisfaisante, avec la technique conventionnelle,
l‟empreinte doit être reprise alors qu‟avec la technique optique seule la partie
incorrecte peut être rescannée. Ce qui représente un gain de temps non
négligeable.
Un autre facteur important de gain de temps, après avoir envoyé le fichier au
laboratoire il est possible de discuter et de vérifier la qualité de l‟empreinte
immédiatement avec le prothésiste

6.1.2. Précision

La précision de l‟empreinte est l‟un des facteurs les plus importants pour
atteindre un ajustement parfait de la prothèse.
L‟enregistrement par CFAO présente une précision bien plus supérieure que les
techniques conventionnelles, ceci en raison de plusieurs facteurs.
Conventionnellement, l‟opérateur utilise des matériaux à empreinte de haute
précision tels que : les hydrocolloïdes, les polyéthers, les polyvinyles ou les
polysulfures ; qu‟il insère par la suite dans la bouche du patient pur enregistrer
l‟arcade du patient. La situation clinique une fois enregistrée sera transmise au
laboratoire pour la réalisation de la future prothèse. Cependant certains
problèmes sont à prévoir dans le cheminement de transmission d‟informations
apportés par l‟empreinte. En effet, on peut avoir une déformation de l‟empreinte
due :
- Au stockage de l‟empreinte car des réactions chimiques vont avoir lieu
avec le matériau et le milieu ambiant ;
- À l‟utilisation d‟une solution antiseptique ;
- Au transport de l‟empreinte au laboratoire ;
- Différentes variations de températures.
L'avantage principal de l'empreinte optique réside dans le fait qu'il n'existe
aucune déformation liée au traitement de l'empreinte contrairement aux

72
CFAO et occlusion numérique sans articulateur virtuel

méthodes conventionnelles. Bien que ces déformations liées à la désinsertion, au


coefficient d'expansion des matériaux d'empreinte ou de coulée sont acceptées
scientifiquement. Elle présente donc une stabilité optimale.
A noter que par la technique conventionnelle, la lecture des limites de la
préparation sur le plâtre laisse un flou et une marge d‟interprétation pour le
prothésiste.
Selon des études in-vitro de manière générale, on considère encore que les
empreintes classiques en élastomères restent le système de référence mais dans
le cas de restaurations unitaires ou de petites étendues (jusqu‟à 3 éléments) on
peut dire que les empreintes numériques présentent un niveau de précision
suffisant voire supérieur à des techniques classiques.

6.1.3. Visualisation directe des préparations dentaire et de


l'occlusion

L‟enregistrement de l‟occlusion par technique numérique permet de visualiser


en direct nos préparations sur un écran avec la possibilité de zoomer sur l'image
et de l'orienter dans les trois dimensions, permettant ainsi de corriger
immédiatement les imperfections (contre- dépouille, limite, hauteur de la
préparation...). Elle permet donc une validation clinique immédiate de nos
empreintes.
Il est aussi possible de contrôler directement l'enregistrement occlusal avec la
situation clinique.

6.1.4. Avantages pour le patient

Cette technique est plus confortable pour le patient. Il n‟y a pas de matériau en
bouche, pas de goût ni d‟odeur désagréables.
De plus, on élimine le risque de réflexes nauséeux à cause des matériaux et
l‟acquisition peut être interrompue et reprise à tout moment.

73
CFAO et occlusion numérique sans articulateur virtuel

6.1.5. Communication

Vis-à-vis du patient l'empreinte optique est un bon moyen de communication,


car il peut visualiser en direct l'image virtuelle. Elle permet avec certains
logiciels de montrer un premier aperçu du projet prothétique grâce à des cires de
diagnostic virtuel.
La communication praticien prothésiste est étroite et plus facile. Certaines
caméras permettent de joindre directement des photos de la situation intra-
buccale avec le fichier (ex : camera 3shapes). Le prothésiste peut discuter
directement via la plateforme du système ou via un partage d'écran avec le
dentiste permettant ainsi une validation par les deux protagonistes du profil
d'émergence ou de la forme de la dent.

6.2. Inconvénients
Malgré les nombreux avantages qu‟offre l‟enregistrement par CFAO, cette
technologie présente un certain nombre de limites :
- Cette technique d‟empreinte impose au praticien de respecter
scrupuleusement les impératifs de préparation liés à l‟enregistrement
numérique. Les limites doivent être supra-gingivales et avoir des formes
simples bien visibles par la caméra. Les surfaces ne doivent pas présenter
d‟irrégularités.
- Un contrôle des fluides oraux tel que la salive ou le sang est indispensable
pour obtenir une capture d‟image de qualité.
- La plupart des scanners intra-oraux sont des systèmes fermés, c'est-à-dire
que les fichiers STL (stéréolithographiques) sont envoyés par une
interface internet depuis le logiciel de scannage à un portail spécifique
appartenant à une firme productrice. Les données ne sont donc pas
librement accessibles par le médecin dentiste, qui ne peut donc pas en
disposer pour les envoyer à un autre laboratoire par exemple.

74
CFAO et occlusion numérique sans articulateur virtuel

- Le technique d‟empreinte optique nécessite de travailler avec un


technicien de laboratoire équipé du matériel adéquat et maîtrisant l‟outil
informatique.
- Cette technique demande un apprentissage de la part du praticien pour le
maniement de la caméra et le suivi de la séquence d‟enregistrement.
- Enfin, la mise en place de cette technologie au sein d‟un cabinet dentaire
représente un coût important.
- En technique directe, l‟absence de prothésiste peut présenter un handicap,
le praticien est le seul professionnel à œuvrer et ne peut obtenir des
conseils d‟un technicien de laboratoire.
- Bien que des outils numériques de simulation d‟articulé dentaire soient
disponibles, le transfert de certaines données, telles que la position cranio-
faciale de l‟arcade maxillaire s‟avère complexe voire impossible avec
l‟utilisation seule d‟un scanner intra-oral.
- L‟enregistrement de CFAO trouve ses limites faces aux situations
complexes en particulier des réhabilitations prothétiques étendues
nécessitant un enregistrement en relation centrée.

75
Conclusion

Conclusion
a réussite de la prothèse fixée dépend en grande partie d‟un

L enregistrement fiable des rapports intra-arcades et des rapports inter-


arcades. Une prothèse réussie est une prothèse qui s‟intègre sur le plan
esthétique et fonctionnel.

Pour ceci, une étude clinique préopératoire de la situation clinique est très
importante pour pouvoir choisir la position adaptée au patient, enregistrer les
paramètres occlusaux spécifiques au patient. Puis les paramètres enregistrés
doivent être transmis au laboratoire de façon fidèle pour la réalisation prothétique
respectant l‟occlusion du patient.

L‟enregistrement de l‟occlusion constitue une étape incontournable dans la


chaîne de réalisation prothétique. Elle permet au praticien et au prothésiste de
transférer les modèles sur un articulateur tout en maintenant l‟occlusion de base
du patient ou en recréant une nouvelle occlusion. Ainsi, le praticien et le
prothésiste pourront travailler et répondre à des critères esthétiques et
fonctionnels adaptés au patient.

Avec les techniques conventionnelles d‟enregistrement de l‟occlusion, le


praticien peut faire face à différentes difficultés, à noter : la difficulté de
manipulation des matériaux, la maîtrise des protocoles, les éventuelles
déformations due aux matériaux ou protocole et la difficulté de la réintervention.

La technologie CFAO, s‟est présentée comme une alternative très prometteuse


pour l‟enregistrement de l‟occlusion, tout en palliant aux limites des techniques
conventionnelles, surtout pour les édentements de petite étendue en PIM. Dans
cette situation la CFAO est avantageuse avec une manipulation très facile, une

76
Conclusion

précision de l‟enregistrement, un gain de temps et un confort considérable et la


possibilité de réaliser les corrections à l‟immédiat.

Finalement, la CFAO présente des limites, notamment le cout très élevé, mais
surtout trouve ces limites dans les édentements de grande étendue nécessitant un
enregistrement de la dynamique mandibulaire.
Ainsi les techniques conventionnelles d‟enregistrement de l‟occlusion restent
d‟actualité car elles complètent les limites des techniques assistées par ordinateur.

77
Références bibliographiques

Références Bibliographiques
1. Abjean, José.
L'occlusion en pratique clinique.
Quintescence International 2002.
2. Ahlholm, Pekka, Sipilä, Kirsi, Vallittu, Pekka, et al.
Digital versus conventional impressions in fixed prosthodontics: a review.
Journal of Prosthodontics, 2018, vol. 27, no 1, p. 35-41.
3. Apap M.
Imprint™ 4 Bite Registration Material (3M ESPE) : Ce n‟est plus un bleu-
bite.
Clinic 2015 ;36(332) :93.
4. Bonjour Sophie.
L‟enregistrement des relations intermaxillaires : des techniques classiques aux
nouvelles approches par CFAO. Application à différents cas cliniques.
NANCY-METZ : Université de LORRAINE, faculté d’odontologie, 2012
5. Brochu M.
Focus sur les scanners dentaires numériques.
Can J Restor Dent Prosthodont. 2009 Mai.
6. Carlier, JF. RE, JP.
Dispositifs interocclusaux.
EMC, Odontologie, 2008, 23-390- A-10, p.1-14.
7. Casier S. Mousslay C.
Place de la CFAO directe en omnipratique.
Réal Clin 2009 ; 20(04) : 219-230.
8. Chouraqui J-F, Moussally C.
Les différents systèmes d‟empreinte optique : comment faire son choix ? Réal
Clin 2015. 2015 Dec ;26(4).

78
Références bibliographiques

9. Civel P, Max cordelette et Fabienne Jordan.


CFAO directe : une réponse de choix aux objectifs de restauration partielle collée.
Clinic 2017 ; 38 : 179-187
10. Cordelette, M. et Jordan-Combarieu, F.
Évolutions majeures de la CFAO directe.
L’Information Dentaire, 2014, no 20-21, p. 1-9.
11. Culp L, Touchstone A.
CAD/CAM Dentistry: A new forum for dentist-technician teamwork.
Inside Dent 2006 ;2(7). Dentoscope 2009 ;56 :34-40.
12. Descamp, F.
Pratique de l‟empreinte en prothèse fixée : du pilier naturel à l‟implant, des
techniques classiques à la CFAO.
Paris : ed CDP 137p. 2012.
13. Devaux, JM.
L‟inlay céramique en CFAO directe.
Dentoscope 47, avril 2009, p. 4-9.
14. Doukhan, J-Y. Trevelo, A.
Prothèse fixée implanto-portée : apport des portes empreintes sectorielles.
Information dentaire, n°26, juin 2006, p. 1529-1534.
15. Duminil G, Allard Y et Andre J.
Cameras de prise d‟empreinte l‟heure du choix ?
Inf Dent 2011 ;93(40/41) :45-59.
16. Duret F et Pelissier B.
Différentes méthodes d‟empreinte en CFAO dentaire.
Enclycl Med Chir (Paris), Médecine buccale, 28-740-R10, 2010.
17. Duret F.
L‟empreinte optique : la clé du succès. Fil Dent 2013 ;87 :10-12.
18. Duvall, Nicholas B. et Rogers, Paul M.

79
Références bibliographiques

Application of the functionally generated path technique to restore mandibular


molars in bilateral group function occlusion.
Journal of Prosthodontics, 2013, vol. 22, no 3, p. 226-232.
19. Ender, A., Mörmann W. H, Mehl, A.
Efficiency of a mathematical model in generating CAD/CAM-partial crowns
with natural tooth morphology.
Clin oral invest. 2011 ; 15(2), 283-9.
20. Escure, S.
Les enregistrements des relations intermaxillaires.
Les cahiers de l’ADF, n°8, 2ème trimestre 2000, p. 24-35.
21. Fages M, Bennasar B, Rraynal J, Landwerlin O, Margerit J.
L‟empreinte optique intra-buccale en pratique quotidienne.
Stratégie Prothétique 2011 ;11 :107-19.
22. Fradeni M et Barducci G.
Traitement prothétique. Volume 2.
Paris : Quintessence International, 2010.
23. Frank S, Frank F.
Bite registration in CEREC and inLab.
International Journal of Computerized dentistry, 2012; 15:149-158.
24. Hans Muller C.
Registration of occlusion by buccal scan in CEREC software version 3.80.
International Journal of Computerized dentistry, 2010; 13(3) :265-273.
25. Heber S.
3D image reconstruction using active wavefront sampling.
Graz University of Technology; 2010.
26. Jaisson M, Felenc S, Nocent O.
La gestion de l‟occlusion par les systèmes de CFAO, les critères de choix.
Cahier de Prothèse, 2013 ; 161 :39-51.
27. Jaisson M, Felenc S.

80
Références bibliographiques

Occlusion et CFAO.
Information dentaire. 2014 ; 20 :48-56.

28. Jeannin C et Millet C.


Rapport intermaxillaire.
Encycl Méd Chir (Paris), Médecine buccale, 23325E¹², 2OO8, 9.
29. Küppers A.
FGP-Functionally Generated Path.
Journal of craniomandibular function 2010;2(4):345-351.
30. Lalet P.
Quand le biogénérique envahit le programme.
Dentoscope 2010 ;67 :12-8.
31. Landwerlin O, Le Goffe C.
Empreinte optique et fichier ouvert de nouvelles façons de travailler avec son
laboratoire.
DT Study Club le Magasine 2014 ;2 :42-7.
32. Laplanche O, Duminil G.
Trois système de la CFAO à l‟épreuve de la clinique.
Strath proth 2010 ; 3 : 177-185. [6-21]
33. Laurent M, Laplanche O, Laborde G, Orthlieb JD.
Critères d‟enregistrement clinique de la position occlusale de référence.
Synergie Prothétique 2000 ;2 :247-59.
34. Le Gall MG, Lauret JF.
La fonction occlusale : implications cliniques.
3 e ed. Paris : CdP; 2007.
35. Lecaroz P.
Système stomatognathique et système postural.
Montpellier : Sauramps Medical, 2010. 146 p
36. Lee, Sang J. et Gallucci, German O.

81
Références bibliographiques

Digital vs. conventional implant impressions: efficiency outcomes.


Clinical oral implants research, 2013, vol. 24, no 1, p. 111-115.

37. Mehl A, Blanz V.


A new approach for automatic reconstruction of occlusal surfaces with the
biogeneric tooth model.
Int J Comput Dent. 2005; 8: 13-25.
38. Mehl A, Blanz V, Hickel R.
Biogeneric tooth: a new mathematical representation for tooth morphology in
lower first molars
European Journal of Oral Sciences. 25 juillet 2005
39. Mehl, A., Blanz, V., Hickel, R.
Was ist der, Durchschnittszahn? – Ein mathematischer Ansatz für die
automatische Berechnung einer repräsentativen Kaufläche.
Dtsch Zahnärztl Z 60, 335–341.
40. M’rad H.
Méthodes simples et pratiques de l‟étape de l‟enregistrement de l‟occlusion en
prothèse fixée [Thèse].
Monastir : Faculté de Médecine Dentaire, 2011.
41. Mbarek Marwa.
L‟enregistrement de l‟occlusion par CFAO. [Thèse].
Monastir : Faculté de Médecine Dentaire, 2015.
42. Millet C et Jeannin C.
Dimension verticale en prothèse complète.
Encycl Méd Chir (Paris), Médecine buccale, 28805V¹ : 2005, 9.
43. Moussally C, Cazier Set Attal JP.
L‟empreinte optique.
Entretiens de Bichat 2010 :46-48.
44. Ogolnick, R.

82
Références bibliographiques

Les matériaux d‟enregistrement des rapports intermaxillaires.


Les cahiers de prothèse, novembre 1997, n°100, p. 5-12.

45. Orthlieb JD, Rebibo M et Mantout B.


La dimension verticale d‟occlusion en prothèse fixée.
Cah Prothèse 2002 ;120 :67-79.
46. Orthlieb, J. D., Darmouni, L., Pedinielli, A., et al.
Fonctions occlusales : aspects physiologiques de l‟occlusion dentaire
humaine.
EMC-Médecine buccale, 2013, vol. 8, no 1, p. 1-11.
47. Orthlieb, Jean-Daniel, Brocard, Daniel, Schittly, Jean, et al.
Occlusodontie pratique.
Éd. CdP, 2000.
48. Raynal J.
Reconstitution céramique d‟une dent postérieure postérieure non vitale.
Apport de la CFAO directe biogénérique du Cerec. (3D).
Stratégie prothétique 2007 ; 7(5) : 361-367
49. Raynal J.
CFAO CAD/CAM.
Journal du Club Francophone d’Applications Ondotologiques en Cad Cam,
2005.
50. Raynal J.
Reconstitution d‟un angle incisif, apport du CEREC 3-3D.
Stratégie Prothétique 2006 ;6 :97-106.
51. Raynal J., Thomas Elkaim V., Coudray L., Moussally C., Jordan F.,
et al,
La CFAO en odontologie : ce que l‟omnipraticien doit savoir.
Quintessence du congrès de l’ADF 2007
52. Routsan M.

83
Références bibliographiques

Apport des technologies informatiques dans le cadre de réhabilitation


occlusale.
Toulouse : Université Paul Sabatier, Faculté de Chirurgie Dentaire, 2012.
53. Saluja, Balvinder Singh, Mittal, Divya, et al.
Interocclusal records in fixed prosthodontics.
Indian Journal of Oral Sciences, 2013, vol. 4, no 3, p. 120.
54. Shanahan, Thomas EJ.
Physiologic vertical dimension and centric relation.
Journal of Prosthetic Dentistry, 1956, vol. 6, no 6, p. 741-747.
55. Soni, Dushyant et Shah, Darshana.
Interocclusal records for fixed prosthodontics: a review of various techniques.
Jadch, p. 12. The Journal of Ahmedabad Dental College and Hospital; 2(1),
2011
56. Spath C, Kordass B.
Optimization of the static occlusion by “occlusal surface settling” in the
CEREC 3 D software.
International Journal of Computerized dentistry, 2006; 9:121 - 126.
57. Tavernier B, Romerowski J, Noccara E et Coll.
Articulation dentodentaire et fonction occlusale.
Encycl Méd Chir (Paris), Odontologie, 28005J¹ : 2010, 16.
58. Tavernier, B.
Les matériaux d‟enregistrement des relations maxillo-mandibulaires.
Société Francophone de Biomatériaux Dentaires. 2010-2011.
59. Ting-Shu, Su et Jian, Sun.
Intraoral digital impression technique : à review.
Journal of Prosthodontics, 2015, vol. 24, no 4, p. 313-321.
60. Unger F.
La CFAO dentaire.
Stratégie Prothétique 2003 ;5 :327-41.

84
Références bibliographiques

61. Unger, F. Thiry, M.


Les empreintes sectorielles en occlusion : coût, bénéfices, sécurité.
Synergie prothétique, avril 2001, vol 3, n°2, p.139-146.
62. Yuzbasioglu E, Kurt H, Turunc R et Bilir H.
Comparison of digital and conventional impression techniques : evaluation of
patients' perception, treatment comfort, effectiveness and clinical outcomes.
BMC Oral Health 2014; 14:10.

M
Références Internet
63. Slideshare.
Vertical jaw relation [En Ligne].
[Consulté le 01/03/2017], disponible à partir de l‟URL :
https://www.slideshare.net/aravindmohankumar/vertical-jaw-relation-
21538329
64. IMD Agencement & Equipement Dentaire.
Cire Moyco Extra Hard Plaque.
[Consulté le 09/03/2017], Disponible à partir de l‟URL :
https://www.imdlux.eu/cire-miltex-moyco-extra-hard-plaque-29u.html
65. Dentapoche.
Impression paste – pâte à l‟oxyde de zinc [En Ligne].
[Consulté le 09/03/2017], Disponible à partir de l‟URL :
http://dentapoche.unice.fr/impression-paste-pate-a-loxyde-de-zinc/
66. B2B Dental.
Silicone Expert d'occlusion 2 x 50 ml [En Ligne].
[Consulté le 09/03/2017], Disponible à partir de l‟URL :
http://www.b2b-dental.com/action-silicone-expert-d-occlusion-2-x-50-ml.html
67. The Dentalist.
Pour ou Contre les Empreintes Sectorielles ? [En Ligne].

85
Références bibliographiques

[Consulté le 12/05/2017], Disponible à partir de l‟URL :


http://thedentalist.fr/pour-ou-contre-les-empreintes-sectorielles/

68. Idweblogs : Dentisterie esthétique.


Stratification des composites en pédodontie : lorsque la clé en silicone devient
un moyen d‟isolation [En Ligne].
[Consulté le 19/05/2017], Disponible à partir de l‟URL :
https://www.idweblogs.com/dentisterie-esthetique/stratification-composites-
en-pedodontie-lorsque-cle-en-silicone-devient-moyen-d-isolation/
69. Dentalproductshopper.
CEREC Bluecam Sirona Dental Systems [En Ligne].
[Consulté le 20/02/2018], Disponible à partir de l‟URL :
https://www.dentalproductshopper.com/cerec-bluecam
70. Dentalproductshopper.
CEREC Omnicam Densply Sirona CAD/CAM [En Ligne].
[Consulté le 20/02/2018], Disponible à partir de l‟URL :
https://www.dentalproductshopper.com/cerec-omnicam
71. Smilemontreal : Drs. Charles et Patrick Casey.
Système dentaire CAO/CFAO E4D [En Ligne].
[Consulté le 20/02/2018], Disponible à partir de l‟URL :
https://www.smilemontreal.com/accueil/services-aux-patients/les-dernieres-
techniques/technologie/e4d-cad-cam
72. E-dental.
3M ESPE Expands Availability of Lava Chairside Oral Scanner C.O.S [En
Ligne].
[Consulté le 20/02/2018], Disponible à partir de l‟URL :
https://www.e-dental.com/doc/3m-espe-expands-availability-of-lava-0001
73. Midwest Dental Art.
Intraoral Scanner Instructions : LAVA COS [En Ligne].

86
Références bibliographiques

[Consulté le 20/02/2018], Disponible à partir de l‟URL :


https://www.midwestdentalarts.com/how-to-send-your-digital-
impressions.html
74. Sirona.fr
La technologie CAO/FAO n'a jamais été autant accessible [En Ligne].
[Consulté le 20/02/2018], Disponible à partir de l‟URL :
http://www.sirona.fr/fr/actualites/presse-nouveauts-detail/26542/
75. Dental-quality.
3Shape TRIOS Cart [En Ligne].
[Consulté le 20/02/2018], Disponible à partir de l‟URL :
http://www.dental-quality.be/model.php?pdid=2147483732
&catid=80&description =TRIOS%20Cart
76. Crownceram.
RIOS Pod Solution Color-HD [En Ligne].
[Consulté le 20/02/2018], Disponible à partir de l‟URL :
http://www.crownceram.com/trios-pod-solution-color-hd-detoure-cmjn/
77. Le fil dentaire.
CFAO Dentaire et empreinte optique : les caméras au banc d‟essai
Dr. Olivier LANDWERLIN Le 4 décembre 2014 [En Ligne].
[Consulté le 20/09/2018], Disponible à partir de l‟URL :
https://www.lefildentaire.com/articles/pratique/ergonomie-materiel/cfao-
dentaire-et-empreinte-optique-les-cameras-au-banc-d-essai/
78. Le fil dentaire.
3M LAVA-COS© Par Dr. Vincent JEANNIN et Pierre BOUSQUET Le 31
mai 2011 [En Ligne].
[Consulté le 23/09/2018], Disponible à partir de l‟URL :
https://www.lefildentaire.com/articles/pratique/technofil/3m-lava-cosc/
79. The Occlusal Function Mastication-ppp.net.

87
Références bibliographiques

Procédures Cliniques : Articulateurs Fig. D29 bis : Le logiciel permet de


déformer et de réorienter la trame, pour établir l‟OIM et coordonner les
guidages avec les voisines, qui doivent être équilibrées au préalable (FGP
fonctionnel) [En Ligne].
[Consulté le 23/09/2018], Disponible à partir de l‟URL :
http://mastication-ppp.net/fr/procedures-cliniques/procedures-cliniques-
articulateurs/
80. ZahnSply.
Impression Material O-BITE [En Ligne].
[Consulté le 12/01/2018], Disponible à partir de l‟URL :
https://zahnsply.com/o-bite.html

88
LISTE DES FIGURES
Figure 1: Coupe sagittale de l‟ATM .......................................................................................... 10
Figure 2: Les muscles manducateurs .......................................................................................... 11
Figure 3: Dimension verticale d‟occlusion et dimension verticale de repos ............................. 14
Figure 4: Les plans de références ............................................................................................... 16
Figure 5: La courbe sagittale d‟occlusion : Courbe de Spee ...................................................... 16
Figure 6: La courbe frontale d‟occlusion : Courbe de Wilson ................................................... 17
Figure 7: Cire Moyco® extra-hard ............................................................................................. 24
Figure 8: Pate d‟oxyde de zinc eugénol ...................................................................................... 25
Figure 9: Silicone expert d'occlusion ......................................................................................... 26
Figure 10: Feuille de cire Moyco percée .................................................................................... 29
Figure 11: Préparation de la plaque de cire Moyco sur le modèle supérieur ............................ 30
Figure 12: Essayage de la plaque en bouche, elle doit être stable .............................................. 30
Figure 13: Après réchauffement de la cire, le patient est invité à fermer en PIM ...................... 30
Figure 14: Les contacts dento-dentaires correspondent.............................................................. 31
Figure 15 : Enregistrement de l‟occlusion avec une table sectorielle d‟occlusion ..................... 32
Figure 16: Rebasage de l‟enregistrement avec une pâte............................................................. 32
Figure 17: Repositionnement des modèles après enregistrement de l‟occlusion ....................... 32
Figure 18: Porte empreinte sectoriels métalliques ...................................................................... 33
Figure 19: Bite Tray en carton .................................................................................................... 34
Figure 20 : Modèles issues des empreintes sectoriels ............................................................... 35
Figure 21: Technique de clé vestibulaire .................................................................................... 36
Figure 22: Cire de latéralité en bouche et sur l‟articulateur ...................................................... 37
Figure 23: Montage des modèles sur le Twin Stage Occluder de Hanau .................................. 38
Figure 24: Le principe schématique de la CFAO ....................................................................... 41
Figure 25: Les trois types de CFAO dentaires ........................................................................... 42
Figure 26: Principe de l‟empreinte optique ................................................................................ 44
Figure 27: Présentation schématique de la triangulation ............................................................ 45
Figure 28: Principe de fonctionnement de l'échantillonnage actif de front d'onde .................... 46
Figure 29: Principe de la technique parallele confocale ............................................................. 46
Figure 30: Dans le cas d'une empreinte optique on remplace le miroir issu du bras échantillon
par un objet biologique à savoir les tissus bucco-dentaires ....................................................... 47
Figure 31: Le système CEREC BlueCam .................................................................................. 48
Figure 32: Caméra CEREC Omnicam ....................................................................................... 49
Figure 33: Le système E4D ........................................................................................................ 49
Figure 34: Le système LAVA C.O.S .......................................................................................... 50
Figure 35: La caméra LAVA C.O.S ........................................................................................... 50
Figure 36: Le système APPOLO DI .......................................................................................... 51
Figure 37 : Le système TRIOS de 3shape .................................................................................. 51
Figure 38: Le TRIOS Pod ........................................................................................................... 52
Figure 39: Poudrage des surfaces avec OptiSpray™ sous dispositif Isolite® et empreinte
optique au CEREC (Bluecam) ................................................................................................... 54
Figure 40: Schématisation de la caméra intra-buccale de CEREC............................................. 55
Figure 41: Le système LAVA COS® Chairside Oral Scaner de 3M ......................................... 56
Figure 42: Silicone Imprint 4 Bite® ........................................................................................... 59
Figure 43: Protocole d‟utilisation du silicone de l‟enregistrement de l‟occlusion .................... 59
Figure 44: Mordu en silicone pour l‟enregistrement de l‟occlusion .......................................... 61
Figure 45: Visualisation du modèle virtuel après scannage du mordu d‟occlusion ................... 61
Figure 46 : Positionnement en vestibulaire de la caméra et visualisation .................................. 62
Figure 47 : Visualisation des trois prises .................................................................................... 63
Figure 48 : Superposition des clichés en OIM et des arcades ................................................... 63
Figure 49 : Superposition des prises de vue ............................................................................... 64
Figure 50 : Observation des points d‟occlusion virtuels ............................................................ 64
Figure 51: La morphologie spécifique d‟une dent est dérivée de celle ...................................... 66
Figure 52: Enregistrement des mouvements excentriques ......................................................... 68
Figure 53: Traitement de l‟empreinte optique avec le système Lava Lab® ............................... 69
Figure 54 : Traitement de l‟empreinte optique avec le système Cerec Connect® ................. 7069
Hmissi Karim N°

Enregistrement de l’occlusion des édentements de faible étendue : des


techniques conventionnelles aux techniques numériques.

Bite registration of small edentulous arch : From conventional to digital


techniques.

Thèse de 2ème Cycle – Médecine dentaire – Monastir


88 pages – 54 Figures
Résumé :
L’enregistrement de l’occlusion en prothèse conjointe est une étape fondamentale aussi bien dans
la démarche diagnostique que dans la réalisation de la prothèse. La chaine prothétique commence
par l’étude de l’anatomie occlusale du patient, les caractéristiques des dents et de l’édentement
pour le choix d’un schéma occlusal adapté à la physiologie du patient. Les techniques
conventionnelles de l’enregistrement de l’occlusion sont encore d’actualité et restent largement
indiqués surtout dans les cas des édentements de large étendue. Cependant elles présentent
certaines limites. D’où l’intérêt de la technologie CFAO qui s’est présentée comme une alternative
très prometteuse pour l’enregistrement de l’occlusion, tout en palliant aux limites des techniques
conventionnelles, surtout pour les édentements de petite étendue en PIM.

Abstract:
Bite registration in fixed prosthodontics is a fundamental step in both the diagnostic procedure and
the prosthesis elaboration. The prosthetic chain begins with the study of the patient’s occlusal
anatomy, the characteristics of teeth and the edentulism for the choice of an occlusal pattern
adapted to the patient’s physiology. The conventional techniques for bite registration are still
topical and remain largely indicated especially in the case of extended edentulism. However, they
have certain limitations. Hence, the benefit of CAD/CAM technology which has presented itself as
a very promising alternative for bite registration, while Mitigating to the limits of conventional
techniques, especially for small edentulous arches in MIP.

Rubrique de classement : Prothèse fixée


Column of classification : Fixed dental prosthodontics
Mots clés : Edentement, PIM, Occlusion, CFAO
Key words: Edentulous, MIP, bite, CAD/CAM
Directeur de la thèse : Pr. Ag. Anissa Ben Moussa Mrabet
Adresse de l’auteur : dr.hmissi.kerim@gmail.com