Vous êtes sur la page 1sur 48

PREVENTION DES ERUPTIONS

EXERCICES I

Statique des fluides................................................................................................................2


Correction statique des fluides..........................................................................................6
Formules et notions de base sur l'hydrodynamique...............................................................8
Correction formules et notions de base sur l'hydrodynamique.......................................11
Pertes de charge.................................................................................................................12
Correction pertes de charge..........................................................................................14
Loi des gaz...........................................................................................................................15
Correction loi des gaz .....................................................................................................18
Causes des venues ...............................................................................................................20
Correction causes des venues..........................................................................................24
Signes de venue ...................................................................................................................25
Correction signes de venue .............................................................................................28
Procédures à suivre en cas de signes de venue. Fermeture du puits ...................................30
Correction procédures à suivre en cas de signes de venue. Fermeture du puits ............35
Observation et évolution des pressions suite à la fermeture d'un puits...............................37
Correction observation et évolution des pressions suite à la fermeture d'un puits ........41
Estimation des risques de fracturation à la fermeture d'un puits.........................................43
Correction estimation des risques de fracturation à la fermeture d'un puits .................45
Calculs préliminaires à la circulation d'une venue ..............................................................46
Correction calculs préliminaires à la circulation d'une venue.......................................48

© Copyright 2005 ENSPM Formation Industrie - Forage • Production • Gisement


1
Statique des fluides

1. Quelle est la pression hydrostatique produite par une colonne de boue de 2 000 m de hauteur et de masse
volumique 1 300 kg / m3 ?
‰ 255 bar 260 bar 265 bar
2. Quelle densité de boue produit une pression de 500 bar à une profondeur de 3 515 m ?
‰ 1.42 1.45
‰ 1.48 1.52
3. Quelle est l'augmentation de densité qui produit une augmentation de pression hydrostatique de 45 bar à
2884 m ?
‰ 0.16 0.21
‰ 0.28 0.32
4. La pression en tête de tige est de 33 bar, la pression hydrostatique produite par la colonne de fluide à
l'intérieur de la garniture est de 432 bar. Quelle est la pression exercée au fond du puits ?
‰ 399 bar 432 bar 465 bar
5. Avec les données de la question précédente et sachant que la pression en tête de l'espace annulaire est de 65
bar, quelle est la valeur de la pression hydrostatique produite par la colonne de fluide dans l'espace
annulaire ?
‰ 400 bar 432 bar
‰ 464 bar 482 bar
6. Avec les données de la question précédente et sachant que les 9 / 10 de la hauteur de l'espace annulaire sont
remplis d'une boue de densité 1.27 et que la profondeur verticale du puits est 3 500 m. Le reste de l'espace
annulaire est rempli de gaz, quelle est la densité de ce gaz ?
‰ 0.15 0.20
‰ 0.23 0.29
7. Sachant que la pression maximum qu'un puits peut supporter à une profondeur 3 298 m est de 680 bar et
que la densité de la boue qui rempli l'espace annulaire est de 1.84, quelle est la pression maximum à ne pas
dépasser en tête de l'espace annulaire ?
‰ 594 bar 340 bar
‰ 85 bar 0 bar
8. Un puits d'une profondeur de 4 321 m est rempli d'une boue de densité 1.56. Quelle hauteur de boue de
densité 1.78 faut-il mettre dans l'espace annulaire pour que la pression de fond augmente de 54 bar ?
‰ 309 m 353 m
‰ 1 817 m 2 504 m

© Copyright 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


Forage • Production • Gisement
Page 2
Données communes aux questions 9, 10 et 11.

9. Calculer le dénivelé produit, puits ouvert, dans une garniture composée de tiges 5" lorsque l'on pompe à
l'intérieur des tiges un bouchon de boue lourde de 2 000 litres. La densité de la boue dans le puits est de
1.25, celle du bouchon est 1.70, la capacité intérieure des tiges est 9.10 litres /m.
‰ 52 m 79 m
‰ 173 m 217 m
10. Quel est le volume total de boue légère évacuée du puits dû à la mise en place du bouchon lourd ?
‰ 720 litres 2002 litres
‰ 2 720 litres 3 094 litres
11. Si le puits est fermé juste après l'injection du bouchon de boue lourde,
a) Quelle sera la pression en tête des tiges ?
‰ -10 bar 0 bar
‰ 10 bar 23 bar
b) Quelle sera la pression en tête de l'espace annulaire ?
‰ 10 bar 0 bar
‰ 10 bar 23 bar
12. Calculer la diminution de pression produite sur le fond si l'on sort 1 200 m de tiges 5" sans remplir le puits,
les tiges sont remontées vides :
Densité de la boue dans le puits : 1.25,
Capacité intérieure des tiges : 9.10 l / m,
Capacité extérieure des tiges : 13.05 l /m,
Capacité intérieure du tubage : 38.18 l / m,
Profondeur du puits : 3 500 m.
‰ 12 bar 15 bar
‰ 17 bar 20 bar
13. Calculer la diminution de pression produite sur le fond si l'on sort 500 m de tiges 5" sans remplir le puits,
les tiges sont remontées pleines et la boue se trouvant à l'intérieur n'est pas retournée dans le puits.
Densité de la boue dans le puits : 1.42,
Capacité intérieure des tiges : 9.10 l / m,
Capacité extérieure des tiges : 13.05 l /m,
Capacité intérieure du tubage : 38.84 l / m,
Profondeur du puits : 3 500 m.
‰ 40 bar 36 bar
‰ 30 bar 25 bar

© Copyright 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


Forage • Production • Gisement
Page 3
14. Calculer la diminution de pression produite sur le fond si l'on sort du puits les 200 m de drill collars 8"
composant la BHA sans remplir le puits, les drill collars sont remontés vides.
Densité de la boue dans le puits : 1.45,
Capacité intérieure des drill collars 8" : 4.01 l / m,
Capacité extérieure des drill collars 8" : 32.43 l /m,
Capacité intérieure du tubage : 78.10 l / m,
‰ 5 bar 8 bar
‰ 10 bar 13 bar
15. Calculer la diminution de pression produite sur le fond si l'on sort du puits les 200 m de drill collars 8"
composant la BHA sans remplir le puits, les drill collars sont remontés pleins et la boue se trouvant à
l'intérieur des DC n'est pas retournée dans le puits.
Densité de la boue dans le puits : 1.28,
Capacité intérieure des drill collars 8" : 4.01 l / m,
Capacité extérieure des drill collars 8" : 32.43 l /m,
Capacité intérieure du tubage : 79.37 l / m,
‰ 15 bar 13 bar
‰ 10 bar 6 bar
16. Calculer la longueur maximum de tiges 5" que l'on peut sortir d'un puits sans le remplir avant qu'une
formation poreuse perméable située à 3 500 m de profondeur commence à débiter. Les tiges sont
remontées vides.
Densité de la boue dans le puits : 1.30,
Capacité intérieure des tiges 5" : 9.10 l / m,
Capacité extérieure des tiges 5" : 13.10 l /m,
Capacité intérieure du tubage : 48.27 l / m,
Pression de pore de la formation située à 3 500 m : 425 bar.
‰ 1240 m 1580 m
‰ 1820 m 1950 m
17. Avec les données de la question précédente, mais les tiges sont remontées pleines, calculer la longueur
maximum de tiges 5" que l'on peut sortir d'un puits avant que la formation commence à débiter en
considérant qu'il y a 10 bar de pistonnage.
‰ 230 m 380 m
‰ 565 m 800 m

© Copyright 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


Forage • Production • Gisement
Page 4
18. La garniture est équipée d'un clapet anti-retour. On a oublié de remplir les tiges pendant la descente et le
clapet lâche à une profondeur de 600 m. De combien diminue la pression de fond (le clapet est placé juste
au dessus de l'outil) :
Densité de la boue dans le puits : 1.52,
Capacité intérieure des tiges 5" : 9.10 l / m,
Capacité extérieure des tiges 5" : 13.10 l /m,
Capacité intérieure du tubage : 38.18 l / m,
Capacité intérieure des drill collars : 4.01 l / m,
Longueur de drill collars : 200 m,
Capacité extérieure des drill collars : 23. 09 l / m.
‰ 9 bar 12 bar
‰ 16 bar 19 bar
19. En considérant que la pression en tête de l'espace annulaire est maintenue constante (cas au cours du
stripping), de combien diminue la pression de fond lorsque la bulle, qui se trouvait sous l'outil, passe en
face des DC :
Densité de la boue dans le puits : 1.24, densité du gaz : 0,
Longueur de drill collars : 210 m,
Capacité intérieure du trou : 36.6 l / m,
Capacité extérieure des drill collars : 23.1 l / m,
Volume de la bulle sous l'outil : 2500 litres.
‰ 0 bar 5 bar
‰ 11 bar 14 bar

© Copyright 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


Forage • Production • Gisement
Page 5
Correction statique des fluides
1) 1300 kg / m3 ⇔ d boue = 1.30
Pression hydrostatique : 2000 × 1.30 / 10.2 = 255 bar
2) 500 × 10.2 / 3 515 = 1.45
3) 45 × 10.2 / 2 884 = 0.16
4) 33 + 432 = 465 bar
5) 465 - 65 = 400 bar
6) 9 / 10 de 3 500 m ⇒ 3 150 m de boue et 350 m de gaz
Pression hydrostatique produite par la colonne de gaz : 400 - 3 150 × 1.27 / 10.2
Soit 7.79 bar, ce qui correspond à une densité de : 7.79 × 10.2 / 3 50 = 0.23
7) 680 - 3 298 × 1.84 / 10.2 = 85 bar
8) 54 × 10.2 / (1.78 - 1.56) = 2 504 m
9) 2 000 litres correspondent à 219.78 m de boue à l'intérieur de la garniture.
La pression en bas du bouchon de boue lourde est de 36.63 bar.
Cela correspond à une hauteur de 298.90 m de boue légère dans l'annulaire.
Le dénivelé entre les deux colonnes est de (298.9 - 219.78) = 79 m
10) 79 × 9.10 + 2 000 = 2 720 litres
11) a) Quelle sera la pression en tête des tiges ?
0 bar puisque la pression hydrostatique à l'intérieure de la garniture est supérieure à celle de
l'espace annulaire
b) Quelle sera la pression en tête de l'espace annulaire ?
2000 / 9.10 × (1.70 - 1.25) / 10.2 = 10 bar
12) Volume d'acier sorti du puits : 1 200 × (13.05 - 9.10) = 4 740 litres
Ce qui correspond à un dénivelé de 4 740 / (38.18 - 3.95) = 138 m
Et à une diminution de la pression de fond de 17 bar.
13) Volume de tubulaire sorti du puits : 500 × 13.05 = 6 525 litres
Ce qui correspond à un dénivelé de 6 525 / (38.18 - 13.05) = 259.65 m
Et à une diminution de la pression de fond de 36 bar.
14) Volume de tubulaire sorti du puits : 200 × (32.43 - 4.01) = 5 684 litres
Ce qui correspond à un dénivelé de 5 684 / 78.10 = 72.78 m
Et à une diminution de la pression de fond de 10 bar.
15) Volume de tubulaire sorti du puits : 200 × 32.43 = 6 486 litres
Ce qui correspond à un dénivelé de 6 486 / 79.37 = 81.72 m
Et à une diminution de la pression de fond de 10 bar.

© Copyright 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


Forage • Production • Gisement
Page 6
16) Volume d'acier des tiges : (13.10 - 9.10) = 4 l / m
Pression hydro produite par la colonne de boue : 3 500 × 1.30 / 10.2 = 446 bar
Dénivelé correspondant à (446 - 425) bar de pression : 21 × 10.2 / 1.30 = 164.77 m
164.77 m correspond à 164.77 × (48.27 - 4) = 7 294 litres de boue manquant dans le puits. Ce volume
correspond à 7 294 / 4 ≈ 1820 m de tiges sorties du puits
17) Dénivelé correspondant à (446 - 10 - 425) bar de pression : 11 × 10.2 / 1.30 = 86.31 m
86.31 m correspond à 86.31 × (48.27 - 13.10) = 3 036 litres de boue manquant dans le puits. Ce volume
correspond à 3 036 / 13.10 ≈ 230 m de tiges sorties du puits
18) Volume d'acier des tiges : (13.10 - 9.10) = 4 l / m
Volume de boue manquant dans les tiges : 400 × 9.10 + 200 × 4.01 = 4 442 litres
Hauteur correspondant à ce volume de boue : 4 442 / (38.18 - 4) = 129.96 m
Ce qui correspond à une diminution de la pression hydrostatique de 19 bar
19) Hauteur de la venue sous l'outil : 2 500 / 36.6 = 68.30 m
Hauteur de la bulle en face des DC : 2 500 / (36.6 - 23.1) = 185.19 m
Diminution de pression : (185.19 - 68.30) × 1.24 / 10.2 ≈ 14.21 bar

© Copyright 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


Forage • Production • Gisement
Page 7
Formules et notions de base sur l'hydrodynamique

1. La variation des pertes de charge en un point du circuit entraîne :


‰ En tout point du circuit, une variation de pression égale à cette variation de pertes de charge,
‰ Une variation de pression égale à cette variation de pertes de charge en tout point situé en aval de ce
point et laisse inchangées les pressions en amont,
‰ Une variation de pression égale à cette variation de pertes de charge en tout point situé en amont de ce
point et laisse inchangées les pressions en aval,
‰ Une augmentation de pression en amont de ce point et une diminution de pression en aval.
2. Si, en cours de forage, les pertes de charge augmentent de 40 bar dans l'outil à cause du bouchage d'une
duse, la pression va :
‰ Augmenter de 40 bar en tout point du puits,
‰ Diminuer de 40 bar en tout point de l'espace annulaire,
‰ Augmenter de 40 bar en tout point à l'intérieur de la garniture et rester constante en tout point de
l'espace annulaire,
‰ Augmenter de 40 bar en tout point à l'intérieur de la garniture et diminuer de 40 bar en tout point de
l'espace annulaire.
3. En circulation, la pression en un point d'un circuit dépend :
‰ Uniquement de la pression hydrostatique en aval de ce point,
‰ Uniquement des pertes de charge en aval de ce point,
‰ De la pression hydrostatique et de toutes les pertes de charge produites en aval de ce point,
‰ De la pression hydrostatique et de toutes les pertes de charge produites en amont de ce point.
4. En circulation directe, puits ouvert, la pression au fond du puits Pf dépend :
‰ De la pression hydrostatique et des pertes de charge à l'intérieur de la garniture de forage,
‰ De la pression hydrostatique et des pertes de charge dans l'espace annulaire,
‰ De la pression hydrostatique dans l'espace annulaire et des pertes de charge dans l'outil et dans
l'espace annulaire,
‰ De la différence de pression hydrostatique existant entre l'intérieur de la garniture et l'espace
annulaire et des pertes de charge dans l'espace annulaire,
‰ De la différence de pression hydrostatique existant entre l'intérieur de l'annulaire et la garniture et des
pertes de charge dans la garniture de forage.

© Copyright 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


Forage • Production • Gisement
Page 8
5. En circulation directe, quelle est la relation reliant la pression de fond Pf et la pression annulaire Pa que l'on
peut utiliser en toute circonstance :
PHi = Pression hydrostatique produite par la colonne de fluide dans la garniture,
PHea = Pression hydrostatique produite par la colonne de fluide dans l'espace annulaire,
Pf = Pression au fond du puits, Pa = Pression en tête de l'annulaire,
PR = Pression de refoulement de la pompe, Pcea = Pertes de charge dans l'annulaire,
Pccl = Pertes de charge dans la choke line, Pci = Pertes de charge dans la garniture,
‰ Pf = PHi + PR + (Pcea + Pccl + Pa),
‰ Pf = PHea + (Pcea + Pccl + Pa),
‰ Pf = (PHea - PHi) + (Pcea + Pccl + Pa),
‰ Pf = PHea + (Pci + Pcea + Pccl + Pa).
6. En circulation directe, quelle est la relation reliant la pression de refoulement PR et la pression annulaire Pa
que l'on peut utiliser en toute circonstance :
‰ PR = PHi + (Pcea + Pccl + Pa),
‰ PR = PHea + (Pci + Pcea + Pccl + Pa),
‰ PR = (PHea - PHi) + (Pci + Pcea + Pccl + Pa),
‰ PR = (Pci + Pcea + Pccl + Pa).
7. En circulation directe, quelle est la relation reliant la pression de refoulement PR et la pression de fond Pf
que l'on peut utiliser en toute circonstance :
‰ PR = Pf + (Pci + Pcea + Pccl + Pa),
‰ PR = (Pf - Phea) - Pci,
‰ PR = (Pf - PHi) + Pci,
‰ PR = Pci + Pf + PHi.
8. S'il y a variation de la pression au fond du puits Pf, la pression de refoulement PR va obligatoirement varier
:
‰ Vrai,
‰ Faux.
9. Par contre, s'il y a variation de la pression de refoulement PR, la pression de fond Pf peut rester constante :
‰ Vrai,
‰ Faux.
10. Pendant le contrôle d'une venue, la pression de fond Pf est maintenue constante, pour cela on utilise le
circuit duse. Pendant la circulation à débit constant, on ajustera l'ouverture de la duse :
‰ Pour créer des pertes de charge qui en s'ajoutant à l'effet de tube en U (PHea - PHi) permettront
d'obtenir la Pf voulue,
‰ Pour créer des pertes de charge qui en s'ajoutant à la pression hydrostatique et aux pertes de charge
entre le fond du puits et la duse permettront d'obtenir la Pf voulue,
‰ Pour créer une pression hydrostatique qui en ajoutant à la pression hydrostatique dans l'espace
annulaire permettra d'obtenir la Pf voulue.

© Copyright 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


Forage • Production • Gisement
Page 9
11. Pendant la circulation d'une venue :
‰ Pa et Pf sont la conséquence de PR. En ajustant correctement PR avec la pompe, on obtiendra une Pa
et une Pf correctes,
‰ PR dépend de l'hydrostatique et des pertes de charge existant dans le circuit, donc en particulier de la
valeur de Pa. PR servira de valeur témoin de Pf et sera ajustée par l'intermédiaire de la duse,
‰ PR est uniquement la conséquence de toutes les pertes de charge produites dans le circuit, donc en
particulier de Pa, l'hydrostatique dans le puits n'intervient.
12. En circulation directe, quelle est la relation reliant la pression de fond Pf et la pression au sabot Psab que
l'on peut utiliser en toute circonstance :
PHea dec = Pression hydrostatique produite par la colonne de fluide dans l'espace annulaire découvert,
Pcea dec = Pertes de charge produites dans l'espace annulaire découvert,
‰ Pf - Psab = PHea dec + Pcea dec,
‰ Pf - Psab = PHea dec - Pcea dec,
‰ Pf - Psab = PHea - Pcea + Pcea dec,
‰ Pf - Psab = PHea dec - Pcea + Pcea dec.

© Copyright 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


Forage • Production • Gisement
Page 10
Correction formules et notions de base sur l'hydrodynamique

1. Une variation de pression égale à cette variation de pertes de charge en tout point situé en amont de ce
point et laisse inchangées les pressions en aval
2. Augmenter de 40 bar en tout point à l'intérieur de la garniture et rester constante en tout point de
l'espace annulaire
3. De la pression hydrostatique et de toutes les pertes de charge produites en aval de ce point
4. De la pression hydrostatique et des pertes de charge dans l'espace annulaire
5. Pf = PHea + (Pcea + Pccl + Pa)
6. PR = (PHea - PHi) + (Pci + Pcea + Pccl + Pa)
7. PR = (Pf - PHi) + Pci
8. Vrai
9. Vrai
10. Pour créer des pertes de charge qui en s'ajoutant à la pression hydrostatique et aux pertes de charge entre
le fond du puits et la duse permettront d'obtenir la Pf voulue
11. PR dépend de l'hydrostatique et des pertes de charge existant dans le circuit, donc en particulier de la
valeur de Pa. PR servira de valeur témoin de Pf et sera ajustée par l'intermédiaire de la duse
12. Pf - Psab = PHea dec + Pcea dec

© Copyright 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


Forage • Production • Gisement
Page 11
Pertes de charge

1. Les pertes de charge dans une conduite de section constante correspondent


à la chute de pression produite par :
‰ L'augmentation de la température du fluide en circulation dans la conduite,
‰ Les frottements entre le fluide et la conduite et au sein du fluide,
‰ La différence de pression hydrostatique entre les deux extrémités de la conduite.
2. Lorsqu'un fluide circule dans une conduite de section constante, la pression perdue par frottement le long
de cette conduite est transformée en :
‰ Energie cinétique, ce qui permet d'avoir une vitesse de fluide plus importante à la sortie de la conduite,
‰ Chaleur qui contribue à augmenter la température du fluide,
‰ Pression hydrostatique car la densité du fluide augmente,
3. En contrôle des venues, on considère que les pertes de charge sont proportionnelles :
‰ Au carré du débit, à la densité de la boue et au carré de la longueur de la conduite,
‰ Au carré du débit, à la densité de la boue et à la longueur de la conduite,
‰ A la puissance 5 du débit, au carré de la densité de la boue et à la longueur de la conduite,
‰ Au débit, au carré de la densité de la boue et à la longueur de la conduite.
4. En contrôle des venues, on considère que les pertes de charge sont inversement proportionnelles :
‰ A la puissance 5 du diamètre intérieur de la conduite,
‰ Au carré du diamètre intérieur de la conduite,
‰ Au diamètre intérieur de la conduite.
5. Le débit de circulation est multiplié par 1.5 et la densité de la boue par 1.2, par combien les pertes de charge
sont - elles multipliées :
‰ 0.5,
‰ 0.8,
‰ 1.8,
‰ 2.7.
6. La longueur de la conduite est multipliée par 2 et le diamètre de la conduite passe de 1" à 2 ", par combien
les pertes de charge sont - elles multipliées :
‰ 16,
‰ 8,
‰ Elles ne changent pas,
‰ 0.0625.

© Copyright 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


Forage • Production • Gisement
Page 12
7. Des formules permettent de calculer les pertes de charge dans un circuit. Lorsque la valeur calculée est
différente de la valeur donnée par le circuit, il faut toujours prendre en considération :
‰ La valeur calculée et ajuster le manomètre pour obtenir la valeur calculée,
‰ La valeur lue sur les manomètres du circuit, la valeur calculée est approximative.
8. Les pertes de charge sont de 40 bar dans une conduite 4" avec un débit de 2000 l / min et une boue de
densité 1.36. Avec la formule de perte de charge utilisée en contrôle des venues :
a) Quelle est la valeur des pertes de charge avec un débit de 1 500 l / min et une boue de
densité 1.36 :
‰ 22.5 bar,
‰ 30 bar,
‰ 53 bar,
‰ 71 bar.
b) Quelle est la valeur des pertes de charge avec un débit de 2 500 l / min et une boue de
densité 1.63 :
‰ 45 bar,
‰ 60 bar,
‰ 75 bar,
‰ 90 bar.
9. Quelle est la chute de pression produite dans un orifice calibré avec un fluide de densité 1.40 si la vitesse du
fluide varie de 600 m / min à l'entrée de l'orifice à 120 m / s à la sortie de cet orifice :
‰ 53 bar,
‰ 77 bar,
‰ 100 bar,
‰ 125 bar.
10. Lorsque le débit de circulation est faible, en général les pertes de charge dans l'espace annulaire :
‰ Sont nulles,
‰ Peuvent être négligées,
‰ Sont approximativement les mêmes qu'en circulation à débit élevé,
‰ Augmentent légèrement car le type d'écoulement est différent.

© Copyright 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


Forage • Production • Gisement
Page 13
Correction pertes de charge

1. Les frottements entre le fluide et la conduite et au sein du fluide


2. Chaleur qui contribue à augmenter la température du fluide
3. Au carré du débit, à la densité de la boue et à la longueur de la conduite
4. A la puissance 5 du diamètre intérieur de la conduite

5. Par (1.5 ) 2 × 1.2 = 2.7

6. Par 2 × (1/ 2 ) 5 = 0.0625


7. La valeur lue sur les manomètres du circuit, la valeur calculée est approximative
8.

a) 40 × (1500 / 2000) 2 = 22.5 bar

b) 40 × (2500 / 2000) 2 × 1.63 / 1.36 = 75 bar


9. 600 m / min = 10 m / s

La chute de pression est : 1400 × (120 2 - 10 2) / 2 = 10 010 000 Pa = 100 bar


10. Peuvent être négligées

© Copyright 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


Forage • Production • Gisement
Page 14
Loi des gaz

1. En appliquant la loi de Boyle - Mariotte, quel est le volume d'azote pris à la pression atmosphérique (1 bar)
nécessaire pour précharger à 1 000 psi (pression relative) la chambre à air d'une bouteille Koomey de 11
gallons (on prendra un volume intérieur de la bouteille disponible pour les fluides de 10 gallons). Prendre 1
psi = 0.069 bar.
‰ 660 gallons 680 gallons
‰ 700 gallons 720 gallons
2. En appliquant la loi de Boyle - Mariotte, quel est le volume d'huile hydraulique évacué d'une bouteille
d'accumulateur Koomey d’une capacité de 11 gallons préchargée à 1050 psi lorsque la pression de
l'accumulateur varie de 3 000 psi à 2 000 psi :
‰ 1.75 gallons 3.50 gallons
‰ 5.25 gallons 8.25 gallons
3. En appliquant la loi de Boyle - Mariotte, quel est le volume d'huile hydraulique évacué d'une bouteille
d'accumulateur Koomey d’une capacité de 11 gallons préchargée à 1 100 psi lorsque la pression de
l'accumulateur varie de 3 000 psi à la pression nécessaire pour fermer un BOP 13 5/8 - 10 000 psi avec une
pression dans le puits de 10 000 psi. Le rapport de fermeture est de 7.0 / 1 :
‰ 3.67 gallons 4.03 gallons
‰ 5.00 gallons 6.25 gallons
4. Pour vérifier la précharge d'une unité Koomey équipée de 24 bouteilles de 11 gallons chacune, on
décomprime l'unité de 3 000 psi à 2000 psi et l'on récupère 42 gallons d'huile dans le réservoir. Quelle est la
valeur de la précharge :
‰ 950 psi 1 000 psi
‰ 1050 psi 1 100 psi
5. Le volume de la venue au fond est de 2 500 l, la pression de formation est 200 bar. Cette venue est circulée
en maintenant la pression de fond constante et égale à 200 bar. Lorsque la venue arrive sous les BOP, la
pression en tête de l'espace annulaire est égale à 50 bar. En considérant le gaz comme parfait, quel est le
volume de gaz se trouvant sous les BOP :
‰ 9 500 litres 9 850 litres
‰ 11 000 litres 12 500 litres
6. Avec les données de la question précédente, quel sera le volume de gaz évacué à la vent line du dégazeur
sachant que la pression atmosphérique est de 1.020 bar :

‰ 512 m3 504 m3

‰ 493 m3 485 m3
7. Avec les données de la question précédente, sachant que le débit maximum de gaz que l'on peut évacuer
dans le dégazeur est 25 m3 / min. Quel est le débit maximum de circulation que l'on peut utiliser pour
évacuer le gaz lorsqu'il se trouve sous les BOP :
‰ 600 l / min 550 l / min
‰ 500 l / min 400 l / min

© Copyright 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


Forage • Production • Gisement
Page 15
8. Lorsque l'on effectue la méthode volumétrique, on est amené à purger de la boue du puits pour maintenir la
pression en tête de l'espace annulaire constante. Au début du contrôle, la bulle de gaz est à une pression de
350 bar et elle occupe un volume de 2 450 litres. Quel volume faut - il purger pour diminuer la pression de
la bulle de 1 bar.
‰ 5 litres 7 litres
‰ 15 litres 60 litres
9. La bulle se trouve maintenant près de la surface, sa pression est de 80 bar et son volume de 10 700 litres.
Quel volume faut - il purger pour diminuer la pression de la bulle de 1 bar (en utilisant les données de la
question 8).
‰ 15 litres 50 litres
‰ 135 litres 250 litres
10. On peut déduire des 2 questions précédentes que, pour une même diminution de pression, l'expansion d'un
gaz :
‰ Est plus élevée lorsque la bulle se trouve près du fond
‰ Est plus élevée lorsque la bulle se trouve près de la surface
‰ Est indépendante de la position de la bulle dans le puits
11. Suite à une venue, le puits est maintenu fermé, la densité de la boue est 1.54. On constate que la pression en
tête de puits augmente de 20 bar en 15 minutes. Quelle est la vitesse de migration du gaz :
‰ 530 m / heure 410 m / heure
‰ 3 00 m / heure 2 40 m / heure
12. La vitesse de migration d'une bulle de gaz dans une boue de densité 2. 15 est de 600 m / heure. Quelle est
l'augmentation de pression en tête d'un puits fermé produite par cette migration :
‰ 1.8 bar / minute 1.9 bar / minute
‰ 2.1 bar / minute 2.3 bar / minute
13. Une venue de gaz s'est produite à une profondeur verticale de 2 500 m, la pression stabilisée enregistrée en
tête de casing est 40 bar et de 28 bar en tête de tiges. Le sabot du dernier tubage est à une profondeur
verticale de 1 700 m.
En considérant que la loi de Boyle - Mariotte s'applique, que la densité du gaz est négligeable, que la
capacité de l'annulaire est constante sur toute la hauteur du puits et égale à 23 l / m, que le volume de la
venue au fond du puits est 2 300 litres, que la pression de fond est maintenue constante et égale à la
pression de pore de la formation qui a débité, que les pertes de charge dans l'annulaire sont négligeables et
que la venue est circulée avec la boue de densité 1.25.
a) Quelle sera la pression au sabot lorsque la bulle est au fond du puits :
‰ 420 bar 335 bar
‰ 249 bar 233 bar
b) Quelle sera la pression au sabot lorsque le sommet de la bulle arrive au sabot :
‰ 321 bar 298 bar
‰ 253 bar 218 bar

© Copyright 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


Forage • Production • Gisement
Page 16
c) Quelle sera la pression en tête de l'annulaire lorsque le sommet de la bulle arrive au sabot :
‰ 31 bar 45 bar
‰ 58 bar 62 bar
d) Quelle sera le volume de la bulle lorsque le sommet de la bulle arrive au sabot :
‰ 3 045 litres 3 150 litres
‰ 3 520 litres 4 023 litres
e) Quelle sera la pression au sabot lorsque le sommet de la bulle arrive sous les BOP :
‰ 212 bar 236 bar
‰ 258 bar 276 bar
f) Quelle sera la pression en tête de l'annulaire lorsque le sommet de la bulle arrive sous les
BOP :
‰ 80 bar 105 bar
‰ 128 bar 157 bar
g) Quelle sera le volume de la venue lorsque le sommet de la bulle arrive sous les BOP :
‰ 6 215 litres 8 350 litres
‰ 9 420 litres 9 630 litres

© Copyright 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


Forage • Production • Gisement
Page 17
Correction loi des gaz

1. Théoriquement, la loi des gaz n'est valable qu'avec des pressions absolue
Pression absolue de précharge : 1 000 × 0.069 + 1 = 70 bar
Volume d'azote nécessaire : 70 × 10 / 1 = 700 gallons
2. 1 050 × 10 = 3 000 × V2 = 2 000 × V3
V2 = 3.5 gallons d'azote dans la bouteille à 3 000 psi
V3 = 5.25 gallons d'azote dans la bouteille à 2 000 psi
Le volume d'huile évacué est de : 5.25 - 3.5 = 1.75 gallons
3. La pression finale minimale dans la bouteille est 10 000 / 7.0 = 1428 psi
1 100 × 10 = 3 000 × V2 = 1 428 × V3
V2 = 3.67 gallons d'azote dans la bouteille à 3 000 psi
V3 = 7.70 gallons d'azote dans la bouteille à 1 428 psi
Le volume d'huile évacué est de : 7.70 - 3.67 = 4.03 gallons:
4. P1 × 10 = 3 000 × V2 = 2 000 × V3
Pour une bouteille : V3 - V2 = 42 / 24 = 1.75 gallons d'huile récupéré
Dans la première relation, en remplaçant V2 par (V3 - 1.75), on obtient V3 = 5.25 gallons. D'où P1 = 2
000 × 5.25 / 10 ⇒ P1 = 1 050 psi
5. En pression absolue, nous avons Pf = 201 bar, Pa = 51 bar
Volume sous les BOP = 201 × 2 500 / 51 ⇒ volume sous BOP = 9 850 litres
Si l'on fait le calcul avec les pressions relatives, on obtient 10 000 litres. La première réponse est
théoriquement correcte, mais les gaz à ces pressions ne peuvent pas être considérés comme parfaits
6. Volume de gaz à la pression atmosphérique : 201 × 2 500 / 1.02 ⇒ 493 m3
7. La pression sous les BOP est de 51 bar absolu.
Le débit de gaz maximum est de 25 000 l / min à la pression atmosphérique
Ce qui correspond à un débit sous les BOP de 25 000 / 51 = 490 l /min
8. La pression de la bulle passe de 351 bar absolu à 350 bar absolu
Le volume de la bulle augmente de 2 450 × 351 / 350 = 2 457 litres
Le volume de boue à purger est de (2 457 - 2450) = 7 litres
9. La pression de la bulle passe de 81 bar absolu à 80 bar absolu
Le volume de la bulle augmente de 10 700 × 81 / 80 = 10 834 litres
Le volume de boue à purger est de (10 834 - 10 700) = 134 litres
10. Est plus élevée lorsque la bulle se trouve près de la surface
11. 20 bar / 15 min correspond à une hauteur de boue de 20 × 4 × 10.2 / 1.54 = 530 m / heure. La vitessede
migration est de 530 m / heure
12. L'augmentation de pression est 2.15 × 600 / 10.2 = 126.5 bar
Soit 126.5 / 60 = 2.10 bar / min

© Copyright 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


Forage • Production • Gisement
Page 18
13.
a) Pression de la formation : 28 + 2 500 × 1.25 / 10.2 = 335 bar
Hauteur de la venue dans l'annulaire : 2 300 / 23 = 100 m
Hauteur du découvert : 2 500 - 1 700 = 800 m
Pression au sabot : 335 - 700 × 1.25 / 10.2 = 249 bar
b) Pression de la formation : 335 bar
Pour calculer Psab, il faut résoudre une équation du second degré
Nous avons d'après la loi de Mariotte :
Psab × volume de la venue sous le sabot = 2 300 × 335
Psab × h = 100 × 335 avec h = hauteur de la venue sous le sabot
Et en hydrostatique :
Psab = 335 - (2 500 - 1 700 - h) × 1.25 / 10.2
On obtient le système d'équation suivant :
Psab × h = 100 × 335
Psab = 237 + 0.1225 × h
On obtient en définitive l'équation du second degré suivante:

Psab2 - 237 Psab - 4 103.75 = 0


D'où Psab = 253 bar
c) Toute la partie tubée est pleine de boue de densité 1.25 et Psab = 253 bar
Pa = 253 - 1 700 × 1.25 / 10.2 ⇒ Pa ≈ 45 bar
d) Volume venue au sabot = 2 300 × 335 / 253 ⇒ 3 045 litres
e) Tout le découvert est plein de boue de densité 1.25 et la pression de fond est 335 bar.
Psab = 335 - (2 500 - 1 700) × 1.25 / 10.2 ⇒ Psab ≈ 236 bar
f) Nous avons d'après la loi de Mariotte :
Pa × h = 100 × 335 avec h = hauteur venue sous BOP
Et en hydrostatique :
Pa = 335 - (2 500 - h) × 1.25 / 10.2
On obtient le système d'équation suivant :
Pa × h = 100 × 335
Pa = 28 + 0.1225 × h
On obtient en définitive :

Pa2 - 28 Pa - 4 103.75 = 0
D'où Pa = 80 bar
g) Pa = 80 bar et 80 × volume venue sous BOP = 2 300 × 335
⇒ Volume de la venue sous les BOP = 9 630 litres

© Copyright 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


Forage • Production • Gisement
Page 19
Causes des venues

1. En forage (overbalanced), la première barrière de sécurité (contrôle primaire) est assurée par :
‰ Les BOP et le circuit duse,
‰ Le casing qui protége les zones déjà foré et qui est positionné et calculé de telle façon qu’en cas de
venue il n'y ait pas de risque de fracturation,
‰ Il n’est pas nécessaire d’avoir une barrière de sécurité car il n’y a pas de risque de venue,
‰ La boue de forage.
2. Maintenir le contrôle primaire consiste à :
‰ Maintenir une contre-pression suffisante avec la duse du choke manifold pour éviter que le puits
débite,
‰ Maintenir le puits plein d’une boue de densité suffisante pour maintenir les fluides de formations en
place,
‰ Contrôler le débit d’une couche en réglant la valeur de la pression différentielle à sa valeur minimale,
‰ Squeezer la boue de forage dans la formation poreuse perméable pour la colmater et éviter qu’elle
débite.
3. Une venue est due à :
‰ Une perte du contrôle primaire,
‰ Une perte du contrôle secondaire,
‰ Une perte du contrôle tertiaire.
4. Au cours de la traversée d’une zone de transition, il est possible que la couche débite en statique et ne
débite pas en circulation :
‰ Vrai,
‰ Faux.
5. Le gazage de la boue (gas cutted mud) produit une diminution de la pression au fond du puits. Cette
diminution est :
‰ Très fortement influencée par la profondeur du puits,
‰ Relativement forte mais peu influencée par la profondeur du puits,
‰ Relativement faible et peu influencée par la profondeur du puits,
‰ Fortement influencée par la nature de la boue utilisée.
6. Lorsque l’on traverse un réservoir de gaz d’une épaisseur importante, il est possible d’avoir :
‰ Un débit au bas du réservoir alors que l’on a des pertes en haut du réservoir,
‰ Un débit en haut réservoir alors que l’on a des pertes en bas du réservoir,
‰ Soit des pertes, soit des venues sur toute la hauteur du réservoir, mais jamais les deux ensemble.
7. Lorsque l’on traverse un réservoir de gaz d’une épaisseur importante, les risques de collage par pression
différentielle ou de pertes de circulation sont :
‰ Plus élevés au toit du réservoir,
‰ Plus élevés au bas du réservoir,
‰ Les mêmes sur toute la hauteur du réservoir,

© Copyright 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


Forage • Production • Gisement
Page 20
‰ Les plus élevés en face de la partie la plus fragile du réservoir.

© Copyright 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


Forage • Production • Gisement
Page 21
8. Dans les puits HP / HT déviés, lorsque l’on arrête la circulation :
‰ La température entraîne une augmentation la viscosité de la boue, qui entraîne à son tour une
augmentation de la densité de la boue et donc les risques de venue sont réduits,
‰ La baryte a tendance à sédimenter, ce qui entraîne une diminution de la densité de la boue et augmente
les risques de venue,
‰ Il n’y a pas de variation de la densité de la boue, les risques de venue augmentent uniquement à cause
de la disparition des pertes de charge dans l’espace annulaire.
9. En forage 8 ½, on traverse avec une boue de densité 1.56 une couche poreuse perméable contenant de l’eau
située à une profondeur verticale de 3 550 m. La pression de pore de cette couche est de 555 bar et les
pertes de charge dans l’espace annulaire sont de 20 bar. Que se passe-t-il si l’on arrête la circulation :
‰ Rien, la pression de pore est toujours inférieure à la pression exercée par la boue de forage,
‰ Malgré une pression différentielle négative, la couche ne débite pas car elle contient de l’eau,
‰ La pression différentielle n’intervient que dans les problèmes de collage de garniture,
‰ La pression différentielle est négative, la couche se met à débiter quelle que soit la nature du fluide se
trouvant dans la formation.
10. Au cours de la remontée d’une garniture :
‰ Il y a toujours une diminution de la pression de fond,
‰ Il y a une diminution de la pression de fond dans quelques cas bien particuliers,
‰ Il peut parfois se produire une augmentation de la pression de fond.
11. Lorsque l’on remonte une garniture, la pression de fond diminue à cause du pistonnage. Cette diminution
est d’autant plus importante que :
‰ La longueur de la garniture à remonter est importante,
‰ La densité et la viscosité de la boue sont élevées,
‰ Le jeu entre la garniture et le trou est faible,
‰ La vitesse de manœuvre est élevée,
‰ Tous les points précédents interviennent pour réduire la pression de fond.
12. La seule façon pour annuler complètement le pistonnage au cours de la remontée d’une garniture de forage
est de :
‰ Tourner en remontant,
‰ Réduire la vitesse de manœuvre,
‰ Utiliser une boue à l’huile ayant une viscosité et des gels très faibles,
‰ Remonter en circulation.
13. La diminution de la pression de fond au cours d’une manœuvre de remontée d’une garniture 5" avec une
BHA 6 ½ dans un trou 8 ½ à une profondeur de 5 000 m avec une boue de densité 2.15 à une vitesse de
1 m / s est de l’ordre de :
‰ 80 bar,
‰ 60 bar,
‰ 35 bar,
‰ 5 bar.

© Copyright 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


Forage • Production • Gisement
Page 22
14. Une descente trop rapide d’un tubulaire dans un puits peut induire des pertes qui peuvent entraîner, à leur
tour, une venue :
‰ Vrai,
‰ Faux.

© Copyright 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


Forage • Production • Gisement
Page 23
Correction causes des venues

1. La boue de forage.
2. Maintenir le puits plein d’une boue de densité suffisante pour maintenir les fluides de formations en
place.
3. Une perte du contrôle primaire.
4. Vrai.
5. Relativement faible et peu influencée par la profondeur du puits. Elle sera surtout gênante dans un puits
peu profond.
6. Un débit en haut réservoir alors que l’on a des pertes en bas du réservoir. La pression différentielle (Pf -
PG) est maximum au bas du réservoir et minimum au toit.
7. Plus élevés au bas du réservoir. A cet endroit, la pression différentielle (Pf - PG) est maximum.
8. La baryte a tendance à sédimenter, ce qui entraîne une diminution de la densité de la boue et augmente
les risques de venue (la pression hydrostatique est assurée par la colonne de boue de densité la plus
faible).
9. La pression différentielle est négative, la couche débite quelle que soit la nature du fluide se trouvant
dans la formation (le débit dépend entre autre de la pression différentielle, de la viscosité du fluide, de la
perméabilité de la couche).
10. Il y a toujours une diminution de la pression de fond.
11. La longueur de la garniture à remonter est importante, la densité et la viscosité de la boue sont élevées,
le jeu entre la garniture et le trou est faible et la vitesse de manœuvre est élevée.
12. Remonter en circulation.
13. 35 bar. C'est l'ordre de grandeur observé sur les puits HP / HT forés en Mer du Nord.
14. Vrai.

© Copyright 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


Forage • Production • Gisement
Page 24
Signes de venue

1. Le premier signe de venue à apparaître en forage :


‰ Sera toujours l'augmentation de la vitesse d'avancement (ROP) quelque soit les caractéristiques de la
formation et des fluides (formation et boue),
‰ Dépend uniquement des caractéristiques de la formation responsable de la venue,
‰ Sera toujours l'augmentation du débit à la goulotte et du niveau des bassins car les autres indicateurs
ne sont pas fiables,
‰ N'est pas toujours le même, cela dépend des caractéristiques de la formation, des fluides, des moyens
de détection et de la nature de la boue utilisés.
2. 2) Avec des caractéristiques identiques (perméabilité, pression différentielle, …), le débit d'une couche
contenant du gaz est :
‰ Inférieur à celui d'une couche contenant de l'huile,
‰ Légèrement supérieur à celui d'une couche contenant de l'huile (environ 2 fois plus),
‰ Le même, la nature du fluide n'ayant aucune action sur le débit de la couche,
‰ Fortement supérieur à celui d'une couche d'huile (environ 30 fois plus).
3. 3) Le débit d'une couche dépend :
‰ De la pression différentielle appliquée en face de la couche, de la perméabilité de la couche et du type
de boue utilisé (débit plus important avec la boue à l'eau),
‰ De la viscosité du fluide et de la longueur forée dans la formation,
‰ De la pression différentielle, de la perméabilité de la couche, de la viscosité du fluide de formation et
de la longueur forée dans la formation,
‰ De la longueur forée dans la formation et du type de boue utilisé (débit plus important avec la boue à
l'eau),
4. En cours de forage d'une série argileuse, le driller constate une augmentation progressive des frottements
dans le puits et une diminution de la valeur du Gamma Ray. Quelle doit être sa réaction :
‰ Continuer de forer en adaptant la vitesse de rotation pour ne pas avoir trop de torque mais l'évolution
du gamma Ray est normale,
‰ Les argiles sont sous-compactées et il faut diminuer légèrement la densité de la boue,
‰ Ce sont des indications d'une formation sous-compactée et la densité de la boue risque d'être
insuffisante pour continuer le forage,
‰ Les argiles sont sous-compactées, mais comme ce sont des roches non perméables il n'y a pas de
risque particulier en continuant de forer avec la densité actuelle.
5. En cours de forage, parmi les signes suivants, quel est celui qui n’indique pas que la densité de la boue
risque d’être insuffisante pour continuer le forage :
‰ Diminution de la valeur du "d" exponent,
‰ Diminution du gradient de température,
‰ Augmentation du fond gazeux,
‰ Diminution des frottements dans le puits,
‰ Variation de la résistivité du filtrat de la boue.

© Copyright 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


Forage • Production • Gisement
Page 25
6. Qu'a tendance à faire la pression de refoulement de la pompe lorsqu'une venue de gaz pénètre dans l'espace
annulaire :
‰ A diminuer,
‰ A augmenter,
‰ A rester constante.
7. En manœuvre de remontée, une venue se manifestera par :
‰ Une diminution des frottements et du poids de la garniture dans le puits,
‰ Une augmentation du niveau du trip tank,
‰ Un volume de boue à ajouter dans le puits supérieur au volume d'acier sorti,
‰ Un volume de boue à ajouter dans le puits inférieur au volume d'acier sorti.
8. L'alarme de niveau de bassin est réglée sur un gain d'un mètre cube. On a une venue de gaz en forage 8 1/2
dans un puits vertical et la couche débite 200 l / min. La garniture est composée de 200 m de drill collars 6
1/2 et de tiges 5". La vitesse de migration du gaz dans la boue est de 600 m / h et la vitesse de la boue est de
90 m / min dans l'annulaire trou - DC et de 50 m / min dans l'annulaire trou - DP. A quelle distance se
trouvera le haut de la venue lorsque l'alarme de niveau de bassin va déclencher :
‰ 300 m,
‰ 380 m,
‰ 420 m,
‰ 500 m.
9. Lorsque l'on utilise une boue à l'huile, le gaz sortant de la formation peut être dissous complètement dans la
boue. Dans ce cas :
‰ Il n'y aura aucun signe en surface montrant que l'on a une venue tant que la pression est supérieure à
la pression de bulle,
‰ Malgré la dissolution, dans tous les cas, les manifestations d'une venue seront les mêmes qu'avec une
boue à l'eau,
‰ La dissolution va masquer partiellement les signes de venue, ils se manifesteront de façon atténuée et il
faudra plus de temps pour détecter la venue,
‰ Ce n'est pas grave d'avoir une venue car le gaz restera en dissolution dans la boue. On s'apercevra de
la venue à cause de la diminution de la densité de la boue à la sortie du puits .
10. La pression de pore de la formation est de l'ordre de 600 bar, il y a une venue de gaz en forage avec une
boue à l'huile et le gaz est totalement dissous dans la boue. Laquelle des affirmations suivantes est correcte :
‰ Il n'y aura pas de manifestation en surface de l'entrée du gaz dans le puits,
‰ Le gain observé en surface sera environ 3 fois plus faible que le volume de gaz ayant effectivement
pénétré dans le puits,
‰ Le gain observé en surface sera environ égal au volume de gaz ayant effectivement pénétrer dans le
puits,
‰ Le gain observé en surface sera environ 1.5 fois plus élevé que le volume de gaz ayant effectivement
pénétrer dans le puits.
11. Il est possible d'avoir un écoulement à la goulotte en statique alors que l'on ne constate pas de signes de
venue en circulation :
‰ Vrai,
‰ Faux.

© Copyright 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


Forage • Production • Gisement
Page 26
12. Avant la manœuvre de remontée, le chef de poste pompe un bouchon de 2 700 l de boue de densité 1.75 à
l'intérieur des tiges. La capacité intérieure des tiges est 9 l / m et celle de l'espace annulaire casing - tiges est
23.1 l / m, la densité de la boue dans le puits est 1.25. De combien varie la pression de fond :
‰ Elle ne varie pas,
‰ Elle augmente de 15 bar,
‰ Elle diminue de 15 bar,
‰ Elle augmente de 5 bar.
13) La pression de pore de la formation à une profondeur verticale de 2 500 m est de 380 bar et l'on fore avec
une densité de 1.65. La capacité intérieure du casing est 35.9 l /m, la capacité intérieure des tiges est 9.1 l/
m et la capacité extérieure est 13.2 l/ m. Quelle longueur de tiges vides faut-il sortir du puits sans le
remplir pour que la pression de fond soit égale à la pression de formation :
‰ 750 m,
‰ 1 165 m,
‰ 1 430 m,
‰ 1 615 m.
14) Avec les données de la question précédente, quelle longueur de tiges pleines faut-il sortir du puits sans le
remplir pour que la pression de fond soit égale à la pression de formation (on suppose que la boue ne
retourne pas dans le puits) :
‰ 150 m,
‰ 260 m,
‰ 355 m,
‰ 470 m
15) On fore avec une densité de 1.50. La capacité intérieure du casing est 75 l /m, la capacité intérieure des
tiges est 9.1 l/ m et la capacité extérieure est 13.2 l/ m. De combien diminue la pression de fond si l'on
remonte 500 m de tiges vides sans remplir le puits :
‰ 1 bar,
‰ 3 bar,
‰ 4 bar,
‰ 6 bar.
16) On a descendu 300 m de tiges 5" équipées d'une soupape sans remplir l'intérieur des tiges. Si la soupape
cède brutalement, quelle sera la baisse de la pression de fond (utiliser les données de la question
précédente) :
‰ 3 bar,
‰ 6 bar,
‰ 9 bar,
‰ 12 bar.

© Copyright 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


Forage • Production • Gisement
Page 27
Correction signes de venue

1. N'est pas toujours le même, cela dépend des caractéristiques de la formation, des fluides, des moyens de
détection et de la nature de la boue utilisés.
2. Fortement supérieur à celui d'une couche d'huile (environ 30 fois plus), entre autre à cause de la viscosité
qui est beaucoup plus faible
3. De la pression différentielle, de la perméabilité de la couche, de la viscosité du fluide de formation et de la
longueur forée dans la formation.
4. Ce sont des indications d'une formation sous-compactée et la densité de la boue risque d'être insuffisante
pour continuer le forage.
5. Diminution des frottements dans le puits.
6. A diminuer.
7. Un volume de boue à ajouter dans le puits inférieur au volume d'acier sorti.
8. Il se passe 5 minutes avant que l'alarme de niveau de bassin déclenche. Le gaz migre dans la boue en
circulation, donc la vitesse de remontée du gaz est de 100 m /min en face des DC et de 60 m / min en face
des DP.
Le haut du gaz est en 200 / 100 = 2 min au sommet des DC. En 3 min, le gaz a parcouru 60 × 3 min, soit
environ 180 m. Soit au total 380 m
9. La dissolution va masquer partiellement les signes de venue, ils se manifesteront de façon atténuée et il
faudra plus de temps pour détecter la venue. Une venue avec de la boue à l'huile sera d'autant plus difficile
à détecter que la pression de pore de la formation est faible.
10. Le gain observé en surface sera environ égal au volume de gaz ayant effectivement pénétrer dans le puits.
A de telles pressions, le gaz se comporte comme plutôt comme un liquide. Et dissolution ne veut pas dire
disparition du fluide.
11. Vrai. En circulation, la pression de fond est plus élevée qu'en statique (présence de pertes de charge dans
l'espace annulaire en circulation).
12. Elle ne varie pas. Le puits est ouvert et il n'y a pas eu de changement de pression hydrostatique dans
l'espace annulaire.
13. La pression de fond est 2 500 × 1.65 / 10.2 = 404.4 bar.
Pour que la pression de fond soit égale à la pression de formation, il faut que la pression de fond diminue
de (404.4 - 380) = 24.4 bar, ce qui correspond à une diminution de 24.4 × 10.2 / 1.65 = 150.8 m du niveau
dans le puits.
150.8 m correspond à [35.9 - (13.2 - 9.1) ] × 150.8 = 4 795 litres de boue.
Les tiges sont sorties vides du puits, donc on a sorti 4 795 litres d'acier du puits sans le remplacer par la
boue. Ce qui correspond à 4 795 / (13.2 - 9.1) = 1 170 m de tiges sorties du puits.
14. La pression de fond est 2 500 × 1.65 / 10.2 = 404.4 bar.
Pour que la pression de fond soit égale à la pression de formation, il faut que la pression de fond diminue
de (404.4 - 380) = 24.4 bar, ce qui correspond à une diminution de 24.4 × 10.2 / 1.65 = 150.8 m du niveau
dans le puits.
150.8 m correspond à (35.9 - 13.2) × 150.8 = 3 423 litres de boue.
Les tiges sont sorties pleines du puits et la boue ne retourne pas dans le puits. Ce qui correspond à 3 423 /
13.2 = 259 m de tiges sorties du puits.

© Copyright 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


Forage • Production • Gisement
Page 28
15. Le volume d'acier sorti du puits est (13.2 - 9.1) × 500 = 2 050 litres. Ce qui correspond à une hauteur de
2 050 / (75 - 4.1) = 28.9 m.
Soit une diminution de pression sur le fond de 28.9 × 1.50 / 10.2 = 4.25 bar
16. Le volume de boue manquant dans le puits est 300 × 9.1 = 2 730 litres. Soit une diminution de niveau
de 2 730 / (75 - 4.1) = 38.5 m.
Ce qui correspond à une diminution de pression de 38.5 × 1.50 / 10.2 = 5.66 bar

© Copyright 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


Forage • Production • Gisement
Page 29
Procédures à suivre en cas de signes de venue.
Fermeture du puits

1. Dès que le chef de poste détecte un signe de venue en cours de forage, il doit d'abord :
‰ Arrêter la circulation et puis dégager du fond,
‰ Dégager du fond et vérifier que le puits débite avec les pompes en marche,
‰ Dégager du fond, arrêter la circulation et observer si le puits débite,
‰ Arrêter la circulation, fermer le puits et observer l'évolution de la pression en tête de l'espace
annulaire.
2. Pourquoi la circulation est arrêtée après avoir dégagé du fond et positionné le tool joint au dessus de la table
de rotation :
‰ Pour éviter le collage de la garniture pendant que l'on dégage du fond,
‰ Pour vérifier la valeur des pertes de charge à l'intérieur de la garniture,
‰ Pour diminuer la quantité de cuttings dans l'espace annulaire,
‰ Pour maintenir le plus longtemps possible la pression de fond maximum et ainsi limiter le débit de la
couche.
3. Dans la méthode de fermeture "hard" (hard shut in procedure"), la bonne disposition est :
‰ Les vannes hydrauliques commandées à distance (HCR) de la choke line et de la kill line sont ouvertes,
la duse automatique du manifold (duse commandée à distance) est fermée,
‰ Les vannes hydrauliques commandées à distance de la choke line et de la kill line sont fermées, la duse
automatique du manifold est fermée,
‰ La vanne hydraulique commandée à distance de la choke line est fermée, celle de la kill line est
ouverte, la duse automatique du manifold est fermée,
‰ La vanne hydraulique commandée à distance de la choke line est ouverte, celle de la kill line est
fermée, la duse automatique du manifold est fermée.
4. Dans la méthode fermeture "soft" ("soft shut in procedure"), la bonne disposition est :
‰ Les vannes hydrauliques commandées à distance (HCR) de la choke line et de la kill line sont ouvertes,
la duse automatique (duse commandée à distance) du manifold est ouverte,
‰ Les vannes hydrauliques commandées à distance de la choke line et de la kill line sont fermées, la duse
automatique du manifold est ouverte,
‰ La vanne hydraulique commandée à distance de la choke line est fermée, celle de la kill line est
ouverte, la duse automatique du manifold est ouverte,
‰ La vanne hydraulique commandée à distance de la choke line est ouverte, celle de la kill line est
fermée, la duse automatique du manifold est ouverte.
5. Quelque soit la méthode utilisée pour fermer le puits, les vannes du choke manifofd sont positionnées de
telle sorte que l'on soit prêt à :
‰ Circuler en direction du dégazeur (mud gas separator) atmosphérique,
‰ Circuler en direction du trip tank en manœuvre et du dégazeur en forage,
‰ Circuler en direction du dégazeur "sous vide",
‰ Circuler par l'emergency line en direction du dégazeur atmosphérique.

© Copyright 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


Forage • Production • Gisement
Page 30
6. Pour fermer le puits avec la méthode "hard", le driller devra :
‰ Ouvrir la vanne hydraulique commandée à distance (HCR) de la choke line, fermer le BOP annulaire
et fermer progressivement la duse,
‰ Ouvrir la vanne hydraulique commandée à distance de la choke line, fermer un BOP à mâchoires et
fermer rapidement la duse,
‰ Ouvrir la vanne hydraulique commandée à distance de la choke line et fermer un BOP (annulaire ou à
mâchoires),
‰ Fermer un BOP (annulaire ou à mâchoires) et ouvrir la vanne hydraulique commandée à distance de
la choke line.
7. Pour fermer le puits avec la méthode "soft", le driller devra :
‰ Ouvrir la vanne hydraulique commandée à distance (HCR) de la choke line, fermer un BOP (annulaire
ou à mâchoires) et fermer progressivement la duse,
‰ Ouvrir la vanne hydraulique commandée à distance de la choke line, fermer un BOP à mâchoires et
fermer progressivement la duse,
‰ Ouvrir la vanne hydraulique commandée à distance de la choke line, fermer le BOP annulaire et
fermer progressivement la duse,
‰ Fermer le BOP annulaire et ouvrir la vanne hydraulique commandée à distance de la choke line.
8. Si l'on utilise la méthode "soft" pour fermer le puits, la position des vannes du choke manifold en forage et
en manœuvre sont différentes :
‰ Vrai,
‰ Faux.
9. En manœuvre de remontée, le chef de poste constate que le volume de garniture sorti du puits est supérieur
au volume de boue injecté dans le puits. Que doit-il faire :
‰ Continuer de remonter en réduisant la vitesse de manœuvre et en contrôlant soigneusement les
volumes,
‰ Arrêter la manœuvre, observer le puits et visser une vanne de sécurité sur la garniture de forage si le
puits débite,
‰ Arrêter la manœuvre, visser une vanne de sécurité sur la garniture et observer le puits,
‰ Redescendre au fond le plus rapidement possible et circuler le volume annulaire.
10. En manœuvre de remontée, le chef de poste constate que le volume de garniture sorti du puits est supérieur
au volume de boue injecté dans le puits. Après observation du puits, il constate que le puits ne débite pas.
Que doit-il faire :
‰ Continuer de remonter en réduisant la vitesse de manœuvre et en contrôlant soigneusement les
volumes,
‰ Redescendre au fond puits ouvert et circuler le volume annulaire,
‰ Se préparer pour redescendre au fond en stripping,
‰ Pomper un bouchon de boue lourde pour augmenter la pression de fond.

© Copyright 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


Forage • Production • Gisement
Page 31
11. En manœuvre de remontée, le chef de poste constate que le volume de garniture sorti du puits est supérieur
au volume de boue injecté dans le puits. Pendant l'observation du puits, il constate que le puits débite
légèrement. Que doit-il faire :
‰ Fermer le puits et se préparer pour redescendre au fond en stripping,
‰ Redescendre au fond, puits ouvert et circuler le volume annulaire,
‰ Continuer de remonter en circulation pour augmenter la pression de fond et évacuer le peu de gaz qui
se trouve dans le puits,
‰ Continuer de remonter en réduisant la vitesse de manœuvre et en surveillant soigneusement l'évolution
du gain.
12. Quels sont les principaux avantages de la méthode de fermeture "hard" :
‰ Dans le cas d'une venue de liquide, elle favorise le coup de bélier, ce qui permet d'avoir une meilleure
étanchéité à la duse,
‰ Elle permet une fermeture plus rapide du puits ce qui limite le volume de la venue, elle est également
plus simple ce qui permet d'éviter des erreurs de manipulation,
‰ Elle permet d'ajuster plus rapidement la position des tool joints et donc de gagner du temps pour
mettre le puits en sécurité,
‰ Elle permet une stabilisation plus rapide des pressions en tête de puits, ce qui permet de démarrer la
circulation plus rapidement.
13. La méthode "soft" implique que le BOP annulaire est utilisé pour fermer le puits quelque soit l'équipement
se trouvant dans les BOP :
‰ Vrai,
‰ Faux.
14. Si l'on doit fermer le puits avec la méthode "hard", cela implique que :
‰ Le BOP à mâchoires équipé de fermeture sur tiges (pipe rams) situé sous le BOP annulaire sera
utilisé,
‰ Le BOP à mâchoires équipé de fermeture sur tiges situé sous les shear rams sera utilisé,
‰ Le BOP à mâchoires le mieux adapté pour faire étanchéité sur l'équipement se trouvant dans le BOP
sera utilisé,
‰ Le BOP annulaire sera utilisé quelque soit l'équipement se trouvant dans le BOP,
‰ Le BOP le mieux adapté pour faire étanchéité sur l'équipement se trouvant dans le BOP et pour
circuler la venue sera utilisé.
15. La procédure à suivre pour fermer le puits au cours de la phase de forage de la colonne de surface est
identique à celle utilisée pour la phase de forage de la colonne de production :
‰ Vrai,
‰ Faux.
16. On constate une anomalie de remplissage en cours de manœuvre de remontée avec une boue à l'huile.
Après quelques minutes d'observation, on constate que le puits ne débite pas, que doit-on faire :
‰ Il est préférable d'augmenter la durée d'observation du puits car les signes de venue peuvent être
masqués par la dissolution du gaz dans l'huile,
‰ C'est inutile d'augmenter la durée de l'observation, il est préférable de continuer la manœuvre avec
une vitesse plus lente et de regarder ce qui se passe après 15 min.

© Copyright 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


Forage • Production • Gisement
Page 32
17. En manœuvre, on note une anomalie de remplissage du puits. Une vanne de type kelly cock est vissée sur la
garniture puis fermée. On constate que le puits débite et il est décidé de redescendre au fond en stripping.
La garniture n'est pas équipée d'un landing sub. Que doit-on faire :
‰ Descendre uniquement avec le kelly cock dans la garniture, arrivé au fond il suffit de circuler pour
évacuer la venue,
‰ Mettre en place un clapet anti-retour de type Gray valve au dessus du kelly cock, redescendre au fond
et ouvrir en circulation le kelly cock lorsque l'on arrive au fond,
‰ Mettre en place un clapet anti-retour de type Gray valve au dessus du kelly cock, ouvrir le kelly cock et
redescendre au fond,
‰ Placer la DICV (Drop In Check Valve) au dessus du kelly cock, reconnecter la kelly ou la top drive,
ouvrir le kelly cock et circuler pour ancrer la DICV avant de redescendre.
18. Si l'on veut mettre en place une DICV (Drop In Check Valve) suite à une venue en cours de manœuvre,
quelle est la procédure à suivre :
‰ Installer un clapet anti-retour de type Gray Valve sur la garniture, placer la DICV au dessus du clapet
et reconnecter la kelly ou la top drive,
‰ Installer un kelly cock sur la garniture, le fermer, placer la DICV au dessus du kelly cock, reconnecter
la kelly ou la top drive et ouvrir le kelly cock,
‰ Lancer la DICV dans la garniture, installer un clapet anti-retour de type Gray Valve sur la garniture
et reconnecter la kelly ou la top drive,
‰ Lancer la DICV dans la garniture, installer un kelly cock sur la garniture, le fermer, reconnecter la
kelly ou la top drive et ouvrir le kelly cock.
19. Il a été décider de mettre en place la DICV suite à une venue en cours de manœuvre. La DICV a été placée
dans la garniture et le kelly cock a été ouvert. Quelle procédure est-il préférable d'utiliser pour ancrer la
DICV dans son sub :
‰ Circuler avec un débit élevé, l'espace annulaire ouvert, pour réduire le temps pendant lequel la
situation n'est pas contrôlée,
‰ Attendre un certain temps, espace annulaire fermé, pour que la DICV descende par gravité jusqu'au
sub (la vitesse de descente est de l'ordre de 5 min / km ),
‰ Circuler, l'espace annulaire fermé, en maintenant la pression en tête de l'annulaire constante et égale
à Pa1,
‰ Circuler sous duse (BOP fermé), en maintenant la pression de refoulement constante et égale aux
pertes de charge mesurées au débit utilisé pour ancrer la DICV.
20. Le temps nécessaire pour ancrer une DICV dans son sub à une profondeur de 2 600 m dans des tiges 5"
(capacité intérieure = 9.10 l /m, capacité extérieure = 13.20 l / m) en circulant à un débit de 600 l / min est
de l'ordre de :
‰ 60 min,
‰ 40 min,
‰ 20 min,
‰ 5 min.

© Copyright 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


Forage • Production • Gisement
Page 33
21. Le BOP est équipé de 2 choke lines (upper et lower). Si l'on doit fermer le puits, il est préférable d'utiliser
en premier :
‰ L'upper choke line car, en cas de problèmes (fuites sur la partie haute du BOP, etc.), il sera possible
d'utiliser la lower choke line pour continuer le contrôle,
‰ La lower choke line car, en cas de problèmes (fuites sur la partie basse du BOP, etc.), il sera possible
d'utiliser l'upper choke line pour continuer le contrôle,
‰ Cela n'a pas d'importance, quelque soit le problème rencontré, il ne sera pas possible de changer de
ligne pendant le contrôle d'une venue.

© Copyright 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


Forage • Production • Gisement
Page 34
Correction procédures à suivre en cas de signes de venue.
Fermeture du puits

1. Dégager du fond, arrêter la circulation et observer si le puits débite.


2. Pour maintenir le plus longtemps possible la pression de fond maximum et ainsi limiter le débit de la
couche (le débit de la couche est proportionnel à la pression différentielle Pf - PG).
3. Les vannes hydrauliques commandées à distance de la choke line et de la kill line sont fermées, la duse
automatique du manifold est fermée.
4. Les vannes hydrauliques commandées à distance de la choke line et de la kill line sont fermées, la duse
automatique du manifold est ouverte.
5. Circuler en direction du dégazeur (mud gas separator) atmosphérique.
6. Fermer un BOP (annulaire ou à mâchoires) et ouvrir la vanne hydraulique commandée à distance de la
choke line.
7. Ouvrir la vanne hydraulique commandée à distance (HCR) de la choke line, fermer un BOP (annulaire ou à
mâchoires) et fermer progressivement la duse. Dans la méthode soft comme dans la méthode hard, il n'est
pas spécifié le BOP à utiliser.
8. Faux.
9. Arrêter la manœuvre, visser une vanne de sécurité sur la garniture et observer le puits.
10. Redescendre au fond puits ouvert et circuler le volume annulaire (après s'être assurer que le problème de
différence de volume provient bien du puits).
11. Fermer le puits et se préparer pour redescendre au fond en stripping (que le débit soit faible ou important !).
12. Elle permet une fermeture plus rapide du puits ce qui limite le volume de la venue, elle est également plus
simple ce qui permet d'éviter des erreurs de manipulation. (le risque de coup de bélier est très faible surtout
avec une venue de gaz).
13. Faux. On peut très bien fermer un BOP à mâchoires (si par exemple il n'y a rien dans le puits, on fermera
plutôt les shear rams).
14. Le BOP le mieux adapté pour faire étanchéité sur l'équipement se trouvant dans le BOP et pour circuler la
venue sera utilisé (ce sera de préférence celui situé le plus haut dans l'empilage).
15. Faux. Quand on fore la première phase de forage, il y soit un diverter soit pas de moyen pour fermer le
puits. Pour la dernière phase de forage, il y a un BOP.
16. Il est préférable d'augmenter la durée d'observation du puits car les signes de venue peuvent être masqués
par la dissolution du gaz dans l'huile.
17. Mettre en place un clapet anti-retour de type Gray valve au dessus du kelly cock, ouvrir le kelly cock et
redescendre au fond.
18. Installer un kelly cock sur la garniture, le fermer, placer la DICV au dessus du kelly cock, reconnecter la
kelly ou la top drive et ouvrir le kelly cock.

© Copyright 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


Forage • Production • Gisement
Page 35
19. Circuler sous duse (BOP fermé), en maintenant la pression de refoulement constante et égale aux pertes de
charge mesurées au débit utilisé pour ancrer la DICV.
20. Le volume de boue à déplacer est : 9.10 × 2 600 = 23 660 litres,
Ce qui correspond à 23 660 / 600 ≈ 40 min.
Le temps nécessaire pour mettre en place une DICV est relativement long !
21. L'upper choke line car, en cas de problèmes (fuites sur la partie haute du stack BOP, etc.), il sera possible
d'utiliser la lower choke line pour continuer le contrôle.

© Copyright 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


Forage • Production • Gisement
Page 36
Observation et évolution des pressions suite
à la fermeture d'un puits

1. Dès la fermeture du puits, la pression en tête d'annulaire a tendance à :


‰ Augmenter à un taux de plus en plus faible,
‰ Diminuer pendant l'entrée de l'effluent dans le puits et à augmenter dès la stabilisation des pressions,
‰ Augmenter à un taux de plus en plus élevé,
‰ Rester constante jusqu'à la stabilisation des pressions.
2. Les paramètres qui influencent la vitesse de la remontée des pressions en tête de puits juste après la
fermeture du puits sont :
‰ La porosité de la formation et la longueur forée dans cette formation,
‰ La perméabilité de la formation, la nature des fluides dans cette formation et dans le puits,
‰ La différence de densité entre le fluide de formation et la boue de forage,
‰ La température et le volume d'effluent ayant pénétré dans le puits.
3. Les pressions stabilisées en tête de puits sont déterminées à partir de la courbe de remontée de pression. La
valeur de la pression stabilisée en tête de l'annulaire Pa1 et celle de la pression stabilisée en tête de tiges Pt1
correspondent :
‰ Aux valeurs obtenues au début de la partie linéaire du graphe et cela implique d'observer les pressions
pendant un temps suffisamment long pour s'assurer que l'on se trouve bien sur la partie linéaire,
‰ Aux valeurs obtenues après 15 min d'observation pour les boues à base d'eau et après 20 min pour les
boues à base d'huile,
‰ Aux valeurs obtenues après 15 min d'augmentation linéaire à raison de 0.5 bar / min pour une boue
légère et de 1 bar / min pour une boue lourde,
‰ Aux valeurs obtenues lorsque la pression en tête des tiges cesse d'augmenter.
4. Lorsque la pression en tête de l'annulaire est égale à la pression stabilisée Pa1 :
‰ La bulle commence à migrer si c'est une venue de gaz,
‰ La pression de fond est égale à la pression de pore de la formation et la couche cesse de débiter dans
le puits,
‰ La venue cesse de migrer,
‰ Le haut de la venue se trouve alors au sommet des drill collars.
5. L'augmentation de pression en tête de puits avant stabilisation des pressions est due :
‰ A la migration du gaz libre dans l'annulaire,
‰ A l'entrée de l'effluent dans le puits et à la migration du gaz libre dans l'annulaire,
‰ A la différence de densité entre le fluide de formation et la boue de forage.
6. L'augmentation de pression en tête de puits après stabilisation des pressions est due :
‰ Uniquement à la migration du gaz libre dans l'espace annulaire,
‰ A l'entrée de l'effluent dans le puits et à la migration du gaz libre dans l'annulaire,
‰ Uniquement à l'entrée de l'effluent dans le puits,
‰ A la différence de densité entre le fluide de formation et la boue de forage.

© Copyright 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


Forage • Production • Gisement
Page 37
7. Dans le cas d'une formation très peu perméable et productrice de gaz :
‰ La perméabilité n'a pas d'influence sur la vitesse de la remontée des pressions, la remontée sera rapide
car c'est une venue de gaz,
‰ La remontée de pression sera rapide et il sera facile de déterminer la valeur des pressions stabilisées,
‰ La remontée de pression sera lente et il sera difficile de déterminer la valeur des pressions stabilisées,
‰ Une couche productrice de gaz est toujours fortement perméable et il n'y a pas de problème particulier
pour déterminer de Pt1 et Pa1.
8. La valeur Pt1 de la pression stabilisée en tête des tiges dépend :
‰ De la pression de pore et de la perméabilité de la formation,
‰ De la densité du fluide de formation et du volume de la venue,
‰ De la pression de pore de la formation et de la densité de la boue de forage,
‰ De la quantité de cuttings dans l'espace annulaire.
9. La valeur Pa1 de la pression stabilisée en tête des tiges dépend :
‰ De la pression de pore de la formation,
‰ De la densité de la boue de forage et de la charge de cuttings dans l'annulaire,
‰ Du volume de la venue et de la densité de l'effluent,
‰ De tous les points précédents.
10. En général, Pt1 est supérieure à Pa1 :
‰ Vrai,
‰ Faux.
11. Après fermeture du puits, on a déterminé la valeur des pressions stabilisées. Si le gain avait été plus
important :
‰ Les valeurs de Pt1 et Pa1 auraient été les mêmes,
‰ Les valeurs de Pt1 et Pa1 auraient été plus élevées,
‰ La valeur de Pt1 aurait été la même et celle de Pa1 plus faible,
‰ La valeur de Pt1 aurait été la même et celle de Pa1 plus élevée,
‰ La valeur de Pa1 aurait été la même et celle de Pt1 plus élevée.
12. La présence de cuttings dans l'espace annulaire a tendance à :
‰ Diminuer la différence entre Pt1 et Pa1,
‰ Augmenter la différence entre Pt1 et Pa1,
‰ N'a pas d'effet sur la valeur des pressions stabilisées.
13. Avec un faible volume de venue, la différence entre Pt1 et Pa1 est importante, cela implique que la venue
est probablement :
‰ Du gaz libre de faible densité,
‰ Du gaz dissous,
‰ De l'huile avec une forte proportion de gaz dissous,
‰ De l'huile contenant une très faible proportion de gaz.

© Copyright 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


Forage • Production • Gisement
Page 38
14. Après stabilisation des pressions, les pressions en tête restent constantes. Dans ce cas, on a à faire à une
venue :
‰ De liquide (eau, huile),
‰ De gaz qui s'est complètement dissous dans la boue à base d'huile,
‰ Entièrement située dans un drain horizontal,
‰ De gaz qui s'est complètement dissous dans la boue à base d'eau (gaz carbonique),
‰ L'un des 4 cas précédents.
15. Si une venue se trouve entièrement dans la partie horizontale d'un puits, après stabilisation des pressions en
tête, on aura en théorie :
‰ Pas de différence entre Pt1 et Pa1,
‰ Les mêmes valeurs de Pt1 et Pa1 que dans un puits vertical,
‰ Pa1 très supérieure à Pt1,
‰ Pt1 supérieure à Pa1.
16. Si la garniture est équipée d'une soupape étanche, il ne sera pas possible de déterminer la valeur de Pt1 à
partir de la courbe de remontée de pression :
‰ Vrai,
‰ Faux.
17. Le puits a été fermé suite à une venue en manœuvre causée par le pistonnage d'un niveau à gaz à 2 500 m,
le diamètre du trou est 8.5 pouces (36 l / m), la densité de la boue est 1.26 et le gain mesuré en surface est
de 1 000 litres. A quelle valeur de Pa1 faut-il s'attendre :
‰ 0 bar car la densité de la boue est suffisante pour tenir la couche,
‰ Au maximum à 10 bar,
‰ Environ à 15 bar,
‰ Pas moins de 20 bar.
18. Après fermeture du puits (la garniture n'est pas munie d'une soupape étanche) et stabilisation des pressions
en tête, si le gaz migre dans l'espace annulaire :
‰ La pression en tête de tiges restera constante et la pression en tête de l'annulaire augmentera,
‰ La pression en tête de tiges diminuera et la pression en tête de l'annulaire augmentera,
‰ Les deux pressions resteront constantes,
‰ Les deux pressions augmenteront.
19. La migration du gaz dans un puits est due à :
‰ La différence de densité entre le gaz et la boue de forage,
‰ Au fait qu'il y a du gaz libre (gaz non dissous dans la boue) dans le puits,
‰ La différence de température entre le gaz et la boue de forage,
‰ La perméabilité de la formation,
‰ Aux deux premiers points.

© Copyright 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


Forage • Production • Gisement
Page 39
20. Si le puits est maintenu fermé après une venue de méthane dans une boue à base d'eau :
‰ Au bout d'un temps relativement cours, le gaz va se dissoudre dans la boue et les pressions dans
l'annulaire vont très peu varier,
‰ Le gaz va migrer et conserver son volume, ce qui entraîne une augmentation régulière des pressions
dans tout le puits,
‰ Le gaz va migrer et se détendre progressivement, ce qui n'entraîne une faible augmentation des
pressions dans le puits.
21. Si le puits est maintenu fermé après une venue de gaz qui migre dans l'annulaire :
‰ Il y a risque de craquer dans le découvert uniquement lorsque le gaz est dans le découvert,
‰ Il y a risque de craquer dans le découvert uniquement lorsque le gaz est dans le tubage,
‰ Le risque de dépasser la résistance de l'ouvrage (fracturation du découvert, éclatement du casing et de
la tête de puits) augmente au fur et à mesure que le gaz se rapproche de la surface.
22. La vitesse de migration du gaz dans un puits fermé déduite de la remontée de pression observée sur les
manomètres en surface dans une boue à l'eau est de l'ordre de :
‰ 150 m /h,
‰ 300 m / h,
‰ 600 m / h,
‰ 1 200 m / h.
23. Ce qui correspond, dans une boue de densité 1.50, à une augmentation de pression de l'ordre de :
‰ 0.4 bar / min,
‰ 0.7 bar / min,
‰ 1.3 bar / min,
‰ 1.5 bar / min.
24. En réalité, la vitesse de migration du gaz ne dépend pas uniquement de la densité de la boue, elle dépend
aussi de :
‰ La dimension des bulles et de leur position dans l'annulaire,
‰ L'inclinaison du puits et des caractéristiques rhéologiques de la boue,
‰ De la densité et de la composition du gaz,
‰ De tous les points précédents.
25. Le puits a été fermé à 15 h 35 suite à une venue, la densité de la boue est 1.25. Entre 15 h 45 et 16 h, la
pression en tête de l'annulaire a augmenté progressivement de 10 bar et de façon linéaire :
‰ Cette augmentation est due à la migration du gaz et les pressions étaient stabilisées à 15 h 45,
‰ Les pressions ne sont pas encore stabilisées, la couche est toujours en train de débiter et il est
nécessaire d'attendre un quart d'heure de plus,
‰ Il ne faut pas dépasser un quart d'heure d'observation, au delà la migration devient trop importante et
il est difficile de déterminer correctement les pressions.
‰ Cela indique que le réservoir a une mauvaise perméabilité, il faut encore attendre pour obtenir des
valeurs correctes de Pt1 et Pa1.

© Copyright 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


Forage • Production • Gisement
Page 40
Correction observation et évolution des pressions suite
à la fermeture d'un puits

1. Augmenter à un taux de plus en plus faible.


2. La perméabilité de la formation, la nature des fluides dans cette formation et dans le puits. Le débit d'une
couche dépend de ces paramètres.
3. Aux valeurs obtenues au début de la partie linéaire du graphe et cela implique d'observer les pressions
pendant un temps suffisant pour s'assurer que l'on se trouve bien sur la partie linéaire.
4. La pression de fond est égale à la pression de pore de la formation et la couche cesse de débiter dans le
puits.
5. A l'entrée de l'effluent dans le puits et à la migration du gaz libre dans l'annulaire.
6. Uniquement à la migration du gaz libre dans l'espace annulaire.
7. La remontée de pression sera lente et il sera difficile de déterminer la valeur des pressions stabilisées.
8. De la pression de pore de la formation et de la densité de la boue de forage.
9. De la pression de pore de la formation, de la densité de la boue de forage et de la charge de cuttings dans
l'annulaire et du volume de la venue et de la densité de l'effluent.
10. Faux. La pression hydrostatique produite par la colonne de fluide dans l'espace annulaire est généralement
plus faible que celle produite par la colonne à l'intérieur de la garniture de forage.
11. La valeur de Pt1 aurait été la même et celle de Pa1 plus élevée. La densité de l'effluent est normalement plus
faible que la densité de la boue.
12. Diminuer la différence entre Pt1 et Pa1 (la densité des roches forées est plus élevée que la densité de la boue
utilisée). La présence de cuttings augmente la densité du fluide dans l'espace annulaire.
13. Du gaz libre de faible densité.
14. De liquide (eau, huile) ou de gaz qui s'est complètement dissous dans la boue à base d'huile ou d'une venue
entièrement située dans un drain horizontal ou de gaz qui s'est complètement dissous dans la boue à base
d'eau (gaz carbonique).
15. Pas de différence entre Pt1 et Pa1. Les pressions hydrostatiques produites par les colonnes de fluide coté
annulaire et coté garniture de la partie verticale du puits sont égales.
16. Vrai. La pression du fond n'est pas transmise en tête de tiges. Il faudra déterminer cette valeur soit en
circulation sous duse soit puits fermé en pompant avec un débit très faible.
17. 1 000 litres correspond à une hauteur de venue de l'ordre de 45 m en face de DP 5", de l'ordre de 80 m en
face de DC 6.5".
Ce qui correspond au maximum à une pression de 80 × 1.26 / 10.2 = 10 bar.
18. Les deux pressions augmenteront. La bulle migre à pression constante puisque le puits est fermé, ce qui
entraîne une augmentation de la pression en tout point du puits.
19. La différence de densité entre le gaz et la boue de forage et au fait qu'il y a du gaz libre (gaz non dissous)
dans le puits (si le gaz est dissous, il n'y aura pas de migration).
20. Le gaz va migrer et conserver son volume, ce qui entraîne une augmentation régulière des pressions dans
tout le puits. Le méthane est quasi insoluble dans l'eau, il va conserver son volume donc va migrer à
pression constante.
21. Le risque de dépasser la résistance de l'ouvrage (fracturation du découvert, éclatement du casing et de la
tête de puits) augmente au fur et à mesure que le gaz se rapproche de la surface.

© Copyright 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


Forage • Production • Gisement
Page 41
22. 300 m / h (ce qui correspond à une vitesse moyenne du gaz, certaines bulles se déplacent beaucoup plus
vite, d'autres collées à la paroi du trou ou dans une cave ne se déplacent pratiquement pas).
23. 300 × 1.50 / 10.2 = 44 bar / heure, ce qui correspond à 0.7 bar / min.
24. La dimension des bulles et de leur position dans l'annulaire, l'inclinaison du puits et des caractéristiques
rhéologiques de la boue et de la densité et de la composition du gaz.
25. Avec une boue de densité 1.25, l'augmentation de pression doit être de l'ordre de 0.6 bar / min. Donc en 15
min, la pression en tête doit augmenter d'environ 10 bar.
L'augmentation est linéaire depuis 15 h 45, donc elle est due normalement à la migration du gaz et les
pressions étaient stabilisées à 15 h 45 (début de l'augmentation linéaire).

© Copyright 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


Forage • Production • Gisement
Page 42
Estimation des risques de fracturation à la fermeture d'un puits

1. Dès la fermeture du puits, le risque de "fracturation" dans le découvert peut être estimé :
‰ En comparant la pression en tête de tiges avec la Padm calculée avec la densité de la boue initiale d1
se trouvant dans le puits au moment de la venue,
‰ En comparant la pression en tête de l'espace annulaire avec la Padm calculée avec la densité de la
boue initiale d1 se trouvant dans le puits au moment de la venue,
‰ En comparant la pression en tête de l'espace annulaire avec la Padm calculée avec la densité de la
boue nécessaire pour reprendre le contrôle primaire du puits,
‰ En comparant la pression en tête de l'espace annulaire avec la Padm calculée avec la densité de la
boue initiale d1 se trouvant dans le puits diminuée des pertes de charge dans le découvert.
2. Cette comparaison est valable uniquement si :
‰ La venue se trouve dans le découvert,
‰ Le haut de la venue se trouve dans le découvert et si la partie tubée est remplie de boue de densité
initiale d1,
‰ La venue est du gaz et si elle se trouve entièrement dans le découvert,
‰ Cette comparaison est valable quelque soit la position de la venue dans le puits mais à condition que
l'on ait de la boue de densité initiale d1 dans l'annulaire.
3. Donc, il est important, dès que l'on ferme le puits, d'estimer la position de la venue pour savoir si la
comparaison entre Pa et Padm a un sens :
‰ Vrai,
‰ Faux.
4. Dans le cas où la valeur de Pa1 est inférieure à la Padm et le volume de la venue de gaz libre est supérieur
au volume de l'espace annulaire découvert :
‰ Il n'y a aucun risque de "fracturation" même si le puits est maintenu fermé (sans purger) pendant
plusieurs heures,
‰ Il n'y a pas de risque de "fracturation" et de venue à condition de purger pour maintenir la pression de
fond constante et égale à la pression de pore de la formation qui a débité,
‰ Il n'y a pas de risque de "fracturation" et de venue à condition de purger le puits pour maintenir la
pression en tête d'annulaire constante et égale à Pa1,
‰ Il n'y a pas de risque de "fracturation" et de venue à condition de purger le puits pour maintenir la
pression en tête d'annulaire légèrement inférieure à Padm.
5. Si la partie tubée de l'espace annulaire contient de la boue gazée, la Pa réellement admissible en tête de
l'annulaire avec la boue de densité initiale d1 sera :
‰ Légèrement inférieure à la valeur calculée en considérant qu'il n'y a pas de gaz dans la boue,
‰ Très supérieure à la valeur calculée en considérant qu'il n'y a pas de gaz dans la boue,
‰ Légèrement supérieure à la valeur calculée en considérant qu'il n'y a pas de gaz dans la boue,
‰ Ce n'est pas possible de donner une réponse générale car les caractéristiques de la boue et du gaz
influencent fortement le résultat.

© Copyright 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


Forage • Production • Gisement
Page 43
6. Lorsqu'il se produit une venue en cours de forage dans un puits vertical, l'effluent est entraîné par la boue
en circulation dans l'espace annulaire. En supposant que l'effluent est du gaz, qu'il migre à une vitesse de 10
m / min dans la boue et que la vitesse de la boue est de 40 m / min dans l'annulaire, à quelle distance du
fond se trouve le haut de la venue au bout de 5 min si la circulation n'est pas arrêtée :
‰ 150 m,
‰ 200 m,
‰ 250 m,
‰ 300 m.
7. En reprenant les valeurs de la question précédente, à quelle distance du fond se trouve le haut de la venue si
la couche a débité pendant 5 min avant que la circulation soit arrêtée et si l'observation des pressions a duré
15 min :
‰ 200 m,
‰ 300 m,
‰ 400 m,
‰ 500 m.
8. Suite à une venue de gaz dans un puits foré avec une boue à base d'eau, il n'est pas possible de démarrer la
circulation après la détermination des pressions stabilisées. Pa1 est inférieure à Padm et la garniture n'est
pas équipée d'une soupape étanche. Quelle est la meilleure solution s'il est nécessaire d'attendre quelques
heures :
‰ Purger pour maintenir la pression en tête d'annulaire constante et légèrement supérieure à Pa1,
‰ Purger pour maintenir la pression en tête de tiges constante et légèrement supérieure à Pt1,
‰ Purger pour maintenir la pression en tête d'annulaire constante et légèrement inférieure à Padm,
‰ Purger pour maintenir la pression en tête de tiges constante et légèrement inférieure à Padm.
9. En reprenant la situation précédente, mais avec une garniture équipée d'une soupape étanche. Quelle serait
la meilleure solution s'il est nécessaire d'attendre quelques heures :
‰ Purger pour maintenir la pression en tête d'annulaire constante et légèrement supérieure à Pa1,
‰ Purger pour maintenir la pression en tête d'annulaire constante et légèrement inférieure à Padm,
‰ Calculer la pression en tête de l'espace annulaire à ne pas dépasser (de telle sorte que la pression au
sabot soit égale à la pression de "fracturation") et purger si la Pa atteint cette valeur,
‰ Utiliser la méthode volumétrique pour maintenir les pressions dans l'annulaire à des valeurs correctes.

© Copyright 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


Forage • Production • Gisement
Page 44
Correction estimation des risques de fracturation à la fermeture d'un puits

1. En comparant la pression en tête de l'espace annulaire avec la Padm calculée avec la densité de la boue
initiale d1 se trouvant dans le puits au moment de la venue.
2. La venue se trouve toute dans le découvert et si la partie tubée est remplie de boue de densité initiale d1.
3. Vrai.
4. Il n'y a pas de risque de "fracturation" et de venue à condition de purger pour maintenir la pression de fond
constante et égale à la pression de pore de la formation qui a débité.
5. La densité de la boue dans le tubage est inférieure à d1. Donc, la Pa réellement admissible sera légèrement
supérieure à la valeur calculée en considérant qu'il n'y a pas de gaz dans la boue.
6. La vitesse de remontée du gaz est : 40 + 10 = 50 m / min.
Au bout de 5 min, le haut de la venue sera à 250 m du fond.
7. 250 + 15 × 10 = 400 m.
8. Purger pour maintenir la pression en tête de tiges constante et légèrement supérieure à Pt1. De cette façon,
la pression de fond sera maintenue constante et légèrement supérieure à la pression de pore de la couche qui
a débité.
9. Utiliser la méthode volumétrique pour maintenir les pressions dans l'annulaire à des valeurs correctes. Avec
cette méthode, la pression de fond sera "maintenue constante".

© Copyright 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


Forage • Production • Gisement
Page 45
Calculs préliminaires à la circulation d'une venue

Le puits a été fermé suite à une venue en forage 8.5". La densité de la boue initiale d1 est 1.32.
Cote forée à laquelle s'est produite la venue : 3298 m, cote verticale correspondante : 2 884 m.
Cote mesurée du sabot : 2 532 m, cote verticale du sabot : 2 410 m.
Pression de "fracturation" au sabot : 412 bar. Volume de la venue : 1 500 litres.
Pertes de charge mesurées avec un débit réduit de 500 l / min : 45 bar.
Volume intérieur de la garniture correspondant à 1 500 coups de pompe.
Les valeurs suivantes ont été enregistrées au cours de la remontée de pression :

Temps en
0 2 4 6 8 10 12 14 16 18 20
min
Pa 0 12 21 29 35 39 42 44 45 46 47
Pt 0 3 9 15 21 27 30 32 33 34 35

1. Quelle est la valeur de Pt1 et de Pa1 :


‰ Pt1 = 30 et Pa1 = 43,
‰ Pt1 = 32 et Pa1 = 44,
‰ Pt1 = 33 et Pa1 = 45,
‰ Pt1 = 35 et Pa1 = 47.
2. Quelle est probablement la nature de l'effluent et de la boue de forage :
‰ Huile dans une boue à l'huile,
‰ Gaz dans une boue à base d'eau,
‰ Huile dans une boue à base d'eau,
‰ Venue d'eau dans une boue à l'huile.
3. Quelle est la valeur de la pression de pore PG de la formation qui a débité :
‰ 374 bar,
‰ 405 bar,
‰ 406 bar,
‰ 418 bar.

© Copyright 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


Forage • Production • Gisement
Page 46
4. Quelle est la densité requise dr de la boue pour reprendre le contrôle primaire :
‰ 1.42,
‰ 1.44,
‰ 1.46,
‰ 1.48.
5. De quelle marge de sécurité dispose t'on au niveau du sabot au moment de la stabilisation des pressions en
tête de puits :
‰ 44 bar,
‰ 56 bar,
‰ 68 bar
‰ 100 bar,
6. Quelle est la valeur de la pression initiale de circulation PR1 à 500 l / min :
‰ 45 bar,
‰ 76 bar,
‰ 77 bar,
‰ 89 bar.
7. Quelle est la valeur de la pression finale de circulation PRr à 500 l / min :
‰ 45 bar,
‰ 50 bar,
‰ 55 bar
‰ 58 bar.
8. De combien de bar / 100 coups de pompe la pression en tête de tiges doit-elle diminuer pendant l'injection
de la boue lourde dans la garniture :
‰ 1.8 bar / 100 coups,
‰ 2.3 bar / 100 coups,
‰ 3.3 bar / 100 coups,
‰ 5.1 bar / 100 coups.
9. Le volume total de boue à baryter est 350 mètres cube, quel est la masse de baryte nécessaire pour alourdir
la boue (on prendra densité de la baryte égale à 4.2) :
‰ 52 tonnes,
‰ 60 tonnes,
‰ 64 tonnes,
‰ 70 tonnes.
10. Quel sera le volume final de boue obtenu (on prendra densité de la baryte égale à 4.2) :
‰ 358 mètres cube,
‰ 365 mètres cube,
‰ 370 mètres cube,
‰ 385 mètres cube.

© Copyright 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


Forage • Production • Gisement
Page 47
Correction calculs préliminaires à la circulation d'une venue

1. Après 14 min d'observation, on constate que la pression augmente de façon linéaire à raison de 0.5 bar /min
(ce qui correspond à une valeur de vitesse de migration d'un gaz dans une boue légère).
Donc Pt1 = 32 et Pa1 = 44.
2. 750 litres correspond à une longueur maximum de venue en face des DC de l'ordre de 1 500 / 13 = 115 m.
La différence entre Pa1 et Pt1 de 12 bar. Si l'on prend ces valeurs, on obtient une densité d'effluent est de
0.25.
Il y a migration (les pressions en tête continuent s'augmenter de façon linéaire après "stabilisation des
pressions en tête". L'effluent est du gaz libre, donc la boue est à base d'eau.
3. 32 + 2 884 × 1.32 / 10.2 = 406 bar.
4. 406 × 10.2 / 2 884 = 1.44
5. La Padm avec la boue de densité 1.32 est 412 - 2 410 × 1.32 / 10.2 = 100 bar.
La longueur du découvert est de 3 298 - 2 532 = 766 m, donc la venue se trouve dans le découvert.
Pa1 est de 44 bar. Donc, on dispose d'une marge de sécurité de 100 - 44 = 56 bar.
6. 32 + 45 = 77 bar.
7. 45 × 1.44 / 1.32 ≈ 50 bar.
8. La diminution de pression est de (77 - 50) en 1 500 coups. Ce qui correspond à une diminution de (77 - 50)
× 100 / 1 500 = 1.8 bar / 100 coups.
9. 350 × (1.44 -1.32) × 4.2 / (4.2 - 1.44) = 64 tonnes.
10. 64 tonnes correspond à un volume de 64 / 4.2 = 15 mètres cube, ce qui fait un volume total de 365 mètres
cube.

© Copyright 2005 ENSPM Formation Industrie - IFP Training


Forage • Production • Gisement
Page 48

Vous aimerez peut-être aussi