Vous êtes sur la page 1sur 8

Cours RDM La flexion simple

Ch 5: La Flexion Simple:

1- Définition :
Une poutre est sollicitée à la flexion simple lorsque le système des forces extérieures
crée des efforts internes représentables en G , Le centre de gravité de chaque section droite
par un torseur des sollicitations dont les seuls éléments de réduction sont M et V (N = T = 0)
MZ et VY : Flexion simple dans le plan (x, y)
MY et Vz : Flexion simple dans le plan (x, z).
On s’intéresse dans ce qui suit à la flexion simple dans le plan (x, y).
En flexion simple, les contraintes normales  sont généralement prépondérantes
devant les contraintes de cisaillement.

2- Contraintes normales en flexion:


Les contraintes normales résultent du moment fléchissant M et les efforts tranchants
n’ont aucun effet sur leurs valeurs.
Dans le cas de la flexion pure (M  0 et V= 0), les poutres se déforment suivant des arcs de
cercle.
I

Fibre comprimée

M M

Fibre tendue Plan neutre

Cas de flexion pure


Plan neutre : C’est le lieu ou les contraintes normales sont nulles.
En flexion simple, le plan neutre passe par la ligne moyenne.  Cette dernière ne
subit donc ni allongement, ni raccourcissement.
Toutes les fibres situées au dessus du plan neutre sont comprimées et supportent des
contraintes de compression, toutes celles situées au dessous sont tendues et supportent des
contraintes de traction.

R. Belhadj 1
Cours RDM La flexion simple

La contrainte normale est donnée par la formule suivante :

M Z (x )
M = − . y
I GZ

avec M : Contrainte normale au point M. [N / mm²]


MZ(x): Moment fléchissant dans la section droite (S(x)). [N.mm]
y : Distance entre l’axe neutre et le point M [mm
IGZ : Moment d’inertie (quadratique) de la section droite S par rapport à l’axe (GZ)
[ mm4]

Compression
M

M > 0 en traction A.N


y v
x
M < 0 en compression v’

Traction

Diagramme de la contrainte normale


(cas Mz(x) > 0)

➢ Exemple1 : Y
✓Données: b

Déterminer les contraintes normales dans une poutre


de section rectangulaire (50 x 120) en mm , soumise à un G
h Z
moment fléchissant de 14,4 KN.m constant sur toute sa
longueur.

✓Réponse : y

b.h 3 50.1203
I GZ = = = 72.106 mm4 -12 MPa
12 12
y v
M 14,4.106
M =− . y=− .y A.N x
I GZ 72.106
v’
= - 0 ,2 . y N /mm² = - 0 ,2 . y MPa
12 MPa

R. Belhadj 2
Cours RDM La flexion simple

 sup = (v) = - 0 ,2 . 60 = -12 MPa


 Compression dans les fibres supérieures.
inf = (-v’) = - 0 ,2 . (- 60) = 12 MPa
 Traction dans les fibres inférieures.

 Les valeurs maximales et minimales sont atteintes en v et v’ selon le signe de M.

3- Condition de résistance:
Pour des questions de sécurité, la contrainte normale max dans la section droite la
plus chargée doit rester inférieure à une contrainte limite admissible liée au matériau et fixée
par les normes : ad ou p .
Où p : Résistance pratique à la compression ou à la traction.
M max I GZ
 max = − ; : Module de flexion
 I GZ  V
 
 V 
  max
comp
  adcomp


 max   ad  

  max
tr
  adtr

Si M >0
 M max
 I . v   ad
comp

 GZ

-  
 M
 max
. v'   adtr
 I GZ
❖ Pour les aciers :  adc   ad
tr

M max
  ad avec V = max ( v,v’) = ymax
 I GZ 
 
 V 

R. Belhadj 3
Cours RDM La flexion simple

❖ Pour le béton :  adtr   adc


 c M max
 =   adc (a)
 I GZ 
max
  
  v 

 tr = M max   tr (b)
 max  I GZ  ad

  
  v ' 
Généralement, on doit vérifier la relation (b)

➢ Exemple 2 :
✓Données:

On donne la structure suivante : (structure d série 2)

q P
A B RBx

l1 = 2 m l2 = 4 m l3 = 1 m

RAy RBy

Avec : q = 2.104 N / m ; P = 5.104 N

 adc =  adtr ,  e = 40 MPa et s = 3/2 2e e 2e

Déterminer : e
v’
- Les actions aux liaisons
- Le diagramme des moments fléchissants. G
7e
- La dimension e qui vérifie la condition de v
résistance.
La section de la poutre est la suivante :

✓Réponse :

1- Diagramme du moment fléchissant :

Mz
- 5.104 N.m
4
- 4.10 N.m

A B

 La section au point B est la section la plus sollicitée avecMzmax = 5.104 N.m


R. Belhadj 4
Cours RDM La flexion simple

2- Position du centre de gravité :


On a zG = 0 car l’axe y est un axe de symétrie de la section, donc le

centre de gravité appartient à cet axe.


2

 A .y i Gi
yG = 1
avec : A1 = e.(5.e)= 5.e² ; yG1 = 7,5.e
A
A2 = e.(7.e)= 7.e² ; yG2 = 3,5.e

A1 y G1 + A2 y G 2
 yG =  yG = 5,17e
A1 + A2
D’où v‘ = 5,17 e et v = (8.e) - (5,17.e) = 2,83.e

5- Moment d’inertie IGZ :


y
I GZ = I 1
GZ +I 2
GZ
1
b1 .h13 2e e 2e
= + A1 .( y G1 − y G )
1 2
I GZ
12
e
3
G1
+ 5.e².(7 ,5.e − 5,17.e )
5.e.e v
=
1 2
I GZ
12
G Z
b .h 3
= 2 2 + A2 .( y G 2 − y G )
2 2
et I GZ 7e
12 G2
v’
e.( 7.e ) 3
+ 7.e².(3,5.e − 5,17.e )
2
=
2 2
I GZ
12
z
D’où I GZ = 75,67.e4 o

6- Dimensionnement :
M zmax − 5.104
M = − . y=− .y
I GZ 75,67.e 4

inf =  (-v’) = - 3416,15/e3 < 0  Compression dans les fibres inférieures.


 sup= (v) = 1869,7/e3 > 0  Traction dans les fibres supérieures.
✓ Condition de résistance :
 max   ad

M max
Or  adc   adtr    ad avec V = max ( v,v’) = ymax = v
 I GZ 
 
 V 
R. Belhadj 5
Cours RDM La flexion simple

e
  inf = (v‘) = - 3416,15/e3   ad =
s

3416,15.1,5
 e 3
40.106

 e  0,0504 m  e  50,4 mm
On opte donc pour e = 51 mm

4- Contraintes de cisaillement à la flexion:


Les contraintes de cisaillement en flexion résultent des efforts tranchants et les
moments fléchissants n’ont aucune influence sur leurs valeurs.
4-1. Mise en évidence :
q F1 q F1
F2 F2

Poutre Poutre composée par


monobloc plusieures planches

Conséquences :

 
  

On remarque un glissement des planches


les unes par rapport aux autres

 Il existe un frottement qui empêche le glissement des fibres de la poutre monobloc les
unes par rapport aux autres  Il existe des contraintes longitudinales tout au long des fibres :
ce sont des contraintes tangentielles longitudinales.

IV-2. Expression de la contrainte tangentielle  :

La contrainte de cisaillement  à la distance y est donnée par :


V y .m A
 = . où mA : Le moment statique de la surface entre la fibre considérée
I GZ .b( y )
et l’extrémité de la surface par rapport à l’axe GZ.
b(y) : la largeur de la section au niveau de la fibre considérée

R. Belhadj 6
Cours RDM La flexion simple

IGZ : Moment d’inertie de toute la section par rapport à l’axe GZ.


Vy : Effort tranchant dans la section considérée..

y
avec : b(y)
mA =  A
y .dA = A. y * A
y* : l’ordonnée du centre de gravité de la surface A y y*
G z

❖ Exemples :
✓ Section rectangulaire :

A Section soumise à un effort tranchant Vy .


Déterminer l’expression de la contrainte de
G y y*
h
z
cisaillement tangentielle .

Vy .mA
=
I GZ .b( y )
avec mA =  A
y .dA = A. y *

h 1 h 1 h
A = b.( − y) et y* = y + ( − y)= ( + y)
2 2 2 2 2

1 h h  bh 
2
 mA = 
 y + .b. − y  =  − y 2 
2 2 2  2 4 

b.h 3
I GZ =
12
b(y) = b y

6.V y  h 2 2
 =  − y 
b.h 3  4
 :
 
max

Equation d’une parabole z


Pour y = h /2 et y = - h /2  = 0 MPa
V
Pour y = 0  = max = 3 . y = 3 . moy
2 A 2

R. Belhadj 7
Cours RDM La flexion simple

✓ Section circulaire :
y
b(y1)
dA
dy
Déterminons l’expression de la contrainte
y1 tangentielle .
z
R

Vy .mA
=
I GZ .b( y )
avec m A =  y .dA
A

dA = b( y ).dy où b( y ) = 2 R 2 − y 2

( )
3
R R R 2 2
 m A =  y .dA =  y .b( y )dy = 2.y. R 2 − y 2 dy = R − y12 2
y1 y1 y1 3

 .R 4
I GZ =
4

  =
4.V y
3. .R 4
(R² − y ) 1
2
:

Equation d’une parabole


Pour y = R  = 0 MPa
4 Vy
Pour y = 0  = max = . = 4 . moy
3  .R² 3

R. Belhadj 8