Vous êtes sur la page 1sur 9

LA FAMILLE

Niveau 5.1

http://www.bibledoc.com
LA FAMILLE

Bien que tout homme soit maître chez lui, il y est également un élève.
Beaucoup de leçons, et des plus importantes, ne s'apprennent qu'à la maison.
Là, nous apprenons à écouter, à aimer, à toucher, à nous préoccuper les uns des
autres, à avoir mal, à guérir et à servir. En réalité, l'esprit de service, si
nécessaire au développement de l'église locale, ne deviendra jamais une réalité
pour ceux qui ne sont pas disposés à en faire l'expérience chez eux.
Parce que la famille est «le laboratoire de la vie», c'est là que le négativisme
souvent personnalisé par Satan, fait ses ravages les plus dévastateurs. En réalité
Dieu seul est omniprésent, par conséquent le mal occupe le terrain que l’on
veut bien lui céder dans nos cœurs et nos pensées.
Pareillement, c'est dans le contexte des expériences familiales que notre esprit
est, soit épanoui et fortifié, soit chagriné et aigri. Naturellement, il est essentiel
de prendre soin de notre esprit, car c'est en lui que germent toutes nos attitudes,
bonnes ou mauvaises. Notre esprit est l'usine où se développent ces attitudes.
Les expériences au sein de la famille alimentent cette usine. Paul, à ce sujet, dit
aux Romains: «Je vous exhorte donc, frères, par les compassions de Dieu, à
offrir vos corps comme un sacrifice vivant, saint, agréable à Dieu, ce qui sera
de votre part un culte raisonnable. Ne vous conformez pas au siècle présent,
mais soyez transformés par le renouvellement de l'intelligence.»
(Romains 12:1-2).
Ici, on nous exhorte à permettre à Dieu de commencer en nous un processus
continu de transformation spirituelle, en commençant par le renouvellement de
notre intelligence.

L'auteur des Proverbes traite également de ce sujet, surtout quand il s'agit du


contrôle de notre esprit. Nous lisons: "Comme une ville forcée et sans
murailles, Ainsi est l'homme qui n'est pas maître de lui-même."
(Proverbes 25:28).
Gouverner signifie «l'aptitude à commander et la capacité de contrôler».
Proverbes 25:28 suggère que celui qui désire mûrir dans ses rapports avec les
autres doit contrôler son esprit.
Il s'agit de son propre esprit et ceci est très important. Car, lors d'une situation
difficile ou d'un problème, notre tendance, dans nos rapports humains, est de
vouloir corriger l'autre. Il en est surtout ainsi à la maison.

___________________________________________________________________

2
1. Une ville sans murailles
Jusqu'à quel point une personne qui ne maîtrise pas son esprit est-elle sans
défense?
Récemment, le John Hopkins Medical Journal publia une étude intéressante sur
le rapport existant entre le tempérament d'une personne et sa santé physique.
Depuis trois décennies, le Docteur Caroline Thomas, cardiologue, a évalué
soigneusement les caractéristiques réunies de la santé physique et mentale de
1337 étudiants qui avaient fait leur médecine pendant cette période.
Pendant leurs études, on pratiqua sur chaque étudiant un bilan de santé détaillé
et complet, ainsi qu'un ensemble de tests psychologiques. Chaque année,
depuis la fin de leurs études, ces étudiants ont remis à l'université un rapport
médical complet. Les résultats sont très intéressants. Ceux qui avaient tendance
à être maussades, d'humeur changeante, et très exigeants, avaient de loin les
plus mauvais dossiers médicaux. En effet, de ceux qui avaient cette sorte de
personnalité, 77,3% avaient souffert d'une maladie grave.
Par contre, de ceux classés comme ayant une personnalité posée et raisonnable,
seulement 25 pour cent avaient eu de sérieux ennuis de santé. Autrement dit,
plus on a des difficultés avec son esprit (ou ses attitudes), plus on est vulnérable
aux attaques physiques.
Examinons de nouveau Proverbes 25:28: "Comme une ville forcée et sans
murailles, Ainsi est l'homme qui n'est pas maître de lui-même." Quelles sont
quelques-unes des caractéristiques négatives d'une ville «sans défense», qui
nous montrent de quoi nous devrions nous garder dans nos rapports familiaux?

1.1. Une vulnérabilité croissante


Premièrement, une ville sans murailles est vulnérable aux attaques continuelles.
Du temps de l'Ancien Testament, les murailles entourant une ville formaient sa
principale base de défense. Lorsque ces murailles commençaient à se délabrer,
cela signifiait que les habitants étaient de plus en plus vulnérables. Sans
murailles pour protéger la ville, sa vulnérabilité était constante. Elle pouvait
être prise au dépourvu à chaque instant.
La même chose est vraie d'une personne qui a un esprit obstiné et sans retenue.
Elle ne sait jamais si un seul mot, de la part d'un ami ou d'un membre de la
famille, ne va pas provoquer une explosion émotionnelle. Souvent, même une
pensée dans la nuit peut susciter de tels niveaux de ressentiment chez une
personne, qu'elle en perd de nombreuses heures de sommeil. De jour en jour sa
vulnérabilité augmente et parfois aller vers le pire.

___________________________________________________________________

3
1.2. Les attitudes ennemies
Deuxièmement, une ville sans murailles est une cible privilégiée pour toutes
sortes d'ennemis. Autrefois, en Israël, les habitants d'une ville sans murailles ne
savaient jamais quel ennemi allait attaquer.
D'une direction, il se pouvait que ce soit les Moabites, d'une autre, les
Edomites. Ou cela pouvait être les Madianites un jour et les Ammonites le
lendemain. On finit par craindre tout et rien.
De même, une personne qui a un esprit agité est vulnérable aux nombreux
ennemis que sont certaines attitudes. Normalement, c'est l'orgueil qui attaque
en premier, suivi par l'envie. Ensuite, il y a la jalousie et le ressentiment, le
négativisme qui se traduit par toutes sortes de paroles négatives, des plaintes,
des critiques déplacées, des médisances. Pour celui qui a un mauvais esprit, la
liste semble sans fin.

1.3. Les guerres des soucis


Ensuite, une ville sans murailles est dans un état constant d'anxiété. Lorsque les
murailles d'une ville ancienne tombaient en ruine, les habitants de cette ville
devaient faire face à une anxiété permanente. Personne ne pouvait se reposer,
par crainte d'une attaque ennemie qui pouvait survenir à tout moment. Dormir
était souvent impossible.
Et même quand il n'y avait pas de guerre, sa seule menace pouvait être si
intense que l'anxiété était alors peut-être aussi difficile à supporter qu'une
véritable guerre.
De nouveau nous découvrons un parallèle avec celui qui garde un esprit
d'amertume. Une telle personne vit dans un état croissant de dépression.
D'habitude, elle souffre de sentiments de désespoir de plus en plus intenses.
Souvent, elle n'a aucune idée de la cause de cet état, la cause réelle ayant
disparu depuis longtemps. Une telle personne se caractérise généralement par
de profondes craintes personnelles, et par des sentiments d'insécurité de plus en
plus profonds. Son esprit est alors constamment harcelé par toutes sortes de
soucis, y compris les craintes imaginaires qui font autant de mal que les
véritables. Une telle personne pourrait dire: «Mon cœur est frappé et se
dessèche comme l'herbe [...] Chaque jour mes ennemis m'outragent»
(Psaume 102:5, 9).

1.4. Le complexe de la persécution


Un quatrième parallèle intéressant tiré de notre analogie est qu'une ville sans
murailles soupçonne tout étranger d'être un ennemi possible. Lorsque,
autrefois, les murailles qui protégeaient une ville disparaissaient, on devait
considérer avec défiance tout étranger qui s'en approchait. Ceci était vrai même
si «l'étranger» était un ancien allié.
___________________________________________________________________

4
Une telle ville était, sans aucun doute, en proie à un esprit de suspicion et de
paranoïa. La paranoïa est cette affection caractérisée par le complexe de la
persécution. Un tel esprit rendait pratiquement impossible toute communion
fraternelle avec les habitants des villes voisines. C'est ainsi que les habitants
d'une ville sans murailles ne pouvaient jamais développer la confiance
nécessaire pour établir de bonnes relations humaines.
Il en va ainsi d'une personne en colère. La confiance faisant place à l'anxiété, il
se développe alors en elle un esprit qui juge constamment les mobiles des
autres. C'est un problème qui entrave nombre de rapports familiaux. Le
scepticisme caractérise une telle personne. Elle juge de façon dangereuse et elle
devient émotionnellement instable.
Le Livre des Proverbes décrit une telle personne ainsi: Le méchant prend la
fuite sans qu'on le poursuive, (Proverbes 28:1).

1.5. L'épuisement mental


Notre dernière analogie est également très importante. Une ville sans murailles
doit consacrer la plupart de ses ressources à faire des projets pour déjouer
d'éventuelles attaques. Parce qu'en Israël la muraille entourant une ville
représentait sa principale défense, en l'absence de celle-ci, il fallait
constamment maintenir une armée en état d'alerte. Ceci occasionnait
certainement un épuisement constant, à la fois physique et moral. Peu
d'habitants pouvaient jouir pleinement de la vie.
On devait constamment faire appel aux ressources physiques et émotionnelles
des gens. Entraîner et équiper une armée efficace, dans un tel état d'esprit,
coûtait certainement bien plus cher que la construction et l'entretien de hautes
murailles.
D'une façon analogue, une personne qui, dans ses rapports familiaux, ne peut
pas contrôler son esprit, épuise souvent son énergie mentale. Ses pensées se
concentrent presque toujours sur les échecs de la journée. Un tel esprit négatif
épuise rapidement son énergie mentale et émotionnelle. Il est triste de le
constater, mais cette tension intérieure continuelle altère, à la longue, la santé
physique d'une personne. Comme dit le psalmiste: «J'ai le visage usé par le
chagrin; tous ceux qui me persécutent me font vieillir» (Psaume 6:8).

2. Les remèdes pour un rétablissement spirituel


La restauration totale des murailles mises à bas de l'esprit humain n'est pas un
but impossible. Lorsque le rétablissement s'accomplit, la santé revient, à la fois
physiquement et moralement. L'auteur des Proverbes écrivit: «L'esprit de
l'homme le soutient dans la maladie; mais l'esprit abattu, qui le relèvera?»
(Proverbes 18:14). Proverbes 14:30 ajoute: «Un cœur calme est la vie du corps,
mais l'envie est la carie des os.» Comment pouvons-nous, au sein de notre
foyer, protéger notre esprit des attaques constantes du mal? Comment pouvons-
___________________________________________________________________

5
nous le restaurer une fois le mal fait? Les sept suggestions suivantes peuvent
être utiles, surtout si on les applique à la maison.

Premièrement, on restaure un esprit en écoutant plutôt qu'en parlant. La Bible


dit ceci en Proverbes 10:19: "Celui qui parle beaucoup ne manque pas de
pécher, Mais celui qui retient ses lèvres est un homme prudent." Il est
particulièrement important d'écouter lorsque, chez soi, se produisent des
événements pouvant alimenter des sentiments de colère. En Proverbes 29:11,
nous lisons: "L'insensé met en dehors toute sa passion, Mais le sage la
contient."

Deuxièmement, on restaure un esprit en donnant plutôt qu'en prenant. La


générosité est un sujet si important qu'un principe entier, le principe de
l'engagement, lui a été réservé dans notre étude. Paul cita une parole de Jésus:
«Il y a plus de bonheur à donner qu'à recevoir» (Actes 20:35). Le célèbre
homme d'Etat britannique, Gladstone, écrivit: «L'égoïsme est le plus grand
fléau de l'humanité.» Il est triste de constater que ce fléau se cultive dans
beaucoup de rapports familiaux. On peut, néanmoins, y remédier avec des
doses régulières de générosité.

Troisièmement, on restaure un esprit en faisant confiance plutôt qu'en


doutant. De nouveau, nous citons le Livre des Proverbes: "Celui qui réfléchit
sur les choses trouve le bonheur, et celui qui se confie en l'Eternel est
heureux." (Proverbes 16:20). Ici, on décrit le bonheur comme étant un sous-
produit de la confiance, une qualité qui manque beaucoup trop dans de
nombreux rapports familiaux.

Quatrièmement, on restaure un esprit en souriant plutôt qu'en fronçant les


sourcils. Notre Seigneur recommande fréquemment à ses enfants de se réjouir.
Dans Matthieu 5:12, nous lisons: «Réjouissez-vous et soyez dans l'allégresse!»
Il est intéressant de noter que l'on nous ordonne véritablement d'être «dans
l'allégresse». Réjouissez-vous, soyez heureux! Peu de choses seront plus
efficaces pour rendre une maison heureuse qu'un engagement renouvelé à
sourire davantage! Recherchez le positif et n’évoquez pas le négatif.

___________________________________________________________________

6
Cinquièmement, on restaure un esprit en répondant plutôt qu'en questionnant.
Les Ecritures nous donnent ce sage conseil: «Une réponse douce calme la
fureur, mais une parole dure excite la colère» (Proverbes 15:1). Quelques
versets plus loin, nous trouvons: "La langue douce est un arbre de vie"
(Proverbes 15:4). Malheureusement, certains chrétiens semblent avoir
développé ce que l'on pourrait appeler «le ministère de poser des questions».
C'est un esprit qui se développe surtout au sein du foyer familial. La plupart du
temps, la première question que pose une telle personne est «Pourquoi?» Paul
avertit Timothée d'éviter ce genre de personnes, des personnes, dit Paul, qui
«produisent des discussions plutôt qu'elles n'avancent l'œuvre de Dieu dans la
foi» (1 Timothée 1:4).

Sixièmement, on restaure un esprit en félicitant plutôt qu'en se plaignant.


Remarquons la fréquence avec laquelle la Bible nous enjoint d'utiliser
sagement notre bouche. Paul dit aux Philippiens: "Faites toutes choses sans
murmures ni hésitations, afin que vous soyez irréprochables et purs, des
enfants de Dieu irrépréhensibles au milieu d'une génération perverse et
corrompue, parmi laquelle vous brillez comme des flambeaux dans le monde,"
(Philippiens 2:14,15).

Le psalmiste ajoute: «Ma pensée n'est pas autre que ce qui sort de ma bouche»
(Psaume 17:3). Rien que dans les Psaumes et les Proverbes, le sujet de l'usage
de «la bouche» est abordé 117 fois. Ce sujet est certainement très important aux
yeux de Dieu. Il connaît la puissance que peuvent avoir nos paroles sur autrui.
Dans le Livre des Proverbes, nous lisons:
«L'inquiétude dans le cœur de l'homme l'abat, mais une bonne parole le
réjouit» (Proverbes 12:25).

Finalement, on restaure un esprit en servant plutôt qu'en exigeant. Jésus est


notre meilleur exemple de croissance, à la fois chez soi, à la maison et à
l'extérieur. En parlant de sa mission sur la terre, Jésus dit: «Car le Fils de
l'homme est venu, non pour être servi, mais pour servir et donner sa vie comme
la rançon de plusieurs» (Marc 10:45). Tout comme servir est au cœur des bons
rapports et de l'unité dans l’église locale, servir est une des clés de la santé
familiale. Là où il y a des gens qui servent, il y a des gens qui croissent; là où il
y a des gens qui croissent, il y a des gens pleins de sollicitude. Là où il y a des
gens pleins de sollicitude, il y a le bonheur et la santé!

___________________________________________________________________

7
Je dois apprendre l'essentiel sur les rapports familiaux fondés sur la Parole de
Dieu et, oints par Son Esprit, je dois apprendre les principes de l'autorité divine
et vivre en les observant continuellement.

«Car le mari est le chef de la femme, comme Christ est le chef de l'Eglise, qui
est son corps, et dont il est le Sauveur. Or, de même que l'Eglise est soumise à
Christ, les femmes aussi doivent l'être à leurs maris en toutes choses. Maris,
aimez vos femmes, comme Christ a aimé l'Eglise, et s'est livré lui-même pour
elle.» (Ephésiens 5:23-25).

AUTRES TEXTES BIBLIQUES

Genèse 18: 19
1 Samuel 1:27 ; 2:22-25 ; 3: 13
Psaume 32:8-9
Proverbes 13:24 ; 19: 18 ; 22:15 ; 23:13-14 ; 29:15-17 ; 31: 10-31
Romains 12: 10-16
Ephésiens 3:13-21
Philippiens 2:1-4; 4:4-9
Colossiens 3: 18-24
Tite 2:1-5
Hébreux 12: 11
1 Pierre 3:1-7
1 Jean 2:7-11 ; 4:7-11

___________________________________________________________________

8
5.1 La Famille
Questions

1) Expliquez pourquoi la famille est un lieu primordial pour notre expérience


chrétienne.

2) A quoi peut on comparer un homme qui n’est pas maître de lui-même? Réf.

3) Comment la vulnérabilité émotionnelle d’une personne peut-elle aller vers le


pire?

4) Citez quelques attitudes ennemies qui peuvent pénétrer la forteresse de notre


cœur?

5) Que se passe t-il dans la vie de quelqu’un qui ne sait pas gagner la guerre
contre les soucis?

6) Comment peut survenir l’épuisement mental et quelles en sont les


conséquences?

7) Qu’est-ce qui accompagne le rétablissement spirituel?

8) Quelle est la première chose à faire dans nos relations familiales lorsqu’on
veut restaurer son esprit?

9) Quel est le plus grand fléau de l’humanité selon Gladstone? Comment y


remédier? Réf.

10) Qu’arrive t-il à celui qui réfléchi en se confiant en l’Eternel? Réf.

11) Comment faire parti de la solution au lieux de faire parti du problème.

12) Que peut on faire au lieu de se plaindre?

13) Quelle attitude avoir au lieu d’être exigeant? Quel exemple avons-nous en
ce domaine?

14) Quels sont les fruits d’une bonne attitude?

___________________________________________________________________