Vous êtes sur la page 1sur 2

Intégrales multiples

I65. Intégrale de volume.


Une boule de centre O et de rayon a contient la densité volumique de charge ρ = k (a 2 − r 2 ) , c’est-à-dire que
chaque petit élément de cette boule de volume d τ contient la charge ρd τ . Dans cette expression, r est la distance au
centre de la boule et k est une constante. Calculer la charge de la boule.
II51.
JJG G G G
En coordonnées sphériques (r , θ, ϕ) , un petit déplacement est dr = drur + rd θuθ + r sin θd ϕuϕ . Dans ce système
de coordonnées, la fonction d’onde de l’électron d’un atome d’hydrogène dans l’état n = 2, A = 1, m = 0 est
ψ = Ar cos θ exp ( −r / 2a ) , où a , appelé rayon de Bohr de l’atome d’hydrogène, est dans le modèle de Bohr le rayon
de l’orbite n = 1 . Exprimer en fonction de a la constante A de sorte que la fonction d’onde soit normée, c’est-à-dire
que ∫∫∫ ψ 2 d τ = 1 . Quel est l’intérêt de ce que la fonction d’onde soit normée ? On donne
tout l'espace

∫ x ne −x dx = − ( x n + nx n −1 + n(n − 1)x n − 2 + ... + n ! )e −x .

III25.
Dans l’état fondamental de l’atome d’hydrogène, la probabilité dP de trouver l’électron dans un élément de volume
dP
dτ à une distance r du noyau est telle que = A exp ( −r / a ) , où a est une constante appelée rayon de Bohr de

l’atome d’hydrogène. Calculer la valeur de la constante A qui assure que la probabilité de trouver l’électron en un
point quelconque de l’espace est égale à 1.

On donne ∫0 x n exp ( −x )dx = n !
Nota : l’électron peut se trouver à une distance du noyau supérieure à a .
IV39.
Données : énergie d’ionisation de l’atome d’hydrogène Wi = 13, 6 eV ; rayon de Bohr de l’atome d’hydrogène

a = 52, 9 pm . ∫0 x n exp ( −x )dx = n ! .
Un atome d’hydrogène dans l’état n = 2, A = 1, m = 1 possède la fonction d’onde complexe
ψ = A cos θ exp ( i ϕ ) r exp −
r
2a ( )
exp ( i ωt ) , où A est une constante positive, ω une constante réelle et ( r , θ, ϕ ) sont
les coordonnées sphériques de l’électron par rapport au noyau. La probabilité de trouver l’électron dans un petit élément
de volume d τ est proportionnelle à ψ 2 d τ .
1) Quelle est l’énergie de l’atome d’hydrogène dans cet état ?
2) Calculer A de sorte que ∫∫∫ ψ 2 d τ = 1 . Quelle est l’intérêt de ce choix de A ?
tout l ' espace
Corrigés
I.
Décomposons la boule en une suite de coquilles délimitées par deux sphères de rayons r et r + dr ; chaque
coquille a pour volume le produit de sa surface 4πr 2 par son épaisseur dr .
a ⎡ r 3 r 5 ⎤a 8πka 5
Q = ∫∫∫ ρd τ = ∫ k (a 2 − r 2 )4πr 2dr = 4πk ⎢ a 2 − ⎥ =
0 ⎢⎣ 3 5 ⎥⎦ 0 15
On peut aussi utiliser le formalisme des intégrales triples en coordonnées sphériques :
a π 2π
Q = ∫∫∫ k(a 2 − r 2 )r 2 sin θdrd θdϕ = ∫0 k(a 2 − r 2 )r 2dr ∫0 sin θ d θ ∫
0

II.
∞ π 2π
∫∫∫ ψ 2 dτ = ∫0 r 2dr ∫ sin θd θ ∫
0 0
d ϕA2 r 2 cos2 θ exp ( −r / a ) = A2 2πI 1 I 2 où:

I1 = ∫0 r 4 exp ( −r / a )dr se calcule par le changement de variable x = r / a dr = adx ;

I 1 = a 5 ∫ x 4 exp ( −x )dx = a 5 [ −( x 4 + 4x 3 + 12x 2 + 24x + 24 ) ]0 = 24a 5
π
I2 = ∫0 cos2 θ sin θd θ se calcule par le changement de variable u = cos θ du = − sin θd θ

u3 ⎡ cos3 θ ⎤ θ = π 2
Ié = ∫ −u 2du = −
3
= ⎢−
⎢⎣

3 ⎥⎦ θ = 0
=
3
2 1
On veut que 1 = A2 2π24a 5 ⇒ A =
3 32πa 5
Si la fonction d’onde n’est pas normée, la probabilité de trouver l’électron dans le volume d τ est proportionnelle à
ψ 2 d τ ; si elle est normée, cette probabilité est égale à ψ 2 d τ . Par contre, on ne peut imposer systématiquement
cette normalisation sans perdre la propriété due à la linéarité de l’équation de Schrödinger : si ψ1 et ψ 2 sont deux
solutions de l’équation de Schrödinger et λ1 et λ2 deux constantes complexes, λ1 ψ1 + λ 2 ψ2 en est aussi une
solution.
III.
Décomposons l’espace en coquilles comprises entre deux sphères de rayons r et r + dr ; chaque coquille a pour
surface 4πr 2 , pour épaisseur dr , donc pour volume d τ = 4πr 2dr . En faisant le changement de variable x = r / a :
∞ ∞ 1
1 = ∫∫∫ A exp ( −r / a ) d τ ⇒ 1/ A = ∫ 4πr 2dr exp ( −r / a ) = 4πa 3 ∫ x 2 exp(−x )dx = 8πa 3 A =
0 0 8πa 3
∞ π 2π ∞
Autre méthode : 1/ A = ∫0 r 2dr exp ( −r / a ) ∫ sin θd θ ∫
0 0
d ϕ = 4π∫
0
r 2 exp(−r / a )dr

IV.
W
1) E ( n ) = − 2i E = −3, 4 eV .
n

( ar )dr .
2π π ∞
2) d τ = dr × rd θ × r sin θd ϕ ; ∫∫∫ ψ 2 d τ = A2 ∫
0
d ϕ ∫ sin θ cos2 θd θ ∫
0 0
r 4 exp −
π −1 2
Faisons le changement de variable cos θ = u sin θd θ = −du ; d’où ∫0 sin θ cos2 θd θ = ∫1 −u 2du =
3
.
r
Faisons le changement de variable =u dr = adu ; d’où
a
( ar )dr = a

∫0 r 4 exp − ∫
5
u 4 exp ( −u )du = 24a 5 .
2 1
A2 2π 24a 5 = 1 ⇒ A = .
3 32πa 5
L’intérêt est que la probabilité de trouver l’électron dans d τ est ψ 2 d τ (et pas seulement proportionnelle à).

Vous aimerez peut-être aussi