Vous êtes sur la page 1sur 25

SEMINAIRE DIRECTEURS FINANCIERS

CESAG / CEFEB JUIN – JUILLET 2006

FINANCEMENT DES INVESTISSEMENTS

Abdoukhadire Sall
2

SOMMAIRE

I. Différents types d’investissements

II. Impact de l’investissement sur le cycle d’exploitation

III. L’approche du besoin global en cours d’année

IV. Le choix du mode de financement : Emprunts ou Capitaux


Propres

V. Les caractéristiques des prêts

Cours réservé aux participants du Séminaire CEFEB/ CESAG – Toute reproduction doit être autorisée
3

Première partie : Les différents types d’investissements

‰ Les investissements immobiliers


‰ Les investissements dits « banalisés »
‰ Les investissements sans marché secondaire
‰ Les investissements incorporels
‰ Un investissement « immatériel »
(L’augmentation du besoin en Fonds de
roulement)

Cours réservé aux participants du Séminaire CEFEB/ CESAG – Toute reproduction doit être autorisée
4

1. Les investissements immobiliers

a) Spécificité du marché

- Offre relativement fixe et limitée aux conditions du marché.


- La demande détermine les cours.
- Le risque est considérable et lié à l’instabilité du marché.
- influence des pouvoirs publics et aide au développement industriel.

b) Particularités économiques

- Utilisé directement ou loué à des tiers.


- Peut faire l’objet d’une utilisation différée.
- Peut faire l’objet d’opérations spéculatives.

c) Caractéristiques financières

- Besoins de financement considérables.


- Protège l’actif de l’entreprise des risques d’inflation mais limite les
possibilités de croissance industrielle.

2. Les investissements « banalisés »

- Existence d’un marché secondaire stable.


- Possibilité d’amortissement très rapide.
- Option entre acquisition et crédit bail

3. Les investissements sans marché secondaire

- La valeur de ces investissements est liée à celle de leur exploitation au


sein de l’entreprise. Par exemple : Complexes industriels – machines
spéciales.

Cours réservé aux participants du Séminaire CEFEB/ CESAG – Toute reproduction doit être autorisée
5

- Ils présentent un risque très élevé dans la mesure où l’entreprise ne


peut s’en dégager que par cession de l’actif à un concurrent ou
absorption par une autre société.
- L’analyse de cet investissement est effectué sur la base de critères
industriels et financiers.

4. Les investissements incorporels

- Investissements ayant trait à la propriété industrielle : brevets / licences


/ marques
- Investissements non liés à la propriété industrielle : Fonds de commerce
/ image de marque
- La rentabilité est difficile à appréhender.
- La valeur d’utilisation dépend de la société toute entière et leur coût
peut-être très élevé.
- Il faut savoir si la valeur figurant à l’actif a été acheté à un tiers ou
créée.

Cours réservé aux participants du Séminaire CEFEB/ CESAG – Toute reproduction doit être autorisée
6

Deuxième partie : L’Impact de l’investissement sur le


cycle d’exportation

‰ Critères d’analyse de l’investissement


‰ Conséquences financières de la politique
d’investissement
‰ Choix des investissements

Cours réservé aux participants du Séminaire CEFEB/ CESAG – Toute reproduction doit être autorisée
7

1. Critères d’analyse de l’investissement

• Influence sur la rentabilité


• Stabilité dans un environnement mouvant (ventes, structure
de coûts, dépendance des facteurs de production)
• Réversibilité de l’investissement
• Découpage en plusieurs tranches

2. Conséquences financières de la politique d’investissement

• Taille de l’investissement en rapport avec celui de


l’entreprise
• Délai de mise en route de l’investissement
• Délai de mise au point du nouveau matériel
• Fonctionnement économique à charge réduite

3. Choix des investissements

• Raisonnement marginal
• Raisonnement d’opportunité
• Raisonnement indépendant des sources de financement

Cours réservé aux participants du Séminaire CEFEB/ CESAG – Toute reproduction doit être autorisée
8

Troisième partie : L’approche du besoin global en cours


d’année

‰ Les flux d’exploitation


‰ Les flux acycliques
‰ Présentation des opérations
‰ Examen du passé
‰ Examen des projets de l’entreprise pour l’année
en cours
‰ Calcul de l’Excédent Brut de Trésorerie
d’Exploitation
‰ Calcul de l’Excédent Net de Trésorerie
d’Exploitation
‰ Calcul du besoin global à financer

Cours réservé aux participants du Séminaire CEFEB/ CESAG – Toute reproduction doit être autorisée
9

1. Cycle 2. Cycle de 3. Cycle de


approvisionnement production commercialisation

FLUX PHYSIQUES

Stock matière Stock en Stock de


première cours produits finis

Fournisseurs Autres fournisseurs Clients


matière et prestataires de
services

DEPENSES
FLUX MONETAIRES RECETTES

LES FLUX D’EXPLOITATION

Cours réservé aux participants du Séminaire CEFEB/ CESAG – Toute reproduction doit être autorisée
10

Fournisseurs
d’équipement de
brevets et licences

Autres entreprises

-Investissements
directs
- Remboursement - Prises de
d’emprunts et charges participation
financières (Banques)
- Dividendes
(actionnaires)

TRESORERIE
Actifs immobilisés

Produits de
Emprunts et cession d’actifs
Subventions

DESINVESTISSEMENT
Autres entreprises
Banques / Etat

Capital

Actionnaires

LES FLUX ACYCLIQUES


Cours réservé aux participants du Séminaire CEFEB/ CESAG – Toute reproduction doit être autorisée
11

OPERATIONS DE TRESORERIE OPERATIONS COMPTABLES

COMPTE DE RESULTAT BILAN

+ RECETTES TTC PRODUITS TTC


+ (Ventes facturées)
VARIATION CLIENT
- (Début / Fin)
(Ventes encaissées)

DEPENSES TTC ACHATS TTC VARIATION FOURNISSEUR


- (Achats décaissés de biens et services) - (Achats facturés) + (Début / Fin)

DEPENSES SOCIALES ET FISCALES - CHARGES DE PERSONNEL VARIATION DETTES


- PAYEES (hors TVA) ENREGISTREES (impôts et taxes) + SOCIALES

TVA DECAISSEE - TVA VENTES FACTUREES + VARIATION TVA


-
+ TVA ACHATS FACTURES - (A payer et à recupérer)
0 VARIATION STOCK VARIATION STOCK
+ (matières, en cours, produits finis) - (matières, en cours, produits finis)

PRESENTATION DES OPERATIONS

Cours réservé aux participants du Séminaire CEFEB/ CESAG – Toute reproduction doit être autorisée
12

EXAMEN DU PASSE

EXERCICE ANNEE EN COURS


MONTANT %CAHT MONTANT %CAHT MONTANT % CAHT Variat. CA
CAHT TOTAL 100% 100%
R.E.B (Rés. Économ. Brut)
B.F.D.R. (Brut)
AUGMENTATION DU B.F.D.R (Brut)
EXCEDENT BRUT DE TRESORERIE D'EXPLOITATION
- Frais financiers CT/LT
- Charges Leasing
- Remboursement Emprunt Capital
Excedent brut après dépenses financières
- Paiement impôt société
- Paiement participation salariés
- Paiement dividendes ou prélévements
- Pertes - Divers
Excedent de trésorerie d'exploitation
- Paiement investissements et autres valeurs
+ Subventions d'équiements
+ Cessions immobilisations et autres valeurs
Besoin Global Supplémentaire
+ Augmentation capital numéraire
+ Emprunts nouveaux
(+/-) Apport ou Retrait compte courant
EXCEDENT BRUT DE TRESORERIE D'EXPLOITATION
TRESORERIE

EXAMEN DU PASSE

Cours réservé aux participants du Séminaire CEFEB/ CESAG – Toute reproduction doit être autorisée
13

EXAMEN DES PROJETS DE L'ENTREPRISE SUR L'ANNEE EN COURS

EXERCICE ANNEE EN COURS


MONTANT %CAHT MONTANT %CAHT MONTANT % CAHT Variat. CA
CAHT TOTAL 100% 100%
R.E.B (Rés. Économ. Brut)
B.F.D.R. (Brut)

Projets d’investissements

• Nature
• Montant
• Objet

Conséquences de ces investissements sur le cycle d’exploitation

• Sur la rentabilité : appréciée au niveau de l’Excédent Brut


d’Exploitation (E.B.E.)
• Sur le Besoin en Fonds de Roulement (Stocks – Clients
Fournisseurs) : appréciée au niveau des volumes produits,
au niveau de l’intégration ou de l’externalisation des
activités.

Cours réservé aux participants du Séminaire CEFEB/ CESAG – Toute reproduction doit être autorisée
14

EXAMEN DES PROJETS DE L'ENTREPRISE SUR L'ANNEE EN COURS

EXERCICE ANNEE EN COURS


MONTANT %CAHT MONTANT %CAHT MONTANT % CAHT Variat. CA
CAHT TOTAL 100% 100%
R.E.B (Rés. Économ. Brut)
B.F.D.R. (Brut)
AUGMENTATION DU B.F.D.R. (BRUT)
EXCEDENT BRUT DE TRESORERIE D'EXPLOITATION

Calcul de L’Excédent Brut de trésorerie d’exploitation


Ce calcul est effectué pour l’année en cours au moyen des hypothèses de
développement de l’entreprise :
• En prenant en compte la politique générale de l’entreprise.
• En s’appuyant sur les hypothèses de fonctionnement en
fonction des différents moyens mis en œuvre (moyens
humains, matériels, investissements projets).
• En prenant en considération les deux impacts sur le cycle de
fonctionnement :
i. L’excédent brut d’exploitation (E.B.E.)
ii. Le besoin en fonds de roulement (B.F.D.R.)

Cours réservé aux participants du Séminaire CEFEB/ CESAG – Toute reproduction doit être autorisée
15

CALCUL DU CASH FLOW (E.N.T.E.)

EXERCICE ANNEE EN COURS


MONTANT %CAHT MONTANT %CAHT MONTANT % CAHT Variat. CA
CAHT TOTAL 100% 100%
R.E.B (Rés. Économ. Brut)
B.F.D.R. (Brut)
AUGMENTATION DU B.F.D.R (Brut)
EXCEDENT BRUT DE TRESORERIE D'EXPLOITATION
- Frais financiers CT/LT
- Charges Leasing
- Remboursement Emprunt Capital
Excedent brut après dépenses financières
- Paiement impôt société
- Paiement participation salariés
- Paiement dividendes ou prélévements
- Pertes - Divers
Excedent Net de trésorerie d'exploitation (Cash Flow)

Calcul de L’Excédent net de trésorerie d’exploitation


Ce calcul est effectué pour l’année en cours en tenant compte de
l’endettement existant et des conséquences prévisibles des prélèvements
de toute nature. Ce tableau permet de vérifier que le seuil d’endettement
tolérable n’est pas atteint :
• Excédent brut après dépenses financières (Solde positif sauf
si politique de très forte croissance).
• Cash Flow (Solde positif).

Cours réservé aux participants du Séminaire CEFEB/ CESAG – Toute reproduction doit être autorisée
16

CALCUL DU BESOIN GLOBAL A FINANCER

EXERCICE ANNEE EN COURS


MONTANT %CAHT MONTANT %CAHT MONTANT % CAHT Variat. CA
CAHT TOTAL 100% 100%
R.E.B (Rés. Économ. Brut)
B.F.D.R. (Brut)
AUGMENTATION DU B.F.D.R (Brut)
EXCEDENT BRUT DE TRESORERIE D'EXPLOITATION
- Frais financiers CT/LT
- Charges Leasing
- Remboursement Emprunt Capital
Excedent brut après dépenses financières
- Paiement impôt société
- Paiement participation salariés
- Paiement dividendes ou prélévements
- Pertes - Divers
Excedent Net de trésorerie d'exploitation
- Paiement investissements et autres valeurs
+ Subventions d'équiements
+ Cessions immobilisations et autres valeurs
Besoin Global à financer

Calcul du Besoin Global à financer


Après avoir calculé le cash Flow, on prend en compte les investissements
de toute nature pour l’exercice en cours. On obtient ainsi un solde
intermédiaire de trésorerie qui représente le besoin global à financer (en
supposant que les financements CT ou MLT ne sont pas remis en cause).
Ce besoin global à financer est générateur de frais financiers
supplémentaires dans la mesure où il est financé par des capitaux
empruntés.

Cours réservé aux participants du Séminaire CEFEB/ CESAG – Toute reproduction doit être autorisée
17

FINANCEMENT DES INVESTISSEMENTS : EMPRUNTS OU CAPITAUX PROPRES

EXAMEN DU PASSE

EXERCICE ANNEE EN COURS


MONTANT %CAHT MONTANT %CAHT MONTANT % CAHT Variat. CA
CAHT TOTAL 100% 100%
R.E.B (Rés. Économ. Brut)
B.F.D.R. (Brut)
AUGMENTATION DU B.F.D.R (Brut)
EXCEDENT BRUT DE TRESORERIE D'EXPLOITATION
- Frais financiers CT/LT
- Charges Leasing
- Remboursement Emprunt Capital
Excedent brut après dépenses financières
- Paiement impôt société
- Paiement participation salariés
- Paiement dividendes ou prélévements
- Pertes - Divers
Excedent net de trésorerie d'exploitation
- Paiement investissements et autres valeurs
+ Subventions d'équiements
+ Cessions immobilisations et autres valeurs
Besoin Global à financer
+ Augmentation capital numéraire
+ Emprunts nouveaux
(+/-) Apport ou Retrait compte courant
VARIATION NETTE DE TRESORERIE

Financement des investissements


En fonction de la capacité d’endettement et des choix de financements,
on fait figurer les emprunts qui financent les investissements. On aboutit
ainsi au solde de trésorerie CT venant impacter la trésorerie au début de
la période.

Cours réservé aux participants du Séminaire CEFEB/ CESAG – Toute reproduction doit être autorisée
18

Quatrième partie : Financement des investissements

‰ Financement par emprunts


‰ Financement par capitaux propres

Cours réservé aux participants du Séminaire CEFEB/ CESAG – Toute reproduction doit être autorisée
19

Cette présentation a pour objet de comparer dans le contexte


économique fiscal actuel quel est le meilleur choix financier pour
l’entreprise pour financer les immobilisations amortissables.
Faut-il avoir recours à l’emprunt ?
Faut-il faire appel aux actionnaires ?

Pour cela, nous allons procéder à la comparaison des cash flows


(nets après impôts) actualisés dans les deux situations suivantes :
• Financement par emprunts
• Financement par capitaux propres.

Quelques définitions des abréviations

M = C’est le résultat économique Brut (E.B.E.) diminué des frais


financiers CT. Ce résultat va être amputé des frais financiers sur
emprunts, des dotations aux amortissements et de l’impôt.

F = Il s’agit des frais financiers sur emprunts.

I = Montant de l’emprunt.

T = Taux de l’emprunt

A = Annuité d’amortissement

IS = Montant de l’impôt sur les sociétés

Cours réservé aux participants du Séminaire CEFEB/ CESAG – Toute reproduction doit être autorisée
20

1. Financement par emprunt

Nous allons calculer le surplus économique généré par cet investissemnt


financé à 100 % par emprunt (hypothèse simplificatrice).
Le surplus économique est défini de la façon suivante : Cash flows
actualisés diminué de l’emprunt.

On calcule d’abord, année par année, pour les n années les cash flows
nets.

Années 1 2 ……… N
Résultat économique M1 M2 ……… Mn
Brut (après frais
financiers CT)
- Frais financiers sur - T1 x I -T2xI ……… - Tn x I
emprunts
- Amortissements - A1 - A2 ……… - An
= Bénéfice M1- T1 x I – A1 M2- T2 x I – A2 ……… Mn- Tn x I – An
d’exploitation avant
impôt
Impôt société 50% du ½ (M1- T1 x I – A1) ½ (M2- T2 x I –A2) ½ (Mn- Tn x I – An)
bénéfice

Cash Flow net ½ (M1- T1 x I + A1) ½ (M2- T2 x I + A2) ½ (Mn- Tn x I + An)


(Bénéfice net +
amortissement)

N .B.: On considère que le prêt n’est pas amortissable. Pour simplifier il est « in
fine ». Pour simplifier l’impôt sur les sociétés est au taux de 50%.

On actualise maintenant les cash flows en se plaçant à la fin de l’année n.


Le taux d’actualisation est E.

Cash flows nets actualisés au taux E =


½ (M1- T1 x I + A1) + ½ (M2- T2 x I + A2)(1+ E)n-1 + ½ (Mn- Tn x I + An) (1+ E)n-2
+ ½ (Mn- Tn x I + An) (1+ E)n

Cours réservé aux participants du Séminaire CEFEB/ CESAG – Toute reproduction doit être autorisée
21

Soit au total si l’on additionne la série des cash flows actualisés au taux
E avec pour simplifier les écritures :

M = M1 + M2 (1+ E) + …………+ Mn (1+ E) n-1


A = A1 + A2 (1+ E) + …………+ An (1+ E) n-1

Somme = M/2 + A/2 – (T1 x I) / 2 (1 + (1+ E) + ………….+ (1+ E) n-1


Somme = M/2 + A/2 – (T1 x I) / 2 x (1 - (1+ E) n / 1 – (1 + E) )
Somme = M/2 + A/2 – (T1 x I) / 2 x (1 - (1+ E) n / E) )

Pour que l’investissement soit rentable il faut qu’il dégage un surplus


économique positif ou encore que la somme des cash flows actualises au
taux E soit supérieur à l’investissement.

M/2 + A/2 – (T1 x I) / 2 x (1 - (1+ E) n / E) ) - I > 0

Soit en simplifiant :
M/2 + A/2 – (T1 x I) / 2 E (1 - (1+ E) n) ) - I > 0

Si on admet pour simplifier que le taux d’intérêt T1 est égal au taux


d’actualisation alors la relation devient :
M/2 + A/2 + I/2 – I/2 (1+ E) n - I > 0

Ou encore

M/2 + A/2 – I/2 (1 + (1+ E) n) > 0

Le surplus économique est positif si cette relation est vérifiée dans le cas
du financement par emprunt.

2. Financement par capitaux propres

Dans le cas du financement par capitaux propres il n’y a pas de frais


financiers sur emprunts.
Le cash flow net de l’année i est :
Cours réservé aux participants du Séminaire CEFEB/ CESAG – Toute reproduction doit être autorisée
22

(Mi + Ai) / 2

Si l’on actualise les cash flow comme précédemment en adoptant les


mêmes conventions pour M et pour A

Somme des cash flow nets = (M+A) / 2

Le surplus économique est :


Somme des cash flows – I (1+ E) n
ou encore

(M+A) / 2 – I (1+ E) n

Pour que l’investissement puisse être considéré comme viable il faut que
la somme des cash flows soit au moins égale à la valeur de
remplacement de l’équipement arrivé en fin de service.

3. Comparaison des deux modes de financement

On compare les surplus économiques dégagés dans les deux modes de


financement :

- par emprunt :

I. M/2 + A/2 – I/2 (1 + (1+ E) n) > 0

- par capitaux propres

II. (M/2+A/2) – I (1+ E) n

Cours réservé aux participants du Séminaire CEFEB/ CESAG – Toute reproduction doit être autorisée
23

On compare I et II et on montre que I > II dans tous les cas.

M/2 + A/2 – I/2 (1 + (1+ E) n) > (M/2+A/2) – I (1+ E) n

Soit en simplifiant :

(1+ E) n > ½ (1+(1+ E) n)


2 (1+ E) n > 1+(1+ E) n
ou encore (1+ E) n > 1

Ce qui est vrai dans tous les cas.

En conclusion, le financement par emprunt des investissements


amortissables dégage un surplus économique toujours supérieur à
celui correspondant au financement par capitaux propres.
En conclusion, le choix du financement par emprunt s’impose.

Cours réservé aux participants du Séminaire CEFEB/ CESAG – Toute reproduction doit être autorisée
24

Cinquième partie : Caractéristiques des prêts

‰ Taux
‰ Amortissement du capital
‰ Durée
‰ Franchises
‰ Périodicité

Cours réservé aux participants du Séminaire CEFEB/ CESAG – Toute reproduction doit être autorisée
25

1. Taux
- Taux fixe : échéance constante et échéance progressive
- Taux variable
- Taux révisable

2. Mode d’amortissement du capital


- Amortissement financier
- Amortissement constant
- Amortissement à paliers

3. Possibilités de durée
- Durée fixe
- Durée variable

4. Franchises d’amortissement
- Franchise en capital
- Franchise totale

5. Périodicité
- Mensuel
- Trimestriel
- Semestriel
- Annuel
- Prêt « in fine »

Cours réservé aux participants du Séminaire CEFEB/ CESAG – Toute reproduction doit être autorisée