Vous êtes sur la page 1sur 13

MINISTERE DE L’EDUCATION NATIONALE

INSPECTION GENERALE DE LA PEDAGOGIE

Demi- journée d’étude sur le théâtre

Lieu : Lycée Athmane Ben Affane (M’sila)

Date: 16janvier 2018

Circonscription Msila 3

Inspecteur : Monsieur Farouk BOUALI , IEN de langue française

Public : Les professeurs de la circonscription

Professeure encadreur : Mme BARKAT Hadjira

Lieu d’exercice : Lycée Djaber Ben Hayane (Msila)

----------------------------------------------------
Déroulement du travail

1/ L’hymne national

2/ Ouverture : par M Farouk BOUALI , IEN de français, pour situer l’intérêt d’une
telle journée et rappeler les objectifs de l’étude du théâtre dans les documents
officiels

3/ Intervention de l’enseignante Mme BARKAT pour /


-Définir le théâtre : c’est quoi le théâtre ? Sa structure ?
- Ses genres ?

4/ Le théâtre dans les documents officiels (le curriculum et le document


d’accompagnement

5/ Proposition d’une activité de compréhension de l’écrit.


Texte du manuel : Monsieur Moi
Auteur : Jean Tardieu

6/ Communication d’une expérience personnelle et les difficultés rencontrées.

7/ Pause café

8/ Proposition d’activités d’apprentissage avec distribution des supports

9/ Débat autour du travail présenté et éclaircissement de certaines ambiguïtés

10/ clôture : remerciement de tous les membres qui ont participé à la réussite de ce
Travail.
I/ Définition du théâtre :
Le théâtre recouvre une grande variété de spectacles. Drames aux comédies, les
œuvres théâtrales visent généralement à provoquer émotion et réflexion chez les
spectateurs. Si le théâtre est en évolution constante, il se caractérise par un certain
nombre d’éléments tels que : scénario, mise en scène, jeux des acteurs, décor,
musique. Les costumes, le maquillage, l’éclairage, les accessoires sont également les
composantes essentielles de la production théâtrale. Même si certains spectacles se
distinguent par leur caractère abstrait, le théâtre vise à divertir et à transmettre des
valeurs morales et politiques.
Encarta 2007 « le théâtre ».
II/ Structure du texte théâtral :
une pièce de théâtre comporte plusieurs phases qui constituent l’intrigue :
a) Une exposition : Elle expose la situation initiale et ancre la pièce dans une
situation d’énonciation particulière, en informant les spectateurs sur les
personnages, le temps, le lieu …
b) Intrigue :
c) Le nœud de l’action : Il présente le problème ou le conflit.
d) Le dénouement : C’est la solution, l’état final. Selon le genre, le dénouement est
conventionnellement heureux ou tragique
III/ Les trois genres de théâtre :
Ce sont la tragédie, la comédie et le drame. A partir de ces genres se sont formés : la
comédie satyrique, le mélodrame, le vaudeville,…etc.
a)La tragédie: a évolué au XVIIe et XVIIIe siècles en France avec Corneille et
Racine. Elle cherche à éveiller pitié, terreur et admiration chez le spectateur sa
fonction est surtout morale. On peut la reconnaitre à travers les éléments suivants -une
action sérieuse ;- des personnages dignes ;- des personnages engagés par leurs passions
comme : l’honneur, l’amour, la jalousie, l’orgueil, …;- un discours « noble » ; -la
présence de la fatalité ; - un conflit sans issue, chacun semble avoir la raison ou la
justice de son côté ;- la présence de la mort.
b) La comédie : a évolué entre le XVIIe et les XXe siècles avec Molière, Marivaux,
Beaumarchais et Musset ses objectifs sont surtout divertir et faire rire le spectateur
mais aussi critiquer certains aspects sociaux et son dénouement est toujours heureux.
On peut la reconnaitre à travers les éléments suivants- une action légère ou traitée avec
légèreté ;- des personnages ordinaires ;- une fin heureuse ;- la présence de quiproquos
;- peut développer une thèse ;- il y a souvent une intrigue sentimentale ;- une occasion
de portraits souvent stéréotypés : caractères, mœurs, …etc. ;- une représentation
grossie ou caricaturale de la réalité.
c)Le drame : a été introduit à partir du XIXe siècle avec Beaumarchais qui illustre le
drame bourgeois et Vigny, Musset et Hugo qui illustrent le drame romantique. On peut
le reconnaitre à travers les éléments suivants :- un tableau de la vie quotidienne ;- des
personnages contemporains ; -une action qui tourne autour de relations sociales/
personnelles, souvent familiales ;- une intrigue à caractère psychologique.
IV/ Le discours théâtral dans les documents officiels
1/ le curriculum : 2AS
Cet objet d’étude ne sera abordé que dans les classes de lettres Le discours théâtral est
inséré dans un projet pédagogique de l’élève intitulé :
« Mettre en scène un spectacle pour émouvoir ou donner à réfléchir »
- Intention communicative : Dialoguer pour raconter
- Notions clés à faire acquérir : les modes d’exposition du récit, représentation ou
relation d’événements portés par les paroles
- Les compétences à installer dans ce projet :
1/ compétence de compréhension de l’oral :
Comprendre et interpréter une pièce de théâtre, en tant que récepteur ou en tant
qu’interlocuteur.
2/ compétence de compréhension de l’écrit :
Comprendre et interpréter un texte théâtral et exprimer une réaction face à ce discours.
3/ compétence de production orale :
Produire une scène en situation de monologue ou d’interlocution.
4/ compétence de production écrite :
Produire un texte en relation avec l’objet d’étude (produire une pièce de théâtre) et le
thème choisi, en tenant compte de la situation de communication et l’enjeu visé
(émouvoir ou donner à réfléchir)
-Compétence transversale à privilégier :
Favoriser la qualité de la communication
Niveau discursif Niveau textuel Niveau phrastique
• La visée du texte théâtral • Présentation et organisation • Lexique spécifique au
• Théâtre et mise en scène : du discours théâtral : théâtre.
Présentation et - Tableaux, actes, scènes. - • Les tournures
organisation du discours Scène d’exposition ; nœud de interrogatives et
théâtral . l’action, dénouement (coup de exclamatives
• La double énonciation du théâtre) • discours direct et
texte théâtral. • Didascalies (indications indirect.
• Le dialogue comme mode scéniques.) • distribution des temps
narratif • Les répliques : le dialogue, le par rapport à un repère
-Personnages et monologue, l’aparté. énonciatif, moment de
stéréotypes. • La caractérisation : l’énonciation.
• Le temps et l’espace portrait/caricature selon le • Les indices spatio-
dramatique point de vue. temporels
• Niveaux de langue
• Décors et lieux de l’action
(lieux évoqués et lieux
représentés)
• Durée de l’action (temps de
l’action, temps de l’histoire)

Types de supports :
• Extraits de pièces de théâtre, saynètes, synopsis de pièces, récits respectant les trois
unités (temps, lieu, action) et celles les transgressant (théâtre moderne).
• Pièces de théâtre filmées, monologues.
Exemples d’activités :
• Repérage des différents moments du schéma narratif à partir d’un extrait (acte,
tableau, scène) ou d’un synopsis de pièce.
• Complétion d’une scène théâtrale par des didascalies appropriées.
• Transformation d’un dialogue théâtral en passage narratif.
• Propositions de chutes d’une pièce d’après le début d’une intrigue.
• Improvisations spontanées inspirées de scènes de la vie courante : jeux de rôle,
scènes choisies déclamées et/ou mimées.
• Ecriture de petites scènes à partir de petites histoires humoristiques
• Théâtralisation de scènes extraites de récits en prose.
• Ecriture du canevas d’une pièce.
• Elaboration d’une intrigue à partir de la lecture d’une première de couverture.

2/Selon la nouvelle progression officielle envoyée par l’Inspection Générale de la Pédagogie nov
2017

Projet 2 : mettre en scène un spectacle pour émouvoir ou donner à réfléchir


Pratique discursive et intentions de communication : dialoguer pour raconter
Objet d’étude: le discours théâtral
Séquence : produire une saynète pour sensibiliser et agir sur le destinataire

Le canevas du projet
1/ Mise en place de la séquence par une évaluation diagnostique
Rédaction d’une courte saynète 1h
2/ Compréhension de l’oral (visionnage d’une pièce de théâtre) 1h
3/ Compréhension de l’écrit : texte1, texte2, texte3, 3h
4/ Points de langue : plusieurs propositions : 2h
-Prosodie et intonation, type de phrases, discours rapporté
- Lexique lié au théâtre : didascalies, dialogue, monologue, et aparté.
- Les différents registres : comique, fantastique, satirique, tragique
Autres faits de langue nécessaires à la compréhension du texte support
Remarque : il n’est pas obligatoire d’étudier tous ces points de langues de façon
exhaustive. Les contenus doivent être mis au service de la compréhension et de la
production
5/ Production écrite : (3h)
a) Entrainement à l’écrit : activité d’écriture : compétition d’un dialogue théâtral
Rédaction de réplique ou des didascalies prolongement d’une scène ou rédaction d’une
saynète
b) Elaboration collective d’une grille d’évaluation – activité de réécriture
Co-évaluation et amélioration d’une production d’élève

3/ Le discours théâtral dans le document d’accompagnement


Cet objet d’étude ne sera abordé que dans les classes de lettres
Le théâtre est un genre dont l’étude en classe se révèle intéressante à plus d’un titre. Il
est avant tout l’imitation d’une situation réelle que des comédiens se chargent de
représenter devant les yeux de spectateurs. L’action qu’il représente vise non
seulement la vue du spectateur, mais aussi son ouïe, car elle est soumise aussi bien aux
codes gestuels (par le corps, le jeu), que verbaux (le discours) et sonores.
A/ La double énonciation au théâtre
Le théâtre est surtout un genre littéraire où la complexité de la communication
s’exprime si bien que son exploitation didactique est très riche. En effet, la pièce
théâtrale se présente comme un texte où s’entrecroisent des énoncés multiples. Sa
représentativité sur une scène révèle la juxtaposition de deux éléments :
1- Une histoire qui obéit aux lois générales du récit, avec une action et des
personnages, une intrigue qui s’achève par un dénouement heureux dans une comédie
et triste dans une tragédie.
2- Un échange de paroles qui illustre la double communication :
a) Sur la scène (1er niveau d’énonciation) : dans les dialogues, chaque personnage de
la pièce est à la fois émetteur et récepteur de répliques, c'est-à-dire d’un message.
b) Entre la scène et le spectateur à qui l’auteur transmet, à travers les situations et les
dialogues de la pièce, son point de vue ou son message.
B/ Tableau représentatif de la double énonciation :

a) (scène) Personnages/Acteurs------------Personnages/Acteurs
b)

C/ Les informations données au théâtre


Divers subterfuges sont utilisés pour la transmission du discours verbal :
-le monologue : le personnage fait part de ses pensées les plus intimes, mais ne
s’adresse pas directement au public.
-le confident : personnage de la tragédie classique qui reçoit les confidences des
personnages principaux.
-l’aparté : ce que dit un acteur à part et qui, selon les conventions théâtrales, n’est
entendu que du public, ou le récitant (un récitant entre en scène et raconte ce qui s’est
passé, comme par exemple le rôle des messagers dans le théâtre antique, repris maintes
fois depuis).
Comme dans chaque situation réelle, le discours tenu dans le texte théâtral est celui
de plusieurs individus, personnages ou entités. Le discours de chaque personnage
dépend de sa position face à la personne à laquelle il s’adresse. Il est également défini
par les personnes qui assistent à l’échange et par la situation de communication. C’est
pourquoi les registres de langue varient. Les répliques sont perçues par les spectateurs
: cela permet de jouer sur des quiproquos entre les personnages et provoquer des effets
d’humour.
D/ Le rôle des didascalies
Le texte prononcé par l’artiste-comédien est différent des didascalies. Ces dernières
sont les indications scéniques qui permettent au lecteur de savoir qui parle (nom du
personnage) et comment celui qui parle doit jouer son texte. Ce sont des textes courts
qui concernent le texte lui-même mais qui sont le plus souvent en italique ou entre
parenthèses, répondant à un style spécifique, et utilisant particulièrement les participes.
E/ Le décor et le temps au théâtre
Le décor joue un rôle important. L’espace théâtral peut figurer un lieu socioculturel ou
autre. C’est lui qui donne son sens à la représentation et, selon les cas, la scène peut
figurer un ou plusieurs lieux. Des indications sont données par des didascalies sur le
décor, les costumes, ainsi que sur le temps : époque, date, heure. (Le temps peut aussi
apparaître dans les répliques des personnages, ou à travers le décor, comme par
exemple les lumières du jour ou de la nuit, l’horloge murale, l’architecture d’un palais
etc.)
F/ Les personnages au théâtre
Les personnages sont caractérisés en fonction :
- d’un stéréotype. (Ex : Le valet de comédies, Arlequin, Boubegra etc.)
- de leur aspect physique et de leur caractère.
- de leur rôle dans l’action (cf. le schéma actanciel dans un récit).
G/ L’importance didactique de la pièce théâtrale
Le théâtre est un support didactique utile pour diverses raisons : il libère les inhibitions
en aidant l’apprenant timide, il libère de la soumission à l’enseignant, et il développe
la créativité. De plus il est ludique, donc reposant pour les lycéens.
--------------------------------------------------------
V/ Proposition d’une activité de compréhension de l’écrit :
Support : le manuel scolaire
Texte : monsieur Moi p : 154 ; 155.
D’après : Jean- Théâtre de chambre -NRF
Objectifs d’apprentissage :
-Identifier ce qu’est un discours théâtral : sa présentation et son organisation.
- Identifier le thème, le lieu et les personnages de l’extrait étudié
-Identifier les spécificités du dialogue théâtral (répliques, indications scéniques ou
didascalies, double énonciation).
-Repérer la visée du théâtre.
Les étapes du cours :

Questions posés Réponses attendues


1/Image du texte : (5min)

Q : Comment se présente le texte ? R:


*Un titre en caractère gras, un chapeau.
*Texte en répliques (dialogue)
*L’auteur-la source d’information
Q : y’a-t-il des signes typographiques R : signes de ponctuation (…) ; ( ?) ; ( !).
particuliers ?

2/ Hypothèses de sens :(5min) R : il s’agit d’une pièce de théâtre jouée par


Lecture du chapeau d’après la lecture deux personnages (le mot scène).
du chapeau de quoi s’agit-il ? Monsieur Moi, le partenaire
3/ lecture silencieuse :(8min)
Lisez le texte et soulignez les passages
qui ne sont pas des répliques.
La lecture pour vérifier les hypothèses
de sens.
4/ compréhension : (20min)
Q1 : qui est l’énonciateur ? R1 : l’auteur Jean Tardieu
A qui s’adresse t-il ? Aux lecteurs

Q2 : quels sont les deux personnages R2 : Monsieur Moi et le Partenaire


de l’histoire ?
Q3 : Par quels pronoms personnels, se R3 : Monsieur Moi : je, nous.
désignent-ils ? Le partenaire : tu.

Q4 : A qui s’adresse Monsieur Moi ? R4 : Monsieur Moi au partenaire


A qui s’adresse le partenaire ? le partenaire à Monsieur Moi

C’est ce qu’on appelle la double


énonciation du discours théâtral :
Personnage 1 (Mr moi)
Personnage 2 : le partenaire

Le public

Q5 : où se passe la scène ? R5: sur le chemin. La nuit.


quand ?justifiez Justification : la scène plongée dans
l’obscurité.
Q6 : quel est le thème de discussion des R6 : pourquoi ils se sont arrêtés.
deux personnages ?
Caractéristiques du texte :
A/ les personnages : R : Monsieur Moi : prétentieux, il pose des
Q : trouvez les caractéristiques questions et il répond tout seul
(morales et physiques) des deux Le partenaire : stupide (son comportement
personnages ? et ses gestes : battant des mains…
Hilare (avec satisfaction)
Indécis : hésitant
Confus : qui manque de rigueur et
d'organisation
Cheveux rouges/vêtements larges.

B/ les répliques :
R :les répliques de Mr Moi : longues
Q : comment se présentent les
répétées, il aborde des sujets incohérents.
répliques des deux personnages ?
*le partenaire utilise des interjections qui
expriment : l’obéissance, l’étonnement, la
satisfaction.
*répliques répétitives hors sujet.

C/ situation ridicule :
La raison de leur arrêt car il est prétentieux,
Mr Moi : pour dégourdir (posons nos
bavard
lanternes)
par l’existence d’un obstacle inexplicable
irréductible et opaque.
Situation drôle : il a perdu de vue

Il justifie son
ignorance

D/ les indications scéniques :


Q : quelles informations nous donnent R : elles nous donnent des informations sur :
les indications scéniques (les Décor : ils posent les lanternes dans
didascalies) ? l’obscurité
Le Ton des personnages:
Avec une hâte obséquieuse
Définitif
Poursuivant
Intelligemment
Les jeux de scène :
*Le geste (battant les mains, avec un geste
d’arrêt)
*Le mouvement : prend la lanterne et la
promène de haut en bas
L’attitude des personnages : flatté il se
contente en fronçant les sourcils
Confus conciliant- protestant fièrement-
écarquillant les yeux comme sortant d’un
rêve.
Q : quelle est la visée de cette pièce de R : faire réfléchir
théâtre ? Il ne faut jamais être Monsieur Moi

Moment d’évaluation :(10min)


Situation d’intégration partielle : votre groupe prépare un exposé sur les qualités et
les défauts des gens dans la vie ; votre tâche est de lire le texte et relever les
caractéristiques de ce texte de théâtre afin de les exploiter dans cet exposé

La double énonciation Caractéristiques de l’extrait Visée du texte


du texte théâtral
L’auteur public 1/personnages 1er prétentieux
Le personnage à son 2eme, hilare, stupide Faire réfléchir : il
interlocuteur 2/répliques 1er : langue incohérente ne faut jamais être
2eme : interjection Mr Moi ni le
3/situation (ridicule) opposition entre partenaire
les deux.
4/didascalies : indication scénique sur
le décor, le ton des personnages, les
jeux de scène, les gestes, les
mouvements, l’attitude des
personnages.
TEXTE SUPPORT2 : « Harpagon volé »
La cassette d’Harpagon a été volée, il a fait venir le commissaire de la police.
Maître Jacques, bas, à part._ Voici justement ce qu’il me faut pour me venger de
notre intendant. Depuis qu’il est entré céans, il est le favori ; on n’écoute que ses
conseils ; et j’ai aussi sur le cœur les coups de bâtons de tantôt.
Harpagon _ Qu’as-tu à ruminer ?
Le commissaire, à Harpagon. _ Laissez-le faire. Il se prépare à vous contenter ; et je
vous ai bien dit qu’il était honnête homme.
Maître Jacques _ Monsieur, si vous voulez que je vous dise les choses, je crois que
c’est monsieur votre cher intendant qui a fait le coup.
Harpagon _ Valère !
Maître Jacques _ Oui.
Harpagon _ Lui ! qui me paraît si fidèle ?
Maître Jacques _ Lui-même. Je crois que c’est lui qui vous a dérobé.
Harpagon _ Est sur quoi le crois-tu ?
Maître Jacques _ Sur quoi ?
Harpagon _ Oui.
Maître Jacques _ Je le crois … sur ce que je le crois.
Le commissaire _ Mais il est nécessaire de dire les indices que vous avez.
Harpagon _ L’as-tu vu roder autour du lieu où j’avais mis mon argent ?
Maître Jacques _ Oui vraiment. Où était-il votre argent ?
Harpagon _ Dans le jardin.
Maître Jacques _ Justement ; je l’ai vu rôder dans le jardin. Et dans quoi est ce que
cet argent était ?
Harpagon _ Dans une cassette.
Maître Jacques _ Voilà l’affaire. Je lui ai vu une cassette.
Harpagon _ Et cette cassette, comment est-elle faite ? Je verrai bien si c’est la mienne.
Maître Jacques _ Comment est-elle faite ?
Harpagon _ Oui.
Maître Jacques _ Elle est faite… elle est faite comme une cassette.
Le commissaire _ Cela s’entend. Mais dépeignez-la un peu, pour voir.
Maître Jacques _ C’est une grande cassette.
Harpagon _ Celle qu’on m’a volée est petite.
Maître Jacques _ Hé ! Oui, elle est petite, si on le veut prendre par là, mais je
l’appelle grande pour ce qu’elle contient.
Le commissaire _ Et de quelle couleur est-elle ?
Maître Jacques _ De quelle couleur ?
Le commissaire _ Oui.
Maître Jacques _ Elle est de couleur… là, d’une certaine couleur… Ne sauriez-vous
m’aider à dire ?
Harpagon _ Euh ?
Maître Jacques _ N’est-elle pas rouge ?
Harpagon _ Non, grise.
Maître Jacques _ Hé ! Oui, gris-rouge ; c’est ce que je voulais dire.
Harpagon _ Il n’y a point de doute, c’est-elle assurément. Écrivez, monsieur, écrivez
sa déposition. Ciel ! À qui désormais se fier ! il ne faut plus jurer de rien ; et je crois
après cela, que je suis homme à me voler moi-même.
Molière, L’avare, 1668
------------------------------------------------------------------
VI/ Communication d’une expérience personnelle
A/ Les difficultés rencontrées sur le champ.
Un grand nombre d’enseignants rencontrent des difficultés pour mener à bien les
apprentissages dictés par le programme officiel, ayant trait au théâtre, en s’interrogeant
sur les raisons d’une telle défaillance, une partie de la réponse m’est venue des
objectifs que l’on a assignés pour l’enseignement du théâtre. En effet :
a) ces objectifs demeurent ambigus à mon sens, pourquoi ? Parce qu’on ne sait pas s’il
faut apprendre à nos enfants à saisir « le texte théâtral » comme genre littéraire qui
s’ajoute à la liste des autres textes qu’ils auront déjà étudiés (nouvelle, conte, fable,
roman, poésie …) ou alors à comprendre « le théâtre » comme étant un art qui a ses
règles et ses enjeux ?
La nuance entre les deux objectifs n’est pas facile à saisir au vu des apprentissages
proposés par le programme officiel et au vu de l’horaire imparti au projet (12 heures).
b) Le théâtre est destiné à des classes où le Français est une langue étrangère. La
charge et le flux des informations risquent de bloquer les destinataires et d’entraver le
processus d’apprentissage, les élèves n’y adhérant plus puisqu’ il ne leur procure
aucun plaisir, plus particulièrement les littéraires.
c) Notre société a cessé d’être en contact avec les arts. Le théâtre ne fait donc plus
partie du quotidien de nos enfants et ils n’y prêtent que peu d’intérêt.
c)Le choix du moment où l’on fait intervenir le projet sur le théâtre comme support
d’apprentissage n’est peut-être pas le mieux approprié. La maîtrise du texte théâtral
exige la mobilisation de compétences qui ne peuvent être installées qu’au bout d’un
processus plus long (l’ironie comme stratégie argumentative, la satire, la caricature, la
question rhétorique, l’anaphore, la métaphore comme figures de styles, la symbolique
des mots, des couleurs…) (en cours d’Arabe, le théâtre intervient en fin de la 3ème
année).
B/Les solutions proposées pour faciliter la tâche
Le diagnostic étant fait, nous devrions nous interroger sur le processus à mettre en
œuvre pour surmonter toutes ces difficultés en vue d’une meilleure prise en charge de
nos élèves. Nous devrions nous concentrer sur la démarche à suivre pour enseigner le
théâtre en classe de 2ème AS, une démarche qui nous permet de faire profiter au
maximum nos élèves tout en restant fidèles aux directives de la tutelle, et nous avons
opté pour :
a) des extraits de pièces qui reflètent (traduisent) le milieu socioculturel de l’élève
algériens (opter pour des pièces de théâtre des auteurs algériens tels que : Kateb
Yacine….
b) Opter pour des monologues des comédiens immigrés algériens et marocains
parce que ces monologues reflètent le milieu socioculturel de leurs sociétés
d’origine (vous pouvez même prendre des extraits de pièces de 4mn à 5mn qui
travaillent les objectifs de votre cours)
c) Quand à la production écrite, il faut introduire la BD qui donne à réfléchir, qui
touche les sentiments (pour aider l’élève à la production)
- la BD est un domaine de communication accessible à tous les niveaux et à tous les
âges. Si pour certains pédagogues, ce moyen ne peut avoir une place à l’école (langue
relâchée, aucun intérêt culturel) ; d’autres pensent qu’elle est bon moyen d’améliorer
la compréhension en classe, d’une part ; d’autre part, elle peut préparer les enfants et
les jeunes à la lecture des œuvres écrites (histoire identiques) ,
d) Ecriture de petites scènes à partir de petites histoires humoristiques ou à partir
d’une fable de LAFONTAINE
e) le choix des textes à proposer requiert une importance capitale. En effet, tant au
niveau de la forme que du contenu, les textes choisis devront :
- être captivants et passionnants de par le thème qui reflète le milieu socioculturel
et la langue utilisée
- permettre, au plan de la structure, de saisir sans aucune ambiguïté la forme
particulière propre au texte théâtral. Cela se fait en confrontant sans cesse ce texte
aux autres genres de textes littéraires déjà étudiés.
- de permettre, de par leur richesse, aussi bien linguistique que thématique, de saisir
les caractéristiques et les enjeux du texte théâtral.
-------------------------------------------------
. Comme exemples de supports (écrits ou oraux) choisis, je mets à votre disposition:
Texte1: Nuage de fumée de Kateb Yacine
Texte2: De quoi s’agit-il ? de Jean Tardieu (un quiproquo)
Texte3: La poudre d’intelligence (cercle des représailles) de Kateb Yacine (
janvier1955)
Texte4: La cigale et la fourmi de Jean de Lafontaine
Texte 4/ Le corbeau et le renard de LA Fantaine
Texte 5 (« Suivez le guide » de Jacques Prévert
Texte 6 « Monsieur Moi » de Jean Tardieu »
Ces deux textes des manuels, je les trouve personnellement très intéressants et très
bien adaptés pour être exploités en classe.
Texte6 : Topaze de Marcel Pagnol (1930)
Et les BD à exploiter en production écrite.

Fin