Vous êtes sur la page 1sur 8

MEDL430 Pharmacologie Générale Drs Mouawad, Le Guellec

Mardi 14.1.2014 1100-1200

1. L’Erythromycine possède une des propriétés suivantes. Laquelle ?


A. est un antibiotique de la famille des béta lactamines
B. il peut exister sous forme de sel propionate
C. il est lentement hydrolysé dans l’intestin par des amidases
D. Les lipases digestives peuvent permettre l'administration parentérale d'esters
d’erytromycine
E. Les lipases présentes dans le suc digestif rendent impossible l'administration per os de ce
médicament

2. L’atropine:
A. est un curarisant non dépolarisant
B. est un anti cholinergique central
C. se fixe sur les plaques motrices des jonctions neuromusculaires
D. se fixe sur les récepteurs périphériques parasympathiques
E. est un produit noradrénergique

3. La Pilocarpine possède toutes ces propriétes sauf une. Laquelle:


A. Est un produit naturel
B. Est un alcaloïde cholinomimétique
C. Est utilisé pour diminuer la pression intraoculaire dans le glaucome
D. Se lie électivement sur les récepteurs muscariniques
E. Est un glycoside cardiotonique

4. La Thalidomide possède une des propriétes suivantes. Laquelle ?


A. l’isomère lévogyre n’est pas hypnosédatif
B. l’isomère dextrogyre est plus toxique que le lévogyre
C. l’isomère dextrogyre n’est pas tératogène chez certaines espèces animales
D. l’isomère levogyre est tératogène
E. les réponses A, B, et C sont vraies.

5. La Lévodopa 
A. se transforme en methyldopamine dans l’organisme
B. le médicament Sinemet*est une association de la Levodopa et un inhibiteur de la Dopa
décarboxylase centrale
C. l’ association lévodopa avec la Carbidopa diminue les effets de la dopamine au niveau
périphérique et central
D. est décarboxylée au niveau de la BHE
E. utilisé comme traitement de la maladie d’Alzheimer

6. Parmi les propriétés des recepteurs muscariniques, laquelle est vraie :


A. Les recepteurs du type M1 se trouvent dans le cœur
B. Du type M3 dans les mucles lisses
C. Du type M2 dans les glandes exocrines
D. Du type M3 dans le tissu nerveux
E. Toutes les réponses sont fausses

7. Parmi les substances et médicaments ci-dessous, laquelle n’est pas un agoniste des récepteurs
muscariniques cholinergiuqes
1
A. Acétylcholine à faible dose
B. Suxamethonium
C. La pilocarpine
D. La carbaminoylcholine
E. Toutes les réponses sont exactes.

8. Parmi les applications thérapeutiques de l’Atropine, une réponse est fausse laquelle ?

A. Antispasmodique
B. Antisecretoire
C. Bronchoconstricteur
D. Mydriatique
E. Adjuvants de l’anesthésie

9. Parmi les substances et les médicaments ci-dessous, lequel est un antagoniste alpha 1
norardénergique ?
A. Acébutolol
B. Ergotoxine
C. Isoprenaline
D. Clonidine
E. Prazocine

10. Parmi les substances citées ci dessous, laquelle n’est pas un neuropeptide :
A. Enkephaline
B. Angiotensine
C. Endorphine
D. Neuropetptide y
E. Substance P

11. Les Antagonistes des récepteurs H2 de l'histamine sont responsables de :


A. la contraction des fibres intestinales lisses
B. la stimulation de la sécrétion des ions H+ par la muqueuse gastrique
C. la contraction des fibres bronchiques
D. la stimulation la libération de l'histamine à partir des mastocytes
E. l'inhibition de la sécrétion des ions H+ par la muqueuse gastrique

12. La Méthyldopa:
A. stimule la dopa décarboxylase
B. est un hypertenseur
C. est un faux médiateur sur les récepteurs béta
D. est une amine physiologique
E. est un médicament antihypertenseur

13. Les sétrons sont des médicaments antiémétiques très efficaces contre les vomissements
survenant lors des cures chimiothérapiques. Ils agissent par :
A. blocage des récepteurs 5HT2 au niveau des terminaisons nerveuses dans la paroi
intestinale (périphérique)
B. blocage surtout des récepteurs 5HT3 au niveau central
C. antagonisme des récepteurs 5HT2 centraux
D. les réponses A et B sont vraies
E. toutes les réponses sont fausses

2
14. Les carbamates comme la Prostigmine (Néostigmine*) possèdent certaines propriétés et
trouvent une ou plusieurs utilisation(s) thérapeutique(s). Une seule réponse est incorrecte parmi
les suivantes. Laquelle:

A- accélère la décurarisation postopératoire


B- traitement de la maladie d’Alzheimer au stade final
C- combat la constipation par atonie intestinale postopératoire
D- indiqué dans la myasthénie grave
E- sont des dérivés anticholinesterasiques réversibles

15. Les Organophosphorés sont des insecticides qui pourraient agir selon un seul mécanisme. Lequel:
a. ils se combinent à l'acétylcholine
b. ils potentialisent l'action de l'acétylcholinestérase
c. ils forment un complexe très stable avec l'acétylcholinestérase
d. ils réagissent avec les récepteurs cholinergiques
e. ils empêchent la libération d'acétylcholine au niveau des terminaisons nerveuses.

16. Les curarimimétiques (une réponse incorrecte) :


A. antagonistes des récepteurs nicotiniques
B. empêchent l'acétylcholine de produire le potentiel de plaque motrice
C. inhibent la transmission neuromusculaire
D. le Suxaméthonium est un curarimimétique naturel
E. l’Atracurium est un curarimimétique de synthèse

17. Parmi les médicaments suivants, lequel est lié à l'albumine avec une forte affinité et présente des
problèmes de déplacement d’autres médicaments administrées simultanément ?
A.  Paracétamol
B. Morphine
C. Quinine
D. Phénylbutazone
E. Imipramine

18. La Dopamine (une réponse incorrecte) :


A. Neuromédiateur au niveau du SNC
B. Est un neuroléptique
C. Contrôle le comportement psychomoteur
D. Le manque en dopamine est responsable de la maladie de Parkinson
E. Commande le contrôle hypophysaire en particulier de la prolactine

19. Le Furosémide et la Spironolactone


A. sont deux médicaments ayant des effets additifs par synergie potentialisatrice
B. sont deux médicaments ayant des effets additifs par synergie complète
C. sont deux médicaments ayant des effets diminués par antagoniste competitif partiel
D. sont deux médicaments ayant des effets diminués par antagoniste total
E. sont deux médicaments ayant des effets additifs par synergie partielle

20. Le Métoclopramide
A. N’est pas un médicament antivomitif
B. N’est pas un antagoniste sélectif sur les récepteurs D2 dopaminergiques centraux.
C. Ne traverse pas la barrière hématoencéphatique
D. N’agit pas au niveau péripherique
3
E. N’est pas responsable des troubles extrapyramidaux

21. Les antidépresseurs imipraminiques comme l’Imipramine


A. bloquent le recaptage de la dopamine dans les vésicules de stockage.
B. Inhibent le recaptage des cathécolamines dans les terminaisons présynaptiques
C. Bloquent spécifiquement le recaptage de l’acéthylcholine dans la fente synaptique
D. Inhibent la monoaminooxydases IMAO
E. Inhibent la cathécol O méthyltransférase ICOMT

22. La toxine botulique (une réponse incorrecte) 


A. est secretée par le Clostridium Botulinum
B. inhibe la libération spontanée et provoquée de l’acétylcholine
C. son effet se traduit par une paralysie des muscles respiratoires
D. augmente la quantité de noradrénaline dans la fente synaptique
E. se retrouve surtout dans les conserves mal stérilisées

23. La Clonidine (une réponse incorrecte) 


A. est un agoniste des récepteurs alpha 2 adrénergiques.
B. exerce une retrorégulation de la libération de la noradrénaline
C. c’est un vasoconstricteur central
D. a un effet antihypertenseur central
E. est responsable de phénomène de rebond à l’arret brusque du traitement

24. Quelle serait la conséquence de l’association médicamenteuse de la Cimétidine et les sulfamides


hypoglycémiants 
A. Hypoglycémie
B. Hémorragies
C. Saignements
D. Hypertryglycéridemie
E. Hyperacidité gastrique

25. Le Cromoglycate: Lomudal*


A. stimule spécifiquement la libération de l’histamine au niveau bronchique
B. stabilisant de la membrane des mastocytes
C. est un histaminolibérateur
D. c’est une substance de contraste iodée
E. favorise la dégranulation des mastocytes

26. Parmi les affirmations suivantes concernant les cathécolamines, une réponse est incorrecte.
Laquelle ?
A. Les trois catécholamines proviennent d'un acide aminé commun, la phénylalanine
B. La dopamine est stockée à l'extrémité du neurone dans des granules ou vésicules
présynaptiques
C. La dopamine y pénètre par transport actif
D. La synthèse de la NA se fait dans les neurones centraux et sympathiques
E. La synthèse de l'adrénaline a lieu essentiellement dans les cellules chromaffines de
l’intestin

27. Concernant les récepteurs adrénergiques postsynaptiques. Une réponse est incorrecte, laquelle.
A. β2 se trouve au niveau du foie
B. β2 se trouve au niveau des reins
C. β2 au niveau des parois vasculaires
4
D. β2 au niveau des bronches
E. β2 au niveau de l’utérus

28. Concernant les effets de stimulation des médicaments agonistes spécifiques des récepteurs Bêta
β2 Postsynaptiques, quelle serait la fausse réponse parmi celles proposées ci dessous ?
A. Vasodilatation
B. Bronchodilatation
C. Relaxation de l’utérus gravide
D. Augmentation de la glycogénolyse
E. Augmentation de la consommation de l’oxygène par le cœur

29. Parmi les substances citées ci-dessous, laquelle présente une activité pharmacologique la plus
proche à celle de l’atropine ?
A. Scopolamine
B. Noradrénaline
C. Acétylcholine
D. Carbachol
E. Suxaméthonium

30. Certains médicaments et substances toxiques sont bien excrétés par la voie salivaire sauf :
A. Mercure
B. Morphine
C. Spiramycine
D. Amphétamine
E. Imipramine

31. Toutes ces propriètes s’appliquent aux isomères de la prilocaine sauf :


A. La forme R (-) est hydrolysée rapidement
B. La forme R (-) entraîne une méthémoglobinémie
C. La forme R (-) fournit de la toluidine,
D. La forme S (+) est responsable de méthémoglobinémie
E. La forme S (+) est hydrolysée lentement

32. L’activation des récepteurs membranaires met en jeu le système de l'adénylate cyclase.
Fonctionneraient selon cette modalité:
A. les récepteurs de la sérotonine de type HT2
B. les récepteurs alpha 1 adrénergiques
C. les récepteurs alpha 2 et béta adrénergiques
D. les récepteurs muscariniques de type M1 et M3
E. les récepteurs de l'histamine de type H1

33. Toutes les affirmations suivantes concernant la Dobutamine sont correctes sauf ;
A. La forme lévogyre est un agoniste β 1 adrénergique
B. C’est un antihypertenseur
C. Prescrit dans les chocs anaphylactiques
D. La forme dextrogyre est un antagoniste alpha 1 adrénergique
E. La forme lévogyre est un agoniste alpha adrénergique

34. L’Isoprénaline ne présente pas:

A. un effet stimulant électif sur les récepteurs Bêta


B. des effets β 1 cardiaques
5
C. des effets β1 bronchiques
D. des effets β2 au niveau de l’utérus
E. des effets métaboliques β1

35. Toutes les affirmations suivantes concernant les agonistes et les antagonistes de l’histamine sont
correctes sauf :

A. la cimétidine est un antagoniste des récepteurs H2


B. l’histamine est un agoniste des récepteurs H2
C. l’histamine est un agoniste des récepteurs H1
D. la clonidine est un agoniste des récepteurs H2
E. la prométhazine est un agoniste des récepteurs H1

36. Parmi les facteurs influençant les interactions médicamenteuses un seul facteur est faux. Lequel ?

A. La nature de la maladie
B. Dose
C. Voie d'administration
D. Chronologie de l'administration
E. Nature des médicaments associés

37. Toutes les affirmations suivantes concernant les interactions médicamenteuses sont correctes
sauf une :
A. L’interaction de deux substances peut se produire soit sur les mêmes récepteurs
soit sur des récepteurs différents
B. La synergie additive complète s’exerce sur des récepteurs différents avec des
effets qui s'ajoutent totalement
C. l’antagonisme partiel a comme résultat une diminution de l’effet
D. l’antagonisme total a comme résultat une annulation de l’effet
E. La synergie potentialisatrice s'exerce entre deux substances A et B possédant une
activité qualitativement différente

38. Concernant La sérotonine, une seule réponse parmi les suivantes est incorrecte. Laquelle ?

A. Les IMAO augmentent la teneur cérébrale en sérotonine


B. La sérotonine est le précurseur de la mélanine
C. La clomipramine inhibe sélectivement le recaptage de la sérotonine
D. Les imipraminiques bloquent le recaptage neuronal de la sérotonine et de la
noradrénaline
E. La pCPA permet d’obtenir expérimentalement une déplétion de la teneur cérébrale
en sérotonine

39. Le dosage sanguin du médicament chez un patient traité par ce médicament


A. N’a aucune utilité
B. Est utilisé pour réadapter la posologie de ce médicament s’il a une marge
thérapeutique large
C. Est utilisé pour choisir la posologie de départ
D. Est utilisé pour réadapter la posologie de ce médicament s’il a une marge
thérapeutique étroite
E. Peut se faire à n’importe quel moment du traitement
40. La pharmacocinétique chez un nouveau-né de 21 jours présente les caractéristiques suivantes
6
A. Le débit de filtration glomérulaire est égal à celui d’un adulte
B. Les réactions de glucuronoconjugaison sont matures
C. La fonction de sécrétion tubulaire est égale à celle d’un adulte
D. La clairance rénale des médicaments est élevée
E. L’intervalle d’administration des médicaments doit être augmenté

41. Parmi les propositions suivantes concernant une mutation sur le gène codant une enzyme du
métabolisme, une seule est fausse
A. Elle est transmissible à la descendance
B. Elle est retrouvée à la même fréquence dans tous les groupes ethniques
C. Elle modifie l’activité de l’enzyme
D. Elle contribue à la variabilité de la pharmacocinétique des substrats de l’enzyme
E. Elle modifie la quantité d’enzyme synthétisée par l’organisme

42. Parmi les anomalies géniques suivantes, laquelle est associée à une hyperactivité du CYP2D6
A. La délétion du gène CYP2D6
B. L’homozygotie CYP2D6*1/*1
C. L’homozygotie CYP2D6 *1x3
D. La mutation appelant un codon STOP en position 789 de l’ARNm
E. L’homozygotie CYP2D6*4/*4

43. Parmi les propositions suivantes concernant un patient chez qui une mutation a été trouvée sur
le gène d’une enzyme du métabolisme, une seule est fausse
A. Les médicaments substrats de l’enzyme sont contre-indiqués
B. La posologie des médicaments substrats devra être adaptée
C. On donnera cette information au patient
D. On peut compléter l’exploration par un test phénotypique
E. Les médicaments co-administrés peuvent modifier l’impact de cette mutation

44. Les réactions d’hypersensibilité aux médicaments


A. Résultent de l’activation de l’immunité humorale
B. Sont dites « dose-dépendantes »
C. Ne contrent-indiquent pas la réintroduction du traitement
D. Peuvent parfois être prévenues par la mise en œuvre d’explorations
pharmacogénétiques pré-thérapeutiques
E. Sont liées à la présence d’un allèle muté du CYP2D6

45. Les effets indésirables des médicaments


A. Sont bien mis en évidence au cours du développement clinique des médicaments
B. Sont parfois évitables
C. Peuvent être totalement contrôlés chez tous les patients
D. N’entraînent jamais le décès du patient
E. N’existent que parce que les patients suivent mal la prescription médicale

46. Les explorations pharmacogénétiques individuelles

A. Ont pour but de mieux prédire les effets de certains médicaments chez un patient
donné
B. N’ont aucune application concrète à ce jour
C. Ne sont jamais mentionnées par les autorités de santé (FDA, ANSM ex-AFSSaPS,…)
dans les Résumés des Caractéristiques du Produit
D. Ne sont jamais conduites a posteriori car « c’est trop tard »

7
E. Concernent divers processus impliqués dans la pharmacocinétique mais pas dans
la pharmacodynamie

47. L’allèle HLAB*5701


A. Est impliqué dans la toxicité musculaire des statines
B. Est plus fréquent chez les sujets qui développent une réaction d’hypersensibilité à
l’abacavir que chez ceux qui n’en font pas.
C. Est un gène de résistance du VIH
D. A une valeur prédictive positive du risque de réaction d’hypersensibilité à l’abacavir
de 100%
E. A une valeur prédictive négative du risque d’hypersensibilité à l’abacavir de 20%

48. Pour une enzyme du métabolisme, la corrélation phénotype-génotype est parfois mauvaise,
parce que
A. Ces deux notions n’ont rien à voir
B. Le génotype est variable, notamment sous l’effet de facteurs environnementaux
C. Le phénotype est variable, notamment sous l’effet de facteurs environnementaux
D. Le phénotype d’une enzyme ne peut pas être déterminé, empêchant d’étudier la
corrélation
E. Les enzymes du métabolisme ne sont pas sous contrôle génétique

49. Le génotypage d’un sujet pour une enzyme du métabolisme


A. Repose sur des techniques de biologie moléculaire
B. Est effectué à partir de biopsies hépatiques
C. Est pratiqué dans tous les laboratoires d’analyse médicale (hospitalier ou privé)
D. Doit être renouvelé avant chaque prescription d’un substrat de cette enzyme
E. N’est pratiqué qu’à visée de recherche et le résultat ne sera pas utile au patient

50. Le transporteur membranaire OATP1B1


A. Est impliqué dans l’efflux des statines hors de la cellule hépatique
B. N’existe pas
C. Est codé par le gène HMGCo-A
D. Présente diverses mutations qui altèrent sa fonction
E. Peut voir son activité augmentée en présence d’un inhibiteur des transporteurs