Vous êtes sur la page 1sur 69

Anatomie pathologique Cardiologie et pathologie vasculaire

Spécialité Spécialité

33 8
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Quel est le médiateur de l'inflammation libéré par les macrophages L'auscultation cardiaque au deuxième espace intercostal droit
à la suite d'une transformation de l'acide arachidonique par la voie entend habituellement en cas de rétrécissement aortique orificiel
de la cyclooxygénase? peu serré :

A - Lysozyme A- Un souffle protosystolique et un deuxième bruit normal


Proposition A Proposition A

B - Prostaglandine E2 B- Un souffle holosystolique et un galop protodiastolique


Proposition B Proposition B

C - Leucotriène B4 C- Un souffle mésosystolique et une abolition du deuxième bruit


Proposition C Proposition C

D - PAF (facteur d'activation plaquettaire) D- Un double souffle systolodiastolique


Proposition D Proposition D

E - Cachectine E- Un souffle mésosystolique et un deuxième bruit normal


Proposition E Proposition E

résultat
Bonne(s) réponse(s) : B résultat
Bonne(s) réponse(s) : E

L'acide arachidonique donne naissance, sous l'influence d'une enzyme. La QCM : 2/88/I
cyclo-oxygénase, aux PG. C : La diminution de B2 = sténose serrée
C : substance libérée par les neutrophiles et les polynucléaires, sous Souffle éjectionnel = souffle mésosystolique
l'influence d'une enzyme, la lipo-oxygénase, dérive de l'acide arachidonique.

Anatomie pathologique Cardiologie et pathologie vasculaire


Spécialité Spécialité

40 18
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Quel est le type histologique le plus fréquemment rencontré dans le La fréquence cardiaque chez le nouveau-né normal à terme,
cancer de l'endomètre? éveillé, en dehors des cris, est :

A - Adéno-acanthome A - 50 à 70/mn
Proposition A Proposition A

B - Carcinome épidermoïde B - 70 à 100/mn


Proposition B Proposition B

C - Carcinome mixte C - 100 à 120/mn


Proposition C Proposition C

D - Adénocarcinome D - 120 à 160/mn


Proposition D Proposition D

E - Adénocarcinome à cellules claires E - 160 à 180/mn


Proposition E Proposition E

résultat
Bonne(s) réponse(s) : D résultat
Bonne(s) réponse(s) : D

Connaissance. QCM : 6/91/I - Il s'agit d'un QCM peu modifié.


Nota : . Fréquence cardiaque : 120 à 140/mn
. Fréquence respiratoire : 30 à 50/mn
. PA systolique : 60 à 80 mmHg
. Première miction avant la 48ème heure de vie

Anatomie pathologique Cardiologie et pathologie vasculaire


Spécialité Spécialité

69 70
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Les maladies suivantes donnent des lésions tuberculoïdes : Une surcharge volumétrique du ventricule gauche est induite par :

A - Sarcoïdose A - Rétrécissement valvulaire aortique


Proposition A Proposition A

B - Lèpre B - Insuffisance aortique


Proposition B Proposition B

C - Yersiniose C - Insuffisance mitrale


Proposition C Proposition C

D - Maladie de Crohn D - Communication interventriculaire


Proposition D Proposition D

E - Réaction à corps étranger E - Communication interauriculaire


Proposition E Proposition E

résultat
Bonne(s) réponse(s) : A B C D résultat
Bonne(s) réponse(s) : B C D

Sans commentaire. IR : 7/90


A : Commence au début par une hypertrophie pariétale réactionnelle à la
surcharge barométrique sans variation du volume ventriculaire
B, C, D : Surcharge volumétrique IA, IM, CIV
E : Evidemment non ( surcharge volumétrique du VD)

Cardiologie et pathologie vasculaire Cardiologie et pathologie vasculaire


Spécialité Spécialité

5 93
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Quel est le signe le plus fidèle pour affirmer la positivité d'une Dans le traitement de l'hypertension artérielle essentielle, les
épreuve d'effort réalisée pour le diagnostic d'une insuffisance diurétiques thiazidiques :
coronarienne?
A - Peuvent être associés entre eux avec effet synergique
Proposition A

A- Sus-décalage du segment ST ³ 0,5 mm B - Sont tous hypokaliémiants


Proposition A Proposition B

B- Extrasystolie ventriculaire C - Sont recommandés en association avec d'autres


Proposition B Proposition C

C- Sous-décalage du segment ST ³ 1 mm antihypertenseurs


Proposition C

D- Négativation de l'onde T D - Sont particulièrement efficaces en cas d'insuffisance rénale


Proposition D Proposition D

E- Apparition de la douleur associée


Proposition E

résultat
Bonne(s) réponse(s) : C Proposition E
E - Peuvent être indiqués en première intention
résultat
Bonne(s) réponse(s) : B C E
Sous-décalage horizontal ou descendant d'au moins 1 mm et persistant ou
moins 0,08 s après le point J. A : Peuvent être associés à des diurétiques épargneurs de potassium
Cardiologie et pathologie vasculaire Cardiologie et pathologie vasculaire
Spécialité Spécialité

98 42
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

A l'origine d'un oedème aigu pulmonaire, on peut trouver : L'image artériographique de l'embolie artérielle aiguë récente d'un
membre se distingue de celle de la thrombose artérielle aiguë de
A - Rétrécissement aortique valvulaire celui-ci par :
Proposition A

B - Rétrécissement mitral
Proposition B

C - Trouble du rythme supra ventriculaire A - Le désert artériographique sous-jacent qui l'accompagne


Proposition C Proposition A

D - Hypertension artérielle B - L'aspect régulier et souvent cupuliforme du pôle supérieur de


Proposition D Proposition B

E - Rétrécissement pulmonaire l'obstacle


Proposition E

résultat
Bonne(s) réponse(s) : A B C D Proposition C
C - L'importance notable du développement des voies de
suppléance
Sans commentaire. Proposition D
D - Son niveau qui affecte constamment une bifurcation artérielle
E - L'aspect souvent normal des axes artériels sus-jacents à
Proposition E

l'obstacle
résultat
Bonne(s) réponse(s) : A B E

Le caractère pathologique des axes artérielles ainsi que l'importance de la

Cardiologie et pathologie vasculaire Cardiologie et pathologie vasculaire


Spécialité Spécialité

31 11
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Un malade en insuffisance cardiaque globale a des oedèmes des L'ischémie myocardique entraîne un certain nombre de
membres inférieurs. Sa natrémie est à 128 mmol/l. Indiquez la (les) modifications métaboliques et hémodynamiques. Laquelle des
réponse(s) exacte(s) : propositions suivantes ne peut être observée dans cette situation?

A - Il existe une hyperhydratation extracellulaire et intracellulaire A - Altération de la relaxation ventriculaire


Proposition A Proposition A

B - Il existe une hyperhydratation extracellulaire et une B - Diminution de la pression télédiastolique du ventricule gauche
Proposition B Proposition B

deshydratation intra-cellulaire C - Anomalies de la cinétique pariétale du ventricule gauche


Proposition C

C - Le traitement doit comporter une restriction sodée avec apports D - Production de lactate par le myocarde
Proposition C Proposition D

liquidiens libres E - ƒlévation de la fréquence cardiaque


Proposition E

Proposition D
D - Le traitement doit comporter une restriction hydrique associée à
résultat
Bonne(s) réponse(s) : B
un régime normo-sodé
Proposition E
E - Le traitement doit comporter une restriction hydrique et sodée IR : 6/86
résultat
Bonne(s) réponse(s) : A E L'ischémie myocardique provoque un trouble de cinétique segmentaire
et/ou global d'o• l'augmentation de la pression télédiastolique du ventricule
L'hyperhydratation extracellulaire traduite par les oedèmes des membres gauche.

Cardiologie et pathologie vasculaire Cardiologie et pathologie vasculaire


Spécialité Spécialité

39 13
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Quels sont parmi ces signes, ceux qui doivent faire rechercher une Quelle lésion doit-on évoquer en premier lieu devant l'apparition
embolie pulmonaire chez un patient atteint d'insuffisance cardiaque d'un bloc auriculo-ventriculaire complet au cours de l'évolution
: d'une endocardite bactérienne?

A - Hémoptysie A - Perforation d'une sigmoïde aortique


Proposition A Proposition A

B - Troubles du rythme B - Perforation septale


Proposition B Proposition B

C - Décompensation de la cardiopathie C - Abcès septal


Proposition C Proposition C

D - Fièvre à 38°C D - Embolie coronaire


Proposition D Proposition D

E - ƒpanchement pleural séro-hémorragique E - Rupture d'un cordage de la mitrale


Proposition E Proposition E

résultat
Bonne(s) réponse(s) : A B C D E résultat
Bonne(s) réponse(s) : C

L'embolie pulmonaire doit être systématiquement évoquée et recherchée. IR : 4/88


E : Evoque un infarctus pulmonaire Dž à la lésion du faisceau de His.
Constitue une indication opératoire.

Cardiologie et pathologie vasculaire Cardiologie et pathologie vasculaire


Spécialité Spécialité

40 23
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

La syncope d'effort est un symptôme habituellement observé dans : Parmi les propositions relatives à une sténose aortique serrée, une
seule est inexacte, laquelle?
A - Une cardiomyopathie obstructive
Proposition A

B - Un myxome de l'oreillette A - Le deuxième bruit est diminué ou aboli


Proposition B Proposition A

C - Un rétrécissement aortique valvulaire B - L'orifice valvulaire aortique est souvent calcifié à l'écho
Proposition C Proposition B

D - Un bloc auriculo-ventriculaire du troisième degré C - Il peut exister un discret souffle diastolique


Proposition D Proposition C

E - Une hypertension pulmonaire primitive D - Un B3 de remplissage rapide est souvent perçu


Proposition E Proposition D

résultat
Bonne(s) réponse(s) : A C E Proposition E
E - Il existe sur l'ECG un aspect d'hypertrophie ventriculaire gauche
avec surcharge systolique
La syncope d'effort est classique dans la cardiomyopathie obstructive et le résultat
Bonne(s) réponse(s) : D
rétrécissement aortique mais elle peut également se rencontrer dans
l'HTAP primitive. IR : 6/89
Les syncopes du myxome de l'oreillette sont classiquement posturales et D : plutôt présent dans l'insuffisance mitrale
les BAV paroxystiques donnent lieu à des syncopes à l'emporte-pièce sans
rapport avec l'effort.
IR : 3/88
Cardiologie et pathologie vasculaire Cardiologie et pathologie vasculaire
Spécialité Spécialité

39 26
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Lors de l'exploration hémodynamique d'une valvulopathie, la A l'origine d'une embolie pulmonaire, on peut retrouver :
constatation d'une onde V très ample (40 à 50 mmHg) sur la
courbe de pression capillaire pulmonaire est très évocatrice d'une A - Endocardite bactérienne mitro-aortique
Proposition A

lésion valvulaire. Laquelle? B - Thrombose intraventriculaire droite


Proposition B

C - Thrombose des veines profondes d'un membre inférieur


Proposition C

A - Une insuffisance mitrale D - Anévrysme de l'aorte abdominale


Proposition A Proposition D

B - Une insuffisance aortique E - Thrombose murale du ventricule gauche


Proposition B Proposition E

Proposition C
C - Un rétrécissement mitral
résultat
Bonne(s) réponse(s) : B C
D - Un rétrécissement aortique
Proposition D

Proposition E
E - Une insuffisance tricuspide IR : 7/88
résultat
Bonne(s) réponse(s) : A Les lésions causales d'une embolie pulmonaire peuvent se situer sur le
trajet veineux et/ou le "coeur droit".
Due à la régurgitation systolique transvalvulaire du sang dans l'oreillette A, D, E : Cause d'embolies artérielles
gauche et par continuité dans les capillaires pulmonaires.

Cardiologie et pathologie vasculaire Cardiologie et pathologie vasculaire


Spécialité Spécialité

93 96
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Une lésion sténosante de l'origine de la carotide interne est Parmi ces signes électrocardiographiques apparaissant sous
évoquée devant : traitement digitalique, relever celui (ceux) qui impose(nt) l'arrêt du
traitement :
A - Cécité monoculaire et hémiplégie controlatérale
Proposition A

B - Hémiplégie et syndrome cérébelleux controlatéral A - Rythme sinusal à 70/mn PR : 0,20 s


Proposition B Proposition A

C - Souffle sous-angulo-maxillaire systolique B - Tachysystolie auriculaire


Proposition C Proposition B

D - Un syndrome de Wallenberg C - Décalage inférieur et concave vers le haut du segment ST


Proposition D Proposition C

E - Accidents transitoires répétitifs associant une aphasie et une D - Raccourcissement du segment QT


Proposition E Proposition D

hémiplégie brachio-faciale E - Extrasystoles ventriculaires polymorphes


Proposition E

résultat
Bonne(s) réponse(s) : C E résultat
Bonne(s) réponse(s) : B E

IR : 1/87 B et E : Signes d'intoxication digitalique


C : Le souffle apparaît en général quand la sténose dépasse 50 % de la Rq : La tachysystolie auriculaire est le signe le plus précoce.
lumière vasculaire et disparaît lors des sténoses très importantes
(supérieur à 80 %)
E : Accidents ischémiques transitoires dans le territoire cérébral antérieur

Cardiologie et pathologie vasculaire Dermatologie


Spécialité Spécialité

96 17
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

La survenue d'un bloc complet de la branche droite du faisceau de Chez un homme, des ulcérations buccales et génitales récidivantes
His à la phase aiguë de l'infarctus du myocarde antérieur étendu : font
évoquer en premier une des 5 affections suivantes :
A - Précède la rupture du coeur
Proposition A

B - Est un élément de mauvais pronostic A - Lichen plan érosif


Proposition B Proposition A

C - Nécessite l'arrêt des dérivés nitrés B - Candidose


Proposition C Proposition B

D - Fait craindre la survenue prochaine d'un bloc auriculo- C - Aphtose


Proposition D Proposition C

ventriculaire complet D - Herpès


Proposition D

E - Est une contre-indication aux bêta-bloqueurs E - Syphilis secondaire


Proposition E Proposition E

résultat
Bonne(s) réponse(s) : B D E résultat
Bonne(s) réponse(s) : C

B D ou B D E (selon les "ƒcoles") QCM : 4/90/I


Maladie de Behcet
B, D : Les troubles de la conduction au cours des IDM antérieurs imposent
une montée de Sonde d'Entraînement Electro-Systolique (SEES).
E : A éviter, en pratique, si on craint la survenue d'un BAV complet
Cardiologie et pathologie vasculaire Dermatologie
Spécialité Spécialité

10 21
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Une embolie artérielle d'un membre peut résulter de : La plaque de psoriasis est caractérisée par :

A - Myxome de l'oreillette gauche A - Son manque de limitation


Proposition A Proposition A

B - Rétrécissement mitral B - Sa desquamation importante


Proposition B Proposition B

C - Endocardite bactérienne C - Sa vésiculation


Proposition C Proposition C

D - Fibrillation auriculaire D - Son infiltration profonde


Proposition D Proposition D

E - Anévrysme de l'aorte thoracique E - Sa localisation préférentielle sur le visage


Proposition E Proposition E

résultat
Bonne(s) réponse(s) : A B C D E résultat
Bonne(s) réponse(s) : B

IR : 2/90 A : Faux, bien limité


A, B, D : Par migration d'un thrombus intra-auriculaire gauche C : Non, pustules amicrobiennes possibles
C : Par embolie septique D : Non, il s'agit d'un érythème (infiltration profonde : papules, nodules)
E : Par migration d'un thrombus intra-anévrysmal E : Non, face d'extension des membres, région lombosacrée
Dermatologie Dermatologie
Spécialité Spécialité

57 3
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Le signe de Koplick correspond à : A propos des mycoses superficielles, il est exact que :

A - Ulcération des piliers des amygdales A - La griséofulvine est active sur les Candida Albicans et sur les
Proposition A Proposition A

B - Aphtes sur la muqueuse gingivale dermatophytes


Proposition B

C - Semis de taches blanchâtres sur la muqueuse buccale B - Un intertrigo du pli interfessier est, en règle générale, dž à une
Proposition C Proposition B

D - Purpura du voile du palais mycose


Proposition D

E - Petite vésicule sur la muqueuse du voile du palais C - En présence d'une onychopathie mycosique, la présence d'un
Proposition E Proposition C

résultat
Bonne(s) réponse(s) : C périonyxis doit orienter vers une candidose
D - Les dermatophytes anthropophiles sont à contagion
Proposition D

Observé dans la rougeole, il s'agit d'un semis de taches blanchâtres sur la interhumaine par contact direct exclusif
face interne de la muqueuse jugale en regard des prémolaires,
E - Sur milieu de Sabouraud, I'identification d'un dermatophyte
Proposition E

disparaissant lors de l'exanthème.


nécessite un délai de 48 h
résultat
Bonne(s) réponse(s) : B C

B : Surtout candidose. L'hypothèse non mycosique, à évoquer, est celle

Dermatologie Dermatologie
Spécialité Spécialité

67 9
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

L'eczéma atopique : Un homme adulte consulte pour un oedème subit, symétrique, non
fébrile
A - Débute en général au cours de la deuxième enfance de la face. En faveur du diagnostic d'urticaire aiguë, vous retenez :
Proposition A

B - Disparaît souvent avant l'âge adulte


Proposition B

C - Se surinfecte rarement A - Le prurit


Proposition C Proposition A

D - Ne doit pas être traité par dermocorticoïdes B - Le suintement


Proposition D Proposition B

E - Est une contre-indication à la vaccination par BCG C - L'extension muqueuse de l'oedème


Proposition E Proposition C

résultat
Bonne(s) réponse(s) : B Proposition D
D - L'existence d'adénopathies cervicales
E - L'érythème
Proposition E

QCM : IR 6/90 résultat


Bonne(s) réponse(s) : A C
A : Non, première enfance (classiquement, après la 10ème semaine de vie)
B : Evident (question de cours) La recherche de l'extension muqueuse (oedème de Quincke) est
C : Non, c'est fréquent (surinfection bactérienne mais aussi virale) fondamentale, car elle peut mettre en jeu le pronostic vital à court terme.
D : C'est le traitement E : L'oedème facial d'origine urticarienne est couleur peau normale ou
E : On doit vacciner en dehors des poussées discrètement rosé. La présence d'un érythème oriente plutôt vers une
maladie inflammatoire ou infectieuse.

Dermatologie Dermatologie
Spécialité Spécialité

71 11
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Le carcinome basocellulaire : L'érythème roséoliforme :

A - Est une tumeur exclusivement cutanée A - Peut accompagner un foyer pneumococcique localisé
Proposition A Proposition A

B - Est souvent multiple B - Peut être secondaire à une prise médicamenteuse


Proposition B Proposition B

C - Est induit par les radiations ultraviolettes C - Peut s'observer dans l'érysipèle
Proposition C Proposition C

D - Donne des métastases ganglionnaires dans plus de 50 % des D - Peut traduire une infection à échovirus
Proposition D Proposition D

cas E - Peut s'observer dans la syphilis secondaire


Proposition E

Proposition E
E - Peut être pigmenté de mélanine
résultat
Bonne(s) réponse(s) : B D E
résultat
Bonne(s) réponse(s) : A B C E
Il faut aussi rechercher une infection par le virus HIV et la typhoïde, la lèpre.
A : N'atteint pas les muqueuses
B : Oui
C : Facteur de risque majeur
D : Ne métastase pas ou très, très rarement
E : Oui, forme clinique (basocellulaire tatoué)

Dermatologie Dermatologie
Spécialité Spécialité

95 1
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Pour traiter un eczéma apparu autour d'une plaie de jambe, il est Une éruption chronique, prurigineuse, érythémato-vésiculaire
indiqué localisée
de prescrire : aux plis des coudes et aux creux poplités est évocatrice de :

A - Néomycine crème A - Psoriasis


Proposition A Proposition A

B - Pommade antiprurigineuse (type Phénergan®) B - Dermatite atopique


Proposition B Proposition B

C - Application d'eau micronisée C - Syphilis


Proposition C Proposition C

D - Corticothérapie générale D - Gale


Proposition D Proposition D

E - Application d'un dermocorticoïde E - Aucune des affections ci-dessus


Proposition E Proposition E

résultat
Bonne(s) réponse(s) : E résultat
Bonne(s) réponse(s) : B

Traitement de l'eczéma provoqué par les détergeants et autres produits Déjà tombé en IR : 1/86
actifs sur une plaie. Caractères sémiologiques et localisation typique
A et B sont deux topiques pouvant être cause d'eczéma de contact.
En dehors des réponses proposées, il faut bien sžr supprimer, avant tout, la
cause, c'est-à-dire le produit mis sur la plaie de la jambe.
Dermatologie Endocrinologie-Métabolisme
Spécialité Spécialité

14 43
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Les propositions suivantes concernant l'exanthème de la scarlatine Dans le cas o• vous suspectez une hypothyroïdie périphérique,
sont quel est le premier examen à demander?
exactes, sauf une, laquelle?
A - Dosage de TSH
Proposition A

A - Il réalise une nappe sans intervalle de peau saine B - Dosage de la thyroxine libre
Proposition A Proposition B

B - Il est grenu à la palpation C - Dosage de la triiodothyronine


Proposition B Proposition C

C - La peau au niveau de l'éruption est chaude D - Dosage des anticorps antithyroïdiens


Proposition C Proposition D

D - Il débute derrière les oreilles E - ƒchographie thyroïdienne


Proposition D Proposition E

Proposition E
E - Il est suivi d'une desquamation
résultat
Bonne(s) réponse(s) : A
résultat
Bonne(s) réponse(s) : D
ƒvident.
Caractéristique de la rougeole.
D : Il débute par le tronc, la racine des membres et les grands plis

Dermatologie Endocrinologie-Métabolisme
Spécialité Spécialité

42 92
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Le mélanome malin : Deux des caractéristiques suivantes sont le fait des obésités
gynoïdes :
A - Se présente toujours comme une lésion brune ou noire
Proposition A

B - Est plus fréquent chez l'enfant A - Prédominance dans la région sous-ombilicale


Proposition B Proposition A

C - Survient le plus souvent sur un naevus préexistant B - Rapport taille/hanche > 0,9
Proposition C Proposition B

D - Est favorisé par les expositions solaires intenses C - Index de masse corporelle supérieur à celui d'une obésité
Proposition D Proposition C

E - Peut survenir sur les muqueuses androïde de même degré


Proposition E

résultat
Bonne(s) réponse(s) : D E Proposition D
D - Faible incidence des complications cardiovasculaires
E - Forte incidence du diabète et des dyslipidémies
Proposition E

IR : 4/89 résultat
Bonne(s) réponse(s) : A D
A : Possibilité de mélanomes achromatiques
B : Il s'agit généralement d'une maladie de l'adulte B : C'est l'inverse
C : Dégénérescence possible mais rare C : L'index de masse corporelle est indépendant de la répartition des
D : Il s'agit des expositions solaires intenses de la petite enfance, avec graisses
coup de soleil [poids (Kg) / Taille2 (m)]
E : Retard diagnostique fréquent d'o• le très mauvais pronostic D : Contrairement aux obésités androïdes

Dermatologie Endocrinologie-Métabolisme
Spécialité Spécialité

57 8
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Les cancers cutanés épithéliaux peuvent naître : Quelles sont parmi les manifestations cliniques suivantes, celles
qui peuvent relever de l'hyperprolactinémie tumorale chez la
A - De l'appareil pilo-sébacé femme?
Proposition A

B - Des glandes sudorales


Proposition B

C - Des kératinocytes épidermiques A - Aménorrhée


Proposition C Proposition A

D - Des cellules de Langerhans présentes dans l'épiderme B - Galactorrhée


Proposition D Proposition B

E - Des cellules de l'assise basale de l'épiderme C - Goitre


Proposition E Proposition C

résultat
Bonne(s) réponse(s) : A B C E Proposition D
D - Infertilité
E - Céphalées
Proposition E

Cette réponse intègre les cancers cutanés épithéliaux et les cancers résultat
Bonne(s) réponse(s) : A B D E
cutanés épithéliaux des annexes.
A, B, D : Dues à l'hyperprolactinémie
E : Dues au syndrome tumoral intracrânien

Endocrinologie-Métabolisme Endocrinologie-Métabolisme
Spécialité Spécialité

25 12
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

La lésion le plus souvent trouvée à l'origine de l'hyperparathyroïdie Un syndrome polyuro-polydipsique peut être causé par :
primaire est :
A - Maladie d'Addison
Proposition A

A - Un cancer parathyroïdien B - Hypercalcémie


Proposition A Proposition B

B - Un adénome bénin C - Hypoaldostéronisme


Proposition B Proposition C

C - Une polyadénomatose endocrinienne D - Diabète insipide


Proposition C Proposition D

D - Une hyperplasie des parathyroïdes E - Diabète sucré


Proposition D Proposition E

Proposition E
E - Une tumeur hypophysaire bénigne
résultat
Bonne(s) réponse(s) : B D E
résultat
Bonne(s) réponse(s) : B
B, D, E : Par diurèse osmotique et/ou inefficacité ou manque d'hormone
. Adénome bénin : 85 à 90 % antidiurétique
. Hyperplasie : 10 à 15 % A, C : Causes d'hyponatrémie avec fuite urinaire de sodium
. Cancer parathyroïdien : moins de 1 % IR : 7/87
. La polyadénomatose s'inscrit dans le cadre de l'hyperplasie
Endocrinologie-Métabolisme Endocrinologie-Métabolisme
Spécialité Spécialité

13 51
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Quelle(s) est (ou sont) la (les) modalité(s) du traitement de Le diabète non insulinodépendant avec obésité doit être traité en
l'insuffisance surrénale aiguë? première intention par :

A - Apport de 300 à 400 mg/24 h d'hydrocortisone, per os A - Un régime hypocalorique


Proposition A Proposition A

B - Apport de 300 à 400 mg/24 h d'hydrocortisone en intraveineux B - Un sulfamide hypoglycémiant


Proposition B Proposition B

C - 2 à 3 l/24 h de sérum glucosé et 8 g de KCl/24 h C - De l'insuline à faible dose


Proposition C Proposition C

D - 2 à 3 l/24 h de sérum glucosé et 10 à 20 g de NaCl/24 h D - De l'insuline à forte dose


Proposition D Proposition D

E - 5 à 10 mg/24 h de Syncortyl® ( déoxycorticostérone) E - Un biguanide


Proposition E Proposition E

résultat
Bonne(s) réponse(s) : B D E résultat
Bonne(s) réponse(s) : A

C : Pas d'apport de potassium du fait de l'hyperkaliémie existante dans Un régime hypocalorique, équilibré, avec restriction des sucres d'absorption
l'insuffisance surrénale aiguë rapide constitue le premier temps du traitement.
La recherche et le traitement d'un facteur déclenchant sont fondamentaux. Les antidiabétiques ne sont utilisés que si le régime est insuffisant pour
contrôler le diabète.

Endocrinologie-Métabolisme Endocrinologie-Métabolisme
Spécialité Spécialité

20 52
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Quelles sont parmi les situations suivantes, celles qui peuvent être Dans l'hypercorticisme métabolique type Cushing :
à l'origine d'une hyperkaliémie?
A - Une hypertension artérielle modérée est habituelle
Proposition A

A - Hémolyse B - Une note de virilisation (hypertrichose, acné) est fréquente


Proposition A Proposition B

B - Intoxication digitalique C - Le test de freination faible par la dexaméthasone est négatif


Proposition B Proposition C

C - Coup de chaleur D - Un cortisol plasmatique élevé à 8 h suffit à affirmer le diagnostic


Proposition C Proposition D

D - Perfusion d'insuline E - L'ACTH plasmatique est toujours élevée


Proposition D Proposition E

Proposition E
E - Perfusion de salbutamol
résultat
Bonne(s) réponse(s) : A B C
résultat
Bonne(s) réponse(s) : A B C
B : Sauf dans l'adénome corticosurrénalien bénin (7 % des syndromes de
A : Par libération du potassium intracellulaire Cushing)
B : L'hyperkaliémie est un des signes de gravité des intoxications C : Ce test fait le diagnostic de syndrome de Cushing. Une élévation du
digitaliques mais l'hypokaliémie aggrave les conséquences d'une cortisol libre urinaire (FCU) des 24 h, a la même valeur diagnostique
intoxication digitalique D : Tout stress est susceptible d'élever le cortisol. Le cortisol de 20 h est
C : Par le biais d'une insuffisance rénale aiguë fonctionnelle plus intéressant : élevé, il peut traduire une perte du cycle nycthéméral.
D, E : Diminuent la kaliémie en favorisant leur entrée dans les cellules Mais, ce n'est absolument pas spécifique du syndrome de Cushing.

Endocrinologie-Métabolisme Endocrinologie-Métabolisme
Spécialité Spécialité

45 41
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

L'exérèse chirurgicale d'un cancer thyroïdien est contre-indiquée Dans les explorations biologiques d'un diabète insipide
en cas de : néphrogénique complet, quelle est la proposition exacte?

A - Existence d'une trachéomalacie A - Osmolalité urinaire (Osmu) augmentée, supérieure à 500


Proposition A Proposition A

B - Présence de métastases pulmonaires mOsm/kg d'eau


Proposition B

C - Existence d'une paralysie récurrentielle B - Osmu encore accrue lors de l'épreuve de restriction hydrique
Proposition C Proposition B

D - Présence d'adénopathies jugulo-carotidiennes bilatérales C - Clairance de l'eau libre (CH2O) nettement négative
Proposition D Proposition C

E - Cancer blindant le cou et anaplasique à la biopsie D - Hormone antidiurétique (HAD ou AVP) augmentée dans le
Proposition E Proposition D

résultat
Bonne(s) réponse(s) : E plasma
E - Efficacité du DDAVP (analogue de l'AVP) qui concentre les
Proposition E

B : La thyroïdectomie permet une réduction tumorale et conduit à une urines


hypothyroïdie favorisant la captation d'iode radioactif par les métastases au résultat
Bonne(s) réponse(s) : D
cours du traitement par l'iode 131.
E : Cancer inextirpable, pronostic effroyable Il s'agit d'une insensibilité rénale à l'hormone antidiurétique.
IR : 2/90

Endocrinologie-Métabolisme Endocrinologie-Métabolisme
Spécialité Spécialité

47 45
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Le coma hyperosmolaire du diabétique : Quel est le marqueur biologique utilisable chez un patient opéré
d'une thyroïdectomie totale pour un cancer thyroïdien différencié?
A - Atteint surtout le diabétique non insulinodépendant
Proposition A

B - S'accompagne d'une hyperhydratation intracellulaire A - Antigène carcino-embryonnaire


Proposition B Proposition A

C - S'accompagne d'une cétose massive B - Alpha foeto-protéine


Proposition C Proposition B

D - Doit être traité d'emblée par perfusion de soluté salé C - Thyrocalcitonine


Proposition D Proposition C

hypotonique D - Thyroglobuline
Proposition D

E - Doit être traité par insuline E - CA 19-9


Proposition E Proposition E

résultat
Bonne(s) réponse(s) : A E résultat
Bonne(s) réponse(s) : D

B : Déshydratation intracellulaire IR : 6/89 - 3/88


C : Pas de cétose A et C : En cas de cancer médullaire de la thyroïde
D : Solutés isotoniques. La correction de la déshydratation intracellulaire ne
doit pas être trop rapide car il existe un risque d'oedème cérébral
Endocrinologie-Métabolisme Endocrinologie-Métabolisme
Spécialité Spécialité

46 37
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Une hyperosmolalité plasmatique sans cétose chez le diabétique Une insuffisance surrénale aiguë peut se manifester par :
peut survenir à l'occasion des facteurs déclenchants suivants, sauf
un, lequel? A - Une diarrhée
Proposition A

B - Un syndrome douloureux abdominal aigu


Proposition B

A - Hyperhydratation globale C - Un tableau d'anasarque


Proposition A Proposition C

B - Diarrhée D - Un état d'agitation


Proposition B Proposition D

C - Vomissements E - Des crampes musculaires


Proposition C Proposition E

Proposition D
D - Prise de diurétiques
résultat
Bonne(s) réponse(s) : A B D E
E - Corticothérapie
Proposition E

résultat
Bonne(s) réponse(s) : A B : Parfois tableau pseudo-chirurgical
D : Dž à l'oedème cérébral secondaire à l'hyponatrémie
IR : 6/91 E : Très rare. S'intègre dans le syndrome des contractures musculaires,
Au contraire, l'hyperhydratation globale s'accompagne d'une observé exceptionnellement au cours de l'insuffisance surrénale aiguë.
HYPOosmolalité plasmatique.

Endocrinologie-Métabolisme Endocrinologie-Métabolisme
Spécialité Spécialité

82 40
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Est ou sont en faveur d'un adénome à prolactine plutôt que d'une Devant une hypothyroïdie, les arguments en faveur d'une maladie
hyperprolactinémie fonctionnelle : de Hashimoto comportent :

A - Un taux de prolactine > 200 ng/ml A - Goitre


Proposition A Proposition A

B - Une prolactine non stimulable par TRH B - Association avec une anémie de Biermer
Proposition B Proposition B

C - L'efficacité de la bromocriptine (Parlodel®) C - VS très accélérée


Proposition C Proposition C

D - L'abaissement de la progestérone D - Présence d'anticorps antithyroïdiens à un titre élevé


Proposition D Proposition D

E - La normalité de FSH et LH E - Signes d'inflammation aiguë de la thyroïde


Proposition E Proposition E

résultat
Bonne(s) réponse(s) : A B résultat
Bonne(s) réponse(s) : A B D

A : Est synonyme d'adénome à prolactine, en l'absence de grossesse et de Sans commentaire


prise de médicament hyperprolactinémiant
B : Mais certains adénomes à prolactine répondent au TRH et certaines
hyper-prolactinémies fonctionnelles ne répondent pas
C, D, E : Peuvent se rencontrer dans les 2 affections

Endocrinologie-Métabolisme Génétique
Spécialité Spécialité

86 19
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Les syndromes de Cushing qui s'accompagnent généralement Jacques et son grand-père maternel sont hémophiles. L'épouse de
d'une hyperplasie bilatérale des surrénales incluent : Jacques est la fille de la soeur de la mère de Jacques. Quelle est la
probabilité qu'un futur enfant de ce couple soit hémophile?
A - Les cancers surrénaliens
Proposition A

B - Les adénomes corticotropes A-1


Proposition B Proposition A

C - Les syndromes de Cushing paranéoplasiques B - 1/4


Proposition C Proposition B

D - Les syndromes de Cushing secondaires à un traitement par C - 1/2


Proposition D Proposition C

corticoïdes D - 3/4
Proposition D

E - Les adénomes cortico-surrénaliens E-0


Proposition E Proposition E

résultat
Bonne(s) réponse(s) : B C résultat
Bonne(s) réponse(s) : B

IR : Nord/92 - 4/90 - 2/87 La soeur de la mère de Jacques est conductrice obligatoire (son père étant
L'hypertrophie bilatérale des surrénales nécessite une stimulation hémophile).
chronique par l'ACTH (réponse B) ou une substance ACTH-like (réponse C). La fille de la soeur de la mère de Jacques a une chance sur 2 d'être
conductrice.
Par conséquent, leur enfant a une chance sur 2 d'être hémophile si la mère
Endocrinologie-Métabolisme Génétique
Spécialité Spécialité

24 78
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

L'adénome thyroïdien toxique peut se traduire par : Concernant la maladie de Klinefelter, laquelle ou lesquelles de ces
propositions est (sont) exacte(s)?
A - Un amaigrissement
Proposition A

B - Une diarrhée A - Le caryotype est généralement 47 XYY


Proposition B Proposition A

C - Une exophtalmie B - La gynécomastie est exceptionnelle


Proposition C Proposition B

D - Une tachycardie sinusale C - Il existe une azoospermie


Proposition D Proposition C

E - Un goitre diffus D - Les testicules sont en situation intra-abdominale


Proposition E Proposition D

résultat
Bonne(s) réponse(s) : A B D Proposition E
E - Le taux de FSH plasmatique est effondré
résultat
Bonne(s) réponse(s) : C
IR : 6/90
A, B, D : Signes de la thyrotoxicose A : Non, le caryotype est 47 XXY
C, E : Evoquent une maladie de Basedow B : Non, très fréquente
C : Oui, qui est constante
D : Non
E : Non, il existe une hypergonadotrophinémie
Génétique Génétique
Spécialité Spécialité

99 94
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Parmi les signes suivants, indiquez celui ou ceux qui sont Dans une famille, on observe un garçon et son oncle maternel tous
compatibles avec le diagnostic de Bêta-thalassémie hétérozygote : les deux atteints de la même maladie génétique. Quel(s) mode(s)
d'hérédité peut (peuvent) se discuter?
A - Anémie sévère
Proposition A

B - Microcytose importante (VGM < 70 fl.) A - Récessive liée à l'X


Proposition B Proposition A

C - Diminution de la résistance globulaire à l'hypotonie B - Récessive autosomique


Proposition C Proposition B

D - Hyposidérémie franche C - Dominante autosomique


Proposition D Proposition C

E - Augmentation de l'Hb A2 à l'électrophorèse de l'hémoglobine D - Multifactorielle


Proposition E Proposition D

résultat
Bonne(s) réponse(s) : B D E Proposition E
E - Anomalie chromosomique
résultat
Bonne(s) réponse(s) : A B C D E
Sans commentaire.
On ne peut pas juger correctement le mode de transmission sur un effectif
de 2 personnes.
A : Evident
B : Peut se discuter
C : Pénétrance et expressivité variable sont propres à ce mode de
Génétique Génétique
Spécialité Spécialité

96 52
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Devant une cataracte congénitale, il faut rechercher : Chez un nouveau-né de sexe féminin qui présente une hypotonie,
un épicanthus, des taches de Brushfield au niveau de l'iris, un pli
A - Rubéole palmaire transverse unique, quel est ou quels sont le(les)
Proposition A

B - Scarlatine caryotype(s) compatible(s) avec cette description?


Proposition B

C - Trisomie 21
Proposition C

D - Prématurité A - 47 XXX
Proposition D Proposition A

E - Toxoplasmose B - 45 X
Proposition E Proposition B

résultat
Bonne(s) réponse(s) : A C E Proposition C
C - 47 XX, +21
D - 46 XX, t(21q21q)
Proposition D

Sans commentaire. Proposition E


E - 46 XX, t(14q-21q)
résultat
Bonne(s) réponse(s) : C D E

IR : 3/90 - 6/89
Tableau évocateur d'une trisomie 21.
C : Trisomie 21 libre (plus de 90 % des cas)
D, E : Trisomie 21 par translocation (environ 5 % des cas)
Génétique Gynécologie-Obstétrique
Spécialité Spécialité

5 20
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Dans le syndrome de Klinefelter, on observe habituellement : Un test immunologique dépistant des quantités de bêta-HCG de
l'ordre de la milliunité-internationale par ml de sang permet le
A - Une azoospermie de type excrétoire diagnostic de grossesse au plus tôt :
Proposition A

B - Un taux normal de la FSH plasmatique


Proposition B

C - Un caryotype : 47 XYY A - Après un seul jour de retard des règles


Proposition C Proposition A

D - Une petite taille B - Au 10 ème jour du cycle


Proposition D Proposition B

E - Une gynécomastie C - Dès la fécondation


Proposition E Proposition C

résultat
Bonne(s) réponse(s) : E Proposition D
D - Au 12ème jour post-ovulatoire
E - Après 8 jours de retard de règles
Proposition E

Azoospermie sécrétoire résultat


Bonne(s) réponse(s) : D
FSH élevée par absence de rétrocontrôle négatif
Caryotype : 47 XXY QCM : 3/89/I
Grande taille bHCG se positive au 12ème jour post-ovulatoire. Son taux double tous les
Testicules atrophiques et indolores (signe majeur) 2 jours pour devenir maximum vers la 10ème semaine d'aménorrhée.
En conséquence, le diagnostic peut être porté avant un retard des règles.

Génétique Gynécologie-Obstétrique
Spécialité Spécialité

55 65
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Quelle est la probabilité qu'une femme dont les deux frères ont la Le cancer du col utérin :
myopathie de Duchenne de Boulogne ait un enfant atteint?
A - Est le plus souvent un adénocarcinome
Proposition A

A-1 B - Reconnaît dans sa pathogénie une association avec certaines


Proposition A Proposition B

B - 1/2 infections virales


Proposition B

C - 1/4 C - Dissémine surtout par voie veineuse


Proposition C Proposition C

D - 1/8 D - Est plus fréquent en cas de niveau socio-économique bas


Proposition D Proposition D

E - 1/16 E - Est plus fréquent chez les multipares


Proposition E Proposition E

résultat
Bonne(s) réponse(s) : D résultat
Bonne(s) réponse(s) : B D E

IR : 3/87 A : Non, le plus souvent épidermoïde


Il s'agit d'une maladie récessive liée au sexe, elle a une chance sur 2 d'être B : Oui (papilloma virus 16-18)
hétérozygote transmétrice. Dans l'hypothèse o• elle est hétérozygote, elle C : Non surtout, extension locorégionale et lymphatique
aura 1 enfant sur 4 atteint (1 garçon sur 2 atteint, toutes les filles saines), D : C'est un facteur de risque
donc : E : C'est un facteur de risque à partir de 5 enfants
1/2 x 1/4 = 1/8.
Gynécologie-Obstétrique Gynécologie-Obstétrique
Spécialité Spécialité

76 17
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Madame R., 50 ans, consulte pour des métrorragies. Quel(s) Au septième jour du post-partum :
élément(s) vous fait (font) dire qu'elle est à haut risque de cancer
de l'endomètre? A - L'utérus est à l'ombilic
Proposition A

B - L'utérus est à mi-distance ombilic-pubis


Proposition B

A - Elle n'est pas ménopausée C - Le col est toujours fermé


Proposition A Proposition C

B - Elle n'a pas eu d'enfants, ayant été traitée sans succès pour D - Un diastasis des grands droits est pathologique
Proposition B Proposition D

stérilité E - Il existe une hypercoagulabilité


Proposition E

Proposition C
C - Elle pèse 70 kg pour 1m50
résultat
Bonne(s) réponse(s) : B E
D - Sa pression artérielle est de 170/100 mmHg
Proposition D

Proposition E
E - Elle prend des progestatifs depuis plusieurs mois pour Sans commentaire.
régulariser son cycle
résultat
Bonne(s) réponse(s) : B C D

A : Non, c'est la ménopause tardive (> 53 ans) qui est facteur de risque
B : Hyperoestrogénie relative

Gynécologie-Obstétrique Gynécologie-Obstétrique
Spécialité Spécialité

89 19
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Une aménorrhée secondaire peut être causée par : Parmi les cinq items suivants, quels sont les deux facteurs de
risque les plus importants d'accouchement prématuré?
A - Grossesse
Proposition A

B - Ovaire micro polykystique A - Milieu défavorisé


Proposition B Proposition A

C - Hyperprolactinémies iatrogènes B - Nulliparité


Proposition C Proposition B

D - Syndrome du testicule féminisant C - Grossesse multiple


Proposition D Proposition C

E - Causes psychogènes D - Antécédent de 2 enfants nés prématurément


Proposition E Proposition D

résultat
Bonne(s) réponse(s) : A B C E Proposition E
E - Age maternel entre 35 et 40 ans
résultat
Bonne(s) réponse(s) : C D
ƒvident
D : Aménorrhée primaire Sans commentaire.

Gynécologie-Obstétrique Gynécologie-Obstétrique
Spécialité Spécialité

1 48
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Quelles sont les complications possibles des fibromes utérins? Quelle est la malformation utérine qui expose le plus aux
avortements spontanés précoces?
A - Anémie ferriprive
Proposition A

B - Nécrobiose aseptique A - Utérus bicorne


Proposition B Proposition A

C - Torsion d'un fibrome pédiculé B - Utérus unicorne vrai


Proposition C Proposition B

D - Compression urétérale C - Utérus pseudo-unicorne


Proposition D Proposition C

E - Dégénérescence sarcomateuse D - Utérus cloisonné


Proposition E Proposition D

résultat
Bonne(s) réponse(s) : A B C D E Proposition E
E - Béance cervico-isthmique
résultat
Bonne(s) réponse(s) : D
A : Par saignement chronique
B : Surtout pendant la grossesse, le traitement est d'abord médical IR : 4/88
associant repos, antalgiques, antibiothérapie, anti-inflammatoires E : cause d'avortement tardif, ou d'accouchement prématuré
stéroïdiens ; puis secondairement, traitement chirurgical (en dehors de la
grossesse)
E : Possible mais rare et même discuté pour certains

Gynécologie-Obstétrique Gynécologie-Obstétrique
Spécialité Spécialité

16 56
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

La toxémie gravidique peut s'accompagner de : Quel est l'examen biologique le plus fiable pour évaluer le pronostic
d'une toxémie gravidique?
A - Un retard de croissance intra-utérin
Proposition A

B - Une accélération de la maturation foetale A - Glycémie


Proposition B Proposition A

C - Un anasarque foeto-placentaire B - Créatininémie


Proposition C Proposition B

D - Une souffrance foetale chronique C - Triglycéridémie


Proposition D Proposition C

E - Des ictères néonatals graves D - Uricémie


Proposition E Proposition D

résultat
Bonne(s) réponse(s) : A B D Proposition E
E - Natrémie
résultat
Bonne(s) réponse(s) : D
La toxémie gravidique est une cause de souffrance foetale chronique, de
retard de croissance intra-utérine et d'une accélération réflexe de la IR : 4/87
maturation foetale. Il existe une corrélation entre le taux d'uricémie et la gravité du tableau.
C et E se voient dans les iso-immunisations foeto-maternelles.
Gynécologie-Obstétrique Gynécologie-Obstétrique
Spécialité Spécialité

78 60
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Parmi les propositions suivantes, laquelle (lesquelles) se Les pyélonéphrites aiguës au cours de la grossesse :
rapporte(nt) aux kystes dermoïdes de l'ovaire?
A - Sont toujours en rapport avec une infection vaginale
Proposition A

A - Ils sont hétérogènes à l'examen échographique B - Sont le plus souvent droites


Proposition A Proposition B

B - Ils sont toujours unilatéraux C - Sont un facteur d'éclampsie


Proposition B Proposition C

C - Ils se tordent volontiers, car ils sont lourds D - Sont un facteur d'accouchement prématuré
Proposition C Proposition D

D - Ils sont parfois radiovisibles E - Peuvent se compliquer d'hépatite infectieuse


Proposition D Proposition E

Proposition E
E - Leur rupture est fréquente
résultat
Bonne(s) réponse(s) : B D
résultat
Bonne(s) réponse(s) : A C D
Sans commentaire.
Il existe souvent des calcifications intra-kystiques.
B : Non, 15 % de formes bilatérales

Gynécologie-Obstétrique Gynécologie-Obstétrique
Spécialité Spécialité

38 68
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Parmi les propositions suivantes, laquelle (lesquelles) Quelles sont, parmi les suivantes, les complications qui peuvent se
caractérise(nt) un fibrome utérin? rencontrer lors d'une grossesse chez une femme diabétique?

A - Se manifeste le plus souvent par des dysménorrhées A - Hydramnios


Proposition A Proposition A

B - Est souvent associé à une dysménorrhée tardive B - Toxémie gravidique


Proposition B Proposition B

C - Est parfois visible sur l'ASP C - Souffrance foetale chronique


Proposition C Proposition C

D - A un risque de dégénérescence quasi nul D - Infection urinaire


Proposition D Proposition D

E - Nécessite toujours une hystérectomie E - Macrosomie


Proposition E Proposition E

résultat
Bonne(s) réponse(s) : C D résultat
Bonne(s) réponse(s) : A B C D E

A, B : Les fibromes sont responsables de ménorragies et non pas de règles Il s'agit d'une grossesse à risque qui devrait être programmée avec contrôle
douloureuses strict de la glycémie avant même la conception : seule l'insuline est
B : Se voit dans l'endométriose autorisée pendant la grossesse.
C : Calcification possible Une surveillance obstétricale et endocrinologique stricte est nécessaire.
D : Dégénérescence sarcomateuse (et pas épithéliomateuse)
E : Le traitement varie de l'abstention thérapeutique à l'hystérectomie

Gynécologie-Obstétrique Hématologie
Spécialité Spécialité

53 11
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Dans un cancer du sein (quadrant supéro-externe) T1 NO : Un malade présente brutalement fièvre à 38,5°C et angine. L'état
général se dégrade rapidement, la fièvre persiste, l'hémogramme
A - La tumeur mesure au maximum 5 cm dans sa plus grande montre une hémoglobine à 12 g/dl, des plaquettes à 440 000/mm3,
Proposition A

dimension 2 300/mm3 leucocytes avec 80 % de lymphocytes et 5 % de


B - La tumeur mesure au maximum 2 cm dans sa plus grande polynucléaires. Devant ce tableau, vous évoquez un diagnostic,
Proposition B

dimension lequel?
C - La tumeur mesure au maximum 1 cm dans sa plus grande
Proposition C

dimension A - Leucémie aiguë


Proposition A

D - Il n'existe pas de ganglions axillaires homolatéraux palpables B - Aplasie médullaire


Proposition D Proposition B

E - Il existe des ganglions homolatéraux fixés et envahis C - Agranulocytose toxique


Proposition E Proposition C

résultat
Bonne(s) réponse(s) : B D Proposition D
D - Leucémie lymphoïde chronique
E - Autre proposition
Proposition E

T1 : tumeur ² 2 cm résultat
Bonne(s) réponse(s) : C
T2 : tumeur > 2 cm et ² 5 cm
T3 : tumeur > 5 cm QCM : 7/90/I
T4 : extension à la peau et/ou paroi thoracique quelque soit la taille de la
Gynécologie-Obstétrique Hématologie
Spécialité Spécialité

55 38
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

En cas d'allaitement maternel, la survenue d'un abcès du sein : Dans une maladie de Biermer, après correction de l'anémie par la
vitamine B12, le traitement :
A - Nécessite l'arrêt de l'allaitement
Proposition A

B - Se traite par antibiothérapie A - Doit être interrompu pour éviter une surcharge en vitamine B 12
Proposition B Proposition A

C - Contre-indique l'allaitement lors d'une grossesse ultérieure B - Doit être poursuivi par voie orale (10 microgrammes par jour)
Proposition C Proposition B

D - Doit être incisé et évacué jusqu'à normalisation du taux de vitamine B 12 du sérum


Proposition D

E - Est souvent secondaire à la survenue de crevasses C - Doit être poursuivi par voie parentérale (1 000 microgrammes
Proposition E Proposition C

résultat
Bonne(s) réponse(s) : A B D E par mois) jusqu'à normalisation du taux de vitamine B 12 du sérum
D - Doit être poursuivi par voie orale (10 microgrammes par jour) à
Proposition D

Contrairement à la lymphangite, il faut arrêter l'allaitement. vie


L'évacuation de l'abcès est nécessaire comme dans tout abcès collecté ;
E - Doit être poursuivi par voie parentérale (1 000 microgrammes
Proposition E

ainsi que le traitement de la porte d'entrée (crevasses).


par mois) à vie
résultat
Bonne(s) réponse(s) : E

Défaut de facteur intrinsèque persistant, empêche l'absorption de vitamine


Hématologie Hématologie
Spécialité Spécialité

48 57
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Tous ces symptômes sont ceux d'une maladie de Vaquez sauf un, Une anémie hémolytique auto-immune complique fréquemment
lequel? l'évolution de :

A - Splénomégalie A - Leucémie aiguë myéloblastique


Proposition A Proposition A

B - Augmentation du volume globulaire total B - Leucémie Iymphoïde chronique


Proposition B Proposition B

C - Plaquettes pouvant être supérieures à 400 giga/l C - Leucémie myéloïde chronique


Proposition C Proposition C

D - Vitesse de sédimentation basse, inférieure à 10 mm D - Hémochromatose


Proposition D Proposition D

E - Saturation oxygénée du sang artériel inférieure à 92 % E - Lupus érythémateux disséminé


Proposition E Proposition E

résultat
Bonne(s) réponse(s) : E résultat
Bonne(s) réponse(s) : B E

E : afin d'éliminer les P6 secondaires à une hypoxie chronique entraînant A, C, D : Il n'y a pas de manifestation d'auto-immunité
une élévation de la sécrétion d'érythropoïétine IR : 4/86
Critères de Vaquez du PVSG :
1) Masse globulaire totale : . strictement > 36 ml/Kg (Á)
. strictement > 32 ml/Kg (ª)
2) Saturation en O2 artérielle > 92 %

Hématologie Hématologie
Spécialité Spécialité

96 72
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Parmi les propositions suivantes, laquelle (lesquelles) est (sont) L'association d'une splénomégalie et d'une myélémie doit faire
vraie(s) au cours d'une anémie inflammatoire typique? discuter :

A - Macrocytose érythrocytaire A - Une septicémie


Proposition A Proposition A

B - Hyperchromie B - Une aplasie médullaire toxique


Proposition B Proposition B

C - Fer sérique diminué C - Une leucémie myéloïde chronique


Proposition C Proposition C

D - Réticulocytes bas D - Une splénomégalie myéloïde


Proposition D Proposition D

E - Capacité totale de fixation de la transferrine augmentée E - Une maladie de Biermer (non traitée)
Proposition E Proposition E

résultat
Bonne(s) réponse(s) : C D résultat
Bonne(s) réponse(s) : A C D

IR : 2/89 A : Myélémie des grandes polynucléoses réactionnelles


Donc, c'est une anémie arégénérative microcytaire hypochrome avec une B : Pas de splénomégalie ; myélémie uniquement lors de la régénération
CTS normale ou diminuée. C : Myélémie parfois importante, constituée des précurseurs granuleux à
tous les stades de la maturation
D : Ainsi que la LMC, font partie des syndromes myéloprolifératifs
E : Pas de splénomégalie, cause de pancytopénie

Hématologie Hématologie
Spécialité Spécialité

33 22
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Dans quelle(s) situation(s) peut-on rencontrer une fausse anémie Un purpura bulleux et nécrotique des membres inférieurs chez un
par hémodilution? homme de 65 ans évoque en premier lieu, un des 5 diagnostics
suivants :
A - Grossesse au cours des trois derniers mois
Proposition A

B - Maladie de Waldenstršm A - Dysglobulinémie


Proposition B Proposition A

C - Traitement diurétique B - Purpura rhumatoïde


Proposition C Proposition B

D - Splénomégalie volumineuse par hypertension portale C - Fibrinolyse aiguë


Proposition D Proposition C

E - Myélome multiple des os, à chaînes légères D - Purpura thrombopénique


Proposition E Proposition D

résultat
Bonne(s) réponse(s) : A B D E Proposition E
E - Purpura par thrombopathie
résultat
Bonne(s) réponse(s) : A
IR : 3/89
A : A partir du 2ème trimestre, le volume globulaire et le volume IR : 5/90
plasmatique augmentent mais le volume plasmatique augmente plus vite Il s'agit d'un purpura vasculaire ce qui élimine C, D, E.
que le volume globulaire d'o• anémie par hémodilution Le caractère nécrotique et le terrain évoquent la dysglobulinémie.
B, E : Certaines immunoglobulines monoclonales, en particulier les IgM de B : Maladie de l'enfant. Adultes atteints très exceptionnellement
la maladie de Waldenstršm, peuvent entraîner une augmentation du volume

Hématologie Hématologie
Spécialité Spécialité

44 47
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Une malade présente une anémie microcytaire par carence Une femme de 70 ans présente une volumineuse splénomégalie
martiale. Il faut rechercher : sans altération de l'état général. L'hémogramme montre une
hyperleucocytose à 22 000/mm3, une discrète myélémie ; une
A - Ménométrorragies favorisées par un stérilet érythroblastose sanguine et une granulocytose ; hémoglobine à 11
Proposition A

B - Grossesses répétées et rapprochées g/dl, plaquettes à 450 000/mm3. Vous évoquez prioritairement :
Proposition B

C - Hématurie microscopique
Proposition C

D - Ulcère gastro-duodénal A - Une splénomégalie myéloïde


Proposition D Proposition A

E - Cancer colique B - Une leucémie myéloïde chronique


Proposition E Proposition B

résultat
Bonne(s) réponse(s) : A B D E Proposition C
C - Une leucémie aiguë
D - Un lymphome
Proposition D

L'enquête étiologique doit comporter (dans l'ordre d'importance et en Proposition E


E - Une leucémie lymphoïde chronique
dehors de l'examen clinique complet comportant un T.R.) : résultat
Bonne(s) réponse(s) : A
- Examen gynécologique
- Hémoculture pendant 3 jours IR : 6/90
- Fibroscopie oeso-gastro-duodénale Age + Splénomégalie + Erythromyélémie + Granulocytose
- Rectoscopie
Hématologie Hématologie
Spécialité Spécialité

89 63
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Une réticulocytose élevée s'observe habituellement dans : Une hyperplaquettose peut résulter de :

A - Ménométrorragies de longue date A - Carence de fer


Proposition A Proposition A

B - Sphérocytose héréditaire B - Carence en vitamine B12


Proposition B Proposition B

C - Leucémie aiguë C - Syndrome inflammatoire


Proposition C Proposition C

D - Maladie de Biermer D - Splénectomie post-traumatique


Proposition D Proposition D

E - Insuffisance rénale chronique E - Splénomégalie myéloïde


Proposition E Proposition E

résultat
Bonne(s) réponse(s) : B résultat
Bonne(s) réponse(s) : A C D E

L'hyperréticulocytose signe le caractère périphérique de l'anémie. IR : 7/89


A : Anémie microcytaire hypochrome non régénérative B : Cause de pancytopénie
C : Envahissement médullaire D : L'hyperplaquettose post-splénectomie peut faire proposer des anti-
D : Anémie macrocytaire non régénérative agrégants plaquettaires dans les suites opératoires pour éviter les
E : Anémie normocytaire, normochrome, non régénérative phénomènes de thrombose
E : Comme dans tout symptôme myéloprolifératif

Hématologie Hématologie
Spécialité Spécialité

1 66
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Le test de Combs direct : Une thrombocytopénie à 60 x 10e9/l au cours d'une cirrhose


éthylique peut être expliquée par :
A - Utilise un réactif anti-immunoglobuline humaine
Proposition A

B - Se pratique sur le sérum du sang à tester A - Un hypersplénisme


Proposition B Proposition A

C - Est essentiel pour le diagnostic des anémies hémolytiques auto- B - Une CIVD
Proposition C Proposition B

immunes C - Une carence en folates


Proposition C

D - Est essentiel pour le diagnostic des maladies hémolytiques D - Une action toxique de l'alcool
Proposition D Proposition D

néonatales E - Un saignement chronique


Proposition E

Proposition E
E - Détecte les anticorps incomplets
résultat
Bonne(s) réponse(s) : A B C D
résultat
Bonne(s) réponse(s) : A C D
IR : 89
La positivité du test de Coombs direct affirme l'existence D : L'alcool à une action myélotoxique directe
d'immunoglobulines sur les globules rouges sans préjuger de leur étiologie. E : Cause de thrombocytose
B : Concerne le test de Coombs INDIRECT

Hématologie Hématologie
Spécialité Spécialité

48 88
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Un temps de céphaline + activateur peut être allongé par : Le syndrome de Felty comporte :

A - Un déficit en facteur XII A - La polyarthrite rhumatoïde


Proposition A Proposition A

B - La présence d'un inhibiteur pathologique de la coagulation B - Une protéinurie


Proposition B Proposition B

C - Un traitement par antivitamine K C - Une splénomégalie


Proposition C Proposition C

D - Une thrombopénie centrale D - Une hépatomégalie


Proposition D Proposition D

E - La présence d'héparine E - Une neutropénie


Proposition E Proposition E

résultat
Bonne(s) réponse(s) : A B C E résultat
Bonne(s) réponse(s) : A C E

C : Baisse des facteurs de la coagulation vitamine K dépendant (X, IX, VII, IR : 2/89
II) Risque infectieux important dž à la neutropénie, à l'hypocomplémentarité.
TCA explore la voie intrinsèque de la coagulation. E : La neutropénie est due à plusieurs mécanismes :
Les facteurs intervenant exclusivement dans cette voie intrinsèque sont les 1) Margination excessive des PN dans la rate
facteurs : XII, XI, IX, VIII. 2) Diminution de la durée de vie des PN attribuée aux immunoglobulines
Rq : le déficit en facteur XII ne donne pas de syndrome hémorragique. fixées en excès sur les PN
3) Insuffisance médullaire par un rôle nocif des immunoglobulines sur les

Hématologie Hématologie
Spécialité Spécialité

59 99
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

La polyglobulie microcytaire liée à un trait thalassémique bêta peut La ou lesquelles de ces complications peuvent survenir dans
comporter : l'évolution d'une leucémie myéloïde chronique :

A - Une hématocrite à 55 % A - Infarctus splénique


Proposition A Proposition A

B - Une hémoglobine à 130 g/l B - Priapisme


Proposition B Proposition B

C - Une microcytose à 68 fl C - Crise de goutte


Proposition C Proposition C

D - Un chiffre de G.R. > à 6 T/l D - Compression médiastinale par adénopathie


Proposition D Proposition D

E - Un volume globulaire total à 45 ml/Kg E - Lithiase vésiculaire pigmentaire


Proposition E Proposition E

résultat
Bonne(s) réponse(s) : B C D résultat
Bonne(s) réponse(s) : A B C

IR : 1/89 IR : 3/86
Il s'agit d'une pseudo-polyglobulie microcytaire avec volume globulaire total B : Par thrombose vasculaire
normal. C : Hyperuricémie chronique
E : C'est le cas des anémies hémolytiques chroniques
Hématologie Immunologie
Spécialité Spécialité

100 80
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Une neutropénie peut être induite par la prise de : L'immunisation rhésus :

A - Héparine A - Est dépistée par le dosage des agglutinines chez les femmes
Proposition A Proposition A

B - Phénylbutazone rhésus négatif


Proposition B

C - Vitamine B12 B - Est une cause possible d'excès de hauteur utérine


Proposition C Proposition B

D - Noramidopyrine C - Est responsable d'anémie foetale


Proposition D Proposition C

E - Antithyroïdien de synthèse D - Est déclenchée par le passage des hématies foetales dans le
Proposition E Proposition D

résultat
Bonne(s) réponse(s) : B D E sang maternel
E - Ne survient jamais lors d'une première grossesse
Proposition E

IR : 88 résultat
Bonne(s) réponse(s) : A B C D
B, D, E : Causes classiques d'agranulocytose iatrogène
A : Cause de thrombopénie IR : 3/89
C : Aucun rapport

Immunologie Immunologie
Spécialité Spécialité

2 46
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Avant une greffe de rein, la recherche d'anticorps présents dans le Dans quelle(s) maladie(s) observe-t-on une augmentation de
sérum du receveur et dirigés contre les antigènes HLA du donneur fréquence significative de l'antigène HLA B 27, en dehors de la
éventuel est positive. Ce résultat : spondylarthrite ankylosante primitive?

A - Est une erreur technique car il n'y a pas de raison pour cette A - Syndrome de Gougerot-Sjšgren
Proposition A Proposition A

immunisation avant la greffe B - Rhumatisme psoriasique


Proposition B

B - Oblige à commencer tôt (2ème jour après greffe) la cyclosporine C - Pseudopolyarthrite rhizomélique
Proposition B Proposition C

C - Est sans incidence sur les suites de la greffe D - Arthrite réactionnelle à chlamydia trachomatis
Proposition C Proposition D

D - Contre-indique formellement cette greffe E - Uvéite antérieure aiguë


Proposition D Proposition E

Proposition E
E - Contre-indique définitivement toute greffe de rein pour ce
résultat
Bonne(s) réponse(s) : B D E
receveur
résultat
Bonne(s) réponse(s) : D Le rhumatisme psoriasique, les arthrites réactionnelles et le syndrome de
Fiessinger-Leroy-Reiter, appartiennent aux spondylarthropathies.
Cross match positif (# 7/87/I) Une uvéite antérieure fait systématiquement rechercher une
C'est une réaction in vitro mettant en présence : spondylarthropathie.
IR : 3/89

Immunologie Immunologie
Spécialité Spécialité

26 25
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Cette interleukine (IL) est produite notamment par les monocytes- La protection induite par la vaccination antipoliomyélitique par voie
macrophages ; elle est capable d'activer les lymphocytes T ; elle buccale est attribuée à la production :
est un facteur de croissance fibroblastique et inducteur des
protéines de l'inflammation. Il s'agit de : A - D'anticorps IgE
Proposition A

B - De lymphocytes T cytotoxiques
Proposition B

A - ILl C - D'anticorps IgA neutralisants


Proposition A Proposition C

B - IL2 D - De cellules NK
Proposition B Proposition D

C - IL3 E - D'IgG opsonisantes


Proposition C Proposition E

Proposition D
D - IL4
résultat
Bonne(s) réponse(s) : C
E - IL5
Proposition E

résultat
Bonne(s) réponse(s) : A Il s'agit d'un vaccin vivant atténué stimulant la sécrétion d'IgA sécrétoires.

Classique (# 6/88/I)
IL1 est :
. produite par les macrophages
. participe à l'induction de l'expression du récepteur d'IL2 au niveau des LT
Immunologie Immunologie
Spécialité Spécialité

69 95
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Un diagnostic de lupus est évoqué chez une malade. Quels sont Parmi les complications suivantes du myélome, laquelle ou
les éléments que vous retenez pour confirmer le diagnostic? lesquelles est(sont) dépendante(s) de l'immunoglobine
monoclonale?
A - Femme jeune
Proposition A

B - Comitialité A - Allongement du temps de thrombine


Proposition B Proposition A

C - ƒpanchement pleural B - Insuffisance rénale


Proposition C Proposition B

D - Terrain atopique C - Ostéolyse


Proposition D Proposition C

E - Hyperleucocytose D - Hypercalcémie
Proposition E Proposition D

résultat
Bonne(s) réponse(s) : A B C Proposition E
E - Amylose
résultat
Bonne(s) réponse(s) : A B E
A : Terrain de prédilection
B : Un des critères de l'ARA A : Due à l'activité biologique propre de l'Ig
C : Un des 11 critères de l'ARA B : Par précipitation intra-tubulaire des chaînes légères
D : Non E : Surtout de type AL, produit de dégradation des chaînes légères des Ig
E : C'est plutôt une leucopénie C, D : Sont dus à l'hyperactivité ostéoclastique et au plasmocytome
NB : moyen mnémotechnique UN PAPI PæCHE (11 critères de l'ARA)
Immunologie Immunologie
Spécialité Spécialité

17 93
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Parmi les propositions suivantes concernant les polynucléaires, Les macrophages :


lesquelles sont vraies?
A - Appartiennent au système des phagocytes mononuclés
Proposition A

A - Ils peuvent se multiplier dans les tissus B - Sécrètent des lymphokines


Proposition A Proposition B

B - Ils synthétisent des immunoglobulines de surface C - Sont indispensables au déroulement de la réaction immunitaire
Proposition B Proposition C

C - Ils sont responsables de sécrétion de prostaglandines D - Présentent des récepteurs membranaires pour les
Proposition C Proposition D

D - Ils élaborent l'histamine immunoglobulines


Proposition D

E - Ils ont un rôle phagocytaire E - Sont d'origine médullaire


Proposition E Proposition E

résultat
Bonne(s) réponse(s) : D E résultat
Bonne(s) réponse(s) : A B D E

D : Les éosinophiles A et E : Connaissance


E : Rôle des neutrophiles B : Exemple la TNF
D : Récepteur Fc
C : Discutable. Ils sont souvent impliqués mais non indispensables.

Immunologie Hépato-gastro-entérologie
Spécialité Spécialité

43 13
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Quel(s) est (sont) l'(es) examen(s) utile(s) pour suivre l'évolution Une hépatomégalie dure avec une circulation collatérale
d'un malade atteint de lupus érythémateux disséminé : abdominale est le plus souvent due à :

A - Dosage du complément sérique A - Un cancer primitif du foie


Proposition A Proposition A

B - Dosage des anticorps anti-ADN natif B - Un cancer secondaire du foie


Proposition B Proposition B

C - Dosage de la protéinurie des 24 heures C - Une cirrhose


Proposition C Proposition C

D - Titrage des anticorps anti-muscles lisses D - Une stéatose alcoolique


Proposition D Proposition D

E - Titrage des anticorps anti-centromère E - Un kyste hydatique du foie


Proposition E Proposition E

résultat
Bonne(s) réponse(s) : A B C résultat
Bonne(s) réponse(s) : C

Sans commentaire. ƒvident.

Immunologie Hépato-gastro-entérologie
Spécialité Spécialité

64 22
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

De quelle(s) manière(s), parmi les cinq ci-dessous, un malade peut- Le cancer de l'oesophage thoracique est le plus souvent :
il s'immuniser vis-à-vis des antigènes du système HLA?
A - Un adénocarcinome
Proposition A

A - Après une infection à cytomégalovirus B - Un épithélioma glandulaire


Proposition A Proposition B

B - Après une grossesse C - Un sarcome


Proposition B Proposition C

C - Après une transplantation d'organe D - Un carcinome épidermoïde


Proposition C Proposition D

D - Après la transfusion d'un culot globulaire ordinaire E - Un lymphome


Proposition D Proposition E

Proposition E
E - Après une longue corticothérapie
résultat
Bonne(s) réponse(s) : C
résultat
Bonne(s) réponse(s) : C D
ƒvident (QCM : 2/86/I - 5/87/I - 5/89/I)
B : Normalement, pendant la grossesse, on ne s'immunise pas contre les Carcinome épidermoïde
Ag HLA ! Prédomine : . Lèvre
. Cavité buccale
. Pharynx/Larynx
. Oesophage

Immunologie Hépato-gastro-entérologie
Spécialité Spécialité

92 24
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Méthode(s) utilisée(s) pour le dosage des immunoglobulines Parmi les signes cliniques suivants, quel est le seul permettant au
sériques (classes et sous-classes) : cours d'une cholecystite aiguë de suspecter une lithiase de la voie
biliaire principale?
A - Immunodiffusion radiale
Proposition A

B - Double diffusion en gel (méthode d'Ouchterlony) A - Grosse vésicule


Proposition B Proposition A

C - Immunoélectrophorèse B - Fièvre
Proposition C Proposition B

D - Technique immunoenzymatique (ELISA) C - Ictère


Proposition D Proposition C

E - Néphélémétrie D - Douleur provoquée de l'hypochondre droit


Proposition E Proposition D

résultat
Bonne(s) réponse(s) : A D E Proposition E
E - Douleur à irradiation scapulaire
résultat
Bonne(s) réponse(s) : C
Sans commentaire.
QCM : 1/89/1
Il ne s'agira plus d'une cholécystite mais d'une angiocholite.
Hépato-gastro-entérologie Hépato-gastro-entérologie
Spécialité Spécialité

64 100
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

L'hépatite C : Une perforation d'une sigmoïdite diverticulaire peut se faire :

A - Représente la majorité des hépatites post-transfusionnelles A - En péritoine libre


Proposition A Proposition A

B - A une immunité croisée avec l'hépatite A B - Dans la vessie


Proposition B Proposition B

C - Réalise rarement un tableau ictérique C - Dans une anse grêle


Proposition C Proposition C

D - ƒvolue exceptionnellement vers la chronicité D - Dans le cul de sac postérieur du vagin


Proposition D Proposition D

E - Peut être prévenue par le vaccin HEVAC B. E - Dans le bassinet droit


Proposition E Proposition E

résultat
Bonne(s) réponse(s) : A C résultat
Bonne(s) réponse(s) : A B C D

A : Statistique Logique
B : Evidemment non E : Evidemment non.
C : 9/10ème des cas asymptomatiques
D : Non, mais dans environ 50 % des cas
E : Non, prévient uniquement contre l'hépatite B

Hépato-gastro-entérologie Hépato-gastro-entérologie
Spécialité Spécialité

66 18
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Un ulcère de la petite courbure gastrique peut se perforer dans : La classification de DUKES dans les tumeurs du rectum est
fonction du :
A - L'artère coronaire stomachique
Proposition A

B - L'artère gastro-duodénale A - Degré de différenciation


Proposition B Proposition A

C - L'arrière cavité des épiploons B - Degré d'extension en surface (superficie)


Proposition C Proposition B

D - La voie biliaire principale C - Degré d'extension en profondeur


Proposition D Proposition C

E - Le colon transverse D - Volume tumoral (en cm3)


Proposition E Proposition D

résultat
Bonne(s) réponse(s) : A C Proposition E
E - L'extension ganglionnaire
résultat
Bonne(s) réponse(s) : C E
B : Ulcère de la face postérieure du bulbe
Classification de DUKES
A : Tumeur limitée à la muqueuse
B : Tumeur dépassant la muqueuse SANS atteinte ganglionnaire
. B1 : N'atteint pas la séreuse
. B2 : Atteinte de la séreuse
. B3 : Au-delà de la séreuse

Hépato-gastro-entérologie Hépato-gastro-entérologie
Spécialité Spécialité

73 54
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Une ponction biopsie hépatique est faite chez un éthylique. Le La vagotomie supra-sélective (ou hypersélective) est utilisée dans
diagnostic de cirrhose sera porté sur : le traitement de l'ulcère duodénal car :

A - L'existence d'une dégénérescence cellulaire A - Elle abaisse la sécrétion antrale de gastrine


Proposition A Proposition A

B - La présence de vacuoles de stéatose occupant plus de 50 % B - Elle ne modifie pas la motricité intestinale
Proposition B Proposition B

des hépatocytes C - Elle diminue la sécrétion acide de l'antre


Proposition C

C - Une sclérose cicatricielle centro-lobulaire D - Elle préserve la motricité antro-pylorique


Proposition C Proposition D

D - Une sclérose portale et septale E - Elle abaisse la sécrétion acide fundique


Proposition D Proposition E

Proposition E
E - La présence de corps de Mallory
résultat
Bonne(s) réponse(s) : B D E
résultat
Bonne(s) réponse(s) : A C D
La vagotomie hypersélective donne par ailleurs peu d'effets indésirables
Seule, la ponction biopsie permet de porter le diagnostic devant contrairement aux autres vagotomies (dumping-syndrome, diarrhée,...).
l'association de : IR : 6/90
1) Lésion hépatocytaire
2) Fibrose
3) Nodule de régénération
Hépato-gastro-entérologie Hépato-gastro-entérologie
Spécialité Spécialité

87 8
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

La hernie crurale non compliquée : Parmi les examens complémentaires ci-dessous, quel est celui qui
permet le diagnostic d'hémobilie et d'en préciser l'origine?
A - Est une hernie acquise
Proposition A

B - Est inexistante chez l'enfant A - Endoscopie gastro-duodénale


Proposition B Proposition A

C - Est le plus souvent associée à une hernie inguinale B - Transit gastro-duodénal


Proposition C Proposition B

homolatérale C - Cholangiographie intraveineuse


Proposition C

D - Peut survenir après la cure d'une hernie inguinale du même côté D - Artériographie coelio-mésentérique
Proposition D Proposition D

E - Chez la femme, elle est la plus fréquente des hernies E - Lavement baryté
Proposition E Proposition E

résultat
Bonne(s) réponse(s) : A B D E résultat
Bonne(s) réponse(s) : D

IR : 1/89 Hémobilie : existence de sang dans la bile


Hépato-gastro-entérologie Hépato-gastro-entérologie
Spécialité Spécialité

16 70
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Parmi les affections coliques suivantes, quelle est celle qui se Lors de l'examen d'un patient présentant une hernie inguinale, il
complique d'un carcinome colorectal avec la plus grande est indispensable :
fréquence?
A - D'explorer l'autre orifice inguinal
Proposition A

A - Colite granulomateuse B - D'examiner les orifices cruraux


Proposition A Proposition B

B - Rectocolite ulcéro-hémorragique C - D'apprécier la qualité des muscles larges de l'abdomen


Proposition B Proposition C

C - Diverticulose sigmoïdienne D - De faire un toucher rectal


Proposition C Proposition D

D - Amibiase E - D'examiner le contenu des bourses


Proposition D Proposition E

Proposition E
E - Mélanose colique
résultat
Bonne(s) réponse(s) : A B C D E
résultat
Bonne(s) réponse(s) : B
IR : 2/89
A, C, D, E ne sont pas des facteurs de risques de cancers coliques. L'examen de TOUS les orifices hernaires, les organes génitaux externes et
RCH = environ 10 % d'adénocarcinome après 10 ans d'évolution. le toucher rectal sont systématiques.

Hépato-gastro-entérologie Hépato-gastro-entérologie
Spécialité Spécialité

17 72
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Parmi les avis médicaux suivants, quel est celui qui s'applique à la Devant un ictère cholestatique sans grosse vésicule, mais avec
diverticulose colique : dilatation des voies biliaires intra-hépatiques et cholédoque normal
à l'échographie, il faut évoquer :
A - Réduction de l'apport alimentaire de cellulose, hémi-cellulose
Proposition A

B - Prescription de mucilages A - Le diagnostic d'hépatite cholestatique


Proposition B Proposition A

C - Réduction de l'apport en calcium B - Le diagnostic de cancer du hile du foie


Proposition C Proposition B

D - Suppression des viandes grillées C - Le diagnostic de cirrhose biliaire primitive


Proposition D Proposition C

E - Suppression du pain D - Le diagnostic de cancer de la tête du pancréas


Proposition E Proposition D

résultat
Bonne(s) réponse(s) : B Proposition E
E - Le diagnostic de pancréatite chronique
résultat
Bonne(s) réponse(s) : B
IR : 3/89
L'apport des fibres alimentaires diminue la constipation avec diminution de IR : 7/89
la pression intra-luminale qui est le principal facteur favorisant de la A, D, E : S'accompagnent d'une dilatation des voies biliaires extra-
diverticulose colique. hépatiques
D : il existe une grosse vésicule
C : pas de dilatation des voies biliaires

Hépato-gastro-entérologie Hépato-gastro-entérologie
Spécialité Spécialité

33 81
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

L'intégrité morphologique du colon au cours d'une constipation Indiquer le(s) caractère(s) épidémiologique(s) des hépatites C :
fonctionnelle
peut être affirmée sur le résultat de : A - Transmission par voie sanguine
Proposition A

B - ƒvoluent 9 fois sur 10 sous forme symptomatique


Proposition B

A - Coloscopie totale C - Passent à l'état chronique dans 50 % des cas


Proposition A Proposition C

B - Lavement baryté D - Exposent à long terme au risque de cirrhose dans 20 % des cas
Proposition B Proposition D

C - Défécographie E - Dépistage (anticorps anti-HCV) obligatoire en France pour tous


Proposition C Proposition E

D - Temps de transit intestinal les dons de sang


Proposition D

Proposition E
E - Manométrie anorectale
résultat
Bonne(s) réponse(s) : A C D E
résultat
Bonne(s) réponse(s) : A
Sans commentaire
La colopathie fonctionnelle est un diagnostic d'élimination ce qui explique la
nécessité d'explorations morphologiques.
La coloscopie est le seul examen permettant à la fois de visualiser tout le
cadre rectocolique et de pratiquer des biopsies guidées de toute lésion
suspecte.
Hépato-gastro-entérologie Hépato-gastro-entérologie
Spécialité Spécialité

35 85
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Chez un homme de 70 ans, l'examen clinique révèle une masse Parmi les différentes affirmations concernant le volvulus du
abdominale battante et expansive. Quel examen demandez-vous caecum, citez celle(s) qui est (sont) exacte(s) :
pour affirmer votre diagnostic?
A - Il peut être secondaire à un défaut d'accotement du caecum
Proposition A

A - Un doppler des artères des membres inférieurs B - Il a fréquemment un début clinique brutal
Proposition A Proposition B

B - Une échographie abdominale C - Les vomissements sont souvent hémorragiques


Proposition B Proposition C

C - Une urographie intraveineuse D - L'arrêt des matières et des gaz est net
Proposition C Proposition D

D - Une cavographie E - Les douleurs sont souvent intenses


Proposition D Proposition E

Proposition E
E - Une scintigraphie splénique
résultat
Bonne(s) réponse(s) : A B D E
résultat
Bonne(s) réponse(s) : B
IR : 7/88
Tableau évoquant un anévrysme de l'aorte abdominale. A : Explique la mobilité anormale du caecum
IR : 6/88 - 3/87 B, D, E : Comme dans tout volvulus
Hépato-gastro-entérologie Maladies infectieuses
Spécialité Spécialité

91 7
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Devant une constipation chez un homme de 50 ans, les caractères La primo-infection herpétique :
qui sont en faveur d'une cause organique, et notamment d'une
tumeur rectocolique, comportent : A - Est fréquemment asymptomatique
Proposition A

B - Peut se traduire par une gingivostomatite aiguë


Proposition B

A - L'existence d'antécédents familiaux de cancer rectocolique C - Peut se traduire par une septicémie herpétique néonatale
Proposition A Proposition C

B - L'ancienneté supérieure à 5 ans des troubles D - Peut se traduire par une pustulose de Kaposi Juliusberg chez
Proposition B Proposition D

C - La présence de rectorragies l'atopique


Proposition C

D - Le caractère rubané des selles E - Peut déterminer une atteinte neuro-méningée


Proposition D Proposition E

Proposition E
E - Les douleurs anales vives après le passage des selles
résultat
Bonne(s) réponse(s) : A B C D E
résultat
Bonne(s) réponse(s) : A C
IR : 4/90
D : Serait en faveur d'une maladie de Hirschprung et non pas une tumeur L'herpès néonatal est une infection materno-foetale due à HSV type 2.
E : syndrome fissuraire
B : un cancer colique n'est pas symptomatique pendant 5 ans sans
entraîner la mort !!

Hépato-gastro-entérologie Pathologie de l'appareil locomoteur


Spécialité Spécialité

5 84
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Le syndrome de malabsorption qui existe dans une maladie La maladie de Paget est fréquemment localisée au crâne. Parmi
coeliaque typique comporte : les aspects rencontrés, on trouve :

A - Diarrhée aqueuse A - Une plage d'ostéolyse


Proposition A Proposition A

B - Amaigrissement B - Des géodes à l'emporte-pièce réparties sur l'ensemble du crâne


Proposition B Proposition B

C - Stéatorrhée C - Une lacune unique cerclée


Proposition C Proposition C

D - Atrophie villositaire totale D - Un épaississement de la vožte


Proposition D Proposition D

E - Amélioration rapide sous régime sans gluten E - Une platybasie avec impression basilaire
Proposition E Proposition E

résultat
Bonne(s) réponse(s) : B C D E résultat
Bonne(s) réponse(s) : A D E

IR : 1/90 A : La maladie de Paget au crâne peut prendre un aspect d'ostéolyse dite


La maladie coeliaque ou intolérance au gluten associe une diarrhée "ostéoporose circonscrite du crâne"
chronique et un syndrome de malabsorption.
L'histologie (élément fondamental du diagnostic) montre :
1) une atrophie villositaire totale ou subtotale
2) une inversion du rapport villosités/cryptes

Hépato-gastro-entérologie Pathologie de l'appareil locomoteur


Spécialité Spécialité

29 43
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Pour affirmer la réduction complète par lavement opaque d'une Comment allez-vous transporter idéalement un polytraumatisé qui
invagination intestinale aiguë valvulo-colique (caeco-colique), vous a un traumatisme crânien avec coma et un volet thoracique gauche
devez exiger : :

A - Une opacification complète du côlon droit A - En décubitus dorsal 1/2 assis


Proposition A Proposition A

B - Une opacification complète du caecum B - En position latérale de sécurité gauche


Proposition B Proposition B

C - Une opacification de l'appendice C - Avec alignement axial tête-cou-tronc


Proposition C Proposition C

D - Une opacification franche et massive des dernières anses grêles D - En assistance respiratoire
Proposition D Proposition D

E - Un aspect incurvé en dedans vers la ligne médiane du caecum E - Tête basse, jambes surélevées et bandées pour lutter contre
Proposition E Proposition E

et du côlon droit l'hypotension


résultat
Bonne(s) réponse(s) : A B D résultat
Bonne(s) réponse(s) : C D

Au moindre doute sur la qualité et le caractère complet de la réduction, C : Du fait du risque de lésions rachidiennes comme chez tout
l'intervention chirurgicale s'impose. polytraumatisé
E : L'association de trouble de la conscience et le volet thoracique
imposent l'assistance respiratoire ce qui rend inutile la position demi-assise
Maladies infectieuses Pathologie de l'appareil locomoteur
Spécialité Spécialité

79 56
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Le zona : Une bržlure qui atteint 10 % de la surface cutanée corporelle chez


l'adulte (et 3 % chez l'enfant) est considérée comme grave et
A - Réalise une éruption métamérique douloureuse nécessite une réanimation en urgence. Parmi les prescriptions
Proposition A

B - Est un diagnostic essentiellement clinique suivantes, laquelle ou lesquelles est (sont) exacte(s)?
Proposition B

C - Est une maladie habituellement bénigne


Proposition C

D - S'accompagne d'une adénopathie satellite A - Le blessé doit être réchauffé


Proposition D Proposition A

E - Provoque des douleurs post-éruptives qui cèdent à l'acyclovir B - Une perfusion de 1/3 de bicarbonate de sodium pour 2/3 de
Proposition E Proposition B

(Zovirax®) chlorure de sodium est immédiatement installée


résultat
Bonne(s) réponse(s) : A B C D Proposition C
C - La diurèse horaire doit être maintenue entre 60 et 80 ml/heure
D - En matière de bržlures, la prophylaxie antitétanique est
Proposition D

IR : 1/89 nécessaire
E : L'acyclovir n'a aucun effet sur les douleurs post-éruptives
E - Toute nutrition par voie entérale doit être proscrite chez le bržlé
Proposition E

car inefficace
résultat
Bonne(s) réponse(s) : A B C D
Pathologie de l'appareil locomoteur Pathologie de l'appareil locomoteur
Spécialité Spécialité

59 67
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Quelles sont les deux complications les plus fréquentes des Pour surveiller la tolérance d'un traitement par les sels d'or dans le
luxations antéro-internes de l'épaule? cas d'une polyarthrite rhumatoïde, vous demandez :

A - Fracture du trochiter A - Kaliémie


Proposition A Proposition A

B - Fracture du col de l'humérus B - Hémogramme


Proposition B Proposition B

C - Fracture parcellaire de la tête humérale C - Recherche des anticorps anti-nucléaires


Proposition C Proposition C

D - Paralysie du nerf circonflexe D - Vitesse de sédimentation


Proposition D Proposition D

E - Paralysie radiale E - Recherche de l'albumine dans les urines


Proposition E Proposition E

résultat
Bonne(s) réponse(s) : A C résultat
Bonne(s) réponse(s) : B E
(éventuellement D)
Les lésions osseuses sont les complications les plus fréquentes avec, en La surveillance de la tolérance d'un traitement par les sels d'or recherche
particulier, fracture de trochiter (15 % des cas), fracture de la tête (encoche des complications cutanées, hématologiques, digestives et rénales et les
de Malgaigne), fracture du rebord antéro-inférieur de la glêne de l'omoplate. examens demandés systématiquement sont un hémogramme et une
Les lésions neurologiques sont rares et intéressent essentiellement le nerf protéinurie.
circonflexe. Les hépatites sont rares et n'imposent pas un dosage systématique des
transaminases.

Pathologie de l'appareil locomoteur Pathologie de l'appareil locomoteur


Spécialité Spécialité

60 75
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Une cheville demeurée douloureuse et enraidie après un Dans l'exploration radiologique d'une hernie discale, la
traumatisme doit faire rechercher la ou les complication(s) tomodensitométrie, sans injection de produit de contraste, est
suivante(s) : préférable à la radiculographie parce que :

A - Un cal vicieux A - Elle permet une étude des dimensions du canal rachidien
Proposition A Proposition A

B - Un diastasis tibio-péronier B - Elle visualise toutes les hernies, médianes ou latérales


Proposition B Proposition B

C - Une atteinte chondrale du dôme astragalien C - Elle permet une exploration dynamique du rachis lombaire
Proposition C Proposition C

D - Une algodystrophie D - Elle peut montrer les racines dans les zones funiculaires et
Proposition D Proposition D

E - Une arthrose extra-rachidiennes


Proposition E

résultat
Bonne(s) réponse(s) : A B C D E Proposition E
E - Elle permet d'étudier facilement le contenu du fourreau dural
résultat
Bonne(s) réponse(s) : A B D
Sans commentaire.
Sans commentaire

Pathologie de l'appareil locomoteur Pathologie de l'appareil locomoteur


Spécialité Spécialité

61 76
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Parmi les signes radiologiques suivants, le(s)quel(s) se voie(nt) au A propos d'une section d'un fléchisseur profond des doigts, laquelle
cours de l'ostéomalacie commune? ou lesquelles de ces propositions est (sont) exacte(s)?

A - Hypertransparence osseuse d'aspect flou A - Cette section supprime la flexion essentielle de P2 sur P1
Proposition A Proposition A

B - Hypertrophie des corticales B - La cicatrisation après suture est acquise en moyenne en 6


Proposition B Proposition B

C - Fracture d'une branche ilio-pelvienne semaines


Proposition C

D - Résorption des houppes des phalanges C - La principale séquelle d'une suture est une adhérence
Proposition D Proposition C

E - Effacement de la lamina dura cicatricielle à la gaine tendineuse


Proposition E

résultat
Bonne(s) réponse(s) : A C Proposition D
D - Après la suture, toute mobilisation du doigt est interdite jusqu'à
cicatrisation complète
A : Classique Proposition E
E - Lorsque la section est due à une plaie antéro-latérale, la
C : Une des localisations les plus fréquentes des stries de Looser-Milkmann
recherche d'une atteinte du nerf collatéral doit être systématique
D, E : Hyperparathyroïdie primaire, pas secondaire résultat
Bonne(s) réponse(s) : B C E

A : Flexion de P3 sur P2

Pathologie de l'appareil locomoteur Pathologie de l'appareil locomoteur


Spécialité Spécialité

66 77
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Parmi les signes suivants lequel ou lesquels s'observe(nt) dans un Au cours d'un syndrome du canal carpien, vous pouvez découvrir
syndrome fémoro-rotulien : un déficit de la force musculaire d'un ou plusieurs muscles
suivants. Lequel ou lesquels?
A - Douleur à la descente des escaliers
Proposition A

B - Tiroir antérieur A - Court abducteur du pouce


Proposition B Proposition A

C - Signe de rabot B - Opposant du pouce


Proposition C Proposition B

D - Douleur à la station assise prolongée C - Adducteur du pouce


Proposition D Proposition C

E - Blocages élastiques du genou en demi-flexion D - Chef profond du court fléchisseur du pouce


Proposition E Proposition D

résultat
Bonne(s) réponse(s) : A C D Proposition E
E - Palmaire cutané
résultat
Bonne(s) réponse(s) : A B
B : Témoin d'une lésion du ligament croisé antéro-externe
E : Evocateur d'une lésion méniscale Les muscles de l'éminence thénar innervés par le nerf médian sont : le
court abducteur du pouce, opposant du pouce, le chef superficiel du court
fléchisseur du pouce.
Pathologie de l'appareil locomoteur Pathologie de l'appareil locomoteur
Spécialité Spécialité

80 94
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

A propos du traitement d'un panaris péri-unguéal, laquelle ou Concernant la fracture de l'odontoïde, laquelle ou lesquelles de
lesquelles de ces propositions est (sont) exacte(s)? cette ou de ces proposition(s) est ou sont exacte(s)?

A - Les antibiotiques doivent être prescrits en l'absence de A - C'est le principal facteur étiologique des tétraplégies
Proposition A Proposition A

collection traumatiques
B - L'efficacité du traitement antibiotique à la phase de début se B - Son évolution vers une pseudarthrose vient surtout d'une
Proposition B Proposition B

manifeste dès la 24ème heure méconnaissance initiale du diagnostic


C - Le spectre de l'antibiotique choisi doit être large car le C - Il y a un risque séquellaire plus important de limitation de la
Proposition C Proposition C

staphylocoque n'est pas le seul germe à incriminer flexion-extension du cou que de la rotation
D - Pour guérir un panaris péri-unguéal, il faut systématiquement D - Une crise fébrile avec désorientation et agitation est une des
Proposition D Proposition D

effectuer l'ablation de l'ongle manifestations d'une contusion bulbaire en regard du foyer de


E - Une arthrite P2 P3 est une complication fréquente du panaris fracture
Proposition E

péri-unguéal E - Toute fracture de l'odontoïde doit être opérée pour éviter une
Proposition E

résultat
Bonne(s) réponse(s) : A B pseudarthrose
résultat
Bonne(s) réponse(s) : B D

Pathologie de l'appareil locomoteur Pathologie de l'appareil locomoteur


Spécialité Spécialité

84 7
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Chez un traumatisé grave du thorax, quelle est ou quelles sont, A la suite d'une chute de cheval, une jeune femme présente un
parmi ces propositions, la (les) mesure(s) la (les) plus urgente(s) à traumatisme crânio-facial sans perte de connaissance avec impact
prendre : au niveau du menton. L'examen neurologique est normal. On
trouve une limitation d'ouverture buccale et un trouble d'articulé
A - Trachéotomie dentaire avec contact molaire prématuré droit. De quelle fracture
Proposition A

B - Intubation trachéale peut-il s'agir?


Proposition B

C - Thoracotomie
Proposition C

D - Ostéosynthèse du volet A - Fracture de l'apophyse coronoïde de la mandibule


Proposition D Proposition A

E - Drainage pleural B - Fracture de l'arcade zygomatique


Proposition E Proposition B

résultat
Bonne(s) réponse(s) : B E Proposition C
C - Fracture de l'étage antérieur de la base du crâne
D - Fracture mandibulaire de la région symphysaire
Proposition D

Pour assurer la liberté des voies aériennes et une ventilation efficace. Proposition E
E - Fracture du condyle mandibulaire droit
Tout épanchement pleural aggrave la détresse respiratoire. résultat
Bonne(s) réponse(s) : E

Déjà tombé en IR : 7/88

Pathologie de l'appareil locomoteur Pathologie de l'appareil locomoteur


Spécialité Spécialité

85 44
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Comment suspecter une lésion artérielle lors de l'examen d'une Parmi les variétés de volets costaux suivants, laquelle est bien
fracture d'un membre : tolérée?

A - Par la constatation d'une cyanose distale précoce du membre A - Volets antérieurs


Proposition A Proposition A

B - Par la perception d'un pouls au Doppler auditif et non au doigt B - Volets postérieurs
Proposition B Proposition B

C - Par l'importance de l'hémorragie locale de la plaie C - Volets latéraux


Proposition C Proposition C

D - Par la prescription systématiquement d'une artériographie D - Volets engrenés


Proposition D Proposition D

devant une fracture stade III E - Volets comportant une seule rangée de fractures
Proposition E

Proposition E
E - Par la présence précoce d'une paralysie globale de l'extrémité
résultat
Bonne(s) réponse(s) : B D
du membre
résultat
Bonne(s) réponse(s) : C (plutôt D)
B : les volets postérieurs sont également bien tolérés
A : En faveur d'une lésion veineuse D : volets engrenés donc stables.
D : L'artériographie n'est pas systématique E : ce n'est pas un volet costal (par définition, il faut au moins 2 rangées de
E : En faveur d'une lésion nerveuse fracture)

Pathologie de l'appareil locomoteur Pathologie de l'appareil locomoteur


Spécialité Spécialité

91 64
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Un déplacement d'un foyer de fracture sous plâtre doit être Quel traitement doit-on proposer à une femme de 40 ans, en bon
particulièrement recherché dans la ou les circonstance(s) état général, victime d'une fracture déplacée, sous-capitale, du col
suivante(s) : fémoral?

A - Console de stabilité transversale A - Extension continue


Proposition A Proposition A

B - Comminution corticale asymétrique B - Vissage


Proposition B Proposition B

C - Obésité C - Enclouage de Ender


Proposition C Proposition C

D - Oedème post-fracturaire immédiat D - Prothèse totale


Proposition D Proposition D

E - Foyer diaphysaire plutôt qu'épiphysaire E - Plâtre pelvi-pédieux après réduction


Proposition E Proposition E

résultat
Bonne(s) réponse(s) : A B C D E résultat
Bonne(s) réponse(s) : B

Sans commentaire. 1/87


L'âge jeune de la patiente impose une intervention chirurgicale
conservatrice ce qui élimine A, D, E.
Le caractère "déplacé et sous-capital" plaide en faveur d'une
ostéosynthèse par vis à compression.
Pathologie de l'appareil locomoteur Pathologie de l'appareil locomoteur
Spécialité Spécialité

65 25
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Une femme de 50 ans vient consulter pour douleur de l'aine droite, La fracture engrenée, peu déplacée du col chirurgical de l'humérus
la radiographie de l'articulation coxo-fémorale révèle un pincement chez le vieillard :
discret de l'interligne, un angle cervico-diaphysaire de 160° et une
tête fémorale insuffisamment couverte par le cotyle. Quel A - Est la conséquence habituelle d'une chute sur le moignon de
Proposition A

diagnostic évoquez-vous? l'épaule


B - Nécessite un traitement chirurgical par ostéosynthèse
Proposition B

A - Ostéonécrose de la tête fémorale droite C - Nécessite une immobilisation de 45 jours


Proposition A Proposition C

B - Chondro-calcinose D - Est habituellement de bon pronostic


Proposition B Proposition D

C - Coxarthrose postérieure E - Est souvent compliquée de nécrose de la tête humérale


Proposition C Proposition E

Proposition D
D - Coxarthrose sur dysplasie subluxante
résultat
Bonne(s) réponse(s) : D
E - Algodystrophie
Proposition E

résultat
Bonne(s) réponse(s) : D A : Le plus souvent par choc indirect
B : Pas pour les fractures peu déplacées et engrenées (stables)
3/91 - 6/89 E : Se voit surtout dans les fractures du col anatomique
Il existe un coxa valga et une insuffisance de couverture de la tête.

Pathologie de l'appareil locomoteur Pathologie de l'appareil locomoteur


Spécialité Spécialité

80 39
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Une fracture de l'extrémité inférieure du radius par compression- Un homme âgé de 53 ans, se plaint d'une douleur du pli de l'aine et
extension : de la face antérieure de la cuisse, évoluant depuis un mois. Cette
topographie douloureuse est compatible avec :
A - Entraîne, lorsqu'elle est déplacée, une translation externe de la
Proposition A

main et du poignet A - Névralgie crurale


Proposition A

B - Crée au cours de son déplacement une bascule antérieure de B - Névralgie sciatique


Proposition B Proposition B

l'épiphyse radiale inférieure C - Sacro-iliite


Proposition C

C - Est très souvent aggravée par une compression du nerf médian D - Ostéonécrose de la tête fémorale
Proposition C Proposition D

dans le canal carpien E - Coxite


Proposition E

Proposition D
D - Doit être réduite de manière à ce que la surface articulaire
résultat
Bonne(s) réponse(s) : A D E
inférieure du radius soit à nouveau orientée en bas et en avant
Proposition E
E - Est un facteur fréquent d'algodystrophie IR : 4/87
résultat
Bonne(s) réponse(s) : A D E B, C : douleurs postérieures

C'est le mécanisme des fractures de Pouteau-Colles.

Pathologie de l'appareil locomoteur Pathologie de l'appareil locomoteur


Spécialité Spécialité

92 58
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Quelles mesures thérapeutiques sont préconisées en cas Une femme de 50 ans est traitée par réduction et plâtre cruro-
d'algodystrophie de pied et de cheville récentes? pédieux pour une fracture diaphysaire fermée des deux os de la
jambe. Quelles sont au dixième jour après la réduction les deux
A - Un traitement par calcitonine complications les plus fréquentes?
Proposition A

B - Une mise en décharge du côté atteint


Proposition B

C - Une kinébalnéothérapie des articulations touchées A - ƒpanchement intra-articulaire du genou


Proposition C Proposition A

D - Des massages de drainage veineux et lymphatique B - Phlébite sous plâtre


Proposition D Proposition B

E - L'immobilisation dans une attelle plâtrée C - Suppuration du foyer de fracture


Proposition E Proposition C

résultat
Bonne(s) réponse(s) : A B C D Proposition D
D - Ouverture secondaire du foyer de fracture
E - Déplacement secondaire sous plâtre
Proposition E

Le caractère INDOLORE de la kinésithérapie est fondamental. résultat


Bonne(s) réponse(s) : B E
L'immobilisation plâtrée est contre-indiquée (facteur favorisant
l'algodystrophie). En moyenne, 3 à 4 semaines d'immobilisation puis rééducation (jamais
Le traitement médical est d'autant plus efficace qu'il est entrepris plus plus).
précocement. B : Le traitement préventif par HBPM à dose iso-coagulante est
indispensable
Pathologie de l'appareil locomoteur Pathologie de l'appareil locomoteur
Spécialité Spécialité

11 79
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Parmi les signes radiographiques suivants, indiquez celui ou ceux Pour analyser correctement une radiographie de face et de profil
qui sont plus en faveur d'une maladie de Paget osseuse que d'une du rachis lombaire chez un traumatisé, il faut savoir que :
métastase osseuse d'un cancer de la prostate :
A - La hauteur des disques intervertébraux augmente de L1 à L5
Proposition A

A - Ostéocondensation B - La moelle s'arrête au bord supérieur de L3


Proposition A Proposition B

B - Aspect fibrillaire de l'os C - Les racines rachidiennes lombo-sacrées portent le numéro de


Proposition B Proposition C

C - ƒpaississement des corticales la vertèbre sus-jacente


Proposition C

D - Localisation au bassin D - Le segment vertébral moyen, facteur de stabilité, comprend le


Proposition D Proposition D

E - Vertèbre en cadre mur postérieur, les pédicules et les massifs articulaires


Proposition E

résultat
Bonne(s) réponse(s) : B C E Proposition E
E - Les apophyses transverses, perforées, laissent passer l'artère
iliolombaire
A : Se voit dans la maladie de Paget et le cancer de la prostate (métastase résultat
Bonne(s) réponse(s) : A C D
ostéo-condensante).
D : Non discriminatif IR : 2/90
Pathologie de l'appareil locomoteur Pathologie de l'appareil locomoteur
Spécialité Spécialité

83 89
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Par rapport au traitement orthopédique, le traitement chirurgical Quelle(s) affection(s) rechercher dans le bilan d'une pelvispondylite
d'une fracture de jambe à foyer ouvert a les inconvénients suivants : rhumatismale?

A - Nécessité de contrôles radiographiques répétés A - Un psoriasis


Proposition A Proposition A

B - Consolidation retardée B - Une maladie de Horton


Proposition B Proposition B

C - Risque de raideur C - Une infection à Chlamydia


Proposition C Proposition C

D - Risque infectieux D - Un cancer bronchique


Proposition D Proposition D

E - Risque thrombo-embolique E - Une rectocolite hémorragique


Proposition E Proposition E

résultat
Bonne(s) réponse(s) : B D résultat
Bonne(s) réponse(s) : A C E

Sans commentaire. IR : 6/87

Pathologie de l'appareil locomoteur Médecine légale et toxicologie


Spécialité Spécialité

84 58
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Dans l'entorse grave du genou, quels sont les éléments Le traitement en urgence de l'intoxication oxycarbonée doit
anatomiques les plus fréquemment atteints, avec le ligament croisé comporter systématiquement :
antérieur?
A - L'administration de furosémide
Proposition A

A - Ménisque interne B - L'administration de sérum glucosé hypertonique


Proposition A Proposition B

B - Ménisque externe C - L'administration de drogue inotrope positive


Proposition B Proposition C

C - Ligament latéral interne D - L'administration d'O2 - 12 à 15 litres/mn


Proposition C Proposition D

D - Ligament croisé postérieur E - L'administration de sérum bicarbonaté hypertonique à 42 %


Proposition D Proposition E

Proposition E
E - Ligament latéral externe
résultat
Bonne(s) réponse(s) : D
résultat
Bonne(s) réponse(s) : A C
Oxygénothérapie hyperbare au mieux.
Le mécanisme le plus fréquent se faisant en rotation externe + valgus.

Pathologie de l'appareil locomoteur Médecine légale et toxicologie


Spécialité Spécialité

85 61
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Quelle est ou quelles sont la (les) proposition(s) exacte(s) La prescription de Narcan® (Naloxone) au cours d'une intoxication
concernant une fracture bi-malléolaire par pronation-abduction? par l'héroïne :

A - Le péroné présente un trait spiroïde intra-ligamentaire A - Inhibe la dépression respiratoire


Proposition A Proposition A

B - Le diastasis tibio péronier est important B - Peut entraîner une bradycardie


Proposition B Proposition B

C - La malléole interne présente un trait vertical C - Peut provoquer des vomissements


Proposition C Proposition C

D - Une réduction orthopédique a plus de chances d'être efficace D - Nécessite une perfusion d'entretien (de relais)
Proposition D Proposition D

que pour une fracture par pronation pure E - Peut provoquer un collapsus
Proposition E

Proposition E
E - La consolidation s'effectue en moyenne en 3 mois
résultat
Bonne(s) réponse(s) : A C D
résultat
Bonne(s) réponse(s) : B E
D : Oui, car la demi-vie du Narcan® est de 30 minutes.
Le trait péronier est sus-tuberculaire. Narcan® : antagoniste pur des morphiniques

Pathologie de l'appareil locomoteur Médecine légale et toxicologie


Spécialité Spécialité

86 72
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

A la suite d'une plaie isolée par coup de couteau à la base de Le traitement de l'empoisonnement par insecticide organo-
l'éminence thénar, vous pouvez constater à l'examen clinique : phosphoré peut être obtenu par administration rapide de :

A - Une perte de la flexion de P2 sur P1 du pouce par atteinte du A - Morphine


Proposition A Proposition A

long fléchisseur propre du pouce B - Atropine


Proposition B

B - Une perte de l'opposition du pouce par section du rameau C - Phénobarbital


Proposition B Proposition C

thénarien du médian D - Pralidoxime


Proposition D

C - Une perte de l'adduction du pouce par atteinte de la branche E - Succinylcholine


Proposition C Proposition E

profonde du nerf cubital


résultat
Bonne(s) réponse(s) : B D
D - Un déficit de l'extension de la métacarpo-phalangienne du
Proposition D

pouce par atteinte du long extenseur propre du pouce A savoir


Le traitement comporte :
E - Une insensibilité de la face interne du pouce et de la face
Proposition E

. une oxygénothérapie
externe de l'index par atteinte du 1er nerf interosseux . une perfusion de G10 %
résultat
Bonne(s) réponse(s) : A B . l'administration d'atropine intraveineuse pour ses effets
parasympatholitiques
Médecine légale et toxicologie Médecine légale et toxicologie
Spécialité Spécialité

29 27
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

La consommation de cigarettes peut être impliquée dans la A propos des sévices à enfants, quelle est la proposition fausse?
survenue :
A - Ils peuvent consister uniquement en privation volontaire de
Proposition A

A - D'une artérite des membres inférieurs soins et de nourriture


Proposition A

B - D'une hyperéosinophilie B - Ils ne concernent au plan légal que les enfants de moins de 15
Proposition B Proposition B

C - D'un cancer de la vessie ans


Proposition C

D - D'une polyglobulie C - Ils ne peuvent en aucun cas délier le médecin du secret médical
Proposition D Proposition C

E - D'une bronchite chronique D - Une hospitalisation en urgence est souvent nécessaire pour
Proposition E Proposition D

résultat
Bonne(s) réponse(s) : A C D E protéger l'enfant du milieu familial
E - Ils doivent provoquer une enquête sociale
Proposition E

B : Polynucléose neutrophile résultat


Bonne(s) réponse(s) : C

Au contraire, il s'agit d'une dérogation légale au secret médical.

Médecine légale et toxicologie Médecine légale et toxicologie


Spécialité Spécialité

86 42
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Parmi les propositions suivantes concernant le secret médical, il est L'alcoolo-tabagisme n'est pas incriminé dans la genèse d'un de ces
exact que : cancers, lequel?

A - Il n'existe pas entre médecins A - Cancer de la langue


Proposition A Proposition A

B - Il a été supprimé pour les médecins du travail B - Cancer de l'amygdale


Proposition B Proposition B

C - Il couvre tout ce qui a été vu, entendu et compris à l'occasion et C - Cancer de l'ethmoïde
Proposition C Proposition C

dans l'exercice de la profession D - Cancer de l'hypopharynx


Proposition D

D - Il ne concerne pas les médecins hospitaliers E - Cancer de la margelle laryngée


Proposition D Proposition E

Proposition E
E - Il est opposable au malade
résultat
Bonne(s) réponse(s) : C
résultat
Bonne(s) réponse(s) : C
Fréquent chez les travailleurs du bois (maladie professionnelle
Sans commentaire indemnisable).

Médecine légale et toxicologie Médecine légale et toxicologie


Spécialité Spécialité

10 67
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Le syndrome de sevrage à la morphine est atténué par Un médecin examine une mineure de 12 ans victime d'une
l'administration de : agression sexuelle. A qui, avec l'accord des parents, peut-il faire
part de ses constatations?
A - Paracétamol
Proposition A

B - Clonidine (Catapressan®) A - Le procureur de la république


Proposition B Proposition A

C - Naloxone (Narcan®) B - Le juge d'instruction


Proposition C Proposition B

D - Nalorphine (Nalorphine®) C - L'assistante sociale de secteur


Proposition D Proposition C

E - Glafénine (Glifanan®) D - Une association de défense des femmes violées


Proposition E Proposition D

résultat
Bonne(s) réponse(s) : B Proposition E
E - Aucune des réponses précédentes n'est exacte
résultat
Bonne(s) réponse(s) : A
Effet a 2 positif pré-synaptique
A : Oui. En cas d'agression sexuelle sur un mineur de moins de 15 ans, ou
sur un descendant, le médecin peut signaler le crime à l'autorité publique
en cas d'accord de la victime.

Médecine légale et toxicologie Médecine légale et toxicologie


Spécialité Spécialité

12 97
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Le botulisme, sous la forme de toxi-infection alimentaire, peut être Quels sont parmi les suivants les toxiques dépresseurs du système
transmis par l'un des aliments suivants : nerveux central?

A - Jambon A - Les opiaciés


Proposition A Proposition A

B - Fruits non épluchés consommés crus B - Les champignons hallucinogènes


Proposition B Proposition B

C - Confitures C - Les barbituriques


Proposition C Proposition C

D - Coquillages consommés crus D - Le café


Proposition D Proposition D

E - Oeufs frais E - Les amphétamines


Proposition E Proposition E

résultat
Bonne(s) réponse(s) : A résultat
Bonne(s) réponse(s) : A C

Représente plus de 90 % des cas en France (référence : Pilly). IR : 4/90


B, D, E : Sont des stimulants du SNC
Médecine légale et toxicologie Médecine légale et toxicologie
Spécialité Spécialité

16 81
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Parmi les propositions suivantes, indiquez les trois causes les plus Quelle(s) est (sont) la (les) manifestation(s) clinique(s) que l'on
fréquentes de choc anaphylactique chez l'homme : peut rencontrer dans un syndrome de sevrage à l'alcool?

A - Transfusion de sang incompatible pour les groupes A B O A - Une crise d'épilepsie


Proposition A Proposition A

B - Injection de pénicilline B - Un syndrome cérébelleux


Proposition B Proposition B

C - Bržlure au 2ème degré C - Un pré-delirium tremens


Proposition C Proposition C

D - Injection d'anesthésique curarisant D - Un onirisme confusionnel avec altération de l'état général


Proposition D Proposition D

E - Piqžre d'abeille E - Des vomissements avec tremblements au réveil


Proposition E Proposition E

résultat
Bonne(s) réponse(s) : B D E résultat
Bonne(s) réponse(s) : A C D E

A, C : Ne sont pas des causes de choc anaphylactique A, C, D, E : Il s'agit de différents symptômes cliniques correspondant au
syndrome de sevrage de l'alcool.
B : Non. S'observe en cas d'imprégnation éthylique chronique. Est en
rapport avec une atrophie cérébelleuse. Pas de rapport avec le sevrage. De
plus, en cas d'ivresse aiguë, on observe une ataxie cérébelleuse.

Médecine légale et toxicologie Médecine légale et toxicologie


Spécialité Spécialité

28 82
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Le syndrome de sevrage aux opiacés se manifeste par l'un ou Une intoxication légère par l'oxyde de carbone peut comporter :
plusieurs des symptômes suivants :
A - Céphalées
Proposition A

A - Son apparition 48 heures après la dernière prise B - Hématémèse


Proposition A Proposition B

B - Un état de besoin intense et angoissant C - Insuffisance rénale aiguë


Proposition B Proposition C

C - Des douleurs thoraco-abdominales D - Asthénie


Proposition C Proposition D

D - Un tremblement intentionnel E - Vomissements


Proposition D Proposition E

Proposition E
E - Un myosis
résultat
Bonne(s) réponse(s) : A D E
résultat
Bonne(s) réponse(s) : B C D
IR : 4/86
(D étant discutable) B, C : Pas de rapport avec une intoxication légère au CO
A : Apparition dans les 8 à 24 premières heures
D : Inconstant
E : Signe de surdosage. On voit apparaître une mydriase au contraire, dans
le syndrome de sevrage

Médecine légale et toxicologie Médecine légale et toxicologie


Spécialité Spécialité

30 97
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Les certificats de santé obligatoires prévus par la PMI chez l'enfant Le médecin pourrait légalement, rompre le secret médical en ce qui
doivent être rédigés aux âges suivants : concerne :

A - 1ère semaine A - Les alcooliques dangereux


Proposition A Proposition A

B - 6 mois B - Les toxicomanes


Proposition B Proposition B

C - 9 mois C - Les personnes qui ont avorté clandestinement


Proposition C Proposition C

D - 12 mois D - Les syphilitiques en traitement


Proposition D Proposition D

E - 24 mois E - Les auteurs de sévices à enfants


Proposition E Proposition E

résultat
Bonne(s) réponse(s) : A C E résultat
Bonne(s) réponse(s) : A B C E

IR : 1/89 IR : 2/90
A savoir. A, B, C, E : Dérogations légales au secret médical
D : Déclaration anonyme

Médecine légale et toxicologie Médecine du travail


Spécialité Spécialité

54 40
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

L'intoxication saturnine : Un boulanger fait une crise d'asthme immédiatement après la fin de
l'exposition à la farine. Le certificat médical mentionne la notion de
A - Peut être due à des eaux de boisson crise immédiate mais il est rédigé 15 jours après la fin de
Proposition A

B - Peut être due à l'utilisation domestique de poteries l'exposition. Sachant que le délai de prise en charge est de 7 jours,
Proposition B

C - Peut être d'origine professionnelle dans les fabriques quelle est la proposition exacte :
Proposition C

d'accumulateurs
D - Peut être d'origine professionnelle chez des assistants dentaires A - L'exposition habituelle au risque doit être confirmée par
Proposition D Proposition A

E - Peut être d'origine professionnelle chez des peintres en l'enquête technique de la sécurité sociale
Proposition E

bâtiment B - Un délai d'exposition est requis


Proposition B

résultat
Bonne(s) réponse(s) : A B C E Proposition C
C - Un pneumologue agréé doit confirmer le diagnostic
D - Le collège de trois médecins sera mandaté
Proposition D

Sans commentaire Proposition E


E - L'affection ne sera pas reconnue comme maladie
professionnelle indemnisable
résultat
Bonne(s) réponse(s) : A
Médecine du travail Microbiologie
Spécialité Spécialité

65 75
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

En cas d'accident du travail, le certificat initial descriptif doit être La durée d'incubation proposée en regard de chacune des
rempli : maladies suivantes est exacte pour :

A - Par un praticien choisi par l'employeur A - Scarlatine : 3 à 5 jours


Proposition A Proposition A

B - Par le médecin du travail B - Rubéole : 2 à 3 jours


Proposition B Proposition B

C - Par un médecin assermenté C - Varicelle : 14 jours


Proposition C Proposition C

D - Par le médecin-traitant qui a pris en charge le traitement de D - Rougeole : 10 jours


Proposition D Proposition D

l'accidenté E - Fièvre thyphoïde : 21 jours


Proposition E

Proposition E
E - Par un médecin-expert près les tribunaux
résultat
Bonne(s) réponse(s) : A C D
résultat
Bonne(s) réponse(s) : D
A : 1 à 7 jours.
IR : 7/89 B : 15 jours.
Le médecin est choisi par l'accidenté. C : 14 jours.
D : 10 jours.
E : 7 à 14 jours.

Médecine du travail Microbiologie


Spécialité Spécialité

51 64
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Par qui et à qui doit être adressé le certificat médical à l'occasion Dès le début d'une primo infection virale, c'est-à-dire avant
d'une déclaration de maladie professionnelle indemnisable? l'apparition de la réponse immunitaire spécifique, la réponse anti-
infectieuse que l'organisme peut mettre en oeuvre repose sur :
A - Par le médecin traitant, à la caisse primaire d'assurance maladie
Proposition A

B - Par le médecin du travail, au médecin conseil de la caisse A - La neutralisation par des anticorps
Proposition B Proposition A

primaire d'assurance maladie B - La cytotoxicité médiée par les lymphocytes T


Proposition B

C - Par l'intéressé, à la caisse primaire d'assurance maladie C - La production d'interféron


Proposition C Proposition C

D - Par l'employeur, à la caisse primaire d'assurance maladie D - La cytotoxicité à médiation cellulaire dépendante des anticorps
Proposition D Proposition D

E - Par le médecin du travail, au médecin inspecteur régional du E - La cytotoxicité médiée par les cellules N.K.
Proposition E Proposition E

travail.
résultat
Bonne(s) réponse(s) : C E
résultat
Bonne(s) réponse(s) : C
Au début d'une primo-infection, seuls les mécanismes non spécifiques
IR : 4/86 interviennent.
Sans commentaire. IR : 3/87

Microbiologie Microbiologie
Spécialité Spécialité

14 68
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Parmi les germes suivants, lequel est le plus souvent responsable L'ingestion de viande de porc insuffisamment cuite, infestée peut
d'endocardites aiguës? être à l'origine de certaine(s) parasitose(s) humaine(s), laquelle
(lesquelles)?
A - Le pneumocoque
Proposition A

B - Le gonocoque A - Ascaridiose
Proposition B Proposition A

C - Le staphylocoque doré B - Téniasis


Proposition C Proposition B

D - Le streptocoque viridans C - Trichinose


Proposition D Proposition C

E - L'entérocoque D - Bothriocéphalose
Proposition E Proposition D

résultat
Bonne(s) réponse(s) : C Proposition E
E - Anguillulose
résultat
Bonne(s) réponse(s) : B C
Endocardite aiguë : Staphylocoque doré.
Endocardite subaiguë : Streptocoque viridans. A : Consommation par ingestion d'oeufs embryonnés avec les aliments ou
l'eau de boisson.
B : Viande de boeuf (T. saginata) ou de porc (T. solium) mal cuite.
C : Viande de porc ou de sanglier mal cuite.
D : Ingestion de poissons crus ou mal cuits.
Microbiologie Microbiologie
Spécialité Spécialité

29 87
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Quel est le moyen habituel pour porter le diagnostic de téniasis à Dans quelle(s) parasitose(s) un hôte intermédiaire est
Taenia saginata? indispensable pour assurer le cycle naturel de transmission de la
maladie à l'homme?
A - Biopsie de la muqueuse rectale
Proposition A

B - Biopsie musculaire A - Amibiase


Proposition B Proposition A

C - Scotch-test cutané B - Pédiculose


Proposition C Proposition B

D - Découverte d'anneaux isolés C - Paludisme


Proposition D Proposition C

E - Test de Baerman D - Taeniasis


Proposition E Proposition D

résultat
Bonne(s) réponse(s) : D Proposition E
E - Gale sarcoptique
résultat
Bonne(s) réponse(s) : C D
IR : 1/89 et 2/89
A : Bilharziose. C : Anophèle femelle.
B : Trichinose. D : Porc ou boeuf.
C : Oxyurose.
D : La présence d'anneaux éliminés par le malade en dehors des selles.
Mode de contamination : ingestion de viande peu cuite ou crue (larve).
Microbiologie Microbiologie
Spécialité Spécialité

9 74
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

La réaction de Paul-Bunnell-Davidsohn positive met en évidence : Parmi ces affirmations sur les infections à Chlamydiae, vous
retenez :
A - Les anticorps anti-Forssman
Proposition A

B - Les anticorps anti-virus Epstein-Barr A - Chlamydia trachomatis est un agent intracellulaire obligatoire
Proposition B Proposition A

C - Les anticorps hétérophiles associés à la mononucléose B - 20 à 50 % des sujets sont porteurs d'anticorps antichlamydiae
Proposition C Proposition B

infectieuse C - Chlamydia peut infecter toutes les muqueuses


Proposition C

D - Des agglutinines froides D - Les salpingites aiguës sont toujours bruyantes


Proposition D Proposition D

E - Des anticorps anti-cytomégalovirus E - Chlamydia est résistant aux tétracyclines


Proposition E Proposition E

résultat
Bonne(s) réponse(s) : C résultat
Bonne(s) réponse(s) : A B C

Déjà tombé en IR : 1/87 - IR : 6/88 C : Conjonctivites à inclusion.


Met en évidence les IgM sériques capables d'agglutiner les hématies du E : Les cyclines constituent le traitement de choix.
mouton.

Microbiologie Microbiologie
Spécialité Spécialité

49 83
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Quels sont les sérotypes de méningocoques sur lesquels le vaccin Quels sont les trois gîtes habituels du staphylocoque doré?
anti-méningococcique est actif?
A - Cicatrices d'anciens furoncles
Proposition A

A - Sérotypes A + B B - Cuir chevelu


Proposition A Proposition B

B - Sérotypes A + C C - Narines
Proposition B Proposition C

C - Sérotypes B + C D - ƒpiderme palmo-plantaire


Proposition C Proposition D

D - Sérotypes A + B + C E - Région périnéale


Proposition D Proposition E

Proposition E
E - Aucune des propositions ci-dessus
résultat
Bonne(s) réponse(s) : A C E
résultat
Bonne(s) réponse(s) : B
IR : 1/90
Connaissance. Souvent péri-orificiel.

Microbiologie Microbiologie
Spécialité Spécialité

54 84
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Streptococcus pneumoniae a toutes les caractéristiques sauf une, Trouver le ou les germes habituellement responsable(s) d'une
laquelle? diarrhée glairo-sanglante :

A - Commensal de l'oropharynx A - Rotavirus


Proposition A Proposition A

B - Résistant aux aminosides B - Salmonelle


Proposition B Proposition B

C - Habituellement sensible à la pénicilline G C - Yersinia


Proposition C Proposition C

D - Diplocoque gram - D - Entérovirus


Proposition D Proposition D

E - Responsable de la pneumonie franche lombaire aiguë E - Shigelle


Proposition E Proposition E

résultat
Bonne(s) réponse(s) : D résultat
Bonne(s) réponse(s) : A B C E

Cocci Gram +. A : Cause la plus fréquente des diarrhées de l'enfant fréquemment


associée à une diarrhée glairo-sanglante.
B, C, E : Causes de diarrhées entéro-invasives fébriles.

Microbiologie Microbiologie
Spécialité Spécialité

73 3
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Parmi les parasitoses suivantes, quelles sont celles Les affections suivantes sont toutes transmises par un insecte
s'accompagnant d'une hyperéosinophilie élevée? piqueur hématophage. Cependant, deux d'entre elles ne sont pas
transmises par la piqžre mais par les déjections du vecteur.
A - Ascaridiose Lesquelles?
Proposition A

B - Paludisme
Proposition B

C - Anguillulose A - Paludisme
Proposition C Proposition A

D - Toxoplasmose B - Loase
Proposition D Proposition B

E - Distomatose C - Typhus exanthématique


Proposition E Proposition C

résultat
Bonne(s) réponse(s) : A C E Proposition D
D - Trypanosomiase américaine
E - Trypanosomiase africaine
Proposition E

IR : 3/90 résultat
Bonne(s) réponse(s) : C D
L'hyperéosinophilie est le fait des helminthes.
IR : 7/89
C'est aussi le cas de la fièvre boutonneuse méditerranéenne.
A : Piqžre de l'anophèle.
B : Piqžre par un chrysops.
Microbiologie Néphro-urologie
Spécialité Spécialité

94 91
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Quelles sont, parmi les manifestations biologiques suivantes Une tumeur vésicale superficielle de 2 cm de diamètre :
détectables dans le sang, celle(s) qui traduisent une réponse à une
infestation tissulaire par des larves d'helminthes? A - Oblige à une cystectomie totale si l'on veut appliquer un
Proposition A

traitement chirurgical curateur


A - Augmentation des basophiles B - Récidive dans 2/3 des cas
Proposition A Proposition B

B - Augmentation des plasmocytes C - Touche surtout l'homme jeune de moins de 50 ans


Proposition B Proposition C

C - Augmentation des éosinophiles D - Peut se manifester par une hématurie macroscopique ou


Proposition C Proposition D

D - Augmentation des IgE microscopique


Proposition D

E - Augmentation des IgM E - Cause des infections urinaires à répétition


Proposition E Proposition E

résultat
Bonne(s) réponse(s) : C D résultat
Bonne(s) réponse(s) : D

Sans commentaire. A : La cystectomie est envisagée en cas de tumeur T2.


B : Le taux de récidive dépend du stade et du grade. On ne peut donc pas
répondre vraiment !
D : Devant toute hématurie macroscopique un bilan urologique s'impose.
E : Une symptomatologie de "cystite" chez l'homme doit faire évoquer un
Néphro-urologie Néphro-urologie
Spécialité Spécialité

10 25
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Sans antécédent clinique évocateur, quel signe évoque plutôt une Les modifications biologiques suivantes évocatrices d'un syndrome
glomérulonéphrite chronique devant un tableau de protéinurie paranéo-plasique peuvent se rencontrer chez un malade porteur
isolée? d'un cancer du rein :

A - Présence en abondance de bêta 2 microglobuline A - Hypercalcémie


Proposition A Proposition A

B - Tous les paramètres d'exploration fonctionnelle rénale sont B - Hypophosphorémie


Proposition B Proposition B

normaux sauf l'épreuve d'acidification C - Polyglobulie


Proposition C

C - La protéinurie est toujours supérieure à 2,5 g/24 heures D - Augmentation des phosphatases alcalines
Proposition C Proposition D

D - A l'urographie intraveineuse, il existe des signes focaux de E - Hyperuricémie


Proposition D Proposition E

rétraction et de nécrose papillaire


résultat
Bonne(s) réponse(s) : A B C D
E - La patiente a fait pendant la période d'observation une
Proposition E

hématurie terminale Les principaux syndromes paranéoplasiques en cas de cancer du rein sont :
résultat
Bonne(s) réponse(s) : C - Fièvre en dehors de toute infection,
- Hématologiques : polyglobulie - anémie,
Ce QCM était déjà tombé en 7/87/II avec le même énoncé en multiple. La - Hépatomégalie non métastatique de Stauffer (réponse D),
- Entéropathies exsudatives,

Néphro-urologie Néphro-urologie
Spécialité Spécialité

23 27
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Un homme de 50 ans, obèse, connu pour avoir des poussées Le traitement d'un séminome pur limité au testicule chez un homme
d'arthrite goutteuse, s'est plaint récemment d'une crise douloureuse de 45 ans comporte :
du flanc droit. Sa fonction rénale est normale, l'échographie met en
évidence un calcul de 1,5 cm du rein gauche sans distension A - Une pulpectomie
Proposition A

pyélocalicielle, l'ASP ne montre aucune calcification. Quel B - Une radiothérapie des chaînes lymphatiques lombo-aortiques
Proposition B

traitement faut-il envisager? C - Une orchidectomie par voie inguinale


Proposition C

D - Une lymphadénectomie
Proposition D

A - Lithotritie extra-corporelle E - Une chimiothérapie


Proposition A Proposition E

Proposition B
B - Néphrolithotomie percutanée
résultat
Bonne(s) réponse(s) : B C
C - Montée d'une sonde dans le rein pour réaliser une irrigation par
Proposition C

bicarbonate A : En cas de cancer de la prostate métastasé.


B : Les séminomes sont des tumeurs très radio-sensibles.
D - Cure de diurèse par boissons alcalines
Proposition D

C : Première étape diagnostique et thérapeutique de toute tumeur


E - Cure de Zyloric®
Proposition E

testiculaire, chez un patient prévenu et éventuellement après conservation


résultat
Bonne(s) réponse(s) : D de sperme.

Néphro-urologie Néphro-urologie
Spécialité Spécialité

68 28
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

L'oestrogénothérapie du cancer de prostate par le diéthylstilbestrol : Retenez les propositions exactes concernant le purpura
rhumatoïde :
A - Est indiquée à tous les stades du cancer de prostate
Proposition A

B - Doit débuter par une dose de charge de 50 à 100 milligrammes A - L'atteinte rénale est présente dans environ 80 % des cas
Proposition B Proposition A

par jour B - L'atteinte rénale se traduit le plus souvent par une hématurie
Proposition B

C - Doit toujours être associée à une castration et/ou une protéinurie isolée(s)
Proposition C

D - Doit être prescrite à la posologie de 1 à 3 milligrammes par jour C - Une évolution vers l'insuffisance rénale chronique existe dans
Proposition D Proposition C

E - Est contre-indiquée chez les malades ayant des antécédents moins de 10 % des cas
Proposition E

cardio-vasculaires D - Peut s'accompagner de manifestations neurologiques et


Proposition D

résultat
Bonne(s) réponse(s) : D E notamment de convulsions
E - Peut s'accompagner d'atteinte inflammatoire des organes
Proposition E

IR : 3/87 génitaux externes chez les garçons


C'est un traitement qui n'est que palliatif, améliorant la qualité de vie, donc, résultat
Bonne(s) réponse(s) : B C D E
indiqué dans les cancers de prostate métastasés.
A, B, C : L'atteinte rénale est fréquente (25 - 50 %), elle doit être
Néphro-urologie Néphro-urologie
Spécialité Spécialité

30 70
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Un adénome prostatique peut se compliquer de : Les protéines de Bence-Jones :

A - Rétention vésicale complète A - Sont monoclonales


Proposition A Proposition A

B - Insuffisance rénale B - Peuvent être présentes dans le sérum


Proposition B Proposition B

C - Incontinence par regorgement C - N'ont pas de conséquence pathologique


Proposition C Proposition C

D - Lithiase urétérale D - Fixent le complément par la voie classique


Proposition D Proposition D

E - Lithiase prostatique E - Peuvent précipiter entre 50 et 60°C puis se redissoudre à 100°C


Proposition E Proposition E

résultat
Bonne(s) réponse(s) : A B C résultat
Bonne(s) réponse(s) : A B E

Les lithiases secondaires à la stase urinaire se forment en amont de C : Non, elles sont la cause d'insuffisance rénale par le biais de
l'obstacle. précipitation intra-tubulaire.
IR : 6/89.

Néphro-urologie Néphro-urologie
Spécialité Spécialité

35 21
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Parmi les signes radiologiques suivants, lesquels doivent orienter Un sujet anurique qui reçoit une perfusion de soluté glucosé
vers une hydronéphrose par maladie de la jonction pyélo-urétérale? isotonique (5 %) 3 l/24 h va présenter :

A - Retard d'excrétion du côté atteint A - Une hyperhydratation extracelullaire isolée


Proposition A Proposition A

B - Dilatation isolée des tiges calicielles B - Une déshydratation intracellulaire isolée


Proposition B Proposition B

C - Distension pyélo-calicielle avec bassinet à bord inférieur C - Une hyperhydratation globale


Proposition C Proposition C

convexe D - Une hyperhydratation extracelullaire avec déshydratation


Proposition D

D - Bassinet franchement distendu après injection de Lasilix® intracellulaire


Proposition D

E - Image d'un trop bel uretère E - Aucune des propositions ci-dessus


Proposition E Proposition E

résultat
Bonne(s) réponse(s) : A C D résultat
Bonne(s) réponse(s) : C

Les signes urographiques du syndrome de la jonction pyélo-urétérale sont : IR : 3/87


- Cavités pyéliques et calicielles dilatées, L'apport de glucose isotonique (apport d'eau pure) se répartissant dans les
- Les cavités pyéliques et calicielles restent opacifiées en dehors des délais 2 compartiments extra et intracellulaires chez un anurique.
habituels,
- L'uretère n'est visible que tardivement et NON DILATƒ,

Néphro-urologie Néphro-urologie
Spécialité Spécialité

36 30
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Devant une crise de colique néphrétique, il est logique de contre- La durée classique du traitement antibiotique d'une pyélonéphrite
indiquer : aiguë est :

A - Acidification des urines A - 5 jours


Proposition A Proposition A

B - Utilisation d'antalgiques B - 7 jours


Proposition B Proposition B

C - Utilisation d'anti-inflammatoires non stéroïdiens C - 10 jours


Proposition C Proposition C

D - Restriction hydrique D - 3 semaines


Proposition D Proposition D

E - Utilisation d'antispasmodiques E - 3 mois


Proposition E Proposition E

résultat
Bonne(s) réponse(s) : A résultat
Bonne(s) réponse(s) : D

B, C, D, E constituent le traitement des coliques néphrétiques. IR : 2/90 - 7/87 - 5/85


1 semaine pour le traitement de cystites.

Néphro-urologie Néphro-urologie
Spécialité Spécialité

37 32
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

L'hypertension artérielle réno-vasculaire répond à certaines de ces Un homme de 73 ans, en parfaite santé, vient d'avoir une résection
propositions, lesquelles? endoscopique d'un adénome de 20 g obstructif. 2 copeaux sont le
siège d'un adénocarcinome parfaitement différencié. Le toucher
A - Elle peut se compliquer d'HTA accélérée rectal postopératoire ne montre rien d'anormal, le PSA est normal,
Proposition A

B - Elle peut s'accompagner d'hypokaliémie la scintigraphie osseuse normale. Quelle est l'attitude à adopter?
Proposition B

C - Elle peut s'accompagner d'un souffle abdominal


Proposition C

D - Son diagnostic peut être évoqué à l'urographie intraveineuse A - Réévaluation périodique


Proposition D Proposition A

E - Après 50 ans, elle se rencontre surtout chez la femme B - Biopsie échoguidée de la prostate
Proposition E Proposition B

résultat
Bonne(s) réponse(s) : A B C D Proposition C
C - Résection endoscopique complémentaire
D - Lymphadénectomie pelvienne
Proposition D

B : Association très fréquente (hypersécrétion de rénine et d'aldostérone). Proposition E


E - Radiothérapie de la loge prostatique
C : Traduction clinique de la sténose vasculaire. résultat
Bonne(s) réponse(s) : A
D : Les signes UIV évocateurs sont :
1) Diminution de la taille du rein, L'âge, le terrain et le stade de développement tumoral imposent cette
2) Retard d'apparition du néphrogramme sur les clichés précoces, attitude (évolution lente).
3) Hyperconcentration unilatérale sur les clichés à 10 - 15 mn (aspect de
Néphro-urologie Néphro-urologie
Spécialité Spécialité

37 18
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Parmi ces différents diurétiques, quel est celui qui est indiqué au Quel(s) est(sont) la(les) forme(s) de lithiase urinaire radio-
cours de l'insuffisance rénale sévère (clearance de la créatine < 15 transparente(s) parmi les suivantes?
ml/mn)?
A - Phosphates ammoniaco-magnésiens
Proposition A

A - Thiazidiques B - Lithiase urique


Proposition A Proposition B

B - Diurétiques osmotiques C - Phosphates de calcium


Proposition B Proposition C

C - Spironolactones D - Xanthique
Proposition C Proposition D

D - Furosémide E - Lithiase oxalique


Proposition D Proposition E

Proposition E
E - Inhibiteurs de l'anhydrase carbonique
résultat
Bonne(s) réponse(s) : B D
résultat
Bonne(s) réponse(s) : D
IR : 5/88
IR : 1/88 - 7/87 - 1/87 - 4/86 B : Cause la plus fréquente des lithiases radio-transparentes.
Les diurétiques de l'anse sont les seuls efficaces en cas d'insuffisance D : Cause beaucoup plus rare.
rénale sévère, à dose plus élevée. A, C, E : Lithiases calcifiées (donc radio-opaques) à des degrés différents.

Néphro-urologie Néphro-urologie
Spécialité Spécialité

52 20
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Un sujet de 17 ans, sujet aux amygdalites, se présente à la Quels éléments poussent à une décision chirurgicale chez un
consultation avec un visage bouffi et un léger oedème malléolaire. patient porteur d'un adénome prostatique?
L'examen clinique montre en outre une pression artérielle à
155/105 mm de mercure. Dans le sang, les antistreptolysines sont A - L'intensité de la dysurie et de la pollakiurie
Proposition A

à 600 unités, la créatinine à 220 micromol/l. A la cytologie urinaire B - Le volume de l'adénome


Proposition B

une hématurie abondante d'origine glomérulaire avec de nombreux C - L'existence de calcifications prostatiques à l'échographie
Proposition C

cylindres. La protéinurie est à 2 g/24 h. Il s'agit de : D - L'existence de lithiases vésicales


Proposition D

E - La persistance d'un résidu post-mictionnel avec dilatation du


Proposition E

A - Syndrome néphrotique pur haut appareil


Proposition A

Proposition B
B - Syndrome néphrotique impur
résultat
Bonne(s) réponse(s) : A D E
C - Hépatite aiguë
Proposition C

Proposition D
D - Glomérulonéphrite post-streptococcique Les indications chirurgicales sont :
- Dysurie et gêne fonctionnelle importante,
E - Glomérulonéphrite hématurique avec dépôts d'IgA mésangiaux
Proposition E

- Retentissement sur le haut appareil urinaire,


résultat
Bonne(s) réponse(s) : D
- Infections urinaires récidivantes,
- Lithiases récidivantes.

Néphro-urologie Néphro-urologie
Spécialité Spécialité

88 46
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Laquelle ou lesquelles des constatations suivantes est(sont) Dans les cancers de la vessie, l'hématurie :
compatible(s) avec une sténose de l'artère rénale chez un
hypertendu? A - Est totale si l'hémorragie est abondante
Proposition A

B - Est terminale si l'hématurie est peu importante


Proposition B

A - Un souffle lombaire C - Est le témoin d'une lésion infiltrante


Proposition A Proposition C

B - Un retard d'apparition de la néphrographie D - Est constante si les localisations sont multiples


Proposition B Proposition D

C - Une activité rénine plasmatique basse E - Impose la cystectomie


Proposition C Proposition E

Proposition D
D - Une kaliémie basse en régime normo-sodé et sans traitement
résultat
Bonne(s) réponse(s) : A B
E - Une absence d'abaissement des chiffres tensionnels sous-
Proposition E

captopril IR : 5/90 - 3/90 - 3/87


résultat
Bonne(s) réponse(s) : A B D A : Toute hématurie peut être totale, réelle et abondante.
B: . Hématurie initiale = lésion prostatique ou uréthrale.
IR : 6/88 . Hématurie terminale = lésion vesicale.
L'activité rénine plasmatique est augmentée ce qui provoque un hyperaldo-
stéronisme secondaire qui a pour conséquence une rétention de sodium et
une fuite urinaire de potassium.
Néphro-urologie Néphro-urologie
Spécialité Spécialité

9 49
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Parmi les antibiotiques suivants, tous efficaces sur l'Escherichia Parmi les facteurs suivants, quel est ou quels sont ceux qui
coli, isolé par examen cytobactériologique des urines chez un peuvent aggraver une insuffisance rénale chronique?
homme de 40 ans qui présente un tableau clinique de prostatite
aiguë, le ou lesquels choisissez-vous? A - Les pénicillines
Proposition A

B - Une déshydratation extracellulaire


Proposition B

A - Ampicilline C - Un obstacle sur les voies urinaires


Proposition A Proposition C

B - Cotrimoxazole (Bactrim®) D - L'injection de produits iodés


Proposition B Proposition D

C - Péfloxacine E - Des infections urinaires à répétition


Proposition C Proposition E

Proposition D
D - Aminoglycoside
résultat
Bonne(s) réponse(s) : B C D E
E - Colimycine
Proposition E

résultat
Bonne(s) réponse(s) : B C IR : 6/89
A : Contrairement aux aminosides, les pénicillines n'aggravent pas
IR : 1/90 l'insuffisance rénale chronique.
Le Bactrim® et les fluoro-quinolones ont une bonne pénétration prostatique
(but recherché en cas de prostatite aiguë).
Il faut rechercher et traiter une éventuelle MST associée.
Néphro-urologie Neurologie
Spécialité Spécialité

65 53
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Le syndrome néphrotique chez l'enfant : Lors d'un coma, l'existence de sueurs profuses et d'un cutané
plantaire en extension des 2 côtés doit faire évoquer un des
A - Est le plus fréquemment cortico-sensible diagnostics suivants :
Proposition A

B - Le plus souvent ne rechute pas


Proposition B

C - Nécessite une ponction-biopsie rénale avant toute A - Un coma acidocétosique


Proposition C Proposition A

corticothérapie B - Un coma éthylique


Proposition B

D - ƒvolue fréquemment vers l'insuffisance rénale chronique C - Un coma endocrinien


Proposition D Proposition C

E - Nécessite un régime limité en sodium en dehors des poussées D - Un coma hypoglycémique


Proposition E Proposition D

pour limiter les rechutes E - Un coma barbiturique


Proposition E

résultat
Bonne(s) réponse(s) : A résultat
Bonne(s) réponse(s) : D

La néphrose lipoïdique de l'enfant est le plus souvent cortico-sensible Sans commentaire.


(environ 80 à 90 % des cas) avec possibilité de rechutes fréquentes
(environ 2/3 des cas cortico-sensibles). La PBR n'est nécessaire qu'en cas
de cortico-résistance ou cortico-dépendance à forte dose.
Aucun traitement n'est nécessaire entre 2 rechutes en cas de rémission
Neurologie Neurologie
Spécialité Spécialité

3 62
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

La maladie d'Alzheimer se caractérise par les signes suivants sauf Une névralgie symptomatique du trijumeau peut être déterminée
un, lequel? par :

A - Trouble de la mémoire A - Un anévrysme carotidien dans le sinus caverneux


Proposition A Proposition A

B - Aphasie B - Une tumeur pariétale


Proposition B Proposition B

C - Syndrome pyramidal C - Une ischémie dans le territoire de la cérébrale postérieure


Proposition C Proposition C

D - Apraxie D - Un neurinome du VIII


Proposition D Proposition D

E - Agnosie E - Une sclérose en plaques


Proposition E Proposition E

résultat
Bonne(s) réponse(s) : C résultat
Bonne(s) réponse(s) : A D E

- Syndrome aphaso-apaxo-agnosique. A : Compression du V1 dans le sinus caverneux.


- Syndrome extrapyramidal fréquent après un certain temps d'évolution D : Compression de la racine du V dans l'angle ponto-cérébelleux.
mais pas de syndrome pyramidal. E : Atteinte du V dans son trajet intraxial.

Neurologie Neurologie
Spécialité Spécialité

44 63
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Quelle est la plus fréquente des compressions médullaires non Quelle(s) est (sont) la (les) bonne(s) réponse(s) concernant la
traumatiques chez un sujet de plus de 50 ans? dystrophie musculaire de Duchenne de Boulogne?

A - Neurinome A - C'est une myopathie de transmission autosomique dominante


Proposition A Proposition A

B - Méningiome B - L'hypotrophie des mollets est un signe de grande valeur


Proposition B Proposition B

C - Hernie discale C - L'atteinte cardiaque y est fréquente


Proposition C Proposition C

D - Métastase ostéoépidurale D - Elle réduit l'espérance de vie


Proposition D Proposition D

E - Autre réponse E - Il existe une myotonie


Proposition E Proposition E

résultat
Bonne(s) réponse(s) : D résultat
Bonne(s) réponse(s) : B C D

QCM : 3/88/1 A : Non, maladie récessive liée à l'X.


Connaissance. B : Non, hypertrophie musculaire des mollets.
C : Non, atteinte cardiaque y est rare, les causes de décès habituelles sont
: infection pulmonaire, fausse route, dilatation gastrique aiguë.
D : Evident.
E : Trouble du tonus musculaire caractérisé par la lenteur et la difficulté de

Neurologie Neurologie
Spécialité Spécialité

52 82
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Devant une hémiplégie massive, proportionnelle et pure, à quelle Vous retenez comme cause(s) habituelle(s) d'une mononévrite ou
topographie lésionnelle pensez-vous? d'une multinévrite :

A - Cortex cérébral A - Le diabète


Proposition A Proposition A

B - Capsule interne B - La périartérite noueuse


Proposition B Proposition B

C - Pédoncule cérébral C - Le botulisme


Proposition C Proposition C

D - Protubérance D - La lèpre
Proposition D Proposition D

E - Bulbe E - L'alcoolisme chronique


Proposition E Proposition E

résultat
Bonne(s) réponse(s) : B résultat
Bonne(s) réponse(s) : A B D

Connaissance. Les 3 étiologies majeures de multinévrite.


QCM : 1/86/I
Neurologie Neurologie
Spécialité Spécialité

85 24
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Quelles sont les séquences cliniques classiques compatibles avec En dehors de contre-indications dues à l'âge, l'état clinique ou le
le diagnostic d'hématome extradural post-traumatique? terrain, le bilan étiologique devant une hémorragie méningée doit
comporter :
A - Perte de connaissance brève lors du traumatisme, puis 3
Proposition A

heures plus tard céphalées, hémiplégie et coma A - ƒlectroencéphalogramme


Proposition A

B - Coma d'emblée, durable B - Scanner sans injection


Proposition B Proposition B

C - Obnubilation depuis le traumatisme puis quelques heures plus C - Artériographie des 4 axes artériels
Proposition C Proposition C

tard aggravation de l'état de conscience et hémiplégie D - Doppler des vaisseaux du cou


Proposition D

D - Rien au moment du traumatisme puis troubles de la conscience E - Bilan de la coagulation sanguine


Proposition D Proposition E

2 heures plus tard


résultat
Bonne(s) réponse(s) : B C E
E - Rien au moment du traumatisme puis crise BJ droite 4 heures
Proposition E

plus tard A la recherche d'un trouble de la coagulation, d'une malformation vasculaire


résultat
Bonne(s) réponse(s) : A B C D E ou d'un anévrysme intracrânien.

Devant tous ces types d'évolution, il faudra évoquer un hématome

Neurologie Neurologie
Spécialité Spécialité

90 41
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Dans leurs aspects typiques : Au cours de la maladie de Horton, laquelle (lesquelles) parmi les
propositions suivantes est (sont) celle(s) exacte(s)?
A - Le tremblement parkinsonien survient au repos
Proposition A

B - Le tremblement essentiel survient au repos A - Association fréquente à une symptomatologie de pseudo-


Proposition B Proposition A

C - Le tremblement sénile est maximum lors du maintien de polyarthrite rhizomélique


Proposition C

l'attitude B - Risque de cécité


Proposition B

D - Le tremblement cérébelleux disparaît lors des mouvements C - Possibilité de nécrose du scalp


Proposition D Proposition C

E - Le tremblement essentiel est amélioré par le Propranolol D - Possibilité de biopsie d'artère temporale négative
Proposition E Proposition D

résultat
Bonne(s) réponse(s) : A C E Proposition E
E - Indication de corticothérapie générale à la dose de 4 mg/kg/j
résultat
Bonne(s) réponse(s) : A B C D
Sans commentaire.
Panartérite inflammatoire giganto-cellulaire avec atteinte segmentaire (d'o•
la possibilité de biopsie négative) touchant surtout les branches de la
carotide externe.
E : Corticothérapie entreprise en urgence à la posologie de 1 mg/Kg/j pour
éviter la cécité voire sa bilatéralisation.

Neurologie Neurologie
Spécialité Spécialité

94 78
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Des troubles de l'équilibre peuvent être générés par des lésions Laquelle ou lesquelles des propositions suivantes concernant les
intéressant : vertiges est (sont) exacte(s)?

A - Les voies de la sensibilité profonde A - Le vertige est une illusion de déplacement des objets
Proposition A Proposition A

B - Les hémisphères cérébelleux environnants


Proposition B

C - Le vermis cérébelleux B - Une atteinte vestibulaire peut donner une impression d'ébriété à
Proposition C Proposition B

D - L'oreille interne la marche, une impression de chute ou de déviation


Proposition D

E - Les voies spinothalamiques de la sensibilité C - Le vertige peut se terminer par une perte de connaissance
Proposition E Proposition C

résultat
Bonne(s) réponse(s) : A C D Proposition D
D - L'ataxie est une forme particulière de vertige
E - Un vertige rotatoire est toujours d'origine centrale
Proposition E

Sans commentaire. résultat


Bonne(s) réponse(s) : A B

IR : 3/87
C : Par définition, le vertige ne comprend pas de perte de connaissance.
Ceci dit, certaines pathologies (infarctus du tronc cérébral, par exemple)
peuvent se manifester par un vertige, suivi ensuite d'une perte de
Neurologie Neurologie
Spécialité Spécialité

21 6
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Parmi les propositions suivantes concernant le dosage plasmatique Une hémiplégie avec déviation de la tête et des yeux du côté
des médicaments antiépileptiques, retenez celle ou celles qui opposé :
répond(ent) à un objectif satisfaisant :
A - Est due à une lésion frontale
Proposition A

A - Il permet en cas de doute de vérifier si le traitement est bien pris B - Est due à une lésion pariéto-occipitale
Proposition A Proposition B

B - Il doit être réalisé systématiquement tous les mois pour prévenir C - Est due à une lésion de la protubérance basse
Proposition B Proposition C

les surdosages thérapeutiques D - Est toujours associée à des troubles de la conscience


Proposition D

C - Lors de l'installation du traitement, il doit être réalisé après un E - Est toujours associée à une hémianopsie latérale homonyme
Proposition C Proposition E

certain délai fonction de la demi-vie du médicament


résultat
Bonne(s) réponse(s) : A
D - Il permet, en cas de polythérapie, d'apprécier d'éventuelles
Proposition D

interactions thérapeutiques Sans commentaire.


E - Il est logique de le réaliser lorsqu'il y a recrudescence des
Proposition E

crises malgré un traitement bien pris


résultat
Bonne(s) réponse(s) : A C D E
Neurologie Neurologie
Spécialité Spécialité

26 22
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Parmi les signes suivants, un n'est pas observé au cours de la crise Les arguments en faveur du diagnostic de méningite tuberculeuse
de vertige de Ménière, lequel? comportent :

A - Nausées A - Liquide céphalorachidien hémorragique


Proposition A Proposition A

B - Acouphènes B - Hypoglycorachie
Proposition B Proposition B

C - Perte de connaissance C - Sujet transplanté


Proposition C Proposition C

D - Déviation des index D - Atteinte de l'état général


Proposition D Proposition D

E - Nystagmus E - Atteinte des paires crâniennes


Proposition E Proposition E

résultat
Bonne(s) réponse(s) : C résultat
Bonne(s) réponse(s) : B C D E

IR : 7/89 B : Elément quasi-constant, très important pour l'orientation diagnostique


Jamais de perte de connaissance pendant la maladie de Ménière. devant une méningite lymphocytaire.
C, D : Evocateur de l'origine tuberculeuse.
E : Dans le cadre de méningite basilaire avec infiltration de la base du
crâne.

Neurologie Neurologie
Spécialité Spécialité

87 31
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Dans le syndrome de Guillain-Barré : Parmi les signes d'examens suivants, quels sont ceux que l'on
retrouve au cours d'une maladie d'Alzheimer?
A - Il y a habituellement des troubles sphinctériens
Proposition A

B - Les réflexes ostéo-tendineux sont abolis A - Un manque du mot


Proposition B Proposition A

C - Le risque majeur est l'atteinte respiratoire B - Une difficulté à se situer dans le temps
Proposition C Proposition B

D - Il y a une dissociation albumino-cytologique C - Une difficulté à effectuer un dessin en perspective


Proposition D Proposition C

E - Les mesures de vitesse de conduction nerveuses sont normales D - Un piétinement lors de l'initiation de la marche
Proposition E Proposition D

résultat
Bonne(s) réponse(s) : B C D Proposition E
E - Une impossibilité à porter le regard vers le haut et le bas
résultat
Bonne(s) réponse(s) : A B C
IR : 2/89
A : Absence habituelle de troubles sphinctériens. C : Apraxie constructive.
E : Il existe une diminution de vitesse de conduction nerveuse (atteinte D : Evoque une maladie de Parkinson.
myélinique) à prédominance proximale prouvée par l'EMG de stimulation- E : Evoque la paralysie supranucléaire progressive (maladie de Steek-
détection. Richardson).

Neurologie Neurologie
Spécialité Spécialité

4 50
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Parmi les faits suivants, lequel (lesquels) oriente(nt) vers le Chez un épileptique, la survenue d'anomalies irritatives sur les
diagnostic de dissection carotidienne, chez un patient atteint d'une tracés
hémiplégie? encéphalographiques peut être favorisée par :

A - Survenue après un traumatisme cervical A - L'hyperpnée


Proposition A Proposition A

B - Présence de douleurs latéro-cervicales B - L'injection intraveineuse d'une benzodiazépine


Proposition B Proposition B

C - Age supérieur à 60 ans C - Le sommeil


Proposition C Proposition C

D - Présence d'un signe de Claude Bernard Horner D - La stimulation lumineuse intermittente


Proposition D Proposition D

E - Présence d'une fibrillation auriculaire E - L'absorption d'un bêta-bloquant une heure avant
Proposition E Proposition E

résultat
Bonne(s) réponse(s) : A B D l'enregistrement
résultat
Bonne(s) réponse(s) : A C D
Sans commentaire.
IR : 6/87
B : Propriétés anti-comitiales.
A, C, D : Couramment utilisés pour mettre en évidence une anomalie non
détectée sur les tracés E.E.G de base. Certaines anomalies n'apparaissent
Neurologie Neurologie
Spécialité Spécialité

8 87
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Les propositions suivantes concernent la polynévrite classique. Parmi les signes suivants, quel(s) est (sont) celui (ceux) qui vous
Retenez celle (ou celles) qui est (ou sont) exacte(s): oriente(nt) vers le diagnostic de neurinome chez un patient atteint
d'une sciatique L5 traînante?
A - Atteinte possible des 3 types de fibres (motrices, sensitives et
Proposition A

végétatives) A - Topographie de la douleur


Proposition A

B - Atteinte asynchrone et asymétrique de plusieurs troncs nerveux B - Signe de la sonnette


Proposition B Proposition B

C - Troubles sensitifs distaux en chaussettes C - Douleurs à recrudescence nocturne


Proposition C Proposition C

D - Aréflexie achilléenne D - ƒlargissement du trou de conjugaison


Proposition D Proposition D

E - Anesthésie en selle E - Signe de Lasègue à 30°


Proposition E Proposition E

résultat
Bonne(s) réponse(s) : A C D résultat
Bonne(s) réponse(s) : C D

IR : 1/87 A est non spécifique.


Polynévrite : atteinte symétrique et distale. B et E orientent vers une hernie discale.
B : C'est le cas des multinévrites.
E : Syndrome de la queue de cheval.
Neurologie Nutrition
Spécialité Spécialité

90 90
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

La maladie de Horton : Citez les 3 aliments les plus riches en cholestérol :

A - Est une maladie de l'adulte jeune A - Pain


Proposition A Proposition A

B - Est caractérisée par la présence de cellules géantes dans la B - Poisson


Proposition B Proposition B

média artérielle C - Charcuterie


Proposition C

C - Peut atteindre d'autres artères que les artères céphaliques D - Viande maigre
Proposition C Proposition D

D - N'est pas une artérite inflammatoire E - Jaune d'oeuf


Proposition D Proposition E

Proposition E
E - Peut entraîner des lésions de nécrose ischémique
résultat
Bonne(s) réponse(s) : C D E
résultat
Bonne(s) réponse(s) : B C E
Sans commentaire.
A : Pas avant 50 ans.
D : Panartérite inflammatoire giganto-cellulaire avec fragmentation de la
limitante élastique interne touchant avec prédilection les branches de la
carotide externe.

Nutrition Nutrition
Spécialité Spécialité

88 27
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Le régime proposé dans l'hypercholestérolémie pure, chez un sujet La diététique de l'obésité implique que :
dont le poids est normal, comprend le plus souvent :
A - La ration calorique globale est réduite d'un tiers environ au
Proposition A

A - Une réduction des apports lipidiques (à 30 % des calories) début


Proposition A

B - Une réduction des apports en glucides complexes (riz, pâtes...) B - La ration glucidique ne doit pas excéder 30 % de l'apport
Proposition B Proposition B

C - Une réduction des graisses saturées calorique


Proposition C

D - Une interdiction de toute boisson alcoolisée C - Il faut conserver un apport protidique voisin de 1 g/kg de poids
Proposition D Proposition C

E - Une réduction des graisses monoinsaturées D - Le fractionnement des repas est souhaitable
Proposition E Proposition D

résultat
Bonne(s) réponse(s) : A C Proposition E
E - Les régimes "dissociés" sont déconseillés car ils peuvent
conduire à des carences et n'ont pas de "valeur éducative" quant
Il faut diminuer les aliments riches en cholestérol et favoriser les graisses au comportement alimentaire
mono et polyinsaturées par rapport aux graisses saturées. résultat
Bonne(s) réponse(s) : C D E

A : Très variable. Tout dépend de la consommation calorique habituelle, de


l'âge, de l'activité physique, de la motivation, etc...

Nutrition Nutrition
Spécialité Spécialité

48 91
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Il existe une corrélation positive entre risque cardiovasculaire et : Une hyperuricémie peut être associée à :

A - Taux de cholestérol total A - Obésité


Proposition A Proposition A

B - Taux de LDL cholestérol B - Prise de diurétiques


Proposition B Proposition B

C - Taux d'apoprotéine Al C - Pré-éclampsie


Proposition C Proposition C

D - Taux d'apoprotéine B D - Insuffisance rénale


Proposition D Proposition D

E - Taux de HDL cholestérol E - Cirrhose


Proposition E Proposition E

résultat
Bonne(s) réponse(s) : A B D résultat
Bonne(s) réponse(s) : A B C D

C, E : Corrélation négative. Sans commentaire.

Nutrition Ophtalmologie
Spécialité Spécialité

3 35
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Les acides gras les plus représentés dans l'huile d'olive sont : L'atteinte oculaire par amiodarone doit être recherchée au niveau :

A - Les acides gras polyinsaturés de la série oméga 6 A - Du corps vitré


Proposition A Proposition A

B - Les acides gras de la série oméga 3 B - De la sclère


Proposition B Proposition B

C - Les acides gras monoinsaturés C - Du cristallin


Proposition C Proposition C

D - Les acides gras saturés à chaîne courte D - De la cornée


Proposition D Proposition D

E - Les acides gras saturés à chaîne moyenne E - De la conjonctive


Proposition E Proposition E

résultat
Bonne(s) réponse(s) : C résultat
Bonne(s) réponse(s) : D

Riche en acide oléique. La Cordarone induit des dépôts cornéens quasi systématiques chez
l'adulte. Sa présence n'entraîne pas l'arrêt du traitement.
Ophtalmologie Ophtalmologie
Spécialité Spécialité

45 83
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Une hémianopsie intéressant les deux champs temporaux traduit Une diplopie peut être provoquée par :
une lésion :
A - Diabète
Proposition A

A - Du chiasma optique B - Sclérose en plaques


Proposition A Proposition B

B - Des bandelettes optiques C - Infarctus occipital


Proposition B Proposition C

C - Des radiations optiques D - Myasthénie


Proposition C Proposition D

D - Des corps genouillés latéraux E - Méningite


Proposition D Proposition E

Proposition E
E - Des cortex occipitaux
résultat
Bonne(s) réponse(s) : A B D E
résultat
Bonne(s) réponse(s) : A
A, B : Evident.
QCM : 6/91/1 C : Non.
Lieu de croisement des voies optiques. D : Diplopie labile.
E : Toutes les méningites peuvent se compliquer de paralysies
oculomotrices (III, VI).

Ophtalmologie Ophtalmologie
Spécialité Spécialité

50 34
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

L'examen à demander en priorité chez un patient suspect de corps L'exophtalmie est réductible en cas de :
étranger intra-oculaire est :
A - Tumeur du nerf optique
Proposition A

A - Un électrorétinogramme B - Tumeur extra-conique


Proposition A Proposition B

B - Un dosage du fer dans l'humeur aqueuse C - Varicosités orbitaires


Proposition B Proposition C

C - Une radiographie de l'orbite D - Hyperthyroïdie


Proposition C Proposition D

D - Une échographie oculaire E - Anévrysme carotido-caverneux


Proposition D Proposition E

Proposition E
E - Une tomodensitométrie orbitaire
résultat
Bonne(s) réponse(s) : C D E
résultat
Bonne(s) réponse(s) : C
A, B : Non réductibles.
QCM : 7/87/I E : Exophtalmie réductible mais pulsatile.
C : Permet de diagnostiquer la présence d'un corps étranger radio-opaque. D : Dans la maladie de Basedow, l'exophtalmie simple est réductible alors
que l'exophtalmie maligne devient irréductible.

Ophtalmologie Ophtalmologie
Spécialité Spécialité

51 74
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Devant un oeil rouge, un des signes suivants doit faire écarter le Devant une baisse d'acuité visuelle rapide associée à un oeil rouge
diagnostic de conjonctivite, lequel? et douloureux, vous évoquez :

A - Sécrétions A - Une hémorragie du vitré


Proposition A Proposition A

B - Larmoiement B - Une kératite aiguë


Proposition B Proposition B

C - Baisse d'acuité visuelle C - Une hémorragie sous-conjonctivale


Proposition C Proposition C

D - Rougeur diffuse D - Une migraine ophtalmique


Proposition D Proposition D

E - Sensation de sable E - Un glaucome aigu par fermeture de l'angle


Proposition E Proposition E

résultat
Bonne(s) réponse(s) : C résultat
Bonne(s) réponse(s) : B E

QCM : 5/85/I A : Îil blanc non douloureux.


Devant une baisse de l'acuité visuelle, un oeil rouge évoque : B : Îil indolore sans baisse de l'acuité visuelle.
1) Iridocyclite, D : Îil blanc, indolore, les troubles précèdent les céphalées.
2) Glaucome aigu,
3) Kératite.

Ophtalmologie Ophtalmologie
Spécialité Spécialité

56 88
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Le glaucome aigu par fermeture de l'angle survient le plus souvent Un décollement de rétine peut survenir dans les suites :
chez :
A - D'une rétinopathie diabétique proliférative
Proposition A

A - L'enfant B - D'une plaie perforante oculaire


Proposition A Proposition B

B - Le fort myope C - D'une contusion fermée du globe oculaire


Proposition B Proposition C

C - L'aphaque D - De la survenue d'un trou maculaire chez le grand myope


Proposition C Proposition D

D - L'hypermétrope E - De la chirurgie de la cataracte


Proposition D Proposition E

Proposition E
E - Les sujets de sexe masculin
résultat
Bonne(s) réponse(s) : A B C D E
résultat
Bonne(s) réponse(s) : D
A : Par traction des brides vitréennes sur la rétine.
Facteur de risque de glaucome aigu par fermeture de l'angle.
Ophtalmologie Ophtalmologie
Spécialité Spécialité

18 62
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Quelle est la principale complication de la rétinopathie diabétique Vous excluez des causes favorisantes de décollement de rétine :
non proliférante?
A - Les dégénérescences rétiniennes périphériques
Proposition A

A - Hémorragie du vitré B - La myopie forte


Proposition A Proposition B

B - Oedème maculaire C - La cataracte nucléaire


Proposition B Proposition C

C - Décollement de la rétine D - Les traumatismes


Proposition C Proposition D

D - Glaucome néovasculaire E - L'aphakie


Proposition D Proposition E

Proposition E
E - Oedème papillaire
résultat
Bonne(s) réponse(s) : C
résultat
Bonne(s) réponse(s) : B
Les facteurs favorisant le DR sont :
IR : 7/87 Myopie forte - Aphakie - Contusions et traumatismes oculaires - Lésions
L'oedème maculaire est la cause principale de la baisse de l'acuité visuelle existant au F.O. [bride vitréenne ; dégénérescence : palissadique, givrée ;
dans ce cas. déhiscence (ou déchirure) rétinienne ; trou ; rétinoschisis], sujet âgé et
antécédents familiaux et personnels de décollement de rétine.

Ophtalmologie Ophtalmologie
Spécialité Spécialité

59 62
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Devant une exophtalmie bilatérale, associée à une rétraction de la Les collyres mydriatiques sont indiqués en cas de :
paupière supérieure, quel est le premier diagnostic à évoquer?
A - Sclérite
Proposition A

A - Hyperthyroïdie B - Iridocyclite
Proposition A Proposition B

B - Hypothyroïdie C - Glaucome chronique à angle large


Proposition B Proposition C

C - Hyperparathyroïdie D - Kératite
Proposition C Proposition D

D - Processus néoplasique locorégional E - Glaucome par fermeture de l'angle


Proposition D Proposition E

Proposition E
E - Glaucome chronique
résultat
Bonne(s) réponse(s) : B C D
résultat
Bonne(s) réponse(s) : A
IR : 4/88.
La rétraction palpébrale ainsi que l'asynergie oculo-palpébrale sont des B : Pour éviter la survenue de synéchies iridocristalliniennes.
signes d'hyperthyroïdie. C : Les sympathomimétiques diminuent la sécrétion de l'humeur aqueuse.
L'exophtalmie et le myxoedème pré-tibial sont des signes de la maladie de D : Les parasympatholytiques ont une action antalgique.
Basedow.

Ophtalmologie Ophtalmologie
Spécialité Spécialité

60 72
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Quel est le principal risque évolutif de la cataracte congénitale? Une diplopie s'observe habituellement au cours :

A - La survenue d'un décollement de rétine A - D'une paralysie de la latéralité


Proposition A Proposition A

B - L'intumescence cristallinienne B - D'un strabisme convergent de l'enfant avant traitement


Proposition B Proposition B

C - L'atrophie du nerf optique C - D'une hypertension intracrânienne


Proposition C Proposition C

D - L'amblyopie D - D'un traumatisme de l'angle supéro-interne de l'orbite


Proposition D Proposition D

E - L'atrophie du globe oculaire E - D'une paralysie intrinsèque de la IIIème paire


Proposition E Proposition E

résultat
Bonne(s) réponse(s) : D résultat
Bonne(s) réponse(s) : C D

IR : 5/88. IR : 4/89.
L'amblyopie est un état de déprivation centrale de la vision qui dans ce cas La paralysie de la latéralité est une paralysie de fonction conjuguée des 2
serait due à la non stimulation rétinienne prolongée. yeux.
Chez l'enfant, l'oeil convergent est "neutralisé" par le cerveau et il n'y a
donc pas de diplopie.
E : Une paralysie intrinsèque de la IIIème paire associe : une mydriase
aréflexique et une paralysie de l'accomodation.

Ophtalmologie Ophtalmologie
Spécialité Spécialité

61 73
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Parmi les signes cliniques suivants, indiquer celui qui caractérise Chez un malade accusant une baisse unilatérale de l'acuité
l'occlusion aiguë de l'artère centrale de la rétine : visuelle, quel(s) signe(s) permet(tent) de suspecter une
neuropathie optique rétrobulbaire?
A - Douleur oculaire
Proposition A

B - Hémorragies rétiniennes diffuses A - Douleurs lors des mouvements oculaires


Proposition B Proposition A

C - Oedème ischémique de la rétine B - Fond d'oeil normal


Proposition C Proposition B

D - Atrophie papillaire C - Scotome central au champ visuel


Proposition D Proposition C

E - Oedème de stase papillaire D - Phosphènes


Proposition E Proposition D

résultat
Bonne(s) réponse(s) : C Proposition E
E - Trouble de la vision des couleurs
résultat
Bonne(s) réponse(s) : A B C E
IR : Sud/92 - 4/90 - 7/86.
Clinique : Baisse brutale et quasi-totale de l'acuité visuelle avec un oeil IR : 2/87.
blanc et indolore. "Le malade ne voit rien, le médecin non plus".
Fond d'oeil : Îdème ischémique de la rétine avec macula rouge cerise, E : Dyschromatopsie de l'axe rouge-vert.
artères grêles.
Il faut demander une VS en urgence pour rechercher une maladie de
Ophtalmologie Oto-rhino-laryngologie
Spécialité Spécialité

76 53
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Une hémianopsie latérale homonyme droite peut correspondre à Quelles sont les dangers possibles d'une sous-maxillectomie faite
trois des hypothèses topographiques suivantes : par voie cutanée pour lithiase sous-maxillaire?

A - Une atteinte du nerf optique droit A - Plaie de la carotide externe


Proposition A Proposition A

B - Une atteinte de la bandelette optique gauche B - Lésion du nerf lingual


Proposition B Proposition B

C - Une atteinte du corps genouillé externe droit C - Lésion du nerf spinal (XI)
Proposition C Proposition C

D - Une atteinte unilatérale gauche des voies géniculostriées D - Lésion du filet mentonnier du facial (VII)
Proposition D Proposition D

E - Une atteinte occipitale gauche E - Lésion du nerf grand hypoglosse (XII)


Proposition E Proposition E

résultat
Bonne(s) réponse(s) : B D E résultat
Bonne(s) réponse(s) : B D

A : Responsable de cécité monoculaire. La sous-maxillectomie par voie cutanée expose essentiellement au risque
C : Déficit du champ visuel GAUCHE. de lésion du rameau mentonnier du nerf facial, et à un degré moindre à la
L'hémianopsie latérale homonyme signe une atteinte rétrochiasmatique. blessure du nerf lingual.
Le nerf lingual peut également être lésé lors de l'exérèse d'un calcul du
canal de Wharton par voie endobuccale.

Oto-rhino-laryngologie Oto-rhino-laryngologie
Spécialité Spécialité

6 79
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

La dysphonie est le motif de consultation habituel dans les Une tuméfaction de la région parotidienne peut être due à :
affections suivantes sauf une, laquelle?
A - Un kyste du sinus cervical
Proposition A

A - Laryngite chronique B - Un adénome pléomorphe


Proposition A Proposition B

B - Pseudo-myxome laryngé C - Une adénopathie


Proposition B Proposition C

C - Tumeur sous-glottique D - Un neurinome du nerf vague


Proposition C Proposition D

D - Nodule des cordes vocales E - Un calcul du canal de Wharton


Proposition D Proposition E

Proposition E
E - Granulome post-intubation
résultat
Bonne(s) réponse(s) : B C
résultat
Bonne(s) réponse(s) : C
A : Se situe dans la région sous-digastrique.
QCM : 3/87/I B : Tumeur bénigne de la parotide la plus fréquente.
Le signe d'appel est dans ce cas respiratoire. C : Il existe des adénopathies intra-parotidiennes.
E : Le granulome post-intubation siège au niveau du processus vocal de D : La symptomatologie en est essentiellement parapharyngée du fait de sa
l'aryténoïde. situation dans l'espace sous-parotidien postérieur.
A, B, D, E concernent les cordes vocales. E : Canal de la glande sous-maxillaire.
Nota : La dysphonie : altération de la voix parlée, l'examen à pratiquer est

Oto-rhino-laryngologie Oto-rhino-laryngologie
Spécialité Spécialité

42 81
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Parmi ces diagnostics histologiques de tumeurs ORL, quel est celui L'otalgie unilatérale est un symptôme précoce d'un processus
qui ne correspond pas à une tumeur maligne? cancéreux qui peut être localisé au niveau de :

A - Cylindrome A - L'amygdale
Proposition A Proposition A

B - Carcinome muco-épidermoïde B - Le voile du palais


Proposition B Proposition B

C - Carcinome adénoïde kystique C - La corde vocale


Proposition C Proposition C

D - Adénocarcinome D - L'hypopharynx
Proposition D Proposition D

E - Cystadénolymphome E - Le corps thyroïde


Proposition E Proposition E

résultat
Bonne(s) réponse(s) : E résultat
Bonne(s) réponse(s) : A B D

A et C : Cylindrome et carcinome adénoïde kystique correspondent à la Il s'agit d'otalgies réflexes qui sont des douleurs projetées.
même entité histologique.
E : Le cystadénolymphome est une tumeur bénigne également appelée
tumeur de Warthon.

Oto-rhino-laryngologie Oto-rhino-laryngologie
Spécialité Spécialité

6 82
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

La prévention de l'ostéoradionécrose mandibulaire avant irradiation Des épistaxis récidivantes chez un garçon de 12 ans peuvent être
pour cancer de la langue mobile comprend : dues :

A - Extraction des dents cariées ou siège d'une parodontolyse A - A une anomalie de la tache vasculaire de la cloison
Proposition A Proposition A

importante B - A une ethmoïdite


Proposition B

B - Détartrage de l'ensemble des dents restantes C - A un fibrome naso-pharyngien


Proposition B Proposition C

C - Fluorisation topique des dents restantes D - A une déviation de cloison


Proposition C Proposition D

D - Edentation systématique E - A une sinusite maxillaire.


Proposition D Proposition E

Proposition E
E - Correction des malpositions dentaires
résultat
Bonne(s) réponse(s) : A C
résultat
Bonne(s) réponse(s) : A B C
IR : 7/85
Sans commentaire. A : L'épistaxis dite essentielle est liée à un saignement de la tache
vasculaire de la cloison.
C : Le fibrome nasopharyngien est une affection histologiquement bénigne,
touchant le garçon et se traduisant essentiellement par une obstruction
nasale et des épistaxis, parfois très abondantes.
Oto-rhino-laryngologie Oto-rhino-laryngologie
Spécialité Spécialité

83 28
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Un trismus peut se rencontrer : En quel point de la fosse nasale siège le plus souvent l'hémorragie
lors d'une épistaxis antérieure?
A - Lors d'une maladie de Parkinson
Proposition A

B - Lors d'une intoxication par les barbituriques A - Méat moyen


Proposition B Proposition A

C - Lors d'une intoxication par des neuroleptiques B - Tache jaune


Proposition C Proposition B

D - Lors d'une intoxication par des dérivés des phénothiazines C - Cornet moyen
Proposition D Proposition C

E - Lors d'un accident vasculaire cérébral D - Tache vasculaire


Proposition E Proposition D

résultat
Bonne(s) réponse(s) : A C D E Proposition E
E - Face interne de la narine
résultat
Bonne(s) réponse(s) : D
Il s'agit de causes générales de trismus, qui doivent être évoquées
systématiquement, bien que moins fréquentes que les causes locales. IR : 6/88
Parmi les causes générales, il faut penser systématiquement au tétanos La tache vasculaire est située à la partie antéro-inférieure de la cloison
(non cité dans les items de cette QCM). nasale.

Oto-rhino-laryngologie Oto-rhino-laryngologie
Spécialité Spécialité

92 34
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Une fracture bi-sous condylienne de la mandibule peut donner les Le cancer de la langue le plus fréquent en France est :
signes cliniques suivants :
A - Le cylindrome
Proposition A

A - Une plaie du menton accompagnée d'une otorragie unilatérale B - L'adénocarcinome


Proposition A Proposition B

B - Une rétro mandibulie avec limitation d'ouverture douloureuse C - Le sarcome


Proposition B Proposition C

C - Une otorragie bilatérale D - Le carcinome épidermoïde


Proposition C Proposition D

D - Un trismus E - La tumeur à cellules de Merckel


Proposition D Proposition E

Proposition E
E - Une béance antérieure
résultat
Bonne(s) réponse(s) : D
résultat
Bonne(s) réponse(s) : A B C D E
Comme la grande majorité des cancers de la sphère O.R.L.
A : Par impact mentonnier mais avec fracture du tympanal d'un seul côté.
B : Car fracture bilatérale.
C : Par fracture des 2 tympanaux (l'otoscopie montrerait une plaie de la
paroi antérieure des 2 conduits auditifs.
E : Par contact molaire prématuré bilatéral.

Oto-rhino-laryngologie Oto-rhino-laryngologie
Spécialité Spécialité

93 43
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Une disjonction isolée type Lefort I comporte l'un ou plusieurs des Quel est le signe révélateur d'une otite séromuqueuse à tympan
signes suivants : fermé?

A - Une mobilité de l'arcade dentaire supérieure A - L'otorrhée


Proposition A Proposition A

B - Une mobilité de la pyramide nasale B - L'otalgie


Proposition B Proposition B

C - Un trouble de l'articulé dentaire C - La surdité


Proposition C Proposition C

D - Une anesthésie sous-orbitaire bilatérale D - L'altération de l'état général


Proposition D Proposition D

E - Un hémosinus E - La paralysie faciale


Proposition E Proposition E

résultat
Bonne(s) réponse(s) : A C E résultat
Bonne(s) réponse(s) : C

B : Se voit dans le Lefort II. IR : 2/88


C : Trouble de l'articulé dentaire à type de rétromaxillie (bout à bout incisif) L'otite séro-muqueuse est responsable d'une surdité de transmission,
ou articulé inversé. habituellement modérée (inférieure à 30 dB), avec une courbe plate de
D : Se voit dans les fractures du plancher de l'orbite ; fractures maxillo- tympanométrie.
malaires, Lefort II et III. Rappelons que chez l'adulte toute otite séro-muqueuse unilatérale doit faire
E : Se voit dans les fractures du malaire, plancher de l'orbite Lefort I et II, évoquer un cancer du cavum.

Oto-rhino-laryngologie Oto-rhino-laryngologie
Spécialité Spécialité

19 53
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

A quelle affection, parmi les suivantes, devez-vous penser devant Les aminosides sont ototoxiques. Quelle est la structure atteinte,
un malade qui présente une dysphonie d'installation brutale, sans parmi les suivantes?
antécédent traumatique ni infectieux récent?
A - L'oreille moyenne
Proposition A

A - Cancer de la corde vocale B - L'oreille interne


Proposition A Proposition B

B - Papillomatose orale floride C - Les voies auditives


Proposition B Proposition C

C - Laryngite chronique D - Les zones d'intégration corticales


Proposition C Proposition D

D - Paralysie laryngée unilatérale E - La trompe d'Eustache


Proposition D Proposition E

Proposition E
E - Paralysie laryngée bilatérale en fermeture
résultat
Bonne(s) réponse(s) : B
résultat
Bonne(s) réponse(s) : D
IR : 7/89
IR : 4/90 Les aminosides sont oto et néphrotoxiques.
L'installation brutale des troubles élimine A, B, C et l'absence de dyspnée
élimine E.
Les principales causes de dysphonies d'installation brutale sont : paralysie
laryngée unilatérale, traumatisme laryngé, aphonie hystérique.
Oto-rhino-laryngologie Oto-rhino-laryngologie
Spécialité Spécialité

71 34
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Les propositions suivantes concernent la paralysie faciale a frigore. Les manifestations mécaniques de la lithiase sous maxillaire :
Laquelle (lesquelles) est (sont) exacte(s)?
A - Inaugurent toujours le tableau clinique
Proposition A

A - Un hémispasme facial peut en être la séquelle B - Sont rythmées par les repas
Proposition A Proposition B

B - Elle régresse dans la majorité des cas C - Se traduisent par un gonflement de la loge (hernie)
Proposition B Proposition C

C - L'étude du LCR doit être réalisée dans les meilleurs délais D - Peuvent s'accompagner de douleur (colique)
Proposition C Proposition D

D - Une diplopie peut y être associée E - Peuvent précéder des manifestations inflammatoires
Proposition D Proposition E

Proposition E
E - Elle peut se compliquer d'une kératite
résultat
Bonne(s) réponse(s) : B C D E
résultat
Bonne(s) réponse(s) : A B E
IR : 3/88
A : Complication rare mais grave, se manifestant par une contracture des La pathologie peut être révélée indifféremment par les manifestations
muscles de la face, associée à des fasciculations et des syncinésies. mécaniques ou infectieuses.
B : une paralysie faciale a frigore régresse dans plus de 3 cas sur 4,
complètement et sans séquelle.
C : L'étude du LCR n'est habituellement pas réalisée devant une PF a
frigore. Cet examen n'est demandé qu'en cas de suspicion d'étiologie

Oto-rhino-laryngologie Oto-rhino-laryngologie
Spécialité Spécialité

75 35
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Le diagnostic de sinusite maxillaire droite aiguë non bloquée est Parmi ces affections, laquelle ou lesquelles est (sont)
évoqué sur le ou les signe(s) clinique(s) suivant(s) : susceptible(s) de provoquer une otalgie?

A - Obstruction nasale droite A - Un cancer de l'amygdale palatine


Proposition A Proposition A

B - Douleurs sous-orbitaires droites B - Une otite externe


Proposition B Proposition B

C - Anesthésie dans le territoire du nerf sous-orbitaire droit C - Une otite moyenne aiguë
Proposition C Proposition C

D - Otalgie homolatérale D - Un cancer du cavum


Proposition D Proposition D

E - Présence de pus au niveau du méat moyen E - Un neurinome de l'acoustique


Proposition E Proposition E

résultat
Bonne(s) réponse(s) : A B E résultat
Bonne(s) réponse(s) : A B C D

IR : 1/91 A, D : Il s'agit d'otalgie réflexe (douleur projetée).


E : Signe quasi-pathognomonique. IR : 6/88
C : Se rencontre dans les fractures du plancher de l'orbite.

Oto-rhino-laryngologie Pédiatrie
Spécialité Spécialité

6 15
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Le cancer du cavum : Au cours d'une bronchoalvéolite du nourrisson (bronchiolite), quelle


est la principale complication à craindre?
A - Est un cancer fréquent chez les travailleurs du bois
Proposition A

B - Son premier signe est une dysphagie A - Surinfection bactérienne


Proposition B Proposition A

C - Peut provoquer une otite séro-muqueuse B - Adiastolie


Proposition C Proposition B

D - Peut être révélé par une adénopathie cervicale C - Pneumothorax


Proposition D Proposition C

E - Est traité chirurgicalement D - Insuffisance respiratoire aiguë


Proposition E Proposition D

résultat
Bonne(s) réponse(s) : C D Proposition E
E - Déshydratation aiguë
résultat
Bonne(s) réponse(s) : D
A : C'est la cas des cancers de l'ethmoïde.
C : Par obstruction de la trompe d'Eustache. QCM : 3/88/I.
D : Circonstance fréquente de découverte.
E : Le traitement est fondé sur la radiothérapie éventuellement associée à
la chimiothérapie.

Oto-rhino-laryngologie Pédiatrie
Spécialité Spécialité

32 16
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Parmi les tuméfactions parotidiennes suivantes, il est admis que Un enfant de 8 ans a une primo-infection tuberculeuse récente. Il y
l'évolution est franchement bénigne pour : a un virage des réactions tuberculiniques, sans signe clinique ni
radiologique. Quelle attitude thérapeutique peut-on prendre?
A - L'adénome pléomorphe
Proposition A

B - Le cystadénolymphome A - Surveillance simple


Proposition B Proposition A

C - L'adénocarcinome B - Vaccination BCG


Proposition C Proposition B

D - Le cylindrome C - Traitement associant INH et Rifampicine pendant 6 mois


Proposition D Proposition C

E - Le kyste dysgénétique D - Isoniazide et Rifampicine associés à corticothérapie associée


Proposition E Proposition D

résultat
Bonne(s) réponse(s) : B E Proposition E
E - Traitement associant INH, Rifampicine et Pyrazinamide pendant
9 mois
A : Possibilité de dégénérescence maligne non négligeable. résultat
Bonne(s) réponse(s) : C

Sans commentaire.
Pédiatrie Pédiatrie
Spécialité Spécialité

27 81
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Un nouveau-né prématuré est défini par : Parmi ces signes de déshydratation aiguë du nourrisson, quel(s)
est ou (sont) celui ou (ceux) qui évoque(nt) une déshydratation
A - Poids de naissance inférieur à 2 kg intracellulaire?
Proposition A

B - Taille inférieure à 40 cm
Proposition B

C - Age gestationnel inférieur à 37 semaines A - Pli cutané


Proposition C Proposition A

D - Poids de naissance inférieur au 3ème percentile B - Yeux enfoncés et cernés


Proposition D Proposition B

E - Aucune des propositions précédentes C - Fièvre


Proposition E Proposition C

résultat
Bonne(s) réponse(s) : C Proposition D
D - Soif
E - Sécheresse des muqueuses
Proposition E

Enfant né entre la date de viabilité légale (180ème jour de gestation) et résultat


Bonne(s) réponse(s) : C D E
inférieure à 36 semaines de gestation révolues (ou inférieure à la 37ème
semaine de gestation). A, B : Signes de déshydratation extracellulaire.
Nota : son poids est généralement inférieur à 2 200 g.

Pédiatrie Pédiatrie
Spécialité Spécialité

30 2
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Un purpura des membres inférieurs chez un enfant avec fébricule Parmi les propositions suivantes, quelles sont les situations
et bon état général évoque en premier : prédisposant à un ictère néonatal?

A - Leucémie aiguë A - Nouveau-né rhésus+ et mère rhésus-


Proposition A Proposition A

B - Macroglobulinémie de Waldenstršm B - Nouveau-né de groupe sanguin O et mère de groupe sanguin A


Proposition B Proposition B

C - Piqžres de puce C - Nouveau-né prématuré


Proposition C Proposition C

D - Angine à monocytes D - Nouveau-né hypotrophique à terme


Proposition D Proposition D

E - Purpura rhumatoïde E - Nouveau-né présentant une sténose duodénale


Proposition E Proposition E

résultat
Bonne(s) réponse(s) : E résultat
Bonne(s) réponse(s) : A C

(QCM : 3/87/1 - 1/89/1) A : Incompatibilité rhésus foeto-maternelle.


E : Seule proposition plausible, évident. B : Le groupe O est le "donneur universel" donc pas de formation
Nota : Les complications les plus fréquentes du purpura rhumatoïde : d'anticorps de la part de la mère.
. IIA : Invagination intestinale aiguë, C : Par immaturité des fonctions hépatiques.
. Crise convulsive généralisée (due à une vascularite),
. Syndrome néphrotique,

Pédiatrie Pédiatrie
Spécialité Spécialité

31 4
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

La prévention du rachitisme carentiel : Les examens utiles à pratiquer chez un enfant suspect d'être
victime de sévices sont:
A - Utilise indifféremment la vitamine D et le 25
Proposition A

hydroxycholécalciférol A - Des photographies


Proposition A

B - Doit débuter à l'âge de 2 mois B - Une étude de la crase sanguine


Proposition B Proposition B

C - Est nécessaire chez l'enfant nourri au sein C - Des radiographies de tout le squelette
Proposition C Proposition C

D - Nécessite une dose recommandée de 3 000 unités par jour D - Un fond d'oeil
Proposition D Proposition D

E - Peut être interrompue lorsque l'enfant a acquis la marche E - Un examen psychomoteur


Proposition E Proposition E

résultat
Bonne(s) réponse(s) : C résultat
Bonne(s) réponse(s) : A B C D E

D : Non, prophylaxie en France : 800 à 1 200/j. A : Médico-légal.


E : Non, prophylaxie journalière de 0 à 18 mois ( marche avec appui à 12 B : Chez un enfant ayant des ecchymoses multiples, elle permet de
mois) et prophylaxie journalière hivernale de 18 mois à 5 ans. distinguer un trouble de l'hémostase.
C : Le lait maternel est carencé en vitamine D. C : Signes radiologiques évocateurs : fractures multiples négligées d'âges
différents, fragmentation métaphysaire par torsion du membre, décollement
périosté des os long + hématomes sous-périostés par défaut

Pédiatrie Pédiatrie
Spécialité Spécialité

32 7
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Quelle est la malformation digestive la plus fréquente chez un Quel(s) geste(s) est (sont) dangereux devant une suspicion
nouveau-né trisomique 21? d'épiglottite?

A - L'imperforation anale A - Injecter des corticoïdes


Proposition A Proposition A

B - L'atrésie duodénale B - Prescrire une antibiothérapie à large spectre


Proposition B Proposition B

C - L'atrésie de l'oesophage C - Assurer la liberté des voies respiratoires par intubation ou


Proposition C Proposition C

D - La présence de rates surnuméraires trachéotomie


Proposition D

E - Le mésentère commun D - Allonger l'enfant


Proposition E Proposition D

résultat
Bonne(s) réponse(s) : B Proposition E
E - Examiner l'enfant à l'aide d'un abaisse-langue
résultat
Bonne(s) réponse(s) : A D E
7/90/II
A savoir. A, D, E : Gestes dangereux pouvant être responsables d'une mort subite ou
de l'asphyxie de l'enfant.
A et B sont inutiles ! A est aussi dangereux car : par réaction à la douleur
de l'injection, l'enfant peut faire un spasme.
C : Mesure essentielle et urgente. Le diamètre de la sonde d'intubation est
Pédiatrie Pédiatrie
Spécialité Spécialité

89 77
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Parmi les propositions suivantes concernant l'otite moyenne aiguë Parmi les propositions suivantes, quelles sont celles qui
chez l'enfant, deux sont vraies : correspondent à des signes pouvant s'observer dans le retard de
croissance staturale dž à un déficit en hormone de croissance?
A - Polymicrobiennes
Proposition A

B - Volontiers bilatérale chez le nourrisson A - Aggravation progressive du retard de taille par rapport à la
Proposition B Proposition A

C - D'origine rhinopharyngée moyenne


Proposition C

D - Peu fréquente chez l'enfant B - Retard de maturation osseuse


Proposition D Proposition B

E - Toujours saisonnière C - Retard de croissance dysharmonieux


Proposition E Proposition C

résultat
Bonne(s) réponse(s) : B C Proposition D
D - Micropénis
E - Hyperglycémie et glycosurie post-prandiales
Proposition E

A : En général, elles sont mono-microbiennes (surtout l'haemophilus résultat


Bonne(s) réponse(s) : A B D
influenzae et le pneumocoque).
C : C'est une des complications fréquentes des rhinopharyngites. Retard de croissance staturo-pondérale harmonieux.
D : Au contraire, c'est une affection très fréquente. E : Au contraire, il existe une tendance à l'hypoglycémie.
E : Caractère souvent saisonnier mais pas toujours.

Pédiatrie Pédiatrie
Spécialité Spécialité

4 100
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Un nouveau-né de mère éthylique a les paramètres suivants : L'ostéomyélite des membres du nourrisson :
poids 2 000 g ; taille 44 cm ; périmètre crânien 31 cm. L'examen
neurologique montre un réflexe d'allongement croisé complet et un A - A généralement pour origine une infection ORL
Proposition A

angle poplité à 90 degrés. Il s'agit : B - Entraîne une impotence précoce


Proposition B

C - Peut atteindre l'articulation du voisinage


Proposition C

A - D'un nouveau-né normal à terme D - Comporte un risque élevé de séquelles ostéo-articulaires


Proposition A Proposition D

B - D'un prématuré E - Nécessite toujours une antibiothérapie par voie parentérale


Proposition B Proposition E

Proposition C
C - D'un retard de croissance intra-utérin harmonieux à terme
résultat
Bonne(s) réponse(s) : B C D E
D - D'un retard de croissance intra-utérin dysharmonieux à terme
Proposition D

Proposition E
E - D'un prématuré avec retard de croissance intra-utérin Due au staphylocoque doré dans la majorité des cas.
résultat
Bonne(s) réponse(s) : C La recherche et le traitement d'une porte d'entrée sont fondamentaux.

Biométrie normale :
Taille : 50 cm
Périmètre crânien : 35 cm
Poids : 3 500 g
Pédiatrie Pédiatrie
Spécialité Spécialité

20 14
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

L'ictère simple, dit physiologique, du nouveau-né à terme : Devant un nourrisson vomisseur, indiquez parmi les propositions
suivantes, celles qui sont en faveur d'une sténose du pylore :
A - Apparaît le plus souvent dans les 24 premières heures de vie
Proposition A

B - Entraîne une décoloration des selles A - L'apparition des vomissements après un intervalle libre depuis
Proposition B Proposition A

C - S'accompagne initialement d'une hépatomégalie la naissance


Proposition C

D - S'accompagne initialement d'urines normalement colorées B - Des vomissements teintés de bile


Proposition D Proposition B

E - S'accompagne généralement d'une splénomégalie C - L'installation récente d'une constipation


Proposition E Proposition C

résultat
Bonne(s) réponse(s) : D Proposition D
D - L'observation d'ondulations péristaltiques
E - L'existence d'une alcalose hyperchlorémique
Proposition E

Il est dž à l'immaturité des fonctions hépatiques. résultat


Bonne(s) réponse(s) : A D

A, D : Tableau typique.
B : En faveur d'une occlusion intestinale.
C : Sans rapport.
E : Alcalose hypochlorémique.

Pédiatrie Pédiatrie
Spécialité Spécialité

76 15
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Parmi les propositions suivantes, quelles sont celles qui font partie Quels sont, parmi les critères suivants, celui ou ceux qui peuvent
de la physiopathologie du rachitisme carentiel? faire évoquer un retard psychomoteur chez un enfant de 12 mois?

A - Défaut d'absorption intestinale du calcium A - Il ne s'intéresse pas du tout à un jouet qui tombe de sa main
Proposition A Proposition A

B - Fuite urinaire de calcium B - Il ne marche pas seul


Proposition B Proposition B

C - Insuffisance de synthèse cutanée de vitamine D C - Il ne dit pas non


Proposition C Proposition C

D - Hyperparathyroïdie secondaire D - Il ne passe pas ses jouets d'une main dans l'autre
Proposition D Proposition D

E - Défaut de minéralisation touchant exclusivement les cartilages E - Il n'essaie pas du tout de prendre les petits objets entre pouce
Proposition E Proposition E

de croissance et index
résultat
Bonne(s) réponse(s) : A C D résultat
Bonne(s) réponse(s) : A D E

A : Par carence en vitamine D. Sans commentaire.


C : Principale cause du rachitisme carentiel.
D : Stimulée par l'hypocalcémie.
Pédiatrie Pharmacologie
Spécialité Spécialité

36 12
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Quels sont les signes qui orientent vers une infection bactérienne Parmi ces voies d'administration de médicaments, quelle est la plus
chez un nouveau-né? allergisante?

A - Leucopénie A - Buccale
Proposition A Proposition A

B - Protéinorachie à 0,40 g/l B - Intramusculaire


Proposition B Proposition B

C - Polyglobulie C - Intradermique
Proposition C Proposition C

D - Hypothermie D - En aérosol
Proposition D Proposition D

E - Ictère E - En sous-cutané
Proposition E Proposition E

résultat
Bonne(s) réponse(s) : A D E résultat
Bonne(s) réponse(s) : C

Leucopénie et hyperleucocytose, hypothermie et fièvre élevée, ictère Sans commentaire.


néonatal sont évocateurs.
C : Il existe plutôt une anémie.

Pédiatrie Pharmacologie
Spécialité Spécialité

44 36
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Quelles sont les complications des corps étrangers des voies L'allopurinol (Zyloric®) abaisse l'uricémie :
aériennes chez l'enfant?
A - En augmentant sa sécrétion tubulaire proximale
Proposition A

A - Abcès du poumon B - En diminuant sa réabsorption tubulaire distale


Proposition A Proposition B

B - Otites moyennes aiguës récidivantes C - En favorisant son élimination intestinale


Proposition B Proposition C

C - Pneumopathies récidivantes D - En inhibant l'absorption intestinale des purines alimentaires


Proposition C Proposition D

D - Dilatation des bronches E - En bloquant la transformation de xanthine en acide urique


Proposition D Proposition E

Proposition E
E - Issue létale sur corps étranger laryngé
résultat
Bonne(s) réponse(s) : E
résultat
Bonne(s) réponse(s) : A C D E
Uricofreinateur. Empêche la formation de l'acide urique par inhibition de la
B : Aucun rapport. xanthine-oxydase (enzyme responsable de la dégradation des oxypurines).
D : DDB localisée. De plus, il freine la purino-synthèse de novo.
E : Par enclavement d'un corps étranger mobile. Puissant hypouricémiant.

Pharmacologie Pharmacologie
Spécialité Spécialité

4 39
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Pour des raisons d'efficacité le vaccin DT-coq-polio doit être injecté Quel est l'effet recherché lors du traitement de l'asthme par
dans : Ventoline® (salbutamol)?

A - La fosse sus-épineuse en sous-cutané A - Levée du bronchospasme par stimulation adrénergique


Proposition A Proposition A

B - La fesse en intramusculaire profonde B - Levée du bronchospasme par inhibition de la composante


Proposition B Proposition B

C - Le deltoïde chez le petit enfant vagale


Proposition C

D - La face externe de la cuisse C - Levée du bronchospasme par relaxation directe du muscle lisse
Proposition D Proposition C

E - N'importe quel site en intramusculaire ou sous-cutané D - Inhibition de la composante inflammatoire


Proposition E Proposition D

résultat
Bonne(s) réponse(s) : E Proposition E
E - Stimulation respiratoire par augmentation de la sensibilité des
centres bulbaires au CO2
3 injections à 1 mois d'intervalle, suivies d'un rappel 1 an après. résultat
Bonne(s) réponse(s) : A
Voie SC ou IM.
Bronchodilatateur b2 stimulant.
Après inhalation, le Salbutamol exerce une action stimulante sur les
récepteurs b2 du muscle lisse bronchique assurant une bronchodilatation
importante et prolongée.
Pharmacologie Pharmacologie
Spécialité Spécialité

9 46
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Parmi les situations suivantes, laquelle constitue une contre- Parmi les éléments suivants, indiquez celui qui doit faire évoquer
indication à l'utilisation des tétracyclines? une intoxication digitalique chez un patient traité par digoxine :

A - Déficit en G6PD A - Cupule digitalique à l'électrocardiogramme


Proposition A Proposition A

B - Antécédent d'allergie à la pénicilline B - Troubles digestifs (anorexie, nausées, vomissements)


Proposition B Proposition B

C - Antécédent d'hépatite à l'érythromycine C - Tachycardie


Proposition C Proposition C

D - Prise associée de dérivés de l'ergot de seigle D - Allongement de l'intervalle PR


Proposition D Proposition D

E - Enfant de moins de 8 ans E - Hypokaliémie


Proposition E Proposition E

résultat
Bonne(s) réponse(s) : E résultat
Bonne(s) réponse(s) : B

Contre-indication aux tétracyclines : - Action des digitaliques :


. Enfants de moins de 8 ans, . Inotrope positif,
. Antécédent d'allergie, . Bathmotrope positif,
. Grossesse et allaitement. . Chronotrope négatif,
. Dromotrope négatif.
- ECG :
Pharmacologie Pharmacologie
Spécialité Spécialité

55 5
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Cliniquement, l'intoxication opiacée entraîne tous les signes Pour qu'un essai soit pratiqué en double aveugle, que respecterez-
suivants, sauf un, lequel? vous?

A - Somnolence A - Non connaissance par le patient du traitement utilisé


Proposition A Proposition A

B - Mydriase B - Non connaissance par le médecin du traitement prescrit


Proposition B Proposition B

C - Constipation C - Médicament à étudier et médicament de référence aussi


Proposition C Proposition C

D - Dépression respiratoire proches que possible dans leur apparence


Proposition D

E - Coma D - Utilisation d'un placebo dans le groupe témoin


Proposition E Proposition D

résultat
Bonne(s) réponse(s) : B Proposition E
E - Randomisation
résultat
Bonne(s) réponse(s) : A B C E
Il s'agit d'une myosis, c'est dans l'intoxication à la cocaïne o• l'on observe
une mydriase. A, B : Par définition.
C : Logique, cette mesure est indispensable pour pouvoir respecter le
double aveugle.
D : Non, la comparaison peut se faire avec un médicament de référence.
E : La randomisation par tirage au sort assure l'attribution au hasard du
Pharmacologie Pharmacologie
Spécialité Spécialité

59 14
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Chez un patient traité par héparinate de calcium à dose On peut attribuer au traitement par l'Isoniazide (Rimifon®) :
anticoagulante, sur quel(s) élément(s) biologique(s) devra porter la
surveillance? A - Une hépatite cytolytique
Proposition A

B - Une polynévrite des membres inférieurs


Proposition B

A - Temps de céphaline kaolin C - Des troubles psychiques


Proposition A Proposition C

B - Taux de prothrombine D - Un syndrome lupique


Proposition B Proposition D

C - Calcémie E - Une insuffisance rénale


Proposition C Proposition E

Proposition D
D - Numération des plaquettes
résultat
Bonne(s) réponse(s) : A B C D
E - Dosage de l'antithrombine III
Proposition E

résultat
Bonne(s) réponse(s) : A D En cas de cytolyse hépatique pendant une quadrithérapie, il faut diminuer
les doses de Rifampicine (inducteur enzymatique augmentant
A : Pour ajuster le taux d'héparine. l'hépatotoxicité d'INH) et arrêter le pyrazynamide.
D : Pour dépister une thrombopénie précoce ou tardive.

Pharmacologie Pharmacologie
Spécialité Spécialité

77 55
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Une corticothérapie prolongée peut être responsable : L'intoxication par le Lithium est révélée par :

A - D'une hypercholestérolémie A - Vomissements


Proposition A Proposition A

B - D'une hypokaliémie B - Tremblements des membres supérieurs


Proposition B Proposition B

C - D'une ostéonécrose aseptique de la tête fémorale C - Troubles de l'équilibre


Proposition C Proposition C

D - D'une hyponatrémie D - Photophobie


Proposition D Proposition D

E - D'un retard de croissance E - Confusion


Proposition E Proposition E

résultat
Bonne(s) réponse(s) : B C E résultat
Bonne(s) réponse(s) : A B C E

A savoir (Vidal). On peut également retrouver : insomnie, vertige, syndrome


polyuropolydypsique et une polynucléose.

Pharmacologie Pharmacologie
Spécialité Spécialité

97 58
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

La contraception par oestroprogestatifs est souhaitable en raison L'existence de résistance plasmidique est connue pour :
de son effet thérapeutique associé sur :
A - L'ampicilline
Proposition A

A - Les mastodynies B - Les aminosides


Proposition A Proposition B

B - L'endométriose C - L'érythromycine
Proposition B Proposition C

C - L'hyperandrogénie d'origine ovarienne D - La rifampicine


Proposition C Proposition D

D - La nécrobiose des fibromes E - Les quinolones


Proposition D Proposition E

Proposition E
E - L'hyperprolactinémie
résultat
Bonne(s) réponse(s) : A B C
résultat
Bonne(s) réponse(s) : C
Sans commentaire.
Exemple de la pilule DIANE.
B : Non, progestatif seul.
Pharmacologie Pharmacologie
Spécialité Spécialité

90 31
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Les médicaments de la classe des benzodiazépines : Dans laquelle des conditions suivantes, l'Atropine est-elle
absolument contre-indiquée?
A - Différents entre eux par leurs propriétés pharmacocinétiques
Proposition A

B - Possèdent des effets sédatifs A - Myasthénie gravis


Proposition B Proposition A

C - Peuvent induire un état de dépendance physique B - Asthme


Proposition C Proposition B

D - Peuvent entraîner des troubles de la mémoire C - Glaucome


Proposition D Proposition C

E - Sont potentialisés par l'alcool éthylique D - Congestion nasale


Proposition E Proposition D

résultat
Bonne(s) réponse(s) : A B C D E Proposition E
E - Hypertension
résultat
Bonne(s) réponse(s) : C
A : Notamment, la durée d'action et leur demi-vie.
Rq : L'Halcion est la benzodiazépine qui a la demi-vie la plus courte. Ainsi qu'un obstacle cervico-prostatique.
E : D'o• la gravité des intoxications mixtes.

Pharmacologie Pharmacologie
Spécialité Spécialité

98 36
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

En utilisant le Théralène® sirop (alimémazine) pour endormir un Les corticoïdes locaux peuvent entraîner à la longue, une des
nourrisson, on l'expose à : complications cutanées suivantes. Laquelle?

A - La survenue d'une polynévrite A - Atrophie cutanée


Proposition A Proposition A

B - L'induction de vomissements B - ƒpaississement de la couche cornée


Proposition B Proposition B

C - Une dyskinésie C - Dégénérescence colloïde du derme


Proposition C Proposition C

D - Un risque d'excitation D - ƒtat sclérodermique


Proposition D Proposition D

E - Un syndrome cochléo-vestibulaire E - Hyperpigmentation


Proposition E Proposition E

résultat
Bonne(s) réponse(s) : C D résultat
Bonne(s) réponse(s) : A

Il s'agit d'un antihistaminique H1 avec les propriétés suivantes : antitussif, Complication classique des dermocorticoïdes.
antiémétique, sédatif, antisérotonine et faiblement anticholinergique.
Principaux effets secondaires : somnolence diurne, effets atropiniques
(sécheresse de la bouche, trouble de l'accomodation, constipation,
rétention urinaire, confusion mentale, ...), dyskinésies tardives, rares cas de
leucopénie, phénomènes d'excitation paradoxale surtout chez le nourrisson

Pharmacologie Pharmacologie
Spécialité Spécialité

2 38
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Quel est l'antibiotique actif sur les germes responsable d'une Parmi ces 5 médicaments vasodilatateurs utilisés dans le
gangrène gazeuse? traitement de l'insuffisance cardiaque congestive, lequel agit
essentiellement sur le secteur artériolaire?
A - Gentamicine
Proposition A

B - Rifampicine A - Dilhydralazine (Nepressol®)


Proposition B Proposition A

C - Pénicilline G B - Enalapril (Renitec®)


Proposition C Proposition B

D - Cotrimoxazole C - Trinitrine
Proposition D Proposition C

E - Acide nalidixique D - Captopril (Lopril®-Captolane®)


Proposition E Proposition D

résultat
Bonne(s) réponse(s) : C Proposition E
E - Isosorbide dinitrate (Risordan®)
résultat
Bonne(s) réponse(s) : A
Actif sur le Clostridium Perfringens.
A : Vasodilatateur artériolaire direct.
B et D : IEC.
C et E : Action prédominant sur le segment veineux.

Pharmacologie Pharmacologie
Spécialité Spécialité

15 58
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

En cas d'antécédents convulsifs, on évite la vaccination : Quel antituberculeux peut induire une carence en vitamine B6?

A - Anticoquelucheuse A - Rifampicine
Proposition A Proposition A

B - Antirougeoleuse B - Streptomycine
Proposition B Proposition B

C - Antipoliomyélitique C - Isoniazide
Proposition C Proposition C

D - Antituberculeuse D - Ethambutol
Proposition D Proposition D

E - Antirubéolique E - Ethionamide
Proposition E Proposition E

résultat
Bonne(s) réponse(s) : A résultat
Bonne(s) réponse(s) : C

Connaissance. Sans commentaire.


Pharmacologie Pharmacologie
Spécialité Spécialité

79 33
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

D'après les résultats d'essais thérapeutiques de méthodologie L'atropine, à la dose de 0,25 mg en injection musculaire :
correcte, les inhibiteurs de l'enzyme de conversion de
l'angiotensine : A - Provoque un myosis
Proposition A

B - Entraîne une difficulté à la vision de près


Proposition B

A - Diminuent mieux qu'un placebo la pression artérielle chez des C - Est contre-indiquée en présence de signes cliniques d'adénome
Proposition A Proposition C

hypertendus prostatique
B - Diminuent plus que des diurétiques ou des bêta-bloquants le D - Possède une action de type acétyle-cholino mimétique
Proposition B Proposition D

risque d'accident vasculaire cérébral chez les hypertendus E - Présente des propriétés anticonvulsivantes
Proposition E

Proposition C
C - Améliorent les symptômes des patients en insuffisance
résultat
Bonne(s) réponse(s) : B C
cardiaque grave ou modérée
Proposition D
D - Diminuent la mortalité des patients en insuffisance cardiaque A : Mydriase passive.
B : Cycloplégie, trouble de l'accommodation.
grave ou modérée
C : Ainsi qu'un risque de glaucome aigu par fermeture de l'angle.
E - Peuvent être responsables d'une toux en dehors de tout
Proposition E

D : Anticholinergique pur.
contexte infectieux respiratoire
résultat
Bonne(s) réponse(s) : A C D E

Pharmacologie Pharmacologie
Spécialité Spécialité

2 47
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Quelles sont parmi les propriétés suivantes celles que peuvent Une réaction immuno-allergique provoquée par un médicament :
posséder les antihistaminiques anti-H 1?
A - Ne dépend pas de la dose du médicament
Proposition A

A - Structure chimique voisine de celle de l'histamine B - Ne peut pas survenir après prise orale
Proposition A Proposition B

B - Effet anesthésique local C - Fait toujours intervenir le même tableau clinique


Proposition B Proposition C

C - Inhibition compétitive des effets de l'histamine D - Ne donne jamais lieu à un accident mortel
Proposition C Proposition D

D - Action sédative E - Ne fait intervenir que des réactions cutanées


Proposition D Proposition E

Proposition E
E - Antagonisme spécifique des récepteurs à la sérotonine
résultat
Bonne(s) réponse(s) : A
résultat
Bonne(s) réponse(s) : A B C D
Indépendamment des doses et des voies d'administration, nécessitant une
Les nouveaux anti-H1 n'ont en principe pas d'action sédative (exemple : sensibilisation préalable, donnant des tableaux variables selon les sujets
Teldane®, Virlix®, Zyrtec®). pouvant aller jusqu'au choc anaphylactique et risque de décès.

Pharmacologie Pharmacologie
Spécialité Spécialité

21 95
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Le méthotrexate peut provoquer : Concernant les essais cliniques des médicaments, il est exact que :

A - Diarrhée A - Les essais de phase I s'effectuent le plus souvent chez le


Proposition A Proposition A

B - Insuffisance rénale volontaire sain


Proposition B

C - Alvéolite d'hypersensibilité B - Les essais de phase II portent sur un grand nombre de malades
Proposition C Proposition B

D - Neuropathie axonale C - Les essais de phase III s'effectuent toujours en comparaison


Proposition D Proposition C

E - Anémie macrocytaire avec un placebo


Proposition E

résultat
Bonne(s) réponse(s) : A B C E Proposition D
D - La phase IV débute avant l'autorisation de mise sur le marché
E - Le rôle de la phase IV intéresse la pharmacovigilance
Proposition E

Peut donner aussi des nausées et vomissements, des ulcérations résultat


Bonne(s) réponse(s) : A E
buccales, stomatites, pneumothorax, vertiges, hyperthermie, éruptions
cutanées, aménorrhée, difficulté de concentration, asthénie et surtout une IR : 3/88
élévation des transaminases avec risque de fibrose hépatique et cirrhose A : Pour étude de cinétique et tolérance.
en fonction de la dose cumulée. C : Peut se faire en comparaison avec un médicament de référence.
E : L'anémie se voit dans le cadre d'une pancytopénie.

Pharmacologie Pneumologie
Spécialité Spécialité

23 28
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Quel est (sont), parmi les effets suivants, celui (ceux) qui est (sont) Parmi les tumeurs broncho-pulmonaires suivantes, laquelle
susceptible(s) de résulter de l'action de l'adrénaline? entraîne une sécrétion inappropriée d'hormone antidiurétique?

A - Myosis A - Cancer épidermoïde


Proposition A Proposition A

B - Bronchodilatation B - Carcinome à petites cellules


Proposition B Proposition B

C - Hyperglycémie C - Cancer broncho-alvéolaire


Proposition C Proposition C

D - Majoration de la sécrétion de rénine D - Adénocarcinome


Proposition D Proposition D

E - Augmentation de la pression artérielle systolique E - Tumeur carcinoïde


Proposition E Proposition E

résultat
Bonne(s) réponse(s) : B C D E résultat
Bonne(s) réponse(s) : B

A : Mydriase active. Le carcinome anaplasique à petites cellules se présente souvent sous la


C : Hormone hyperglycémiante. forme d'une tumeur médiastino-pulmonaire.
Syndrome paranéoplasique dž au carcinome à petites cellules
(essentiellement) :
1) Syndrome de Schwartz Bartter (SIADH) : 10 %,
2) Syndrome de Cushing,
Pneumologie Pneumologie
Spécialité Spécialité

41 26
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Tous les éléments suivants sauf un font partie du syndrome de Parmi les propositions suivantes concernant la mucoviscidose,
Loefgren, lequel? quelle est ou quelles sont la (les) proposition(s) fausse(s)?

A - ƒrythème noueux A - Affection héréditaire dominante


Proposition A Proposition A

B - Arthralgies B - Entraîne une stéatorrhée


Proposition B Proposition B

C - Adénopathies hilaires intrathoraciques bilatérales C - Absence de lipase dans le liquide duodénal


Proposition C Proposition C

D - Hippocratisme digital D - ƒlévation du taux de chlore sudoral


Proposition D Proposition D

E - Anergie tuberculinique E - Ne se manifeste jamais en période néonatale


Proposition E Proposition E

résultat
Bonne(s) réponse(s) : D résultat
Bonne(s) réponse(s) : A E

Moyen mnémotechnique : A : Autosomique récessif.


O.R.L. : Angine inconstante. E : Iléus méconial.
F : Fièvre.
G : Ganglion médiastinal.
R : Rhumato = oligoarthrite.
E : Erythème noueux.

Pneumologie Pneumologie
Spécialité Spécialité

54 32
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Parmi les propositions suivantes concernant les tumeurs La pneumonie à pneumocoque :


médiastinales, laquelle est fausse?
A - Est souvent associée à une bactériémie
Proposition A

A - Les kystes pleuropéricardiques siègent dans le médiastin B - Est traitée avec efficacité par la gentamicine
Proposition A Proposition B

postérieur C - Peut être inaugurée par un delirium tremens chez l'alcoolique


Proposition C

B - Les kystes bronchogéniques siègent dans le médiastin moyen D - Est due, dans un tiers des cas, à un pneumocoque résistant à
Proposition B Proposition D

C - Les tumeurs de la loge thymique siègent dans l'étage moyen du la Pénicilline G


Proposition C

médiastin antérieur E - Peut se compliquer de pleurésie


Proposition E

Proposition D
D - Les tumeurs neurologiques siègent dans le médiastin postérieur
résultat
Bonne(s) réponse(s) : A C E
E - Les hernies de la fente de Larrey siègent dans l'étage inférieur
Proposition E

du médiastin antérieur IR : 7/89.


résultat
Bonne(s) réponse(s) : A Le diagnostic de pneumonie à pneumocoque est faite avec certitude dans
1/3 des cas sur une bactériémie positive (Hémocultures). Le pneumocoque
Question d'anatomie. peut être responsable de décompensation de tares sous-jacentes (DT,
QCM : 8/92/I diabète, insuffisance surrénalienne aiguë, insuffisance cardiaque, ...) Il est
donc très important de traiter les malades en urgence. Le pneumocoque est

Pneumologie Pneumologie
Spécialité Spécialité

22 49
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Parmi les facteurs de risque de bronchite chronique, on trouve : Parmi les éléments suivants, lequel ou lesquels représente(nt) un
critère valable d'oxygénothérapie au long cours?
A - Les déficits en hormones surrénales
Proposition A

B - La pollution atmosphérique par le monoxyde de carbone A - VEMS inférieur à 1 000 ml


Proposition B Proposition A

C - Le tabac B - PaO2 stable inférieure à 55 mmHg (7,3 k Pascal)


Proposition C Proposition B

D - Les déficits en IgE sécrétoires C - Existence d'une hypertension artérielle pulmonaire


Proposition D Proposition C

E - Des professions exposées, telles celle de mineur ou travailleur D - Existence d'une polyglobulie
Proposition E Proposition D

du coton E - Notion de 2 poussées d'insuffisance respiratoire aiguë en moins


Proposition E

résultat
Bonne(s) réponse(s) : C E d'un an
résultat
Bonne(s) réponse(s) : B C D
La pollution atmosphérique est un facteur de risque mais pas le CO.
B : Constitue la principale indication de l'oxygénothérapie au long cours.
l'HTAP et la polyglobulie sont dues à l'hypoxémie chronique.

Pneumologie Pneumologie
Spécialité Spécialité

23 62
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Un asthme peut être aggravé par l'administration de : Quels sont les signes qui suggèrent une origine pleurale à une
opacité radiographique thoracique?
A - Aspirine
Proposition A

B - Macrolide A - Angle de raccordement de l'opacité à la paroi aigu


Proposition B Proposition A

C - Indométhacine B - Effacement de la coupole diaphragmatique


Proposition C Proposition B

D - Bêta-bloquant en collyre C - Attraction du médiastin du côté de l'épanchement


Proposition D Proposition C

E - Bêta-bloquant par voie générale D - Limite supérieure concave en haut


Proposition E Proposition D

résultat
Bonne(s) réponse(s) : A C D E Proposition E
E - Présence d'un bronchogramme aérique
résultat
Bonne(s) réponse(s) : A B D
A, C : Syndrome de Widal associant : polypose nasale récidivante, asthme
grave, intolérance à l'aspirine (et aux AINS). C : Se voit dans les opacités rétractiles (atélectasies).
Les Bêta-bloquants sont contre-indiqués quelque soit la voie D : Concave en haut et en dedans.
d'administration (possibilité de passage systémique). E : Se voit dans les syndromes alvéolaires.
Pneumologie Pneumologie
Spécialité Spécialité

71 99
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Le follicule tuberculoïde : Parmi les facteurs professionnels suivants quel(s) est (sont)
celui(ceux) qui joue(nt) un rôle dans la genèse du cancer
A - N'est pas spécifique de la tuberculose bronchique?
Proposition A

B - Caractérise la réaction à corps étranger


Proposition B

C - Contient des cellules épithélioïdes A - Chrome


Proposition C Proposition A

D - Sécrète de la colloïde B - Uranium


Proposition D Proposition B

E - Se voit dans la sarcoïdose C - Poussière de bois


Proposition E Proposition C

résultat
Bonne(s) réponse(s) : A C E Proposition D
D - Amiante
E - Nickel
Proposition E

B : Peut se voir dans la réaction à corps étranger mais ne la caractérise résultat


Bonne(s) réponse(s) : A B D E
pas.
IR 7/85
Les cancers bronchiques indemnisés au titre des maladies indemnisables
sont dus à:
Amiante (Asbestose) - Fer (Sidérose) - Chrome - Nickel - Hydrocarbures
aromatiques - Substances radioactives et radiations ionisantes - Arsenic -
Pneumologie Pneumologie
Spécialité Spécialité

29 19
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

La durée minimale par 24 heures, d'une oxygénothérapie Des adénopathies médiastinales radiologiques sont parfois
recommandée chez l'insuffisant respiratoire chronique hypoxique observées au cours :
est de l'ordre de :
A - D'une sarcoïdose
Proposition A

A - 4 heures B - D'une maladie de Hodgkin thoracique


Proposition A Proposition B

B - 8 heures C - D'une silicose


Proposition B Proposition C

C - 12 heures D - D'une bérylliose


Proposition C Proposition D

D - 15 heures E - D'une primo-infection tuberculeuse


Proposition D Proposition E

Proposition E
E - 24 heures
résultat
Bonne(s) réponse(s) : A B C D E
résultat
Bonne(s) réponse(s) : D
A : Bilatérales symétriques.
Il faut au moins 15 heures d'oxygénothérapie à faible dose par jour B : Hautes (latérotrachéales), asymétriques, peuvent être compressives.
Les principales indications sont : D : Peut donner des images pseudo-sarcoïdosiques.
1) Hypoxémie chronique stable avec PaO2 < 55 mmHg,
2) HTAP,
3) Polyglobulie.

Pneumologie Pneumologie
Spécialité Spécialité

50 45
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Vous découvrez chez un de vos patients les résultats biologiques Au cours d'un emphysème panlobulaire, citez le ou les
suivants : Créatinine : 70 micromol/l ; Calcémie : 2,90 mmol/l ; paramètre(s) d'exploration fonctionnelle respiratoire qui est (sont)
Phosphorémie à 1,30 mmol/l ; Protidémie à 73 g/l ; Phosphatases diminué(s) :
Alcalines : 80 U.I. (N = 30-100). A quelle affection le tableau
biologique peut-il correspondre? A - La compliance pulmonaire statique
Proposition A

B - La capacité pulmonaire totale


Proposition B

A - Ostéomalacie C - Le transfert du monoxyde de carbone


Proposition A Proposition C

B - Ostéoporose D - Le rapport VEMS/CV


Proposition B Proposition D

C - Insuffisance rénale E - Le volume résiduel


Proposition C Proposition E

Proposition D
D - Sarcoïdose
résultat
Bonne(s) réponse(s) : C D
E - Hypoparathyroïdie
Proposition E

résultat
Bonne(s) réponse(s) : D Il existe une diminution de l'élastance, augmentation de compliance, un
syndrome obstructif avec baisse du rapport de Tiffeneau, diminution de
Due à l'hypersécrétion de 1,25(OH)2D3 par le granulome sarcoïdosique. DLCO et augmentation du volume résiduel.

Pneumologie Pneumologie
Spécialité Spécialité

57 56
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

En cas de sarcoïdose ganglionnaire intrathoracique, les Devant une opacité ronde intraparenchymateuse pulmonaire
adénopathies : renfermant des calcifications centrales, vous évoquez :

A - Sont unilatérales A - Tuberculome


Proposition A Proposition A

B - Sont bilatérales mais asymétriques B - Anévrysme artério-veineux


Proposition B Proposition B

C - Siègent dans le médiastin antérieur C - Kyste hydatique


Proposition C Proposition C

D - Sont compressives D - Abcès plein


Proposition D Proposition D

E - Sont bilatérales et symétriques E - Hamartochondrome


Proposition E Proposition E

résultat
Bonne(s) réponse(s) : E résultat
Bonne(s) réponse(s) : A E

IR : 7/89 IR : 3/89
Les adénopathies médiastinales d'étiologie maligne sont, en général, E : Tumeur d'origine embryonnaire.
asymétriques et plus ou moins compressives.
Pneumologie Psychiatrie
Spécialité Spécialité

67 74
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Au cours d'une crise d'asthme, on peut considérer comme signe(s) Le traitement au long cours des psychoses schizophréniques
de gravité : chroniques de type paranoïde comporte :

A - Le caractère expiratoire de la dyspnée A - Psychothérapie analytique réglée


Proposition A Proposition A

B - Un pouls paradoxal B - Sociothérapie


Proposition B Proposition B

C - Des râles sibilants C - Neuroleptiques


Proposition C Proposition C

D - Une accélération de la fréquence respiratoire supérieure à D - Sels de lithium


Proposition D Proposition D

30/mn E - Thérapie institutionnelle


Proposition E

Proposition E
E - Une cyanose
résultat
Bonne(s) réponse(s) : B C E
résultat
Bonne(s) réponse(s) : B D E
A : Faux. La prise en charge psychothérapique est nécessaire mais elle est
A et C : Signes d'une crise d'asthme typique. d'inspiration analytique ou de soutien. La cure type n'est pas adaptée aux
E : Hypoxie importante. psychoses.
B : Tableau de "tamponnade gazeuse". B : Oui, réinsertion professionnelle, recherche d'un logement.
C : Le traitement neuroleptique est le traitement médicamenteux de la
schizophrénie.

Pneumologie Psychiatrie
Spécialité Spécialité

71 86
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Quels sont les signes cliniques du pneumothorax spontané? La sectorisation psychiatrique :

A - Toux A - Vise à la prévention des maladies mentales


Proposition A Proposition A

B - Expectoration B - Vise à la prise en charge de la santé mentale d'une population


Proposition B Proposition B

C - Dyspnée géographique-ment déterminée


Proposition C

D - Douleur C - Ne vise que les psychoses graves


Proposition D Proposition C

E - Tympanisme D - Vise à permettre la continuité des soins


Proposition E Proposition D

résultat
Bonne(s) réponse(s) : A C D E Proposition E
E - Respecte le libre choix du malade
résultat
Bonne(s) réponse(s) : A B D E
IR : 89
A : Toux irritative. D : La continuité des soins se fait grâce au dispensaire et aux visites à
B : Ne fait pas parti du tableau classique. domicile qui peuvent être programmées.
E : Vrai en théorie. En pratique, il faut qu'un patient hors secteur soit
accepté par le service (accord particulier).

Psychiatrie Psychiatrie
Spécialité Spécialité

37 10
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Quelle est l'affection au cours de laquelle le syndrome de Cotard se Les risques de passage à l'acte suicidaire sont élevés au cours de :
rencontre le plus souvent?
A - La schizophrénie
Proposition A

A - La paranoïa B - La névrose d'angoisse


Proposition A Proposition B

B - La schizophrénie C - La mélancolie anxieuse


Proposition B Proposition C

C - La mélancolie D - La névrose phobique


Proposition C Proposition D

D - La névrose obsessionnelle E - La névrose obsessionnelle


Proposition D Proposition E

Proposition E
E - La psychose hallucinatoire chronique
résultat
Bonne(s) réponse(s) : A C
résultat
Bonne(s) réponse(s) : C
A : Il existe un grand risque suicidaire en cas de : mélancolie,
(QCM : 2/89/I) schizophrénie. Ainsi que dans les troubles graves de la personnalité :
C : Ou délire de négation caractérisé par un état mélancolique délirant avec psychopathie, états limites. Rappelons que 15 % des mélancoliques
idée de négation, de non existence, d'immortalité, d'énormité, d'immensité, meurent par suicide.
de culpabilité et d'indignation avec tendance aux mutilations volontaires,
voir suicide. C'est une indication de sismothérapie d'emblée.

Psychiatrie Psychiatrie
Spécialité Spécialité

49 38
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Parmi les aspects sémiologiques suivants, lequel est L'évolution d'une agoraphobie peut se faire vers :
caractéristique d'une psychose du post-partum?
A - Dépression majeure
Proposition A

A - Thèmes délirants de possession B - Abus alcoolique avec dépendance


Proposition A Proposition B

B - Obsessions idéiques de propreté C - Abus d'anxiolytiques


Proposition B Proposition C

C - Apparition de crises convulsives d'allure comitiale D - Délire chronique interprétatif


Proposition C Proposition D

D - Thèmes délirants concernant l'identité de l'enfant E - Guérison totale


Proposition D Proposition E

Proposition E
E - Accès de déambulation anxieuse
résultat
Bonne(s) réponse(s) : A B C E
résultat
Bonne(s) réponse(s) : D
La lutte contre l'anxiété est faite par les anxiolytiques et l'alcool.
La psychose du post-partum donne un tableau de bouffée confuso-délirante. L'alcoolisme est donc secondaire (en particulier dans les agoraphobies, et
Les thématiques délirantes sont souvent des doutes sur l'identité de les phobies sociales). Le terme de rémission serait plus exacte que celui de
l'enfant, son existence réelle, sur l'identité du père. guérison totale.
Psychiatrie Psychiatrie
Spécialité Spécialité

50 69
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Les paroxysmes anxieux (attaques de panique) à répétition Quelles sont les propositions vraies concernant la confusion
évoluent couramment vers : mentale?

A - Accès de dépression majeure A - C'est un trouble du cours de la pensée


Proposition A Proposition A

B - Abus d'alcool B - C'est un trouble de la vigilance


Proposition B Proposition B

C - Agoraphobie C - Elle affecte l'orientation temporo-spatiale


Proposition C Proposition C

D - Abus de tranquillisants D - Elle s'accompagne d'hallucinations visuelles


Proposition D Proposition D

E - Guérison E - On y observe un état de perplexité anxieuse


Proposition E Proposition E

résultat
Bonne(s) réponse(s) : A B C D E résultat
Bonne(s) réponse(s) : B C D E

Même remarque sur l'utilisation du terme de guérison que dans la question Les hallucinations visuelles entrent dans le cadre de l'onirisme.
n° 38 (Nord Partie II). La recrudescence vespérale et l'amnésie lacunaire de l'épisode complètent
D'autres évolutions sont à craindre dans la névrose d'angoisse : le tableau clinique.
- Conduite suicidaire, Il faut rechercher et traiter les retentissements métaboliques et
- Evolution vers une névrose plus structurée, hydroélectrolytiques qui sont fréquents.
- Maladies psychosomatiques (ulcère, HTA, maladies cardiovasculaires). A : Faux, on réserve ce terme à la dissociation schizophrénique.

Psychiatrie Psychiatrie
Spécialité Spécialité

69 98
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Parmi les éléments suivants, quels sont ceux qui appartiennent Mr. B., 67 ans, souffre d'une démence de type Alzheimer avancée.
classiquement au tableau d'anorexie mentale de la jeune fille? Il distribue ses biens à tort et à travers. Son comportement est
calme. Quelles sont les mesures à prendre?
A - Aménorrhée
Proposition A

B - Hyperactivité psychomotrice A - Hospitalisation d'office


Proposition B Proposition A

C - Dénégation de la maigreur B - Sauvegarde de justice


Proposition C Proposition B

D - Amaigrissement C - Signalement à la DDASS


Proposition D Proposition C

E - Hypersomnie D - Tutelle
Proposition E Proposition D

résultat
Bonne(s) réponse(s) : A B C D Proposition E
E - Hospitalisation à la demande d'un tiers
résultat
Bonne(s) réponse(s) : B D
L'aménorrhée peut être primaire ou secondaire. Elle précède rarement
l'anorexie et elle est un des premiers signes à disparaître en cas La sauvegarde de justice prend effet immédiatement mais elle est
d'amélioration. transitoire.
L'hyperactivité psychomotrice correspond à la fois à une volonté de maigrir Elle n'empêche pas la mise sous tutelle ultérieurement.
par des exercices physiques et à une fuite dans l'intellectualisation par A et E : Faux, ce ne sont pas des mesures de protection des biens mais
surinvestissement des tâches scolaires. des mesures d'internement.

Psychiatrie Psychiatrie
Spécialité Spécialité

73 12
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Dans le tableau classique de la bouffée délirante aiguë, on observe Quels sont les symptômes évocateurs d'une dépression non
: délirante du post-partum?

A - Des idées délirantes polymorphes A - La peur obsédante de blesser le bébé


Proposition A Proposition A

B - Un automatisme mental B - Un ralentissement psychique


Proposition B Proposition B

C - Des hallucinations auditives C - Une tendance à éviter de soigner le bébé


Proposition C Proposition C

D - Des hallucinations visuelles D - La conviction que l'enfant va lui être enlevé


Proposition D Proposition D

E - Une absence de trouble thymique E - L'insomnie avec éveil précoce


Proposition E Proposition E

résultat
Bonne(s) réponse(s) : A B C D résultat
Bonne(s) réponse(s) : B C E

Le diagnostic de bouffée délirante aiguë se fait sur l'association du délire, La peur de blesser le bébé n'est pas spécifique de la dépression non
des éléments confusionnels et des troubles thymiques dans un contexte délirante du post-partum mais on peut l'observer dans ce tableau.
aigu. Les hallucinations visuelles sont possibles mais doivent faire
suspecter avant tout une organicité (onirisme de la confusion mentale).

Psychiatrie Psychiatrie
Spécialité Spécialité

97 13
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Le delirium tremens : Le délire paranoïaque de revendication se manifeste par :

A - Est une complication de sevrage chez l'alcoolique A - Une tendance procédurière


Proposition A Proposition A

B - Met en jeu le pronostic vital B - Un mécanisme généralement hallucinatoire


Proposition B Proposition B

C - Est prévenu par un traitement associant vitamines du groupe B, C - Des interprétations délirantes
Proposition C Proposition C

benzodiazépines et hydratation D - Un risque de passage à l'acte agressif


Proposition D

D - Est suivi d'une amnésie lacunaire E - Une baisse du niveau intellectuel


Proposition D Proposition E

Proposition E
E - Est traité par psychostimulant
résultat
Bonne(s) réponse(s) : A C D
résultat
Bonne(s) réponse(s) : A B C D
- Les délires de revendication appartiennent aux délires paranoïaques de
Le delirium tremens est rare avant 30 ans. Il survient uniquement chez les types passionnels (avec le délire de jalousie et l'érotomanie). A ce titre, ils
alcooliques chroniques. Le diagnostic se fait sur l'association : sont dangereux aussi bien pour le sujet que pour les personnes identifiées
- D'un éthylisme chronique, comme gênantes ou dangereuses.
- D'un facteur déclenchant, - Les interprétations délirantes ne font que confirmer le postulat de base
- D'un tableau confusionnel avec onirisme, tremblement, anxiété et que représente la passion initiale.
insomnie, E : L'intelligence est mise au service du délire, à la différence des délires
Psychiatrie Psychiatrie
Spécialité Spécialité

41 75
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Le syndrome d'anorexie mentale de l'adolescente : La conviction d'incurabilité est caractéristique de :

A - Est plus fréquent chez le garçon que chez la fille A - La névrose obsessionnelle
Proposition A Proposition A

B - Peut comporter un risque vital B - Le délire paranoïaque


Proposition B Proposition B

C - Peut survenir avant l'apparition des premières règles C - La dépression réactionnelle


Proposition C Proposition C

(ménarche) D - La mélancolie
Proposition D

D - Est caractérisé par un amaigrissement important E - La démence sénile


Proposition D Proposition E

Proposition E
E - S'accompagne classiquement d'un fléchissement de l'activité
résultat
Bonne(s) réponse(s) : D
scolaire notable
résultat
Bonne(s) réponse(s) : B C D Thème caractéristique des dépressions mélancoliques.

A : Faux, on observe 9 filles atteintes pour 1 garçon. Ce dernier d'ailleurs


est fort suspect et doit faire éliminer une schizophrénie.
B : Le décès survient dans 9 à 10 % des cas.
C : Le pronostic des formes prépubertaires est sombre.
E : Pas dans un premier temps, mais la désocialisation progressive est
Psychiatrie Psychiatrie
Spécialité Spécialité

61 77
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

L'agitation anxieuse de type névrotique : Le geste suicidaire constitue une éventualité fréquente au cours de
:
A - Est sensible à une relation psychothérapique
Proposition A

B - Est peu sensible aux benzodiazépines injectables A - Déséquilibre psychique ( ou psychopathique )


Proposition B Proposition A

C - Peut être en relation avec un événement de l'existence B - Psychose paranoïaque


Proposition C Proposition B

D - S'accompagne d'angoisse somatique C - Psychose schizophrénique


Proposition D Proposition C

E - Nécessite en règle une hospitalisation psychiatrique D - Dépression mélancolique


Proposition E Proposition D

résultat
Bonne(s) réponse(s) : A C D Proposition E
E - Névrose d'angoisse
résultat
Bonne(s) réponse(s) : A B C D
B : Au contraire, c'est le traitement de choix. L'injection a autant d'effet que
la prise orale. (Voir Question N° 10 - Nord Partie II)
D : Les signes somatiques d'angoisse majorent la crise d'angoisse et Le suicide dans les délires paranoïaques est fréquent dans les délires
comportent aussi des éléments psycho-sensorielles. passionnels : jalousie, érotomanie.
E : Après avoir éliminé une organicité, il faut dédramatiser et rassurer le
patient (réponse A) et éviter l'hospitalisation autant que possible.

Psychiatrie Santé publique


Spécialité Spécialité

70 1
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

La schizophrénie : La consommation moyenne en litres d'équivalent d'alcool pur par


an et par adulte de plus de 20 ans en France est comprise
A - Débute classiquement chez l'adulte jeune actuellement entre :
Proposition A

B - Peut se compliquer d'épisodes dépressifs


Proposition B

C - Nécessite le plus souvent, une neuroleptisation au long cours A - 1 à 10


Proposition C Proposition A

D - Ne majore pas le risque suicidaire B - 11 à 20


Proposition D Proposition B

E - Laisse prédire une incapacité absolue de resocialisation C - 21 à 30


Proposition E Proposition C

résultat
Bonne(s) réponse(s) : A B C Proposition D
D - 31 à 40
E - 41 à 50
Proposition E

A : Apparition dès 15 ans jusqu'à 35 ans. Les formes précoces n'ont pas un résultat
Bonne(s) réponse(s) : B
bon pronostic.
C : L'idéal est de trouver la dose minimale nécessaire qui permet : A savoir (classique plusieurs fois retombé).
- D'être efficace sur la symptomatologie,
- De minimiser les risques de dyskinésies tardives.
D : Faux. Le risque suicidaire est important, il survient sous forme de
raptus, le plus souvent suite à une thématique d'influence.

Psychiatrie Santé publique


Spécialité Spécialité

74 7
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Quelles sont les attitudes thérapeutiques adéquates face à un Le saturnisme est le nom donné à la maladie liée à une intoxication
patient maniaco-dépressif récidivant dont l'état maniaque actuel par :
s'avère résistant à 300 mg de Largactil prescrits depuis 3
semaines? A - Le mercure
Proposition A

B - Le cadmium
Proposition B

A - Augmenter les doses C - L'arsenic


Proposition A Proposition C

B - Changer de neuroleptique D - Le plomb


Proposition B Proposition D

C - Pratiquer des sismothérapies E - Le béryllium


Proposition C Proposition E

Proposition D
D - Ajouter un carbamate (Equanil®)
résultat
Bonne(s) réponse(s) : D
E - Ajouter du lithium
Proposition E

résultat
Bonne(s) réponse(s) : A B C E Sans commentaire.

A : Les doses de Largactil peuvent être augmentées jusqu'à 600 mg/j.


B : L'utilisation d'un autre neuroleptique ou d'une association de
neuroleptiques (Haldol®-Majeptil) est classique.
C : La sismothérapie est le traitement de choix des formes résistantes.
Santé publique Santé publique
Spécialité Spécialité

34 99
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Quelle est la première cause de mortalité en France chez les Dans un programme de dépistage de l'hypertension artérielle, on
enfants de 1 à 4 ans? hésite entre deux seuils de "normalité" pour la minima tensionnelle
: 90 mmHg (test A) et 100 mmHg (test B). On peut prévoir que :
A - Maladies cardio et cérébrovasculaires
Proposition A

B - Tumeurs malignes A - Le test A sera plus sensible que le test B


Proposition B Proposition A

C - Pathologie respiratoire non tumorale B - Le test A sera plus spécifique que le test B
Proposition C Proposition B

D - Maladies de l'appareil génito-urinaire C - Le nombre de faux positifs sera plus grand avec le test A
Proposition D Proposition C

E - Accidents, traumatismes, empoisonnements qu'avec le test B


Proposition E

résultat
Bonne(s) réponse(s) : E Proposition D
D - Le nombre de faux négatifs sera plus grand avec le test A
qu'avec le test B
Représente 35 % de la mortalité. Proposition E
E - On ne peut rien prédire, puisqu'on ne connaît pas la prévalence
de l'hypertension dans la population soumise au dépistage
résultat
Bonne(s) réponse(s) : A C

La sensibilité et la spécificité sont inversement proportionnelles :

Santé publique Santé publique


Spécialité Spécialité

47 100
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

La mortalité périnatale correspond aux décès survenus pendant la Les dépenses de protection sociale couvrent :
période allant :
A - Chômage
Proposition A

A - De 28 semaines de gestation jusqu'au jour de la naissance B - Vieillesse


Proposition A Proposition B

B - De la naissance jusqu'au 7ème jour après la naissance C - Invalidité


Proposition B Proposition C

C - De 28 semaines de gestation jusqu'à la 4ème semaine après la D - Décès


Proposition C Proposition D

naissance E - Accidents du travail


Proposition E

Proposition D
D - De 28 semaines de gestation jusqu'au 7ème jour après la
résultat
Bonne(s) réponse(s) : A B C D E
naissance
Proposition E
E - De 28 semaines de gestation jusqu'au 21ème jour après la Sans commentaire.
naissance
résultat
Bonne(s) réponse(s) : D

D : Par définition.
A : Mortinatalité.

Santé publique Santé publique


Spécialité Spécialité

60 24
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Dans une consultation d'hôpital, on étudie l'apparition d'accidents Parmi ces paramètres, quel est celui qui vous manque pour
vasculaires cérébraux dans un groupe de sujets hypertendus et calculer la spécificité d'un test de dépistage, si vous connaissez le
dans un groupe de sujets normotendus. A l'issue de ces nombre de faux positifs obtenus avec ce test?
observations, on remarque un nombre significativement plus élevé
d'accidents vasculaires dans le groupe des hypertendus. Vous A - Nombre de faux négatifs
Proposition A

pouvez déduire de ce type d'enquête que : B - Prévalence de la maladie


Proposition B

C - Effectif total de l'échantillon


Proposition C

A - L'hypertension artérielle (HTA) est un facteur causal d'accident D - Nombre de vrais négatifs
Proposition A Proposition D

vasculaire cérébral (AVC) E - Nombre de vrais positifs


Proposition E

Proposition B
B - L'HTA est un facteur de risque de l'AVC
résultat
Bonne(s) réponse(s) : D
C - L'AVC est un facteur de risque de l'HTA
Proposition C

Proposition D
D - Le risque relatif d'AVC chez les sujets hypertendus par rapport IR : 4/88.
Sans commentaire.
aux sujets normotendus est supérieur à 1
E - On ne peut rien conclure, dans les conditions de l'enquête qui a
Proposition E

été réalisée

Santé publique Santé publique


Spécialité Spécialité

15 63
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Parmi les facteurs de croissance des dépenses de Santé, vous Qui finance la plus grande part des frais de prothèses dentaires?
retenez :
A - Les administrations publiques
Proposition A

A - Augmentation de la masse salariale à l'hôpital B - La sécurité sociale


Proposition A Proposition B

B - Augmentation de la technicité du diagnostic et du traitement à C - Les mutuelles


Proposition B Proposition C

l'hôpital D - Les ménages


Proposition D

C - Augmentation de la technicité du diagnostic et du traitement en E - Les assurances privées


Proposition C Proposition E

médecine ambulatoire
résultat
Bonne(s) réponse(s) : D
D - Croissance des prix unitaires des médicaments supérieure à la
Proposition D

croissance de l'indice général des prix IR : 4/89.


sans commentaire.
E - Mise en place du budget global à l'hôpital
Proposition E

résultat
Bonne(s) réponse(s) : A D
(A B C : autre réponse possible)

B, C : L'augmentation de la technicité peut entraîner des économies de


Santé publique Stomatologie
Spécialité Spécialité

66 63
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

A partir des résultats d'une enquête prospective, on calcule un Une sinusite maxillaire d'origine dentaire est due en principe à
risque relatif dont la valeur est de 3. Parmi les interprétations l'atteinte d'une ou plusieurs des dents suivantes de la mâchoire
suivantes de ce chiffre, quelle est la bonne? supérieure. Laquelle ou lesquelles?

A - La fréquence des sujets exposés dans le groupe des malades A - La canine


Proposition A Proposition A

est 3 fois plus élevée que la fréquence des sujets exposés dans le B - La première prémolaire
Proposition B

groupe des non malades C - La deuxième prémolaire


Proposition C

B - La fréquence de la maladie dans le groupe exposé est 3 fois D - La première molaire


Proposition B Proposition D

plus élevée que la fréquence de la maladie dans le groupe non E - La dent de sagesse
Proposition E

exposé
résultat
Bonne(s) réponse(s) : B C D E
Proposition C
C - La fréquence des exposés est 3 fois plus élevée que la (E étant discutable)
fréquence des non exposés
IR : 2/87
D - La fréquence des malades est 3 fois plus élevée que la
Proposition D

Par ordre de fréquence : 1ère molaire, 2ème prémolaire, 2ème molaire,


fréquence des non malades 1ère prémolaire, 3ème molaire (dent de sagesse).
E - Une autre anomalie
Proposition E
E : Dent de sagesse lorsqu'elle est incluse (idem canine incluse).
Santé publique Stomatologie
Spécialité Spécialité

68 95
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Quelle est la source de financement la plus importante des La survenue d'une parodontopathie est favorisée par :
dépenses de soins et de biens médicaux?
A - Certaines carences vitaminiques
Proposition A

A - Les ménages B - Le tabac


Proposition A Proposition B

B - La sécurité sociale C - Les malpositions dentaires


Proposition B Proposition C

C - Le budget de l'ƒtat D - Les troubles de la sécrétion salivaire


Proposition C Proposition D

D - Les mutuelles E - Le tartre


Proposition D Proposition E

Proposition E
E - Les assurances privées
résultat
Bonne(s) réponse(s) : A B C D E
résultat
Bonne(s) réponse(s) : B
Sans commentaire.
Source de financement de la plus importante à la moins importante : B, D,
A, C, E.

Santé publique Stomatologie


Spécialité Spécialité

80 51
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

La mortalité liée à l'alcoolisme (aigu et chronique) : Dans les suites d'un traumatisme latéro-facial, une limitation de
l'ouverture buccale peut être due à :
A - Touche dans l'ensemble des sujets plus âgés que la mortalité
Proposition A

d'origine cardiovasculaire A - Une fracture de l'arcade zygomatique


Proposition A

B - Est chiffrée à 40 000 décès par an B - Une lésion méniscale


Proposition B Proposition B

C - Est, en fait, difficile à quantifier en France C - Un hématome calcifié du temporal


Proposition C Proposition C

D - Concerne entre 45 et 54 ans, 20 % des décès masculins D - Une fracture intra-articulaire du condyle mandibulaire
Proposition D Proposition D

E - Correspond pour une part majeure à des accidents aigus (mort E - Une fracture extra-articulaire du condyle mandibulaire
Proposition E Proposition E

violente)
résultat
Bonne(s) réponse(s) : A C D E
résultat
Bonne(s) réponse(s) : B C D
B : Une lésion méniscale peut entraîner une limitation de l'ouverture
Sans commentaire. buccale, mais le ménisque est atteint en cas de traumatisme ANTƒRO-
POSTƒRIEUR et non latéro-facial.
E : Est discutable, la fracture EXTRA-articulaire du condyle mandibulaire
est responsable d'une limitation de l'ouverture buccale, par réflexe
antalgique et non par phénomène mécanique.

Santé publique Stomatologie


Spécialité Spécialité

98 78
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Le terme morbidité est synonyme de : Parmi les éléments suivants, quel(s) est (ou sont) celui (ou ceux)
pouvant être un facteur favorisant d'une parodontolyse?
A - Consommation médicale
Proposition A

B - Consommation de soins hospitaliers A - Caries


Proposition B Proposition A

C - Consommation de services ambulatoires B - Dépôts de tartre


Proposition C Proposition B

D - Phénomènes pathologiques C - Restauration prothétique défectueuse


Proposition D Proposition C

E - Facteurs de risques D - Dysmorphose dento-maxillo-faciale


Proposition E Proposition D

résultat
Bonne(s) réponse(s) : D Proposition E
E - Canine incluse
résultat
Bonne(s) réponse(s) : A B C D
IR : 90.
Par définition. IR : 4/89.
Cardiologie et pathologie vasculaire Cardiologie et pathologie vasculaire
Spécialité Spécialité

24 1
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Quelle est l'étiologie la plus probable de cet anévrysme de l'aorte Parmi les pathologies que présente ce malade, laquelle constitue
abdominale? une contre-indication à l'utilisation de l'Acébutolol (Sectral®)?

A - Traumatisme A - Insuffisance rénale


Proposition A Proposition A

B - Athérosclérose B - Hypertrophie ventriculaire gauche


Proposition B Proposition B

C - Dissection aortique C - Hypertension artérielle


Proposition C Proposition C

D - Maladie dystrophique D - Artérite des membres inférieurs


Proposition D Proposition D

E - Anévrysme mycotique E - Adénome de la prostate


Proposition E Proposition E

résultat
Bonne(s) réponse(s) : B résultat
Bonne(s) réponse(s) : D

Argument de fréquence notamment pour cette localisation (portion Sans commentaire.


terminale sous-rénale de l'aorte).
Multiples facteurs de risque d'athérosclérose (âge, sexe, HTA), autre cc

localisation de la maladie athéromateuse (AOMI).


Monsieur X., 71 ans présente une hypertension artérielle de niveau
cc
manométrique élevé (212/109 mmHg) avec un retentissement viscéral.

Cardiologie et pathologie vasculaire Cardiologie et pathologie vasculaire


Spécialité Spécialité

25 2
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Quels sont les examens complémentaires utiles pour préciser L'acébutolol (Sectral®) est également classiquement contre-indiqué
globalement l'état artériel de ce malade? en cas de :

A - Artériographie de l'ensemble de l'aorte A - Insuffisance cardiaque


Proposition A Proposition A

B - Examen scanner abdominal B - Bloc auriculo-ventriculaire


Proposition B Proposition B

C - Echo-doppler artériel cervical C - Asthme


Proposition C Proposition C

D - Echo-doppler artériel des membres inférieurs D - Troubles du rythme


Proposition D Proposition D

E - Coronarographie E - Infarctus du myocarde récent


Proposition E Proposition E

résultat
Bonne(s) réponse(s) : B C D E résultat
Bonne(s) réponse(s) : A B C

(mais A discutable) Contre-indications classiques aux bêta-bloquants :


A : on se contente habituellement d'une aortographie, limitée à l'aorte, avec . Insuffisance cardiaque
artériographie des membres inférieurs . Bradycardie importante (< 50/mn)
B : l'intérêt de cet examen paraît, chez ce patient, limité . BAV non appareillés
. Syndrome de Raynaud
. Artérite des membres inférieurs sévère

Cardiologie et pathologie vasculaire Cardiologie et pathologie vasculaire


Spécialité Spécialité

26 3
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Immédiatement et à plus long terme ce patient est théoriquement Parmi les médicaments suivants, lequel, associé à l'acébutolol,
exposé à : peut entraîner un risque d'insuffisance cardiaque?

A - Rupture de l'anévrysme dans l'espace rétropéritonéal A - Nifédipine (Adalate®)


Proposition A Proposition A

B - Hémorragie digestive par fistule aorto-digestive B - Clonidine (Catapressan®)


Proposition B Proposition B

C - Complication thrombo-embolique des membres inférieurs C - Vérapamil (Isoptine®)


Proposition C Proposition C

D - Infarctus du myocarde D - Furosémide (Lasilix®)


Proposition D Proposition D

E - Accident vasculaire cérébral embolique E - Captopril (Lopril®)


Proposition E Proposition E

résultat
Bonne(s) réponse(s) : A B C D résultat
Bonne(s) réponse(s) : C

Sans commentaire. Association contre-indiquée devant les risques d'insuffisance cardiaque


(drogues inotropes négatives).

Cardiologie et pathologie vasculaire Cardiologie et pathologie vasculaire


Spécialité Spécialité

27 4
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Quel est l'élément qui vous semble le plus justifier une intervention Chez cet hypertendu on propose de remplacer le Sectral® par
chirurgicale sur cet anévrysme? l'Alpress® (Prazosine). Ce médicament :

A - L'association d'une hypertension artérielle A - Bloque les récepteurs alpha 2 post-synaptiques


Proposition A Proposition A

B - L'âge du patient B - Stimule les récepteurs alpha 2 pré-synaptiques


Proposition B Proposition B

C - L'existence d'une insuffisance coronaire C - Bloque les récepteurs alpha 1 post-synaptiques


Proposition C Proposition C

D - La taille de l'anévrysme D - Stimule les récepteurs bêta 1


Proposition D Proposition D

E - Le risque d'infection de l'anévrysme chez ce patient présentant E - Est un antihypertenseur d'action centrale
Proposition E Proposition E

une lithiase vésiculaire chronique


résultat
Bonne(s) réponse(s) : C
résultat
Bonne(s) réponse(s) : D
Alpress®, bloqueur des récepteurs alpha 1 post-synaptiques.
Car le risque de rupture est conditionné par le diamètre de l'anévrysme. Vasodilatateur périphérique par diminution des résistances périphériques.
Un diamètre antéro-postérieur supérieur 5 cm (voir 4 cm pour certains) est
une indication opératoire formelle.
Cardiologie et pathologie vasculaire Cardiologie et pathologie vasculaire
Spécialité Spécialité

5 18
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Quel est l'effet indésirable majeur de la Prazosine? Quels facteurs favorisants ont pu décompenser la cardiopathie
ischémique de la patiente, dans le cas présent?
A - Diabète
Proposition A

B - Impuissance sexuelle A - Diabète


Proposition B Proposition A

C - Rétention urinaire B - Surinfection respiratoire


Proposition C Proposition B

D - Hypotension orthostatique C - Passage en ACFA


Proposition D Proposition C

E - Somnolence D - Sexe
Proposition E Proposition D

résultat
Bonne(s) réponse(s) : D Proposition E
E - Antibiothérapie par Josamycine
résultat
Bonne(s) réponse(s) : B C
Mais il existe aussi :
. Impuissance A : Non
. Asthénie, vertige, sueurs D : Pas un facteur favorisant
. Oedèmes des membres inférieurs E : Non
. Céphalées, acouphènes, somnolence, troubles visuels
. Tachycardie
. Nausées, vomissements, constipation, diarrhée

Cardiologie et pathologie vasculaire Cardiologie et pathologie vasculaire


Spécialité Spécialité

6 19
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Parmi les médicaments ou familles de médicaments suivants, Quel(s) traitement(s) vous semble(nt) adapté(s) au cas de cette
lesquels présentent aussi cet effet indésirable? patiente?

A - Dihydroergotamine A - Oxygénothérapie nasale 10 l/mn


Proposition A Proposition A

B - Neuroleptiques B - Bolus de Risordan® répétés


Proposition B Proposition B

C - Antidépresseurs tricycliques C - Lasilix® Spécial 1 ampoule en IV lente


Proposition C Proposition C

D - Antihistaminiques H1 D - Intubation en 93 - IR1 - P2 CAS d'aggravation malgré les


Proposition D Proposition D

E - Fludrocortisone drogues
Proposition E

résultat
Bonne(s) réponse(s) : B C Proposition E
E - Antibiothérapie large spectre
résultat
Bonne(s) réponse(s) : A B C D
A connaître.
E : Il s'agit d'une bronchite, le traitement par Josacine suffit

Cardiologie et pathologie vasculaire Cardiologie et pathologie vasculaire


Spécialité Spécialité

16 20
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Quelle est l'étiologie la plus probable de la dyspnée présentée par En cas de mauvaise réponse au traitement médical, quelle initiative
la patiente? pourrait contribuer à l'amélioration de la patiente?

A - Embolie pulmonaire A - Bilan angio-coronarographique rapide


Proposition A Proposition A

B - Crise d'asthme B - Fibroscopie bronchique


Proposition B Proposition B

C - OAP hémodynamique C - Cardioversion


Proposition C Proposition C

D - Pneumopathie d'inhalation D - Bêta-bloquants injectables


Proposition D Proposition D

E - OAP lésionnel E - Striadyne IV


Proposition E Proposition E

résultat
Bonne(s) réponse(s) : C résultat
Bonne(s) réponse(s) : C

Histoire typique d'IVG d'aggravation progressive sur une double AC/FA avec mauvaise tolérance hémodynamique est une indication à la
cardiopathie hypertensive et ischémique, à l'occasion d'un passage en cardioversion.
AC/FA.
cc

Cardiologie et pathologie vasculaire Endocrinologie-Métabolisme


Spécialité Spécialité

17 61
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Quels paramètres vous paraissent avoir une signification Parmi les marqueurs tumoraux suivants, indiquez celui (ceux) qui
pronostique immédiate péjorative? aurai(en)t pu contribuer au diagnostic avant l'intervention :

A - Age A - Alpha foeto protéine


Proposition A Proposition A

B - TA élevée B - Antigène carcino-embryonnaire


Proposition B Proposition B

C - Arythmie complète C - Bêta HCG


Proposition C Proposition C

D - Somnolence D - Thyroglobuline
Proposition D Proposition D

E - Gaz du Sang E - Thyrocalcitonine


Proposition E Proposition E

résultat
Bonne(s) réponse(s) : A D E résultat
Bonne(s) réponse(s) : E

ou A B C D E (selon les "ƒcoles") B : L'élévation de l'ACE témoigne d'une extension extrathyroïdienne


(métastases du cancer médullaire). Elle est alors toujours associée avec
A : Sujet âgé une élévation de la thyrocalcitonine. Son élévation isolée ne contribue donc
B : Niveau tensionnel préoccupant pas au diagnostic.
C : Responsable de l'altération hémodynamique E : Est LE marqueur du cancer médullaire
D : Hypercapnie
Endocrinologie-Métabolisme Endocrinologie-Métabolisme
Spécialité Spécialité

62 8
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Quelle attitude doit adopter le chirurgien? Parmi les conseils de surveillance suivants, le(s)quel(s) vous
parai(ssen)t indiqué(s)?
A - ƒnucléation
Proposition A

B - Isthmolobectomie A - Dosage de la glycémie capillaire avant chaque injection


Proposition B Proposition A

C - Thyroïdectomie subtotale B - Recherche de glycosurie - cétonurie chaque jour dans les


Proposition C Proposition B

D - Thyroïdectomie totale urines de 24 h


Proposition D

E - Thyroïdectomie totale avec curage ganglionnaire bilatéral C - Contrôle de la glycémie par un laboratoire une fois par semaine
Proposition E Proposition C

systématique D - Rapport sur le carnet des malaises hypoglycémiques


Proposition D

résultat
Bonne(s) réponse(s) : E Proposition E
E - Recherche de la glycosurie avant chaque injection
résultat
Bonne(s) réponse(s) : A D
C'est le traitement d'un cancer médullaire de la thyroïde.
A : Evident
B : Recherche de glycosurie et cétonurie sur échantillon urinaire et pas sur
les urines de 24 heures
C : Fréquence trop élevée, une glycémie au laboratoire est souhaitable à
l'occasion des consultations trimestrielles
Endocrinologie-Métabolisme Endocrinologie-Métabolisme
Spécialité Spécialité

63 9
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Le cancer médullaire de la thyroïde est plus particulièrement Cette jeune fille joue au basket une fois par semaine, de 15 h à 16
observé chez les patients qui ont des antécédents : h. Que doit-elle faire le jour du match?

A - Personnels ou familiaux de cortico-surrénalome A - Diminuer l'insuline rapide du midi sans modifier les glucides
Proposition A Proposition A

B - Personnels ou familiaux d'hyperparathyroïdie B - Prévoir une boisson sucrée ou une collation pendant l'exercice
Proposition B Proposition B

C - Personnels d'irradiation cervicale pendant l'enfance physique


Proposition C

D - Familiaux de phéochromocytome C - Augmenter les apports glucidiques du repas pris à 12h30 et


Proposition D Proposition C

E - Personnels ou familiaux de poly-endocrinopathie auto-immune précédant l'exercice physique


Proposition E

résultat
Bonne(s) réponse(s) : B D Proposition D
D - Ne rien modifier par rapport aux autres jours
E - Diminuer l'insuline à 19 h avant le dîner du soir, la veille de
Proposition E

B, D : Dans le cadre de NEM de type II l'exercice physique


C : Non, contrairement aux autres cancers différenciés de la thyroïde résultat
Bonne(s) réponse(s) : B C

A : Pas suffisant, il faut augmenter les glucides


B et C : Il faut qu'elle augmente son apport en glucides, pendant et même

Endocrinologie-Métabolisme Endocrinologie-Métabolisme
Spécialité Spécialité

64 10
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Parmi les examens suivants, indiquez celui que vous devez Chez cette jeune patiente, traitée par une injection d'insuline
demander à titre systématique aux autres membres de la famille : biphasique matin et soir, les glycémies sont comprises entre 1,10
et 1,30 g/l (6,05 et 7 mmol/l), sauf à 10 h, o• elles sont toujours <
A - Dosage de la thyroglobuline 0,70 g/l (3,85 mmol/l), et à 12 h, o• elles sont toujours > 2 g/l (11
Proposition A

B - Test à la TRH mmol/l). Quelle est la mesure qui peut permettre de faire évoluer
Proposition B

C - Dosage des anticorps anti-microsomiaux cette situation dans un premier temps, sans entraîner de malaises
Proposition C

D - Test à la pentagastrine avec dosage de la calcitonine hypoglycémiques ou de glycémies trop élevées?


Proposition D

E - Scintigraphie à la MIBG
Proposition E

résultat
Bonne(s) réponse(s) : D Proposition A
A - Diminuer l'insuline du matin et ne rien modifier d'autre
B - Augmenter l'insuline du matin et ne rien modifier d'autre
Proposition B

Car forme familiale à rechercher systématiquement. La scintigraphie à la Proposition C


C - Renforcer les glucides du petit déjeuner, diminuer les glucides
MIBG n'est à envisager que si le diagnostic de phéochromocytome (NEM
de 10 h
IIa) a été fait biologiquement.
D - Augmenter l'insuline du soir
Proposition D

E - Faire une injection supplémentaire d'insuline rapide à 10 h


Proposition E

résultat
Bonne(s) réponse(s) : C

Endocrinologie-Métabolisme Gynécologie-Obstétrique
Spécialité Spécialité

7 49
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Une tentative de rémission à la pompe pendant 3 semaines ayant Quel est l'antécédent à rechercher qui vous ferait renoncer à la
échoué, quel(s) est (sont) le(s) schéma(s) d'insulinothérapie prescrire?
adapté(s) au cas présent?
A - Elle a déjà 2 enfants
Proposition A

A - Une insuline biphasique matin et soir B - Elle fume 5 cigarettes par jour
Proposition A Proposition B

B - Une insuline lente C - Elle a eu une poussée ulcéreuse, il y a 6 mois


Proposition B Proposition C

C - Une insuline rapide matin, midi et soir associée le soir à une D - Elle présente une difficulté d'endormissement
Proposition C Proposition D

insuline retard E - Elle a présenté un ictère lors de sa seconde grossesse


Proposition E

Proposition D
D - Une insuline à la pompe intrapéritonéale
résultat
Bonne(s) réponse(s) : E
E - Une insuline intermédiaire matin et soir associée à une insuline
Proposition E

rapide E : Est une contre-indication relative.


résultat
Bonne(s) réponse(s) : A C E B : Ce fut la réponse donnée en 91, mais devant l'âge jeune de la patiente
et la faible consommation tabagique, ce n'est pas une raison suffisante
C : C'est souvent le meilleur schéma d'insulinothérapie chez un jeune pour renoncer à ce traitement.
diabétique insulinodépendant : plus de liberté dans l'horaire des repas, A, C, D : Aucun rapport.
Gynécologie-Obstétrique Gynécologie-Obstétrique
Spécialité Spécialité

50 31
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Elle vous demande pourquoi la pilule n'est pas faite d'hormones Le dosage de prolactine dans le sang est à 150 ng/ml. Quel est le
naturelles. Certaines des explications suivantes sont exactes : meilleur examen pour faire le diagnostic d'un microadénome à
prolactine?
A - Les hormones naturelles ont, par voie orale, une biodisponibilité
Proposition A

trop variable A - Radio de selle turcique


Proposition A

B - Les hormones naturelles n'ont pas d'effet contraceptif B - Tomographie de selle turcique
Proposition B Proposition B

C - La progestérone a un effet androgène plus important que les C - ƒchographie


Proposition C Proposition C

progestatifs de synthèse de type norstéroïdes D - Scanner


Proposition D

D - Les hormones naturelles subissent une E - IRM


Proposition E

inactivation hépatique importante


résultat
Bonne(s) réponse(s) : E
E - Les doses d'estrogènes naturels efficaces augmentent le risque
d'hirsutisme Examen le plus précis actuellement pour détecter un microadénome à
prolactine dans la selle turcique.
70.- QUESTION N° 51 [M]

Gynécologie-Obstétrique Gynécologie-Obstétrique
Spécialité Spécialité

51 32
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Après un accident de la voie publique, elle a présenté plusieurs Quels sont parmi les items suivants, les médicaments qui peuvent
crises convulsives. Sa contraception par Minidril® n'est pas remise être à l'origine d'une aménorrhée-galactorrhée?
en cause. Quels traitements anticonvulsivants peuvent interférer
avec celle-ci en l'inactivant? A - Dogmatil®
Proposition A

B - Tagamet®
Proposition B

A - Valproate de sodium (Dépakine®) C - Primperan®


Proposition A Proposition C

B - Phénobarbital (Gardénal®) D - Buscopan®


Proposition B Proposition D

C - Phénytoïne (Dihydan®) E - Lasilix®


Proposition C Proposition E

Proposition D
D - Carbamazépine (Tégrétol®)
résultat
Bonne(s) réponse(s) : A B C
E - Diazepam (Valium®)
Proposition E

résultat
Bonne(s) réponse(s) : B C D A : Neuroleptique (classique).
B : Inhibiteur enzymatique (rare galactorrhée).
A savoir (Vidal) = médicaments inducteurs enzymatiques. C : Antiémétisants ayant des propriétés neuroleptiques faibles (classique).
D : Antispasmodique anticholinergique (non).
E : Diurétique (non).

Gynécologie-Obstétrique Gynécologie-Obstétrique
Spécialité Spécialité

52 33
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Mme B. n'a finalement reçu aucun anticonvulsivant. Elle a continué En dehors d'un microadénome à prolactine, un syndrome
le Minidril®. Elle vient vous voir car elle est enceinte. Quelles aménorrhée-galactorrhée peut être du à :
hypothèses l'expliqueraient?
A - Hydrocéphalie
Proposition A

A - Elle a présenté des vomissements B - Tumeur de la poche de Rathke


Proposition A Proposition B

B - Elle a oublié un comprimé en début de cycle 2 jours de suite C - Macroadénome hypophysaire


Proposition B Proposition C

C - Elle a reçu un traitement par un macrolide (ex érythromycine) D - Adénome du sein


Proposition C Proposition D

D - Elle a ingéré un anti-inflammatoire non-stéroïdien E - Insuffisance rénale


Proposition D Proposition E

Proposition E
E - L'indice de Pearl n'est pas nul
résultat
Bonne(s) réponse(s) : A B C E
résultat
Bonne(s) réponse(s) : A B E
1) Tumeurs hypophysaires
A : Vomissement de la pilule. 2) Atteintes hypothalamiques et de la tige pituitaire
B : Evident, attention en seconde partie du cycle, il n'y aurait pas eu de 3) Hypothyroïdie primaire
"PROBLEME". 4) Insuffisance rénale chronique
C : Inhibiteur enzymatique et non inducteur donc aucune interaction. 5) Cirrhose
D : Aucun problème (mais les anti-inflammatoires diminuent l'efficacité des 6) Traumatisme de la paroi thoracique (chirurgie, herpès)

Gynécologie-Obstétrique Hématologie
Spécialité Spécialité

30 44
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Parmi les items suivants, quelles sont les caractéristiques d'une Quel est ou quels sont l'(es) examen(s) réalisé(s) rapidement qui
galactorrhée d'un syndrome aménorrhée-galactorrhée? permettra (permettront) d'aboutir au diagnostic probable
d'agranulocytose aiguë médicamenteuse?
A - Bilatérale
Proposition A

B - Multipore A - Recherche d'anticorps anti leucocyto-plaquettaires


Proposition B Proposition A

C - Séreuse B - Myélogramme
Proposition C Proposition B

D - Lactescente C - Biopsie médullaire


Proposition D Proposition C

E - Sanglante D - Test de transformation lymphoblastique en présence du


Proposition E Proposition D

résultat
Bonne(s) réponse(s) : A B D médicament suspecté
E - Test de Coombs direct en présence du médicament suspecté
Proposition E

La galactorrhée dans un syndrome aménorrhée-galactorrhée est : résultat


Bonne(s) réponse(s) : B
BILATƒRALE, MULTIPORE et LACTESCENTE.
cc
A : Aucun intérêt ici
C : Non urgent
D : Aucun rapport
Une jeune femme de 27 ans a accouché il y a 6 mois, dans des conditions E : Coombs directe fait sur les globules rouges
Hématologie Hématologie
Spécialité Spécialité

45 51
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Parmi les médicaments reçus par la malade révélés par votre L'(es) argument(s) contre le diagnostic d'anémie inflammatoire est
interrogatoire, quel est celui qui, a priori vous parait responsable de (sont) :
cet accident?
A - Hémoglobine 9 g/dl
Proposition A

A - Triméthoprime - Sulfamethoxazole B - Leucocytes 7.9 10e9/l


Proposition A Proposition B

B - Acide acétyle salicylique C - Fibrinogène 3 g/l


Proposition B Proposition C

C - Noramidopyrine D - Gammaglobulines 35 g/l


Proposition C Proposition D

D - Tyrothricine E - Fer sérique 20 micromol/l


Proposition D Proposition E

Proposition E
E - Indométacine
résultat
Bonne(s) réponse(s) : C E
résultat
Bonne(s) réponse(s) : C
C : L'absence d'augmentation du taux de fibrinogène va, en effet, contre le
Médicaments cause d'agranulocytose aiguë : diagnostic d'une anémie inflammatoire (o• la fibrinogénie est augmentée)
. Noramidopyrine (Avafortan®) E : L'absence de diminution du taux du fer sérique va contre le diagnostic
. Phénindione (Pindione®) d'une anémie inflammatoire
. Phénylbutazone (Oxyphenbutazone® Tanderil®)
cc
. Néomercazole et PTU
Hématologie Hématologie
Spécialité Spécialité

46 52
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

En dehors de l'arrêt immédiat du (des) médicament(s) suspect(s), L'(es) argument(s) contre le diagnostic d'immunoglobuline
votre traitement comportera : monoclonale bénigne est (sont) :

A - Une corticothérapie A - Hémoglobine 9 g/dl


Proposition A Proposition A

B - Une transfusion de granulocytes B - Vitesse de sédimentation 105-140


Proposition B Proposition B

C - Une séance d'échange plasmatique C - Fibrinogène 3 g/l


Proposition C Proposition C

D - Une antibiothérapie empirique par voie veineuse D - Gammaglobulines 55 g/l


Proposition D Proposition D

E - Un traitement par sérum anti-lymphocytaire E - Composant monoclonal IgG Kappa


Proposition E Proposition E

résultat
Bonne(s) réponse(s) : D résultat
Bonne(s) réponse(s) : A D

Devant un patient en agranulocytose et fébrile : antibiothérapie empirique Critères paracliniques d'une gammapathie monoclonale bénigne :
par voie veineuse à large spectre après des prélèvements à visée 1) Taux de l'Ig monoclonal STABLE dans le temps
bactériologique sans attendre les résultats. 2) Taux de l'Ig monoclonal < 10 g/l ou 20 g/l pour les IgG et pour les IgM
3) Absence de diminution des Ig normaux
4) Absence de protéinurie de Bence Jones (tolérée si < 200 mg/j)
5) Créatininémie normale

Hématologie Hématologie
Spécialité Spécialité

47 53
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Au cours de l'évolution hématologique, on peut observer Le diagnostic de maladie de Waldenstršm n'est pas retenu en
transitoirement : raison de :

A - Une monocytose A - Hémoglobine 9 g/dl


Proposition A Proposition A

B - Une basophilie B - Vitesse de sédimentation 105-140


Proposition B Proposition B

C - Une éosinophilie C - Fibrinogène 3,7 g/l


Proposition C Proposition C

D - Un syndrome mononucléosique D - Gammaglobulines 55 g/l


Proposition D Proposition D

E - Une myélémie E - Composant monoclonal IgG Kappa


Proposition E Proposition E

résultat
Bonne(s) réponse(s) : A E résultat
Bonne(s) réponse(s) : E
(E étant discutable)
A : On peut observer transitoirement au cours de l'évolution, une La maladie de Waldenstršm est une affection caractérisée par la présence
monocytose, au moment de la correction de la neutropénie. La répartition d'une immunoglobuline M monoclonale à un taux supérieur à 5 g/l (pic
médullaire s'effectue avec une plasmocytose médullaire, une monocytose monoclonal d'immunoglobine M migrant à l'électrophorèse dans la zone des
sanguine (sortie des monocytes avant celles des P. Neutrophiles) b2 globuline), et d'une infiltration lymphoïde médullaire le plus souvent
E : Cette réponse est discutable ; en effet, actuellement le diagnostic polymorphe lymphoplasmocytaire.
d'agranulocytose iatrogène fait prescrire des facteurs de croissance des

Hématologie Hématologie
Spécialité Spécialité

48 54
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

L'évolution est favorable. Quel conseil donnez-vous au médecin Chez ce malade, le diagnostic de myélome multiple sera confirmé
traitant lors de la sortie de la patiente? au vu d'un ou de plusieurs des résultats suivants. Lequel ou
lesquels?
A - Contrôler l'hémogramme toutes les semaines pendant un mois
Proposition A

B - Contrôler le myélogramme 3 semaines après A - Présence de lésions ostéolytiques sur les radiographies du
Proposition B Proposition A

C - Effectuer à distance une recherche d'anticorps anti-leucocytaire squelette


Proposition C

en présence du médicament incriminé B - Hyperuricémie


Proposition B

D - Faire réhospitaliser la patiente 6 mois après pour une tentative C - Hypocalcémie


Proposition D Proposition C

de désensibilisation D - Protéinurie 0,50 g/24 h, non sélective à l'électrophorèse


Proposition D

E - Aucune des propositions précédentes E - Plasmocytose médullaire supérieure à 20 %


Proposition E Proposition E

résultat
Bonne(s) réponse(s) : E résultat
Bonne(s) réponse(s) : A E

A : Pas d'intérêt B, C: Non spécifiques


B : Non, pas d'intérêt à la question A : Images lacunaires ayant pour siège le crâne, le rachis, le bassin, la
C , D : Surtout pas diaphyse des os longs
Lui interdire l'utilisation de la Noramidopyrine et de ses dérivés. E : Infiltration médullaire par des plasmocytes cytologiquement malins à un
Hématologie Hépato-gastro-entérologie
Spécialité Spécialité

55 36
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Le diagnostic de myélome multiple a été confirmé. Un traitement Quel est l'examen le plus sensible pour la détection de la lithiase
associant Melphalan (Alkeran®) et Prednisone est instauré. Ce vésiculaire?
traitement expose à une ou plusieurs des complications suivantes,
la ou lesquelles? A - Scanner abdominal
Proposition A

B - ƒchographie abdominale
Proposition B

A - Insuffisance médullaire C - Cholecystographie orale


Proposition A Proposition C

B - Neuropathie périphérique D - ASP


Proposition B Proposition D

C - Insuffisance cardiaque E - Biligraphie intraveineuse


Proposition C Proposition E

Proposition D
D - Hyperglycémie
résultat
Bonne(s) réponse(s) : B
E - Leucémie aiguë secondaire
Proposition E

résultat
Bonne(s) réponse(s) : A D E Sans commentaire

Complications du Melphalan® :
. Hématologiques touchant toutes les lignées : insuffisance médullaire
. Gastro-intestinales à type de nausées, vomissements, mucites, diarrhées
. Alopécie
Hépato-gastro-entérologie Hépato-gastro-entérologie
Spécialité Spécialité

33 37
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Pour éliminer une lithiase de la voie biliaire principale, vous Devant la découverte d'une image hyperéchogène intra-vésiculaire,
demanderiez : quel(s) argument(s) permet(tent) d'en affirmer l'origine lithiasique?

A - Cholecystographie orale A - Présence d'un épaississement des parois vésiculaires


Proposition A Proposition A

B - ASP debout B - Présence d'un cône d'ombre postérieur


Proposition B Proposition B

C - Biligraphie intraveineuse C - Présence d'un épanchement périvésiculaire


Proposition C Proposition C

D - Scintigraphie hépatique D - Présence d'un renforcement postérieur des échos


Proposition D Proposition D

E - Cathétérisme rétrograde de la papille E - Mobilité de l'image


Proposition E Proposition E

résultat
Bonne(s) réponse(s) : E résultat
Bonne(s) réponse(s) : B E

C'est le seul examen parmi ceux proposés qui permet de répondre à la Spécifique de lithiase vésiculaire.
question. Cependant, la patiente n'est pas ictérique, et on peut douter de
l'existence d'un obstacle sur la VBP. L'échoendoscopie est moins invasive
et permettrait de trancher.
cc

Hépato-gastro-entérologie Hépato-gastro-entérologie
Spécialité Spécialité

34 38
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Les arguments échographiques en faveur d'une cholecystite aiguë Si le diagnostic de cholecystite aiguë est retenu chez cette femme,
comportent : votre traitement va comporter :

A - ƒpaississement de paroi vésiculaire A - Sphinctérotomie endoscopique


Proposition A Proposition A

B - Ascite B - Antibiothérapie simple


Proposition B Proposition B

C - Lithiase vésiculaire C - Cholecystectomie


Proposition C Proposition C

D - Hépatomégalie homogène hyperéchogène D - Antibiothérapie à large spectre


Proposition D Proposition D

E - Dilatation des voies biliaires intra-hépatiques E - Lithotritie extra-corporelle


Proposition E Proposition E

résultat
Bonne(s) réponse(s) : A C résultat
Bonne(s) réponse(s) : C D

E : c'est un signe d'obstacle sur la VBP. Débuter par une antibiothérapie, à large spectre et une rééquilibration
hydroélectrolytique, suivie d'une cholécystectomie.

Hépato-gastro-entérologie Hépato-gastro-entérologie
Spécialité Spécialité

35 26
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Dans quelles circonstances peut-on retrouver un épaississement Quels sont, dans cette observation, les arguments cliniques en
des parois vésiculaires à l'échographie? faveur d'un foie métastatique?

A - Hépatite virale aiguë A - La dureté de l'hépatomégalie


Proposition A Proposition A

B - Pancréatite chronique B - L'âge de 65 ans


Proposition B Proposition B

C - Cholécystite C - La douleur hépatique spontanée


Proposition C Proposition C

D - Ascite D - La sensibilité du nodule hépatique à la palpation


Proposition D Proposition D

E - Stéatose hépatique E - L'absence de signe de cirrhose du foie


Proposition E Proposition E

résultat
Bonne(s) réponse(s) : A C D résultat
Bonne(s) réponse(s) : E

Sans commentaire. Les autres signes ne sont pas spécifiques de métastase. L'absence de
cirrhose, principal facteur de risque de carcinome hépatocellulaire, fait
craindre une métastase plutôt qu'un cancer primitif.
cc
Hépato-gastro-entérologie Maladies infectieuses
Spécialité Spécialité

27 54
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Dans cette observation les arguments biologiques en faveur d'un Indiquez l'examen qui permettrait d'affirmer le diagnostic avec
foie métastatique comportent : certitude :

A - L'élévation des phosphatases alcalines A - Hémoculture


Proposition A Proposition A

B - L'anémie B - Sérologie
Proposition B Proposition B

C - L'élévation des gamma GT C - Numération-Formule sanguine


Proposition C Proposition C

D - L'hyposidérémie D - Recherche virale sur prélèvement nasal


Proposition D Proposition D

E - L'ACE à 43 ng E - Radiographie thoracique


Proposition E Proposition E

résultat
Bonne(s) réponse(s) : A C E résultat
Bonne(s) réponse(s) : D

B : Aucun rapport direct Doit être faite avant le 4ème jour.


D : Aucun rapport Par immunofluorescence indirecte.

Hépato-gastro-entérologie Maladies infectieuses


Spécialité Spécialité

28 55
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Quels sont les éléments cliniques et biologiques en faveur d'une Chez cette patiente, parmi les complications ci-dessous, indiquez
origine colique de la métastase? celle(s) que vous redoutez :

A - Troubles récents du transit intestinal A - Insuffisance cardiaque aiguë


Proposition A Proposition A

B - Sexe masculin B - Endocardite infectieuse


Proposition B Proposition B

C - ƒlévation des phosphatases alcalines C - Surinfection bronchopulmonaire


Proposition C Proposition C

D - Anémie D - Insuffisance surrénale aiguë


Proposition D Proposition D

E - ƒlévation de l'ACE E - Pancréatite aiguë


Proposition E Proposition E

résultat
Bonne(s) réponse(s) : A D E résultat
Bonne(s) réponse(s) : A C

A : Evident QS Terrain
B : Le sexe masculin n'est pas un facteur prédisposant au cancer colique
C : Serait en rapport avec une cholestase
D : Une anémie hyposidérémique chez un malade qui a une métastase
hépatique est très évocateur d'une origine colique
E : Marqueurs tumoraux augmentés lors des cancers rectoliques.

Hépato-gastro-entérologie Maladies infectieuses


Spécialité Spécialité

29 56
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Quel examen doit-on faire pour confirmer l'hypothèse d'un cancer Madame A. C. ayant guéri, quelle(s) recommandation(s) faites-
du colon? vous?

A - ƒchographie pelvienne A - Gammaglobulines polyvalentes IM tous les mois l'hiver prochain


Proposition A Proposition A

B - Coloscopie avec biopsie B - Antibiothérapie séquentielle pendant les mois l'hiver prochain
Proposition B Proposition B

C - Lavement baryté en double contraste C - Vaccination antigrippale avant l'automne prochain


Proposition C Proposition C

D - Scanner abdominal D - Prise hebdomadaire de rimantadine (Roflual®) en hiver


Proposition D Proposition D

E - Toucher rectal E - Vaccination antipneumococcique


Proposition E Proposition E

résultat
Bonne(s) réponse(s) : B résultat
Bonne(s) réponse(s) : C E

Seul examen permettant de faire le diagnostic de certitude car permettant C : Evident comme chez tous les sujets âgés
un examen anatomopathologique sur les biopsies. E : Indiqué chez les sujets âgés, insuffisants cardiaques ou respiratoires

Maladies infectieuses Maladies infectieuses


Spécialité Spécialité

53 70
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Devant ce syndrome grippal, indiquez l'argument principal en Parmi les signes suivants, tous sont en faveur d'une endocardite
faveur d'une véritable grippe : sauf un, lequel?

A - Contexte épidemique en janvier A - Purpura pétéchial


Proposition A Proposition A

B - Fièvre élevée d'apparition brusque B - Hématurie microscopique


Proposition B Proposition B

C - Toux sèche C - Pseudo-panaris de la pulpe des doigts


Proposition C Proposition C

D - Courbatures généralisées D - Splénomégalie


Proposition D Proposition D

E - Pouls dissocié E - Cyanose des extrémités


Proposition E Proposition E

résultat
Bonne(s) réponse(s) : A résultat
Bonne(s) réponse(s) : E

Sans commentaire. Aucun rapport avec endocardite.


cc cc

En cette matinée du 5 janvier, Madame A.C., âgée de 75 ans, est la 5ème Un patient de 38 ans a depuis 15 jours une fièvre à 38°C - 38,5°C
personne que vous voyez avec une fièvre à 39°5C, frissons, courbatures, accompagnée de lombalgies et de sueurs. 20 jours auparavant, il avait subi
Maladies infectieuses Pathologie de l'appareil locomoteur
Spécialité Spécialité

71 7
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Parmi les germes suivants, lequel est vraisemblablement en cause? Les radios standards qu'apporte le patient sont normales. Quel(s)
examen(s) réclamez-vous pour confirmer votre diagnostic?
A - Streptocoque bêta hémolytique A
Proposition A

B - Staphylocoque doré A - ƒchographie


Proposition B Proposition A

C - Streptocoque viridans B - Arthrographie


Proposition C Proposition B

D - Entérocoque C - Scanner du genou


Proposition D Proposition C

E - Pneumocoque D - Défilé fémoro-patellaire


Proposition E Proposition D

résultat
Bonne(s) réponse(s) : C Proposition E
E - IRM
résultat
Bonne(s) réponse(s) : B E
C'est le germe le plus fréquemment en cause dans l'endocardite subaiguë
(porte d'entrée dentaire ++). Le scanner ne permet pas de bien voir les lésions méniscales.
L'IRM a l'intérêt de bien visualiser les ligaments intra-articulaires, les
ménisques, sauf la corne postérieure (contrairement à l'arthrographie, on
reproche à cette dernière d'être iatrogène !).

Maladies infectieuses Pathologie de l'appareil locomoteur


Spécialité Spécialité

72 8
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Quels sont les examens qui vous permettront d'étayer solidement Le malade est opéré par arthroscopie. Au cours de son examen
le diagnostic d'endocardite? sous anesthésie, le chirurgien retrouve un ressaut en rotation
interne. De quelle lésion souffre-t-il en plus de la lésion qui avait
A - Hémocultures motivé l'arthroscopie?
Proposition A

B - Echocardiographie
Proposition B

C - ECG A - Lésion du LLI


Proposition C Proposition A

D - Radiographie pulmonaire B - Lésion du LCA


Proposition D Proposition B

E - Recherche de complexes immuns circulants C - Lésion du LCP


Proposition E Proposition C

résultat
Bonne(s) réponse(s) : A B Proposition D
D - Lésion du poplité
E - Lésion de la patte d'oie
Proposition E

A : 6 hémocultures en 48 h résultat
Bonne(s) réponse(s) : B
B : Echographie Doppler cardiaque transthoracique complétée par
échographie Doppler transoesophagienne Le ressaut rotatoire interne, encore appelé signe de Lemaire, signe une
atteinte du LCA.
D'autres signes peuvent témoigner d'une atteinte de LCA : Lachman (tiroir
antéro-postérieur à 10° de flexion) et le TAD (tiroir antérieur direct à 90° de
Maladies infectieuses Pathologie de l'appareil locomoteur
Spécialité Spécialité

73 9
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Dans l'attente du résultat des examens réclamés, après vous être Si le patient refuse le traitement complémentaire de cette seconde
assuré de l'absence d'allergie connue aux antibiotiques, quel lésion, l'évolution spontanée peut se faire vers :
traitement proposez-vous en première intention?
A - Arthrose à long terme
Proposition A

A - Erythromycine IV + Tétracycline per os B - Décompensation de la laxité


Proposition A Proposition B

B - Péfloxacine per os C - Dérobements à répétition


Proposition B Proposition C

C - Amoxicilline per os D - Algodystrophie


Proposition C Proposition D

D - Pénicilline G IV + Nétilmycine lM x 2 E - Amélioration spontanée


Proposition D Proposition E

Proposition E
E - Vancomycine IV
résultat
Bonne(s) réponse(s) : A B C D E
résultat
Bonne(s) réponse(s) : D
(mais D E inconstants selon les réponses données)
Association (indispensable) active sur ce germe.
L'antibiothérapie n'est pas urgente. Elle sera instaurée après les L'amélioration spontanée est fréquente mais souvent transitoire. Alors
prélèvements bactériologiques et l'échocardiographie, si le diagnostic apparaît une décompensation de la laxité avec douleurs résiduelles,
d'endocardite subaiguë paraît le plus vraisemblable. dérobements, poussées d'hydarthrose.
L'arthrose est tardive.

Pathologie de l'appareil locomoteur Pathologie de l'appareil locomoteur


Spécialité Spécialité

6 10
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Quel diagnostic évoquez-vous? Le sujet voulant reprendre son sport favori décide de se faire
traiter. Que lui conseillez-vous?
A - Tendinite de la patte d'oie
Proposition A

B - Lésion du LCA A - Rééducation intensive


Proposition B Proposition A

C - Lésion méniscale interne B - Ostéotomie de valgisation


Proposition C Proposition B

D - Entorse du LLI C - Plastie ligamentaire intra-articulaire


Proposition D Proposition C

E - Ostéochondrite disséquante D - Lavage arthroscopique


Proposition E Proposition D

résultat
Bonne(s) réponse(s) : C Proposition E
E - Transposition de la rotule
résultat
Bonne(s) réponse(s) : A C
Sans commentaire.
C'est le traitement des ruptures de LCA.
cc
Ne pas proposer de ligamentoplasties avant une rééducation proprioceptive
de bonne qualité.
Un jeune footballeur vous consulte pour une gonalgie interne,
s'accompagnant de gonflement. L'examen réveille une douleur vive à la
pression de l'interligne interne et retrouve un léger flessum irréductible.
Pathologie de l'appareil locomoteur Pathologie de l'appareil locomoteur
Spécialité Spécialité

57 34
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Quelles est ou quelles sont ce (ces) manifestation(s) d'intolérance? Parmi les signes cliniques suivants, lesquels orientent vers le
diagnostic de luxation antéro-interne de la scapulo-humérale?
A - Protéinurie
Proposition A

B - Sécheresse buccale et oculaire A - Il est possible de ramener le coude contre le corps


Proposition B Proposition A

C - Diarrhée B - Il est impossible d'effectuer une rotation interne


Proposition C Proposition B

D - Prurit ou éruption C - Une rotation imprimée au coude ne se transmet pas à la tête


Proposition D Proposition C

E - Troubles de la vision humérale


Proposition E

résultat
Bonne(s) réponse(s) : A C D Proposition D
D - Il y a un vide sous-acromial externe
E - Il y a précocement une importante ecchymose de la paroi
Proposition E

- Contre-indication aux sels d'or thoracique


- Moyen mnémotechnique : résultat
Bonne(s) réponse(s) : B D
. Allergie et Ac Anti-DNA natif (= Lupus)
. Blanc : GB < 1 500 et plaquettes < 100 000 A : Coude fixé en abduction (non)
. Coeur, insuffisance cardiaque B, D : Classiques
. Dermatose évolutive C : Se voit en cas de fracture de l'humérus
. Eczéma E : Aucune spécificité
Pathologie de l'appareil locomoteur Pathologie de l'appareil locomoteur
Spécialité Spécialité

58 35
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Ce traitement a été bien toléré et a amélioré grandement la Vous retrouvez, lors d'un examen systématique régional, une
malade. Toutes les arthrites se sont éteintes sauf deux : une radio insensibilité à la piqžre au moignon de l'épaule sur sa face externe.
carpienne et un genou. Parmi les propositions thérapeutiques Vous évoquez alors une atteinte :
suivantes, laquelle devez-vous adopter d'abord?
A - Du nerf sus-scapulaire
Proposition A

A - Kinésithérapie B - De la racine C7 du plexus brachial


Proposition A Proposition B

B - Repos presque complet pendant une semaine C - Du nerf circonflexe


Proposition B Proposition C

C - Renforcement du traitement A.I.N.S D - Du nerf musculo-cutané


Proposition C Proposition D

D - Injection intra-articulaire de corticoïdes dans les 2 arthrites E - De la branche superficielle du nerf spinal
Proposition D Proposition E

résiduelles
résultat
Bonne(s) réponse(s) : C
E - Synoviorthèse isotopique de ces 2 articulations
Proposition E

résultat
Bonne(s) réponse(s) : D Le nerf circonflexe, après son passage dans le trou carré de Velpeau, suit
le col huméral. Il est donc particulièrement menacé d'étirement ou de
Traitement des arthrites résistantes au traitement de fond. rupture. Cet examen systématique, devant toute luxation, avant réduction,
est médico-légal.
Il sera répété après la réduction. Le nerf circonflexe est moteur du deltoïde

Pathologie de l'appareil locomoteur Pathologie de l'appareil locomoteur


Spécialité Spécialité

59 36
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Le traitement choisi a eu un effet favorable. Cette patiente souhaite La constatation d'un oedème de la main avec cyanose fait
un 3ème enfant. Que lui répondez-vous? rechercher :

A - La chrysothérapie devra être arrêtée pendant la grossesse A - Un arrachement du confluent veineux sous-clavier jugulaire
Proposition A Proposition A

B - La grossesse aggrave la polyarthrite dès les premières B - Une compression de la veine céphalique
Proposition B Proposition B

semaines C - Une ischémie par rupture de l'artère axillaire


Proposition C

C - La grossesse a de grandes chances d'améliorer la polyarthrite D - Une compression de la veine axillaire


Proposition C Proposition D

au moins jusqu'au retour de couches E - Un réflexe vasoconstricteur distal


Proposition E

Proposition D
D - Les AINS sont contre-indiqués, en particulier au 3ème trimestre
résultat
Bonne(s) réponse(s) : D
de la grossesse
Proposition E
E - L'enfant d'une femme atteinte d'une polyarthrite rhumatoïde en Connaissances anatomiques.
La clinique évoque une compression veineuse.
évolution a 50 % de chances d'être atteint ultérieurement de la
A et B n'appartiennent pas à la région axillaire
même maladie Il faudra rechercher systématiquement une compression de la veine
résultat
Bonne(s) réponse(s) : A C D axillaire, une atteinte du plexus brachial.

Pathologie de l'appareil locomoteur Pathologie de l'appareil locomoteur


Spécialité Spécialité

60 37
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Une dizaine d'années ont passé... au cours desquelles la maladie a Quelles sont les deux associations lésionnelles les plus fréquentes
été assez bien contrôlée par le traitement. Puis, une nouvelle que vous allez rechercher sur la radiographie de face de l'épaule
poussée évolutive est survenue. Vous constatez alors une nette droite?
saillie de la tête cubitale droite. Que devez-vous craindre?
A - Une fracture de la clavicule
Proposition A

A - Une paralysie cubitale B - Une fracture du trochiter


Proposition A Proposition B

B - Une mise en traction des tendons fléchisseurs des deux C - Une fracture de l'acromion
Proposition B Proposition C

derniers doigts avec risque de rupture D - Une fracture de la coracoïde


Proposition D

C - Une rupture des tendons extenseurs des 4ème et 5ème doigts E - Une fracture de la glène de l'omoplate
Proposition C Proposition E

Proposition D
D - La constitution rapide d'un coup de vent cubital des doigts
résultat
Bonne(s) réponse(s) : B E
E - Une simple gêne fonctionnelle du poignet
Proposition E

résultat
Bonne(s) réponse(s) : C A, C, D correspondent plutôt à un mécanisme de choc direct.

Sans commentaire.
Pathologie de l'appareil locomoteur Pathologie de l'appareil locomoteur
Spécialité Spécialité

42 46
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Quels sont les diagnostics que suggère en premier lieu cette Le traitement le plus adapté à ce cas parait être :
symptomatologie?
A - Prednisone 5 mg/j
Proposition A

A - Une pseudo-polyarthrite rhizomélique B - Phénylbutazone 500 mg/j


Proposition A Proposition B

B - Une PR à début rhizomélique C - Colchicine 1 mg/j


Proposition B Proposition C

C - Une arthrite réactionnelle D - Méthotrexate 10 mg/j


Proposition C Proposition D

D - Un rhumatisme articulaire aigu E - Prédnisone 30 mg/j


Proposition D Proposition E

Proposition E
E - Une périartérite noueuse
résultat
Bonne(s) réponse(s) : E
résultat
Bonne(s) réponse(s) : A B
Il s'agit d'une pseudo-polyarthrite rhizomélique et en l'absence de signe
Principaux diagnostics à évoquer devant des douleurs inflammatoires ophtalmologique, on peut se contenter d'une corticothérapie à 0,5 mg/Kg/j.
rhizoméliques chez un sujet âgé avec un grand syndrome inflammatoire,
l'arthrite du genou n'étant pas suffisamment discriminative.
cc

Pathologie de l'appareil locomoteur Microbiologie


Spécialité Spécialité

43 47
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Une biopsie de l'artère temporale superficielle met en évidence une Les gonocoques :
artérite giganto-cellulaire. Cette artérite :
A - Sont des diplocoques gram négatif
Proposition A

A - Permet d'affirmer le diagnostic de maladie de Horton B - Se cultivent facilement sur les milieux usuels
Proposition A Proposition B

B - Permet d'exclure une polyarthrite rhumatoïde C - Sont pathogènes pour l'animal


Proposition B Proposition C

C - Permet d'exclure une périartérite noueuse D - Sont porteurs de pili s'ils sont virulents
Proposition C Proposition D

D - Peut se rencontrer dans une arthrite réactionnelle E - Peuvent déterminer des septicémies avec éventuellement des
Proposition D Proposition E

E - Est constante dans la pseudo-polyarthrite rhizomélique arthrites


Proposition E

résultat
Bonne(s) réponse(s) : A résultat
Bonne(s) réponse(s) : A D E

Il faut apprécier l'extension des lésions et dans ce contexte, la biopsie de Ce sont des diplocoques gram négatif, non pathogènes pour l'animal, qui
l'artère temporale positive permet d'affirmer le diagnostic de la maladie de sont porteurs de pili pouvant être responsables de septicémie et d'arthrite.
Horton. Des associations entre Horton et PR ou PAN ont été rapportées
sans qu'il soit possible d'en affirmer le caractère fortuit ou non, donc cela cc

ne permet pas d'exclure une association à une PR ou PAN.


Un homme de 23 ans, rentré depuis 48 heures d'un voyage en Thaïlande,

Pathologie de l'appareil locomoteur Microbiologie


Spécialité Spécialité

44 48
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

On procède à la recherche de facteurs rhumatoïdes. Ces facteurs Vous instituez un traitement minute comportant une bêta-
sont retrouvés dans la population générale à cet âge dans environ : lactamine. Quelle est celle que vous choisirez?

A - 75 % des cas A - Oxacilline (Bristopen®)


Proposition A Proposition A

B - 50 % des cas B - Lincomycine (Lincocine®)


Proposition B Proposition B

C - 25 % des cas C - Ampicilline + Probénécide (Protatopen®)


Proposition C Proposition C

D - 5 % des cas D - Spiramycine (Rovamycine®)


Proposition D Proposition D

E - 0 % des cas E - Netilmicine (Nétromycine®)


Proposition E Proposition E

résultat
Bonne(s) réponse(s) : C résultat
Bonne(s) réponse(s) : C

Sans commentaire. A savoir.


Le probénocide uricosurique, augmentant la concentration sérique de
l'ampicilline.

Pathologie de l'appareil locomoteur Microbiologie


Spécialité Spécialité

45 49
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

On recherche l'antigène HLA B27. Cet antigène est retrouvé dans Le laboratoire vient justement de vous faire parvenir la réponse :
la population générale dans environ : "présence de Neisseria gonorrhoeae. Cette souche est productrice
de bêta-lactamase". Devant ce résultat quel est(sont) le (les)
A - Plus de 95 % des cas antibiotique(s) indiqués?
Proposition A

B - 40 à 60 % des cas
Proposition B

C - 20 à 40 % des cas A - Spectinomycine (Trobicine®)


Proposition C Proposition A

D - Moins de 10 % des cas B - Cefotaxine (Claforan®)


Proposition D Proposition B

E - 0 à 2 % des cas C - Thiamphénicol (Thiophénicol®)


Proposition E Proposition C

résultat
Bonne(s) réponse(s) : D Proposition D
D - Amoxicilline (Clamoxyl®)
E - Doxycycline (Vibramycine®)
Proposition E

Environ 8 % des sujets caucasoïdes sains sont porteurs de l'antigène HLA résultat
Bonne(s) réponse(s) : A B C E
B27 et la plupart ne développeront pas de spondylarthrite.
Antibiotiques actifs sur le gonocoque pénicillino-résistant :
. A : 2 à 4 gr en IM.
. B : 1 gr en IM.
. C : 2,5 gr P.O.
Microbiologie Microbiologie
Spécialité Spécialité

50 63
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

En réalité, l'échec thérapeutique pourrait également s'expliquer par L'amikacine (Amiklin®) est :
une infection mixte dans laquelle le ou les micro-organismes
suivants peuvent être impliqués : A - Une bêta-lactamine
Proposition A

B - Une aminoside
Proposition B

A - Chlamydia trachomatis C - Une cycline


Proposition A Proposition C

B - Mycoplasme D - Un macrolide
Proposition B Proposition D

C - Streptocoques E - Une quinolone


Proposition C Proposition E

Proposition D
D - Legionella
résultat
Bonne(s) réponse(s) : B
E - Erysipelothrix insidiosa
Proposition E

résultat
Bonne(s) réponse(s) : A B Aminoside :
. Non résorbé par voie orale (antiseptique intestinal),
A : Sérogroupes D et K. . Faible diffusion dans le LCR,
B : Ureaplasma urealyticum. . Bonne diffusion extracellulaire,
. ƒlimination rénale par filtration glomérulaire,
. Toxicité rénale : IR aiguë par nécrose tubulaire aiguë,
. Toxicité acoustique (oreille interne).

Microbiologie Microbiologie
Spécialité Spécialité

60 64
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Enterobacter cloacae est : La concentration minimale inhibitrice (CMI) :

A - Une corynebactérie commensale A - Est la plus forte concentration d'antibiotique capable d'inhiber
Proposition A Proposition A

B - Un cocci à Gram positif toute culture visible en milieu liquide


Proposition B

C - Un bacille à Gram négatif appartenant à la famille des B - Est la plus faible concentration d'antibiotique capable d'inhiber
Proposition C Proposition B

entérobactéries toute culture visible en milieu liquide


D - Un bacille à Gram négatif appartenant à la famille des C - Est la concentration d'antibiotique qui laisse subsister moins de
Proposition D Proposition C

Pseudomonadaceae 0,01 % de survivants


E - Une mycobactérie D - Peut être estimée par la méthode des disques en milieu gélosé
Proposition E Proposition D

résultat
Bonne(s) réponse(s) : C (antibiogramme)
E - Est la plus faible concentration d'antibiotique assurant une
Proposition E

Connaissance de bactériologie. bonne tolérance


cc
résultat
Bonne(s) réponse(s) : B D

Définitions à connaître.
Un malade ayant subi une intervention chirurgicale sur les voies urinaires

Microbiologie Microbiologie
Spécialité Spécialité

61 65
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Parmi les bactéries suivantes, lesquelles sont habituellement Un pouvoir bactéricide des antibiotiques et associations donne les
responsables d'infections du tractus urinaire après manoeuvre résultats suivants: amikacine : 0,01 % de survivants, céfotaxime : 1
instrumentale? % de survivants, céfotaxime + amikacine : 0,01 % de survivants.
Vous pouvez conclure :
A - Serratia marcescent
Proposition A

B - Streptococcus pneumoniae A - Que l'amikacine utilisée seule est bactéricide


Proposition B Proposition A

C - Pseudomonas aeruginosa B - Que le céfotaxime seul est bactéricide


Proposition C Proposition B

D - Acinetobacter calcoaceticus C - Que l'association est bactéricide


Proposition D Proposition C

E - Brucella melitensis D - Que l'association est bactériostatique


Proposition E Proposition D

résultat
Bonne(s) réponse(s) : A C D Proposition E
E - Que le céfotaxime est totalement inefficace
résultat
Bonne(s) réponse(s) : A C
Sans commentaire.
Sans commentaire.

Microbiologie Néphro-urologie
Spécialité Spécialité

62 19
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Le céfotaxime (Claforan®) est : Chez ce patient, quelle solution faut-il proposer pour supprimer la
sonde à demeure?
A - Une ampicilline
Proposition A

B - Une uréido-pénicilline A - Cystostomie


Proposition B Proposition A

C - Une céphaslosporine de 1ère génération B - Uréthrostomie périnéale


Proposition C Proposition B

D - Une céphalosporine de 3ème génération C - Adénomectomie par voie transvésicale


Proposition D Proposition C

E - Un macrolide D - Résection transuréthrale de prostate


Proposition E Proposition D

résultat
Bonne(s) réponse(s) : D Proposition E
E - Traitement à fortes doses par le distilbène pendant un mois
résultat
Bonne(s) réponse(s) : D
Le Céfotaxime est une céphalosporine de 3ème génération, qui est un
antibiotique de large spectre très actif sur les bacilles gram négatif, les plus Il faut réséquer la prostate de cet homme car il se plaint essentiellement de
souvent impliqués dans les infections urinaires. troubles mictionnels et le fait qu'il y ait un adénocarcinome associé ne
change rien.
cc
Néphro-urologie Néphro-urologie
Spécialité Spécialité

20 11
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Les contre-indications relatives à un éventuel traitement par le Les oedèmes de cette jeune fille peuvent être rapportés en
distilbène à fortes doses incluent : première hypothèse :

A - Infarctus du myocarde récent A - A la baisse de la pression oncotique liée aux protéines


Proposition A Proposition A

B - Insuffisance rénale majeure plasmatiques


Proposition B

C - Hypercholestérolémie, hypertriglycéridémie B - A une compression veineuse


Proposition C Proposition B

D - Anémie C - A une poussée d'insuffisance cardiaque


Proposition D Proposition C

E - Impuissance sexuelle D - A une poussée d'insuffisance hépatique


Proposition E Proposition D

résultat
Bonne(s) réponse(s) : A C Proposition E
E - A une péricardite
résultat
Bonne(s) réponse(s) : A
Contre-indications :
. Chez la femme enceinte, Une hypoprotidémie (44 g/l) crée une diminution de la pression oncotique
. Maladie thromboembolique, intravasculaire, d'o• passage de liquide en secteur extravasculaire
. Affections cardiovasculaires, (=interstitiel).
. Affections hépatiques sévères ou récentes. B, C, D, E : Non, évident.
C : Effet secondaire rare, peut être considéré comme une contre-indication

Néphro-urologie Néphro-urologie
Spécialité Spécialité

21 12
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Parmi les propositions suivantes, citez pour ce malade l'argument L'hypokaliémie peut être logiquement rapportée à l'une des causes
essentiel pour un traitement anti-androgène? ou l'un des mécanismes suivants :

A - Foyers d'hyperfixation à la scintigraphie au technétium A - Hyperaldostéronisme primaire


Proposition A Proposition A

B - Rétention d'urine actuelle B - Hyperaldostéronisme secondaire


Proposition B Proposition B

C - Association adénome et cancer prostatique C - Prise inavouée de laxatifs


Proposition C Proposition C

D - Allongement de l'espérance de vie de ce patient D - Prise inavouée de diurétiques thiazidiques


Proposition D Proposition D

E - Prévention de l'apparition de métastases du cancer E - Prise inavouée de diurétiques de l'anse


Proposition E Proposition E

résultat
Bonne(s) réponse(s) : A résultat
Bonne(s) réponse(s) : B

A : La présence de métastases osseuses multiples. Kaliémie à la limite inférieure de la normale.


B : Ce n'est pas le traitement d'une rétention aiguë. Kaliurèse normale alors que la kaliémie est diminuée (Normale = 40 à 100
C : Aucun rapport. mmol/24h).
D : Non, amélioration du confort de la vie quotidienne. Chute de la NATRIURESE avec natrémie normale.
E : Ne prévient pas. Il s'agit donc d'un hyperaldostéronisme.
La diminution de la pression oncotique et l'hypovolémie déclenchent une

Néphro-urologie Néphro-urologie
Spécialité Spécialité

22 13
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Le(s) marqueur(s) utile(s) chez ce patient pour suivre l'évolution du Quel type de glomérulopathie a le plus probablement cette jeune
cancer avant et après traitement éventuel est(sont) : fille?

A - Phosphatases alcalines A - Lésions glomérulaires minimes


Proposition A Proposition A

B - Phosphatases acides B - Glomérulonéphrite extramembraneuse


Proposition B Proposition B

C - Antigène carcino-embryonnaire C - Dépôts mésangiaux d'IgA (maladie de Berger)


Proposition C Proposition C

D - HCG Bêta D - Proliférative endocapillaire diffuse


Proposition D Proposition D

E - Antigène spécifique de la prostate (PSA) E - Proliférative endo et extracapillaire


Proposition E Proposition E

résultat
Bonne(s) réponse(s) : B E résultat
Bonne(s) réponse(s) : A

B : Phosphatase acide fraction tartrate labile. Il s'agit d'un syndrome néphrotique pur.
E : PSA évident.

Néphro-urologie Néphro-urologie
Spécialité Spécialité

23 14
Question n° : Question n° :

énoncé énoncé

Chez ce patient, si vous choisissez de donner un traitement par le La biopsie rénale n'est pas faite. On institue un traitement
distilbène, quel est ou quels sont le(s) élément(s) de contrôle corticoïde par la prednisone (Cortancyl®). Il faut donner une dose
d'ordre hormonal que vous devez exiger? quotidienne initiale de prednisone de l'ordre de :

A - Prolactine élevée A - 10 mg/kg


Proposition A Proposition A

B - FSH élevée B - 8 mg/kg


Proposition B Proposition B

C - Testostérone basse C - 5 mg/kg


Proposition C Proposition C

D - LH basse D - 1,5 mg/kg


Proposition D Proposition D

E - ƒlévation de la dihydrotestostérone E - 0,25 mg/kg


Proposition E Proposition E

résultat
Bonne(s) réponse(s) : C résultat
Bonne(s) réponse(s) : D

C : doit être exigé A savoir.


Une testostéronémie basse permet de contrôler l'efficacité du Distilbène
qui, du reste, n'est que rarement prescrit : on préfère les analogues de la
LHCR ou/et les antiandrogènes.
Néphro-urologie Neurologie
Spécialité Spécialité

15 69
Question n° : Question n° :

énoncé