Vous êtes sur la page 1sur 8

Méthodes du raisonnement

mathématique

1 Eléments de logique
1.1 Proposition logique
On appelle proposition toute assertion P pouvant être vraie ou fausse.

Quand la proposition P est vraie, on lui a¤ecte la valeur 1:

Quand la proposition P est fausse, on lui a¤ecte la valeur 0:

Ces valeurs sont appelées: Valeurs de vérité de la proposition P .

En général, on met ces valeurs dans un tableau qu’on appelle:


" Table de vérité "
P
1
0
La négation d’une proposition P est la proposition notée P ou "non P
" qui est fausse quand P est vraie et qui est vraie quand P est fausse. On a
la table de vérité suivante:

P P
1 0
0 1
Exemples:
(1) « Le nombre 3 est pair » est une proposition fausse. Sa négation est:
« Le nombre 3 est impair » .
(2) «1 < 2» est une proposition vraie. Sa négation est: «1 2» .
(3) « 1+2 » n’est pas une proposition.

1
1.2 Connecteurs logiques
1.2.1 La conjonction "et" notée ^ :
Soient P et Q deux propositions. On appelle conjonction de P et Q la
proposition "P et Q" notée P ^Q qui est vraie seulement quand P et Q sont
vraies. Sa table de vérité est donnée par:

P Q P ^Q
1 1 1
1 0 0
0 1 0
0 0 0

1.2.2 La disjonction "ou" notée _ :


Soient P et Q deux propositions. On appelle disjonction de P et Q la propo-
sition "P ou Q" notée P _Q qui est fausse seulement quand P et Q sont
fausses. Sa table de vérités est donnée par:

P Q P _Q
1 1 1
1 0 1
0 1 1
0 0 0

La négation de P ^Q est P _Q et la négation de P _Q est P ^Q:

Exemples:
(1) « 1 < 2 et 2 < 0 » est une proposition fausse. Sa négation est: «
1 2 ou 2 0 » qui est une proposition vraie.
(2) «2 est premier ou 2 est impair» est une proposition vraie. Sa négation
est: «2 n’est pas premier et 2 est pair» qui est une proposition fausse.

1.3 Implication logique " ) ":


Soient P et Q deux propositions. On note P ) Q la proposition P _Q qui est
fausse seulement quand P est vraie et Q est fausse. La proposition P ) Q

2
se lit « P implique Q » et on l’exprime aussi souvent par « si P alors Q » .
On a la table de vérité suivante
P Q P )Q
1 1 1
1 0 0
0 1 1
0 0 1

Exemples:
(1) " = 0 =) sin = 0 "est vraie; par contre " sin = 0 =) =0"
est fausse: (par exemple = 2 ).
(2) "1 < 4 et 3 < 2"=)"1 + 3 < 4 + 2"=)"4 < 6".

Remarques:
La proposition Q ) P est appelée l’implication inverse de l’implication
P ) Q. (ce n’est pas la négation).

La proposition Q ) P est appelée la contraposée de l’implication


P ) Q. (ce n’est pas la négation).

La négation de P ) Q est P ^Q.

1.4 Equivalence logique " , ":


Soient P et Q deux propositions. La propososition notée P , Q est par
dé…nition la proposition [(P ) Q) ^ (Q ) P )] : Elle est vraie quand P et Q
sont vraies ou quand P et Q sont fausses. Sa table de vérité est donnée par:

P Q P ,Q
1 1 1
1 0 0
0 1 0
0 0 1

On a: (P ) Q) , (Q ) P ):
Preuve:
Première méthode: (en utilisant les tables de véritie)

3
P Q P )Q Q P Q)P (P ) Q) , (Q ) P )
1 1 1 0 0 1 1
1 0 0 1 0 0 1
0 1 1 0 1 1 1
0 0 1 1 1 1 1
Deuxième méthode: par dé…nition on a (P ) Q) , P _Q , aussi
(Q ) P ) , Q_P , Q_P , P _Q , (P ) Q):

1.5 Quanti…cateurs: 8 et 9 :
8 se lit " quel que soit " et 9 se lit " il existe au moins un. "

La proposition " 8x 2 E : P (x) " est vraie si la propriété P (x) est


vraie pour tout élément x de E:

La proposition " 9 x 2 E : P (x) " est vraie si l’on peut trouver au


moins un élément x de E pour lequel la propriété P (x) est vraie:

La négation de " 8x 2 E : P (x) " est " 9 x 2 E : P (x) " et la négation


de " 9 x 2 E : P (x)" est " 8x 2 E : P (x) "

Exemples:
(1) " 8x 2 R : x2 4 " est une proposition fausse. Sa négation est: " 9
x 2 R : x2 < 4 " (par exemple, on peut prendre x = 1)

(2) " 9 x 2 R : x + 1 < 0 " est une proposition vraie (par exemple, on
peut prendre x = 2). Sa négation est: "8x 2 R : x + 1 0 ".

(3) " 8x 2 R; 9 y 2 R : x + y 0 " est une proposition vraie ( par


exemple, pour tout x 2 R, on peut prendre y = x 1 ). Sa négation est: "
9 x 2 R : 8y 2 R : x + y > 0:"

(4) " 9x 2 R; 8y 2 R : y 2 > x " est une proposition vraie ( par exemple,
on peut prendre x = 1 ). Sa négation est: " 8x 2 R : 9y 2 R : y 2 x."
Remarque:

4
(1) L’ordre des quanti…cateur est important. Par esemple, la proposition
" 8x 2 R; 9 y 2 R : x + y 0 " est vraie alors que la proposition "
9y 2 R; 8x 2 R : x + y 0 " est fausse.
(2) 9! se lit "il existe un seul élément".

2 Méthodes du raisonnement mathématique


2.1 Raisonnement direct
Soient P et Q deux propositions. Quand P est une propositon vraie et
l’implication " P ) Q " est vraie, on en déduit que Q est vraie.

Exemple:
Montrons que la proposition: " 8x 2 R : x2 + 1 2x " est vraie.

Il est clair que: " 8x 2 R : (x 1)2 0 " est vraie.

D’autre part,

8x 2 R : (x 1)2 0 ) 8x 2 R : x2 2x + 1 0

) 8x 2 R : x2 + 1 2x
Donc la proposition: " 8x 2 R : x2 + 1 2x " est vraie.

2.2 Raisonnement par la contraposée


Soient P et Q deux propositions. On a:

(P ) Q) , Q ) P :

Alors, pour montrer que P ) Q est vraie, on montre que Q ) P est vraie.

Exemple:
Soit n 2 N. Montrons que Si n2 est pair, alors n est pair.
C’est à dire:
n2 est pair ) (n est pair) :

5
La contraposée de cette implication est:

(n est impair) ) n2 est impair :


On a:

(n est impair) ) n = 2k + 1 = k 2 N

) n2 = (2k + 1)2 = k 2 N

) n2 = 4k 2 + 4k + 1 = k 2 N

) n2 = 2 2k 2 + 2k + 1 = k 2 N

) n2 = 2k0 + 1 = k0 = 2k 2 + 2k 2 N

) n2 est impair :

2.3 Raisonnement par l’absurde


Pour montrer qu’une proposition P est vraie, on suppose que sa négation P
est vraie et on montre que celà entraîne une contradiction.

Exemple: p
Montrons que 2 2 = Q: p
Raisonnons
p pas l’absurde. Supposons que 2 2 Q est vrais. Alors, on peut
écrire 2 sous la forme:
p p
2= avec p; q 2 N et p; q sont premiers entre eux.
q
On a: p p
p
2= )p= 2q
q

) p2 = 2q 2

6
) p2 est pair

) p est pair (d’après l’exemple précédent)

) p = 2k = k 2 N
D’autre part,

p2 = 2q 2 ) (2k)2 = 2q 2

) 4k 2 = 2q 2

) q 2 = 2k 2

) q 2 est pair

) q est pair (d’après l’exemple précédent)

Ainsi on a montré que p et q sont pairs. Donc ils ne sont pas premiers entre
eux. C’est une contradiction.
p p
Donc, la proposition " 2 2 Q " est fausse et par suite, la prposition " 2 2
=Q
" est vraie.

2.4 Raisonnement par un contre exemple


Pour montrer qu’une proposition du type: " 8x 2 E : P (x) " est fausse, il
su¢ t de trouver un x 2 E tel que la propriété P (x) ne soit pas véri…ée.

Exemple:
La proposition: " 8x 2 R : x2 + 4x + 3 0 " est fausse car pour x = 2, on
a x2 + 4x + 3 = 1 < 0:

7
2.5 Raisonnement par récurrence
Pour montrer que la proposition:" 8n 2 N : P (n) " est vraie , on peut
procéder comme suit:
i) On montre que P (0) est véri…ée.
ii) Pour n 2 N , on suppose que P (n) est vraie et on montre que P (n + 1)
est aussi vraie.

Exemple:
Soit > 0. Montrons que:

8n 2 N : (1 + )n 1+n :
Raisonnons par récurence.
i) Pour n = 0, on a: 1 1 . Ce que est évident.
ii) Soit n 2 N. Supposons que (1 + )n 1 + n est vraie et montrons
que:

(1 + )n+1 1 + (n + 1)
est aussi vraie.
On a:
(1 + )n+1 = (1 + )n (1 + )

(1 + n ) (1 + )

2
1+n + +n

2
1 + (n + 1) +n

1 + (n + 1) :