Vous êtes sur la page 1sur 141

TABLE DES MATIERES

TABLE DES MATIERES ....................................................................................................................................................2


LISTE DES TABLEAUX......................................................................................................................................................7
LISTE DES ILLUSTRATIONS ..........................................................................................................................................9
1 DISPOSITIONS GENERALES .............................................................................................................................. 10
1.1 Désignation .................................................................................................................................................... 11
1.2 Cibles de NIHYCRI ....................................................................................................................................... 11
1.3 Enjeux de NIHYCRI...................................................................................................................................... 11
1.4 Portée de NIHYCRI ...................................................................................................................................... 11
1.5 Exigences et prescriptions ....................................................................................................................... 12
1.6 Prépondérance de NIHYCRI .................................................................................................................... 12
1.7 Limites de NIHYCRI .................................................................................................................................... 12
1.8 Classement des infrastructures hydroagricoles ............................................................................. 12
2 MADAGASCAR ET LA TYPOLOGIE DES RISQUES EN MATIERE DE CRUES ET INONDATION
14
2.1 Zonage de Madagascar .............................................................................................................................. 15
2.1.1 En fonction de l’intensité pluviométrique ............................................................................... 15
2.1.2 Les différents réseaux hydrographiques.................................................................................. 17
2.1.3 La couverture végétale .................................................................................................................... 21
2.1.4 Relief et pente ...................................................................................................................................... 23
2.2 Caractéristiques régionales et typologie de risque ....................................................................... 25
3 ETUDES D’AVANT-PROJET................................................................................................................................ 27
3.1 Différentes phases de l’étude d’avant-projet ................................................................................... 28
3.2 Contenu des études d’avant-projet ...................................................................................................... 29
4 CRUES DE DIMENSIONNEMENT..................................................................................................................... 32
4.1 Définitions ...................................................................................................................................................... 33
4.2 Pour quels projets ? .................................................................................................................................... 33
4.3 A quel stade de la conception ? .............................................................................................................. 33
4.4 Pour quel usage ? ......................................................................................................................................... 33
4.5 Période de retour des crues de dimensionnement........................................................................ 34
4.6 Crues de sûreté ou crues de projet ? .................................................................................................... 34
4.7 Méthode de calcul des crues de dimensionnement ....................................................................... 34
5 RESEAUX D’IRRIGATION.................................................................................................................................... 36
5.1 Définition ........................................................................................................................................................ 37
5.2 Protection d’un réseau d’irrigation ...................................................................................................... 37
5.2.1 Pour quel projet ? ............................................................................................................................... 37
5.2.2 A quel stade ? ....................................................................................................................................... 37
5.2.3 Prescriptions ........................................................................................................................................ 37
6 CHOIX DU TYPE D’OUVRAGE D’ALIMENTATION .................................................................................... 44
6.1 Portée ............................................................................................................................................................... 45
6.2 Choix du type d’ouvrage d’alimentation (niveau 1) ...................................................................... 45
6.2.1 Pour quel choix ? ................................................................................................................................ 45
6.2.2 A quel stade de la conception ?..................................................................................................... 45
6.2.3 Etudes à mener ................................................................................................................................... 45
6.2.4 Justification des choix....................................................................................................................... 46
7 BARRAGE DE DERIVATION ............................................................................................................................... 48
7.1 Définition ........................................................................................................................................................ 49
7.2 Choix du site de barrage de dérivation ............................................................................................... 49
7.2.1 Pour quel choix ? ................................................................................................................................ 49
7.2.2 A quel stade de la conception ?..................................................................................................... 49
7.2.3 Etude à mener ..................................................................................................................................... 49
7.2.4 Prescription sur le choix du site .................................................................................................. 50
7.3 Choix du type de barrage de dérivation (niveau 2) ....................................................................... 51
7.3.1 Pour quel choix ? ................................................................................................................................ 51
7.3.2 A quel stade de la conception ?..................................................................................................... 51
7.3.3 Etude à mener ..................................................................................................................................... 52
7.3.4 Critères de décision........................................................................................................................... 52
7.4 Etude géotechnique de la fondation .................................................................................................... 53
7.4.1 A quel stade de la conception ?..................................................................................................... 53
7.4.2 Objectifs ................................................................................................................................................. 53
7.4.3 Etude à mener ..................................................................................................................................... 53
7.4.4 Normes sur les essais sur sols meubles .................................................................................... 55
7.4.5 Interprétation des résultats des essais ..................................................................................... 57
7.5 Conception des barrages de dérivation .............................................................................................. 57
7.5.1 A quel stade ? ....................................................................................................................................... 57
7.5.2 Prescriptions sur la conception des ouvrages en infrastructure ................................... 57
7.5.3 Exigences et prescriptions sur la conception des ouvrages en superstructure ....... 60
7.6 Dimensionnement des barrages de dérivation ............................................................................... 69
7.6.1 A quel stade ? ....................................................................................................................................... 69
7.6.2 Calage hydraulique ............................................................................................................................ 69
7.6.3 Par rapport à la stabilité du barrage .......................................................................................... 70
7.6.4 Cas particulier ..................................................................................................................................... 75
7.7 Calcul de structure ...................................................................................................................................... 76
7.7.1 Cannes d’ancrage................................................................................................................................ 76
7.7.2 Structure en béton armé ................................................................................................................. 76
7.7.3 Equipements hydromécaniques .................................................................................................. 76
8 BARRAGE-RESERVOIR ........................................................................................................................................ 78
8.1 Définition ........................................................................................................................................................ 79
8.2 Choix du site et du type de de barrage-réservoir ........................................................................... 79
8.2.1 Pour quel choix ? ................................................................................................................................ 79
8.2.2 A quel stade de la conception ?..................................................................................................... 79
8.2.3 Etude à mener ..................................................................................................................................... 79
8.2.4 Prescription sur le choix du site .................................................................................................. 80
8.2.5 Prescription sur le choix du type de barrage.......................................................................... 80
8.3 Etude géotechnique de la fondation .................................................................................................... 83
8.3.1 A quel stade de la conception ?..................................................................................................... 83
8.3.2 Objectifs ................................................................................................................................................. 83
8.3.3 Etude à mener ..................................................................................................................................... 83
8.4 Conception...................................................................................................................................................... 85
8.4.1 A quel stade ? ....................................................................................................................................... 85
8.4.2 Prescriptions sur la conception de la fondation.................................................................... 85
8.4.3 Prescriptions sur la conception d’un barrage homogène en matériau étanche ...... 86
8.4.4 Prescriptions sur la conception d’un barrage zoné ............................................................. 87
8.4.5 Prescriptions sur la conception d’un barrage en enrochement...................................... 88
8.4.6 Evacuateur des crues........................................................................................................................ 89
8.4.7 Système de prise................................................................................................................................. 90
8.4.8 Passerelle de manœuvre ................................................................................................................. 90
8.4.9 Echelle limnimétrique ...................................................................................................................... 90
8.5 Mise en place d’un périmètre de protection..................................................................................... 90
8.6 Prédimensionnement du corps de barrage ...................................................................................... 91
8.6.1 Objet ........................................................................................................................................................ 91
8.6.2 A quel stade ? ....................................................................................................................................... 91
8.6.3 Prescription pour le prédimensionnement............................................................................. 91
8.7 Dimensionnement ....................................................................................................................................... 92
8.7.1 A quel stade ? ....................................................................................................................................... 92
8.7.2 Calage hydraulique ............................................................................................................................ 92
8.7.3 Par rapport à la stabilité du barrage .......................................................................................... 95
8.7.4 Protection en enrochement rip-rap ........................................................................................... 96
9 AUTRES TYPES D’ALIMENTATION ................................................................................................................ 97
9.1 Prescriptions relatives aux prises au fil de l’eau ............................................................................ 98
9.1.1 Pour le choix de ce type d’ouvrage ............................................................................................. 98
9.1.2 Sur la conception et le dimensionnement................................................................................ 98
9.2 Prescriptions relatives aux stations de pompage........................................................................... 98
9.2.1 Pour le choix de ce type d’ouvrage ............................................................................................. 98
9.2.2 Sur la conception ................................................................................................................................ 99
10 OUVRAGE DE FRANCHISSEMENT .......................................................................................................... 100
10.1 Définition ..................................................................................................................................................... 101
10.2 Critères de choix entre un franchissement supérieur et inférieur....................................... 101
10.2.1 Ouvrage de franchissement supérieur ................................................................................... 101
10.2.2 Ouvrage de franchissement inférieur ..................................................................................... 101
10.3 Ouvrage de franchissement supérieur............................................................................................. 102
10.3.1 Définition ............................................................................................................................................ 102
10.3.2 Prescriptions pour la conception ............................................................................................. 102
10.4 Ouvrage de franchissement inférieur............................................................................................... 103
10.4.1 Définition ............................................................................................................................................ 103
10.4.2 Prescriptions pour la conception ............................................................................................. 103
11 PROTECTION CONTRE LES CRUES ........................................................................................................ 106
11.1 Définition ..................................................................................................................................................... 107
11.2 Implantation des protections .............................................................................................................. 107
11.3 Prescription pour le choix du type de protection ....................................................................... 107
11.4 Etude géotechnique ................................................................................................................................. 107
11.5 Conception et dimensionnement ....................................................................................................... 108
11.5.1 A quel stade ....................................................................................................................................... 108
11.5.2 Digue en remblai ............................................................................................................................. 108
11.5.3 Revêtement........................................................................................................................................ 108
11.5.4 Epis........................................................................................................................................................ 112
12 RESEAU DE DRAINAGE ............................................................................................................................... 114
12.1 Définition ..................................................................................................................................................... 115
12.2 Conception d’un réseau de drainage ................................................................................................ 115
12.2.1 Pour quel projet ? ............................................................................................................................ 115
12.2.2 A quel stade ? .................................................................................................................................... 115
12.2.3 Conception de base......................................................................................................................... 115
12.2.4 Prescriptions pour la conception ............................................................................................. 117
12.3 Dimensionnement d’un réseau de drainage .................................................................................. 121
12.3.1 A quel stade ? .................................................................................................................................... 121
12.3.2 Période de retour ? ......................................................................................................................... 121
12.3.3 Prescriptions ..................................................................................................................................... 121
13 EXECUTION DES TRAVAUX ....................................................................................................................... 125
13.1 Champs d’application.............................................................................................................................. 126
13.2 Organisation générale............................................................................................................................. 126
13.3 Installation de chantier et dossier d’exécution ............................................................................ 126
13.3.1 Exigences et prescriptions générales ..................................................................................... 126
13.3.2 Prescriptions en matière de l’installation de chantier .................................................... 127
13.3.3 Prescriptions sur les dossiers d’exécution ........................................................................... 127
13.4 Contrôle des travaux ............................................................................................................................... 128
13.5 Execution et contrôle des travaux des ouvrages en béton ...................................................... 131
13.5.1 Normes ................................................................................................................................................ 131
13.5.2 Dispositions opérationnelles...................................................................................................... 131
13.6 Execution et contrôle des travaux des ouvrages en terre ........................................................ 134
13.6.1 Norme de référence ....................................................................................................................... 134
13.6.2 Agrément des matériaux .............................................................................................................. 134
13.6.3 Mise en œuvre de remblai compacté ...................................................................................... 134
13.6.4 Contrôle............................................................................................................................................... 135
13.6.5 Dans la pratique............................................................................................................................... 135
13.7 Exécution et contrôle des travaux des ouvrages en enrochement....................................... 136
13.7.1 Références .......................................................................................................................................... 136
13.7.2 Dans la pratique............................................................................................................................... 136
LISTE DES TABLEAUX
Tableau 1 : classes des périmètres irrigués ......................................................................................................... 12
Tableau 2 : la sous-classe M ........................................................................................................................................ 13
Tableau 4 : typologie régionale générale des risques par rapport aux crues, inondation et
ensablement ...................................................................................................................................................................... 25
Tableau 5 : contenu indicatif des études d’avant-projet................................................................................. 29
Tableau 6 : crues de projet et de sûreté pour chaque classe ........................................................................ 34
Tableau 7 : exigences en matière de procédure de calcul des crues ......................................................... 35
Tableau 8 : études pour le choix du type d’ouvrage d’alimentation .......................................................... 45
Tableau 9 : étude à mener dans le choix du site d’un barrage de dérivation......................................... 49
Tableau 10 : prescriptions dans le choix du site d’un barrage de dérivation ........................................ 50
Tableau 11 : étude à mener dans le choix du type de barrage de dérivation ........................................ 52
Tableau 12 : étude géotechnique d’une fondation rocheuse d’un barrage de dérivation ................ 53
Tableau 13 : les seuils des essais géophysiques et de perméabilité .......................................................... 54
Tableau 14 : étude géotechnique d’une fondation meuble d’un barrage de dérivation .................... 55
Tableau 15 : les normes sur les essais d’identification des sols de fondation ....................................... 55
Tableau 16 : les normes sur les essais mécaniques des sols de fondation.............................................. 56
Tableau 17 : les normes sur les essais in situ des sols de fondation ......................................................... 56
Tableau 18 : calage hydraulique des barrages de dérivation ....................................................................... 69
Tableau 19 : dimensionnement de génie civil des barrages de dérivation ............................................. 70
Tableau 20 : étude à mener dans le choix du site d’implantation d’un barrage réservoir ............... 79
Tableau 21 : prescription sur le choix du site d’un barrage-réservoir ..................................................... 80
Tableau 22 : prescription en fonction de la nature géotechnique de la fondation .............................. 80
Tableau 23 : prescriptions sur les matériaux appropriés pour constituer le corps du remblai .... 81
Tableau 24 : prescriptions sur les matériaux rocheux .................................................................................... 81
Tableau 25 : prescriptions sur le choix du type de barrage en remblai ................................................... 82
Tableau 26 : essais géophysiques et critères de choix d’une fondation sur seuil rocheux .............. 83
Tableau 27 : seuils des essais géophysiques et de perméabilité ................................................................. 84
Tableau 28 : coefficient de perméabilité en fonction de la nature de sol ................................................ 85
Tableau 29 : prescriptions relatives à l’étanchéité de la fondation ........................................................... 86
Tableau 30 : prescriptions pour le prédimensionnement d’un barrage en remblai ........................... 91
Tableau 31 : prescriptions sur le prédimensionnement de la largeur de crête du barrage ............ 91
Tableau 32 : prescriptions sur le prédimensionnement de la revanche minimale ............................. 92
Tableau 33 : calage hydraulique d’un barrage-réservoir ............................................................................... 92
Tableau 34 : dimensionnement de génie civil du corps de barrage-réservoir ...................................... 95
Tableau 35 : prescriptions sur le dimensionnement de la protection en rip-rap ................................ 96
Tableau 36 : prescriptions sur le blocométrie du rip-rap .............................................................................. 96
Tableau 37 : prescriptions sur la conception d’un ouvrage de franchissement supérieur (bâche)
............................................................................................................................................................................................. 102
Tableau 38 : prescriptions sur la conception d’un ouvrage de franchissement inférieur (siphon
inversé) ............................................................................................................................................................................ 104
Tableau 39 : prescriptions contre les affouillements au pied de talus .................................................. 109
Tableau 40 : dimensionnement du revêtement en enrochement ............................................................ 111
Tableau 41 : prescriptions pour l’étude de base d’un réseau de drainage........................................... 115
Tableau 42 : prescriptions sur la conception de base d’un réseau de drainage ................................ 116
Tableau 43 : prescriptions sur la section des drains ..................................................................................... 119
Tableau 44 : prescriptions sur le dimensionnement d’un réseau de drainage .................................. 121
Tableau 45 : prescriptions relatives à la vitesse maximale admissible dans un drain ................... 124
Tableau 46 : prédimensionnement des écartements des drains ............................................................. 124
Tableau 47 : prescriptions en matière de contrôle de travaux ................................................................. 128
Tableau 48 : normes sur les essais d’identification de matériaux d’emprunt .................................... 134
LISTE DES ILLUSTRATIONS
Illustration 1 : zonage de Madagascar par rapport à la pluviométrie maximale journalière,
fréquence centennale .................................................................................................................................................... 16
Illustration 2 : les principaux réseaux hydrographiques de Madagascar................................................ 20
Illustration 3: carte d’occupation des sols de Madagascar ............................................................................ 22
Illustration 4 : carte des pentes de Madagascar ................................................................................................. 24
Illustration 5 : dispositif de protection des canaux en déblai....................................................................... 39
Illustration 6 : dispositif de protection des canaux en remblai (cas 1) .................................................... 41
Illustration 7 : dispositif de protection des canaux en remblai, cas 2 ....................................................... 42
Illustration 8 : implantation d’un barrage au fil de l’eau ................................................................................ 46
Illustration 9 : prescriptions relatives au radier ................................................................................................ 59
Illustration 10 : vue en 3D du dispositif type au niveau d’un barrage de dérivation ......................... 60
Illustration 11 : liaison entre le corps du barrage et sa fondation ............................................................. 61
Illustration 12: vue en plan et coupe du dispositif d’ensemble ................................................................... 65
Illustration 13: vue en 3D et coupe système dessableur - décharge ......................................................... 66
Illustration 14 : barrage ouvert et à aiguilles ...................................................................................................... 68
Illustration 15: dimensionnement hydraulique et de génie civil des barrages de dérivation ........ 74
Illustration 16: prescriptions relatives aux barrages homogènes .............................................................. 87
Illustration 17: prescriptions relatives aux barrages zonés.......................................................................... 88
Illustration 18 : prescriptions relatives aux barrages en enrochement ................................................... 89
Illustration 19: calcul de revanche sur un barrage-réservoir ...................................................................... 94
Illustration 20 : prescriptions contre les affouillements au pied du talus ........................................... 110
Illustration 21 : prescriptions sur l’orientation des épis ............................................................................. 113
Illustration 22 : prescriptions relatives aux réseaux de drainage ........................................................... 119
1 DISPOSITIONS GENERALES
NORMES MALGACHES DE CONSTRUCTION D’INFRASTRUCTURES HYDROAGRICOLES CONTRE LES CRUES ET LES INONDATIONS
NIHYCRI

1.1 DESIGNATION
On désigne par l’acronyme NIHYCRI, les normes malgaches de construction des infrastructures
hydroagricoles contre les crues et inondations.

1.2 CIBLES DE NIHYCRI


NIHYCRI cible tous acteurs techniques entrant dans le processus de la construction
d’infrastructures hydroagricoles. Les cibles sont principalement :
- La direction du génie rural auprès du ministère de l’agriculture ;
- Les responsables techniques auprès des différents services techniques des ministères
concernés par l’aménagement hydroagricole ;
- Les responsables techniques auprès des différents organismes et institutions de
financement ;
- Les responsables techniques auprès des différents projets et programmes œuvrant dans
la construction des infrastructures hydroagricoles ;
- Les responsables techniques auprès de la collectivité décentralisée au niveau des sites de
projets d’aménagement hydroagricole (niveau régional et communal) ;
- Les responsables techniques auprès des structures organisationnelles des usagers de
l’eau ;
- Les professionnels du secteur de bureaux d’études ;
- Les professionnels du secteur des travaux de construction hydroagricole.

1.3 ENJEUX DE NIHYCRI


Les principaux enjeux de NIHYCRI sont :
1) Présenter des normes nationales sur la conception, le dimensionnement, la construction
et la maîtrise d’œuvre des projets d’aménagement hydroagricole.
2) Les infrastructures construites selon NIHYCRI :
a. Résistent aux crues et inondations dans le cadre de la durée de vie technique
projet des infrastructures ;
b. Sont à l’abri de l’ensablement qui constitue un facteur aggravant, conduisant à la
destruction des infrastructures, à un niveau de crues inférieures à celles pour
lesquelles, elles sont dimensionnées.

1.4 PORTEE DE NIHYCRI


NIHYCRI donne des prescriptions et exigences purement techniques en matière de conception,
dimensionnement, construction, contrôle des travaux en relation directe avec les risques des
crues et inondations sur les infrastructures hydroagricoles et leurs zones d’influence directes.
NIHYCRI s’applique à toutes les infrastructures destinées à l’irrigation, au drainage et à la
protection des périmètres irrigués susceptibles d’être concernées par la problématique de crues,
inondations et ensablement.
NIHYCRI présente des exigences obligatoires, des prescriptions et des recommandations.
NIHYCRI a pour objet d'accroître la sécurité des infrastructures hydroagricoles de façon à :
- protéger les personnes et les biens contre les risques associés à la présence de ces
infrastructures ;
- atténuer les impacts socio-économiques des crues et inondations sur les périmètres
irrigués ;
- sécuriser les investissements réalisés dans le cadre de l’aménagement hydroagricole.
NIHYCRI s’applique :
- à toute nouvelle construction sur des nouveaux aménagements hydroagricoles ;

Page 11
NORMES MALGACHES DE CONSTRUCTION D’INFRASTRUCTURES HYDROAGRICOLES CONTRE LES CRUES ET LES INONDATIONS
NIHYCRI

- à toute réhabilitation visant la reconstruction d’infrastructures clés sur des réseaux


hydroagricoles existants ;
- à toute réhabilitation intégrant le volet remise en conformité par rapport aux normes.

1.5 EXIGENCES ET PRESCRIPTIONS


Dans les différents articles constituant NIHYCRI, on distingue les exigences des prescriptions.
NIHYCRI donne des exigences qui sont des termes à respecter obligatoirement. Les exigences
de portée générale sont axées sur les types d’activités à réaliser.
NIHYCRI donne des prescriptions détaillées qui sont des guideline ou guide de bonne pratique.
Le suivi à la lettre des prescriptions n’est pas obligatoire. Elles servent de référence et de guide
et sont à adapter selon le contexte réel du projet.

1.6 PREPONDERANCE DE NIHYCRI


NIHYCRI constitue le texte de référence conditionnant la sécurité et la pérennité des
infrastructures hydroagricoles dans le territoire national malgache par rapport aux risques des
crues et inondations. La sécurité et la pérennité des infrastructures priment sur toutes les autres
considérations, NIHYCRI est prépondérant dans le domaine couvert par sa portée, définie en 1.3,
sur tout autre texte.

1.7 LIMITES DE NIHYCRI


NIHYCRI est une norme technique portant sur la protection des infrastructures hydroagricoles
contre les crues et les inondations, elle ne donne aucune prescription d’ordre socio-
organisationnel, environnemental et administratif. Par ailleurs, elle est limitée uniquement à ce
qui est en relation directe avec la sécurité et la pérennisation des infrastructures hydroagricoles
par rapport aux crues et inondations.

1.8 CLASSEMENT DES INFRASTRUCTURES HYDROAGRICOLES


Les infrastructures hydroagricoles sont classées, selon un premier niveau de classement, en
fonction de leur importance du point de vue socio-économique, qui dépend de la superficie
totale des parcelles de culture que le réseau domine.
On distingue les cinq classes suivantes :
Tableau 1 : classes des périmètres irrigués

Classes Caractéristiques

Classe I Superficie supérieure à 3000 Ha

Classe II Superficie comprise entre 1000 et 3000 Ha

Classe III Superficie comprise entre 200 et 1000 Ha

Classe IV Superficie comprise entre 75 et 200 Ha

Classe V Superficie inférieure à 75 Ha

Du point de vue impacts de la rupture des infrastructures clés (barrage, retenue et digue de
protection) sur le milieu humain, et particulièrement, les impacts appréhendés sur la vie
humaine, on considère une classe spécifique portant sur les ouvrages. Ainsi, il est attribué à
chaque infrastructure (barrage, retenue et digue de protection) la sous-classe M, dans le cas où
sa rupture risquerait de causer des pertes de vies humaines sur sa zone d’influence directe.

Page 12
NORMES MALGACHES DE CONSTRUCTION D’INFRASTRUCTURES HYDROAGRICOLES CONTRE LES CRUES ET LES INONDATIONS
NIHYCRI

Tableau 2 : la sous-classe M

Classes Caractéristiques

Sous-classe M Infrastructure (barrage, retenue ou digue de


protection) dont la rupture risque de causer
directement des pertes de vie humaines.

Page 13
2 MADAGASCAR ET LA TYPOLOGIE DES RISQUES EN
MATIERE DE CRUES ET INONDATION
NORMES MALGACHES DE CONSTRUCTION D’INFRASTRUCTURES HYDROAGRICOLES CONTRE LES CRUES ET LES INONDATIONS
NIHYCRI

2.1 ZONAGE DE MADAGASCAR

2.1.1 En fonction de l’intensité pluviométrique


La pluviométrie maximale journalière constitue un indicateur direct du risque en matière de
crues pour les bassins versants de petite taille (inférieur à 10 km2) où le temps de concentration
est à l’échelle horaire ou journalière. La cartographie de la page suivante donne le zonage de
Madagascar relatif à la pluviométrie maximale journalière de fréquence centennale.
Par ailleurs, avec le relief, elle constitue le facteur principal qui conditionne l’intensité des
actions des eaux sauvages.
On constate d’après la cartographie présentée à la page suivante que les zones présentant le
maximum de valeur de la pluviométrie maximale pendant 24 heures et pour fréquence
centennale sont celles des zones littorales Est et Ouest en excluant les côtes de la partie Sud,
entre Morombe et Vangaindrano. C’est la haute terre et toute la partie Sud qui présente les
moins de risques par rapport à la pluviométrie maximale de 24 heures.
Si pour la haute terre et la zone Sud, Pmax,24 se trouve dans la fourchette 148 – 192 mm, les
zones les plus exposées sur la Côte Est voient le Pmax,24 dans une fourchette de 414 – 457, donc
de 2,5 à 3 fois supérieure.

Page 15
NORMES MALGACHES DE CONSTRUCTION D’INFRASTRUCTURES HYDROAGRICOLES CONTRE LES CRUES ET LES INONDATIONS
NIHYCRI

Illustration 1 : zonage de Madagascar par rapport à la pluviométrie


maximale journalière, fréquence centennale

Page 16
NORMES MALGACHES DE CONSTRUCTION D’INFRASTRUCTURES HYDROAGRICOLES CONTRE LES CRUES ET LES INONDATIONS
NIHYCRI

2.1.2 Les différents réseaux hydrographiques


Dès que l’on dépasse la taille de bassin versant de 10 km2, la taille du bassin versant, donc l’emplacement des infrastructures hydroagricoles par
rapport au réseau hydrographique prend de plus en plus d’importance par rapport aux données de la pluviométrie localisée. Le tableau suivant
résume les caractéristiques du réseau hydrographique à l’échelle nationale, selon les données issues de mesures hydrométriques à long terme,
réalisées par ORSTOM et publiées dans l’ouvrage intitulé « Rivières et fleuves de Madagascar »1.
Tableau 3 : Caractéristiques des réseaux hydrographiques de Madagascar
Zones Bassins Superficie Station Maximaux observés Fréquence 100 ans
(km2)
Nom Superficie Débits Débits Débits Débits Crues
contrôlée (m3/s) caractéristiques (m3/s) caractéristiques exutoires
(km2) (l/s/km2) (l/s/km2) (m3/s)

Nord, Montagne Besokatra 303 Sakamary Be 18 4,43 246


Ambre
Saharenana 350 Pont RN6 197 1120 5685
Nord, Versant Mananjeba 1 372 Ankatoto 945 1470 1556 2050 2169 2 976
occidental
Mahavavy du Nord 3 497 Ambilobe 3120 10500 3365 10750 3446 12 051
Sambirano 2 944 Ambanja 2830 6240 2205 8200 2898 8 532
La loza 12 735 Ambodivohitra 2800 641 229 730 261 3 324
Nord, versant Fanambana 1 835 Morafeno 1830 2580 1410
oriental
Lokoho 2 023 Andapa 1040
Versant oriental Maningory 12 641 Andromba 6855 966 141 860 125 1 580
Iazafo 275 Morafeno 103 165 1602
Onibe 2 469 Mitanonoka 965 0
Ivondro 3 573 Ringaringa 2560 2980 1164 4720 1844 6 589
Rianila 7 635 Brickaville 6000 12000 2000 12200 2033 15 522
Mangoro 17 670 Mangoro gare 3600 2750 764 4300 1194 21 098
Mananjary 7 028 Atsindra 2260 1670 739 1870 827 5 812
Namorona 2 287 Vohiparara 587 1100 1874 1450 2470 5 649
Faraony 2 741 Vohilava 2005 3800 1895 5550 2768 7 587
Matitanana 4 342 Mahasoabe 3920 5250 1339 5 814

1 Danloux, J. et al. 1993. Fleuves et rivières de Madagascar. IRD ORSTOM.

Page 17
NORMES MALGACHES DE CONSTRUCTION D’INFRASTRUCTURES HYDROAGRICOLES CONTRE LES CRUES ET LES INONDATIONS
NIHYCRI

Zones Bassins Superficie Station Maximaux observés Fréquence 100 ans


(km2)
Nom Superficie Débits Débits Débits Débits Crues
contrôlée (m3/s) caractéristiques (m3/s) caractéristiques exutoires
(km2) (l/s/km2) (l/s/km2) (m3/s)

Mananara Sud 17 196 Manangaty 14160 3540 250 4770 337 5 795
Manampanihy 2 227 Elanary 1087
Efaho 727 Fanjahira 195 1210 6205 1820 9333 6 785
Sud Mandrare 12 565 Amboasary 12435 15000 1206 19500 1568 19 702
Manambovo 5 822 Tsihombe 2712 1170 431 2500 922 5 368
Menarandra 8 826 Tranoroa 5330 7200 1351 8250 1548 13 663
Linta 6 277 Ejeda 1700
Versant occidental Onilahy 32 343 Tongobory 27700 1590 57 1680 61 1 973
Fiherenana 7 742 Mahaboboka 4020
Mangoky 55 061 Banian 50000 32000 640 34000 680 37 441
Morondava 6 420 Dabara 4640 6380 1375 11000 2371 15 222
Tsiribihina 47 656 Betomba 45000 27500 611 36300 807 38 458
Demoka 1 665 Bevatry 1325
Kimazimazy 837 Soatanana 260
Tsiombikary 92 Tsiombikary 24
Namela 537 Antanandeva 680 930 1368
Mahavavy du Sud 19 203 Sitampiky 12800 0
Betsiboka 48 687 Antsatrana 18645 5060 271 5000 268 13 048
Mahajamba 14 781 Androka 13050 0
Sofia 28 768 Pont RN6 23500 23500 1000

Page 18
NORMES MALGACHES DE CONSTRUCTION D’INFRASTRUCTURES HYDROAGRICOLES CONTRE LES CRUES ET LES INONDATIONS
NIHYCRI

L’observation de ce tableau permet de constater que :


1) Un seul réseau hydrographique (celui d’Efaho ; versant oriental) présente un débit
spécifique supérieur à 5000 l/s/km2. Il s’agit d’une exception étant, un bassin versant de
faible superficie, présentant une pente moyenne élevée et sous un micro-climat
particulièrement agressif du point de vue hauteur de pluie maximale journalière.
2) Il n’existe que trois réseaux hydrographiques dans une fourchette de 2500 à 5000
l/s/km2 (Faraony, Sambirano et Mahavavy du Nord). Ces trois bassins se situent sous
l’influence d’un climat particulièrement pluvieux, avec un bassin versant de superficie
assez faible, avec une pente moyenne, élevée).
Les risques des crues sont très élevés sur ces quatre réseaux marqués par un débit des
crues qui peut être très élevé, avec un temps de concentration relativement faible.
Presque tous les autres réseaux hydrographiques du bassin oriental, côté Nord, se
trouvent dans une fourchette de 1000 à 2500 l/s/km2. On trouve également le fleuve
Morondava dans cette fourchette. Les risques des crues sont à un niveau moyen sur ces
bassins versants. Pour le fleuve Morondava, ce risque est élevé étant donné la
morphologie du lit du fleuve et sa dynamique fluviale qui est très critique.
3) Dans la fourchette de 500 à 1000 se trouve les réseaux hydrographiques du bassin
versant, côté Sud. Ces réseaux prennent leur source de la haute terre où la pluviométrie
maximale de 24 heures est la plus faible. Les risques des crues sont à un niveau modéré
sur ces réseaux.
On trouve également deux géants du versant occidental (Mangoky et Tsiribihina) dans
cette fourchette. Ce sont les deux plus grands en matière de superficie du bassin versant
drainé et en matière des crues centennales (38.458 m3/s pour Tsiribihina et 37.400 sur
Mangoky). Si les risques des crues sur la partie en aval du cours principal sont très
élevés, ils sont à un niveau modéré sur le haut bassin et sur le bassin moyen).
4) Dans la fourchette de 0 à 500 l/s/km2, on y trouve également deux géants : le Betsiboka
et l’Onilahy. Ces deux réseaux prennent leur source des zones où la pluviométrie
maximale journalière, pour une fréquence centennale est la plus faible. Ces deux réseaux
sont également marqués par une pente moyenne qui est faible. Les risques des crues est
très faible sur le Onilahy.

Page 19
NORMES MALGACHES DE CONSTRUCTION D’INFRASTRUCTURES HYDROAGRICOLES CONTRE LES CRUES ET LES INONDATIONS
NIHYCRI

Illustration 2 : les principaux réseaux hydrographiques de Madagascar

Page 20
NORMES MALGACHES DE CONSTRUCTION D’INFRASTRUCTURES HYDROAGRICOLES CONTRE LES CRUES ET LES INONDATIONS
NIHYCRI

2.1.3 La couverture végétale


L’occupation des sols ou plus précisément, la couverture végétale constitue un facteur important
qui détermine les risques en matière de crues et d’ensablement.
Les couvertures denses freinent les écoulements superficiels tout en retenant par leur système
racinaire les couches de sols superficielles, ce qui limite à la fois les crues, les attaques d’eau
sauvage et l’ensemble du phénomène d’ensablement.
On constate d’après la cartographie présentée à la page suivante qu’à l’échelle nationale, la
couverture végétale est dominée par la savane et la savane arborée qui occupent toute la partie
centrale, la partie Ouest et une bande de terre sur la partie Sud-Est de la grande île. La forêt
dense et la forêt dégradée ne sont plus rencontrées que sur un mince corridor entre la terre
centrale et la bande de littoral Est et la partie Nord. La partie centrale et Est de la bande de
littoral Est est occupée surtout par de mosaïques de culture issues de la pratique de tavy. Des
fourrées et fourrées dégradées sont rencontrées sur le littoral Sud et Sud-Ouest.

Page 21
NORMES MALGACHES DE CONSTRUCTION D’INFRASTRUCTURES HYDROAGRICOLES CONTRE LES CRUES ET LES INONDATIONS
NIHYCRI

Illustration 3: carte d’occupation des sols de Madagascar

Page 22
NORMES MALGACHES DE CONSTRUCTION D’INFRASTRUCTURES HYDROAGRICOLES CONTRE LES CRUES ET LES INONDATIONS
NIHYCRI

2.1.4 Relief et pente


Le relief et la pente constituent le dernier facteur déterminant les risques d’érosion et
d’ensablement. Les reliefs les plus accidentés sont rencontrés sur les zones montagneuses
(Nord, terre centrale, massif de l’Anosy) et les falaises (corridor Est, etc.).
Les pentes sont faibles sur toute la partie Ouest, l’extrême Sud et la mince bande de terre du
littoral Est.

Page 23
NORMES MALGACHES DE CONSTRUCTION D’INFRASTRUCTURES HYDROAGRICOLES CONTRE LES CRUES ET LES INONDATIONS
NIHYCRI

Illustration 4 : carte des pentes de Madagascar

Page 24
NORMES MALGACHES DE CONSTRUCTION D’INFRASTRUCTURES HYDROAGRICOLES CONTRE LES CRUES ET LES INONDATIONS
NIHYCRI

2.2 CARACTERISTIQUES REGIONALES ET TYPOLOGIE DE RISQUE


Le tableau suivant donne une typologie régionale générale des différents risques par rapport aux crues, inondation et ensablement. Il s’agit d’une
appréciation à une échelle régionale, compte tenu des facteurs dominants. A plus petite échelle, les facteurs locaux sont prépondérants et le niveau de
risque change.
Tableau 4 : typologie régionale générale des risques par rapport aux crues, inondation et ensablement

Zone Caractéristiques Typologie et niveau de risque

Crues rivières Eaux Inondation Ensablement Erosion BV


sauvages cours d’eau directe

Nord : Régions SAVA et Pluviométrie : moyenne Moyen Important Faible Moyen Faible à Moyen
DIANA à l’exception du
Réseau hydrographique : crues de moyenne à
littoral
importance
Couverture végétale : forêt dense, dégradée et
mosaïque de culture
Relief : accidenté

Nord-Ouest : Sofia, Boeny Pluviométrie : moyenne à intensive en allant vers le Moyen à Important Moyen Important Important
et Betsiboka littoral important
Réseau hydrographique : crues d’importance moyenne
à important
Couverture végétale : savane et savane arborée
Relief : peu accidenté

Terre centrale : Pluviométrie : peu intensive à moyenne Moyen Important Moyen Important Important
Analamanga, Alaotra
Réseau hydrographique : crues de moyenne importance
Mangoro, Vakinankaratra,
Itasy, Amoron’i Mania, Couverture végétale : savane et savane arborée
Mahatsiatra Ambony et la
Relief : accidenté marqué aussi par l’abondance de
partie centrale de
plaines
Ihorombe

Page 25
NORMES MALGACHES DE CONSTRUCTION D’INFRASTRUCTURES HYDROAGRICOLES CONTRE LES CRUES ET LES INONDATIONS
NIHYCRI

Zone Caractéristiques Typologie et niveau de risque

Crues rivières Eaux Inondation Ensablement Erosion BV


sauvages cours d’eau directe

Corridor Est : partie Pluviométrie : très intensive Moyen Important Faible Moyen Faible à Moyen
comprise entre la terre
Réseau hydrographique : crues d’importance moyenne
centrale et le littoral Est
Couverture végétale : forêt dense, forêt dégradée et
savane arborée
Relief : accidenté

Littoral Est : Mince bande Pluviométrie : très intensive Moyen Faible Moyen Moyen Faible
de terre au niveau du
Réseau hydrographique : crues d’importance moyenne
littoral entre Antsiranana
et Taolagnaro Couverture végétale : savane arborée ou mosaïque de
culture
Relief : peu accidenté

Ouest : Bongolava, Melaky, Pluviométrie : moyenne à intensive en allant vers le Important Important Important Important Important
Menabe et Atsimo littoral
Andrefana
Réseau hydrographique : crues d’importance
importante à très importante
Couverture végétale : savane et savane arborée
Relief : peu accidenté à part le Bongolava

Extrême Sud : partie Sud Pluviométrie : peu ntensive Faible Faible à Faible Moyen Faible à Moyen
d’Atsimo Andrefana et Moyen
Réseau hydrographique : crues de faible importance
Androy
Couverture végétale : fourrée et fourrée dégradée
Relief : peu accidenté

Page 26
3 ETUDES D’AVANT-PROJET
NORMES MALGACHES DE CONSTRUCTION D’INFRASTRUCTURES HYDROAGRICOLES CONTRE LES CRUES ET LES INONDATIONS
NIHYCRI

3.1 DIFFERENTES PHASES DE L’ETUDE D’AVANT-PROJET


La réalisation d’une phase d’étude d’avant-projet détaillé (APD) est une exigence pour tout
projet d’aménagement hydroagricole qu’il s’agit d’aménagement nouveau, d’extension ou de
réhabilitation.
Pour tout nouvel aménagement et extension, sauf dans des cas exceptionnels, une étude d’avant-
projet sommaire (APS), préalable et indépendante de l’APD est à réaliser, dans l’objectif de
pouvoir disposer en toute indépendance, de plusieurs variantes d’aménagement parmi
lesquelles, un choix est à faire.
Le maître de l’ouvrage peut décréter le cas exceptionnel et se passer de la phase APS si le
contexte technique du projet le justifie amplement. Le maître de l’ouvrage explique ce cas
d’exception par une note de présentation écrite.
Pour les projets de reconstruction et de réhabilitation, le maître de l’ouvrage peut décider en
fonction du contexte technique du projet de la tenue ou non d’une phase APS. Une note de
présentation est nécessaire pour expliquer ladite décision.

Page 28
NORMES MALGACHES DE CONSTRUCTION D’INFRASTRUCTURES HYDROAGRICOLES CONTRE LES CRUES ET LES INONDATIONS
NIHYCRI

3.2 CONTENU DES ETUDES D’AVANT-PROJET


Le tableau suivant résume les prescriptions de NIHYCRI en matière d’études d’avant-projet types :
Tableau 5 : contenu indicatif des études d’avant-projet

Eléménts Etudes à faire / procédés / méthodes Pour quel projet Phase Moyens

Configuration Topographie : plan de masse avec côte altimétrique et courbe de Nouvel aménagement et APS Ingénieur GR
réseau irrigation niveau ou modèle numérique de terrain projet d’extension ; responsable études
Hydraulique fluviale : dynamique fluviale des cours d’eau concernés Projet de réhabilitation Equipe topographe
traitant la dégradation du
Hydrologie : calcul des crues des cours d’eau concernés Equipe SIG et de
réseau d’irrigation à cause
traitement
des crues.
cartographique
Hydrologue
Hydraulicien fluvial

Choix du type Hydrologie : Adéquation ressources besoins ; Pour tout projet où il est APS Ingénieur GR
d’ouvrage envisagé l’aménagement responsable études
Hydraulique fluviale : Etude portant sur la forme naturelle de la
d’alimentation d’un nouvel ouvrage
rivière, ripisylve et évolution des berges ; Hydrologue
d’alimentation
Topographie : plan de masse avec côte altimétrique ou modèle Hydraulicien fluvial
numérique de terrain
Equipe topographe
Etude géotechnique : reconnaissance de base sur la disponibilité des
Equipe SIG et de
matériaux locaux
traitement
Analyse : choix du type d’ouvrage d’alimentation cartographique

Barrage de Etude géotechnique : Reconnaissance des sols de fondation (lit de la Pour tout projet où il est APS Ingénieur GR
dérivation : choix rivière) et des berges en recherche de sites stables, par test envisagé l’aménagement responsable études
du site d’identification visuels et sensitifs d’un nouveau barrage de
Hydrologue
dérivation
Hydraulique fluviale : Etude détaillée sur l’écoulement fluvial en
Hydraulicien fluvial
identifiant le lit mineur, lit majeur, les zones d’affouillement et de
dépôt, en se basant sur des investigations et observations directes et Equipe topographe
une analyse cartographique.

Page 29
NORMES MALGACHES DE CONSTRUCTION D’INFRASTRUCTURES HYDROAGRICOLES CONTRE LES CRUES ET LES INONDATIONS
NIHYCRI

Eléménts Etudes à faire / procédés / méthodes Pour quel projet Phase Moyens
Topographie : Lever de détail, de profil en travers et de profil en long
sur les différents sites potentiels sur une bande dont la longueur
minimale est de 20 fois la largeur du lit au droit du site.
Hydraulique : Calcul des plans d’eau pour différentes fréquences de
crues par application de la formule d’écoulement (Manning Strickler ou
équivalent) sur la section d’écoulement.
Analyse : choix du type d’ouvrage d’alimentation

Barrage de Hydraulique : Calcul des plans d’eau pour les crues de projet et de Pour tout projet où il est APS Ingénieur GR
dérivation : choix sûreté par application de la formule de déversoir ou de vanne, (selon le envisagé l’aménagement responsable études
du type de barrage cas) sur la section d’écoulement et en optant pour différents scénarii d’un nouveau barrage de
Hydraulicien fluvial
(seuil fixe, seuil mobile) dérivation
Hydraulique fluviale : Calcul du transport solide et du risque
d’ensablement
Analyse : choix du type de barrage de dérivation

Barrage en terre et Etude géotechnique : étude de la portance et de la perméabilité des Pour tout projet où il est APS Ingénieur GR
digue de sols de fondation ; étude d’identification des matériaux disponibles envisagé l’aménagement responsable études
protection : d’un nouveau barrage-
Topographie : plan de masse avec côte altimétrique ou modèle Laboratoire
conception réservoir
numérique de terrain géotechnique
Hydrologie : Adéquation ressources besoins ; calcul des crues
Conception : choix du type (homogène, zoné en enrochement) et
conception

Toutes Etude géotechnique : étude de la portance et de la perméabilité des Pour tout projet APS Ingénieur GR
infrastructures : sols de fondation responsable études
conception
Conception des ouvrages en infrastructure Laboratoire
géotechnique
Conception des ouvrages en superstructure

Toutes Dimensionnement hydraulique Pour tout projet APD Ingénieur GR


infrastructures : responsable études

Page 30
NORMES MALGACHES DE CONSTRUCTION D’INFRASTRUCTURES HYDROAGRICOLES CONTRE LES CRUES ET LES INONDATIONS
NIHYCRI

Eléménts Etudes à faire / procédés / méthodes Pour quel projet Phase Moyens
Dimensionnement Dimensionnement de génie civil Ingénieur de génie civil
Ingénieur de structure

Réseau de Topographie : plan de masse avec côte altimétrique ou modèle Pour tout nouveau projet APS Ingénieur GR
drainage : numérique de terrain de drainage responsable études
configuration
Hydrologie : calcul du débit spécifique du drainage Equipe topographe
Hydraulique : calcul de l’écartement Equipe SIG et de
traitement
cartographique
Hydrologue

Réseau de Dimensionnement hydraulique Pour tout projet de APD Ingénieur GR


drainage : drainage responsable études
dimensionnement

Page 31
4 CRUES DE DIMENSIONNEMENT
NORMES MALGACHES DE CONSTRUCTION D’INFRASTRUCTURES HYDROAGRICOLES CONTRE LES CRUES ET LES INONDATIONS
NIHYCRI

4.1 DEFINITIONS
Les crues de projet sont les valeurs du débit des crues de pointe utilisées pour le
dimensionnement des infrastructures d’alimentation (dérivation, prise directe et retenue),
protection et franchissement (supérieur ou inférieur) à la limite de leur fonctionnement optimal.
Elles sont utilisées dans les calculs à l’état limite de service.
Les crues de sûreté sont les valeurs du débit de pointe constituant le maximum que les
infrastructures peuvent tolérer, à la limite de leur sécurité physique. Elles sont utilisées dans les
calculs à l’état limite ultime.

4.2 POUR QUELS PROJETS ?


NIHYCRI exige le calcul des crues de dimensionnement pour tout projet, de toute classe, entrant
dans la portée des présentes normes, telles que définies à la section 1.4, à l’exception des
infrastructures caractérisées par :
- Une alimentation en eau exclusivement par des eaux souterraines ;
- Aucune interaction ni influence de tout cours d’eau, rivière ou fleuve, ni sur les
périmètres irrigués ni sur les infrastructures hydroagricoles.

4.3 A QUEL STADE DE LA CONCEPTION ?


A l’exception des cas précisés à 4.2, NIHYCRI exige de réaliser le calcul des crues de
dimensionnement durant la phase de conception.
Sauf selon les cas précisés à 3.1 qui exemptent le maître de l’ouvrage de la réalisation d’une
phase APS, les calculs des crues de dimensionnement sont effectués durant la phase APS.
Dans le cas où l’étude d’avant-projet n’inclut pas la phase APS, les calculs relatifs aux crues de
dimensionnement sont réalisés durant la phase d’études APD.

4.4 POUR QUEL USAGE ?


Pour tout nouvel aménagement, les crues de dimensionnement sont utilisées comme base de
calculs des infrastructures hydroagricoles par rapport aux crues.
Pour tout projet de reconstruction / réhabilitation, les crues de dimensionnement sont utilisées
pour le calcul de toutes les infrastructures à reconstruire totalement et la vérification et
évaluation des risques sur les infrastructures existantes ne respectant éventuellement pas
NIHYCRI.

Page 33
NORMES MALGACHES DE CONSTRUCTION D’INFRASTRUCTURES HYDROAGRICOLES CONTRE LES CRUES ET LES INONDATIONS
NIHYCRI

4.5 PERIODE DE RETOUR DES CRUES DE DIMENSIONNEMENT


NIHYCRI exige les périodes de retour à considérer dans le calcul des crues de projet et de sûreté
pour les différentes classes, selon le tableau suivant :
Tableau 6 : crues de projet et de sûreté pour chaque classe

Classes Durée de vie Crues projet Crues de sureté


(ans) (ans) (ans)

M CMP

I 100 100 450

II 75 75 350

III 50 50 225

IV 20 à 30 20 à 30 90 à 135

V 10 10 45

4.6 CRUES DE SURETE OU CRUES DE PROJET ?


Les crues de projet sont utilisées pour le dimensionnement dans le cas où le dépassement des
crues de dimensionnement sur les infrastructures ne causerait pas la destruction de
l’infrastructure. Dans le cas contraire où le dépassement des crues de dimensionnement
causerait la destruction des infrastructures, les crues de sûreté sont utilisées.
Ainsi, dans tout calcul de calage hydraulique et dimensionnement par rapport à la stabilité des
infrastructures, les crues de sûreté sont toujours utilisées comme crues de dimensionnement.
Les crues de projet sont utilisées pour le calage hydraulique des infrastructures pour lesquelles,
les submersions temporaires causées par le dépassement des crues de dimensionnement ne
causeraient aucune dégradation ou que des dégradations mineures sur les infrastructures et le
périmètre irrigué.
Les crues de projet sont utilisées dans le dimensionnement des ouvrages de protection de
niveau secondaire tels que les ouvrages de franchissement des eaux sauvages.
Le calcul de drainage ne mettant pas en jeu l’intégrité des infrastructures est réalisé avec les
crues décennales ou les crues de projet.

4.7 METHODE DE CALCUL DES CRUES DE DIMENSIONNEMENT


NIHYCRI exige le minimal suivant en ce qui concerne les méthodes de calcul à adopter pour
l’évaluation des crues de dimensionnement :
- Tout calcul des crues de dimensionnement pour tout projet dans la classe M nécessite de
procéder par méthode déterministe, utilisant un modèle de production, loi pluie-débit
adaptée et un modèle de propagation des crues, ou modèle de transfert.
Des simulations donnant les CMP à l’exutoire en réponse aux averses correspondantes à
la PMP1 sont requises, pour un pas de temps minimal journalier.
La modélisation est à compléter par la méthode statistique et l’analyse de l’historique
sur les Plans des Hautes Eaux Exceptionnelles connues.

1 Pluie maximale possible

Page 34
NORMES MALGACHES DE CONSTRUCTION D’INFRASTRUCTURES HYDROAGRICOLES CONTRE LES CRUES ET LES INONDATIONS
NIHYCRI

- Pout toute classe, en dehors de la classe M et pour tout projet situé directement dans un
bassin versant jaugé, disposant d’observations hydrométriques sur une période
suffisamment longue, statistiquement significative pour la période de retour en question,
la méthode statistique probabiliste, basée sur la monographie hydrologique disponible
sur le bassin versant en question est exigée.
Elle peut être complétée par la méthode déterministe, l’analyse de l’historique sur les
Plans des Hautes Eaux Exceptionnelles connues en dehors de la période couverte par la
monographie hydrologique et par une méthode empirique.
- Pour la classe I et dans le cas où le bassin versant dans lequel le projet se situe
directement ne dispose d’observations hydrométriques de durée supérieure à dix ans, il
est exigé de procéder par méthode déterministe, utilisant un modèle de production, loi
pluie-débit, adapté et un modèle de propagation des crues, ou modèle de transfert.
Des simulations des averses correspondantes à la pluviométrie de période de retour de
450 ans sont requises, pour un pas de temps minimal journalier.
La modélisation est à compléter par l’analyse de l’historique sur les Plans des Hautes
Eaux Exceptionnelles connues et une méthode empirique appropriée.
- Pour les classes II à V et dans le cas où le bassin versant dans lequel le projet se situe
directement ne dispose d’observations hydrométriques de durée significative, procéder
à des modèles empiriques appropriés (Louis Duret ou équivalent) est exigé.
Le calcul empirique est à compléter par l’analyse de l’historique sur les Plans des Hautes
Eaux Exceptionnelles connues.
Le tableau suivant résume les exigences minimales de NIHYCRI en matière de méthode de calcul
des crues de projet et de sûreté :
Tableau 7 : exigences en matière de procédure de calcul des crues

Classes BV jaugées BV non jaugées

M Déterministe : modélisation

I Statistique Déterministe : modélisation

II Statistique Empirique

III Statistique Empirique

IV Statistique Empirique

V Statistique Empirique

Page 35
5 RESEAUX D’IRRIGATION
NORMES MALGACHES DE CONSTRUCTION D’INFRASTRUCTURES HYDROAGRICOLES CONTRE LES CRUES ET LES INONDATIONS
NIHYCRI

5.1 DEFINITION
Le réseau d’irrigation constitue l’ensemble des ouvrages linéaires (canaux) et ponctuels qui
assure le transit et la distribution de l’eau d’irrigation jusqu’aux parcelles à irriguer.
Un réseau d’irrigation présente généralement :
- Un ou plusieurs ouvrages d’alimentation ;
- Le canal tête morte qui achemine les débits de l’ouvrage d’alimentation jusqu’au réseau
de distribution ;
- Le réseau de distribution est organisé en canaux principaux, secondaires, tertiaires, etc.
NIHYCRI donne dans le cadre de ce chapitre les exigences et les prescriptions sur la conception,
et le dimensionnement du réseau d’irrigation pour le protéger contre les crues et l’ensablement
qui constitue un facteur aggravant.

5.2 PROTECTION D’UN RESEAU D’IRRIGATION

5.2.1 Pour quel projet ?


NIHYCRI donne les normes de protection d’un réseau d’irrigation pour tout :
- Nouvel aménagement et projet d’extension ;
- Projet de réhabilitation traitant la dégradation du réseau d’irrigation à cause des crues.

5.2.2 A quel stade ?


Sauf selon les cas précisés en 3.1 qui exemptent le maître de l’ouvrage de la réalisation d’une
phase APS, les activités consistant à concevoir le système de protection du réseau d’irrigation est
à réaliser durant la phase APS. Des variantes de configurations différentes peuvent être
présentées dans le cadre de l’APS.
Dans le cas où l’étude d’avant-projet n’inclut pas la phase APS, toute la conception est à réaliser
durant la phase d’études APD.

5.2.3 Prescriptions
Dans l’esprit de préserver le réseau d’irrigation contre les crues, NIHYCRI prescrit de considérer
les différents cas de figure suivants :
- Cas 1 : pour les tronçons de canal en déblai qui longe du versant (tanety) ou qui sont
creusés directement dans les sols d’une plaine ou de dépôt d’alluvion, les crues
destructrices attaquent directement le canal sur plusieurs points, voire sur des tronçons
entiers.
- Cas 2 : pour les tronçons de canal en remblai tracé à travers un thalweg ou une plaine, les
attaques viennent des cours d’eau franchis, des eaux sauvages provenant des thalwegs
ou du besoin d’équilibre entre le niveau d’eau des deux côtés du canal.
Concernant le phénomène d’ensablement qui constitue un facteur aggravant de toute attaque
des crues, NIHYCRI considère les différentes origines suivantes :
- Cas 1 : les sédiments sont acheminés par le débit solide de l’eau d’alimentation ;
- Cas 2 : les sédiments viennent des eaux de ruissellement provenant des versants ou des
plaines ou alluvions traversés (cas 1 plus haut) et collectées par le canal ;
- Cas 3 : les sédiments viennent des eaux sauvages ou des rivières en crues (cas 2 plus
haut)
- Cas 4 : les sédiments sont les fruits de l’érosion des parois internes du canal d’irrigation.
NIHYCRI exige à ce que la protection des canaux d’irrigation contre les différents risques selon
les différents cas présentés plus haut soit considérée dans la conception et le dimensionnement
d’un réseau d’irrigation.

Page 37
NORMES MALGACHES DE CONSTRUCTION D’INFRASTRUCTURES HYDROAGRICOLES CONTRE LES CRUES ET LES INONDATIONS
NIHYCRI

NIHYCRI donne les prescriptions suivantes pour configurer les réseaux d’irrigation pour les
préserver des crues et de l’ensablement :
- Tronçon de canal longeant un versant (tanety) :
o Il faut éviter autant que possible que les eaux de ruissellement soient collectées
directement par le tronçon de canal par :
 La conception de systèmes de collecte et de franchissement des eaux
sauvages sur des points précis, pour chaque micro sous-bassin versant de
déversement direct.
Le travail à faire consiste à :
• Parcourir en détail le versant pour délimiter chaque micro sous-
bassin versant en fonction de la topographie et des tendances des
écoulements ;
• Mettre en place un système de collecte (fossé de garde) des eaux
de ruissellement les dirigeant vers un seul point de
franchissement ;
• Dans le cas fréquent où le charriage est important, prévoir des
pièges à sables constitués de gabions ou autres systèmes
adéquats, pour freiner le déversement des sables jusqu’au canal ;
• Concevoir un système de franchissement par-dessus le canal
(passage supérieur) ;
• Concevoir en aval, un système de dissipation d’énergie pour
stabiliser les eaux de ruissellement collectées et de descente
d’eau ou de chenal jusqu’à des émissaires ou autres lieux de
déversement sûrs.
• Tout le système est à dimensionner par rapport aux crues de
projet et en tenant compte des poussées dues aux sédiments
charriés par les eaux sauvages.

 La mise en place d’un drain de garde ou ceinture destiné à récupérer les


eaux de ruissellement. Il est à implanter entre le versant et le canal
d’irrigation et doit déboucher vers un exutoire.

o Dans le cas où les entrées d’eaux sauvages ne peuvent pas être évitées :
 Le tronçon du canal devant transiter les eaux sauvages jusqu’au premier
exutoire ou décharge est dimensionné de façon à pouvoir transiter la
somme du débit nominal d’irrigation et des crues de projet relatives aux
eaux sauvages.
 Il est recommandé de mettre en place en fin de chaque tronçon où des
possibilités d’entrée d’eaux sauvages ne sont pas écartées, un système de
dessableur – décharge (déversoir de sécurité) qui :
• présente un bassin calculé pour permettre la décantation de
produits solides, avec une fréquence de dessablage supérieure ou
égale à un (1) mois pour les classes V, IV et III et supérieure ou
égale à trois (3) mois pour les classes I et II ;
• est équipé d’un système de chasse de sable constitué d’un
système à vanne à crémaillère, à vis ou tout autre système
adéquat et d’un chenal d’évacuation aboutissant dans le lit d’un
cours d’eau naturel ou d’un drain (la vidange du dessableur est
assurée par autocurage ou par un système mécanique) ;
• le chenal d’évacuation de sables est calé pour une vitesse de 2 à 3
m/s, avec des parois et lit protégés (perrés maçonnés,
maçonnerie ou béton) ;
• est équipé d’un déversoir latéral de sécurité ou d’un système de
siphon de sécurité automatique faisant évacuer vers le chenal

Page 38
NORMES MALGACHES DE CONSTRUCTION D’INFRASTRUCTURES HYDROAGRICOLES CONTRE LES CRUES ET LES INONDATIONS
NIHYCRI

d’évacuation de sables les excédents d’eau dépassant le débit


nominal du canal, avec une capacité minimale d’évacuation égale
aux crues de projet des eaux sauvages sans que la revanche ne
dépasse 15 cm (classes III à V) et 25 cm (classes I et II) ;
• est équipé d’une vanne de fermeture à crémaillère ou à vis ou tout
autre système adéquat, à son aval vers l’entrée du bief aval, pour
faciliter les opérations d’entretien et de dessablage.

Illustration 5 : dispositif de protection des canaux en déblai

DETAIL 1

o Pour renforcer encore la préservation du canal contre l’ensablement, l’érosion


interne et la formation de brèches, il convient de :
 Dimensionner chaque bief de façon à ce que la vitesse nominale soit
comprise entre 0,5 et 1 m/s pour les sols peu cohésifs et 0,5 à 1,5 m/s
pour les sols cohésifs. Au-delà de ces valeurs, il convient de mettre un
revêtement.
 Mettre en place des ouvrages de chutes ou de coursier à chaque passage
du régime fluvial au régime torrentiel.
 Mettre en place un système de ligne anti-érosive (vétiver) sur le versant
dominant le canal à une distance inférieur à 5 m par rapport à la gueule
du canal.
 Organiser tout le système de piste, chemin et sentier utilisé par les
usagers pour accéder jusqu’au canal, pour le traverser ou pour faire
traverser, troupeaux, engins agricoles, véhicules à deux ou à quatre
roues, et d’éviter tout franchissement sauvage.

Page 39
NORMES MALGACHES DE CONSTRUCTION D’INFRASTRUCTURES HYDROAGRICOLES CONTRE LES CRUES ET LES INONDATIONS
NIHYCRI

 Aménager les pistes, chemins et sentiers ainsi que les ouvrages de


franchissement adéquats (passages pour piétons, à zébus, à charrettes,
etc.).
 Organiser toutes les autres activités sociales pouvant être réalisées à
l’intérieur du canal (baignade, lessive, abreuvement, etc.) et aménager les
infrastructures adéquates.

o Les tronçons de canal longeant un versant, surtout, pentu sont exposés au


phénomène de glissement causant la coupure du tronçon, un phénomène qui
s’accentue en période des crues.
Il convient ainsi pour ce cas de réaliser des calculs de stabilité géotechnique de
l’assise du canal en tenant compte des conditions de saturation causées par
l’écoulement à l’intérieur du canal en terre et des eaux d’infiltration durant les
crues. La mise en place d’un tronçon en dur (muret, canal bétonné, canal
maçonné) est recommandée quand un canal en terre ne présente pas un niveau
de stabilité satisfaisant.

- Tronçon de canal en remblai traversant une plaine ou un thalweg :


o Il faut bien analyser toutes les sources de crues destructrices qui peuvent venir
de :
 Cours d’eau franchis par le canal ;
 Cours d’eau situés parallèlement au canal dont le lit majeur risque
d’atteindre la digue extérieure protégeant le canal ;
 Eaux sauvage provenant d’un sous-bassin versant dont la sortie est
obstruée par le canal en remblai.

o Des prescriptions sont données pour chaque source de crues :


 Crues provenant de cours d’eau franchis par le canal :
• Mise en place d’un ouvrage de franchissement adéquat.
• Calage de l’ouvrage de franchissement par rapport aux crues de
sûreté du cours d’eau franchi.
• Calage des digues de protection du canal par rapport aux crues de
sûreté du cours d’eau franchi.

 Crues provenant de cours d’eau situés parallèlement au canal :


• Calage de la digue de protection du canal (côté cours d’eau) par
rapport aux crues de sûreté du cours d’eau en question.
• Mise en place d’un système de protection anti-érosive du
parement extérieur (extérieur au canal) de la digue du côté du
cours d’eau.
• Mise en place d’épis de protection si nécessité.
• Mise en place d’ouvrages de franchissement des eaux sauvages
(passage inférieur) et de chenaux de collecte les ramenant vers
les exutoires (un dispositif peu recommandable dans le cas où le
cours d’eau en question charrie beaucoup de sédiments).
• Mise en place d’un système de drain entre le cours d’eau et la
digue de protection du canal de façon à dévier les crues avant
qu’elles n’attaquent le canal.

Page 40
NORMES MALGACHES DE CONSTRUCTION D’INFRASTRUCTURES HYDROAGRICOLES CONTRE LES CRUES ET LES INONDATIONS
NIHYCRI

Illustration 6 : dispositif de protection des canaux en remblai (cas 1)

 Eaux sauvage provenant d’un sous-bassin versant dont la sortie est


obstruée par le canal en remblai :
• Mise en place d’un système de drain longeant le canal pour
collecter les eaux sauvages provenant du sous-bassin versant et
d’un système de passage des eaux sauvages sous le canal en
remblai du système de drain vers un système de chenal
conduisant les crues vers les exutoires. Des attentions
particulières sont à apporter dans la protection contre les
sédiments étant donné que les passages inférieurs sont très
sensibles à ce phénomène.
• Ou, dans le cas où le canal sur remblai se trouve sur une
plateforme qui domine topographiquement le niveau du terrain
naturel à la sortie des eaux sauvages, il est possible de mettre en
place un système de tapis drainant en matériau granuleux, sous la
plate-forme du remblai, avec du géotextile comme filtre et anti
contaminant. Dans ce cas, il est généralement nécessaire de

Page 41
NORMES MALGACHES DE CONSTRUCTION D’INFRASTRUCTURES HYDROAGRICOLES CONTRE LES CRUES ET LES INONDATIONS
NIHYCRI

mettre en place un revêtement interne du canal de façon à limiter


les pertes par percolation vers le tapis drainant.

Illustration 7 : dispositif de protection des canaux en remblai, cas 2

DETAIL 1

DETAIL 2

Page 42
NORMES MALGACHES DE CONSTRUCTION D’INFRASTRUCTURES HYDROAGRICOLES CONTRE LES CRUES ET LES INONDATIONS
NIHYCRI

o Pour renforcer encore la préservation du canal contre l’ensablement, il convient


de :
 Dimensionner chaque bief de façon à ce que la vitesse nominale soit
comprise entre 0,5 et 1 m/s pour les sols peu cohésifs et 0,5 à 1,5 m/s
pour les sols cohésifs. Au-delà de ces valeurs, il convient de mettre un
revêtement.
 Mettre en place des ouvrages de chutes ou de coursier à chaque passage
du régime fluvial au régime torrentiel.
 Organiser tout le système de piste, chemin et sentier utilisé par les
usagers pour accéder jusqu’au canal, pour le traverser ou pour faire
traverser, troupeaux, engins agricoles, véhicules à deux ou à quatre
roues, et d’éviter tout franchissement sauvage.
 Aménager les pistes, chemins et sentiers ainsi que les ouvrages de
franchissement adéquats (passages pour piétons, à zébus, à charrettes,
etc.).
 Organiser toutes les autres activités sociales pouvant être réalisées à
l’intérieur du canal (baignade, lessive, abreuvement, etc.) et aménager les
infrastructures adéquates.

Page 43
6 CHOIX DU TYPE D’OUVRAGE D’ALIMENTATION
NORMES MALGACHES DE CONSTRUCTION D’INFRASTRUCTURES HYDROAGRICOLES CONTRE LES CRUES ET LES INONDATIONS
NIHYCRI

6.1 PORTEE
NIHYCRI exige le suivi du processus décrit dans ce chapitre, pour tout projet, de toute classe, où
il est envisagé de construire un nouvel ouvrage d’alimentation à parti des eaux de surface, que
ce soit pour un nouvel aménagement, pour extension ou pour reconstruction de l’ouvrage
d’alimentation existant.

6.2 CHOIX DU TYPE D’OUVRAGE D’ALIMENTATION (NIVEAU 1)

6.2.1 Pour quel choix ?


NIHYCRI exige de procéder à un premier choix (niveau 1) entre un barrage de dérivation
(barrage – prise), un barrage de retenue (barrage – réservoir), une prise au fil de l’eau ou une
station de pompage.

6.2.2 A quel stade de la conception ?


Sauf selon les cas précisés en 3.1 qui exemptent le maître de l’ouvrage de la réalisation d’une
phase APS, le choix du type d’ouvrage d’alimentation est à réaliser durant la phase APS. Dans le
cas où l’étude d’avant-projet n’inclut pas la phase APS, le choix du type d’ouvrage d’alimentation
est à réaliser durant la phase d’études APD.

6.2.3 Etudes à mener


Pour le choix de premier niveau consistant à choisir entre un barrage de retenue (barrage
réservoir), barrage de dérivation (barrage prise), prise au fil de l’eau ou station de pompage,
NIHYCRI donne les prescriptions suivantes pour les études à réaliser :
Tableau 8 : études pour le choix du type d’ouvrage d’alimentation

Discipline Descriptif / méthode /moyen Eléments biens livrables

Hydrologie Apports, besoins en eau culture et Capacité des ressources disponibles à


adéquation ressources – besoins. faire face aux besoins selon différents
scénarii de type d’alimentation
Logiciel CROPWAT, FAO

Hydraulique Etude portant sur la forme naturelle Cartographie en plan lit de la rivière
fluviale de la rivière, ripisylve et évolution des désignant les points déterminants
berges relatifs à la dynamique du lit de la
rivière
Descriptif analytique portant sur la
stabilité du lit et l’évolution des berges

Topographie Vérification topographique de la Plan de masse avec côte


domination générale des ressources topographique matérialisant la zone
par rapport aux parcelles à irriguer du point d’eau, les parcelles à irriguer
et les bornes de repères.

Matériaux locaux Vérification de la disponibilité de Plan de la zone indiquant


matériaux locaux (emprunt et l’emplacement des zones d’emprunt et
carrière) carrières potentielles.
Descriptif général des zones
identifiées (caractéristiques générales
des matériaux, estimation
approximative de la puissance)

Page 45
NORMES MALGACHES DE CONSTRUCTION D’INFRASTRUCTURES HYDROAGRICOLES CONTRE LES CRUES ET LES INONDATIONS
NIHYCRI

6.2.4 Justification des choix


NIHYCRI donne les prescriptions suivantes pour le choix d’ouvrage d’alimentation :
6.2.4.1 Barrage de dérivation :
- Les sites potentiels dominent topographiquement les champs de culture à irriguer ;
- Le site présente un cours d’eau permanent, avec un débit soutenu au cours de la période
d’irrigation et qui satisfait les besoins ;
- Le cours d’eau présente un lit stable caractérisant la partie haute des fleuves où la partie
amont des rivières, marqué par une vallée étroite et un tracé quasiment rectiligne ;
- Les tracés à méandre, à lit unique très sinueux, peuvent convenir à la mise en place d’un
barrage de dérivation, mais avec attention particulière sur les risques de contournement
lors de la conception ;
- Les tracés en tresse (un lit très large et plat avec plusieurs chenaux instables, séparés par
plusieurs îles) et divagants (lit moyennement large, avec un lit principal très sinueux
pouvant comporter encore jusqu’à trois bras) ne conviennent pas du tout à
l’implantation d’un barrage de dérivation.

6.2.4.2 Prise au fil de l’eau (directe) :


- Domination topographique assurée ;
- Le site présente un cours d’eau permanent, avec un débit soutenu au cours de la période
d’irrigation et qui satisfait les besoins ;
- Le plan d’eau aux basses eaux domine topographiquement le plan d’eau nécessaire au
niveau de l’ouvrage de prise pour dominer les parcelles de culture ;
- Le cours d’eau présente un lit unique stable avec des belles courbes (extrados) ;
- La mise en place d’un épi est nécessaire dans le cas de tracé rectiligne.

Illustration 8 : implantation d’un barrage au fil de l’eau

Page 46
NORMES MALGACHES DE CONSTRUCTION D’INFRASTRUCTURES HYDROAGRICOLES CONTRE LES CRUES ET LES INONDATIONS
NIHYCRI

6.2.4.3 Barrage-réservoir (retenue) :


- Domination topographique assurée ;
- Le site ne présente aucun cours d’eau permanent, avec un débit soutenu au cours de la
période d’irrigation et qui satisfait les besoins ;
- Il existe de sites favorables à l’implantation d’un bassin de retenue,
environnementalement et socialement acceptable ;
- Les matériaux tels que matériaux d’emprunt et rocheux sont disponibles localement.

6.2.4.4 Station de pompage :


- Le site présente un cours d’eau permanent, avec un débit soutenu au cours de la période
d’irrigation et qui satisfait les besoins ;
- La domination topographique n’est pas assurée.

Page 47
7 BARRAGE DE DERIVATION
NORMES MALGACHES DE CONSTRUCTION D’INFRASTRUCTURES HYDROAGRICOLES CONTRE LES CRUES ET LES INONDATIONS
NIHYCRI

7.1 DEFINITION
Un barrage de dérivation est un ouvrage qui assure la dérivation d’une partie du débit d’un
cours d’eau pour alimenter le réseau hydroagricole. Le débit pouvant être dérivé dépend du
débit instantané du cours d’eau et doit couvrir les besoins en eau d’irrigation.

7.2 CHOIX DU SITE DE BARRAGE DE DERIVATION

7.2.1 Pour quel choix ?


NIHYCRI exige de procéder à un choix technique du site d’implantation du barrage de dérivation,
après que le choix de procéder à un tel ouvrage est pris.

7.2.2 A quel stade de la conception ?


Sauf selon les cas précisés en 3.1 qui exemptent le maître de l’ouvrage de la réalisation d’une
phase APS, le choix du site du barrage de dérivation est à réaliser durant la phase APS. Dans ce
cas, des variantes de choix peuvent être proposées au maître de l’ouvrage.
Dans le cas où l’étude d’avant-projet n’inclut pas la phase APS, le choix du site de barrage de
dérivation est à réaliser durant la phase d’études APD.

7.2.3 Etude à mener


Pour le choix du site d’implantation, NIHYCRI donne les prescriptions suivantes pour les études
à réaliser :
Tableau 9 : étude à mener dans le choix du site d’un barrage de dérivation

Discipline Descriptif / méthode /moyen Résultats / biens livrables

Géotechnique Reconnaissance des sols de fondation Descriptif sommaire sur la situation


(lit de la rivière) et des berges en générale des matériaux au fonds du lit
recherche de sites stables, par test de la rivière (qualité du seuil rocheux
d’identification visuels et sensitifs éventuel, caractéristiques
granulométriques générales pour les
sols, caractéristiques et existence de
galets).
Vue en plan et profil en travers
délimitant la limite des différents
types de seuil rencontrés,
particulièrement exigés dans le cas de
seuil partiellement rocheux ou
présentant un niveau d’altération
différentielle d’un point à l’autre.
Descriptif analytique sur les matériaux
constituant les berges et leur stabilité
structurale.

Hydraulique Etude plus détaillée sur l’écoulement Cartographie en plan de la rivière,


fluviale fluvial en identifiant le lit mineur, lit délimitant le lit mineur et le lit majeur,
majeur, les zones d’affouillement et de les zones d’affouillement et les zones
dépôt, en se basant sur des de dépôt.
investigations et observations directes
Descriptif analytique présentant les
et une analyse cartographique.
différentes options d’implantation les
risques de contournement et

Page 49
NORMES MALGACHES DE CONSTRUCTION D’INFRASTRUCTURES HYDROAGRICOLES CONTRE LES CRUES ET LES INONDATIONS
NIHYCRI

Discipline Descriptif / méthode /moyen Résultats / biens livrables


d’accumulation de sable liés à chacune.

Topographie Présentation en plan sur une échelle Topographie transversale et


assez large, obtenu à partir de longitudinale sur chaque site.
photographies aériennes et/ou de
Eléments d’appréciation de la
cartographie existante du tronçon du
domination topographique de chaque
cours d’eau où le site est à choisir.
site.
Lever de détail, de profil en travers et
de profil en long sur les différents sites
potentiels sur une bande dont la
longueur minimale est de 20 fois la
largeur du lit au droit du site.

Hydrologie Calcul des plans d’eau pour les crues Analyse permettant d’analyser le
de projet par application de la formule niveau d’eau en période de crues sur
d’écoulement (Manning Strickler ou les différents sites, permettant
équivalent) sur la section d’apprécier et comparer les risques.
d’écoulement.

7.2.4 Prescription sur le choix du site


Tableau 10 : prescriptions dans le choix du site d’un barrage de dérivation

Discipline A prescrire A éviter


(par ordre décroissant)

Géotechnique - Seuil rocheux sain ; - Seuil rocheux fissurés ;


fondation - Seuil rocheux altéré en - Seuil rocheux dont la
surface (nécessitant un classification lithologique le
décapage de la partie situe dans les classes dites «
altérée) ; limitées » (calcaire argileux,
- Argile stable ; grès faiblement cimentés et
- Limon et sable fin. récif de roche dolomite à
cavités vides) ou « médiocres
» (calcaires schisteux,
coralien, schiste argileux,
ardoise, schiste, craie et
gypse)
- Galet et gravier grossier
profond ;
- Argiles instables ;
- Sols hétérogènes avec strates
sables / argiles.

Géotechnique - Rive constituée de dépôt


berges d’alluvion récent et fragile ;
- Sol sablonneux instable et
perméable.

Section - Lit mineur dans une vallée Tout emplacement :


d’implantation encaissée permettant la - Privilégiant le contournement
maîtrise des crues de sûreté du site à travers une rive
sans débordement. fragile (alluvion notamment)
- Section présentant une - Favorisant le débordement en
largeur importante : plus la période des crues pouvant

Page 50
NORMES MALGACHES DE CONSTRUCTION D’INFRASTRUCTURES HYDROAGRICOLES CONTRE LES CRUES ET LES INONDATIONS
NIHYCRI

Discipline A prescrire A éviter


(par ordre décroissant)
section du cours d’eau est causer des dégradations de
large, plus les crues biens d’autrui en amont,
s’évacuent plus facilement. inhérent à l’implantation du
barrage ;
- Positionnant l’axe de la prise
principale dans une zone de
dépôt (intrados).
- Situé dans le lit d’un drain
naturel ou artificiel jouant un
rôle important dans le
drainage.

Topographie Site situé en tête des parcelles - Site ne dominant pas les
dominant l’ensemble de la plaine et parcelles à irriguer.
des parcelles à irriguer. - Site où la mise en place du
barrage provoque
topographiquement, du
débordement en amont.
- Site pour lequel, la mise en
place du barrage risque de
perturber le fonctionnement
des ouvrages hydrauliques
implantés en amont.

7.3 CHOIX DU TYPE DE BARRAGE DE DERIVATION (NIVEAU 2)

7.3.1 Pour quel choix ?


Une fois que le premier choix est arrêté, NIHYCRI exige de procéder à un deuxième choix (niveau
2), entre un barrage à seuil fixe ou à seuil mobile, effaçable ou à aiguilles.

7.3.2 A quel stade de la conception ?


Sauf selon les cas précisés en 3.1 qui exemptent le maître de l’ouvrage de la réalisation d’une
phase APS, le choix du type de barrage de dérivation est à réaliser durant la phase APS. Dans ce
cas, des variantes de choix peuvent être proposées au maître de l’ouvrage.
Dans le cas où l’étude d’avant-projet n’inclut pas la phase APS, le choix du type de barrage de
dérivation est à réaliser durant la phase d’études APD.

Page 51
NORMES MALGACHES DE CONSTRUCTION D’INFRASTRUCTURES HYDROAGRICOLES CONTRE LES CRUES ET LES INONDATIONS
NIHYCRI

7.3.3 Etude à mener


Pour le choix entre différents types de barrage de dérivation, entre un barrage fixe et un barrage
mobile, NIHYCRI donne les prescriptions suivantes pour les études à réaliser :
Tableau 11 : étude à mener dans le choix du type de barrage de dérivation

Discipline Descriptif / méthode /moyen Résultats / biens livrables

Hydrologie Calcul des plans d’eau pour différentes Plans d’eau en période des crues
fréquences de crues par application de (crues de sûreté) par rapport à la
la formule de déversoir ou de vanne, topographie du site, définissant les
(selon le cas) sur la section risques de débordement en tenant
d’écoulement et en optant pour compte de la conception du barrage
différents scénarii (seuil fixe, seuil (seuil fixe ou mobile).
mobile)

Hydraulique Calcul du transport solide et du risque Poids et volume de sédiments arrivant


fluviale d’ensablement par : en amont de l’ouvrage durant une
période de temps donnée (mensuel,
- Evaluation de la charge des
trimestriel et annuel)
eaux du cours d’eau et des
caractéristiques Analyse permettant d’apprécier la
granulométriques des possibilité de chasse à partir de
sédiments ; vannes de chasse sur une partie
- Calcul du transport solide en seulement de la section barrée, en
fonction des caractéristiques fonction de l’importance des
du sédiment et le régime sédiments.
fluvial

7.3.4 Critères de décision


Un barrage de dérivation de type fixe ou à seuil fixe convient quand :
- la rivière présente une bonne marge par rapport à l’évacuation des crues de projet, que
la mise en place du seuil fixe ne risque pas de la faire sortir de son lit ;
- le site se caractérise par un régime fluvial marqué par un débordement vers un lit
majeur important, impossible à dominer, sans qu’aucun risque de dégradation de biens
d’autrui en amont, inhérent à l’implantation du barrage ne soit à craindre ;
- le site se caractérise par une submersion totale périodique ;
- le transport solide n’est pas critique et il est techniquement possible de chasser les
dépôts par des vannes de fonds ou vannes de chasses implantées sur une partie
seulement du barrage.
Un barrage mobile, effaçable ou à aiguilles convient quand :
- la mise en place d’un barrage fixe ne permet pas de contenir et maîtriser les crues de
projet, pouvant conduire au contournement de l’ouvrage et/ou à des dégradations de
biens en amont suite au débordement causé par le barrage ;
- l’évacuation des sédiments nécessite toute la largeur de la section de la rivière.

Page 52
NORMES MALGACHES DE CONSTRUCTION D’INFRASTRUCTURES HYDROAGRICOLES CONTRE LES CRUES ET LES INONDATIONS
NIHYCRI

7.4 ETUDE GEOTECHNIQUE DE LA FONDATION

7.4.1 A quel stade de la conception ?


Sauf selon les cas précisés en 3.1 qui exemptent le maître de l’ouvrage de la réalisation d’une
phase APS, l’étude géotechnique de la fondation du barrage de dérivation est à réaliser durant la
phase APS, étant donné qu’une mauvaise appréciation de la nature de la fondation peut conduire
à un mauvais choix sur la variante d’aménagement.
Dans le cas où l’étude d’avant-projet n’inclut pas la phase APS, l’étude géotechnique de la
fondation est à réaliser durant la phase d’études APD.

7.4.2 Objectifs
Les objectifs des études géotechniques de la fondation sont :
- Evaluer la portance et les paramètres déterminant la portance des sols de fondation ;
- Evaluer la perméabilité et les paramètres déterminant la perméabilité des sols de
fondation.

7.4.3 Etude à mener


7.4.3.1 Seuil rocheux
Les études menées dans le cadre du choix du site du barrage de dérivation (7.2) permettent déjà
de faire un premier classement du site rocheux en rocheux sain (roche mère non altérée
jusqu’en surface) et en rocheux altérés en surface. A noter que les seuils rocheux fortement
fissurés, ainsi que la fondation en galet ou gravier grossier profond sont à éviter, vu les
difficultés à maîtriser les percolations.
NIHYCRI exige dans le cadre de l’étude géotechnique approfondie de la fondation à seuil
préclassé rocheux de mener les investigations suivantes :
Tableau 12 : étude géotechnique d’une fondation rocheuse d’un barrage de dérivation

Type seuil Classe Exigence

Rocheux sain Classe I ou barrage de sous- Etude géophysique (sismique


classe M, ou barrage dont la réfraction ou petite sismique)
longueur est supérieure ou égale pour localiser des éventuelles
à 30 m failles à l’intérieur du socle
rocheux.
Essai de perméabilité LUGEON
(NF P 94-131)
La présence de faille importante
en profondeur, mise en évidence
par les essais géophysiques,
constitue un critère de rejet du
site.

Autres classes et barrage dont la Site à retenir sans aucun autre


longueur est inférieure à 30 m essai.

Rocheux altérés en surface Classe I ou barrage de sous- Etude géophysique (sismique


classe M, ou barrage dont la réfraction ou petite sismique)
longueur est supérieure ou égale pour localiser des éventuelles
à 30 m failles à l’intérieur du socle
rocheux.

Page 53
NORMES MALGACHES DE CONSTRUCTION D’INFRASTRUCTURES HYDROAGRICOLES CONTRE LES CRUES ET LES INONDATIONS
NIHYCRI

Type seuil Classe Exigence


Essai de perméabilité LUGEON
(NF P 94-131)
La présence de faille importante
en profondeur, mise en évidence
par les essais géophysiques,
constitue un critère de rejet du
site.

Autres classes et barrage dont la Décapage de la partie altérée en


longueur est inférieure à 30 m surface.
Aucun autre essai si l’altération
est visuellement limitée en
surface.
A abandonner si l’altération se
poursuit en profondeur, en
présentant de fissurations
profondes.

Rocheux fortement fissurés, de Toute classe A rejeter dès la phase du choix


lithologie limitée ou médiocre, du site (5.1.4).
galet ou gravier grossier
profond

Ces essais ont pour principal but d’évaluer la perméabilité du seuil rocheux et d’identifier et
localiser les éventuels accidents et fissures importantes en profondeur pouvant causer de fuites
importantes sous le barrage.
Le tableau suivant donne la classification des seuils rocheux en fonction des paramètres obtenus
des essais :
Tableau 13 : les seuils des essais géophysiques et de perméabilité

Essais Valeurs

Sismique réfraction - Calcaire compact : 3000 à 5000


- Granite sain : 4500 à 5500 ;
Vitesse onde de compression
- Gneiss sain : 5000 à 6000 ;
(m/s), hors nappe
- Basalte sain : 5500 à 6000 ;
- Quartzite sain : 3000 à 4500 ;
- Schiste sain : 2500 à 4500.
Tout rocher impropre présente une vitesse inférieure à 2500.

LUGEON - 0 à 1 : excellent rocher ;


- 1 à 5 : bon rocher ;
- 5 à 10 : rocher moyen ;
- > à 10 : rocher médiocre.

Page 54
NORMES MALGACHES DE CONSTRUCTION D’INFRASTRUCTURES HYDROAGRICOLES CONTRE LES CRUES ET LES INONDATIONS
NIHYCRI

7.4.3.2 Seuil meuble


NIHYCRI exige dans le cadre de l’étude géotechnique approfondie de la fondation à seuil
préclassé meuble de mener les investigations suivantes :
Tableau 14 : étude géotechnique d’une fondation meuble d’un barrage de dérivation

Longueur Classe Exigences Prescriptions


barrage

Supérieure ou Toute classe Essais de portance in situ Pressiomètre, pénétromètre statique


égale à 30 m CPT, pénétromètre statique piézocône
CPTU ou phicomètre

Inférieure ou Classe I ou Essais de portance in situ Pressiomètre, pénétromètre statique


égale à 30 m sous-classe CPT, pénétromètre statique piézocône
M CPTU ou phicomètre

Toute autre Essais d’identification Sur des échantillons remaniés ou non


classe remaniés : granulométrie, poids
volumique apparent, etc.

Essais mécaniques Triaxiaux, œdométriques, etc. sur des


échantillons non remaniés obtenus par
forage carotté : angle de frottement
interne, cohésion non drainée, etc.

7.4.4 Normes sur les essais sur sols meubles


Les normes régissant les essais pouvant être réalisées sont les suivantes :
7.4.4.1 Essais d’identification
Tableau 15 : les normes sur les essais d’identification des sols de fondation

Type Norme Domaine Résultats attendus


d’application

Prélèvement XP P 94-202 Méthodologie et Echantillons remaniés et non


procédures de remaniés
prélèvement
échantillons

Granulométrie XP P 94-041 Classification des sols Courbe granulométrique


XP P 94-056
XP P 94-057

Poids volumique NF P 94-053 Classification des sols Poids volumique apparent


apparent
NF P 94-054

Limites d’Atterberg NF P 94-051 Classification des sols Limites de liquidité, de plasticité et


indice de plasticité
NF P 94-052.1

Essai au bleu de NF P 94-068 Classification des sols VBS (valeur du bleu de méthylène
méthylène du sol) déterminant son argilosité

Classification sols NF P 11-300 Classification des sols Classe des sols standardisée

Page 55
NORMES MALGACHES DE CONSTRUCTION D’INFRASTRUCTURES HYDROAGRICOLES CONTRE LES CRUES ET LES INONDATIONS
NIHYCRI

7.4.4.2 Essais mécaniques et hydrauliques


Tableau 16 : les normes sur les essais mécaniques des sols de fondation

Type Norme Domaine Résultats attendus


d’application

Essai de NF P 94-077 Calcul de Module de compression uniaxiale et


compression fondation contrainte de rupture à la
uniaxiale compression simple

Essai triaxial NF P 94-074 Calcul de Cohésion et angle de frottement


fondation interne
Calcul de
stabilité des
berges

Essai œdométrique XP P 94-090-1 Calcul de Module œdométrique déterminant la


fondation compressibilité du sol

7.4.4.3 Essais in situ


Tableau 17 : les normes sur les essais in situ des sols de fondation

Type Norme Domaine d’application Résultats attendus

Pressiomètre NF P 94-110 - Identification des - Courbes pressiométriques


Menard sols exprimant la variation du
- Calcul de fondation Module Menard (EM) et de la
Pression Limite (Pl) en
fonction de la couche de sol
rencontrée.
- Nature de sol à différente
profondeur obtenue en
fonction des valeurs de EM et
Pl.

Pénétromètre NF P 94-113 - Identification des - Courbes exprimant la


statique CPT sols variation de la résistance
- Calcul de fondation apparente à la pénétration qc
et le frottement latéral local
fs en fonction de la couche de
sol rencontrée.
- Nature de sol à différente
profondeur obtenue en
fonction des valeurs qc.

Pénétromètre NF P 94-119 - Identification des - Courbes exprimant la


statique, sols variation de la résistance à la
piézocône - Calcul de fondation pointe corrigée qt et le
CPTU - Evaluation des frottement latéral local fs en
paramètres fonction de la couche de sol
hydrauliques rencontrée.
- Courbe exprimant le
coefficient local de
perméabilité horizontal Kh
en fonction de la couche de

Page 56
NORMES MALGACHES DE CONSTRUCTION D’INFRASTRUCTURES HYDROAGRICOLES CONTRE LES CRUES ET LES INONDATIONS
NIHYCRI

Type Norme Domaine d’application Résultats attendus


sol rencontrée.
- Nature de sol à différente
profondeur obtenue en
fonction des valeurs Kh.

Phicomètre XP P 94-120 Calcul de fondation Valeur de l’angle de frottement


interne et de la cohésion du sol in
situ.

7.4.5 Interprétation des résultats des essais


Les essais géotechniques sont utilisés pour obtenir les différents paramètres permettant le
dimensionnement hydraulique et de génie civil de la fondation. Le Fascicule 62-V du CGGT de la
République Française donne la méthodologie et les procédures dans le calcul et le
dimensionnement des fondations en fonction des résultats des essais.
Il s’agit également de critères de rejet du site. Sont à rejeter :
- Les seuils rocheux présentant des altérations et fissurations profondes ;
- Les seuils meubles instable et à faible portance jusqu’à une grande profondeur, rendant
trop coûteuse la mise en place d’une fondation profonde.

7.5 CONCEPTION DES BARRAGES DE DERIVATION

7.5.1 A quel stade ?


Sauf selon les cas précisés en 3.1 qui exemptent le maître de l’ouvrage de la réalisation d’une
phase APS, la conception du barrage de dérivation est à réaliser durant la phase APS. Des
variantes de conception peuvent être présentées dans le cadre de l’APS.
Dans le cas où l’étude d’avant-projet n’inclut pas la phase APS, la conception est à réaliser durant
la phase d’études APD.

7.5.2 Prescriptions sur la conception des ouvrages en infrastructure


7.5.2.1 Définition
Les ouvrages en infrastructures incluent la fondation, le système de radier de de sa protection.
7.5.2.2 Seuil rocheux
La fondation sur seuil rocheux stable est le seuil rocheux lui-même. Aucune installation en
infrastructure n’est exigée.
7.5.2.3 Seuil meuble
NIHYCRI donne les prescriptions suivantes en ce qui concerne les ouvrages en infrastructure sur
seuil meuble :
- L’infrastructure est constituée de radier en béton armé, muni de parafouilles amont et
aval, se reposant sur une fondation qui assure la transmission des contraintes de
l’ouvrage au sol.
- Une fondation superficielle est à adopter seulement si le tassement calculé est inférieur à
la valeur du tassement admissible.
NIHYCRI spécifie les valeurs du tassement admissible (sv) en fonction de la portée (L)
entre deux appuis de l’ouvrage à :
o L/600 pour les ouvrages en maçonnerie ;
o L/1000 pour les ouvrages en béton armé.

Page 57
NORMES MALGACHES DE CONSTRUCTION D’INFRASTRUCTURES HYDROAGRICOLES CONTRE LES CRUES ET LES INONDATIONS
NIHYCRI

- Une fondation profonde est requise dans le cas contraire. La fondation profonde peut
être constituée de pieux battus, pieux forés, puits ou micropieux. Les pieux peuvent être
en béton armé, métalliques ou en bois avec ou sans tête en acier.
- La face inférieure du radier en béton armé se repose sur :
o Un béton de propreté de 5 cm d’épaisseur ;
o Sur une couche de caillasse de classe 45/125 mm d’une épaisseur minimale de
25 cm ;
o Avec la couche de transition appropriée1 entre la caillasse et le sol en place.

- Le radier est en béton armé. Il est équipé de parafouilles amont et aval, ainsi que d’un
bassin de dissipation aval équipé d’un éperon. Un dispositif anti-érosif est mis en place
en aval du bassin de dissipation.
o Le radier est calculé de façon à résister aux contraintes structurales appliquées
par les charges permanentes, variables et accidentelles, incluant le poids propre
de l’ouvrage, le poids de l’eau et la pression hydraulique au niveau du sol de
fondation.
o Le radier présente un joint scié à tous les 7 m pour prévoir la dilatation
thermique.
o Les parafouilles ont pour rôle d’éliminer les risques de renard, par transport des
matériaux solides causé par l’écoulement sous le radier. Les parafouilles font très
souvent corps au radier, de la même matière, en béton armé. Dans certains cas,
les paramètres d’écoulement souterrain sont défavorables et des parafouilles de
hauteur importante sont nécessaires. Dans ce cas, la mise en place de
palplanches, comme parafouille amont est adoptée.
o Le bassin de dissipation aval a pour rôle de briser l’énergie cinétique de l’eau
passant d’un régime dénoyé (torrentiel) à un régime noyé (fluvial). La conception
consiste d’un côté à calculer la longueur du bassin de dissipation de façon à
contenir le ressaut. La dissipation de l’énergie cinétique nécessite soit :
 La mise en place d’un bassin avec matelas d’eau, qui présente un niveau
de décrochement par rapport au niveau du terrain naturel en aval du
barrage, de façon à amortir et réduire l’énergie cinétique.
 La mise en place de plots de dissipation d’énergie.

o Un dispositif anti-érosif, constitué d’enrochement stable est implanté en aval


pour éviter le risque d’érosion par transport solide sur ce tronçon marqué
encore par une énergie cinétique importante. Ce dispositif anti-érosif aval doit
avoir une longueur L au moins égale à 2 m ou à (4h-2), avec h la hauteur
maximale de chute. Une couche de transition appropriée2 ou du géotextile est à
mettre entre le sol en place et l’enrochement.

 
 é  
1 Respectant les règles de Terzaghi < 5 (dn : signifiant que n% des matériaux présentent
  é  
un diamètre inférieur à dn) et pourcentage en éléments fins (< 80µ) est inférieur à 5%.
 
 é  
2Respectant les règles de Terzaghi  < 5 (dn : signifiant que n% des matériaux présentent
  é  
un diamètre inférieur à dn) et pourcentage en éléments fins (< 80µ) est inférieur à 5%.

Page 58
NORMES MALGACHES DE CONSTRUCTION D’INFRASTRUCTURES HYDROAGRICOLES CONTRE LES CRUES ET LES INONDATIONS
NIHYCRI

Illustration 9 : prescriptions relatives au radier

Page 59
NORMES MALGACHES DE CONSTRUCTION D’INFRASTRUCTURES HYDROAGRICOLES CONTRE LES CRUES ET LES INONDATIONS
NIHYCRI

7.5.3 Exigences et prescriptions sur la conception des ouvrages en


superstructure
7.5.3.1 Définition
Les ouvrages en superstructure incluent : le seuil de dérivation jouant également le rôle
d’évacuateur des crues, le système de chasse, le mur d’encaissement, la passerelle de circulation
et de manœuvre et le système de prise d’eau.

Illustration 10 : vue en 3D du dispositif type au niveau d’un barrage de


dérivation

7.5.3.2 Seuil de dérivation et déversant


Le seuil déversant constitue le corps du barrage qui élève le plan d’eau afin de dominer les
prises d’irrigation tout en jouant un rôle d’évacuateur des crues sur le seuil déversant. Le corps
du barrage joue également un rôle important dans la stabilité d’ensemble du barrage en
équilibrant par son poids le moment renversant et les forces de sous-pressions du sol de
soubassement.
NIHYCRI donne les prescriptions suivantes pour la conception :
- Le seuil déversant est implanté perpendiculairement à l’axe de l’écoulement de la
rivière ;
- Le seuil déversant est conçu de façon à :
o Dominer topographiquement la prise d’irrigation ;
o Permettre l’évacuation des crues de projet ;
o Faciliter la dissipation de l’énergie cinétique de l’eau sur son parement aval ;

Page 60
NORMES MALGACHES DE CONSTRUCTION D’INFRASTRUCTURES HYDROAGRICOLES CONTRE LES CRUES ET LES INONDATIONS
NIHYCRI

o Assurer la stabilité de l’ensemble par rapport au renversement et soulèvement


par sous-pression.

- Le seuil déversant présente un parement amont vertical et en aval, un profil


hydrodynamique type Creager, ce qui évite le décollement de la lame d’eau du parement
aval et le choc que cela cause.
- Il est fixé au radier ou à la fondation rocheuse par des cannes d’ancrage en fer à béton,
dimensionné de façon à assurer la transmission des efforts horizontaux dans les
conditions de l’état limite ultime.
- Dans le cas d’une fondation sur seuil rocheux, la liaison entre la fondation et le corps du
barrage nécessite un décapage du seuil rocheux et une liaison par un béton de forme de
5 cm d’épaisseur minimale, pour éviter tout risque de fuite entre le seuil rocheux et le
corps du barrage.
- Il présente un corps massif en béton cyclopéen, ceinturé ou non par une voile en béton
armé ou entièrement en béton armé (pour les barrages de faible hauteur) dont la
stabilité structurale interne et la liaison avec les cannes d’ancrage sont meilleures.
- Un corps en maçonnerie de moellons n’est pas recommandé par la fragilité structurale
au niveau des joints en mortiers et au niveau des points de liaison avec les cannes
d’ancrage.

Illustration 11 : liaison entre le corps du barrage et sa fondation

Page 61
NORMES MALGACHES DE CONSTRUCTION D’INFRASTRUCTURES HYDROAGRICOLES CONTRE LES CRUES ET LES INONDATIONS
NIHYCRI

7.5.3.3 Système de chasse


NIHYCRI exige la mise en place d’un système de chasse pour tout barrage de dérivation à seuil
fixe.
Le système de chasse joue deux rôles importants :
- Chasse des sédiments s’accumulant en amont du barrage qui risquent de colmater les
prises d’irrigation et les canaux d’amenée ;
- Contribution à l’évacuation des crues.
NIHYCRI donne les prescriptions suivantes pour la conception :
- Au moins un système de chasse est à placer sur l’une ou l’autre rive, du côté de
l’emplacement de l’ouvrage de prise. D’autres systèmes de chasse sont à implanter au
milieu du barrage selon l’importance des charges du cours d’eau et la longueur du
barrage.
- Il est équipé d’un chenal de nettoyage et d’un système de pertuis à vanne permettant la
fermeture du système de chasse.
- Il est recommandé dans la mesure du possible de mettre en place une vanne de chasse à
mécanisme d’ouverture à crémaillère ou à vis sans fin à levage motorisé ou manuel. La
vanne doit être conçue de façon à ce qu’elle soit hors de l’eau quand elle est en position
ouverte, en période des crues.
- La capacité de la chasse est d’au moins le débit d’étiage (en étiage, tout le débit passe
intégralement par la chasse) mais l’idéal est de pouvoir évacuer la totalité du débit de
base (hors crue).
- En crue moyenne (2 ans), la vitesse dans le chenal de chasse doit atteindre 2 à 3 m/s.
- Le chenal de chasse présente une partie amont :
o dont le départ se trouve au moins à une distance équivalente à l’ouverture de
base de l’ouvrage de prise, en amont de cette dernière ;
o dont le fond se trouve au moins à 50 cm en dessous du radier du barrage.

- Le chenal de chasse présente une partie aval :


o qui est matérialisée entre le mur d’encaissement et un mur de guidage arasé au
niveau de la crête du seuil déversant et qui se prolonge sur toute la longueur de
la partie aval sur radier dur ;
o dont le départ se trouve au niveau du seuil déversant, présentant une partie sur
radier en béton et une partie sur radier souple (enrochement stable) ;
o le fonds du chenal aval se raccorde progressivement au niveau du lit aval de la
rivière.

- Les parafouilles amont et aval du radier du barrage se raccordent à celles de la partie en


béton du chenal de chasse pour s’implanter à la même profondeur.
7.5.3.4 Murs d’encaissement
Les murs d’encaissement jouent principalement les rôles suivants :
- Stabilisation des berges du terrain naturel au droit du barrage en agissant comme mur
de soutènement ;
- Parafouille latérale pour éviter l’écoulement latéral entre le terrain naturel et le mur
d’ancrage.
NIHYCRI donne les prescriptions suivantes pour la conception :
- Les murs d’encaissement sont des murs présentant un parement intérieur (de l’intérieur
du barrage) vertical et présentant un profil de mur de soutènement.
- Ils doivent être étanches et normalement constitués de maçonnerie de moellons sans
barbacane.
- Ils sont conçus pour résister au couple renversant appliqué par la poussée de terre
latérale et par la poussée d’eau de l’intérieur du barrage.

Page 62
NORMES MALGACHES DE CONSTRUCTION D’INFRASTRUCTURES HYDROAGRICOLES CONTRE LES CRUES ET LES INONDATIONS
NIHYCRI

- Ils sont conçus pour maîtriser sans revanche les crues de sûreté et selon les cas les plus
défavorables (vannes de chasse en position fermée).
- Ils se reposent sur sa propre fondation (semelle en béton armé éventuellement), calculée
de façon à respecter les critères de tassement admissible (sv) en fonction de la portée (L)
entre deux appuis de l’ouvrage :
o L/600 pour les ouvrages en maçonnerie ;
o L/1000 pour les ouvrages en béton armé.

- Leur fondation présente des parafouilles latérales raccordées aux parafouilles du radier
du barrage.
- Ils présentent des fermetures amont et aval constitués d’un convergent – divergent
assurant la transition géométrique avec les berges du cours d’eau, suivi d’un mur en
retour rentrant dans la berge sur au moins 2 m.
- Les berges amont et aval sont protégés par de l’enrochement stable sur couche de
transition ou géotextile, buté sur la limite inférieure de la berge et pour une longueur
minimale de 2 m.
- Dans le cas où des berges instables sont localisées en amont ou en aval, une protection
en gabions ou tout autre système de protection adéquat est à mettre en place sur toute la
longueur instable.
- Du drain filtre en matériaux granuleux (gravillons 5/25 avec couche de transition
appropriée1 ou géotextile) pour une épaisseur minimale de 50 cm, est implanté
latéralement à son pieds pour évacuer les eaux d’infiltration vers l’aval.
- La mise en place de digue de fermeture amont est requise dans le cas où les berges
amont du cours d’eau présente des zones dont le niveau est inférieur au niveau du mur
d’encaissement (calage aux crues de sûreté).

7.5.3.5 Passerelle de manœuvre


La passerelle de manœuvre sert à :
- La manœuvre des vannes de chasse ;
- La circulation des personnes entre les deux rives, notamment pour l’entretien et la
manœuvre.
NIHYCRI donne les prescriptions suivantes pour la conception :
- Sauf dans le cas où le site est submergé la passerelle de manœuvre est implantée à la
côte du mur d’encaissement, avec un tirant d’eau de 25 cm par rapport aux crues de
sûreté.
- Elle est équipée d’un garde-fou.
- Elle présente une largeur minimale de 50 cm, permettant la circulation de petits
équipements tels que les brouettes.

7.5.3.6 Système de prise


Le système de prise d’eau d’irrigation, généralement de type orifice calibré, fermé par une
vanne, présente un bassin de dissipation aval, un système dessableur et de décharge de sécurité.
NIHYCRI donne les prescriptions suivantes pour la conception :
- La tête de l’ouvrage est constituée d’une prise à orifice ou à pertuis fermé par un
dispositif hydromécanique à crémaillère ou à vis sans fin, avec un système de levage
manuel ou motorisé.

 
 é  
1 Respectant les règles de Terzaghi < 5 (dn : signifiant que n% des matériaux présentent
  é  
un diamètre inférieur à dn) et pourcentage en éléments fins (< 80µ) est inférieur à 5%.

Page 63
NORMES MALGACHES DE CONSTRUCTION D’INFRASTRUCTURES HYDROAGRICOLES CONTRE LES CRUES ET LES INONDATIONS
NIHYCRI

- Les orifices ou pertuis doivent être dimensionnés de façon à limiter la vitesse dans la
fourchette comprise entre 0,6 et 1 m/s.
- La tête d’ouvrage est calibrée, équipée d’un mur déflecteur calé au même niveau que le
mur d’encaissement du barrage, pour isoler l’avant-canal des crues.
- Le bassin de réception aval présente un bassin de dissipation de l’énergie cinétique.
- Si son emplacement le permet, le bassin de dissipation aval est incorporé directement au
dessableur – ouvrage de décharge.
- Dans le cas contraire, l’ensemble dessableur – ouvrage de décharge est implanté plus en
aval et raccordé au bassin de dissipation aval par un avant-canal dont la capacité est au
minimum de 1,2 fois le débit nominal de la prise.
- Le dessableur-ouvrage de décharge :
o présente un bassin calculé pour permettre la décantation de produits solides,
avec une fréquence de dessablage supérieure ou égale à un (1) mois pour les
classes V, IV et III et supérieure ou égale à trois (3) mois pour les classes I et II ;
o est équipé d’un système de chasse de sable constitué d’un système à vanne à
crémaillère ou à vis et d’un chenal d’évacuation aboutissant dans le lit de la
rivière, en aval du barrage (la vidange du dessableur est assurée par autocurage
ou par un système mécanique ou par une drague suceuse, dans les cas les plus
extrêmes) ;
o le chenal d’évacuation des sables est calé pour une vitesse de 2 à 3 m/s, avec des
parois et lit protégé (perrés maçonnés, maçonnerie ou béton) ;
o est équipé d’un déversoir latéral de décharge ou d’un système de siphon de
sécurité automatique faisant évacuer vers le chenal d’évacuation des sables les
excédents d’eau dépassant le débit nominal du canal, avec une capacité minimale
d’évacuation égale à 20% du débit nominal de la prise d’irrigation ;
o est équipé d’une vanne de fermeture à crémaillère ou à vis, à son aval vers le
canal tête morte, pour faciliter les opérations d’entretien et de dessablage.

Page 64
NORMES MALGACHES DE CONSTRUCTION D’INFRASTRUCTURES HYDROAGRICOLES CONTRE LES CRUES ET LES INONDATIONS
NIHYCRI

Illustration 12: vue en plan et coupe du dispositif d’ensemble

Page 65
NORMES MALGACHES DE CONSTRUCTION D’INFRASTRUCTURES HYDROAGRICOLES CONTRE LES CRUES ET LES INONDATIONS
NIHYCRI

Illustration 13: vue en 3D et coupe système dessableur - décharge

7.5.3.7 Echelle limnimétrique


Sauf dans le cas particulier d’un site submergé, la mise en place d’une échelle limnimétrique au
niveau de l’évacuateur des crues est exigée par NIHYCRI pour toute classe de barrage.
Pour les barrages de la sous-classe M, NIHYCRI exige un système de diffusion automatique
d’alerte dans le cas où le niveau d’eau mesuré au-dessus du barrage et la vitesse avec laquelle ce
dernier monte, atteignent un niveau critique, laissant présager la submersion imminente du
corps du barrage.
Un système d’enregistrement des niveaux les plus hauts et les plus bas épisodiquement atteints
est vivement souhaité de façon à contribuer aux maigres monographies hydrologiques
disponibles actuellement au niveau national.
7.5.3.8 Cas particulier des barrages sur site submergé
Il arrive dans beaucoup de cas, surtout pour les périmètres classés IV et V qu’il soit
techniquement et/ou économiquement impossible d’implanter le barrage de dérivation en
dehors d’un site où le phénomène hydrologique fait qu’il soit temporairement submergé durant
une certaine période de l’année.

Page 66
NORMES MALGACHES DE CONSTRUCTION D’INFRASTRUCTURES HYDROAGRICOLES CONTRE LES CRUES ET LES INONDATIONS
NIHYCRI

Dans ce cas, la submersion survient progressivement par le débordement général des cours
d’eau en amont qui inonde la plaine ainsi que le site du barrage. Tout le site, la plaine à irriguer
comprise, constitue donc en quelque sorte le lit majeur de la rivière et il est ainsi techniquement
impossible d’entonner les crues.
Ces genres de site sont dans la mesure du possible à éviter. Dans certains cas, il est
techniquement possible la mise en place d’un dispositif anti-contournement et le site peut être
retenu.
NIHYCRI donne les prescriptions suivantes pour la conception :
- Le mur d’encaissement latéral ne sert pas pour entonner ni les crues de projet ni les
crues de sûreté, il sert seulement à assurer le soutènement des berges du terrain naturel
au droit du barrage. Une revanche minimale de 50 cm est à adopter entre le niveau du
seuil déversant et le niveau du mur d’encaissement latéral.
- Des murs transversaux (plus ou moins perpendiculaires aux murs d’encaissement) calés
à la même hauteur que les murs d’encaissement sont à implanter jusqu’au raccordement
avec le terrain naturel. Ces murs transversaux en maçonnerie de moellons seront ancrés
bien profondément dans le sol (1,5 m de profondeur au minimum) pour empêcher la
formation d’une voie préférentielle des eaux des crues, pouvant conduire au
contournement de l’ouvrage.
- Les murs transversaux nécessitent de protections amont et aval en enrochement, surtout
sur les parties situées proches de la berge.

7.5.3.9 Cas particulier des barrages effaçables, mobiles et à aiguilles


Ces types de barrage sont choisis quand la mise en place du système à seuil fixe n’est pas
adaptée par rapport à l’évacuation des crues et à la chasse de sable.
On trouve les barrages effaçables, présentant de plots intermédiaires (maçonnerie de moellons,
béton cyclopéen ou béton armé) et des vannes hydromécaniques de fermeture, actionnées par
des crémaillères, vis sans fin ou tout autre système motorisé ou manuel.
Les barrages effaçables ou à aiguilles présentent des aiguilles comme système de fermeture, à la
place des vannes hydromécaniques. Deux types de système à aiguilles sont proposés :
- Système à basculement automatique, calé de façon à ce qu’une amorce de basculement
s’opère dès que le débit entonné vers la prise dépasse 5% du débit nominal
- Système à aiguilles effaçables dont l’ouverture nécessite l’intervention humaine.
NIHYCRI donne les prescriptions suivantes pour la conception :
- Les aiguilles sont en matériaux métalliques résistant à la corrosion (l’aluminium est le
matériau le plus recommandé) ;
- Les aiguilles en bois sont à éviter ;
- Les aiguilles présentent à leur sommet un crochet lui permettant d’amorcer un
mouvement horizontal pour les débloquer manuellement ;
- Les aiguilles sont dimensionnées de façon à résister à toutes les contraintes mécaniques
(poussée d’eau, friction et choc lors du basculement) ;
- Les aiguilles sont des produits usinés par des professionnels de la construction
métallique.
- Le tube constituant l’axe de basculement des aiguilles est dimensionné de façon à
résister aux poussées horizontales en crues de sûreté ;
- Le tube est en matériau métallique résistant à la corrosion présentant une surface lisse.

Page 67
NORMES MALGACHES DE CONSTRUCTION D’INFRASTRUCTURES HYDROAGRICOLES CONTRE LES CRUES ET LES INONDATIONS
NIHYCRI

Illustration 14 : barrage ouvert et à aiguilles

Page 68
NORMES MALGACHES DE CONSTRUCTION D’INFRASTRUCTURES HYDROAGRICOLES CONTRE LES CRUES ET LES INONDATIONS
NIHYCRI

7.6 DIMENSIONNEMENT DES BARRAGES DE DERIVATION

7.6.1 A quel stade ?


Si des prédimensionnements sont nécessaires dès la phase APS, le dimensionnement
hydraulique et de génie civil est exigé durant la phase APD.

7.6.2 Calage hydraulique


NIHYCRI donne les prescriptions suivantes pour le calage hydraulique des barrages de
dérivation :
Tableau 18 : calage hydraulique des barrages de dérivation

Objet A faire Opérations requises

Calage du seuil Calcul des pertes des - Lever topographique du profil en long du
déversant charges totales barrage aux parcelles de cultures
cumulatives depuis le - Calcul des pertes de charge linéaire
barrage jusqu’aux (différence totale de niveau)
parcelles de cultures, en - Calcul des pertes des charges locales en
ajoutant une lame d’eau de relation avec les différents ouvrages de
10 cm. transit et de sécurité à franchir.
- Le seuil déversant est calé à un niveau
supérieur ou égal à la perte des charges
totales + 10 cm.

Calage du mur Calcul du PHE par rapport - Lever topographique (profil en long et
d’encaissement aux crues de sûreté. profils en travers) sur le site du barrage
sur une bande de longueur longitudinale
Cas courant (site
minimale de 20 fois la largeur du cours
non submergé)
d’eau au droit du site du barrage
- Calcul de la lame d’eau (hc) au-dessus du
seuil déversant pour les crues de sûreté
par la formule de déversoir et en
considérant le cas le plus défavorable
(toutes les vannes de chasse sont
fermées)
- Calcul du plan d’eau au-dessus du
barrage, relatif aux crues de sûreté (côte
seuil déversant + hc)
- Le mur d’encaissement est calé au plan
d’eau sur le barrage relatif aux crues de
sûreté.

Calage du mur Calage du mur


d’encaissement d’encaissement et murs
transversaux avec une
Cas site submergé
revanche minimale de 50
cm par rapport au niveau
du seuil déversant.

Déversoir de Calcul de la longueur du - Calage en hauteur du déversoir latéral de


sécurité de l’avant- déversoir latéral pour une façon à se mettre en action dès que le
canal capacité d’évacuation débit entrant dépasse de 10% le débit
minimale, égale au débit nominal de la prise.
nominal de la prise - Calcul de la longueur du déversoir latéral
de sécurité, par la formule des déversoirs,
de façon à assurer une capacité

Page 69
NORMES MALGACHES DE CONSTRUCTION D’INFRASTRUCTURES HYDROAGRICOLES CONTRE LES CRUES ET LES INONDATIONS
NIHYCRI

Objet A faire Opérations requises


d’évacuation d’au moins égale à la moitié
du débit nominal de la prise sans que la
hauteur de la lame d’eau déversant ne
dépasse 15 cm (classes III, IV et V) et 25
cm (classes I et II).

Dessableur Calcul des dimensions du - Prise d’échantillons d’eau de la rivière


dessableur pour une pour évaluer sa charge
fréquence de dessablage - Identification (granulométrie) des
égale à trois (3) mois pour matériaux solides charriés
les classes V, IV et III et - Calcul de la vitesse critique de transport
supérieure ou égale à six solide
(6) mois pour les classes I - Dimensionnement du dessableur pour un
et II régime en dessous de la vitesse critique
permettant la décantation
- Calcul du dépôt journalier en fonction de
la charge et du débit nominal de la prise
d’irrigation
- Calcul de la longueur, de la largeur et de la
profondeur du dessableur pour une
capacité permettant une fréquence de
dessablage égale à un (1) mois pour les
classes V, IV et III et supérieure ou égale à
trois (3) mois pour les classes I et II.

7.6.3 Par rapport à la stabilité du barrage


Pour tout ouvrage sous eaux, le calcul est réalisé à l’état limite de service. Toutes les charges sont
considérées avec les crues de sûreté.
NIHYCRI donne les prescriptions suivantes pour le calcul de stabilité des barrages de
dérivation :
Tableau 19 : dimensionnement de génie civil des barrages de dérivation

Objet A faire Opérations requises

Calcul de la - Calcul de la longueur du - Cas d’un bassin de dissipation : calcul


longueur du radier bassin de dissipation de la longueur de ressaut (formule de
permettant de aval Smetana, Safranez, Dominiguez ou de
dissiper l’énergie Sinninger et Hager) et de la longueur
cinétique de l’eau de chute (cas de paroi verticale aval,
aux crues de formule de Donnelly et Blaisdell).
sûreté. - Cas d’un bassin à matelas d’eau :
o Calcul du décrochement P
Seuil meuble
(différence de niveau entre le
fonds aval de la rivière et le
fonds du radier aval) par la
formule de Veronese ou de
Schoklitsh (la valeur
minimale de P est 0,1 h1 ou
50 cm)
o Calcul de la longueur du
bassin égale à 0,7 h.

1 h est la charge entre l’amont et l’aval du barrage

Page 70
NORMES MALGACHES DE CONSTRUCTION D’INFRASTRUCTURES HYDROAGRICOLES CONTRE LES CRUES ET LES INONDATIONS
NIHYCRI

Objet A faire Opérations requises

- Calcul de la largeur de - Utilisation de la formule donnant la


base du seuil déversant forme hydrodynamique de Creager

- La longueur du radier
est la somme des deux
grandeurs + la longueur
du radier amont (1 m
au minimum)

Calcul des Vérification par rapport aux - Classification des sols de fondation
parafouilles pour règles de Bligh et de Lane. (NF P 11-300) à partir de différents
s’assurer que le essais d’identification (6.4.4.1)
Le cas le plus défavorable
barrage soit à - Obtention des coefficients de Bligh et
correspond à l’étiage.
l’abri du renard. de Lane en fonction de la classification
des sols
La même
- Prédimensionnement des parafouilles
vérification est à
et vérification par rapport aux règles
réaliser en ce qui
de Bligh et de Lane, en considérant le
concerne les
cas le plus défavorable (valeur
prises.
maximale de la charge h qui est
Seuil meuble obtenue en étiage)
- Ajustement de la longueur des
parafouilles de façon à respecter les
deux règles
- A noter que dans un souci de stabilité
par rapport au basculement, la
parafouille aval présente toujours une
hauteur nettement faible par rapport
à la parafouille amont.
- A noter également que par souci de
mise en œuvre pratique, la mise en
place d’une ou plusieurs parafouilles
intermédiaires pourrait être requise
pour éviter les difficultés à implanter
les parafouilles à des profondeurs
trop importantes.

Stabilité par Vérification du glissement par - Calcul de la poussée d’eau horizontale


rapport au rapport aux crues de sûreté - Calcul de la sous-pression qui est le
glissement pour poids de l’eau sur le barrage, minoré
s’assurer que le d’un coefficient C = 0,5 (seuil meuble
barrage ne risque uniquement)
pas d’être emporté - Calcul de la force horizontale
par les crues vers stabilisante qui est le produit de la
l’aval. somme de la charge verticale (poids
propre du barrage, poids d’eau sur le
Seuil meuble
barrage) déduite de la valeur de sous-
pression, par le coefficient de
frottement (0,7 pour un contact béton
– rocher et 0,5 pour un contact béton
– roche friable).
- Vérification de la stabilité par
équilibre de la force déstabilisante de
la force stabilisante.

Stabilité par Vérification au renversement - Calcul du moment stabilisant qui est


rapport au le produit de la résultante des charges

Page 71
NORMES MALGACHES DE CONSTRUCTION D’INFRASTRUCTURES HYDROAGRICOLES CONTRE LES CRUES ET LES INONDATIONS
NIHYCRI

Objet A faire Opérations requises


renversement par rapport aux crues de sûreté verticales stabilisantes au bras de
pour s’assurer que levier.
le barrage ne - Calcul du moment renversant qui est
risque pas de le produit de la résultante de la
basculer. poussée renversante (y compris la
sous-pression) au bras de levier.
Seuil meuble
- Vérification de la stabilité en tenant
compte d’un coefficient de sécurité K
variant entre 1,5 et 2 (la stabilité est
assurée si le moment stabilisant est
supérieur ou égal au moment
renversant majoré du coefficient de
sécurité K).

Stabilité à la Vérification de stabilité à la - Calcul de la charge verticale


flottaison flottaison en cas de décrues stabilisante (poids des infrastructures
rapides sans poids d’eau)
Seuil meuble
- Calcul de la sous-pression induite par
les charges verticales (y compris le
poids d’eau) avant les décrues
- Vérification de la stabilité à la
flottaison par équilibre des forces
entre la charge verticale totale et la
sous-pression, en tenant compte d’un
coefficient de sécurité K de 1,1
(l’ouvrage ne risque pas de flottaison
si la charge verticale est supérieure à
la sous-pression majorée de K).

Calcul de la Dimensionnement et calcul de la - Exploitation des données obtenues


fondation du fondation des essais géotechniques sur les sols
barrage de fondation (6.4.4)
Fascicule 62-V, CTTG
- Etude de faisabilité d’une fondation
Seuil meuble République Française
superficielle : vérification par rapport
au tassement admissible et choix du
type de fondation à adopter
(superficielle ou profonde)
- Dimensionnement de la fondation en
suivant le fascicule 62-V du CTTG.

Stabilité du mur Vérification de la stabilité du - Prédimensionnement du mur


d’encaissement mur d’encaissement d’encaissement par rapport à son
calage hydraulique et des
prescriptions (6.5.3.4)
- Vérification de la stabilité par rapport
à la poussée de terre (calcul de mur
de soutènement) et de la poussée de
l’eau à l’intérieur du barrage
- Dimensionnement de la fondation
(démarche identique à celle du
barrage)

Enrochement anti- Calcul du diamètre de - Calcul de la vitesse à la sortie du


érosif l’enrochement anti-érosif relatif bassin de dissipation (enrochement
aux crues de sûreté en aval du bassin de dissipation), la
vitesse à l’entrée du barrage
(enrochement en amont)

Page 72
NORMES MALGACHES DE CONSTRUCTION D’INFRASTRUCTURES HYDROAGRICOLES CONTRE LES CRUES ET LES INONDATIONS
NIHYCRI

Objet A faire Opérations requises


- Calcul du diamètre médian d501 des
enrochements à mettre en place par la
formule d’Isbash2.
- La blocométrie recommandée,
présentée en poids est la suivante :
Pmin = P / 3 ; Pmax = 8P, avec Pmin, P et
Pmax sont respectivement le poids du
plus petit bloc, du bloc d50 et du plus
grand bloc.
- La couche d’enrochement présente
une épaisseur moyenne égale au
moins à 2 x d50.
- Calcul de d50 pour la protection des
talus par correction avec le coefficient
de Lane3 ;
- La granulométrie de la couche de
transition doit remplir les règles de
Terzaghi4 :
  
 

<5

o
  

<5
  
o
o Le pourcentage de fine
(éléments inférieurs à 80µ) <
5%.

1d50 est le diamètre médian (50% des blocs présentant un diamètre inférieur à d50 et 50% un diamètre
supérieur)
γw V2
2 d 50 = 0,7 ;  : poids volumique eau ; 
: poids volumique enrochement ; V : vitesse
γ s − γ w 2g
écoulement aux crues de sûreté.
&' ( ,-./0-1234
3  = cos ∅#1 − tel que *+
= ; 6 : angle avec l’horizontal de la pente du talus et 7 : angle
&' ) 5
avec l’horizontal du talus d’équilibre du matériau (7 varie entre 37 et 45° pour l’enrochement).
4d15 signifie que 15% des grains ou blocs constituant le matériau présente un diamètre inférieur ou égal à
d.

Page 73
NORMES MALGACHES DE CONSTRUCTION D’INFRASTRUCTURES HYDROAGRICOLES CONTRE LES CRUES ET LES INONDATIONS
NIHYCRI

Illustration 15: dimensionnement hydraulique et de génie civil des


barrages de dérivation

Page 74
NORMES MALGACHES DE CONSTRUCTION D’INFRASTRUCTURES HYDROAGRICOLES CONTRE LES CRUES ET LES INONDATIONS
NIHYCRI

7.6.4 Cas particulier


Dans le cas où le site du barrage est submergé dans les évènements des crues de sûreté, les
prescriptions pour le dimensionnement du barrage est le suivant :
- Le mur d’encaissement sera dimensionné avec les crues de projet (si le site n’est pas
submergé en crues de projet) ou selon les prescriptions présentées en section 7.5.3.8 s’il
s’agit d’un site submergé en période des crues, en faisant attention aux dispositifs anti-
contournement prescrits.

Page 75
NORMES MALGACHES DE CONSTRUCTION D’INFRASTRUCTURES HYDROAGRICOLES CONTRE LES CRUES ET LES INONDATIONS
NIHYCRI

- Tous les calculs de stabilité seront réalisés en crues de sûreté.

7.7 CALCUL DE STRUCTURE

7.7.1 Cannes d’ancrage


Le corps du barrage est ancré physiquement au radier ou à la fondation par l’intermédiaire de
cannes d’ancrage, généralement, constitués de fer à béton.
Sur seuil rocheux, les cannes d’ancrage sont ancrées verticalement à au moins 20 cm dans le
socle rocheux, avec un scellement en coulis. Leur partie supérieure est coulée dans le corps
même du barrage en béton cyclopéen, avec une longueur minimale de 40 cm (sauf aux endroits
proches du pied aval ne permettant pas une telle hauteur), hors la partie incurvée, en forme de
canne.
Il est calculé de façon à transmettre les efforts horizontaux entre le corps du barrage et de son
radier ou de la fondation :
- Calcul de la poussée horizontale totale (crues de sûreté) ;
- Calcul de la section totale du fer nécessaire pour équilibrer les efforts par cisaillement ;
- Répartition des cannes d’ancrage en quinconce et calcul de l’espacement et de la section
du fer individuel.

7.7.2 Structure en béton armé


NIHYCRI prescrit de réaliser le calcul de structure en béton selon EUROCODE 2, en considérant
les classes d’expositions suivantes :
- XC2 pour la fondation et
- XC4 pour les ouvrages en superstructure ;
- en zone littorale, la classe d’exposition est XS1.
Le radier est calculé de façon à résister :
- aux sollicitations constituées par la charge verticale constituée des poids d’eau (crues de
sûreté) et du poids propre de la structure.
- aux poussées dues à la sous-pression sous-jacente, considérées durant la période
d’étiage.
Le radier présente toujours une armature à double nappe.
Les parafouilles amont et aval assurent l’ancrage mécanique du radier dans le sol pour le cas de
fondation sur seuil meuble. Le taux de frottement entre le béton (radier) et le système de filtre –
fondation en terre est très variable par rapport à la nature des sols. Les armatures en double
nappe sont calcules de façon à résister :
- à la poussée des sols de l’extérieur (butée) ;
- aux sollicitations nécessaires pour assurer l’ancrage de l’ouvrage.

7.7.3 Equipements hydromécaniques


Les équipements hydromécaniques doivent être calculés en état limite ultime, en considérant les
crues de sûreté. L’ouvrage doit résister aux charges permanentes (poussée d’eau chargée durant
le fonctionnement normal du barrage), aux charges variables (poussée d’eau chargée en crues de
projet) et des charges accidentelles (poussée d’eau chargée en crues de sûreté).
NIHYCRI donne les prescriptions suivantes en ce qui concerne les différentes composantes d’une
vanne hydromécanique :

Page 76
NORMES MALGACHES DE CONSTRUCTION D’INFRASTRUCTURES HYDROAGRICOLES CONTRE LES CRUES ET LES INONDATIONS
NIHYCRI

Tableau 20 : prescriptions sur les vannes hydromécaniques

Composantes Système / matériaux / normes

Corps et pelle de vanne Acier galvanisé à chaud (norme NF A 91121)


INOX 304 L

Système de manœuvre Cric ou volant en fonte


Manivelle en acier galvanisé équipée d’une poignée
tournante
Tige de manœuvre en INOX 304 L ou acier zingué
Crémaillère montante en Acier S235J GR

Etanchéité Joint démontable type EPDM (Ethylène Propylène


Diène-Monomère)

Les normes de fabrications et de qualité de l’ensemble sont DIN 19569-4:2000-11 et


ANSI/AWWA C501-92. Le calcul de la structure en acier est régit par EUROCODE 3.
Les équipements hydromécaniques standardisés : AMIL, AVIO, AVIS, module à masque, etc. sont
des marques déposées, dont la fabrication respecte des standards professionnels liés à la
marque.

Page 77
8 BARRAGE-RESERVOIR
NORMES MALGACHES DE CONSTRUCTION D’INFRASTRUCTURES HYDROAGRICOLES CONTRE LES CRUES ET LES INONDATIONS
NIHYCRI

8.1 DEFINITION
Un barrage réservoir ou barrage de retenue est un ouvrage construit pour former une étendue
d’eau à son amont par la fermeture par un barrage de l’ouverture d’une vallée, entre deux
collines. A l’inverse des barrages de dérivation, les barrages de retenue disposent d’un stock
d’eau pouvant être utilisé durant les périodes des basses eaux où les apports continus ne
couvrent pas les besoins. Cette catégorie de barrage est choisie selon les conditions présentées
en 6.2.4.4.

8.2 CHOIX DU SITE ET DU TYPE DE DE BARRAGE-RESERVOIR

8.2.1 Pour quel choix ?


NIHYCRI exige de procéder à un choix technique du site d’implantation et du type du barrage-
réservoir en fonction de différents critères.

8.2.2 A quel stade de la conception ?


Sauf selon les cas précisés en 3.1 qui exemptent le maître de l’ouvrage de la réalisation d’une
phase APS, le choix du site et du type du barrage-réservoir est à réaliser durant la phase APS.
Dans ce cas, des variantes de choix peuvent être proposées au maître de l’ouvrage.
Dans le cas où l’étude d’avant-projet n’inclut pas la phase APS, le choix du site et du type de
barrage-réservoir est à réaliser durant la phase d’études APD.

8.2.3 Etude à mener


Pour le choix du site d’implantation, NIHYCRI donne les precriptions suivantes en ce qui
concerne les études à mener :
Tableau 20 : étude à mener dans le choix du site d’implantation d’un barrage réservoir

Discipline Descriptif / méthode /moyen Eléments biens livrables

Topographie Analyse cartographique, utilisation de Topographie transversale sur chaque


photographies aériennes, exploitation site
des MNT (modèles numériques de
Volume de la retenue
terrain) existants et lever de détail sur
les sites potentiels du barrage

Géotechnique Reconnaissance des sols de fondation Descriptif sommaire de la situation


par l’ouverture de tranchées à la pelle générale des matériaux de fondation
hydraulique et essais d’identification (qualité du seuil rocheux éventuel,
caractéristiques granulométriques
générales pour les sols,
caractéristiques et existence de
galets).
Présentation de profils et vue en plan
des différents types de sols.

Reconnaissance des matériaux locaux Descriptif sur la disponibilité et les


en réalisant des essais d’identification. caractéristiques de matériaux locaux
meubles et rocheux.
Evaluation des propriétés mécaniques
et hydrauliques des matériaux
meubles et rocheux

Page 79
NORMES MALGACHES DE CONSTRUCTION D’INFRASTRUCTURES HYDROAGRICOLES CONTRE LES CRUES ET LES INONDATIONS
NIHYCRI

8.2.4 Prescription sur le choix du site


Tableau 21 : prescription sur le choix du site d’un barrage-réservoir

Discipline A prescrire A éviter


(par ordre décroissant)

Topographie Site étroit précédé à l’amont d’un Site ne dominant pas les parcelles à
élargissement de la vallée irriguer.

Géotechnique - Seuil rocheux sain ; - Seuil rocheux fissurés ;


- Seuil rocheux altéré en - Galet et gravier grossier
surface (nécessitant un profond ;
décapage de la partie - Argiles instables ;
altérée) ; - Sols hétérogènes avec strates
- Argile stable ; sables / argiles.
- Limon et sable fin.

8.2.5 Prescription sur le choix du type de barrage


Sauf dans des cas très particuliers, les barrages-réservoirs dans le contexte actuel du secteur
hydroagricole malgache sont des barrages classés parmi les barrages en remblai.
Les barrages en remblai présentent les trois types suivants :
- type 1 : barrages en terre homogènes, constitués de matériaux étanches ;
- type 2 : barrages à zones avec massif amont ou noyau central assurant l’étanchéité ;
- type 3 : barrages en matériaux perméables (sable, grave, cailloux, tout-venant) munis
d’un dispositif d’étanchéité artificielle.
Le choix du type de barrage est donc réalisé entre ces trois types de barrage.
8.2.5.1 Choix en fonction de la nature de la fondation
NIHYCRI donne les prescriptions suivantes par rapport à la nature de la fondation :
Tableau 22 : prescription en fonction de la nature géotechnique de la fondation

Caractéristique Prescriptions

Rocheux Adapté

Graveleuse A éviter autant que possible vu les difficultés à maîtriser la


percolation

Sablo silteuse Peut être accepté en faisant bien attention par rapport à la
percolation et au renard

Argileuse Adapté

Page 80
NORMES MALGACHES DE CONSTRUCTION D’INFRASTRUCTURES HYDROAGRICOLES CONTRE LES CRUES ET LES INONDATIONS
NIHYCRI

8.2.5.2 Choix en fonction de la disponibilité des matériaux locaux


La disponibilité sur le site, ou à proximité, de matériaux utilisables pour la construction d’un
barrage a une incidence considérable, souvent même prépondérante sur le choix du type de
barrage. Les principaux matériaux considérés sont les matériaux pour remblai et les matériaux
rocheux pour la protection des talus.
NIHYCRI donne les prescriptions sur les caractéristiques de matériaux meubles pouvant être
utilisés comme matériaux pour la construction du corps du barrage :
Tableau 23 : prescriptions sur les matériaux appropriés pour constituer le corps du remblai

Paramètres Normes Valeurs limites

Teneur en eau naturelle NF P 94-049 Proche de l’optimum Proctor


NF P 94-050 Compris entre 10 et 40%

Granulométrie XP P 94-041 Matériaux étanches :


pourcentage d’éléments fin (<
XP P 94-056
80μ) supérieur à 30%.
XP P 94-057
Matériaux non étanches :
pourcentage d’éléments fins
inférieur à 15%

Limites d’Atterberg NF P 94-051 Limite de plasticité < 35%

Pour les matériaux rocheux pouvant être utilisés pour constituer le corps du barrage ou comme
ouvrage de protection, NIHYCRI reprend les critères suivants présentés dans le Rock Manual1 :
Tableau 24 : prescriptions sur les matériaux rocheux

Critères Références Excellente Satisfaisante Limitée Médiocre

Classification EN 932-3 Roches ignées et Dolomies Calcaire argileux Calcaires schisteux


lithologique métamorphiques cristallines
non feuilletées Grès faiblement Coralien
Calcaire cristallin cimentés
Quartzites et grès à Schiste argileux
teneur élevée en Grés Récif de roche
moyennement dolomite à cavités Ardoise
ciment siliceux
cimentés vides Schiste
Calcaires
cristallins Craie
compacts
Gypse

Tectonique locale Lienhart Faibles Contraintes Fortes Très forte


et régionale contraintes, modérées, contraintes : contrainte :
absence de plis ou éventuellement présence présence
de failles épisodes sans éventuelle de éventuelle de
contraintes fractures failles sur le front
parallèles au front, de taille ou
induites par une d’éventuelle
relaxation des écaillage de roche
contraintes mur

Degré BS 5930 Roche inaltérée Altération minime Altération légère Altération


d’altération (IA) (IB) : changement (II) : changement modérée (III) :
de couleur des de couleur présent moins de la moitié
surfaces sur la majeure du massif est
principales partie du massif décomposée

1 « Guide de l’enrochement, l’utilisation des enrochements dans les ouvrages hydrauliques », publié par le

Centre d’Etudes Techniques Maritimes et Fluviales, République Française

Page 81
NORMES MALGACHES DE CONSTRUCTION D’INFRASTRUCTURES HYDROAGRICOLES CONTRE LES CRUES ET LES INONDATIONS
NIHYCRI

Critères Références Excellente Satisfaisante Limitée Médiocre


Eaux Massif sec Massif humide Infiltration par les Ecoulement d’eau
parois de la par les parois et
carrière accumulation au
sol

Masse volumique EN 13383-2 Sup à 2,7 2,5 à 2,7 2,3 à 2,5 Inf à 2,3
(t/m3)

Absorption en EN 13383-2 Inf à 0,5 0,5 à 2 2à6 Sup à 6


eau (%)

Porosité totale EN 13383-2 Inf à 2 2à6 6 à 20 Sup à 20


(%)

Absorption au EN 933-9 Inf à 0,4 0,4 à 0,7 0,7 à 1 Sup à 1


bleu de
méthylène
(g/100g)

Résistance à la EN 1926 Sup à 120 120 à 80 80 à 60 Inf à 60


compression
(MPa)

Indice d’impact ISRM Sup à 60 50 à 60 40 à 50 Inf à 40


de Schmidt (% de
rebond)

Auscultation EN 14579 Sup à 6 4,5 à 6 3 à 4,5 Inf à 3


sonic (km/s)

Résistance à la ASTM D3967-95a Sup à 10 5 à 10 2à5 Inf à 2


traction indirecte
(MPa)

Essai Los Angeles EN 1097-2 Inf à 15 15 à 25 25 à 35 Sup à 35


(% de perte)

Essai de EN 13383 Inf à 10 10 à 20 20 à 30 Sup à 30


résistance à
l’usure micro-
Deval (% de
perte)

NIHYCRI donne les prescriptions suivantes pour le choix du type de barrage-réservoir, en


fonction de la disponibilité des matériaux locaux :
Tableau 25 : prescriptions sur le choix du type de barrage en remblai

Situation Choix

Matériaux de bonne qualité étanche en quantité Barrage en terre homogène Barrage pseudo-
suffisante (dépassant de 1,5 fois le volume du zoné en réservant les matériaux les plus
remblai) grossiers en recharge aval

Matériaux imperméables en quantité limitée Barrage zoné


Matériaux rocheux disponibles Barrage en enrochement avec noyau

Matériaux imperméable indisponibles même en Barrage en terre homogène avec comme


petite quantité système d’étanchéité amont artificielle
(béton, membrane ou béton bitumeux)

Page 82
NORMES MALGACHES DE CONSTRUCTION D’INFRASTRUCTURES HYDROAGRICOLES CONTRE LES CRUES ET LES INONDATIONS
NIHYCRI

Situation Choix

Aucun autre matériau que l’enrochement n’est Barrage en enrochements compactés avec
disponible étanchéité rapportée sur le parement amont
(membrane, masque en béton hydraulique ou
béton bitumineux)

8.3 ETUDE GEOTECHNIQUE DE LA FONDATION

8.3.1 A quel stade de la conception ?


Sauf selon les cas précisés en 3.1 qui exemptent le maître de l’ouvrage de la réalisation d’une
phase APS, l’étude géotechnique de la fondation du barrage-réservoir est à réaliser durant la
phase APS, étant donné qu’une mauvaise appréciation de la nature de la fondation peut conduire
à un mauvais choix de variante d’aménagement.
Dans le cas où l’étude d’avant-projet n’inclut pas la phase APS, l’étude géotechnique de la
fondation est à réaliser durant la phase d’études APD.

8.3.2 Objectifs
Les objectifs des études géotechniques de la fondation sont :
- Evaluer la portance et les paramètres déterminant la portance des sols de fondation ;
- Evaluer la perméabilité et les paramètres déterminant la perméabilité des sols de
fondation.

8.3.3 Etude à mener


8.3.3.1 Seuil rocheux
Les études menées dans le cadre du choix du site du barrage de dérivation (8.1) permettent déjà
de faire un premier classement du site rocheux en rocheux sain (roche mère non altérée
jusqu’en surface) et en rocheux altérés en surface. A noter que les seuils rocheux fortement
fissurés, ainsi que la fondation en galet ou gravier grossier profond sont à éviter, vu les
difficultés à maîtriser les percolations.
NIHYCRI exige dans le cadre de l’étude géotechnique approfondie de la fondation à seuil
préclassé rocheux de mener les investigations suivantes :
Tableau 26 : essais géophysiques et critères de choix d’une fondation sur seuil rocheux

Type seuil Classe Exigence

Rocheux sain Classes I et II ou barrage de sous- Etude géophysique (sismique


classe M, ou barrage dont la réfraction ou petite sismique)
hauteur est supérieure ou égale à pour localiser des éventuelles
10 m failles à l’intérieur du socle
rocheux.
Essai de perméabilité LUGEON
(NF P 94-131)
La présence de faille importante
en profondeur, mise en évidence
par les essais géophysiques,
constitue un critère de rejet du
site.

Autres classes et barrage dont la Site à retenir sans aucun autre

Page 83
NORMES MALGACHES DE CONSTRUCTION D’INFRASTRUCTURES HYDROAGRICOLES CONTRE LES CRUES ET LES INONDATIONS
NIHYCRI

Type seuil Classe Exigence


hauteur est inférieure à 10 m essai.

Rocheux altérés en surface Classe I et II ou barrage de sous- Etude géophysique (sismique


classe M, ou barrage dont la réfraction ou petite sismique)
hauteur est supérieure ou égale à pour localiser des éventuelles
10 m failles à l’intérieur du socle
rocheux.
Essai de perméabilité LUGEON
(NF P 94-131)
La présence de faille importante
en profondeur, mise en évidence
par les essais géophysiques,
constitue un critère de rejet du
site.

Autres classes et barrage dont la Décapage de la partie altérée en


hauteur est inférieure à 10 m surface.
Aucun autre essai si l’altération
est visuellement limitée en
surface.
A abandonner si l’altération se
poursuit en profondeur, en
présentant de fissurations
profondes.

Rocheux fortement fissurés, Toute classe A rejeter dès la phase du choix


galet ou gravir grossier du site (8.2.4).
profond

Ces essais ont pour principal but d’évaluer la perméabilité du seuil rocheux et d’identifier et
localiser les éventuels accidents et fissures importantes en profondeur pouvant causer des fuites
importantes sous le barrage.
Le tableau suivant donne la classification des seuils rocheux en fonction des paramètres obtenus
des essais :
Tableau 27 : seuils des essais géophysiques et de perméabilité

Essais Valeurs

Sismique réfraction - Calcaire compact : 3000 à 5000


- Granite sain : 4500 à 5500 ;
Vitesse onde de compression
- Gneiss sain : 5000 à 6000 ;
(m/s), hors nappe
- Basalte sain : 5500 à 6000 ;
- Quartzite sain : 3000 à 4500 ;
- Schiste sain : 2500 à 4500.
Tout rocher impropre présente une vitesse inférieure à 2500.

LUGEON1 - 0 à 1 : excellent rocher ;


- 1 à 5 : bon rocher ;
- 5 à 10 : rocher moyen ;
- > à 10 : rocher médiocre.

1 1 Lugeon ≃1,7.10-7 m/s

Page 84
NORMES MALGACHES DE CONSTRUCTION D’INFRASTRUCTURES HYDROAGRICOLES CONTRE LES CRUES ET LES INONDATIONS
NIHYCRI

8.3.3.2 Seuil meuble


NIHYCRI exige dans le cadre de l’étude géotechnique approfondie de la fondation à seuil
préclassé meuble de mener des essais d’identification, mécaniques et de perméabilité, pour
toute classe et type de barrage.
Les prescriptions pour la réalisation de ces différents essais sont les suivantes :
- Essais d’identification sur des échantillons obtenus par tranchée à la pelle hydraulique
ou forage carotté : granulométrie (XP P 94-041, XP P 94-056 et XP P 94-057), poids
volumique apparent (NF P 94-053 et NF P 94-054), limites d’Atterberg (NF P 94-051 et
NF P 94-052.1), essai au bleu de méthylène (NF P 94-068) ;
- Essais mécaniques sur des échantillons non remaniés obtenus par forage carotté : essai
de compression uniaxiale (NF P 94-077), essai œdométrique (XP P 94-090-1), essai
triaxial (NF P 94-074) ;
- Essai de perméabilité : essai LEFRANC (NF P 94-132).
Les différents essais ont pour but de :
- Donner une classification des sols de la fondation ;
- Donner les paramètres nécessaires dans le calcul de tassement ;
- Evaluer la perméabilité des sols de fondation.
Le tableau suivant donne les valeurs du coefficient de perméabilité de Darcy en fonction des
classes granulométriques des sols :
Tableau 28 : coefficient de perméabilité en fonction de la nature de sol

Classes granulométriques Classes de perméabilité k (m/s)

Graviers moyens à gros Très élevé 10-1 à 10-3

Petits gravier - sable Assez élevé 10-3 à 10-5

Sable très fin, sable limoneux Faible 10-5 à 10-7

Limon compact, argile silteuse Très faible 10-7 à 10-9

Argile franche Pratiquement imperméable 10-9 à 10-12

8.4 CONCEPTION

8.4.1 A quel stade ?


Sauf selon les cas précisés à 3.1 qui exemptent le maître de l’ouvrage de la réalisation d’une
phase APS, la conception du barrage-réservoir est à réaliser durant la phase APS. Des variantes
de conception peuvent être présentées dans le cadre de l’APS.
Dans le cas où l’étude d’avant-projet n’inclut pas la phase APS, la conception est à réaliser durant
la phase d’études APD.

8.4.2 Prescriptions sur la conception de la fondation


8.4.2.1 Fondation sur seuil rocheux
Un mauvais seuil rocheux (Lugeon supérieur à 10) peut être retenu si le surcoût entraîné par le
traitement de la fondation rocheuse se justifie économiquement. Dans ce cas, NIHYCRI exige le
traitement des fissures par injection de coulis (mélange de ciment et d’eau), de résine ou tout
autre matière adéquate en suivant une méthode de contrôle d’injection appropriée telle que la

Page 85
NORMES MALGACHES DE CONSTRUCTION D’INFRASTRUCTURES HYDROAGRICOLES CONTRE LES CRUES ET LES INONDATIONS
NIHYCRI

méthode GIN1. Vu le coût très élevé qu’un projet d’injection induit, les mauvaises fondations
rocheuses sont généralement rejetées dès l’APS.
8.4.2.2 Fondation sur seuil meuble
Les facteurs à tenir en compte dans la conception de la fondation d’un barrage en terre sont :
- La perméabilité des sols de fondation ;
- La compressibilité des sols de fondation.
Dans le cas où les matériaux de la fondation présentent un coefficient de perméabilité supérieur
à 10-7 m/s, la fondation est perméable et la mise en place d’un dispositif d’étanchéité par ancrage
du barrage ou de son noyau étanche jusqu’au sous-sol constitué de matériaux imperméables est
requise. Dans le cas où la couche imperméable se situe à une profondeur élevée, il est plus
économique de mettre en place une voile étanche en béton, en dessous de la tranchée d’ancrage
pour rejoindre le sous-sol étanche.
Les systèmes d’étanchéité recommandés sont les suivants :
Tableau 29 : prescriptions relatives à l’étanchéité de la fondation
Type barrage Etanchéité de la fondation
Barrage homogène en matériau - Mise en place d’une tranchée d’ancrage en milieu du
étanche barrage atteignant les couches imperméables
- Mise en place d’une voile étanche en béton sous la
tranchée d’ancrage
- Mise en place d’un tapis étanche en amont du barrage
Barrage zoné - Ancrage du noyau étanche jusqu’en sous-sol
imperméable
- Mise en place d’une voile étanche en béton sous la
tranchée d’ancrage
- Mise en place d’un tapis étanche en amont du barrage
Barrage en enrochement - Prolongement du dispositif d’étanchéité artificielle
jusqu’en sous-sol imperméable
- Mise en place d’une voile étanche en béton sous la
tranchée d’ancrage
- Mise en place d’un tapis étanche en amont du barrage

Concernant la compressibilité des sols de fondation, le tassement admissible est de 5% de


l’épaisseur totale de la couche compressible des sols de fondation. Dans le cas où le tassement
calculé dépasse la valeur de tassement admissible, des purges de matériaux peuvent être
envisagés dans le cas où cette solution est économiquement et environnementalement viable. La
stabilisation des sols de fondations par traitement à la chaux ou au ciment est également
envisageable.

8.4.3 Prescriptions sur la conception d’un barrage homogène en matériau


étanche
Un barrage homogène en matériau étanche est prescrit dans le cas où les matériaux de bonne
qualité et étanches définis en 8.2.5.2 sont disponibles en quantité suffisante (supérieure à 1,5
fois le volume total du remblai).
NIHYCRI donne les prescriptions suivantes pour la conception :
- La terre de fondation est à décaper sur 50 cm au minimum pour assurer une bonne
liaison entre le corps du barrage et le sol de fondation ;
- Le corps du barrage est constitué totalement de matériau homogène étanche ;

1 Grouting Intensity Number, méthode développée par Lombardi (1993)

Page 86
NORMES MALGACHES DE CONSTRUCTION D’INFRASTRUCTURES HYDROAGRICOLES CONTRE LES CRUES ET LES INONDATIONS
NIHYCRI

- L’étanchéité du massif est assuré par l’épaisseur du barrage, calculée en fonction des
caractéristiques des matériaux constituants ;
- La stabilité des talus amont et aval dépend des fruits des parements qui sont calculés en
fonction des caractéristiques des matériaux ;
- L’écoulement sous la fondation est freiné par la mise en place d’une tranchée d’ancrage
en dessous le centre du barrage ;
- Un système de drain/filtre aval présentant :
o une partie verticale (drain cheminée) au milieu du barrage, constitué de sable (0
– 5 mm) de 50 cm d’épaisseur minimum, implantée de la base du remblai
jusqu’au niveau normal des eaux (niveau de l’évacuateur des crues) avec une
revanche de 20 à 30 cm, entourée éventuellement d’un géotextile ;
o une évacuation vers l’aval, constitué d’un tapis drainant en matériau granuleux
(gravillons 5/25 avec une couche de transition appropriée1 ou géotextile)

- Le parement amont est protégé par un système d’enrochement (rip-rap) avec la couche
de transition convenable ou géotextile, jouant deux rôles :
o Protection contre les vagues ;
o Se constituant comme recharge perméable sur le parement amont, stabilisant ce
dernier contre les effets de surpression sur la paroi amont, qu’une vidange
rapide produirait, suite au temps pris par les pressions interstitielles pour se
dissiper.
- Le parement aval est protégé par engazonnement.

Illustration 16: prescriptions relatives aux barrages homogènes

8.4.4 Prescriptions sur la conception d’un barrage zoné


Un barrage zoné présente un corps en sol peu étanche (k < à 10-7 m/s) dont l’étanchéité est
assurée par un dispositif annexe.
NIHYCRI donne les prescriptions suivantes pour la conception :
- La terre de fondation est à décaper sur 50 cm au minimum pour assurer une bonne
liaison entre le corps du barrage et le sol de fondation ;
- Le corps du barrage est constitué de matériaux homogène peu étanche ;
- L’étanchéité est assurée par l’une des trois options suivantes :

 
 é  
1 Respectant les règles de Terzaghi  5 (dn : signifiant que n% des matériaux présentent
  é  
un diamètre inférieur à dn) et pourcentage en éléments fins (< 80µ) est inférieur à 5%.

Page 87
NORMES MALGACHES DE CONSTRUCTION D’INFRASTRUCTURES HYDROAGRICOLES CONTRE LES CRUES ET LES INONDATIONS
NIHYCRI

o Noyau étanche (dans le cas où des matériaux étanches sont disponibles en petite
quantité) ;
o Masque amont (béton ou bitume) ;
o Membrane interne (béton bitumineux).

- La stabilité des talus amont et aval dépend des fruits des parements qui sont calculés en
fonction des caractéristiques des matériaux ;
- L’écoulement sous la fondation est freiné par la mise en place d’une tranchée d’ancrage
qui est le prolongement vertical du noyau étanche ;
- Un système de drain aval présentant :
o une partie verticale (drain cheminée) au milieu du barrage, constitué de sable (0
– 5 mm) de 50 cm d’épaisseur minimum, implantée de la base du remblai
jusqu’au niveau normal des eaux (niveau de l’évacuateur des crues) avec une
revanche de 20 à 30 cm, entourée éventuellement d’un géotextile ;
o une évacuation vers l’aval, constitué d’un tapis drainant en matériau granuleux
(gravillons 5/25 et couche de transition ou géotextile).

- Le parement amont est protégé par un système d’enrochement (rip-rap) avec la couche
de transition convenable ou géotextile.
- Le parement aval est protégé par engazonnement.

Illustration 17: prescriptions relatives aux barrages zonés

8.4.5 Prescriptions sur la conception d’un barrage en enrochement


Les barrages en enrochement sont recommandés uniquement dans le cas où il n’existe en
quantité aucun matériau meuble propre au remblai et qu’au contraire, les matériaux rocheux
sont abondants.
NIHYCRI donne les prescriptions suivantes pour la conception :
- La terre de fondation est à décaper sur 50 cm au minimum pour assurer une bonne
liaison entre le corps du barrage et le sol de fondation ;
- Une couche de transition appropriée1 ou géotextile est mise entre le sol de fondation et
le corps du barrage.
- Les matériaux sont des enrochements avec des blocs pouvant atteindre le mètre ;

 
 é  
1 Respectant les règles de Terzaghi  5 (dn : signifiant que n% des matériaux présentent
  é  
un diamètre inférieur à dn) et pourcentage en éléments fins (< 80µ) est inférieur à 5%.

Page 88
NORMES MALGACHES DE CONSTRUCTION D’INFRASTRUCTURES HYDROAGRICOLES CONTRE LES CRUES ET LES INONDATIONS
NIHYCRI

- L’étanchéité est assurée par l’une des trois options suivantes :


o Noyau étanche (dans le cas où des matériaux étanches sont disponibles en petite
quantité) ;
o Masque amont (béton ou bitume) ;
o Membrane interne (béton bitumineux).
- Il n’est besoin de mettre en place aucun système de drain étant donné les vides
importants qui éliminent toute pression interstitielle.

Illustration 18 : prescriptions relatives aux barrages en enrochement

8.4.6 Evacuateur des crues


NIHYCRI exige la mise en place d’ouvrage évacuateur des crues sur tout barrage-réservoir. Il
assure l’évacuation des débits excédentaires, pour protéger le corps du barrage contre les
risques de submersion et de dégradation qu’un tel phénomène cause.
NIHYCRI donne les prescriptions suivantes pour la conception :
- L’évacuateur des crues détermine le volume utile de barrage. Le dépassement du volume
utile entraine l’évacuation d’une partie des débits à travers l’ouvrage évacuateur ;
- Il est constitué d’un :
o Déversoir fixe ;
o Ou de vannes mobiles automatiques qui s’ouvrent dès que le niveau d’eau à
l’intérieur du barrage atteint un seuil. Ce système dispose également d’un
dispositif d’ouverture sur commande.
- Un système fixe présente l’avantage d’être beaucoup plus rustique et résistant si le
système mobile fragile et nécessitant d’importants travaux de maintenance est
nettement plus efficace.
- Il se repose sur un système de fondation dont la conception est identique à celle d’un
barrage de dérivation ;
- Il est équipé d’un système de dissipation d’énergie identique à celui d’un barrage de
dérivation ;
- Il est prolongé par un système de chenal transitant le débit évacué de l’ouvrage vers les
cours d’eau et drains naturels avec les dispositifs anti-érosifs en enrochements
nécessaires, entre le bassin de dissipation et le cours d’eau.
NIHYCRI exige la mise en place d’une vanne de vidange de sécurité, au niveau de l’évacuateur
des crues dans le cas des barrages de la classe M. La vanne de vidange de sécurité assure la
vidange du barrage réservoir, dans le cas où il y a risque de rupture du barrage en remblai.

Page 89
NORMES MALGACHES DE CONSTRUCTION D’INFRASTRUCTURES HYDROAGRICOLES CONTRE LES CRUES ET LES INONDATIONS
NIHYCRI

8.4.7 Système de prise


Les exigences et prescriptions formulées sur le système de prise d’irrigation sur barrage de
dérivation s’appliquent au système de prise sur barrage-réservoir.
En outre, il est exigé la mise en place d’un système d’échelle visible donnant le niveau
d’ouverture maximale autorisée de la vanne en fonction du niveau d’eau dans le barrage. Le
système de prise est calé à un niveau lui permettant d’exploiter la totalité du volume utile du
barrage (hors la hauteur de décantation), le débit passant par la prise dépend de la hauteur
d’eau à l’intérieure du barrage et l’obtention d’un débit constant (le débit nominal) nécessite un
ajustement continu de l’ouverture de la vanne de prise.
Pour la classe I et dans le cas où la manœuvre de la vanne principale est motorisée, la mise en
place d’un système d’ajustement automatique de l’ouverture de la vanne en fonction du niveau
d’eau à l’intérieur du barrage est prescrit.

8.4.8 Passerelle de manœuvre


La passerelle de manœuvre sert à :
- La manœuvre des vannes de chasse ;
- La circulation des personnes entre les deux rives, notamment pour l’entretien et la
manœuvre.
NIHYCRI donne les prescriptions suivantes pour la conception :
- Une passerelle de manœuvre est à implanter à la cote du corps du barrage.
- Elle présente une largeur minimale de 3 m ou de la largeur à la crête du barrage pour
permettre la circulation d’engins d’entretien et de maintenance le long du barrage.

8.4.9 Echelle limnimétrique


La mise en place d’une échelle limnimétrique au niveau de l’évacuateur des crues et de l’ouvrage
de prise principale est exigée par NIHYCRI pour toute classe de barrage. Il est vivement souhaité
que les échelles mises en place donnent une double lecture : volume utile et hauteur d’eau à
l’intérieur du barrage.
Pour les barrages de la sous-classe M, NIHYCRI exige un système de diffusion automatique
d’alerte dans le cas où le niveau d’eau à l’intérieur du barrage et la vitesse avec laquelle ce
dernier monte, atteignent un niveau critique, laissant présager la submersion imminente du
corps du barrage.

8.5 MISE EN PLACE D’UN PERIMETRE DE PROTECTION


Un barrage-réservoir est très sensible à l’ensablement provoqué par l’érosion du bassin versant.
Il est ainsi très important de prévenir ce phénomène.
Le décret N°2003/940 du 3 septembre 2003 relatif aux périmètres de protection prévoit
l’instauration de périmètre de protection, à trois niveaux : l’un de protection immédiate, l’autre
de protection rapprochée, éventuellement complétés par un troisième périmètre dit de
protection éloignée. Bien que le contexte ne soit pas réellement le même, l’application de ce
décret dans l’objectif de préserver les barrages-réservoirs de l’érosion induite par les actions
humaines doit être envisagé par le maître de l’ouvrage.

Page 90
NORMES MALGACHES DE CONSTRUCTION D’INFRASTRUCTURES HYDROAGRICOLES CONTRE LES CRUES ET LES INONDATIONS
NIHYCRI

8.6 PREDIMENSIONNEMENT DU CORPS DE BARRAGE

8.6.1 Objet
Le prédimensionnement du corps de barrage constitue une étape importante donnant les
dimensions selon les paramètres de base. Le dimensionnement proprement dit constitue une
étape pour vérifier si le prédimensionnement respecte les différents critères de stabilité.

8.6.2 A quel stade ?


Sauf selon les cas précisés à 3.1 qui exemptent le maître de l’ouvrage de la réalisation d’une
phase APS, le prédimensionnement du barrage-réservoir pour chaque variante est à réaliser
durant la phase APS. Dans le cas où l’étude d’avant-projet n’inclut pas la phase APS, le
prédimensionnement est à réaliser durant la phase d’études APD.

8.6.3 Prescription pour le prédimensionnement


8.6.3.1 Pente des talus
Selon le type du barrage, le tableau suivant donne le prédimensionnement :
Tableau 30 : prescriptions pour le prédimensionnement d’un barrage en remblai

Corps du barrage Noyau étanche Parement amont Parement aval


(base / hauteur) (base / hauteur)

Barrage homogène 3/1 3/1

Barrage zoné, corps Noyau central 3/1 2,5/1


en matériau fin
Noyau incliné 3,3/1 2,5/1

Barrage zoné, corps Noyau central 2/1 2/1


en matériau grossier
perméable Noyau incliné 2,3/1 2/1

Barrage en Noyau central 1,8/1 1,8/1


enrochement
Noyau incliné 2,1/1 2,1/1

Masque amont 1,5/1 1,4/1

8.6.3.2 Largeur minimale de la crête du barrage


La largeur minimale de la crête du barrage en fonction des dimensions du barrage est donnée
par le tableau suivant (H : hauteur du barrage en m et V : volume du barrage en m3).
Tableau 31 : prescriptions sur le prédimensionnement de la largeur de crête du barrage

89 √; L minimum

<100 3m

Entre 100 et 300 4m

>300 5m

Page 91
NORMES MALGACHES DE CONSTRUCTION D’INFRASTRUCTURES HYDROAGRICOLES CONTRE LES CRUES ET LES INONDATIONS
NIHYCRI

8.6.3.3 Revanche
La revanche minimale, compte tenu des vagues, en fonction des dimensions du barrage est
donnée par le tableau suivant :
Tableau 32 : prescriptions sur le prédimensionnement de la revanche minimale

89 √; R minimum
(m)

5 0,40

30 0,60

100 0,80

300 1,05

700 1,30

1500 1,55

8.7 DIMENSIONNEMENT

8.7.1 A quel stade ?


Si des prédimensionnements sont nécessaires dès la phase APS, NIHYCRI exige de procéder au
dimensionnement hydraulique et de génie civil durant la phase APD. Le dimensionnement
consiste à vérifier les prédimensionnements par rapport aux critères de stabilité.

8.7.2 Calage hydraulique


NIHYCRI donne les prescriptions suivantes pour le calage hydraulique des barrages réservoirs.
Tableau 33 : calage hydraulique d’un barrage-réservoir

Objet A faire Opérations requises

Calage de Calage en fonction du - Lever topographique de détail de


l’évacuateur des volume utile du barrage. l’intérieur du barrage ou restitution
crues photogrammétrie de photographies
aériennes pour aboutir à un MNT ou un
modèle bathymétrique du volume de
retenue ;
- Calcul des besoins en eau totale des
cultures à irriguer ;
- Adéquation entre les ressources et les
besoins et calcul du volume utile du
bassin de retenue ;
- Calage en altitude de l’évacuateur des
crues à un niveau donnant au plan d’eau
maximal à l’intérieur du lac avant la mise
en action de l’évacuateur des crues, le
volume utile ;
- Le calcul de la longueur du seuil
déversant de l’évacuateur des crues ou le
volume d’évacuation d’un système mobile
est réalisé par un calcul conjugué avec le

Page 92
NORMES MALGACHES DE CONSTRUCTION D’INFRASTRUCTURES HYDROAGRICOLES CONTRE LES CRUES ET LES INONDATIONS
NIHYCRI

Objet A faire Opérations requises


calage du corps du barrage ;
- Le chenal d’évacuation des crues est
dimensionné avec les crues de sûreté
laminées.

Calage du niveau du Calage en altitude par - Calcul des crues de projet laminées en
corps du barrage rapport aux crues de réalisant une simulation du débit sortant
sûreté Qs au niveau de l’évacuateur des crues en
réponse au débit entrant en tête de la
retenue, équivalent aux crues de sûreté.
Un modèle numérique est nécessaire
pour réaliser la simulation.
- Calcul conjugué de la longueur du seuil
déversant (seuil fixe) ou de la capacité
d’évacuation (seuil mobile) – le calage en
altitude du barrage de retenue en tenant
compte des paramètres hydrologiques,
économiques et environnementaux.

Calage en altitude en Les revanches sont calculées en tenant compte des


tenant compte de éléments suivants :
revanches - Le dysfonctionnement de l’ouvrage de
décharges mobiles ;
- La hauteur maximale des vagues
provoquées par le vent extrême considéré
(Formule de de Molitor) ;
- Le déferlement des vagues atteignant le
parement amont du barrage (Formule de
Kalal)
- La surélévation du plan d’eau provoquée
par le vent extrême considéré (wind set-
up) : une valeur comprise entre 5 et 10
cm ;
- Le contre-flèche en tenant compte du
tassement qui se produit sur une longue
durée.
Elles sont à ajoutées à l’altitude du corps du
barrage obtenu par calcul des crues de sûreté
laminées précédente.

Les prescriptions de NIHYCRI concernant les différents ouvrages constituant le système de prise
présentés pour le barrage de dérivation sont applicables sur le barrage-réservoir.

Page 93
NORMES MALGACHES DE CONSTRUCTION D’INFRASTRUCTURES HYDROAGRICOLES CONTRE LES CRUES ET LES INONDATIONS
NIHYCRI

Illustration 19: calcul de revanche sur un barrage-réservoir

Page 94
NORMES MALGACHES DE CONSTRUCTION D’INFRASTRUCTURES HYDROAGRICOLES CONTRE LES CRUES ET LES INONDATIONS
NIHYCRI

8.7.3 Par rapport à la stabilité du barrage


Pour tout ouvrage sous eaux, le calcul est réalisé à l’état limite de service. Toutes les charges sont
considérées avec les crues de sûreté.
NIHYCRI donne les prescriptions suivantes pour le calcul de stabilité des barrages réservoirs.
Tableau 34 : dimensionnement de génie civil du corps de barrage-réservoir

Objet A faire Opérations requises

Evacuateur des Même exigences que pour le barrage Même exigences que pour le barrage de
crues de dérivation dérivation

Stabilité à long Dimensionnement et vérification du - Calcul de c’ (cohésion) et de φ


terme coefficient de sécurité F1 pour une (angle de frottement interne)
stabilité à long terme, après des matériaux constituant le
consolidation, suite à une vidange remblai à partir d’essais
rapide (pour le talus amont), à l’aide triaxiaux
des caractéristiques déterminées à - Calcul de combinaison d’action
partir d’essai triaxial consolidé, en contrainte effective incluant
drainé, en contraintes effectives (NF poids-propre du remblai et
P 94-074) champ de pression interstitielle
induit par une vidange rapide
(instantanée)
- Calcul de la stabilité du talus
(amont et aval) selon le
prédimensionnement, en
calculant le coefficient de
sécurité en considérant une
masse de glissement circulaire
(Bishop et Fellinius)
Le coefficient de sécurité doit
être supérieur ou égal à 1,5
- Vérification de la stabilité du
talus amont et aval en abaissant
c’ de 10 kPa et φ de 5°. Le profil
est considéré comme
satisfaisant si F est supérieur à
1 pour le talus amont et à 1,2
pour le talus aval.

Stabilité à court Dimensionnement et vérification du - Calcul de cuu (cohésion non


terme coefficient de sécurité F pour une drainée) et de φuu (angle de
stabilité à court terme en fin de frottement interne non drainé)
construction, avant consolidation, à des matériaux constituant le
l’aide des caractéristiques remblai à partir d’essais
déterminées à l’essai triaxial non triaxiaux non consolidés
consolidé, non drainé, interprété en - Calcul de combinaison d’action
contraintes totales en contrainte totale incluant
poids-propre du remblai et
champ de pression interstitielle
induit par la retenue à son
niveau d’eau normal
- Calcul de la stabilité du talus
(amont et aval) selon le
prédimensionnement, en

1Rapport entre la résistance au cisaillement du massif et des contraintes de cisaillement le long du plan de
rupture.

Page 95
NORMES MALGACHES DE CONSTRUCTION D’INFRASTRUCTURES HYDROAGRICOLES CONTRE LES CRUES ET LES INONDATIONS
NIHYCRI

Objet A faire Opérations requises


évaluant le coefficient de
sécurité en considérant une
masse de glissement circulaire
(Bishop et Fellinius)
Le coefficient de sécurité doit
être supérieur ou égal à 1,3.

8.7.4 Protection en enrochement rip-rap


L’épaisseur de la couche d’enrochement rip-rap ainsi que les dimensions des blocs (diamètre
médiane) sont évaluées en fonction de la hauteur des vagues, calculée par la formule de Molitor.
Le tableau suivant donne les valeurs de l’épaisseur de la couche et du diamètre médian de
l’enrochement en fonction de la hauteur des vagues :
Tableau 35 : prescriptions sur le dimensionnement de la protection en rip-rap

Hauteur des vagues Epaisseur d50 des blocs


(m) (m) (m)

0,30 0,30 0,20

0,55 0,40 0,25

0,80 0,50 0,30

1,05 0,60 0,40

1,30 0,70 0,45

1,55 0,80 0,50

La blocométrie est présentée par ce qui suit :


Tableau 36 : prescriptions sur le blocométrie du rip-rap

Minimal Médian Maximal

1/3 P P 8P

P est le poids du bloc correspondant à d50.


Les couches de transitions doivent respecter les règles de Terzaghi.

Page 96
9 AUTRES TYPES D’ALIMENTATION
NORMES MALGACHES DE CONSTRCUTION D’INFRASTRUCTURES HYDROAGRICOLES CONTRE LES CRUES ET LES INONDATIONS
NIHYCRI

9.1 PRESCRIPTIONS RELATIVES AUX PRISES AU FIL DE L’EAU

9.1.1 Pour le choix de ce type d’ouvrage


Le choix d’un ouvrage d’alimentation pour une prise au fil de l’eau se justifie selon les conditions
présentées en 6.2.4.2, à savoir :
- Domination topographique assurée ;
- Il existe un cours d’eau permanent, avec un débit soutenu au cours de la période
d’irrigation, dominant les besoins ;
- Le plan d’eau aux basses eaux domine topographiquement le plan d’eau nécessaire au
niveau de l’ouvrage de prise pour dominer les parcelles de culture ;
- Le cours d’eau présente un lit unique stable avec des belles courbes (extrados) ;
- La mise en place d’un épi est nécessaire dans le cas de tracé rectiligne.

9.1.2 Sur la conception et le dimensionnement


Les prescriptions en matière de conception et de dimensionnement des prises au fil de l’eau
reprennent celles des prises sur barrages de dérivation, en insistant sur les points suivants :
- Le calage de l’ouvrage doit s’effectuer de manière à ce que le débit nominal soit assuré
durant toutes les périodes de l’irrigation, et doit ainsi se baser sur les basses-eaux, étant
donné l’absence d’ouvrage pour relever le plan d’eau ;
- L’emplacement de la prise au fil de l’eau doit se trouver en entrée de courbe, en
extrados ;
- Dans le cas où le lit de la rivière présente un tracé rectiligne, la mise en place d’un épi
pour entonner le débit vers la prise est indispensable (un épi n’élève pas le niveau d’eau
mais constitue uniquement un système d’entonnement) ;
- Un bassin d’admission sous forme de convergeant est indispensable ;
- La protection de l’ouvrage contre les crues est assurée par un mur en aile qui assure à la
fois :
o La protection de l’ouvrage contre les crues (dimensionnement par rapport aux
crues de sûreté) ;
o Le soutènement des berges amont et aval de l’ouvrage.
- Le radier en béton armé de l’ouvrage est pourvu d’un système de parafouilles,
dimensionné de façon à ce que l’ouvrage soit à l’abri du renard (respect des règles de
Bligh et de Lane) ;
- La partie aval de l’ouvrage reprend totalement la conception d’une prise sur barrage de
dérivation que ce soit en ce qui concerne le système de décharge que de dessablage.

9.2 PRESCRIPTIONS RELATIVES AUX STATIONS DE POMPAGE

9.2.1 Pour le choix de ce type d’ouvrage


Le choix d’un ouvrage d’alimentation équipé d’une station de pompage se justifie selon les
conditions présentées en 6.2.4.4, à savoir :
- Il existe un cours d’eau permanent, avec un débit soutenu au cours de la période
d’irrigation, dominant les besoins ;
- La domination topographique n’est pas assurée.

Page 98
NORMES MALGACHES DE CONSTRCUTION D’INFRASTRUCTURES HYDROAGRICOLES CONTRE LES CRUES ET LES INONDATIONS
NIHYCRI

9.2.2 Sur la conception


Il existe deux façons d’implanter les stations de pompage dans le souci de préservation contre
les crues.
- Dans le cas où le marnage est élevé, la conception indiquée consiste à procéder à un
système présentant différents niveaux, selon le niveau d’eau. Le système assure la mise
hors eau de l’ensemble dans le cas des crues importantes.
- Un système fixe peut être choisi dans le cas où le marnage est limité. Il inclut :
o Un chenal d’amenée conduisant l’eau du cours d’eau à la station de pompage ;
o Un socle de support hors le niveau des PHE correspondant aux crues de sûreté,
où sera installée la station de pompage.

Page 99
10 OUVRAGE DE FRANCHISSEMENT
NORMES MALGACHES DE CONSTRCUTION D’INFRASTRUCTURES HYDROAGRICOLES CONTRE LES CRUES ET LES INONDATIONS
NIHYCRI

10.1 DEFINITION
Les ouvrages de franchissement servent à faire traverser le réseau d’irrigation à travers les
obstacles naturels tels que cours d’eau, thalwegs, zones de dépression, etc. Ils se répartissent en
deux groupes :
- Ouvrages de franchissement supérieur qui passent par-dessus les obstacles naturels ;
- Ouvrages de franchissement inférieur qui passent en dessous des obstacles naturels.
Les ouvrages de franchissement constituent un autre groupe d’ouvrages vulnérables aux crues
et à l’ensablement et NIHYCRI donne des exigences et des prescriptions générales dans leur
conception.

10.2 CRITERES DE CHOIX ENTRE UN FRANCHISSEMENT SUPERIEUR ET INFERIEUR


Le choix entre un ouvrage franchissement de type supérieur (pont-canal) et un ouvrage de
franchissement de type inférieur (siphon inversé) se tranche selon les conditions suivantes :

10.2.1 Ouvrage de franchissement supérieur


Ce type d’ouvrage convient quand les conditions suivantes sont remplies :
- Le niveau inférieur de l’ouvrage se situe à un niveau supérieur au PHE relatif aux crues
de sûreté du cours d’eau à franchir, majoré d’un tirant d’eau supérieur à 25 cm (dans le
cas contraire, un ouvrage de franchissement supérieur est à éviter) ;
- La portée de l’ouvrage est relativement courte, permettant la mise en place d’un ouvrage
sans piles intermédiaires ;
- Pour les ouvrages à longue portée, les conditions favorables sont les suivantes :
o Le débit à transiter n’est pas trop élevé (inférieur à 1 m3/s) ;
o Il existe des sites stables et à l’abri de fort courant d’eau et des détritus solides
pouvant être charriés par l’eau sur la zone à franchir permettant l’implantation
en toute sécurité des piles intermédiaires ;
o Le fond du thalweg à franchir ne dépasse pas les 25 m ;
o La traversée est à l’abri du vent.

- Ce type d’ouvrage, notamment celui à section à ciel ouvert, convient quand la charge
hydraulique de fonctionnement de l’ouvrage (différence de niveau du plan d’eau entre
l’amont et l’aval) est faible, ce qui n’est pas le cas d’un siphon inversé où l’écoulement en
charge présente des pertes importantes.

10.2.2 Ouvrage de franchissement inférieur


Ce type d’ouvrage convient quand les conditions suivantes sont remplies :
- La mise en place d’un ouvrage de franchissement supérieur ne peut pas être réalisé à
cause du niveau du PHE des cours d’eau à franchir affleurant le niveau du canal ;
- La zone à traverser ne présente ni des sols trop instables sur une grande profondeur
(vase) ni un affleurement du substratum de roche saine difficile à travailler ;
- Le débit à transiter est suffisamment élevé (supérieur à 200 l/s) pour permettre une
vitesse supérieure à 1,5 m/s.

Page 101
NORMES MALGACHES DE CONSTRCUTION D’INFRASTRUCTURES HYDROAGRICOLES CONTRE LES CRUES ET LES INONDATIONS
NIHYCRI

10.3 OUVRAGE DE FRANCHISSEMENT SUPERIEUR

10.3.1 Définition
Les ouvrages de franchissement supérieur sont des ouvrages suspendus au-dessus des obstacles
naturels qu’ils ont à franchir. Ils sont également connus sous le nom de bâche ou de pont canal.
Dans la plupart du temps, ils franchissent de cours d’eau et de thalwegs. Il arrive également
qu’ils franchissent tout simplement des zones de dépressions.

10.3.2 Prescriptions pour la conception


Ce type d’ouvrage est à éviter absolument dans le cas où il est topographiquement impossible de
l’implanter hors PHE relatifs aux crues de sûreté des cours d’eau à franchir. Dans ce cas, il
convient de choisir des ouvrages de franchissement inférieur.
NIHYCRI donne les prescriptions générales suivantes pour la conception d’ouvrages de
franchissement supérieur, principalement, dans le souci de les préserver contre les crues :
Tableau 37 : prescriptions sur la conception d’un ouvrage de franchissement supérieur
(bâche)

Objet Prescriptions

Choix du type d’ouvrage - Dans la plupart des cas, un ouvrage en béton armé à ciel
ouvert est recommandé pour les raisons suivantes :
o Mode de construction mieux adapté aux contextes
des chantiers de construction d’infrastructures
hydroagricoles à Madagascar ;
o Entretien mieux à la portée des structures
organisationnelles des usagers.
- Les ouvrages métalliques à ciel ouvert sont recommandés
quand :
o La portée de l’ouvrage dépasse plusieurs dizaines de
mètres ;
o Le débit à véhiculer est faible (section mouillée
inférieure à 0,25 m2) ;
o Les usagers sont suffisamment organisés et peuvent
faire raisonnablement face aux risques de vol.
- Les ouvrages métalliques en conduite forcée sont
recommandés dans le cas où le franchissement est long et
présente une hauteur importante par rapport au niveau du
thalweg. Dans ce cas, l’ouvrage ne sera pas implanté en pente
unique, mais présentera des tronçons bas, forçant la
remontée en conduite forcée.

Implantation Quel que soit le type de l’ouvrage, il doit être implanté hors le niveau
du PHE relatif aux crues de sureté des cours d’eau à franchir, avec un
tirant d’air minimum de 25 cm, en fonction du risque de charriages de
tronc d’arbres ou autres éléments solides flottants

Fondation et pile - La mise en place d’une pile intermédiaire dans le lit d’un
intermédiaire cours d’eau est à éviter autant que possible.
- Dans le cas où la mise en place d’une ou plusieurs piles
intermédiaires à l’intérieur d’un cours d’eau est inévitable, les
prescriptions suivantes sont à suivre :
o Il convient de choisir, autant que possible, les lieux
d’implantation sur des fondations solides (seuil
rocheux si possible) et protégés contre les chocs
contre les éléments solides pouvant être charriés par

Page 102
NORMES MALGACHES DE CONSTRCUTION D’INFRASTRUCTURES HYDROAGRICOLES CONTRE LES CRUES ET LES INONDATIONS
NIHYCRI

Objet Prescriptions
les crues.
o La fondation est à dimensionner de façon à éviter
tout dépassement du niveau de tassement
admissible.
o La pile intermédiaire est à dimensionner de façon à
résister aux éventuels chocs avec les éléments
solides, les poussées de l’eau et l’action des vents.
o Dans le cas où les piles intermédiaires sont très
exposées par rapport aux débris charriés par les
crues, il convient de mettre en place un système de
protection contre les chocs (grilles ou blocs
maçonnés).

Corps d’ouvrage en béton armé - Si le débit à véhiculer est limité (pouvant être entonné par un
demi-buse de diamètre inférieur à 80 cm) et que l’ouvrage n’a
pas de vocation sociale (franchissement humain), un ouvrage
en demi-buse est plus approprié (moins lourd, résistant
mieux aux actions mécaniques et aux poussées du vent).
- Dans le cas contraire un ouvrage de section rectangulaire est
indiqué.
- La mise en place d’un joint de dilatation (joint scié) est
prescrite à chaque portée dépassant les 7 m.
- La mise en œuvre nécessite l’utilisation de produits additifs
assurant l’étanchéité totale de l’ouvrage.
- Pour les ouvrages à section rectangulaire :
o Le dimensionnement nécessite la prise en compte du
risque de voilement du béton et la mise la mise en
place de raidisseurs adéquats est prescrite.
o L’utilisation sociale de l’ouvrage comme
franchissement humain est à considérer dans le
calcul de l’ouvrage.

Corps d’ouvrage métallique Les matériaux utilisés doivent être des matériaux inoxydables (fonte
pour les conduites forcées et tôle inox pour les éléments à
confectionner à ciel ouvert)

10.4 OUVRAGE DE FRANCHISSEMENT INFERIEUR

10.4.1 Définition
Les ouvrages de franchissement inférieur sont des ouvrages conçus pour franchir par-dessous,
des obstacles naturels (cours d’eau, zone de dépression, etc.). Dans la plupart des cas, il s’agit
d’ouvrage de siphon inversé. L’écoulement dans ce type d’ouvrage est en charge.

10.4.2 Prescriptions pour la conception


Dans les cas suivants, le choix d’un ouvrage de franchissement inférieur, de type siphon inversé,
est favorable par rapport aux ouvrages de franchissement supérieur :
- Il est impossible de mettre hors eau avec le tirant d’air requis un ouvrage de
franchissement supérieur par rapport au PHE des crues de sûreté du cours d’eau à
franchir ;
- La portée est trop importante pour un ouvrage de franchissement supérieur.

Page 103
NORMES MALGACHES DE CONSTRCUTION D’INFRASTRUCTURES HYDROAGRICOLES CONTRE LES CRUES ET LES INONDATIONS
NIHYCRI

NIHYCRI donne les prescriptions générales suivantes pour la conception d’ouvrages de


franchissement inférieur, de type siphon inversé, principalement, dans le souci de les préserver
contre les crues et l’ensablement.
Tableau 38 : prescriptions sur la conception d’un ouvrage de franchissement inférieur
(siphon inversé)

Objet Prescriptions

Configuration générale L’ouvrage doit inclure les éléments suivants :


- Système de décharge des débits excédentaires / dessableur
en amont de l’ouvrage
- Puisard amont équipé d’une grille amovible ;
- Corps de l’ouvrage de section circulaire ou rectangulaire ;
- Puisard de sortie aval équipé d’une grille amovible.

Système de décharge / Ce système est à implanter juste en amont du puisard amont. Il joue
dessableur amont un rôle de décharge pour éviter que le débit pénétrant dans le siphon
ne dépasse son débit nominal et un rôle de dessableur amont. Il :
- présente un bassin calculé pour permettre la décantation des
produits solides, avec une fréquence de dessablage
supérieure ou égale à un (1) mois pour les classes V, IV et III
et supérieure ou égale à trois (3) mois pour les classes I et II ;
- est équipé d’un système de chasse de sable constitué d’un
système à vanne et d’un chenal d’évacuation aboutissant dans
le cours d’eau à franchir (la vidange du dessableur est assurée
par autocurage ou par un système mécanique) ;
- le chenal d’évacuation des sables est calé pour une vitesse de
2 à 3 m/s, avec des parois et lit protégé par de l’enrochement
ou en perrés maçonnés ;
- est équipé d’un déversoir latéral de sécurité ou d’un système
de siphon de sécurité automatique faisant évacuer vers le
chenal d’évacuation des sables les excédents d’eau dépassant
le débit nominal du canal, avec une capacité minimale
d’évacuation égale à la moitié du débit nominal de l’ouvrage ;
- est équipé d’une vanne de fermeture, à son aval vers le
puisard d’entrée du siphon, pour faciliter les opérations
d’entretien et de dessablage.

Puisard d’entrée amont Cet ouvrage assure la mise en charge de l’ouvrage et la transition entre
le fonds du canal d’entrée et celui du début du siphon. Il est équipé
d’une grille amovible pour : 1) empêcher l’entrée des débris flottants
pouvant ne pas être arrêtés par le dessableur, prévu pour les
matériaux granulaires lourds et 2) pour éviter les accidents.

Corps de l’ouvrage - Il peut présenter une section rectangulaire ou circulaire. Dans


le cas où la charge (différence de niveau d’eau amont et du
niveau d’eau aval) dépasse 10 m, il convient d’opter pour une
section circulaire.
- Il convient de faire très attention dans la mise en œuvre des
ouvrages de section circulaire au niveau des raccords et
sabots pour éviter les fuites.
- Pour la traversée de cours d’eau et dans un souci d’éviter les
effets de la sous-pression exerçant des forces déterrant
l’ouvrage, le fond supérieur du siphon doit être enterré à une
profondeur minimale équivalente au PHE relatif aux crues de
projet du cours, avec un minimum de 1,5 m.
- Dans le cas où le fonds de la rivière présente des vases ou
couches instables sujets à des affouillements, il convient

Page 104
NORMES MALGACHES DE CONSTRCUTION D’INFRASTRUCTURES HYDROAGRICOLES CONTRE LES CRUES ET LES INONDATIONS
NIHYCRI

Objet Prescriptions
d’implanter le corps de l’ouvrage en dessous de ces couches
instables.
- La vitesse nominale d’écoulement à l’intérieur de l’ouvrage
doit être supérieure à 1,5 m/s pour favoriser son autocurage.
- Quand la longueur dépasse la dizaine de mètre, l’ouvrage doit
être visitable avec un diamètre, largeur ou hauteur minimal
de 70 cm.
- Il doit être équipé d’un système d’évacuation d’air (cheminée)
avec une sortie débouchant à l’air libre pour éviter la
présence de poches d’air sous-pression qui perturbent
fortement l’écoulement.
- Il doit être équipé d’un système de vidange actionné par un
système de pompage, voir gravitaire dans le cas où il serait
possible d’amener la conduite de vidange suffisamment loin
en aval, au-dessus du plan d’eau.

Puisard de sortie aval Cet ouvrage assure la transition entre la sortie de l’ouvrage et le canal
en aval. Il est équipé d’une grille amovible pour éviter les accidents.

Page 105
11 PROTECTION CONTRE LES CRUES
NORMES MALGACHES DE CONSTRUCTION D’INFRASTRUCTURES HYDROAGRICOLES CONTRE LES CRUES ET LES INONDATIONS
NIHYCRI

11.1 DEFINITION
Les ouvrages de protection anti-crues servent à isoler les infrastructures hydroagricoles (canaux
notamment) et les parcelles de cultures des menaces des cours d’eau (fleuve et rivière) en
période de crue.
Dans le contexte des périmètres irrigués malgaches, les ouvrages anti-crues sont constitués
d’ouvrages de revêtement (revêtement de berges des cours d’eau pour limiter l’érosion), de
digue longitudinale ou de système d’épi ou points durs, ainsi que les combinaisons possibles.

11.2 IMPLANTATION DES PROTECTIONS


NIHYCRI exige la mise en place d’un système de protection contre les crues dans le cas où le
régime fluvial des cours d’eau interférant avec le périmètre irrigué risque de causer des
dégradations importantes sur les infrastructures hydroagricoles et les parcelles à irriguer.

11.3 PRESCRIPTION POUR LE CHOIX DU TYPE DE PROTECTION


Le choix d’un système de protection dépend beaucoup des paramètres du régime fluvial du
cours d’eau menaçant les infrastructures et le périmètre irrigué. Ces paramètres sont le niveau
du PHE et la vitesse du courant qui détermine la force érosive.
La mise en place de revêtements est nécessaire dans le cas où :
- Les berges naturelles dominent les crues de sûreté majorées de la revanche ;
- Les berges sont constituées de matériaux stables mais exposés aux risques d’érosion par
les courants fluviaux.
La mise en place d’une digue longitudinale est nécessaire dans le cas où :
- Le niveau du PHE correspondant aux crues de sureté majoré d’une revanche tenant
compte de l’effet du vent et du batillage dépasse le niveau de la berge naturelle ;
- Les berges sont constituées de matériaux érodibles et très peu cohérents, nécessitant la
mise en place de digue longitudinale en matériau d’emprunt sur les points les plus
sensibles ;
- NIHYCRI prescrit la mise en place de revêtement du parement amont des digues
longitudinales.
Des épis ou points durs (épis de faible dimension) sont mis en place dans l’objectif de :
- Eloigner le courant des berges ou digues à protéger ;
- Réduire la vitesse du courant au droit des berges ou digues.
La combinaison entre différents types de protection est envisageable pour optimiser les
solutions.

11.4 ETUDE GEOTECHNIQUE


Les études géotechniques à réaliser se portent sur les matériaux des sols en place (berges et
fondations) et sur les matériaux d’emprunt pour constituer le corps de la digue en remblai et les
matériaux rocheux, pour constituer la protection en enrochement.
Elles sont identiques à celles définies aux sections 8.2 et 8.3. Ces études sont à réaliser durant la
phase APD.

Page 107
NORMES MALGACHES DE CONSTRUCTION D’INFRASTRUCTURES HYDROAGRICOLES CONTRE LES CRUES ET LES INONDATIONS
NIHYCRI

11.5 CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT

11.5.1 A quel stade


La conception et le dimensionnement sont prévus pour être exécutés à la phase APD.

11.5.2 Digue en remblai


11.5.2.1 Conception
La conception d’une digue en remblai est similaire à celle d’un barrage en remblai décrit en
détail dans les sections 8.4.3 à 8.4.5.
Néanmoins, étant donné le fait qu’une digue de protection est rarement tout le temps en charge,
les effets néfastes des écoulements interstitiels à travers le corps du remblai sont rarement
préjudiciables. La mise en place de filtre, drain, voire noyau étanche peut ne pas être nécessaire
en ce qui concerne les digues de protection.
11.5.2.2 Calage hydraulique
Pour toute digue de protection des infrastructures hydroagricoles contre les crues des cours
d’eau (rivière ou fleuve), NIHYCRI vise à limiter les risques de submersion et de rupture et de
limiter le cas échéant, les impacts économiques des ruptures. Le calage hydraulique est réalisé
de façon à éliminer les risques de submersions. Ainsi, les digues de protection sont calées selon
les prescriptions suivantes :
- Calage par rapport aux crues de sûreté ;
- Calcul de la revanche par rapport :
o Effets du vent (Formule de Molitor et de Kalal)
o Surélévation du niveau d’eau en courbe extrados par effet centrifuge ;
o Batillage (pour les cours d’eau navigable) par la formule de Verhey et Pilarczyk.
Le calage par rapport aux crues de sûreté nécessite les activités suivantes :
- Calcul des crues de sûreté du cours d’eau avec la période de retour et par la méthode
appropriée normalisées (chapitre 4).
- Lever topographique (profil en long et en travers) sur une bande incluant tout le tronçon
du cours d’eau nécessitant de protection et un tronçon en amont et un tronçon aval,
ayant chacun une longueur minimale équivalant à 10 fois la largeur moyenne du cours
d’eau.
- Calcul par la formule de Manning-Strickler du PHE correspondant aux crues de sûreté en
utilisant les paramètres d’écoulement obtenus des levers topographiques.

11.5.3 Revêtement
11.5.3.1 Conception
La mise en place de revêtement est prescrite sur toute digue en remblai protégeant un cours
d’eau, dès que la vitesse moyenne d’écoulement aux crues de projet dépasse 1 m/s. Pour les
berges en place, la mise en place de revêtement est décidée après analyse du phénomène
d’érosion qui se produit.
Le revêtement est dans la plupart des cas, constitué de matériaux rocheux. Le choix d’autres
types de revêtement est considéré dans des cas spéciaux :
- Les matériaux propres à la protection en enrochement (voir 8.2.5.2 pour les critères) ne
sont pas disponibles en qualité et quantité requise par rapport aux exigences selon les
paramètres fluviaux ;
- Le revêtement joue d’autres rôles que la stabilisation de l’érosion : étanchéité, et
soutènement.

Page 108
NORMES MALGACHES DE CONSTRUCTION D’INFRASTRUCTURES HYDROAGRICOLES CONTRE LES CRUES ET LES INONDATIONS
NIHYCRI

Dans les cas spéciaux, le revêtement peut être constitué de voile en béton armé, murs en
maçonnerie de moellons, gabions et ses dérivés. Des combinaisons entre différents types de
revêtement sont possibles pour obtenir des actions de protection combinées.
Le revêtement en enrochement est constitué de :
- Carapace qui est l’enrochement de protection ;
- Une sous-couche ou filtre granulaire ;
- Un matériau anti-contaminant en géotextile.
Le revêtement épouse la forme de la berge ou du parement de la digue à protéger. Le niveau
supérieur du revêtement correspond au niveau de la crue de sûreté sans la revanche. Un
aménagement spécial est prévu au pied de la digue ou de la berge à protéger.
NIHYCRI expose les trois cas possible :
Tableau 39 : prescriptions contre les affouillements au pied de talus

Cas Situation Solution

Cas n°1 Pas d’affouillement significatif Buttage du revêtement en


enrochement au pied du talus par de la
longrine en béton armé ou par une
banquette en enrochement de même
matériau que le revêtement.

Cas n°2 Affouillement significatif du lit de la Mise en place d’un tapis plongeant qui
rivière constitue un monticule
d’enrochements déversés au pied du
revêtement et qui est destiné à
s’enfouir dans la fosse d’affouillement
quand celui-ci se produit.

Cas n°3 Affouillement significatif localisé au Extension du pied du revêtement dans


pied de talus de la berge ou du remblai une tranchée excavée correspondant à
la profondeur d’affouillement prévue.
Cette extension inclut l’ensemble
carapace, filtre granulaire et géotextile
éventuel.
La profondeur d’affouillement est
calculée par la formule de Ramette.

Page 109
NORMES MALGACHES DE CONSTRUCTION D’INFRASTRUCTURES HYDROAGRICOLES CONTRE LES CRUES ET LES INONDATIONS
NIHYCRI

Illustration 20 : prescriptions contre les affouillements au pied du talus

Page 110
NORMES MALGACHES DE CONSTRUCTION D’INFRASTRUCTURES HYDROAGRICOLES CONTRE LES CRUES ET LES INONDATIONS
NIHYCRI

11.5.3.2 Dimensionnement
NIHYCRI donne les prescriptions suivantes pour le dimensionnement :
Tableau 40 : dimensionnement du revêtement en enrochement

Objet A faire Opérations requises

Dimensionnement Calcul de d50 et - Calcul des crues de sûreté du cours d’eau


de l’enrochement présentation de la avec la période de retour et par la
blocométrie. méthode appropriée normalisées
(chapitre 4).
Calcul de l’épaisseur de la
- Lever topographique (profil en long et en
carapace.
travers) sur une bande incluant tout le
tronçon du cours d’eau nécessitant de
protection et un tronçon en amont et un
tronçon aval, ayant chacun une longueur
minimale équivalant à 10 fois la largeur
moyenne du cours d’eau.
- Calcul par la formule de Manning-
Strickler de la vitesse moyenne de
l’écoulement en crue de sûreté.
- Utilisation d’un coefficient de majoration
de la vitesse de 1,1 à 1,4 sur les tronçons
en courbe.
- Calcul de d50 par la formule de Isbash,
corrigé pour le cas des talus inclinés par
le coefficient de stabilité λ de Lane ou en
utilisant l’abaque de Ramette.
- La blocométrie recommandée, présentée
en poids est la suivante : Pmin = P / 3 et un
Pmax = 8 P, avec Pmin, P et Pmax sont
respectivement le poids du plus petit bloc,
du bloc d50 et du plus grand bloc.
- La couche d’enrochement présente une
épaisseur moyenne égale au moins à 2 x
d50.

Dimensionnement Calcul de la granulométrie - Etude granulométrique du sol des berges


de la sous-couche et de l’épaisseur du filtre ou du remblai à protéger ;
de filtre granulaire - La granulométrie de la couche de
transition doit remplir les règles de
Terzaghi1 :
5
  
o  



5
  

o
  
Le pourcentage de fine (éléments
inférieurs à 80µ) < 5%.
- La mise en place de plusieurs couches de
transition de granulométrie progressive
est souvent nécessaire pour que ces
conditions soient remplies.
- L’épaisseur de la couche de transition ne
doit pas être inférieure à 30 cm.
- La mise en place d’une couche de
géotextile n’est pas obligatoire s’il est
possible, compte-tenu de la

1d15 signifie que 15% des grains ou blocs constituant le matériau présente un diamètre inférieur ou égal à
d15.

Page 111
NORMES MALGACHES DE CONSTRUCTION D’INFRASTRUCTURES HYDROAGRICOLES CONTRE LES CRUES ET LES INONDATIONS
NIHYCRI

Objet A faire Opérations requises


granulométrie de la couche sous-jacente
(terrain) de remplir la deuxième
condition.

11.5.4 Epis
Les épis jouent un double rôle :
- Ralentissement du courant au voisinage de la berge ou digue à protéger ;
- Déviation du lit du cours d’eau pour l’éloigner de la berge ou digue à protéger.
NIHYCRI donne les prescriptions suivantes pour la conception des épis :
- Les épis doivent être mis en place perpendiculairement par rapport à la berge à protéger
afin d’éloigner les zones de tourbillon qu’ils causent du rivage et de les localiser à
proximité de leur tête
- Un épi est généralement constitué d’un corps qui est constitué d’une digue en remblai et
d’une tête (musoir) qui est dimensionné pour résister aux courants de tourbillon
localisés aux alentours de sa tête.
- L’espacement entre deux épis :
o est calculé de façon à ce que le rapport de la perte des charges dans la rivière
entre deux épis (esp) soit inférieur à 0,61.
o doit se trouver entre une(1) et deux (2) fois la largeur du lit mineur du cours
d’eau
- La longueur de l’épi ne doit pas excéder l’espace entre deux épis. La longueur minimale
est le sixième (1/6) de l’espace entre deux épis.

=& ?@A
1 <
= ; C : nombre de Chezy, Ssp : distance entre épi et h : hauteur d’eau relative aux crues de projet.
>' 

Page 112
NORMES MALGACHES DE CONSTRUCTION D’INFRASTRUCTURES HYDROAGRICOLES CONTRE LES CRUES ET LES INONDATIONS
NIHYCRI

Illustration 21 : prescriptions sur l’orientation des épis

Epi orienté vers l’amont : entraînant l’érosion des berges en amont

Epi orienté vers l’aval : entraînant l’érosion des berges en aval

Epi perpendiculaire par rapport à la berge: aucune érosion

Page 113
12 RESEAU DE DRAINAGE
NORMES MALGACHES DE CONSTRUCTION D’INFRASTRUCTURES HYDROAGRICOLES CONTRE LES CRUES ET LES INONDATIONS
NIHYCRI

12.1 DEFINITION
Le réseau de drainage constitue l’ensemble des ouvrages linéaires (canaux ou tuyauterie) et
ponctuels qui assurent l’assainissement des terres agricoles. L’assainissement consiste à évacuer
les excès d’eau de surface et de subsurface (nappe peu profonde) pour éviter l’asphyxie des
plants et de leurs réseaux racinaires.
Le réseau de drainage se trouve au premier plan en ce qui concerne la préservation des
périmètres contre les inondations.
NIHYCRI donne dans le cadre de ce chapitre les prescriptions sur la conception et
dimensionnement d’un réseau de drainage.

12.2 CONCEPTION D’UN RESEAU DE DRAINAGE

12.2.1 Pour quel projet ?


NIHYCRI prescrit les normes de conception d’un réseau de drainage pour tout nouvel
aménagement ou projet d’extension et projet de réhabilitation mettant en jeu la problématique
d’assainissement et d’évacuation des eaux de surface sur les terres agricoles.

12.2.2 A quel stade ?


Sauf selon les cas précisés en 3.1 qui exemptent le maître de l’ouvrage de la réalisation d’une
phase APS, les activités consistant à concevoir un réseau de drainage est à réaliser durant la
phase APS. Des variantes de configurations différentes peuvent être présentées dans le cadre de
l’APS.
Dans le cas où l’étude d’avant-projet n’inclut pas la phase APS, la conception est à réaliser durant
la phase d’études APD.

12.2.3 Conception de base


Au démarrage d’un projet de drainage, NIHYCRI donne les prescriptions suivantes en ce qui
concerne la conception de base d’un réseau de drainage :
Tableau 41 : prescriptions pour l’étude de base d’un réseau de drainage

A évaluer Paramètre Approche Résultats / biens livrables

Envergure Localisation spatiale de - Télédétection, photo- Plan d’ensemble donnant la


du zones sujettes à des interpétation et localisation des zones
problème submersions analyse sujettes aux submersions
temporaires ou cartographique temporaires ou permanentes
permanentes
- Elaboration d’un
modèle numérique de
terrain (MNT)
donnant le détail du
relief
- Parcours et
délimitation directe
au GPS des zones à
problèmes

Durée et fréquence - Observation et Plan donnant l’évolution des


mesure directe contours des zones
submergées dans le temps
- Enquêtes

Page 115
NORMES MALGACHES DE CONSTRUCTION D’INFRASTRUCTURES HYDROAGRICOLES CONTRE LES CRUES ET LES INONDATIONS
NIHYCRI

A évaluer Paramètre Approche Résultats / biens livrables


- Plan de
Origines des Origines externes ou - Identification des
configuration
excès d’eau parasites réseaux
générale présentant
hydrographiques et
les entrées d’eau
évaluation des
potentielles
impacts de leurs crues
provenant du réseau
sur le périmètre à
hydrographique ou
protéger ;
de la zone externe ;
- Identification et
- Plan de localisation
analyse portant sur
des mouillères et
l’entrée des eaux
analyse de leur
superficielles et
origine.
souterrains
- Identification et
caractérisation des
mouillères.

Causes propres aux - Prise d’échantillons et - Coupe lithologique


superficies à drainer essai au perméamètre donnant les
pour évaluer la différentes couches
perméabilité des des sols ;
différentes couches du - Analyse critique sur
sol jusqu’à la couche l’origine interne de
imperméable l’excès d’humidité :
(coefficient de couche
perméabilité imperméable,
inférieure à 10-7m/s) topographie etc.
- Elaboration d’une
cartographie côté ou
un MNT de l’ensemble

La conception d’un système de drainage est basée sur la connaissance de la nature du


phénomène d’excédent d’eau.
NIHYCRI donne les prescriptions suivantes pour la conception de base :
Tableau 42 : prescriptions sur la conception de base d’un réseau de drainage

Origine excès d’eau Caractéristiques Remèdes

Apports externes et/ou Ecoulement souterrain ou Collecteur de ceinture


parasites superficiel en provenance de
l’extérieur de la zone à assainir

Débordement occasionnel en Mise en place de système de


provenance d’un cours d’eau protection contre les crues (voir
chapitre 9)

Apports internes parasites


(mouillère) :
- Dépression ou rupture - Captage par une
de pente tranchée drainante
- Affleurement aquifère
- Résurgence diffuse d’eau - Captage par une
profonde tranchée drainante
- installation d'un
matériau perméable sur

Page 116
NORMES MALGACHES DE CONSTRUCTION D’INFRASTRUCTURES HYDROAGRICOLES CONTRE LES CRUES ET LES INONDATIONS
NIHYCRI

Origine excès d’eau Caractéristiques Remèdes


l'ensemble de la zone de
résurgence

Causes propres aux superficies Présence prolongée d’une nappe - Système de drainage par
à drainer peu profonde fossés ou drains ;
- Avec tranchée drainante
de captage dans le cas
de présence d’apports
latéraux importants.

Stagnation temporaire des eaux - Drainage de surface


de pluie par : (eaux de ruissellement)
- Drainage de subsurface
- Défaut d’infiltrabilité
(présence de strate peu
perméable en surface,
topographie plate)
- Défaut de drainage
interne (infiltration
profonde empêchée par
la présence d’une couche
peu perméable à faible
profondeur, topographie
plate).

12.2.4 Prescriptions pour la conception


12.2.4.1 Considérations générales
Dans le contexte malgache, la majeure partie des périmètres irrigués est exploitée en riziculture.
Dans ce cas, la présence d’une lame d’eau de 2 à 10 cm est presque toujours requise. Le rôle du
drainage est d’éliminer les excès d’eau causant une submersion prolongée, avec une lame d’eau
supérieure à 15 cm.
Le réseau de drainage est conçu pour :
- Evacuer les excès d’eau de façon à ce que la présence de lame d’eau de plus de 15 cm ne
dépasse pas la durée admissible de submersion (DAS) ;
- Il comprend plusieurs niveaux :
o Drains parcellaires ;
o Drains collecteurs ou secondaires ;
o Drains principaux.
- Les drains principaux débouchent vers des émissaires ou exutoires pouvant
réceptionner les débits d’assainissement.
Dans le contexte malgache, le réseau de drainage est constitué normalement de fossés à ciel
ouvert. La mise en place de tuyaux enterrés peut être adoptée dans des cas particuliers,
notamment dans le cas où les sols à drainer présentent des propriétés mécaniques défavorables
ne permettant pas la mise en place, pérenne de fossés à ciel ouvert. Le cas des sols
hydromorphes organiques et tourbeux peut ne pas convenir aux fossés à ciel ouvert.
12.2.4.2 Configuration du réseau de drainage
La configuration générale d’un réseau de drainage nécessite un plan de masse côté, avec courbes
de niveau dont l’équidistance est de 50 cm ou un modèle numérique de terrain matérialisant :
- l’ensemble du périmètre à irriguer,
- les sources externes contre lesquelles le périmètre est à protéger,

Page 117
NORMES MALGACHES DE CONSTRUCTION D’INFRASTRUCTURES HYDROAGRICOLES CONTRE LES CRUES ET LES INONDATIONS
NIHYCRI

- les exutoires et émissaires.


La configuration générale donne les tracés des différents éléments du réseau, pour 1) se
protéger des crues des sources externes, 2) diriger en toute sécurité les crues vers les exutoires,
3) assainir les parcelles, 4) collecter les eaux de drainage et les diriger vers les exutoires.
NIHYCRI donne les prescriptions suivantes dans la configuration d’un réseau de drainage :
- Il faut veiller autant que possible à ce que le réseau soit un réseau à 100% gravitaire. La
mise en place de système de relevage par pompage n’est à envisager que dans des cas
extrêmes.
- Il faut éviter autant que possible les réseaux de type unitaire, combinant sur le même
système de fossé le rôle d’évacuation des crues et d’assainissement.
- La configuration recommandée est le réseau sélectif, d’un côté des cours d’eau naturels
ou chenaux artificiels pour évacuer les crues et de l’autre côté des fossés de drainage
destinés à l’assainissement. Ces deux réseaux ne se combinent qu’au niveau des
émissaires.
- Il faut éviter autant que possible les réseaux de type drain – irrigateur et la mise en place
de régulateur à l’intérieur de drains, à vocation d’irrigation.
- La mise en place d’une piste d’entretien longeant les drains s’avère être utile dans une
optique d’entretien. Du point de vue fonctionnement hydraulique, une piste de desserte
longeant un drain peut perturber le mouvement de l’eau des parcelles vers le drain. Dans
le cas où la desserte doit passer absolument par une piste longeant un drain, il convient
de mettre en place un réseau collecteur à l’extérieur de la digue constituant la plate-
forme de la piste et d’aménager à endroits réguliers des ouvrages passant sous la digue,
les débits des collecteurs au drain.
12.2.4.3 Disposition des drains
NIHYCRI donne les prescriptions suivantes pour la disposition des drains :
- Les drains secondaires doivent être implantés parallèlement en gardant le même
écartement ;
- Les drains secondaire doivent autant que possible être orientés de façon à couper la
direction des pentes ;
- Il convient de privilégier les dispositions en arrête de hareng où les drains secondaires
se connectent aux drains principaux en angle de l’ordre de 60° de façon à éviter la
turbulence ;
- Il faut éviter de faire aboutir deux drains secondaires au même point sur un drain
principal ;
- Il faut éviter d’utiliser un cours d’eau naturel ou une rivière comme drain principal où les
drains secondaires se déversent. Il convient de construire parallèlement un drain
principal, recevant les drains secondaires et qui va déboucher au cours d’eau naturel à
utiliser comme émissaire.
12.2.4.4 Sections des drains
Sauf dans des cas très particulier, un fossé de drain à ciel ouvert est implanté totalement sous le
niveau du terrain naturel. Les excès d’eau à drainer se déversent directement des terrains à
drainer vers l’intérieur de drain et le mouvement inverse (les eaux sortant des fossés de drains
vers les terrains à drainer) n’est pas possible. La mise en place de tout système de banquette ou
de digue pour éventuellement empêcher ce mouvement inverse est donc à éviter.
La section d’un fossé de drain est choisie en fonction de la nature des sols traversés. Les
prescriptions sont les suivantes :

Page 118
NORMES MALGACHES DE CONSTRUCTION D’INFRASTRUCTURES HYDROAGRICOLES CONTRE LES CRUES ET LES INONDATIONS
NIHYCRI

Tableau 43 : prescriptions sur la section des drains

Types des sols Section Fruit des berges


(base / hauteur)

Organiques Parabolique

Argile Trapézoïdale 1/1

Limon Trapézoïdale 1,5 / 1

Sable Trapézoïdale 2à3/1

Illustration 22 : prescriptions relatives aux réseaux de drainage

Réseau en arête de poisson

Sur la jonction des drains secondaires au drain principal

Page 119
NORMES MALGACHES DE CONSTRUCTION D’INFRASTRUCTURES HYDROAGRICOLES CONTRE LES CRUES ET LES INONDATIONS
NIHYCRI

L’endiguement perturbe le fonctionnement d’un drain

Un cours d’eau naturel ne peut pas être utilisé comme drain collecteur

Page 120
NORMES MALGACHES DE CONSTRUCTION D’INFRASTRUCTURES HYDROAGRICOLES CONTRE LES CRUES ET LES INONDATIONS
NIHYCRI

Si une piste d’entretien longe le drain principal, un drain collecteur est à mettre en place à l’extérieur
de la digue pour collecter les eaux des drains secondaires

12.3 DIMENSIONNEMENT D’UN RESEAU DE DRAINAGE

12.3.1 A quel stade ?


Le dimensionnement d’un réseau de drainage est à réaliser durant la phase APD.

12.3.2 Période de retour ?


NIHYCRI recommande d’utiliser la période de retour relatif aux crues de projet ou les crues
décennales dans le dimensionnement d’un réseau de drainage. Les crues de projet sont par
définition celles qui ne sont pas à dépasser dans un fonctionnement normal d’un réseau. Un
réseau de drainage, dans son fonctionnement normal est d’évacuer selon les normes requises,
les eaux d’écoulement superficiel provoquées par les crues, jusqu’à la période de retour des
crues de projet.
Les crues de sûreté sont celles qui ne sont pas à dépasser dans la sécurité des infrastructures.
Dans le cas d’un réseau de drainage, la question de la sécurité des infrastructures ne se posent
réellement pas.

12.3.3 Prescriptions
NIHYCRI prescrit la réalisation des différentes étapes suivantes dans le dimensionnement d’un
réseau de drainage.
Tableau 44 : prescriptions sur le dimensionnement d’un réseau de drainage

A évaluer Paramètres Approche Résultats

Caractéristiques Perméabilité - Essai LEFRANC (NF P Valeur du coefficient de


des sols 94-132) Darcy K pour les
différentes couches
- Essai au laboratoire
(perméamètre)

Page 121
NORMES MALGACHES DE CONSTRUCTION D’INFRASTRUCTURES HYDROAGRICOLES CONTRE LES CRUES ET LES INONDATIONS
NIHYCRI

A évaluer Paramètres Approche Résultats

Débit Courbe IDF (intensité – - Choix du modèle IDF Courbe IDF donnant la
caractéristique durée – fréquence) (telles que la formule relation entre la durée
de drainage1 de Talbot, Montana ou de l’évènement
autres méthodes pluvieux, l’intensité
référencées) moyenne et la
approprié ; fréquence d’occurrence
- Traitement des
données
pluviométriques pour
sortir des valeurs de
la pluviométrie
maximale pendant un
laps de temps t et
pour une période de
retour T par la loi des
valeurs extrêmes
- Elaboration de la
courbe IDF en
utilisant le modèle

Durée admissible de Revue de littérature et Valeur de la durée


submersion (DAS) enquête admissible de
submersion par les
plants de riz (culture
principale pour la
plupart des périmètres
irrigués à Madagascar)
à différents stades de la
croissance

Pluie critique ic Calcul à partir de la courbe IDF Valeur de la pluie


de la pluie critique, qui donne critique (mm/s)
l’intensité moyenne de la
pluie, correspondant à une
durée équivalente à la DAS et
dont la fréquence
d’occurrence est la crue du
projet

Débit caractéristique de Calcul de la partie de la partie Débit caractéristique du


drainage infiltrée de ic à en tenant drainage (l/s/ha)
compte du coefficient de
ruissellement e sur le champ
de culture.

Ecartement des Ecartement entre les - Mesures des Ecartement e (m) entre
drains drains caractéristiques des les différents drains
sols (coefficient de secondaires.
perméabilité des
différentes couches)
- Estimation du niveau
de la couche
imperméable
- Choix du régime de

1Le débit caractéristique de drainage est mesuré en l/s/ha et donne le débit à évacuer pour que la durée
de submersion en crue de projet soit inférieure ou égale à la durée admissible de submersion (DAS)

Page 122
NORMES MALGACHES DE CONSTRUCTION D’INFRASTRUCTURES HYDROAGRICOLES CONTRE LES CRUES ET LES INONDATIONS
NIHYCRI

A évaluer Paramètres Approche Résultats


drainage en fonction
du régime
pluviométrique
(régime permanent ou
variable)
- Calcul de l’écartement
par l’une des
méthodes référencées
(Formule de
Hooghoudt,
Kostiakov, etc.)

Module de Superficie à drainer par - Découpage sur un Plan d’ensemble


drainage1 section plan côté ou un MNT présentant le
des parcelles à découpage du
drainer par chaque périmètre irrigué en
tronçon fonction des drains
- Calcul de la surface à secondaires qui
drainer par chaque assurent l’irrigation
tronçon

Module de drainage - Calcul du module de Module de drainage par


drainage par drain section
secondaire en
multipliant le débit
caractéristique à la
superficie à drainer

Dimensions des Pente longitudinale - Un drain présente Profil en long du terrain


drains globalement une naturel
profondeur uniforme
par rapport au terrain
nature
- La pente moyenne est
celle du terrain
naturel à drainer
- Le lever
topographique du
profil en long du
terrain naturel sur le
tracé de chaque
tronçon de drain est à
réaliser

Section Calcul par la formule de - Profil en long


Manning-Strickler de la avec projet ;
section de chaque fossé pour - Profil en
une capacité d’évacuation travers type
égale au module de drainage,
en respectant les vitesses
limites présentées dans le
tableau présenté en-dessous.

Les vitesses limites à respecter en fonction des caractéristiques des sols sont les suivantes :

1 Le module de drainage est le débit nominal à évacuer par chaque tronçon de drain

Page 123
NORMES MALGACHES DE CONSTRUCTION D’INFRASTRUCTURES HYDROAGRICOLES CONTRE LES CRUES ET LES INONDATIONS
NIHYCRI

Tableau 45 : prescriptions relatives à la vitesse maximale admissible dans un drain

Type des sols Vitesse maximale admissible


(m/s)

Sable fin cohésif 0,76

Loam sableux non cohésif 0,76

Loam limoneux non cohésif 0,91

Limons alluvionnaires non cohésifs 1,07

Loam ferme 1,07

Argile dure très cohésive 1,50

Limons alluvionnaires cohésifs 1,50

Schistes argileux et sols compacts 1,80

Gravier fin 1,50

Loam pierreux non cohésif 1,50

Loam pierreux cohésif 1,70

Gravier grossier 1,80

Cailloux et galets 1,70

A titre de vérification, les fourchettes des valeurs de l’écartement des drains e en fonction de la
nature des sols sont présentées par le tableau suivant :
Tableau 46 : prédimensionnement des écartements des drains

Types des sols Ecartement des drains (m)

Sols lourds ou compacts 10 - 15 m

Sols fins 15 - 20 m

Sols silto-sableux 15 - 25 m

Sols sableux 20 - 35 m

Page 124
13 EXECUTION DES TRAVAUX
NORMES MALGACHES DE CONSTRUCTION D’INFRASTRUCTURES HYDROAGRICOLES CONTRE LES CRUES ET LES INONDATIONS
NIHYCRI

13.1 CHAMPS D’APPLICATION


La vulnérabilité des infrastructures hydroagricoles par rapport aux crues et inondations est très
souvent liée à des non-respects de normes lors de la phase d’exécution des travaux.
A ce niveau, NIHYCRI donne des prescriptions :
1) sur l’organisation générale ;
2) en matière d’installation de chantier et de dossier d’exécution ;
3) sur le contrôle des travaux ;
4) sur la mise en œuvre des grands postes de travaux : bétonnage, remblai compacté et
enrochement.

13.2 ORGANISATION GENERALE


NIHYCRI exige pour tout type de travaux dans toute classe, la présence des deux entités
suivantes :
1) le maître d’œuvre qui assure, entre autre, le contrôle des travaux,
2) le titulaire qui assure l’exécution des travaux.
Ces deux entités doivent :
1) être notifiées officiellement par le maître de l’ouvrage de leur statut respectif ;
2) avoir une représentation permanente sur le terrain durant toute la durée du chantier,
3) inclure dans leur équipe affectée en permanence sur le projet, au moins un ingénieur du
génie rural, hydraulicien ou des travaux publics, avec des expériences professionnelles
dans le domaine de la construction hydroagricole, ouvrage hydraulique ou route / piste
d’un minimum de cinq (5) années pour les chantiers les moins importants à quinze (15)
années pour ceux des classes I et II et
4) être entièrement indépendantes l’une de l’autre.
NIHYCRI exige à ce que le rôle et l’autorité du maître d’œuvre soient clairement notifiés au
titulaire des travaux, avant l’attribution du contrat de travaux à ce dernier.

13.3 INSTALLATION DE CHANTIER ET DOSSIER D’EXECUTION

13.3.1 Exigences et prescriptions générales


NIHYCRI donne un poids très important aux deux aspects que sont l’installation de chantier et le
dossier d’exécution.
NIHYCRI exige à ce que les trois points suivants soient reproduits dans tout contrat de travaux
d’exécution d’infrastructures hydroagricoles :
- Il est absolument interdit de commencer la mise en œuvre de tout type de travaux sans
la réception préalable, partielle ou totale, de l’installation de chantier par le maître
d’œuvre.
- Il est absolument interdit de débuter des travaux sur un ouvrage ou infrastructure, sans
l’approbation officielle, au moins par le maître d’œuvre, des dossiers d’exécution relatifs
à l’ouvrage ou à l’infrastructure en question.
- Enfreindre ces deux exigences constitue une faute grave pouvant conduire à la résiliation
du contrat du titulaire à son tort.
NIHYCRI prescrit à ce que :
- Les travaux fassent l’objet d’ordres de service partiels portant dans un premier temps,
uniquement, sur l’installation de chantier (partielle ou en totalité) suivi d’autres sur
différents postes de travaux. La délivrance des ordres de service suivants est assujettie à

Page 126
NORMES MALGACHES DE CONSTRUCTION D’INFRASTRUCTURES HYDROAGRICOLES CONTRE LES CRUES ET LES INONDATIONS
NIHYCRI

la réception partielle ou totale de l’installation de chantier et à l’approbation des dossiers


d’exécution correspondants.
- Un délai préalable raisonnable soit donné au titulaire, en dehors du délai prévisionnel
pour l’exécution proprement dite des travaux, pour l’installation de chantier et
l’élaboration d’une première série de dossiers d’exécution.
- Des mentions précises soient apportées dans le contrat du titulaire, indiquant le
désengagement automatique de toutes les responsabilités du maître de l’ouvrage sur
toute tranche de travaux ne faisant pas l’objet d’un OS par non réception de l’installation
de chantier ou non approbation des dossiers d’exécution correspondants, une fois passé
le délai contractuel des travaux, sans qu’aucune procédure de résiliation ne soit
nécessaire.

13.3.2 Prescriptions en matière de l’installation de chantier


Les exigences en matière de l’installation de chantier varient selon la complexité et l’importance
du chantier en question, donc d’un contrat à l’autre, mais inclut généralement les éléments
suivants :
- le personnel qualifié pour coordonner, diriger et exécuter les travaux,
- la logistique assurant le suivi des normes dans le stockage de matériau et des matériels
et permettant la présence permanente du moyen humain et matériel nécessaire aux
travaux,
- les matériels pour la mise en œuvre des travaux,
- les équipements de laboratoires pour le contrôle de qualité
- le premier stock de matériaux appropriés,
- l’aménagement des voies d’accès vers les sites des travaux, les zones d’emprunt, etc.
NIHYCRI prescrit qu’un dossier d’exécution soit soumis préalablement pour approbation au
maître d’œuvre avant que le titulaire ne procède à la mise en place de l’installation de chantier.
NIHYCRI prescrit la notification claire dans le contrat du titulaire des exigences en matière de
l’installation de chantier.

13.3.3 Prescriptions sur les dossiers d’exécution


NIHYCRI donne les prescriptions suivantes en ce qui concerne les dossiers d’exécution :
- L’élaboration des dossiers d’exécution incombe totalement et uniquement au titulaire.
- Il est contraire à toute éthique et règle de bonne exécution que des dossiers d’exécution
élaborés par une entité indépendante du titulaire soient imposés au titulaire. Une telle
pratique enlèvera toute dimension d’ingénierie dans la mise en œuvre des travaux.
- Les activités telles que les levers topographiques nécessaires à l’élaboration des dossiers
d’exécution sont à réaliser avec la présence d’un représentant du maître d’œuvre.
- Le titulaire remet une partie ou la totalité des dossiers d’exécution selon le planning
prédéfini au maître d’œuvre qui constitue la première entité responsable de leur
approbation.
- Sans dossiers d’exécution approuvés par toutes les instances prévues dans le contrat du
titulaire, aucuns travaux ne peuvent être entamés.
Le contenu des dossiers d’exécution varie fortement d’un contrat à l’autre, mais inclut
généralement les éléments suivants :
- Les différents plannings de travaux, incluant :
o Un planning général du déroulement des travaux ;
o Un planning détaillé des activités poste par poste ;
o Un planning de mobilisation des moyens (humains, matériels et matériaux)
permettant de réaliser les activités prévues dans le planning détaillé des
activités.

Page 127
NORMES MALGACHES DE CONSTRUCTION D’INFRASTRUCTURES HYDROAGRICOLES CONTRE LES CRUES ET LES INONDATIONS
NIHYCRI

- Une note méthodologique donnant les détails le mode d’organisation et d’exécution des
travaux et qui donne la relation entre le planning d’activités t le planning de mobilisation
des moyens.
- Méthodologie et plans détaillés relatifs aux travaux sous l’eau (implantation de
batardeaux, structures des batardeaux, dispositif de pompage et d’assèchement des
fouilles, déviation, remise en état, etc.).
- Méthodologie spécifique concernant le coulage de béton sous l’eau dans le cas où il
s’avère impossible de procéder à l’assèchement des fouilles.
- Dossiers d’agréments des carrières pour matériaux rocheux et granulats, des gîtes pour
les sables et des zones d’emprunt pour les matériaux de remblai ;
- Dossiers d’agréments des éléments métalliques, notamment les fers à béton ;
- Formulation des bétons et note technique sur la production le contrôle de qualité pour le
béton frais ;
- Prescription détaillée dans la mise en œuvre des travaux de remblai compacté et le
contrôle de compactage ;
- Plan d’exécution incluant entre autre :
o Plans topographiques détaillés des sites d’implantation ;
o Plans d’implantation des ouvrages sur leur site ;
o Plans détaillé des infrastructures incluant outre les différentes vues et coupes, les
plans de fouille, de fondation, de coffrages, de ferraillage, les nomenclatures
d’aciers et le plan de mise en œuvre (les joints de dilatation et les points d’arrêt
sont à mentionner) pour les ouvrages en béton armé ;
o Profils de l’existant et projet pour les travaux de terrassement (profil en long et
en travers).
- Notes de calcul de dimensionnement hydraulique, de génie civil, de stabilité et de
structure (béton armé) selon les termes du contrat et les normes ;
- Plans d’assurance qualité (PAQ) précisant les modalités d’exécution des travaux et le
contrôle qualité ;
- Plan de gestion environnementale.

13.4 CONTROLE DES TRAVAUX


NIHYCRI donne des prescriptions sur l’organisation du contrôle des travaux :
Tableau 47 : prescriptions en matière de contrôle de travaux

Etape Quand ? Activités à faire A produire

Réception de Avant la Vérification de la conformité des PV de réception totale ou


l’installation de délivrance de installations, du personnel, des partielle de l’installation de
chantier (totale l’OS de matériels et des matériaux (carrière, chantier à délivrer par le
ou partielle) démarrage des gîte et emprunt) par rapport aux maître d’œuvre et valant
travaux relatifs normes et au contrat du titulaire autorisation d’émission de
à la partie de l’OS de démarrage des
l’installation de travaux relatifs à la partie de
chantier l’installation de chantier
réceptionnée réceptionnée si les dossiers
d’exécution sont approuvés.

Approbation Avant la Vérification de la conformité technique PV d’approbation totale ou


des dossiers délivrance de des dossiers d’exécution présentés partielle des dossiers
d’exécution l’OS de d’exécution avec apposition
démarrage des du label « BON POUR
travaux relatifs APPROBATION » ou « BON
aux dossiers POUR EXECUTION » par le
d’exécution maître d’œuvre.

Page 128
NORMES MALGACHES DE CONSTRUCTION D’INFRASTRUCTURES HYDROAGRICOLES CONTRE LES CRUES ET LES INONDATIONS
NIHYCRI

Etape Quand ? Activités à faire A produire


réceptionnés Seuls les travaux pour
lesquels l’installation de
chantier correspondante est
réceptionnée et faisant
l’objet d’un « BON POUR
EXECUTION » peuvent être
implantés.
Un OS de démarrage des
travaux est à délivrer pour
ces groupes
d’infrastructures.

Implantation Avant Matérialisation physique de l’emprise PV d’implantation avec


d’entamer tous des travaux et des différents repères, à croquis matérialisant
travaux sur réaliser contradictoirement entre des l’emplacement des différents
chaque site représentants du titulaire et du maître repères. Le PV
d’œuvre d’implantation vaut
autorisation au titulaire à
réaliser les travaux
préparatoires (batardeaux,
etc.) et de fouille.

Contrôle de la Durant la mise Vérification par le maître d’œuvre de la Notes de chantier ou OS à


mise en œuvre en œuvre conformité des procédés de mise en présenter par le maître
œuvre par rapport au dossier d’œuvre au titulaire pour les
d’exécution approuvé (méthodologie et éventuels correctifs à
PAQ) apporter par ce dernier sur
les travaux.

Contrôle de Durant la mise Vérification selon les normes, par le PV de conformité des
conformité des en œuvre maître d’œuvre ou par le laboratoire du matériaux et du béton et/ou
matériaux et titulaire mais en présence du maître note de chantier / OS
essai de d’œuvre, de la conformité des matériaux correctif
conformité du et du béton frais par rapport aux
béton dossiers de d’agréments et de
formulation inclus dans le dossier
d’exécution approuvé.

Contrôle par Avant de Contrôle par les représentants du PV valant autorisation au


poste de passer à maître d’œuvre, avec photographie titulaire à exécuter le poste
travaux l’exécution du détaillée et précise à l’appui pour de travaux suivants
poste de chaque poste de travaux par corps
travaux d’ouvrage.
suivante
A titre indicatif, pour les ouvrages en
béton, les différents points de contrôle
sont les suivants : 1) fouille, 2) dispositif
d’assèchement de fouille (système de
batardeau et de pompage), 3)
préparation de l’assise (couche de
transition et béton de propreté) et
ouvrages provisoires (coffrage et
système d’échafaudage) et 4) confection
et mise en place des armatures.

Contrôle non Après la prise Vérification selon les normes, par le PV de conformité du béton
destructif des maître d’œuvre ou par le laboratoire du durci et mis en œuvre et/ou

Page 129
NORMES MALGACHES DE CONSTRUCTION D’INFRASTRUCTURES HYDROAGRICOLES CONTRE LES CRUES ET LES INONDATIONS
NIHYCRI

Etape Quand ? Activités à faire A produire


bétons des bétons titulaire mais en présence du maître note de chantier / OS
d’œuvre, de la conformité des propriétés correctif
(facultatif)
mécaniques du béton durci par des
essais non destructifs, selon les normes
ou le PAQ du titulaire.

Réception Après la mise Vérification par le maître d’œuvre de la PV de réception


géométrique en œuvre de conformité géométrique par rapport aux géométrique et/ou note de
chaque corps dossiers d’exécution. Les tolérances sont chantier / OS correctif
d’ouvrage les suivantes :
- Ouvrage en dur : ± 5 cm
fondation et surface destinée à
recevoir des protections en
enrochement ; ± 2 cm radier et
± 0,5 cm crête de barrage.
- Crête de barrages et digues en
remblai : + 5 cm / - 2 cm.

Réception Durant et après Contrôle de la compacité (proctor PV de réception


géotechnique la mise en normal ou modifié) par couche, selon géotechnique et/ou note de
(remblai œuvre des l’avancement ou final par le maître chantier / OS correctif
compacté) travaux de d’œuvre ou par le laboratoire du
terrassement titulaire mais en présence du maître
d’œuvre en fonction des normes et
prescriptions du contrat

Essai de mise Avant de Contrôle et vérification du bon PV des essais de mise en eau
en eau partielle procéder à la fonctionnement et de la tenue des et note de chantier / OS
ou totale réception infrastructures durant l’épreuve de mise correctif (le cas échéant)
(réseau technique en eau par le maître d’œuvre avec
irrigation) photographie et/ou vidéo à l’appui

Réception Après les Contrôle final portant notamment sur la PV de réception technique
technique réceptions qualité de finition et sur la remise en avec liste des réserves
partielle ou géotechniques, état des sites (déviation, carrières,
totale géométriques emprunt) conformément aux dossiers
et les essais de d’exécution, au PAQ et au PGE.
mise en eau

Lever des Avant la Vérification de la conformité des PV de lever des réserves


réserves réception travaux de lever des réserves par autorisant de procéder à la
provisoire rapport au PV de la réception technique. réception provisoire.

Page 130
NORMES MALGACHES DE CONSTRUCTION D’INFRASTRUCTURES HYDROAGRICOLES CONTRE LES CRUES ET LES INONDATIONS
NIHYCRI

13.5 EXECUTION ET CONTROLE DES TRAVAUX DES OUVRAGES EN BETON

13.5.1 Normes
Madagascar ne dispose pas encore de norme en matière de béton, à l’exception des normes sur
le ciment (NM031/2005 : Ciment, composition, spécifications et critères de conformité des
ciments courants ; NM NF EN 413-1/2005 : Ciment à maçonner ; NM NF 15-302/2005 : Liants
hydrauliques – Ciments à usage tropical, Composition, spécifications et critères de conformité).
En attendant les normes malgaches, NIHYCRI prescrit de suivre à titre transitoire, la norme
européenne NF EN 206-1, sur le béton.
La NF EN 206-1 s’inscrit dans un contexte normatif global qui comprend :
- des normes de constituants : granulats pour béton (NF EN 12620 et XP P 18-545),
ciments courants (NF EN 197-1), adjuvants pour béton (NF EN 934-2) et eau de gâchage
(NF EN 1008) ;
- des normes d’essais (séries NF EN 12350 et NF EN 12390) ;
- des normes de dimensionnement (Eurocodes) en particulier la série des normes NF EN
1992 ou Eurocode béton (EC 2) ;
- les règles techniques de conception et les fascicules du CCTG (Fascicule 65).
Pour les armatures, la norme de référence suggérée est la norme européenne NF EN 10080.
Le texte régissant l’exécution des ouvrages en béton armé est le fascicule 65 du CCTG intitulé :
exécution des ouvrages de génie civil en béton armé ou précontraint.

13.5.2 Dispositions opérationnelles


NIHYCRI prescrit pour tous travaux de construction d’ouvrages en béton armé, le respect des
textes présentés en 13.5.1, à titre transitoire, en attendant l’officialisation de textes malgaches en
la matière.
NIHYCRI prescrit, selon les termes des textes proposés en 13.5.1, la réalisation des différentes
étapes suivantes dans le cadre de la construction d’ouvrages en béton armé :
13.5.2.1 Production et contrôle de la production de bétons frais
Les différents processus dans la production et le contrôle du béton frais sont normalisés par NF
EN 206-1 :
- Contrôle des constituants :
o Granulats :
 Teneur en eau des différentes coupures (NF EN 1097-5)
 Granulométries des différentes coupures (NF EN 933-1)
 Propretés des différentes coupures :
• Équivalent de sable SE (NF EN 933-8) ou essai au bleu de
méthylène ;
• (NF EN 933-9) pour les sables
 Teneur en fines (passant à 0,063 mm) pour les gravillons.
o Ciment :
 Résistance en flexion/compression sur mortier normalisé à 28 jours pour
établir la conformité des épreuves d’études et de convenance (NF EN
196-1) ;
 Temps de prise (NF EN 196-3), retrait (NF P 15-433), finesse Blaine (NF
EN 196-6), chaleur d’hydratation (NF EN 196-9).
- Agréments des formules des bétons en vérifiant les paramètres suivants :
o Facteur d'espacement (ASTM C 457) ;
o Ecaillage (XP P 18-420) ;

Page 131
NORMES MALGACHES DE CONSTRUCTION D’INFRASTRUCTURES HYDROAGRICOLES CONTRE LES CRUES ET LES INONDATIONS
NIHYCRI

o Allongement relatif (NF P 18-424 et NF P 18-425) ;


o Rapport des carrés des fréquences de résonance (mesurées suivant la norme P
18-414)
- Epreuve de convenances en vérifiant les mêmes paramètres ;
- Elément témoin (CCTG, fascicule 65) ;
- Agrément de la centrale de bétonnage (fascicule 65) ;
- Contrôle de la procédure de bétonnage (CCTG, fascicule 65).
13.5.2.2 Essais de conformité
Les essais sur éprouvette sont normalisés selon la norme NF EN 206-1.
- Les essais sur éprouvette (NF P 18-400) sont les suivants :
o Mesure de la masse volumique apparente du béton : On mesure
systématiquement la masse volumique apparente de toute éprouvette soumise à
un essai. En effet, lorsqu’une éprouvette a été mal compactée ou si la
granulométrie est mauvaise, cela se remarque sur la masse volumique apparente.
o Mesure du module dynamique : La méthode est basée sur l’excitation, la
détection et la mesure des fréquences de résonance mécanique des éprouvettes.
Elle concerne les trois modes de vibration de base : longitudinal, en flexion et en
torsion (voir page suivante). Elle a pour but de caractériser les propriétés
élastiques du béton.
o Essai d’affaissement (NF P 18-451).
o Essai de résistance à la compression (SIA 162).
o Essai de résistance à la traction par flexion (SIA 162) : il donne une indication sur
sa résistance à la fissuration
o Essai brésilien : L'essai de résistance à la traction transversale ou essai brésilien
permet d'estimer la résistance à la traction directe du béton.
- Essai d’un élément en béton arme (élément témoin) : il consiste à mettre en évidence
lors du chargement d’une poutre les trois stades suivants : stade non-fissuré, stade
fissuré et stade de rupture.
- Les essais non destructifs sur des éléments mis en œuvre sont les suivants :
o Mesure de la vitesse du son dans le béton : elle permet d’évaluer sa résistance et
permet de contrôler la régularité du béton d’un élément d’un ouvrage, et de
suivre l’évolution d’un béton dans le temps.
o Mesure de la dureté au choc (scléromètre) : la détermination de la dureté est
basée sur la mesure du recul que subit un dispositif mobile (commandé par un
ressort) à la suite d'une collision entre le dispositif et la surface du béton.
o Mesure d’humidité par capacimétrie électrique : Ces mesurer consistent à
mesurer en surface d'un parement, au moyen d'un capteur de faible dimension,
les variations relatives de capacité électrique du matériau, traduisant,
indépendamment de la conductivité de la solution en présence, les écarts de
teneur en eau.
o Le radar et le pachomètre : deux méthodes complémentaires mises en œuvre
pour reconstituer le plan de ferraillage d'une structure en béton armé.
o Mesure de Potentiel d'Électrode : cette méthode permet d’évaluer la corrosion
des aciers dans le béton en mesurant le champ de potentiel électrique que la
corrosion crée.
o Mesure de la vitesse de corrosion : La méthode par impulsions galvanostatiques
est basée sur l'analyse de la courbe des variations de potentiel des aciers sous
l'influence d'impulsions électriques de faible intensité, émises dans le béton dans
un volume déterminé. Ces mesures permettent d'anticiper l'évolution du
phénomène de corrosion dans le temps, par calcul de la perte de section des
aciers par unité de temps.

Page 132
NORMES MALGACHES DE CONSTRUCTION D’INFRASTRUCTURES HYDROAGRICOLES CONTRE LES CRUES ET LES INONDATIONS
NIHYCRI

13.5.2.3 Dans la pratique


NIHYCRI prescrit pour tous travaux de bétonnage :
- Le suivi de la norme NF EN 206-1.
- Les classes d’exposition sont XC2 pour la fondation et XC4 pour les ouvrages en
superstructure. En zone littorale, la classe d’exposition est XS1.
- De procéder aux essais de laboratoires relatifs à la formulation du béton et aux essais de
convenance et de conformité.
- De procéder à des essais non destructifs, en fonction de la nature des ouvrages et dans le
cas où le maître de l’ouvrage le jure nécessaire.
- Selon l’envergure des travaux, il pourrait être exigé dans le contrat du titulaire, la mise
en place d’un laboratoire sur le site même des travaux. Dans d’autres cas, le recours à un
laboratoire situé dans des villes situées à proximité du chantier peut être accepté. Les
échantillons seront pris contradictoirement par des représentants du titulaire, du maître
d’œuvre et d’un responsable auprès du laboratoire.
- La mise en œuvre du béton suit à la lettre des prescriptions du fascicule 65, ainsi :
o Le gâchage manuel est à éviter. La mise en place de centrales de bétonnage fixe
ou mobile est prescrit. Elle nécessite l’agrément du maître de l’ouvrage.
o Des soins très particuliers sont à apporter en ce qui concerne les ouvrages
provisoires, notamment la rigidité, l’étanchéité et la conception des coffrages, qui
constituent un point de contrôle, nécessitant l’approbation de la part du maître
d’œuvre ;
o Les armatures mises en place doivent faire l’objet d’une réception préalable du
maître d’œuvre. La hauteur d’enrobage est à vérifier tout particulièrement.
o La mise en œuvre des travaux de bétonnage doit suivre le dossier d’exécution,
notamment en ce qui concerne les joints de dilatation et les points d’arrêt.
o Pour les travaux sous l’eau, dans le cas où la mise en œuvre spécifique du béton
sous l’eau n’a pas été l’option retenue, il est à proscrire d’exécuter les travaux de
bétonnage sans la constatation par le maître d’œuvre de l’efficacité de l’ensemble
du système de batardeau et d’assèchement de fouille (système de pompage).
o La vibration du béton pour le rendre homogène et éviter la formation de nids
d’abeille dans le corps du béton.
o La cure du béton par humidification permanente pour éviter le retrait plastique.
La durée minimale de la cure est règlementée par la norme XP P 18-325.
o Le décoffrage qui ne peut avoir lieu avant le temps de cure (XP P 18-325) et avec
les valeurs minimales suivantes :
 Coffrages verticaux : 4 jours ;
 Coffrages horizontaux sur des éléments non porteurs : 8 jours ;
 Coffrages horizontaux sur des éléments porteurs : 14 jours.

Page 133
NORMES MALGACHES DE CONSTRUCTION D’INFRASTRUCTURES HYDROAGRICOLES CONTRE LES CRUES ET LES INONDATIONS
NIHYCRI

13.6 EXECUTION ET CONTROLE DES TRAVAUX DES OUVRAGES EN TERRE

13.6.1 Norme de référence


EUROCODE 7 régit l’ensemble de toutes les activités entrant dans l’exécution et le contrôle des
travaux de construction des ouvrages en terre. En absence de norme nationale malgache en la
matière, NIHYCRI prescrit, à titre transitoire, EUROCODE 7 comme norme sur les ouvrages en
terre.

13.6.2 Agrément des matériaux


EUROCODE 7 exige que les matériaux pour la réalisation des ouvrages en terre soient agréés
avant leur mise en œuvre.
Les matériaux à utiliser pour les travaux de remblai sont règlementés par la norme NF P 11-300
et éventuellement par rapport à la norme NF P 98-231.2 portant sur les difficultés de
compactage.
Le tableau suivant donne les différents seuils sur les caractéristiques mécaniques des matériaux
appropriés dans la réalisation des ouvrages en terre :
Tableau 48 : normes sur les essais d’identification de matériaux d’emprunt

Paramètres Normes Valeurs limites

Teneur en eau naturelle NF P 94-049 Proche de l’optimum Proctor


NF P 94-050 Compris entre 10 et 40%

Granulométrie XP P 94-041 Matériaux étanches :


pourcentage d’éléments fin (<
XP P 94-056
80μ) supérieur à 30%.
XP P 94-057
Matériaux non étanches :
pourcentage d’éléments fins
inférieur à 15%

Limites d’Atterberg NF P 94-051 Limite de plasticité < 35%

Des essais proctor normal ou modifié (NF P 94-093) nécessitent d’être réalisés pour déterminer
la teneur en eau la densité apparente optimum proctor.

13.6.3 Mise en œuvre de remblai compacté


Sauf sans des cas très particulier, l’exécution des travaux de remblai compacté est toujours
réalisée avec des engins mécaniques.
NIHYCRI reprend les prescriptions d’EUROCODE 7 en ce qui concerne la mise en œuvre des
travaux de remblai compacté, à savoir :
- Les procédures de mise en place et de compactage du matériau sont choisies de telle
sorte que la stabilité du remblai soit assurée pendant toute l'exécution des travaux et
que le sol naturel ne soit pas affecté de façon défavorable.
- La procédure de compactage pour le remblai est spécifiée en fonction du critère de
compactage et des éléments suivants :
o l'origine et la nature du matériau ;
o la méthode de mise en place ;
o la teneur en eau de mise en place et ses variations éventuelles ;
o les épaisseurs, initiale et finale, de la couche rapportée ;
o les conditions climatiques locales ;

Page 134
NORMES MALGACHES DE CONSTRUCTION D’INFRASTRUCTURES HYDROAGRICOLES CONTRE LES CRUES ET LES INONDATIONS
NIHYCRI

o l'uniformité du compactage ;
o la nature du terrain sous-jacent.

- Afin de développer une procédure appropriée pour le compactage, un essai en vraie


grandeur doit être effectué avec le matériau et l'équipement de compactage prévus. Ceci
permet de déterminer la procédure de compactage à suivre (méthode de mise en place,
équipement de compactage, épaisseur des couches, nombre de passes, techniques de
transport adéquates, quantité d'eau à ajouter). Un essai en vraie grandeur peut
également être utilisé pour déterminer les critères de contrôle.
- Lorsqu'il existe des risques de pluies au cours de la mise en place de matériaux
cohérents, il convient de régler la surface du remblai à chaque étape, de telle sorte qu'elle
puisse assurer un écoulement convenable.
- Il convient de placer le remblai à la surface d’un terrain non remanié et drainé. Il
convient d’éviter tout mélange du remblai avec le terrain en utilisant une nappe filtrante
de géotextile ou une couche de séparation filtrante.
- Avant de placer du remblai sous l’eau, il convient d’enlever tous les matériaux mous par
dragage ou par un autre moyen.

13.6.4 Contrôle
EUROCODE 7 applique la norme EN 1997-2 en ce qui concerne le contrôle de la mise en œuvre
des travaux de compactage :
- en vérifiant que le compactage a été réalisé conformément à la procédure déduite des
essais en vraie grandeur ou d'expériences comparables ;
- en vérifiant les caractéristiques des matériaux et la teneur en eau de mise en œuvre.
Le contrôle de compactage est effectué par l’une des méthodes suivantes :
- Mesure de la densité sèche par rapport à OPN et, si cela est requis par le projet, de la
teneur en eau ;
- Mesure de la résistance à la pénétration au pénétromètre dynamique (XP P 94-063). Ces
mesures ne permettent pas toujours de déterminer si le compactage a été satisfaisant
dans les sols cohérents

13.6.5 Dans la pratique


NIHYCRI prescrit Eurocode 7 pour tous travaux de remblai compacté. Les prescriptions d’ordre
pratique suivantes sont issues d’Eurocode 7 :
- La réalisation des essais d’identification et de compactage (proctor) sur les zones
d’emprunt potentielles pour le choix des matériaux et de la procédure de compactage.
- Pour les travaux de remblai de grande envergure, un essai en vraie grandeur pour définir
la procédure de compactage.
- Procéder au contrôle de compactage durant le déroulement des travaux.
- Procéder à des réceptions géotechniques progressives en réalisant des essais proctor de
contrôle.
- Selon l’importance des travaux, la présence d’un laboratoire d’agréments des matériaux
et de contrôle de compactage sur le site est requise.
- Les travaux de compactage doivent être réalisés avec des engins mécaniques de
compactage adaptés à la situation et à l’envergure des travaux. Dans des conditions
sèches, des citernes sont nécessaire pour humidifier les matériaux de façon à atteindre la
teneur en eau optimale.

Page 135
NORMES MALGACHES DE CONSTRUCTION D’INFRASTRUCTURES HYDROAGRICOLES CONTRE LES CRUES ET LES INONDATIONS
NIHYCRI

13.7 EXECUTION ET CONTROLE DES TRAVAUX DES OUVRAGES EN ENROCHEMENT

13.7.1 Références
En absence de document de référence homologué pour Madagascar, NIHYCRI prescrit le Rock
Manual ou « Guide de l’enrochement, l’utilisation des enrochements dans les ouvrages
hydrauliques », publié par le Centre d’Etudes Techniques Maritimes et Fluviales, République
Française.
Cet ouvrage règlemente toutes les activités allant de l’agrément des carrières, les opérations, sur
carrières, le dimensionnement et la mise en œuvre.

13.7.2 Dans la pratique


NIHYCRI prescrit le Rock Manual qui exige pour tous travaux de protection en enrochement de
digues et de barrages en terre :
- La réalisation d’essais d’identification et d’agrément de carrière ;
- Le suivi des opérations sur carrière de façon à respecter la blocométrie obtenue des
dimensionnements ;
- Le contrôle de la mise en œuvre pour le respect des dossiers d’exécution et des normes.

Page 136
DECRET N°2013-070
FIXANT LES NORMES MALGACHES DE CONSTRUCTION DES
INFRASTRUCTURES HYDROAGRICOLES CONTRE LES CRUES
ET LES INONDATIONS