Vous êtes sur la page 1sur 53

RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE

MINISTÈRE DE L’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE

Université Mohammed seddik benYahia - JIJEL


Faculté des sciences exactes et informatique
Département de Physique

COURS
Destiné aux étudiants de 2ème année Licence

Domaine : Sciences de la Matière (SM)


Filière : Physique

MÉCANIQUE DES FLUIDES


Cours et exercices résolus

Réalisé et présenté par

Dr. LAOUER Abdelghani

2017-2018
Avant-propos

La mécanique des fluides (MDF) occupe une place importante dans les divers domaines
technologiques et industriels ainsi que dans notre environnement et notre vie quotidienne. La
mécanique des fluides couvre de nombreux secteurs industriels, tels que le secteur automobile, le
génie biomédical, le transport maritime, l’aéronautique, les industries pétrolières, chimiques ou
nucléaires, etc . . .
Ce cours complet de mécanique des fluides est destiné aux étudiants de deuxième année Licence
Physique. Il correspond au programme officiel du module mécanique des fluides enseigné en
deuxième année (L2-S4) du domaine SM - Sciences de la Matière, filière Physique. L’auteur a
structuré ce polycopie en cinq chapitres :
Le premier traite des notions fondamentales sur les propriétés en mécanique des fluides.
Le deuxième chapitre est consacré au principe fondamental de la statique, force hydrostatique,
ainsi qu’à la force d’Archimède.
Le troisième chapitre aborde la cinématique des fluides. Il traite particulièrement les écoulements
plans 2D dans les cas incompressible et irrotationnel.
Le chapitre 4 aborde la dynamique des fluides dans le cas des fluides non visqueux (parfaits), en
particulier, l’équation de continuité, l’équation d’Euler et le théorème de Bernoulli.
Le cinquième chapitre port sur la dynamique des fluides incompressible réels.
À la fin de chaque chapitre, le lecteur trouvera quelques exercices d’application avec leurs correc-
tions. Ces exercices ont été choisis de manière à mettre en œuvre l’ensemble des connaissances
du cours sur des configurations pratiques et couramment rencontrées par l’ingénieur.

Dr Abdelghani LAOUER
Maître de conférence
Université Mohamed Seddik BenYahia – JIJEL
Table des matières

1 INTRODUCTION ET CONCEPTS FONDAMENTAUX 1


1.1 Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2
1.2 Définitions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2
1.2.1 Définition d’une contrainte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2
1.2.2 Définition d’un Fluide . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3
1.2.3 Fluide incompressible . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3
1.2.4 Fluide compressible . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3
1.3 Propriétés des fluides . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3
1.3.1 Masse volumique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3
1.3.2 Densité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3
1.3.3 Volume spécifique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4
1.3.4 Poids spécifique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4
1.3.5 Viscosité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4

2 STATIQUE DES FLUIDES 7


2.1 Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
2.2 Force de pression . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
2.3 Équation fondamentale de la statique des fluides . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
2.3.1 Application aux fluides incompressibles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10
2.4 Forces s’exerçant sur une surface immergée (forces hydrostatiques) . . . . . . . . 10
2.4.1 Force de pression sur une paroi plane . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10
2.4.2 Point d’application d’une force hydrostatique . . . . . . . . . . . . . . . . 11
2.5 Poussée d’Archimède . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12

3 CINÉMATIQUE DES FLUIDES 15


3.1 Description lagrangienne et Eulérienne du mouvement du fluide . . . . . . . . . . 16
3.1.1 Description de Lagrange . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16

ii
Table des matières

3.1.2 Description d’Euler . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17


3.2 lignes de courant, trajectoires et lignes d’émission . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17
3.2.1 lignes de courant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17
3.2.2 Trajectoires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18
3.2.3 Lignes d’émission . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18
3.3 Écoulement permanent . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18
3.4 Conservation de la masse (Équation de continuité) . . . . . . . . . . . . . . . . . 19
3.4.1 Cas particuliers : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
3.5 Mouvement d’une particule fluide . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
3.6 Écoulement rotationnel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21
3.7 Écoulement irrotationnel et potentiel des vitesses . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21
3.8 Fonction de courant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22
3.9 Accélération d’une particule fluide . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22

4 DYNAMIQUE DES FLUIDES PARFAITS 24


4.1 Équation d’Euler . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25
4.2 Principe de conservation de la masse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26
4.3 Théorème de Bernoulli . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26
4.3.1 Cas sans échange de travail . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26
4.3.2 Cas avec échange de travail . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28
4.4 Applications du théorème de Bernoulli . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28
4.4.1 Tube de Venturi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29
4.4.2 Tube de Pitot . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30
4.4.3 Formule de Toricelli . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31

5 DYNAMIQUE DES FLUIDES VISQUEUX 33


5.1 Fluide réel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34
5.2 Régime d’écoulement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34
5.3 Généralisation de l’équation de Bernoulli – Pertes de charge . . . . . . . . . . . . 35
5.3.1 Pertes de charge linéaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36
5.3.2 Pertes de charge singulières . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37
5.4 Dynamique des fluides visqueux incompressibles : équation de Navier Stokes . . . 39
5.4.1 Tenseur des contraintes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39
5.4.2 Tenseur des taux de déformation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41
5.4.3 Principe fondamental de la dynamique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42
5.4.4 Fluide newtonien et équation de Navier-Stokes . . . . . . . . . . . . . . . 42

Bibliographie 45

Cours réalisé et présenté par : Dr Abdelghani LAOUER iii


Table des matières

A Opérateurs différentiels dans les différents systèmes de coordonnées I

Cours réalisé et présenté par : Dr Abdelghani LAOUER iv


Chapitre 1
INTRODUCTION ET CONCEPTS
FONDAMENTAUX

« Learn from yesterday, live for today,


hope for tomorrow. The important thing
is not to stop questioning. »
Albert Einstein

Sommaire
1.1 Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2
1.2 Définitions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2
1.2.1 Définition d’une contrainte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2
1.2.2 Définition d’un Fluide . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3
1.2.3 Fluide incompressible . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3
1.2.4 Fluide compressible . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3
1.3 Propriétés des fluides . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3
1.3.1 Masse volumique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3
1.3.2 Densité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3
1.3.3 Volume spécifique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4
1.3.4 Poids spécifique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4
1.3.5 Viscosité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4

1
Chapitre 1 : Introduction et concepts fondamentaux

1.1 Introduction
La mécanique des fluides est une branche de la physique qui concerne le comportement des
liquides et des gaz au repos ou en mouvement ; c’est une science qui traite des lois de l’équilibre
et du mouvement des fluides et établit des modes d’application de ces lois à la résolution des
problèmes pratiques de l’ingénieur. Elle comprend deux grandes sous branches :
• la statique des fluides, ou hydrostatique qui étudie les fluides au repos.
• la dynamique des fluides qui étudie les fluides en mouvement.
On distingue également d’autres branches importantes liées à la mécanique des fluides : l’hy-
draulique, l’hydrodynamique, l’aérodynamique, etc . . .
La mécanique des fluides, comme science, a de nombreuses applications dans divers domaines
comme l’alimentation en eau potable des villes, l’aéronautique et l’aérodynamique et aussi dans
le domaine biomédical, etc . . .

1.2 Définitions
1.2.1 Définition d’une contrainte
−→
Soit une surface élémentaire dS ou s’exerce la force dF agissant sur cette surface et qui peut
−−→ −−→
être décomposée en deux composantes ; une force normale dFN et une force tangentielle dFT
(voir figure 1.1).
La force par unité de surface est appelée contrainte. la contrainte tangentielle est aussi appelée

Figure 1.1 – Définition d’une contrainte appliquée sur une surface de volume fluide.

contrainte de cisaillement. Les composantes de cette contrainte sont définies comme :


• la contrainte normale :
dFN
 
σ = lim (1.1)
dS→0 dS

• la contrainte de cisaillement :
dFT
 
τ = lim (1.2)
dS→0 dS

Cours réalisé et présenté par : Dr Abdelghani LAOUER 2


Chapitre 1 : Introduction et concepts fondamentaux

1.2.2 Définition d’un Fluide

Un fluide est défini comme une substance formé d’un grand nombre de particules matérielles,
très petites, libres de se déplacer les unes par rapport aux autres et qui se déforme continuel-
lement sous l’action d’une quelconque contrainte de cisaillement qui peut être créée dès lors
qu’une force tangentielle agit sur une surface quelle que soit l’amplitude de cette contrainte.

1.2.3 Fluide incompressible

Un fluide est dit incompressible lorsque le volume occupé par une masse donné ne varie pas
en fonction de la pression extérieure. Les liquides peuvent être considérés comme des fluides
incompressibles (eau, huile, . . . etc.).

1.2.4 Fluide compressible

Un fluide est dit compressible lorsque le volume occupé par une masse donnée varie en
fonction de la pression extérieure, les gaz sont des fluides compressibles. Par exemple, l’air,
l’hydrogène, le méthane à l’état gazeux, sont considérés comme des fluides compressibles.

1.3 Propriétés des fluides


1.3.1 Masse volumique

La masse volumique est définie comme la masse par unité de volume :


m h i
ρ= kg.m−3 (1.3)
V
La masse volumique d’un gaz change avec la pression mais celle d’un liquide peut être considérée
comme constante en général.
Les valeurs de la masse volumique de l’eau et de l’air en fonction de la température et dans les
conditions standards de pression sont données dans le Tableau 1.1.

Tableau 1.1 – Masse volumique de l’eau et de l’air à la pression atmosphérique.

Température o C 0 10 15 20 40 60 80 100
ρ(kg.m−3 ) Eau 999.8 999.7 999.1 998.2 992.2 983.2 971.8 958.4
Air 1.293 1.247 1.226 1.205 1.128 1.060 1.000 0.946

1.3.2 Densité

La densité d est définie comme étant le rapport de la masse volumique d’un fluide sur la
masse volumique d’un fluide de référence. Elle est donnée par la relation suivante :
ρf
d= (1.4)
ρref
Dans le cas des liquides en prendra l’eau comme fluide de référence. Dans le cas des gaz on
prendra l’air comme fluide de référence.

Cours réalisé et présenté par : Dr Abdelghani LAOUER 3


Chapitre 1 : Introduction et concepts fondamentaux

1.3.3 Volume spécifique

L’inverse de la masse volumique par unité de masse est appelé volume spécifique (ou volume
massique) et est défini par :
1 h i
Vm = m3 .kg −1 (1.5)
ρ

1.3.4 Poids spécifique

Le poids spécifique est défini comme le produit de la masse volumique par l’accélération de
la pesanteur :
h i
γ = ρg N.m−3 (1.6)

1.3.5 Viscosité

La viscosité d’un fluide peut se définir comme la propriété de résistance d’un fluide à l’écou-
lement.

Viscosité dynamique

En 1687, Newton réalise une expérience simple démontrant l’influence de la viscosité des
fluides sur sa mise en écoulement. On met un fluide entre deux plaques (l’une fixe, l’autre mo-
bile) et l’on étudie la force F qu’il faut appliquer pour déplacer la plaque mobile à une vitesse
constante v (voir figure 1.2). On fait varier l’épaisseur e de liquide et aussi la surface S de la
plaque mobile. L’expérience montre que F est proportionnel à v et S, mais inversement propor-
tionnel à l’épaisseur e du liquide.

Figure 1.2 – Représentation de l’expérience de Newton.

Les observations qui découlent de l’expérience décrite ci-dessus peuvent être traduites par
une expression mathématique de la forme suivante :
v
F = µS (1.7)
e
Le coefficient de proportionnalité µ (lire "mu") qui apparaît dans cette relation est appelé coef-
ficient de viscosité dynamique.

Cours réalisé et présenté par : Dr Abdelghani LAOUER 4


Chapitre 1 : Introduction et concepts fondamentaux

L’unité SI de la viscosité est [Pa.s] et g.cm−1 .s−1 en unités CGS ; 1 g.cm−1 .s−1 équivaut à 1P
(Poise) ou 1/10 de Poiseuille [Pl] (1 Pl = 10 P).

Viscosité cinématique

Par définition la viscosité cinématique ν (lire "nu") est le rapport de la viscosité dynamique
par la masse volumique. Elle est donc donnée par :
µ
ν= (1.8)
ρ

L’unité SI de la viscosité cinématique ν est m2 .s−1 et dans le système d’unités CGS, 1 m2 .s−1
équivaut à 1 St (Stokes, 1 St = 10−4 m2 .s−1 ).
Le Tableau 1.2 donne quelques valeurs de viscosité pour différents fluides.

Fluides µ(P l) ν(m2 /s)


air (0 o C) 1.7 × 10−5 1.33 × 10−5
eau (20 o C) 1.8 × 10−3 1.79 × 10−6
mercure (20 o C) 1.6 × 10−3 1.2 × 10−7
huiles 10−2 à 1 10−5 à 10−3
polymère fondus 102 à 104 10−1 à 10

Tableau 1.2 – viscosité cinématique et dynamique pour quelques fluides à pression atmosphérique.

Fluides Newtoniens et fluides non-newtoniens

Les fluides peuvent être divisés en deux catégories relativement à leur viscosité (qui est une
de leur caractéristique physico-chimique).
— Fluides newtoniens : Un fluide est newtonien lorsque sa viscosité est constante ou qui ne
peut varier qu’en fonction de la température ainsi que la contrainte de cisaillement varie linéai-
rement en fonction de taux de déformation. Ces fluides newtoniens sont les plus nombreux : eau,
air, ainsi qu’un grand nombre de liquides ou de gaz .
— Fluides non-newtoniens : c’est un fluide dont la viscosité peut varier en fonction de la
contrainte mécanique qu’on lui applique. les plus connus sont montrés sur la figure 1.3. Pseudo-
plastique tel que le lait ou le sang, dilatant tel que les solution concentrées en sucre et plastique
tel que la mayonnaise ou la boue de forage.

Variation de la viscosité en fonction de la température

Dans le cas des gaz, une augmentation de la température entraîne un mouvement plus intense
des molécules et accroît le mélange moléculaire et donc la viscosité augmente. Dans le cas
d’un liquide, lorsque la température augmente les molécules se séparent entre elles, décroissant
l’attraction entre elles et donc la viscosité diminue.
La Figure 1.4 montre la variation de la viscosité avec la température pour l’air et l’eau.

Cours réalisé et présenté par : Dr Abdelghani LAOUER 5


Chapitre 1 : Introduction et concepts fondamentaux

Contrainte de cisaillement
ue
stiq
Pla

en
oni
wt
Ne

t
tan
Dila

Pseudoplastique

Taux de cisaillement
Figure 1.3 – Variation de la contrainte τ en fonction du taux de cisaillement pour différents types de
fluides.

Figure 1.4 – Variation de la viscosité en fonction de la température.

Cours réalisé et présenté par : Dr Abdelghani LAOUER 6


Chapitre 2
STATIQUE DES FLUIDES

« Le plus court chemin d’un point à un


autre est la ligne droite,
à condition qu’ils soient bien l’un en face
de l’autre. »
Pierre Dac

Sommaire
2.1 Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
2.2 Force de pression . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
2.3 Équation fondamentale de la statique des fluides . . . . . . . . . . . 8
2.3.1 Application aux fluides incompressibles . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10
2.4 Forces s’exerçant sur une surface immergée (forces hydrostatiques) 10
2.4.1 Force de pression sur une paroi plane . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10
2.4.2 Point d’application d’une force hydrostatique . . . . . . . . . . . . . . . 11
2.5 Poussée d’Archimède . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12

7
Chapitre 2 : Statique des fluides

2.1 Introduction
La statique des fluides (hydrostatique) s’intéresse à l’étude des fluides au repos, lorsque le
fluide n’est animé d’aucun mouvement. L’objectif est de calculer la pression en tout point du
domaine fluide. Un deuxième objectif est le calcul des efforts exercés par ce fluide au repos sur
des surfaces solides indéformables avec lequel il est en contact.

2.2 Force de pression


−→
Soit dF (M ) la force élémentaire exercée par un
fluide sur un élément de surface dS entourant le point
M . Cette force est perpendiculaire à la surface. La pres-
sion est définie comme :
dF
p(M ) = (2.1)
dS
Ceci conduit à définir la force exercée par un fluide
sur une surface S à partir de la répartition de pression
sur la surface comme :


ZZ
F =− p(M )dS →

n (2.2)
S

Où →

n est un vecteur unitaire orienté vers l’extérieur.

2.3 Équation fondamentale de la statique des fluides


Considérons un volume de fluide, de masse volumique ρ, dans l’espace 3D et dans lequel
nous isolons un domaine parallélépipédique de volume dV = dxdydz. Les forces exercées sur ce
domaine par le fluide environnant sont reportées sur la Figure 2.1.

Figure 2.1 – un élément de dimensions infiniment petites d’un domaine fluide au repos.

Dans un repère cartésien. Le bilan des forces qui s’appliquent sur cet élément de volume :

Cours réalisé et présenté par : Dr Abdelghani LAOUER 8


Chapitre 2 : Statique des fluides

• le poids :

− →

P = m→

g = −ρdV g k (2.3)

• la résultante des forces de pression exercées sur les surfaces du parallélépipède :



− →
− →
− →

R = Rx i + Ry j + Rz k (2.4)

En appliquant la définition de la force de pression, la résultante des actions de pression


suivant x est :

Rx = Fx − Fx+dx = p(x, y, z)dydz − p(x + dx, y, z)dydz (2.5)

Comme dx est un infiniment petit, on peut effectuer un développement limité au premier


ordre de p(x + dx, y, z) sous la forme :
∂p(x, y, z)
p(x + dx, y, z) = p(x, y, z) + dx + . . .
∂x
On trouve alors :
∂p(x, y, z)
Rx = − dxdydz (2.6)
∂x
En effectuant le même raisonnement suivant y et z on trouve :
∂p(x, y, z)
Ry = − dxdydz (2.7)
∂y
∂p(x, y, z)
Rz = − dxdydz (2.8)
∂z
Alors :

− ∂p(x, y, z) →
− ∂p(x, y, z) →
− ∂p(x, y, z) →

R =− dxdydz i − dxdydz j − dxdydz k
∂x ∂y ∂z
∂p(x, y, z) →
− ∂p(x, y, z) →
− ∂p(x, y, z) →

 
=− i + j + k dV
∂x ∂y ∂z
−−→
= −gradp.dV

Le volume dV de fluide étant à l’équilibre (le fluide est au repos ), la somme des des forces est
nulle :

− → − →
− −−→ →

P + R = 0 ⇒ gradp = −ρg k (2.9)

En projetant cette équation sur les différents axes on trouve :


∂p(x, y, z)

= 0

∂x

⇒ p(x, y, z) = p(z) (2.10)
∂p(x, y, z)
=0



∂y
L’équation (2.10) montre que la variation de la pression ne dépend que de la coordonné z. On
peut écrire alors :
dp
= −ρg (2.11)
dz
cette relation permet de connaître la pression en tout point du fluide ou repos.

Cours réalisé et présenté par : Dr Abdelghani LAOUER 9


Chapitre 2 : Statique des fluides

2.3.1 Application aux fluides incompressibles

La masse volumique du fluide est en tout point la même ρ = cste (fluide incompressible).
Par ailleurs, on peut considérer que l’accélération de la pesanteur est une constant g = C te , Par
conséquent
dp
= −ρg = cste (2.12)
dz
cette relation s’intègre facilement :

Figure 2.2 – Différence de pression entre 2 points d’un fluide au repos.

Z pB Z zB
dp = −ρgdz ⇒ (pA − pB ) = −ρg (zA − zB )
pA zA
⇒ pA + ρgzA = pB + ρgzB
⇒ p + ρgz = cste

2.4 Forces s’exerçant sur une surface immergée (forces hydro-


statiques)
−→
On sait que dF = −p.dS.→

n est la force de pression élémentaire exerçant sur la surface
élémentaire dS. Pour connaitre la force totale s’exerçant sur une surface S, il suffit d’intégrer
−→
dF sur cette surface S :


ZZ
F =− p.dS.→

n
S

2.4.1 Force de pression sur une paroi plane

Soit une surface plane et un fluide de masse volumique ρ se trouve au-dessus de la paroi, on
considère un élément de surface dS, cet élément subit une force de pression exercée par le fluide
−−→ −−→
dF1 , et une force de pression exercée par le milieu extérieur dF2 . On appelle dF la résultante
de ces forces :
−→ −−→ −−→
dF = dF1 + dF2

Cours réalisé et présenté par : Dr Abdelghani LAOUER 10


Chapitre 2 : Statique des fluides

Figure 2.3 – Force exercée par un fluide au repos sur une paroi solide fixe.

−−→
On a : dF1 = (p0 + ρgz) .dS.→

n
−−→
dF2 = −p0 .dS.→

n

Alors :
−→
dF = (p0 + ρgz) .dS.→

n − p0 .dS.→

n = ρgz.dS.→

n

Donc la force totale s’exerçant sur la surface S de la paroi est :



− −→
ZZ ZZ ZZ
F = dF = ρgz.dS.→

n = ρg z.dS.→

n (2.13)
S S S

2.4.2 Point d’application d’une force hydrostatique




Si F la force hydrostatique s’exerçant sur une sur-
face S, alors on peut avoir besoin de connaitre le point
d’application A de cette force, ce point s’appelle centre
de poussée.
Le centre de poussée se détermine en écrivant que le


moment de F par rapport à un point O quelconque
est égal à la résultante des moments élémentaires par
rapport à ce même point O.
−→ → − −−→ −→
Z
OA ∧ F = OM ∧ dF (2.14)
S

Exemple : (Cas d’une paroi verticale)


Calculer la résultante de force de pression sur une paroi verticale de largeur L et de hauteur
H, puis déterminer le point d’application (centre de poussé) de cette force. le fluide est de
l’eau de masse volumique ρ.

Cours réalisé et présenté par : Dr Abdelghani LAOUER 11


Chapitre 2 : Statique des fluides

01


  34


567 

8
Solution :
Résultante de force de pression :
−→ −−→ −−→ →
− →
− →

dF = dF1 + dF2 = (p0 + ρgz) .dS. i − p0 .dS. i = ρgz.dS. i

Alors la force totale s’exerçant sur la surface S de la paroi est :


ZZ ZZ ZZ
F = dF = ρgz.dS = ρg z.dS
S S S
1
ZZ Z H Z L
= ρg z.dxdz = ρg zdz dx ⇒ F = ρgLH 2
0 0 2
S

Point d’application :
−→ → − −−→ −→ →
− →
− →
− →

Z Z
OA ∧ F = OM ∧ dF ⇒ OA. k ∧ F. i = OM. k ∧ dF i
S S

− → − →
− → −
Z
⇒ OA.F ( k ∧ i ) = OM.dF ( k ∧ i )
S
Z
⇒ OA.F = OM.dF
S
1
Z
⇒ OA. ρgLH 2 = z.ρgz.dS
2
S
1 H Z Z L
⇒ OA. ρgLH 2 = ρg z 2 dz dx
2 0 0
1 H3
⇒ OA. ρgLH 2 = ρg. .L
2 3
2
⇒ OA = H
3

2.5 Poussée d’Archimède


La poussée d’Archimède est la force que subit un corps plongé en tout ou en partie dans
un liquide soumis à un champ de gravité. Plus simplement la poussée d’Archimède est la force

Cours réalisé et présenté par : Dr Abdelghani LAOUER 12


Chapitre 2 : Statique des fluides

exercée par un fluide (air, eau, etc..) sur un objet. Elle se manifeste sur Terre sur tout objet
immergé dans un fluide comme l’eau. C’est à partir de cette poussée qu’on définit la flottabilité
d’un corps. C’est ainsi qu’un navire flotte sur la mer.

Énoncé :
Tout corps immergé partiellement ou totalement dans un fluide subit de la part de celui-ci une
poussée verticale, dirigée vers le haut, appelée poussée d’Archimède, dont l’intensité est égale
au poids du fluide déplacé.
Formule :

FA = ρf luide .g.Vi (2.15)

FA : poussée (ou force) d’Archimède en [N ].


ρf luide : masse volumique du fluide en kg/m3 .
 

g : gravité en [N/kg] (ou accélération de la pesanteur en m/s2 ).


 

Vi : volume immergé du corps en m3 .


 

Cours réalisé et présenté par : Dr Abdelghani LAOUER 13


Chapitre 2 : Statique des fluides

EXERCICES DE CHAPITRE 2

Cours réalisé et présenté par : Dr Abdelghani LAOUER 14


Chapitre 3
CINÉMATIQUE DES FLUIDES

« Tout le monde veut vivre au sommet de


la montagne, sans soupçonner que le vrai
bonheur est dans la manière de gravir la
pente. »
Gabriel Garcia Marquez

Sommaire
3.1 Description lagrangienne et Eulérienne du mouvement du fluide . . 16
3.1.1 Description de Lagrange . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16
3.1.2 Description d’Euler . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17
3.2 lignes de courant, trajectoires et lignes d’émission . . . . . . . . . . 17
3.2.1 lignes de courant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17
3.2.2 Trajectoires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18
3.2.3 Lignes d’émission . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18
3.3 Écoulement permanent . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18
3.4 Conservation de la masse (Équation de continuité) . . . . . . . . . . 19
3.4.1 Cas particuliers : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
3.5 Mouvement d’une particule fluide . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
3.6 Écoulement rotationnel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21
3.7 Écoulement irrotationnel et potentiel des vitesses . . . . . . . . . . . 21
3.8 Fonction de courant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22
3.9 Accélération d’une particule fluide . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22

15
Chapitre 3 : Cinématique des fluides

La cinématique est la description analytique d’un système en mouvement. Dans ce chapitre,


nous allons donc nous intéresser aux mouvements des fluides par rapport au temps, indépen-
damment des causes qui les provoquent, c’est-à-dire sans prendre en compte les forces qui sont
à leur source.

3.1 Description lagrangienne et Eulérienne du mouvement du


fluide
Il existe deux descriptions possibles du fluide en mouvement par rapport à un référentiel (R)
fixe d’origine O.

3.1.1 Description de Lagrange

Cette description de l’écoulement consiste à suivre une particule fluide donnée au cours de
son mouvement au cours du temps. C’est l’évolution de la position des particules qui permet la
description du mouvement.
Considérons une particule de fluide P placé en M0 (x0 , y0 , z0 ) à l’instant t0 . Dans la description
de Lagrange, on suite le mouvement de la particule de fluide qui sera en M1 (x1 , y1 , z1 ) à l’instant
t1 , et en M2 (x2 , y2 , z2 ) à l’instant t2 . . . On peut déterminer la trajectoire de la particule si

Figure 3.1 – Trajectoire de la particule P.

l’on connait les fonctions :


x = x(x0 , y0 , z0 , t)





y = y(x0 , y0 , z0 , t) (3.1)


z = z(x0 , y0 , z0 , t)

où x0 , y0 , z0 sont les coordonnées initiales et x, y, z, les coordonnées au temps t de la particule.


La vitesse → −u (u , u , u ) en M peut être calculée par :
x y z 0
( )
dx dy dz
     


u = ux = ; uy = ; uz = (3.2)
dt x0 ,y0 ,z0 dt x0 ,y0 ,z0 dt x0 ,y0 ,z0

L’accélération en M0 est :
 ! ! ! 


 d2 x d2 y d2 z 
a = a = ; ay = ; az = (3.3)
 x dt2 dt2 dt2 
x0 ,y0 ,z0 x0 ,y0 ,z0 x0 ,y0 ,z0

Cours réalisé et présenté par : Dr Abdelghani LAOUER 16


Chapitre 3 : Cinématique des fluides

3.1.2 Description d’Euler

Cette description de l’écoulement consiste à établir à un instant t donné l’ensemble des


vitesses associées à chaque point de l’espace occupé par le fluide. À chaque instant t, l’écoulement
du fluide est décrit au moyen d’un champ de vecteurs vitesses. les composantes du champ de
vitesse s’expriment sous la forme :

ux = ux (x, y, z, t)





uy = uy (x, y, z, t) (3.4)


uz = uz (x, y, z, t)

3.2 lignes de courant, trajectoires et lignes d’émission


3.2.1 lignes de courant

Dans la description d’Euler, Une ligne de courant est une ligne de champ du vecteur vitesse
c’est-à-dire une courbe tangente en tout point M (x, y, z) à →

v (x, y, z, t) à l’instant t. L’ensemble
des lignes de courant peut évoluer au cours du temps.
!
u

−−!
OM
!
u
− !
u

Lignes de courant Obstacle solide


Figure 3.2 – lignes de courant à un instant donné pour un fluide s’écoulant autour d’un solide.

Équation des lignes du courant

Pour déterminer l’équation d’une ligne du courant il suffit d’écrire que le vecteur vitesse

− −−→
u (ux , uy , uz ) est colinéaire au vecteur de déplacement élémentaire dOM (dx, dy, dz)

uy dz = uz dy


− →− →
− 
−−→ i j k 


− →

→ − 
u ∧ dOM = 0 ⇒ ux uy uz = 0 ⇒ uz dx = ux dz



dx dy dz 
ux dy = uy dx

Et par conséquent :

dx dy dz
= = (3.5)
ux (x, y, z, t) uy (x, y, z, t) uz (x, y, z, t)

Cette équation constitue l’équation des lignes de courant et où le temps « t » est fixé.

Cours réalisé et présenté par : Dr Abdelghani LAOUER 17


Chapitre 3 : Cinématique des fluides

Tube de courant

On appelle tube de courant l’ensemble des lignes


de courant s’appuyant au même instant sur un contour
fermé quelconque.

3.2.2 Trajectoires Figure 3.3 – Tube de courant.

On appelle trajectoire la courbe décrite au cours du temps par une particule fluide quel-
conque du champ de l’écoulement. Les équations paramétriques différentielles des trajectoires
sont définies par :

dx
= ux (x, y, z, t)





 dt

dy
= uy (x, y, z, t) (3.6)

 dt
dz


= uz (x, y, z, t)



dt

3.2.3 Lignes d’émission

On appelle ligne d’émission le lieu géométrique, à un instant t, des particules qui sont toutes
passées, à différents moments précédent l’instant t, par un même point fixe A de l’écoulement.
c’est une courbe variable dans le temps et regroupe des particules différentes.

Figure 3.4 – Trajectoires et lignes d’émission.

3.3 Écoulement permanent


Un écoulement est dit permanent (ou stationnaire) lorsque toutes les grandeurs caracté-
ristiques du mouvement sont invariables dans le temps (vitesse, masse volumique, pression,

Cours réalisé et présenté par : Dr Abdelghani LAOUER 18


Chapitre 3 : Cinématique des fluides

température, etc.), ce qui se traduit symboliquement par :

∂()
mouvement permanent ⇔ =0 (3.7)
∂t

3.4 Conservation de la masse (Équation de continuité)


la masse totale d’un fluide contenue à l’instant t dans
le volume de contrôle V est :
ZZZ
m= ρ(M, t)dV
V

si ρ varie au cours du temps alors m peut varier de dm


entre t et t + dt avec
 
dm d  ∂ρ(M, t)
ZZZ ZZZ
= ρ(M, t)dV  = dV
dt dt ∂t
V V

Calculons les masses entrantes pendant dt à travers la surface S limitant le volume V :


 
ZZ
dme = −  ρ (M, t) →

u (M, t) .→

n dS  dt
S

et écrivons la conservation de la masse :


la variation de masse du volume V par unité de temps dm
dt est égale aux masses entrantes dans
V (à travers S) par unité de temps dt ,
dme
soit :

∂ρ(M, t)
ZZZ ZZ
dV = − ρ (M, t) →

u (M, t) .→

n dS (3.8)
∂t
V S

En appliquant le théorème de Green-Ostrogradski qui permet de transformer l’intégrale de sur-


face en intégrale de volume :

∂ρ(M, t)
ZZZ ZZZ
dV = − div [ρ (M, t) →

u (M, t)] dV (3.9)
∂t
V V

Ou, puisque le volume de contrôle V est fixe :

∂ρ(M, t)
ZZZ  
+ div [ρ (M, t) →

u (M, t)] dV = 0 (3.10)
∂t
V

Cette relation étant valable quelque soit V , elle entraîne l’équation de continuité, qui est une
équation locale valable en tout point du fluide :

∂ρ(M, t)
+ div [ρ (M, t) →

u (M, t)] = 0 (3.11)
∂t

Cours réalisé et présenté par : Dr Abdelghani LAOUER 19


Chapitre 3 : Cinématique des fluides

3.4.1 Cas particuliers :


Mouvement permanent :
∂()
Dans le cas de l’écoulement permanent ( = 0), l’équation de continuité devient :
∂t
div [ρ (M, t) →

u (M, t)] = 0 (3.12)

Fluide incompressible :

Pour un fluide incompressible (ρ = C st ) l’équation de continuité est réduit à :

div (→

u (M, t)) = 0 (3.13)

3.5 Mouvement d’une particule fluide


Au cours de mouvement chaque élément de volume
de fluide subit des changements de position, d’orien-
tation et de forme. Soit à l’instant t un élément de
volume quelconque entourant le point M (x, y, z). et
M 0 (x + dx, y + dy, z + dz) un point voisin de ce même
élément.


Soient : →

u (ux , uy , uz ) la vitesse en M , et u0 (u0x , u0y , u0z )
la vitesse en M 0 .
Nous pouvons écrire :
∂ux ∂ux ∂ux
u0x = ux (x + dx, y + dy, z + dz) = ux (x, y, z) + dx + dy + dz
∂x ∂y ∂z
∂uy ∂uy ∂uy
u0y = uy (x + dx, y + dy, z + dz) = uy (x, y, z) + dx + dy + dz
∂x ∂y ∂z
∂uz ∂uz ∂uz
u0z = uz (x + dx, y + dy, z + dz) = uz (x, y, z) + dx + dy + dz
∂x ∂y ∂z
Posons :
1 ∂uz ∂uy
 
p= −
2 ∂y ∂z
1 ∂ux ∂uz
 
q= −
2 ∂z ∂x
1 ∂uy ∂ux
 
r= −
2 ∂x ∂y
Il vient :
∂ux 1 ∂ux ∂uy 1 ∂ux ∂uz
   
u0x = ux (x, y, z) + qdz − rdy + dx + + dy + + dz
∂x 2 ∂y ∂x 2 ∂z ∂x
∂uy 1 ∂uy ∂uz 1 ∂uy ∂ux
   
u0y = uy (x, y, z) + rdx − pdz + dy + + dz + + dx
∂y 2 ∂z ∂y 2 ∂x ∂y
∂uz 1 ∂uz ∂ux 1 ∂uz ∂uy
   
u0z = uz (x, y, z) + pdy − qdx + dz + + dx + + dy
∂z 2 ∂x ∂z 2 ∂y ∂z

Cours réalisé et présenté par : Dr Abdelghani LAOUER 20


Chapitre 3 : Cinématique des fluides


− →
− →
− →
− −−−→ →
− →
− →

Posons : Ω = p i + q j + r k (Vecteur tourbillon), M M 0 = dx i + dy j + dz k


Et soit le vecteur D (correspond à une déformation) de composant :
∂ux 1 ∂ux ∂uy 1 ∂ux ∂uz
    

dx + + dy + + dz
2  ∂y 2  ∂z

∂x ∂x  ∂x 




− 1 ∂uy 1 ∂uy

 ∂uy ∂uz ∂ux
D= dy + + dz + + dx
 ∂y 2  ∂z ∂y  2  ∂x ∂y 
1 ∂uz 1 ∂uz

 ∂uz ∂ux ∂uy
dz + + dx + +

dy


2 ∂x 2 ∂y

∂z ∂z ∂z
Alors la vitesse peut donc être écrite sous la forme :

−0 − −−−→ →
→ −
u (M ) = →

u (M ) + Ω ∧ M M 0 + D (3.14)

la vitesse apparaît comme la somme d’une vitesse de translation, d’une vitesse de rotation et
d’une vitesse de déformation. Avec :

− 1 −→−
Ω = rot→
u (M ) (le vecteur tourbillon) (3.15)
2
Les trois mouvements élémentaires fondamentaux d’un petit parallélépipède rectangle sont ré-
sumés sur la figure ci-dessous qui schématise les changements de position, d’orientation et de
forme.

3.6 Écoulement rotationnel


L’écoulement d’un fluide est dit rotationnel ou tourbillonnaire quand :

− 1 −→− −→→
Ω = rot→
u (M ) 6= 0 soit : rot−
u (M ) 6= 0 (3.16)
2

3.7 Écoulement irrotationnel et potentiel des vitesses


L’écoulement d’un fluide est dit irrotationnel si :

− 1 −→− −→−
Ω = rot→ u (M ) = 0 soit : rot→u (M ) = 0 (3.17)
2
−→ −−→
On sait que : rot(gradφ) = 0, cela nous permet d’écrire la vitesse →

u comme le gradient d’une
fonction potentiel φ(x, y, z) :


− −−→
u = gradφ (3.18)

Cours réalisé et présenté par : Dr Abdelghani LAOUER 21


Chapitre 3 : Cinématique des fluides

Dans le repère cartésien on peut donc écrire que :


∂φ


 ux =
∂x


−−→



 ∂φ
u = gradφ ⇒ uy = (3.19)

 ∂y
 ∂φ
uz =



∂z

3.8 Fonction de courant


Dans le cas de l’écoulement bidimensionnel plan permanent d’un fluide incompressible, il
existe une fonction ψ(x, y) tell que :

∂ψ
ux =



∂y (3.20)
∂ψ
uy = −



∂x
Cette fonction s’appelle « fonction de courant ».

3.9 Accélération d’une particule fluide


d→
−u
L’accélération →

a = d’une particule fluide est liée par la vitesse locale →

u (M, t) par la
dt
relation :


− ∂→
−u  −−→
a = + →

u grad →

u (3.21)
∂t
!
−−→ − −−→ u2 −→ 
Avec : →

u grad → −→

u ∧ rot→


u = grad u .
2
Soit :

∂→
− !

− u −−→ u2 −→−
u ∧ rot→
−→

 
a = + grad u (3.22)
∂t
|{z} 2
| {z }
accélération locale
accélération convective

L’accélération d’une particule est la somme vectorielle :


• De l’accélération locale qui traduit le caractère non permanent du champ local de vitesse.
• De l’accélération convective qui traduit le caractère non uniforme du champ local de vitesse.

Cours réalisé et présenté par : Dr Abdelghani LAOUER 22


Chapitre 3 : Cinématique des fluides

EXERCICES DE CHAPITRE 3

Cours réalisé et présenté par : Dr Abdelghani LAOUER 23


Chapitre 4
DYNAMIQUE DES FLUIDES PARFAITS

« La théorie, c’est quand on sait tout et


que rien ne fonctionne.
La pratique, c’est quand tout fonctionne
et que personne ne sait pourquoi.
Rien n’est plus proche du vrai que le faux
»
Albert Einstein

Sommaire
4.1 Équation d’Euler . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25
4.2 Principe de conservation de la masse . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26
4.3 Théorème de Bernoulli . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26
4.3.1 Cas sans échange de travail . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26
4.3.2 Cas avec échange de travail . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28
4.4 Applications du théorème de Bernoulli . . . . . . . . . . . . . . . . . 28
4.4.1 Tube de Venturi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29
4.4.2 Tube de Pitot . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30
4.4.3 Formule de Toricelli . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31

24
Chapitre 4 : Dynamique des fluides parfaits

Dans les problèmes de mécanique des fluides, il importe souvent de comprendre la structure
de l’écoulement et de calculer les répartitions de variables comme la pression, la vitesse, la tem-
pérature et la masse volumique dans le milieu fluide.
Nous nous limiterons dans ce chapitre aux mouvements des fluides parfaits, c’est-à-dire sans frot-
tement (fluides non visqueux) et sans échange de chaleur. Nous étudierons tout particulièrement
le cas de fluides incompressibles.

4.1 Équation d’Euler


Considérons un volume fini de fluide V groupant un ensemble de particules fluides en mou-
vement par rapport à un référentiel (R).
soit une particule fluide de volume dV , de masse dm, animé d’une vitesse →

u par rapport au
référentiel d’étude.
Le bilan des forces extérieurs appliquées à la particule fluide :
• Forces de contact :

− −−→ 
— force de pression : d F p = − grad p dV

− →

— force de viscosité : d F vis = 0 (le fluide est supposé parfait)

− →

• Forces extérieures : d F ext = F ext−vol dV
Nous appliquons la deuxième loi de Newton :
X →

d F = dm.→−
a

− →
− →

⇒ d F p + d F vis + d F ext = dm.→

a
−−→  →

⇒ − grad p dV + F ext−vol dV = ρ→ −
a .dV
−−→ →

⇒ −grad p + F ext−vol = ρ→ −
a


dans le cas ou la seule force extérieur est le poids : F ext−vol = ρ→

g
Alors le mouvement d’un fluide non visqueux dans le champ de pesanteur est régi par l’équation
d’Euler :
−−→
−grad p + ρ→

g = ρ→

a (4.1)

L’accélération de la particule de fluide est donnée par la dérivée particulaire :



− ∂→
−u 1 −−→   − −→→
+ grad u2 − → u ∧ rot−

a = u
∂t 2
Alors on peut écrire l’équation d’Euler sous la forme :

∂→
− 1 −−→  2  →
" #
−−→ →
− u −
−→ 


−grad p + ρ g = ρ + grad u − u ∧ rot u (4.2)
∂t 2

Remarque : Dans le cas d’un fluide au repos on trouve la loi fondamentale de la statique des
fluides :
−−→
grad p = ρ→

g

Cours réalisé et présenté par : Dr Abdelghani LAOUER 25


Chapitre 4 : Dynamique des fluides parfaits

4.2 Principe de conservation de la masse


Soit une veine fluide située entre les sections dS1 et
dS2 d’un écoulement permanent.
498
4 
Pendant le temps dt, les sections dS1 et dS2 se déplacent
respectivement de dl1 et dl2 aux vitesses moyennes u1 03
et u2 . 498

496
4 
la masse se conserve entre le temps t et le temps (t+dt) :
01 458
dm1 = dm2
496

⇒ ρ1 .dS1 .dl1 = ρ2 .dS2 .dl2
456
dl1 dl1
En divisant par dt : ρ1 .dS1 . = ρ2 .dS2 .
dt dt
⇒ ρ1 .dS1 .u1 = ρ2 .dS2 .u2
ZZ ZZ
⇒ ρ1 u1 .dS1 = ρ2 u2 .dS2
S S
⇒ ρ1 .u1 .S1 = ρ2 .u2 .S2

Le principe de conservation de la masse conduit à l’expression :

ρ.S.u = cste (4.3)

La quantité (ρ.S.u) représente le débit massique :

Qm = ρ.S.u [kg/s] (4.4)

Qm est la masse de fluide qui traverse une section droite de l’écoulement pendant l’unité de
temps.
La quantité (S.u) représente le débit volumique :
h i
Qv = S.u m3 /s (4.5)

Qv est le volume de fluide qui traverse une section droite de l’écoulement pendant l’unité de
temps.

4.3 Théorème de Bernoulli


4.3.1 Cas sans échange de travail

On considère un écoulement stationnaire (permanent) d’un fluide parfait, incompressible et


homogène.
∂→
−u →

l’écoulement est permanent ⇒ = 0
∂t
l’équation d’Euler s’écrit :
−−→ 1 −−→   − −→→
 
−grad p + ρ→

g = ρ grad u2 − →
u ∧ rot−

u
2

Cours réalisé et présenté par : Dr Abdelghani LAOUER 26


Chapitre 4 : Dynamique des fluides parfaits

On peut écrire le poids en faisant apparaître un gradient :


−−→ −−→
ρ→

g = −ρ grad(gz) = −grad(ρgz)

L’équation d’Euler donne


−−→ −−→ 1 −−→   − −→→
 
−grad p−grad(ρgz) = ρ grad u2 − → u ∧ rot−

u
2
−−→ −−→ −−→ 1 2 −→ 
 
⇒ grad p + grad(ρgz) + grad ρu = ρ→ −
u ∧ rot→ −
u
2
−−→ 1 −→ 
 
⇒ grad p + ρgz + ρu2 = ρ→ −
u ∧ rot→ −u
2


En notant d l le déplacement élémentaire le long d’une ligne de courant (ligne de champ associée


au vecteur vitesse). En multipliant l’équation précédente par d l , il vient :
−−→ 1 →
− −→ i → −
  
grad p + ρgz + ρu2 .d l = ρ→−
u ∧ rot→

h
u .d l
2
−−→ 1 →
− −→  →
−
  
→−
u ∧ rot→


⇒ grad p + ρgz + ρu2 .d l = 0 u ⊥d l
2
L’intégration, le long d’une ligne de courant, d’un point A à un point B donne :
1
Z B
−−→ →

 
grad p + ρgz + ρu2 d l = 0
A 2
1
Z B  
soit d p + ρgz + ρu2 = 0
A 2
1 2 B
 
donc p + ρgz + ρu =0
2 A
1 1
⇒ pA + ρgzA + ρu2A = pB + ρgzB + ρu2B
2 2

Relation de Bernoulli :
Pour un écoulement
 stationnaire d’un fluide parfait, incompressible et homogène, la grandeur
1 2

p + ρgz + ρu est une constante le long d’une ligne de courant.
2

1
p + ρgz + ρu2 = C te (4.6)
2

La relation de Bernoulli est une équation de conservation d’énergie :


• Le premier terme représente le travail des forces de pression.
• Le deuxième terme représente l’énergie potentiel.
• Le troisième terme représente l’énergie cinétique (par unité de volume)
Divisons l’équation (4.6) par (ρg) on obtient :
p 1
+ u2 + z = C te (4.7)
ρg 2g
Tous les termes de l’équation de Bernoulli écrite sous la seconde forme (4.7) sont homogènes à
une hauteur, leur unité est le mètre.

Cours réalisé et présenté par : Dr Abdelghani LAOUER 27


Chapitre 4 : Dynamique des fluides parfaits

p
• : hauteur due à la pression ou charge de pression.
ρg
1 2
• u : représente la hauteur dynamique.
2g
p
• + z : représente la hauteur piézométrique.
ρg
• z : représente la hauteur de position.
p 1
• + u2 + z = H : charge totale ou hauteur manométrique totale.
ρg 2g

Plan de charge
2
vA
2
vB
2g
2g
Ligne piézo
métrique pB
ρg

pA
B
ρg
H

zB
A

zA
Plan de référence

Figure 4.1 – Interprétation graphique de la relation de Bernoulli .

4.3.2 Cas avec échange de travail

En présence de machines, le fluide fourni un travail wT à une machine telle qu’une turbine
et reçoit un travail wP d’une machine telle qu’une pompe, l’équation de Bernoulli généralisée
s’écrit alors :
pA 1 2 pB 1
+ uA + gzA + wP = + u2B + gzB + wT (4.8)
ρ 2 ρ 2
En termes de hauteur, en divisant l’équation (4.8) par g on obtient :
pA 1 pB 1
+ u2A + zA + hP = + u2B + zB + hT (4.9)
ρg 2g ρg 2g
La puissance d’une machine (M) installée dans le circuit du fluide entre les point A et B est
donnée par l’expression :

PM = Qm wM = Qm ghM = ρQv ghM (4.10)

4.4 Applications du théorème de Bernoulli


La relation de Bernoulli est souvent utilisée pour mesurer la vitesse d’écoulement ou le débit
volumique d’un fluide. Il suffit pour cela de mesurer la variation de pression entre deux sections
d’un tube de courant de tailles différentes.

Cours réalisé et présenté par : Dr Abdelghani LAOUER 28


Chapitre 4 : Dynamique des fluides parfaits

4.4.1 Tube de Venturi

Un Venturi esr un système permettant de mesurer le débit d’un fluide. Il consiste en un


tube avec rétrécissement appelé convergent-divergent muni de prises de pression statique, l’une
en amont du convergent, l’autre au niveau du col. Son principe est de mesurer la différence de
pression entre les sections de grand et de petit diamètre.

3 45 1 47
9

9
18
9

38


Figure 4.2 – Tube de Venturi.

On applique le relation de Bernoulli sur une ligne de courant passant par les points A et B :
1 1
pA + ρgzA + ρu2A = pB + ρgzB + ρu2B
2 2
Dans le cas d’un venturi horizontal, zA = zB , d’où :
1 1 1  
pA + ρu2A = pB + ρu2B ⇒ pA − pB = ρ u2B − u2A
2 2 2
D’après la conservation du débit, Qv = SA uA = SB uB , On en déduit que :
v
1 u 2 (pA − pB )
" 2 #
SA u
pA − pB = ρu2A − 1 ⇒ uA = u " 2
2
#
SB u SA
tρ −1
SB

Pour calculer la différence de pression (pA − pB ), en appliquant la relation fondamentale de


l’hydrostatique entre les points (A et A0 ), (A0 et B 0 ) et (B 0 et B), on trouve :

pA − pA0 = −ρgh1 

 

pA0 − pB 0 = ρm gh ⇒ pA − pB = gh (ρm − ρ)


pB 0 − pB = ρgh2

En remplaçant cette expression dans la relation de uA on peut déterminer la valeur de la vitesse


moyenne de l’écoulement :
v
u 2gh (ρm − ρ)
u
uA = u " 2 # (4.11)
u SA
tρ −1
SB

Cours réalisé et présenté par : Dr Abdelghani LAOUER 29


Chapitre 4 : Dynamique des fluides parfaits

4.4.2 Tube de Pitot

Le tube de Pitot est une application directe de l’équation de Bernoulli. En effet, il permet de
mesurer la vitesse d’un écoulement fluide à partir d’une mesure de pression. Dans de nombreux
cas pratiques, le tube de Pitot est utilisé pour mesurer la vitesse d’un véhicule (bateau, avion)
dans un fluide supposé immobile.

3 01
6
5

Figure 4.3 – Tube de Pitot.

Le dispositif est constitué de deux tubes coaxiaux. Le tube intérieur est percé d’une ouverture A
à son extrémité, placée face à l’écoulement et l’autre tube est percé d’une série de petits orifices
B. Un manomètre différentiel relié à chacun des deux tubes permet de mesurer la différence de
pression qui existe entre les points A et B, en lisant la hauteur ∆h.
Si l’on fait l’hypothèse de l’absence de pertes de charge entre les points A et B, et que les points
A et B sont à la même hauteur (zA = zB ), la relation de Bernoulli entre les points A et B s’écrit
comme suit :
1 1
pA + ρu2A = pB + ρu2B
2 2
D’autre part, en peut considérer que uA = 0 car le pont A est un point d’arrêt, et uB = U
(vitesse de l’écoulement), on’a alors :
s
1 2 2
pA − pB = ρU 2 ⇒ U 2 = (pA − pB ) ⇒ U = (pA − pB )
2 ρ ρ

Si on considère un manomètre à tube en U (contenant un fluide de masse volumique ρf ), on


peut exprimer la différence de pression en fonction de la dénivellation ∆h :

pA − pB = ρf .g.∆h

Finalement, la vitesse du fluide s’exprime comme suit :

ρf
r
U= 2 .g.∆h (4.12)
ρ

Cours réalisé et présenté par : Dr Abdelghani LAOUER 30


Chapitre 4 : Dynamique des fluides parfaits

4.4.3 Formule de Toricelli

Considérons un réservoir cylindrique rempli d’un liquide dans lequel on perce un orifice. La
formule de Toricelli relie le débit d’écoulement avec la hauteur de liquide h.
On fera les hypothèses suivantes :
• La section S du cylindre est très grande devant la section de l’orifice : s  S .
• On néglige la viscosité.
• On considère le liquide incompressible.
• Enfin, on considère que l’écoulement est en régime stationnaire.


6789
  
12
4


877
789
6
 1
Figure 4.4 – Vidange d’un réservoir.

On cherche à calculer la vitesse d’écoulement u à la sortie du trou. L’application du théorème


de Bernoulli sur une ligne de courant donne :
1 1
pA + ρgzA + ρu2A = pM + ρgzM + ρu2M
2 2
1 2 1
⇒ patm + ρg (zA − zM ) + ρu0 = patm + ρu2
2 2
⇒ 2gh = u2 − u20

Or, u0  u car s  S d’ou :

u= 2gh (4.13)
p

Le débit volumique d’écoulement vaut donc :

Qv = su = s 2gh (4.14)
p

Remarques :
• En pratique cette formule est applicable à condition que h soit grand devant la taille de
l’orifice .
• En pratique, le jet de sortie est contractée. La section efficace de sortie est donc plus petite
que la section de l’orifice : Si l’on veut tenir compte de ce phénomène il faut remplacer s
par αs où α est le coefficient de contraction.

Cours réalisé et présenté par : Dr Abdelghani LAOUER 31


Chapitre 4 : Dynamique des fluides parfaits

EXERCICES DE CHAPITRE 4

Cours réalisé et présenté par : Dr Abdelghani LAOUER 32


Chapitre 5
DYNAMIQUE DES FLUIDES VISQUEUX

« An experiment is a question which


science poses to Nature, and a
measurement is the recording of Nature’s
answer. »
Max Planck

Sommaire
5.1 Fluide réel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34
5.2 Régime d’écoulement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34
5.3 Généralisation de l’équation de Bernoulli – Pertes de charge . . . . 35
5.3.1 Pertes de charge linéaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36
5.3.2 Pertes de charge singulières . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37
5.4 Dynamique des fluides visqueux incompressibles : équation de Na-
vier Stokes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39
5.4.1 Tenseur des contraintes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39
5.4.2 Tenseur des taux de déformation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41
5.4.3 Principe fondamental de la dynamique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42
5.4.4 Fluide newtonien et équation de Navier-Stokes . . . . . . . . . . . . . . 42

33
Chapitre 5 : Dynamique des fluides visqueux

L’écoulement d’un fluide réel est plus complexe que celui d’un fluide idéal. En effet, il existe
des forces de frottement, dues à la viscosité du fluide, qui s’exercent entre les particules de fluide
et les parois, ainsi qu’entre les particules elles-mêmes.

5.1 Fluide réel


Un fluide est dit réel si, pendant son mouvement, les forces de contact ne sont pas perpendi-
culaires aux éléments de surface sur lesquelles elles s’exercent, elles possèdent des composantes
tangentielles qui s’opposent au glissement des couches fluides les unes sur les autres. Cette ré-
sistance est caractérisée par la viscosité.

5.2 Régime d’écoulement


Les expériences réalisées par Osborne Reynolds en 1883 lors de l’écoulement d’un liquide
dans une conduite cylindrique rectiligne dans laquelle arrive également un filet de liquide coloré,
ont montré l’existence de deux régimes d’écoulement : régime laminaire et régime turbulent.

7876

4
6
46

664
013456789
  464
76
6 
Figure 5.1 – L’expérience de Reynolds.

En utilisant divers fluides à viscosités différentes, en faisant varier le débit et le diamètre de la


canalisation, Reynolds a montré que le paramètre qui permettait de déterminer si l’écoulement
est laminaire ou turbulent est un nombre sans dimension appelé nombre de Reynolds donné par
l’expression suivante :

ρuD ud
Re = = (5.1)
µ ν

Avec :
D : diamètre de la conduite (en m)
u : vitesse moyenne d’écoulement ( en m/s)
ρ : masse volumique du fluide ( en kg/m3 )
µ : coefficient de viscosité dynamique ( en P a.s)

Cours réalisé et présenté par : Dr Abdelghani LAOUER 34


Chapitre 5 : Dynamique des fluides visqueux

ν : coefficient de viscosité cinématique ( en m2 /s)


Dans le cas d’un écoulement de fluide dans une conduite non circulaire, on remplace D par le
diamètre hydraulique dh :

section droite
dh = 4 × (5.2)
périmètre mouillé

4ab 2ab 4ab


4(πD2 =4) dh = 4a2
=a dh = = dh =
dh = πD =D 4a
2(a+b) (a+b) 2a+b

Figure 5.2 – Diamètre hydraulique de quelque conduite.

L’expérience montre que :


• si Re < 2000 le régime est laminaire.
• si 2000 < Re < 3000 le régime est transitoire.
• si Re > 3000 le régime est turbulent.

5.3 Généralisation de l’équation de Bernoulli – Pertes de charge


Un fluide visqueux ou réel, à l’opposé de fluide parfait, qui s’écoule dans une conduite ou
à travers une singularité (coude, élargissement brusque, robinet, . . .) subit des pertes d’énergie
dues au frottement entre le fluide et les parois de la conduite, ou entre les particules de fluide elles
même. L’énergie perdue est transformée ou dissipée sous forme de chaleur lors de la déformation
continue des particules fluides.
Le principe de conservation de l’énergie entre deux points A et B appartenant à la même ligne
de courant est exprimé par :

u2A pA u2 pB
eA + + + gzA + q = eB + B + + gzB + w0 (5.3)
2 ρ 2 ρ
Où : e : l’énergie interne par unité de masse.
q : chaleur transférée vers le système fluide par unité de masse.
w0 : travail fourni par le système fluide par unité de masse.
si on suppose qu’il n’y a pas de transfert de chaleur (q = 0) et s’il n’y a pas de travail fourni par
le fluide (w0 = 0) l’équation (5.2) devient :

u2A pA u2 pB (eB − eA )
+ + zA = B + + zB + (5.4)
2g ρg 2g ρg g

Cours réalisé et présenté par : Dr Abdelghani LAOUER 35


Chapitre 5 : Dynamique des fluides visqueux

(eB − eA ) représente l’augmentation en énergie interne par kg de fluide équivalente à l’énergie


utile perdue entre les deux positions A et B sur une ligne de courant. On appelle le rapport
(eB −eA )
g perte de charge. Il est exprimé par :

(eB − eA )
∆HA−B = (5.5)
g
L’équation de Bernoulli pour un fluide réel s’écrit alors :

u2A pA u2 pB
+ + zA = B + + zB + ∆HA−B (5.6)
2g ρg 2g ρg

Il y a deux type de pertes de charges, des pertes de charge linéaires ou dites régulières et
des pertes de charge singulières.
La perte de charge totale dans une conduite est la somme des pertes de charge linéaires et
singulières.

∆H = ∆Hlinéairei + (5.7)
X X
∆Hsingulièrej
i j

5.3.1 Pertes de charge linéaires

Ce genre de perte est causé par le frottement qui se produit dans les fluides ; il se rencontre
dans les conduites lisses aussi bien que dans les conduites rugueux.
Lors de l’écoulement d’un fluide réel incompressible, entre deux points distants d’une longueur
L, dans une conduite de diamètre d les pertes de charge linéaire sont calculées par la formule de
Darcy-Weisbach :

Lu2
∆Hl(1−2) = ξ (5.8)
2gdh

Où ξ est un coefficient sans dimension appelé coefficient de perte de charge (coefficient de


frottement). Il dépend du régime de l’écoulement et de la rugosité de la conduite ε.
Le calcule des pertes de charge repose entièrement sur la détermination de ce coefficient ξ.
• Cas d’un écoulement laminaire : Lorsque le régime d’écoulement est laminaire où
l’effet de la rugosité (frottement contre la paroi) est négligeable, le coefficient de perte de
charge est donné par la relation de Poiseuille :

64
ξ= (5.9)
Re

• Cas d’un écoulement turbulent : Dans ce régime, les écoulements sont beaucoup plus
complexes et la détermination du coefficient de perte de charge est donné par des relations
empiriques, qui mettent en évidence l’effet du nombre de Reynolds, le diamètre hydraulique
et aussi l’état de la surface de conduite.
Les formules empiriques les plus utilisées pour donner la valeur de ξ sont :

Cours réalisé et présenté par : Dr Abdelghani LAOUER 36


Chapitre 5 : Dynamique des fluides visqueux

— Formule de Blasius : elle est utilisée quand 4000 < Re < 105 et le fluide s’écoule
dans une conduite de paroi lisse

0.3164
ξ= (5.10)
Re0.25

— Formule de Von Karman : elle est utilisée si Re > 105 et la paroi de la conduite
est lisse

1 2.51
 
√ = −2 log √ (5.11)
ξ Re ξ

— Formule de Nikuradse : elle est appliquée pour des nombre de Reynolds impor-
tants et une conduite rugueuse. Dans ce cas le coefficient de perte de charge dépend
 
seulement de la rugosité relative ε
dh de la conduite

1 ε
√ = −2 log (5.12)
ξ 3.7dh

— Formule de Colebrook-White : En 1939 Colebrook a combiné entre les formules


des parois lisses et des parois rugueuses dans une formule astucieuse

1 ε 2.51
 
√ = −2 log + √ (5.13)
ξ 3.7dh Re ξ

• Diagramme de Moody :
Le diagramme de Moody est un graphe adimentionnel qui représente le coefficient de perte
 
de charge (ξ) en fonction de nombre de Reynolds (Re) et de la rugosité relative ε
dh de
la conduite pour un débit de pleine section dans une conduite circulaire. Le diagramme de
Moody est tracé à partir de la formule de Colebrook-White.

5.3.2 Pertes de charge singulières

Ces pertes appelées perte de charge locales ont pour cause la destruction du profile de vitesse
par la singularités placées en travers de l’écoulement (coudes, vannes, changement de section
. . .). Elles sont données par des formules empirique exprimées sous la forme :

u2
∆Hs = K (5.14)
2g

K : est le coefficient de perte de charge singulière, il est fonction de la singularité géométrique


et du nombre de Reynolds. Ce coefficient est déterminé expérimentalement. Le coefficient K est
donné pour différences configurations pratiques dans Fig.5.4.

Cours réalisé et présenté par : Dr Abdelghani LAOUER 37


Chapitre 5 : Dynamique des fluides visqueux

Figure 5.3 – Diagramme de Moody.

Figure 5.4 – Quelques singularité typique avec les coefficients de perte de charge associés.

Cours réalisé et présenté par : Dr Abdelghani LAOUER 38


Chapitre 5 : Dynamique des fluides visqueux

5.4 Dynamique des fluides visqueux incompressibles : équation


de Navier Stokes
5.4.1 Tenseur des contraintes

Les forces agissent sur le fluide contenu dans un volume matériel V limité par la surface S :
RRR →
• Forces volumiques : ρ−
g .dV
V
RR −

• Forces surfaciques : dF .
S
Une étude plus détaillée est nécessaire pour comprendre la nature des forces de surface.
Pour un fluide visqueux en mouvement, les forces surfaciques ne sont plus seulement normales
à la surface : il existe des contraintes tangentielles dues à la viscosité (frottements).
En un point M d’une surface dS, la force surfacique s’exprime comme :

− −

d F = Tn .dS (5.15)


Tn est le vecteur contrainte qui s’exerce sur la surface de normale →

n.

34
01 56634
7

Figure 5.5 – contrainte appliquée sur une surface de volume fluide.

Considérons une surface perpendiculaire à l’axe x.

y
!

Tx
σyx

!
n
− σxx
x
x
σz



La contrainte exercée sur cette surface est alors notée Tx et peut se décomposer comme :

→ →
− →
− →

Tx = σxx i + σyx j + σzx k

On remarque que les composantes σyx et σzx sont des composantes tangentielles : on les
notera plutôt τyx et τzx pour les distinguer de la composante normale σxx . Alors :

→ →
− →
− →

Tx = σxx i + τyx j + τzx k (5.16)

Cours réalisé et présenté par : Dr Abdelghani LAOUER 39


Chapitre 5 : Dynamique des fluides visqueux

On peut de même considérer la surface perpendiculaire à l’axe y. On a ainsi la contrainte :



→ →
− →
− →

Ty = τxy i + σyy j + τzy k (5.17)

Et pour la surface perpendiculaire à l’axe z, la contrainte s’exprime par :



→ →
− →
− →

Ty = τxz i + τyz j + σzz k (5.18)

y
!
− y
Ty !
σyy


Tz

τyz
!
n

τxy
x τxz
y

!
n

τz

z
σz
z
z

Considérons maintenant une surface dont l’orientation est quelconque. Dans le repère cartésien,
sa normale peut se décomposer en :


− →
− →
− →

n = nx i + ny j + n z k

Dans ce cas, la contrainte s’exerçant sur cette surface s’exprime comme :



→ − → −
→ −

Tn = Tx nx + Ty ny + Tz nz
 →
− →
− →
−  → − →
− →
−  → − →
− →
−
= σxx i + τyx j + τzx k nx + τxy i + σyy j + τzy k ny + τxz i + τyz j + σzz k nz

− →
− →

= (σxx nx + τxy ny + τxz nz ) i + (τyx nx + σyy ny + τyz nz ) j + (τzx nx + τzy ny + σzz nz ) k

Soit finalement :
  
σ τ τxz nx
→  xx xy
− −

Tn =  τyx σyy τyz  ny  ⇒ Tn = σ.→

n (5.19)
 
τzx τzy σzz nz

où σ est appelé tenseur des contraintes.


On remarquera que les composantes normales se trouvent sur la diagonale du tenseur alors que
les composantes tangentielles se trouvent de part et d’autre de la diagonale.
La force surfacique élémentaire est :

− −

d F = Tn .dS = σdS.→

n

Le tenseur des contraintes peut se décomposer en la somme d’un tenseur sphérique et d’un
tenseur déviateur de trace nulle.

1 0 0 σxx + p
   
τxy τxz
σ = −pδ + σ δ = −p 0 1 0 +  τyx σyy + p τyz  (5.20)
   
0 0 1 τzx τzy σzz + p

Cours réalisé et présenté par : Dr Abdelghani LAOUER 40


Chapitre 5 : Dynamique des fluides visqueux

où σ δ est appelé tenseur des contraintes visqueuses et δ le tenseur unité (encore appelé symbole
de Kronecker) est tel que δij = 1 pour i = j, et δij = 0 pour i 6= j.
La force surfacique élémentaire devient :


d F = −pδ + σ δ dS.→

 
n (5.21)

633 7 633 7
153 153
123
125
655
9
7 7

123
125
655 7

622 622 7

Remarque :
Dans le cas du fluide parfait, τij = 0 et σii = −p, le tenseur des contraintes se réduit donc au
premier terme.

5.4.2 Tenseur des taux de déformation

ce tenseur a été introduit en cinématique :


∂ux 1 ∂ux ∂uy 1 ∂ux ∂uz
    
+ +
 ∂x 2 ∂y ∂x 2  ∂z ∂x 
 1 ∂ux 1 ∂uy  = 1 grad→
  
∂uy ∂uy ∂uz 
  
− T→

 2 ∂y +
D=
∂x  ∂y 2 ∂z
+
∂y  2
u + grad u (5.22)
 1 ∂ux 1 ∂uy
  
∂uz ∂uz ∂uz
 
+ +

2 ∂z ∂x 2 ∂z ∂y ∂z
Remarque :
• la trace de ce tenseur est égale à la divergence de la vitesse (trD = div(→

u )).
• ce tenseur est symétrique (dij = dji ).
Le tenseur des taux de déformation peut se décomposer en la somme d’un tenseur sphérique et
d’un tenseur déviateur :
  ∂ux 1 1 ∂ux ∂uy 1 ∂ux ∂uz
   
1

0 0 − trD + +
 3 trD   ∂x 3 2 ∂y ∂x 2  ∂z ∂x 
1   1 ∂ux ∂uy 1 1 ∂uy

∂uy ∂uz 
 
D= 0 0 + + +  (5.23)
 
trD − trD
 
3   2  ∂y ∂x  ∂y 3 2 ∂z ∂y 
1

  1 ∂u ∂uz 1 ∂uy ∂uz

∂uz 1

0 0

x
trD + +

3 − trD
2 ∂z ∂x 2 ∂z ∂y ∂z 3
cette relation peut se noter :

D = Ds + Dδ (5.24)

où Ds est appelé tenseur de taux de dilatation et Dδ tenseur de taux de déformation sans


changement de volume.

Cours réalisé et présenté par : Dr Abdelghani LAOUER 41


Chapitre 5 : Dynamique des fluides visqueux

5.4.3 Principe fondamental de la dynamique

La quantité de mouvement contenu dans un volume (V ) est :




ZZZ
P = ρ→

u .dV (5.25)
V

D’après le principe fondamental de la dynamique, la variation de quantité de mouvement d’un


système est égale à la somme de toutes les forces extérieurs qui lui sont appliquées :

− X→
dP d −
ZZZ
= ρ→

u .dV = F ext (5.26)
dt dt
V



soit, en décomposant F ext en forces surfaciques et volumiques :
d
ZZZ ZZ ZZZ
ρ→

u .dV = σdS.→

n + ρ→

g .dV (5.27)
dt
V s V

la variation dans le temps de la résultante des quantités de mouvement, ρ→ −u par unité de volume,


du
est égale à la résultante des quantités d’accélérations, ρ par unité de volume, et on transforme
dt
l’intégrale de surface en intégrale de volume à l’aide du théorème d’Ostrogradski, l’équation
(5.14) devient :

d→
−u
ZZZ ZZZ ZZZ
ρ .dV = div (σ) .dV + ρ→

g .dV (5.28)
dt
V V V

Il vient alors l’expression locale du bilan de quantité de mouvement :

d→
−u
ρ = div (σ) + ρ→

g (5.29)
dt
On peut faire apparaître les deux parties du tenseur des contraintes (tenseur des contraintes
associées à la pression + tenseur des contraintes visqueuses) : σ = −pδ + σ δ .
D’où :
  −−→
div (σ) = −div pδ + div (σ δ ) = −gradp + div (σ δ ) (5.30)

Soit finalement l’équation fondamentale de la dynamique :

d→
−u −−→
ρ = −gradp + div (σ δ ) + ρ→

g (5.31)
dt

5.4.4 Fluide newtonien et équation de Navier-Stokes

Par définition, les fluides newtoniens sont ceux pour lesquels les composantes du tenseur des

contraintes de viscosité (σ δ ) dépendent linéairement des composantes du tenseur des taux de


 
déformation pure D .

Cours réalisé et présenté par : Dr Abdelghani LAOUER 42


Chapitre 5 : Dynamique des fluides visqueux

On admettra alors que Les composantes du tenseur des contraintes sont des fonctions linéaires

des composantes du tenseur des taux de déformation :

σ = −pδ + 2µD + µd .trD.δ (5.32)

où : µ est la viscosité dynamique du fluide et µd est la viscosité de dilatation.

Alors, d’aprés cette relation le tenseur des contraintes visqueuses peut s’écrit comme :

σ δ = 2µD + µd .trD.δ = 2µD + µd .div(→



u ).δ (5.33)

Donc, si le fluide est incompressible, on a div(→



u ) = 0 et dans ce cas :

σ δ = 2µD (5.34)

Reprenons l’équation fondamentale de la dynamique :

d→
−u −−→
ρ = −gradp + div (σ δ ) + ρ→

g
dt

Pour un fluide incompressible newtonien, cette équation devient donc :

d→
−u −−→
= −gradp + 2µ.div D + ρ→

 
ρ g (5.35)
dt
1 1 − 1 −−→ 1 −
 
T−
Or, div D = div grad→ −
u + grad →u = ∇2 → u + grad (div(→
−u )) = ∇2 →
 
u
2 2 2 2
Ce qui conduit à l’équation fondamentale de la dynamique pour un fluide newtonien incompres-

sible, appelée équation de Navier-Stokes.

L’équation de Navier-Stokes sous forme vectorielle en coordonnées cartésiennes s’écrit :

d→
−u −−→
ρ = ρ→

g − gradp + µ∇2 →

u (5.36)
dt

Et sous forme développée :


 !
∂ux ∂ux ∂ux ∂ux ∂px ∂2 ux ∂2 ux ∂2 ux
 
+ ux + uy + uz = ρgx − +µ + +

ρ


∂x2 ∂y 2 ∂z 2 !




 ∂t ∂x ∂y ∂z ∂x
∂2 uy ∂2 uy ∂2 uy

∂uy ∂uy ∂uy ∂uy ∂py
  
ρ + ux + uy + uz = ρgy − +µ + +


 ∂t ∂x ∂y ∂z ∂y ∂x2 ∂y 2 ∂z 2 !
2 2
∂2 uz

∂uz ∂uz ∂uz ∂uz ∂pz ∂ uz ∂ uz
  
+ ux + uy + uz = ρgz − +µ + +

ρ


∂x2 ∂y 2 ∂z 2

 ∂t ∂x ∂y ∂z ∂z

Cours réalisé et présenté par : Dr Abdelghani LAOUER 43


Chapitre 5 : Dynamique des fluides visqueux

EXERCICES DE CHAPITRE 5

Cours réalisé et présenté par : Dr Abdelghani LAOUER 44


Bibliographie

D. Picard, Mécanique des fluides˝, Ellipses.

45
Annexe A
Opérateurs différentiels dans les différents
systèmes de coordonnées

Coordonnées cartésiennes :
−−→ →
− ∂f →
− ∂f →
− ∂f →

gradf = ∇f = i + j + k
∂x ∂y ∂z

− →
−→− ∂Ax ∂Ay ∂Az
div A = ∇ A = + +
∂x ∂y ∂z
−→ →
− →
− →
− ∂Az ∂Ay → − ∂Ax ∂Az → − ∂Ay ∂Ax → −
     
rot A = ∇ ∧ A = − i + − j + − k
∂y ∂z ∂z ∂x ∂x ∂y

Coordonnées cylindriques :
−−→ →
− ∂f →
− 1 ∂f −
→ + ∂f →

gradf = ∇f = ur + uθ k
∂r r ∂θ ∂z

− →
−→− 1 ∂(rAr ) 1 ∂Aθ ∂Az
div A = ∇ A = + +
r  ∂r r ∂θ  ∂z 
−→→− →
− → − 1 ∂Az ∂Aθ → ∂Ar ∂Az − → + 1 ∂(rAθ ) − ∂Ar → −
  
rot A = ∇ ∧ A = − −
ur + − u k
θ
r ∂θ ∂z ∂z ∂r r ∂r ∂θ
Coordonnées sphérique :
−−→ →
− ∂f →
− 1 ∂f −
→ + 1 ∂f −
gradf = ∇f = ur + u θ u→
ϕ
∂r r ∂θ r sin θ ∂ϕ

− →
−→− 1 ∂(r2 Ar ) 1 ∂ (sin θAθ ) 1 ∂Aϕ
div A = ∇ A = 2 + +
r ∂r r sin θ ∂θ r sin θ ∂ϕ
−→→− →
− → − 1 ∂ (sin θAϕ ) ∂Aθ → 1 1 ∂Ar ∂ (rAϕ ) −
   
rot A = ∇ ∧ A = − −
ur + − →+

r sin θ ∂θ ∂ϕ r sin θ ∂ϕ ∂r
1 ∂ (rAθ ) ∂Ar −
 
+ − u→ϕ
r ∂r ∂θ

Vous aimerez peut-être aussi