Vous êtes sur la page 1sur 3

Societe d’Etudes Latines de Bruxelles

La philosophie antique by Jean-Paul Dumont


Review by: Jeanne Croissant
Latomus, T. 22, Fasc. 4 (OCTOBRE-DÉCEMBRE 1963), pp. 945-946
Published by: Societe d’Etudes Latines de Bruxelles
Stable URL: http://www.jstor.org/stable/41524281 .
Accessed: 13/06/2014 10:18

Your use of the JSTOR archive indicates your acceptance of the Terms & Conditions of Use, available at .
http://www.jstor.org/page/info/about/policies/terms.jsp

.
JSTOR is a not-for-profit service that helps scholars, researchers, and students discover, use, and build upon a wide range of
content in a trusted digital archive. We use information technology and tools to increase productivity and facilitate new forms
of scholarship. For more information about JSTOR, please contact support@jstor.org.

Societe d’Etudes Latines de Bruxelles is collaborating with JSTOR to digitize, preserve and extend access to
Latomus.

http://www.jstor.org

This content downloaded from 185.44.77.82 on Fri, 13 Jun 2014 10:18:23 AM


All use subject to JSTOR Terms and Conditions
notices 945

fürAntike
Jahrbuch undChristentum
, 4, 1961(Munster, 1961),198pp.in-8°,
Aschendorff,
18figg.,17 pll.,28 marks.
S'il fallaitencore justifier la création de ce Jahrbuch pourcompléter, décharger en
l'anticipant le ReallexikonfürAntike undChristentum , etpouravoiruneactivité spécifique
par la publication d'articlesoriginaux et de comptes rendustoujours trèscritiques,
cettenouvelle livraison le ferait brillamment.
La diversité desétudesillustre l'étendue du champde recherches. Les historiens
liront avecgrand profit l'étude pénétrante de IlonaOpelt,Augustustheologie undAugustus-
typologie, pp.44-57,qui approfondit lestravaux de E. Peterson en tentant,d'unefaçon
trèsplausible, de remonter aux sources (Tite-Live ?) de l'utilisation desprodiges par
les Chrétiens, notamment Oroseet,pourla typologie d'Auguste, l'exégète de s. Luc,
dontle rôlecréateur estici souligné heureusement. Uneautrecontribution consacrée
au culteimpérial estfaiteparLeoKoep,Antikes Kaisertum undChristusbekenntnis imWider-
spruch, pp. 58-76,en prenant prétexte de l'adverbe ueroparlequelestdressé en face
du pouvoir desempereurs Valérien et Gallienceluidu Christ dansle protocole des
actaproconsularia Cypriani de 257-8 : cette opposition estici analysée dansune perspec-
tiveassezlarge,qui metbienen relief l'évolution accélérée à l'époquede Cyprien,
annonciatrice destempsconstantiniens.
Troisétudes poursuivent ou amorcent l'analyse d'ungrandsujet,digned'unlivre:
F. J. Dölger, Beiträgezur Geschichte desKreuzzeichens IV, pp. 5-17; Th. Klauser, Studien
zurEntstehungsgeschichte derchristlichen Kunst IV, pp. 128-145(surtout consacré à la
glyptique, surlaquelleonreste malinformé, etdontM. Klauser décèlelescomposantes
qui ontcontribué à rendre originales lesproductions chrétiennes en facedesproduits
juifset païens); Kl. Thraede, Untersuchungen zumUrsprung undzurGeschichte derchrist-
lichen Poesie 7, pp. 108-127 (aprèsdesobservations judicieuses surl'urgence d'aborder
réellement la poésielatinechrétienne en la situantparrapport à la rhétorique et à
la topique, M. Thraedeabordel'étudede Commodien, dontla rusticitas estd'abord
analysée sousl'anglede deuxlieuxcommuns, apparentés il estvrai,celuiparlequel
l'auteur se déclare «incapablede traiter le sujet»et celuiparlequell'auteurassure
qu'ilnerapporte que bienpeude choses parmilesnombreux faitsqu'ilauraità citer,
paucae multis).
Troisarticles se rapportent directement au Reallexikon : O. Nussbaum, ZumProblem
derrunden undsigmaförmigen Altarplatten, pp. 18-43, complète l'article Altar publiéen
1941; A. Hermann, Das steinharteHerz , pp. 77-107, etH. Herter, Das unschuldigeKind,
pp. 146-162, signent deuxarticles brillants qui anticipent respectivement surlesarti-
clesHerzet Kinddu Reallexikon.
La présentation générale etla qualitédesclichés etdesplanches sontcellesauxquelles
nousavonsétéhabitués. Jean-G. Préaux.

Dumont,
Jean-Paul La philosophie (Paris,Presses
antique de France,1962)
Universitaires
126pp. in-8°.
Réduire à 126petites pagesdu format de la Collection« Que sais-je?»un exposé
de la philosophie
antiqueneva passanssacrifices, ni sansuneoptionqui lesjustifie.
L'auteura optépourla métaphysique et centrésonexposésurle développement du
problème de l'être, à PlatonetAristote.
desorigines La voieroyalede la philosophie
grecque estainsimiseenévidence,onpeutmêmedireprivilégiée, au détriment
d'une
visionplusdiversifiée
quieûtmieux faitapparaîtrela richesse
dela philosophie
antique.

This content downloaded from 185.44.77.82 on Fri, 13 Jun 2014 10:18:23 AM


All use subject to JSTOR Terms and Conditions
946 NOTICES

Lesapories de Zénon(réduites auxquatreaporiessurle mouvement comme s'iln'en


existaitpasd'autres) sontcommentées uniquement enfonction du problème de l'être,
c'est-à-direde Parménide, alorsque leurintérêt tientà ce qu'ellesapportent de nou-
veauparrapport au grandEléate,lessophistes et
Górgias Protagoras définis,toujours
dansla même perspective, comme prenant la voiedunéantou dece quasi-néant qu'est
lesphysiciens
l'efficience, duve sièclepasséssoussilence.Cecidit,lesdeuxmorceaux
principaux, PlatonetAristote, sontfort adroitementconçus etfournissent del'ensemble
de cesdeuxphilosophies unrésumé qui n'estdénué ni de rigueur ni de sérieux philo-
sophique, malgrédessacrifices assezgraves.Rien,par exemple, de l'approfondisse-
mentpourtant capitalau sujetde l'être,de la dialectique et du langagequ'apportent
le Parménide, le Sophiste et le Philèbe. La présentation de l'éthiquearistotélicienne
estpeut-être la partiela moins satisfaisante de cesdeuxchapitres : confuse, n'indiquant
pasce qui la différencie profondément de Platonau pointde vuede la méthode, ne
montrant pasclairement l'articulation du bonheur et de la vertuautourde l'idéede
nature en acte,passant soussilencela vigoureuse théorie de l'actevertueux, synthèse
de vertudianoétique et de vertuéthique, indiquant à peine,sansensignaler l'impor-
tance,le caractère stochastique de la rationalité pratique. Ici, c'est,je crois,l'option
métaphysique de l'auteur, sansaucundouteconforme à sesintérêts philosophiques,
qu'ilfautmettre en cause.Montrer la partfaiteparAristote au contingent eûtsans
doutedemandé plusde place,maisn'est-ce pas un défaut gravede schématiser une
doctrine sousprétexte de la condenser ? On estlas de cesversions traditionnelles qui
enfoncent la philosophie grecque dansle passéquandla simpleexactitude lui conser-
veraitde la vie. La philosophie grecqueaprèsAristote estexpédiée en vingtpages,
consacrées aux« Épicuriens, Stoïciens etSceptiques », Plotinobtenant vingt lignes dans
la conclusion. De la partd'unmétaphysicien ce dernier sacrifice estétonnant. On
comprend mieuxla portion congrue à laquellese trouvent réduites les écolesprécé-
dentes etonen prendrait mieuxsonpartisi visiblement l'auteur ne manifestait pour
ellesqu'uneestime fortmitigée, quifaittortà l'intérêt philosophique réeldespensées
hellénistiques. La critique sceptique, la logiquestoïcienne (nonmentionnée) méritaient
d'êtreprises au sérieux.Sansparler deséthiques, résumées d'unemanière plutôt anec-
dotique, etnotamment l'éthique stoïcienne dontlesaspects lesplusnouveaux (le for-
malisme, amorcede l'idéede subjectivité) ne sontmêmepas mentionnés. L'auteur
n'aurait-ilpas lu Hegel?
Au demeurant, les remarques qui précèdent n'ontd'autrebutque de dégager la
physionomie de ce petitlivre,dontle niveauphilosophique est,poursa plusgrande
partie,excellent et dontla lecture ne serapasinutile pourle publicauquels'adresse
la collection«Que sais-je ?»,même s'ilneluidonnequ'unevuetronquée dela philoso-
phieantique. JeanneCroissant.

GlaucoTozzi, Economisti
greci . Le singolari
e romani intuizioni moderna
di unascienza nel
mondoclassico 1961),514pp.,4.000lires.
(Milan,Feltrinelli,
L'opera, farraginosa,mapoderosa ed interessante,
illustra, ed anche
conmeticolosità
conspirito quantoè statotrasmesso
di originalità, dagliautorigrecie romania propo-
sitodi« economia », e quindiprospetta delleloroteorie.L'am-
il valoreedil significato
pia dissertazione
comprende diciassette
capitoli in
articolati numerati
paragrafi progres-
sivamente (fino : a prescindere
al totaledi settantasei) dalprimo capitolocheè metodo-
logico(pp.9-21),abbiamodiecicapitoli dedicatialla partegrecaed i rimanenti sei

This content downloaded from 185.44.77.82 on Fri, 13 Jun 2014 10:18:23 AM


All use subject to JSTOR Terms and Conditions