Vous êtes sur la page 1sur 19

Chapitre II :

Description de la
partie filtration
Chapitre II

Introduction :

Le traitement de l’eau potable est une activité totalement automatisé. Un système de


production automatisé a pour but de traiter une matière d’œuvre pour lui apporter une valeur
ajoutée de façon reproductible et rentable. Une unité de production d’eau potable doit
produire une eau avec des critères de rentabilité (coût de production) en assurant une qualité
et débit optimal.

II.1. Description générale de process Filtration :

II.1.1.Principe du traitement :

L’usine de BOUDOUAOU se compose en deux filières, chacune équipées de 08 filtres


à sable AQUAZUR V à double cellule. Un bâtiment d’exploitation des filtres communs aux 2
filières contient des équipements communs tels les surpresseurs d’air de lavage et pompes
d’eau de lavage.

Pour chaque filière, l’eau venant des décanteurs est répartie entre les 08 filtres, où elle
est filtrée gravitairement L'eau à filtrer passe à travers un lit filtrant constitué de sable, dont la
hauteur environ 1.2m. Les matières en suspension sont retenues dans les espaces inter-
granulaires, sur la plus grande partie de la hauteur de couche.

L’eau filtrée est collectée dans un canal et dirigée vers les cuves de contact.

La rétention des matières solides contenues dans l'eau provoque une obstruction
progressive des interstices existant entre les éléments constitutifs de la matière filtrante. Ce
phénomène est désigné sous le nom de "colmatage du filtre". La qualité et le débit d’eau
passant à travers un filtre excessivement colmaté se dégradent fortement.

Avant que le traitement ne se dégrade, les filtres subissent un cycle de lavage pour
éliminer les particules capturées. La fréquence de ce lavage dépend principalement de la
concentration en MES (matière en suspension) et le débit de transit.

Pendant la phase de lavage d’un filtre, la production d’eau filtrée est interrompue. Le
lavage se fait à l’eau et à l’air, en contre-courant. A la fin du lavage, le filtre est remis en
mode de filtration.

Pour les deux filières, l’eau et l’air pour le lavage ainsi que l’air comprimé nécessaires
au procédé sont produits dans le bâtiment d’exploitation des filtres.
Chapitre II

Les deux filières de traitement ont en commun les organes permettant d’effectuer les
lavages, un tableau général regroupant les protections et commandes de l’ensemble du process
de la filtration.

Les filtres sont régulés par des racks de régulation assurant la gestion de chacun des
filtres, ces régulateurs (racks de régulation), présentent des défaillances, ils doivent être
rénovés.

La rénovation du système de régulation de la filtration ainsi que le contrôle de la


régulation, portera sur la mise en place d’un tableau général assurant la protection et la
commande des organes. De même la gestion du système de lavage des filtres sera prise en
charge dans l’automatisation. [3]

II.1.2.Description et caractéristiques du filtre AQUAZUR type V :

a. Alimentation sur toute la longueur de la cellule filtrante

L’eau à filtrer est amenée à la batterie filtrante (ensemble de filtres) par un canal
général, dont la liaison avec chaque filtre est essentiellement fonction du mode de régulation
retenue. Avec une régulation du débit filtré, en fonction du niveau de l’eau sur le filtre, l’eau
est équirépartie entre l’ensemble des filtres en service par un ensemble orifice-déversoirs qui
assure une très bonne précision d’équirépartition.

(I) Filtre en période de filtration (II) Filtre en période de lavage

Figure II.1.2a: Schéma du filtre AQUAZUR type V.


Chapitre II

b. Milieu filtrant

Caractéristique du sable :

Etant donné que le lavage du filtre s’effectue sans mise en expansion, la granulométrie
du sable n’est pas choisie en pensant à la limitation du débit de retour d’eau de lavage, pour
raisons d’économie-comme c’est souvent le cas pour les filtres lavables par mise en
expansion. Cette granulométrie est adaptée à la nature des matières à retenir, au traitement
pratiqué, à l’usage d’adjuvant ou de poly électrolytes spécifiques et à la qualité de l’eau filtrée
désirée.

Hauteur du sable :

La hauteur du sable est variable entre 0.95 mètre et 1.50 mètre pour des vitesses de
filtration comprises entre 7 et 20m/heure. Elle peut être encore augmentée pour les vitesses
supérieures. En période de filtration, la hauteur d’eau au-dessus du sable est d’ordinaire de
1.20 mètre, alors qu’en période de lavage elle est réduite à 0, 50 mètre. Cette valeur évite les
pertes de sable pendant le lavage et réduit le temps de lavage par diminution au minimum
possible du volume d’eau surmontant le sable.

Figure II.1.2b : Sable noir

d. Cellule simple ou double

Un filtre AQUAZUR est constitué soit d’une cellule simple rectangulaire quand de
faibles surfaces sont requises, soit de cellules doubles rectangulaires pour atteindre de grandes
surfaces de filtration. Les filtres à simples cellules comportent sur l’une de leur langueur la
goulotte en « V » d’alimentation et de balayage, et sur l’autre langueur la goulotte
d’évacuation des eaux de lavage, goulotte noyée en filtration.

Les filtres à doubles cellules comportent deux goulottes en V et une goulotte centrale
d’évacuation des eaux de lavage. Les deux cellules, en communication par leur surface et par
leurs faux fonds, sont assurées d’un encrassement identique.
Chapitre II

Figure II.1.2c : vue d’ensemble d’un filtre à sable

II.1.3. Opération des filtres AQUAZUR V :

Il s’agit de filtres à sable de granulométrie homogène, fonctionnant par gravité, lavables


simultanément à l’air et à l’eau. Ils peuvent fonctionner dans un domaine de vitesses de
filtration de 7 à 20 m/h Le lavage est accompagné d'un balayage en surface à l'eau décantée,
suivi d'un rinçage à l'eau, sans mise en expansion du lit filtrant. Ce balayage permet d'évacuer
plus rapidement les impuretés à l'égout, ce qui réduit la durée du lavage. Tous les filtres sont
identiques.

Figure II.1.3 : Vue générale d’un filtre Aquazur V.


Chapitre II

II.2.Fonctionnement en filtration :

Un commutateur ARRET/FILTRATION est associé à chaque filtre sur l’armoire


principale de filtration pour mettre en filtration ou à l’arrêt le filtre.

Lorsque le filtre est à l’arrêt, toutes les vannes sont en position de fermeture.

Lorsque le filtre est en filtration, toutes les vannes sont en position de fermeture sauf la
vanne de vessie et la vanne de sortie eau filtrée (ouverture à une position intermédiaire).

L’eau traverse le filtre est évacuée par la vanne de sortie d’eau filtrée (vanne de
régulation), l’ouverture de la vanne de régulation est régulée de façon à maintenir un niveau
constant « consigne niveau » au-dessus du filtre et cela à travers un potentiomètre de consigne
de niveau sur le rack de régulation.

La mesure de niveau se trouve à environ 1 m au-dessus du matériau filtrant. Une


consigne de 25 cm correspond donc à une hauteur de 1,25 m au-dessus du sable.

Figure II.2 : Demi- cellule d’un filtre en filtration - vu en coupe

II.3.Fonctionnement en lavage :

Pour optimiser l’utilisation du filtre, on le faire fonctionner de telle sorte que, lors que la
turbidité de l’effluent atteint sa valeur maximale permise, les pertes de charge atteignent,
Elle aussi, leurs limites maximales permises figure (II.3)
Chapitre II

Figure II.3 : Variation de la perte de charge et de la turbidité en fonction du temps.

II.3.1.Lavages des filtres :


Lorsque les pertes de charges, la turbidité, ou les deux, atteignent leurs valeurs
maximales, on lave le filtre en injectant de l’eau par le fond.

II.3.1.1. Mécanisme de lavage

Lorsque l’eau de lavage est injectée par le fond, le milieu filtrant prend de l’expansion et
libère les particules arrêtées par le filtre. Ces particules, beaucoup moins denses que les grains
de sables, sont aisément entrainées vers les goulottes de lavage. Le niveau maximal de lavage
du sable en expansion atteint 8 à 30 cm au-dessus de sin niveau au repos.

II.4.Description des équipements d’un Filtre Aquazur V :

Les instruments de mesure sont des transducteurs capables de transformer une


grandeur physique en une autre grandeur généralement électrique (tension, courant) utilisable
par l’homme ou par le biais d’un instrument approprié .Le capteur représente le 1er élément
d’une chaine de mesure.

Le description des équipements est donnée pour un seul filtre et est identique pour les
autres filtres (les filtres sont repérés de 01 à 16) :
Chapitre II

Figure II.4 : Filtre à sable

- Vanne de sortie eau filtrée (vanne de régulation VR)


- Vanne d’eau décantée (VED)
- Vanne de vidange (vanne de sortie eau de lavage SER)
- Vanne d’entré air de lavage sur pressé (VAS)
- Vanne d’entré eau de lavage (VEL)
- Vanne de purge en air du plancher (VPA)
- Mesure de niveau (capteur de niveau)
- Mesure de pression (capteur de colmatage)

II.4.1.Capteurs :

II.4.1.1. Mesure de niveau (capteur de niveau) : [4]

Désignation : mesure de niveau du filtre à sable

Type : Endress& Hauser : CerabarM 4-20mA

Capteur - transmetteur de pression numérique avec cellule


de mesure métallique soudée pour les gaz, la vapeur ou les
liquides

Figure II.4.1.1 : capteur de niveau proposé.

Le capteur - transmetteur de pression numérique Cerabar PMP51 avec membrane


métallique est utilisé typiquement dans les industries de process et hygiéniques pour mesurer
la pression, le niveau, le volume ou la masse dans les liquides ou les gaz. Le capteur-
Chapitre II

transmetteur PMP51 est conçu pour les applications haute pression jusqu'à 400 bar. Le menu
Quick Setup avec gamme de mesure réglable simplifie la mise en service, réduit les coûts et
permet un gain de temps. SIL2 selon IEC 61508 et IEC 61511. (Voir Annexe A1)

II.4.1.2. Mesure de pression (capteur de colmatage) : [5]

Désignation : mesure de pression de filtre à sable pour


mesure de perte de charge (détection colmatage)

Type : Capteur à cellule céramique,Endress+Hauser,

Signale de sortie : 4-20mA ; Référence : PMC71

Echelle: 0 – 309 mbar.

Utilisation de la mesure : surveillance de l’état de filtre et


détection de colmatage

Figure II.4.1.2 : capteur de pression proposé.

La céramique est l’un des matériaux les plus solides au monde. Le capteur capacitif en
céramique Ceraphire d’Endress+Hauser contient 99,9 % de céramique pure et est une cellule
de mesure sèche sans fluides de remplissage. Ce capteur offre une haute précision et est très
résistant à la corrosion et à l’abrasion. De plus, la cellule Ceraphire est particulièrement
adaptée aux applications sous vide, et les pics de pression pouvant aller jusqu’à 40 fois la
plage nominale du capteur n’ont aucun impact sur la mesure.

Avantage :

Le capteur céramique Ceraphire garantit une grande disponibilité des signaux de mesure et
une haute protection contre les surcharges.

Résistant à la corrosion, Résistant à l’abrasion, Pas de diffusion d’hydrogène, Pas de


détérioration de la membrane

Capteur - transmetteur de pression numérique avec cellule céramique sans huile pour la
mesure dans les gaz ou les liquides

Température de process : -40 à +150 °C (-40 à +302 °F)

Gammes de mesure : -1/0 jusqu'à +40 bar (+1.5 à +600 psi)

Incertitude : ±0,05%, "Platinum" ±0,025%


Chapitre II

II.4.1.3. Capteur de débit


Le débitmètre électromagnétique, montré sur la figure II.4.1.3
offre une mesure précise des liquides pour une vaste gamme
d’application. Le principe de mesure est quasiment insensible à
la pression, la densité, la température et la visco- sité. Un
débitmètre sera placé en amont de l’arrivée d’eau de la partie
filtration afin de connaitre le débit entrant vers les filtres. Il a un
courant de sortie 4-20m A avec une plage de mesure allant de
0.01 à 10m/s. [8] de marque Endress Hausser avec des
caractéristiques (Voir Annexe A.2).
Figure II.4.1.3 –Débitmètre électromagnétique

II.4.1.3. Niveau canal eau traité (capteur TOR) : [6]

Désignation : Niveaux canal eau traité

Repère : -LSL0901 : niveau bas

-LSL0902 : niveau moyen

-LSHH0901 : niveau haut

Type : Poire de niveau, signale : TOR

Figure II.4.1.3 : poire de niveau

Utilisation : -LSL0901 : arrêt des pompes eaux de lavage

-LSL0902 : autorisation de lancer lavage d’un filtre

-LSHH0901 : alarme niveau très haut canal eau traité

II.4.1.4. Niveau bâche de stockage eaux de lavage (capteur TOR) :

Désignation : Niveaux bâche de stockage eaux de lavage

Repère : - LSL2301 : niveau bas

- LSH2301 : niveau moyen


Chapitre II

- LSHH2301 : niveau haut

- LSH0610 : niveau haut canal de récupération filière n°1

- LSH0710 : niveau haut canal de récupération filière n°2

Type : Poire de niveau, signale : TOR

Utilisation : - gestion de fonctionnement automatique des pompes de recirculation des eaux


de lavage + protection des pompes en mode manuel + report d’alarme dans le tableau -
filtration et la salle de contrôle niveau très haut canal de récupération des deux -
filières (LSH0610 LSH0710)

II.4.1.5. Niveaux canaux eaux décantée :

Désignation : niveau haut trop plein canal eau décantée pour chaque filière

Type : poire de niveau (signal TOR)

Utilisation : signalisation alarme niveau haut trop plein canal eau décantée

Trois poires de niveau, montré sur la figure II.4.1.3, seront utilisées, elles permettent de
détecter si le niveau de l’eau atteint ou non une certaine cote d’alerte, chaque poire est reliée
en série avec le relais de commande. Lorsque le niveau de l’eau augmente jusqu’à immerger
le dispositif, sa capacité à flotter et sa forme de poire l’obligent à se retourner .Dans cette
position, une bille métallique située à l’intérieur se déplace par gravité vers la pointe de la
poire, mettant ainsi les deux fils en contact électrique
La Figure II.4.1.4a montre la position de repos ; la poire n’est pas immergée dans l’eau, le
circuit et ouvert. La Figure II.4.1.4b quant à elle montre la position inclinée ; la poire est
immergée dans l’eau, le circuit et fermé.

Figure II.4.1.4a: Poire de niveau non immergée. Figure II.4.1.4b: Poire de niveau immergée
Chapitre II

II.4.1.6. Manostat sortie air de lavage (local surpresseur) :

Désignation : manostat de refoulements surpresseurs de lavage

Repère : -PIS0801

Type : manostat (signal TOR)

Utilisation : arrêt des surpresseurs d’air lorsque la pression


dépasse un seul réglable

Figure II.4.1.6 : manostat proposé

Un manostat sera utilisé pour détecter l’insuffisance de pression d’air au niveau des
surpresseurs. C’est un dispositif contenant un micro-rupteur, il commute une fois que la
pression de service prend une valeur en dessous de la valeur de pression préréglée
manuellement par l’utilisateur, Le signal de sortie de ce dispositif est de 24V DC.

II.4.2.Actionneurs :

II.4.2.1 Vanne Papillon motorisée :

Chaque filtre possède 6 vannes identiques, elles sont une puissance de 0.4 kW et fonctionnent
avec tension de 230V AC. (Voir annexe A.3)

La vanne papillon, illustré sur la figure II.4.2.1a, est un dispositif que l’on utilise pour
contrôler, stopper ou pour modifier le débit d’un fluide grâce à un disque vertical se trouvant à
l’intérieur du tuyau. Il tourne autour de l’axe qui le traverse et permet à la vanne d’avoir
différentes positions. Cet axe est actionné par un servomoteur à l’extérieur de la tuyauterie qui
est illustré sur la figure II.4.2.1b.

Figure II.4.2.1a : vanne papillon Figure II.4.2.1b : Servomoteur de la vanne.


Chapitre II

II.4.2.1.1. Vanne de sortie eau filtrée (vanne de régulation VR):


Désignation : vanne et ses 02 électrovannes pilot

Type : - vanne papillon commandée par vérin pneumatique à piston double effet,
pilotépar 02 électrovannes.

- équipé d’un positionneur pour recopie de la position.

Fonctions : - ouverture à une position intermédiaire lorsque le filtre en filtration

- fermeture totale quand le filtre est à l’arrêt ou en lavage

II.4.2.1.2. Vanne de sortie eau de lavage (vanne de vidange SER) :

Désignation : vanne et son électrovanne pilot

Type : - vanne papillon commandée par un vérin pneumatique à piston double effet

- équipé d’un interrupteur mécanique sur l’électrovanne pour la commande locale

Fonctions : - ouverture de la vanne quand le filtre est en lavage en fin de la phase


d’abaissement de niveau à la mise à l’égout (vidange1) jusqu'à la fin de rinçage

- fermeture de la vanne quand le filtre est à l’arrêt ou en filtration

II.4.2.1.3 Vanne d’entré air de lavage surpressé (VAS):

Désignation : vanne et son électrovanne pilot

Type : - vanne papillon commandée par un vérin pneumatique à piston double effet

- équipé d’un interrupteur mécanique sur l’électrovanne pour la commande locale

Fonctions : - ouverture de la vanne quand le filtre est en lavage en phase de soufflage

- fermeture de la vanne quand le filtre est à l’arrêt ou en filtration ou pendant


les autres phases de lavage

II.4.2.1.4. Vanne d’entré eau de lavage (VEL) :


Désignation : vanne et son électrovanne pilot

Type : - vanne papillon commandée par un vérin pneumatique à piston double effet

- équipé d’un interrupteur mécanique sur l’électrovanne pour la commande locale


Chapitre II

Fonctions : - ouverture de la vanne quand le filtre est en lavage (soufflage et rinçage)

- fermeture de la vanne quand le filtre est à l’arrêt ou en filtration ou pendant


les autres phases de lavage

II.4.2.1.5. Vanne de purge en air du plancher (VPA) :

Désignation : vanne électrique

Fonctions : - ouverture de la vanne quand le filtre est en lavage (purge d’air)

- fermeture de la vanne quand le filtre est à l’arrêt ou en filtration ou pendant


les autres phases de lavage

II.4.2.2. Groupes électropompes de lavage : [7]

Désignation : Electropompes de lavage des filtres (03 en fonctionnement et 01 en secours)


(Voir annexe A4.1)

Fonctionnement : - au minimum 03 pompes doivent être disponible pour autorisé un lavage


- utilisation des pompes lors des séquences de rinçage et soufflage
(système de lavage d’un filtre).

La Principe de fonctionnement de la pompe centrifuge est illustré dans la Figure II.4.2.2.

Le liquide est aspiré, il traverse la roue à aube appelée impulseur par l’effet de rotation de
l’impulseur le liquide est accéléré et évacué par l’axe de refoulement.

Figure II.4.2.2 : Pompe centrifuge+ moteur de pompe.


Chapitre II

II.4.2.3. Surpresseurs d’air de lavage :


Désignation : Surpresseurs d’air de lavage (02 en
fonctionnement et 01 en secours) (Voir annexe A.5)

Fonctionnement :

- au minimum 02 surpresseurs doivent être disponible


pour autorisé un lavage

- utilisation des surpresseurs lors de la séquence de


soufflage (système de lavage d’un filtre)

Figure II.4.2.3 :Surpresseurs d’air de lavage

II.4.3.Dimensionnent des pré-actionneurs

Ce sont des constituants qui, sur ordre de la partie de commande, assurent la


distribution de l’énergie de puissance aux actionneurs. Dans les circuits électriques, les pré-
actionneurs sont généralement soit un contacteur, soit un relais, soit un démarreur progressif.

II.4.3.1. Contacteurs :

Les contacteurs, illustrés sur la figure II.4.3.1; sont des dispositifs destinés à
commander des actionneurs électriques. Ils sont composés de plusieurs contacts de puissance
qui peuvent établir ou interrompre des courants de forte intensité. Ils comportent souvent un
contact auxiliaire pouvant être alimenté avec une tension plus faible que celles des pôles. De
ce fait, ils peuvent être commandés a distance ou d’une manière automatique .Le choix du
contacteur est lié aux variables d’entrées (tension du réseau, courant et fréquence) et aux
variables de sortie (nature du récepteur, tension d’alimentation, puissance, rendement,
fréquence).

La figure II.4.3.1a montre le contacteur utilisé pour les surpresseurs, la figure II.4.3.1b
celui utilisé pour les pompes et la figure II.4.3.1c celui utilisé pour les vannes. Ils sont
commandés avec une tension de 230V DC. (Voir annexe A.6)
Chapitre II

Figure II.4.3.1 : Contacteurs proposés.

II.4.3.2. Relais de commande

Le relais, illustré sur la figure II.4.3.2 est un interrupteur qui


est commande avec une tension continue de faible puissance (24V
DC). La partie interruptrice quant à elle sert à piloter des charges de
forte puissance. (Voir annexe A.7)

Figure II.4.3.2 : Relais de commande proposé.

II.4.3.3.Démarreur progressif :
Deux démarreurs progressifs seront utilisés avec les
surpresseurs en raison de leur grande puissance (132 kW). Le
démarreur progressif, montré sur la figure II.4.3.3 est utilisé
comme régulateur de tension entre l’alimentation et le stator
du moteur afin de réaliser un démarrage en douceur ,limiter
l’appel du courant de démarrage et réduire l’usure des
systèmes mécaniques de transmission.(Voir annexe A8)

Figure II.4.3.3 : Démarreur progressif Proposé


Chapitre II

II.4.3.4. Disjoncteurs :
Le disjoncteur, illustré sur la figure II.4.3.3 est un dispositif de protection dont la fonction
est d’inter- rompre le courant électrique en cas de court-circuit ou en cas de surcharge .De
plus, il possède plusieurs pôles et peut donc couper plusieurs lignes en cas de problème sur
l’une d’entre elles. (Voir annexe A.9)

Figure II.4.3.4 –Les différents disjoncteurs proposés

II.4.3.5.Embase de raccordement :

L’embase de raccordement ABE 7E 16SRM20


est utilisé comme interface de câblage des modules
d’entrées et de sorties TOR de la plate- forme
d’automatisme M340. Il permet de déployer les entrées
et sorties avec un gain en câble et en volume.

Figure II.4.3.5: Embase de raccordement.


Chapitre II

II.5. Bilan totale des capteurs et pré-actionneurs :


Avant de terminer le chapitre, un récapitulatifs des capteurs et actionneurs est présenté dans le
tableau ci-dessus :

Eléments Nombre Type Signal de sortie


Capteur de niveau 1*16
Capteur de colmatage 1*16 Analogique 4-20 mA
Débitmètre 1
Poires de niveau 3*16
Boutons poussoirs 3
Bouton d’arrêt d’urgence 1
Sélecteurs de position 4
Retour d’informations 3
Entrées
surpresseurs
Retour d’informations 6*16 TOR 24V DC
des vannes
Retour d’informations 4
des pompes
Relais de contrôle PTC 4
Relais de Phase 1
Signal de défaut 3*16
Signal de commande du
pré-actionneur
Contacteurs des
3
surpresseurs
TOR 24V DC
Sorties Contacteurs des pompes 4
Contacteurs des vannes 5*16
Vannes 1*16 Analogique 4-20 mA

Tableau II.5 : Bilan totale des entrées sorties.


Chapitre II

II.6.Les défauts :

Toute l’installation sera gérée de manière à ce que lors d’une coupure électrique le
redémarrage soit automatique et en cascade entre les différents API.

- Les défauts électriques moteurs (arrêt de sécurité, sonde protection thermique moteur,
relais thermique,…) sont relayés et câblés dans la ligne de commande du contacteur et de ce
fait interviennent quel que soit le mode AUTO (par API) ou MANU (hors API) et nécessitent
un acquittement.

- Les sécurités non bloquantes (niveau très bas…) sont relayées et câblés dans la ligne de
commande du contacteur de moteur et de ce fait interviennent quel que soit le mode AUTO
ou MANU mais ne nécessitent pas d’acquittement.

- Les mesures analogiques seront filtrées. Les valeurs ainsi que les seuils seront exprimés en
valeur process (m3, mg/l, m…). Toutes les valeurs de réglages (tempos, seuils, mise à
l’échelle) seront modifiables. La cohérence de saisie de seuil sera effectuée dans l’automate

Conclusion :

Dans ce chapitre nous avons fait une analyse fonctionnelle et une identification des
déférents capteurs et actionneurs qui constituent le système de filtration d’eau. Ce travail nous
a permet d’avoir toutes les informations nécessaires pour l’automatisation du système.

Vous aimerez peut-être aussi