Vous êtes sur la page 1sur 12

Simulation numérique

du creusement d'une galerie


dans un massif argileux
gonflant
J.-C. ROBINET
L'article présente une modélisation du comportement
S. TACHERIFET mécanique des argiles gonflantes saturées. Cette
Euro-Géomat Consulting modélisation est associée à un modèle de comportement
qui tient compte du gonflement élastoplastique de
51.,. route d/Olivet l'argile, en utilisant deux surfaces de charges, et sans
45100 Orléans couplage avec le fluide interstitiel. Le modèle permet de
Tél. : 38.66.22.20 décrire les chemins contrainte-déformation du matériau
Fax: 38.66.24.70 à l'état normalement consolidé et surconsolidé. Le calcul
est effectué à long terme par la prise en compte des
Centre de Recherche caractéristiques drainées du matériau. Ainsi les chemins
sur la Matière divisée/ de décharge dans le massif, provoqués par l'excavation,
Groupe Géomatériaux/ sont décrits en contrainte totale.
CNRS-ESEM La modélisation est validée dans un premier temps par
des essais de laboratoire, odométrique et triaxial réalisés
rue Léonard-de-Vinci sur la bentonite et sur l'argile de Boom. La comparaison
45072 Orléans cedex 2 des résultats mesurés et des résultats calculés montre
Tél.: 38.51.78.79 que l'ensemble des phénomènes sont décrits.
Fax: 38.63.37.96 La modélisation est appliquée ensuite à la simulation du
creusement d'une galerie circulaire réalisée dans une
argile gonflante peu perméable. On montre que la
décompression du massif suite à l'excavation se traduit
par une plastification du massif proche de la paroi et par
une chute des contraintes dans la zone plastique. Cette
diminution de contraintes entraîne une forte convergence
de la galerie qui atteint quelques centimètres en paroi.
Les résultats numériques sont comparés avec les
solutions analytiques proposées par Rousset (1988), et
montrent que le modèle développé interprète de façon
satisfaisante le comportement de la galerie après la
décharge.

Numerical simulation of excavation


of gallery in expansive clay
Ü The paper presents a modelling of mechanical behaviour of
~ saturated expansive clays. This modelling is based on behaviour
~ model including elastoplastic swelling of clay by using two
.B plastic mechanisms. The study was carried out without
« association of interstitial fluid. The calculation was performed in
drained conditions. The unloading paths in rock mass induced
by the excavation was expressed in term of total stress.
The modelling is fitted first on laboratory tests performed on
bentonite and Boom clay, the comparison between plotted and
measured results shows that aIl the phenomena are described.
Then the modelling was applied to simulate the excavation of
gallery realised in expansive, impermeable clayey mass (Boom
clay). We show that the decompression after excavation induces
a plastification around the underground and a decrease of
stresses in plastic zone. This decrease of stresses provoke the
high convergence of gallery. The numerical results were
compared with analytical solution proposed by Rousset (1988)
and show that the n10delling interpret correctly the mechanical
behaviour of tunnel.

57
REVUE FRANÇAISE DE GÉOTECHNIQUE
N° 75
2p trimestre 1996
n exposant du module élastique ~ angle d'inclinaison de la facette par rapport
rayon de la surface de charge F à l'horizontale
rayon initial de la surface de charge F Ux déplacement horizontal
pente élastoplastique de la décharge œdo- uy déplacement vertical
métrique Di convergence
K pente élastique de la décharge œdon1é- fi vecteur forces volumiques
trique T. vecteur forces de surface
1

Peo pression de consolidation initiale crij tenseur des contraintes


(P)ref pression de consolidation de référence EU tenseur des déformations
(P)dech : pression de consolidation de décharge ui vecteur des déplacements
Pc pression de consolidation correspondant à Cijk1 matrice d'élasticité
l'état actuel des contraintes
LicrOij tenseur de correction des contraintes
a paramètre de la relation non linéaire entre
dq et dp K matrice de rigidité globale
pente d'état critique Liu vecteur des déplacements nodaux
M
module d'Young LiF vecteur des forces extérieures
E
v coefficient de Poisson
K module volumique élastique
G module de cisaillement
~1 module de compressibilité plastique à l'état
normalement consolidé 1
~2 module de compressibilité plastique à l'état
surconsolidé Introduction
module de compressibilité plastique en La décharge mécanique d'un sol argileux gonflant
décharge saturé, lors de la réalisation des fondations de bâti-
module de compressibilité plastique en ments, des tunnels ou des fouilles est à l'origine de
recharge nombreux désordres dans les structures de Génie civil
contraintes initiales en décharge dus à un gonflement important. Ce gonflement du sol
engendre des soulèvements de bâtiments (David et al.,
coordonnées du centre de la surface F
1980) et donne naissance à des efforts parasites, qui
p pression moyenne effective provoquent des frottements négatifs dans les pieux
q déviateur de contrainte (Mohan et Chandra, 1961; Prakash et al., 1987; Soro-
dEP incrément de déformation volumique plas- chan; 1989), des cisaillements aux points de liaison des
v
tique radiers et des semelles filantes, et un accroissement des
poussées sur le soutènement des galeries.
incrément de déformation déviatoire plas-
tique Ainsi depuis plusieurs années, les constructeurs ont
mis en œuvre des techniques de construction pour
incrément de déformation totale
limiter les causes de gonflement (Chen, 1988; Mouroux
F surface de charge de gonflement et al., 1988).
f surface de charge de Cam-Clay Les études entreprises dans ce domaine se limitent
flim tolérance sur la surface limite bien souvent à l'étude du phénomène en laboratoire, à
Toler tolérance sur le résidu des forces méca- travers des essais de gonflement odométrique Didier
niques et Soyez (1987). Par ailleurs, les calculs analytiques élas-
poids volumique de l'eau tiques de gonflement par l'utilisation des paramètres
déterminés au laboratoire sous-estiment les déplace-
poids volumique humide ments réels de l'ouvrage. L'absence de modèles rhéo-
contrainte horizontale logiques prenant en compte le gonflement ne permet
contrainte verticale pas de quantifier correctement ces déplacements dans
contrainte tangentielle les argiles gonflantes.
contrainte axiale La réalisation d'essais de laboratoire sur le compor-
tement des argiles gonflantes, par exemple l'argile de
coefficient de poussée des terres au repos Boom et la smectite montre que ces argiles présentent
pression interstitielle initiale des caractéristiques spécifiques, en particulier une
contrainte normale augmentation de la pente de décharge avec la pression
contrainte normale effective de consolidation, et des déformations volumiques plas-
tiques sous un cycle de décharge-recharge (Baldi et al.,
composante horizontale de la contrainte 1990).
normale
Habituellement dans les argiles, les déformations
composante verticale de la contrainte plastiques provoquées par la consolidation sont
normale décrites par la plasticité. En revanche, les déformations
de gonflement liées aux contraintes de répulsion lors
58
REVUE FRANÇAISE DE GÉOTECHNIQUE
N° 75
2e trimestre 1996
de la décharge mécanique sont souvent traduites par des feuillets argileux et le reste de la solution en géné-
l'élasticité et ne tient pas compte des déformations rant une pression osmotique. Israelachvili (1985), Van
plastiques de gonflement. La seule connaissance de la Damme et al. (1987). Ainsi Lambe (1958) propose
pression de gonflement n'est pas suffisante, et ces d'expliquer le gonflement par l'intermédiaire de la
déformations plastiques nécessitent le développement théorie de la double couche diffuse.
d'un modèle de comportement approprié. De manière générale le gonflement des sols argileux
Ainsi un modèle élastoplastique a été développé est observé dans deux cas:
pour décrire le comportement des argiles gonflantes i) par décompression d'un sol saturé et ü) par sorption
(Robinet et Pakzad, 1994), que nous avons introduit d'un sol à l'état sec alimenté en eau. Nous nous limi-
dans un code de calcul par éléments finis. Ce modèle tons ici à l'étude des phénomènes de gonflement
élastoplastique comporte deux mécanismes plastiques: lorsque le sol gonflant saturé est soumis à une
- le premier mécanisme, associé à un écrouissage iso- décharge mécanique. En résumé, pour que le phéno-
trope est représenté par le modèle Cam-Clay pour mène de gonflement dans une argile saturée se pro-
décrire le comportement normalement consolidé duise, les deux conditions suivantes sont nécessaires:
(phase de chargement) ; - présence de minéraux argileux gonflants tels que la
- le deuxième mécanisme à plasticité non associative, smectite et la montmorillonite ;
à écrouissage combiné isotrope et cinématique, permet - décharge mécanique (état surconsolidé).
de décrire le gonflement élastoplastique en décharge
(état surconsolidé). Pour décrire le comportement contrainte-déforma-
tion dans les argiles gonflantes, Mitchell (1976) et Srid-
La modélisation numérique de l'excavation d'une haran (1990) ont étendu le concept des contraintes
galerie creusée à une grande profondeur dans un n1as- effectives, en écrivant que la contrainte totale appliquée
sif argileux gonflant a été effectuée avec ce modèle, est la contribution: des contraintes de contact, des
dans le cadre d'une thèse de doctorat (Tacherifet, 1995). pressions interstitielles, et des contraintes d'attraction
Après une analyse physique du gonflement dans les et de répulsion. Ils proposent la relation suivante:
argiles saturées, une brève description du modèle élas-
toplastique prenant en compte le gonflement en cr = cre + U w + cr R - A
décharge dans les argiles sera présentée. Le calage du Nous avons étudié, à partir des essais cycliques odo-
modèle a été réalisé sur des essais homogènes (essais métriques, le gonflement de quatre types d'argiles
triaxiaux sur l'argile de Boom (Baldi et al., 1990), essai (argile du Bassin parisien, kaolinite, argile de Boom et
cyclique odométrique sur une bentonite MX-80 (Bbor- smectite). Nous avons réalisé une série d'essais odomé-
gesson et al., 1993)). La validation de la modélisation triques pour déterminer les caractéristiques méca-
(problème aux limites) a été étudiée à travers des essais niques de ces argiles (Fig. 1). L'analyse des résultats de
de laboratoire. Le premier calcul concerne un essai ces essais montre que:
odométrique en décharge. Le deuxième calcul traite de - les pentes de consolidation à l'état normalement
la simulation d'un essai cyclique triaxial. Enfin la modé- consolidé sont identiques pour les différents maté-
lisation est appliquée à la simulation de l'excavation riaux;
d'une galerie profonde construite dans l'argile de - les pentes de décharge sont plus fortes pour les
Boom. Les résultats sont comparés d'une part aux solu- argiles de type Boom et smectite;
tions analytiques proposées par Rousset (1988) et,
d'autre part, aux résultats de calcul obtenus avec le - les boucles d'hystérésis après une décharge à 5 MPa
modèle Cam-Clay. sont plus aplaties pour la kaolinite et l'argile du Bassin
parisien.
Par conséquent, les argiles de type kaolinite et du
'1 Bassin parisien peuvent être classées comme des
argiles non gonflantes, par contre la smectite et l'argile
Analyse du gonflement de Boom seront classées comme des argiles gonflantes.
dans les argiles Pour les argiles non gonflantes la décharge méca-
nique de l'échantillon saturé entraîne la diminution des
Le phénomène de gonflement qui apparaît lors de contraintes de contact et une faible augmentation de
la décharge mécanique d'un échantillon d'argile satu- volume. En revanche, pour les argiles gonflantes, la
rée est la superposition: diminution de la contrainte mécanique entraîne une
- d'un gonflement cristallin qui concerne les interac- augmentation de la distance moyenne entre les feuillets
tions à courte distance, ce mécanisme est commun à (du fait de la pression osmotique). En effet, les charges
toutes les argiles. Il désigne les phénomènes mis en jeu électriques à la surface des feuillets donnent naissance
lors de l'hydratation du minéral sec. Il est dû à la fixa- à des forces de répulsion non équilibrées par la force
tion des molécules d'eau dans les espaces interlamel- extérieure, qui sont à l'origine de déformations macro-
laires qui se structurent en couches successives; scopiques du matériau. Les déformations continuent à
- d'un gonflement osmotique qui concerne des inter- se développer jusqu'à ce qu'un nouvel état d'équilibre
actions électrostatiques entre les doubles couches soit atteint.
ayant lieu pour des dimensions d'espaces poreux plus
grandes. Ce deuxième mécanisme est lié à la présence :1
de cations chargés qui se fixent sur les feuillets. Les
substitutions ioniques confèrent au feuillet argileux une
charge négative, qui est compensée par des cations
Formulation du modèle
situés en surface. En présence d'eau, ces cations ont Le modèle élastoplastique pour les argiles gon-
tendance à diffuser vers la solution sous l'effet d'un flantes (Robinet et al., 1994; Pakzad, 1995) peut être
gradient de concentration en cations, entre les surfaces décrit de façon simple, il est composé de :
59
REVUE FRANÇAISE DE GÉOTECHNIQUE
N° 75 .
2e trimestre 1996
1 0,8

~
V} 0,9
0,8
'-..
"""-, i"""'-o~ ~
V}
<V
• rot
0,7
t~
.~
1"
1
0,7 >
V} 0,6
i"'-
V} 0,6
i
~ --L
~

-~
<V
0,5
0,4
0,3
~
-......~

-
.. lIIIIf.,l.
~
QI

<V
u
-r-f
0,5 rl.

-~
l'
r----.
"
::::::--- ~ ~
~ r-:r'
~Illl~
~ 0,2
""t:J
c: 0,4 1 r-- ::-.
1 t-t
t-t 0,1 i
o l 0,3 1

0,1 1 10 0,1 1 10
Contrainte ~erticale Contrainte ~erticale (
(MPa) MPa)

a (b)

0,9 1,3
r'-~ 1,2 ~
V} ~ V}
l'~
0,8 ~
~ 1,1
-rot
> 0,7 ~ .~ 1
~ ......... ~-
1
~
~
........... ....... ... "- 0,9
I"l....

~
V} ~
~ ~~
V} ~
<V
""t:J 0,6 0.....
.......... ....... ..... ~ 0,8
~~ ~'"..1::---
"'"""!~ ~ ~~
<V
0,5
1""-0 .....
~ QI
u
0,7 ~~
==~~
U
-rot
~
-.......... ~ p... ~ 0,6
c: 0,4 c: 0,5 i
t-t t-t 1
0,4
1 :
0,3 0,3
0,1 1 10 0,1 1 10
Contrainte ~erticale Contrainte ~erticale
(Mpa) (Mpa)

c (d)

Essais odométriques cycliques sur des argiles remaniées saturées (Tacherifet, 1995).
(( Comparaison du comportement entre argiles gonflantes et non gonflantes )).
(a) Argile du Bassin parisien. (b) Kaolinite. (c) Argile de Boom. (d) Argile foca.
Cyclic oedometer tests on remoulded saturated clays (Tacherifet, 1995). cc Comparison of behaviour
between swelling and unswelling clays.
(a) Bassin parisien clay (b) Kaolinite. (c) Boom clay. (d) Foca clay.

- deux surfaces de charge, l'une de Cam-Clay et l'autre tonite MX-80, est réalisée en utilisant les paramètres
de gonflement; elles sont définies en fonction des para- rhéologiques suivants:
mètres d'état critique et d'état limite (M, ~1' ~2' Pco' u p ' (P)ref == 10 MPa; n == 1; a o == 0,35 MPa; Pco == 14,6 MPa
u q ' ao' (p c)ref) ; ~1 == 10; M == 1; Eo == 100MPa; v == 0,35
- la surface de charge de gonflement associé à un écou-
Les figures 2a et 2b représentent les contraintes cal-
lement plastique (loi non associée). culées et celles mesurées dans le plan (e - loga). La
La formulation complète du modèle est décrite dans comparaison des résultats montre que le processus de
l'annexe I. décharge recharge est assez bien simulé par le modèle
• Simulation des essais homogènes de gonflement. Par ailleurs le calcul montre une faible
hystérésis pour la contrainte horizontale (e - loga ) et
La simulation numérique de l'essai odométrique une hystérésis assez large pour la contrainte vertièale
cyclique, réalisé par Bbrgesson et al. (1993) sur la ben- (e -loga).

1.5 1.5
1.4 Il 1
fi) 1
- expérimental 1.4
fi)

~ 1.3 ~ 1.3
1

- '- .... j~ Il-


- expérimental
'> 1.2
.........:::;..""-.:
......
~~
'

~~
- . - - Calcul modèle
'> 1.2 ~~
~

fi) 1.1 de gonflement


1.1 ~ - . - - Calcul modèle
r--lllI~ .. ~ ~~
fi)

~"
de gonflement
~ ~
~
1
1 1
~
~,
~~
Q)

.~ 0.8
0.9
~ ......
"
Q)

.~ 0.8
0.9 " ~~ ~~~
~PII. ~~
] 0.7
~~ ~ 0.7 1"11'-
H 0.6 H 0.6 l

0.5 0.5
0.1 10 100 0.1 10 100
contrainte verticale (MPa) Contrainte horizontale (MPa)
Simulation de l'essai œdométrique cyclique sur la bentonite MX-BD. (a) Contrainte verticale cr ;
(b) Contrainte horizontale cr . y
Simulation of cyclic oedometer\est on bentoni'te MX-SO. (a) Vertical stress cr y . (b) Horizontal stress cr x .

60
REVUE FRANÇAISE DE GÉOTECHNIQUE
N° 75
2e trimestre 1996
L'essai oedométrique, réalisé sur un échantillon de
bentonite MX-SO (Borgesson, 1993) de 5 cm de dia-
Intégration du modèle mètre et 2 cm de hauteur, est modélisé par un maillage
constitué de 9 éléments en utilisant les conditions aux
dans le code éléments finis limites suivantes: déplacements à la base de l'échan-
tillon et sur les côtés latéraux sont nuls (Fig. 3). Le
Le modèle de comportement présenté précédem- module d'Young est considéré variable, compte tenu de
ment est introduit dans un code de calcul par éléments la variation de la pression moyenne lors de la décharge.
finis, afin de simuler le comportement des ouvrages, La matrice de rigidité de la structure est recalculée à
lors de la décharge mécanique (tel que les fondations, chaque incrément de déchargement. Le calcul est effec-
les barrières ouvragées et les galeries souterraines). La tué en utilisant les paramètres mécaniques suivants:
formulation variationnelle du problème, puis sa discré- • contraintes initiales
tisation conduisent à un système non linéaire avec
comme inconnues les déplacements aux nœuds a x = 7 MPa; a y = 14 MPa; Ko = 0,5
(Annexe II). • indice des vides initial
• Résolution numérique du problème eo = 0,67
L'algorithme numérique utilisé pour résoudre ce • paramètres rhéologiques
problème d'élastoplasticité est basé sur la méthode des (PJref = 10 MPa; n = 1 ; ao = 0,35 MPa; PeO = S,23 MPa
forces résiduelles (méthode de la rigidité initiale). Cette
~1 = 10; M = 1; Eo = 100MPa; v = 0,35
dernière consiste à n'effectuer le calcul de la matrice de
rigidité qu'à la première itération du premier incrément
de chargement. La solution est obtenue par une succes-
sion de résolution de système linéaire, en vérifiant les
conditions de plasticité pour chaque incrément de char-
gement, et en évaluant pour chaque itération de calcul
y
un résidu mécanique. La solution est supposée atteinte,
dès que ce résidu est inférieur à une tolérance fixée.
2c
ux=o

z
)-x
Validation de la modélisation
Compte tenu des difficultés numériques rencon- Maillage et conditions
trées pour introduire le modèle rhéologique, nous aux limites utilisées pour
avons procédé à la validation de la modélisation en plu- la simulation d'un essai
sieurs étapes. de décharge oedométrique.
Dans une première étape nous avons essayé de Mesh and boundary conditions used
for simulation of unloading
reproduire des chemins de décharge et de recharge oedometer test.
homogènes: odométrique et triaxiaux. Ceci nous a per-
mis de mieux contrôler le bon déroulement des diffé-
rentes opérations effectuées dans le programme, à
savoir: la résolution du système, le calcul des déforma-
tions et des contraintes par retour sur la surface limite,
et la compensation des résidus. La deuxième étape de
la validation concerne la simulation du creusement des La décharge s'effectue dans le sens vertical par
galeries dans un massif argileux gonflant. Cette étape application de 2Sincréments (da = 0,5 MPa). La figure 4
a permis de vérifier, d'une part, le bon déroulement des montre schématiquement l'évolution de la surface de
calculs élastoplastiques pour chaque point qui présente charge de gonflement pendant la décharge dans un
un chemin de décharge particulier et, d'autre part, le essai odométrique. La figure 5 présente les résultats de
fonctionnement du schéma numérique de résolution. la simulation dans le plan (e - loga). La comparaison
des résultats calculés et des résultats mesurés montre
que le processus de décharge est globalement bien
simulé pour des contraintes fortes (a y > 1 MPa).
En revanche, le calcul surestime légèrement les
Simulation d'un essai déformations totales dans le domaine des faibles
de gonflement oedométrique contraintes (a > 0,6 MPa). Le gonflement de l'échan-
tillon à la fin de la décharge atteint 0,7 cm (pour une
Dans le cas de la simulation du creusement d'une hauteur initiale de l'échantillon de 2 cm) sous une
galerie souterraine, de nombreux éléments se trouvent contrainte finale de 0,3 MPa.
dans la configuration d'une décharge œdométrique. Ce
dernier chemin présente donc un intérêt particulier
dans une démarche de validation. L'utilisation des
modèles classiques ne donne pas une bonne représen-
tation du comportement. En effet, la simulation de la Simulation d'un essai triaxial
décharge œdométrique avec le modèle Cam-Clay par
exemple, conduit à un chemin élastique linéaire avec On simule dans ce deuxième exemple un essai
une pente faible, qui se situe loin du chemin expéri- triaxial cyclique légèrement surconsolidé réalisé sur
l'argile de Boom (Baldi et al", 1990).

61
mental et les déformations sont sous-estimées.

REVUE FRANÇAISE DE GÉOTECHNIQUE


N° 75
2e trimestre 1996
q q=M.P 1. 5 "--r-~T1'"ïiïii----r--r---r~~!:l::::=~=:1:=~~~
fi) 1. 4 +--+---+--+--+--++-1--++----+----+---+-1 ~ expérimen tal

~ 1.1
~:~ ~~rt-~...3Ioio~~-"-":::+++------j---+--+---I
fi) --y..,.;~1 ~
~ Calcul
éléments
~ 1 ~~ ~ finis
Domaine élastique v ~ .......~
al O. 9 .I.--~~W--W--I-W-~~~~~~----t-~k++pU======+===!=+=4=l=++~
.~ O. 8 +--~-+-+--+_+_+_+++--+~~~~_+_+_+'_+_'1D_-_+_______+__+__I__+_Ic_H_I
,., ""'~q~ Il
] O. 7 +--+---+-+--+-+-+-+-H---+--+-+-+-+~"""'FIiO'C""-::---+-t--+-----+-l-t-+-t-I
HO.6 +--+---+-+--+-+-+-+-H---+--+-+-+-+-+++-+1---+-t--+-----+-l-t-++-I
0.5 +- "'"'-'100.............._ ......--10......................'"+- ....1........................

- - - t -.......~--~I11'----------+----------. p
0.1 10 100
chemin1de déchar~ Contrainte verticale (MPa)
dans un essai oedomé ue
FIG.S Simulation numérique d'un essai
de décharge oedométrique réalisé
sur la bentonite MX-80, calcul avec le code
Schématisation de l'évolution de la surface Géoméca.
de charge du modèle de gonflement Numerical simulation of unloading oedometer
en décharge œdométrique. test on bentonite MX-80 calculation with
Schematic evolution of yield surface cc F)) Géoméca code.
of swelling model during unloading in
oedometer test.

Etant donné la symétrie du problème, uniquement


le quart de l'échantillon a été étudié. Un maillage de
9 éléments et de 16 nœuds est utilisé pour modéliser un Simulation du creusement
échantillon de 6,5 cm de diamètre et 6,5 cm de hauteur
(Fig. 6). d'une galerie circulaire
• Contraintes initiales dans un massif argileux
cr x == cr y == cr z == 4 MPa La galerie circulaire d'un diamètre de 6 m est creu-
• Paramètres rhéologiques sée à 250 m de profondeur dans l'argile de Boom. La
modélisation numérique traite en déformations planes
Pco == 6 MPa; a o == O,6MPa; Eo == 500MPa
une section verticale du massif. Le domaine modélisé
P1 == 18; (Pc)ref == 10 MPa ; v == 0,35 possède un axe de symétrie oy, de ce fait la moitié de la
M == 0,83; n == 1 galerie est étudiée. Les conditions aux limites de la
structure sont: déplacements horizontaux nuls au
La figure 7 présente les résultats de la simulation. niveau de l'axe de la galerie en raison de la symétrie,
La comparaison entre les résultats expérimentaux et les déplacements horizontaux et verticaux nuls aux limites
résultats prédits par le calcul montre que l'ensemble du maillage (points qui se trouvent suffisamment loin
des phénomènes sont décrits, en particulier les défor- de l'excavation). La structure est constituée de 72 élé-
mations volumiques de dilatance en décharge, et les ments isoparamétriques à quatre nœuds Q4. Le
déformations volumiques de contractance en recharge maillage avec les conditions aux limites est représenté
à l'état surconsolidé. La boucle d'hystérésis est assez sur la figure 8. L'excavation est modélisée par une
bien modélisée. Celle-ci devient plus large lorsque la décharge incrémentale jusqu'à l'obtention d'une
contrainte de décharge augmente. contrainte normale nulle sur les parois.

y ~ 4 +----+----t--+-_+__ -f---+----+--+---+---i--+----+---+-==-...---i

J-x
al ~
"'0;
3.25cm x= ~
:::1 al
Q.l+J
+J C
.~.@ 2 +--~~-_+_r:I JH---j---1---+---1
uy=o > ~ --Calcul
~ ~ éléments
o finis
o
3.25cm
Oe-........~to"--oQ__t---- ......-"'---+---+----.-+--.......__t
o 2 4 6 8 10 12 14
déformation axiale (%)
Maillage de l'échantillon
et conditions aux limites.
Mesh and boundary conditions Simulation numérique de l'essai triaxial
of sample. cyclique drainé « argile de Boom
normalement consolidée )).
OCR = 1,5, contrainte de confinement = 4
MPa; calcul avec le code Géoméca.
Numerical simulation of cyclic drained triaxial
test cc Bloom clay, normally consolidated ))
OCR = 1.5; confinement pressure = 4 MPa,
calculation with Géoméca code.

62
REVUE FRANÇAISE DE GÉOTECHNIQUE
W75
2e trimestre 1996
Le contour circulaire est modélisé par un ensemble Les composantes horizontales et verticales des
de facettes inclinées chacune d'un angle ~ par rapport à contraintes totales à appliquer sur le contour corres-
l'horizontale. pondant aux différentes facettes sont résumées dans le
tableau II (Jnx = (Jn·sin(~); (Jny = (Jn.cos(~)).
Le problème ainsi posé concerne le calcul des
contraintes et des déplacements au sein du massif
point de ayant un comportement élastoplastique, suite à l'appli-
Gauss 1
cation de ces contraintes de déconfinement sur les
noeud 1 facettes. Les modélisations numériques ont été
conduites avec le modèle de Cam-Clay et le modèle de
gonflement. Les résultats sont comparés à des solu-
noeud 43 ddl bloqués
tions analytiques dans le cas d'un massif élastique et
point de
élastoplastique (critère de Mohr-Coulomb).
Gauss 121

Caractéristiques mécaniques du calcul


• Contraintes initiales
U
o = 2,SMPa
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • IFljiG~~18i Maillage et conditions aux limites (J/
d'une galerie circulaire. cry = 4,98 MPa ; O"x = 4,48 MPa ; K o = cr,x = 0,8
Mesh and boundary conditions of circular y
gallery.
Paramètres rhéologiques
Le vecteur contrainte normale qui s'exerce sur une (pJref = 10MPa; a o = 0,3MPa; Pco = SMPa; ~1 = 18;
facette inclinée d'un angle ~ est donnée par: M = 0,86; E o = SOOMPa; v = 0,3S.
(Jn = (J' n + U o • Tolérances
avec: - sur la surface limite flim = 0,01
U o = Yw.z = 2,S MPa
- sur le résidu: O,OS.
(J/
cry =4,98MPa ;crx =4,48MPa ;K o = cr,x =0,8
y

où: Analyse des résultats de la simulation numérique


(J'v est la contrainte effective verticale; a) Contraintes dans le massif
Ko est le coefficient de poussée des terres au repos; L'excavation de la galerie engendre une chute des
~ est l'angle d'inclinaison de la facette. contraintes radiales et des contraintes axiales dans la
Les valeurs des contraintes horizontale et verticale zone plastique qui se développe autour de l'excavation.
in situ, qui s'exercent à 2S0 m de profondeur pour deux Une augmentation des contraintes orthoradiales, tant
poids volumiques, sont données dans le tableau 1. que le massif reste élastique, permet de supporter la

Valeurs des contraintes in situ pour deux densités différentes.

z = 250 m 2,48 1,98 4,98 4,48


Yh 19,91 kN/m 3
=
Ka = 0,8

250m 2,54 1,78 5,04 4,28


Yh = 20,17 kN/m 3
Ka = 0,7

Composantes horizontales et verticales des contraintes de traction à appliquer sur les parois
de la galerie.

()n (MPa) 4,97 4,90 4,79 4,66 4,55 4,49

()nx (MPa) 0,65 1,88 2,92 3,70 4,20 4,45

(MPa) 4,93 4,53 3,80 2,84 1,74 0,58

63
()ny

REVUE FRANÇAISE DE GÉOTECHNIQUE


W75
2e trimestre 1996
Contraintes finales en parois de la galerie, en clef de voûte (élément 1) et en piedroit (élément 31).

Cam-Clay 3,21 1,04 2,66 0,82 3,09

Modèle de 3,25 1,09 2,26 0,86 3,16 2,17


gonflement

décompression des contraintes radiales agissant loin rence entre les contraintes finales calculées avec les
du massif (cc effet de voûte))), qui diminuent lorsque le deux modèles (Cam-Clay et le modèle de gonflement)
massif commence à se plastifier. n'est pas très significative. Par conséquent, l'utilisation
Les deux modèles (Cam-Clay et le modèle de gonfle- d'un modèle simple suffit pour évaluer les contraintes
ment) font apparaître une chute des contraintes dans la dues au creusement d'une galerie. En revanche, lors
zone plastique à proximité de la paroi; ces contraintes d'une décharge unidirectionnelle (cas des fouilles et
augmentent au fur et à mesure que l'on s'éloigne de des fondations), le calcul effectué avec les deux
celle-ci (zones moins perturbées par l'excavation). modèles montre un écart de 3 cm au niveau des dépla-
L'allure des courbes d'évolution des contraintes en cements en paroi, et un écart de 0,4 MPa entre les
fonction des incréments de décharge est pratiquement contraintes. Pour de telles configurations, l'utilisation
la même pour les deux modélisations. On présente uni- d'un modèle intégrant le phénomène de gonflement
quement les résultats du calcul avec le modèle de gon- devient nécessaire pour dimensionner ce type
flement (Fig. 9a et 9b). Les contraintes finales obtenues d'ouvrages.
avec les deux modélisations en clef de voûte et en pié- b) Déplacements dans le massif
droit sont données dans le tableau III. On compare sur les figures 11a et 11b la conver-
Les chemins de contraintes locaux Q-P, obtenus par gence des nœuds 1 et 43 (nœuds représentés sur la
les deux modélisations, sont quasiment identiques pour figure 8). On remarque que la convergence prédite par
le point de Gauss 121 (Fig. 8). En revanche, ils présen- le modèle de gonflement est supérieure à celle du
tent une légère différence pour le point 1 avec des modèle Cam-Clay. Les déplacements et les conver-
valeurs de déviateurs plus faibles pour le modèle de gences finals de ces nœuds sont donnés dans le tableau
gonflement (Fig. 10a et 1üb). La rupture du matériau est IV.
obtenue après une diminution de la pression moyenne La figure 12 donne l'évolution des déplacements
et une augmentation du déviateur de contrainte. obtenus suivant l'axe vertical avec les méthodes analy-
Dans la modélisation du creusement d'une galerie tiques et numériques. Le calcul élastique sous-estime
circulaire, les résultats obtenus montrent que la diffé- les déplacements: en effet le déplacement maximal

6 6
..-.. .... 1
; 5
~K r--...... .......... ~
~ --+-sigx :t ----sigx
~'" -4
~~ ~ ~ :---..'-. (/)

I~ ~ ........... ~
- :-.-...
---r-- sigy

--J-- siqxy
~ 3
c
·ri
---r-- sigy

~sigxy
........... ~ 2
.......... ~ - - ) - - siqz
- - ) - - sigz C
0
U

0
o ~

0 2 4 6 7 9 10
o 2 4 6 7 9 10
Incrément
Incrément

Évolution des chemins de contraintes dans le massif pendant la décharge (a) Point 1. (b) Point 121.
Evolution of stress paths in rock mass during unloading. (a) Point 1. (b) Point 121.

Déplacements et convergences finals obtenus avec les deux modèles.

Cam-Clay 8,01 2,67 7,81 2,60

Modèle de 9,50 3,17 8,28 2,76


gonflement

64
REVUE FRANÇAISE DE GÉOTECHNIQUE
N° 75
2e trimestre 1996

-~~~~
3.5 .......()ooo-Modèle de 3.5 - - 0 - - Modèle de
0> 0>
+J gonflement +J gonflement
C C
•roi ·roi
eu ----{r-- Cam-Clay eu ----{r-- Cam-Clay
~ 5-f
+J 2.5 +J 2.5
C --Q = M.P C - - Q = M.P
0 0
0- 2 0- 2
eu eu
0> ~ O>~
'O! 1.5 'O! 1.5
~ 5-f
::3
==' 0>
0> +J
+J
eu eu
•roi
·roi
:> 0.5 >
'0>
0.5
'0> Cl
Cl
0 0
0 2 4 0 2 4

Pression moyenne (MPa) Pression moyenne ( MPa)

Évolution des chemins de contraintes locales pendant la décharge


- comparaison des deux modélisations. (a) Point 1. (h) Point 121.
Evolution of local stress paths during unloading - comparison between modelling.
(a) Point 1. (b) Point 121.

0.1 '--~-~-~-~--r---~-~-~-~~ 0.09 .--~-T-'"--r----r--,...---,.....---,r------r---,----,

-
5. O. 09 +------4---+--+-----4---+---+--~-_+_-~__+i/
j)
§ 0.08 +---+--+--+---+---+---t-----I~--i----t--,R~
Al IJ
Y-
~ 0.08 +---+--4--+---+---+----+--+--+----+-/--.,.-/-i',. 0.07 _
o
~ -+--+----+---t--/~~/_+__t
---0-- Cam-Clay

R
1 / /

0.07 Cam-Clay :j 0.06 - lfL-


#
Ii-I

5-f - - 0 - - Modèle de
Z 0.06
; - - 0 - - Modèle de 1 / ~l/
1 . /. / ~ 0.05 - gonflement ~f'
+J 0.05 gonflement 1- --+---+--~-+V--'7/----+"'.."...---I-----t ~ 0.04 1-----L,.----r----.---~--+--+--~-t-~~~--t---1
O. 04 oI------=..=~="'f"==--t'=--__+_-~---+-~~~~....,c.--I---+----I
1

C
~ 0.03 +---+----+---+--__+_--+---+-y~__+_-_+_-_+__----t
~ 0.03 +----+--+--+----+-~--+-~~~-~-+---+---1 ~ 0.02 +---t----+--+--__+_~..L./~-+--__+_-_+_-_+_----t
~ 0.02 +---t----+-~--+~-~r~-+--+---t-----t---+--i ~ ~~
,~ 0.01 +--+--+~~=-::J~-+--+---+---+---+---+----I
,~ 0.01 +-------.-+-~-~r~-+---+---+---i----+---+--~---f Cl ----.~
0~1:iiiiiiI-+--+--+-- ......- ......- .....- .....--+--.....- ...
Cl Oo----+--+--+--+--.....- + - -.....- + - -....---t
o 2 4 6 7 8 9 10
o 2 4 6 7 8 9 10
Incrément
Incrément

Évolution des déplacements au cours


de la décharge - comparaison des deux modélisations.
(a) Nœud 1. (h) Nœud 43.
Evolution of displacements during unloading - comparison between modelling.
(a) Node 1. (b) Node 43.

obtenu en paroi est de 4 cm. Les résultats du critère de flante a été illustrée à travers un modèle élastoplastique
Mohr-Coulomb montrent que des déplacements couvrant seulement les aspects contraintes et déforma-
importants ont lieu au niveau de la zone plastique tions sans couplage avec le fluide interstitiel. Le modèle
proche de la paroi, pour ensuite diminuer brusquement élastoplastique utilisé est à deux mécanismes plas-
dans la zone élastique, le déplacement maximal est de tiques, dont l'un est associé aux contraintes de contact
6,7 cm. L'utilisation des modèles numériques avec
écrouissage conduit à une convergence plus forte 0.1 ------~~-- ........--~---,.---- ...
(Tableau IV) et plus régulière, ce qui est plus représen- ~
tatif du comportement réel du massif pendant la r-l
ro
0.08 ~----+-------1I------+---i ----ù'-- Elas tique

décharge. tl
•.-1 ~ Mohr-Coulomb
+J
La convergence de la galerie ainsi que les zones ~
Q)
0.06
- : : > - - Cam-Clay
entrées en plasticité obtenues avec les deux modélisa- :>
tions numériques sont représentées sur les (Fig. 13a et ~Q) 0.04 O----'l--~~--~----+-~---O---Modèle de
gonflement
13b) et montrent que la déformée de la galerie reste cir- ffi
culaire. La convergence et l'étendue de la zone plas- ~ 0.02 +--~~~-~~-----+----+---t------I
r-l
tique sont plus importants dans le cas du modèle de 0.
'Q)
gonflement (car le nombre de points de Gauss entrés o
en plasticité est plus élevé). 8 13 18 23 28 33
Coordonnée radiale(m)

fi Déplacements suivant l'axe vertical prédit


par les différentes approches analytiques
Conclusion et numériques.
Displacements along the vertical axe predicted
La modélisation du comportement à long terme by several approaches~ analytical and
d'un ouvrage souterrain installé dans une argile gon- numerical.

REVUE FRANÇAISE DE GÉOTECHNIQUE


65
W75
2e trimestre 1996
40
i 14 21 18 40

35 II ~ Zone plastique 35 12 18 rn Zone plastique


2-4 35 0 Zone élastique 24 J5 0 Zone élastique
30 30

30 30
! 25
-42 25

> 36 l 36
Q)
'Q)
20 49 > 20
c ,~ liS
C C
0 -42 15 42
"0 15 C
1.0 0
0 56 "0 56
0 1.0
48 0 48
U 10 0 10
U
63 63
S-4
54
72 66 60
72 66 60
70 70
84 77 91 77

10 15 20 25 10 15 20 25

Déformée de la galerie et étendue des


zones plastiques obtenues au dixième
incrément.
(a) Calcul avec le modèle Cam-Clay. (b)
Calcul avec le modèle de gonflement.
Deformation of gallery and plastic zone
extension obtained after the tenth increment.
(a) Calculation with Cam-Clay model.
(b) Calculation with swelling model.

par la surface de charge ccf)); le second mécanisme tra- de 2,67 % pour le modèle Cam-Clay et de 3,17 % pour le
duit les contraintes de répulsion par la surface de modèle de gonflement. Ces convergences sont compa-
charge cc F )). Ce modèle permet de tenir compte du rables à celles obtenues par un calcul similaire avec un
gonflement élastoplastique observé en décharge sur modèle élasto-visco-plastique effectué par Rousset
des argiles saturées gonflantes. Le modèle comporte (1988), qui donne une convergence à la paroi de la gale-
huit paramètres et a été introduit dans un code de cal- rie avant la pose du soutènement de 3,49 % ;
cul par éléments finis. La validation du code a été réali- -les valeurs de contraintes finales sont bien plus faibles
sée sur des essais homogènes de laboratoire (essais que celles attendues dans une situation géostatique. La
odométriques et triaxiaux), et montre que le comporte- valeur de la contrainte verticale est comprise entre 2,6
ment est correctement traduit par cette modélisation. et 3,2 MPa, et la valeur de la contrainte horizontale est
L'application du modèle à la simulation du creuse- comprise entre 4,1 et 4,5 MPa à une profondeur de 12 à
ment d'une galerie circulaire installée dans l'argile de 15 m. Les mesures de contraintes, effectuées sur le site
Boom (gonflante) a permis de retenir les constatations de Mol en Belgique avec l'appareil autoforeur dans une
suivantes: galerie cintrée, proposent des valeurs de contraintes
verticales comprises principalement entre 3,5 et 4 MPa
-les résultats du calcul montrent une faible ovalisation à une distance de 12 à 15 m de la galerie (Bonne et al.,
de la section de la galerie (le déplacement en clef de 1993). Les contraintes calculées sont proches des
voûte est légèrement supérieur à celui en piédroit) ; contraintes mesurées et le calcul montre que le com-
-la convergence maximale de la galerie obtenue par le portement de la galerie en décharge est correctement
calcul est observée en clef de voûte, et elle est de l'ordre décrit.

Baldi G./ Hueckel T./ Peano A./ Pellegrini R. Chen F.H. - Foundations on expansive Israelachvili S.N. - Intermolecular and sur-
- Development in modelling of the soils. N.Y./ Elseviec 1975. face forces. Acad. press/ Orlando, FA,
thermo- hydro-geomechanical beha- Chen F.H. - Foundations on expansive 1985.
viour of Boom clay and clay based buf- soils. Amsterdam/ Elsevier/ Develop- Israelachvili S.N. - Intermolecular and sur-
fer materials. Final report for CEC ments in Geotechnical Engineering/ face forces (Second edition). San Diego/
(FI1W/0150 at ISMES/ Bergamo/ Italy/ vol. 54/ 1988. Acad press, 1991.
1990. Delville A. - Modelling the clay water Lambe T.W. - The engineering behaviour
Bernaud D./ Rousset G. - Dimensionne- interface. Langmuir 7/ 199t p. 547-555. of compacted clay, Journal of the sail
mech and found. ASCE div., paper 1655,
ment du soutènement des galeries creu- Didier G./ Soyez B./ Héritier B/ Parez L. -
1958/ p. 1-35.
sées dans une argile profonde contrat n° Étude à r oedomètre du gonflement des Mitchell J .K. - Fundamentals of soil beha-
FIl W /0112/ Sciences et techniques sols. Congrès International sur les sols viour. John Wiley, New York, 1976.
nucléaires/ Paris/ 1991. gonflants/ Dublin/ 1987. Mohan D. - Pile foundations. Rotterdam,
Bbrgesson L./ Karnland 0./ Johannesson Giraud A. - Couplage thermo-hydro- A.A. Balkema, 1988.
L.E. - Modelling of physical behaviour mécanique dans les milieux poreux peu Mohan D./ Chandra S. - Frictional resis-
of clay barriers close to water satura- perméables: application aux argiles pro- tance of bored piles in expansive clays.
tion. Clay Technology AB/ Lund/ Swe- fondes. Thèse de Doctorat ENPC/ Paris/ Geotechnique/ vol. 11, 4, 196t p. 294-

66 den/1993.

REVUE FRANÇAISE DE GÉOTECHNIQUE


1993. 301.

N° 75
2e trimestre 1996
Mouroux P., Margron P., Pinte J.-C. - La Prakash C., Narayan S., Chandra R., Balhodi Sridharan A. - Strength and volume
construction économique sur sols gon- G.R., Price G., Wardle LF. - Pile instru- change behaviour of a sand bentonite
flants. BRGM, Manuels et méthodes 14, mentation in expansive soils. Proc. 6th mixture. Can Geotech. journal 27, 404,
1988. International Conference on Expansive 1990.
Pakzad M. - Modélisation du comporte- Soils, New Delhi, vol. 1, 1987, p. 289-294. Tacherifet S. - Modélisation du comporte-
ment hydro-mécanique des argiles gon- Robinet J.-C., Pakzad M., Plas F. - Un ment mécanique des argiles gonflantes
flantes saturées et partiellen1ent satu- modèle rhéologique pour les argiles application aux ouvrages de stockage.
rées à faible porosité. Thèse de gonflantes. Revue Française de Géotech- Thèse de Doctorat, Université d'Orléans,
Doctorat, Université d'Orléans, 1995. nique n° 68, 3e trimestre, 1994.
Picard J.-M., Rousset G. - Essai hydro- 1995.
Rousset G. - Comportement mécanique
thermo-mécanique dans une argile pro- Van Damme H., Bergaya F., Gatineau L. -
des argiles profondes application au
fonde (Mol, Belgique), essai cc CACTUS stockage de déchets radioactifs. Thèse Contraintes structurales sur la réactivité
W )). Contrat FI2W/0001F(CD), Con1n1is- de Doctorat, ENPC, Paris, 1988. dans les argiles et les solides très divi-
sion des communautés européennes, Sorochan E.A. - Construction d'ouvrages sés. Journal de chimie physique 84, n° 9,
sept. 1993. sur les sols gonflants. Moscou, 1989. 1987, p. 1075-1082.

Annexe 1 elle est en contact avec celle de Cam-Clay au point de


Formulation du modèle déchargement. Cette dernière permet de calculer les
déformations plastiques engendrées par le gonflement
pendant la décharge.
Le modèle con1porte deux parties.
L'expression de cette surface est donnée par:
• Pour les états de contraintes normalement consolidés,
le modèle de calcul est celui de Cam-Clay modifié. F == (q - a q )2 + M2.(p - a P + a.)1 (p - a P - a.)1 == 0
La surface de charge est donnée par a et a sont les coordonnées du centre de l'ellipse,
définie~ par les équations ci-dessous. Elles sont calcu-
lées en fonction des contraintes initiales de décharge
(P1' q1)' et de l'état actuel des contraintes (p,q), soit:
avec: a == P + P1 . a == q + q1
p 2' q 2
ai est le paramètre d'écrouissage isotrope (grand rayon
de la surface de gonflement).
L'évolution du paramètre d'écrouissage ai est don-
avec pour notations:
née par:
M : paramètre d'état critique correspondant à un état
de contrainte pour lequel les déformations volu-
miques plastiques sont nulles;
PcO : pression de préconsolidation;
P cf: pression de consolidation qui désigne le paramètre da j == B1·dE~ + B2·dE~
d'écrouissage; avec:
E~: déformation volumique plastique;
~1 : module de compressibilité plastique;
B - A dF / dp . B _ M 2 A dF / dq
1 - PtJ2 -2dF / da.' 2 - PtJ2 -2dF / da.
À 1 et K : pentes élastoplastique et élastique du matériau, 1 1

déterminées à partir d'essais isotropes ou odo-


métriques; P2 représente le module de compressibilité plastique à
e o : indice des vides initial du matériau déterminé au l'état surconsolidé, il est donné par:
laboratoire.
(A == 1 + e o )
Les déformations plastiques sont données par: tJ2 À - K
2
df df df
dE~ ==À-;dE P ==À-;dE P ==À-
D daij v dp q dq , . _ _ [ (Pc )ref ] Pc
- en decharge. P2 - Pd - ~1 1+ ( ) -
Pc dech p
À est le multiplicateur plastique donné par la condition
de consistance (df == 0) :

- en recharge: p == p
2 r
== P
1
[1JPc )ref ] 2Pcf
3(Pc)
P
Pc
Pc dech

Notons que:
avec: (pc)ref est une pression de consolidation de référence à
[CJ, matrice d'élasticité; partir de laquelle on effectue une décharge dans un
essai oedométrique. A partir de cette pression il est
da, vecteur incrément de contraintes effectives; possible de déterminer le module de compressibilité ~2
dEt0t, vecteur incrément de déformations totales. pour n'importe quelle pression de décharge;
• Pour les états de contraintes surconsolidés, la (Pc)dech est une pression de consolidation à partir de
deuxième surface, dite de gonflement est introduite; laquelle on effectue la décharge;
67
REVUE FRANÇAISE DE GÉOTECHNIQUE
N° 75
2e tri mestre 1996
Pc est une pression de consolidation fictive correspon- L'équation (4) peut s'écrire sous la forme:
dant à l'état de contrainte actuel.
Les déformations volumiques et déviatoires plas- 5 EtcrdQ- 5 fvtdQ- 5 Tvtdr = 0
(7)
tiques sont données par: Q Q r(J

dEP==ÀdF dEP==À(dF -udF] 5 utBcrdQ- 5 f(Nu)tdQ- 5 T(Nu)tdr = 0


v dp q dq dp (8)
Q Q r(J

avec:
soit :

t
u [5 BtcrdQ- 5 NtfdQ- 5 NtTdr1 == 0 (9)
Q Q r(J

u est un paramètre introduit pour exprimer une rela-


tion non linéaire entre dq et dp. Le multiplicateur plas- 5 BtcrdQ - 5 NtfdQ - 5 NtTdr] == 0 (10)
[
tique est donné par la condition de consistance Q Q r(J

(dF == 0):
Pour l'incrément k, les sollicitations appliquées à n peu-
vent s'écrire:
f{k) == f{k -1) + ~f{k) dans n
U(k) == U(k -1) + ~U(k) sur r k
u
T(k) == T(k - 1) + ~T(k) sur r k (J

en outre les déplacements, les contraintes et les défor-


mations à la fin du k e incrément s'écrivent:
U(k) == U(k -1) + ~U(kl, (j(k) == (j(k -1) + ~(j(k)
Annexe II E(k) == E(k - 1) + ~E(k)
Formulation variationnelle Ainsi l'équation (10) s'écrit:
du problème mécanique
1. Équations du problème mécanique à résoudre 5Bt,~~crkdQ-5NtMkdQ- 5NtL1TKdr+FR=O (11)
Q Q
Équation d'équilibre r(J

(jjj,j + fi == 0 (1) avec:


Le modèle de comportement
~(jij == Cijkl'~Ekl - ~(j0ij (2) FR = 5 BT cr k-1dQ_ 5 N T fk- 1dQ_ 5 N tT k-1dr (12)
Q Q ~

avec: (3) FR : représente les forces non équilibrées des incré-


ments précédents.
2. Conditions aux limites En tenant compte de la loi de comportement non
linéaire du matériau:
Le domaine n de frontière r est soumis aux sollicitations
~(jk == C.~Ek == C.B.~uk
suivantes:
- forces volumiques fi dans n ; d'après (11)
- forces de surfaces Ti == Ti == (j.n sur r (J' ;

- déplacement imposé u j == ui sur ru.

3. Formulation variationnelle du problème


On considère l'espace V des champs de déplacements avec:
cinématiquement admissibles.
V == {v/v régulier sur n et v == 0 sur ru}
K définit la matrice de rigidité globale de la structure;
Le principe des travaux virtuels s'écrit:
~U est un vecteur représentant l'accroissement des
déplacements nodaux;
- 5 Ejj(v)crjj(u)dQ+ 5 fjvjdQ+ ffjvjdr = 0 (4)
~F représente l'accroissement des forces extérieures.
Q Q ~

4. Discrétisation de l'espace 5. Résumé du problème discrétisé posé


a) Approximation du champ de déplacement Le problème ainsi posé se résume dans les deux sys-
v e == Ne.u e (5) tèmes suivants:
e
u : déplacement aux nœuds de l'élément de référence; - un système global
Ne : matrice des fonctions d'interpolations. K.~U == ~F
b) Approximation du champ de déformation - des systèmes locaux
E == L.U == L.N.u e == B.u e (6) ~(j == C.~E

68
REVUE FRANÇAISE DE GÉOTECHNIQUE
N° 75
2e trimestre 1996

Vous aimerez peut-être aussi