Vous êtes sur la page 1sur 7

PLANIFICATION D’UN COURS

Présentateur : Mamadou DIALLO

Objectifs :

- être capable de planifier un cours

- être capable de déterminer les différentes composantes d’un cours.

Parler de planifier un cours peut renvoyer à deux réalités différentes :

- la planification d’un cours compris comme un chapitre ou un ensemble de


chapitre ;

- la planification d’un cours au sens d’une leçon (préparation)

Les contraintes et composantes ne se situent pas au même stade selon le niveau


considéré mais renvoient au même référent qu’est l’action éducative.

Celle-ci selon le mot de Decorte « doit être à la fois consciente et organisée »…

Qu’est-ce à dire ?

- Agir de manière consciente ---) c’est savoir où l’on veut aller.

- Agir de manière organisée ----) c’est avoir préparé son action avec un plan
et une progression

Nous sommes pour ainsi dire en pleine planification les prestations du Formateur en
classe constituent la partie observable voir mesurable de l’action éducative, mais en
réalité elle ne constitue que la partie visible de l’Iceberg, c’est à dire la moins
importante.

Cette prestation a été donc précédée par un ensemble d’opérations prenant compte
différents éléments qui sont entre autres : le maître, l’élève, le contenu,
l’environnement au sens large. C’est la prise en compte de ses éléments de leurs
imbrications et interactions qui permet à l’enseignant d’arrêter une programmation de
son action éducative.
En se référant à cet état de fait, Evelyne CHARLIER où « planifier un cours » : c’est
prendre les décisions : DEBOECK BXL 1989, assimilé la planification d’un cours à
une prise de décision.

I-/ PLANIFIER UN COURS, PRENDRE DES DECISIONS

Pour Evelyne CHARLIER : « l’enseignement peut être décrit comme un processus de


traitement d’information et de décision ».

La prise de décision --- résulte des traitements des informations issues de la situation
scolaire dans laquelle le professeur évolue.

Cette action de traitement des


informations
constitue une situation

---- Prise de décisions complexe où trois type de


variables

interagissent

1. La matière : contenus bruts (m diagramme Venn)

2. L’enseignant : sa personne, ses rôles ses fonctions

3. L’apprenant a : avec statut, rôle et fonctions

apprenant as

Ces trois types de paramètres s’imbriquent et s’articulent dans un environnement


déterminé à plusieurs facettes :

a- Facette institutionnelle (Ecole, valeurs)

b- Facette humaine : (Direction, nombres d’apprenants)


c- Facette temporaire (Moment, durée, rythme)

d- Facette matérielle (matériels disponibles : appareils, livres).

Toutes ces variables interagissent et évoluent } dans le temps

Ex. Diagramme de Venn

Env

n2

a (s)

• L’intérêt d’un apprenant pour la matière ;

• Les objectifs d’un apprentissage relèvent de


l’interaction ---a---m

• Dialogue entre Prof et élève d’une matière = a e m,


peut glisser au fil du temps vers une relation
conflictuelle

a – e ou la matière disparaît.

Ainsi donc chaque enseignant, chaque apprenant est à la fois :


Acteur de la situation d’enseignement

et élément

Les décisions prises par l’enseignant durant la planification (phase de préparation du


cours) sont particulièrement importantes car indicatrices, (prédictives) du déroulement
de l’action éducative (les recherches ont montré que les décisions lors des interactions
sont des ajustements de la stratégie initialement arrêtée.)

La théorie des décisions : « est définie comme l’étude de la façon dont les décisions
sont prises ou devraient être prises ».

Si donc on considère l’enseignement comme un processus de traitement


d’informations et de décisions, il y a un problème de connaissance :

Des situations

Et possibilités Disponibles

Cela a fait dire à G. De Landsheere (dictionnaire de l’évaluation et de la recherche


page 284), que « les situations pédagogiques sont des situations intermédiaires entre
l’incertitude et le risque » pensait-il aux traitements des informations et décisions
variant avec les interprétations qui sont souvent subjectives ?

La planification d’un cours vise à rationaliser l’action éducative, mais cette


planification est « un projet de conduites pédagogiques destiné à s’actualiser lors de la
phase interactive. Le déroulement de celle-ci n’est que partiellement prévisible. Parmi
les évènements que le formateur peut prévoir, une partie seulement est certaine. Ce
sont les décisions que CHARLIER appelle « conditionnées » qui lui permettent de
minimiser les risques.

Décisions conditionnées : - S’il y a assez de livres : je ferais ceci ;

- Si les élèves comprennent vite, j’approfondis


- S’il n’y a pas le calme, je donnerais une interrogation

II-/ ANALYSE DE LA PLANIFICATION D’UN COURS

Les recherches menées à partir de soixante professeurs dans les informations


suivantes.

La planification d’un chapitre de cours est à la fois régie par :

1- Des décisions spécifiques au chapitre considéré,

2- Par d’autres décisions applicables à plusieurs chapitres,

Les études ont montré que :

- le choix de contenu

- les méthodes
d’enseignement sont spécifiques au chapitre

Alors que :

- les décisions relatives aux objectifs d’enseignement sont applicables à


plusieurs

- et aux conduites évaluatives chapitres

Cependant, les actions relatives au temps d’enseignement sont égales, varient selon
des décisions transcendant les chapitres tantôt par d’autres.

Dans la planification d’un cours le professeur pour gérer ces comportements, prend
des décisions principales par ordre décroissant :

Décisions relatives à :
1- L’utilisation des méthodes et techniques

2- Les contenus à enseigner Décisions visant

3- Les temps d’enseignement à gérer les comportements

4- Les objectifs d’enseignement de l’enseignant

5- L’évaluation

Le professeur prend également des décisions à propos des comportements des


apprenants : Décisions décroissantes.

Décisions visant à gérer les comportements des apprenants

1- Activités des apprenants

2- Objectifs d’apprentissage

3- Temps d’apprentissage

4- Contenu à apprendre

5- Evaluation

Il semble que les décisions gérant les relations sont rares (difficultés à planifier à
l’avance ; difficultés à expliquer les choix ; la discipline doit s’imposer).

En définitive, la planification est sous-tendue par tout un réseau, ce qui est essentiel
pour l’enseignant, le formateur, c’est la capacité = de diversifier ses actions
pédagogiques selon les situations.

Implications = * Disposer d’un éventail de conduite pédagogique

* Etre capable d’analyser leurs caractéristiques et leurs


conséquences
* Etre capable de choisir la plus adaptée.

Car selon RICHELLE, « la variable comportement chez le sujet qui apprend a pour
condition la variabilité d’enseignement ».

CONCLUSION

A la lumière de toute ce que nous avons vu et des recherches menées sur la pratique
des maîtres : Evelyne CHARLIER (la planification d’un cours est un processus
décisionnel à partir du traitement d’informations résultant d’une situation éducative.
Elle trouve son fondement (ou son explication) dans les comportements cognitifs qui
guident l’action du maître. Cette action est fort complexe, car dans le traitement des
informations (planification) le construit (théories et représentations) est aussi
important sinon plus que le donné (élément de l’environnement). Il y a donc lieu au
regard de l’importance de la planification du cours dans l’enseignement de former ou
d’informer des enseignants : à analyser les composantes de la situation éducative .A la
méta-analyse.

http://www.ebad.ucad.sn/edocdev/deroulement/deroulement/mbodi
%C3%A8ne/planification%20d%27un%20cours.htm