Vous êtes sur la page 1sur 5

LE TOURNAGE

1) Définition :
Le tournage est le procédé d’usinage le plus répandu, il consiste
à usiner par enlèvement de métal (copeau) des surfaces de
révolution cylindrique et conique, extérieures et intérieures, des
surfaces profilées, des filetages…., à l’aide d’un outil
généralement à arête unique normalisé. Le tournage est un
procédé de fabrication mécanique par
coupe (enlèvement de matière) mettant en jeu des outils à
arête unique.

Types de montages

Montage en l'air
Les pièces de révolution courtes (la longueur de la pièce est
inférieure ou égale à deux fois le diamètre de cette pièce « L £
2D », sont maintenu sur le porte- pièce par une extrémité est en
porte-à-faux (en l’air), elles sont soit :
• En mandrin
• Bridée sur plateau

Montage mixte
– Pour l'exécution de grosses pièces et longues.
La pièce sera soutenue à gauche, dans un mandrin ; à droite,
par la contre-pointe (pointe tournante).
Montage entre-pointes
– Utilisé pour l'usinage des pièces rigides de longueur moyenne,
– Diminue le démontage de la pièce.
La pièce sera soutenue par deux pointes. La pointe fixe (poupée
fixe) et la pointe mobile (poupée mobile). Pour ce faire, il faut,
dans la pièce à usiner et sur chaque flanc, un trou de centre qui a
un angle au sommet égal à celui de la pointe c'est-à-dire 60°. On
utilisera pour forer ces trous une mèche à centrer.

L'avant-trou cylindrique :
– Assure le dégagement de l'extrémité de la pointe (fixe et
mobile).
– Du côté de la poupée mobile, il reçoit le lubrifiant (en cas de
pointe non tournante) lors de l'usinage.
La portée tronconique :
– Assure la position correcte de la pièce.

La pièce sera entraînée, par un toc, fixé lui-même à l'extrémité


de la pièce côté poupée fixe de manière à ce que le pousse-toc
fixé lui sur le plateau, entraîne dans sa rotation, la pièce à usiner.

Choix du montage de l’outil


Les conditions d’installation de l’outil pour assurer la
coupe :
• Garantir la transmission du mouvement d’avance.
• Garantir le positionnement de la partie active de l’outil par
rapport au mouvement d’avance
• 1- Réglage du porte-à-faux
• L’outil doit être fixé avec le porte-à-faux le plus faible
pour éviter les vibrations et le risque de flexion.
• 2 - Réglage de la hauteur de la pointe
• Fig.a. : Le bec est au-dessus de l’axe : l’outil risque de
talonner « broutement ».
• Fig.b. : Le bec est au-dessous de l’axe : l’outil risque de
fléchir  « mauvais dégagement du copeau ».
• Fig.c. : Montage correcte de l’outil.
vitesse de coupe
Elle dépend principalement :
• De la matière constituant l’outil
• De la matière de la pièce à usiner
• Du type du travail.
• Du mode de travail, et de la lubrification.
Elle est obtenue soit à partir de tableau, ou à partir d’abaques
de coupe.
On peut déterminer la fréquence de rotation « N » à afficher sur
la machine soit par :

• Calcul N = (1000Vc) / (p D) ;


• Lecture d’abaques de coupe.
Dressage

Afin d’usiner la pièce on la positionne dans le mandrin


(montage en l’air) par :
- Le serrage des trois mors, qui assurent l’encastrement
de la pièce.
On fixe l’outil dans le porte-outil (tourelle) avec un porte à faux
inférieur ou égal à deux fois la hauteur de la section du cors de
l’outil. Il faut ensuite régler en hauteur avec la pointe tournante
située dans l’axe de la broche, on met la pointe de l’outil au
même niveau que celui de la pointe
Chanfreinage et centrage
On garde toujours le même positionnement précédent, on incline
le porte outil (tourelle) à 45° afin de chanfreiner l’arête de la
pièce. Lorsqu’on termine, on éloigne la tourelle pour passer à
l’opération suivante.
L’opération du centrage consiste à réaliser un centrage à l’aide
d’un forêt à centrer. On chage la vitesse de coupe en prenant en
compte la matière du forêt à centrer (ARS) et son diamètre
moyen.

Chariotage
On change le montage de la pièce, du montage en l’air dans le
cas du dressage au montage mixte, on garde la même vitesse de
rotation que le dressage. Pour commencer le chariotage, on
positionne l’outil tangentiellement à la pièce, on prend une
mince profondeur de passe dans la direction transversale
(perpendiculairement à l’axe de la pièce) à l’aide du chariot
transversal, on déplace l’outil (avance en mm/tr) dans une
direction parallèle à l’axe de la pièce, à l’aide du chariot
longitudinal (trainard). On continu l’opération jusqu’à obtenir la
longueur et le diamètre désirés.