Vous êtes sur la page 1sur 1

Musique du Moyen-Âge

La danse et la musique instrumentale

I. Danses sacrées
- la danse du roi David. Évocation de celle-ci dans le livre de Samuel (Livre II, chapitre 6). Le Roi danse pour
manifester sa joie et sa dévotion à Dieu.

- les danses cléricales. Traces dans un manuscrit conservé à Florence (Pluteus 29.1, f.lv). Le manuscrit présente les trois
musiques d'après Boece : la musica mundana / humana / instrumentalis. Pour la musica humana, clercs et laïcs sont
réunis pour danser ensemble.

- les danses de dévotion. Traces dans le Livre Vermell de Montserrat (lieu de pèlerinage en l'honneur de la Vierge).
Séries de chansons monodiques et polyphoniques précédées de l'inscription « A ball redo ». « Lorsqu'ils veillent dans
l'église de Notre-Dame de Monserrat, les pèlerins veulent parfois canter et danser et aussi le jour sur le parvis. En ce
lieu ils ne doivent chanter que chansons honnêtes et dévotes ; c'est pour cette raison qu'elles seront signalées par des
indications au-dessus et en-dessous [a ball redo]. Il faut les exécuter avec honnêteté et sobriété, de manière à ne pas
déranger l'assistance dans ses prières, et les pieux dans leurs contemplations ; chacun doit veiller à se tenir
correctement et à se disposer dévotement ».

- chants à danser de forme virelai : pratique courante durant tout le Moyen-Âge, « danser aux chansons ». Ad mortem
festinanus [ensemble dirigé par Jordi Savall]

II. Chorégraphies médiévales


- les « caroles » : danses en ronde
- les « estampies » : danses de couple

Modalité d'interprétation
- les chansons à danser
- les estampies instrumentales

1. Chansons à danser
- les rondelets de « caroles »

- Estampie (francien) estampida (provençal) istamptia (italien) stampare (latin) : taper du pied, piétiner.
La première évocation d'estampie : La prison amoreuse (1372-73). Différencie bien carole et estampie.
Le premier témoignage musical d'estampie : Calenda maia (cf p9)
Structure : AA BB CC DD... = structure à double cursus, idem dans les séquences et le lai.

- Estampies et « danse real » françaises.


Le « manuscrit du roi » contient beaucoup de chansons trouvères. Sur quelques pages seulement on trouve trace de
danses : 8 compositions « estampies », 1 « dansse real » (danse royale) ; 2 autres pièces sans texte.
Structure : double cursus à refrain AroARc BroBRc CroCRc...
= Punctum (ABC) + refrain (R) ouvert (o) et clos

- Istampite italiennes.
Manuscrit de Londres, British Library, Add. 29987 : 15 pièces sans texte : 8 istampite et 7 autres danses.
Cf p 20

Vous aimerez peut-être aussi