Vous êtes sur la page 1sur 5

Apocalypse Seconde Bête (oko-pça)

Du Crocodile de Saint-Martin au compte


rendu, par Guénon, du livre d’Alice Joly
sur Willermoz...
vendredi 18 septembre 2020

Notre lien vidéo : https://youtu.be/jQXfva70J5A

Dans le site dit du Crocodile de Saint-Martin, lecrocodiledesaintmartin.wordpress.com.


un certain Vivenza pointe chez René Guénon l’ignorance, le mépris, voire la négation pure et
simple de toute "réalisation" relevant d’un ésotérisme chrétien dont les merveilles, comme de
juste, sont conservées et transmises par le fameux Rite Ecossais Rectifié...

Notons tout de suite, puisqu’il est question de christianisme, le caractère parodique du reptile
initiant les vertueuses indignations de nos docteurs...

En effet comparé aux Saints au Dragon, magnifiquement sculptés, que l’on rencontre encore
en Bretagne, (ci-dessous à Luceram, près de Nice), le dit Crocodile, avec cela réaliste, fait
pâle figure...Z.

tout en renvoyant au personnage de Martinès de Pasqually, sorte de gros psychique, qui à


suivre son portrait par Alice Joly, à du faire un effet bœuf aux imbéciles qu’il avait pour
mission de tamponner...

C’est en effet une constante du "gurulisme", qu’une vitalité puissante assortie d’un
phénoménal culot, l’emporte sur des complexions plus fragiles... Voire, quand il s’agit de
militaires, gens aguerris, en quête de merveilleux, sur toutes sortes d’interrogations, de
doutes... Que le phacochère, sorti de son marais, balaie d’un revers de ses défenses, d’autant
plus impressionnantes, qu’inversement proportionnelles à la culture et bien entendu
l’intelligence du Guru...

Car il y a chez Martinès lui-même, mêlée de ruse, une sorte d’imbécillité...— des opérations à
base de considérations astrologiques censées favoriser le contact avec
"la Chose" — au planches compliquées à l’infini, censées opérer une Réintégration de
l’homme déchu dans l’entité Adamique — autre déviation puisque pour un chrétien le Nouvel
Adam, c’est Jésus-Christ...

Et à cet égard on ne peut qu’approuver son premier disciple, Saint-Martin, d’avoir écarté "la
Chose" comme les équinoxes, avant de s’adonner à une Niéme mouture du "roucoulement en
Dieu", car bien entendu, s’il y a bien une méthode méritant toutes les critiques que Guénon
fait du mysticisme, c’est bien "la voie cardiaque" de ce petit saint, qui pour rien au monde
n’aurait couché avec une femme...
Et l’on ne peut qu’admirer, dans le site qui nous occupe, qu’une régression à ce point
problématique que la "filiation" Mme Guyon, Fénélon, Ramsay, — personnages déjà traités
en Nef des Fous * — soit présentée comme une pure expression de l’ésotérisme chrétien des
origines...

Mais qu’en est-il de Willermoz, qui contrairement à Saint-Martin, s’est évertué en vain et
pendant des années à obtenir un contact avec "la Chose", tout en multipliant les grades
intermédiaires menant au parfait néant des "Elus Cohens", comme leur nom l’indique, d’une
modestie de pétunia...

De proche en proche notre vigoureux cochonnet **, organisateur d’un "convent" de


Wilhelmsbad, 1782, particulièrement chaotique...(mystiques >< positivistes) se trouvera être
comme le parrain du Rite Ecossais Rectifié...c’est à dire débarrassé de la prétendue filiation
templière, mais accro au grade, inventé de toute pièces par Willermoz, des "Chevaliers
Bienfaisants de la Cité Sainte"...

Maintenant si l’ouvrage d’Alice Joly 1938, auquel même les concernés rendent hommage, est
toujours disponible, peux se montrent curieux de sa recension par RG in "Etudes sur la FM et
le Compagnonnage"... où la dialectique de ce maître, faite d’aveuglement idéologique et de
mauvaise foi, se montre dans toute sa subtilité...

En effet et d’entrée de jeu, il est question des inévitables défauts générés par le point de vue
profane, comme si la FM de la cave au grenier, et toutes Obédiences confondues, ne relevait
pas de cette catégorie pire, de la Parodie, pourtant dénoncée, des rites religieux...

Un peu plus loin Guénon déplore "l’accumulation de faits purs et simples" auxquels il aurait
préféré une "vue plus synthétique" permettant de dégager le sens de tout cela, à se demander
s’il s’est vraiment donné la peine de lire le prodigieux travail d’Alice Joly...

Laquelle non content d’accumuler les faits, les ordonne et surtout les commente de façon à
bien faire ressortir la névrose obsessionnelle des principaux intéressés... A commencer par
Willermoz qui, pour suivre un tout autre chemin que Saint-Martin, cumule la manipulation,
(en ce qui concerne son propre système) et la quête effrénée de secrets détenus, pense-t-il, par
d’autres organisations, que Guénon derechef qualifie d’initiatiques, long comme le bras (ou la
Quenelle...)...

Ce qui, est une vaste plaisanterie...surtout lorsqu’il s’agit de groupuscules allemands, faisant
le grand écart entre les idées de la Réforme, balayant les Ordres monastiques, les pâmoisons
d’un Jacob Boehme et autres gyrovagues, enfin une filiation templière abandonnée à regrets...

Habileté ou perversion naturelle ??? pour RG le plus intéressant dans le travail d’Alice Joly,
est le rôle joué par Mesmer ; "suscité tout exprès pour faire dévier les organisations
maçonniques qui, en dépit de tout ce qui leur faisait défaut comme connaissance effective,
travaillaient encore sérieusement et s’efforçaient de renouer le fil de la véritable tradition. Au
lieu de cela leur activité fut absorbée par des expériences plutôt puériles, et qui n’avaient en
tout cas rien d’initiatique, sans parler des troubles et des dissensions qui s’ensuivirent..."
Phrase admirable que nous citons in extenso...

"Analysons ce beau raisonnement" comme dirait de Maistre (en parlant de l’électricité...) et


nous voilà piégé par tout un Autrefois qu’il suffit de rattacher au fameux Montage "opératifs,
spéculatifs", sans parler d’une "initiation virtuelle" comme décalquée de la barakah des Turuq
entées sur les métiers...

Laquelle, chez les "frères", et pour ne pas changer, revient à une pure singerie... mais
suffisamment séduisante pour retenir dans ses rets notre Vieux Chat, de ce point de vu Tigre
Borgne...

Relayant sans la moindre hésitation les "rituels opératifs" sortis de la fertile imagination de
Stretton & Yarker — ah ce Svastika tracé au plafond des loges (?? baraques en bois...) des
compagnons bâtisseurs, cette lettre G assimilée à un Iod...—

Vers 1929, encore capable de se passionner pour un télégraphe des Polaires lui rappelant sa
propre intronisation, rue des Canettes en 1908, comme grand Maître d’un Ordre du Temple
Rénové — enfin réfugié en Egypte, mais sans aucun rapport avec une quelconque
organisation soufie... — tout en entretenant mordicus, via une nuée de correspondants, la
Grande Illusion Maçonnique, jusqu’à la fondation de la fameuse Loge "La Grande Triade"...

Donc et pour revenir sur notre toute première video," Guénon,


nécessaire mais non suffisant"...et même globalement... déroutant...

&&& &&& &&&

Questions ― sur ce Martinès de Pasqually, sorte de juif espagnol ou portugais, comme de


juste converti au catholicisme... On est déjà sous Louis XV ??? ― Né en 1727, Grenoble mort
en 1774, Port au Prince..., la même année que ce Roi...

― Donc à 47 ans, ça fait pas bézef pour un grand initié ... tu m’as lu ce matin son portrait par
Alice Joly ?? ― Portrait décapant qui en quelques rafales envoie par le fond les quelques 50
pages où Guénon, tout en pointant les limites des "Elus Cohens", sorte de hameçon conçu par
quelques juifs d’Afrique du Nord..., fait pour ne pas changer de grands efforts pour ne pas
jeter le bébé avec l’eau du bain...

― Aussi beau que le gnome verdâtre, qui dans "la guerre des étoiles" instruit le chevalier
Djeddy ??? ― la comparaison s’impose d’autant plus que, nonobstant
"la Chose", Martinès est du genre analphabète...

Alice Joly, Lecture, pg 34..."Comment Pasqually, méridional besogneux, vulgaire et de plus


presque illettré,put-il retenir autour de lui quelques esprits distingués dont la ferveur la
ténacité et le talent lui firent, et lui font encore beaucoup d’honneur ? ", etc ...

Plus loin "il apportait à ces français catholiques du XVIIIème siècle, un écho de la vie
mystique de ces communautés juives, écho autrement original et vivant qu les quelques
notions décousues qu’il avaient déjà pu trouver dans les rituels écossais. On peut même
imaginer que ce fut justement la couleur hébraïque dont aimait se maquiller la Maçonnerie qui
attira l’attention de ce juif mal christianisé, sur le rôle qu’il pouvait jouer et décida de sa
carrière de prophète. Elle pouvait être pour les autres aussi fructueuse que pour lui même. Il
se sentait capable, sa faconde et son imagination suppléant à son manque d’instruction,
d’enseigner aux maçons la doctrine secrète à laquelle ils aspiraient"...
―Sur cette "Chose", sorte d’ esprit allié façon Castaneda ??? ― excellent compte rendu chez
Alexandrian, pg 293, "petite histoire de l’Occultisme", dont la fameuse traction, que certain
abbé, à sa plus grande épouvante, ressenti comme une main le frappant au milieu du corps....

―Mais et le mic-mac rituélique à base astrologique ?????? ― Surtout l’assertion comme quoi
on ne sait pas ce qui peut se manifester, vagues passages lumineux, frôlements ― quand cela
arrive..., car livrés à eux mêmes les adeptes n’obtiennent à peu près rien... Willermoz peinera
dix ans avant d’avoir un vague contact....

Mais cela demeure très différent et même cela n’a rien à voir avec la démarche et les
explications du Sorcier Yaqui quand à ces entités du monde intermédiaire ― que notre guru
nomme "forme glorieuse" émanée du monde "céleste" voire "surcéleste"..., ce qui donne
l’exacte mesure de Martinès...

― Question doctrine, à part l’éternelle resucée du B à Ba de la théologie, Chute d’Adam,


rédemption et tutti quanti ??? ―Rédemption dont Jésus-Christ, remplacé par... les opérations
de Martinès, est parfaitement absent...

Avec cela "le pêché originel" chez Martinès, c’est Adam qui crée Eve nommée L’Homesse !?,
en punition de quoi Dieu rétrograde Adam dans cette "forme matérielle passive", avec qui il
doit maintenant s’accoupler pour engendrer..., car à suivre ce maître, la matière c’est le Mal...

― C’est quand même dommage que la Sainte Inquisition n’ai pu examiner tout ce fatras...―
Et faire pendre Martinès par les génitoires, envoyer Saint-Martin rejoindre Mme Guyon à la
Bastille et envoyer Willermoz au galères... Heureusement la Révolution française n’était pas
loin...

― Mais tu es le premier à dire et à montrer, de façon autrement précise que Guénon..., que
l’Eglise a perdu les clefs de la science... ― Oui mais la théorie la plus parfaite reste chose
abstraite... Autrement dit, un moine s’engage, un prêtre s’engage, un croyant sérieux s’engage
― dans une démarche où il n’est pas question de dire Je, Moi, Moi-Je, comme I-phone ―
alors que nos initiés quand ils ne rampent pas, font preuve d’un présomption démesurée...

― Mais et "le monde magique du Héros" comme dirait Evola ??― Oui, mais toute cette
bourgeoisie, pire cette soit disant noblesse venue de la Robe - d’une vanité, prétention, avarice
à couper au couteau, (imposer les privilégiés ?? -> 1789...) quel rapport avec le héros ou le
chevalier ??? mieux avec le simple soldat envoyé en première ligne, sous un feu d’Enfer, par
des généraux abrutis ou félons ??

― A propos de magie, on est donc en plein XVIII siècle, à la fois pré-révolutionaire et déjà à
fond engagé dans la recherche et la systématisation scientifique...― Contrairement à l’Eglise
latine qui a fourni à L’humanité une pléiade de savants, nos prétendus initiés, par
comparaison, sont d’une totale stérilité ... et pour cause,

puisque...Alice Joly, pg 131 : "le monde physique était une conséquence de la révolte des
anges. Pasqually, comblant hardiment une lacune de la Bible, enseignait que la matière
l’espace et le temps étaient, en somme, la punition des pervers, la "prison" ou Dieu les avaient
enfermés pour y limiter les effets de leur volonté révoltée. Rejoignant les thèses gnostiques,
ces théories voyaient dans le mal l’origine de la matière.
Elles entraient dans toutes sortes de précisions au sujet des êtres qui constituent le :monde
physique, esprits planétaires majeurs et inférieurs, esprits de "L"Axe feu central" dont
dépendent les "véhicules" ou "âmes passives", des animaux des végétaux des minéraux,
"destinés à l’entretien des formes". Cette classe inférieure des "êtres spirituels corporels" se
distinguait surtout des autres parce que l’Être créateur ne leur avait pas donnée de libre arbitre
".

― Mais il y en a bien quelques uns, nobles ou grands bourgeois, qui font dans l’alchimie ??
― Bien entendu à commencer par Newton..., mais nos "Elus Cohens" visent bien plus haut :
devenir comme Adam, maître et possesseur de la nature, non comme Descartes, Fermat,
Leibnitz, mais par l’Opération de "la Chose", autrement dit dans une sorte de régression
prélogique et infantile...

― Mais au fait René Guénon, encore tout au long des années 20, ne prône-t-il pas une
conception essentiellement rationaliste du très grotesque G.A.D.L.U ― In "études sur la FM"
etc - alias le Grand architecte de L’Univers ??? Tout en délirant grave sur L’Aggartha, le Roi
du Monde et autres royaumes souterrains

― Là tu cites ton collègue, je veux dire Alexandre Palchine...― Disons que les "mythos" les
"jobards" et les "flippés" c’est bien avant Guénon, et que c’est bien plus grave que "le
crocodile amoureux", vendu par un certain Léo Taxil aux catholiques..., qui n’ jamais duré
que 12 ans, alors que les "frères"...***

― "La Reine est ravie, le Chat est ravi, nous sommes ravis" ****

21-08-2020 pour Oko-Pçà

http://www.apocalypsesecondebete.net/spip.php?article433

* .Sur quelques faiblesses de la Com Anti-maçonnique

** Willlermoz, 1730-1824, Convole à 65 ans avec une jeunesses de 25...

*** Jean Robin, "les Sociétés secrètes au rendez-vous de l’Apocalypse",


ch Léo Taxil ou le crocodile amoureux...1885-1897...

****, Béhémoth in le grand bal chez Satan... le Maître et Marguerite, Boulgakov...

De façon générale pour les moldus, en quête de vision panoramique..


L - Franc-maçonnerie, un masque tombe... et M - Franc-maçonnerie, le grand ravalement......