Vous êtes sur la page 1sur 28

Université Abdelhamid Ibn Badis de Mostaganem

Faculté des Sciences de la Nature et de la Vie


Département d’Agronomie

Caractérisation physico-chimique, spectre pollinique


et propriétés biologiques de miels algériens crus de
différentes origines florales

HOMRANI Mounia
Sous la direction de : Pr DalacheFatiha, Dr Bouzouina Mohamed

.
Laboratoire des Sciences et Techniques de Production Animale (LSTPA)
2019-2020
Introduction
introduction

Produit
non stérile

Denrée Substance
alimentaire Miel naturelle
sucrée
Résultats et discussion

Qualité

Anti-inflammatoire
critères Antioxydant
Caractéristiques Caractéristiques cicatrisant
polliniques physicochimiques Antibactérien
introduction

i q u e
01 Méconnaissance de la qualité des miels algériens commercialisés

Absence de règlementation Consommateur miel de bonne/ mauvaise qualité

manque de laboratoires Apiculteurs confirmation l’authenticité Exportation


C.Q.P.A Agréé /qualité des miels /Valorisation

Pas d’inventaire (répartition de la flore mellifère selon les régions)

Connaissance des spécificités de la végétation des lieux de production


P r o b l é m a t

Valorisation (produits locaux)/visibilité à l’échelle internationale

02
Essor de la Médecine naturelle Produit
sain,
diététique
et curatif

03 Isolement de microorganismes bénéfiques pour la santé/intéressants


Résultats
Résultats et

Industrie agroalimentaire Industrie pharmaceutique

Conservation STATUT (GRAS)


’ Probiotique
et discussion

des aliments
Bactériocine/
discussion

Fermentation alternative AB
souhaitable
Objectifs
01

Détermination de l’origine botanique

Caractérisation Etude des spectres polliniques

des Etude des caractéristiques physicochimiques


miels algériens
Evaluation des propriétés biologiques

02

Essai d’isolement

Lactobacillus
Identification dans les miels
algériens

Activité antibactérienne
Matériel & Méthodes
Echantillonnage
Introduction Matériel &Méthodes Résultats & discussion
Travaux au laboratoire
Introduction

Analyses effectuées en laboratoire


Analyse pollinique
Quantitative /Qualitative
Matériel &Méthodes

Mesure des paramètres physicochimiques


(pH ; H° ; HMF ; Sucres ; couleur; ID ; CE

Activités Biologiques
(Antibactérienne-antioxydante –anti-adhésion)
Résultats & discussion

Isolement-Identification de
l’espèce - pourvoir antibactérien
de lactobacilles
Analyse pollinique des miels
Introduction

Méthode classique (Louveaux et al., 1978).


Matériel &Méthodes

Sédiment+
gélatine glycériné
Sédiment
de miel

5g miel
+E.D
Résultats & discussion

Nombre total de Grain de pollen Dans


Identification /classification grains de pollen/% le miel (G.P/100g miel)
(G.p/E.M)
Analyses physicochimiques des miels
Introduction

HMF pH
(mg/Kg miel)
(IHC,2009)
(IHC, 2009)
Méthode White,
Matériel &Méthodes

spectrophotométrie
228nm/336nm
ID
Paramètres
(Unité de schade)
CE (mS/cm)
Méthode Schade 1958
physicochimiques (IHC,2009)
(IHC, 2009)S.M
S.M(20%)
(20%)
Spectrophotométrie
660nm
Résultats
Résultats&etdiscussion

Couleur Humidité (%)


Indice de Réfraction
Colorimétrie Dosage des sucres (codex Alimentarius;2010)
Pfund/CIELab spectroscopie RMN
discussion

la comparaison optique Visualisation couleur 3D

Exploitation des propriétés magnétiques de certains noyaux atomiques


Isolement de lactobacilles à partir de miels frais
Introduction

Étape 02 : Étape 03 dilution


Etape01 : Préparation décimale
Pré-culture
de la solution de Miel
1mL
Matériel &Méthodes

10g Miel dans


90mL E.P.S
24h/37C°

peptonnée
9ml
(MRS)
Incubation

Eau
MRS

MRS(cyst+
Test de catalase
+ Color gram Fructose)

Rogosa
Résultats & discussion

MRS-Caco3

Catalase négative/ Gram positive Etape 04: Ensemencement en masse


/forme bacil

Sélectionnées purifiées conservées

Étape 05 : Lecture des résultats


Identification des isolats sélectionnés au niveau de
Introduction

l’espèce

Approche Approche
protéomique génotypique
Matériel &Méthodes

Spectrométrie de Masse de Biologie Moléculaire


Type MALDI-TOF amplification+ séquençage
gène codant l’ARNr 16S

Vitek- MS Système
(Biomerieux, la Balme, Extraction de L’ADN
France)
Amplification (gène ARNr 16S )

Affichage des résultats Visualisation des amplicons


programme «Myla»
Résultats & discussion

Séquençage de l’ADNr
(Biomerieux,
Sanger et al.(19 77)
France)/(pourcentage
d’identification)
Identification des isolats au
niveau de l’espèce
Effet antioxydant Effet anti-adhésion
517nm Ensemencement avec 25 µl Préparation de monocouche
Pouvoir
Introduction

(lf82-luc) + 975 µLMiel1% de T84 sur plaque à 24 puits


Incubation 30min IC50
S.M.10% anti-radicalaire Courbe linéaire
% RSA
Test de DppH
• 765nm
Dosage des PT • Incubation 1h

Incubation 3h
• S.M 10%
Test de Folin-ciocalteu

/ 37° C
• mg GAE/100 g
Matériel &Méthodes

• 425nm
• Incubation 10min Dosage des FT
• S.M33%
• mg EQ/100 g Test de Alcl3
élimination des bactéries mesure de la bioluminescence
non adhérentes

Etude des propriétés biologiques


Miel L.b isolés des miels
Diffusion par disque Diffusion en puit
01 Centrifugation4C°
Culture bactérienne 6000rpm/ 20min surnageant
Méthode des spots Méthode des puits
(Fleming et al., 1975)
02 écouvillonnage 02 E. coli
Ensemencement en
Résultats & discussion

touche des lb sur MRS Souches


E. coli S.aureus indicatrices
37°C
24 h P. aeruginosa
Incubation 24h -48h / 37° C
Incubation 24h -48h / 37° C Souches 9 ml GN liquéfié +0,5 ml d’une souche
pathogène) /coulé sur les boîtes pré-incubées
indicatrices

S.typhi P. aeruginosa 37°C


incubation 24 h
03
03
Effet antibactérien
Résultats & Discussion
Résultats de l’analyse pollinique quantitative
Introduction

Très Riche en pollen


(qualité supérieure)

Pauvre en pollen
(mauvaise qualité)
Classe IV
Matériel & méthodes

Extrêmement riche en 3% Classe


pollen(qualité V
supérieure) 5%

Classe I Class of Maurizio


18% Class I : <2000 GP/g
Riche en pollen Classe III Class II: 2000-10000 GP/g
(très bonne 25%
Class III: 10000-50000 GP/g
qualité)
Class IV: 50000-100000 GP/g

Clase V: >100000 GP/g


Résultats & Discussion

classe II
49%

Moyennement Riche en
pollen (bonne qualité)

Classification des miels selon leurs richesse en pollen


Résultats & Discussion Matériel & méthodes Introduction

10
20
30
40
50
60
70
80
90

0
Eucalyptus

16
Brassica napus t
Olea europaea

Pollinifère
Echium
Papaver rhoeas t
Ziziphus lotus
Genista t

13
botaniques
60 Familles

Foeniculum vulgare t

Typicité
Hedysarum coronarium

91
Tamarix
Coriandrum sativum t
107 types pollinique

nectarifère
Pimpinella anisum t

très fréquents
Centaurea t
Punica granatum
47%
autre

Chrysanthemum t
Carduus t
Cistus
Sinapis alba t
Taraxacum officinale t
Aspergeaceae 3%

Thapsia garganica
Melilotus t
Chenopodium t
12%

Acacia
Fabaceae
nombre de taxons
+ représentées en

Citrus
12%

Buxus sempervirens
7%

Trifolium repens t
Astreaceae

Apiaceae

Convolvulus

28
Poaceae
Artemisia t
Pistacia

fréquents
Cichorium t
Capparis
Euphorbia t
Phoenix dactylifera
Peganum harmala
Phacelia
Casuarina
Chamaerops
Malus t
miels

Apium nodiflorum t
65%

Cyperus
Ononis natrix
8%

monofloral

Quercus
Spectre pollinique des miels algériens
Agrume

Thymus t
Plantago
19 Différentes variétés de

Paronychia argentea t
Ceratonia siliqua
Onobrychis
Rosmarinus officinalis t
Lantana t
Myrtaceae
coriandre 2%

Erica arborea
Schinus molle t
Lotus t
Muscari comosum
Daphne gnidium
pollen Rare

Eriobotrya japonica
57%
incorrect
Résultats de l’analyse pollinique qualitative

Scorzonera t
pollen Dominant

23 peu fréquents
pollen Important

Allium
Vicia t
présumées

Rubus
43%
Appellations

correct

Ailanthus altissima
pollen d'Acompagnement

Borago officinalis
Authentification des

Echinops t
Bryonia cretica
13 types
polliniques
Introduction
Analyses Physicochimiques
➢ Miels de couleur foncé (E32) et riches en pollen (E59)sont plus abondant en M,M ionisable/ de bon conducteurs de courant ce qui leurs
permet de présenter une conductivité plus élevée

➢ un mélange de miellat et de nectar ➢ Récolte précoce


➢ Mauvaises conditions d’extraction – de stockage- d’entreposage/
conditionnement
➢ Température
Confirmation leurs origines botanique et taux d’humidité
préalablement déterminéesquipar
règne dans lapollinique
l’analyse ruche

Tableau. Résultat des analyses physicochimiques


Paramètres O. Botanique Moyenne ± SD Min-Max Exception Codex Alimentarius
H° (%) Nectar/miellat 17,08 ±1,93 14,6-25 E38 - E42 - E52 <20%
Matériel & méthodes

Nectar 3,99 ± 0,22 3,58-4,53 - 3,5-4,5


pH
Miellat 4,59 ±0,06 4,55-4,66 - <4,5
Nectar 0,52 ±0,21 0,13-1,13 E39-E52 > 0,8
CE (mS/cm)
Miellat 1,15 ± 0,30 0,86-1,46 - <0,8(mS/cm)
HMF
< 40, <60 pays sous
Nectar/miellat 17,16±16,40 0,37- 112,62 E42-46
(mg/Kg miel) climat chaud
ID (unité de >8, >3 (naturellement
Nectar/miellat 20,92±12,34 6,30 -95,66 E42-E46
Schade) pauvre en amylase)
Extra blanche foncée
Couleur (mm
Nectar/miellat 82,98±31,47 13-150 - -
Pfund) Mauvaise qualité (traitement thermique)
L(luminance) Nectar/miellat 73,05±8,92 38,22-89,59 - -
a*(rouge-vert) Nectar/miellat 4,32±5,4 -5,67 -14,88 - - Miellat/Adultération
Résultats & Discussion

B*(jaune-bleu) Nectar/miellat 29,51±7,21 4,74-43,32 -


Tableau. Profile
➢ le fait que le paramètre glucidique
L soit supérieur desindique
à 50 miels analysés
que ces miels ont tendance à
être de couleur
monosaccharides foncé , disaccharides trisaccharide 56/58
F/G
miels

MALTOTRIOSE
Prédicateur

GENTIOBIOSE
SACCHAROSE

Récolté à un stade
Les valeurs positives des moyennes20/58
de amiels
et b indiquent un penchant vers les

MELEZITOSE

TURANOSE

RAFFINOSE
FRUCTOSE

MANNOSE
GLUCOSE

MALTOSE
(Vitesse de cristallisation
idéal/pas de )
proportions de couleurs rouge et jaune
pourrissement au sirop

E34
0,47 ±0,70
MS± 39,30± 2,88 29,69 2,20 ND 0,41±0,69 1,89±0,45 2,06 0,63 nd nd
Min 24,40 23,10 - 1,00 0,60 0 -
Max 44,40 34,10 3,30 3,10 3,60 1,6 3,20
Résultats de l’isolement et identification des
Introduction

lactobacilles

29 Miels testés
06 Miel 23 Miels
Matériel & méthodes

0 isolats 131 isolats


cat-/Gram+/Bâtonnet

Présumé Lactobacille

MRS
Rogosa 20%
42%
Résultats & Discussion

MRS- Caco3
24%

MRS-Cysteine +
fructose
ù 14%
ù
Nombre de lactobacilles détectés selon
cat-/Gram+/Bâtonnet
ù
leurs milieux d’isolement
Isolement et identification des lactobacilles
Introduction

Tableau. Nombre de lactobacilles isolés selon l’origine des miels


Miels O.botanique Région Nombre d’isolats lb
E44 B.napus M´Sila 21
E45 B.napus M´Sila 21
E37 Eucalyptus Soukh-Ahras 15
E29 Polyfloral Medea 10
E02 Polyfloral Mostaganen 7
Matériel & méthodes

E09 Polyfloral Sidi bel abbes 6


E33 Citrus Mascara 5
E13 Polyfloral Medea 5
E21 Polyfloral Mostaganen 5
Facteurs qui peuvent influencer la variation du nombre de
E27 Polyfloral Guelma 5
E28 F.vulgare lactobacilles dans les miels :
Guelma 4
E31 ➢ Utilisation
Miellat de produits chimiques
Naama AB, Pesticide…etc
4
E1 Capparis Mostaganen 3
E10 ➢ Quantité
Eucalyptus de nectar Mascara 3
E03 ➢ Propriétés
Genista des miels Mostaganen 3
E07 Polyfloral Mostaganen 3
E34
➢ DuréeMiellat
de stockage du miel Medea 2
Résultats & Discussion

E14 Les Abeilles


Polyfloral et leurs environnement
Medea 2
E16 Polyfloral Mostaganen 2
E30
➢ Traitement
Z.lotus
(chaleur- filtration...etc.)
Medea 2
E17 B.napus Naama 1
E08 Eucalyptus Mostaganen 1
E32 Z.lotus Naama 1
E04 Citrus Mostaganem 0
E06 Citrus Bechar 0
E05 F.vulgare Blida 0
E15 Polyfloral Mostaganem 0
E22 Z.lotus Tlemcen 0
E11 P.granatum Mostaganem 0
Isolement et identification des lactobacilles
Introduction

Identification Génotypique Identification Protéomique

Tableau. Résultats de l’identification Résultats de MALDITOF/MS


moléculaire (14 isolats) (50 isolats)
(séquençage 16S ADNr)
lb espèces % Miel
Matériel & méthodes

21 pur Non concluante


R19
Lb.plantarum 99 21
Lb01 Lactobacillus sp 99 44 Confirmation du genre lactobacillus/
LB08 Lb. pentosus 100 44 Non concluante au niveau de
l’espèce (incertitude) 99,9%
LB09 Lb.plantarum 99 44
LB12 Lb.plantarum 99 45
Lb29 Lb.plantarum 100 45
Lb39 Lb. pentosus 99 34 Lactobacillus Pentosus/Lb plantarum/Lb
Résultats & Discussion

LB47 Lb.plantarum 99 16 paraplantarum


LB49 Lb. pentosus 99 37
LB64 Lb.plantarum 99 44
Lb65 Lb.plantarum 99 45
Lb76 Lb.plantarum 99 02
Lb77 Lb.plantarum 99 02
B92 Lb.plantarum 99 15
Activité antioxydante
Introduction

Tableau. résultats du dosage des Tableau , corrélation


composés phénoliques et de l’AO IC50 %RSA FT PT (mm Pfund)
Minimum Maximum MS±SD (mg/mL) (mg/100g) (mg/100g)
IC 50 1 -0,876** -0,500** - 0,635** - 0,671**
PT (mg/100g) 20,89 182,27 78,73±37,1
(mg/mL)
%RSA 10,05 79,50 33,81±15,3
%RSA 1 0,473** 0,667** 0,635**
Matériel & méthodes

IC 50(mg/ml) 6,29 49,76 18,78±10,46 FT 1 0,672** 0,878**


(mg/100g)
FT (mg/100) 0,24 13,43 5,86±2,97 PT 1 0,706**
(mg/100g)
**. La corrélation est significative au niveau 0,01 (bilatéral)

origine florale PT (mg/100g) FT (mg/100g) %RSA IC50


Résultats & Discussion

Citrus 50,45±31,53 4,052±2,75 16,79±8,71 34,66±12,32


Zizyphus lotus 63,71±21,70 5,54±0,82 28,04±9,28 19,54±6,73
Apiaceae 54,12±35,60 5,25±0,13 31,63±9,28 16,57±4,85
Eucalyptus 70,77±22,88 7,02±3,28 39,15±3,82 14,77±7,04
Polyfloral 74,67±28,58 6,08±2,89 34,05±11,79 18,47±18
foeniculum 119,1±15,77 8,65±2,44 31,96±5,90 16,22±3,44
vulgare
Erica aroboria 130,85±10,83 11,07±0,88 43,71±5,04 11,52±1,34
Miellat 116,61±53,91 5,65±2,59 55,74±5,5 9,03±0,85
brassica napus T 148,75±50,69 8,14±0,91 63,86±26,6 9,23±5,07
Activité anti-adhésion
Introduction

Figure. Résultats du test d’adhésion (pourcentage du taux d’inhibition


de l’adhésion de la LF82-luc aux cellules T84 )
Matériel & méthodes

87,00 ± 12,09
85,63 ±3,73% % (E20),
61,62 ± 3,49

53,99 ± 32,7

62,58 ± 5,44
Résultats & Discussion

La capacité de ces miels à empêcher la fixation de la LF82


aux cellules intestinales induit leurs capacités à diminuer
les inflammations causées par ces bactéries
Activité antibactérienne des miel
Introduction

30,72mm
Méthode des puits ➢ Tous les miels présentent un effet inhibiteur
33 E24
Méthode des disques mm
➢ S.typhi / P.aeruginas sont plus sensible aux miels

➢ Les miels montrent une meilleur efficacité : testé


par la méthode des puits
La techenique la + approprié
mettre le miel directement sur la plaie et non pas par un
Matériel & méthodes

pansement à base de miel


8,25 mm
E Zone
07 mm21
E57 et E60 d’inhibition
Zone
d’inhibition

Figure: Résulats de l’activité AB des miels


Tableau Résultats de l’activité AB des miels selon leurs origines botanique
E.Coli S.aureus P.aeruginosa S.typhi
O,Botanique disques puits disques Méth disques puits disques puits
Résultats & Discussion

Citrus 10,03±1,05 12,46 ± 2,06 13,28±3,94 16,33±1,88 11,55±0,78 15,26±0,33 12,84±2,37 25,91±2,95

Capparis 12,46±2,06 13,93 ± 1.41 15,41±4,01 17,09±2,95 11,97±1,46 12,98±1,1 12,95±3,31 20,83±1,17

B.napus 12,70±0,43 20,47±0,5 15,19±0,26 20,34±0,57 12,03±1,84 17,77±0,2 15,75±0,35 20,46±0,5

Genista 12,50 17,00 27,62 14,47 16,56 15,61 33,00

Eucalyptus 15,87±1,22 24.92 ± 2.83 18,46±2,18 29±2,83 12,1±2,45 22,23±5,32 12,01±0,02 25±7,07

P.granatum 15,75±0,36 20.49 ± 0.71 27,5±3,54 20,3±7,21 14,89±0,16 17,49±2,77 15,845±0,22 17,72±0,4,

Apiaceae 14,67±0,47 20,5±3,4 16,22±0,30 17±1,41 12±3,16 15,35±0,21 16,67±0,47 20,5±3,54

Z.lotus 15,36±0,5 18,5±2,12 15,13±1,56 20,16±3,62 17,01±0,01 15,45±2,94 17,32±0,97 18,5±2,12

F.vulgare 13,03±1,37 17±2,83 19,36±1,92 20,09±2,53 16,55±1,44 18,20±1,29 14,6±0,57 27±2,83


Activité antibactérienne des lactobacilles
Introduction

Tableau résultats de l’activité antibactérienne des lactobacilles


Diamètre des zones d’inhibition (mm)
Culture bactérienne Surnageant
Isolats de Lb
E. coli P. aeruginosa E . coli P.aeruginosa
Matériel & méthodes

ATCC 25922 ATCC 27853 ATCC 25922 ATCC 27853


Lb92 13,67 ± 1,15 12 ± 1,73 11 ± 1,41 7 ± 1.41
Lb47 17,5 ± 0,71 14,67 ±1,71 6 ± 1.73 7 ± 1,41
Lb3 13± 1 14 ±1,71 8.33 ± 0,58 08.67 ± 1.15
Lb35 16 ± 1,41 14 ±1,41
Lb38 12,5 ±0,71 15 ±0,82 9.33 ± 1.15 09.67 ± 0.58
Lb44 17±1,41 13 ± 1,41 - -
Lb12 14±1 14 ± 1,41 10.67 ±1.15 11 ± 1.41
Lb29 14,67±0,58 13,33 ± 1,53 - -
Lb65 14±1 11±1,41 - -
Résultats & Discussion

Lb66 13,67 ±0,58 13± 1,73 - -


Lb67 13 ±1,41 14,67± 0,58 06 ± 1.41 5.5 ± 0.71

L’effet inhibiteur des lactobacilles peut avoir deux origines principales : production d’acides
organiques (acide lactique et acétique)/production de substances inhibitrices (bactériocine,
diacétyle, H2O2, l'éthanol, l'acétaldéhyde, l'acétoïne…)
Conclusion

multitude de variétés de miels produites


en Algérie (jujubier-coriandre- toutes
fleurs-miellat…etc

Caractéristiques polliniques (présence


très fréquentes de p.anissum-Tamarix –
C.sativum -z.lotus…)

Présence de deux espèces de lactobacillus


« plantarum et pentosus » dans les miels
frais algériens

Confirmation du potentiel Thérapeutique


des miels algériens
Perspectives

➢Augmenter le nombre d’échantillons afin d’avoir plus de représentativité à l’échelle


nationale ce qui nous permettra en même temps d’établir une carte mellifère.

➢Un essai de labélisation des miels de différentes régions d’Algérie

➢Détermination de la nature des agents inhibiteurs produits par les lactobacilles


isolées ainsi que ceux des miels.

➢Essayer de détecter d’autres microorganismes dans le miel présentant des


propriétés bénéfiques pour l’homme.

➢réaliser des tests in vivo (sur rat) pour évaluer le pouvoir anti-adhésion et anti-
inflammatoire des miels algériens.
Production scientifique
Merci pour votre attention

Des questions ????