Vous êtes sur la page 1sur 4

Service d'études  

sur les transports,  


les routes et  
leurs aménagements

Environnement technicité sécurité échanges normalisation déplacements patrimoine

Sécurité routière 
Démarches et évaluations

L
a sécurité routière repré- Pour s’assurer d’une bonne doit y contribuer : les aména-
sente encore un enjeu hu- utilisation des moyens, il est geurs des territoires, ceux qui Chiffres clés
main essentiel : près de primordial de savoir quelles ac- planifient l’urbanisme, qui or-
13 personnes perdent la vie sur tions sont les plus efficaces. Il ganisent les déplacements ; en-
la route chaque jour en France, est donc nécessaire de montrer core faut-il qu’ils en soient bien 4 620 personnes
en moyenne. Pour améliorer les résultats concrets des démar- conscients : c’est l’objectif de la tuées en 2007
cette situation, il faut agir sur ches mises en œuvre, d’en éva- démarche Mpsr (Management soit - 2 % par rapport à 2006,
l’ensemble du système et ses luer l’impact réel sur la sécurité et pratiques en sécurité rou- la quatrième plus forte baisse
trois composantes : le véhicule, routière et de communiquer sur tière) dont la généralisation est jamais enregistrée en France,
les usagers de la route dont le ces résultats. lancée au sein des services dé- après celles de 1974, 2003 et
conducteur, la route et son en- concentrés du ministère. 2006.
C’est d’autant plus important
vironnement. du fait de l’arrivée d’une direc- La sécurité routière n’est pas une C’est la deuxième année
Pour la route, améliorer la sécu- tive européenne sur la sécurité science exacte. C’est un domaine consécutive que le nombre
où l’on progresse constamment de victimes de la route passe
rité passe par la mise en œuvre
sous la barre des 5 000 alors
de méthodes et de techniques Cspr, Sure, Isri :  par l’expérience, par la capita-
même que sont désormais
par l’ensemble de la commu- lisation des connaissances, par
nauté routière dont, en premier
un ensemble   l’évaluation des démarches mi-
comptabilisés depuis 2005,
selon les définitions euro-
lieu, les services routiers, maîtres de démarches   ses en oeuvre. Aujourd’hui en péennes, les décès survenus
d’ouvrages ou gestionnaires. La France, on dispose d’un état de dans les 30 jours suivant l'ac-
principale mission du Sétra est complémentaires pour   l’art, de méthodes dont on peut cident (en 2006 : 4 709 tués
à 30 jours).
justement d’élaborer ce genre de optimiser la sécurité   prouver l’efficacité. C’est la mis-
méthodes. sion du Réseau Scientifique et
des infrastructures Technique du Ministère de les
Trois démarches globales sont
concevoir et de les adapter en 11 000 vies sauvées
développées au niveau national des infrastructures routières. partenariat, puis de les mettre
pour la prise en compte de la L’expérience acquise en France a et 130 000 blessés épargnés
à disposition de l’ensemble des
sécurité routière par les services contribué à faire de cette direc-
depuis 2002
acteurs de la route afin qu’ils sa- Source : Onisr (chiffres provisoires)
routiers : tive une aide aux services plutôt chent au quotidien prendre en
l  pour les projets, le Cspr qu’une contrainte et leur donne compte la sécurité routière dans
(Contrôle de sécurité des pro- une nouvelle impulsion pour leur métier. ■ 550 km de routes
jets routiers) agit tout au long agir efficacement. diagnostiqués fin 2007
du processus pour permettre La sécurité routière est aussi dans le cadre du programme
Pascal Chambon
de mettre en service une route l’affaire de tous. Chaque métier Sétra Sure soit 17 itinéraires dont
sûre ; les diagnostics sont terminés.
l  pour les routes existantes, Pour financer les mesures cor-
qui restent l’enjeu majeur, la rectives d'aménagements de
démarche Sure (Sécurité des sécurité sur ces itinéraires,
usagers sur les routes existan- 10 M€ de crédits ont été mis
en place. S'y rajoutent 3 M€ de
tes) intervient en réaction là où travaux réalisés par l'Etat en
l’accidentalité la plus importan- 2005 sur 8 tronçons d'itiné-
te a été observée. Alors que les raires transférés aux départe-
récentes Isri (Inspections de ments au 01/01/2006.
sécurité routière des itinérai-
res) ajoutent l’aspect proactif.
Sans oublier les démarches plus 650 audits
thématiques, comme le traite-
ment des virages, des carrefours avant mise en service d'infras-
ou des obstacles latéraux, qui tructures réalisés sur le ré-
seau national dans le cadre
peuvent être menées de façon
du Cspr.
complémentaire.

La Lettre du Sétra  |  Numéro 16  |  Juillet 2008


Techniques routières page 

Optimiser la sécurité  
Traiter les zones accidentogènes
des nouvelles infrastructures
Le contrôle de sécurité des projets et dégage quelques « anomalies » Pour améliorer la
routiers (Cspr) est un processus récurrentes : problèmes d'obsta- sécurité des routes
destiné à optimiser le niveau de cles, de lisibilité des giratoires… existantes, le minis-
sécurité de nouvelles infrastruc- Une analyse plus approfondie en tère a lancé en 2004
tures. Il comprend trois volets : cours permettra de tirer des en- une méthode nova-
l la mise en application d'une seignements à la fois sur le dis- trice, la démarche
démarche qualité pour s'assurer positif et sur la conception des Sure (Sécurité des
que les enjeux de sécurité sont projets routiers. usagers sur les rou-
au fur et à mesure de la validation
pris en compte à chaque étape de La circulaire de 2001 s'applique tes existantes).
des plans d'action.
l'élaboration du projet ; Fondée sur une analyse fine des
Les principales pistes d'amélio-
accidents et des caractéristiques
ration ont jusqu'à présent porté
de la route, elle consiste à iden-
sur la largeur de la plate-forme, la
tifier les zones à fort enjeu de
géométrie (virages, intersections,
sécurité et à comprendre leur
accès), les revêtements de chaus-
dysfonctionnement. Sont en-
sée, la signalisation, les obstacles
suite étudiés des aménagements
latéraux (arbres, poteaux, talus..),
de l'infrastructure, en mettant
le balisage des virages.
l'accent sur un traitement par
itinéraire cohérent avec l'enchaî- Il est prévu une évaluation et une
nement des différentes séquences mise à jour des études d’enjeux
et situations de conduite. tous les 3 ans pour observer dans
quelle mesure le niveau de sécu-
Testée à partir de 2004, avec des
rité des infrastructures traitées
premières actions sur l'infrastruc-
s'est amélioré. ■
ture dès 2005, la démarche a été
ensuite généralisée à l'ensemble Pour consulter les guides d'application de la
l un audit préalable à la mise au réseau routier national non du réseau routier national. Au méthode, des exemples d'études et divers
documents : http://www.sure.equipement.
service de la voie (examen de la concédé. Des audits sont éga- total, les diagnostics de 17 itiné- gouv.fr.
bonne application des règles de lement réalisés sur autoroutes raires (soit plus de 550 km) ont Daniel Lemoine
l'art) qui conditionne son ouver- concédées en adaptant la métho- déjà été réalisés, le financement Rodolphe Chassande-Mottin
ture à la circulation ; de. Quelques Conseils généraux des mesures correctives se faisant Sétra
l des bilans de sécurité dans les et agglomérations se sont aussi
6 mois suivant la mise en service orientés vers ce type d'audit. ■
puis trois ans après.
Les guides d'application, concernant les
Depuis la mise en application voies interurbaines, urbaines et VRU, sont en
téléchargement sur les sites web du Sétra
du Cspr par la circulaire du 18
intranet :
mai 2001, près de 600 audits http://intra.setra.i2/CSPR,3058.html
avant mise en service ont été Internet :
http://www.setra.developpement-durable.
réalisés. Une première analyse de gouv.fr/CSPR,3060.html
258 d'entre eux montre un bon Laurent Nicole
fonctionnement de la procédure Sétra

Inspecter systématiquement les itinéraires


Nouveau dispositif, en cours d'éla- tiquement les itinéraires, même sur l'insécurité routière. Elles continuité hétérogène du jalon-
boration, les Isri (Inspections de si leur accidentologie n'est pas complètent ainsi, concernant les nement, à des incohérences de
sécurité routière des itinéraires) anormalement élevée, pour iden- réseaux routiers existants, la dé- la signalisation de limitation des
consistent à inspecter systéma- tifier des défauts pouvant influer marche Sure qui, pour sa part, vitesses, à une mauvaise visibilité
débouche sur des plans d'action de nuit… Elle servira à program-
d'aménagement d'itinéraires sur mer des interventions courantes
lesquels un fort enjeu en gain de de sécurité dans le cadre de la
sécurité a été décelé. dotation d'entretien et d'exploi-
tation attribuée aux gestionnaires
Cette méthode, à caractère proac- locaux du réseau routier national
tif, ne vise donc pas à remettre en non concédé. Un Conseil général
cause la conception de la route participe aux travaux. ■
inspectée, mais à déceler tout
danger potentiel lié par exemple Gérard Dessiaume
à la présence d'obstacles latéraux Rodolphe Chassande-Mottin
mal ou pas du tout isolés, à une Sétra

La Lettre du Sétra  |  Numéro 16  |  Juillet 2008


Techniques routières page 

Améliorer l’action des services


La démarche "Management et partage des connaissances a été Le cas de la région Lorraine
pratiques de sécurité routière" engagée sous l'animation du
(Mpsr) a pour objectif d'amé- La Dre Lorraine a engagé la dé- nication en sécurité routière…).
Sétra et du Certu. Elle se traduit
marche Mpsr en septembre 2006. La phase de diagnostic a mis en
liorer la performance de l'action par l'élaboration de fiches qui Un comité de pilotage régional a relation les missions attendues
des services en sécurité routière constituent une première base de permis les échanges d'expérien- et les actions engagées (fichiers
en introduisant cette dimension connaissances en sécurité routiè- ces entre services et garanti un accidents, analyse statistique,
dans l'ensemble des métiers et re et qui renvoient à des sources avancement homogène de la dé- tableau de bord, études spécifi-
des filières. bibliographiques plus complètes marche dans la région. Le Cete a ques...) avec les compétences,
apporté son expertise sur le fond les effectifs et les organisations.
Après une phase expérimentale, pour chaque sujet traité. 21 fiches
et sur la méthode. Les premiers diagnostics ont en-
la Dscr a généralisé la démarche ont ainsi été éditées à ce jour. ■
Fin 2006, chaque service avait suite permis d'élaborer les plans
depuis septembre 2007 à l'en- élaboré une méthode locale, fon- d'action.
Pour consulter les fiches "Savoirs de base en
semble des services déconcentrés sécurité routière" : dée sur un état des lieux, et défini La poursuite de la démarche
en prenant appui sur une anima- http://dtrf.setra.equipement.gouv.fr des orientations structurées par passe par une hiérarchisation des
tion régionale. http://dtrf.setra.i2 thématiques (ex : urbanisme et actions à mener et, au niveau ré-
sécurité routière ; prise en comp- gional, par une coordination des
Parallèlement, une importante  Anne-Marie Barc te de la sécurité routière dans actions de chaque service.
action de capitalisation et de Sétra l'aménagement ; organisation du
service, management et commu- Eric Gonand – Dre Lorraine

Systématiser les évaluations


Exemple d’évaluation   Pour vérifier l’efficacité d’une fruit de la comparaison avant/ par ailleurs un certain nombre
d’un aménagement   démarche ou d’un aménagement après de l’accidentologie et du de préalables, parfois insuffisam-
de sécurité routier, une évaluation s’impo- comportement des usagers (vi- ment anticipés.
se. En effet, celle-ci permet de tesse et trajectoire). Il faut d’abord en définir la mé-
comparer les résultats obtenus Par contre, pour l’évaluation thodologie. Ainsi, en particulier,
Des tests réalisés par le Cete par rapport aux objectifs fixés d’une démarche, outre les résul- les ouvrages d’accompagnement
Normandie-Centre démontrent
l'efficacité des chicanes pour et fournit des informations pré- tats d’accidentologie, il convient de la mise en œuvre des démar-
réduire les vitesses, notamment cieuses pour aider aux décisions d’examiner l’appropriation de ches Cspr et Sure accordent une
en entrée d'agglomération. Cette ultérieures. cette démarche par les services place importante à cet aspect
efficacité est d'autant meilleure (processus d’élaboration des bi-
que la chicane contraint les tra-
En sécurité routière, on distingue qui l’appliquent : il s’agit de sa-
les évaluations portant sur : voir si la méthodologie proposée lans, définition d’indicateurs,
jectoires, et que son lieu d'im-
méthode de recueils et d’analyse
plantation est associé à l'espace l une démarche (politique na- a été ou non assimilée et mise en
bâti marquant l'entrée en milieu des données…).
tionale), oeuvre correctement, et d’exami-
urbain. l ou des actions et des réalisa- ner de ce point de vue les causes Il faut ensuite s’assurer, en fonc-
tions, tels que des aménagements de difficultés éventuelles (métho- tion de cette méthodologie, que
Les sites étudiés présentaient
des problèmes de vitesse en ap- routiers. de trop complexe, mal accompa- les données avant et après seront
proche d'agglomération et dans gnée…). disponibles d’une part, et fiables
L’évaluation d’actions ou de réa-
les 200 premiers mètres de l'ag- d’autre part. A défaut, les recueils
glomération (70 % des usagers y lisations est principalement le Une bonne évaluation suppose de données nécessaires doivent
dépassaient les 50 km/h). être organisés avant le lancement
L'étude montre aussi que les de l’action ou de l’aménagement
chicanes ont une influence ou la méthodologie révisée.
plus forte sur les usagers rapi- Enfin, l’évaluation ne doit pas
des et qu'à défaut de respecter
être confondue avec le bilan
les conditions citées plus haut
(contrainte sur les trajectoires, qui, lui, ne fait que constater
rupture entre milieux hors agglo- quantitativement la réalisation
mération et urbain), le pourcen- d’aménagements de sécurité par
tage d'usagers dépassant la vi- rapport à un programme établi.
tesse prescrite en agglomération C’était le cas des Asil (aména-
reste encore élevé.
gement de sécurité d’initiative
A consulter « Les chicanes urbaines locale), aujourd’hui remplacés
implantées en entrée d'agglomération »
(http://www.certu.fr) - mai 2007 -
par les « opérations courantes de
Recommandations techniques sécurité ». ■
d'aménagement

Jacques Alexis
Olivier Baille – Certu Sétra

Chicane en entrée d’agglomération

La Lettre du Sétra  |  Numéro 16  |  Juillet 2008


Techniques routières page 

Le Sétra et la sécurité routière


Interview de François Ganneau

Quelle est l’ac- en tunnel et des études d’avant- Sure…),


tion du Sétra projet pour de nouveaux équi- • étudier toutes les mesures pour Nsm :  
dans le domai- pements de contrôle des vitesses la faire baisser (contrôle automa-
(chantiers, poids-lourds, vitesse
une démarche internationale
ne de la sécu- tique, Sure, Cspr…),
rité routière ? moyenne). • partager les expériences (Sure, Identifier les sections d’un ré-
Nous interve- Nous allons poursuivre le déploie- Cspr, fiches « Petits aménagements seau routier sur lesquelles une
nons à divers ment des démarches pour améliorer de sécurité », club Faces⁽***⁾ …), amélioration de l’infrastructure
niveaux pour contribuer à une la sécurité des infrastructures avec • évaluer l’efficacité des politi- optimise gain potentiel en sécu-
meilleure connaissance de l’ac- la généralisation des inspections ques et des mesures (évaluation rité et investissement, telle est
cidentologie, pour définir et de sécurité routière sur le réseau des aménagements, développe- la méthode Nsm(*) qui résulte de
national. Les expérimentations ont ment d’outils statistiques). travaux de la coopération franco-
soutenir le déploiement de dé-
eu lieu fin 2007- début 2008. Elles allemande.
marches d’amélioration de la Comment travaillez-vous
vont être suivies par la diffusion Synthèse d’expériences réci-
sécurité routière (Cspr, Sure, aujourd’hui avec les collectivi-
d’un guide et par des actions d’in- proques(**), cette méthode est
Isri, Mpsr…). Notre rôle est tés territoriales ? basée sur l'observation des ac-
aussi d’analyser les expériences, formation et de formation.
L’organisation de notre parte- cidents passés et se démarque
de capitaliser les connaissances Enfin, nous entretenons diverses en ce sens des démarches visant
coopérations bilatérales au niveau nariat avec les collectivités ter-
pour élaborer les règles de l’art à comparer systématiquement
européen (Allemagne, Pays-Bas). ritoriales prend forme. Il s’agit
et fournir aux gestionnaires de les infrastructures à des normes
Nous participons à plusieurs groupes d’intégrer la spécificité de leurs
réseaux les méthodes et les outils sans tenir compte de l'accidento-
de travail internationaux (Cedr⁽*⁾, réseaux, de mieux appréhen- logie avérée. Elle a été reprise par
leur permettant d’agir contre
Aipcr…). Ce sont des occasions der leurs besoins, d’examiner la Commission européenne dans
l’insécurité routière. comment certaines démarches
d’enrichissement sur les pratiques et son projet de directive sur la sé-
Ces actions sont conduites avec nationales peuvent être adap- curité des infrastructures.
les expériences réciproques.
l’ensemble du Rst, le Sétra ayant tées, et surtout de les associer à
vocation à animer et à fédérer les Concrètement, quelle aide pou- l’élaboration de l’état de l’art.
compétences de ce réseau. vez-vous apporter à un gestion- Dès à présent, la nomination
naire de réseaux ? à l’Adstd de coordonnateurs Pour en savoir plus sur Nsm :
Quels sont vos principaux www.sure.equipement.gouv.fr (rubrique
Nous essayons d’avoir une vision de thèmes auprès du Sétra, la Communication/SURE et l'international)
thèmes de travail actuels ?
pragmatique et développons une mise en place d’une plate-forme
Tout d’abord l’évaluation des po- « boîte à outils » à destination de d’échanges extranet pour des tra-
(*) Network Safety Management
(**)
litiques et des démarches mises tous les gestionnaires de réseaux. vaux collaboratifs sur des guides
Cette démarche est basée sur des recomman-
dations allemandes pour l’analyse de la sécurité
en œuvre. Nos actions se structurent en d’intérêt commun, vont dans ce des réseaux routiers et sur la démarche française
Sure (sécurité des usagers sur les routes exis-
Le contrôle automatisé des infrac- 5 axes⁽**⁾ qui forment une logi- sens. ■ tantes)
tions demeure aussi une priorité, que d’articulation d’ensemble :
avec notamment l’homologation • connaître l’accidentalité (fi- ⁽*⁾ Conférence Européenne des Directeurs François Ganneau – Sétra
des Routes
des dispositifs de franchissement chier national des accidents, logi-
des feux rouges et des passages à ciel de traitement Concerto…), (**) http://www.setra.developpement-dura-
ble.gouv.fr/-Les-5-axes-de-travail-de-la-.html
niveau, l’évaluation des systèmes • analyser celle-ci (cartes d’ac- (***) Filières d’animation et de coordination
de contrôle des inter-distances cidentalité, études d’enjeux, en exploitation et sécurité

Quelques références bibliographiques de base

• Démarche Sure – Guides • Contrôle de sécurité des pro- • Traitement des obstacles laté- ⁽*⁾ En téléchargement sur le site
techniques et méthodologiques jets routiers – Guides tech- raux sur routes principales hors DTRF (Documentation des techni-
– Sétra ⁽*⁾ : niques et méthodologiques agglomération – Guide techni- ques routières françaises) :
- Présentation et management – Sétra ⁽*⁾ : que – Sétra ⁽**⁾  - internet : http://dtrf.setra.equipe-
- Etude d’enjeux pour la hiérar- - Audit avant mise en service ment.gouv.fr
chisation des itinéraires • Fiches «  Savoir de base en - i2 (réseau du Ministère) : http://
- Eléments de démarche qualité sécurité routière  » – Sétra ⁽*⁾ 
- Diagnostic de l’itinéraire et pour une meilleure prise en dtrf.setra.i2
pistes d’actions compte de la sécurité • Fiches «  Petits aménagements
- Plan d’actions et réalisation ⁽**⁾ Sur commande auprès du bu-
- Réalisation des bilans de sécu- de sécurité  » ⁽*⁾  :
des actions. reau de vente du Sétra ou accessible
rité après mise en service. - milieu urbain – Certu
en téléchargement sur le site DTRF
- milieu interurbain – Sétra
• Isri – guide technique – Sétra pour les abonnés.
– à paraître en septembre 2008

Pour en savoir
+
Consultez les sites du Sétra (internet) :
T e c h n i q u e s    r o u t i è r e s               D i r e c t e u r  d e  l a  p u b l i c a t i o n  :  P h i l i p p e  R e d o u l e z .
R é d a c t r i c e  e n  c h e f  :  S y l v i e  R a m b e a u .                C o o r d i n a t i o n  :  C l a u d e  S a l e s .
http://www.setra.developpement-durable.gouv.fr
Mise en page : Philippe Masingarbe.       ISSN : 1770-3956.       Crédit photos : Meeddat (sauf mentions).
i2 (réseau intranet) :
http://intra.setra.i2 Sétra : 46, Avenue Aristide Briand, 92225 Bagneux Cedex - Tél. : 01 46 11 31 31 - Fax : 01 46 11 31 69

La Lettre du Sétra  |  Numéro 16  |  Juillet 2008

Vous aimerez peut-être aussi