Vous êtes sur la page 1sur 45

Le secteur réel

INTRODUCTION

Par secteur réel, nous entendons les transactions


économiques réelles d d’une
une économie.

Principaux acteurs :
• Ménages
• Sociétés non financières
• Sociétés financières
• Administrations publiques
• Reste du monde
INTRODUCTION
Secteur extérieur
• Exportations et
importations
• Flux de capitaux
• Taux de change
Secteur réel …
Secteur adm.
adm publ.
publ
Consommation Secteur réel
• Recettes fiscales
Investissement
• Dépenses
Exportations
p
• Dette publique
importations
•…

S t
Secteur monétaire
ét i
• Demande de monnaie
• Croissance du crédit
•…
Objectifs
j
• Identifier et expliquer les principaux postes des Comptes
du revenu national et du produit national (CRPN)
• Comprendre et expliquer divers modes de calcul du
produit intérieur brut (PIB)
• Comprendre comment le PIB est relié aux autres agrégats
économiques
• Comprendre
p le mode de calcul de l’inflation
• Analyser la croissance du PIB
• Analyser
A l lla consommation
ti ett l’i
l’investissement
ti t privés
i é
Comptabilité du Variables nominales
revenu national et réelles

Analyse de la Analyse de Analyse de la


croissance l’investisse- consomma-
mentt privé
i é tion
i privée
i é
Secteur réel
1A. Comptes du revenu national et
d produit
du d it national
ti l
Optique de la production

Produit intérieur brut (PIB) :


Valeur de marché de tous les biens et services finals produits
sur le territoire d’un pays dans une période donnée

1 “valeur
1. valeur de marché
marché”

2. “biens et services finals”


• Il n’est pas tenu compte de la valeur des biens
intermédiaires pour éviter une double comptabilisation
3. “sur le territoire d’un pays”: concept de résidence

4 “dans
4. dans une période donnée”:
donnée : variable de flux
Illustration : optique de la production
Calcul du PIB

Biens et services (flux réels) Optique du produit


Marché
des PIB =  VA
biens Recettes (flux financiers)

Optique
p q des dépenses
p
PIB = C+I+(X-M)

MÉNAGES Sociétés
(résidents + non résidents)

Optique du revenu
PIB = Salaires+
Rente, salaires et bénéfices Excédent
(flux financiers) d’ l i i +
d’exploitation+
Marché Impôts moins
des Capital, travail et terre (flux réels) Subventions
facteurs
Optique des dépenses

Offre Emploi Offre Emploi

Exportations Exportations
Importations Importations

Investissement Investissement

= Consommation
C i
Valeur ajoutée
j = Consommation
C ti
brute
Production finale finale
totale
Achats
A h t Achats
A h t
Production
intermédiaires intermédiaires

PIB = C + I + X - M
Optique du revenu

Dans l’optique
l optique du revenu,
revenu le PIB est égal à la somme
des valeurs de tous les revenus des résidents d’un
pays :

+ Rémunération des salariés (W)

+ Excédent d’exploitation des entreprises (OS) – y


compris
i bé
bénéfices,
éfi rente,
t iintérêts,
té êt etc.
t

p sur biens et services moins subventions


+ Impôts
(TSP)
Calcul du PIB

PIB =
Dépenses totales = Production totale = Revenu total

Optique des Optique du Optique du revenu


dépenses produit ((revenu engendré)
g )
(paiements de l’acheteur) (recettes du vendeur) • Rémunération
• somme des
• Consommation (C) des salariés
valeurs ajoutées • + impôts -
• + Investissement (I)
des divers
• + Exportations (X) subventions
secteurs de • + excédent
• – Importations (M)
l’économie d’exploitation
• + impôts brut
• – subventions
Problèmes de calcul du PIB

1. Certains types de produit sont incorrectement mesurés, parce


qu’ils ne sont pas échangés (ex: enseignement public)

2. Économie du marché noir

3 Bien qu’elles
3. qu elles ajoutent au PIB réel
réel, certaines activités
économiques représentent en fait un emploi de ressources
destiné à compenser l’impact d’activités indésirables (ex:
prisons)

4. Comptes nationaux ne tiennent pas compte des améliorations


de la qualité des biens (ex: biens informatiques)

5. Les comptes nationaux ne prennent pas en considération les


externalités (par exemple,
exemple la pollution)
S
Secteur réel
é l
1B. Lien entre le PIB et les autres agrégats
g g
RNB et RNBD

• Le revenu national brut (RNB) mesure la production


obtenue ou le revenu acquis
q p par l’emploi
p des
ressources d’un pays :
RNB = PIB + paiements de facteurs des non-résidents
non résidents
- paiements de facteurs aux non-
résidents
RNB et RNBD

• Le revenu national brut disponible (RNBD) est le


revenu total dont les résidents p
peuvent disposer
p à
des fins de consommation finale ou d’épargne

RNBD = RNB + transferts courants des non-


résidents - transferts courants aux non
non-
résidents
CRPN et BDP
Balance des paiements

Solde des transactions


Absorption intérieure courantes (BCC) =
(C + I ≡ A)
Balance comm.
comm
(X-M)
Produit intérieur brut +
(PIB)
Revenu net des facteurs de
l’étranger (BRP)
Revenu national brut +
(RNB)
Transferts nets de l’étranger
(BRS)
Revenu national brut
disponible (RNBD) Comptes fi
C financier
i et
Transactions nettes sur actifs et de capital de la BDP
transferts nets d’actifs
Secteur réel
1c. Épargne, investissement et transactions
courantes
t
Récapitulatif

Rappelons que :

RNBD = PIB + BRP + BRS

= C + I + (X
(X-M)
M) + BRP + BRS

A CC

RNBD – A= CC
Épargne nationale

L’épargne nationale (S) est définie ainsi :


S = RNBD – C = RNBD – Cp – Cg

• L’épargne
L épargne peut être décomposée en épargne privée et
épargne publique :

S = (RNBD + TR + INT – T – Cp) + (T – TR – INT – Cg)

É
Épargne privée É
Épargne publique

= Sp + Sg
Épargne-Investissement

CC = S – I = (Sp – Ip ) + (Sg – Ig )

• S < I doit être “importé”, c’est-à-dire financé par


l’étranger (emprunts nets)
• S > I est utilisé pour financer des investissements à
l’étranger (prêts nets à l’étranger)
• “Déficits jumeaux”— un déficit des transactions
courantes (S<I) associé à un déficit du budget de
l’É (Sg < Ig )
l’État
Exemple : épargne, investissement et CC
S
Secteur réel
é l
1D. Variables nominales et réelles
Variables nominales et réelles I

Le PIB nominal mesure la valeur totale de la


production aux prix courants

Le PIB réel
é l cherche
h h à isoler
l lles variations d
du PIB lliées
é à
la quantité (volume et non des prix)
Exemple: PIB Nominal vs. Réel

Produit Année 1 Année 2 Variation en %

Quantité
Ordinateurs 10 15 50%
Ch
Chaussures 400 500 25%

Prix
Ordinateurs 1000 800 -20%
20%
Chaussures 50 65 30%

Valeur
Ordinateurs 10.000 12.000 20%
Chaussures 20.000 32.500 63%
Total 30 000
30.000 44 500
44.500 48%
Déflateur du PIB

Le déflateur du PIB (PPIB) est un indice qui mesure


le prix moyen des biens et services produits par
rapport à une année de base

PIB = RPIB * (PPIB/100)

PPIB = (PIB / RPIB) * 100


N

 t qt
p i i

PPIBt = i 1
N  100
 0 qt
p i i

i 1
Illustration

Année 1 Année 2 Var. % Année 2 Var. % Année 1 Année 2

Quantité Déflateur 100


Ordinateurs 10 15 50% 15 50%
Chaussures 400 500 25% 500 25%

Prix
Ordinateurs 1000 800 -20% 1000 0%
Chaussures 50 65 30% 50 0%

Valeur
Ordinateurs 10.000 12.000 20% 15.000 50%
Chaussures 20.000 32.500 63% 25.000 25%
Total 30.000 44.500 48% 40.000 33%
Inflation selon l’IPC

L’indice des prix à la consommation (IPC) mesure le


coût d’un panier de biens et services achetés par un
ménage type à des fins de consommation dans une
période de base donnée.
N

 t q0
p i i

IPCt = i 1
N
 100
 0 q0
p i i

i 1

i
q
• 0: q
quantité du bien i dans la p
période de base
• p0i : prix du bien i dans la période de base
• pti : prix du bien i au temps t
Déflateur du PIB et IPC

Différences :
• Ils couvrent des ensembles différents de biens et
services :
– L’IPC
L IPC tient compte des prix d’un
d un panier représentatif de
biens et services achetés par les consommateurs.
– Le déflateur du PIB tient compte du prix de tous les biens
et services finals produits dans le pays

• Ils sont construits différemment


– L’IPC repose sur un panier fixe de biens et services
– Le panier change pour le déflateur du PIB
Inflation

L’inflation est une hausse durable du niveau général


des prix des biens et services d’une
d une économie
économie.

• L’inflation
L inflation selon l’IPC
l IPC est la mesure la plus largement
utilisée

πt = 100 * (IPCt – IPCt-1)/IPCt-1

• Parmi les autres mesures figurent:


− le déflateur du PIB (PPIB)

− l’indice des prix de gros ou de l’indice des prix à la


production (IPP)
Rôle de l’inflation

• Calculer les variables réelles


– Taux d’intérêt réel : r = i – πe consommation/épargne

– Taux
T d
de change
h réel
é l fl
flux commerciaux,
i d
de capitaux
it

– Salaires réels conventions salariales, revenu

• Représentative de l’incertitude
S
Secteur réel
é l
2A. Analyse
y de la croissance
Production potentielle

La production potentielle est le niveau de production qui


peut être obtenu si tous les facteurs de production sont
employés à leur “taux naturel”.

Écart de production
= (PIB effectif– PIB potentiel)/ PIB potentiel * 100

Écart de prod + pression inflationniste


Écart de prod - inflation en baisse ou déflation
Production potentielle

Comment estimer la production potentielle?


• La méthode de la fonction de production

• Techniques des séries temporelles


– Régression linéaire
– Filtres univariés, par exemple Hodrik-
Prescott, filtre passe-bande

• Réponses à des enquêtes


Exemple : Thaïlande, 2000-13
5500
00
PIB PIB PIB Réel en Rouge
Année Réel Potentiel Écart 5000
PIB Potentiel en Bleu
2000 3008 3035 -0,87 4500
2001 3074 3156 -2,60
4000
2002 3237 3302 -1,97
2003 3468 3473 -0,15 3500
2004 3687 3656 0 84
0,84 3000
2005 3858 3839 0,50

2000
2001
2002
2003
2004
2005
2006
2007
2008
2009
2010
2011
2012
2013
2006 4055 4011 1,09
3.00
2007 4259 4162 2 33
2,33
2.00
2008 4365 4288 1,80
1.00
2009 4263 4420 -3,54
0.00
2010 4596 4562 0,75
-1.00
2011 4600 4582 0,38
-2.00
2012 4896 4880 0,32 -3.00
2013 5184 5132 1,00 -4.00
4 00
2000
2001
2002
2003
2004
2005
2006
2007
2008
2009
2010
2011
2012
2013
Contribution à la croissance

1992 1993 1994 1995 Est. 1996


(Prix 1988=100)
Consommation 1.470 1.591 1.717 1.844 1.954
Privée 1.276 1.387 1.505 1.630 1.730
Publique 194 204 212 214 223
Investissement 929 1.016 1.144 1.300 1.397
Fixe privé 731 820 917 1.031 1.095
Secteur public 183 191 219 257 299
Variation des stocks 14 4 8 13 4
D
Demande d iintérieure
té i 2 398
2.398 2 607
2.607 2 861
2.861 3 144
3.144 3 351
3.351
Exportations de biens et
services 918 1.031 1.182 1.356 1.389
Importations de biens et
services 977 1.106 1.297 1.516 1.558
Exportations nettes -59 -75 -115 -160 -170
Écart statistique -57 -62 -56 -61 -63
Produit intérieur brut 2.282 2.471 2.690 2.923 3.118

(C
(Contributions
ib i à la
l croissance)
i )
PIB 8,3 8,9 8,7 6,7
Demande intérieure 9,1 10,3 10,5 7,1
Exportations nettes -0,7 -1,6 -1,6 -0,3
Consommation p privée 4,9
, 4,8
, 4,6
, 3,4
,
Investissement privé 3,9 3,9 4,2 2,2
Administrations publiques 0,8 1,4 1,5 1,8
S
Secteur réel
é l
2B. Déterminants de la consommation privée
p
Introduction

• Cp est normalement la plus grosse composante de la


demande globale

• La version la plus simple


de la théorie économique
keynésienne :
Cp = a + b × revenu disponible

• Hypothèse
yp du cycle
y de vie

• Hypothèse du revenu
permanent
Déterminants de la consommation privée

CP = f ( RD, RDe, richesse, taux d’intérêt réel,


incertitude crédit,
incertitude, crédit conditions du marché financier …))
• Revenu disponible courant, RD (+)
• Anticipations (indices de confiance des consommateurs
consommateurs,
croissance de l’emploi), RDe (+)
• Richesse/Patrimoine (performances du marché boursier,
prix immobiliers) (+)
• Incertitude (épargne de précaution) (-)
• Disponibilité du crédit (marché monétaire/financier) (+)
• Taux d’intérêt réel (?)
o Effet de substitution
o Effet de revenu
Autres considérations

• Répartition du revenu
– Le revenu n
n’est
est pas réparti de façon égale entre les ménages,
ménages
ce qui peut influer sur les taux de consommation et d’épargne
nationales

• Facteurs démographiques
– Les taux d’épargne
d épargne diffèrent selon le groupe d
d’âge
âge

• Emprunts publics
Les effets
ff dé dépendent
d d
des ffacteurs suivants :
– À quoi les emprunts sont-ils destinés?
– Quelle ggénération en supportera
pp le fardeau?
– Le recours à l’emprunt aide-t-il ou nuit-il au développement du
marché financier?
S
Secteur réel
é l
2C. Déterminants de l’investissement privé
p
Introduction

Investissement : achat ou construction de biens de


capital, notamment d’immeubles résidentiels et non
résidentiels, de machines et équipement, et
accroissement des stocks.

• L’investissement fluctue plus que les autres


composantes de la demande globale
• L’investissement joue un rôle crucial dans la
détermination de la capacité
p de pproduction à longg
terme de l’économie

• Qu’est-ce
Q ’ quii dé
détermine
i lle niveau
i d’i
d’investissement?
i ?
Déterminants de l’investissement non résidentiel

Décision d’optimisation des bénéfices d’une société


Produit marginal du capital = Coût marginal du capital

• Bénéfices actuels et • Coût de financement (taux


anticipés d’intérêt
d intérêt réels; impôts)
• Productivité des facteurs • Coût des autres facteurs
• Compétitivité (due à une de production (salaires,
variation du taux de coût de l’énergie
l énergie,
change réel) consommation
• ...... intermédiaire)
• ......

IP = f ( PIB,, ΔPIB,, ventes,, taux d’intérêt réel,, taux de


change, salaires, prix du pétrole, utilisation de la capacité,
volatilité du TC/de l’inflation, instabilité politique…)
Stocks et investissement résidentiel

• Qu’en est-il de la constitution de stocks (biens


invendus, biens semi-finis ou matières premières)?
 Appliquer la même approche

• Qu’en est-il de la construction d’immeubles


résidentiels?
 Appliquer la même approche
 Politique gouvernementale et politique de crédit
(notamment montant de crédit affecté à la
construction, taux d’intérêt, réglementations ou
impôts, revenu des ménages et déficit de logements)
Investissement dans les pays
en développement

• Comme indiqué précédemment :


Produit marginal du capital = coût marginal du capital
• Les modèles standard d’optimisation de
l’investissement sont affaiblis par des facteurs
structurels/institutionnels. Ex:
 Marché financier insuffisamment développé
 Rôle
Rôl iimportant
t td de l’Ét
l’Étatt d
dans lla fformation
ti d de
capital (effet “d’éviction”)
 Distorsions créées p par des restrictions de change g

• Autres facteurs à prendre en considération :


 Manque d
d’accès
accès au crédit bancaire
 …

Vous aimerez peut-être aussi