Vous êtes sur la page 1sur 34

Table des matières

INTRODUCTION............................................................................. 2
I. OBJECTIF ET PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT ................ 3
II. ETUDE DE L’EXISTANT .......................................................... 5
III. ANALYSE FONCTIONNELLE ................................................ 6
III.1 ANALYSE FONCTIONNELLE EXTERNE………..6

III.1 ANALYSE FONCTIONNELLE INTERNE…………10

IV. PROPOSITION D’UN SCHEMA CINEMATIQUE............... 12


V. DIMENSIONNEMENT DES ELEMENTS DE MACHINE…13
VI. DESSINS ET SIMULATION NUMERIQUE ......................... 23
VII.COURBE DE WOHLER ET NOMBRE DE CYCLE............. 27
VIII. MODE OPERATOIRE ET CONDITIONS DE SECURITE 29
XI. PROPOSITION D’UN PLAN DE MAINTENANCE ............. 30
X. PROPOSITION D’UN DEVIS ESTIMATIF ............................ 31
CONCLUSION .......................................................................... 33
BIBLIOGRAPHIE…………………………………………….34

CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT DU MOUTON CHARPY 1


[Date]
INTRODUCTION :

L’essai de résilience a été élaboré pour prendre en compte ces phénomènes de rupture.
Le moyen le plus classique pour caractériser la fragilisation du matériau sous l'action d'un
choc est cet essai de résilience qui est un essai de flexion par choc sur une éprouvette
entaillée qui mesure la résistance d’un matériau à la rupture brutale. Il est fréquemment
dénommé essai de résilience CHARPY ou même essai CHARPY. En effet, Georges
CHARPY, ingénieur dans une usine sidérurgique, met au point en 1901 la machine (mouton
CHARPY) qui permet de réaliser cet essai de résilience. Cet essai a permis d’améliorer la
qualité des aciers et d’éviter les accidents liés à leur possible fragilité. C'est un essai de
résistance au choc, qui constitue à mesurer l'énergie nécessaire pour casser une éprouvette
préalablement entaillée.

CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT DU MOUTON CHARPY 2


[Date]
I. OBJECTIF ET PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT :

La connaissance des caractéristiques mécaniques déduites de l’essai de traction peuvent être


insuffisantes, puisque des ruptures peuvent être obtenues en dessous de la limite d’élasticité
dans des conditions particulières qui rendent le matériau fragile.
Les facteurs fragilisant sont :
-Le triaxialité des contraintes;
-L’abaissement de la température;
-L’augmentation de la vitesse de déformation.
Le principe de l’essai consiste à romper par choc du mouton pendule une éprouvette entaillée
reposant sur deux appuis. On determine l’énergie absorbée caractérisant la résistance aux
chocs du matériau métallique essayé. La résistance aux chocs, donc l’énergie nécessaire pour
produire la rupture de l’éprouvette, exprimée en joule par centimeter carré.

𝑬𝒏𝒆𝒓𝒈𝒊𝒆 𝒂𝒃𝒔𝒐𝒓𝒃é𝒆 𝒑𝒂𝒓 𝒍𝒂 𝒓𝒖𝒑𝒕𝒖𝒓𝒆 (𝑱)


Résilience = 𝑺𝒆𝒄𝒕𝒊𝒐𝒏 𝒂𝒖 𝒅𝒓𝒐𝒊𝒕 𝒅𝒆 𝒍′𝒆𝒏𝒕𝒂𝒊𝒍𝒍𝒆(𝒄𝒎𝟐)

Figure 1: mouton de CHARPY

CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT DU MOUTON CHARPY 3


[Date]
Un marteau de masse m est fixé à l'extrémité d'un pendule. Ce pendule peut tourner dans le
plan vertical autour d'un axe horizontal. L'éprouvette repose sur un support et se trouve au point
le plus bas sur la trajectoire du marteau. Pour effectuer un essai, on écarte le bras jusqu'à ce que
le marteau atteigne sa position initiale P et on le lâche. Quand le pendule vient frapper
l'éprouvette, il a une énergie cinétique qui est égale à l'énergie potentielle qu'il avait à sa position
de départ mgh0, h étant la hauteur du marteau par rapport à sa position d'équilibre. Après la
rupture, le marteau remonte. Dans son point culminant (hauteur h1), l’énergie cinétique
résiduelle s’est de nouveau transformée en énergie potentielle mgh1. L’énergie K dépensée
pour rompre l’éprouvette vaut alors : KV =Mg(ho –h1).
Ou encore l'énergie absorbée = Wo-W1 = W = Poids * (ho-h1)

Eprouvettes normalisées pour l’essai de résilience :


On utilise les éprouvettes dont les dimensions sont normalisées et don’t la façon de
prélèvement est définie dans la norme du produit appropriée. En ce qui concerne la forme
d’entaille, les deux types des éprouvettes peuvent être utilisées: soit avec l’entaille en U, soit
avec l’entaille en V à 45°.

Figure 2 : Eprouvette Charpy normalisée (A gauche:entaille en V; A droite: entaille en U)

D’ailleurs, la norme prescrit leur usinage minimisant toutes les alterations concernant la
structure métallique provenant, par exemple, de l’effet d’écrouissage ou d’échauffement.
Cependant, l’usinage ne concerne pas les éprouvettes étant préparées comme les pieces de
fonderie dans une precision exigée et ainsi peuvent-elles être brutes. Les caractéristiques

CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT DU MOUTON CHARPY 4


[Date]
dimensionnelles des éprouvettes sont les suivantes: longueur, hauteur, largeur, hauteur restant
au fond de l’entaille, rayon d’entaille et au cas de l’entaille en V, angle de l’entaille.

II. ETUDE DE L’EXISTANT

On distingue principalement, en fonction des avancées technologiques deux types de


mouton Charpy : mouton Charpy dit traditionnel et le mouton Charpy numérique.

1) LE MOUTON CHARPY TRADITIONNEL


Il est entièrement mécanique et fonctionne sous l’aide de la force physique d’un opérateur qui
est chargé premièrement de soulever le pendule jusqu’à sa position initiale, puis de le relâcher
pour effectuer l’essai. Après le choc et la monté du pendule jusqu’à la hauteur h1, celui-ci à
l’aide d’un cadran gradué calcule h1. Ayant h0 et h1, ce même opérateur utilise la formule de
calcul de KV, puis de aK pour déterminer la résilience du matériau en question

Figure 3 : Exemple Mouton Charpy traditionnel

2) LE MOUTON CHARPY NUMERIQUE


C’est le modèle sophistiqué du modèle traditionnel. Car il a la particularité d’être motorisé.
Cette machine comporte un pupitre de commande permettant d’entrer les paramètres à insérer,
qui sont entrées par l’opérateur avant la réalisation de l’essai

CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT DU MOUTON CHARPY 5


[Date]
Figure 4 : Exemple Mouton Charpy traditionnel numérique

III. ANALYSE FONCTIONNELLE

L'analyse fonctionnelle (AF) est une démarche qui consiste à rechercher, ordonner,
caractériser, hiérarchiser et/ou valoriser les fonctions du produit attendu par l'utilisateur. Elle
vise à améliorer la qualité du produit du système ou du service en s’intéressant d’abord à ses
fonctions, c’est-à-dire ce pourquoi il est conçu. La méthode propose un raisonnement orienté
fonctions et service à l'utilisateur ou au client. D’où son utilisation dans notre étude. Elle se
divise en deux parties : analyse fonctionnelle externe et analyse fonctionnelle interne.

III.1 ANALYSE FONCTIONNELLE EXTERNE

III.1.1 Analyse du besoin


a) Saisie du besoin
L’un des objectifs des scientifiques étant de mesurer l’énergie de rupture des
matériaux dans le but de caractériser (fragilité et résilience) ce dernier il s’est donc posé le
besoin de concevoir un système pouvant le faire. A cet effet depuis le 20e siècle le mouton
Charpy a été inventé.
b) Enonce du besoin
Il consiste à se poser 3 questions fondamentales suivantes
 A qui (A quoi ) le produit rend t-IL service ?
Aux étudiants, chercheurs, atelier de fabrication mécanique

CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT DU MOUTON CHARPY 6


[Date]
 Sur qui (sur quoi)le produit agit il
Eprouvette (échantillon en acier)
 Dans quel but?
Déterminer l’énergie de rupture (de résilience) d’un matériau

Graphe bête à corne

Éprouvette
Utilisateur

Mouton Charpy

Figure 5 : Graphe bête à corne

c) Validation du besoin

Le besoin ici est : «


Pourquoi ce besoin existe-t-il ? le besoin existe parce qu’il faut éviter les ruptures brutales
des matériaux entrants dans la construction des appareils a hautes pression, de navires pipeline
ouvrages spéciaux, des machines.
Qu’est qui pourrait le faire évoluer ? La découverte de nouveaux matériaux. Le
développement de la recherche scientifique.
Qu’est qui pourrait le faire disparaitre ? Le risque est nul et sans effet, car il est nécessaire
d’effectuer des essais (de traction) sur des matériaux.
A la vue de ces réponses, il est clair que le besoin ne saurait disparaitre, par conséquent, il est
validé
.

CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT DU MOUTON CHARPY 7


[Date]
III.1.2 Etude de faisabilité

a. Identification des Inter-acteurs à notre produit:

- Utilisateur / Opérateur ;
- Eprouvette ;
- Norme et réglementations ;
- Aspect sécurité ;
- Maintenance ;
- L’énergie
- Milieu environnant ;

b. Diagramme pieuvre

Figure 6 : Diagramme Pieuvre

CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT DU MOUTON CHARPY 8


[Date]
c. Enoncé des fonctions de services

Fonctions Enoncé
FP Frapper et rompre l’éprouvette
FC1 Donner les résultats du test à l’utilisateur
FC2 Etre compatible avec le support
FC3 Garantir la sécurité de l’utilisateur
FC4 Respecter les normes et la réglementation
FC5 S’adapter au milieu environnant
FC6 Faciliter la maintenance
FC7 Etre compatible avec l’énergie utilisée.

d. Caractérisations des fonctions de services

F0 : flexibilité nulle
F1 : flexibilité peu négociable
F2 : flexibilité négociable
F3 : flexibilité très négociable

CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT DU MOUTON CHARPY 9


[Date]
Fonctions de services Critères d’appréciation Niveau Flexibilité

Energie initiale W0=150 J F1

Rupture Fragile ou ductile F1

Forme de l’éprouvette Entaillée en V F2


FP
Aluminium, fer,
Matériau de l’éprouvette F1
acier non allié

Déplacement
Déplacement de l’aiguille FO
angulaire

FC1 Rotation de l’aiguille

FC2 Stabilité

FC3 Support adapté Complètement fixe F0

Normes Respect sonorité F0


FC4
réglementation Respect absolu F0

FC5 Température Température ≤30° F1


Humidité Résiste
Climat complètement aux
intempéries
FC6 Disponibilité des pièces de accessibilité F1
rechange

Démontage facile F1

Assemblage rapide F2

III.2 ANALYSE FONCTIONNELLE INTERNE

III.1.1 DIAGRAMME FAST


Pour rechercher le maximum de solutions : Il est nécessaire de procéder à une
recherche progressive et descendante des fonctions techniques a partir de chacune des
fonctions de service. L'outil permettant de réaliser de visualiser cet enchainement s'appelle le
F.A.S.T. signifiant : Function Analysis System Technic, que l'on peut traduire par :
Technique d'Analyse Fonctionnelle et Systématique.

CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT DU MOUTON CHARPY 10


[Date]
CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT DU MOUTON CHARPY 11
[Date]
IV. PROPOSITION D’UN SCHEMA CINEMATIQUE

Figure 7 : Schéma cinématique du système

 Classe d’équivalence :
N° de la classe Eléments de la classe
1 Bras, marteau, couteau, arbre, aiguille
2 Socle, montants, cadran

 Graphe de liaison :

1 2
L1/2

L1/2 : liaison pivot d’axe (A, x)


Figure 7 : Graphe de liaison du système

CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT DU MOUTON CHARPY 12


[Date]
V. DIMENSIONNEMENT DES ELEMENTS DE MACHINE

1) CALCUL DES PARAMETRES PRELIMINAIRES

Nous avons une énergie initiale de 𝑾 = 𝟏𝟓𝟎𝑱𝒐𝒖𝒍𝒆𝒔


Or W = m*g*h ; avec m = 10.5Kg (masse du marteau)

Figure 8 : Modélisation initiale du système

𝑾 𝟏𝟓𝟎
La hauteur initiale est définie par : h =𝒎∗𝒈 = 𝟏𝟎.𝟓∗𝟗.𝟖 =1.45m = 145cm

Soit L : distance entre l’axe de l’arbre et l’axe de l’éprouvette (longueur totale du bras + rayon
du marteau)
Nous prendrons comme angle initial d’inclinaison du pendule avec la verticale. 𝜶 =117°
On a : L = h + L*cos𝛼
𝒉 1.45
Ainsi L = 𝟏−𝒄𝒐𝒔𝜶 = 1−cos(117) = 1m = 100cm

Nous prendrons également entre les appuis de notre machine une distance de 60cm
La force de choc développée par le pendule en fonction de l’énergie initiale est :
𝟐∗𝑾
F= = 300N F= 300N
𝒓

CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT DU MOUTON CHARPY 13


[Date]
2) DIMENSIONNEMENT DU MARTEAU

Forme du Marteau : Disque

Matériau du marteau : Acier / S235 masse volumique : 𝜌 = 7850𝑘𝑔/𝑚3

On a : 𝑀 = 𝜌𝑉 = 𝜌𝑆𝑒 . M =masse du marteau =10.5Kg et V= volume du marteau

𝑀 10.5
𝑉 = 𝑆𝑟𝑒𝑒𝑙 𝑒 = = 7850 = 1,337 × 10−3 m3
𝜌

𝑅 2 𝑒 = 4,25 × 10−4 m3

Epaisseur du marteau : 𝒆 = 𝟐𝒄𝒎

Rayon du marteau : 𝑹 = 𝟏𝟒𝒄𝒎

Vérification du marteau lors du choc

Lors du choc, le marteau va générer une force axiale F = 300N sur l’éprouvette
En considérant le principe des actions réciproques.
On a la contrainte normale N = F/S = 300/(l*e) = 300/(10*20) = 1.5 Mpa < [𝝈𝒆] donc le
marteau va résister au choc.

3) DIMENSIONNEMENT DU COUTEAU

Le couteau est l’élément qui brise directement l’éprouvette lors du choc.


Pour une meilleure rupture, nous prendrons un couteau en matière : Carbure
de dimensions nominales : 20*10*40.

4) DIMENSIONNEMENT DE L’ARBRE

Il a pour rôle d’assurer la liaison pivot entre le bras du pendule et les supports

Modélisation de l’arbre :
Nous utiliserons un arbre est en matériau S235/ 𝝈𝒆 = 𝟐𝟑𝟓𝑴𝑷𝒂 et Rm=360Mpa
AC = L = 60cm (distance entre les appuis)

CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT DU MOUTON CHARPY 14


[Date]
Nous prendrons pour notre bras une masse optimale de Mbras = 3Kg
P = Mg = (10.5+3) *9.8 = 132.3 N : poids du système (bras + marteau)

D’après le principe fondamental de la statique. On a:


𝑌𝑎 + 𝑌𝑐 − 𝑃 = 0 (𝑜𝑦)
{
𝑋𝑎 − 𝑋𝑐 = 0 (𝑜𝑥)
⇒ 𝑌𝑎 + 𝑌𝑐 = 𝑃
𝐴𝐶
Etant donné que P est une charge symétrique sur l’axe dans 𝐴𝐵 = 𝐵𝐶 = 2

Par la suite nous avons


𝑃
𝑌𝑎 = 𝑌𝑐 = = 66.15 𝑁
2

Etude statique de l’arbre


On a 2 tronçons
𝑳
Tronçon 1 : 𝟎 ≤ 𝒙 ≤ 𝑨𝑩 = 𝟐

𝑁1 (𝑥) = −𝑋𝑎
{ 𝑇1 (𝑥) = 𝑌𝑎 = 66.15𝑁
𝑀1 (𝑥) = 𝑌𝑎 𝑥 = 66.15𝑥

𝑀1 (𝐴) = 𝑀1 (𝑥 = 0) = 0𝑁𝑚

CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT DU MOUTON CHARPY 15


[Date]
𝐿 𝐿
𝑀1 (𝐵) = 𝑀1 (𝑥 = ) = 66.15 = 19.845𝑁𝑚
2 2

𝑳
Tronçon 2 : 𝑨𝑩 = 𝟐 ≤ 𝒙 ≤ 𝑨𝑪 = 𝑳

𝑁2 (𝑥) = 𝑋𝑎
𝑃 −𝑃
𝑇2 (𝑥) = 𝑌𝑎 𝑥 − 𝑃 = 2 − 𝑃 = = −66.15𝑁
2
𝐿
{𝑀2 (𝑥) = 𝑌𝑎 𝑥 − 𝑃 (𝑥 − 2) = −66.15𝑥 + 66.15𝐿
𝐿
𝑀2 (𝐵) = 𝑀2 (2) = 19.845𝑁𝑚

𝑀2 (𝐶) = 𝑀2 (𝐿) = 0𝑁𝑚


On constate que 𝑴𝒛(𝐦𝐚𝐱) = 𝑴(𝑩) = 𝟏𝟗. 𝟖𝟒𝟓𝑵𝒎

Vérification de l’arbre en flexion


La condition de résistance en torsion est :
𝑴𝒛(𝒎𝒂𝒙) 𝑹 𝝈𝒆
𝝈𝒎𝒂𝒙 = ≤ [𝝈] =
𝑰𝒛 𝒔
Le moment d’inertie de notre arbre a section circulaire est définie par :
𝝅𝑫𝟒
𝑰𝒛 = 𝟔𝟒 avec D = 2R où D représente le diamètre minimal de l’arbre.

𝐷 ∗ Mz(max) 64 𝜎𝑒
⇒ × ≤
2 𝜋𝐷4 𝑠

𝟑 𝟑𝟐 ∗ 𝟏𝟎^𝟑 ∗ 𝐌𝐳(𝐦𝐚𝐱) ∗ 𝐬
𝑫≥ √
𝛑𝛔𝐞

Lorsque les matériaux et les conditions d’exploitation sont bien connus, il est conseillé de
prendre un coefficient de sécurité 𝑠 ∈ [1.5 ; 2]
Dans notre cas, nous prendrons : s =1.5
Application numérique :

CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT DU MOUTON CHARPY 16


[Date]
3 32000 × 19.845 × 1.5
𝐷≥√
𝜋 × 235

𝑫 ≥ 𝟏𝟏 𝒎𝒎
Conclusion 1 : d’après un dimensionnement en flexion, nous obtenons pour notre arbre un
diamètre minimal de D=11mm. Autrement dit pour notre arbre puisse résister en flexion, il
faudrait qu’il puisse avoir un diamètre supérieur à 11mm.

Vérification de l’arbre en torsion


Etant donné que la force 𝐹 est orientee suivant (𝑜𝑧)et a une portée sur (oy) elle crée donc une
torsion sur l’arbre (ox) définie par :
𝑀𝑡𝑜𝑟𝑠𝑖𝑜𝑛 = 𝑀𝑥 = 𝐹 × 𝐵𝐷 = 𝐹𝐿
Où 𝐋: distance l’axe de l’arbre et l’axe du marteau ≈ Longueur du Bras + Rayon du
marteau =100cm
𝑴𝒕𝒐𝒓𝒔𝒊𝒐𝒏 = 𝑀𝑥 = 𝑴𝒕 (𝐦𝐚𝐱) =300*1 = 300Nm
La condition de résistance en torsion est la suivante :
𝑴𝒕 (𝐦𝐚𝐱)𝑹
𝝉𝒕 (𝐦𝐚𝐱) = ≤ [𝝉𝒕 ]
𝑰𝒓
Le moment d’inertie polaire de notre arbre a section circulaire est définie par :
𝝅𝑫𝟒
𝑰𝒓 = 𝟑𝟐 avec D = 2R où D représente le diamètre minimal de l’arbre.

[𝛕𝐭 ] : répresente la contrainte admissible en torsion de l’arbre ; pour les matériaux en aciers,
cette contrainte est définie par : [𝛕𝐭 ] ∈ [10Mpa ; 25Mpa]
Pour notre étude nous prendrons une valeur presque moyenne de [τt ] = 18Mpa
𝑀𝑡 (max)𝑅
⟺ ≤ [𝜏𝑡 ]
𝐼𝑟
𝐷
𝑀𝑡 (max) 2
⟹ ≤ [𝜏𝑡 ]
𝜋𝐷4
32
⇒ [𝜏]𝜋𝐷3 ≥ 16𝐹𝐿 × 103

3 16 × 103 × 𝑀 (max)
𝑡
𝐷 ≥ √
𝜋 ∗ 18

D ≥ 44mm

CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT DU MOUTON CHARPY 17


[Date]
Conclusion 2 : d’après un dimensionnement en torsion, nous obtenons pour notre arbre un
diamètre minimal de D=44mm. Autrement dit pour notre arbre puisse résister en flexion, il
faudrait qu’il puisse avoir un diamètre supérieur à 44mm.

Conclusion générale
Pour que notre arbre résiste en même temps en flexion et en torsion, nous prendrons, pour
notre arbre un diametre nominal et normalisé D = 45 mm =4.5cm

Contraintes équivalentes des différents solicitations sur l’arbre:

-En Traction: σt = 0 Mpa


𝑴𝒇(𝒎𝒂𝒙) 32∗19.845∗1000
-En Flexion: σf =𝝅𝑫𝟑 = = 2.219 Mpa
𝒂𝒓𝒃𝒓𝒆⁄ 3.14∗(45)3
𝟑𝟐
𝑴𝒕 (𝐦𝐚𝐱) 16∗300∗1000
-En Torsion: τ = 𝝅𝑫𝟑
= = 16.775 Mpa
𝒂𝒓𝒃𝒓𝒆 3.14∗(45)3
𝟏𝟔
Avec Darbre= 45mm

Calcul de la contrainte équivalente de Von Mises pour de sur l’arbre

La contrainte équivalente de Von Mises est définie par :

σe =√(𝛔𝐭 + 𝛔𝐟)𝟐 + 𝟑(𝒐𝛕)𝟐

𝝈 = σe = √(2.219)2 + 3(16.775)2 = 29.139MPa


La condition σe ≤ [𝛔𝐞] = 235MPa est vérifiée donc la tenue en statique de l’arbre de la
machine est vérifiée.

Choix et dimensions des roulements sur l’arbre

Sur l’arbre au niveau des paliers de roulement, nous avons les efforts suivants :
Palier primaire /effort radial: 𝑭𝒓𝟏 = 𝑷/𝟐 =66.15 N
Palier secondaire/ effort radial: 𝑭𝒓𝟐 = 𝑷/𝟐 = 𝟔𝟔. 𝟏𝟓 𝐍
Nous choisirons comme roulements: les roulements à une rangée de billes et à contact
radiale.
D’après le livre du Guide des sciences et technologies industrielles, connaissant le diamètre
de l’arbre au niveau des paliers dp = 45 mm ou diamètre de l’alésage de la bague intérieure
du roulement, on déduit les valeurs de :

CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT DU MOUTON CHARPY 18


[Date]
- D = 75mm : diamètre de la bague extérieure du roulement.
- B = 16 mm : largeur du roulement.
- r = 1 mm : rayon de raccord.
- C0 = 15 200 N : capacité de charge statique.
- C = 21 000 N : capacité de charge dynamique.

Désignation : Roulement45SKF10.

Diamètre de l’épaulement pour l’arrêt axial des roulements : Dep = 54mm

Choix de la goupille pour lier l’arbre et le système du pendule


Pour lier l’arbre et le pendule en rotation, nous utiliserons une goupille cylindrique qui est un
élément de liaison simple et peu coûteux.
Désignation : Goupille cylindrique 8734-20*70-A-St

Choix des anneaux élastiques ou circlips

Nous utiliserons deux circlips extérieurs pour bloquer axialement nos deux paliers de
roulements.

Désignation : Circlips 45*1.75

5) DIMENSIONNEMENT DU BRAS

Nous avons comme données : 𝑀𝑏𝑟𝑎𝑠 = 3Kg et 𝐿𝑏𝑟𝑎𝑠 = 80cm =800mm


Matériau du bras : S235 avec une masse volumique 𝜌 = 7850Kg /𝑚3
La masse du bras est définie par : M = 𝑀𝑏𝑟𝑎𝑠 = 𝜌V = 𝜌LS
Nous utiliserons pour notre bras une section carrée ayant pour section S= hb = 𝑏 2

𝑀𝑏𝑟𝑎𝑠 3
En remplaçant, on obtient h = b = √ =√7850∗0.8 = 0.022m
𝜌L

Conclusion : nous prendrons une section carrée du bras définie par : h = b = 2.2cm =22mm

Vérification du bras en flexion


Modélisation du système marteau-bras lors du choc :
L = AB = 1m =1000mm (distance entre les l’axe de l’arbre et l’axe du marteau)

CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT DU MOUTON CHARPY 19


[Date]
Le moment de flexion est définie par :
𝑀 (𝐴) = 0
𝑀𝒛 = 𝐹𝑥 ⇒ { 𝑧
𝑀𝑧 (𝐵) = 𝐹𝐿
𝑀𝒛 (𝒎𝒂𝒙) = 𝐹𝐿 =300*1 = 300Nm
La contrainte maximale en flexion est définie par :
𝑴𝒛 (𝐦𝐚𝐱)𝒉
𝝈𝒎𝒂𝒙 = 𝑰𝒛

Le moment d’inertie de notre bras a section carrée est définie par :


𝒃𝒉𝟑 𝒉𝟒
𝑰𝒛 = =
𝟑 𝟑

𝟑∗𝑴𝒛 (𝐦𝐚𝐱) 3∗300∗10^3


Ainsi on obtient donc 𝝈𝒎𝒂𝒙 = = = 84.523Mpa
𝒉𝟑 223

La condition de résistance en flexion est définie par


𝝈𝒆
𝝈𝒎𝒂𝒙 ≤ [𝝈] =
𝒔
Lorsque les matériaux et les conditions d’exploitation sont bien connus, il est conseillé de
prendre un coefficient de sécurité 𝑠 ∈ [1.5 ; 2]
Dans notre cas, nous prendrons : s =1.5
𝝈𝒆
La contrainte admissible est définie par : [𝝈] = = 235/1.5 = 156.67Mpa
𝒔

On a donc :
𝝈
𝝈𝒎𝒂𝒙 = 𝟖𝟒. 𝟓𝟐𝟑𝑴𝒑𝒂 ≤ [𝝈] = 𝒔𝒆 = 156.67Mpa puisque la cette condition est vérifiée,
alors notre bras résiste bien en flexion.

Verification du bras en traction


Notre bras supporte entièrement le poids du marteau. Autrement dit le poids du marteau agit
sur notre bras. Le poids du marteau définie par P=Mg = 10.5*9.8 = 102.9N est considéré
comme une force extérieure sur le bras.
Le poids du marteau crée donc dans le bras un effort normal définie par : N = P = 102.9N et
par suite une contrainte normale définie par :
𝑵 𝑁 102.9
𝝈𝒎𝒂𝒙 = = ℎ𝑏 =22∗22 = 0.212Mpa
𝑺

CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT DU MOUTON CHARPY 20


[Date]
Ainsi le poids du marteau crée dans le bras une faible contrainte de traction donc la valeur est
de σmax =0.212Mpa
Puisque 𝛔𝐦𝐚𝐱 =0.212Mpa ≤ [𝛔] alors notre bras résiste très bien en traction

Calcul de la contrainte équivalente de Von Mises pour le bras

La contrainte équivalente de Von Mises est définie par :

σe =√(𝛔𝐭 + 𝛔𝐟)𝟐 + 𝟑(𝒐𝛕)𝟐

𝝈 = σe = √(0.212 + 84.523)2 + 3(0)2 = 84.735 MPa

Puisque la condition : σe ≤ [𝛔𝐞] = 235MPa est vérifiée alors la tenue en statique du bras
de la machine est vérifiée.

6) CHOIX DE L’EPROUVETTE

Deux normes différentes existent. Chaque norme implique plusieurs dimensions


possibles pour l’éprouvette comme on peut le voir sur le tableau suivant :

ASTM A370-E23 ISO 148-1


1 10mm × 10mm × 55mm 10mm × 10mm × 55mm
2 10mm × 7.5mm × 55mm 10mm × 7.5mm × 55mm
3 10mm × 6.7mm × 55mm 10mm × 5mm × 55mm
4 10mm × 5mm × 55mm 10mm × 2.5mm × 55mm
5 10mm × 3.3mm × 55mm
6 10mm × 2.5mm × 55mm

Selon les normes Américaines ASTM A370-E23 et normes ISO148-1 les éprouvettes
présentent tous une même longueur qui a une valeur 𝑳 = 𝟓𝟓𝒎𝒎

Pour notre machine, nous utiliserons les éprouvettes issu de la norme ISO 148-1 de
dimensions 10mm×5mm×55mm car celle le type d’éprouvette qui présente la section la
grande.
Pour rompre l’éprouvette, il faut absolument que la contrainte maximale appliquée sur
l’éprouvette soit supérieur à la limite de traction ou limite de rupture du matériau de
l’éprouvette 𝝈𝒎𝒂𝒙 ≥ 𝑹𝒎

Autrement dit il faut que 𝑹𝒎 ≤ 𝝈𝒎𝒂𝒙 =

CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT DU MOUTON CHARPY 21


[Date]
7) BILAN DU DIMENSIONNEMENT

Caractéristiques générale de notre machine Valeurs

Energie initiale W=150joules


Distance entre appuis de la machine 60 cm
Hauteur initial H=145 cm

Force F pour rompre l’éprouvette 300 N

Longueur entre l’axe de l’arbre et l’axe du marteau 100 cm

Matériau du marteau S235/ 𝜌 = 7850Kg /𝑚3 / Re =235Mpa/ Rm = 360Mpa


Masse du marteau 10.5 Kg
Diamètre du marteau 28 cm
Epaisseur du marteau 2 cm
Matériau du bras S235/ 𝜌 = 7850Kg /𝑚3 / Re =235Mpa/ Rm = 360Mpa
Masse du bras 3 Kg
Longueur réelle du bras 80 cm
Section du bras 2.2 cm *2.2 cm
Couteau (matière carbure) 2 cm*1 cm*4 cm

Contrainte de Von Mises sur le bras σe = 84.735 MPa

Matériau de l’arbre S235/ 𝜌 = 7850Kg /𝑚3 / Re =235Mpa/ Rm = 360Mpa


Diamètre nominal de l’arbre D = 45 mm

Contrainte de Von Mises sur l’arbre σe = 29.139 MPa

Longueur de chaque bout d’arbre 82 mm

Diamètre de l’épaulement pour bloquer les Dep = 54 mm


roulements
Deux roulements à une rangée de billes à contact Roulement 45SKF10 avec B=16mm et D=75mm
radial
Deux Circlips extérieurs pour bloquer axialement Circlips 45*1.75
les roulements
Goupille pour lier l’arbre et le pendule Goupille cylindrique 8734-20*70-A-St

Eprouvette entaillé en V 10mm* 5mm*55mm

CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT DU MOUTON CHARPY 22


[Date]
IV. DESSINS ET SIMULATION NUMERIQUE

Dessin de l’éprouvette en V pour notre machine

Dessin de l’arbre de notre machine

Dessin du sytème (bras+marteau) notre machine

CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT DU MOUTON CHARPY 23


[Date]
Dessin de la goupille cylindrique pour fixer l’arbre et le système (bras+marteau)

Le cadran
Il a pour rôle d’indiquer avec l’aiguille à tout moment l’angle de notre pendule permettant
ainsi de calculer l’énergie du pendule

L’aiguille
Il sert à indiquer l’angle du pendule

CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT DU MOUTON CHARPY 24


[Date]
1) PREMIERE SIMULATION

Description
Simulation numérique du choc entre le pendule et
l'eprouvette en matière aluminium de nuance (EN-AW-1200) avec Re =25Mpa et Rm =75Mpa

Conclusion : Puisque la contrainte appliquée sur l’éprouvette est plus grande que la
limite de traction de l’eprouvette alors l’éprouvette va rompre.
L’éprouvette en aluminium (EN-AW-1200) est brisée et rompue.

2) DEUXIEME SIMULATION

Description
Simulation numérique du choc entre le pendule et
l'eprouvette en matière fer de nuance (EN-GJL-100) avec Re =100.59Mpa et Rm =150.83Mpa

CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT DU MOUTON CHARPY 25


[Date]
Conclusion : Puisque la contrainte appliquée sur l’éprouvette est plus grande que la
limite de traction de l’eprouvette alors l’éprouvette va rompre.
L’éprouvette en fer nuance (EN-GJL-100) est brisée et rompue.

3) TROISIEME SIMULATION

Description
Simulation numérique du choc entre le pendule et
l'éprouvette en matière Acier non allié de nuance (C22) avec Re =210Mpa et Rm =410Mpa

CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT DU MOUTON CHARPY 26


[Date]
Conclusion : Puisque la contrainte appliquée sur l’éprouvette est plus plus petite que
la limite de traction de l’eprouvette alors l’éprouvette ne s’est pas rompue.
L’éprouvette en Acier non allié de nuance (C22) n’est pas brisée.
Notre machine n’a pas pu rompre cette éprouvette.

V. COURBE DE WOHLER ET NOMBRE DE CYCLES

Une structure est conçue dans le but d’accomplir une ou plusieurs fonctions, on
distingue deux types : les unes qui sont soumises à des chargements mécaniques statiques et
les autres qui sont soumises à des chargements dynamiques. Pratiquement les structures de la
première catégorie durent plus longtemps ce qui justifie le dimensionnement en fonction de
la résistance ou la rigidité lors la phase de conception. Un chargement dynamique de causes
variables peut se traduire par des variations cycliques de contraintes. Il est à constater que les
sollicitations dynamiques qui sont à l’origine des ruines des structures sont beaucoup
inférieures à la limite d’élasticité du matériau constituant la structure, c’est le phénomène de
fatigue. Ce phénomène est caractérisé par l’apparition d’un défaut au niveau de la
surface ou à l’intérieur des pièces. Il est imprédictible en effet il se développe lentement. (voir
des années) dans le temps sans donner un signe, autrement dit on ne constate
aucune modification macroscopique au niveau de la structure.
L’ensemble de résultats est représentée par une courbe -N (Contrainte-Nombre
de cycles) appelée courbe de Wöhler. Les valeurs de contraintes et du nombre de cycles
sont représentées en échelle semi logarithmique. Particulièrement celle de l’acier de
construction S235JR est la suivante :

Figure 9 : courbe de Wöhler de l’acier S235JR

CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT DU MOUTON CHARPY 27


[Date]
L’approximation de cette courbe de Wöhler est la suivante :

Figure 10 : courbe de Wöhler approximé

Avec les points A (103 ; 0.9Rm) et B (106 ; 𝜎𝐷′ )

Equation résultante :
Log𝜎 = Log𝑎𝑙𝑜𝑔𝑁 + Logb = log(b𝑎𝑙𝑜𝑔𝑁 )

Condition au limite : 𝜎𝐷′ = ba6 et 0.9Rm = ba3.

𝜎′ 0.9𝑅𝑚
D’où on trouve : a = (0.9 𝐷𝑅𝑚)1/3 et b = 0.9Rm* ′
𝜎𝐷
En remplaçant a et b, après calcul on obtient :

𝟑
( )
𝝈 𝝈′𝑫
𝒍𝒐𝒈
N = 1000( ) 𝟎.𝟗 𝑹𝒎
𝟎.𝟗 𝑹𝒎

 Rm = 360 MPa : représente la limite de traction (limite de rupture) du matériau.


 𝝈′𝑫 : représente la valeur approchée de la limite d’endurance notre matériau.
Pour des aciers, elle a une valeur de 𝝈′𝑫 ≈ Rm/2 = 360/2 = 180MPa

 On a: 𝝈 = contrainte maximale de l’élément de la machine qui est le plus sollicité le


plus.
Dans notre cas l’élément qui est le plus sollicité est le pendule avec une contrainte maximal
de Von Mises définie par :

CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT DU MOUTON CHARPY 28


[Date]
𝝈 = σe =√(𝛔𝐭 + 𝛔𝐟)𝟐 + 𝟑(𝒐𝛕)𝟐 = √(0.212 + 84.523)2 + 3(0)2 = 84.735 MPa

Le nombre de cycle de la machine est donc déterminé par le nombre de cycle de


l’arbre définie par :
𝟑
( ) 3
𝝈 𝝈′𝑫 84.735
( 180 )
𝒍𝒐𝒈 log( )
N =1000( ) 𝟎.𝟗 𝑹𝒎 = 1000( ) 0.9∗360 ≈ 7*109 cycles
𝟎.𝟗 𝑹𝒎 0.9∗360

Conclusion : Nous obtenons pour notre machine une durée de vie définie par :
N = 7*109 cycles

VI. MODE OPERATOIRE ET CONDITIONS DE SECURITE

 L’essai ne peut être lance sans la presence du responsible de l’essai ou du TP


 Pendant l’essai, personne ne doit séjourner dans le plan d’oscillation du
pendule.
 L’opérateur qui éffectut l’essai doit être équipé des EPI et surtout des lunettes
de protection.
 Ne jamais essayer d’arrêter le pendule avec la main.
 Le plan d’oscillation de la machine doit passer sensiblement par le centre de
gravité de la cabote et le point d’impact coincider avec cle centre de percussion
de la machine.
 Régler le pendule au Zéro, s’il y a lieu
 Faire osciller le pendule à vide et relever la valeur de l’angle de remontée à
vide.
 Mesurer les dimensions de l’éprouvette, la peser
 Centrer l’éprouvette entre les deux supports. Pendant cette operation, veillez à
ce que le pendule ne soit pas en position haute.
 Monter le pendule, le verrouiller
 Lâcher le pendule, le freiner puis lire l’angle de remontée
 Examiner le grain de la pièce cassée, relever l’angle de rupture en rapprochant
les deux fragments de l’éprouvette de façon à les faire coincider.
 La resilience s’obtient en divisant la valeur de l’énergie absorbée par la section
de l’éprouvette.

CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT DU MOUTON CHARPY 29


[Date]
XI. PROPOSITION D’UN PLAN DE MAINTENANCE

Selon la définition de l'AFNOR (NF X 60-010), la maintenance vise à


maintenir ou à rétablir un bien dans un état spécifié afin que celui-ci soit en
mesure d'assurer un service déterminé
La maintenance corrective est la maintenance exécutée après
détection d’une panne et destinée à remettre le bien dans l’état
dans lequel il peut accomplir une fonction requise.

La maintenance préventive est la maintenance exécutée à des


intervalles prédéterminés ou selon des critères prescrits et destinée à
réduire la probabilité de défaillance ou la dégradation d’un bien.
Le suivi de la maintenance est l’ensemble des actions contribuant à améliorer
les services de maintenance en termes de réactivité, productivité, qualité et
rentabilité.
Nous proposons donc un plan de maintenance dont les actions sont
regroupées dans le tableau ci-dessous :
Intervalle de temps Actions de maintenance Outillages
Chaque 2 mois Vérifier la déflexion sur l’arbre Comparateur
Chaque 3 mois Vérifier le serrage des vis de la Tournevis
machine
Chaque 5 mois Vérifier le couteau Œil
Chaque 18 mois Evaluer la planéité des surfaces du Comparateur
porte éprouvette, du bâti et du bras
Chaque 20 ans Remplacer l’arbre

Pour assurer un meilleur suivi des machines, nous proposons l’adoption


d’une fiche de suivi. L’opérateur devra donc remplir le tableau ci-dessus à
l’occasion d’une quelconque action faisant intervenir la machine. La colonne
maintenance ne saurait être remplie que si une action de maintenance est
effectuée.

CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT DU MOUTON CHARPY 30


[Date]
Date Opérateur Durée Observations Action de
(objectif d’usage) d’exécution maintenance
17/09/2019 Nom du technicien 20 minutes Vérification de la
(Maintenance planéité des surfaces
préventive)
06/10/2019 Nom du technicien 40 minutes Fonctionnement Serrage des vis
(Maintenance) bruyant
10/11/2019 Nom du technicien Lubrification ou
(Maintenance)
graissage des
roulements

X. PROPOSITION D’UN DEVIS ESTIMATIF

Il s’agit pour nous de déterminer un cadre de devis quantitatif et estimatif de tout le projet afin
d’avoir une idée sur le coût du projet. Nous allons tout d’abord déterminer le prix de chaque
pièces utilisée de notre devis et nous finirons par faire une addition pour obtenir le coût total
du matériel utilisé pour notre machine.

Désignations des pièces Nombres de Procédé Prix unitaire Prix Total


pièces d’obtention (FCFA) (FCFA)
Bâti à colonnes en fonte 2 Moulage 3000 6000
Porte éprouvette en fonte 2 Moulage 800 1600
Eprouvette en aluminium (EN- 1 Achat 500 500
AW-1200) avec entaille en V
(10*5*50)
Eprouvette en Fer(EN-GJL-100) 1 Achat 500 500
avec entaille en V (10*5*50)
Eprouvette en acier non allié 1 Achat 500 500
(C22) avec entaille en V
(10*5*50)
Arbre (S235) 1 Usinage 1000 1000
Goupille 1 Achat 500 500
Pendule 1 Usinage 1100 1100

CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT DU MOUTON CHARPY 31


[Date]
Marteau (S235) 1 Usinage 600 600
Couteau (carbure) 1 Achat 1100 1100
Roulement SKF 2 Achats 2500 5000
Circlips 2 Achats 700 1400
Cadran 1 Achat 1000 1000
Aiguille du cadran 1 Achat 600 600
Plaque de couverture 1 Achat 1000 1000
Vis H M 8-12 4 Achats 175 700
Vis H M12-20 6 Achats 200 1200
Vis H M10-24 4 Achats 200 800
Coût total des matériels 25 100
Frais de transports 6000
Divers 5000
Coût des éléments de soudure et d’assemblages 5000
Coût de main d’œuvre des concepteurs 30000
Coût de main d’œuvre de fabrication 15000
Coût total de réalisation du projet 86100

Le prix de réalisation de notre machine est de : C = 86 100 FCFA

CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT DU MOUTON CHARPY 32


[Date]
CONCLUSION

Ce travail a été effectué dans le cadre de notre projet de TPE concernant l’enseignement
intitulé « Calcul à la Rupture et à la Fatigue » où il était question de concevoir et
dimensionner une machine à essai de résilience : cas de du mouton de Charpy. Il en ressort
que ce projet nous a été bénéfique dans la mesure où il nous a permis de mettre en pratique les
unités d’enseignement des classes antérieurs telle que la RDM, l’Analyse fonctionnelle,
Machine et Conception…etc. d’effectuer des recherches et de mettre en exergue nos
potentiels en dessins. Malgré tout cela, nous avons rencontré des difficultés au niveau du
dimensionnement, de l’analyse des résultats de simulation et l’on se pose la question de savoir
si cette difficulté ne doit pas influencer dans la réalisation de notre machine.

CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT DU MOUTON CHARPY 33


[Date]
REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES

 Dr SOUMELE, 2017, cours de calcul à la rupture et à la fatigue (non publié), Faculté


de Génie Industriel de l'Université de Douala
 Le Guide des Sciences et Technologies Industrielles
 DIDACTICIEL de TPE de machine et conception PARTIE 2

CONCEPTION ET DIMENSIONNEMENT DU MOUTON CHARPY 34


[Date]