Vous êtes sur la page 1sur 32

Janvier 2020 Cahier spécial

Panorama des solutions


ENERGIES RENOUVELABLES 2020

Solvay Energy : Solaire thermique : Caudalie


En valorisant la chaleur fatale, Des projets XXL appuyés Utiliser le trésor qui se cache sous
le pôle industriel s’ancre par le tiers investissement  p. 22 leurs pieds  p. 26
dans le territoire  p. 18

Une publication .com en partenariat avec


Une énergie propre
pour les générations
futures

Siemens Gamesa est un leader mondial de l‘industrie éolienne, avec une


forte présence dans toutes les facettes de l‘activité : offshore, onshore
et services. Avec plus de 95 GW installés dans le monde entier, Siemens
Gamesa fabrique, installe et entretient des éoliennes, à terre et en mer.
Avec près de 1,6 GW de projets éolien terrestre installés sur l’ensemble du
territoire français, autour de 2,5 GW de projets éoliens en mer en cour de
développement, 21 bases de maintenance en activités, près de 150 salariés
et un projet industriel en cours de développement sur le Port du Havre,
Siemens Gamesa est le leader de référence de la transition énergétique et
industrielle en France.

www.siemensgamesa.com
PANORAMA ENR Édito

Dans l’industrie, énergies renouvelables


riment avec compétitivité
Si l’industrie a baissé de 46 % ses émissions de CO2 entre 1990 et 2016, elle
représente encore 18 % des émissions nationales (en prenant en compte la production
d’énergie consommée). Des efforts importants ont été réalisés dans l’efficacité
énergétique, mais tout ou presque reste à faire sur l’approvisionnement, encore très
dépendant des énergies fossiles.

Certains industriels précurseurs se lancent dans les énergies renouvelables pour


alimenter leurs sites industriels. Comme le prouve notre Panorama ENR 2020, à
terme, l’intérêt est autant environnemental qu’économique. Les ENR permettront à
l’avenir de maintenir voire d’accroître la compétitivité des outils de production français.
Décarbonation des sources d’électricité et de chaleur, forte électrification de certains
usages ou récupération d’énergie... Les choix d’aujourd’hui déterminent les gains de Sophie FABRÉGAT
Journaliste
demain. spécialisée

SOMMAIRE
La tribune du Syndicat des énergies
renouvelables. p.4 retour d’expériences

INFOGRAPHIE Solvay Energy : « En valorisant la chaleur fatale,


le pôle industriel est encore plus ancré dans le
Les énergies renouvelables au 3ème trimestre territoire ». p.18
2019. p.6
Solaire thermique : des projets XXL appuyés
analyse par le tiers investissement. p.22

Énergies renouvelables dans l’industrie : Caudalie : « Utiliser le trésor qui se cache


des freins encore nombreux. p.10 sous nos pieds ». p.26

Comment les entreprises intègrent les ENR Triballat Noyal : un mix énergétique
petit à petit dans leur stratégie. p.14 diversifié. p.30

Cogiterra Editions, SARL au capital de 60 000€, 64 rue Nationale - 75013 Paris - www.environnement-et-technique.com • Rédaction : David Ascher, directeur de
publication ; Florence Roussel, Rédactrice en chef  • Publicité : Sébastien Trollé, directeur commercial - Tél : 01.45.86.92.26 - Fax : 01.45.86.92.61 - publicite@actu-
environnement.com • Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle par quelque procédé que ce soit faite sans l’autorisation de l’éditeur est illicite (article L
222-4 du Code de la Propriété Intellectuelle). Toute copie doit avoir l’accord du CFC (Centre Français d’exploitation du droit de Copie : Tél : 01.44.07.47.70 ) • Mise en
page : • Crédits photos : Une © agnormark - AdobeStock, Edito - © Vincent Colin • Impression : Imprimerie Reboul - 42 - St Etienne.
PANORAMA ENR Tribune

Chaleur et électricité
renouvelable :
une opportunité pour
les entreprises.

L e mouvement est enclenché au niveau inter-


national et un nombre grandissant d’entre-
prises, tous secteurs confondus, adoptent
des stratégies d’approvisionnement basées sur les
indispensable pour donner le bon
signal et permettre d’atteindre la
neutralité carbone en 2050 sur laquelle
la France s’est engagée.
Jean-Louis BAL
énergies renouvelables, notamment grâce à la
baisse spectaculaire des coûts de ces dernières. En L’efficacité du Fonds chaleur Président du Syndicat des
énergies renouvelables
France, l’impulsion, quoique moins rapide, s’ampli- démontrée
fie et les entreprises qui font le choix des énergies Pour les entreprises qui font le choix de la chaleur
renouvelables sont issues de secteurs écono- renouvelable, le Fonds Chaleur (géré par l’Ademe)
miques très divers. Greenwashing ? Aujourd’hui, le constitue un outil efficace qui vient apporter son
seul souci d’orienter ses actions marketing et sa soutien au moment de l’investissement et permet-
communication vers un positionnement écologique tra à l’entreprise de s’alimenter en biomasse, géo-
est dépassé. En effet, entreprises comme citoyens thermie ou chaleur solaire pour couvrir ses besoins
sont conscients de l’enjeu et de l’urgence à agir. Et dans ses procédés industriels. Ces sources d’éner-
les énergies renouvelables apparaissent bien gie, locales et bon marché s’avéreront, à terme,
comme une solution évidente et efficace à mettre bénéfiques pour les comptes de l’entreprise. Nom-
en œuvre pour lutter contre le dérèglement clima- breuses sont celles, et dans des secteurs très dif-
tique. férents, qui ont déjà bénéficié de ce soutien public.

Dépasser l’obstacle du coût bas des Vers le développement des PPA


fossiles Pour celles qui font le choix d’une électricité renou-
Pour les entreprises, les énergies renouvelables, velable, elles peuvent choisir l’autoconsommation
dont les coûts sont connus à l’avance, constituent en intégrant, par exemple, des panneaux solaires
aussi une manière très concrète de mieux maîtriser photovoltaïques sur leurs sites ou en passant des
leurs dépenses. Néanmoins, même s’il reste vola- marchés de gré à gré (PPA) avec des producteurs
tile, le coût des énergies fossiles demeure faible d’énergies renouvelables. La sortie des premiers
aujourd’hui et représente un obstacle à dépasser. parcs éoliens du tarif d’achat après 15 années de
Alors que la Contribution Climat Energie (CCE) de- fonctionnement offrent notamment aux exploi-
vait faciliter la décision, le gel de la progression de tants de ces parcs la possibilité de proposer aux
la taxe carbone, décidé en décembre 2019, pèse entreprises l’achat direct de leur production élec-
dans la balance. Il pèse dans les choix de passer aux trique. De nombreux choix s’offrent aux uns et aux
énergies renouvelables pour l’ensemble des autres, qui attendent des évolutions nécessaires de
consommateurs d’énergie : particuliers, collectivités la règlementation afin de faciliter la mise en place
et, bien sûr, acteurs économiques et industriels. La de PPA et d’opérations d’autoconsommation.
reprise d’une progression de la CCE repensée sera Néanmoins, le mouvement est enclenché.  

4 ENVIRONNEMENT & TECHNIQUE – Cahier central – Janvier 2020


CARAKTERS, LE PARTENAIRE DE
VOS PROJETS DE MÉTHANISATION

La réussite d’un projet tient à 3 facteurs :


tenir les délais, maîtriser les coûts et garantir les performances.
Pour que vos projets ne deviennent pas un parcours du combattant, CARAKTERS
met ses outils de gestion des risques et de gestion de projet à votre service.

INITIATIVE
1. Identification des DU PROJET
porteurs de projets

2. Constitution
3. Identification de la société de projet
et sécurisation
des produits intrants
4. Identification des produits
sortants et sécurisation
5. Étude de des voies de sorties
faisabilité technique
6. Établissement
du business plan

7. Autorisations
administratives
8. Financement(s)
bancaire(s) et subventions

9. Montage
contractuel du projet 10. Consultation des
entreprises intervenantes

11. Étude
d’exécution
12. Construction

13. Mise
en service

14. Montée
en charge

15. Essais
de performance
16. Réception
17. Contrat de vente
de l’énergie produite
(Biogaz ou électricité)
18. Exploitation
et maintenance
FIN DE L’ACTIVITÉ
ET DÉCONSTRUCTION

CARAKTERS
SELARL d’Avocats
69, boulevard Malesherbes – 75008 PARIS
Fax +33 (0)1 53 83 95 02 – Tél. +33 (0)1 53 83 95 00
cabinet@carakters.com

www.carakters.com
Janvier 2020 – Cahier central – ENVIRONNEMENT & TECHNIQUE 5
PANORAMA ENR

ÉNERGIES RENOUVELABLES
AU 3ÈME TRIMESTRE 2019

Biomethane

Biogaz
pour la production d’électricité

6 ENVIRONNEMENT & TECHNIQUE – Cahier central – Janvier 2020


Infographie

Eolien en mer

Eolien terrestre

Photovoltaïque

Chiffres tirés des tableaux de bord des énergies renouvelables, publiés par
le service statistique du ministère de la Transition écologique et solidaire

Janvier 2020 – Cahier central – ENVIRONNEMENT & TECHNIQUE 7


PANORAMA ENR

8 ENVIRONNEMENT & TECHNIQUE – Cahier central – Janvier 2020


3 Questions à...

Les gaz verts : des technologies à fort potentiel


pour les territoires

Méthanisation, pyrogazéification, gazéification


hydrothermale, hydrogène… Avec l’évolution des
technologies, les gaz renouvelables et bas carbone
représentent des opportunités concrètes pour les
territoires et leurs acteurs. Explications.

Avec Anthony Mazzenga,


Directeur des gaz renouvelables chez GRTgaz

Quel est le degré de maturité des aussi une réponse à l’ambition nationale de diviser par
Q différentes technologies de production de deux les quantités de déchets allant en décharge ou
gaz verts aujourd’hui ? incinérés, dans une logique d’économie circulaire.

Avec une centaine d’unités qui injectent dans les Les filières de gaz verts permettent de dynamiser les
réseaux, la filière méthanisation des bio-déchets est territoires avec la création d’emplois locaux et le relais
mature. Ses prochains défis : réduction des coûts et de croissance qu’elles représentent pour l’agriculture.
optimisation des process.
Les collectivités locales l’ont bien compris, comme la
S’agissant de la pyrogazéification (bois, CSR…), on est région des Hauts-de-France, qui ambitionne d’être la
au stade des projets pilotes (Titan V, Plainénergie…). 1ère région européenne en matière de production de
Nous espérons un décollage de la filière avec des gaz renouvelables.
unités industrielles en injection dès 2023.
Quels sont les acteurs concernés par la
Idem pour la gazéification hydrothermale (effluents Q mise en œuvre de ces solutions au sein
industriels, boues d’épuration…). Nous cherchons
des territoires pour accueillir des projets pilotes et des territoires ?
envisager un décollage de la filière dans cinq ans.
Tout un écosystème s’active autour de la production
La technologie Power to Gas consiste, elle, à produire des gaz verts : industriels, startups, PME et
de l’hydrogène à partir d’électricité renouvelable ou collectivités.
bas carbone, abondante et bon marché à terme.
Les agriculteurs, principaux porteurs de projets et
L’enjeu est d’étudier son injection dans nos réseaux.
soutenus par les chambres d’agriculture, jouent
C’est l’objectif du démonstrateur Jupiter 1000 à Fos-
un rôle primordial dans le développement de
sur-Mer.
la méthanisation. Les collectivités y voient une
opportunité pour améliorer la gestion des déchets et
Quelles opportunités les gaz verts
Q représentent-ils pour les territoires ?
produire localement de l’énergie renouvelable.

Il y a aussi une véritable filière française composée


La production de gaz verts apporte des réponses de startups et d’ETI, très innovantes, qui constituent
aux enjeux environnementaux, économiques, et de une sphère très riche. Nous pouvons nous appuyer
développement de technologies au sein des territoires. dessus pour développer ces technologies, créer de
l’emploi et aller chercher des marchés à l’export.
La production locale de ces nouveaux gaz répond aux
défis territoriaux liés à la transition énergétique. C’est

www.grtgaz.com
PANORAMA ENR

Énergies renouvelables dans


l’industrie : des freins encore
nombreux
Si les solutions renouvelables gagnent en maturité, elles se heurtent encore à
de nombreux freins dans l’industrie. Le contexte des prix est peu favorable, face à
une logique de rentabilité à court terme./PAR SOPHIE FABRÉGAT
©adobestock- patboon

M algré quelques projets


exemplaires, les énergies
renouvelables ont encore du
mal à se faire une place dans l’industrie.
renouvelables dans l’industrie, publiée
en mars 2018.
En revanche, peu choisissent de se tour-
ner vers les énergies renouvelables,
dissuasif, alors que les coûts d’inves-
tissement dans les renouvelables sont
importants et les solutions encore
méconnues. Autant de freins à une
Pourtant, outre l’enjeu climatique, il constate l’agence. « Aujourd’hui, une véritable transition dans l’industrie.
s’agit aussi d’un enjeu économique : la grande majorité des sites disposent
facture énergétique pèse sur la compé- d’une revue énergétique et d’un plan de Des gains sur le long terme
titivité des entreprises. D’ailleurs, après progrès (dans la foulée des audits éner- dans une économie
le premier choc pétrolier, ces dernières gétiques obligatoires), mais il reste court-termiste
ont entrepris des efforts d’efficacité encore beaucoup à faire au niveau de Pour remédier à cette méconnaissance,
énergétique pour réduire leur sensibilité l’implémentation des recommandations, l’Ademe a dressé un panorama des
à la volatilité des prix de l’énergie. Avec l’investissement sur ce type de projet solutions renouvelables selon les be-
des résultats : « Entre 1990 et 2014, ce étant rarement une priorité », analyse soins des industriels et de nombreuses
secteur a diminué ses consommations l’Ademe. fiches techniques. Ainsi, la géothermie,
énergétiques de 11 % et ses émissions Le contexte actuel y est pour beaucoup : la récupération sur buées de séchage et
de gaz à effet de serre de 40 %», note les énergies fossiles et l’électricité sont le solaire thermique peuvent couvrir les
l’Ademe dans une étude sur les énergies bon marché, le prix du CO 2 est peu besoins en chaleur basse température

10 ENVIRONNEMENT & TECHNIQUE – Cahier central – Janvier 2020


Analyse

de l’industrie, c’est-à-dire inférieure à énergies fossiles) », note l’Ademe. d’image et/ou d’engagement face aux
150°C. Ces technologies « sont adap- Mais peu d’entreprises font aujourd’hui enjeux climatiques. Dans ce cas-là, elles
tées à des usages comme la production des calculs sur le long terme, les inves- ont plutôt tendance à privilégier les
d’eau chaude sanitaire, le chauffage tissements sont réalisés à trois ou solutions de chaleur renouvelable, qui
de locaux, ou des procédés industriels cinq ans. Or, « investir dans un actif représentent une alternative aux éner-
à basse température, comme la énergétique est un choix de long terme, gies fossiles, et notamment au gaz, plu-
pasteurisation dans l’agroalimentaire ». avec un amortissement sur une longue tôt que des alternatives électriques, le
La biomasse, le biogaz ou la récupéra- période. Un choix aujourd’hui va avoir mix électrique français étant peu car-
tion sur fumées de certains fours ré- des conséquences sur les cinq, dix, boné.
pondent quant à eux aux besoins de quinze prochaines années, voire plus », Mais là aussi, difficile de sauter le pas
chaleur haute température (supérieure souligne l’Ademe. Le manque de visi- sans mécanisme de soutien. Le Fonds
à 150°C), notamment dans les secteurs bilité des industriels à ces horizons Chaleur ou les appels d’offre de la Com-
de la métallurgie, du verre ou de la constitue donc un frein. Résultat : mission de régulation de l’énergie (CRE)
chimie. Enfin, le photovoltaïque, l’éolien « hors subventions, dans les conditions sont souvent indispensables à l’émer-
ou la cogénération à partir de biomasse de marché actuelles, avec un prix du gaz gence des projets. Et, comme de nom-
ou de biogaz peuvent couvrir une partie très faible, et en dehors de quelques cas breux exemples le montrent, il faut
des besoins en électricité. particuliers, [les énergies renouvelables] aussi une certaine force de conviction
« Le niveau de déploiement de ces tech- sont globalement moins compétitives pour se tourner vers les énergies renou-
nologies est assez inégal, notamment que les solutions traditionnelles de ré- velables. De nombreux maîtres d’œuvre
du fait du niveau historique de leur férence (électricité et gaz du réseau) ». proposent encore bien souvent des
compétitivité respective face aux éner- solutions conventionnelles.
gies conventionnelles, et cela, malgré la Une réelle conviction
visibilité sur les coûts de production est souvent nécessaire
qu’apporte une solution EnR&R (indé- Lorsque les entreprises sautent le pas,
pendants de la fluctuation du prix des c’est donc avant tout pour des raisons

Cartographie des EnR&R et des secteurs industriels en fonction de leurs niveaux de température et vecteurs énergétiques

Janvier 2020 – Cahier central – ENVIRONNEMENT & TECHNIQUE 11


PANORAMA ENR

OBSTA renouvelle les feux de balisage


pour l’éolien
toute condition. Agréée également intégrée. Économe en éner-

PUBLI-COMMUNIQUÉ
STAC, la balise est gie grâce à la technologie LED, OBSTA-
dotée d’une synchroni- FLASH joue la carte de l’autonomie en
sation GPS conforme à cas de coupure de courant. Une armoire
l’arrêté 2018 sur le suivi d’énergie de 12 heures d’autonomie est
des balisages. Toutes proposée.
les balises d’un parc
éolien clignotent ainsi Novatrice, OBSTAFLASH concentre des
en même temps. qualités techniques qui facilitent le bali-
sage des éoliennes. Un atout pour les
OBSTAFLASH se exploitants de parc.
distingue par sa faci-
lité d’installation et de
maintenance. Plug and
Play, il suffit de la bran-
Lancé en 2019, le feu OBSTAFLASH cher à l’éolienne pour l’activer. Ses 6
OFI360-RW-048-U-G renouvelle projecteurs modulaires sont rempla-
l’offre sur le marché des balises çables indépendamment. L’équipe- CONTACT
pour éoliennes. La détection aérienne mentier a tout mis en oeuvre pour que +33-1
03 88 68
41 15
23 15
50 10
repose sur un feu à LED bicolore, aux la balise soit résistante aux intempéries sewerin@sewerin.fr
info@obsta.com
optiques spécialement développées avec le recours à l’aluminium et au www.grew-law-avocats.com
www. obsta.com
par OBSTA. La visibilité est efficace en verre. Une protection “surtension” est

MAITRISEZ LES RISQUES


ASSISTANCE & CONSEIL TECHNIQUE
EN ENERGIES RENOUVELABLES DEPUIS 1999
Données satellites pour l’éolien et le solaire Mesure de vent
Système de monitoring (SynaptiQ) Inspection de site
Assistance à maitrise d’ouvrage Etude de potentiel éolien et solaire
Ingénierie - Design Gestion de projets éoliens et solaires
Due diligence Suivi de construction et d’exploitation

Brussels | Paris | Barcelona | Toulouse | Istanbul | Cape Town | Delhi | info@3E.eu | www.3E.eu

12 ENVIRONNEMENT & TECHNIQUE – Cahier central – Janvier 2020


3 Questions à...

L’éolien continue sa progression en France


et veut faire partie du "bien commun"

L’éolien terrestre devra installer 2 GW de capacité par


an, jusqu’en 2028. La filière espère des appels d’offre
efficaces et une libération du foncier. VDN GROUP
propose d’associer éolien et production d’hydrogène
vert. Les territoires sont intéressés.

Avec Nicolas Ugalde-Lascorz


Directeur Général VDN GROUP

La PPE requiert d’accélérer le déploiement Nous devrons donc trouver un compromis avec
Q d’éoliennes sur le territoire. Comment s’y l’État pour libérer de la surface et faire du principe
prendre ? de précaution un challenge plutôt qu’un frein. Un
développement de l’éolien optimisé et plus harmonieux
C’est vrai, la Programmation pluriannuelle de l’énergie
sur le territoire permettra de renforcer l’adhésion de
(PPE) donne de l’oxygène à l’éolien terrestre. La filière
la population et d’accélérer la transition énergétique,
devra installer 2 GW de capacité par an, entre 2019 et
écologique et sociale.
2028, pour atteindre un parc d’une puissance totale
de 34 GW.
La filière de l’éolien fait-elle la preuve de
Cette montée en régime impose la régularité des Q sa participation au "bien commun" ?
appels d’offres et l’harmonisation de leurs règles. Par
exemple, tous les appels d’offres devront comporter Oui, je le crois. Localement, nous faisons vivre les
des conditions suspensives en cas de recours. Car territoires avec des emplois et le reversement de taxes.
il est parfois difficile de construire le parc dans les À l’avenir, VDN va même accroître l’ancrage local des
délais impartis pour bénéficier du complément de projets en produisant de l’hydrogène vert grâce aux
rémunération. Cela fragilise les projets. On doit parc éoliens. Un hydrogène produit par électrolyse,
également limiter les projets candidats à ceux qui ont sur place, avec du vent ! Idéal pour stocker l’énergie.
leur permis de construire. C’est plus efficace !
Notre projet pilote à Tupigny (Aisne) sera livré dans
deux ans. Deux véhicules à hydrogène seront mis
Comment aborder la problématique
Q de l’acceptabilité locale des projets
à disposition des habitants. Grâce à l’éolien, nous
pourrons équiper les territoires de bornes de recharge
éoliens ? en hydrogène, un carburant qui a les faveurs du
Si nous voulons atteindre les nouveaux objectifs de la monde rural et des transporteurs. Villages, autoroutes,
PPE à 2028, il va falloir libérer du foncier. Bon nombre ports maritimes ou fluviaux… tous pourront
de contraintes spatiales (zones militaires, périmètres disposer d’hydrogène. L’éolien se dote d’un atout
d’éloignement, zones d’habitat de certaines espèces) supplémentaire !
sont encore présentes sur le territoire. Impliquant
une concentration marquée des parcs éoliens dans
certains secteurs, peu favorable à l’acceptabilité des
projets.

www.vdn-group.com/fr
PANORAMA ENR

Comment les entreprises


intègrent les ENR petit à petit
dans leur stratégie ?
Achat direct d’énergies renouvelables, autoconsommation, diversification… De
plus en plus d’entreprises se tournent vers les énergies renouvelables. Mais les
solutions ne sont pas si simples à mettre en œuvre. Exemples. /PAR SOPHIE FABRÉGAT
©adobestock - wadii

A vec la baisse des coûts des


énergies renouvelables et les
perspectives de hausse des
coûts des énergies traditionnelles, de
de l’initiative RE100, qui regroupe, à
l’échelle mondiale, des entreprises s’en-
gageant à passer aux énergies renouve-
lables à 100 % aux horizons 2025-2028.
d’origine, qui consiste à acheter des cer-
tificats verts aux producteurs d’énergies
renouvelables tout en se fournissant en
énergies conventionnelles… « Ce qui
plus en plus d’entreprises intègrent les nous intéresse, c’est l’additionnalité de
énergies renouvelables dans leur poli- Greenwashing, diront certains ? Pas for- capacités de production, pas d’acheter
tique d’achat ou dans leurs réflexions. cément. Les entreprises ont compris des garanties d’origine à des barrages en
«  Quelque chose a changé dans la ma- qu’elles jouaient gros si leurs promesses Norvège », résume Olivier Menuet, en
nière dont les entreprises regardent ces ne se traduisaient pas en actes réels, charge de l’énergie pour le groupe SNCF.
sujets-là. La baisse des coûts crée de face à des citoyens de plus en plus en Lorsqu’elles décident de verdir leur
nouvelles opportunités économiques », attente sur ces questions. D’où leur consommation énergétique, certaines
analyse Constant Alarçon, représentant rejet massif du système des garanties entreprises font donc le choix d’installer

14 ENVIRONNEMENT & TECHNIQUE – Cahier central – Janvier 2020


Analyse

Même problématique
[d’autoconsommation] pour les
entreprises qui font le choix de
produire sur leur propre site.
Quelle sera leur activité dans dix
ans et donc quels volumes de
consommation couvrir ?

des énergies renouvelables sur leurs construction de nouveaux parcs renou- bailleurs sociaux pour réinjecter le sur-
sites, ou de contractualiser directement velables. D’autant que « l’additionnalité plus d’énergie », explique Dang Tang.
avec des producteurs d’énergies renou- nécessite de se projeter à cinq, six ou
velables pour acheter leur électricité, via sept ans étant donné le temps de déve- Le grossiste alimentaire Metro a juste-
des power purchase agreement (PPA). loppement des projets », rappelle Nico- ment dû sous-dimensionner ses
las Wolff, directeur général de Boralex. installations pour pouvoir tout autocon-
consommer, sachant que les magasins
Pas toujours facile de Certaines entreprises font donc le choix ne sont pas ouverts le dimanche. « Cela
s’engager à long terme de s’engager sur des périodes plus limite les installations à 15 % de nos
Mais dans les faits, tout n’est pas aussi courtes, avec des parcs sortis du tarif besoins », regrette Coralie Lang, la res-
simple. La signature des premiers PPA d’achat. À l’instar de Metro, qui a signé ponsable énergie.
l’illustre parfaitement. La SNCF a un premier PPA de trois ans avec Agre-
contractualisé avec Voltalia le PPA le gio, et qui envisage d’en signer plusieurs Même problématique pour Ikea, qui a
plus ambitieux. Elle s’engage à acheter, autres, de courte et de longue durée équipé la moitié de ses sites français en
pendant 25 ans, l’électricité produite pour garder une marge de flexibilité. panneaux photovoltaïques et envisage
par trois centrales photovoltaïques d’en équiper la totalité (40) à terme, soit
(143 MW) qui vont être construites dans sur toiture, soit sur ombrière : « On ne
le Var et dans le Gard, et mises en ser- Autoconsommation : quid du sait plus quoi faire par rapport au sur-
vice à l’horizon 2022-2023. Dans ce cas surplus de production ? plus de production, le dimanche par
précis, le PPA contribue effectivement à Même problématique pour les entre- exemple. Le dispositif, tel qu’il est conçu
l’ajout de nouvelles capacités de produc- prises qui font le choix de produire sur en France, nous oblige à réduire la taille
tion. leur propre site. Quelle sera leur activité des installations », explique Philippe
dans dix ans et donc quels volumes de Grimaux, le responsable équipement. Ce
Mais si la SNCF a pu s’engager, c’est consommation couvrir ? La Poste Immo dernier plaide pour la mise en place du
qu’elle a une visibilité à long terme sur va lancer une expérimentation à partir net metering, qui consiste à déduire, lors
son activité. Ce qui n’est pas le cas de de 2020. Dix sites sont à l’étude pour de la facturation, l’électricité produite de
beaucoup d’entreprises. installer du photovoltaïque en toiture. l’électricité totale consommée.
« Le gisement sur nos bâtiments repré-
Le groupe La Poste envisage par sente plusieurs dizaines de gigawatts, Conscient de ces freins, le ministère de
exemple de lancer une consultation mi- pour un millier de projets », indique le la Transition écologique a lancé des
2020 pour de futurs PPA. « Mais il y a directeur général adjoint. Mais là aussi, réflexions sur la problématique de la
des incertitudes sur l’avenir du groupe la question du devenir des bâtiments et vente de surplus, notamment lorsque
dans les dix ans à venir, et donc sur les leur occupation au cours des vingt pro- l’entreprise autoconsommatrice réalise
volumes de consommation à sécuri- chaines années crée des incertitudes. a posteriori des actions d’efficacité
ser », explique Dang Tang, directeur Idem pour le modèle de développement : énergétique et donc des économies
général adjoint de La Poste Immo. L’ac- « Pour 2 à 3 MW autoconsommés, il y a d’énergie, a indiqué Sophie Mourlon,
tivité Courrier est en forte décroissance, 1 MW de surplus. Est-ce qu’on fait de directrice de l’énergie et du climat.
qu’en sera-t-il dans dix ans ? Dans l’autoconsommation pure ou des projets
ce cas, difficile de s’engager sur la collectifs ? Nous discutons avec des

Janvier 2020 – Cahier central – ENVIRONNEMENT & TECHNIQUE 15


PANORAMA ENR

Des solutions pour


l’efficacité énergétique

www.compte-r.com
4 rue de l’industrie - 63220 ARLANC
Tél : 04.73.95.01.91

pub 170 x 110 - 2019 12 02.indd 1 02/12/2019 11:26:04

Un équipe d’une dizaine d’avocats dédiée aux projets industriels, de


production EnR et d’hydrogène.

16 ENVIRONNEMENT & TECHNIQUE – Cahier central – Janvier 2020


3 Questions à...

Le biométhane s’installe positivement


dans les territoires

Avec des retombées locales importantes, le


biométhane intéresse la ruralité comme les
métropoles. La filière est dynamique et met en
application le concept d’économie circulaire.

Avec Xavier Passemard,


Directeur Biométhane chez GRDF

Q Qu’est-ce que le biométhane ? La filière est un élément incontournable de la transition


énergétique, avec les territoires en chef de file.
Il s’agit d’un biogaz épuré, 100% renouvelable, produit
localement notamment à partir de résidus agricoles,
En quoi le biométhane est-t-il un atout
d’effluents d’élevage et de déchets fermentescibles. Q pour les collectivités ?
Grâce à l’épuration, le biométhane atteint le même
niveau de qualité que le gaz naturel et peut être Le biométhane ne se limite pas à la production
injecté dans les réseaux gaziers. Véritable gaz vert, il d’énergie renouvelable, il est à la croisée des enjeux
sert à chauffer, cuisiner et peut également être utilisé énergétiques, écologiques et économiques de notre
comme carburant. pays.

Quelles sont les perspectives de la filière Pour la ruralité, c’est une énergie souhaitée par
Q biométhane ? les agriculteurs qui leur permet de diversifier
leurs revenus et de valoriser leur exploitation.
La filière biométhane a connu en moins de 10 ans un Le biométhane est également souhaité par les
essor remarquable. L’an dernier, la capacité d’injection territoires et les élus locaux, désireux de dynamiser
de biométhane a quasiment doublé. Aujourd’hui, l’économie locale et de répondre aux enjeux de leur
le volume de gaz vert injecté via plus de 100 sites politique énergétique. Chaque région intègre une
de méthanisation sur le territoire est équivalent à la part significative de biométhane dans son Schéma
consommation annuelle de 220 000 logements neufs régional d’aménagement.
ou de 5 500 bus roulant au BioGNV.
Pour les métropoles, c’est aussi une technologie qui
Plus de 1 000 projets à l’étude, dont plus de 300 permet de gérer les déchets, de produire une source
enregistrés en 2019, illustrent cette croissance rapide. locale d’énergie renouvelable et de disposer d’un
carburant favorable à la qualité de l’air. Notamment
Le dynamisme de la filière biométhane s’explique
grâce à l’installation de stations BioGNV. Le GNV et
par ses nombreux bénéfices : emploi local, revenus
sa version renouvelable, le BioGNV, répondent à la
pour les agriculteurs, valorisation des déchets
fois aux enjeux de santé publique et de lutte contre le
de l’agro-alimentaire et des collectivités locales,
changement climatique.
ancrage de l’économie circulaire dans les territoires…

www.grdf.fr
PANORAMA ENR

Solvay Energy : « En valorisant


la chaleur fatale, le pôle industriel
est encore plus ancré dans le territoire »
En reliant Grenoble métropole au pôle industriel de Pont-de-Claix, le projet Solcia
a permis de valoriser en chauffage urbain de l’hydrogène produit par l’industrie.
Mais aussi de la chaleur produite par l’UIOM mais non utilisée l’été./PAR SOPHIE FABRÉGAT

©solay energy
C haque année, près de 120 TWh
de chaleur seraient perdus, se-
lon l’Ademe. Une grosse partie
de cette chaleur non utilisée provient de
Lors de la première année de fonction-
nement, 64 GWh ont circulé dans ces
tuyaux, dans un sens et dans l’autre, en
hiver comme en été.
Extracthive. Solvay, qui détient les outils
de production d’énergie de la plate-
forme, y fournit des services énergé-
tiques et industriels : vapeur (0,55 Mt/
l’industrie (109,5 TWh). À ce gisement, an), électricité (70 GWh en 2018), gaz
s’ajoutent 8,4 TWh de chaleur rejetés par Éviter de torcher de l’hydro- naturel, air...
les unités d’incinération des ordures gène et de brûler du fioul En 2016, Solvay Energy prend contact
ménagères (UIOM), les stations d’épura- La plateforme industrielle de Pont-de- avec la compagnie de chauffage greno-
tion (STEP) ou encore les data centers. Claix accueille plusieurs sociétés comme bloise afin de valoriser une partie de sa
Cette chaleur pourrait pourtant être Vencorex, Suez, Air Liquide, Sequens et production d’énergie et notamment des
valorisée dans des réseaux de chaleur,
pour répondre aux besoins d’autres en-
treprises ou de collectivités.
En Isère, près de 3 000 mètres de cana-

8 2
lisation ont été déployés pour relier la échangeurs échangeurs
métropole de Grenoble à la plateforme de 30 MW de 30 MW
chimique de Pont-de-Claix. L’objectif : (été) (hiver)
créer des échanges entre le réseau de
chauffage urbain et le pôle industriel.

18 ENVIRONNEMENT & TECHNIQUE – Cahier central – Janvier 2020


Retour d’expériences

surplus d’hydrogène, produit dans l’un produire de la vapeur. « Cela permet de


des ateliers du site, et qui finissent par- gagner quelques degrés et donc d’utili-
fois torchés, faute de débouché. « L’idée ser moins de gaz naturel », explique le
était de trouver des clients externes directeur du site Solvay.
pour stabiliser davantage notre activité,
mais aussi de diminuer les émissions
de gaz à effet de serre du site, explique Des échanges deux fois plus
Jérôme Gardey de Soos, directeur du site importants que prévu
Solvay sur la plateforme. Cette ambition Si techniquement, cette solution était
en a rencontrée une autre : celle d’amé- réalisable, il a fallu convaincre les élus,
liorer la qualité de l’air à Grenoble ». les services de l’État, mais aussi trouver
Le réseau de chauffage de la métropole des ressources pour financer le raccor-
est le deuxième plus grand de France, dement. L’Ademe a soutenu le projet via
après celui de Paris. Construit dans les le Fonds chaleur. Quelque 2 700 mètres
années soixante, il compte aujourd’hui de canalisations ont donc été construits
177 km de canalisations, qui alimentent et deux échangeurs ont été installés.
100 000 équivalent-logements, soit un L’un, d’une capacité de 30 MW pour les
tiers de la population de l’aggloméra- échanges hivernaux pôle industriel /
tion. Son bouquet énergétique est com- réseau de chauffage et 8 MW pour les
posé de bois, de déchets, de farines échanges inverses en été. Le système a
animales, mais aussi de gaz naturel, de été mis en service en septembre 2018.
fioul et de charbon. En 2018-2019, les Le bilan tiré un an plus tard est « très
combustibles fossiles constituaient positif ». « Notre objectif d’export était
encore un quart de la production de de 23 GWh/an. Au bout d’un an, nous
©solay energy

chaleur… L’objectif de la compagnie de avons envoyé sur le réseau 53,4 GWh,


chauffage est de verdir son approvi- soit plus du double que ce qui était ini-
sionnement, pour atteindre 85 % d’éner- tialement prévu, se félicite le directeur
gies renouvelables ou de récupération du site Solvay. En hiver, cela nous per-
en 2022 et 100 % en 2030. met de valoriser totalement l’hydrogène 2 600 tonnes de CO2, mais aussi de trois
« Le réseau a recours au fioul notam- et de ne plus le torcher. De plus, le sys- tonnes de dioxyde de soufre et de
ment en cas de pic de froid », souligne tème permet une grande souplesse ». 500 kg de Nox. « Il y a un effet vertueux
Jérôme Gardey de Soos. L’idée est donc Au total, 25 GWh d’hydrogène ont pu pour les deux parties, analyse le direc-
d’utiliser les surcapacités du pôle indus- être valorisés. La chaleur industrielle a teur. On est dans une période où sont
triel pour alimenter le réseau de chauf- représenté 6,2 % de la chaleur du réseau souvent opposés industrie et dévelop-
fage en hiver. Mais cet échange va urbain. pement durable. Avec ce projet, l’indus-
aussi dans l’autre sens : « L’usine de tri Onze gigawattheures ont été envoyés trie apporte à l’agglomération. La valo-
Athnor valorise l’énergie produite lors de du réseau vers le pôle industriel, contre risation de chaleur fatale permet d’être
l’incinération des déchets et alimente le 14 initialement prévus. « Il a fait froid encore plus ancré dans le territoire ».
réseau de chaleur. Mais l’été, cette cha- plus longtemps au printemps et des
leur est peu valorisée par le réseau, hor- travaux ont été réalisés sur le réseau »,
mis pour l’hôpital ». Cette chaleur peut explique Jérôme Gardey de Soos. Selon
donc être envoyée vers le pôle industriel les estimations de Solvay, ces échanges
pour préchauffer l’eau destinée à permettraient d’éviter l’émission de

CHIFFRES CLÉS

2700 mètres
de canalisations nouvelles
64 GWh
échangés en un an
6,2 %
des besoins du réseau
6,1
Mds.
d’investissements,
subventionnés à 60 %
par l’Ademe
de chaleur d’euros

Janvier 2020 – Cahier central – ENVIRONNEMENT & TECHNIQUE 19


PANORAMA ENR

Maîtrise d’œuvre /AMO

Nos prestations :
La réussite de vos projets

Méthanisation
Eolien

H2iON

6 rue des Saules


F-70000 Noidans-lès-Vesoul

Tèl : 03.84.77.75.10
contact@h2ion.com
Base-Vie clé en main https://www.h2ion.com/

COLLECTE

SANS FRAIS RECYCLAGE

LE PARTENAIRE RECYCLAGE
DE L’INDUSTRIE SOLAIRE PHOTOVOLTAÏQUE
ÉCO- INNOVANT
ORGANISME

SANS BUT PAR


LUCRATIF ET POUR

www.pvcycle.fr L’éco-organisme agréé par les pouvoirs publics


pour le recyclage des panneaux photovoltaïques
LA FILIÈRE

20 ENVIRONNEMENT & TECHNIQUE – Cahier central – Janvier 2020


3 Questions à...

Imagreen, ou le conseil RH sur-mesure


pour le secteur de l’Énergie

Le cabinet Imagreen propose le décryptage des pré-requis RH


liés à la transition énergétique et le sourcing de compétences
ad hoc. Les entreprises anticipent ainsi leur dotation en
compétences pertinentes. Le point avec Justin Longuenesse,
son fondateur.

Avec Justin Longuenesse


Fondateur d’Imagreen

Quel est le rôle d’un cabinet de Il faut aussi s’ouvrir aux juniors et aux seniors qui
Q recrutement dans un contexte de souhaitent rejoindre notre secteur pour être en phase
transition énergétique ? avec leurs convictions. Ils sont souvent davantage
animés par de fortes valeurs. C’est la garantie de
Aujourd’hui, un cabinet de recrutement doit savoir
recrutements gagnants, lorsque les conditions
enrichir ses prestations de sourcing RH classiques
favorables à l’embauche sont réunies.
d’un accompagnement stratégique lié à la transition.
Ainsi, Imagreen met en oeuvre des services RH Autre conseil : donner du sens et rester cohérent.
complets, notamment pour les entreprises du secteur L’attente des collaborateurs et des candidats est très
de l’Énergie : recrutement CDI, missions d’intérim, forte en matière de RSE. Elle doit s’incarner au quotidien.
consulting, portage salarial…
Quels sont les projets et les ambitions
Nous proposons aussi des missions spécifiques aux Q d’Imagreen pour 2020 ?
entreprises " verdissantes ", afin de les aider à se
positionner par rapport aux nouvelles compétences Nous fêtons nos 10 ans en 2020. A cette occasion,
requises. Notre rôle : identifier les profils adaptés en nous sortirons un livre blanc sur le marché de l’emploi
performance énergétique, EnR, empreinte carbone, dans le secteur de l’environnement, enrichi de notre
adaptation au changement climatique… expérience de plus de 700 recrutements à ce jour.
La transition énergétique est un sujet récurrent pour Notre plus-value sociétale s’exprime dans notre
l’ensemble des fonctions et des structures avec qui ouverture : nous partageons nos retours d’expérience,
nous travaillons : privées ou publiques, de la startup à nos analyses, nos convictions auprès de ceux qui
la multinationale. souhaitent en savoir plus sur les métiers "durables" :
dirigeants, cadres du secteur ou en reconversion,
Quels sont les nouveaux réflexes RH à étudiants.
Q adopter pour constituer une équipe ?
Imagreen cherche à faire coïncider les aspirations des
Tout d’abord, il faut prendre conscience que les candidats et les attentes des entreprises. Une manière
métiers de la transition écologique sont très qualifiés de contribuer à l’essor d’une économie à impact
et désormais pénuriques ! Mon conseil : anticiper et positif.
mettre à jour les fiches de postes en fonction des
besoins identifiés.

www.imagreen.fr
PANORAMA ENR

Solaire thermique : des projets XXL


appuyés par le tiers investissement
Pour faire décoller le solaire thermique, l’Ademe mise sur le développement
de centrales de grande surface, notamment dans l’industrie. Ces projets, très
capitalistiques, nécessitent l’intervention de tiers investisseurs. /PAR SOPHIE FABRÉGAT
©boortmalt

L e solaire peine à se faire une place dans


les solutions de chauffage. « Malgré un
certain potentiel de croissance et les
mécanismes de soutien publics pour accompa-
reçu l’équivalent de 45 000 mètres carrés de
projets en 2019. Ces projets XXL doivent per-
mettre de faire la preuve de la pertinence du
solaire thermique dans l’industrie. Mais ils sont
gner son développement (CITE, Fonds Chaleur, très capitalistiques. Un tiers investisseur inter-
réglementation thermique, etc.), le marché fran- vient donc souvent pour permettre à ces projets
çais du solaire thermique décroît depuis 2008 », d’aboutir.
regrette l’Ademe. Depuis 2015, elle a initié un
appel à projets sur les grandes installations
solaires thermiques pour la production d’eau Malterie de Boortmalt : 15 000 m2
chaude. L’objectif : cibler les réseaux de chaleur de capteurs solaires
et le secteur industriel. Le solaire thermique L’un de ces mégaprojets est porté par la mal-
peut en effet répondre à des applications à terie de Boortmalt, située à Issoudun (Indre).
basse et moyenne température. Les industries Près de 15 000 mètres carrés de capteurs ali-
chimiques et agroalimentaires concentreraient menteront en eau chaude les unités de sé-
le plus gros potentiel : un tiers de leurs besoins chage d’orge. L’objectif : réduire l’empreinte
sont en effet compatibles avec de la production carbone du site, très gourmand en chaleur. La
solaire thermique inférieure à 110°C. mise en service est prévue en 2020.
Après avoir sélectionné quatre lauréats en 2018, La malterie d’Issoudun produit 160 000 tonnes
dont deux industriels, pour une surface totale de malt par an. Le séchage du malt vert est une
de 23 000 m2 de capteurs solaires, l’Ademe a étape très énergivore, réalisée jusque-là

22 ENVIRONNEMENT & TECHNIQUE – Cahier central – Janvier 2020


Retour d’expériences

“Il y a un effet vertueux


pour les deux parties

grâce à du gaz (chaufferie gaz de 18 MW et financement. Nous étudions la


cogénération gaz de 4 MWe). En 2013, la mal- solidité du client, le potentiel de
terie s’est dotée d’une chaudière biomasse de reprise du bâtiment ou d’autres
4 MW, qui couvre 25 % des besoins thermiques débouchés pour la chaleur ».
du site. L’installation permet de valoriser Justement, la durée d’engagement est souvent
chaque année 5 000 tonnes de coproduits issus « le point d’achoppement » des industriels pour
du process de malterie (rafles d’orge, de malt et les projets thermiques. Le temps de retour sur
d’orgettes) pour produire une eau chaude entre investissement est bien supérieur à la
70 à 105°C. moyenne à laquelle l’industrie s’engage (trois à
Pour aller plus loin, le site va désormais se cinq ans généralement). Par ailleurs, « ces so-
doter d’une centrale solaire thermique de 12 ciétés allouent toutes leurs ressources finan-
MW. Elle produira une eau à 70°C, qui permet- cières à leur coeur de métier, elles n’ont pas de
tra de préchauffer l’air, en amont des systèmes budget à consacrer à des projets énergétiques,
de combustion actuels. Elle devrait fournir explique Rémi Cuer. Lorsqu’il y a une volonté ou
8,7 GWh de chaleur par an, soit 10,5 % des be- une obligation de réduire les émissions de gaz
soins du site. Près de 15 000 m2 de capteurs à effet de serre, le tiers financement est donc
vont être installés autour des bâtiments de la une nécessité ».
malterie. La centrale sera composée de plu-
sieurs champs de capteurs solaires installés Condat : 4 200 m2 de capteurs sur trackers
sur des structures fixes. grâce aux tiers investissement

Le tiers investisseur garantit un Même schéma pour la centrale thermique de 4


prix inférieur à celui du gaz 211 m² de capteurs (3,4 MW) de la papeterie de
Ce projet bénéficie d’un soutien de l’Ademe à Condat (Dordogne), mise en service en janvier
hauteur de 3 millions d’euros. Il fait également 2019. Ici, la société NewHeat est intervenue au
appel à un tiers financeur, Kyotherm, spécialisé niveau de l’investissement (2,2 M€) mais aussi
dans l’énergie thermique. « Nous intervenons de l’exploitation. L’industriel lui rachète la cha-
sur des projets de solaire thermique, de leur autour de 25 euros le mégawattheure.
biomasse, de géothermie, de récupération de Pour atteindre ce prix compétitif, le projet, lau-
chaleur fatale… Le point commun de ces pro- réat de l’appel d’offres de l’Ademe, a bénéficié
jets est qu’ils sont très capitalistiques mais d’une aide de 1,4 M€.
permettent des économies rapides », explique La papeterie produit 450 0000 tonnes de papier
Rémi Cuer, chargé d’investissements chez Kyo- couché par an. Des chaudières à gaz four-
therm. nissent la vapeur nécessaire à son activité. La
Sa société assume le financement du projet, les centrale solaire permet de préchauffer l’eau,
risques afférents et contractualise avec l’indus- captée autour de 15°C, pour la porter jusqu’à
triel sur la fourniture de chaleur. Ces contrats 90°C en été. Elle fournit 3 900 MWh d’eau
permettent de garantir un prix de la chaleur sur chaude par an, soit près d’un tiers des besoins
la durée. « Sur ce type de projet, nous attei- thermiques du site. Originalité de l’installation :
gnons un prix inférieur de 5 % au prix de les capteurs sont montés sur trackers, afin de
référence, c’est-à-dire le gaz naturel ». Et si suivre la course du soleil et d’optimiser la pro-
l’industriel met la clé sous la porte ? « C’est duction de 15 à 20 %.
un risque qui est calculé au moment du

Janvier 2020 – Cahier central – ENVIRONNEMENT & TECHNIQUE 23


PANORAMA ENR

Fronius : 1ère station décentralisée


d’hydrogène écologique

PUBLI-COMMUNIQUÉ
Fronius est convaincu du potentiel domaine de la mobilité et du chauffage.
de l’hydrogène dans le mix-énergé- Avec SOLH2UB, Fronius souhaite ins-
tique. En 2018, la société inaugure crire le secteur de l’électricité dans
sa première station de ravitaillement la transition énergétique, et partager
en hydrogène écologique produit à sa vision “24 heures de soleil” pour
partir d’énergie solaire : “la Fronius 100% d’énergies renouvelables. Déjà
SOLH2UB”. doublement récompensé en Autriche,
Fronius SOLH2UB vient de recevoir le Prix
Fronius SOLH2UB repose sur l’utilisa- Energy Star 2019 dans la catégo-
tion de l’énergie solaire excédentaire, rie Innovation. Une belle promesse
issue d’installations photovoltaïques, d’avenir.
pour la production d’hydrogène à par-
tir d’électrolyte. L’hydrogène est en-
suite stocké pour les véhicules à pile
à combustible ou pour être reconverti CONTACT
en électricité ou en chauffage. Pour les +33 (0)1 39 33 12 12
entreprises et les communes, cette sta- contact.france@fronius.com
tion décentralisée offrira une alternative www.fronius.com
efficace aux énergies fossiles dans le

LPA-CGR avocats,
de nouvelles synergies
pour bâtir ensemble
le droit de demain

RECONNU DEPUIS
PLUS DE 20 ANS DANS
LE SECTEUR
DE L’ÉNERGIE
ET DES ÉNERGIES
RENOUVELABLES

LPA-CGR avocats est un cabinet d’affaires pluridisciplinaire et international,


né de la fusion de Lefèvre Pelletier & associés et CGR Legal.

136 avenue des Champs-Elysées, 75008 Paris - France


T: +33 (0)1 53 93 30 00 - paris@lpalaw.com - www.lpalaw.com - @lpalaw - LPA-CGR avocats

Paris | Alger | Casablanca | Douala/Yaoundé | Dubaï | Francfort | Hambourg | Hong Kong | Munich | Shanghai | Singapour | Tokyo

24 ENVIRONNEMENT & TECHNIQUE – Cahier central – Janvier 2020


3 Questions à...

Stratégie : EDP Renewables dévoile son plan


de développement à horizon 2022

4ème producteur mondial dans l’éolien, EDPR a présenté


son plan stratégique à horizon 2022. Qualifiée de «marché
attractif», la France constitue une base stratégique pour
l’énergéticien dans l’éolien et le solaire. Décryptage.

Avec Patrick Simon,


Directeur général d’EDPR en France et en Belgique

En tant qu’acteur mondial des EnR, quel Le 3e : l’implantation. La France est une zone privilégiée
Q est le regard d’EDPR sur la France ? pour les marchés du solaire et de l’éolien en termes
de visibilité et de rentabilité. La dynamique politique y
Parmi tous les pays d’EDPR, la France a est favorable pour s’y projeter durablement. Le 4e : les
l’avantage d’offrir des perspectives favorables territoires. Nous sommes attentifs à développer des
et conserve des mécanismes de valorisation de projets de qualité qui répondent aux attentes de toutes
l’électricité suffisamment lisibles pour sécuriser les les parties prenantes. Le 5e : la qualité d’exploitation.
investissements. EDPR y est présent depuis 15 ans et L’excellence opérationnelle de nos activités est
en forte croissance. Notre prochaine mise en service essentielle pour une performance durable.
: le parc éolien de la Côte du Cerisat dans la Marne,
au premier semestre 2020. Il ajoutera 49,5 MW aux Pour accomplir un tel développement,
440 MW d’actifs éoliens que nous exploitons déjà Q quelle est la place des ressources
sur plus de 40 parcs. Nous possédons également un humaines dans la stratégie ?
portefeuille très important de projets en développement
sur l’ensemble de nos activités éoliennes et solaires En France, nous avons doublé nos effectifs depuis
en France. C’est notre contribution pour le plan 2017, avec désormais plus de 70 personnes. Nous
stratégique du Groupe à échéance 2022. avons reçu le label Top employeur France/Europe
basé sur un ensemble de critères d’excellence liés
Que prévoit ce plan stratégique ? Quelles aux conditions de travail et de carrière. La nouvelle
Q sont ses implications en France ? activité solaire nous a conduits aussi à adapter nos
organisations et à renforcer nos équipes. Ce sont
Nous pouvons décrire le plan par 5 axes clés. Le 1er : beaucoup de transformations arrivées très rapidement
la croissance des capacités installées. À l’échelle et, pour les réussir, nous nous appuyons sur ce qui
mondiale, nous allons construire 7 GW d’ici à 2022. constitue notre force quotidienne : notre passion,
Le 2e : la diversification. Le solaire représente un quart notre esprit d’équipe et notre implication. Comme
des volumes projetés. En France, les prospections Directeur général, j’y suis très attentif : la bonne
locales et notre expertise technique nous ont permis cohésion collective est notre meilleur atout !
de mettre en place une équipe solaire déjà très active.

france.edpr.com/fr
PANORAMA ENR

Caudalie : « Utiliser le trésor


qui se cache sous nos pieds »
Le nouveau site logistique de l’entreprise de cosmétiques Caudalie a recours à la
géothermie pour couvrir les besoins de chauffage et de rafraîchissement. Et devrait
prochainement être équipé de panneaux photovoltaïques. /PAR SOPHIE FABRÉGAT
©caudalie

D ans le Centre-Val-de-Loire, le
potentiel géothermique est très
important. « Il s’agit de géother-
mie de surface assistée de pompes à
une zone où d’importants pôles logis-
tiques se créent, notamment le long des
autoroutes. La géothermie est adaptée
à leurs besoins de maintien en tempé-
cosmétiques a emménagé fin 2018 dans
ses nouveaux locaux, qui regroupent une
plateforme logistique, des bureaux et
des laboratoires. Avec un objectif : zéro
chaleur, soit dans les nappes superfi- rature, souvent hors gel, mais aussi de émission carbone.
cielles, soit sur champ de sondes verti- rafraîchissement. C’est dommageable La géothermie s’est rapidement impo-
cales », explique David Magnier, coordi- de voir des tels projets sortir de terre sée comme l’une des solutions pour y
nateur territorial de l’Ademe. aujourd’hui sans profiter de la ressource parvenir. « Notre précédent site fonc-
Mais ce potentiel est insuffisamment qui est sous nos pieds », regrette l’expert tionnait avec une installation à gaz pour
utilisé aujourd’hui. Pourtant, il se prête de l’Ademe. le chauffage. Mais lors de son extension,
parfaitement aux usages de basse tem- C’est pourquoi le nouvel entrepôt logis- nous avons testé la géothermie sur
pérature, dans le neuf et en rénovation, tique de l’entreprise Caudalie, construit nappe. Nous avons un trésor caché sous
pour les logements, le tertiaire, la santé à Gidy (Loiret), est souvent pris en nos pieds, l’eau. C’est une technologie
ou la logistique. « Nous sommes dans exemple. La société spécialisée dans les qui ne consomme pas d’hydrocarbures.

26 ENVIRONNEMENT & TECHNIQUE – Cahier central – Janvier 2020


Retour d’expériences

©caudalie
D’une manière générale, il y a un
manque de compétences sur les
énergies renouvelables, et
notamment thermiques.

C’était donc, en théorie, la meilleure solu-


tion pour notre nouveau site », raconte
Hervé Sachot, le directeur du site.

Une solution pas facile Reste une contrainte, et de taille : le coût évitant le surdimensionnement de l’ins-
à imposer d’investissement. Selon l’étude de fai- tallation », explique Hervé Sachot. Il est
En pratique, il a fallu convaincre. « Il y a sabilité, le surcoût par rapport à une fréquent, en effet, que les installations
eu des objections du côté des bureaux installation gaz est estimé à près de thermiques soient surdimensionnées.
d’études, des architectes...», raconte 200.000 €. C’est là qu’interviennent les « Une étude thermique a été réalisée
Hervé Sachot. « D’une manière géné- aides du Fonds chaleur et de fonds eu- par un bureau d’études spécialisé. Et
rale, il y a un manque de compétences ropéens. « Avec des énergies fossiles à finalement, la taille de l’installation a été
sur les énergies renouvelables, et no- un coût artificiellement bas et le gel de réduite de 20 à 30 % par rapport aux
tamment thermiques. Trop souvent, les la taxe carbone, la filière a encore besoin estimations initiales », explique le direc-
solutions conventionnelles sont encore de soutiens pour se développer », ex- teur du site, avant d’ajouter : « L’expé-
proposées », confirme David Magnier. plique David Magnier. De plus, l’Ademe rience montre que l’on a d’excellents
L’Ademe accompagne d’ailleurs plu- intervient le plus en amont possible des résultats sur le froid et de très bons
sieurs bureaux d’études pour organiser projets pour accompagner les choix résultats sur le chauffage ».
une montée en compétences sur ces techniques et éviter les contre-réfé- A l’exploitation, la solution géother-
sujets-là. rences, qui peuvent ternir durablement mique est rentable : 17 000 € de facture
« Nous avons persisté parce que nous l’image de la filière. annuelle de chauffage pour le site de
avions déjà l’expérience de la géother- Gidy, contre 30 000 € pour une solution
mie sur notre précédent site et que Éviter un surdimensionne- gaz, selon l’étude de faisabilité. « Ces
nous avions prouvé le fonctionnement ment résultats se confirment dans la réalité.
de ce type d’installation », poursuit « Nous avons également réussi à bais- On a même passé la canicule de cet été
Hervé Sachot. Le nouveau site a des ser les coûts d’investissements en maî- en utilisant seulement le natural coo-
besoins de chauffage, mais aussi de trisant les coûts de forage, en travaillant ling », c’est-à-dire en utilisant la tempé-
rafraîchissement, la géothermie s’y sur l’enveloppe du bâtiment pour limiter rature naturelle pour le refroidissement,
prête plutôt bien. les déperditions thermiques et en sans avoir recours à la pompe à chaleur.

Janvier 2020 – Cahier central – ENVIRONNEMENT & TECHNIQUE 27


PANORAMA ENR

augmenter, ce taux d’autoconsomma-

©caudalie
tion, 40 points de recharge pour véhi-
cules électriques ont été installés sur le
parking. Elles se déclencheront lorsque
la production photovoltaïque sera maxi-
male. La flotte Caudalie compte déjà
25 % de véhicules électriques, et
quelques salariés en possèdent égale-
ment. Ce qui devrait porter le taux d’au-
toconsommation à 77 %, pour 480 kWc
installés.

2
forages
sur nappe
d’une profondeur
d‘environ 35 mètres

2
pompes
à chaleurs
de 220 kW
chacune

13 500
mètres carrés
chauffés ou rafraîchis

470 000
euros
d’investissements, dont
90 604 € d’aides Fonds chaleur
Ce système est dit « passif ». « Peut- Bientôt du photovoltaïque
être que l’on aurait pu totalement se en autoconsommation ?
passer du mode froid actif, mais il fau- L’entreprise envisage également d’équi-
dra encore quelques années de recul per le site de panneaux photovol-
pour en juger ». taïques. Un dossier a été déposé lors du
Deux pompes à chaleur desservent un dernier appel d’offres CRE. « Au départ,
mini réseau de chaleur, qui relie les dif- le projet était de produire autant d’élec-
férents bâtiments. A terme, il pourra tricité que l’on en consommait, le ratio
être connecté à de futures extensions toiture le permet. Mais la rentabilité ne
avec ou sans l’ajout de nouvelles serait pas au rendez-vous », explique
pompes : « Nous avons une marge de Hervé Sachot. Il faut en effet avoir un
1 000 m2 supplémentaires », estime taux d’autoconsommation d’au moins
Hervé Sachot. 50 % pour bénéficier des aides. Pour

28 ENVIRONNEMENT & TECHNIQUE – Cahier central – Janvier 2020


VERMILION, 3 Questions à...
un industriel engagé pour un avenir durable
VERMILION est le premier producteur de pétrole en France et un acteur industriel engagé,
depuis plus de 20 ans, de manière durable en France. Notre entreprise repense son modèle d’af-
faires afin de contribuer significativement à la transition énergétique, assurer sa pérennité, et
garantir l’employabilité de ses salariés.

Des partenariats écoresponsables partout en France


Dans le cadre notre politique de développement durable, nous mettons en place des
partenariats à forte valeur ajoutée et générateurs de dynamique économique pour
les territoires. Nous avons pour objectif de valoriser l’ensemble des énergies que
nous extrayons du sous-sol : pétrole brut, eau chaude et gaz.
Depuis plus de 12 ans, de nombreuses initiatives sont réalisées, à l’étude ou en cours
de concrétisation pour valoriser l’ensemble des potentiels énergétiques de chaque
site (eau chaude et gaz).
Par exemple, nous mettons à disposition de professionnels utilisateurs de chaleur les
calories de notre eau sur 2 de nos sites en Nouvelle-Aquitaine (économie circulaire).
Ecoserres Parentis-en-Born Ecoquartier La Teste-de-Buch
(Landes, 40) (Gironde, 33)

depuis 2008 15 hectares 250 emplois depuis 2016 550 logements


(pour 25 ans) d’écoserres (pour 30 ans)

7 500 tonnes - 10 000 tonnes - 500€ de chauffage - 500 tonnes


de tomates / an de CO² / an par an / maison de CO2 / an

www.vermilionenergy.fr
PANORAMA ENR Retour d’expériences

Triballat Noyal : un mix


énergétique diversifié
L’entreprise agroalimentaire bretonne verdit petit à petit son mix énergétique.
Photovoltaïque, éolien, biomasse… L’objectif : atteindre la neutralité carbone pour
son site de production de Châteaubourg en 2021./PAR SOPHIE FABRÉGAT

L’ engagement sur la question

©chateaubourg
énergétique n’est pas nouveau
pour l’entreprise agroalimen-
taire Triballat Noyal, qui com-
mercialise notamment les marques
Sojasun et Vrai. Basée historiquement
en Ille-et-Vilaine depuis 1951, cette en-
treprise compte aujourd’hui 15 sites de
production en France. « Chaque site a un
référent énergie », explique Jean-Marc
Lévêque, directeur développement du-
rable du groupe. Ce référent énergie peut
s’appuyer sur un système d’information
et de management de l’énergie mis en D’une capacité de 0,8 MW, elle doit cou- 200 000 kWh par an. Le taux d’auto-
place dès 2002 pour optimiser les vrir près de 10 % de la consommation consommation ciblé est de 99 %. Le
consommations. Peu à peu amélioré, ce d’électricité utile pour la fabrication des système de management de l’énergie
système s’appuie aujourd’hui sur un lo- yaourts et boissons au soja. La turbine devrait concourir à l’optimisation de
giciel de suivi qui calcule les consomma- est venue compléter les 21 m2 de pan- cette consommation grâce à une meil-
tions énergétiques de référence en fonc- neaux photovoltaïques qui étaient ins- leure connaissance des besoins énergé-
tion de différents facteurs influents tallés sur le site depuis 2006 et qui ont tiques du site.
(température, production...). Il permet de été renouvelés et doublés depuis.
détecter rapidement les anomalies de Trois ans plus tard, en décembre 2015, Utiliser l’épargne salariale
consommation d’énergie et leurs causes. une chaudière biomasse est venue en Pour financer les ombrières photovol-
En 2015, cinq sites de l’entreprise ont été renfort des deux chaudières à gaz du taïques et les futurs équipements re-
certifiés ISO 50001 pour cette gestion de site pour la production de vapeur. D’une nouvelables, Triballat mise sur le fonds
l’énergie. En parallèle, l’entreprise a fait puissance de 3,6 MW, elle couvre 70 à commun de placement d’entreprise
le choix dedévelopper les énergies re- 80 % des besoins en vapeur de l’usine. (FCPE). L’idée est de mobiliser l’épargne
nouvelables. Photovoltaïque, éolien, bio- Désormais, les chaudières à gaz exis- salariale, en lui assurant une rentabilité
masse… Son mix énergétique est pro- tantes assurent l’appoint et le secours. de 2,75 %. L’entreprise, qui vise la neu-
gressivement diversifié et décarboné. La chaleur dégagée par les fumées est tralité carbone en 2021 pour son acti-
récupérée pour l’unité de séchage. vité végétale, investit également dans
Chaleur et électricité renouve- Mais l’entreprise ne compte pas en res- les énergies renouvelables dans les
lables ter là. Des ombrières photovoltaïques exploitations agricoles avec lesquelles
En 2011, une éolienne a été installée sont installées sur 80 places de par- elle travaille.
sur le site de production de Sojasun à king. Objectif : autoconsommer au
Châteaubourg, à proximité de Rennes. maxi-mum cette production, estimée à

30 ENVIRONNEMENT & TECHNIQUE – Cahier central – Janvier 2020


adiwatt.com
02 54 23 39 90

Découvrez
les nouvelles
solutions
Janvier 2020 – Cahier central – ENVIRONNEMENT & TECHNIQUE 31

Vous aimerez peut-être aussi