Vous êtes sur la page 1sur 11

et du réel.

Orientation lacanienne III, 9. l'histoire et le réel

Ce couple, je l'ai retrouvé en fonction


aussi bien dans un écrit que dans
l'autre, à travers le temps.
Jacques-Alain Miller
Ce qu’ajoute le dernier de ces
textes, le texte ultime, c'est que, au
Troisième séance du Cours
regard du réel, l'histoire est hystoire –
ça ne s’entend pas cette substitution du
(mercredi 29 novembre 2006)
y au i, est hystoire c'est-à-dire hystérie.

III l'histoire et le réel


hystoire
hystérie

Alors j’ai donc fait quelque chose de C'est un court-circuit, mais enfin qui
très simple, pour commencer cette s'autorise de ce que vous trouvez
année, j'ai superposé deux écrits de énoncé dans « L’esp d'un laps » où on
Lacan. Cet écrit, en quelque sorte trouve cette équivalence, fait d'hystoire
ultime, la « Préface à l'édition anglaise – (fait, f-a-i-t ; d’hystoire avec un y) –
du Séminaire XI » des Quatre autant dire d'hystérie.
concepts, que j'appelle plus Donc histoire avec un i, hystoire
familièrement par son commencement avec un y, hystérie, sont bien mis en
« L’esp d'un laps », j'ai superposé cet série.
écrit à la « Réponse au commentaire Ça n'est pas un mot d’esprit sans
de Jean Hyppolite sur la Verneinung de portée puisque qu’il faut lui donner
Freud » qui est un des premiers écrits toute sa portée, pour autant que
de Lacan, qui figurait d'ailleurs dans le l'hystérie est une structure
Numéro 1 un de la revue La psychopathologique où se montre de la
psychanalyse où paraissait aussi le façon la plus pure l'incidence sur le
texte écrit de son rapport de Rome sujet de l'Autre, l'incidence de son
« Fonction et champ de la parole et du discours, l'incidence du discours de
langage. » l'Autre sur le sujet, voire l'incidence du
Et je suis les conséquences de cette désir de l'Autre.
superposition, qui s’impose, je l'espère, Cela nous porte à ce qui a été le
au fur et à mesure que je poursuis ce biais par lequel Lacan a abordé son
commentaire, et qui nous éclaire sur le enseignement de Freud, à savoir cette
biais par lequel Lacan a commencé définition de l'inconscient comme étant
d'enseigner aussi bien que sur les le discours de l'Autre.
perspectives qu'il a tracées lorsque cet Je dirais, pour marquer cette borne,
enseignement s'est interrompu, pour que la théorie de l'inconscient du
cause de décès. Il s'est interrompu une premier Lacan est pensée à partir de
année avant que le docteur ne l'hystérie, et par là-même à partir de
disparaisse. l'histoire. Il suffit à l’étudiant - il y en a
De ce que je vous ai exposé la parmi vous et il faut que je pense à eux
dernière fois, je retiens pour aussi - il suffit à l'étudiant d'ouvrir le
commencer aujourd'hui ce couple rapport sur « Fonction et champ de la
d'opposition qui n'est point encore paru, parole et du langage en psychanalyse »
me semble-t-il : l'opposition de l'histoire pour s'apercevoir que la première partie
J.-A. MILLER, - - Cours n°3 – 29/11/2006 - 2

de ce texte, qui en compte trois, exemple en vous reportant à la


signalées comme telles, la première page 261 des Écrits où Lacan formule
partie prend son départ d'une réflexion que ce que nous apprenons au sujet à
sur l'histoire. reconnaître comme son inconscient,
Lorsque Lacan paraît et fait c'est son histoire.
comprendre la façon dont il attrape Il y a là évidemment quelque chose
l'inconscient de Freud, c'est à partir qui trouble l’approche pour nous, c'est
d'une réflexion sur la discipline de qu’on serait bien en peine de trouver
l'histoire, qui, d'ailleurs, à l'époque, au par la suite chez Lacan l'idée que
début des années 50, fait parler d'elle. l'analyste apprend quelque chose à
C’est l’époque d’un renouveau des l'analysant. Bien au contraire, c'est
études historiques, trompeté par ce l'analysant qui s'apprend dans sa tâche
qu'on appelle l'École des Annales et même.
même si les références n’y sont pas, ça Mais laissons ça de côté pour
renvoie à cette architecture nouvelle, souligner que s’il est question de
donnée à la discipline de l’histoire, par reconnaissance de l'histoire par le
Braudel, Fernand Braudel, qui montre sujet, c'est qu'elle peut ne pas être
le caractère relatif, arbitraire au sens où reconnue. Et c'est ce non-reconnu qui
Saussure parle de l'arbitraire du signe, vaudrait comme son inconscient.
du découpage de l'histoire, ou de sa Je cite encore : « Le sujet, nous
vitesse. l’aidons à parfaire l’historicisation
Braudel est celui qui distingue, dans actuelle des faits qui ont déterminé déjà
l'histoire, les phénomènes de longue dans son existence un certain membre
durée, de durée moyenne et la surface de « tournants » historiques.
de l'histoire en quelque sorte immédiate [« tournants » entre guillemets]. »
et qui a ainsi, en effet, creusé le Soulignons le mot déterminé qui
continent histoire, qui a, par-là, suppose que le nom reconnu agit, sous
certainement sophistiqué l’abord de la forme de « tournants » c'est-à-dire de
l'histoire. changements de sens, d'orientation.
Cette école, avant tout française, a Cette question du sens ou de
eu ses répercussions dans le monde de l'orientation du réel, relevons que ce
la recherche au point que l'histoire a pu, sera encore ce qui occupera Lacan
à l'époque, paraître comme une dans son Séminaire du Sinthome à
discipline phare, si mon souvenir est partir de l'orientation à donner ou non
bon, quand des années plus tard aux ronds de ficelles qui sont
Michel Foucault écrivait son appareillés en nœuds borroméens.
archéologie du discours, lui-même au Parfaire, le mot y est, parfaire,
départ se recommandait de cette mise suppose qu'il y a pour le sujet des
en place différentielle, à vitesse imperfections qui s'identifient ce qu’il y
distincte, du processus historique. a pour lui d’inconscient et ce qui met à
Lacan, ça n'est pas l'histoire qu'il a l'horizon une perfection à atteindre, une
prise comme science phare, c'est la complétude, une cohérence, disons
linguistique, en ce temps-là. Il même une consistance.
n'empêche que la densité du mot Et puis nous avons cette notation
histoire est encore extrême au départ nous l’aidons, l’aide. Et, quand il est
de sa réflexion, et c'est ensuite qu'elle question de l'inconscient est histoire,
s’efface, que le nom ne revient plus une histoire à reconnaître, l'analyste est
mais ça ne fait que, à nos yeux, faire en effet dans la position d'adjuvant et
saillir davantage le poids qu'il avait pu c'est justement ce qui se trouve critiqué
lui donner. dans l'écrit « L’esp d'un laps », ce qui
Mais ce poids, marquons-le d'une se trouve éliminé quand Lacan dit des
formule qui n'a rien d'excessif, années plus tard : « pas d'amitié n'est
l'inconscient - cet inconscient de départ là qui cet inconscient le supporte. » Il
de Lacan – l’inconscient est histoire. n'est plus question, là, de « aider à
Vous en avez le témoignage par parfaire. »
J.-A. MILLER, - - Cours n°3 – 29/11/2006 - 3

Ni amitié, ni recours samaritain. individuelle. Au fond tout ce qui fait


Alors les tournants dont il est ici non-sens exige une exégèse qui en
question sont donnés par Lacan rétablit le sens et par-là même qui
comme des faits d'histoire, aussi bien surmonte l'interruption, qui surmonte
s’il s'agit d'une reconnaissance opérée l’esp d'un laps, pour obtenir la
dans un certain sens que d'une censure continuité d’un discours.
interdisant la reconnaissance, censure Cette théorie comporte aussi que
elle-même opérant dans un certain l'inconscient se déroule comme histoire
ordre. dans la communication à l'Autre. Et
Quel est le rapport au réel que d'emblée les schémas qu'implique
comporte cette définition de Lacan et qu’ensuite il explicitera sont
l'inconscient comme histoire qui dans cet ordre des schémas de la
s'appuie, il faut le dire, sur une certaine communication qui rendent compte de
évidence phénoménale ? Il y a bien la situation analytique elle-même.
dans l'expérience analytique la La situation analytique qui met en
dimension de raconter sa vie, d’en scène l'un et l'autre, l’un qui s'adresse à
raconter des épisodes et d'en distinguer l'Autre et l'Autre qui supporte la fonction
certains comme opérant des tournants, d'exégète, si l'on veut, la situation
en saisir d'autres comme opaques, analytique apparaît comme analogue à
revenir sur ces faits d'histoire, leur ce que je pourrais appeler la situation
donner des significations différentes primaire c'est-à-dire que l'histoire du
jusqu'au moment où s’étiole l'intérêt sujet est véhicule et organisée dans
pour ces moments jusqu’à l’éventuel son rapport à l'Autre.
étonnement d'avoir passé tant de Évidemment c'est très différent du
temps pour délivrer une vérité chétive. paradoxe que Lacan fait surgir à la fin
Quel rapport au réel implique cet abord de ses écrits, de ses Autres écrits où
de l'inconscient ? l'analyste apparaît comme une sorte
Elle suppose qu’émerge, pas à pas, d’intrus pour autant que l'analyse aurait
si on la voit comme complétude à commencé par être pratiquée par un
atteindre, émerge une vérité - dit Lacan solitaire, Freud.
à l’époque - dans le réel. Disons que ce Et donc dans ce texte ultime la
premier abord de l'inconscient suppose, présence même de l'analyste apparaît
dans ses différentes formulations, une comme indue alors qu’elle est incluse
suprématie du vrai sur le réel. dans le concept même de l'inconscient
quand on est au niveau de la première
vrai théorie que je déroule. C'est au point
que la théorie l'inconscient est histoire,
réel telle que Lacan l’articule dans son
rapport de Rome, cette théorie fait en
L'histoire dont il est question est, si quelque sorte s'évanouir le réel. Il
l'on veut, à vocation totalitaire, c'est-à- pousse la pointe de sa démonstration
dire qu'elle suppose qu’une opération jusqu'à établir que l'histoire est toujours
effectue une continuité, surmonte les déjà là, qu’un événement, ça n'est pas
discontinuités des lapsus ou des actes l'irruption d'un réel, l'événement c'est
manqués qui sont rapportés, le déjà, quand il arrive et quand il est
non-sens des rêves ou leur sens vécu, c'est déjà un fait d’histoire ; de
surprenant, pour obtenir une continuité telle sorte que ce que nous appelons
dans le rapport à l'Autre. histoire, dans ce contexte, c’est un
L'histoire du sujet, ainsi, c'est le nom processus, un processus d'historisation
du processus analytique, une histoire pour le sujet, mais sans qu’il y ait une
qui se constitue dans la continuité base de faits réels.
intersubjective du discours. C'est C'est pourquoi Lacan distingue dans
pourquoi Lacan peut dire à l'époque cette première partie les fonctions
que l'inconscient serait un paradoxe si primaires et secondaires de
on le rapportait à une réalité l'historisation.
J.-A. MILLER, - - Cours n°3 – 29/11/2006 - 4

Dire il y a une historisation primaire, condition de la surdétermination.


ça revient à dire : il n'y a pas de réel Et là nous avons, en évidence, le
pour le sujet, il n’y a de réel que traduit terme de loi, les lois du langage comme
en vérité, d'emblée. C'est pourquoi il métaphore et métonymie, qui opèrent
parle d’une fonction primaire de dans la chaîne symbolique et qui
l’historisation. Ces fonctions sont assujettissent le sujet à ses lois. L'écho
secondaires lorsque l'historisation est est ici direct avec la définition de
remaniée par tel ou tel tournant l’inconscient comme sans loi que Lacan
historique. Je lie cette conception, fait surgir dans son Séminaire du
extrême dans ce que Lacan énonce, Sinthome, à l'envers donc de cette
que ce qu'on appelle les faits, ça ne définition de la chaîne symbolique.
s’oppose pas à l'histoire. Et troisièmement, l'autre sujet, la
Les faits, pour ce Lacan, ne sont pas dimension de l'autre sujet, est celle du
accidentels ou factices. Il emploie là le Je intersubjectif qui est d'abord je te
mot factice au sens de l'existentialisme, parle et tu réponds ; je te questionne et
au sens de la facticité, le caractère de ma question inclut déjà ta réponse. Le
pur fait. Je intersubjectif par où la vérité entre
La valeur ultime des faits, dit-il, ne dans le réel.
se réduit pas à l’aspect brut du trauma. Cette formule la vérité entre dans le
Autrement dit, dans sa première réel, est ici ce que j'ai simplifié, de cette
percée, même le concept de trauma façon-là, suprématie du vrai sur le réel,
s'évanouit puisque l’historisation est effort pour faire entrer la vérité dans le
primaire. Un trauma c'est déjà, comme réel jusqu'à l’horizon de la complétude,
il le dit, un stigmate historique, d’où la de l'accomplissement parfait de la
définition que, deux, trois années plus vérité.
tard, il donnera de la chaîne vrai
symbolique. Chaîne symbolique, c'est
un concept forgé par lui à partir de réel
différents éléments. C'est un concept Donc la théorie de
qui déjà réunit la parole et l’histoire. Il l'inconscient-histoire a beaucoup de
donne une définition de la chaîne choses pour elle. Il n'est pas pensable
symbolique - je vous renvoie à la de l'oublier. Il ne faut pas concevoir les
page 458 des Écrits – où il distingue termes que j'utilise du premier et du
ces trois dimensions : d'abord la dernier Lacan, il ne faut pas les
dimension de l’histoire - la dimension concevoir comme une théorie
du langage et la dimension de l'autre surclassant l'autre. Ça obéit bien plutôt
sujet. à ce genre de formation qu’évoque
Première dimension : la chaîne Freud à propos de la névrose, à savoir
symbolique est histoire, histoire d'une d'une superposition et d'une
vie vécue comme histoire. Cette accumulation de théories qui se
apparente tautologie indique que la trouvent en quelque sorte co-présentes.
chaîne symbolique, dans son concept, Et aujourd'hui, quand nous écoutons un
inclue celui d'un sujet qui lie - au sens patient en analyse, quand nous
du lien - qui lie les différents moments rapportons son cas, bien entendu il y a
de ce qu'il lit, dans le sens d'en faire une dimension qui est celle de
son histoire, l'histoire de sa vie et non l'inconscient-histoire. On peut dire que
pas comme un recueil d'éléments nous retenons de la vocation totalitaire
extérieurs les uns aux autres, fermés de la théorie, en faisant voisiner ses
sur eux-mêmes, sans portée de sens différents biais.
comme l’évoque Lacan, dans « L’esp Mais alors l'inconscient-histoire, c'est
d'un laps. » un inconscient qui est de structure
Une vie vécue comme histoire. intersubjectif et c'est pourquoi la
Deuxièmement le langage. Lacan dit psychanalyse opère, parce qu'elle met
précisément sugétion – s-u-g-é-t-i-o-n – en scène une intersubjectivité si l'on
sugétion aux lois du langage, comme veut artificielle, artificieuse, qui répète
J.-A. MILLER, - - Cours n°3 – 29/11/2006 - 5

les conditions mêmes de la constitution subjectif, sémantique, de la vérité.


de l'histoire et qui permet donc de Pour être historisé, et c'est en ça
parfaire ses imperfections. que Lacan va plus loin que dans son
L'interprétation est supposée délivrer « Rapport de Rome », pour être
un sens continu et son opération obéit historisé, un élément doit avoir été
aux lois du langage. Donc on s'y symbolisé. Il n’y a d'historisation
retrouve toujours en se référant aux primaire que s'il y a symbolisation
éléments signifiants du langage et à primaire.
leurs types de connexions possibles, de Et, en s’appuyant sur la lettre du
connexions et de condensations texte de Freud, sur les mots que Freud
possibles. On peut ajouter que emploie, il déduit que dans
l'opération obéit aussi aux lois de la l'hallucination revient un contenu qui n'a
parole, c'est-à-dire à la loi de la pas été symbolisé, qui a échappé à la
reconnaissance, l’accueil que l'Autre symbolisation primaire et qui par-là est
fait à ce que je dis a une incidence la inhistorisable. Il y a là une limite qui est
plus profonde sur l'entrée de la vérité tout à fait absente de la première
dans le réel et - ça n'est que redire le présentation par Lacan de l'inconscient-
mot d'intersubjectif dans le cadre de histoire.
l'analyse - cet inconscient est Dans son « Rapport de Rome »,
transférentiel. l'historisation a l’air toute puissante,
Tout change du tout au tout lorsque comme si elle pouvait résorber sans
nous essayons d'élaborer la théorie de reste par le vrai le réel. L'hallucination
l'inconscient du dernier Lacan. Et, pour met au contraire en scène le
le dire de la façon la plus simple, c'est comportement, lui non assujettit, d'un
une théorie qui n'est pas élaborée à élément qui n'est pas tombé sous la
partir de l'hystérie et de l'histoire mais légalité de la chaîne signifiante.
bien plutôt de la psychose. C'est ainsi Les termes pour l’exprimer, pour
qu'il y a une bascule ou un tournant reprendre la Ververfung freudienne,
historique dans l'enseignement de pour la traduire, c'est expulsion, refus,
Lacan. retranchement, forclusion, et l'ensemble
On en a après tout l'indication est organisé ainsi. Notre tableau
discrète dans l’écrit « L’esp d’un laps » histoire et le réel. Histoire ça suppose
quand Lacan évoque ce que lui a qu'il y a une symbolisation primaire et
imposé Freud, à lui jeune psychiatre, à alors la négation prend la forme du
savoir le personnage qu'il a baptisé refoulement, tandis que est réel ce qui
Aimée, dans sa thèse de psychiatrie. a subi l'opération de la forclusion et
C'est l'indication qu'au fond, avant ses ainsi à l'hystérie disons que nous
constructions de l'inconscient-histoire, il mettons en face psychose.
était entré dans la théorie de Freud par
le biais de la psychose.
C'est déjà ce qui justifie que je sois
allé chercher le calque de son dernier l'histoire et le réel
texte dans ce qu’il présente dans le
« Commentaire de la Verneinung », à hystoire
savoir l'hallucination du doigt coupé de hystérie psychose
l’Homme aux loups.
L'hallucination, telle qu'elle est
refoulement forclusion
abordée par Lacan alors, on peut dire
qu'elle met en question le primaire de
l'historisation. Elle met le doigt sur la On peut d'ailleurs, dans le même
faille, sur une faille dans l'historisation mouvement, inverser le schéma que
primaire. j'indiquais ici et dire que l'hallucination,
L'hallucination est ici présentée c'est au contraire la marque d'un réel
comme un phénomène qui échappe à qui surmonte le vrai, qui se marque
l’histoire et au remaniement historique,
J.-A. MILLER, - - Cours n°3 – 29/11/2006 - 6

irréductible au vrai et, disons, un réel parler, là, la relation du sujet à l’être,
qui émerge dans le vrai. c'est l'ouverture et pour qu'il y ait
ouverture à l’être, il faut qu’il y ait
réel symbole. Disons que, pour ce qui est
du monde, il s'agit d'une construction
vrai qui s’opère dans l'ouverture à l’être.

L'hallucination, au fond, est le


phénomène, la manifestation, d'un réel être = monde
émergeant dans la vérité.
Il y a un autre couple d'oppositions
qu'il faudrait aussi situer et qui figure, ouverture construction
qui est présent en tout cas dans le
commentaire de Lacan, c'est la
différence entre l’être et le monde, ici En tout cas c'est au point que Lacan
évoque le débat de la pensée de
l'existence, c'est-à-dire de
être = monde l'existentialisme, pour l'appeler par son
nom, où il voit une parade de la
en référence au débat philosophique de méditation de l’être, il voit dans
l'époque où Lacan propose d'être plutôt l'existentialisme sartrien, merleau-
du côté de Heidegger par rapport à pontien, une parade à la méditation
Sartre. heideggerienne de l’être qui confond en
Je ne suis pas venu là, il évoque le quelque sorte l’être et le monde, si je
nom de Merleau-Ponty dans son puis dire.
commentaire, et il est certain que la Dans la même veine, il vante chez
façon dont il construit sa première Freud, ce qu'il ne fera jamais par la
doctrine de l'hallucination se fait en suite dans ces mêmes termes, il vante
rapport avec l'analyse chez Freud une appréhension
phénoménologique de l'hallucination et métaphysique des problèmes. Il faut
même plus largement de la perception. entendre ici, c'est un usage un peu
Il emploie d'ailleurs les termes lâche du terme métaphysique mais
phénoménologique de noèse et de enfin qu’on se reporte, on ne reste pas
noème, la noèse qui est l’intentionnalité confiné dans la construction du monde
du côté du sujet, le noème qui est le mais on essaye de retrouver l'ouverture
contenu de l'hallucination et c'est ce native à l’être qui est déjà, qui est sur la
qu'il développera dans la première frontière, qui est limite par rapport au
partie de son texte « D’une question monde.
préliminaire à tout traitement possible
de la psychose », qui est au moins en
partie un dialogue avec le début de <
L’être et le néant de Sartre, Sartre qui être = monde
essaye d’exposer Husserl à partir de la
phrase de Berkeley esse est percipi –
être c’est être perçu et qui met en place ouverture construction
une batterie de termes comme le
percipiens et le perceptum, et c’est les
termes que vous retrouvez utilisés par Alors, comme je l'ai souligné la
Lacan dans sa « Question dernière fois et je le répète,
préliminaire. » l'hallucination, quand Lacan l'amène,
Alors, être et monde, en tout cas la c'est au titre de ce qu'elle est distinguée
différence est marquée par Lacan, des phénomènes interprétatifs, c'est-à-
quand il oppose la relation du sujet à dire que l'hallucination est sans Autre.
l’être et la relation du sujet au monde, Elle n'est pas faite pour un Autre, elle
disons que ce qui est à proprement n’est pas déterminée par le discours de
J.-A. MILLER, - - Cours n°3 – 29/11/2006 - 7

l'Autre, elle est par-là même insituable, refoulé.


elle n'est pas au site de l'Autre. Alors, l'exemple, enfin la
Rappelons que, en revanche, la construction de Freud repose sur le
paranoïa est établie sur un solide concept de castration et ce qu'il
rapport au lieu de l'Autre et même, impliquerait d'une menace sur l'organe
comme Lacan le dira plus tard, consiste génital et il pose que, pour l'Homme
à identifier la jouissance au lieu de aux loups, c'est comme si la castration
l'Autre, et donc l'Autre y apparaît n'avait jamais existé, comme si elle
éminemment actif et la paranoïa par avait été retranchée de l'ouverture à
là-même comme pouvant donner son l’être, pour traduire, comme si son
support à ce qu'il est du lien social, inconscient ne connaissait que la
alors que l'hallucination émerge hors théorie sexuelle de la phase anale.
lieu de l'Autre. Et donc, là, se fonde la différence de
Ici, dans la description que reprend l'histoire où le retour du refoulé
Lacan à partir de Freud et de s'accomplit et du réel comme le
l'hallucination, il n'y a pas d'histoire domaine de ce qui subsiste hors de la
vécue, d'une vie vécue comme histoire. symbolisation.
Au contraire : c'est un événement là
sans corrélat où les corrélations
apparaissent, quand elles apparaissent, ics
comme un bric-à-brac rassemblé pour
couvrir l'hallucination, sur le mode du refoulé, son retour
dans le
souvenir-écran. L'hallucination n'obéit
pas aux lois du langage, que ce soit la réel
connexion ou la substitution et elle
apparaît comme indépendante du jeu forclos histoire
intersubjectif.
Donc si l'on veut ici distinguer deux
domaines, comme le terme de
forclusion déjà l'implique, nous avons
d'un côté l'inconscient, où est tapi le Et ici nous avons, de la même façon
refoulé et le retour du refoulé, le refoulé que je dis l’histoire on peut dérouler les
et son retour, son retour dans la même différents termes du sens, des lois du
dimension de l'histoire, avec ses langage, etc., tandis que de l'autre coté
rétroactions signifiantes, et de l'autre nous avons un réel qui est coupé de la
coté nous avons le X dans le réel, qui parole, un réel qui n'attend rien de la
est forclos, qui n'obéit pas aux lois, ce parole, dit Lacan, et qui, c'est son
qui fait qu’il est en quelque sorte situé expression en italique cause tout seul.
comme un fait de non-symbolisation. Nous avons dans cette expression le
tout seul auquel nous savons
ics maintenant donner sa valeur. C'est un
adjectif qui signale que nous ne
refoulé, son retour sommes pas dans l'hystoire, nous ne
dans le sommes pas dans l’hystérie, nous ne
réel sommes pas dans l’un et l’autre, nous
sommes au contraire du côté du
forclos histoire solitaire, un réel qui cause tout seul et
Lacan ajoute même, c’est quelque
chose où nous pouvons entendre le
bruissement du Séminaire du
C'est une interruption, si l'on veut, Sinthome, un bruit où l'on peut tout
mais dont on ne peut rétablir la entendre.
continuité. Et en quelque sorte nous avons, ce
Là, « l’esp d'une hallucination », serait dire que le symbolique est bien là
comme tel n'a pas la structure du dans le réel mais il l’est sous la forme
J.-A. MILLER, - - Cours n°3 – 29/11/2006 - 8

purement matérielle du sonore, un son aussi donner toute sa valeur à ce


sans le sens, un bruissement laisser tomber], il se laissa tomber sur
précisément, avant que ne s’élèvent les un banc et demeurera ainsi, incapable
constructions qu'il autorisera puisque de jeter un regard de plus sur son doigt.
on peut tout y entendre. À la fin, il se calma, regarda bien son
Alors ça n'est pas dans l'expérience, doigt, et - voyez-vous ça ! - il était tout à
que je vais relire tout de même. fait indemne. »
L'expérience ne témoigne pas d'un Voilà le récit de Freud, donc, dont
signifiant qui manque, contrairement au Lacan fait valoir tous les éléments et
phénomène bien connu analysé par qui essaye, il essaye aussi Lacan de
Freud de l'oubli du nom, ce n'est pas un cerner le sentiment étrange où le sujet
signifiant qui manque, c'est au contraire est là comme engouffré.
une signification, tellement étrange que Alors sa construction, c'est une
le sujet ne peut pas à proprement construction c'est-à-dire qu'elle est un
parler la communiquer à l'Autre, peu à distance du matériel et en même
spécialement à l'Autre qui est là à ses temps elle a bien sûr sa valeur, sa
côtés, comme je l'ai évoqué la dernière construction repose sur le rapport au
fois. temps dont témoigne cette expérience
Vous pouvez quand même relire de l'hallucination.
page 389 : le sujet lui raconte en effet - Lacan le voit comme pris, il accentue
à Freud - que « quand il avait cinq ans, l'aspect de discontinuité temporelle.
il jouait dans le jardin à coté de sa l’esp d’un laps temporel. donc le
bonne et faisait des entailles dans caractère d'abîme temporel. Il le
l’écorce d’un de ces noyers (dont on présente comme un entonnoir temporel
sait le rôle dans son rêve) [c’est le où le sujet se trouverait entraîné et ne
noyer sur lequel apparaissent les loups ferait que dans un temps second retour
du rêve de l’Homme aux loups]. Il à ce qu'il appelle la surface du temps
faisait des entailles dans l’écorce d’un commun. Et donc en définitive, il
de ces noyers. Soudain [soudain, accentue le caractère extra-temporel du
remarquable, c’est une certaine rupture sentiment lié à cette expérience de
temporelle] - soudain il remarqua, avec l'hallucination.
une terreur impossible à exprimer – On a en effet, on pourrait dire qu'il y
[voilà le mutisme qui frappe le sujet a un temps qui est à mettre du côté de
quand émerge le réel] - avec une l'histoire, pas seulement chronologique
terreur impossible à exprimer, [oui, mais le temps qu'on vit dans la
Lacan dit même exactement mutisme continuité de son existence de l’histoire,
atterré, mais en prenant atterré comme un temps continu, et là nous avons une
une dérivation de terreur, on sait qu'il l’a sorte d'extra-temps, qui est le temps
commenté dans son Séminaire] même de l'interruption en quelque sorte
Soudain, il regroupe marqua, avec une temporelle, l’interruption du flux
terreur impossible à exprimer, qu'il temporel.
s'était sectionné le petit doigt de la main
(droite ou gauche ? Il ne le sait pas) et
que ce doigt ne tenait plus que par la ics
peau. Il n'éprouvait aucune douleur,
refoulé, son retour
mais une grande anxiété. Il n'avait pas dans le
le cœur de dire quoi que ce soit à sa réel
bonne [ça, ce qui est exprimé d'une
façon psychologique, c'est la coupure forclos histoire
avec l'Autre, que là on est dans une
dimension retranchée du vœu extra-temps temps
intersubjectif]. Il n'avait pas le cœur de
dire quoi que ce soit à sa bonne qui
n'était qu’à quelques pas de lui ; il se C'est ainsi que Lacan note que le
laissa tomber sur un banc [il pourrait
J.-A. MILLER, - - Cours n°3 – 29/11/2006 - 9

sujet pense avoir déjà raconté cette ics


histoire et donc il n’arrive pas à la situer
dans le temps précisément, et donc un refoulé, son retour
dans le
déjà raconté. En revanche il avait déjà
réel
raconté en effet plusieurs fois l'achat
d'un couteau de poche qu'il avait forclos histoire
demandé à son oncle, donc on
suppose que c'est de là que vient extra-temps temps
l'élément déjà raconté, de la même
façon que le noyer est sans doute réminiscence remémoration
emprunté - en un second temps - le
noyer est emprunté à l’arbre des loups.
Il y a remémoration quand un
D’où aussi Lacan rapproche le déjà
élément retrouve son articulation
raconté du déjà vu et tente de situer
symbolique. Alors que Lacan appelle
ces phénomènes comme des
réminiscence, avec son corrélat de
phénomènes de frange dus à l’irruption
sentiment d’irréalité, le moment ; « le
du réel de l'autre coté de la cassure.
sentiment d’irréalité répond, dit-il, aux
Lacan dit : L’écho imaginaire [alors
formes immémoriales qui apparaissent
imaginaire parce que là le sujet peut
sur le palimpseste de l'imaginaire. »
dire : j’ai déjà raconté, j'ai déjà vu],
Alors, formes immémoriales, c'est à
l’écho imaginaire qui surgit en réponse
entendre ici nous sommes dans un
à un point de la réalité qui apparaît à la
registre différent de celui de la
limite où il a été retranché du
mémoire. Nous sommes au contraire
symbolique.
dans quelque chose qui est déjà là tout
Comme si ça naissait à la limite de
seul. Ces formes immémoriales qui
la forclusion, un phénomène de frange
apparaissent quand le texte
et ces phénomènes de frange, il les
s'interrompant [donc là hors du texte
développera d’une façon beaucoup
symbolique], quand le texte
plus précise plus tard à partir du cas du
s’interrompant laisse à nu le support de
président Schreber et des descriptions
la réminiscence.
que lui-même donne de ces
Et donc le support de la
phénomènes de frange.
réminiscence, c'est qu'alors le sujet ne
C'est là que Lacan distingue
peut pas élaborer une vérité à partir de
précisément le sentiment de réalité et le
son expérience. Pourquoi ce terme de
sentiment d’irréalité et qu’il oppose les
réminiscence avec son écho
deux registres de la remémoration et de
platonicien ? C’est que Platon place
la réminiscence, comme je l'ai signalé
précisément la réminiscence comme le
la dernière fois et qu'il reprend dans
rapport avec ce qui est éternel, avec ce
son Séminaire du Sinthome.
qui est hors temps. Et c’est ici comme
Alors, voilà. Le sentiment de réalité -
si venait à nu, une fois débarrassées
sentiment de réalité pris dans cette
les articulations symboliques, comme si
définition plus étroite d'un sentiment de
venait à nu l'extra-temporel lui-même.
réalité à propos d'un souvenir oublié et
Et donc ça n'est pas une
qui revient et dont on se dit c'est
remémoration puisqu'on n’arrive pas à
comme ça, c'était comme ça.
le resituer, sinon à appeler le bric-à-
Ce sentiment de réalité est ressenti
brac des petites anecdotes qu'on a pu
comme tel c'est-à-dire se produit à
raconter ou du rêve qu'on a fait, mais il
l'intérieur du texte symbolique qui
y a nu, ce qui n’est ni une vérité ni non
constitue le registre de la
plus un mensonge mais un réel pur et
remémoration. Sur notre petit schéma,
simple.
la remémoration est ici.
Je trouve que ces deux termes
trouvent bien à se répartir et que sur ce
schéma et comme je l'ai dit, ils sont
amenés par Lacan des années plus
J.-A. MILLER, - - Cours n°3 – 29/11/2006 - 10

tard lorsque il essaye de situer son favori des cervelles fraîches. Lacan y
invention du réel comme une invention, voit comme l’irruption dans le réel de ce
une réponse symptomatique à Freud. qu'il faut supposer être un rapport oral
De la même façon, ici, Lacan forclos.
distingue - ça a été repris - le Ça n’est jamais ici que décalé par
schizophrène et le paranoïaque. Le rapport à la définition de l'hallucination
schizophrène, dit-il, chez le et il est certain que là, même si le sujet,
schizophrène tout le symbolique est lui, ignore ce dont il s'agit, dans sa
réel. Ce qu'il faut entendre ici que c'est compulsion, il est certain que ça reste
comme si tout le symbolique était hors lié de toutes les façons possibles aux
la symbolisation, c'est-à-dire qu'il y a un articulations symboliques du cas.
niveau où le symbolique cesse de faire L’acting-out n’a tout de même pas la
sens, où le symbolique cesse de faire dimension de l'hallucination. C'est une
histoire, où le symbolique est au niveau simili hallucination, si je puis dire.
du bruit où l'on peut tout entendre. Lacan termine en récusant ce à quoi
C’est un collaps des deux dimensions : il faut donner son poids aussi,
le symbolique s’effondre sur le réel. l'assimilation de l'analyse des
Tandis que chez le paranoïaque, Lacan résistances à l’analyse des défenses et
retrouve opérant la rétroaction c'est-à- on saisit que ce qui s'appelait
dire ce phénomène, ce mécanisme résistance est de ce côté-ci ; la
signifiant qui permet les tournants résistance est intérieure à la chaîne
historiques. Une rétroaction de telle symbolique, alors que ce qui concerne
sorte que les phénomènes la défense concerne bien plutôt
élémentaires, dit-il, sont seulement pré- l'orientation fondamentale du sujet à
signifiants. l'endroit d'un élément qui n'est pas
Dire sont seulement pré-signifiants signifiant.
c'est-à-dire qu’ils sont déjà en attente De la même façon nous savons, in
du signifiant qui les fera fonctionner et fine, la différence que Lacan à l’époque
qui permettront la construction d'un fait entre les symptômes qui sont
délire. construits dans la dimension
Le paranoïaque, précisément parce inconsciente-historique et les pulsions,
que chez lui le rapport à l'Autre là est dont la pulsion orale de l’Homme aux
maintenu et d'emblée obéit aux cervelles fraîche, les pulsions qui, elles,
structures de l'inconscient-histoire, et seraient au contraire du côté de la
les phénomènes élémentaires - Lacan relation du sujet au réel.
dit : ils sont seulement pré-signifiants,
ça veut dire ces phénomènes
élémentaires ne sont pas du réel au pulsion symptôme
sens qu'il a développé, ils ne sont pas
coupés du symbolique, ils sont au
défense résistance
contraire présents dans le symbolique ics
comme appelant un sens à venir que refoulé, son retour
leur donnera la connexion avec un dans le
autre signifiant. réel
Cette analyse de l'hallucination, qui
est une des choses les plus forclos histoire
fondamentales de l'enseignement de
Lacan, un des concepts fondamentaux extra-temps temps
de son enseignement, est complétée
par une analyse de l’acting-out, où ce réminiscence remémoration
qui joue le rôle d’éléments retranchés,
c’est une relation orale, dans le cas de
l’Homme des cervelles fraîche, celui Alors cette – oui, je m'aperçois que
hanté par la question du plagiat qui, au j'ai épuisé maintenant mon temps
sortir de l'analyse, va déguster son plat
J.-A. MILLER, - - Cours n°3 – 29/11/2006 - 11

d'aujourd'hui - ça me permettra de vous dernier texte - avant tout par la


renvoyer à la construction de Lacan satisfaction qu'elle apporte au sujet,
dans le Sinthome et toujours à ce parce qu'il ne reste rien d'autre, n'est-ce
chapitre clé, le chapitre IX, « De pas, à partir du moment où on a minoré
l'inconscient au réel », où il indique l’aspect communicationnel et
exactement ce qu'il attend de la transférentiel de l'analyse.
métaphore de la chaîne borroméenne, Le premier Lacan pouvait parler
à savoir qu'elle vient pour lui à la place d'une satisfaction, la satisfaction de
de la métaphore freudienne de chacun intégrée dans la satisfaction de
l'énergétique. tous. C'est ce qui lui paraît aujourd'hui,
Et c'est ce qu'il s'agit de développer, lorsqu’il écrit son petit texte, qui lui
et que vous avez aussi ici la différence paraît au fond futile et artificiel.
qui revient de la réminiscence et de la Cet inconscient, l’inconscient de la
remémoration et la remémoration est vérité menteuse, on peut dire que c'est
bien située du côté des réseaux une élucubration de savoir. Comme le
signifiant, des chaînes qui se forment disait Lacan dans le Séminaire Encore,
du symbolique, alors que la une élucubration de savoir sur la
réminiscence est laissée ici en blanc. langue, dans la mesure où lalangue -
Vous noterez tout de même, en un mot - c'est la chaîne symbolique
page 131, qu’au moment où il prononce et ses trois dimensions réduites au réel,
cette leçon, Lacan n'a pas encore osé réduites au bruit que ça fait, si je puis
dire l'inconscient comme réel. Il place dire. Le bruit où l'on peut tout entendre.
au contraire l'inconscient de la même Et c'est dans cette mesure que
façon que jadis, il le place encore de ce l'inconscient transférentiel, l'inconscient
côté-ci, il ne l'appelle pas un qui s'élabore dans une analyse, on peut
inconscient-histoire, c’est l’inconscient- dire que c'est une élucubration de
savoir et qui reste relié au couple S1-S2 savoir sur le réel.
et à ses remaniements, un inconscient Voilà.
comme interprété et c'est seulement
dans un moment d'après-coup qu’il en Alors la semaine prochaine nous
viendra à poser l'inconscient comme verra à l'amphithéâtre T.
réel, c'est-à-dire une autre dimension
que celle-ci. À bientôt.

pulsion symptôme
défense résistance Fin du Cours III de Jacques-Alain Miller
ics savoir du 29 novembre 2006
refoulé, son retour
dans le
réel
forclos histoire
extra-temps temps
réminiscence remémoration

Pour finir d’un mot, c'est précisément


parce que l'inconscient peut être
considéré comme réel que Lacan
définit la fin de l'analyse - dans son