Vous êtes sur la page 1sur 97

Le

combat spirituel
Le quartier général: les lieux célestes
le champ de bataille: nos esprits!

Derek Prince
ISBN 978-2-911537-26-2
Originally published in English under the title "Spirituel
Warfare".
French translation published by permission of Derek Prince
Ministries International USA, P.O. Box 19501, Charlotte,
North Carolina 28219-9501, USA.
Copyright 1987 by Derek Prince. All rights reserved.
Copyright French translation August 1999 by DPM
International. All rights reserved.
Traduit par Patrick Wright.
Aucun extrait de cette publication ne peut être reproduit ou
transmis sous une forme quelconque, que ce soit par des
moyens électroniques ou mécaniques, y compris la
photocopie, l'enregistrement ou tout stockage ou report de
données sans la permission écrite de l'éditeur.

Sauf autre indication, les citations bibliques de cette


publication sont tirées de la traduction Louis Segond
"Nouvelle Edition".
Publié par Derek Prince Ministries France, année 1999.
Dépôt légal: 3e trimestre 1999.
Deuxième impression 3e trimestre 2000.
Troisième impression 1e trimestre 2003.
Quatrième impression 3e trimestre 2005.
Cinquième impression 3e trimestre 2008.
Sixième impression 1e trimestre 2011.
Couverture faite par Damien Baslé, www.damienbasle.com
Imprimé en France par IMEAF, N° d’impression : 92040
Pour tout renseignement:
DEREK PRINCE MINISTRIES France
9, Route d'Oupia, B.P.31, 34210 Olonzac FRANCE
tél. (33) 04 68 91 38 72 fax (33) 04 68 91 38 63
E-mail info@derekprince.fr * www.derekprince.fr
Du même auteur:
Bénédiction ou malédiction: à vous de choisir!
Ils chasseront les démons
Protection contre la séduction
Les actions de grâces, la louange et l'adoration
Votre langue a-t-elle besoin de guérison?
Le flacon de médicament de Dieu
Le mariage: une alliance
Dieu est un Faiseur de mariages
Le plan de Dieu pour votre argent
La série des fondements de la foi, vol. 1, 2 et 3
Le Saint-Esprit, oui! Mais...
La destinée d'Israël et de l'Eglise
La sorcellerie, exposée et vaincue
Maris et pères
Si vous désirez le meilleur de Dieu
Perles de la Parole
Les eaux amères de la vie
Pèlerinage à travers l'épître aux Romains
Parcourir le pays des promesses de Dieu
Et autres (2011 93 titres). A commander chez
l'éditeur, ou chez votre diffuseur habituel.
Ecrivez à notre adresse pour recevoir un
catalogue de tous les livres et de toutes les
cassettes de Derek Prince et pour recevoir
gratuitement les lettres d'enseignement et de
liaison, quatre fois par an (France et DOM/TOM
seulement):
DEREK PRINCE MINISTRIES France
9, Route d'Oupia, B.P.31, 34210 Olonzac FRANCE
tél. (33) 04 68 91 38 72 fax (33) 04 68 91 38 63
E-mail info@derekprince.fr * www.derekprince.fr
Le combat spirituel

Table des matières

Première partie: La nature du conflit

1. Deux royaumes opposés page 5


2. Le quartier général de Satan page 11
3. Bataille d’ange page 17
4. Les armes et le champ de bataille page 23
5. Le fondement de notre victoire page 27

Deuxième partie: Notre armure défensive

6. L’armure complète de Dieu page 33


7. La ceinture de la vérité page 37
8. La cuirasse de la justice page 39
9. Les chaussures de la préparation
que donne l’Evangile de paix page 45
10. Le bouclier de la foi page 49
11. Le casque du salut page 53
12. L’épée de l’Esprit page 59
13. La partie à découvert page 63

Troisième partie: Les armes d’attaque

14. Passer à l’attaque page 65


15. La prière comme arme page 71
16. La louange comme arme page 77
17. La prédication comme arme page 83
18. Le témoignage comme arme page 91
Première partie:

La nature du conflit

Chapitre 1

Deux royaumes opposés.

Le Nouveau Testament contient de nombreuses illustrations


représentant le peuple de Dieu. Par exemple, dans l’épître aux
Ephésiens, ce dernier est dépeint comme assemblée
législative, comme famille, comme temple et comme épouse
de Christ. La dernière image qu’on y trouve, cependant, est
celle d’une armée.

Cette armée est engagée dans un combat aux proportions


planétaires, touchant et impliquant chaque partie de cette terre
sur laquelle nous vivons. En fait, le terme "planétaire" décrit
mal l’ampleur d’un conflit qui englobe non seulement la terre,
mais s’étend au delà, jusque dans les cieux. L’adjectif
"universel" montre mieux l’ampleur de ce conflit qui
comprend toute la création.

Le passage de la Bible qui présente le plus clairement ce


conflit et en décrit sa nature est celui d’Ephésiens 6:10-12. Je
commence avec la traduction Darby, pour ensuite la comparer
à d’autres versions.

Au reste, fortifiez-vous dans le Seigneur et par sa


force souveraine. Revêtez-vous de l'armure complète
de Dieu, afin de pouvoir tenir ferme contre les
manœuvres du diable.

5
Paul considère comme normal, pour nous chrétiens, d’être
engagés dans un conflit pour lequel il nous faut des armes
bien choisies. L’adversaire est le diable en personne. Au
verset 12, il donne plus de détails sur ce conflit.

Car nous n’avons pas a lutter contre la chair et le


sang, mais contre les principautés, contre les
pouvoirs, contre les dominateurs des ténèbres
d’ici-bas, contres les esprits du mal dans les lieux
célestes.

Dans la version Segond, il est dit:

Car nous n’avons pas a lutter contre la chair et le


sang, mais contre les dominations, contre les
autorités, contre les princes de ce monde de ténèbres,
contres les esprits méchants dans les lieux célestes.

La Transcription Moderne, qui est plutôt une version


paraphrasée, dit:

Nous n’avons pas à lutter uniquement contre notre


nature terrestre, ni contre de simples ennemis
mortels, mais contre les puissances occultes, contre
une organisation spirituelle satanique, contre les
dictateurs invisibles qui, dans les ténèbres, veulent
contrôler et régir notre monde, contre la légion des
esprits démoniaques dans les sphères surnaturelles,
véritables agents du quartier général du mal.

Quelle que soit la version choisie, il est évident que nous


chrétiens, sommes engagés dans un conflit colossal dépassant
notre compréhension.
J’ai médité sur ce passage d’Ephésiens 6:12 dans la version
originale grecque tant de fois que j’en suis arrivé à produire
6
ma propre paraphrase; qu’on pourrait appeler la version
Prince.

Car notre partie de lutte n’est pas contre la chair et le


sang, ni contre des personnes physiques mais contre
les dirigeants de divers territoires, établis par ordres
décroissant d’autorité, contre les dominateurs
planétaires des ténèbres présentes, contre les forces
spirituelles du mal dans le monde céleste.

Permettez-moi d’expliquer pourquoi j’ai choisi certains de


ces mots. Je dis "les dirigeants de divers territoires, établis par
ordres décroissant d’autorité" car cela dépeint un royaume
hautement structuré et bien organisé, avec des ordres
décroissants d’autorité, ainsi que divers princes et sous
princes étant responsables de différentes parties du territoire.
J’ai utilisé le mot dominateur parce que cela décrit si bien la
façon dont Satan traite l’humanité.

Remarquez que toutes les versions, à part la Transcription


Moderne, soulignent que le quartier général de ce royaume
bien organisé se trouve dans les lieux célestes.

Voici quelques points à tirer de ce passage d’Ephésiens 6:12.


Tout d’abord, le conflit concerne tous les chrétiens, et pas
seulement un groupe particulier comme les missionnaires, les
pasteurs et les évangélistes. De nombreux chrétiens ne l’ont
pas compris de cette façon.

On peut dire que la plupart des chrétiens ponctuent mal ce


verset. Ils lisent "Car nous n’avons pas à lutter - point final."
En d’autres mots, nous n’avons qu’à nous asseoir sur les
bancs d’église et chanter des cantiques. Cependant, ce que
Paul dit, c’est que nous sommes dans une partie de lutte, mais
pas contre la chair et le sang.
7
L’usage de l’expression "partie de lutte" est importante. La
lutte est le genre de combat le plus intense qui soit, entre deux
individus. Chaque partie du corps, toutes les techniques et les
ruses sont à utiliser dans le but de gagner. C’est un combat
total.

Satan est à la tête d’un royaume très bien organisé, avec


divers territoires et niveaux d’autorité et dont le quartier
général se trouve dans les lieux célestes. Ceci est stupéfiant,
mais clair.

Que Satan ait un royaume bien organisé étonne certains.


Pourtant, la parole de Dieu y fait clairement référence à de
nombreuses reprises. L’incident suivant nous est rapporté
dans Matthieu 12:22-28 à propos du ministère de Jésus. Ce
dernier avait guéri un démoniaque aveugle et muet, en
chassant l’esprit mauvais.

Toute la foule hors d’elle même disait: N’est ce pas là


le Fils de David? Les Pharisiens l’ayant appris,
dirent: Cet homme ne chasse les démons que par
Béelzébul, prince des démons.

Béelzébul signifie, littéralement, "seigneur des mouches". Ce


titre appartient à Satan en sa capacité de prince des démons,
ces derniers sont comparables aux domaines tout entier des
insectes. Jésus répond aux Pharisiens:

Comme Jésus connaissait leurs pensées, il leur dit:


Tout royaume divisé contre lui-même est dévasté et
toute ville ou maison divisée contre elle-même ne
peut subsister. Si Satan chasse Satan, il est divisé
contre lui-même, comment donc son royaume
subsistera-t-il?

8
Nous pouvons clairement en conclure, premièrement, que
Satan a un royaume, deuxièmement, que ce royaume n’est pas
divisé, mais bien organisé, et troisièmement, qu’il n’a pas
encore été renversé, mais est encore en place. Jésus continue:

Et si moi, je chasse les démons par Béelzébul, vos fils


par qui les chassent-ils? C’est pourquoi ils seront
eux-mêmes vos juges. Mais, si c’est par l’Esprit de
Dieu, que moi, je chasse les démons, le royaume de
Dieu est donc parvenu jusqu’à vous.

Jésus parle ici d’un autre royaume, celui de Dieu. Il décrit tout
particulièrement un moment où le conflit entre ces deux
royaumes se fait au grand jour. Il dit que nous savons que le
royaume de Dieu est arrivé lorsqu’il chasse les démons par
l’Esprit de Dieu. Le sous-entendu est que le ministère de la
délivrance démoniaque fait sortir au grand jour les forces de
Satan, et démontre la supériorité du royaume de Dieu, car
c’est par l’autorité de ce royaume que les démons sont
chassés. En dernière analyse, il y a deux royaumes en
opposition: le royaume de Dieu et le royaume de Satan.
Paul dit encore dans Colossiens 1:12-14:

Rendez grâces avec joie au père qui vous a rendus


capables d’avoir part à l’héritage des saints dans la
lumière. Il nous a délivré du pouvoir des ténèbres et
nous a transporté dans le royaume de son fils
bien-aimé, en qui nous avons la rédemption, le
pardon des péchés.

Notez à nouveau qu’il y a deux pouvoirs, deux royaumes. Il y


a le royaume de lumière, où nous trouvons notre héritage,
mais il y a aussi le pouvoir des ténèbres. Le mot pouvoir est la
traduction du mot grec exusia, signifiant "autorité" En
d’autres mots, Satan a de l’autorité, qu’on le veuille ou non. Il
9
est le chef d’un royaume reconnu par la Bible. Ainsi, ces deux
royaumes sont engagés dans un combat mortel, qui atteint son
apogée actuellement alors que cette ère s’achève.

* * * * * * *

10
Chapitre 2

Le quartier général de Satan

Dans Ephésiens 6:12, Paul montre clairement que nous,


chrétiens, sommes engagés dans une lutte à mort contre un
royaume bien organisé, peuplé d’êtres spirituels malveillants
et rebelles et dont le quartier général se trouve dans le
royaume céleste.

L’usage de l’expression "monde céleste" pose un problème


dans l’esprit de chrétiens. Si Satan a été jeté hors des cieux il y
a de cela bien longtemps, comment se fait-il qu’il à encore
une place dans le monde céleste?

Je répondrai à cette question en faisant remarquer certains


passages qui décrivent des événements qui se sont déroulés
longtemps après la rébellion de Satan et son exclusion par
Dieu. Ces passages montrent que Satan pouvait encore
accéder à la présence de Dieu dans les cieux au moment décrit.
Job 1:6-7:

Or, les fils de Dieu vinrent un jour se présenter


devant l’Eternel, et Satan vint aussi au milieu d’eux.
L’Eternel dit à Satan: D’où viens-tu? Satan répondit
à l’Eternel: De parcourir la terre et de m’y
promener.

Un incident presque identique est rapporté dans Job 2:1-2:

Or, les fils de Dieu vinrent un jour se présenter


devant l’Eternel, et Satan vint aussi au milieu d’eux
se présenter devant l’Eternel. L’Eternel dit à Satan:
D’où viens-tu? Satan répondit à l’Eternel: De
11
parcourir la terre et de m’y promener.

Ainsi, à l’époque de Job, Satan pouvait encore entrer


directement dans la présence de l’Eternel. Lorsque les anges
de Dieu vinrent se présenter devant lui, Satan était là parmi
eux. Ce passage semble indiquer que les autres anges n’ont
pas reconnu Satan. Cela se comprend, car dans 2 Corinthiens
11:14, Paul dit que Satan est un "ange de lumière". Ce
passage me donne l’impression que l’Eternel était le seul à
pouvoir identifier Satan. Apparemment, il pouvait paraître
devant Dieu, au milieu des anges, sans être reconnu.

L’Eternel dit: "D’où viens-tu, Satan?" En d’autres mots: "Que


fais-tu ici?" L’Eternel n’a pas banni Satan de sa présence
d’office. Au contraire, il lui à parlé. Nous savons donc qu’à
l’époque de Job, Satan pouvait encore venir dans la présence
de Dieu dans le ciel.

Alors j’entendis dans le ciel une voix forte qui disait:


Maintenant est arrivé le salut, ainsi que la puissance
et le règne de notre Dieu, et l’autorité de son Christ.
Car il a été précipité, l’accusateur de nos frères,
celui qui les accusait devant notre Dieu jour et nuit.
(Apocalypse 12:10)

"L’accusateur de nos frères" est Satan. Remarquez que


jusqu’ici, il est toujours occupé à accuser le peuple de Dieu
jour et nuit dans la présence de Dieu.

Apocalypse 12:11-12 poursuit:

Ils l’ont vaincu (Satan) à cause du sang de l’Agneau


et à cause de la parole de leur témoignage, et ils
n’ont pas aimé leur vie jusqu’à craindre la mort.
C’est pourquoi réjouissez-vous, cieux, et vous qui
12
habitez les cieux! Malheur à la terre et à la mer! Car
le diable est descendu vers vous, plein de fureur;
sachant qu’il a peu de temps.

Ce passage montre que Satan peut encore accéder à la


présence de Dieu, et qu’il se sert de ce privilège pour accuser
le peuple de Dieu en sa présence. Il est évident que tous les
passages ci-dessus font référence à des moments situés
longtemps après la première rébellion de Satan. Quelle
explication peut-on donc donner? Je crois qu’il y a plus d’un
ciel. Cela est montré clairement au travers des Ecritures. Par
exemple, dans le premier verset de la Bible, Genèse 1:1, il est
dit: "Au commencement, Dieu créa les cieux et la terre (VS).’
Le mot hébreu signifiant les cieux est shamayim. "Im’ est la
terminaison du pluriel, dès la première mention du ciel, celui
ci est présenté au pluriel.

Dans 2 Chroniques 2:5, nous trouvons cette parole dans la


prière de Salomon lors de la consécration du temple: "Mais
qui a le pouvoir de lui bâtir une maison, puisque les cieux des
cieux ne peuvent le contenir?"

L’usage de l’expression "cieux des cieux" fait penser qu’il y a


un ciel qui est loin au dessus du ciel, de la même façon que le
ciel est au dessus de la terre.

Dans 2 Corinthiens 12:2-4, Paul est encore plus clair:

Je connais un homme en Christ qui, voici quatorze


ans - était-ce dans son corps? je ne sais; était-ce hors
de son corps? je ne sais, Dieu le sait - fut ravi
jusqu’au troisième ciel. Et je sais que cet homme -
était-ce dans son corps ou sans son corps? je ne sais,
Dieu le sait - fut enlevé dans le paradis et qu’il
entendit des paroles ineffables qu’il n’est pas permis
13
à un homme d’exprimer.

Avant de devenir prédicateur, j’étais logicien, et il m’est


parfois impossible de me départir de cette logique. Celle-ci
me convainc que s’il y a un troisième ciel, il faut d’abord qu’il
y en ait un premier puis un deuxième. Il y a donc au moins
trois cieux. Apparemment, c’est dans le troisième ciel que se
trouve le paradis, où se reposent les justes après la mort. C’est
aussi là que Dieu lui-même demeure.

Ephésiens 4:10 parle de la mort et de la résurrection de Jésus:

Celui qui est descendu, c’est le même qui est monté


au-dessus de tous les cieux, afin de remplir toutes
choses.

Remarquez l’expression "tous les cieux". Le mot "tous" ne


peut être utilisé correctement qu’avec un minimum de trois.
Lorsque j’enseignais l’anglais à des étudiants Africains au
Kenya, un étudiant me dit "Tous mes parents sont venus me
visiter". Je lui répondis qu’il ne pouvait pas dire "Tous mes
parents" parce que personne n’a plus de deux parents. C’est la
même chose pour "tous les cieux." Il doit y en avoir au moins
trois, la teneur de la parole de Dieu semble l’indiquer
clairement. Cela nous amène à répondre à la question
"pourquoi le royaume de Satan se trouve encore dans le
monde céleste?"

En langage familier, nous disons parfois que nous sommes


"au septième ciel" pour décrire notre grand bonheur. Cette
expression n’est pas biblique et, dans la mesure où elle vient
du Coran, le livre sacré de l’Islam, elle est à éviter pour les
chrétiens.

L’existence de trois cieux n’est pas une doctrine reconnue,


14
c’est pourtant ce que je crois et j’estime qu’il s’agit d’une
opinion raisonnable puisqu’elle tient compte des données de
la parole de Dieu et de l’expérience. Que sont ces trois cieux?
Le premier est le ciel visible et naturel avec le soleil, la lune et
les étoiles, que nous voyons de nos yeux.
Le troisième ciel, d’après 2 Corinthiens 12, est la demeure de
Dieu. C’est le paradis; le lieu du repos des justes après la mort.
C’est là que l’homme fut ravi et qu’il entendit Dieu prononcer
des paroles ineffables.

Nous en venons donc au deuxième ciel. De toute évidence, il


doit se situer entre le premier et le troisième. J’estime qu’il
s’agit d’un ciel intermédiaire entre le ciel qui est la demeure
de Dieu, et le ciel que nous voyons depuis la terre. Je crois
aussi que c’est dans ce ciel intermédiaire que se situe le
quartier général de Satan. Ceci expliquerait aussi pourquoi
nous nous trouvons souvent comme dans une partie de lutte
lorsque nous prions.

Nous ne réalisons pas toujours combien il est difficile de


passer à travers cette opposition pour atteindre Dieu. Nous
pouvons prier quelque chose qui est dans la volonté de Dieu,
nous croyons qu'il entend, mais la réponse tarde. Il y a
plusieurs explications possibles pour cela, mais une des
raisons principales pour de telles expériences dans la vie de
chrétiens sincères et engagés est que nous sommes impliqués
dans une guerre, et que le quartier général de Satan se situe
entre le ciel visible et le ciel où Dieu demeure.

* * * * * * *

15
Chapitre 3

Bataille d’anges

Le livre de Daniel contient un exemple particulier de combat


spirituel, nous renseignant davantage sur l’emplacement du
royaume de Satan. En effet, ce qui s’y trouve décrit une
bataille d’anges. Au chapitre 10, Daniel nous explique
comment il s’est mis à prier et à rechercher Dieu pour une
révélation concernant l’avenir de son peuple, Israël. Pendant
3 semaines, il s’est consacré, avec une intensité particulière à
prier et à chercher Dieu. Au bout de trois semaines, un ange
venu du ciel lui a apporté la réponse. Il était tellement
puissant et glorieux que ceux qui étaient avec Daniel furent
dispersés, et il fut le seul à rester pour recevoir la révélation.
Daniel 10:2-6 dit:

En ce temps-là, moi, Daniel, je fus trois semaines


dans le deuil. Je ne mangeai aucun mets délicat, il
n’entra ni viande ni vin dans ma bouche, et je ne fis
aucune onction jusqu’à ce que les trois semaines
soient accomplies. Le vingt-quatrième jour du
premier mois, j’étais au bord du grand fleuve qui est
Hiddéqel. Je levai les yeux, je regardai, et voici un
homme vêtu de lin et ayant sur les reins une ceinture
d’or d’Ouphaz. Son corps était comme de chrysolithe,
son visage comme l’aspect de l’éclair, ses yeux
comme des flammes de feu, ses bras et ses pieds
comme l’apparence du bronze poli, et le bruit de ses
paroles comme le bruit d’une multitude.

Comme je l’ai déjà dit, les compagnons de Daniel ne


pouvaient se tenir devant cette glorieuse apparition et ils
s’éclipsèrent. L’ange commença alors à parler à Daniel,
17
j’aimerais m’arrêter en particulier sur les versets 12-13:
Et il me dit: Daniel, sois sans crainte; car dès le
premier jour où tu as eu à cœur de comprendre et de
t’humilier devant ton Dieu, tes paroles ont été
entendues, et c’est à cause de tes paroles que je suis
venu.

Il est important de constater que dès le premier jour où Daniel


s’est mis à prier, sa prière fut entendue et l’ange fut envoyé
avec la réponse. Néanmoins, trois semaines, soit 21 jours,
s’écoulèrent avant l’arrivée de l’ange. Pourquoi lui fallut-il
trois semaines? Les anges de Satan se sont opposés à lui. Lors
du trajet du ciel jusqu’à la terre, l’ange a dû traverser le
royaume de Satan dans les lieux célestes. Là, des anges du
mal se sont opposés pour l’empêcher de porter le message à
Daniel. Le verset 13 poursuit:

Le chef du royaume de Perse m’a résisté 21 jours;


mais voici que Michel, l’un des principaux chefs, est
venu à mon secours, et je suis demeuré là auprès des
rois de Perse.

Tout ceci s’est déroulé dans le royaume céleste. Le chef des


anges de Satan est appelé le chef du royaume de Perse. Avec
lui, et apparemment soumis à lui, il y a divers rois,
c’est-à-dire des anges inférieurs. Puis du côté de Dieu, et venu
au secours du premier ange, il y avait l’archange Michel.

Dans Daniel 12:1, nous lisons ceci à propos de Michel:

En ce temps-là se lèvera Michel, le grand chef, celui


qui tient bon en faveur des fils de ton peuple.

"Grand chef" peut s'interpréter par "archange". Michel,


l’archange dont il est question ici veille sur les fils du peuple
18
de Daniel, c’est-à-dire les enfants d’Israël.
Dieu a sommé Michel, d’une manière toute particulière, de
protéger et de veiller aux intérêts d’Israël. Dans la mesure où
cette révélation est centrée sur l’avenir d’Israël, il est dans
l’intérêt de celui-ci que le messager puisse passer. Ainsi,
lorsque le premier ange fut retenu, l’archange Michel vint
l’aider et, ensemble, ils luttèrent contre les anges sataniques
pendant vingt et un jours.

Les anges sataniques étaient représentés par un ange qu’on


appelait le chef du royaume de Perse. Sous celui-ci il y avait
divers rois et chefs subalternes ayant divers secteurs
d’autorité. Il pourrait, par exemple, y avoir un roi pour chaque
grande ville, un roi pour chaque groupe ethnique, peut-être un
roi pour chacun des divers religions et cultes païens de
l’empire de Perse. Nous avons ainsi l’image d’un royaume
hautement structuré et bien organisé, avec divers secteurs et
des niveaux décroissants d’autorité, avec son quartier général
dans le monde céleste, et peuplé d’êtres spirituels rebelles et
déchus.

L’ange parle à nouveau du conflit dans Daniel 10:20:

Sais-tu pourquoi je suis venu vers toi? Maintenant je


m’en retourne pour combattre le chef de la Perse...

En d’autres mots, la lutte contre l’ange satanique dominant


l’empire perse n’était pas encore achevée. Le combat céleste
devrait se poursuivre. L’ange poursuit:

... et quand je partirai, voici que le chef de Yavân (la


Grèce) viendra.

Cela signifie que la victoire sur le chef de l’empire perse sera


suivie par l’essor de l’empire grec, avec son propre ange
19
maléfique, le chef de la Grèce.
Au verset 21, l’ange qui parle à Daniel dit:

Personne ne m’aide contre ceux-là, excepté Michel,


votre chef.

Nous voyons donc encore que l’archange Michel à comme


rôle particulier de veiller aux intérêts du peuple de Dieu et de
les protéger. Nous voyons aussi que l’union des forces de
Michel et du premier ange était nécessaire pour vaincre les
puissants anges maléfiques du royaume de Satan, opposés à
l’accomplissement de la volonté de Dieu pour Israël.

Vous vous étonnez peut-être à la mention de la Perse et de la


Grèce. Permettez-moi de vous rappeler qu’il y eut quatre
principaux empires païens qui se succédèrent pour dominer
Israël et la ville de Jérusalem, depuis environ le cinquième
siècle avant Jésus Christ. Il s’agit de Babylone, la Perse, la
Grèce et Rome. A l’époque, la Perse et la Grèce étaient
importantes, car ils s’agissaient des deux principaux empires
païens.

Ces passages nous montrent que la bataille fait rage autour du


peuple de Dieu et de sa volonté. Je crois que cela est toujours
vrai aujourd’hui. Partout où se trouve le peuple de Dieu et où
sa volonté se réalise, c’est là que la bataille spirituelle sera la
plus intense. Je crois qu’aux jours actuels, le centre du conflit
se trouve à nouveau sur Israël et sur la ville de Jérusalem.

Le résultat des prières de Daniel est renversant. Lorsque


Daniel s’est mis à prier sur terre, tout le ciel, que ce soient les
anges de Dieu ou ceux de Satan, se sont mis en mouvement.
Cela nous donne un formidable aperçu de ce que la prière peut
faire.
Il est également remarquable de constater que les anges de
20
Dieu semblaient avoir besoin de l’assistance des prières de
Daniel pour pouvoir compléter leur mission. Cela nous
montre aussi l’efficacité de la prière.

* * * * * * *

21
Chapitre 4

Les armes et le champ de bataille

Il nous faut maintenant considérer deux aspects proches du


combat spirituel. Premièrement, les armes qu’il nous faut
utiliser, et secondement, le champ de la bataille où le combat
est livré. Les deux nous sont dévoilés dans 2 Corinthiens
10:3-5.

Si nous marchons dans la chair, nous ne combattons


pas selon la chair. Car les armes avec lesquelles
nous combattons ne sont pas charnelles...

Paul dit que nous vivons dans la chair et que nous sommes
engagés dans un combat, mais que notre combat n’est pas
dans le domaine charnel. Il faut, dès lors que nos armes
conviennent à la nature du combat. Si notre combat était de
nature charnelle ou physique, alors il nous faudrait des armes
charnelles ou physiques, c’est-à-dire des chars, des bombes et
des balles. Parce que le combat est spirituel et dans un
domaine spirituel, les armes aussi doivent être spirituel.

Car les armes avec lesquelles nous combattons ne sont pas


charnelles mais elles sont puissantes devant Dieu, pour
renverser des forteresses. Nous renversons les raisonnements
et toute hauteur qui s’élève contre la connaissance de Dieu, et
nous amenons toute pensée captive à l’obéissance au Christ.

Remarquez que nos armes conviennent au combat et que nous


avons affaire à des forteresses. On pourrait aussi parler de
bastions. Ces armes spirituelles constitueront les thèmes de la
deuxième et troisième parties: notre armure défensive et les
armes d’attaque respectivement.
23
Il est d’importance vitale que nous comprenions où la bataille
se déroule. En parlant du champ de bataille et de nos objectifs,
Paul utilise différents termes. Selon les traductions, nous
trouvons les mots suivants: imaginations, raisonnements,
spéculations, arguments, connaissance et intelligence.
Remarquez que chacun de ces mots fait référence au même
domaine, celui de la pensée. Il nous faut absolument
comprendre que le champ de bataille se situe dans le domaine
de la pensée. Satan livre une guerre totale afin de captiver les
pensées de toute la race humaine. Il bâtit des bastions et des
forteresses dans leurs pensées; il est de notre responsabilité,
en tant que représentants de Dieu, de briser ces forteresses
avec nos armes spirituelles, de libérer les pensées d’hommes
et de femmes, pour qu'elles soient amenées à la captivité de
l’obéissance à Christ. Quelle énorme mission!

Satan bâtit de façon délibérée et systématique des forteresses


dans la pensée des gens. Ces forteresses et bastions résistent à
la vérité de l’évangile et de la parole de Dieu, empêchant ces
personnes d’être capables de recevoir le message de
l’évangile.

De quel genre de forteresse parle la Bible? Deux mots assez


simples les décrivent. Il s’agit de préjugés et de
préconceptions.

Le préjugé, c’est avoir une idée préconçue et rabaisser ce


qu’on connaît mal. En d’autres mots, si vous ne connaissez
pas un certain sujet mais que vous en avez déjà des idées toute
formulées, elles sont sûrement mauvaises. Si vous n’étiez pas
le premier à les penser, alors elles sont mêmes dangereuses.
Voila qui est tellement vrai des gens religieux. Ils considèrent
avec craintes et soupçons presque tout ce qu’ils ne
connaissent pas.

24
Voici une autre déclaration illustrant le préjugé: "Ne
m’embrouillez pas avec les faits, j’ai déjà mon opinion à ce
sujet!". Lorsqu’une personne a une opinion faite à l’avance,
les faits, les preuves et le raisonnement ne peuvent rien y
changer. Seules les armes spirituelles peuvent briser ces
forteresses. Les gens sont poussés et dominés par leurs
préjugés et idées préconçues, parfois jusqu’à leur propre
destruction. Voici un exemple qui m’a vraiment frappé,
peut-être à cause de mon origine anglaise.

Lors de la guerre de l’Indépendance en Amérique, les soldats


anglais se battaient contre les rebelles américains. Pour aller
au combat, les Anglais se mirent en grand uniforme
multicolore et marchèrent en rang, au rythme du tambour. Les
tireurs d’élite américains se cachèrent dans les arbres et les
marais et abattirent ces soldats sans jamais se faire voir.
Aujourd’hui, ce serait considéré comme un suicide militaire,
mais à l’époque, les gens ne pouvaient imaginer combattre
autrement. La mort inutile de milliers de soldats anglais fut
causée par une forteresse de préjugés et de préconceptions. Il
s’agit là d’un exemple qui montre comment un préjugé
mental peut pousser les gens à leur destruction.

Les sectes religieuses, les idéologies politiques et les préjugés


raciaux constituent d’autres exemples d’idées préconçues
s’emparant du raisonnement des gens. On trouve souvent ces
préjugés parmi les chrétiens.
Il y a quelque temps, je prêchais en Afrique du Sud. On
m’avait demandé de prêcher sur le sujet des principautés et du
combat spirituel. Alors que je méditais, le Seigneur sembla
me donner l’identité de l’homme fort qui contrôlait ce pays. Il
s’agissait de la bigoterie. Le "bigot", c’est celui qui, en dépit
de la raison, maintient sa croyance ou son point de vue et y
attache une importance disproportionnée. Cette bigoterie est
aussi une forteresse. C’est quelque chose que Satan construit
25
dans la pensée des gens.
Après cet entretien, un pasteur né en Afrique du Sud et qui
connaissait bien son pays, vint me dire: Vous n’auriez pas pu
mieux décrire les problèmes de l’Afrique du Sud. Ce pays est
plein de bigoterie religieuse, raciale et dénominationelle. La
racine des problèmes de ce pays, c’est la bigoterie. Les Sud
Africains sont des individus charmants, mais leurs pensées
ont étés captivées par cette forteresse de la bigoterie. Ils ne
sont pas différents des autres peuples, mais ils ont une
forteresse qui leur est propre. 2 Corinthiens 4:4 déclare:

... pour les incrédules dont le dieu de ce siècle a


aveuglé les pensées, afin qu’ils ne voient pas
resplendir le glorieux Evangile du Christ, qui est
l’image de Dieu.

Une forteresse est quelque chose qui aveugle la pensée des


gens, de sorte que la lumière de l’Evangile ne peut les éclairer.
Lorsqu’une personne est dans cet état, cela ne sert à rien de
raisonner avec elle. Le plus on discute, le plus elle réaffirme
son erreur, et le plus elle se renforce dans son erreur. La seul
façon de délivrer ces personnes est d’utiliser nos armes
spirituelles et de briser les forteresses de leurs pensées.

* * * * * * *

26
Chapitre 5

Le fondement de notre victoire

Je veux maintenant expliquer l’élément le plus important


qu’il nous faut comprendre afin d’être assurés de la victoire
dans notre combat spirituel. Paul décrit, dans Colossiens
2:13-15, ce que Dieu a fait pour nous, les croyants, au travers
de la mort de Christ sur la croix.

Vous qui étiez morts par vos offenses et par


l’incirconcision de votre chair, il vous a rendus à la
vie avec lui, en nous faisant grâce pour toutes nos
offenses; il a effacé l’acte rédigé contre nous et dont
les dispositions nous étaient contraires; il l’a
supprimé, en le clouant à la croix; il a dépouillé les
principautés et les pouvoirs, et les a publiquement
livrés en spectacle, en triomphant d’eux par la croix.

Je dois tout d’abord vous avertir que Satan ne veut


absolument pas que vous compreniez cela. Il veut empêcher
tous les chrétiens de le comprendre, car c’est par là qu’il est
vaincu. L’essentiel à comprendre est que Christ a déjà
vaincu Satan, ainsi que ses principautés et pouvoirs du
mal, de façon complète et finale.

Si vous oubliez tout le reste, au moins souvenez-vous de cela.


Christ a déjà vaincu Satan, ainsi que ses principautés et
pouvoirs du mal, de façon complète et finale. Il a fait cela
au travers de sa mort sur la croix, au travers de son sang versé,
et au travers de sa résurrection triomphante.
Pour comprendre comment cela fut accompli, il nous faut
reconnaître l’arme principale de Satan dans sa lutte contre
27
nous: celui de la culpabilité. Apocalypse 12:10 dit:

Alors j’entendis dans le ciel une voix forte qui disait:


Maintenant est arrivé le salut, ainsi que la puissance
et le règne de notre Dieu, et l’autorité de son Christ.
Car il a été précipité, l’accusateur de nos frères,
celui qui les accusait devant notre Dieu jour et nuit.

Qui est l’accusateur de nos frères? Nous savons qu’il s’agit de


Satan. J’ai déjà fait remarquer que Satan peut accéder à la
présence de Dieu et que sa principale préoccupation est
d’accuser ceux qui croient en Jésus.

Pourquoi Satan nous accuse-t-il? Quel est son but?


Simplement de nous culpabiliser. Tant que Satan est à même
de maintenir notre sentiment de culpabilité, nous ne pouvons
le vaincre. La culpabilité est la cause de notre défaite et la
justice est le secret de notre victoire.

Au travers de la croix, Dieu a résolu le problème de la


culpabilité, tant du passé que de l’avenir. Il a pris les
dispositions nécessaires aux deux. Comment a-t-il fait cela en
ce qui concerne le passé? Colossiens 2:13 dit:

Il vous a rendus à la vie..., en nous faisant grâce pour


toutes nos offenses.

Parce que Jésus Christ est mort pour nous, nous représentant,
portant notre culpabilité et payant notre dette. Dieu peut donc
nous pardonner tous nos actes coupables. Dans la mesure où
sa justice a été satisfaite par la mort de Christ, il peut
pardonner tous les péchés que nous ayons commis, sans
compromettre sa propre justice. La première chose à
comprendre est que tous nous péchés, quel que soit leur
gravité ou leur nombre, ont été pardonnés lorsque nous avons
28
mis notre foi en Jésus.
Dieu a aussi assuré l’avenir, comme nous voyons dans
Colossiens 2:14:

... il a effacé l’acte rédigé contre nous et dont les


dispositions nous étaient contraires; il l’a supprimé
en le clouant à la croix.

L’acte rédigé est la loi de Moïse. Les exigences de cette loi


pour la justification devant Dieu furent écartées par Jésus sur
la croix. Tant que la loi était nécessaire, l’infraction du
moindre règlement nous rendait coupables devant Dieu.
Lorsque la loi fut abandonnée comme exigence à la
justification, alors les dispositions nécessaires à une vie libre
de culpabilité étaient en place, car notre foi nous est comptée
comme justice.

Deux passages se rapportent à ceci, le premier étant Romains


10:4:

Car Christ est la fin de la loi, en vue de la justice pour


tout croyant.

Cette déclaration est importante. Juif, païen, catholique ou


protestant, cela ne fait pas de différence. Christ n’est pas la fin
de la loi comme parole de Dieu, ou de la loi comme partie de
l’histoire d’Israël, ou de la loi d’une autre façon. Il est la fin
de la loi comme moyen de justification devant Dieu. Nous ne
sommes pas tenus d’observer la loi afin d’être justes.

Le second passage de l’Ecriture qui se rapporte à ce sujet est


dans 2 Corinthiens 5:21:

Celui qui n’a pas connu le péché (Jésus), il l’a fait


devenir péché pour nous, afin que nous devenions en
29
lui justice de Dieu.

C’est cela l’échange divin. Jésus a été fait péché, avec notre
péché, afin que nous devenions justes, avec sa justice. Une
fois que nous saisissons que nous sommes rendus justes avec
la justice de Christ, le diable ne peut plus nous culpabiliser. Je
veux maintenant vous montrer la manifestation de la victoire
à travers Christ en nous. Nous avons déjà vu la déclaration de
la victoire de Christ dans Colossiens 2:15:

Il a dépouillé les principautés et les pouvoirs (le


royaume de Satan), et les a publiquement livrés en
spectacle, en triomphant d’eux par la croix.

Un triomphe n’est pas la même chose que remporter une


victoire; c’est la célébration et la démonstration d’une
victoire déjà remportée. Au travers de sa mort sur la croix,
Jésus a démontré sa victoire sur le royaume satanique à tout
l’univers. Cependant, Jésus n’a a pas remporté cette victoire
pour lui-même puisqu’il n’en avait pas besoin. Il l’a remporté
pour nous. C’est la volonté de Dieu que cette victoire soit
manifestée et démontrée au travers de nous. Dans 2
Corinthiens 2:14 (un de mes versets préférés), Paul dit:

Grâces soient rendues à Dieu, qui nous fait toujours


triompher en Christ, et qui par nous, répand en tout
lieu l’odeur de sa connaissance!

Il n’est pas étonnant que Paul remercie Dieu. Impossible de


ne pas le remercier si on comprend le message de ce verset.
Dieu nous fait toujours partager le triomphe de Christ sur le
royaume de Satan. Les deux expressions adverbiales
"toujours" et "en tout lieu" signifient qu’il n’y a ni lieu ni
temps où nous ne pouvons partager de façon visible le
triomphe de Christ sur le royaume de Satan.
30
Dans Matthieu 28:18-20, Jésus déclare:

Jésus s’approcha et leur parla ainsi: Tout pouvoir


m’a été donné dans le ciel et sur la terre. Allez, faites
de toutes les nations des disciples, baptisez-les au
nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, et
enseignez-leur à garder tout ce que je vous ai prescrit.
Et voici, je suis avec vous tous les jours, jusqu’à la fin
du monde.

Ici, Jésus dit qu’au travers de sa mort sur la croix, il a saisi


l’autorité de Satan et se l’est procuré pour lui-même, Dieu
l’ayant revêtu de toute autorité dans les cieux et sur la terre.
Ensuite, il dit: Allez, faites des disciples. Par là, il veut dire:
J’ai remporté l’autorité; vous, allez l’exercer. Allez
démontrer ma victoire au monde entier en obéissant à mon
commandement.

J’aimerais maintenant faire trois simples déclarations au sujet


de la victoire de Jésus. Premièrement; lors de la tentation au
désert, Jésus à vaincu Satan pour lui-même. Il a rencontré
Satan, a résisté à ses tentations et l’a vaincu. Deuxièmement,
sur la croix, Jésus a vaincu Satan de notre part, pas pour
lui-même mais pour nous. Il n’avait pas besoin de cette
victoire pour lui, car il l’avait déjà. En vainquant notre
ennemi, il a remporté cette victoire pour nous. Il a désarmé
notre ennemi, l’a dépouillé, et l'a donné en spectacle pour
nous. Troisièmement, il est maintenant de notre
responsabilité de démontrer et d’administrer la victoire de
Jésus.

Grâces soient rendues à Dieu, qui nous fait toujours


triompher en Christ, et qui par nous, répand en tout
lieu l’odeur de sa connaissance!
(2 Corinthiens 2:14, BC)
31
Rappelez-vous que toujours et en tout lieu, Christ a fait en
sorte que la victoire nous est possible.

* * * * * * *

32
Deuxième partie:

Notre armure défensive

Chapitre 6

L'armure complète de Dieu

J’ai déjà expliqué que nous, les représentants du royaume de


Dieu sur terre, nous trouvons dans une guerre totale avec un
royaume ennemi bien organisé et dirigé par Satan. Il s’agit
d’un royaume d’esprits (c’est-à-dire des êtres sans corps)
maléfiques dont le quartier général se trouve dans les lieux
célestes.

Le théâtre de ce combat est dans les pensées de l’humanité.


Satan a bâti des forteresses de préjugés et d’incrédulité dans
les pensées de la race humaine, afin de les empêcher de
recevoir la vérité de l’évangile. Dieu nous a donné la
responsabilité d’abattre ces forteresses intérieurs, libérant
hommes et femmes de la tromperie de Satan et les menant à la
soumission et l’obéissance en Christ.

Notre aptitude à accomplir cette tâche dépend de deux


facteurs. Premièrement, il faut que nous comprenions
clairement d’après les Écritures que, à la croix, Jésus a
complètement vaincu Satan de notre part et qu’il est
maintenant de notre responsabilité de démontrer et
d’administrer cette victoire que Jésus a déjà remportée.
Secondement, il nous faut faire un usage correct des armes
spirituelles nécessaires que Dieu nous a fourni. Ces armes
sont de deux types: les armes de défense et les armes
33
d’attaque. Dans cette partie, nous nous occuperons des armes
de défense.
Ephésiens 6:10-17 constitue notre fondement:

Au reste, fortifiez-vous dans le Seigneur et par sa


force souveraine. Revêtez-vous de toutes les armes de
Dieu, afin de pouvoir tenir ferme contre les
manœuvres du diable. Car nous n’avons pas a lutter
contre la chair et le sang, mais contre les
principautés, contre les pouvoirs, contre les
dominateurs des ténèbres d’ici-bas, contres les
esprits du mal dans les lieux célestes. C’est pourquoi,
prenez toutes les armes de Dieu, afin de pouvoir
résister dans le mauvais jour et tenir ferme après
avoir tout surmonté. Tenez donc ferme: ayez à vos
reins la vérité pour ceinture; revêtez la cuirasse de la
justice; mettez pour chaussures à vos pieds les
bonnes dispositions que donne l’Evangile de paix;
prenez, en toutes circonstances, le bouclier de la foi,
avec lequel vous pourrez éteindre tous les traits
enflammés du Malin; prenez aussi le casque du salut
et l’épée de l’Esprit, qui est la parole de Dieu.

Au verset 13 de ce passage, Paul nous dit de prendre toute


l'armure de Dieu. Le "c’est pourquoi" de ce verset le relie au
verset précèdent où Paul dit: Car nous n’avons pas a lutter
contre la chair et le sang, mais contre les principautés, contre
les pouvoirs, contre les dominateurs des ténèbres d’ici-bas,
contres les esprits du mal dans les lieux célestes. C’est parce
que nous sommes enrôlés dans ce combat à la mort contre les
forces spirituelles du royaume de Satan qu’il nous est
important (la parole de Dieu nous le demande aussi) de revêtir
toute l'armure de Dieu. Il est significatif que Paul nous dit à
deux reprises dans ce passage (versets 11 et 13) de nous
revêtir de toutes les armes de Dieu. Nous sommes clairement
34
avertis par les écritures que nous devons nous protéger avec
l'armure complète de Dieu

Au verset 13, Paul donne une autre raison: afin de pouvoir


résister dans le mauvais jour et tenir ferme après avoir tout
surmonté. Remarquez l’usage de l’expression "le mauvais
jour". Je ne pense pas qu’il s’agisse de la grande tribulation ou
d’un grand désastre prophétique qui frappera le monde
(même si je crois que de telles choses se produiront). Je crois
que, dans ce contexte, le mauvais jour est une chose que tout
chrétien devra connaître. Il s’agit du moment où ce dernier
devra confronter les forces du mal, sa foi étant mise à
l’épreuve, toutes sortes de problèmes et d’oppositions se
levant contre lui.

Paul ne met pas en doute notre besoin de faire face au


mauvais jour. C’est une certitude plutôt qu’un choix. Je pense
toujours à la parabole de Jésus, les deux hommes qui se sont
mis à bâtir une maison chacun. L’insensé avait bâti sur du
sable et le sage sur le roc. La maison du premier s’écroula,
mais celle du second resta debout. La différence entre ces
deux maisons n’était pas dans les épreuves auxquelles elles
furent exposées toutes deux, puisqu'elles ont dû subir les
mêmes tests, c’est-à-dire le vent, la pluie, la tempête et
l’inondation. La différence se trouvait au niveau des
fondements sur lesquelles ces maisons étaient bâties.

Il n’y a rien dans l’Ecriture qui suggère que nous, les


chrétiens, échapperons à ces épreuves. Nous n’échapperons
pas au mauvais jour, et il nous faut nous y préparer. Tenant
compte de cela, Paul nous dit de nous revêtir de l'armure
complète de Dieu.

Comme illustration, Paul utilise un légionnaire romain et


énumère six effets que celui-ci porterait d’habitude. Les
35
voici:

*1. La ceinture de la vérité.


*2. La cuirasse de la justice.
*3. Les chaussures des bonnes dispositions que donne
l’Evangile de Paix.
*4. Le bouclier de la foi.
*5. Le casque du salut.
*6. L’épée de l’Esprit.

Vous comprenez que, si vous vous revêtez de ces six éléments,


vous serez protégés du sommet de la tête à la plante des pieds,
avec une seule exception: il n’y a pas de protection pour le
dos. Je reviendrai là-dessus.

* * * * * * *

36
Chapitre 7

La ceinture de la vérité.

La première pièce de cet équipement est la ceinture de la


vérité. Il nous est important de comprendre pourquoi un
légionnaire romain avait besoin d’une ceinture parmi son
équipement. Souvenez-vous qu’à l’époque, les vêtements
d'hommes (comme ceux des femmes) étaient généralement
constitués d’un vêtement ample qui venait au moins
jusqu’aux genoux. Pour le légionnaire romain, il s’agissait
d’une sorte de tunique. Lorsque ce dernier devait se battre ou
avait besoin de ses armes pour autre chose, il devait aussi
faire attention à ce vêtement: ses replis et ses pans pouvaient
alors gêner ses mouvements et l’empêcher d’utiliser
efficacement ses armes.

La première des choses alors à faire, c’était d’attacher sa


ceinture autour de sa taille pour empêcher les pans de sa
tunique de flotter afin d’être libre de ses mouvements. Ceci
était essentiel et devait se faire d’abord. C’est pourquoi Paul
parle de la ceinture de la vérité avant toute autre chose.

Souvent la Bible parle d’une personne qui se ceint les reins,


c’est de cela qu’il s’agit.

Paul dit que notre ceinture est la vérité. Je ne crois pas qu’il
s’agit d’une vérité abstraite et théologique, mais plutôt de la
vérité dans la vie de tous les jours. Il s’agit de l’honnêteté, de
la sincérité, de la transparence et de la franchise.

En tant que croyants, nous sommes souvent encombrés de


piété apparente et d’hypocrisie. Nous disons et faisons bien
des choses sans sincérité, simplement pour paraître. Il y a des
37
choses que nous faisons, non pour plaire à Dieu ni parce que
nous le voulons vraiment, mais à cause des autres. Nous
sommes pleins de clichés religieux. Tous les groupes
religieux ont les leurs, tel que: "Jésus t’aidera, mon frère".
Mais parfois, il s’agit d’un moyen d’échapper à notre propre
responsabilité, car ce n’est pas Jésus qui doit aider le frère,
mais NOUS.

Parler de cette façon est comme porter un vêtement flottant.


Cela nous gêne et nous empêche de faire ce que Dieu veut que
nous fassions, d’être actifs, pleins d’énergie et efficaces. Cela
nous empêche aussi d’utiliser les autres armes.

Il nous faut premièrement mettre la ceinture de la vérité. C’est


à dire, mettre de côté la piété apparente, l’hypocrisie et les
clichés religieux, pour parler et agir avec sincérité.

La vérité est souvent douloureuse. Il faut commencer par


montrer aux autres qui nous sommes vraiment. On peut se
cacher ou montrer une façade religieuse pour un temps, mais
on aura éventuellement besoin de vérité réelle, de
transparence et de franchise. Il nous faut mettre la ceinture de
la vérité, de sorte que ces faussetés religieuses ne nous
entravent plus dans les choses que Dieu veut que nous
fassions.

* * * * * * *

38
Chapitre 8

La cuirasse de la justice

Avant tout autre chose, la cuirasse du légionnaire romain a


pour rôle de protéger cet organe vital qu’est le cœur. La Bible
dit que le cœur est d’une importance infinie pour nos vies,
comme l’affirme aussi Salomon dans Proverbes 4:23:

Garde ton cœur plus que toute autre chose, car de lui
viennent les sources de la vie.

Pendant cinq ans, j’ai enseigné au Kenya en Afrique orientale.


J’ai appris à connaître un certain nombre de tribus et je me
suis un peu familiarisé avec leurs langues. Un jour, sur le mur
du dortoir d’un étudiant, j’ai vu ce verset cité dans la langue
Maragoli. Je me le suis traduit littéralement et je m’en
souviens encore: Garde ton cœur de toute ta force, car toutes
les choses de la vie en sortent.

Ce que vous avez dans le cœur déterminera la direction de


votre vie, en bien ou en mal. Il est essentiel de protéger notre
cœur de toutes les formes du mal. Paul nous dit que la cuirasse
de la justice est pour protéger le cœur.

Il nous faut nous demander ce que l’on veut dire par justice
dans ce contexte. Heureusement, Paul revient au sujet de
l’armure dans une autre épître. Dans 1 Thessaloniciens 5:8, il
dit ceci:

Mais nous qui sommes du jour, soyons sobres:


revêtons la cuirasse de la foi et de l’amour...

Ici, Paul parle de la cuirasse vue d’une autre perspective. Il


39
l’appelle la cuirasse de la foi et de l’amour. En reliant ces
deux passages, nous voyons que la cuirasse de la justice est
une cuirasse de foi et d’amour. Ceci nous montre à quelle
sorte de justice Paul pense. Il ne s’agit pas de la justice qui
vient des œuvres ou de la loi religieuse, mais de celle qui vient
par la foi.

Paul parle encore de cette sorte de justice dans Philippiens


3:9:

...(Je veux) être trouvé en lui (Christ), non avec une


justice qui serait la mienne et qui viendrait de la loi,
mais avec la justice qui est (obtenue) par la foi en
Christ, une justice provenant de Dieu et fondée sur la
foi.

Ici, Paul met les deux sortes de justice côte à côte. D’une part,
il parle d’une justice qui est sienne et qui vient de la loi mais
qui est insuffisante. D’autre part, il parle d’une justice qui
vient de Dieu et qui est fondée sur la foi. C’est à cette dernière
sorte de justice que Paul pense lorsqu’il parle de la cuirasse de
la justice qui protège le cœur. Tant que nous portons une
cuirasse faite de notre propre justice, Satan pourra y trouver
de nombreux points faibles et la percer de ses attaques,
blessant notre cœur. Il nous faut mettre une cuirasse qui n’est
pas faite de notre propre justice, mais plutôt de la justice de
Christ. 2 Corinthiens 5:21 dit:

Celui (Jésus) qui n’a pas connu de péché, il (Dieu) l’a


fait (devenir) péché pour nous, afin que nous
devenions en lui (Christ) justice de Dieu.

Que nous soyons devenus justice de Dieu, nous devons en


être convaincu par l’Ecriture et l’accepter par la foi. Cette
cuirasse est la seule qui peut protéger notre cœur et notre vie.
40
Paul souligne que cette sorte de justice ne vient qu’au travers
de la foi. Il s’agit donc d’une cuirasse de foi et d’amour. Il n’y
a pas d’autre façon d’atteindre cette sorte de justice.

Je suis ému par la prière que Jésus fit pour Pierre la nuit
précédant sa Passion; l’ayant averti qu’il allait le trahir. Jésus
dit: Pierre, j’ai prié pour toi. Jésus n’a pas prié pour que Pierre
ne le trahisse pas. Vu les circonstances, sous les pressions qui
allaient se développer et compte tenu des faiblesses du
caractère de Pierre, il était inévitable que ce dernier trahisse
Jésus. Alors Jésus a prié différemment, de la seule manière
qui pouvait aider Pierre. Dans Luc 22: 31-32, il dit:

Simon, Simon, Satan vous à réclamés pour vous


passer au crible comme du blé. Mais j’ai prié pour toi,
afin que ta foi ne défaille pas.

Remarquez qu’il est dit "que ta foi ne défaille pas". Malgré


qu’il allait renier le Seigneur et se montrer faible et lâche, tout
pourrait encore être sauvé pourvu que sa foi ne défaille pas. Il
s’agit encore de la cuirasse de la foi et de l’amour. La foi est
l’élément essentiel de cette cuirasse.

La foi dont il est question ici, n’agit qu’au travers de l’amour.


Galates 5:6 dit:

Car, en Jésus Christ, ce qui à de la valeur, ce n’est ni


la circoncision ni l’incirconcision, mais la foi qui est
agissante par l’amour.

Il me semble que ce que Paul dit vraiment, c’est qu’aucune


cérémonie extérieure et aucun rituel n’est suffisant en
lui-même. La chose essentielle, sans laquelle il ne peut y
avoir de succès dans la vie chrétienne, c’est la foi, celle qui
agit au travers de l’amour. Il ne s’agit pas d’une foi passive ou
41
théorique, mais d’une foi active qui agit uniquement par
l’amour.

Plus je médite à ce sujet, plus je suis impressionné par la


puissance de l’amour. J’aime ce passage dans le Cantique des
Cantiques 8:6-7:
Mets-moi comme un sceau sur ton cœur, comme un
sceau sur ton bras; car l’amour est fort comme la
mort, ... Les grandes eaux ne peuvent éteindre
l’amour, et les fleuves ne le submergeraient pas.
Pensez à cette déclaration que l’amour est fort comme la mort.
La mort est une chose irrésistible qu’il nous faut tous
connaître. Aucun d’entre nous ne peut y résister. Il n’y a pas
moyen d’y échapper. L’écriture dit que l’amour est fort
comme la mort.
Pensez-y, l’amour est irrésistible. Il vainc toujours. Il n’est
pas possible de le vaincre. L’amour nous protège contre
toutes les forces négatives, comme le ressentiment, le manque
de pardon, l’amertume, le découragement et le désespoir qui
peuvent corrompre nos cœurs et gâcher nos vies.
Rappelez-vous que tout dans la vie vient du cœur.
Paul parle de cette sorte d’amour dans 1 Corinthiens 13:4-8:
L’amour est patient, l’amour est serviable, il n’est
pas envieux; l’amour ne se vante pas, il ne s’enfle pas
d’orgueil, il ne fait rien de malhonnête, il ne cherche
pas son intérêt, il ne s’irrite pas, il ne médite pas le
mal, il ne se réjouit pas de l’injustice, mais il se
réjouit de la vérité; il pardonne tout, il croit tout, il
espère tout, il supporte tout. L’amour ne succombe
jamais.
C’est la cuirasse qu’il nous faut et qui ne faillit jamais. Une
cuirasse sans points faibles par où Satan pourrait entrer. Ce
que Paul dit s’applique bien à l’image de la cuirasse. L’amour
42
protège toujours, fait toujours confiance, espère toujours,
persévère toujours. Lorsque vous portez cette cuirasse de la
foi, agissante au travers de l’amour, elle vous protégera
toujours. Elle gardera votre cœur de toute attaque de Satan et
de toute tentative de sa part de pénétrer dans cette partie vitale
de votre vie.

* * * * * * *

43
Chapitre 9

Les chaussures de la préparation


que donne l’Evangile de paix

Les chaussures portées par les légionnaires romains étaient


généralement des sandales solides et lourdes, avec des
lanières pour les tenir en place. Ces dernières étaient en cuir et
montaient au moins jusqu’à mi-mollet. Elles constituaient une
partie très importante de l’équipement du légionnaire, car
elles lui permettaient de parcourir de grandes distances
rapidement; cela lui donnait de la mobilité. Il était ainsi
disponible pour son commandant au moment et à l’endroit où
ce dernier avait besoin de lui dans la bataille. Les chaussures
nous permettent d’être mobiles et disponibles pour notre
commandant, le Seigneur Jésus Christ. Voilà qui devint très
réel pour moi suite à une expérience personnelle.

Pendant deux ans, lors de la Seconde Guerre mondiale, j’ai


servi dans un hôpital de l’armée britannique en Afrique du
Nord. Parfois, lorsque nous travaillions auprès d’une division
blindée, nous étions très proches des lignes ennemies, et ceci
parfois de nuit. Dans le désert, le combat étant très mobile, il
n’est pas toujours facile de savoir où se trouve l’ennemi. Dans
de telles situations, notre commandant nous donnait toujours
l’ordre de ne pas enlever nos bottes pour la nuit, nous devions
dormir avec. La raison est bien sûr évidente: lorsqu’on
s’éveille d’un sommeil profond, on n’est généralement pas au
mieux de sa forme. Si l’on n’est pas déjà chaussé, on peut
perdre des minutes précieuses à chercher ses bottes dans la
confusion, à les mettre et à les lacer. Par contre, si l’on a déjà
ses bottes aux pieds, on est tout de suite disponible. La clef,
c’est la disponibilité ou la mobilité.
45
Ceci est aussi vrai avec l’équivalent spirituel de notre
équipement, dont Paul parle. Les chaussures, ou les sandales,
sont appelés les bonnes dispositions ou la préparation de
l’Evangile. En d’autres mots, il s’agit d’être prêt à quelque
chose. En tant que chrétiens, il nous faut avoir une
compréhension intelligente de l’évangile. De nombreuses
personnes se disent sauvées, où nées de nouveau, mais ne
peuvent rendre compte de façon intelligente de la manière
dont elles sont venues au salut ni de la manière dont
quelqu’un d’autre pourrait être sauvé. Je crois que cette
"disposition" comprend l’étude de l’Ecriture, sa
mémorisation, et l’aptitude à communiquer de façon
intelligente le message de l’Evangile. Remarquez aussi que
Paul parle de "l’Evangile de paix". C’est un évangile qui
donne la paix du cœur et de l’esprit à ceux qui y croient et y
obéissent.

Une chose est très vraie à propos de la paix. Nous ne pouvons


transmettre la paix à d’autres que si nous l’avons nous-mêmes.
Impossible de transmettre quelque chose que nous n’avons
pas expérimenté. Nous pouvons en parler, nous pouvons
élaborer des théories, mais nous ne pouvons transmettre.

Il y a un passage important dans Matthieu 10:12-13 où Jésus


donne des instructions aux premiers disciples lorsqu’il les
envoie prêcher l’Evangile la première fois. Voici une partie
de ses instructions:

En entrant dans la maison, saluez-la, et, si la maison


en est digne, que votre paix vienne sur elle; mais si
elle n’en est pas digne, qu’elle retourne à vous.

Remarquez cette phrase significative, "si la maison en est


digne, que votre paix vienne sur elle". Vous devez donner
votre paix. Lorsque vous allez dans une maison, avez-vous de
46
la paix à donner? Vous ne pouvez donner une chose que vous
ne possédez pas vous-mêmes.
Laissez-moi vous donner un exemple de la manière dont ceci
pourrait fonctionner. Supposons que vous êtes une dame en
train de faire des courses au supermarché. Alors qu vous
faites la queue aux caisses, il y a là une femme qui semble au
bord de la crise de nerfs. Elle est très agitée et Dieu vous
pousse à l’aider. Qu’allez vous faire? Allez-vous l’inviter à
l’église le dimanche matin? Voilà qui ne pourvoira pas à son
besoin. Si c’est tout ce que vous pouvez lui dire, vous ne
portez pas vos chaussures.

Porter vos chaussures signifie que vous êtes prêt à faire


quelque chose au moment où Dieu vous le demande. D’abord
il vous faut avoir la paix. Il faut que cette dame sente que vous
avez quelque chose qu’elle n’a pas et dont elle a
désespérément besoin. Les gens perçoivent la paix de ceux
qui l’ont.

Lorsqu’elle voudra aussi cette paix, vous devez être prête à lui
dire, dans un langage simple et non religieux, comment la
trouver. Il vous faut être à même de lui communiquer
l’évangile. C’est cela les chaussures de la préparation de
l’Evangile de paix.

* * * * * * *

47
Chapitre 10

Le bouclier de la foi

Dans le Nouveau Testament grec, il y a deux mots différents


pour "bouclier". L’un décrit un petit bouclier circulaire,
ressemblant un peu à un panier en osier large et plat, l’autre
décrit un bouclier large et rectangulaire. Le second dérive du
mot signifiant "porte" parce qu’il a plus ou moins la forme
d’une porte. C’est de ce bouclier dont Paul parle lorsqu’il
parle du bouclier de la foi.

Un légionnaire romain bien entraîné pouvait se servir de ce


bouclier de sorte qu’aucune partie de son corps ne pouvait
être touché par les projectiles de l’ennemi. Il était
complètement protégé. C’est de cette sorte de foi que Paul
parle lorsqu’il le compare à un bouclier.

Lorsque nous allons à l’encontre de Satan, et si nous


l’agaçons, vous pouvez être certains qu’il contre-attaquera.
D’abord, il s’en prendra à nos pensées, nos cœurs, nos corps
ou nos finances. Il nous faut donc un bouclier pour nous
protéger. Il attaquera toute partie exposée. S’il ne peut s’en
prendre à nous, il s’en prendra à ceux qui nous sont les plus
proches. Si vous êtes un homme marié, la première personne
que Satan attaquera est votre femme, voilà qui est presque
garanti. C’est une des manières de s’en prendre à vous. Il vous
faut un bouclier assez grand pour protéger tout ce que Dieu
vous a confié, y compris vous-même, votre famille et tout ce
qu’il vous a donné. J’ai appris cette leçon d’une façon très
claire.

Je conseillais et priais avec une dame qui avait un démon de


suicide. A un certain moment, elle reçut clairement une
49
délivrance extraordinaire. Elle se savait libre. Ensemble; nous
avons loué Dieu. Le jour suivant, elle revint me voir et me
raconta un incident remarquable. Au moment où elle avait
reçu sa délivrance, son mari était en train de conduire son
pick-up sur l’autoroute, avec leur berger allemand debout à
l’arrière, comme les chiens aiment le faire. Brusquement et
sans raison, alors que le véhicule allait à grande vitesse, le
chien a sauté à l’extérieur, se tuant sur le coup.

Alors qu’elle me racontait cela, j’ai compris que le démon du


suicide qui avait quitté la femme, était entré dans le chien.
Satan s’en était pris à la chose la plus proche qu’il pouvait
attaquer. J’ai appris une leçon que j’espère ne jamais avoir à
rapprendre. Lorsque j’exerce le ministère de délivrance
auprès d’une personne, je demande toujours la protection de
la foi dans le sang de Jésus sur tout ce qui leur est proche.
Rien de semblable ne m’est arrivé de nouveau. Ceci m’a
appris l’importance du bouclier de la foi, agissant comme un
grand bouclier en forme de porte qui protège tout ce que Dieu
nous a confié.

La foi est mentionnée deux fois dans cette liste de l’armure.


La cuirasse, c’est la foi et l’amour, et le bouclier est le
bouclier de la foi. Le sens de ce mot "la foi" est légèrement
différent dans les deux cas. La cuirasse, c’est la foi dans notre
propre justification, mais le bouclier est la foi pour la
protection de tout ceux que Dieu nous a confiés. C’est ce qui
recouvre tout.

J’ai appris ceci de façon remarquable au début de mon


ministère à la radio. Lorsque j’ai commencé ce ministère, le
nombre des choses qui allaient de travers de façon simultanée
au bureau et dans la production était étonnant. Le matériel qui
aurait dû fonctionner parfaitement, cessait tout à coup de
marcher. Le personnel devenait malade, les messages se
50
perdaient. La confusion régnait dans notre bonne organisation
normale. J’ai alors compris qu’il me fallait étendre le bouclier
de la foi. Satan contre-attaquait; comme il ne pouvait me
toucher personnellement, il s’en prenait à ceux qui
soutenaient mon ministère, et à ce dont j’avais besoin.
Cependant, j’ai étendu le bouclier de la foi et je me suis
opposé à cette puissance de confusion, la paix et l’ordre furent
alors restaurés. A nouveau j’ai appris une leçon. Il nous faut
étendre le bouclier de la foi pour une complète protection.

* * * * * * *

51
Chapitre 11

Le casque du salut

La cinquième pièce de l’équipement est le casque du salut. Je


vous raconterai certaines vérités précieuses que j’ai apprises à
travers mes propres combats.

Lorsque je pense à ces combats, je me souviens des paroles de


Paul dans Romains 8: 37:

Mais dans toutes ces choses, nous sommes plus que


vainqueurs par celui qui nous a aimés.

Qu’est ce que cela veut dire, "nous sommes plus que


vainqueurs"? Cela signifie que, non seulement nous
remportons la victoire, mais nous sortons de la bataille avec
plus que lorsque nous nous y sommes engagés. J’ai vérifié
cela de nombreuses fois dans ma propre expérience.

En parlant de la cuirasse, nous avons vu qu’elle protège le


cœur. En considérant le casque, nous voyons qu’il protège la
tête, qui représente nos pensées. Nous parlons donc d’un
casque qui protège nos pensées.

Nous avons vu auparavant que le champ de bataille où se livre


toute cette guerre spirituelle est le domaine de l’esprit humain.
Puisque les pensées constituent le champ de bataille, il est
évident qu’il nous faut faire très attention à les protéger.

Mon expérience en tant qu’auxiliaire hospitalier pendant la


seconde guerre mondiale m’a montré ceci. Dans le domaine
naturel, une personne blessée à la tête ne pourra pas se servir
du reste de son équipement. Ce peut être un soldat brave et
53
efficace qui dispose d’un bon équipement, mais s’il est blessé
à la tête, il lui devient difficile de rester performant ou de se
servir efficacement de son matériel.

Cela est aussi vrai dans le domaine spirituel pour de


nombreux travailleurs chrétiens. J’ai eu le privilège d’exercer
mon ministère, à de nombreuses reprises et à divers endroits,
aux côtés de nombreux serviteurs et servantes de Dieu. Je
pense tout spécialement aux missionnaires, qui sont souvent
sous une pression spirituelle intense. Certains missionnaires
avec qui j’ai travaillé étaient des hommes et femmes dévoués
et compétents, avec une grande aptitude et un réel appel.
Pourtant, souvent ils se laissaient atteindre à la tête. Je veux
dire par là, qu’ils devenaient victimes de la dépression et de la
méfiance envers d’autres ouvriers chrétiens. Ce problème
dans leurs pensées les empêchait d’être les serviteurs et les
missionnaires de Dieu efficaces qu’ils auraient pu être. Ayant
été blessés à la tête, ils ne pouvaient se servir du reste de leur
équipement.

Personnellement, j’ai eu pendant de nombreuses années une


lutte terrible contre la dépression. J’avais l’impression d’avoir
une sorte de brume noire ou de nuage sur moi, m’enveloppant,
me coupant du monde et me rendant la communication avec
les autres très difficile. J’éprouvais un sentiment de désespoir,
et bien qu’étant, d’une certaine façon, un serviteur de Dieu
doué et qualifié, j’avais ce sentiment que "les autres peuvent,
mais toi tu ne peux pas. Tu n’y arriveras jamais. Il va falloir
que tu abandonnes".

J’ai lutté contre cette dépression pendant de nombreuses


années et j’ai fait tout ce que je pouvais: prier, jeûner,
chercher Dieu, lire la Bible. Et puis un jour, Dieu m’a donné
la révélation qui a résolu mon problème. J’étais en train de
lire Esaïe 61: 3:
54
Pour accorder à ceux de Sion qui sont dans le deuil,
pour leur donner de la splendeur au lieu de cendre,
une huile de joie au lieu du deuil, un vêtement de
louange au lieu d’un esprit abattu...

Lorsque j’ai lu cette expression "un esprit abattu", quelque


chose a réagi au-dedans de moi et je me suis dit "C’est mon
problème, c’est de cela qu’il me faut être délivré." J’ai lu
d’autres passages bibliques sur la délivrance, j’ai prié une
simple prière de foi et Dieu m’a délivré surnaturellement de
cet esprit abattu.

C’est alors que j’ai compris qu’il me fallait une protection


particulière pour la tête. Le passage d’Ephésiens 6 m’était
familier, je me suis dit "ce doit être cela le casque du salut."

Je me suis alors demandé si, parce que j’étais sauvé, j’avais


automatiquement le casque. J’ai compris qu’il n’en était rien,
car, lorsqu’il leur dit de revêtir le casque du salut, Paul écrit à
des personnes déjà converties. J’ai été guidé vers un passage
parallèle dans 1 Thessaloniciens 5:8:

Mais nous qui sommes du jour, soyons sobres:


revêtons la cuirasse de la foi et de l’amour, ainsi que
le casque de l’espérance du salut.

En lisant cette expression, "l’espérance du salut", j’ai eu une


révélation instantanée du Saint-Esprit. J’ai vu que la
protection pour la pensée, c’est l’espérance, mais la
protection du cœur, c’est la foi. Nous les mélangeons souvent.
La foi biblique est dans le cœur: "car en croyant du cœur on
parvient à la justice". La foi biblique est la cuirasse qui
protège le cœur. L’espérance est la protection de la pensée.

Il nous faut voir le lien entre la foi et l’espérance. Ceci est


55
clairement montré dans Hébreux 11:1:

Or la foi, c’est l’assurance des choses que l’on


espère...

La foi, c’est la réalité fondamentale sur laquelle est bâtie


l’espérance. Lorsque notre foi est fondée, notre espérance
aussi est fondée. Lorsque notre foi est sans fondement, notre
espérance aussi est sans fondement. L’espérance peut n’être
que le fait de prendre ses désirs pour la réalité, mais lorsque
nous avons un réel fondement à notre foi, nous pouvons bâtir
une espérance solide, constituant une protection pour nos
pensées.

J’aimerais définir l’espérance de manière simple, selon


l’Ecriture. L’espérance est une attente calme et ferme de
bonnes choses basées sur les promesses de la parole de Dieu.
En un sens, il s’agit d’un optimisme continu. C’est cela la
protection de la pensée. L’espérance est une attitude optimiste
qui choisit toujours de voir ce qui est meilleur et ne cède pas à
la dépression, au doute et à l’apitoiement sur soi-même.

Il y a un principe suffisant pour l’espérance dans la parole de


Dieu - Romains 8:28:

Nous savons, du reste, que toutes choses coopèrent


au bien de ceux qui aiment Dieu, de ceux qui sont
appelés selon son dessein.

Si nous sommes certains que tout ce qui se passe dans notre


vie coopère à notre bien, alors il n’y a jamais de raison d’être
pessimiste. Chaque situation est toujours un motif à
l’optimisme, cet optimisme est un casque. Lorsque nous le
portons, nos pensées sont protégées contre toutes les attaques
subtiles de Satan: doute, découragement, apitoiement sur soi,
56
méfiance, etc.
Lorsque le Saint-Esprit m’a montré que le casque qui protège
notre pensée, c’est l’espérance, c’était comme si on m’avait
prêché un sermon. Un certain nombre de passages du
Nouveau Testament, traitant de l’espérance, se sont
cristallisés. Permettez-moi d’en citer quelques uns. Romains
8:24 dit:
Car c’est en espérance que nous avons été sauvés.
Qu’est ce que cela signifie? Pas d’espérance, pas de salut.
L’espérance est une partie essentielle de notre expérience du
salut. Contrastez cela avec la condition de ceux qui ne sont
pas sauvés, dans Ephésiens 2:12:
[Avant de connaître Christ]... vous étiez sans Christ,
privés du droit de cité en Israël, étrangers aux
alliances de la promesse, sans espérance et sans
Dieu dans le monde.
Etre sans Christ, sans espérance et sans Dieu, c’est la
condition des perdus. Cela ne devrait jamais être la condition
des chrétiens. Si nous avons Christ, alors nous avons
l’espérance et nous avons Dieu. Colossiens 1:27 dit:
... à qui Dieu a voulu faire connaître quelle est la
glorieuse richesse de ce mystère parmi les païens,
c’est à dire: Christ en vous, l’espérance de la gloire.
Le véritable mystère, le secret de l’Evangile, c’est "Christ en
vous". Si Christ est en vous, alors vous avez de l’espérance. Si
vous n’avez pas d’espérance, c’est comme si Christ n’était
pas en vous. Vous n’êtes pas une âme perdue, mais vous
n’expérimentez pas la vie du salut. L’espérance dans nos
pensées est une part essentielle de notre expérience du salut.
Dans Hébreux 6:17-20, il y a deux belles images de
l’espérance:

57
Dieu, voulant donner aux héritiers de la promesse
une preuve supplémentaire du caractère immuable
de sa décision, intervint par un serment, afin que, par
deux actes immuables, dans lesquelles il est
impossible que Dieu mente, nous ayons un puissant
encouragement, nous dont le seul refuge a été de
saisir l’espérance qui nous était proposée. Cette
espérance, nous l’avons comme une ancre solide et
ferme, pour notre âme; elle pénètre au-delà du voile,
là ou Jésus est entré pour nous, comme un
précurseur.
La première image de l’espérance, c’est un autel. Sous
l’ancienne alliance, l’autel était un lieu de protection contre
ceux qui voulaient la vengeance du sang. En fuyant vers
l’autel, on était en sécurité. L’auteur de l’épître aux Hébreux
nous dit que lorsque tout est contre nous, il nous faut fuir vers
l’autel, en saisir les cornes et ne permettre à rien ni à personne
de vous ôter de là. L’autel, c’est l’espérance.
Deuxièmement, l’espérance est comme une ancre qui se
plante dans l’éternité, dans la présence de Dieu. Dans ce
monde, nous sommes comme un petit navire sur la mer, tout
autour de nous étant temporaire, sans permanence, sans
fiabilité et changeant constamment. Il n’y a rien pour nous
donner de la stabilité et de la sécurité. Si nous voulons cette
stabilité et cette sécurité, il nous faut une ancre qui se plante
dans l’éternité, dans le rocher éternel. Lorsque nous avons
l’espérance, nous sommes alors ancrés.
Finalement, dans Hébreux 10:23, nous lisons:

Confessons notre espérance sans fléchir...


Continuons dans l’espérance. N’abandonnons pas l’espérance,
et soyons optimistes. C’est la protection de nos pensées.
* * * * * * *
58
Chapitre 12

L’épée de l’Esprit

Il y a une chose qui distingue l’épée des cinq autres articles


que nous avons examinées. L’épée est le premier élément à ne
pas être purement défensif. Sans elle, nous n’avons aucun
moyen de repousser le diable. Si nous revêtons toutes les
autres pièces de l’armure, nous pourrons empêcher le diable
de nous blesser, mais nous ne pouvons le chasser de notre
présence. Dans cette liste, la seule chose qui puisse le faire,
c’est l’épée, appelée "la parole de Dieu".

La Bible compare la parole de Dieu à une épée, car elle perce


et pénètre. Hébreux 4:12 déclare:

Car la parole de Dieu est vivante et efficace, plus


acérée qu’aucune épée à double tranchant; elle
pénètre jusqu’à la division de l’âme et de l’esprit, des
jointures et des moelles; elle est juge des sentiments
et des pensées du cœur.

La parole de Dieu pénètre toutes les parties de la personnalité


humaine. Elle pénètre jusqu’aux moelles, le partie la plus
profonde de l’être physique. Elle pénètre et divise ainsi entre
l’âme et l’esprit, la partie la plus profonde de la personnalité
humaine. Elle est plus acérée qu’une épée à double tranchant.

Dans Apocalypse 1:16, lorsque Jean a une vision de Jésus


dans sa gloire, comme Seigneur de l’Eglise, une des choses
qu’il voit est une épée qui sort de la bouche de Jésus.

Il avait dans sa main droite sept étoiles, de sa bouche


sortait une épée aiguë à deux tranchants.
59
Cette épée aiguë à deux tranchants est la parole de Dieu qui
sort de la bouche de Jésus. Puisqu’il est montré dans les
Ecritures que Jésus lui-même utilise l’épée de la parole de
Dieu, nous ferions bien d’étudier comment Jésus s’en est
servi pendant sa vie terrestre. L’illustration la plus claire de
cela se trouve dans Matthieu 4:1-11 qui décrit la tentation de
Jésus par Satan dans le désert. Permettez-moi de vous
montrer que chaque fois que Jésus rencontre Satan
personnellement, la seule arme qu’il utilise contre lui, c’est
l’épée de l’Esprit ou la parole de Dieu.

Alors Jésus fut emmené par l’Esprit dans le désert,


pour être tenté par le diable. Il jeûna quarante jours
et quarante nuits, puis il eut faim. Le tentateur
s’approcha de lui et dit: Si tu es le Fils de Dieu,
ordonne que ces pierres deviennent des pains; Jésus
répondit: Il est écrit: L’homme ne vivra pas de pain
seulement, mais de toute parole sort de la bouche de
Dieu. Le diable le transporta dans la ville sainte, le
plaça sur le haut du temple et lui dit: Si tu es le Fils
de Dieu, jette-toi en bas, car il est écrit: Il donnera
des ordres à ses anges à ton sujet: et ils te porteront
sur les mains, de peur que ton pied ne heurte contre
une pierre. Jésus lui dit: D’autre part il est écrit: Tu
ne tenteras pas le Seigneur ton Dieu. Le diable le
transporta encore sur une montagne très haute, lui
montra tous les royaumes du monde et leur gloire, et
lui dit: Je te donnerai tout cela, si tu te prosternes et
m’adores. Jésus lui dit: Retire-toi de moi Satan! Car
il est écrit: Tu adoreras le Seigneur, ton Dieu, et à lui
seul, tu rendras un culte. Alors le diable le laissa. Et
voici que des anges s’approchèrent de Jésus pour le
servir.

J’aimerais souligner certains faits intéressants à propos de ce


60
passage. Premièrement, ni Jésus, ni Satan n’ont mis en
question l’autorité de l’Ecriture. N’est ce pas remarquable? Et
Jésus a cité à chaque reprise des versets de Deutéronome, le
livre le plus attaqué par les théologiens et critiques modernes.
Ils connaissaient tous deux l’autorité de ces paroles. Ma
conviction est que Jésus et le diable avaient plus de sagesse
que les théologiens modernes.

Deuxièmement, la tentation de Jésus était, à la base, une


tentation fondée sur le doute. Chaque fois que Satan à
commencé avec le mot "si", il a remis quelque chose en
question.

Troisièmement, comme je l’ai déjà indiqué, Jésus n’a pas


changé de méthode pour faire face à Satan. Il s’est toujours
servi de la même arme contre lui, la parole de Dieu. "Il est
écrit ... il est écrit ... il est écrit ..."

Il est clair que le diable peut citer l’Ecriture, mais à mauvais


escient. Il a cité le Psaume 91 mais Jésus a cité Deutéronome
à nouveau. Le diable a essayé d’utiliser l’Ecriture contre le
Fils de Dieu. S’il l’a fait contre Jésus, il peut le faire contre
nous. Il nous faut bien connaître la parole de Dieu et bien
l’appliquer, si nous voulons être à même de faire face au
diable. Il nous faut veiller à ceux qui voudraient nous faire
appliquer l’Ecriture à mauvais escient, pour nous inciter à
faire ce qui est mal.

Jésus n’a pas répondu au diable avec de la théologie, ou en lui


présentant son affiliation religieuse. Il n’a pas mentionné à
quelle synagogue il allait ni quel rabbin l’avait enseigné. Il est
allé chaque fois droit aux Ecritures. "Il est écrit ... il est écrit ...
il est écrit ..." Après le troisième coup de cette épée à double
tranchant, Satan a reculé. Il en avait assez. Vous et moi avons
le privilège d’avoir l’usage de la même arme.
61
Dans Ephésiens 6:17, lorsque Paul parle de l’épée de l’Esprit,
la parole de Dieu, le mot grec qu’il utilise pour dire "parole"
est rhema, qui signifie toujours une parole parlée. Il est
important de réaliser que l’épée de l’Esprit n’est pas la Bible
sur l’étagère ou la table de chevet. Cela ne fait pas peur au
diable. Mais lorsque vous prenez l’Ecriture en bouche et que
vous la citez directement, alors elle devient l’épée de l’Esprit.

Remarquez aussi l’importance de la phrase "l’épée de


l’Esprit." Ceci indique la coopération entre le croyant et le
Saint-Esprit. Il nous faut saisir l’épée. Le Saint-Esprit ne le
fera pas pour nous. Mais lorsque nous prenons l’épée dans la
foi, alors le Saint-Esprit nous donne la force et la sagesse de
l’utiliser.

* * * * * * *

62
Chapitre 13

L’endroit à découvert

Nous avons maintenant abordé les six armes protectrices. Il


s’agit de la ceinture de la vérité, de la cuirasse de la justice,
des chaussures de la préparation que donne l’Evangile de paix,
du bouclier de la foi, du casque du salut et de l’épée de
l’Esprit qui est la parole de Dieu. Si nous nous revêtons de
cette armure protectrice que Dieu nous a donnée nous serons
complètement protégés de la tête aux pieds, sauf pour une
partie du corps.

L’endroit à découvert est notre dos. Je crois que cela nous


parle et a une double signification. Premièrement, ne tournez
jamais le dos au diable, car vous lui donneriez ainsi l’occasion
de vous blesser là où vous êtes sans protection. En d’autres
mots, n’abandonnez jamais la partie. Ne vous détournez
jamais pour dire: "J’en ai assez. Je ne peux plus le supporter.
Je ne tiens plus." Cela reviendrait à présenter au diable votre
dos sans protection, et vous pouvez être sûr qu’il saisirait
l’occasion de vous blesser.

Deuxièmement, nous ne sommes pas toujours à même de


protéger notre propre dos. Dans les légions romaines, les
fantassins combattaient en rangs serrés. Le mot grec qui
signifie le rang serré est phalanx. On les formait à se battre
ainsi sans jamais rompre les rangs. Chaque soldat connaissait
le soldat à sa droite et celui à sa gauche, et s’il se trouvait en
difficulté et ne pouvait pas se protéger le dos, il y avait
toujours un autre soldat pour le faire à sa place.

Je crois qu’il en est de même pour nous chrétiens. Nous ne


pouvons nous en prendre au royaume du diable si nous
63
sommes seuls et isolés. Il faut nous soumettre à la discipline
et trouver notre place dans le Corps (qui est l’armée de Christ),
et savoir qui se tient à notre droite et à notre gauche. Il nous
faut être à même de faire confiance à nos compagnons. Ainsi,
lorsque nous nous trouverons en difficulté, nous saurons qui
est là pour nous protéger le dos quand nous ne pourrons le
faire.

Je suis dans le ministère depuis bientôt quarante ans et j’ai vu


beaucoup de choses. La tragédie dans notre vie chrétienne,
c’est que parfois celui qui nous protège le dos est celui-là
même qui nous blesse. Si souvent, nous sommes blessés dans
le dos par nos compagnons chrétiens. C’est quelque chose qui
ne devrait jamais arriver. Décidons de serrer les rangs, de
nous protéger le dos mutuellement et de ne pas nous blesser
les uns les autres.

* * * * * * *

64
Troisième partie:

Les armes d’attaque

Chapitre 14

Passer à l’attaque

Nous venons de voir les six pièces d’armure défensive dont


Paul fait la liste dans Éphésiens 6:14-17: la ceinture de la
vérité, la cuirasse de la justice, les souliers de la préparation
de l’Evangile, le bouclier de la foi, le casque du salut, et
l’épée de l’esprit. Je vous ai fait remarquer qu’à l’exception
de l’épée, toutes ces pièces sont essentiellement pour notre
propre protection et notre défense. Même l’épée a une
distance de frappe limitée par le bras de celui qui la manie. En
d’autres mots, dans cette liste de matériel défensif, il n’y a
rien qui nous permette d’affronter les forteresses et bastions
de Satan, décrites dans 2 Corinthiens 10: 4 et 5, que nous
sommes pourtant appelés à détruire comme nous le dit Paul.

Il nous faut maintenant passer de la défensive à l’offensive. Il


nous faut étudier les armes d’attaque nous permettant
d’assaillir et de détruire les forteresses de Satan. Il nous est
important de constater notre obligation de prendre l’offensive,
d’aller de l’avant et d’attaquer activement le royaume de
Satan. Aucune armée n’a jamais gagné la guerre en restant sur
la défensive, c’est une réalité historique.

La question suivante fut posée à un célèbre général français,


vers le début de ce siècle: "Lors d’une guerre, quelle est
l’armée qui gagne?". Le général répondit: "Celle qui avance".
Il s’agit sans doute là d’une simplification extrême, pourtant
65
il est néanmoins vrai que nous ne gagnerons jamais une
guerre en battant en retraite, ni même si nous nous contentons
de ne pas perdre de terrain. Tant que Satan maintient l’église
sur la défensive, son royaume ne sera jamais renversé. Dés
lors, nous sommes dans l’obligation absolue d’abandonner
notre position de défense et de protection pour prendre une
position d’attaque.

Lorsque Jésus a dévoilé pour la première fois son plan pour


l’église, il le voyait en situation d’offensive, attaquant les
forteresses de Satan. C’est dans Matthieu 16:18 que l’Eglise
est mentionnée pour la première fois dans le Nouveau
Testament. Jésus parle à Pierre, et dit:

Et moi, je te dis que tu es Pierre, et que sur cette


pierre je bâtirai mon Eglise, et que les portes du
séjour des morts ne prévaudront pas contre elle.

On pourrait aussi traduire de la façon suivante: toutes les


portes de l’enfer ne seront pas trop fortes pour elle. Le mot
grec signifiant enfer (ou séjour des morts) est hades. Le sens
étymologique du mot hades est "invisible, inaperçu". Ainsi,
hades ou l’enfer, est le monde invisible du royaume de Satan.

Jésus parle de son Eglise à la lumière de deux activités


primordiales: la construction et le combat. Ces choses vont
toujours ensemble. Cela ne sert à rien de combattre, si l’on ne
bâtit pas. D’un autre côté, on ne peut bâtir sans combattre. Il
nous faut donc constamment avoir à l’esprit le besoin de bâtir
l’Eglise et de combattre les forces de Satan. Nombreux sont
ceux qui ont mal compris ces paroles. Ils ont cru que Jésus
dépeignait une Eglise sur la défensive, comme une ville
assiégée par les forces de Satan. Ils ont cru que la promesse
signifiait que Satan ne pourrait enfoncer la porte de la ville
avant que Jésus ne vienne emporter l’Eglise. Il s’agit là d’une
66
conception complètement défensive de l’Eglise dans le
monde. C’est tout à fait faux.

Jésus montre l’Eglise sur l’offensive, attaquant les portes de


Satan. Jésus promet que les portes de Satan ne soutiendront
pas l’attaque de l’Eglise et qu’il ne saura pas la refouler. Ce
n’est pas l’Eglise qui essaye de repousser Satan; c’est ce
dernier qui essaye de refouler l’église. Jésus nous promet que,
si nous lui obéissons comme à notre commandant en chef,
nous pourrons alors avancer, prendre d’assaut les citadelles
de Satan, briser ses portes, libérer ses prisonniers et emporter
son butin. C’est là la tâche de l’Eglise; une tâche
essentiellement offensive plutôt que défensive.

Le mot "porte" a une grande signification dans l’Ecriture.


Premièrement, la porte est le lieu de consultation et
d’exercice d’autorité. Par exemple, dans Proverbes 31:23, il
est dit de la femme idéale, la femme fidèle:

Son mari est considéré aux portes, lorsqu’il siège


avec les anciens du pays.

Remarquez que la porte de la ville était le lieu où le conseil


des anciens la gouvernant exerçait son autorité et administrait
la ville. Ainsi, lorsque l’Ecriture dit que les portes de Satan ne
prévaudront pas contre l’église, cela signifie que les conseils
de Satan ne prévaudront pas contre elle, mais qu’ils
échoueront et n’aboutiront à rien.
Lors de l’assaut d’une ville, l’endroit où il est naturel
d’attaquer est aux portes, car elles sont plus faibles que les
murs. Esaïe 28:6 dit:

Et une force pour ceux qui repoussent l’ennemi


jusqu’à ses portes.

67
L’image qui est présentée est celle de l’Eglise se lançant à
l’assaut des portes de la citadelle de Satan. Les portes de
Satan ne seront pas à même d’empêcher l’Eglise d’entrer. Il
nous faut donc cesser de penser défensivement, et commencer
à penser offensivement.

D’après mon expérience, la plupart des chrétiens ont cette


attitude: "Je me demande où le diable va encore nous
attaquer?". Est ce que cela ne devrait pas être le contraire?
C’est plutôt le diable qui devrait se demander où l’Eglise va
encore le frapper!

Pour poursuivre ce thème d’une Eglise qui passe à l’attaque,


je veux expliquer le fondement biblique pour cette action. Il
se trouve principalement dans Colossiens 2:15, qui décrit ce
que Dieu accomplit lorsque Christ est mort sur la croix à notre
place.

Il a dépouillé (c’est à dire désarmé) les principautés


et les pouvoirs...

Les principautés et les pouvoirs constituent les mêmes forces


spirituelles dont il est fait référence dans Éphésiens 6:12. Au
travers de la croix, Dieu a désarmé ces principautés et ces
pouvoirs. Avez-vous réalisé que Satan est laissé désarmé? Il a
été dépouillé de ses armes. Dieu, au travers de la croix a
désarmé les principautés et les pouvoirs. Ensuite, il est dit:

Il les a livrés en spectacle, en triomphant d’eux par la


croix.

Ainsi, au travers de la croix, Dieu a désarmé le royaume de


Satan. Il a livré les représentants du royaume de Satan
publiquement en spectacle et il a triomphé d’eux par la croix.

68
Un triomphe n’est pas tant une victoire que la célébration
d’une victoire déjà remportée. Il s’agit de démontrer
publiquement que la victoire a été remportée.
Sur la croix, Jésus n’a pas remporté de victoire pour lui même.
Il avait déjà sa victoire. Mais en tant que notre représentant, il
a remporté la victoire de notre part. Ainsi, sa victoire devient
notre victoire. 2 Corinthiens 2:14 déclare:

Grâces soient rendues à Dieu, qui nous fait toujours


triompher en Christ, et qui par nous, répand en tout
lieu l’odeur de sa connaissance.

Il nous faut, "toujours" et "en tout lieu", proclamer la victoire


de Christ. Dieu démontrera publiquement, à travers nous, la
victoire remportée par Christ sur les principautés et les
pouvoirs de Satan. Cette victoire s’effectuera au travers de
nous.

Voici le dernier appel de Jésus donné à ses disciples en


Matthieu 28:18-19:

Jésus s’approcha et leur parla ainsi: Tout pouvoir


m’a été donné dans le ciel et sur la terre. (Si Jésus a
tout pouvoir, il n’en reste plus pour personne, sauf
pour ceux à qui il en donne.) Allez, faites de toutes les
nations des disciples, baptisez-les au nom du Père,
du Fils et du Saint-Esprit.

Jésus disait que tout pouvoir lui avait déjà été donné et que,
dès lors, ses disciples devaient "aller". Qu’est ce que cela
signifie? Je crois que cela veut dire qu’ils pouvaient aller et
exercer, de la part de Jésus, l’autorité qu’il avait déjà
acquise." Notre tâche est d’imposer la victoire, de démontrer
le triomphe et d’exercer l’autorité que Jésus a remportée pour
nous. L’autorité n’est efficace que si elle est exercée. Si nous
69
n’exerçons pas l’autorité que Jésus nous a donnée, celle-ci
reste inefficace.

Le monde ne peut voir la victoire de Christ que quand nous la


démontrons. Christ a remporté la victoire. Notre tâche est de
démontrer cette victoire, que Christ a déjà remportée sur
Satan et son royaume. Nous ne pouvons faire ceci que lorsque
nous passons de la défensive à l’offensive.

* * * * * * *

70
Chapitre 15

La prière comme arme

Afin de nous permettre d’assaillir et de détruire les forteresses


de Satan, Dieu nous a donné les armes spirituelles déjà
indiquées. 2 Corinthiens 10:4 dit:

Car les armes avec lesquelles nous combattons ne


sont pas charnelles (c’est-à-dire qu’elles ne sont pas
physiques ou matérielles, il ne s’agit pas de bombes,
de balles, de chars, ou d’avions), mais elles sont
puissantes devant Dieu, pour renverser des
forteresses.

Il s’agit, bien entendu, des forteresses de Satan. En d’autres


mots, Dieu nous a procuré des armes spirituelles. Me basant
sur l’étude et l’expérience personnelles, je crois que l’Ecriture
nous révèle quatre armes spirituelles d’attaque principales. Ce
sont la prière, la louange, la prédication et le témoignage.
Nous examinerons tout d’abord l’arme de la prière.

Il me faut préciser que la prière est beaucoup plus qu’une


arme. Il y a de nombreux aspects différents à la prière. Un de
ces aspects est qu’elle est une arme du combat spirituel. Je
crois qu’il s’agit de l’arme la plus puissante que Dieu nous a
réservée.

Dans Éphésiens 6:18, après que Paul ait fait la liste de


l’armure défensive du chrétien, il dit:

Priez en tout temps par l’Esprit, avec toutes sortes de


prières et de supplications.

71
A ce moment, il passe de la défensive à l’offensive. Ce n’est
pas par hasard que cela se produit directement après la liste
des pièces de l’armure défensive. Il fait mention de la plus
grande de toutes les armes d’attaque, c’est à dire la prière.

Pensez à la prière comme à un missile balistique


intercontinental. C’est un missile qui est lancé à partir d’un
continent et qui est guidé par un système de pilotage
perfectionné pour atteindre sa cible sur un autre continent. La
prière n’est limitée ni par le temps ni par la distance. C’est
comme un missile balistique intercontinental avec lequel
nous pouvons assaillir les forteresses de Satan, même dans les
lieux célestes.

Un exemple de prière d’attaque nous est donné dans Actes


12:1-6. L’Eglise était persécutée par le roi Hérode. Jacques,
un des responsables de l’Eglise avait déjà été exécuté par
Hérode. Pierre se trouvait maintenant en état d’arrestation et
devait être exécuté bientôt. Voici la situation:

Vers le même temps, le roi Hérode se mit à maltraiter


quelques membres de l'Église, et il fit mourir par
l'épée Jacques, frère de Jean. Voyant que cela était
agréable aux Juifs, il fit encore arrêter Pierre. -
C'était pendant les jours des pains sans levain. -
Après l'avoir saisi et jeté en prison, il le mit sous la
garde de quatre escouades de quatre soldats chacune,
avec l'intention de le faire comparaître devant le
peuple après la Pâque. Pierre donc était gardé dans
la prison; et l'Église ne cessait d'adresser pour lui
des prières à Dieu. La nuit qui précéda le jour où
Hérode allait le faire comparaître, Pierre, lié de deux
chaînes, dormait entre deux soldats; et des
sentinelles devant la porte gardaient la prison.

72
Pierre se trouvait dans une prison de haute sécurité. Hérode
était tellement décidé à ne permettre à personne de le libérer,
qu’il le fit garder jour et nuit par quatre escouades de quatre
soldats chacune et qui se relevaient toutes les quatre heures. Il
semblerait qu’il était enchaîné à un soldat, par les mains ou
par les pieds. Toute évasion paraissait complètement
impossible. L’Eglise, pourtant, priait avec ardeur.

Une crise remet toujours nos priorités en ordre. Je ne sais avec


quelle ardeur l’église priait auparavant, mais tout à coup,
Jacques n’est plus parmi eux. Maintenant, ils comprennent
que Pierre risque le même sort. Voilà de quoi susciter une
prière ardente. Ils ne priaient pas uniquement le jour, mais
l’on rapporte qu’ils priaient aussi la nuit. Il est important de
constater qu’il est des moments où prier seulement pendant le
jour n’est pas suffisant. Jésus dit dans Luc 18 qu’il fera justice
à ses élus qui crient vers lui le jour et la nuit. Une certaine
intensité dans la prière est parfois nécessaire afin de
provoquer l’intervention de Dieu.

Jésus avait fait une promesse à Pierre dans Jean 21:18-19:

En vérité, en vérité, je te le dis, quand tu étais plus


jeune, tu attachais toi-même ton vêtement et tu allais
où tu voulais; mais quand tu seras vieux, tu étendras
tes mains, et un autre te l’attachera et te mènera où tu
ne voudras pas. Il dit cela pour indiquer de quelle
mort Pierre glorifierait Dieu. Après avoir ainsi parlé,
il lui dit: Suis-moi.

Je me demande si Pierre avait pensé à cette promesse alors


qu’il se trouvait en prison. Jésus avait dit "Quand tu seras
vieux..." Pierre alors n’était pas encore vieux. J’imagine qu’il
a dû se dire que quelque chose allait se produire pour que la
parole de Jésus s’accomplisse. Elle s’est accomplie mais cela
73
a nécessité la prière de l’Eglise.

Dieu a répondu à la prière de l’Eglise par l’envoi d’un ange


pour libérer Pierre. Actes 12:8-11 dit:

Et l’ange lui dit: Mets ta ceinture et attache tes


sandales. Et il fit ainsi. L’ange lui dit: Enveloppe-toi
de ton manteau, et suis-moi. Pierre sortit et le suivit;
il ne savait pas que l’intervention de l’ange était
vraie, mais il pensait avoir une vision. Lorsqu’ils
eurent passé la première garde, puis la seconde, ils
arrivèrent à la porte de fer qui mène à la ville; elle
s’ouvrit d’elle-même devant eux; ils sortirent et
s’avancèrent dans la rue. Aussitôt l’ange le quitta.
Revenu à lui, Pierre dit: Maintenant je sais vraiment
que le Seigneur a envoyé son ange, et qu’il m’a
délivré de la main d’Hérode et de tout ce que le
peuple juif attendait.

La réponse de Dieu aux prières de l’Eglise a été l’intervention


surnaturelle d’un ange. Cependant, la délivrance n’était que la
première partie de ce qui a résulté de leur prières. Il nous faut
considérer la seconde partie, qui était un jugement par l’ange
sur le persécuteur, le roi Hérode. Dans Actes 12:19-23, nous
lisons:

Hérode le fit rechercher, mais ne le trouva pas; il fit


juger les gardes, et donna l’ordre de les exécuter.
Ensuite, il descendit de la Judée à Césarée, pour y
séjourner. Il était en conflit avec les Tyriens et les
Sidoniens. Mais ils vinrent le trouver d’un commun
accord; et, après avoir gagné Blastus, le chambellan
du roi, ils sollicitèrent la paix, parce que leur pays
tirait sa subsistance de celui du roi. Au jour fixé,
Hérode, revêtu de ses habits royaux, s’assit à la
74
tribune et les harangua. Le peuple s’écria: Voix d’un
dieu, et non d’un homme! (Ils flattaient Hérode en le
faisant l’égal d’un Dieu - notez le résultat) A l’instant,
un ange du Seigneur le frappa, parce qu’il n’avait
pas donné gloire à Dieu. Et, rongé par des vers, il
expira.

Examinons comment la prière fonctionne comme arme


d’attaque dans une telle situation. La prière est entrée dans les
lieux célestes et a provoqué l’intervention des anges. On peut
aussi comparer avec Daniel 10; Daniel prie, et l’ange vient
des cieux avec la réponse.

Le dernier commentaire de l’Ecriture se trouve dans Actes


12:24:

Cependant, la parole du Seigneur se répandait et


progressait.

Il s’agit d’une allusion à la progression irrésistible de la


parole de Dieu, et surtout à la promesse, faite à Pierre par
Jésus - qu’il serait vieux avant de mourir. Mais, il a fallu la
prière pour mettre en vigueur les promesses de la parole. Il
nous faut comprendre ceci: les promesses de la parole de Dieu
ne sont pas là comme substitut à nos prières mais pour les
provoquer. Ces prières sont nécessaires afin de rendre
efficaces les promesses de Dieu dans notre esprit. Nos prières
sont également nécessaires afin de déclencher l’intervention
d’anges en notre faveur.

Les Ecritures déclarent que les anges sont des esprits


serviteurs, envoyés pour notre bien mais qui, en règle
générale, ne viennent pas sans la prière. Par celle-ci, nous
déclenchons l’intervention des anges, ce qui constitue la
réponse de Dieu. Souvenez-vous que la prière franchit
75
l’obstacle céleste constitué par le royaume de Satan et
provoque l’intervention des anges envoyés par Dieu.

* * * * * * *

76
Chapitre 16

La louange comme arme

La grande arme d’attaque qui suit logiquement celle de la


prière est la louange. D’une certaine façon, on peut considérer
la louange comme une forme de prière. Dans la Bible, la
louange est souvent liée à la grandeur de Dieu et à la crainte
qu’il inspire. La louange provoque l’intervention surnaturelle
de Dieu. Elle est aussi la réponse appropriée à cette
intervention. Dans Exode 15:10-11, on trouve le chant de
Moïse et d’Israël, après leur délivrance d’Egypte et la
destruction de l’armée de pharaon dans les eaux de la Mer
Rouge.

Tu as soufflé de ton haleine: la mer les a couverts; ils


se sont enfoncés comme du plomb dans des eaux
puissantes. Qui est comme toi parmi les dieux ô
Eternel? Qui est comme toi magnifique en sainteté,
redoutable (et digne) de louanges, opérant des
miracles?

Remarquez l’expression "redoutable et digne." Par la louange,


Dieu se révèle digne et redoutable, surtout contre les ennemis
de son peuple.

Le Psaume 22:24 déclare:

Vous qui craignez l’Eternel, louez-le! Vous, toute la


descendance de Jacob, glorifiez-le! Tremblez devant
lui, vous, toute la descendance d’Israël!

La louange est la réponse appropriée du peuple de Dieu face à


leur Dieu magnifique, aux actes de combat et de vengeance
77
redoutables qu’il accomplit pour eux.
Le Psaume 8:3 dit:

Par la bouche des enfants et des nourrissons tu as


fondé ta force, à cause de tes adversaires, pour
imposer silence à l’ennemi et au vindicatif.

Nous voyons ici, que Dieu a donné de la force à son peuple


contre ses adversaires. Deux mots sont utilisés pour décrire
l’adversaire. Premièrement, "adversaires" au pluriel. Je crois
qu’il s’agit du royaume de Satan en général. Il s’agit des
principautés, des pouvoirs, des dominations et des autorités
dont il est question dans Ephésiens 6:12. Le deuxième mot est
"ennemi", au singulier. Je crois qu’il s’agit de Satan
lui-même.

Dieu a donné à son peuple de la force pour faire face à tout ce


royaume. La nature de la force que Dieu donne est révélée
plus amplement dans Matthieu 21:15-16. Jésus était dans le
temple, opérant des miracles, et les petits enfants courraient
de ça et de là en criant "Hosanna!". Les chefs religieux
demandèrent à Jésus de faire taire les enfants.

Mais les principaux sacrificateurs et les scribes


furent indignés, à la vue des merveilles qu’il avait
faites, et des enfants qui criaient dans le temple:
Hosanna au Fils de David. Ils lui dirent: Entends-tu
ce qu’ils disent? Oui, leur répondit Jésus.
N’avez-vous jamais lu ces paroles: Tu as tiré des
louanges de la bouche des enfants et de ceux qui sont
à la mamelle?

Jésus leur répondit en citant le Psaume 8:3, mais il a


légèrement changé la citation, il a donné son propre
commentaire en quelque sorte. Le psalmiste dit: "Par la
78
bouche des enfants et des nourrissons tu as fondé ta force".
Jésus dit: "Tu as tiré des louanges". Cela nous montre que la
force du peuple de Dieu est la louange, c’est notre grande
source de force.

Remarquez certaines autres choses à propos de cette


révélation. Premièrement, dans chaque cas il est dit: "De la
bouche". La bouche est notre moyen principal de lancer nos
armes spirituelles contre le royaume de Satan. Secondement,
il est question d’enfants et de nourrissons. Il s’agit de ceux qui
sont sans force propre et doivent dépendre de la force de
Dieu.

En ce temps-là, Jésus prit la parole et dit: Je te loue,


Père, Seigneur du ciel et de la terre, de ce que tu as
caché ces choses aux sages et aux intelligents, et de
ce que tu les as révélées aux enfants. (Matthieu
11:25)

Il parlait de ses propres disciples. Les "enfants" ne sont pas


nécessairement ceux qui sont nouveau-nés dans le sens
naturel, mais plutôt ceux qui sont sans force naturelle propre
et dépendent totalement de la force de Dieu.

Le but de l’utilisation de la louange comme arme est de faire


taire Satan. Ceci s’accorde avec Apocalypse 12:10. C’est une
vision qui doit encore s’accomplir mais qui nous en dit
beaucoup sur l’activité actuelle de Satan.

Alors j’entendis dans le ciel une voix forte qui disait:


Maintenant est arrivé le salut, ainsi que la puissance
et le règne de notre Dieu, et l’autorité de son Christ.
Car il a été précipité, l’accusateur de nos frères,
celui qui les accusait devant notre Dieu jour et nuit.

79
Nous comprenons ici que l’activité première de Satan, et
aussi son arme principale contre nous, est l’accusation. Il
nous accuse continuellement devant Dieu, le jour et la nuit. Il
me semble que si Satan s’affaire jour et nuit, alors nous ne
pouvons nous permettre de nous affairer seulement pendant le
jour. Il nous faut le contrer jour et nuit.

Satan nous accuse pour nous culpabiliser. C’est son arme


principale contre nous.

Vous direz peut-être: "Pourquoi Dieu ne fait-il pas taire


Satan?" Tout simplement parce que Dieu nous a donné le
moyen de le faire et il ne le fera pas pour nous. Le moyen en
question, c’est la louange qui sort de la bouche d’enfants et de
nourrissons. C’est la louange qui monte dans les lieux
célestes, qui atteint le trône de Dieu et fait taire les
accusations de Satan contre nous.

Apocalypse 16:13-14 est prophétique. Je ne vais pas tenter


d’expliquer comment cela va s’accomplir historiquement
mais je voudrais montrer un principe important. Jean dit:

Je vis sortir de la gueule du dragon, de la gueule de la bête et


de la bouche du faux prophète, trois esprits impurs,
semblables à des grenouilles. Ce sont des esprits de démons,
qui opèrent des signes et qui s’en vont vers les rois de toute la
terre, afin de les rassembler pour le combat du grand jour de
Dieu, le Tout-Puissant.

Ce que je veux souligner ici, c’est que les esprits impurs


sataniques opèrent aussi au travers de la bouche. La louange
qui fait taire Satan sort de la bouche du peuple de Dieu. Des
forces spirituelles sataniques sont lancées par la bouche de
ceux qui sont du côté de Satan. De la bouche du dragon, de la
bête et du faux prophète sortent des esprits impurs. Cela
80
indique, dans un certain sens, que le côté qui se servira le plus
efficacement de sa bouche remportera cette guerre spirituelle.
Si nous n’apprenons pas à nous servir de nos bouches, nous
ne pouvons gagner la guerre.

Les esprits impurs sont aussi comparés à des grenouilles. Il


est intéressant de constater que les grenouilles ne font du bruit
que pendant la nuit, et que ces bruits sont incessants, se
répétant durant toutes les heures de l’obscurité. Je crois que
c’est une image saisissante d’un phénomène contemporain
qui nous est familier, la propagande. La propagande est
souvent un instrument satanique pour promouvoir les
idéologies fausses, les buts politiques faux et les dominateurs
dangereux. Un des meilleurs moyens de contrer ces forces,
c’est la louange qui sort de la bouche du peuple de Dieu.

Un autre exemple de la puissance de la louange se trouve dans


le Psaume 149:6-9:

Que les louanges de Dieu soient dans leur bouche, et


l’épée à deux tranchants dans leur main, pour
exercer la vengeance sur les nations, des châtiments
parmi les peuples, pour lier leurs rois avec des
chaînes et leurs dignitaires avec des entraves, pour
exécuter contre eux le jugement qui est écrit! C’est un
honneur éclatant pour tous ses fidèles.

Il est question d’une chose que tous les fidèles peuvent faire
par la louange. Cependant, cette louange est accompagnée
d’une épée à double tranchant qui est la parole de Dieu. En
d’autres mots, la parole de Dieu et la louange doivent aller
ensemble. Combinée avec la parole de Dieu, la louange
devient un instrument de jugement sur les rois et les nations.
Les rois et les dignitaires dont il est question sont les princes
angéliques de Satan et les rois du monde invisible. Nous,
81
peuple des fidèles de Dieu, avons reçu l’autorité de prononcer
sur eux la sentence écrite. En d’autres mots, nous plaçons sur
eux le jugement divin révélé; ce privilège est donné à tous les
saints de Dieu.

Dans 1 Corinthiens 6:2-3, Paul dit aux chrétiens:

Ne savez-vous pas que les saints jugeront le monde?


Ne savez-vous pas que nous jugerons les anges?

L’autorité nous a été donnée, au moyen de la parole de Dieu et


de l’arme de la louange, d’exécuter le jugement de Dieu sur
les anges, les dominateurs, les rois, les peuples et les nations.
Cela sous-entend une puissance et une autorité énormes.

* * * * * * *

82
Chapitre 17

La prédication comme arme

Cette arme d’attaque est liée de façon encore plus directe et


spécifique à la parole de Dieu. Il s’agit uniquement et
exclusivement de la prédication de la parole de Dieu. Il ne
s’agit en aucune façon de la prédication d’autres choses, telles
que la philosophie humaine, l’idéologie politique, ou même
une théologie élaborée.

Nous commencerons avec un commandement solennel de


Paul à Timothée dans 2 Timothée 4:1-4.

Je t’adjure, devant Dieu et devant le Christ Jésus qui


doit juger les vivants et les morts, et au nom de son
avènement et de son royaume, prêche la parole,
insiste en toute occasion, favorable ou non,
convaincs, reprends, exhorte, avec toute patience et
en instruisant. Car il viendra un temps ou les hommes
ne supporteront plus la saine doctrine; mais au gré
de leurs propres désirs, avec la démangeaison
d’écouter, ils se donneront maîtres sur maîtres; ils
détourneront leurs oreilles de la vérité et se
tourneront vers les fables.

Je veux souligner certaines choses d’importance.


Premièrement, la solennité de la charge. Elle est donnée en
présence de Dieu et de Jésus Christ, sachant que Christ jugera
les vivants et les morts et qu’il viendra dans son royaume. Il
s’agit d’une des charges les plus solennelles jamais données à
un serviteur de Dieu.
Deuxièmement, la charge est pour la prédication de la parole.
Elle sous-entend la responsabilité du prédicateur pour ce qu’il
83
prêche. L’allusion au fait que Jésus jugera les vivants et les
morts indique que le prédicateur devra répondre devant le
Seigneur des messages qu’il prêche.

L’avertissement est pour les rebelles qui se complaisent en


eux-mêmes et ne veulent pas entendre la vérité, mais
cherchent des prédicateurs qui prêchent ce qu’ils veulent
entendre. Nous sommes avertis que tous ne recevront pas la
vérité. Néanmoins, malgré l’opposition et la critique, la
charge est de prêcher la parole de Dieu.

L’Ecriture à beaucoup de choses à dire sur l’efficacité de la


parole de Dieu. Dans Esaïe 55:11, Dieu dit:

Ainsi en est-il de ma parole qui sort de ma bouche:


elle ne retourne pas à moi sans effet, sans avoir
exécuté ma volonté et accompli avec succès ce pour
quoi je l’ai envoyée.

A nouveau, dans Jérémie 23:29, Dieu dit:

Ma parole n’est-elle pas comme un feu - oracle de


l’Eternel - et comme un marteau qui fait éclater le
roc?

Puis, dans Hébreux 4:12, il est déclaré:

Car la parole de Dieu est vivante et efficace, plus


acérée qu’aucune épée à double tranchant; elle
pénètre jusqu’à la division de l’âme et de l’esprit, des
jointures et des moelles; elle est juge des sentiments
et des pensées du cœur.

La parole de Dieu prêchée a une grande puissance. Il est


garanti qu’elle ne restera pas sans fruit. Elle accomplira le bon
84
plaisir de Dieu. C’est un marteau qui brisera toute pierre
s’opposant au plan de Dieu. C’est comme une épée acérée qui
pénètre jusqu’aux parties les plus profondes de la
personnalité humaine et qui découvre les secrets des cœurs et
des pensées humaines.

Dans Actes 19:8-10, on trouve un exemple de cette puissance


lors du ministère de Paul à Ephèse:

Paul entra dans la synagogue, où il parla


ouvertement; pendant trois mois il s’entretenait avec
eux et les persuadait en ce qui concerne le royaume
de Dieu. Mais, comme quelques uns restaient
endurcis et incrédules, et décriaient devant la
multitude la Voie (du Seigneur), il se retira d’eux,
prit les disciples à part et eut des entretiens chaque
jour dans l’école de Tyrannus. Cela dura deux ans,
de sorte que tous ceux qui habitaient l’Asie, Juifs et
Grecs, entendirent la parole du Seigneur.

Trois adjectifs décrivent cette prédication de Paul: intensive,


continue et ample. Quotidiennement, pendant deux ans, il
enseigna la parole de Dieu. L’ampleur consistait en ce que sa
prédication atteignit toute la large province d’Asie. Nous
oublions souvent que Paul a passé deux ans dans la ville
d’Ephèse, prêchant chaque jour la parole de Dieu.

Les résultats sont un peu comme l’observation des ondes


résultant d’une pierre lancée dans un étang, ces ondes formant
des cercles toujours plus grands, jusqu’à atteindre les bords
de l’étang. Le premier résultat était une attestation
surnaturelle. L’Ecriture dit que Dieu confirmera sa Parole. Il
ne confirme pas les théories et philosophies humaines, ni
même les étiquettes dénominationelles. Il confirmera,
néanmoins, sa Parole. Ainsi fit-il avec Paul. Actes 19:11-12
85
dit:

Et Dieu faisait des miracles extraordinaires par les


mains de Paul...

J’aime cette expression: "miracles extraordinaires."


Savez-vous ce que cela signifie? Que certains miracles sont
ordinaires, mais que ceux produits à Ephèse étaient
extraordinaires.

Je me suis demandé dans combien d’églises nous avons des


miracles "ordinaires" aujourd’hui, sans parler des miracles
extraordinaires! Ces miracles extraordinaires sont décrits:

... au point qu’on appliquait sur les malades des


linges ou des étoffes qui avaient touché son corps;
alors les maladies les quittaient, et les esprits
mauvais sortaient.

Je peux affirmer à partir de mon expérience personnelle, que


j’ai témoigné de miracles semblables à notre époque. Leur
temps n’est pas révolu. La clef est la prédication de la parole
de Dieu.

Le premier résultat de la prédication de Paul à Ephèse fut


l’attestation surnaturelle de son message par des miracles. Le
deuxième résultat, les esprits méchants chassés. Actes
19:13-16 dit:

Quelques exorcistes juifs ambulants entreprirent


d’invoquer sur ceux qui avaient des esprits mauvais
le nom du Seigneur Jésus, en disant: Je vous adjure
par Jésus, celui que Paul prêche! Ceux qui agissaient
étaient sept fils d’un certain Scéva, un des principaux
sacrificateurs juifs. L’esprit mauvais leur répondit:
86
Je connais Jésus et je sais qui est Paul; mais vous,
qui êtes-vous? Et l’homme dans lequel était l’esprit
mauvais s’élança sur eux, les maîtrisa les uns et les
autres, avec une telle force qu’ils s’enfuirent de cette
maison, nus et blessés.

Une des choses importantes de ce ministère, c’est de faire


sortir au grand jour les agents secrets de Satan. Les démons
ou les esprits méchants sont les agents secrets de Satan. Cela
représente un progrès considérable dans le ministère de la
parole de Dieu lorsque ces esprits sont mis au grand jour. Cela
s’est produit ici. Je suis impressionné par les paroles de
l’esprit méchant: "Je connais Jésus et je sais qui est Paul".
C’est certainement un compliment lorsque les représentants
de Satan peuvent dire d’un prédicateur: "Je le connais, il a du
succès".

Le troisième résultat de la prédication de Paul, fut


l’effondrement de la domination occulte sur toute une ville,
selon Actes 19:17-19:

Cela (l’incident de l’homme qui avait un esprit malin)


fut connu de tous, Juifs et Grecs, qui habitaient
Ephèse; la crainte s’empara d’eux tous, et le nom du
Seigneur fut exalté. Beaucoup de ceux qui avaient cru
venaient confesser et déclarer ce qu’ils avaient fait.
Un assez grand nombre de ceux qui avaient pratiqué
la sorcellerie apportèrent leurs livres et les brûlèrent
devant tous. On en calcula la valeur et l’on en trouva
pour cinquante mille pièces d’argent.

Il y avait de nombreux croyants mais qui avaient touché à


l’occultisme, ce qui se retrouve dans l’Eglise d’aujourd’hui.
Ils avaient un pied dans le royaume de Dieu et un pied dans le
camp de Satan. Mais en voyant cette démonstration puissante
87
de la réalité de la force de Satan, ils ont décidé de se consacrer
totalement à Dieu et de se détourner de Satan. Comme preuve
de cela, ils ont rassemblé tous les livres ou rouleaux qui
contenaient les connaissances occultes, la magie et la
sorcellerie. Tous ces livres furent publiquement brûlés dans la
ville d’Ephèse.

La valeur de ces livres était de cinquante mille pièces d’argent.


A l’époque, une pièce d’argent valait environ le salaire d’une
journée pour un ouvrier. Si on estime le salaire d’un jour aux
Etats-Unis à environ $40, cinquante mille pièces d’argent
correspondent à $2.000.000. C’est une grosse somme
d’argent. Il faudrait que la même chose se produise dans
chaque grande ville des Etats-Unis aujourd’hui.

Voyons l’explication que donne l’Ecriture de tout ceci dans


Actes 19:20:

C’est ainsi que, par la force du Seigneur, la Parole se


répandait efficacement.

La force derrière tout ceci était la parole du Seigneur. Le


ministère de Paul autour de la Parole pendant deux ans
produisit des résultats impressionnants et puissants. Le
royaume de Satan dans cette région fut secoué jusque dans ses
fondements et ses forteresses furent détruites.
Actes 20:20 et les versets suivants sont le point de vue de Paul
sur son ministère à Ephèse:

Sans rien dissimuler, je vous annonçais et vous


enseignais publiquement et dans les maisons, tout ce
qui vous était utile. C’est pourquoi je l’atteste
aujourd’hui: je suis pur du sang de vous tous, car
sans rien dissimuler je vous ai annoncé tout le
dessein de Dieu.
88
Paul dit que son ministère était sans réserve et sans
compromis. C’est cette sorte de prédication de la parole de
Dieu qui accomplit des effets semblables. Il nous faut cette
sorte de prédication aujourd’hui.

* * * * * * *

89
Chapitre 18

Le témoignage comme arme

Il nous faut commencer par faire la distinction entre la


prédication et le témoignage. La prédication est la
présentation directe des vérités de la parole de Dieu. Le
témoignage, c’est "être un témoin." Le témoignage, c’est
parler de son expérience personnelle et comment elle se
rapporte à la parole de Dieu et confirme la vérité de cette
Parole. Par exemple, si nous prêchons sur la guérison, nous
parlons des principes de Dieu s’y rapportant et nous
présentons les promesses de Dieu. Mais si nous témoignons
sur la guérison, nous parlons alors d’un incident où nous
l’avons expérimentée. Le témoignage et la prédication se
rapportent tous deux à la parole de Dieu, mais avec une
approche différente.

Le témoignage est fondamental à la stratégie de Jésus pour


atteindre le monde entier avec son Evangile. Il a dévoilé sa
stratégie par ses dernières paroles sur terre, alors qu’il se
tenait sur le Mont des Oliviers avec ses disciples, juste avant
de les quitter. Actes 1:8 dit:

Mais vous recevrez une puissance, celle du


Saint-Esprit survenant sur vous, et vous serez mes
témoins à Jérusalem, dans toute la Judée, dans la
Samarie et jusqu’aux extrémités de la terre.

Nous voyons premièrement que pour être des témoins


efficaces de Jésus, il nous faut une puissance surnaturelle.
Notre témoignage est surnaturel. Il doit être soutenu et
renforcé par une puissance surnaturelle, celle du Saint-Esprit.
Jésus n’a pas permis à ses disciples de commencer à
91
témoigner avant d’avoir reçu cette puissance, le jour de la
Pentecôte. Deuxièmement, Jésus n’a pas dit: "Vous
témoignerez;" ce que beaucoup de gens religieux disent
aujourd’hui. Il a dit: "Vous serez mes témoins...". En d’autres
mots, ce n’est pas seulement ce que nous disons ou les traités
que nous distribuons, mais toute notre vie qui doit témoigner
de Jésus et de la vérité de l’Evangile.

Troisièmement, Jésus envisageait un cercle en croissance


continue. Il a dit de commencer là où nous sommes, à
Jérusalem. Allez dire aux gens. Qu’ils croient et qu’ils soient
remplis du Saint-Esprit, puis qu’ils aillent dire à d’autres.
Qu’eux, à leur tour croient, soient remplis du Saint-Esprit et
aillent dire à d’autres. Il a dit de commencer à Jérusalem pour
progresser vers la Judée puis la Samarie. Cela ne cessera pas
avant d’atteindre les extrémités de la terre.

Voilà les dernières paroles de Jésus sur terre. Sa pensée et son


cœur allaient vers les extrémités de la terre. Il ne peut être
satisfait tant que cela n’est pas atteint. Sa stratégie
fondamentale est que chaque enfant de Dieu devienne un
témoin gagnant des âmes. Celles-ci, à leur tour devenant des
témoins, gagneront d’autres âmes jusqu’à ce que les
extrémités de la terre soient atteintes, telles les ondes
provoquées par des pierres lancées dans une marre.

Si on regarde l’histoire, lorsque le peuple de Dieu a appliqué


cette stratégie, cela a marché. En trois cents ans, l’empire
romain a été conquis. Je crois que la grande force qui renversa
l’empire païen de Rome fut le témoignage de milliers et de
milliers de chrétiens de différentes races, de différentes
couches sociales et convictions religieuses. Ensemble, ils
disaient: "Jésus a changé ma vie!" L’impact de cela a fini par
abattre l’empire autoritaire, fort et cruel de Rome.

92
La Bible montre que la même arme abattra finalement le
royaume de Satan dans les lieux célestes. Ceci peut se voir de
façon prophétique dans Apocalypse 12:7-11. Ces versets
décrivent un grand conflit, entre anges et hommes, dans les
cieux et sur la terre, qui se déroulera à la fin de notre siècle.

Il y eut une guerre dans le ciel. (Je crois que cette


guerre est encore à venir.) Michel et ses anges
combattirent le dragon. Le dragon combattit, lui et
ses anges, mais il ne fut pas le plus fort, et il ne se
trouva plus de place pour eux dans le ciel. Il fut
précipité, le grand dragon, le serpent ancien, appelé
le diable et Satan, celui qui séduit toute la terre
habitée; il fut précipité sur le terre, et ses anges
furent précipités avec lui. Alors j’entendis dans le
ciel une voix forte qui disait: Maintenant est arrivé le
salut, ainsi que la puissance et le règne de notre Dieu,
et l’autorité de son Christ. Car il a été précipité,
l’accusateur de nos frères, celui qui les accusait
devant notre Dieu jour et nuit.

L’accusateur de nos frères est Satan. Ce passage décrit


comment il a été jeté de son royaume dans les lieux célestes.
Puis il est montré comment les croyants ont vaincu Satan.
Remarquez qu’il s’agit d’un combat direct et de personne à
personne.

Ils (les croyants) l’ont (Satan) vaincu à cause du sang


de l’Agneau et à cause de la parole de leur
témoignage, et ils n’ont pas aimé leur vie jusqu’à
craindre la mort.

Leur arme principale se trouve dans ce mot "témoignage."


C’est leur témoignage qui finira par abattre le royaume de
Satan. Je crois que leur témoignage est centré sur deux choses:
93
la parole de Dieu et le sang de Jésus. Leur témoignage a libéré
la puissance qui se trouve dans la Parole et dans le sang.

Nous pouvons appliquer ceci de façon simple à nous-mêmes.


Nous vainquons Satan lorsque nous témoignons
personnellement de ce que la parole de Dieu dit que le
sang de Jésus fait pour nous. Vous voyez l’importance d’un
témoignage personnel de la Parole et du sang.

Il y a plusieurs manières de faire cela. Une manière instituée


est le repas de Seigneur, ou la Sainte Cène. Nous ne le voyons
pas toujours de cette façon, mais il s’agit d’un témoignage
continu de notre foi dans la Parole et le sang. En parlant de
repas du Seigneur, Paul dit dans 1 Corinthiens 11:26:

Car toutes les fois que vous mangez ce pain et que


vous buvez cette coupe, vous annoncez la mort du
Seigneur, jusqu’à ce qu’il vienne.

Nous savons que la coupe représente le sang du Seigneur,


donc en participant au repas du Seigneur, nous témoignons
continuellement en proclamant la mort et la résurrection de
Jésus-Christ.
Afin de témoigner efficacement de ce que la parole de Dieu
dit du sang de Jésus, ils nous faut bien connaître ce qu’elle en
dit. Il y a cinq choses extrêmement importantes, révélées dans
la parole, et qui nous sont données par le sang de Jésus.

Premièrement, nous trouvons dans Ephésiens 1:7:

En lui (Christ), nous avons la rédemption par son


sang, le pardon des péchés selon la richesse de sa
grâce...

Ceci nous dit que deux choses nous sont données par le sang
94
de Jésus. Premièrement, la rédemption (nous sommes
rachetés). Deuxièmement, le pardon (nous sommes
pardonnés), selon 1 Jean 1:7:

Mais si nous marchons dans la lumière, comme il est


lui-même dans la lumière, nous sommes en communion les
uns avec les autres, et le sang de Jésus son Fils nous purifie de
tout péché.

Troisièmement, le sang nous purifie continuellement. Par le


sang, la purification spirituelle continue nous est offerte.
Romains 5:9 dit:

A bien plus forte raison, maintenant que nous


sommes justifiés par son sang, serons-nous sauvés
par lui de la colère.

Quatrièmement, nous sommes justifiés. Cela signifie que


nous sommes rendus justes. La meilleure description du mot
"justifié" est: comme si je n’avais jamais péché, car j’ai été
justifié avec une justification qui ne connaît pas de péché, la
justification de Christ.

Hébreux 13:12 déclare:

C’est pourquoi Jésus aussi, pour sanctifier le peuple


par son propre sang, a souffert hors de la porte.

Cinquièmement, la Bible nous dit que nous pouvons être


sanctifié par le sang de Jésus. Sanctifier signifie rendre saint,
mettre à part pour Dieu.

Voici les cinq grands dons du sang de Jésus, révélés par la


parole de Dieu:

95
*Premièrement, nous sommes rachetés;
*Deuxièmement, nous sommes pardonnés;
*Troisièmement, nous sommes purifiés;
*Quatrièmement, nous sommes justifiés (rendus justes);
*Cinquièmement, nous sommes sanctifiés (rendus saints).

Ces choses ne deviennent pleinement efficaces dans nos vies,


que lorsque nous en témoignons personnellement. Il nous faut
être assez courageux pour faire état de nos convictions. Il
nous faut le dire ainsi:

"Par le sang de Jésus, je suis sauvé de la main de Satan. Par


le sang de Jésus, tous mes péchés sont pardonnés. Le sang de
Jésus me purifie de tout péché. Par le sang de Jésus, je suis
justifié, rendu juste comme si je n’avais jamais péché. Par le
sang de Jésus, je suis sanctifié, rendu saint, mis à part pour
Dieu. Je ne suis plus dans le territoire de Satan."

Méditez sur ces cinq dons du sang de Jésus: la rédemption, le


pardon, la purification, la justification et la sanctification.
Puis saisissez le fait qu’ils sont effectivement à vous lorsque
vous en témoignez personnellement. En témoignant
personnellement de ces choses, nous vainquons Satan "par le
sang de l’Agneau et par la parole de notre témoignage".

Pour être efficaces dans le combat spirituel, il nous faut


toujours aller à l’attaque avec les armes que Dieu nous a
données. Il ne suffit pas de simplement nous défendre et
d’attendre que le Seigneur nous délivre. Nous sommes une
armée de conquérants et les nations de la terre sont mûres
pour qu’un peuple fasse leur conquête avec l’évangile du
Royaume.

* * * * * * *
96

Vous aimerez peut-être aussi