Vous êtes sur la page 1sur 3

Dr Chellat-Rezgoun Dj Génétique classique des 2018-

immunoglobulines 2019

Les Ig constituent une famille très hétérogène. L'Ig est, comme toute protéine, antigénique et
constituée de différents épitopes. Selon la nature et l'expression de ces motifs antigéniques on
peut classer les différents niveaux d’hétérogénéité en trois types :

1. L'isotypie
Les isotypes sont constitués de motifs antigéniques que l'on rencontre chez tous les
individus d'une même espèce, par conséquent inaccessible aux analyses de génétique formelle.
Il existe deux sortes d’isotypes :
- Chez l'homme on connaît neufs isotypes de chaînes lourdes:γ1, γ2, γ3, γ4, α1, α2, μ, σ et ξ
(assimilables aux classes et sous classes). Tous ces isotypes sont présents dans le sérum de tous les
êtres humains à des concentrations relativement analogues de l'un à l'autre.
- Il existe deux isotypes de chaînes légères :κ et λ.
Les déterminants isotypiques sont localisés sur les domaines constants des chaînes lourdes et
légères.

Figure 2 : Les déterminants isotypiques

2. L'allotypie
L'allotype est un motif antigénique qui ne s'observe, au sein d'une espèce, que chez un
certain nombre d'individus donnés, et non chez tous. Il devient alors accessible à la génétique
formelle, définissant des sous-groupes de population.
On connaît trois systèmes principaux de groupes sériques portés par les Ig, héréditairement
transmis selon les lois de Mendel (mode co-dominant). Les allotypes sont les produits alternatifs
(mutuellement exclusifs) de certains gènes polymorphes.
On réserve les termes de marqueur allotypique ou allotype pour décrire l'aspect génétique alors
que le déterminant allotypique désigne les différences de structure.
Les allotypes des Ig sont le fruit de mutations ponctuelles intéressant un petit nombre d'acides
aminés de positions constantes sur les différentes chaînes.

Figure 2 : Les déterminants allotypiques


1
Dr Chellat-Rezgoun Dj Génétique classique des 2018-
immunoglobulines 2019

2.1 Le système Km (de Kappa marker)


Ce système comporte seulement trois spécificités: Km (1), (1,2) et (3). Les facteurs Km sont
situés sur les chaînes légères κ d'Ig: ils sont donc communs à toutes les classes d'Ig et absolument
pas sur les chaînes légères λ. L'allotypie Km est connu et correspond simplement à la substitution
de deux acides aminés en position 153 et 191 sur la chaîne légère κ :

153 191
Km (1) Val Leu
Km (1,2) Ala Leu
Km (3) Ala Val

2.2 Le système Gm (pour Gamma marker)


On connaît actuellement 25 spécificités Gm. Ces facteurs Gm, sont exclusivement situés sur
les chaînes lourdes spécifiques de la classe des IgG (γ1, γ2, γ3 et γ4). Plus précisément il y a une
correspondance très précise entre chacune des chaînes lourdes des sous-classes des IgG et un
certain nombre de marqueurs spécifiques allotypiques.

Marqueurs Gm
IgG1 Gm(1), Gm(2), Gm(3), Gm(4), Gm(7), Gm(8), Gm(9), Gm(17), Gm(18), Gm(20)
IgG2 Gm(8), Gm(9), Gm(23)
IgG3 Gm(5), Gm(6), Gm(10), Gm(11), Gm(12), Gm(13), Gm(14), Gm(16), Gm(16), Gm(21),
Gm(24), Gm(25)
IgG4 Gm(4a), Gm(4b)

Les allotypes Gm correspondent à des permutations portant sur un ou deux acides aminés de
la région constante des chaînes lourdes γ, le plus souvent sur le fragment Fc, parfois sur le fragment
Fab. Par exemple :
- L'allèle Gm(1) correspond à une substitution sur deux acides aminés en position 356 et
358.
- Les allèles Gm(4) et Gm (17) correspondent à une substitution unique en position 214.
L’ensemble des allotypes codés par un même chromosome 14 forme ce que l'on appelle un
haplotype.

2.3 Le marqueur A2m (pour Alpha2 marker)


Seules les molécules de la sous-classe IgA2 présentent un polymorphisme allélique. La
connaissance des variants allotypiques des IgA a permis des études de génétique formelles qui ont
retrouvé une prédominance de l'allotype A2m(1) chez les caucasiens alors que l'allotype A2m(2)
est majoritaire chez les africains et les asiatiques.

2.4 L'exclusion allélique ou haploïdie fonctionnelle


Pour un allotype donné, l'individu hétérozygote hérite de chacun de ses deux parents d'un
allèle. Bien que le lymphocyte B, comme toute cellule, soit diploïde, et possède 2n chromosomes,

2
Dr Chellat-Rezgoun Dj Génétique classique des 2018-
immunoglobulines 2019

et donc deux allèles pour chaque locus polymorphique, les molécules d'Ig produites par un
lymphocyte B donné ne seront porteuses que d'un seul des allotypes, et jamais des deux à la fois.
En d'autre terme, bien que le lymphocyte B soit diploïde, il se comporte comme si il était haploïde.
Ce phénomène d'haploïdie fonctionnelle, encore appelé exclusion allélique, est rare en biologie
moléculaire.

3. L’idiotypie 
Les idiotopes sont des épitopes qui sont situées sur le fragment Fab des Ig, et plus
particulièrement par le fragment Fv (VH-VL) des Ig. Ils peuvent être ou non associés au paratope.
L'ensemble des idiotopes d'une molécule d'Ig forme son idiotype.
A la différence des allotypes qui sont détectés sur les immunoglobulines sans immunisation
préalable et ne sont donc pas liés à leur fonction anticorps, les spécificités idiotypiques qui
distinguent les diverses immunoglobulines d'un même individu ne se détectent qu'à la suite de
l'injection d'un antigène. La détection de l'idiotypie dépend donc du degré d'immunisation de
l'individu.
Il existe donc une très grande variété de spécificités idiotypiques alors que le nombre de spécificités
allotypiques est au sein d'une espèce en général petit.

Figure 3 : Les déterminants idiotypiques