Vous êtes sur la page 1sur 2

CHAPITRE I

DEFINITIONS ET FORMES DE L’ENTREPRENEURIAT

Introduction

L’entrepreneuriat est une notion qui existe depuis longtemps mais ce phénomène
semble retenir à nouveau l’attention de nombreux acteurs : institutions économiques,
structures d’accompagnement, grandes entreprises et établissements universitaires. Ce
renouveau s’explique en partie par la croissance du chômage et la saturation des
offres classiques d’emploi.
L’entrepreneuriat est considéré comme un instrument clé permettant d’améliorer la
compétitivité entre les nations, de favoriser la croissance économique et d’accroître
les possibilités d’emploi. Chercheurs et preneurs de décisions s’accordent pour dire
qu’une économie entrepreneuriale est une économie dynamique et innovatrice, c’est-
à-dire qui expérimente de nouvelles idées, de nouveaux produits ou processus, ce qui
lui permet de se renouveler.

I- L’entrepreneuriat : Fondements et définitions


Bon nombre de chercheurs limitent l’idée de l’entrepreneuriat à la création
d’entreprises (Gartner, 1989 ; 1990). D’autres, s’arrêtent à divers aspects liés à la
création d’entreprises, mais aussi à leur évolution. Les notions abordées touchent, par
exemple, la mobilisation et l’organisation de ressources, la prise de risque ou la
capacité de faire.

- Say (1803) : C’est la capacité de créer une organisation et de la gérer de façon


à générer des profits ou à la faire croître : donc une dimension de profits et de
croissance (Churchill et Lewis, 1983 ; D’Amboise, 1997 ; Carree et Thurik
2005).
- Knight (1921) : C’est la capacité à gérer l’incertitude et le risque. Pour cet
auteur, les risques peuvent être « calculés », tandis que l’incertitude ne peut
l’être (Audretsch, 2002 ; Friis et coll, 2002).
- Schumpeter (1934) : C’est la capacité à introduire des innovations
(produits/méthodes/etc.) et de provoquer ou de profiter d’un déséquilibre dans
le marché. Inclut la création de valeur dans un processus dialogique entre
l’entrepreneur et le marché (Nooteboom, 2006).
- Kirzner (1973) : Il inclut la capacité à détecter et à exploiter des occasions, ce
qui équivaut à détecter les imperfections du système pour rétablir l’équilibre
(Dutta et Crossan, 2005 ; Companys et McMillen, 2007 ; Julien et Vaghely,
2008) .

Ainsi, d’une manière générale, « L’entrepreneuriat, c’est l’action humaine,


soutenue par le milieu environnant, générant de la valeur sur le marché par la
création ou le développement d’une activité économique, évoluant avec cette valeur
pour finalement affecter l’économie, et ce, dans le but de mieux répondre aux
besoins individuels et collectifs d’un territoire ».

Vous aimerez peut-être aussi