Vous êtes sur la page 1sur 4

Université Mohamed Premier

Faculté des Sciences Juridiques, Economiques et Sociales


OUJDA

Année Universitaire : 2017 – 2018 Module 27 : Fiscalité d’entreprise


Filière : Sciences Economiques et de Gestion Session : Automne (rattrapage)
Parcours : Sciences de Gestion (S5) Date : Mercredi 18/04/2018
Enseignant : M. BOUAZZA Durée : 1 heure (de 15h à 16h)

NB :
- Les trois exercices sont indépendants.
- Utiliser les dispositions fiscales de 2017 dans l’ensemble des exercices.

Exercice N°1 (6 points) :

Vrai ou faux ? Justifier brièvement votre réponse.

1. L’universalité budgétaire signifie que l’impôt doit concerner tous les secteurs
économiques, sans exception.
2. L’équité fiscale désigne que la charge fiscale devrait être répartie selon la capacité
contributive de chaque contribuable.
3. La liquidation consiste à calculer la somme due par le contribuable par l’application
du barème ou du tarif fiscal à la base imposable.
4. Les fabricants et prestataires de service dont le CA ≥ 300.000 DH sont
obligatoirement imposable à l’IS.
5. Le régime de l’encaissement de TVA est un régime optionnel.
6. L’IS est un impôt réel, direct et durable.
7. Il y a quatre taux spécifiques à utiliser pour le calcul de l’IS.
8. Le citoyen marocain est dans l’obligation de payer 10% de TVA pour le sucre qu’il
consomme.

Exercice N°2 (7 points) :

La société « équipa » a réalisé au cours du mois de mars 2017 les opérations suivantes :

1. Vente de marchandises au Maroc : 200.240 DH ; payées 75% au comptant et le


reste à crédit sur 30 jours.
2. Vente de marchandises à l’étranger pour 270.400 DH, somme encaissée en fin du
mois.
3. Encaissement au début du mois du loyer d’un immeuble non meublé payé par
chèque bancaire : 26.000 DH
1/2
4. Achat des emballages par espèce : 190.500 DH
5. Achat d’un ordinateur réglé en espèces à 8.200 DH.
6. Acquisition d’une voiture de tourisme : 350.400 DH, le paiement aura lieu en mai
2017 par virement bancaire.
7. Paiement par chèque d’une facture d’une réception organisée aux profits des clients
de l’entreprise d’un montant de 21.400 DH ;
N.B. Tous les montants sont hors taxes.

Travail à faire: Etablir la déclaration de TVA au titre de mois de mars 2017 en


admettant que l’entreprise est soumise :

A. au régime des encaissements.


B. au régime des débits.

Exercice N°3 (7 points) :

Pour préparer de la déclaration fiscale de l’IS au titre de l’année 2017, on vous demande de
procéder au traitement fiscal des opérations suivantes (avec justifications brèves,
précises et convaincantes) :
A. Pour les charges :
1. Frais de séminaire à Marrakech, d’un montant de 230.000 DH, ayant réuni le PDG
de la société afin de mettre au point la stratégie de développement de l’entreprise.
2. Des jetons de présence de 180.000 DH distribués à part égale à 9 administrateurs,
dont 3 n’assurent aucune fonction dans l’entreprise et n’ont jamais été présents aux
réunions du conseil d’administration.
3. Dépenses de chasses pour 22.150 DH, engagées au cours d’un week-end de
novembre 2016 avec quelques amis du PDG.
4. Pénalité relative au non-respect de la réglementation des prix : 15.000 DH
B. Pour les produits :
5. Vente de produits finis à 200.000 DH livrés en 31 décembre 2017, la facture n’est
pas encore établie.
6. Location d’immeuble nu relative à la période allant du 01/12/2017 au 31/03/2018
pour un montant de 160.000 DH.
7. Produits des titres de participation pour une somme de 106.000 DH.

N.B :
• Toutes les opérations ont été réglées par chèque, sauf (4) en espèce.
• Tous les montants sont hors taxes.

Bon courage !

2/2
Solution (session de rattrapage du 18/04/2018) :
Exercice N°1 (6 points) :
Vrai ou faux ? Justifier brièvement votre réponse.
1. Faux, l’universalité budgétaire est l'un des cinq grands principes
budgétaires des finances publiques. C’est un principe qui empêche l'utilisation d'une
recette déterminée (fiscale ou non) pour le financement d'une dépense déterminée.
Toutes les dépenses d'un budget doivent alors être couvertes par l’ensemble des recettes
(unité de caisse).
2. Vrai, l’équité fiscale signifie que la charge fiscale doit être distribuée selon la capacité
contributive de chaque contribuable. A ne pas confondre avec l’efficacité fiscale qui révèle
que l’impôt doit être simple, rentable, supportable et peu coûteux.
3. Vrai, exactement. La liquidation n’est rien d’autre que la somme due. Pour calculer cette
somme, il suffit de d’appliquer le barème en vigueur à la base imposable.
4. Faux, il n’y a pas de seuil. L’imposition à l’IS dépend plutôt de la nature et la forme de la
société (si les fabricants et prestataires de service optent pour des Stés de personnes, ils
sont imposés par option). Par contre, pour ce qui est de TVA, ce seuil est de 500.000 DH.
5. Faux, c’est plutôt le régime des débits qui est un régime optionnel. Le régime des
encaissements fait partie du droit commun.
6. Faux, l’IS n’est pas un impôt réel, il est plutôt personnel (car il concerne des personnes
morales), direct (payé et supporté par la même personne) et durable (ou permanent)
(payé chaque trimestre via des acomptes prévisionnels).
7. Faux, il y a seulement trois taux spécifiques (non-normaux) à utiliser pour calculer l’IS :
8,75% ; 10% et 17,5% (art.19).
8. Faux, le citoyen marocain est dans l’obligation de payer 7% de TVA pour le sucre qu’il
consomme (art.99).
Exercice N°2 (7 points) :
A. 1er cas : Régime des encaissements
1. Vente de marchandises (200.240 DH) : opération imposable à 20%.
2. Exportations : opération exonérée (l’article 92) ;
3. Loyer d’un immeuble non meublé: opération hors champ de la TVA. Il y a le mot « non
meublé », donc il s’agit d’une activité civile.
TVA facturée (ou exigible) : 200.240 × 75% x 20% = 30.036 Dh
4. Achat des emballages payés par en espèces : 190.500 DH. A compter du 1er janvier 2016,
la TVA n’est déductible que dans la limite de 10.000 DH TTC des achats en espèces par
jour et par fournisseur. La TVA dans ce cas est de 20%, donc le montant ouvrant droit à
déduction est de 10.000 /1,20 x 20% = 8.333 x 20% =1.667 DH, au lieu de 190.500 x 0,2
= 31.100 DH. (cf. art.106-II). Les étudiants ayant utilisé l’ancienne loi (à savoir
déduction de 50%) est aussi une réponse acceptée.
5. Achat d’un ordinateur réglé en espèces à 8.200 DH HT. On a le droit de déduction de la
totalité de TVA, soit : 8.200 x 20% = 1.640 DH.
6. Acquisition d’une voiture de tourisme : 350.400 DH, le paiement aura lieu en mai 2017
par virement bancaire. Il y a le mot « tourisme », on n’a pas donc droit à déduction
(cf. art.106-1°)
7. Paiement par chèque d’une facture d’une réception organisée aux profits des clients de
l’entreprise d’un montant de 21.400 DH. Les réceptions n’ouvrent pas droit à
déduction (cf. art.106-6°)
TVA récupérable (ou déductible) = 1.667 +1.640 = 3.307 DH.
Donc : TVA due du mois de mars 2017 selon le régime des encaissements :
TVA facturée (exigible) – TVA récupérable (remboursable)
= 30.036 - 3.307 = 26.726 DH, à payer avant le 20 avril.

B. Au régime des débits :


TVA facturée : 200.240*0,2 = 40.048 Dh
TVA récupérable = 1.667 +1.640 = 3.307 DH (reste toujours la même)
Donc : TVA due (mars 2017) selon le régime des débits :
40.048 – 3.307 = 36.741 DH, à payer aussi avant le 20 avril.

Exercice N°3 (7 points) :


A. Traitement fiscal des charges :
1. Frais de séminaire à Marrakech, d’un montant de 230.000 DH, ayant réuni le PDG de
la société afin de mettre au point la stratégie de développement de l’entreprise : Il y a
un intérêt pour l’entreprise. Donc déductible. Rien à réintégrer.
2. Des jetons de présence de 180.000 DH distribués à part égale à 9 administrateurs, dont
3 n’assurent aucune fonction dans l’entreprise et n’ont jamais été présents aux réunions
du conseil d’administration : On réintègre les jetons des 3 administrateurs en
question. A réintégrer 180.000 x 1/3 = 60.000 DH
3. Dépenses de chasses pour 22.150 DH, engagées au cours d’un week-end de novembre
2016 avec quelques amis du PDG : Il s’agit d’une charge non liée à l’exercice 2017,
ni liée à l’exploitation normale de l’entreprise. Donc non déductible. A
réintégrer dans sa totalité.
4. Pénalité relative au non-respect de la réglementation des prix : 15.000 DH : Les
pénalités ne sont pas déductibles, peu importe le mode de paiement. A
réintégrer dans sa totalité.
B. Traitement fiscal des produits :
5. Vente de produits finis à 200.000 DH livrés en 31 décembre 2017, la facture n’est pas
encore établie. La non présence de la facture n’est pas une condition. Ce qui
importe c’est la livraison. Donc produit imposable et rien à déduire.
6. Location d’immeuble nu relative à la période allant du 01/12/2017 au 31/03/2018 pour
un montant de 160.000 DH : La partie relative à l’année 2018 n’est pas imposable,
car non liée à l’exercice 2017. A déduire 3/4 x 160.000 = 120.000 DH.
7. Produit des titres de participation pour une somme de 106.000 DH. Abattement 100%.
C’est-à-dire produits non imposables. A déduire la totalité (106.000 DH).

Vous aimerez peut-être aussi