Vous êtes sur la page 1sur 4

Directeur de la publication : Edwy Plenel

www.mediapart.fr
1

Enfin, l’Europe s’est fixé comme objectif d’imposer


l’euro comme la monnaie de référence sur tous les
L'Europe veut s'extraire de la domination
produits financiers liés à la transition écologique.
du dollar
PAR MARTINE ORANGE
ARTICLE PUBLIÉ LE MERCREDI 20 JANVIER 2021

C’est l'un des héritages laissés par Donald Trump.


Fatiguée des menaces et des sanctions imposées par
la présidence américaine, la Commission européenne
entend renforcer le rôle de l’euro dans les échanges
commerciaux internationaux.
Christine Lagarde (BCE) et Ursula Von der Leyen
(Commission européenne) © Olivier HOSLET / AFP

La volonté européenne d’échapper à la domination du


dollar est un des héritages de la présidence Trump.
Pendant quatre ans, l’Europe s’est retrouvée piégée
au gré des coups de colère, des coups d’éclats,
Christine Lagarde et Ursula Von der Leyen. © Olivier HOSLET / AFP des décisions imprévisibles du président américain.
C’est un étrange message que l’Europe a envoyé à la Ballottés entre les menaces de sanctions douanières,
veille du début de la présidence de Joe Biden. Alors de représailles, d’interdiction, les pays européens ont
que les pays européens multiplient les déclarations vu les relations avec les États-Unis se déliter de façon
de bienvenue à l’adresse du nouveau président dangereuse.
américain, insistent sur la nécessité de renouer avec La rupture avec l’Iran, et l’embargo imposé par
les formes anciennes de l’alliance transatlantique, la suite par Donald Trump entraînant l’interdiction
les responsables européens, dans le même temps, de toute relation commerciale avec Téhéran, a agi
réfléchissent aux moyens à mettre en œuvre pour comme un révélateur de leur vulnérabilité. En dépit
affirmer leur indépendance monétaire face au dollar. de leur désir de ne pas enterrer l’accord nucléaire
Comme l’a révélé le Financial Times, un projet avec l’Iran, les pays européens ont dû se rendre
de résolution a été mis en discussion le 19 janvier à l’évidence : ils ne pouvaient échapper au diktat
lors d’une réunion de la Commission européenne de Donald Trump. Pour une seule raison : le
afin de renforcer les capacités d’attraction de l’euro, dollar. Les lois d’extraterritorialité adoptées par les
d’acquérir une puissance financière digne de la taille pouvoirs américains permettent de poursuivre toutes
de la zone euro, et surtout de ne plus se retrouver à les entreprises dans le monde utilisant le dollar. En un
la merci des sanctions décidées unilatéralement par le mot quasiment tout le monde.
pouvoir américain. Le dollar est la seule monnaie internationale de réserve
La Commission européenne souhaite ainsi imposer qui permet de régler tous les échanges internationaux.
l’euro comme monnaie de référence alternative à la Il est aussi la référence pour le système financier
monnaie américaine dans les échanges commerciaux mondial au travers du système Swift (Society for
internationaux. À cette fin, elle entend renforcer Worldwide Interbank Telecommunication), qui assure
le rôle de l’euro comme monnaie de réserve pour l’ensemble des transactions mondiales à travers un
les banques centrales. Aujourd’hui, la monnaie réseau de 3 500 banques dans le monde.
européenne compte pour 20 % dans les réserves des Ce pouvoir exorbitant du dollar a permis à la
banques centrales, face au dollar (62 %), l’or (autour justice américaine de poursuivre et de sanctionner
de 10 %), le reste étant réparti dans des paniers de nombre d’entreprises européennes au cours de la
devises, le yuan ne comptant tout juste que pour 1 %.

1/4
Directeur de la publication : Edwy Plenel
www.mediapart.fr
2

dernière décennie. Au nom de cette extraterritorialité C’est à partir de ce constat que Jean-Claude Juncker,
rendue possible par l’usage du dollar, BNP Paribas alors président de la Commission européenne, a décidé
s’est notamment vu infliger une amende de 8,9 en 2018 de lancer une réflexion sur les moyens pour
milliards de dollars et se trouve placée sous tutelle l’Europe d’échapper à la domination du dollar. « La
de la régulation américaine, pour avoir contourné capacité des États-Unis à appliquer des sanctions
l’embargo imposé sur le Soudan, État alors jugé internationales en raison de la puissance du dollar a
terroriste. Dans les dernières semaines de son mandat, gravement affecté la capacité de l’UE et de ses États
Donald Trump a sorti le Soudan de la liste des États membres à faire progresser les objectifs de la politique
terroristes, illustrant à nouveau la dépendance du étrangère. La politique adoptée à Washington a
monde du « bon plaisir » du président américain. parfois compromis le commerce et l'investissement
Pour contourner cette interdiction, les principaux légitimes des entreprises de l'UE », est-il écrit dans
pays européens ont créé un véhicule spécial Instex le document, selon Bloomberg.« L'Union européenne
(Instrument in support of trade exchange – instrument se doit développer des mesures pour protéger les
en soutien des échanges commerciaux) afin de faciliter opérateurs européens au cas où un pays tiers
les échanges au moins humanitaires avec l’Iran, sans obligerait les infrastructures du marché financier
recourir au dollar, sans utiliser la plateforme Swift. basées en Europe à se conformer à ses sanctions
Mais ces tentatives de contournement ont eu un effet adoptées unilatéralement », poursuit-il.
très limité : nombre de multinationales redoutant de se Construire un ssytème moéntaire plus stable
voir sanctionner et exclure à la fois du dollar et des Toute une série de mesures sont envisagées pour
marchés américains n’ont osé utiliser le mécanisme éliminer ces risques. Pour l’Europe, cela passe
européen. d’abord par l’élimination du dollar au profit de l’euro
Ce qui s’est passé par la suite lors du sommet dans un certain nombre des échanges commerciaux
de l’Otan en juillet 2018 a décillé totalement internationaux. À commencer par le pétrole et les
les responsables européens. Face à un Donald matières premières, aujourd’hui quasiment toutes
Trump impérieux, voire quasi insultant, l’Europe, libellées en dollar.
à commencer par l’Allemagne, a pris la mesure Cela fait longtemps qu’un certain nombre de pays,
du divorce avec les États-Unis. Remettant en à commencer par la Chine et la Russie, cherchent
cause la protection américaine sur le continent, qui à échapper à l’emprise du dollar. Les deux pays
semblait irrévocable depuis la fin de la Deuxième ont notamment signé plusieurs conventions afin de
Guerre mondiale, le président américain exigeait en faciliter le paiement de leurs échanges dans leur
contrepartie que l’Allemagne et l’Europe renoncent au monnaie. Plus récemment, l’Arabie saoudite, qui a
projet du gazoduc Nord Stream 2, destiné à importer pourtant totalement lié son sort au dollar, a accepté
du gaz russe, et achètent du gaz américain. Depuis, le de mettre en place des systèmes de compensation en
pouvoir américain n’a cessé de mettre tout en œuvre dehors du dollar avec l’Inde, afin de lui vendre son
pour arrêter le Nord Stream 2, menaçant de sanctions pétrole.
toutes les entreprises qui participent à la construction
du gazoduc. Mais toutes ces tentatives sont restées d’une portée
limitée. Si l’Europe se joint à ce mouvement et
À l’issue de ce sommet, tous les responsables développe des transactions en euro, cela pourrait
européens, à commencer par Angela Merkel, ont dû se modifier en profondeur les rapports de force
rendre à l’évidence, la mort dans l’âme, que les États- monétaires. Bruxelles semble vouloir s’en donner
Unis n’étaient plus un partenaire fiable, que le temps les moyens : dans le cadre du Brexit, l’Europe ne
des relations idylliques avait cessé. Et eux, dans ce cache pas sa volonté de rapatrier nombre d’activités
rapport de force, étaient des nains de jardin.

2/4
Directeur de la publication : Edwy Plenel
www.mediapart.fr
3

financières, aujourd’hui à la City, sur le continent, Trésor du gouvernement Nixon, John Connally, à
afin de consolider le système financier européen et le des responsables européens qui s’inquiétaient de la
contrôle sur l’euro. dévaluation du dollar en 1971.
La Commission européenne se défend de toute
conduite agressive envers les États-Unis dans cette
approche. Le renforcement du rôle international de
l’euro, explique le projet, permettrait de « protéger
l'économie des chocs de change et réduire sa
dépendance à l'égard d'autres devises ». « Cela
aiderait également à atteindre des objectifs partagés
Au sommet de l'Otan à Bruxelles en juillet 2018 © Christophe Licoppe/ Belga via AFP
au niveau mondial tels que la résilience du système
monétaire international, un système monétaire La position américaine n’a pas changé depuis. Mais
mondial plus stable et diversifié et un choix plus au fur et à mesure que la globalisation des économies
large pour les opérateurs du marché, ce qui rendrait s’est étendue, cette suprématie du dollar est devenue
l'économie mondiale moins vulnérable », indique le de plus en plus problématique, voire dangereuse pour
texte. le système financier international. La Réserve fédérale
Cette revendication d’un système monétaire se retrouve désormais dans l’obligation d’endosser un
international plus stable, plus diversifié, rejoint celle rôle démesuré : être la banque centrale du monde et
que la Chine avait présentée en 2010, après la crise devenir le garant en dernier ressort de tout.
financière, ou celle du FMI par la suite. Beaucoup En 2015, le resserrement de la politique monétaire
de pays plaident en faveur d’une reconstruction d’un décidée par la FED a eu pour conséquence
système monétaire qui ne reposerait plus uniquement de déstabiliser nombre de pays émergents et
sur le dollar. Car ils sont de plus en plus nombreux intermédiaires. Attirés par des rendements beaucoup
à vouloir en finir avec le « privilège exorbitant », plus élevés que dans les économies occidentales, les
selon l’expression de Valéry Giscard d’Estaing, dont investisseurs, qui leur avaient apporté des capitaux
disposent les États-Unis et qui les dispense de toute en masse à partir de 2008, s’étaient empressés de
discipline. rapatrier leur argent sur les marchés américains, dès
Depuis des décennies, les gouvernements successifs que les taux d’intérêt avaient augmenté. Du jour
américains ont fait le choix constant de gérer au lendemain, nombre de pays s’étaient retrouvés
leur monnaie, en fonction de leurs seules priorités asphyxiés financièrement. L’avertissement a porté
nationales, sans tenir compte des circonstances partiellement. Depuis, la Fed infléchit sa politique
extérieures. « Le dollar est notre monnaie mais c’est monétaire avec d’infinies précautions et mesures.
votre problème », avait rétorqué le secrétaire du Mais le Covid est en train de bousculer à nouveau
les fragiles équilibres monétaires internationaux. Les
plans de soutien massifs décidés par l’administration
Trump, et appelés à être reconduits par Joe
Biden, ont entraîné une dévaluation du dollar,
les marchés financiers s’inquiétant des déficits
budgétaires colossaux accumulés.
Pour contrer ce mouvement, le gouvernement chinois
a décidé de laisser filer sa monnaie, afin de soutenir
ses exportations. L’Europe, durement touchée par
la pandémie, voit, elle, sa monnaie s’apprécier par

3/4
Directeur de la publication : Edwy Plenel
www.mediapart.fr
4

rapport au dollar, au risque de pénaliser un peu plus piliers dollar et pétrole, après la fin de Bretton Woods
ses entreprises. Une question qui va finir par devenir en août 1971 – les États-Unis avaient abandonné la
brûlante pour la Banque centrale européenne, même si convertibilité du dollar en or. Les États-Unis sont alors
officiellement elle dénie s’occuper des taux de change. devenus le centre mondial de recyclage des excédents
pétroliers. De crise en crise (financière, sociale,
Si la volonté européenne de conforter le rôle de l’euro climatique), ce monde est en voie d’épuisement.
se confirme, il faudra cependant du temps, beaucoup Dès 2017, l’économiste Barry Eichengreen
de temps, pour en voir les réels effets. Cela aboutira- s’alarmait de la diplomatie hasardeuse de Donald
t-il à un système multi-devises, exprimant le nouveau Trump et des conséquences possibles sur le dollar.
rapport de force en faveur de la Chine ? la montée en Les décisions erratiques du président risquaient de
puissance d’un monde multi-polaire ? Ou par d’autres remettre en cause la suprématie du billet vert,
mécanismes sous la tutelle du FMI ? Impossible à dire prévenait-il. Donald Trump ne peut être tenu pour seul
à ce stade. Une chose est sûre : les changements ne responsable de la remise en cause de la suprématie
vont pas se faire sans heurts, sans crise, sans bataille. de la monnaie américaine. Il a cependant grandement
Le texte de la Commission européenne marque accéléré le mouvement. C’est aussi cela que le texte de
cependant déjà une évolution profonde : à sa manière, la Commission européenne vient rappeler.
il acte la fin du système monétaire, construit autour des

Directeur de la publication : Edwy Plenel Rédaction et administration : 8 passage Brulon 75012 Paris
Direction éditoriale : Carine Fouteau et Stéphane Alliès Courriel : contact@mediapart.fr
Le journal MEDIAPART est édité par la Société Editrice de Mediapart (SAS). Téléphone : + 33 (0) 1 44 68 99 08
Durée de la société : quatre-vingt-dix-neuf ans à compter du 24 octobre 2007. Télécopie : + 33 (0) 1 44 68 01 90
Capital social : 24 864,88€. Propriétaire, éditeur, imprimeur : la Société Editrice de Mediapart, Société par actions
Immatriculée sous le numéro 500 631 932 RCS PARIS. Numéro de Commission paritaire des simplifiée au capital de 24 864,88€, immatriculée sous le numéro 500 631 932 RCS PARIS,
publications et agences de presse : 1214Y90071 et 1219Y90071. dont le siège social est situé au 8 passage Brulon, 75012 Paris.
Conseil d'administration : François Bonnet, Michel Broué, Laurent Mauduit, Edwy Plenel Abonnement : pour toute information, question ou conseil, le service abonné de Mediapart
(Président), Sébastien Sassolas, Marie-Hélène Smiéjan, François Vitrani. Actionnaires directs peut être contacté par courriel à l’adresse : serviceabonnement@mediapart.fr. ou par courrier
et indirects : Godefroy Beauvallet, François Bonnet, Laurent Mauduit, Edwy Plenel, Marie- à l'adresse : Service abonnés Mediapart, 4, rue Saint Hilaire 86000 Poitiers. Vous pouvez
Hélène Smiéjan ; Laurent Chemla, F. Vitrani ; Société Ecofinance, Société Doxa, Société des également adresser vos courriers à Société Editrice de Mediapart, 8 passage Brulon, 75012
Amis de Mediapart, Société des salariés de Mediapart. Paris.

4/4