Vous êtes sur la page 1sur 6

CHAPITRE IV : COUCHES LIMITES

4.4. L’équation Intégrale de Van Karmán


Considérons les équations hydrodynamiques de la couche limites pour un tel écoulement :
𝟐𝟐
⎧𝒖𝒖 𝝏𝝏𝝏𝝏 + 𝒗𝒗 𝝏𝝏𝝏𝝏 = − 𝟏𝟏 𝝏𝝏𝝏𝝏 + 𝝂𝝂 𝝏𝝏 𝒖𝒖 (𝟒𝟒. 𝟏𝟏)
⎪ 𝝏𝝏𝝏𝝏 𝝏𝝏𝝏𝝏 𝝆𝝆 𝝏𝝏𝝏𝝏 𝝏𝝏𝝏𝝏𝟐𝟐
⎨ 𝟏𝟏 𝝏𝝏𝝏𝝏
⎪𝟎𝟎 = − 𝝆𝝆 𝝏𝝏𝝏𝝏 (𝟒𝟒. 𝟐𝟐)

Et l’équation de continuité :
𝝏𝝏𝝏𝝏 𝝏𝝏𝝏𝝏
+ = 𝟎𝟎 (𝟒𝟒. 𝟑𝟑)
𝝏𝝏𝝏𝝏 𝝏𝝏𝝏𝝏
Pour un écoulement loin de la couche limite on fait l’approche suivante : ‘ Dans le fluide libre,
il n’y a évidemment pas de variation de la pression p selon y. Autrement dit, P∞ reste constante’.
Dans ce cas, le fluide libre se comporte comme un fluide parfait et par conséquent, les termes
de viscosité disparaissent (forces de viscosité nulles), en plus, sachant que l’écoulement dans le
fluide libre est permanent, pour y > δ, l’équation qui le régit est donnée :

𝝏𝝏𝑼𝑼∞ (𝒙𝒙) 𝟏𝟏 𝝏𝝏𝝏𝝏


𝑼𝑼∞ =− (𝟒𝟒. 𝟒𝟒)
𝝏𝝏𝝏𝝏 𝝆𝝆 𝝏𝝏𝝏𝝏

Etant donné 𝑼𝑼∞ = 𝑼𝑼∞ (𝒙𝒙) et 𝒑𝒑 = 𝒑𝒑(𝒙𝒙) alors ;


𝒅𝒅𝑼𝑼∞ (𝒙𝒙) 𝟏𝟏 𝒅𝒅𝒑𝒑
𝑼𝑼∞ =− (𝟒𝟒. 𝟓𝟓)
𝒅𝒅𝒙𝒙 𝝆𝝆 𝒅𝒅𝒙𝒙
L’équation (4.1) devient :
𝟐𝟐
⎧𝒖𝒖 𝝏𝝏𝝏𝝏 + 𝒗𝒗 𝝏𝝏𝝏𝝏 = 𝑼𝑼 𝒅𝒅𝑼𝑼∞ (𝒙𝒙) + 𝝂𝝂 𝝏𝝏 𝒖𝒖 (𝟒𝟒. 𝟔𝟔)
⎪ 𝝏𝝏𝝏𝝏 𝝏𝝏𝝏𝝏 ∞
𝒅𝒅𝒅𝒅 𝝏𝝏𝝏𝝏𝟐𝟐
⎨𝝏𝝏𝝏𝝏 𝝏𝝏𝝏𝝏
⎪ 𝝏𝝏𝝏𝝏 + 𝝏𝝏𝝏𝝏 = 𝟎𝟎 (𝟒𝟒. 𝟕𝟕)

Sachant que pour un écoulement bidimensionnel, laminaire : (loi de Newton)
𝝏𝝏𝝏𝝏
𝝉𝝉𝒙𝒙𝒙𝒙 = 𝝁𝝁 (𝟒𝟒. 𝟖𝟖)
𝝏𝝏𝝏𝝏
Alors :

⎧ 𝒖𝒖 𝝏𝝏𝝏𝝏 + 𝒗𝒗 𝝏𝝏𝝏𝝏 = 𝑼𝑼 𝒅𝒅𝑼𝑼∞ (𝒙𝒙) + 𝟏𝟏 𝝏𝝏 �𝝉𝝉 � (𝟒𝟒. 𝟗𝟗)


⎪ 𝝏𝝏𝝏𝝏 𝝏𝝏𝝏𝝏 ∞
𝒅𝒅𝒅𝒅 𝝆𝝆 𝝏𝝏𝝏𝝏 𝒙𝒙𝒙𝒙
⎨𝝏𝝏𝝏𝝏 + 𝝏𝝏𝝏𝝏 = 𝟎𝟎 (𝟒𝟒. 𝟏𝟏𝟏𝟏)
⎪ 𝝏𝝏𝝏𝝏 𝝏𝝏𝝏𝝏

On intègre l’équation (4.9) par rapport à (y) qui varie de 0 à h où h ≥ δ, il vient :

MESSAI.T 1
CHAPITRE IV : COUCHES LIMITES

𝒉𝒉 𝒉𝒉
𝝏𝝏𝝏𝝏 𝝏𝝏𝝏𝝏 𝒅𝒅𝑼𝑼∞ (𝒙𝒙) 𝝏𝝏 𝝉𝝉𝒙𝒙𝒙𝒙
� �𝒖𝒖 + 𝒗𝒗 −𝑼𝑼∞ � 𝒅𝒅𝒅𝒅 = � � � 𝒅𝒅𝒅𝒅 (𝟒𝟒. 𝟏𝟏𝟏𝟏)
𝟎𝟎 𝝏𝝏𝝏𝝏 𝝏𝝏𝝏𝝏 𝒅𝒅𝒅𝒅 𝟎𝟎 𝝏𝝏𝝏𝝏 𝝆𝝆

Et de l’équation (4.10) on a :
𝒉𝒉 𝒉𝒉
𝝏𝝏𝝏𝝏 𝝏𝝏𝝏𝝏
𝒗𝒗 = � � � 𝒅𝒅 𝒚𝒚 = − � � � 𝒅𝒅 𝒚𝒚 (𝟒𝟒. 𝟏𝟏𝟏𝟏)
𝟎𝟎 𝝏𝝏𝝏𝝏 𝟎𝟎 𝝏𝝏𝝏𝝏
On substitue l’équation (4.12) dans (4.11) pour éliminer v :
𝒉𝒉 𝒉𝒉 𝒉𝒉
𝝏𝝏𝝏𝝏 𝝏𝝏𝝏𝝏 𝝏𝝏𝝏𝝏 𝒅𝒅𝑼𝑼∞ (𝒙𝒙) 𝝏𝝏 𝝉𝝉𝒙𝒙𝒙𝒙
� �𝒖𝒖 + − �� � � 𝒅𝒅 𝒚𝒚� −𝑼𝑼∞ � 𝒅𝒅𝒅𝒅 = � � � 𝒅𝒅𝒅𝒅 (𝟒𝟒. 𝟏𝟏𝟏𝟏)
𝟎𝟎 𝝏𝝏𝝏𝝏 𝟎𝟎 𝝏𝝏𝝏𝝏 𝝏𝝏𝝏𝝏 𝒅𝒅𝒅𝒅 𝟎𝟎 𝝏𝝏𝝏𝝏 𝝆𝝆

Le deuxième membre de l’équation (4.13) s’écrit :


𝒉𝒉 𝒉𝒉
𝝏𝝏 𝝉𝝉𝒙𝒙𝒙𝒙 𝟏𝟏 𝟏𝟏 𝝉𝝉𝟎𝟎
� � � 𝒅𝒅𝒅𝒅 = �𝝉𝝉𝒙𝒙𝒙𝒙 � = (𝟎𝟎 − 𝝉𝝉𝟎𝟎 ) = − (𝟒𝟒. 𝟏𝟏𝟏𝟏)
𝟎𝟎 𝝏𝝏𝝏𝝏 𝝆𝝆 𝝆𝝆 𝟎𝟎
𝝆𝝆 𝝆𝝆

Alors :
𝒉𝒉 𝒉𝒉
𝝏𝝏𝝏𝝏 𝝏𝝏𝝏𝝏 𝝏𝝏𝝏𝝏 𝒅𝒅𝑼𝑼∞ (𝒙𝒙) 𝝉𝝉𝟎𝟎
� �𝒖𝒖 + − �� � � 𝒅𝒅 𝒚𝒚� −𝑼𝑼∞ � 𝒅𝒅𝒅𝒅 = − (𝟒𝟒. 𝟏𝟏𝟏𝟏)
𝟎𝟎 𝝏𝝏𝝏𝝏 𝟎𝟎 𝝏𝝏𝝏𝝏 𝝏𝝏𝒚𝒚 𝒅𝒅𝒅𝒅 𝝆𝝆

Intégrons le membre en rouge de l’équation (4.15), il vient :


𝒉𝒉
𝝏𝝏𝝏𝝏 𝒉𝒉 𝝏𝝏𝝏𝝏 𝒉𝒉
𝝏𝝏𝝏𝝏 𝒉𝒉
𝝏𝝏𝝏𝝏
� � � � � 𝒅𝒅 𝒚𝒚� 𝒅𝒅𝒅𝒅 = 𝑼𝑼∞ � � � 𝒅𝒅 𝒚𝒚 − � 𝒖𝒖 � � 𝒅𝒅 𝒚𝒚 (𝟒𝟒. 𝟏𝟏𝟏𝟏)
𝟎𝟎 𝝏𝝏𝝏𝝏 𝟎𝟎 𝝏𝝏𝝏𝝏 𝟎𝟎 𝝏𝝏𝝏𝝏 𝟎𝟎 𝝏𝝏𝝏𝝏
L’équation (4.16) s’écrit alors :
𝒉𝒉 𝒉𝒉 𝒉𝒉 𝒉𝒉
𝝏𝝏𝝏𝝏 𝝏𝝏𝝏𝝏 𝝏𝝏𝝏𝝏 𝒅𝒅𝑼𝑼∞ (𝒙𝒙) 𝝉𝝉𝟎𝟎
� 𝒖𝒖 � � 𝒅𝒅 𝒚𝒚−𝑼𝑼∞ � � � 𝒅𝒅 𝒚𝒚 + � 𝒖𝒖 � � 𝒅𝒅 𝒚𝒚 − � 𝑼𝑼∞ 𝒅𝒅 𝒚𝒚 = − (𝟒𝟒. 𝟏𝟏𝟏𝟏)
𝟎𝟎 𝝏𝝏𝝏𝝏 𝟎𝟎 𝝏𝝏𝝏𝝏 𝟎𝟎 𝝏𝝏𝝏𝝏 𝟎𝟎 𝒅𝒅𝒅𝒅 𝝆𝝆
Ou encore
𝒉𝒉
𝝏𝝏𝝏𝝏 𝝏𝝏𝝏𝝏 𝒅𝒅𝑼𝑼∞ (𝒙𝒙) 𝝉𝝉𝟎𝟎
� �𝟐𝟐𝟐𝟐 � � −𝑼𝑼∞ � � − 𝑼𝑼∞ � 𝒅𝒅 𝒚𝒚 = − (𝟒𝟒. 𝟏𝟏𝟏𝟏)
𝟎𝟎 𝝏𝝏𝝏𝝏 𝝏𝝏𝝏𝝏 𝒅𝒅𝒅𝒅 𝝆𝝆
On peut écrire aussi :
𝒅𝒅 𝒉𝒉 𝒅𝒅𝑼𝑼∞ (𝒙𝒙) 𝒉𝒉 𝝉𝝉𝟎𝟎
� 𝒖𝒖 𝑼𝑼∞ − 𝒖𝒖 𝒅𝒅𝒅𝒅 +
( ) � (𝑼𝑼∞ − 𝒖𝒖)𝒅𝒅𝒅𝒅 = (𝟒𝟒. 𝟏𝟏𝟏𝟏)
𝒅𝒅𝒅𝒅 𝟎𝟎 𝒅𝒅𝒅𝒅 𝟎𝟎 𝝆𝝆
En introduisant les expressions des épaisseurs :

𝟏𝟏 ∞ ∞ 𝒖𝒖
 De déplacement : 𝜹𝜹∗ = ∫ (𝑼𝑼∞ − 𝒖𝒖)𝒅𝒅𝒅𝒅 = ∫𝟎𝟎 �𝟏𝟏 − � 𝒅𝒅𝒅𝒅 (𝟒𝟒. 𝟐𝟐𝟐𝟐)
𝑼𝑼∞ 𝟎𝟎 𝑼𝑼∞
∞ 𝟏𝟏 𝒖𝒖
 Et quantité de mouvement : 𝜽𝜽 = ∫𝟎𝟎 �𝟏𝟏 − � 𝒅𝒅𝒅𝒅 (𝟒𝟒. 𝟐𝟐𝟐𝟐)
𝑼𝑼∞ 𝑼𝑼∞

Finalement l’équation (4.19) devient :

MESSAI.T 2
CHAPITRE IV : COUCHES LIMITES

𝒅𝒅 𝒅𝒅𝑼𝑼∞ (𝒙𝒙) 𝝉𝝉𝟎𝟎


�𝑼𝑼∞ 𝟐𝟐 𝜽𝜽� + 𝜹𝜹∗ 𝑼𝑼∞ = (𝟒𝟒. 𝟐𝟐𝟐𝟐)
𝒅𝒅𝒅𝒅 𝒅𝒅𝒅𝒅 𝝆𝝆

L’équation (4.22) c’est l’équation intégrale de Van Karmán


Cette équation est également appelée l’équation globale de la quantité de mouvement dans la
couche limite, applicable aux écoulements laminaire et turbulent.

On introduira le facteur de forme :

𝜹𝜹∗
𝑯𝑯 =
𝜽𝜽
(𝟒𝟒. 𝟐𝟐𝟐𝟐)

L’équation intégrale de Van Karmán (4.22) peut s’écrire sous la forme :


𝒅𝒅𝜽𝜽 𝟏𝟏 𝒅𝒅𝑼𝑼∞ (𝒙𝒙) 𝝉𝝉𝟎𝟎
+ (𝟐𝟐𝟐𝟐 + 𝜹𝜹∗ ) = (𝟒𝟒. 𝟐𝟐𝟐𝟐)
𝒅𝒅𝒅𝒅 𝑼𝑼∞ 𝒅𝒅𝒅𝒅 𝝆𝝆𝑼𝑼∞ 𝟐𝟐
𝜹𝜹∗
Sachant que 𝑯𝑯 = 𝜽𝜽
,il vient : (une autre forme d’écriture de l’équation de Van Karmán)

𝝉𝝉𝟎𝟎 𝟏𝟏 𝒅𝒅𝑼𝑼∞ (𝒙𝒙) 𝒅𝒅𝒅𝒅


𝟐𝟐
= 𝜽𝜽(𝑯𝑯 + 𝟐𝟐) + (𝟒𝟒. 𝟐𝟐𝟐𝟐)
𝝆𝝆𝑼𝑼∞ 𝑼𝑼∞ 𝒅𝒅𝒅𝒅 𝒅𝒅𝒅𝒅

En introduisant le coefficient de frottement local :


𝝉𝝉𝟎𝟎
𝑪𝑪𝒇𝒇 = (𝟒𝟒. 𝟐𝟐𝟐𝟐)
𝟏𝟏
𝝆𝝆𝑼𝑼∞ 𝟐𝟐
𝟐𝟐
L’équation de Van Karmán peut aussi s’écrire,
𝟏𝟏 𝒅𝒅𝑼𝑼∞ (𝒙𝒙) 𝒅𝒅𝒅𝒅 𝑪𝑪𝒇𝒇
𝜽𝜽(𝑯𝑯 + 𝟐𝟐) + = (𝟒𝟒. 𝟐𝟐𝟐𝟐)
𝑼𝑼∞ 𝒅𝒅𝒅𝒅 𝒅𝒅𝒅𝒅 𝟐𝟐
Il existe une relation entre le coefficient de frottement local Cf et le coefficient de frottement
global sur une surface S par exemple CF :

𝟏𝟏
𝑪𝑪𝑭𝑭 = � 𝑪𝑪𝒇𝒇 𝒅𝒅𝒅𝒅 (𝟒𝟒. 𝟐𝟐𝟐𝟐)
𝑺𝑺
3.4. Couche limite turbulente :
A partir d’une certaine distance Xc du bord d’attaque O, de la plaque, l’écoulement laminaire
devient turbulent ou plus précisément la couche limite laminaire devient turbulente (voir
𝑼𝑼∞ 𝑿𝑿𝑿𝑿
Fig.4.1). Cette condition est vérifiée par 𝑹𝑹𝑹𝑹 ≥ 𝑹𝑹𝑹𝑹𝒄𝒄𝒄𝒄 = .
𝝂𝝂

Rappelons qu’en mouvement turbulent, les tensions totales tangentielles sont données par :

MESSAI.T 3
CHAPITRE IV : COUCHES LIMITES

O Xc
Fig.4.1-Déveleppement de la couche limite sur une plaque plane


𝒅𝒅𝒖𝒖
𝝉𝝉𝒙𝒙𝒙𝒙 = 𝝁𝝁 ������
− 𝝆𝝆(𝒖𝒖′ 𝒗𝒗′ ) (𝟒𝟒. 𝟐𝟐𝟐𝟐)
𝒅𝒅𝒅𝒅
La répartition de la vitesse d’un écoulement de C.L. Turbulente le long d’une plaque est issue
à partir de l’équation empirique du type :


𝒖𝒖 𝒚𝒚 𝒏𝒏
=� � (𝟒𝟒. 𝟑𝟑𝟑𝟑)
𝑼𝑼𝑹𝑹 𝒚𝒚𝑹𝑹
Cette relation est valable pour une paroi à surface lisse et rugueuse

Avec 𝑼𝑼𝑹𝑹 : une vitesse de référence tel que :


- � 𝒎𝒎𝒎𝒎𝒎𝒎 = 𝒖𝒖
Pour conduite : 𝑼𝑼𝑹𝑹 = 𝒖𝒖 �(𝒚𝒚𝑹𝑹 = 𝑹𝑹)
- �(𝒚𝒚𝑹𝑹 = 𝜹𝜹)
Pour conduite : 𝑼𝑼𝑹𝑹 = 𝑼𝑼∞ = 𝒖𝒖

Cette relation empirique, appelée loi de puissance est donnée selon Prandtl par :
𝟏𝟏

𝒖𝒖 𝒚𝒚 𝟕𝟕
=� � (𝟒𝟒. 𝟑𝟑𝟑𝟑)
𝑼𝑼𝑹𝑹 𝜹𝜹
Valable pour 𝑹𝑹𝑹𝑹𝒙𝒙 < 𝟏𝟏𝟏𝟏𝟕𝟕 aussi bien pour les plaques lisses que pour les plaques rugueuses.
La relation (4.31) n’est pas valable au voisinage de la paroi.
C’est pourquoi, il propose (Prandtl) une autre relation pour 𝑹𝑹𝑹𝑹𝒙𝒙 < 𝟏𝟏𝟏𝟏𝟓𝟓 , valable au voisinage
de la paroi :

𝟏𝟏
𝑼𝑼∞ 𝜹𝜹𝒖𝒖∗ 𝟕𝟕
= 𝟖𝟖. 𝟕𝟕𝟕𝟕 � � (𝟒𝟒. 𝟑𝟑𝟑𝟑)
𝒖𝒖∗ 𝝂𝝂
Recherchons l’expression de la contrainte ou tension tangentielle au niveau de la paroi, 𝝉𝝉𝟎𝟎 dans
le cas de ce type de couche limite.

MESSAI.T 4
CHAPITRE IV : COUCHES LIMITES

Rappelons son expression pour une vitesse 𝑼𝑼∞ = 𝒄𝒄𝒄𝒄𝒄𝒄 l’équation (4.25) donne :

𝒅𝒅𝒅𝒅
𝝉𝝉𝟎𝟎 = 𝝆𝝆𝑼𝑼∞ 𝟐𝟐 (𝟒𝟒. 𝟑𝟑𝟑𝟑)
𝒅𝒅𝒅𝒅
La répartition de vitesse d’un tel écoulement est illustrée dans la figure ci-dessous :

C.L. Laminaire
𝑢𝑢
𝑈𝑈∞ C.L. Turbulent

𝑦𝑦 1

𝛿𝛿
Fig.4.2 : Solution de couche limite laminaire et turbulent

On rappelle l’équation de l’épaisseur de quantité de mouvement θ (4.21) avec l’équation de


contrainte tangentielle :

𝝉𝝉𝟎𝟎 = 𝝆𝝆𝒖𝒖𝟐𝟐∗ (𝟒𝟒. 𝟑𝟑𝟑𝟑)


En substituant l’expression (4.32) et celle de θ dans l’expression générale de 𝝉𝝉𝟎𝟎 , il vient :
𝟏𝟏
𝟐𝟐 𝝂𝝂 𝟒𝟒
𝝉𝝉𝟎𝟎 = 𝟎𝟎. 𝟐𝟐𝟐𝟐𝟐𝟐�𝝆𝝆𝑼𝑼∞ �� � (𝟒𝟒. 𝟑𝟑𝟑𝟑)
𝜹𝜹𝑼𝑼∞
Si l’on veut exprimer l’épaisseur conventionnelle 𝜹𝜹 à partir de l’expression générale de 𝝉𝝉𝟎𝟎 .
𝟏𝟏

𝒖𝒖 𝒚𝒚 𝟕𝟕
En effet, remplaçons d’abord = � � (Fig.4.2) dans l’expression de 𝜽𝜽.
𝑼𝑼𝑹𝑹 𝜹𝜹

Puis écrivons de nouveau 𝝉𝝉𝟎𝟎 , il vient :


𝟏𝟏 𝟏𝟏
𝟐𝟐 𝒅𝒅 ∞ 𝒚𝒚 𝟕𝟕 𝒚𝒚 𝟕𝟕
𝝉𝝉𝟎𝟎 = �𝝆𝝆𝑼𝑼∞ � � � � � �𝟏𝟏 − � � � 𝒅𝒅𝒅𝒅� (𝟒𝟒. 𝟑𝟑𝟑𝟑)
𝒅𝒅𝒅𝒅 𝟎𝟎 𝜹𝜹 𝜹𝜹

Après intégration, on obtient (en égalant (4.35) et (4.36)), il vient :


𝟏𝟏
𝟕𝟕 𝒅𝒅𝒅𝒅 𝝂𝝂 𝟒𝟒
= 𝟎𝟎. 𝟐𝟐𝟐𝟐𝟐𝟐 � � (𝟒𝟒. 𝟑𝟑𝟑𝟑)
𝟕𝟕𝟕𝟕 𝒅𝒅𝒅𝒅 𝜹𝜹𝑼𝑼∞
On sépare les variables dans l’équation ci-dessus ; puis intégrons, on obtient l’épaisseur de la
couche limite turbulente :

MESSAI.T 5
CHAPITRE IV : COUCHES LIMITES

𝜹𝜹 𝟎𝟎. 𝟑𝟑𝟑𝟑
= 𝟏𝟏
(𝟒𝟒. 𝟑𝟑𝟑𝟑)
𝒙𝒙
𝑹𝑹𝑹𝑹𝟓𝟓𝒙𝒙
Quant aux épaisseurs de déplacement 𝜹𝜹∗ et de quantité de mouvement θ sont données
directement en fonction de l’épaisseur de C.L. Turbulent 𝜹𝜹 :

𝟕𝟕 𝜽𝜽 𝟎𝟎. 𝟎𝟎𝟎𝟎𝟎𝟎
𝜽𝜽 = 𝜹𝜹 ⇒ = 𝟏𝟏
(𝟒𝟒. 𝟑𝟑𝟑𝟑)
𝟕𝟕𝟕𝟕 𝒙𝒙
𝑹𝑹𝑹𝑹𝟓𝟓𝒙𝒙


𝟏𝟏 𝜹𝜹∗ 𝟎𝟎. 𝟎𝟎𝟎𝟎𝟎𝟎
𝜹𝜹 = 𝜹𝜹 ⇒ = 𝟏𝟏
(𝟒𝟒. 𝟒𝟒𝟒𝟒)
𝟖𝟖 𝒙𝒙
𝑹𝑹𝑹𝑹𝒙𝒙𝟓𝟓
Ainsi que :
𝜹𝜹∗
- le facteur de la couche limite : 𝑯𝑯 = 𝜽𝜽
= 𝟏𝟏. 𝟐𝟐𝟐𝟐.
𝟏𝟏 𝟏𝟏
𝝉𝝉𝟎𝟎 𝝂𝝂 𝟒𝟒 −
- Coefficient de frottement local : 𝑪𝑪𝒇𝒇 = 𝟏𝟏 = 𝟎𝟎. 𝟒𝟒𝟒𝟒 � � = 𝟎𝟎. 𝟎𝟎𝟎𝟎𝟎𝟎𝟎𝟎𝑹𝑹𝑹𝑹𝒙𝒙 𝟓𝟓
𝟐𝟐
𝝆𝝆𝑼𝑼∞ 𝟐𝟐 𝜹𝜹𝑼𝑼∞

- Force de frottement s’exerçant sur la face de plaque :

𝑳𝑳
𝝆𝝆𝑼𝑼∞ 𝟐𝟐
𝑳𝑳
𝑼𝑼∞ 𝟐𝟐
𝑭𝑭𝒇𝒇 = � 𝝉𝝉𝟎𝟎 (𝒙𝒙). 𝒃𝒃. 𝒅𝒅𝒅𝒅 = � . 𝑪𝑪𝒇𝒇 . 𝒃𝒃. 𝒅𝒅𝒅𝒅 = 𝑪𝑪𝒇𝒇 . 𝒃𝒃. 𝑳𝑳. 𝝆𝝆. (𝟒𝟒. 𝟒𝟒𝟒𝟒)
𝟎𝟎 𝟎𝟎 𝟐𝟐 𝟐𝟐
L et b étant respectivement la longueur et la largeur de la plaque et Cf donné comme valeur
moyenne le long de la plaque, par :

𝟏𝟏

𝑪𝑪𝒇𝒇 = 𝟎𝟎. 𝟎𝟎𝟎𝟎𝟎𝟎𝑹𝑹𝑹𝑹𝑳𝑳 𝟓𝟓 (𝟒𝟒. 𝟒𝟒𝟒𝟒)
𝑼𝑼∞ 𝑳𝑳
La relation (4.42) valable pour 𝑹𝑹𝑹𝑹𝑳𝑳 < 𝟏𝟏𝟏𝟏𝟕𝟕 où 𝑹𝑹𝑹𝑹𝑳𝑳 = , lorsque 𝑹𝑹𝑹𝑹𝑳𝑳 > 𝟏𝟏𝟏𝟏𝟕𝟕 , Schilichting
𝝂𝝂

propose la relation :

−𝟐𝟐.𝟓𝟓𝟓𝟓
𝑪𝑪𝒇𝒇 = 𝟎𝟎. 𝟒𝟒𝟒𝟒𝟒𝟒�𝒍𝒍𝒍𝒍𝒍𝒍𝟏𝟏𝟏𝟏 (𝑹𝑹𝑹𝑹𝑳𝑳 )� (𝟒𝟒. 𝟒𝟒𝟒𝟒)

En admettant ici une répartition logarithmique de la vitesse, telle que :



𝒖𝒖 𝟏𝟏
= 𝐥𝐥𝐥𝐥(𝒚𝒚) + 𝑪𝑪 (𝟒𝟒. 𝟒𝟒𝟒𝟒)
𝒖𝒖∗ 𝒌𝒌

MESSAI.T 6

Vous aimerez peut-être aussi