Vous êtes sur la page 1sur 11

Radioactivité

Année scolaire 2020/2021

Sommaire
0
Introduction………………………………………………………………………………………………………… 2
Définition………………………………………………………………………………………………………… 3
Les rayonnements…………………………………………………………………………………………………… 4
La pénétration des rayonnements dans la matière…………………………………………………………………… 5
La fission et la fusion……………………………………………………………………………………………… 6
Application du rayonnements…………………...………………………………………………………………… 7
Conclusion…………………………………………………………………………………………………………… 9
Bibliothèque………………………………………………………………………………………………………… 10

Introduction

La radioactivité est d’origine naturelle. L’intégralité des éléments présents sur Terre, y
compris les noyaux radioactifs, ont été formés :

• dans la phase de nucléosynthèse aux premiers instants de l’univers, pour les éléments légers
(hydrogène et hélium),

1
• dans les étoiles, pour les éléments jusqu’au fer,

• lors de l’explosion des étoiles, marquant la fin de vie de celles-ci, pour les éléments au-delà
du fer. La radioactivité est à l’origine de l’apparition de la vie sur Terre. C’est la chaleur
qu’elle génère qui maintient le noyau terrestre sous forme liquide, et qui a permis lors des
éruptions volcaniques la formation de l’atmosphère primitive (protection contre les
météorites, effet de serre pour diminuer les écarts thermiques entre le jour et la nuit). C’est
aussi la radioactivité qui entretient la combustion au sein du soleil, par le biais des réaction
thermonucléaires où l’hydrogène est transformé en hélium.

1.Définition
La radioactivité, phénomène qui fut découvert en 1896 par Henri Becquerel sur l'uranium et
très vite confirmé par Marie Curie pour le thorium, est un phénomène physique naturel au
cours duquel des noyaux atomiques instables, dits radionucléides, se désintègrent en
dégageant de l'énergie sous forme de rayonnements divers, pour se transformer en des noyaux
atomiques plus stables ayant perdu une partie de leur masse. Les rayonnements ainsi émis
sont appelés, selon le cas, des rayons α, des rayons β ou des rayons γ.

De l’atome à la radioactivité

Pour expliquer le phénomène naturel qu’est la radioactivité, nous allons voir une animation
prise sur le site du Commissariat de l’Energie Atomique (CEA) français.

Représentation schématique d’un atome : La


matière est composée d’atomes. Chaque
atome est composé d’un noyau autour
duquel tournent des électrons. Chaque noyau
2 est constitué de deux sortes de particules,
des protons avec des charges positives et des
neutrons sans charge
Or deux charges positives se repoussent par une force électrostatique. Alors comment
expliquer l’existence d’un noyau composé de charges positives. Une force nucléaire forte va
contrecarrer la force électrostatique pour maintenir la cohésion du noyau. Cette force
nucléaire colle les neutrons et les protons et est indépendante de la charge de la particule. Le
noyau est alors stable. Si le noyau contient trop de particules ou renferme trop d’énergie, alors
la force nucléaire de cohésion n’est plus suffisante pour maintenir les protons et les neutrons
ensemble. Les noyaux sont alors instables et vont émettre de façon spontanée des
rayonnements pour devenir stables. Ce phénomène que l’on appelle la radioactivité est naturel
et est indépendant des conditions physiques (température, pression,). Les noyaux possédant
trop d’énergie vont émettre des rayonnements Gamma (G). Les rayons sont de même nature
que les rayons X ou encore que la lumière émise par les atomes, mais l’énergie qu’ils
transportent est beaucoup plus élevée. Les noyaux, excédentaires en neutrons, vont
transformer un neutron en proton en émettant un électron. Nous avons alors la désintégration
bêta moins (B-) Les noyaux riches en protons, vont transformer un proton en un neutron en
émettant un positon, antiparticule de l’électron. Nous parlons alors de désintégration bêta plus
(B+) ou la capture électronique. Les noyaux lourds trop riches en protons et en neutrons,
instables éjectent une particule, dite alpha (A), constituée de 2 protons et 2 neutrons, c’est la
radioactivité alpha

2.Les rayonnements

3
Les noyaux radioactifs émettent trois sortes de rayonnements appelés par les
physiciens alpha, bêta et gamma, les trois premières lettres de l'alphabet grec

4
La radioactivité alpha

Un atome radioactif alpha émet une « particule alpha », c'est-à-dire un noyau d'hélium (en
fait deux protons et deux neutrons). Ainsi le noyau, en perdant deux protons, change de
nature. Par exemple, un atome de polonium 210 (84 protons et 126 neutrons) devient,
par radioactivité alpha, un atome de plomb 206 (82 protons et 124 neutrons). L'origine de la
radioactivité alpha est une instabilité globale du noyau de l'atome qui se stabilise en éjectant
ces deux protons et deux neutrons
La radioactivité beta
La radioactivité beta existe sous deux formes : beta+ et beta-. Un atome radioactif beta- émet
un électron et un antineutrino électronique. Un atome radioactif beta+ émet un antiélectron
(ou positron) et un neutrino électronique. En plus de cette émission de particules, la nature
des nucléons de ce noyau est modifiée. Ainsi, dans le cas d'une désintégration beta-, un
neutron se change en proton. Dans le cas d'une désintégration beta+, c'est un proton qui se
change en neutron. Le noyau change donc de nature.
La radioactivité gamma
Un atome radioactif gamma émet un photon (aussi appelé gamma). L'origine de cette
radioactivité est une excitation globale du noyau qui se désexcite en émettant ce photon (donc
en perdant de l'énergie). Cette excitation initiale du noyau est souvent due à une première
désintégration par radioactivité alpha ou beta et la radioactivité gamma accompagne donc
souvent ces deux premières.
La radioactivité gamma ne change pas la nature de l'atome qui la subit, puisque le nombre de
nucléons ne change pas dans le noyau.

3.La pénétration des rayonnements dans la


matière

5
• Particules alpha : Pénétration très faible dans l’air. Une simple feuille de papier est
suffisante pour arrêter les noyaux d’hélium. Bien qu’elles ne pénètrent pas très profondément
dans un tissu vivant, elles sont très dangereuses, car l’ionisation du tissu humain peut
provoquer des troubles graves et des cancers. Ceci est d’autant plus dangereux si les particules
A sont inhalées ou ingérées.
• Particules bêta moins (électrons) : Pénétration faible. Parcourent quelques mètres dans l’air.
Une feuille d’aluminium de quelques millimètres peut arrêter les électrons. Ils peuvent
pénétrer jusqu’à environ un centimètre de profondeur dans un tissu vivant avant d’être arrêtés.
Ils peuvent être capturés par les biomolécules qui sont en conséquence ionisées.
• Rayonnements X et gamma : Pénétration très grande, dépendant de l’énergie du
rayonnement, plusieurs centaines de mètres dans l’air. Une forte épaisseur de béton ou de
plomb permet de s’en protéger. En traversant des tissus vivants comme le corps humain, ils
peuvent provoquer des dommages en ionisant des molécules situées sur leur chemin, ce qui
peut induire un disfonctionnement de l’ADN et provoquer l’apparition de cancers.
• Neutrons : Pénétration dépendante de leur énergie. Une forte épaisseur de béton, d’eau ou de
paraffine arrête les neutrons.

4.La fission et la fusion

La fission
La réaction de fission consiste à casser des noyaux lourds, comme ceux de l’uranium 235 ou
du plutonium 239, sous l’effet de l’impact d’un neutron. Un noyau qui a la faculté de se
diviser est dit « fissile ». Cette réaction s’accompagne d’un grand dégagement d’énergie. La
fission est utilisée dans les réacteurs nucléaires. L’énergie observée lors de la fission du noyau
236 92U s’élève à dix-neuf milliards de kilojoule par mole d’uranium. Ce dégagement
6
d’énergie s’accompagne de la disparition d’une petite quantité de matière (défaut de masse),
matière qui est transformée en énergie.

La fusion :
L’énergie nucléaire se libère de deux façons : ou le noyau se casse en deux (fission) ou il
fusionne avec un autre noyau. La fusion est difficile à réaliser car il faut rapprocher deux
noyaux qui ont tendance naturellement à se repousser. Pour arriver à la fusion
thermonucléaire, il faut notamment atteindre des températures de l’ordre de 100 millions de
degrés,

5.Applications des rayonnements

Utilisation médicale des rayonnements

Radiologie diagnostique Médecine nucléaire La radiothérapie

7
Utilisation des rayonnements en Industrie

Production d’énergie par fission production d’électricité

Radiographie par rayon X ou Gamma Stérilisation et conservation

8
Conclusion

Les rayonnements ionisants existent à l’état naturel. Des sources de rayonnement artificielles

sont utilisées dans divers secteurs socioéconomiques : Industrie, Médical, … L’exposition aux

rayonnements naturels est la composante principale de l’exposition de l’homme.

9
Bibliothèque
PDF DE R. Cherkaoui El Moursil - Radioactivité : Origines, définitions et applications
http://www.nouvelle-aquitaine.developpement-durable.gouv.fr/radioactivite-definitions-ordre-de-

grandeurs-r3941.html
http://www.lincoste.com/ebooks/pdf/sciences_et_techniques/physique_et_chimie/radioactivite.pdf
https://www.cea.fr/multimedia/Documents/publications/livrets-thematiques/livret-radioactivite.pdf
https://www.futura-sciences.com/sciences/dossiers/physique-voyage-coeur-matiere-176/page/7/

10