Vous êtes sur la page 1sur 132

Master génie des matériaux

Economie et organisation de
l’entreprise

Pr Mounia CHERKAOUI

Université Ibn Tofail-Kénitra


Objectifs du cours
- Répondre aux questions essentielles qui permettent
de mieux comprendre, le fonctionnement et
l’organisation des entreprises.
- Repérer les composants du macro-micro et méso
environnement tout en visualisant leurs relations
avec l’entreprise.
- Connaître les schémas organisationnels de
l’entreprise.
- Connaître les fonctions de l’entreprise.
- Analyser le concept de structure organisationnel
- Acquérir les principes et le processus du Management

2
Plan du cours
Chapitre introductif : Définitions des concepts
Chapitre I : Entreprise :définition, typologie, et niveau de
performance
Chapitre II : L’environnement de l’entreprise
Chapitre III: Les principales fonctions de l’entreprise
Chapitre IV: Les schémas et structures
organisationnelles
Chapitre V : Les principes et les processus du
Management

* 3
Chapitre introductif

- Définitions des différents concepts


relatifs au management des
entreprises

4
L’organisation
• Diversité des définitions qui tournent autour de sept
éléments constituant le cœur du «phénomène
organisationnel »:

1- L’organisation est un espace où existe une certaine


division du travail.

2- L’organisation est un espace de coordination


collective.
3- Division du travail et coordination sont nécessaires
pour mener une certaine action.

4- cette action est volontaire et comporte des choix,


des possibilités de décision, de négociation ou
d’arrangements variés.

5- Cette action suppose la création de règles et le


contrôle de leur application.

6- les éléments ci-dessus existent pendant une durée.

7- L’organisation est porteuse d’un ensemble de


*
représentations, de connaissances accumulées. 6
Henry Mintzberg, Le Management (1990):
« Nous sommes nés dans le cadre d’organisations et ce sont
encore des organisations qui ont veillé à notre éducation de
façon, à ce que plus tard, nous puissions travailler dans des
organisations. […] Et, notre dernière heure venue, ce seront
encore des organisations qui s’occuperont de nos funérailles
».

« Nous vivons tous dans des organisations », comme le disait


Herbert SIMON.
Exemples : entreprises, administrations, hôpitaux, associations,
syndicats, universités, ONG, …

Ces organisations ont certes des objectifs différents mais


partagent un certain nombre de caractéristiques communes
quant à leur mode de fonctionnement.

7
Les caractéristiques communes des
organisations
1. La division des tâches :

+ ou – précises et stricts
établie par texte ou résulte de la coutume

ou d’un un contrôle social


2. L’existence d’une hiérarchie
exercé par certains membres :

Dans certaines organisations, un règlement codifie


clairement la hiérarchie.
Dans d’autres il faut découvrir comment les
individus choisissent les leaders.
3. L’existence de règles officielles et des procédures + ou – développées et
formalisées:

Il faut donc un minimum de règles d’entrée et d’accès aux


fonctions

4. Une certaine stabilité :

Les trois premières caractéristiques ne sont vraiment


nécessaires que si l’ensemble considéré a une permanence.

9
Derrière le terme organisation, on distinguera:
- Une organisation comme une entité (ensemble de personnes
et de moyens) organisée possédant des frontières
identifiables fonctionnant de façon durable pour atteindre un
ou des objectifs partagés par des participants.
- L’organisation comme action d’organiser (l’organisation d’un
atelier, de son bureau, de sa cuisine, de sa chambre, de son
travail…).
- L’organisation comme processus, c-à-d la façon dont un
ensemble est constitué.
- L’organisation comme discipline, ensemble de connaissances
et de savoir faire pour organiser.

10
« l’organisation est définie comme étant un
système social organisé pour atteindre un certain
type d’objectif. Elle suppose un but formel, une
division des tâches et une attribution de rôle, un
système de communication, un mécanisme de
prise de décisions, un ensemble de règles d’
évaluation de l’activité. »

11
Pour cela, il faut d’une part organiser,
d’autre part animer
Organiser, c’est-à-dire spécialiser / coordonner

• Spécialiser les personnes, les moyens, dans des activités


différentes, comme sur un campus universitaire par
exemple, ou dans une entreprise
• Coordonner, pour que les activités des uns se déroulent au
bon moment par rapport à celles des autres

Animer, c’est-à-dire faire exécuter, faire agir les collaborateurs

• Donner des ordres, des directives, commander


• Contrôler leur exécution
• Rétribuer le travail effectué

12
L’entreprise
• L’entreprise est définit comme: « toute unité légale,
personne physique ou morale qui, jouissant d’une
autonomie de décision, produit des biens et/ou des
services marchands pour un but lucratif. »
• D’autres caractéristiques la définissent:

- Elle est un centre de comptabilité et de profit.


- Son activité est à la fois continue et fixe.
- C’est le lieu d’un travail, individuel ou collectif.
- C’est un centre de décision autonome.
- Elle est fondée sur une prise de risques.
L’institution
Pour les économistes du début du 20ème siècle, les
institutions sont des règles issues de représentations
collectives qui guident les comportements des individus,
notamment lors de leurs transactions économiques.

• La notion d’ « institution » apporte des éléments


complémentaires à ce que désigne la notion d’entreprise:
- La création des liens sociaux.
- La stabilité et la finalisation.
• La création et la transformation de règles et des normes.
Entreprise
• Activité économique
•Récurrente
•Centre de décision
autonome

Organisation Institution
• Espace de division du • Cadre normatif stable
travail et de coordination •Création de lien social
•Action finalisée •Orientation et régulation
•Relativement stable

Figure: trois concepts de base qui se recoupent:


organisation, entreprise, institution
Gestion

organiser
au mieux les ressources dont on dispose,
afin de générer une production de biens
ou de services économiquement et socialement
utiles et rentables

* 17
Il existe plusieurs définitions du phénomène de gestion:

-Le choix et la mise en œuvre de moyens , tendant vers un


optimum, dans le cadre d’une politique.

-L’ensemble des techniques et méthodes qui sont utilisées


pour optimiser l’emploi des ressources mobilisées pour
réaliser les objectifs de l’organisation.

-L’organisation est comprise au sens large

* 18
Autres définitions de la gestion:
Processus spécifique qui consiste à mener des
activités de planification, d’organisation,
d’impulsion et de contrôle, visant à déterminer et
à atteindre des objectifs définis, grâce à la mise en
œuvre de ressources. (cf. Fayol)
Aujourd'hui, on parle de PODC:
« Planifier, Organiser, Diriger et Contrôler »

* 19
Management:
Le management est le métier qui consiste à
conduire, dans un contexte donné, un groupe
d’hommes et de femmes ayant à atteindre des
objectifs conformes aux finalités de
l’organisation d’appartenance.

* 20
Le management rassemble tous les concepts,
techniques, outils, recettes, ou expériences qui
permette de gérer au quotidien le
fonctionnement effectif d’une organisation.

Le management est à l’organisation, ce que la


médecine est à l’anatomie.

* Théories des Organisations 21


Chapitre I: Entreprise:
définition, typologie et niveaux de
performance

* 22
A/ Définition de l’entreprise :

Une entreprise est un groupement humain hiérarchisé


qui met en œuvre des moyens intellectuels, physiques et
financiers pour produire former, distribuer les richesses
conformément à des buts définis pour réaliser un profit.
En plus de réaliser un profit, l’entreprise a pour objectif
de répondre aux questions fondamentales importantes
de l’économie :

-Que produire ?

-Quels sont les besoins du marché afin de les satisfaire ?

*
- Pour qui produire ? 23
- Quelle est la catégorie des consommateurs ayant
exprimé le besoin ?

-Comment produire ?

- Quelles matières employées, quelles techniques,


quels investissements, quelles personnes?
,

* 24
On peut dire que :
L’entreprise est une unité de production de biens et de
services....
Mais c’est aussi une unité de répartition des richesses :
- Pour fabriquer des biens et des services, l’entreprise doit
combiner différents facteurs de production.
Le but de l’ entreprise est d’atteindre l’efficacité maximale
afin de minimiser les coûts et de réaliser des profits.
Pour cela elle recherche la meilleure combinaison
possible des facteurs de production.

* 25
- L’entreprise en tant qu’unité de répartition
des richesses.

Les richesses créées encore appelées


"valeurs ajoutées« servent par la suite à
rémunérer l’ensemble des agents,
économiques ayant participé à l’activité de
production de l’entreprise.

* 26
Agents Type de rémunération
rémunérés

Richesses Le personnel Salaires


créées
par
l’entrepri L’Etat et les Impôts et cotisations
se organismes sociales
sociaux

Les prêteurs Intérêts

Les apporteurs Dividendes


de Kx

L’entreprise Revenus non


distribués

* Théories des Organisations 27


L’entreprise et ses fonctions de
répartition
B/ Typologie d’entreprise

Pour effectuer un classement des entreprises, on


utilise des critères permettant de faire des
regroupements.
1- Critères juridiques
En fonction de la personne qui détient le capital et
des objectifs retenus par l’entreprise, on distingue
deux types d’entreprises :
- les entreprises publiques: leur capital est détenu
totalement ou en partie par l’Etat ou les collectivités
publiques.

* 29
- Les entreprises privées où on distingue les
entreprises individuelles dans lesquelles un seul
propriétaire assume tous les risques financiers (c’est
le cas des artisans et des commerçants) ensuite il y a
les sociétés où plusieurs associés assument tous les
risques (société de personnes) ou une partie
seulement (société de capitaux : SA, SARL).

* 30
2. Critères dimensionnels :
Les éléments ci-dessous pris séparément ou ensemble
permettent de distinguer les petites, moyennes et
grandes entreprises.

- le Chiffre d’affaires : mesure la part de marché de


l’entreprise.
- la Valeur ajoutée: mesure la richesse créée à
l’intérieur de l’entreprise.
- l’Effectif : permet d’apprécier l’importance du facteur
de production travail.
- les Capitaux propres : mesurent entre autre
l’importance des fonds apportés par les propriétaires.
*
- le Résultat de l’entreprise, traduit la rentabilité de 31
3. Critères basés sur l’activité économique :
Selon la nature de leur activité, les entreprises sont
aussi classées par branche ou par secteur . Une même
entreprise peut se trouver classée dans plusieurs
branches ; elle est par contre toujours classée dans un
même secteur, celui qui correspond à son activité
principale.
Ainsi l’entreprise ONCF qui a de nombreuses activités
est classée dans plusieurs branches et dans un secteur
qui correspond à son activité principale, les transports.
.

* 32
L’Entreprise: Critères de segmentation
Taille / Effectif

Importance du chiffre d’affaire/ taux de croissance

Secteur
Autres critères …
4 - Les classifications des entreprises :

-La classification juridique (voir schéma)

* 34
* Théories des Organisations 35
Les entreprises privées :

représentent plus de 60% de


Les entreprises individuelles
l’ensemble des entreprises. Bien que la responsabilité du
propriétaire soit totale, les entreprises individuelles
présentent l’avantage d’être des structures simples à créer.
Cette forme juridique est le plus souvent retenue par des
artisans commerçants, exploitants agricoles et les petites
entreprises industrielles.

Les sociétés permettent de regrouper les apports de


plusieurs associés. C’est particulièrement vrai pour la SA qui
doit comprendre plusieurs actionnaires et qui est la forme
juridique des grandes entreprises.
La S.A.R.L est une structure simple qui permet de limiter la
responsabilité financière des associés au montant de leurs
apports.
* Théories des Organisations 36
- les entreprises du secteur public : L’apparition de ce secteur au
Maroc est liée à des raisons politiques, économiques et sociales.
Un certain nombre d’entreprises appartenant à ce secteur ont été
privatisées depuis 1990, d’autres le seront au cours d’années à
venir. L’Etat ne conservera que les entreprises publiques jugées
d’intérêt stratégique pour le pays. (Comme la Royale Air Maroc,
par exemple)
- Les entreprises semi-publiques : ce sont des entreprises
contrôlées par les pouvoirs publics (choix d’investissement,
niveau des prix, emploi…) mais où des personnes privées
participent au financement ou à la gestion.

- Les entreprises publiques : L’Etat détient l’intégralité du capital,


et possède le pouvoir absolu de décision et de gestion.

* Théories des Organisations 37


-La classification dimensionnelle :

a. selon l’effectif :
L’application des critères de mesure de la taille conduit à
distinguer les petites entreprises (PE), les PME et les
grandes entreprises. Le plus souvent, c’est le critère de
l’effectif qui est retenu pour réaliser cette partition.

La taille : selon ce critère, on distingue :

- Les petites entreprises : qui emploient un effectif compris


entre 1 et 10 salariés.
- Les moyennes entreprises : employant un effectif compris
entre 10 et 100 salariés (selon certains économistes, ce
nombre peut aller à 500).
- Les grandes entreprises : celles qui emploient plus de 500
salariés.
* Théories des Organisations 38
b. selon le C.A et la V.A dégagée :

Le chiffre d’affaire permet d’avoir une idée sur le


volume des transactions de l’entreprise avec ses
clients. L’importance d’une entreprise peut se définir
par le volume de ses transactions.

Le code des investissements de 1983 considère


comme PME toute entreprise dont le C.A ne dépasse
pas 7,5 millions de dirhams.

* 39
Ce critère est important pour les raisons suivantes :

- Il est employé pour apprécier l’évolution des


entreprises et pour les classer par ordre
d’importance selon le chiffre d’affaires.
- Pour l’entreprise, il constitue :
• Un outil de gestion: la variation du chiffre d’affaires
permet à l’entreprise de mesurer la pertinence de ses
méthodes de ventes. Ainsi, une baisse du chiffre
d’affaires est souvent interprétée comme indicateur
important de la mauvaise santé de l’entreprise.
• Il est utilisé à des fins comparatives dans le mesure
où il permet à l’entreprise de se positionner par
rapport aux autres entreprises de la même branche.
* 40
- La classification économique selon
le secteur d’activité:

a-La classification de Colin Clark: qui


découpe le système productif en trois
grands secteurs d’activités :le secteur
primaire, le secteur secondaire et le
secteur tertiaire.

* 41
• Le secteur primaire : regroupe les E/ses liées à
l’exploitation du milieu naturel, et aboutissant à la
mise à disposition de matières premières
(agriculture, pêche, extraction minière)

• Le secteur secondaire : rassemble les E/ses qui


réalisent la transformation des matières premières
en biens de production ou en biens de
consommation (industrie, BTP...).

• Le secteur tertiaire : Inclut les entreprises réalisant


la production de services(commerces, banques,
assurances, transport…)
* 42
C / Les niveaux de performance de l’entreprise

La performance est un concept multidimensionnel. Il


est constitué principalement de :

-La performance Physique :


Mesure l'efficacité d'un processus à transformer un ou
des facteurs entrants en un résultat. Elle est en lien
avec la notion plus élémentaire de rendement. Elle
s’exprime également par le rapport de la production de
biens ou de services à la quantité de facteurs de
production ou intrants (parmi lesquels, le capital et le
travail) utilisés pour produire ces biens ou services.
* 43
- La performance marchande :
Elle se traduit par le positionnement et le contrôle de
l’entreprise sur son marché. Une entreprise performante
sur le plan commercial détiendra plus de parts de marché
que ses concurrents et se garantira une bonne
compétitivité.

- La performance Financière :
Elle se traduit par la réalisation du profit financier. Il est
possible d'apprécier la performance financière à partir
des critères qui font intervenir les données comptables de
l'entreprise.

* 44
La performance sociétale :

Elle entre dans le cadre de la prise en compte des


dimensions sociales et environnementales qui
constitue désormais une préoccupation cruciale
au sein des entreprises. Rattachées aux champs
actuels de la création de valeur partenariale ou de
la gestion des relations avec l’ensemble des
parties prenantes.

* 45
L’entreprise: les niveaux de performance
Chapitre II: L’environnement de
l’entreprise

* 47
L’entreprise ne peut pas vivre en vase clos : pour
exister et survivre il lui est indispensable d’échanger
avec son environnement. Ce système puise dans son
environnement les moyens de fonctionner ( travail,
capitaux ressources naturelles, informations ) et vend
à ses clients ce qu’il a produit. Les relations avec
l’environnement se font par l’intermédiaire de
marchés dans un système économique capitaliste.

Les échanges avec l’environnement peuvent s’analyser


comme une boucle de rétroaction : l’entreprise agit
sur son environnement qu’elle influence, et ce dernier
agit à son tour et influence lui aussi la vie de
* l’entreprise. 48
Les entreprises ne sont pas un monde à part, même si
elles fonctionnent avec des règles qui leur sont
propres. Les règles internes de gestion sont en partie
dépendantes du fonctionnement de la société. La
société évolue aussi quand l’organisation des
entreprises change.

I- Généralités sur l’environnement de l’entreprise

L’entreprise est donc un système ouvert ; elle


entretient des relations constantes avec son
environnement.

* 49
L’environnement est «l’ensemble des éléments
externes à l’entreprise susceptibles d’influencer
son activité et son équilibre». ou encore est
constitué de l’ensemble des forces extérieures à
l’entreprise qui agissent et réagissent au profit ou à
l’encontre de l’entreprise.
(voir schéma)

L’ entreprise agit également sur son environnement


d’une façon positive (création d’ emploi...) ou négative
(pollution).

* 50
Traditionnellement. On distingue :

- Un macro-environnement : environnement général


de l’entreprise qui intègre les aspects sociologiques,
économiques, juridiques, techniques … tant
nationaux qu’internationaux

Un micro-environnement : environnement spécifique


de l’entreprise constitué de ses clients, ses
fournisseurs, ses sous-traitants, ses concurrents…
Les comportements de ces partenaires orientent
directement les actions et les activités de l’entreprise.

* 51
* Théories des Organisations 52
Les relations avec les autres entreprises

L’entreprise, comme acteur économique,


intervient sur plusieurs marchés (marché
amont et aval, marché de travail, marché
financier, ...); Ses relations avec les autres
entreprises peuvent être des relations de
concurrence ou de complémentarité.

* Théories des Organisations 53


1. Les relations de la concurrence

Les différentes types de concurrence qui


s’exercent sur l’entreprise sont présentées dans
le tableau Ci-après:

* Théories des Organisations 54


Les relations avec les autres entreprises

L’entreprise, comme acteur économique, intervient


sur plusieurs marchés (marché amont et aval,
marché de travail, marché financier, ...); Ses relations
avec les autres entreprises peuvent être des relations
de concurrence ou de complémentarité.

Les relations de la concurrence

Les différentes types de concurrence qui s’exercent


sur l’entreprise sont présentées dans le tableau ci
après/
* Théories des Organisations 55
se pose alors le problème de la compétitivité: la
capacité d’une entreprise à affronter la
concurrence;

Elle se mesure par les résultats commerciaux de


l’entreprise et en particulier par l’évolution de sa
part de marché.

Comment réduire la pression concurrentielle?

-Mettre en oeuvre d’une stratégie;


-développer des caractéristiques distinctives;
- agir sur la qualité et le prix;
-différenciation du produit,
-Le regroupement avec d’autres entreprises, .

* Théories des Organisations 56


2- Les relations de complémentarité

La complémentarité des entreprises :

Les relations de client à fournisseur sont qualifiées de relations


de complémentarité afin de souligner une certaine
communauté d’intérêt entre ces partenaires.

Ces relations de complémentarité existent entre toutes les


entreprises qui appartiennent à la même chaîne de
clients-fournisseurs depuis les matières premières (en amont)
jusqu’au consommateurs finals (en aval).
Cette chaîne constitue la filière dans laquelle s’insère
l’entreprise.

* Théories des Organisations 57


La coopération inter-entreprise:

Les entreprises complémentaires peuvent parfois


décider de renforcer les liens qui les unissent en
passant entre elles certains contrats, comme les
contrats de sous-traitance ou encore de la
franchise;

Entreprises complémentaires ou même


concurrentes peuvent par ailleurs décider de
réaliser ensemble certaines activités. Elles ont
alors la possibilité de formaliser cette collaboration
en créant une filiale commune (joint-venture) ou
un Groupement d’Intérêt Economique (GIE).

* Théories des Organisations 58


II. Relations entre l’entreprise et son
environnement :

A- L’entreprise doit s’adapter à son environnement


:

Les différentes composantes de l’environnement des


entreprises évoluent : la concurrence se mondialise,
la demande des consommateurs change rapidement,
les technologies, les sciences progressent, les
événements politiques et économiques
s’enchaînent et la réglementation se modifie.

* Théories des Organisations 59


L’environnement est à la fois source de
contraintes (menaces) et d’opportunités
pour l’entreprise; La performance de
l’entreprise dépend de sa capacité à adapter sa
structure aux évolutions des contraintes
imprévisibles de l’environnement;

Les «faits d’environnement » ne sont, par


définition, pas neutres pour l’entreprise. Ils
peuvent lui être contraires ou, à l’inverse,
favorables, en rendant plus difficile ou facile la
réalisation de ses objectifs.

* 60
Les entreprises se doivent d’adapter leur stratégie en
fonction de l’évolution des composantes de
l’environnement. Elles identifient les menaces que les
évolutions de l’environnement font peser sur elles,
mais aussi les opportunités qui peuvent en naître.
Les entreprises ne peuvent pas rester passives face à
ces évolutions. (schéma)

Exemple : L’augmentation du prix du pétrole


(modification de l’environnement économique) est
une menace pour de nombreuses entreprises,
notamment dans le transport aérien ou l’automobile.
* 61
L’environnement impose des contraintes à l’entreprise :

L’environnement a une incidence sur le fonctionnement de


l’entreprise à plusieurs niveaux:

Les facteurs de production

-Coût des facteurs de production : augmentation des coût des


matières et de la main d’œuvre;
-Combinaison des facteurs de production: réglementation de la
durée du travail, licenciement,
normes de protection de l’environnement,...

* Théories des Organisations 62


La demande :

-Diminution de la demande : diminution du


pouvoir d’achat………………..

-Changement de la nature de la demande:


évolution des modes de consommation, produits
de substitution, des styles de vie

* Théories des Organisations 63


L’environnement est source d’opportunités

L’entreprise doit, en même de la prise en compte


des contraintes, saisir les opportunités par
exemple:

-Le changement des mentalités des consommateurs


vers des produits Bio et labellisés est une
opportunité pour certaines entreprises;

- La prise en compte de l’écologie favorise l’essor


des produits verts qui ne nuisent pas à
l’environnement;

- Les nouvelles règlementations: libéralisation des


marchés;
-Ouverture des marchés: accords de libre-échange
* Théories des Organisations 64
Toutefois les entreprises ne font pas que subir
leur environnement, elles peuvent également l’
influencer.

* Théories des Organisations 65


B- L’entreprise a une influence sur son
environnement

Par sa stratégie, par son activité, par ses produits,


l’entreprise modifie son environnement, de façon
positive ou négative.
Par exemple, une entreprise par sa présence dans
une zone géographique donnée a des influences
positives sur l’environnement : création d’emplois,
formation des salariés, diffusion de
technologies...Lorsqu’elle innove, l’entreprise peut
modifier ou créer des habitudes nouvelles de
consommation (téléphonie mobile, restauration
rapide, Internet...).
* 66
Toutefois une entreprise peut avoir des influences
plus négatives sur son environnement : pollution,
dégradation des paysages (conséquences
négatives sur l’environnement écologique),
licenciements massifs (conséquences négatives sur
l’environnement économique et social.)

* 67
L’entreprise dans son environnement :

1. L’entreprise dans l’économie

Les caractéristiques du système économique dans


lequel l’entreprise est située vont profondément
influencer cette dernière. L’entreprise ne peut être
isolée du régime économique dans lequel elle baigne.

* Théories des Organisations 68


a. L’entreprise en économie libérale se caractérise par :
- la propriété privée des moyens de production.
- la liberté d’entreprise : chacun est libre de créer une
entreprise
- la recherche du profit individuel.
- l’existence d'un marché où le prix est le mécanisme
fondamental de l’activité économique.
- la concurrence

* Théories des Organisations 69


b- L’entreprise en économie socialiste se
caractérise par :

-La primauté de l’intérêt collectif : l’individuel est


subordonné au général.
-la propriété collective des moyens de production.
Les moyens de production sont la propriété de tous.

-l’Etat dirige l’économie, le marché n’existe pas et le


niveau des échanges, les prix et les revenus sont
fixés par l’Etat.

- la planification autoritaire : l’administration définit


les niveaux de tous les équilibres.
* Théories des Organisations 70
II- L’entreprise et le social

Pendant longtemps, le facteur travail a été


considéré par les entreprises comme un facteur de
production comme les autres. Au début du 20me
siècle, Taylor un auteur classique du management,
considère que l’individu est sensé réagir comme
une mécanique simple qui calque ses efforts sur
les stimulants qui lui sont proposés et les sanctions
qui le frappent.

71
Sous l’impulsion des travaux de Mayo, il apparaît, que
l’individu n’est pas qu’une simple mécanique, des
éléments psychosociologiques l’animent. La
performance de l’ouvrier dépend, il est vrai de
diverses conditions matérielles, mais tout autant
sinon davantage de facteurs d’ambiance.

72
La prise en compte de la dimension sociale de
l’entreprise conduit plusieurs entreprises, voulant
être performantes, à mettre en place une gestion des
ressources humaines.

73
III- L’entreprise et les capitaux

Pour exercer son activité, l’entreprise a besoin en plus du facteur


"travail", du facteur "capital" qui lui sera utile pour le financement de
son activité.

* Théories des Organisations 74


Les sources de financement peuvent être
nombreuses :

- ils peuvent provenir des associés sous forme


d’apports en nature ou en espèces pour la
constitution de la société ou en cas
d’augmentation du capital.

- les emprunts obligataires : la dette obligataire


ressort du long terme. Sa durée de vie est comprise
entre 8 et 15 ans.

* Théories des Organisations 75


- les crédits bancaires : ces crédits peuvent être à
moyen et long terme pour le financement des
investissements réalisés par l’entreprise, comme ils
peuvent être à court terme, de quelques jours à
quelques mois pour assurer à tout moment le
maintien de la solvabilité de l’entreprise.

- le crédit-bail ou "leasing" qui a pour objet le


financement d’investissements mobiliers ou immobiliers
de l’entreprise puisque sa caractéristique fondamentale
est la mise à la disposition de l’entreprise d’équipements
dans le cadre d’un contrat de longue durée qui prévoit le
versement régulier de loyers. L’entreprise n’a pas donc la
propriété du bien investi bien qu’elle en ait l’usage.

* Théories des Organisations 76


- la bourse ou marché financier dont la
fonction essentielle est de constituer une source
de financement pour les émetteurs de titres.
Deux grands types d’instruments, les actions et
les obligations, sont utilisés afin de mobiliser l’
épargne des investisseurs.

* Théories des Organisations 77


Chapitre III : Les principales
activités et fonctions de l’ entreprise

78
1- Les principales activités de
l’entreprise
1. L’activité commerciale
2. L’activité d’approvisionnement
3. L’activité productrice
4. La logistique
5. Le financement
6. La gestion des ressources humaines

79
1-L’activité commerciale
La gestion commerciale couvre: la connaissance
du marché, la définition d'une stratégie,
l'élaboration des politiques commerciales
(produits, prix..), l'organisation des services
commerciaux et l'action commerciale (vente,
formation, recrutement, ...).

* Théories des Organisations 80


a) Connaissance du marché

Du fait que l'entreprise dépend de l'extérieur, une grande


place est accordée aux relations avec l'extérieur et le
marché. Une bonne connaissance du marché est
indispensable pour définir la stratégie commerciale (avec les
actions correspondantes : prix, publicité, ...) et pour guider
l'entreprise dans certaines opérations ponctuelles. Il faut
bien connaître ses besoins en informations, ensuite on se
renseigne. Il existe plusieurs sources : Ministère des Finances,
de l’industrie, syndicats, ... Il faut aussi utiliser les données sur
l'entreprise, celles données par les représentants, ... Ces
renseignements peuvent ne pas suffire pour certaines
actions. Dans ce cas, on demande une étude de marché
(échantillon…)
* Théories des Organisations 81
b) Les prévisions et politiques

La prévision de la demande est indispensable à une bonne


gestion. Toute prévision est caractérisée par 3 éléments :
l'horizon (période prise en compte), l'incertitude, l'historique
(pour extrapoler le futur. On a une tendance générale, l'aléa,
des variations saisonnières et cycliques). Pour la prévision à
court terme, les ventes peuvent être corrélées à celles d'une
autre entreprise. Sinon, on peut demander aux vendeurs leur
opinion ou faire une étude de marché. La prévision à moyen
terme (2 à 5 ans), on utilise les méthodes historiques (en
vérifiant la stabilité du marché), et la prévision économique
(étude prévisionnelle de l'environnement, prévision
sectorielle, prévision de l'entreprise).
* Théories des Organisations 82
La mise en place d'une stratégie et d'une
politique commerciales se fait en plusieurs
étapes.

-Effectuer une auto-évaluation et une appréciation


pertinente de l'environnement.

- Choisir les créneaux de développement.

* Théories des Organisations 83


- Définir les grandes lignes d'action afin de réaliser
les objectifs.
Ces actions se répartissent en 4 politiques
complémentaires : produit, prix, distribution et
communication Ces politiques constituent le
marketing mix.

Une fois les 4 P sont fixés, on écrit alors le plan de


marchéage ou de marketing. Le plan est établi sur
une durée de 3 à 5 ans (objectifs chiffrés). Les
budgets sont évalués sur 1 an.

* Théories des Organisations 84


c) L'action commerciale

L'action commerciale recouvre toutes les décisions


et opérations directement liées à la vente.

Plusieurs structures existent. En général, les services


commerciaux sont dirigés et coordonnées par une
direction unique. La direction commerciale assure de
multiples tâches : réflexion, choix stratégiques,
contrôle, mais aussi coordination entre les différents
services commerciaux et la direction générale.

* Théories des Organisations 85


Les services commerciaux sont définis à partir des
principales fonctions à assurer : information-
études, communication, développement de
nouveaux produits, vente, achat.

Toute entreprise dispose d'une certaine force de


vente, c'est à dire d'une équipe de vendeurs
(preneurs d’ordre, les vendeurs en magasins, les
représentants, les technico-commerciaux, les
négociateurs…)

* Théories des Organisations 86


2- L’activité d’approvisionnement
de l’entreprise
a- Définition

Ensemble des opérations permettant à l’entreprise


de disposer des biens et services nécessaires à son
activité et qu’elle doit se procurer à l’extérieur.

Objectif principal: Mettre à la disposition de


l’entreprise les matières premières et composants en
qualité et en quantité suffisante.
b. Objectifs de l’approvisionnement
• Objectifs de coûts
• Pression sur les fournisseurs
• Délais de paiement importants
• Achat en quantité importante
• Réduction des volumes de stockage
• Objectifs de qualité
• Réduction du nombre de déchets
• Amélioration de la qualité du produit fabriqué
• Accroissement de la part de marché de l’entreprise
• Objectifs de fonctionnement
• Eviter le ralentissement ou l’arrêt de laproduction
• Eviter la perte de la clientèle
C. Sélection des fournisseurs

• Prix

• Qualité

• Sécurité

• Délais: paiement et livraison

• Service après-vente

• Situation financière du fournisseur


d. Pluralités des choix

• Fabriquer, acheter ou sous-traiter ?


• Fournisseur étranger ou fournisseur local ?
• Centralisation ou décentralisation des achats ?
• Centralisation: Les établissements secondaires
transmettent leurs commandes au siège social.
C’est ce dernier qui choisit le(s) fournisseur(s) et
passe commande auprès de lui (au d’eux).
• Décentralisation: Les établissements secondaires
traitent directement avec le(s) fournisseur(s).
Centralisation:
ESE 1 Fournisseur 1

ESE 2 Fournisseur 2
SIEGE
ESE 3
SOCIAL
Fournisseur 3
3- L’activité de production
de l’entreprise
a. Définition de la production

Acte de création d’un bien économique matériel


(bien) ou immatériel (service) entraînant la
participation d’un ou plusieurs facteurs de
production (capital, travail, nature)
b. Typologie des systèmes de production
Classification de nature technique
• Classification en fonction des quantités produites et de
la répétitivité
• Production unitaire
• Production en petites séries
• Production en grandes séries (standard et
production à la chaîne)
Classification selon le processus de production
• Production en continue
• Production en discontinue
Classification de nature commerciale
• La production à la commande
• Lancement de la production après réception
d’une commande ferme
• Client identifié
• La production pour le stock
• Anticipation de la demande
• Client non identifié
NB: Les productions en série demandent un
investissement important ce qui ne facilite pas
l'adaptation au marché. Ces entreprises tentent de
fidéliser leurs clients par de la publicité, ...

Les systèmes modernes essaient de concilier


productivité et flexibilité. Le choix d'un mode de
production dépend du marché (nombre de clients),
et du produit.

* Théories des Organisations 96


C- Services de la fonction production

Bureau des études


• Faisabilité du produit en tenant compte
des contraintes du marché
• Conception technique du produit
• Réalisation d’un prototype
• Définition des plans définitifs et de la
nomenclature du produit
IL conçoit les nouveaux produits et améliore les
produits actuels. Ce bureau utilise les résultats des
services de recherche, des services de marketing
(indiquent les besoins du marché), le service de
documentation. Lorsqu'une idée est sortie, on
passe à la phase de conception après rédaction du
cahier des charges.

* Théories des Organisations 98


Bureau des méthodes

. Définition des méthodes de


fabrication (réduction des coûts et
des délais)

. Fiabilité du processus de
fabrication

IL définit les différentes opérations qui devront être


réalisées pour obtenir le produit, à partir des dessins
et nomenclatures du bureau d'études. On obtient le
processus de fabrication: les gammes de fabrication.

* Théories des Organisations 99


Bureau d’ordonnancement

• Fixation des délais de fabrication


•Prévision et affectation des moyens
humains et matériels à la réalisation
du plan de production
Service de lancement
•Définition des documents à utiliser
dans les ateliers de production à
savoir:
- Les bons de travail
- Les bons de quantité
- La fiche suiveuse
* Théories des Organisations 100
Par la suite le bureau d'ordonnancement définit
l'enchaînement des tâches en optimisant les
moyens de production.
Enfin, le dossier est remis au bureau de
lancement qui déclenche les opérations et en suit
le déroulement.

* Théories des Organisations 101


4- La logistique

C'est l'organisation des flux matériels,


informationnels, ... Corrélativement à
l'organisation de la production, c'est
l'organisation de tous les flux entrants et
sortants qui doivent être gérés de manière
optimale

* Théories des Organisations 102


De tout temps, les entreprises ont cherché à
rentabiliser leur activité par une production au
moindre coût. Cela a conduit à une production de
masse. Aujourd'hui, les entreprises font face à deux
nouveaux problèmes: les consommateurs exigent
des produits de qualité et des délais plus courts; la
production de masse ne s'amortie plus aussi bien
car les produits sont vite périmés.

* Théories des Organisations 103


Devant ces contraintes, on recourt à la logistique.
C’est une fonction diffuse car elle concerne toute
l'entreprise. Les enjeux sont la compétitivité,
l'adaptabilité, la flexibilité.

* Théories des Organisations 104


5- L’activité de financement

L'entreprise doit, à tout moment, s'assurer de


son équilibre financier; les ressources
permanentes dont elle dispose doivent
financer l'actif immobilisé pour dégager un
excédent de capitaux permanents : le fonds
de roulement. Ce dernier doit être suffisant
pour couvrir le besoin en fonds de roulement.
A défaut, l'entreprise connaît des problèmes
de trésorerie.

* Théories des Organisations 105


a. Domaines de la fonction financière

ACTIVITÉ DE LA TRÉSORERIE:
• Gestion de portefeuille
• Etablissement du budget de trésorerie
• Choix des ressources à court terme
ACTIVITÉ DE CONTRÔLE :
• Comptabilité générale
• Comptabilité analytique
• Contrôle budgétaire
ACTIVITÉ DE PRÉVISION
b. Besoins de financement
BESOINS LIÉS À L’INVESTISSEMENT :
A la création :
• Achat de terrains, de locaux, de machines
• Aménagement
En cours de vie de l’entreprise :
• Investissement de remplacement, d’extension ou
de productivité
BESOINS LIÉS À L’EXPLOITATION :
A la création :
• Constitution de stocks de matières premières,
d’emballages, …
En cours de vie de l’entreprise :
• Accroissement des stocks
• Délais de paiement accordés à la clientèle, …
c. Moyens de financement

MOYENS INTERNES :
A la création :
• Apports des associés
En cours de vie de l’entreprise :
• Autofinancement de l’entreprise
• Augmentation du capital social
MOYENS EXTERNES :
A la création :
• Crédit bancaire à moyen et long terme (crédits d’investissement)
• Crédit bail (leasing)
En cours de vie de l’entreprise :
• Crédit bancaire à court terme (crédit d’exploitation)
• Affacturage (factoring)
• Marché financier (Introduction en bourse)
• Emprunt obligataire
6- La gestion des ressources
humaines

Le service des relations humaines gère les


dossiers des personnels, les documents
administratifs, les salaires, il prévoit les besoins
en personnel, établit les profils des postes,
s'occupe du recrutement, des bilans sociaux, mais
aussi des plans de licenciement, de reclassement,
...

* Théories des Organisations 109


a-La taille optimale de l’équipe

• La taille de l’équipe n’est pas uniquement définie selon des critères


de coûts;
• L’entreprise tient compte du travail à accomplir ( ex. potentiels de
vente réalisables sur les secteurs)
• Mais c’est surtout la connaissance de son marché et des intervenants
qui vont l’aider à déterminer le nombre optimal de son personnel.
L’évaluation quantitative des besoins

Toute entreprise a besoin de renouveler son


personnel pour:
• Remplacer son personnel,
• La rotation du personnel: les départs volontaires
• Les départs provoqués
• Les promotions et mutations
• Répondre à de nouvelles exigences en matière
de compétences: marché plus large; clients plus
exigeants; nouveaux clients…
• ou se développer: l’augmentation de l’activité
suppose le renforcement des équipes.
L’évaluation qualitative des besoins

- La définition de la fonction

Description de l’action Relations hiérarchiques

Objectif général de la mission Énumération des responsabilités


Description des tâches Situation dans l’organigramme
Objectifs spécifiques

Particularités du poste Conditions matérielles


Secteur attribué Statut recherché
Type de clientèle à visiter Expérience professionnelle
Types de produits à vendre Niveau de formation
Langues pratiquées
b- Le recrutement et l’intégration des salariés

1. Les responsabilités du recrutement :


• Service interne
• Cabinet spécialisé
• Cabinet de chasseurs de tête
2. Le choix des candidatures
• Les candidatures internes
• La cooptation: les commerciaux ou les salariés sont sollicités à
parrainer des candidats. En contrepartie les parrains se voient
attribuer une prime ou des cadeaux.
• Les candidatures externes: l’entreprise suscite des candidatures
suffisantes en nombre et en qualité pour répondre à ses besoins.
3. Les sources de candidatures: internet; petites
annonces presse; bureaux de recrutement (ANAPEC;
Man power…)candidatures spontanées; salons de
recrutement…
4. La sélection des candidats
• Le tri des candidatures reçues:
• la lettre de motivation présente le candidat; les
raisons de son choix; ses motivations pour le
poste;
• Le CV fait ressortir les éléments que le candidat
estime importants pour le poste (formation,
expérience professionnelle)
• Les entretiens (individuels et/ou collectifs):
• permettent de cerner la personnalité du
candidat;
• Évaluer la motivation du candidat;
• L’entretien collectif permet un gain de temps
• L’individuel permet de connaitre les candidats
de façon plus personnelle.
Les autres outils de la sélection:

- tests (d’aptitude; d’intelligence; de


personnalité…); les mises en situation ou
jeux de rôle.
-La graphologie: technique d’analyse de l’
écriture, donne des indications générales sur
la personnalité du candidat

- Les mises en situation ou jeux de rôle:


placent les candidats dans des situations
réelles afin d’analyser leurs attitudes.

* Théories des Organisations 115


5. l’intégration des nouveaux :
• Pré-accueil: annoncer l’arrivée de nouveaux salariés de
l’entreprise; confirmation par courrier de l’embauche…
• L’accueil:
• donner une bonne image de l’entreprise;
• tenir ses promesses (bureau, cartes de visite, véhicule, téléphone;
documentation produits-clients…)
• La période d’essai:
• Découvrir son poste;
• Entretiens de suivi
• Formation selon le poste
C- La Formation du personnel

La formation est un ensemble d'actions qui


permettent d'élever le niveau de culture
générale et/ou professionnelle et technique
d'un individu. Certaines entreprises proposent
des formations sans prendre en compte les
besoins réels, d'autres font le contraire. Il
s'agit de s'adapter et de suivre l'évolution des
techniques.
1- Quels sont les outils permettant d’identifier un besoin
de formation?

Réclamati
ons
Taux clients Non
d’absenté
respect
isme
des délais
élevé
Coût de
productio Taux de
n
Indicat rebuts
élevé ou eurs excessifs
croissant
Nombre Critères
d’accidents
Difficulté à de
de travail
trouver qualité
en
augmentat des pièces Non
ion ou respectés
des
informatio
Il existe différentes méthodes de formation
suivant que l'on veut communiquer un savoir, un
savoir-faire ou un savoir-être (livres, cours,
débats, exposés, jeux de rôle, ...). Le budget
minimum est fixé par les lois à 1.1% de la masse
salariale (des salaires) annuelle. Le service
formation peut être rattaché à la direction
générale (le problème de la formation est
compris), à la direction du personnel (conciliation
des formations : savoir, savoir-être et savoir-faire,
sans négliger la rentabilité de l'investissement), à
un certain niveau opérationnel (la formation est
considérée comme un coût à minimiser).

* Théories des Organisations 119


II- Les fonctions essentielles de
l’entreprise
Afin d’atteindre les objectifs fixés, d’assurer sa
survie et sa croissance, de s’adapter à
l’environnement et aux changements qui peuvent
l’affecter, l’entreprise doit agencer, disposer et
coordonner l’ensemble de ses activités dont elle
dispose de la manière la plus rationnelle possible.
- comment se fait la répartition des tâches par
grande fonction ?
- quel est le contenu de ces grandes fonctions ?

* Théories des Organisations 120


a-La répartition des tâches par grandes fonctions

La fonction peut être défini comme un assemblage,


de personnes et de moyens de spécialités similaires
effectuant des services ou des opérations complexes
(tâches) de même nature et qui visent le même
objectif dont la réalisation est nécessaire à la vie de
l’entreprise.

* Théories des Organisations 121


C’est Fayol qui s’est intéressé le premier vers 1910 à
un regroupement des activités essentielles en
fonctions.
Il distinguait les six fonctions suivantes :

* Théories des Organisations 122


Les fonctions dans une entreprise…

• Techniques (transformation)

• Commerciales (achats/ventes)

• Financières (gestion fin.)

• De sécurité (protection)

• Comptables (comptes) Fonction


• Administratives Administrative

123
Fonctions essentielle d’après Tâches correspondantes
Fayol
Administratives .prévoir .organiser
.coordonner . Contrôler
Commerciale . acheter. vendre
. échanger
Technique . produire. fabriquer
. transformer
Financière . rechercher les capitaux
. employer les capitaux
Comptable . inventorier
. calculer les prix de revente
. déterminer les prix de vente
. calculer le résultat net comptable
Sécurité . protéger les biens et les actifs
* Théories des Organisations 124
On peut distinguer les fonctions opérationnelles qui
contribuent à ajouter de la valeur au produit en le
transformant (approvisionnement, production,
commercialisation, pour l’essentiel) ….

et les fonctions administratives qui ont pour but


d’assurer le contrôle et la coordination (fonction
"administrative" au sens large).

* Théories des Organisations 125


Pour Fayol :
Administrer c’est « dresser le programme général d’action de
l’entreprise, de constituer le corps social, de coordonner les efforts,
d’harmoniser les actes »,

• Prévoir: planifier de manière rationnelle, dresser le programme.

• Organiser: allouer efficacement des ressources disponibles d’un


point de vue matériel et social.

• Commander: tirer le meilleur partie des agents.

• Coordonner: synchroniser l’ensemble des actions, harmoniser les


actes et les efforts.

• Contrôler: s’assurer que les actions sont conformes aux règles


établies et aux ordres donnés.

126
b- Le contenu des principales fonctions :

La fonction de direction :

La direction est un organe de l’entreprise constitué


par un groupe d’individus distinct c’est l’élément
dynamique de la firme et celui qui lui garantit la
coordination entre les divers services.

* Théories des Organisations 127


la fonction financière :

Son rôle consiste à mettre en œuvre les capitaux


c’est à dire :
•Collecter les fonds en les cherchant, puis en les
réunissant après examen des divers moyens de
financement possibles.

•Employer les fonds en les affectant aux divers


emplois possibles (investissement, stock, crédits
accordés, placements) et aux différents services dans
le cadre de dotations budgétaires.
* Théories des Organisations 128
•Gérer les fonds par un ensemble de tâches de
décision (par exemple le remplacement d’une
source de financement par une autre moins
onéreuse) et de tâches d’exécution (rapports avec
les prêteurs et emprunteurs, remboursement et
rémunération des titres émis…)

En résumé, la fonction financière consiste à


fournir à l’entreprise les capitaux dont elle a
besoin, au moment où elle en a besoin, avec le
maximum de sécurité et au coût minimum.

* Théories des Organisations 129


La fonction approvisionnement :

Cette fonction a une double mission :

- réaliser les achats


- gérer les stocks

* Théories des Organisations 130


La réalisation des achats c’est :
-la recherche des fournisseurs et le choix des
fournisseurs,
-la détermination des produits à commander (qualité
et prix),
-la passation des commandes et le suivi de leur
exécution,
-la réception des commandes et leur contrôle.

La gestion des stocks comprend :

- la gestion du magasin proprement dite : organisation,


documents à utiliser, méthodes de conservation.
- la gestion économique des stocks, c’est-à-dire la
- détermination optimale des dates de commandes et des
* quantités à commander.Théories des Organisations 131
La fonction technique :

La fonction technique n’existe pas dans toutes les


entreprises, elle est chargée :
- de la préparation du travail c’est à dire à la fois de
la préparation technique et de la préparation
adjective.
- de l’exécution du travail mettant en œuvre
simultanément le personnel, le matériel et les MP
ou fournitures ;
- du contrôle (technique c’est à dire contrôle de la
progression de l’exécution en quantité et en
qualité.
- de l’entretien (maintenance) et de la sécurité
* Théories des Organisations 132