Vous êtes sur la page 1sur 14

Chapitre 4

Théorème de quantité de
(Théorème d’Euler)
Précédemment deux concepts fondamentaux de la mécanique des fluides ont été
présentés :

 l’équation de continuité (traduisant la conservation de matière)

 l’équation de Bernoulli (traduisant la conservation ou e bilan d’énergie).

Dans ce qui suit, un troisième concept de base va être développé ; c’est le principe de
conservation de quantité de Mouvement.

Ce principe peut être développé pour une particule fluide en mouvement pour :

- arriver aux équations générales de mouvement


- déterminer les forces agissant par le fluide sur les parois ou inversement
4.1. Cas d’un solide
.

En physique, la quantité de mouvement P est la grandeur physique associée à la


vitesse v et à la masse m d'un objet :
 
P  mv
 
P   mivi
S’il y a plusieurs objets, on écrit :

Le principe fondamental de la dynamique implique que la dérivée par rapport au temps


de la quantité de mouvement (la variation de la quantité de mouvement du système) est
égale à la somme des forces sur le système :
   
dP  F dv 
ext  m   Fext  m
dt  dt
4.2. Cas d’un fluide
.

En mécanique des fluides, la quantité de mouvement d’un système fluide de


volume Vs s’écrit :

 VdV
Vs
avec : dm=ρdV (dV : volume élémentaire)

Le principe fondamental de la dynamique nous permet d’écrire :


d V    
 dV   Fext R  P
dt Vs
 
R : forces de surface  ds
T n
Ss

  gdV
P : forces de volume (Poids) Vs
Le théorème d’Ostrogorski permet d’écrire que :

    
R  P    ( V ) dV  (V)VndS
Vc  
t  
 Sc


(1) (2)

(1) : dérivée instantanée de la quantité de mouvement.


(2) : débit de quantité de mouvement à travers la surface de contrôle.

Pour un écoulement stationnaire la dérivée instantanée est nulle, et donc :


   
R  P  (V)VndS
Sc
4.3. Application du théorème d’Euler
.
A- Cas d’un tube de courant
On considère un écoulement permanent, et on supposera la vitesse constante en tout point d’une
même section. On écrit :
  
 Fext  (V)VndS
Sc

avec : S= S1+S2+Sρ ( Sρ : surface latérale)

   
ce qui donne : R P   (V)VndS
S1S2 S

          
R  P   (V )V n dS   (V )V n dS   (V )Vn dS
1 11 1 S 2 2
2 2 S
qui s’écrit : S1 V
1 
2 V2 
 
 
 0
V1V1S1 V2V2S2

or :    
V.n  0 (V  n )
       
R  P   (V1)V1n1dS1   (V2 )V2n 2 dS2
il reste : S1 
S 

V1 2 V2
.    
V1V1S1 V2V2S2

autrement :    
R  P  V1V1S1 V2V2S2

Sachant que dans un tube de courant, le débit massique est conservé (équation de continuité), il
vient :
qm  V1S1  V2S2
D’où le résultat simple suivant :
   
R  P  qm(V2  V1) (Théorème d’Euler)


qmV : appelé débit de quantité de Mouvement sortant,
2

qmV1 : appelé débit de quantité de Mouvement entrant.
Exemple 1: Force exercée sur un coude
.
Soit une conduite présentant un coude d’angle ,
dans laquelle s’écoule un fluide incompressible
en régime permanent. Déterminer les
composantes de la force exercée par le fluide sur
les parois de la conduite entre les sections 1 et 2.
On peut négliger la pesanteur.

Solution 1

En appliquant le théorème de quantité de mouvement, on écrit :

    
(V)VndS   Fext  R  P
Sc
.
Projection des forces suivant x donne :

Ce qui donne :

Avec : ρVS=Qm

Par conséquent :
Projection des forces suivant y donne :

Ce qui donne :

Avec : ρVS=Qm

Par conséquent :
Exemple 2- Force exercée sur une plaque verticale

Un jet de vitesse V heurte normalement une plaque


plane qui se déplace à la vitesse dans le même sens Q1,V1,S1
que le jet.
L’eau sera supposée incompressible et son
écoulement est uniforme et stationnaire. On suppose Q,V,S
que le jet se divise en 2 jets égaux l’1 vers le haut et
l’autre vers le bas. Rx
En se plaçant dans le référentiel de la plaque,
appliquer le théorème d’Euler pour déterminer la Ry
force exercée par le jet sur la plaque.: y
x
Q2,V2,S2
Solution
En appliquant le théorème de quantité de mouvement, on écrit :
    
(V)VndS   Fext  R  P
Sc
B- Force exercée sur une plaque verticale
Projection des forces suivant x donne :
Q1,V1,S1

  
 V(Vn)dS  R ρV(-V)S=Rx
s1 Q,V,S

Rx

Ce qui donne : Rx=-ρVV S=-qmV Ry


y

ρVS=qm x
Q2,V2,S2
Avec :

Par conséquent l’action du jet, F est donnée par :

Fx=-Rx=qmV

qm : débit du jet,
Rx : réaction du jet.
Projection des forces suivant y donne :
.
       
R  P   (V1 )V
1 n 1 dS1   (V2 ) V2n dS Q1,V1,S1
S1 S2
2 2
 V1
 
 V2


V1V1S1 V2V2S2
Q,V,S

Rx
ρV1(V1)S1+ρV2(-V2)S2=-Ry
Ry

Sachant que : V1=V2, S1=S2


Q2,V2,S2

Ce qui donne : Ry=0

Donc : Fy=0
Exercice 3-Force exercée sur un auget
Un
. auget est une plaque ou une demi-sphère ayant une certaine courbure et qui permet
de dévier le jet d’un angle α.
En appliquant le théorème de quantité de mouvement, on écrit :
    
(V)VndS   Fext  R  P
Sc
Projection des forces /x donne :
     
 V(Vn)dS   V(Vn)dS  R  P
s1 s2
 
V1(V )S  V (V )S  R  P
1 1 2 2 2
 Rx  qm (v v cos) (Action du jet)
1 2

Fx  qmv cos  qmV  Fx  qm (v cos  v )
2 1 2 1
Si la section du jet est constante, on aura : Rx  qmv (1 cos)
1

Cas ou α= π (cos π=-1) Rx  2qmv


1

Vous aimerez peut-être aussi