Vous êtes sur la page 1sur 4

Université Mohamed Premier

Faculté des Sciences Juridiques, Economiques et Sociales


OUJDA

Année Universitaire : 2018 – 2019 Module 27 : Fiscalité d’entreprise


Filière : Sciences Economiques et de Gestion Session : Normale du printemps
Parcours : Sciences de Gestion (S5) Date : Mardi 15/01/2019
Enseignant : M. BOUAZZA Durée : 1 heure (de 16h à 17h)

NB :
• Les trois exercices sont indépendants.
• Utiliser les dispositions fiscales de 2018 dans l’ensemble des exercices.
• Tous les montants sont HT, sauf indication contraire.

Exercice N°1 (6 points) :


Vrai ou faux ? Justifiez brièvement vos réponses.

1. L’IR est un impôt réel, direct et permanent.


2. Une hausse annuelle du prorata de TVA, quelle que soit son ampleur, implique un
reversement supplémentaire de TVA à payer à l’Etat.
3. La « ZAKAT » ne peut être considérée comme un impôt.
4. Le citoyen marocain est dans l’obligation de payer 14% de TVA pour le sucre et le
sel qu’il achète.
5. Les banques offshores paient un taux « normal » en matière de l’IS.
6. C’est le redevable légal qui répercute l’impôt sur le redevable réel.

Exercice N°2 (4 points) :


L’entreprise « Pyramides » vous remet les informations suivantes pour lui établir la
déclaration de TVA du mois de septembre 2018 :

Opérations Montant (HT) Règlement

Achats de marchandise 42.000 70% par chèque et 30% à crédit de 30 jours


Achats de matières premières 48.000 60% en espèces et 40% à crédit de 60 jours
Ventes de marchandises 160.000 50% par chèque et 50% à crédit de 30 jours
Ventes de produits finis 180.000 Par chèque bancaire

Travail à faire : Sachant que le crédit de TVA pour le mois d’août 2018 est de 5.200 DH :
1. Calculer la TVA due du mois de septembre selon le régime des encaissements.
2. Reprendre les calculs dans l’hypothèse du régime des débits.

1/2
Exercice N°3 (4 points) :
Le tableau suivant indique les données relatives à une SARL.

Associés Part dans le capital Compte courant

Brahim 550.000 350.000


Ahmed 400.000 250.000
Total 950.000 600.000

Sachant que :
• le capital est entièrement libéré,
• la rémunération des comptes courants des associés est de 15%;
• le taux d’intérêt autorisé est de 6%.
Question : Procéder au calcul des réintégrations qui s’imposent.

Exercice N°4 (6 points) :


La société Wiamtex est une SA spécialisée dans la fabrication et la commercialisation
des produits de textile. Au titre de l’exercice 2018, l’analyse de ses comptes de produits
et de charges fait ressortir les éléments suivants :

Elément Montant

Bénéfice comptable 360.000


Les produits :
• Chiffre d’affaires HT (dont 55.000 DH non encore livrés) 8.600.000
• Produits des titres de participation au capital d’une société 50.000
Les charges
• Pénalité pour livraison tardive des marchandises aux clients 14.500
• Acquisition d’un ordinateur (TTC) 25.000
• Acompte provisionnel 80.000
• Don versé à une équipe de football d’amateur 30.000

NB. Tous les règlements ont été effectués par chèque, sauf l’acquisition de l’ordinateur en espèce.

Travail à faire :
1. Etablir le tableau des réintégrations et des déductions au titre de l’année 2018, en
expliquant brièvement le sort fiscal de chaque opération.
2. Calculer l’IS théorique et la cotisation minimale.
3. En déduire les acomptes prévisionnels correspondants (on suppose qu’il n’y aucun
solde à reporter des années antérieures).

Bon courage !

2/2
Solution :
Exercice N°1 (6 points) :
1. L’IR est un impôt réel, direct et permanent.
Faux : Ce n’est pas un impôt réel mais personnel, il concerne les personnes (physiques et
morales) et non les biens et les services. Il est plutôt direct, car supporté définitivement sur
le contribuable et permanant, car il est payé périodiquement (année, mois….) d’une manière
continuelle.
2. Une hausse annuelle du prorata de TVA, quelle que soit son ampleur, implique un
reversement supplémentaire de TVA à payer à l’Etat.
Faux : d’une part la variation devrait dépasser 5 points pour qu’il y aurait ajustement ;
d’autre part une hausse du prorata implique une déduction supplémentaire et non un
reversement.
3. La « ZAKAT » ne peut être considérée comme un impôt.
Vrai : elle ne peut être considérée comme un impôt pour trois raisons au moins : Elle n’est
pas toujours une prestation pécuniaire, n’est pas requise par voie d'autorité, ne peut
obligatoirement couvrir une charge publique…
4. Le citoyen marocain est dans l’obligation de payer 14% de TVA pour le sucre et le sel
qu’il achète.
Faux : pour le sucre le taux de TVA est 7% pour le sel c’est 10%.
5. Les banques offshores paient un taux « normal » en matière de l’IS.
Faux : elles paient un taux spécifique de10%, sur option, durant les 15 premières années;
sinon, elles paient la contre-valeur en dirhams de 25.000 dollars US par an.
6. C’est le redevable légal qui répercute l’impôt sur le redevable réel.
Vrai : Le redevable récupère l’impôt qu’il a payé au trésor sur le contribuable.
Barème :
réponse juste et bien justifiée (+1 point) ;
réponse fausse ou justification non convaincante ou aucune réponse (0 point)

Exercice N°2 (4 points) :


1. Calcul de la TVA due du mois de septembre selon le régime des encaissements :
Elément Calcul Montant
TVA facturée : 52.000
 Ventes de marchandises (au Maroc) 160.000*20%*50% 16.000
 Ventes de produits finis (au Maroc) 180.000*20% 36.000
TVA récupérable sur charges : 7.547
 Achats de marchandises 42.000*20%*70% 5.880

 Achat de matières premières 48.000*60%=28.800 > 8.333


On a droit à : 10.000/6 = 1.667 1.667
Report de crédit de TVA 5.200
TVA due 52.000 – 7.547 – 5.200 39.253
(2 points)
2. Calcul de la TVA due du mois de septembre selon le régime des débits :
Elément Calcul Montant
TVA facturée : 68.000
 Ventes de marchandises (au Maroc) 160.000*20% 32.000
 Ventes de produits finis (au Maroc) 180.000*20% 36.000
TVA récupérable sur charges : 7.547
 Achats de marchandises 42.000*20%*70% 5.880

 Achat de matières premières 48.000*60%=28.800 > 8.333


On a droit à : 10.000/6 = 1.667 1.667
Report de crédit de TVA 5.200
TVA due 68.000 – 7.547 – 5.200 55.253
(2 points) ; à remarquer que seule la TVA facturée qui change
Exercice N°3 (4 points) :
Il n’y a pas un dépassement du capital. Le seul dépassement est celui du taux :
A réintégrer 350.000*(15%-6%) pour Brahim et 250.000*(15%-6%) pour Ahmed.
Soit : 600.000*9% = 54.000 DH.

Exercice N°4 (6 points) :


1. Tableau des réintégrations et des déductions :
Réintégration Déduction des
Elément des charges produits non
non déductibles imposables
Bénéfice comptable 360.000
Les produits :
• Chiffre d’affaires HT (dont 55.000 DH non encore livrés) : Ce qui
importe c’est la livraison donc le dernier montant est non --- 55.000
imposable.
• Produits des titres de participation au capital d’une société : Non --- 50.000
imposables (exonérés à 100%).
Les charges
• Pénalité pour livraison tardive des marchandises aux clients : Il
s’agit ici d’une pénalité relative à l’exploitation et non fiscale, donc --- ---
déductible.
• Acquisition d’un ordinateur (TTC) : Les immobilisations ne sont
pas déductibles (à réintégrer en TTC si comptabilisées en TTC et en
HT si comptabilisées en HT) ; Peu importe la modalité de paiement.
Acompte provisionnel. Il s’agit d’une créance sur l’Etat et donc un 25.000 ---
élément d’actif qui n’est pas déductible.
80.000 ---
• Don versé à une équipe de football d’amateurs : pas d’utilité
publique, ni œuvre sociale, donc non déductible. 30.000 ---
Total 495.000 105.000
Résultat fiscal (bénéfice) 390.000
(0,5 point pour chaque opération. Le traitement de chaque opération doit être bien expliqué)
2. Calculs de l’IS théorique et de la cotisation minimale.
Nous avons : 300.001< 390.000 < 1.000.000.
 IS théorique : (390.000*20%)-30.000 = 48.000 DH (1 point)
 Cotisation minimale : (8.600.000-55.000)*0,5% = 42.725 ; on retient l’IS. (1 point)
3. Les acomptes provisionnels : 48.000 / 4 = 12.000 DH (1 point)