Vous êtes sur la page 1sur 17

Chapitre III

CALCUL DES SECTIONS


SOUMISES A LA TRACTION
SIMPLE

1
1. Définition:

Une pièce en béton armé est sollicitée en traction simple (Tirant) lorsque les
forces agissantes à gauche d’une section droite Σ se ramènent au centre de
gravité de la section à une force unique N (Effort normal) perpendiculaire à Σ et
dirigée vers la gauche.

Les éléments en béton armé sollicités en traction simple sont rares, on les rencontre
généralement dans les fermes en treillis, les ceintures de coupoles, les conduites d’eau,
les réservoirs et les tirants dans les formes en arcade.

2
3
2. Hypothèses de calculs :

♦ Le centre de gravité des armatures longitudinales coïncide avec le centre de


gravité du béton et le point d’application de l’effort de traction.
♦ Les sections droites avant déformation restent planes après déformation.
♦ La résistance à la traction du béton étant très faible le béton tendu n’est pas
pris en compte dans les calculs.
♦ Pour les justifications vis-à-vis de l’ELU l’acier subit un allongement
εs = 10‰.
♦ Pour les justifications vis-à-vis de l’ELS la contrainte de l’acier σs est
plafonnée par les conditions de fissuration.

3. Dimensionnement des armatures :

La résistance du béton tendu étant considérée nulle, l’effort de traction est


entièrement
équilibré par les armatures.

4
Soient B : L’aire de la section transversale totale du béton ;
Nu : L’effort de traction à l’ELU ;
Nser : L’effort de traction à l’ELS ;
AS : Aire totale des armatures longitudinales d’une section droite.

3-1- Cas où la fissuration est peu préjudiciable (FPP) :

C’est le cas d’éléments situés dans les locaux couverts et clos, non soumis
(sauf exceptionnellement et pour de courtes durées) à des condensations.
Le dimensionnement se fait à l’ELU seulement (Le calcul à l’ELS est inutile).
En traction simple, la section est entièrement tendue. Le béton tendu étant
négligé, les aciers équilibrent l’effort de traction Nu avec un allongement
unitaire maximal de 10 ‰.

As ≥ Asmin (ou ACNF) (voir plus loin)


5
6
3-2- Cas où la fissuration est préjudiciable (FP) :

La fissuration est considérée comme préjudiciable pour les éléments


exposés aux intempéries ou à des condensations, ou alternativement
noyés et émergés en eau douce.
La contrainte limite des aciers tendus étant

Il faut en plus que As ≥ Asmin (voir plus loin)

la condition de non fragilité

7
8
4- Condition de non-fragilité (CNF) :

Par définition est considérée comme non fragile, une section tendue ou
fléchie telle que la sollicitation provoquant la fissuration du béton dans le
plan de la section considérée entraîne dans les aciers une contrainte au
plus égale à leur limite d’élasticité garantie.
Les armatures longitudinales doivent donc avoir une section minimale,
cette section doit être suffisante pour équilibrer l’effort (Nf ) qui provoque
la fissuration du béton seul : Nf = B ft28
La contrainte normale de traction dans l’acier est

comme σs ≤ fe, la condition de non fragilité en traction simple se traduit


par :

9
5- Dimensionnement de la section de béton (coffrage):

La section de béton B n’intervient pas dans les calculs de résistance mais


elle doit :
- Satisfaire la condition de non fragilité;
- Assurer le bon enrobage des aciers ;
- Permettre d’effectuer les jonctions par recouvrement.
Les données étant : NU ,NSER , ft28 , fe
Les inconnues : AS et B
On calcule AS telle que AS ≥ Max ( AU , ASER ) et on choisi B qui satisfait
la condition
de non fragilité avec ACNF = AS .
6- Vérification des contraintes :

Avant tout il faut vérifier que : As > Asmin


Si la fissuration est préjudiciable ou très préjudiciable, vérifie

10
7- Armatures transversales :

7-1 En zone courante :

Les armatures transversales sont des armatures de montage.


L’espacement St
des armatures transversales est tel que :
St ≤ a (a étant la plus petite dimension transversale de la pièce)

7-2 En zone de recouvrement :

Dans ce cas les armatures transversales sont des armatures de couture.


Leur espacement sera calculé avec précision après avoir déterminé la
longueur de recouvrement.

(Voir « Pratique du BAEL 91 ». Jean Perchat et Jean Roux. Editions


Eyrolles – 1995).

11
8-Dispositions constructives:
Valables pour tous types de sollicitations.
Selon le cas les armatures transversales sont constituées de :

L’adhérence de deux armatures en contact sur un plan vertical est


meilleure que
celle de deux armatures en contact sur un plan horizontal (mauvais
enrobage du triangle
inférieur dans ce dernier cas).

12
8-1 Enrobage des armatures:

L’enrobage (la distance de l’axe d’une armature à la paroi la plus voisine


diminuée du rayon nominal de cette armature) de toute armature
(principale ou secondaire) doit être au moins égal à :

♦ 5 cm pour les ouvrages à la mer ou exposés aux embruns ou aux


brouillards salins, ainsi que les ouvrages exposés à des atmosphères très
agressives ;

♦ 3 cm pour les parois qui sont soumises (ou susceptibles de l’être) à des
actions agressives ou à des intempéries, ou des condensations, ou au
contact d’un liquide ;

♦ 1 cm pour des parois qui seraient situées dans des locaux couverts et
clos et qui ne seraient pas exposées aux condensations.

13
8-2 Distances entre armatures :

14
Pour limiter la fissuration, il convient dans la mesure du possible :
♦ De n’utiliser les gros diamètres que dans les pièces suffisamment épaisses
♦ D’éviter les très petits diamètres dans les pièces exposées aux intempéries
♦ De prévoir le plus grand nombre de barres compatibles avec une mise en
place correcte du béton, et avec la règle ci-dessus relative aux petits
diamètres.
Par exemple les cas 1 et 2 sont nettement plus défavorables que les cas 3 et
4 qui assurent une meilleure répartition des fissures.

15
16
17

Vous aimerez peut-être aussi