Vous êtes sur la page 1sur 9

13/03/2020

2-1 Empilement hexagonal compact 2-1 Empilement hexagonal compact


Réalisons une première couche d’atomes ou de sphères aussi compacte
Il est évident que deux cavités
que possible. 1
consécutives ne pourront pas être 6 2
occupées, l’empilement de la deuxième 5 3
4
couche B va se faire au-dessus de A,
mais on ne peut occuper qu’une cavité
sur 2.

C
B B
C C
B

Prof. K. El Mabrouk 130


Prof. K. El Mabrouk 131

2-1 Empilement hexagonal compact 2-1 Empilement hexagonal compact


La troisième étape consiste à disposer des boules de la couche C de telle
manière que chaque sphère de la boule C se trouve juste au-dessus d’une
sphère de la couche A.

La périodicité de l’empilement est ABAB

Prof. K. El Mabrouk 132 133


13/03/2020

2-1 Empilement hexagonal compact 2-1 Empilement hexagonal compact

Cet empilement fait apparaître un système hexagonal compact (HC) : La coordinance (indice de coordination):

La multiplicité = le nombre de motif /maille : C’est le nombre de particules les plus proches qui entourent un motif ou les
plus proches voisins.
mHC= ns/6 + na/3 + nb/2 + nix1 l’indice de coordination de l’HC =12.
= 12 x 1/6 + 2 x 1/2 + 3 = 6

mPseudo maille = 1/3 maille HCm =


8 x 1/8 + 1 = 2

Prof. K. El Mabrouk 134 Prof. K. El Mabrouk 135

2-2 Empilement cubique à faces centrées 2-2 Empilement cubique à faces centrées

La troisième couche notée C peut être disposée de deux manières


différentes:

 Les sphères des couches C et A se situent sur la même verticale. On


parle alors d’empilement ABAB qui définit la structure hexagonale
compacte.
 Les sphères de la couche C se trouvent à la verticale des creux de la
couche A non occupés par les sphères B.
 La couche suivante D sera nécessairement identique à la couche A. Ainsi
on obtient l’empilement ABC qui correspond à la structure cubique à
faces centrées.
Prof. K. El Mabrouk 136 Prof. K. El Mabrouk 137
13/03/2020

2-2 Empilement cubique à faces centrées 2-2 Empilement cubique à faces centrées

Empilement des couches A, B, et C


dans la structure CFC.

Prof. K. El Mabrouk 138 Prof. K. El Mabrouk 139

2-2 Empilement cubique à faces centrées

Il existe un autre type d’atome dont la compacité est moins, c’est le cubique centré. CFC HC CC

Vue Générale

Maille Élémentaire

Atomes en propre

Prof. K. El Mabrouk 140 Prof. K. El Mabrouk 141


13/03/2020

N.B. La plupart des métaux cristallisent dans les réseaux les plus compacts (CFC et HC). Quelques-uns adoptent la
CFC structure moins compacte CC.

HC

CC

Prof. K. El Mabrouk 142 Prof. K. El Mabrouk 143

2.3. Calculs sur les mailles 2.3.1. Compacité


Les mailles sont des motifs géométriques volumiques. On va voir dans ce qui
Compacité de la maille hexagonale compacte
suit quelques grandeurs physiques qui caractérisent chaque maille.
Considérons la pseudo-maille :
2.3.1. Compacité
On a 2 atomes par pseudo-maille ==> n = 2,

La compacité est définit comme étant le rapport entre le volume occupé par L’atome est sphérique ==> v = 4/3πr3

la matière (atomes) et le volume géométrique de la maille, elle est donc La maille est hexagonale :

toujours inférieure à 1.  
3
𝑉 = 𝑎⃗˄𝑏 . 𝑐⃗ = 𝑎𝑏𝑐 sin 120 = 𝑎 𝑐 sin 120 = 𝑎 𝑐
2
4
2 ∗ 𝜋𝑟 16𝜋𝑟
Volume effectivement occupé par les particules de la maille nv 𝜏= 3 =  
 
τ= = 3
𝑎 𝑐
3 3𝑎 𝑐
Volume de la maille V 2

Prof. K. El Mabrouk 144 Prof. K. El Mabrouk 145


13/03/2020

2.3.1. Compacité 2.3.2. Densité des nœuds et nœuds en propre


Relation entre a et c
Dans un réseau cristallin, il est intéressant de déterminer la densité des
Dans le triangle rectangle AGH, nous avons : 𝐴𝐺 + 𝐺𝐻 = 𝐴𝐻
noeuds, soit par unité de longueur (densité linéique), soit par unité de
Or 𝐴𝐺 = 2/3 𝐴𝐾 avec : 𝐴𝐾 = 𝑎 −
surface (densité surfacique), soit par unité de volume (densité volumique).
===> 𝐴𝐾 = 𝑎 √3/2 D’où : 𝐴𝐺 = 𝑎 √3/3 Densité linéique

𝑎 𝑐 𝑐   2
Pour calculer la densité linéique de nœud dans une maille donnée et suivant une direction
On obtient finalement : + = 𝑎 ====> = 2 = 1.633
3 4 𝑎 3
cristallographique particulière, on choisit un segment de référence de cette direction borné par
deux nœuds. A ces deux nœuds, on attribue un coefficient de pondération égal à 1/2 puisque
Compte tenu du fait que a = 2r, l’expression de la compacité
devient :
chaque nœud est partagé par deux segments contigus. Si d’autres nœuds sont localisés à

16𝜋𝑟 16𝜋𝑟
l’intérieur du segment de référence, on leurs attribue à chacun un coefficient de pondération égal
𝜏= = = 0.74
 
3 3𝑎 ∗ 1.633𝑎
 
3 3 ∗ 8𝑟 ∗ 1.633 à 1, car il appartient en propre à ce segment.

Prof. K. El Mabrouk 146 Prof. K. El Mabrouk 147

Densité surfacique
Exemple 1 : calculons la densité surfacique des noeuds dans les plans (100) et (111) dans un CFC de
On procède de façon analogue pour calculer la densité surfacique des nœuds dans un plan paramètre de maille a.
cristallographique. Dans ce plan, on choisit une maille de référence plane sous la forme d’un parallélogramme
puis on attribue les coefficients de pondérations comme suit. Si un nœud est situé à un sommet de cette
maille plane, on lui attribue un coefficient de 1/4 car le sommet est partagé par 4 plans mitoyens. Si le nœud
est situé sur une arrête de la maille on lui attribue un coefficient de 1/2 car une arrête commune est partagé Le nombre des nœuds en propre = (4 × 1/4) + 1 = 2

par deux mailles planes mitoyennes. Enfin si le nœud est situé à l’intérieur de la maille plane, on lui attribue La densité surfacique des nœuds dans le plan (100) est :

un coefficient égal à 1 car il appartient en propre à cette maille. 𝑑𝑆(𝐶𝐹𝐶)(100) = 2/a2 [𝑎𝑡/𝑢𝑛𝑖𝑡é 𝑑𝑒 𝑠𝑢𝑟𝑓𝑎𝑐𝑒]

Prof. K. El Mabrouk 148 Prof. K. El Mabrouk 149


13/03/2020

Densité volumique

Exemple 2 Le même raisonnement peut aussi s’appliquer dans le calcul de la densité volumique de nœuds.

Dans une maille tridimensionnelle, les coefficients de pondérations sont comme suit :

 Égal à 1/8 pour les nœuds aux sommets de la maille parallélépipédique.

 Egal à 1/4 pour les nœuds situés sur une arrête de la maille.

 Egal à 1/2 pour les nœuds situés sur une surface de la maille.

 Egal à 1 si les nœuds sont situés à l’intérieur de la maille.

Prof. K. El Mabrouk 150 Prof. K. El Mabrouk 151

3. Interstices 3. Interstices
Les interstices tétraédriques (T)
Bien que les dernières structures restent compactes leurs coefficients de
remplissage est inférieur à 1, il existe des cavités vides désignés sous le nom
Les interstices tétraédriques
d’interstices. Les interstices jouent un rôle non négligeable en structure
Ce sont des cavités logées à l’intérieur du tétraèdre
métallique pour l’interpénétration de certaines sphères.
formé par les centres de gravité des quatre sphères:
Certaines phases sont obtenues par insertions de petits atomes étrangers trois sphères jointives dans un plan et une sphère
dans les cavités du réseau d’atomes . tangente aux précédentes. Les sites tétraédriques ne
peuvent recevoir qu’une sphère dont le rayon r = 0.23 R.
Il y a deux types d’interstices
 les interstices tétraédriques r : C’est le rayon de la sphère qui peut occuper le site
 les interstices octaédriques
Prof. K. El Mabrouk 152 Prof. K. El Mabrouk 153
13/03/2020

3. Interstices 3. Interstices
Les interstices tétraédriques (T) Les sites octaédriques (O)
Il occupe le centre d’un octaèdre et entouré de 6
atomes à la même et plus courte distance dont 4
sont situés dans le plan médian de l’octaèdre et
les deux restants aux deux sommets symétriques
Dans un tétraèdre régulier les hauteurs se coupent à ¼ de la base
par rapport au plan médian.

L’octaèdre régulier est formé par l’empilement


d’un triangle de trois sphère tangentes entre-elles
sur un autre triangle identique mais tourné de
120°.
Prof. K. El Mabrouk 154 Prof. K. El Mabrouk 155

3. Interstices 3. Interstices
Les sites octaédriques (O) 3-1 Les sites tétraédriques dans un empilement cubique à faces centrées
 La plus grande sphère (de rayon r) possible à
l’intérieur sera tangente à 2 sphères (de rayon R) de
l’octaèdre situées aux extrémités d’une diagonale.
 Le module de l’arête de l’octaèdre est égal à 2R (les
sphères sont tangentes sur les arêtes).
 Le module de la diagonale est égal à . Le long de
cette diagonale on a la relation : 2R 2
 

Prof. K. El Mabrouk 156 Prof. K. El Mabrouk 157


13/03/2020

3. Interstices 3. Interstices
3-1 Les sites tétraédriques dans un empilement cubique à faces centrées 3-2 Les sites octaédriques dans un empilement cubique à faces centrées

Ils se trouvent au centre de la maille


(propre à la maille et compte donc pour 1)
et aux centres des arêtes qui sont au
nombre de 12 et dont chacun compte

Il y a huit interstices tétraédriques par maille cubique pour 1/4. Au total, on a 1*1 + 12*1/4 = 4
à faces centrées dont les coordonnées sont: sites octaédriques dans la maille CFC.

(¼, ¼, ¼) (¾, ¾, ¼) (¾, ¼, ¼) (¼, ¾, ¾)


(¼, ¾, ¼) (¾, ¼, ¾) (¼, ¼, ¾) (¾, ¾, ¾)
Prof. K. El Mabrouk 158 Prof. K. El Mabrouk 159

3. Interstices 3. Interstices
3-2 Les sites octaédriques dans un empilement cubique à faces centrées 3-3 Les sites tétraédriques dans un empilement Hexagonal Compacte
Les coordonnés réduites des sites [6] sont : On peut le déceler de trois manières différentes :

- Centre du cube : (½, ½, ½)

- Milieux des 12 arrêtes:(½, 0, 0); (0, ½, 0); (0, 0, ½)


En associant les trois atomes situés à
l’intérieur de la maille et le centre d’une des
Le nombre de sites [6] est :
bases ; cela correspond donc à 2 sites (T)

Chaque milieu d’arête contribue par ¼ dans la maille. L’arête est commune à propres à la maille.

quatre cubes adjacents, soit au total : 1 + 12/4 = 4.

Prof. K. El Mabrouk 160 Prof. K. El Mabrouk 161


13/03/2020

3. Interstices 3. Interstices
3-3 Les sites tétraédriques dans un empilement Hexagonal Compacte 3-3 Les sites tétraédriques dans un empilement Hexagonal Compacte

En utilisant un sommet, un atome


intérieur à la maille et deux atomes du
En prenant un des intérieurs, le centre
plan médian extérieurs à la maille ; Le
d’une base et deux sommets consécutifs ;
site (T) correspondant est situé sur une
on obtient ainsi 6 sites propres aussi à la
arête verticale de la maille ; on définit
maille.
ainsi 12 sites (T), chacun étant commun à
3 mailles.

Prof. K. El Mabrouk 162 Prof. K. El Mabrouk 163

3. Interstices 3. Interstices
3-3 Les sites tétraédriques dans un empilement Hexagonal Compacte 3-3 Les sites octaédriques dans un empilement Hexagonal Compacte

Déterminons la côte des sites


Les sites octaédriques sont obtenus en
tétraédriques et dans l’empilement
prenant deux sommets consécutifs, le
hexagonal compact
centre de la base, deux atomes intérieurs
à la maille et un atome du plan médian
extérieur à la maille. Ils sont tous situés
à l’intérieur de la maille et sont donc au
nombre de 6 sites.

Prof. K. El Mabrouk 164 Prof. K. El Mabrouk 165

Vous aimerez peut-être aussi