Vous êtes sur la page 1sur 1

Oct 2006 MCC TGE

Détermination des pertes collectives – point de fonctionnement

I- DETERMINATION DES PERTES COLLECTIVES


Le principal moyen de déterminer les pertes d’une machine consiste à réaliser un essai à puissance utile nulle, dit
essai à vide, et mesurer la puissance absorbée dans ces conditions :

Pour la machine à courant continu, on alimente sous tension nominale l’induit sans aucun couple résistant
(l’inducteur est alimenté de sorte que la vitesse soit nominale) , le schéma de bilan des puissances correspondant
à ces conditions est alors le suivant :
L’indice 0 ou v correspond aux valeurs à vide

Puissance électromagnétique: Pas de Puissance


Pabs à vide = Pa0 = UN.I0 Pem0 = E0.I0 = Tem0.Ω0 mécanique
Pu = 0
Pertes magnétiques
Pertes Joule à
vide = R.I02 et mécaniques
Pc0 = Tp0.Ω0

On en déduit que Pc0 = UN.I0 - R.I02

Pc 0
On détermine alors le couple de perte Tp0 =
Ω0
Suivant les cas, ce couple de perte est considéré constant ou proportionnel à la vitesse de rotation du moteur.

II- POINT DE FONCTIONNEMENT


Lorsque l’on associe une charge à un moteur, après un régime transitoire (accélération ou décélération) , la
vitesse de l’ensemble se stabilise lorsque le couple utile du moteur (Tu) égale le couple résistant de la charge TR.
Le point de fonctionnement correspondant à ce régime permanent est défini par la vitesse et le moment du
couple. Graphiquement, ce point (P sur le graphique) est l’intersection de la caractéristique mécanique du moteur
Tu(n) et de celle de la charge TR(n).
TR et Tu
Exemple :
TuN Tu(n)
On trace Tu(n) à l’aide : TR(n)

- du point de fonctionnement à
vide (n = n0 et Tu = 0)
- et du point de fonctionnement P : point de fonctionnement
nominal (TUN et nN). avec la charge

n
nN n0

LYCEE DU MT BLANC PHYSIQUE APPLIQUEE 1/1

Vous aimerez peut-être aussi