Vous êtes sur la page 1sur 19

Chapitre 2

Prescriptions réglementaires

2.1 Règles des pivots

Quelques soit les sollicitations agissantes sur une section droite:

- Traction simple;
- Flexion simple;
- Compression simple;
- Flexion composée avec traction;
- Flexion composée avec compression.

L'état limite ultime d'une section peut être atteint de deux façons :

- Par écoulement plastique des aciers qui correspond à un allongement des


aciers de 10‰;
- Par écrasement du béton, ce qui correspond à un raccourcissement du béton
de 3,5‰.

Le diagramme des trois pivots est articulé autour de ces deux limites avec trois
possibilités (figure 2.1):

- Le pivot A qui correspond à un allongement maxi des aciers.


- Le pivot B qui correspond à un raccourcissement maxi du béton.
- Le pivot C qui correspond à une section entièrement comprimée.

A’ 2 0 00 3.5 0 00  bc
O’ B
3/7 h

2
C
d
h

4/7 h

1 3
s A
10 0 00
O E
b
Traction Compression

Figure 2.1 Règle des trois pivots


Si yu la distance de l'axe neutre à la fibre la plus comprimée de la section; la
valeur de yu détermine celui des domaines dans lequel est situé le diagramme
limite.

2.1.1 Domaine 1, Pivot A

Les droites de déformation passent par le pivot A qui correspond à un


allongement de l'armature εs=10‰.

L'allongement du béton est tel que (figure 2.2):

0 ≤ εb ≤ 3,5‰ (2.1)

Dans ce cas la section est soumise à:

- La traction simple.
- La flexion simple.
- La flexion composée avec traction.

A’ O’ 3.5 0 00  bc

0.259 d
B
yu

A. N.
d
h

1
s A
10 0 00
O
b
Figure 2.2 Pivot A

Pour la traction simple, l'allongement des armatures est égal à εs=10‰ et yu est
infini.

Pour la traction composée avec traction: l'allongement de l'armature la plus


tendue est εs=10‰ et celui de l'armature la moins tendue εs≤10‰.

L'axe yu se trouve à l'extérieur de la section.

Pour la flexion simple ou la flexion composée, la valeur de yu est donnée par les
formules suivantes issues des triangles semblables (figure 2.3):
 bc

yu

d
 s 10 0 00
Figure 2.3 Calcul de yu

yu  BC  BC
  yu  d (2.2)
d  s   BC  s   BC

On peut remarquer sur ce diagramme que l'équilibre de la section avec un état


limite atteint simultanément sur le béton et sur les aciers correspond à une
position de l'axe neutre:

y  0,259 d (2.3)

On peut également noter qu'il y a des positions de l'axe neutre à éviter (figure
2.4):

 b  2 ‰. (2.4)
2 0 00  bc
0.167 d

s 10 0 00

Figure 2.4 Cas à éviter

En effet, dans ce cas, le béton a un raccourcissement inférieur à 2 ‰, ce qui veut


dire que le béton travaille mal et que la section est surdimensionnée en béton.
Pour déterminer la position de l'axe neutre (donc le coefficient  ) qui correspond
à cette limite, on utilise le théorème de Thalès:

2
  0,167 (2.5)
2  10

2.1.2 Domaine 2, pivot B

Les droites de déformation passe par le pivot B (figure 2.5) qui correspond à un
raccourcissement ultime du béton de εbc = 3,5‰.

O’ 3.5 0 00  bc

0.259 d
B

yu
d

A. N.
h

s A
10 0 00
O
b
Figure 2.5 Pivot B

La limite du pivot A et B se situe pour une valeur de moment frontière MAB.

Il s'agit du moment évalué par rapport au centre de gravité de l'armature


inférieure et correspondant à la position AB du diagramme des déformations.

Ce moment sert à voir si l'on est en région I, pivot A ou en région II pivot B.

- Si Mu < MAB, le pivot est le point A.


- Si Mu > MAB, le pivot est le point B.

Il correspond au travail maximum des aciers à la traction, soit εs = 10‰ et au


travail maximum du béton à la compression soit εbc = 3,5‰.

En appliquant les triangles semblables, on trouve:


yu   . d (2.6)
yu  3,5
  bc   0,259 (2.7)
d  bc   s 3,5  10

Soit yu = 0,259.d, limite entre la région I et II.

Ainsi pour une sollicitation de flexion simple et de flexion composée dans le


domaine 2 , l’axe neutre est situé entre:

0,259.d ≤ yu < h (2.8)

Une position particulière de ce pivot B est la suivante (figure 2.6):

3.5 0 00  bc
αlimite d

s
fe
s
d

 se s
s  se

Figure 2.6 Position particulière

Dans le cas où l’allongement des aciers est inférieur à l’allongement élastique


εse, ces derniers ne travaillent pas suffisamment et il faudra mettre en place de
très grandes sections.

La valeur de εse est une propriété de l’acier et dépend de la nuance utilisée.

fe
e   E s  se (2.9)
s

fe
s
 se  (2.10)
Es
Les valeurs de εse sont mentionnées dans le tableau 2.1
Acier FeE400 FeE500
εse (‰) 1,739 2,174

Tableau 2.1 Valeurs de εse

En conclusion, les différents cas de figure ci-dessus se résument par (figure 2.7):

2 0 00 3.5 0 00  bc
α = 0.167
α = 0.259
α limite

s 10 0 00  se
α
Figure 2.7 Dimensionnement d'une section en béton armé

Le meilleur dimensionnement d’une section en béton armé correspond donc à


une valeur de α tel que :

0,167 ≤ α ≤ αlim (2.11)

• Pour α proche de αlim, on aura une petite section de béton avec beaucoup
d’armatures.

• Pour α proche de 0,167, on aura une grande section de béton avec très peu
d’armatures.

Lorsque l’on prédimensionne une section de béton, il est impératif d’avoir ces
données en tète, car en effet, en se fixant la valeur de α on peut en déduire
facilement les valeurs de b et d correspondantes.
Il est important de noter que α = 0,259, correspond à une valeur de μ = 0,187.
On peut également prédimensionner une poutre de façon à avoir cette valeur
pour le moment réduit.

2.1.3 Domaine 3, pivot C


Les droites de déformation passent par le pivot C (figure 2.8) qui correspond à
un raccourcissement du béton de εbc = 2‰.

La section est soumise à la flexion composée ou à la compression simple.


La position de l’axe neutre est en dehors de la section: yu ≥ h.

Figure 2.8 Pivot C

Dans ce chapitre dédie à la flexion simple nous nous intéressons donc au pivot A
et B correspondant aux domaines 1 et 2.

2.2 Etats limites

2.2.1 Notion d'état limite

Une structure en béton bien conçue doit atteindre plusieurs objectifs:

• L'ossature ne doit pas s'effondrer • L'ensemble doit rester en équilibre lorsque


des charges sont appliquées;
• Le béton et l'acier ne doivent pas se rompre;
• Les éléments ne doivent pas flamber.
• La structure doit être durable • Limitation de l'ouverture des fissures.
• La structure ne doit pas se déformer • Limitation des flèches
excessivement

2.2.2 Définition des états limites

Un état limite est celui dans lequel une condition requise d’une construction ou
d’un de ses éléments est strictement satisfaite.

Il existe deux états limites : l’Etat limite ultime et de service.

2.2.3 Etats limites ultimes

Ils mettent en jeu la sécurité des personnes et des biens.


Ils correspondent à l'atteinte de maximum de la capacité portante de la
construction ou de ses éléments avant dépassement par:
- Perte d'équilibre statique.
- Rupture des sections par déformation excessive.
- Instabilité de forme (flambement).
- Mécanisme de rupture.

Dans ce cas, on utilisera les lois de type rupture.

2.2.3.1 Diagramme contraintes-déformations

Pour les vérifications à l'ELU on utilise pour le béton un diagramme non linéaire
(figure 2.9), dit "parabole rectangle".

Figure 2.9 Relation contraintes déformations pour le béton


Avec γb coefficient de sécurité du béton égal à:
- Combinaisons fondamentales γb = 1,5
- Combinaisons accidentelles γb = 1,15
Et θ fonction de la durée de la charge égal à (tableau 2.1):

Durée > 24 h 24 h > ……> 1 h < 1h


θ 1,0 0,9 0,85

Tableau 2.2 Valeurs de 

2.2.4 Etats limites de service

Ils correspondent à des critères dont le non respect ne permet pas à l'élément
d'être exploité normalement ou compromet sa durabilité. Il existe trois états
limites de service: la compression du béton, l'ouverture des fissures et les
déformations.

2.2.4.1 L'état limite de service vis-à-vis à la compression du béton

La contrainte de compression du béton est limitée à :

 bc  0,6 f cj (2.12)

2.2.4.2 L'état limite de service d'ouverture des fissures

On limite les fissures, pour la durabilité et la sécurité des ouvrages.

3 cas peuvent se présenter:

Fissuration peu préjudiciable: dans ce cas, il n'y a pas de limite spécifique


pour la contrainte de traction de l'acier.

- Fissuration préjudiciable: lorsque les éléments de structure sont soumis aux


intempéries, à des condensations ou peuvent être alternativement noyés ou
immergés en eau douce. Dans ce cas on limite la contrainte de traction des
armatures à:

2 / 3 f e
 s  min  (2.13)
110  f tj )

Les valeurs de σs pour les aciers FeE400 et FeE500, sont mentionnées sur les
tableaux 2.2 et 2.3.
f e  400 Valeurs de 
f cj f tj  1,0  1,6
20 1,80 147,58 186,68
25 2,10 159,40 201,63
30 2,40 170,41 215,56
35 2,70 180,75 228,63
40 3,00 190,52 241,00

Tableau 2.3 Valeurs de σs pour fe = 400 MPa, FP

f e  500 Valeurs de 
f cj f tj  1,0  1,6
20 1,80 147,58 186,68
25 2,10 159,40 201,63
30 2,40 170,41 215,56
35 2,70 180,75 228,63
40 3,00 190,52 233,33

Tableau 2.4 Valeurs de σs pour fe = 500 MPa, FP

- Fissuration très préjudiciable: lorsque les éléments de structure sont exposés


à un milieu agressif (eau de mer, atmosphère marine, gaz ou sols corrosifs) ou
lorsque les éléments doivent assurer une étanchéité. Dans ce cas, on limite la
contrainte de traction des armatures à:

0,5 f e
 s  min  (2.14)
90  f tj )

Les valeurs de σs pour les aciers FeE400 et FeE500, sont mentionnées sur les
tableaux 2.4 et 2.5.
f e  400 Valeurs de  s
f cj f tj  1,0  1,6
20 1,80 120,75 152,73
25 2,10 130,42 164,97
30 2,40 139,43 176,36
35 2,70 147,90 187,06
40 3,00 155,88 197,18
Tableau 2.5 Valeurs de  s pour fe = 400 MPa, FTP

f e  500 Valeurs de  s
f cj f tj  1,0  1,6
20 1,80 120,75 152,73
25 2,10 130,42 164,97
30 2,40 139,43 176,36
35 2,70 147,90 187,06
40 3,00 155,88 197,18

Tableau 2.6 Valeurs de  s pour fe = 500 MPa, FTP

2.2.4.3 L'état limite de service de déformation

On doit vérifier que les éléments n'accusent pas une flèche excessive pour la
bonne tenue des revêtements scellés, des cloisons et des plafonds.

2.3 Combinaisons d’actions

2.3.1 Les actions

2.3.1.1 Terminologie

On appelle une action toute cause produisant un état de contrainte, par exemple
une charge sur une construction telle que le poids de la construction, le vent, etc.
Ces actions sollicitent l'ouvrage qui les reçoit par des forces ponctuelles,
linéaires et réparties.
Les actions sont réglementées et normatives : A.3.1 Annexe D du BAEL 91.

2.3.1.2 Les actions réglementaires


Les actions sont classées en trois catégories:

a. Les charges permanentes (G)


Une action est dite permanente quand elle est appliquée à l'ouvrage avec la
même intensité pendant toute la durée de vie de la construction. La charge
permanente est évaluée à partir des volumes définis par les dessins d’exécution:
- Poids propre de la construction;
- Poids des éléments secondaires fixes (revêtement de sol, cloisons, etc.);
- Poids des équipements fixes;
- Poids des remblais de terre.

Matériau Poids volumique


(kN/m3)
Béton coulé sans damage 21
Béton coulé damé 22
Béton vibré 23 à 24
Béton poncé 5 à 12
Béton de laitier 13 à 18
Béton de machefer 11 à 16
Béton cellulaire 3 à 22
Béton caverneux 14 à 19
Béton de pouzzolane 12 à 16
Mortier de chaux 17
Mortier de ciment 20
Mortier de plâtre 12 à 14
Béton armé 25
Tableau 2.7 Poids des bétons et des mortiers

Matériau Poids volumique


(kN/m3)
Acier 78,50
Fonte 72,50
Alluminuim 27,50
Bronze 86
Cuivre 88
Etain 75
Plomb 114
Zink 72
Tableau 2.8 Poids des métaux

Matériau Poids volumique


(kN/m3)
Chêne 8
Hêtre 7
Pin 6
Sapin 5,5
Contreplaqués 2à5
Isorel isolant 2à6
Isorel mi-dur 8 à 10
Isorel dur 11
Tableau 2.9 Poids des bois

Matériau Poids volumique


(kN/m3 sans enduit)
Sable ou argile sec 14 à 16
Sable ou argile humides 17 à 18
Sable ou argile très humides 19 à 20
Gravier sec 16 à 18
Gravier humide 17 à 19
Laitier 10 à 15
Terre végétale 12 à 13
Terre graveleuse 13 à 15
Terreau 8à9
Tourbe sèche 5 à 5,5
Tourbe humide 7à8
Déchets de carrière 15 à 17
Mâchefer 8 à 10
Pouzzolane 9 à 11
Pierre ponce 4à9
Chaux 8à9
Ciment 10 à 11
Plâtre 12 à 13
Craie 12 à 13
Houille 10 à 13
Anthracite 13 à 14
Coke 3,5 à 4
Tableau 2.10 Poids des matériaux grenus

Matériau Poids volumique


(kN/m3 sans enduit)
Maçonnerie en moellon 23
Maçonnerie en brique pleine 19
Maçonnerie en briques perforées 13
Maçonnerie en briques creuses 9
Maçonnerie en blocs de béton
- Blocs pleins en granulats lourds 21
- Blocs creux en granulats lourds 13
Maçonnerie en pierre de taille 27

Tableau 2.11 Poids des maçonneries

Matériau Poids volumique


(kN/m3 sans enduit)
Mica 25 à 30
Amiante - ciment 18 à 20
Caoutchouc pur 9 à 10
Caoutchouc traité 11 à 14
Verre 23 à 25
Bitume 9 à 12
Briques 17 à 20
Liège 10 à 40
Paille 0,6 à 1
Papier 7 à 12
Sciure de bois sèche 40 à 60
Matières plastiques 10 à 14

Tableau 2.12 Poids pour matériaux divers

b. Les actions variables (Qi)

Une action est dite variable quand elle est appliquée à l'ouvrage avec une
intensité qui peut varier légèrement mais qui s'applique avec une durée courte
par rapport aux charges permanentes.
On trouve les actions d'exploitation, climatiques, dues à la température et actions
appliquées en cours de construction.

b.1 Les actions d’exploitation

Quelques valeurs des charges d’exploitation sont mentionnées sur le tableau


2.12.

Nature du local Charges


(kN/m2)
Logements y compris combles aménageables 1,5
Bureaux, salles de réunion avec tables 2,5
Circulations et escaliers 2,5
Salles de conférences < 50 m2 3,5
Salles de conférences > 50 m2, boutiques, dalles de dance 5,0
Zone de dépôt 3,5
Halles diverses (gares, etc.) où le public se déplace 4,0
Balcons 3,50 à 6,0
Garages et parcs de stationnement voitures légères 2,5

Tableau 2.13 Valeurs des surcharges

b.1.1 Dégressions des charges d'exploitation


Pour le calcul des descentes de charges, il est possible d'effectuer des
dégressions des charges d'exploitation pour les bâtiments à usage d'habitations
et grand nombre de niveaux. En effet statistiquement, il est fort improbable que
tous les étages soient chargés simultanément au maximum.
A partir du 2ème étage en partant du haut de bâtiment on retire 10% de charge
d'exploitation par étage jusqu'à 50%. Ensuite pour les autres étages on plafonne
les charges d'exploitation à 50% de leurs valeurs (figure 2.10).

Q0
Charges identiques Charges différentes
Q1  Q2  Q3    Qn  Q Qi
Q1
 0
 Q0  0
 Q0
Q2
 1
 Q0  Q  1
 Q0  Q1

Q3   Q0 1,9 Q  2
 Q0  0,95 Q1  Q2 
2

  Q0  2,7 Q  3
 Q0  0,90 Q1  Q2  Q3 
3
Q4
  Q0  3,4 Q 
4
 Q0  0,85 Q1  Q2  Q3  Q4 
4

 3  n    3  n  n 
Qn   Q0    Q   Q0     Qi 
 2  
n
 2 n  1
n

Pour n ≥ 5 Pour n ≥ 5

Figure 2.10 Dégressions des charges

b.2 Les actions climatiques

Elles sont définies par les règles neige et vent DTU P06 – 002 et DTU P06 –
006.

b.3 Les actions dues à la température

Ces actions correspondent à des effets de dilatation ou de retrait dus à la


différence de température entre le jour et la nuit par exemple.

b.4 Les actions en cours d'exécution


En fonction de la technologie utilisée pour la construction, des phases
provisoires peuvent engendrées des appuis ou des chargements différents de la
construction finale.
c. Les actions accidentelles (FA)

Ce sont les séismes, le feu, choc de véhicule, etc.


2.4 Les sollicitations

Les sollicitations sont les effets provoqués en chaque endroit de la construction


par les actions. Elles sont exprimées sous la forme de grandeurs classiques de la
RDM:
- Effort normal;
- Moment fléchissant;
- Effort tranchant;
- Moment de torsion.

Pour chaque action, il y a en tout point des torseurs de sollicitations.

2.5 Les combinaisons

2.5.1 Notations

G valeur probable d'une charge permanente.


Gmax ensemble des actions permanentes défavorables.
Gmin ensemble des actions permanentes favorables.
Q1 l'action variable dite de base.
Qi valeur de combinaison d'une action variable d'accompagnement
(i > 1).
W action du vent définie par les règles Neige et vent.
Sn action de la neige.
FA valeur nominale de l'action accidentelle.

2.5.2 Combinaison d'actions aux ELU

Les combinaisons ELU fondamentales:

1,35 Gmax  Gmin   Q1 Q1    Qi Qi (2.15)


i 1

 Q1 1,5 dans tous les cas non visés ci-dessous;


 Q1 1,35 pour les charges routières citées à l’article 9 (charges militaires)
et 10 (charges exceptionnelles) du titre II du fascicule 611.
 Q1 1,6 pour les autres charges routières;

0,8 action de températur e


1,3 action du vent

 Qi  1,2 vent et / ou neige
1,04 ch arg es d ' exp loitation (constructi ons courantes )

1,3 ch arg es d ' exp loitation (aires de stockage, archives, salle de spectacles )

2.5. 3 Combinaison d’actions pour situations accidentelles

Gmax  Gmin  FA    Ai Qi (2.16)


i 1

 Ai  0,5 pour l’action de la température.

Pour les autres actions la valeur doit être précisée par les textes
réglementaires.

2.5.4 Combinaison d'actions aux ELS

Combinaisons ELS

Gmax  Gmin  Q1    Oi Qi (2.17)


i 1

0,8 action de températur e


1 action du vent

 oi  0,9 vent et / ou neige
0,8 ch arg es d ' exp loitation ( constructi ons courantes )

1 ch arg es d ' exp loitation ( aires de stockage, archives, salle de spectacles )

2.6 Condition de non fragilité


D’après les règles BAEL, il est considéré comme non-fragile, une section
tendue ou fléchie, telle que la sollicitation provoquant la fissuration du béton
dans cette section entraine dans les armatures tendues, une contrainte au plus
égale à fe.
La fissuration du béton, se produit lorsque la contrainte de traction dans la fibre
la plus tendue est gale à ftj.
Pour les calculs, on considère que le diagramme des contraintes est linéaire sur
la hauteur de la section supposée non armé et non fissuré.
Sur la fibre la plus tendue on considère une contrainte de traction égale à ftj.

Pour une section tendue B, armée par une section d’armature A, la sollicitation
de fissuration Nf est :

N f  B f t 28 (2.18)

La contrainte de traction σs dans les aciers tendus est :

Nf
s   fe (2.19)
A

De l’équation (2.19), on peut écrire :

B f tj
A (2.20)
fe

Pour une section rectangulaire de largeur b et de hauteur h, la contrainte de


traction ftj dans la fibre la plus tendue, en fonction du moment de fissuration Mf
et la distance v entre l’axe neutre et la fibre la plus tendue est donnée par :

Mf
f tj  v (2.21)
I

M f h b h2
f tj  3  Mf (2.22)
bh 2 6
12

Le moment de fissuration Mf est donnée par :

b h2
Mf  f tj (2.23)
6

La contrainte σs dans les aciers tendus en fonction du moment Mf et le bras de


levier z, est donnée par :
Mf
s   fe (2.24)
zA

d  0,9 h (2.25)

z  0,9 d  0,81h (2.26)

Mf
s   fe (2.27)
0,81 h A

Soit :
f tj
A  0,23 bd (2.28)
fe
- En cas de la flexion composée, on évalue la sollicitation de fissuration, on
considérant un point de passage de la résultantes des contraintes normales
identique à celui de la sollicitation de service la plus défavorable.

- Pour les dalles rectangulaires, les sections minimales des armatures


longitudinales Ax,min et Ay,min en fonction de l’épaisseur h (exprimée en m) sont
données par:

- Selon l y ( h exprimé en m)

12 h pour des aciers ronds lisses


Ay ,min  

cm / m  8 h pour des aciers FeE 400
2
(2.29)
6 h pour des aciers Fe500 ou TS

- Selon l x
3 

Ax ,min cm 2 / m   2
Ay ,min (2.30)

Avec :

lx
 (2.31)
ly

Vous aimerez peut-être aussi