Vous êtes sur la page 1sur 186

THESE DE DOCTORAT

b -,;;t'+ $*B
*xL&$+&!j
présentée
à

L'UNIVERSITE DES SCIENCES ET TECHNIQUES


DE LILLE FLANDRES-ARTOIS

SPEClALlTE MECANIQUE DES SOLIDES

4 VJ :; .: '$:;&gy: CONTRIBUTION A L'ETUDE DE LA DISTRIBUTION DE


>
CONTRAINTES AUTOUR D'UN PUITS PETROLIER =
APPLIC U CALCUL DE LA PRESSION D'l
FRACTURE HYDRAULIQUE

Soutenus le 11 fdvrirr 1988 devant le jury compotllb de : J

MM. HOUPERT R. I.N.P.L. Président


JOUANNA P. U.S.T.L. MONTEPELLIER Rapporteur
GUENOT A. ELF AQUITAINE Rapporteur
SARDA J.P, I.F.P. Rapporteur
HENRY J.P, U.S.T.L. LILLE Examinteur
SHAHROUR 1. U.S.T.L. LILLE Examinateur
. REMERCIEMENTS

Ce t r a v a i l a été réalisé a u sein du Laboratoire d e Mécanique d e


Lille, à l ' I n s t i t u t I n d u s t r i e l du Nord, q u e le Directeur du LML t r o u v e ici
mes remerciements.

Monsieur le Professeur CENTINA, Directeur d e IIIDN, a c o n t r i b u é


p a r les facilités administratives qu'il m'a offertes, à la r é u s s i t e de ce t r a -
vail. Qu'il veuille b i e n accepter i c i ma reconnaissance e t mes v i f s remercie-
ments.

Monsieur le Professeur HENRY a assuré la d i r e c t i o n de ce t r a v a i l ;


sa confiance e t son soutien m'ont été aussi précieux que l'aide, les conseils
e t les encouragements qu'il m'a prodigués. Qu'il reçoive ici mes p l u s p r o -
f o n d s e t sincères remerciements.

Je souhaite également remercier ici :


. Monsieur IeProfesseur HOUPERT q u i m'a f a i t l'honneur d e présider le j u r y
d e thèse,
. Monsieur l e Professeur JOUANNA, Monsieur SARDA e t Monsieur GUENOT,
r a p p o r t e u r s de ce mémoire, p o u r l e u r s remarques e t conseils précieux,
p o u r les échanges enrichissants q u e nous avons eus e t p o u r avoir accep-
t é d e p a r t i c i p e r au j u r y ,
. Monsieur SHAHROUR, p o u r l'aide qu'il m'a toujours amicalement apportée
e t p o u r l e plaisir qu'il m'a f a i t d'avoir p a r t i c i p é au jury.

Madame HENRY, qui a assuré la dactylographie d e ce mémoire,


p o u r la disponibilité, la compétence e t la gentillesse d o n t elle a t o u j o u r s
f a i t preuve.

Tous mes collègues e t amis qui m'ont soutenu e t aidé t o u t au


l o n g de ce t r a v a i l .
SOMMAIRE

1- GENERALITES

1.1 PERCEMENT D U FORAGE . F R A C T U R A T I O N HYDRAULIQUE ...


1.1.1 Mode d e percement d u f o r a g e ..........................
1.1.2 Fracturation hydraulique ...............................
1.2 MODELlSATlON DU COMPORTEMENT DU FORAGE .............
1.2.1 Loi de comportement du squelette ......................
1.2.2 Couplage f l u i d e - squelette ............................

1.3 ORGANISATION E T CHOIX DES METHODES DE RESOLUTION . .


1.3.1 B i b l i o g r a p h i e sommaire .................................
1.3.2 Choix d e s conditions initiales a v a n t l'injection -
I n f l u e n c e du mode d e calcul ...........................
1.3.3 Objectifs e t présentation des méthodes de r é s o l u t i o n . . .

II- RESOLUTION ANALYTIQUE .


CRITERE DE MOHR-COULOMB

2.1 PRESENTATION DU MODELE . HYPOTHESES ..................


2.1.1 Géométrie du modèle ...................................
2.1.2 D é f i n i t i o n des variables ................................
2.1.3 Hypothèses e t lois d e comportement ....................
2.2 DETERMINATION DES EXPRESSIONS ANALYTIQUES DES
CONTRAINTES ...............................................
2.2.1 Résolution dans le domaine élastique ...................
2.2.2 Résolution dans le domaine p l a s t i q u e - Remarques
générales .............................................
2.2.3 Résolution dans le domaine plastique-cas : o, < oz < og
2.2.4 Résolution dans le domaine plastique-cas : or < og < c,
2.3 C A L C U L DES PRESSIONS DE F R A C T U R A T I O N
2.3.1 Comportement élastique ...............................
2.3.2 Comportement élasto-plastique - cas $ = 1 . a~ = O
.
............................................
généralités
2.3.3 Résolution d e FRAC I..................................
2.3.4 Résolution d e FRAC Il .................................
2.3.5 Résolution d e FRAC III ................................
2.3.6 ...
Cas p a r t i c u l i e r d e r é s o l u t i o n - cas $ < 1 e t o~ # O

2.4 EXEMPLES . SY NTHESES DES RESULTATS ...................


2.4.1 Paramètres utilisés . Valeurs numériques ...............
2.4.2 Présentations des p r i n c i p a u x r é s u l t a t s ..................
2.4.3 Conclusion ............................................
I I I - RESOLUTION NUMERIQUE .
CRITERE DE DRUCKER

3.1 GEOMETRIE DU MODELE . HYPOTHESES .....................


3.1.1 ...................................
C r i t è r e de D r u c k e r

3.2 PRESENTATION DE LA METHODE DE RESOLUTION ...........


3.2.1 Maillage u t i l i s é . Notations ............................
3.2.2 Déroulement du calcul .................................
3.2.3 Loi d e comportement e t notations en calcul incrémental .
3.2.4 Développement de l'équation d ' é q u i l i b r e ................

3.3 APPLICATION AU CRITERE DE DRUCKER ....................


3.3.1 Calcul des déformations . conséquences s u r les rela-
tions d e B I O T ........................................
3.3.2 Calcul d u système d'équations en DUR*( l ) ............
3.3.3 Résolution . Présentation du programme DRUCK 1 .....

3.4 PARAMETRES DE CALCUL ..................................


3.4.1 Paramètres géométriques du modèle ...................
3.4.2 Valeur d e l'incrément DP - Temps calcul .............
3.4.3 Paramètres mécaniques ................................

3.5 RESULTATS . TENDANCES GENERALES .....................


3.5.1 Etat d e contraintes avant injection ....................
3.5.2 Injection . Résultats s u r les pressions de f r a c t u r a t i o n .
3.5.3 Conclusion ..........................................

IV. ECOULEMENT NON PERlVLANENT .


CRITERE DE DRUCKER

4.1 MISE EN PLACE DE L'EQUATION DE DIFFUSION .............


4.1.1 Modèle e t hypothèses .................................
4.1.2 Notations .............................................
4.1.3 .................................
Equation d e d i f f u s i o n

4.2 EQUATION DE DIFFUSION MODlFlEE . COUPLAGE ............


4.2.1 P r i s e en compte d e la v a r i a t i o n de la contrainte
moyenne ..............................................
4.2.2 Détermination de h [ t 1 .................................

4.3 RESOLUTION NUMERIQUE ....................................


4.3.1 Choix des paramètres . Variables réduites .............
4.3.2 Modèle . Conditions aux limites ........................
4.3.3 Approximation des dérivées géométriques ..............
4.3.4 Discrétisation temporelle ..............................
4.3.5 Système de résolution ................................
4.3.6 Calcul de déplacement AU, ...........................
4.4 U T I L I S A T I O N D'UN REGIME D'ECOULEMENT NON PERMANENT
LORS D'UN COMPORTEMENT ELASTO-PLASTIQUE ............ p.120
4 . 4 1 Régime d'écoulement v a r i a b l e stationnaire .............. p . 121
4 . 4 2 Simulation d e l'injection r a p i d e ........................ p . 124

4.5 RESULTATS COMPARATIFS . INFLUENCE DES PARAMETRES . p.127


4.5.1 Constatations générales . l nfluence de l'évolution d u
domaine plastique ..................................... p . 127
4.5.2 Influence d e B ....................................... p.134
4.5.3 Conclusion ........................................ p . 136

V. ICESOLUTION NUMERIQUE .
MODELE DE LADE SHAO

5.1 PRESENTATION DU MODELE ELASTO-PLASTIQUE . LOIS DE


COMPORTEMENT ............................................. .
p 137
5.1.1 Formulation générale .................... .............
i p . 138
5.1.2 Déformation élastique ( A E ~ ) ........................... p.138
5.1.3 Déformation plastique contractante ( A E ~ ...............
) .
p 138
.
5.1 4 Déformation plastique d é v i a t o r i q u e ( A E 1 ~ .............. .
p 140
5.2 U T I L I S A T I O N DU MODELE DE LADE DANS UN PROGRAMME
DE CALCUL PAR DIFFERENCES FINIES ...................... p . 142
5.2.1 ..............................
Généralités - Définitions p .143
5.2.2 ............................................
Résolution p . 144

5.3 PRESENTATION DE L'ARCHITECTURE DU PROGRAMME DE


RESOLUTION ~ 1 ~ 1 .........................................
1 p . 151

5.4 DEROULEMENT DU CALCUL . RESULTATS .................. p . 152


5.4.1 Paramètres testés .................................... p . 152
5.4.2 Déroulement d u calcul e t r é s u l t a t s .................... p . 152
5.4.3 Conclusion ........................................... p . 160
INTRODUCTION

Connaitre la d i s t r i b u t i o n des contraintes a u t o u r d ' u n


forage p e r m e t t r a i t d ' i n t e r p r é t e r p l u s finement les études de stabi-
l i t é des p u i t s pétroliers e t l e calcul des pressions d e f r a c t u r a t i o n .
Cette connaissance se h e u r t e cependant à d e nombreuses inconnues
telles que l'état d e contraintes " i n s i t u " avant la réalisation du f o r a -
ge, l e comportement réel du matériau e t l'influence d e l ' a c t i v i t é hu-
maine.

II semble impossible d'englober l'ensemble d e ces paramètres


dans u n e étude numérique sans proposer des simplifications importan-
tes nécessaires à l'aboutissement d e t o u t calcul.

L'objectif d e n o t r e travail, sans a p p o r t e r d e réponse géné-


rale, est d'étudier I'influence d e paramètres mécaniques e t physiques
d'un matériau peu résistant s u r l'obtention de la f r a c t u r a t i o n h y d r a u -
lique.

N o t r e étude comporte cinq chapitres p r i n c i p a u x d o n t q u a t r e


débouchent s u r des logiciels d e résolution évolutifs.

L e premier c h a p i t r e vise à s i t u e r succinctement le problème


dans son environnement pétrolier, e t à présenter les éléments d e bi-
bliographie qui o n t conditionné l'organisation du mémoire e t des métho-
des d e résolution. Ce c h a p i t r e ne p r é t e n d pas analyser dans le détail
les problèmes technologiques posés l o r s de la création e t Itexploitation
d ' u n forage ; nous sommes conscients d e la vision partielle q u ' i l appor-
t e s u r ceux-ci.

Nous abordons ensuiteadans le deuxième chapitre, la résolu-


t i o n analytique basée s u r l'utilisation du c r i t è r e d e Mohr-Coulomb. A
cet effet, les t r a v a u x de HORSRUD e t al [ l a ] [lg] sont complètement
développés e t sont utilisés comme base d e comparaison p o u r les méthodes
d e calcul postérieures. Nous présentons l'essentiel des hypothèses
nécessaires p o u r chaque phase d e résolution sans proposer le d é t a i l
des calculs. Certaines modifications sont parallèlement apportées t e l -
les que : une é c r i t u r e symétrisée de la loi d e comportement en r é -
gime d'arête et l'utilisation d'un coefficient d e B I O T d i f f é r e n t d e
l'unité.

L'organisation du troisième c h a p i t r e est basée s u r I ' i n t r o -


duction d'une résolution numérique p a r différences f i n i e s u t i l i s a n t
le c r i t è r e d e D r u c k e r . Ce deuxième c h a p i t r e est une étape vers la
p r i s e en compte d'un écoulement non permanent autour du forage
e t la simulation d ' u n e injection rapide. Ces deux aspects sont d é v e -
loppés dans le quatrième c h a p i t r e qui présente l'utilisation d ' u n cou-
plage simplifié fluide-squelette.

Le cinquième c h a p i t r e vise à i n t r o d u i r e une loi de compor-


tement p l u s évoluée du matériau. Nous avons choisi d ' u t i l i s e r d a n s
la résolution le modèle élastoplastique écrouissable à d e u x surfaces de
charge d e LADE-SHAO adapté à la craie poreuse.

Chacun d e ces chapitres se termine p a r une synthèse d e


r é s u l t a t s numériques basée s u r l'utilisation de nos logiciels et f a i -
sant apparartre l'influence des p r i n c i p a u x paramètres.
GENERALITES
1 - 1 PERCEJvIENT DU FO-GE - FRACTUI+ATION

HYDRAULIQUE

Dans l'histoire du forage, il est possible de considérer


q u a t r e étapes q u i v o n t conditionner son évolution. La première éta-
pe est antérieure à I'activité humaine puisqu'elle représente I'his-
t o i r e géologique de celui-ci. Cette histoire associée à la profondeur
du r é s e r v o i r détermine l'état de contraintes i n - s i t u q u i sera le pa-
ramètre d e chargement essentiel autour du forage. Cet état de con-
t r a i n t e initial va ê t r e modifié p a r l'activité humaine que l'on peut
scinder en t r o i s parties : Le percement d u forage, l'exploitation e t
éventuellement la f r a c t u r a t i o n h y d r a u l i q u e . Nous pouvons alors con-
sidérer l'influence de I'activité humaine en termes de r e n t a b i l i t é du
p u i t s . Si des accidents, tels qu'une instabilité d e paroi, se p r o d u i -
sent e t immobilisent l'appareil d e forage, le coût financier devient
t r è s important ( d e l ' o r d r e de 120 à 150 000 $ US p a r j o u r 1 [25]. De
tels problèmes se posent s u r t o u t pendant la phase de percement du
forage, e t parfois l o r s d e l'exploitation. On comprend alors l ' i n t é r ê t
essentiel que représentent la meilleure connaissance d u t e r r a i n en pla-
ce, e t l'influence des paramètres mécaniques e t physiques s u r I'en-
vironnement de la paroi du forage. Comprendre ce phénomène de r u p -
t u r e e t le p r é v o i r deviennent alors des enjeux scientifiques et f i n a n -
ciers q u i mobilisent les hommes de t e r r a i n s e t les chercheurs [17 1.

MODE DE PERCEMENT DU FORAGE

L'analyse des paramètres conditionnant la tenue d u forage


ne p e u t ê t r e dissociée du mode de percement d e celui-ci. L'outil d ' a t -
taque d e la roche est r e f r o i d i e t l u b r i f i é p a r u n e boue d e forage qui
c i r c u l e constamment dans celui-ci. Cette boue est injectée rapidement,
v e r s le f o n d d u puits, à l ' i n t é r i e u r des tiges e t remonte ensuite à la
surface après avoir nettoyé la zone de percement (fig. 1.1 ).

Le rôle de la boue est d'assurer la stabilité du forage p a r


sa densité. Cette densité ne peut ê t r e t r o p f o r t e car se présente-
r a i e n t alors des risques d e f r a c t u r a t i o n d e la paroi et des baisses de
performance du forage.
F i g u r e 1.1 :

Circulation de l a boue d e forage

La pression maximale d e boue p e u t ê t r e estimée à l'aide


d'un t e s t d e chantier : Le Leak O f f Test. II consiste à injecter r a p i -
dement la boue dans le forage jusqu'à l'apparition de pertes. Ces
pertes sont supposées ê t r e provoquées p a r u n e f r a c t u r a t i o n de la p a -
r o i e t une pénétration d e boue dans le massif. La valeur mesurée d e
la pression de boue à cet instant sera ainsi la pression limite q u i
conditionnera la densité du f l u i d e d e forage. Finalement, la boue n e
sera qu'en légère surpression pendant le f o r a g e [17 1. Cette boue v a
i n d u i r e deux t y p e s d e contraintes s u r les parois du forage : des con-
t r a i n t e s mécaniques e t hydrauliques e t des contraintes thermiques.
Les contraintes thermiques sont provoquées p a r l'échauffement d e l a
boue au c o u r s de son cheminement dans le p u i t s . Des zones du p u i t s
sont alors r e f r o i d i e s o u réchauffées en fonction de leur p r o f o n d e u r
( f i g . 1-21. La maîtrise de cette température est souvent nécessaire,
car dans u n e zone réchauffée la dilatation thermique c o n t r i b u e à a u g -
menter la contrainte tangentielle [17 1.
TEMPERATURE DE L H BOLJE

150 Point Neutre


8 b o u e 16 m a s s i f

T e m p e r a t u r e Du
Mass i f V i e r g e

PROFONDEUR t m l

Figure 1 - 2 :
Evolution de la température de la boue de forage
en fonction de la profondeur du puits

Finalement, il f a u d r a composer, avec l'état d e c o n t r a i n t e s


in situ, les caractéristiques mécaniques d e la roche telles que sa co-
hésion, sa résistance à la compression e t l'ensemble des p e r t u r b a -
tions mécaniques e t thermiques i n d u i t e s p a r le mode de forage, p o u r
p r é v o i r e t estimer les risques de r u p t u r e . En fonction d e tous ces
paramètres e t d ' u n e analyse s u r la d i s t r i b u t i o n de contraintes a u
b o r d du forage, o n d é f i n i t alors des modes d e r u p t u r e possibles
e t des zones de stabilité [ 1 7 ] .

1.1.2 FRACTURATION HYDRAULIQUE .


. Généralités

L o r s d e l'exploitation d ' u n gisement pétrolier, l ' e x t r a c t i o n


de la phase f l u i d e (eau - h y d r o c a r b u r e s ) provoque a u t o u r d u p u i t s
une c h u t e de la pression i n t e r s t i t i e l l e . Cette c h u t e de pression p r o -
voque l'augmentation des contraintes effectives dans la phase solide
aboutissant à une déformation d e celle-ci. Cette déformation s'accom-
pagne d ' u n e réduction du volume disponible p o u r la phase f l u i d e
[ 251. Deux effets antagonistes peuvent alors ê t r e constatés. Le p r e -
mier est positif, la réduction du volume des pores de la roche p r o v o -
que u n e augmentation du volume d e f l u i d e e x t r a i t e t c o n t r i b u e a i n s i
à une meilleure p r o d u c t i v i t é du p u i t s . Le deuxième effet est négatif
quand, p o u r certaines roches, la r é d u c t i o n d u volume des pores CO-

incide avec u n effondrement d e la matrice rocheuse . Cet effondre-


ment a b o u t i t alors à une p e r t e d e perméabilité autour du puits, d ' o ù
p e r t e o u a r r ê t d e la production e t à une compaction élevée s'accom-
pagnant d e tassements p o u r la roche r é s e r v o i r . Ces tassements, d e
l ' o r d r e p a r f o i s d e p l u s i e u r s mètres, peuvent se r é p e r c u t e r jusqu'en
surface, e t occasionner de g r a v e s préjudices au système d'exploita-
tion. Ces tassements e t mouvements de sol sont appelés subsidence
en termes p é t r o l i e r s [25].

L'objectif d e la f r a c t u r a t i o n est avant t o u t d e remédier à


la p e r t e d e perméabilité autour du p u i t s e t de redonner e n queique
sorte un nouveau souffle à celui-ci. On cherche alors à créer des
d r a i n s perméables permettant u n e augmentation o u un redémarrage
d e la production. La f r a c t u r a t i o n se déroule en q u a t r e phases 1321
que nous résumons :

- Mise en pression d'un f l u i d e dans le p u i t s jusqu'à rup-


t u r e d e la roche.

- Maintien en pression a f i n d e développer e t propager la


f r a c t u r e a u t o u r du puits,

- Maintien de l ' o u v e r t u r e de la f r a c t u r e par soutènement,

- Remise en p r o d u c t i o n d u p u i t s .

. Initiation et description d e la fracture

Les expériences "in s i t u " ou en laboratoire montrent q u e


la f r a c t u r a t i o n h y d r a u l i q u e engendre en général une seule f r a c t u r e ,
horizontale ou verticale, qui s'étend de p a r t et d'autre d u puits en
conservant une direction constante [32 1 (fig . 1 . 1 et 1 . 2 1 .

Figure 1-3 :

Fracturation horizontale de symétrie axiale

Figure 1 - 4 :

Fracturation verticale
La f r a c t u r e v a donc s'initier quand la p l u s p e t i t e c o n t r a i n -
t e principale d e O, ou O va égaler la limite de r u p t u r e à la t r a c -
8
t i o n d u matériau. Le p l a n d e la f r a c t u r e sera perpendiculaire à la
d i r e c t i o n d e la p l u s f a i b l e contrainte. Les expériences de f r a c t u r a t i o n
h y d r a u l i q u e montrent que, jusqu'à des p r o f o n d e u r s de 600 à 800 mè-
tres, la f r a c t u r e est l e p l u s souvent horizontale ( f i g . 1-3), e t qu'au-
delà de ces p r o f o n d e u r s elle est verticale [32] ( f i g . 1-41,

. Pression de fracturation - Evolution de la pression

La pression d e f r a c t u r a t i o n o u d ' i n i t i a t i o n de f r a c t u r e c o r -
respond à la pression Pf ( f i g . 1-3 e t fig. 1-4) q u i provoque la mi-
se en r u p t u r e p a r t r a c t i o n de la roche au b o r d du p u i t s . Si l'on ob-
s e r v e l'évolution d e la pression 'au c o u r s du temps dans le cas d e
f r a c t u r e s verticales ( f i g . 1-5 1, on remarque généralement un p i c d e
pression p l u s ou moins marqué (pression d e f r a c t u r a t i o n ) s u i v i d'un
p a l i e r correspondant à la pression d e propagation. L ' a r r ê t d e l'in-
jection se t r a d u i t p a r u n e chute b r u t a l e d e pression jusqu'à u n e v a -
l e u r appelée pression d ' a r r ê t ou pression instantanée de f e r m e t u r e
C321

PRESSION

I Pression d ' l n l t l a t t o n

A r r e t d'lnJeetlon

1
P r s s s t o n de

propagation

+/
Prssslom d ' a r r e t

Figure 1-5 :

Evolution schématisée de la pression au cours du temps


L'évaluation d e la pression d e f r a c t u r a t i o n v a dépendre d e
nombreux paramètres mécaniques e t p h y s i q u e s de la r o c h e en place.
La connaissance d e l'état d e c o n t r a i n t e s i n - s i t u avant l'injection e s t
primordiale p u i s q u ' i l représente le chargement essentiel des p a r o i s .
II est maintenant possible d e connaître u n e estimation du coefficient
d e poussée latérale K, e t la d i r e c t i o n des contraintes p r i n c i p a l e s
[17]. Notons cependant que si la c o n t r a i n t e verticale e s t à l ' o r i g i n e
des poussées latérales, on n e p e u t o u b l i e r le paramètre humain, qui,
p a r la création même d u f o r a g e e t l'exploitation d u r é s e r v o i r , a c e r -
tainement profondément remanié l'état d e contraintes en place. L'i-
n i t i a t i o n d e la f r a c t u r e représente u n e r u p t u r e en t r a c t i o n de la r o -
che, la v a l e u r d e c e t t e résistance est donc une donnée qui va influ-
encer la valeur de la pression d e f r a c t u r a t i o n au même t i t r e q u e les
caractéristiques mécaniques d e la r o c h e tels que : son module d'élas-
t i c i t é e t son coefficient de Poisson. Notons également l'importance d e
la perméabilité e t d e la porosité du sol en place q u i p e u v e n t condi-
t i o n n e r la réussite d e la f r a c t u r a t i o n U2 1.

. Soutènement de la fracture

Quand la f r a c t u r a t i o n s'est propagée, e t la f i s s u r e suffisam-


ment ouverte, il f a u t p o u v o i r réaliser l e d r a i n permettant d e n o u v e l -
les possibilités d ' e x t r a c t i o n . O n injecte alors dans la f r a c t u r e , a v a n t
sa f e r m e t u r e i n d u i t e p a r la dissipation d e la pression d'injection, un
agent d e soutènement [ 3 2 ] . Cet agent d o i t remplir p l u s i e u r s c o n d i -
t i o n s q u e nous c i t o n s brièvement :

- Son comportement en place d o i t assurer u n e p l u s g r a n d e


perméabilité v i s à v i s du sol en place,

- II d o i t pouvoir ê t r e correctement injecté en f o n d d e f o -


r a g e a f i n d e r e m p l i r la t o t a l i t é d e l ' o u v e r t u r e .

- II d o i t posséder u n e bonne t e n u e dans le temps en f o n c -


t i o n des contraintes mécaniques, thermiques e t h y d r a u l i q u e s a u x -
quelles il est soumis.
Les p r i n c i p a u x agents de soutènement [32] s o n t :

- le sable,
- les billes d e verre,
- les bauxites,
- les oxydes d e zirconium.

' 1 - 2 MODELISATION COMPORTElvlENT DU FO-GE

La modélisation du comportement du forage e t des opéra-


tions u l t é r i e u r e s nécessite la connaissance :

- des contraintes i n - s i t u (conditions aux limites),


- de la loi d e comportement du squelette,
- de la loi de couplage e n t r e le f l u i d e e t le squelette,
- de l'histoire du chargement : exécution du forage, de-
pletion, rechargement p o u r la f r a c t u r a t i o n h y d r a u l i q u e .

L a détermination des contraintes i n - s i t u conditionne tota-


lement les résultats. Pour d e faibles profondeurs, des valeurs
moyennes d e la c o n t r a i n t e horizontale o n t été proposées e n fonction
d e la p r o f o n d e u r [17] [25]. Pour des p r o f o n d e u r s supérieures à
3 000 m o u localement dans des zones actives tectoniquement, ces
contraintes horizontales peuvent ê t r e t r è s élevées e t même dépasser
3 à 5 f o i s la contrainte verticale [24] [25]. 1 1 f a u t également n o t e r
q u e sous l'effet des e f f o r t s tectoniques, les contraintes dans l e p l a n
horizontal peuvent n e pas ê t r e égales e t ê t r e dans un r a p p o r t qui
p e u t également dépasser 5 [24].

Dans ce travail, nous supposerons connues les contrain-


tes in-situ, e t cette connaissance se t r a d u i r a p a r le r a p p o r t K,
e n t r e la contrainte verticale (supposée égale au poids des t e r r a i n s )
e t la contrainte horizontale. De plus, nous supposerons q u e dans
le plan horizontal, les contraintes sont identiques de façon à pou-
v o i r t r a i t e r le problème en axisymétrie.
L O I DE COMPORTEMENT DU SQUELETTE

Les milieux naturels intéressés p a r la f r a c t u r a t i o n h y d r a u -


lique p o u r activer le r é s e r v o i r p é t r o l i e r o u p a r les mi ni frac^'^ [17]
[ZQ] p o u r la détermination des contraintes i n - s i t u sont t r è s v a r i é s :
allant du sol sous o u surconsolidé , a u x roches faiblement cohérentes
( g r è s peu consolidés ) ou t r è s raides ( calcaires dolomitiques l o u t r è s
poreuses (grès, craies . ..1 .
II n'est pas possible de t r a d u i r e p a r u n modèle rhéologique
unique la variété d e ces comportements. L'idée majeure d e ce t r a v a i l
est de s'intéresser a u x milieux naturels d o n t la cohésion n'est pas
t r o p élevée. Cependant, même dans ce cadre, les modèles établis
p o u r les sols ne s o n t pas validés dans des conditions de contraintes
élevées correspondant au génie p é t r o l i e r .

Notons les principales classes d e modèle réhologique :

a ) les modèles à écrouissage isotrope

On t r o u v e r a :

I o ) des modèles élasto-plastiques standard, c'est-à-dire


où le potentiel plastique e t la surface d e charge sont confondus.
Dans ce cas, les déformations plastiques sont données p a r :

avec f surface d e charge, h paramètre d'écrouissage.

2O) des modèles non standard o ù les déformations p l a s t i -


ques sont distribuées p a r :

avec g potentiel plastique

3O) des modèles à 2 mécanismes [20] [33] [26] p o u r I'écri-


t u r e de la déformation plastique où à multi-mécanismes [ 1 ]
b 1 des mod5les à 6crouicsage cinématique [31] [ 371

c l les modèles incrémentaux non linéaires [IO] [12] [w].


Devant la complexité d u problème de calcul des pressions
d e f r a c t u r a t i o n . nous nous sommes limités aux modèles simples : à
u n e surface d e charge en utilisant le c r i t è r e d e Coulomb p o u r nous
r a c c o r d e r aux résultats bibliographiques, e t le c r i t è r e de D r ü c k e r
p o u r é v i t e r les régimes d'arête. Le matériau sera considéré comme
é t a n t standard ou non.

Le modèle de LADE-SHAO [22] [33] sera utilisé p o u r t r a i -


t e r le cas des craies, r o c h e t r è s poreuse.

1.2.2 COUPLAGE FLUIDE SQUELETTE

Dans le cas o ù le matériau possède u n e certaine cohésion,


il n'est p l u s possible d ' u t i l i s e r le concept de contrainte effective d e
TERZAGHI. B I O T [ 4 ] [ 6 ] a le premier précisé le couplage f l u i d e -
squelette en v u e d'étudier la consolidation des roches. B I O T pose
la r e l a t i o n contrainte déformation en milieu isotrope sous la forme :

-- l+v - 6ij
E i j -E
uij - Ev trace Ü Aij + P 3H

e n remarquant que la pression a g i t uniquement s u r les allongements.


En outre, il é c r i t que la variation du volume du f l u i d e contenu dans
la r o c h e est d u e au tenseur sphérique des contraintes appliquées,
e t à la pression du f l u i d e :

O = - 1
3H 1
trace a + RP
T r o i s c o n s t a n t e s c a r a c t é r i s e n t donc l e couplage f l u i d e -
squelette. E n s u p p o s a n t l e comportement é l a s t i q u e l i n é a i r e p o u r l e
s q u e l e t t e e t I ' e x i s t e n c e d'un p o t e n t i e l d e déformation é l a s t i q u e W
avec :

B l O T a montré que H, = H . A i n s i e n i n v e r s a n t les r e l a -


t i o n s contraintes-déformations, on a b o u t i t à la r e l a t i o n d e " c o n t r a i n t e
effective" :

aij = A t r a c e

avec A, p p a r a m è t r e s d e LAME e t

Des r é s u l t a t s semblables o n t été o b t e n u s p a r GEERTSMA


[14] [15]. B I O T a e n s u i t e généralisé sa t h é o r i e aux m a t é r i a u x a n i -
sotropes [ 5 1 e t a u x matériaux élastiques n o n linéaires [ 7 1. C e p e n -
dant, il f a u t t o u j o u r s s o u l i g n e r q u e la r e l a t i o n e n t r e les c o e f f i c i e n t s
i n t r o d u i t s d a n s la r e l a t i o n c o n t r a i n t e - d é f o r m a t i o n e t d a n s l ' é c r i t u r e
d e la v a r i a t i o n de volume du f l u i d e i n t e r s t i t i e l p r o v i e n t d e I ' h y p o -
t h è s e d e I'existence d'un p o t e n t i e l d e déformation élastique.

L e couplage dans le domaine p l a s t i q u e a été a b o r d é p a r


YAMADA e t al [ 3 6 ] e t MAlER G. e t HUECKEL [ 2 3 ] . Cependant, nous
limiterons n o t r e é t u d e a u couplage élastique, d é c r i t p a r BIOT, l e
couplage p l a s t i q u e d é p e n d a n t t r è s fortement d e la loi d e comporte-
ment utilisée doit nécessairement f a i r e l'objet d'études p l u s a p -
profondies.
1 - 3 ORGANISATION ET CHOIX DES METHODES DE
RESOLUTION
1.3.'1 BIBLIOGRAPHIE SOMMAIRE

La connaissance de la d i s t r i b u t i o n des contraintes autout-


d'un p u i t s d e f o r a g e est d'une g r a n d e importance dans p l u s i e u r s cas
tels que : pendant le percement p u i s la p r o d u c t i o n d u p u i t s e t au
cours d e l'injection jusqu'à l'éventuel calcul de la pression de f r a c -
t u r a t i o n . De nombreux t r a v a u x o n t eu p o u r but de déterminer ces
contraintes. Chronologiquement, o n p e u t c i t e r WESTERGAAD [351 q u i
a conclu l'existence d ' u n e zone plastique a u t o u r d ' u n f o r a g e à g r a n d e
profondeur.

On p e u t c i t e r les études de PASLAY e t CHEATHAM [30] basées


s u r la détermination des contraintes a u t o u r d'un p u i t s soumis à u n e
injection d e f l u i d e . Bien que p r e n a n t en compte une v a r i a t i o n de la
perméabilité autour du forage, i l s i g n o r e n t les effets éventuels d ' u n e
plastification e t r e s t e n t en domaine élastique. GNlRK [16] a admis
l'existence d'une zone plastifiée a u t o u r du forage e t a supposé q u e
la roche obéissait à la règle d'écoulement plastique du c r i t è r e d e Cou-
lomb. II a ainsi calculé la pkession dans le p u i t s nécessaire à I'obten-
t i o n d'une zone plastifiée en supposant u n e non pénétration du f l u i d e
dans la roche. U n domaine d'étude similaire a été abordé p a r GEERTSMA
[ 1 5 ] qui a étudié d e u x problèmes spécifiques : l ' e x t r a c t i o n de f l u x de
particules pendant la production du f o r a g e e t la formation d e f r a c -
t u r e a u t o u r du p u i t s l o r s d'une injection. Ces t r a v a u x sont basés
essentiellement s u r u n e géométrie bi-dimensionnelle e t n e p r e n n e n t pas
en considération la contrainte verticale.

Plus récemment BRADLEY [ 8 ] a t r a v a i l l é s u r une a p p r o -


che semi-empirique d e la stabilité du f o r a g e en détaillant p l u s spéci-
fiquement le rôle d e l'inclinaison d e l'axe du p u i t s . Cette approche
permet de p r é d i r e q u a n d la limite du comportement élastique est a t -
t e i n t e mais n e f o u r n i t pas d'information s u r le comportement du maté-
r i a u plastifié.

RISNES, B R A T L I e t HORSUD [ 1 8 ] o n t p a r la s u i t e é t u d i é
analytiquement les contraintes autour d'un forage dans un sable sous
consolidé. A p p l i q u a n t les théories de l'élasticité e t d e la plasticité
( c r i t è r e d e MOHR-COULOMB 1, i l s o n t confirmé l'existence d'une zone
plastifiée, e t calculé l'étendue d e celle-ci. L'influence de la contrainte
verticale est nettement établie, e t en supposant un écoulement r a d i a l
d e fluide, i l s o n t p u d é c r i r e un c r i t è r e d e stabilité d u forage en p r o -
duction. Ce c r i t è r e dépend des p r o p r i é t é s mécaniques du matériau e t
d e la c o n t r a i n t e verticale initiale. RISNES et B R A T L I [ l a ] o n t p o u r -
s u i v i ces t r a v a u x v e r s le calcul des pressions d e f r a c t u r a t i o n . I l s
o n t déterminé t r o i s schémas possibles d e d i s t r i b u t i o n de contraintes
à I'initiation d e la fracturation, e t calculé des valeurs numériques
d e ces pressions. L'ensemble des r é s u l t a t s montre, qu'en général, la
pression calculée p a r un comportement élasto-plastique de la roche
( c r i t è r e d e MOHR-COULOMB) est p l u s faible que la p r é v i s i o n élasti-
que. Tous l e u r s calculs supposent un d é b i t d'injection stationnaire.

1.3.2 CHOIX DES CONDITIONS I N I T I A L E S A V A N T L'INJECTION -


INFLUENCE DU MODE DE CALCUL

RISNES e t B R A T L I [ l a ] o n t t r a i t é le problème d e la f r a c t u -
r a t i o n e t d'extraction d e f l u i d e p o u r des matériaux tels que des sa-
bles faiblement consolidés. Pour ces t y p e s de roches, i l s o n t montré
la nécessité d'appliquer simultanément les théories élastiques e t p l a s t i -
ques. Ainsi dès la phase d e pompage, un domaine plastique en an-
neau apparait autour du p u i t s [18]. La f r a c t u r a t i o n h y d r a u l i q u e est
utilisée généralement après cette phase, e t il est nécessaire d e con-
n a i t r e o u d'approcher au mieux les d i s t r i b u t i o n s d e contraintes a u t o u r
du forage avant I'injection. Ce choix des conditions initiales avant
I'injection est primordial e t représentera l'histoire du forage. Ainsi
q u e l ' o n t définie RISNES e t B R A T L I [lg], la condition initiale sera
déterminée p a r u n e d i s t r i b u t i o n de pression uniforme p o u r la phase
fluide. pression égale à la pression h y d r o s t a t i q u e p a r t o u t dans le do-
maine. Ce choix est clair, e t nous le p r e n d r o n s également comme p o i n t
d e d é p a r t d e I'injection.

La simulation d e I'injection q u e mènent RISNES e t B R A T L I


[19] suppose un régime d'écoulement stationnaire ; cette hypothèse
n e permet pas d'envisager une injection rapide. Dans l e u r s calculs,
la d i s t r i b u t i o n de contraintes, à I'initiation de la f r a c t u r a t i o n , est dé-
f i n i e p a r d i f f é r e n t s schémas possibles d é d u i t s d e l'utilisation d u ct-i-
t è r e d e MOHR-COULOMB. Ces schémas n e sont déterminés que p a r u n
é t a t f i n a l de contraintes e t supposent u n e plastification en anneau au-
t o u r du p u i t s . I l s n e tiennent pas compte des états intermédiaires d e
chargement pendant lesquels I'injection évolue. Ainsi, il nlest pas pos-
sible d e f a i r e apparaître u n e quelconque évolution des zones p l a s t i -
ques e t élastiques pendant le chargement, e t en p a r t i c u l i e r une dé-
c h a r g e éventuelle, au sens du c r i t è r e d e COULOMB, au d é p a r t d e
I'injection. Certains r é s u l t a t s obtenus nous apparaissent alors con-
t r a d i c t o i r e s si l'on considère les d i s t r i b u t i o n s d e contraintes obtenues
avant l'injection e t les pressions de f r a c t u r a t i o n calculées à p a r t i r d e
ces conditions initiales.

Prenons comme exemple la d i s t r i b u t i o n d e contraintes p r o -


posée p a r la f i g u r e 1.6 [19]

Figure 1.6 :

Exemple de distribution de contraintes obtenue avant injection


par la résolution analytique
L'examen d e c e t t e f i g u r e montre clairement que les condi-
t i o n s de f r a c t u r a t i o n sont pratiquement assurées avant I'injection.
Nous observons qu'au r a y o n Ri, les contraintes effectives a i et
u sont déjà pratiquement nulles. RISNES e t BRATLI, supposant né-
gligeable la résistance en t r a c t i o n d u matériau, posent en e f f e t comme
condition d e f r a c t u r a t i o n verticale : O; = O. La pression dans le p u i t s
à ce stade valant 10.18 kPa/m, il nous p a r a i t improbable q u e la p r e s -
sion de f r a c t u r a t i o n atteigne 19.45 kPa/m comme semblent l ' i n d i q u e r
les résultats analytiques.

U n t e l é c a r t confirme la nécessité de pouvoir s u i v r e c o n t i -


nuement I'injection e n la simulant p a r application d'incréments de
pression e t l'insuffisance d'une méthode d e calcul q u i i g n o r e le che-
min de chargement.

1.3.3 OBJECTIFS E T PRESENTATION DES METHODES DE RESOLU-


TlON

L'organisation des résolutions q u e nous proposons p e u t


ê t r e considérée comme é t a n t la recherche d'une approche d e p l u s e n
p l u s f i n e du comportement du matériau e t d e l'histoire du chargement
du forage. L'histoire du chargement du forage est simulée p a r d e u x
phases distinctes d e calcul. La première phase est motivée p a r la r e -
cherche des d i s t r i b u t i o n s d e contraintes avant I'injection, e t elle
e s t fondamentale p o u r comprendre e t simuler l'évolution des zones
plastifiées au cours d e I'injection. Nous avons volontairement présen-
t é des r é s u l t a t s obtenus à p a r t i r d e conditions initiales d e pression
uniforme dans le domaine avant I'injection. Le but du t r a v a i l que
nous nous sommes f i x é s est de chercher des influences relatives d e
paramètres d o n t les t r o i s p r i n c i p a u x sont : le coefficient d e poussée
a u repos, le coefficient d e Poisson du matériau e t sa rSésistanceen
compression simple. II est néanmoins possible d e simuler un pompage
dans le forage en a p p o r t a n t de légères modifications aux codes d e
calcul que nous proposons.

L'injection jusqu'à f r a c t u r a t i o n constitue la deuxième étape


du calcul. L e souhait d'approcher le p l u s réellement possible le mode
d e chargement d u forage nous a naturellement guidés dans le choix
des résolutions. Chronologiquement, nous avons d'abord r e p r i s la
méthode analytique d e RISNES e t B R A T L I [ î g ] q u i suppose u n é t a t
f i n a l possible d e contraintes au moment d e la f r a c t u r a t i o n e t u n r é -
gime d'écoulement permanent. Nous avons ensuite adopté une résolu-
t i o n numérique avec chargement incrémental d e pression dans le f o -
rage, ce chargement est appliqué de manière quasi-statique, le r é -
gime d'écoulement r e s t e permanent. Finalement, nous avons cherché
à simuler I'injection rapide p a r chargement incrémental d e pression
dans le p u i t s avec régime d'écoulement non stationnaire. Si la v i -
tesse d e mise en pression est élevée, seule une faible zone autour
du p u i t s est concernée p a r l'augmentation de pression i n t e r s t i t i e l l e .

En parallèle, nous avons cherché u n e évolution dans le


comportement du matériau. Initialement, un calcul élastique est p r o -
posé. Ce calcul se p o u r s u i t p a r l'utilisation de lois d e comportement
élasto-plastiques.

A p a r t i r des t r a v a u x de RISNES e t B R A T L I [ 1 8 ] [19],


une résolution analytique complète est proposée, elle e s t basée s u r
l ' u t i l i s a t i o n du c r i t è r e de MOHR-COULOMB. La résolution numérique,
q u i permet d e s u i v r e les évolutions des zones plastifiées, est éta-
b l i e à p a r t i r du c r i t è r e de DRUCKER. Cette résolution r e s t e cepen-
d a n t dans le cadre d'un comportement élasto-plastique p a r f a i t . Nous
avons voulu, p o u r compléter cette étude, t e s t e r le cas du matériau
écrouissable en implantant le c r i t è r e d e LADE dans nos codes d e cal-
culs. II nous est finalement permis d ' o b t e n i r les r é s u l t a t s numériques
suivants :

. la d i s t r i b u t i o n des contraintes avant I'injection, basée s u r I'utilisa-


t i o n des c r i t è r e s d e DRUCKER ou d e LADE,

. la d i s t r i b u t i o n des contraintes à t o u t moment au c o u r s d e I'injec-


tion - soit r a p i d e - soit stationnaire, e t ceci jusqu'à f r a c t u r a t i o n ,

. l'évolution à chaque i n s t a n t des zones élastiques e t plastiques.

L'influence des paramètres que nous avons choisis p e u t


donc à chaque i n s t a n t ê t r e déterminée en r e g a r d des t r o i s points
précédemment cités.
II - RESOLUTION ANALYTIQUE -
CRITERE DE MOHR-COULOMB
Nous présentons dans ce chapitre les différentes étapes per-
mettant d'aboutir à la détermination des contraintes autour d'un fora-
ge. Nous reprenons, à cet effet, l'essentiel des méthodes présentées
'
par RISNES-BRATLI e t al [18j Cl91 en les développant complètement.
Des compléments sont alors proposés afin de répondre à certaines am-
biguités qui apparaissent dans les études antérieures [I q . L'étude ba-
sée s u r les relations d e Biot [ 4 ] [ 6 1 e t l'utilisation du critère d e
Mohr-Coulomb est scindée en deux parties distinctes. La première par-
t i e consiste à établir la distribution de contraintes autour d u forage
avant I'injection. Nous obtiendrons alors deux schémas généraux d e
distribution de contraintes qui seront utilisés comme point de départ
de I'injection. La deuxième partie de l'étude a pour b u t de définir la
valeur de la pression de fracturation qui, une fois atteinte, signifiera
la fin de I'injection e t du calcul. Cette étude est menée à p a r t i r d e
l'hypothèse de trois schémas principaux de distribution des contrain-
tes au moment de la fracturation qui dépendent essentiellement des pa-
ramètres mécaniques e t physiques du matériau [19]. Nous présentons
dans certains cas les conséquences d'une symétrisation dans la loi de
comportement pour les régimes d'arête s u r l'évaluation des déplacements
dans le domaine. Ce chapitre sera conclu par une synthèse générale
des résultats, déterminant l'influence relative des différents paramè-
tres de la roche et de la modification du c r i t h r e de Coulomb, s u r I'ob-
tention de la' f racturation .

2-1 PRESENTATION DU M O D E L E - HYPOTEQZSES

2.1.1 GEOMETR l E DU MODELE

Le modèle utilisé ( f i g . 2.1) est un cylindre creux de rayon


intérieur Ri et de rayon extérieur R, . Ri est le rayon du forage
et R, détermine la zone non perturbée par I'injection. R, simulera
en f a i t l'infini.

Le modèle, q u i présente une symétrie axiale, d'épaisseur h


(égale à l'unité), est situé à une profondeur z. Cette profondeur é -
t a n t fixée, la symétrie du problème montre que la variable géométri-
que. d e l'étude sera le rayon r compris e n t r e RI et R,. Dans le
cas d'un comportement élasto-plastique, nous noterons R, le r a y o n
de la zone f r o n t i è r e séparant les domaines plastique e t élastique.

Géométrie du modèle

2.1.2 DEFINITION DES VARIABLES

Nous utiliserons les coordonnées cylindriques pour e x p r i -


mer les contraintes en notant a, la contrainte radiale totale, 00
la contrainte tangente totale e t a, la contrainte verticale totale. La
symétrie du problème montre que or, 00 e t oz sont principales.

La pression interstitielle en t o u t point, notée P, sera cal-


culée p2r la loi de Darcy, en supposant que la perméabilité autour du
*
forage est constante. Si Q est le débit de l'injection, il vient :

(2.1) P = Po + Log (6)


O

avec : Po : pression interstitielle au rayon &


k : perméabilité
p+ : coefficient de viscosité dynamique du fluide

Cette équation suppose que le régime permanent d'écoule-


ment est établi, e t que par conséquent le débit Q évolue lentement.
Nous écrirons le p l u s souvent cette équation sous la forme :

(2.2) P = Po + 3 Log -
r
RO

avec
-
Q
' 2nhk

Par analogie avec les contraintes, nous noterons E, E


8'
E ~ ,les composantes d e la déformation en coordonnées cylindriques,
1
e
E= , E e , cre les composantes de la p a r t i e élastique de la déforma-
tion, e t €,*, E ~ P , E=P les composantes d e la p a r t i e plastique de la
déformation. U( r sera la composante radiale du déplacement.

2.1.3 HYPOTHESES ET LOIS DE COMPORTEMENT

. Equation d 'équilibre

L'équation d'équilibre valable dans t o u t le domaine s'écrit


en coordonnées cylindriques :

. Hypothèse fondamentale

L'hypothèse adoptée pour l'ensemble de l'étude suppose que


le "toit" du réservoir est r i g i d e [ l g ] . Nous nous situons alors dans
le cas de la déformation plane, e t posons :

avec cZg la déformation verticale initiale obtenue en supposant le do-


maine au repos, soumis au seul poids des terres, e t la pression inters-
titielle P égale à Po partout.

. Relations de BIOT

Les relations contraintes-déformations avec interaction avec


le f l u i d e interstitiel déduites de la théorie de BIOT [ 4 ] s'écrivent :

cr, = XA + 2p E
: + $ P

(2.5) a, = XA + 2p c{ + gP

a,= XA + 2p E
: + $P

avec : fi : coefficient de BIOT


A, P : coefficients de LAME
v : coefficient de POISSON du matériau
A : c; + c 8e + €2

Les relations (2.5 s'inversent e t permettent l'obtention d e :

avec : E : module d'élasticité d u matériau.

Les relations (2.5 1 et (2.6) ont été initialement établies p a r


B l O T pour un matériau isotrope et élastique [ 4 1 . Nous notons cepen-
d a n t que B I O T a étendu ces relations à un matériau anisotrope élas-
tique, e t à un matériau élastique non linéaire [ 6 1. Nous admettons
dans cette étude que ces relations r e s t e n t valables l o r s d ' u n compor-
tement élasto-plastique du matériau.

. Critère d'écoulement

L o r s d e la plastification d'une p a r t i e du domaine, nous s u p -


poserons que le matériau obéit aux c r i t è r e s d'un matériau standard
avec surface d'écoulement d e Coulomb. Si nous appelons O, a,, a,
les contraintes principales totales maximale, intermédiaire e t minimale,
le c r i t è r e s'écrit : l

(2.7) f = a, - a, - (a, + a,) s i n $I - 2 Sc, cos $I + 2P sin $I

avec : : angle de frottement i n t e r n e du matériau

Sc, : cohésion

Nous é c r i r o n s le p l u s souvent ( 2 . 7 ) sous la forme :

avec: t = t g 2 Fi- 1

- 71
angle d e r u p t u r e du matériau
a = 4 + $

Co= 2 Sc, tg à1 limite d e compression simple

Nous pouvons remarquer une certaine ambiguité dans I ' a r -


t i c l e d e RlSNES e t HORSUD [1g] qui consiste à adopter l e c r i t è r e
sous la forme :

En effet, les auteurs é c r i v e n t les relations contraintes dé-


formations (2.5) tirées des relations de BIOT q u i font i n t e r v e n i r le
coefficient p . L'utilisation de B montre que si l'on note a' la con-
t r a i n t e effective, alors la contrainte totale a s'écrit : a = a' + $ P.
En toute rigueur, l e c r i t è r e de Coulomb d e v r a i t s'écrire :

L'écriture (2.8) suppose admise l'hypothèse d e contrainte


effective, ce qui est contradictoire avec (2.5 1, sauf pour $ égale 1.
Nous garderons l'écriture (2.8 1 p o u r établir l'expression analytique
des contraintes, mais nous développerons une étude, l o r s de calculs
s u r les pressions d e fracturation, en adoptant (2.9).

. déformations plastiques
L'hypothèse d'un comportement standard d u matériau p e r -
met d'exprimer l'évolution des déformations plastiques p a r :

. Cas particulier du régime d'arête

Les relations (2.10) sont établies dans le cas d'un régime


de face : 03 > a, > a,. Dans l'hypothèse d'un régime d'arête tel que :
o3 > a, = a,, RISNES e t al [18] écrivent dans le cas où a, était su-
périeure à a, avant de l'égaler :
Cette relation ( 2 . 1 1 ) se t r a d u i t lors du calcul des déforma-
tions plastiques par :

Nous étudierons les modifications lors des calculs de pression


de fracturation qu'entraîne une symétrisation dans l'écriture d u critère,
soit :

(2.13) se t r a d u i t lors d u calcul des déformations plastiques


par :

. déformations totales
L'étude proposée sera menée dans le cadre de petits dépla-
cements et petites déformations. Nous linéariserons les relations e n t r e
le vecteur déplacement e t les déformations totales radiales e t tangen-
tes, e t écrivons :
. Définition de la fracturation

En supposant l e p r i n c i p e d e contrainte effective, $ = 1 [qg]


e t e n notant UT ' la c o n t r a i n t e d e r u p t u r e en t r a c t i o n du matériau,
nous admettrons q u e l a f r a c t u r a t i o n i n i t i a l e sera obtenue q u a n d (2.16 1
sera vérifiée, soit :

Nous u t i l i s e r o n s dans le r e s t e d e l'étude une v a l e u r de aT


n u l l e [19]. E n conséquence, la condition (2.16) se r é d u i t à :

(2.17) sera v é r i f i é e q u a n d on appliquera u n e pression limi-


t e dans le forage notée PL. Cette pression limite est appelée pression
d e f r a c t u r a t i o n . La f r a c t u r a t i o n se p r o d u i s a n t au r a y o n RI, la c o n d i -
t i o n d'équilibre avant f r a c t u r a t i o n s'écrira :

Nous pouvons d e nouveau remarquer les ambiguités des é-


quations (2.16) e t (2.17) utilisées p a r RISNES e t HORSUD. Les au-
t e u r s admettent le p r i n c i p e d e c o n t r a i n t e e f f e c t i v e p o u r é c r i r e le c r i -
t è r e d e fracturation, si $ e s t d i f f é r e n t d e l'unité, il f a u d r a i t poser :

L'équation (2.17) montre que l'on suppose que or est nul .


le ce q u i ne semble pas cohérent avec l ' é c r i t u r e du c r i t è r e de Cou-
lomb. En effet, si l'on suppose une cohésion Sco non nulle, la r é s i s -
tance en traction, UT, du sol ne p e u t ê t r e n u l l e (fig. 2.21.

La résistance en t r a c t i o n uniaxiale du matériau sera d u mê-


me o r d r e que Co qui est p r i s e élevée dans certains exemples numéri-
ques. Nous établirons des résultats comparatifs lors de calculs de pres-
sion de fracturation obtenus avec a= non nulle.

Figure 2.2 :

Représentation dans le plan de Mohr de la surface de Coulomb

2-2 DETERMINATION DES EXPRESSIONS ANALYTI-


OUES DES CONTRAINTES

2.2.1 RESOLUTION DANS LE DOMAINE ELASTIQUE

Nous supposons lors de cette résolution que le c r i t è r e de


Coulomb n'est pas atteint dans le domaine. Les déformations plastiques
y sont donc nulles. Nous obtenons alors les relations de base suivan-
tes :
. Conditions aux limites

La pression d'injection dans le forage est appelée P


,I nous
pouvons alors écrire :

(2.21 1 or -- ari = PI . pour r = RI

A u rayon
R, nous avions supposé que le domaine était non
perturbé. Si nous notons a,, la contrainte totale. verticale initiale
dans le domaine e t or, (ou an) la contrainte totale radiale initiale
dans le domaine, les conditions aux limites s'écrivent :

pour r = Ro

pour r = 4

. équation différentielle pour le déplacement u(r)

D u système (2.51, nous tirons :

L'utilisation d e I'équation d'équilibre (2.3) e t du système


(2.20 nous permet d'établir l'équation différentielle pour le déplace-
ment :

De la relation (2.21, nous remarquons :

avec dans ce cas :


(2.261
-Q =
(PI - P,
Log
RI
-
Ro

L'intégration de (2.24) donne l'expression d u déplacement à


deux constantes d'intégration près, soit :

avec c, c, constantes d'intégration.

. Expression des contraintes

E ~ , peut ê t r e obtenu p a r le système (2.5 en faisant


Er = ~0 = O lors du chargement initial du domaine p a r le poids des
terres. II vient alors :

De ce même système, nous pouvons calculer la contrainte ini-


tiale horizontale qui s'exprime alors p a r :

- calcul
......................
des contraintes

' Nous calculons les contraintes à l'aide du système (2.5) e n


utilisant l'expression ( 2.27 du déplacement. Les constantes d'intégra-
tion, c, e t c,, étant définies p a r les conditions aux limites (2.21 ) e t
(2.221, nous obtenons :
Ri
- On + - "ri) Raz-Riz (1-(-$R O 2 P O P i 1 [ R,=-R~ r

(2.30) u = an + (un - uri) Ri


R ~ ~ (- I R
Ro 2
+ ( ~~ ~) - ( t p i ) l [7il
R, - R ~ (1+($)
LO % I r - 1
I+ ~)L-

-- Oz, + 2v ( % - Ra2
~ r i R021Ri2
)
(Loq &Ir - v / Z ) ]
Log Ro /Ri

(1-2v)$
avec l : 2(1-,))

Dans l'article d e RISNES e t HORSUD [19], les auteurs uti-


lisent u n rapport Ko e n t r e les contraintes effectives horizontales e t
verticales. Cette hypothèse, incompatible avec le calcul élastique sauf
p o u r une valeur p a r t i c u l i è r e d e K, est p l u s proche d e la réalité.
Nous écrivons alors :

(2.29) e t (2.32) n e coihcident que p o u r Ko valant vll-v.

Nous u t i l i s e r o n s n h n m o i n s (2.32) p o u r calculer la contrain-

t e initiale ,a, ( o u a,).

2.2.2 RESOLUTION DANS LE DOMAINE PLASTIQUE -


REMARQUES GENERALES

U n calcul numérique des contraintes or, oe, a, montre que


le c r i t è r e de Coulomb est rapidement vérifié, e t qu'un domaine plas-

t i q u e en anneau apparail autour du puits. Une nouvelle inconnue,

l'étendue de la zone plastique, R, devra ê t r e déterminée. L'utilisation

du c r i t è r e de Coulomb nécessite la connaissance de l'ordre des con-

traintes, nous aurons donc à envisager plusieurs cas possibles con-

cernant cet ordre, afin d'aboutir à différentes expressions analytiques

des contraintes.

Le b u t final du calcul est d'estimer la valeur des pressions

d e fracturation. La pression dans le forage évolue ainsi jusqu'à la

limite PL, nous envisagerons alors une étape intermédiaire d u calcul

à p a r t i r de laquelle la pression v a varier. Cette étape consiste à éta-

blir l'expression des contraintes quand le débit a est nul, soit P

uniforme e t égale à Po.

Nous avons souligné l'importance de l'étape P uniforme

égale à Po avant le d é b u t de l'injection. La connaissance de l ' o r d r e

des contraintes étant fondamentale, il est nécessaire de pouvoir esti-

mer le nombre de combinaisons possibles ( o u d'inégalités) entre les

différentes contraintes. Nous avons établi en 2.2.1 les expressions


-
des contraintes p o u r un comportement élastique. Si nous faisons Q

nul dans ces expressions, nous pouvons établir le schéma de d i s t r i -

b u t i o n donné par la f i g u r e (2.3).

Cette f i g u r e montre clairement que or est minimale, mais

il n'est pas évident de t r o u v e r la contrainte de oz ou o qui sera


0
intermédiaire. Nous devons donc envisager deux possibilités à la fron-

tière zone plastique - zone élastique ( r = R,) q u i sont :


Figure 2.3 :

Exemple de distribution élastique des contraintes


-
avant injection (Q = 0)

I I est remarquable d e noter que c'est le coefficient de Pois-


son v q u i va conditionner la position relative d e oz e t 08. Suppo-
sons que le rayon R, soit petit devant Ro, e t que le débit est
nul, l'expression élastique (2.30) des contraintes nous donne :

Le critère de Coulomb, supposé vérifié en r = R,, nous


permet d'écrire la relation suivante :

(2.33 e t (2.34) nous donnent le coefficient de Poisson v, d i t de


transition, tel que v = v, alors ae, -- ,a, soit :

Cette relation SE? simplifie s i $ vaut 1, e t nous obtenons :

(2.36) .vt -- (t+2)(uz, - Po) -


Co
(3t+4) (a, - Po) Co -
Pour une valeur de Co faible, nous obtenons alors u n e
valeur d e transition v, de l'ordre d e : v, = 0,4. Si v est supé-
r i e u r à cette valeur, oe, sera maximale.

Notons cependant que cette valeur de transition v, ne


p o u r r a ê t r e utilisée dans les calculs d e distribution de 'contraintes
avant injection que si le coefficient K, est proche de : v,/( 1-v,) .
Si K, est p r i s t r o p faible quand v, augmente, nous ne pouvons
v é r i f i e r la condition : oec supérieure à ,O
, au rayon élastoplasti-
que.

2.2.3 RESOLUTION DANS LE DOMAINE PLASTIQUE -


CAS : O= < u ,< ae

Afin d e généraliser le calcul, nous supposons que le d é b i t


-
d'injection Q est d i f f é r e n t de zéro. L'utilisation combinée des rela-
tions (2.31, (2.51, (2.81, (2.9), (2.10) permet le calcul des contrain
tes dans le domaine plastique. Elles s'écrivent :
-
or = Pi + Q Log Rir - i1 (Co - Q) + 2(t+l) v
Al rt

avec Al : constante d ' i n t é g r a t i o n

V : (t+1)2 + 1 - v(t+2I2

Si nous examinons dans le système (2.37) les expressions


de a, et a, nous remarquons, t é t a n t de l ' o r d r e de 2, que
lorsque r diminue, le terme en rt n'est p l u s prépondérant, e t
qu'alors a, égale og quelque p a r t dans le domaine plastique. II
nous f a u t envisager cette nouvelle d i s t r i b u t i o n d e contraintes p o u r
résoudre complètement.

. cas où or < oz = o e dans le domaine plastique

La résolution d e ce cas p a r t i c u l i e r nous donne un nou-

veau système t r a d u i s a n t l'évolution des contraintes.

a, = P, + V ~ o g
r - T1 (c0 - (t+l) Q) + 2 ( t + 1 ) ~ % rt

Bl constante d'intégration.
II est notable que l'expression générale de a, et 08 est
inchangée p a r la résolution en régime d'arête. La constante d'intégra-
tion B, se calcule en écrivant que a, égale PI au r a y o n RI soit :

Si nous supposons que ae égale a, au rayon intermé-


diaire Rb, la continuité de a, en Rb montre que A, égale B, .
Le rayon Rb se calcule alors en égalant les expressions d e a0 et
a, obtenues dans (2.37 1.

Nous pouvons finalement établir la distribution complète


des contraintes s u r le domaine p a r :

p o u r ' Ri I r S Rb, Ur, a


8' a, sont données p a r (2.38 1

(2.40) pour Rb S r s R , or, a , oz sont données par (2.37 1

pour R, < r ar. ae, a sont données p a r (2.30)


en substituant R, à R,I , ,a à ,a,

Le rayon R, se calcule en écrivant la continuité de a0

à ce rayon. En effet, puisque a, est continue e t vaut ,a


, l'écri-
t u r e du c r i t è r e de Coulomb, de p a r t et d'autre d e la frontière élas-
to-plastique est la même. Une discontinuité sur a, peut alors appa-
r a i t r e en ce point (fig. 2.41.
Figure 2.4 :
Distribution des contraintes avant injection

2.2.4 RESOLUTION DANS LE DOMAINE PLASTIQUE -


CAS OU or < a0 < O Z

L'utilisation combinée des relations ( 2 . 3 1, (2.51, (2.81,


(2.9), ( 2 . 1 0 ) permet le calcul des contraintes dans le domaine
plastique. Elles s'écrivent :
Ur
-- -1 ( A P + B D a + D b + BDb Log r - C.Co + D ( o z o -pP, ) +ED,~Y" +FD2r
-y--1
1
vt
(2.41) O =- (CP + HD, + (B.l)Db+HDb L o g r - v t Co + ~ ( t + 2 ) . D . ( o , ~ - p P ~
8 vt

avec D ,, D 2 constantes d'intégration

y2 = (t+lIZ - 2v(t+l) + 1

E = v(t+2) + y

IF = ~ ( t + 2 ) y -
G = v t2 + (1-2v) ( l + ( l + t ) 2 ) @

H = v (t+2) + y 2

Da = DSA +
A+2v
G + v(Po - 6 Log % 1
D,=U a

DSA = - (1-2v)
t+l -
2v Co -
(1-2v) ( v ( t + 2 ) - 1 )
I l - v ) (t+l-2v) (azo - $Po )
Nous pouvons notablement simplifier (2.41 1 en faisant 'a
égal à zéro. La distribution d e s contraintes obtenue s e r a alors considé-
r é e comme référence initiale à p a r t i r d e laquelle l'injection pourra débu-
t e r . (2.41 ) devient :

-
(2.42) a B = 1 (GP,+H(DSA + UPo )
"t
- vt Co+ y(t+Z)D. (a, -$Po )+Y ~ ~ , r ~ - l - ~y - ~ 1 ~) , r

Si on examine les expre;sions de a,. o8 e t az d e (2.42 1,


on remarque. en s u p p o s a n t q u e Co est faible et q u e $ égale u n ,
q u e les termes' p r é p o n d é r a n t s d a n s aR e t ae deviennent :

F é t a n t inférieur à zéro (2.43) montre q u e quand r dimi-


nue o
8
p e u t devenir supérieur à a,. I I nous f a u t d o n c e n v i s a g e r
que ae et a, s'égalent quelque p a r t d a n s la zone plastique a u rayon
Rb.

La résolution d e ce c a s particulier est donnée p a r ( 2 . 3 8 ) .


Nous pouvons ainsi établir la distri bution complète d e s contraintes
s u r le domaine par :

pour Ri r r r R,,' or, oel or s o n t données par (2.38


avec Q = 0
(2.44) Pour R b s r d R c or , oe , oz s o n t données par (2.42 1

pour r > Rc or , 08 , a , s o n t données par (2.30 1


en s u b s t i t u a n t R, à R I , arc à a,,
Pc à P,
Les inconnues \ , Rb, Di e t O, pourront alors ê t r e déter-
minées p a r quatre équations soit :

. égalité d e a, et a8 au rayon Rb. a, e t a8 sont données p a r


(2.42)

. expression de a
8
au rayon Rb. donnée p a r (2.38) en faisant
a=o
. continuité de oe. au rayon R,

. continuité de oz au rayon R,

U n exemple d e distribution des contraintes est fourni p a r la


f i g u r e 2.5

Figure 2.5
- -
:

Exemple de distribution de contraintes avant injection


2-3 CALCUL DES P R E S S I O N S DE FRACTUFL4TION

L e but d e ce calcul est de déterminer la pression limite PL


qui donne la condition (2.13 1 soit 0% égale à PL au rayon R.I Le
comportement du sol sera choisi élastique ou élasto-plastique. Le calcul
d e PL , lors d'un comportement purement élastique, s e r v i r a de p o i n t
d e comparaison lorsqu'il y a plastification autour d u puits.

2.3.1 COMPORTEMENT ELASTIQUE

Calculer
PL dans ce cas ne pose aucune d i f f i c u l t é car les
expressions des contraintes sont données p a r (2.301. 11 s u f f i t de poser
o égale PL pour r égale RI ce qui donne une condition p o u r
8
PI soit : '

1
on - q (1 -- xi2-1
1
= PL --
2 Xi2 Log Xi
(2.45) PI
xi2- 1 1
1 - q (1 - 2Xi2 LogXi
1
D

avec xi = - "O

RI

Nous pouvons remarquer dans cette expression que les para-


mètres qui influencent la valeur de PL seront :

. le r a p p o r t K, d e poussée au repos ( a u t r a v e r s de on),

. le coefficient de Poisson ( a u t r a v e r s de r i )
. le coefficient de B i o t (au t r a v e r s de q)
2.3.2 COMPORTEMENT ELASTO-PLASTIQUE - CAS B = 1
UT = O - CENERALITES
Nous avons établi précédemment les expressions analytiques
des contraintes, avant injection soit a égal zéro, lors de l'étude du
comportement éiasto-plastique du sol. Selon la valeur du coefficient de
Poisson deux possibilités apparaissent quant aux distributions initiales
des contraintes : (fig. 2.6 e t fig. 2.7)
Figure 2.6 :

Distribution de contraintes avant injection

Fiqure 2.7 :
Distribution de contraintes avant injection

Quand l'injection débute, les contraintes évoluent jusqu'à


obtention d e la fracturation. La fracturation est caractérisée au
rayon RI par le régime d'arête particulier : ue -- ori = P, pour
r = RI. Nous pouvons alors envisager trois distributions possibles
de contraintes qui sont :

. le régime d'arête concerne l'ensemble d u domaine plastique. Cette


distribution est appelée FRAC I [ 1 9 ]
. le régime d'arête concerne une partie d u domaine plastique. Cette
distribution est appelée FRAC 1 1 [19]

. le régime dlarête est ponctuel e t nlapparait qu'au rayon RI : cette


distribution est appelée FRAC 1 1 1 [19 1

Ces trois distributions peuvent être schématisées comme


l'indiquent les figures ( 2 . 8 ) . ( 2 . 9 ) . e t (2.10)

a2

Figure 2.8 :

Exemple de distribution
FRAC I
4

a
m

4
la J
, %a 1 I t 1 R
8 2 4 6 8 18

Fiqure 2.9 :
Exemple de distribution
FRAC II
10 1
0
i IR,
1
,R
2

F i s u r e 2.10 :
Exemple d e distribution
FRAC III

2.3.3 RESOLUTION DE FRAC I

. Inconnues du problème - Equations disponibles

Les deux inconnues principales seront la pression de f r a c -


turation PL et l'étendue du domaine plastique : R, . Pour résoudre
nous disposons de deux équations :

. la continuité du déplacement u ( r ) au rayon R,


. la validité du c r i t è r e de Coulomb côté élastique au r a y o n R,

Notons que si PL e t R, sont connues, nous connaissons


l'expression des contraintes dans le domaine élastique en utilisant les .
relations (2.301, en substituant PL à ori, R, à RI et P, à PI.

Nous remarquons alors qu'il n'est pas possible d'imposer la


continuité de oz et ag au rayon R., Cette continuité f o u r n i r a i t
deux équations surabondantes, e t ne p e u t exister sauf pour certains
cas particuliers. Dans le cas de la discontinuité, la seule possibilité
est que og soit inférieure à a, au rayon R., Si nous supposons
que og est supérieure à or alors l ' é c r i t u r e côté élastique d u c r i -
t è r e de Coulomb montre que oz doit ê t r e continue. Cette é c r i t u r e
incompatible avec la résolution f o u r n i r a i t une équation surabondante.
Nous ne pouvons alors qu'envisager l'hypothèse : a0 inférieure ou
égale à a, au rayon R,

. Principe de résolution. Critère initial [19]

L'écriture combinée du c r i t è r e de Coulomb, de p a r t e t


d'autre de la f r o n t i è r e R, nous donne en particulier :

avec 02= ,a, pour r = R, côté zone élastique

aeC = ag, pour r = R, côté zone élastique

Nous connaissons les expressions analytiques des contrain-

tes (2.30 1, a, e t ae en fonction ,de ,,a, P, et R., Sachant que UR,

égale PL au rayon R, 62.46) nous donne la première équation en


PL e t R.,

La continuité du déplacement en r égale R, nous f o u r -


n i t la deuxième équation. Nous connaissons l'expression de u( r )
en zone élastique donnée p a r (2.31 ) en substituant PL à a
,Ri Rc à
RI et P
, à PI. Côté plastique, le c r i t è r e de Coulomb s'exprime
par :

De cette relation, nous calculons les variations ~ E eZt


drep, e t nous obtenons sous forme intégrée [13] :

(2.48) (t+l) EZ + E P = O
0

(2.48) devient :
Finalement, nous obtenons :

(2.50) U p ( R c ) = Rc ce = R, [cee + (t+1) ( c l - c Z 0 ) ]

avec Up (R,) : déplacement au rayon R, côté zone plastique. II


s u f f i t alors d'égaler les deux expressions de U(R,) pour obtenir
u n e deuxième équation en PL et R., Notons que et %e se cal-
culent p a r (2.6) en fonction de PL.

. Principe de résolution. Critère modifié

Nous écrivons à présent le c r i t è r e sous une forme symé-


trisée, soit ici :

avec au rayon R, : oe -- or = PL.

L'écriture d u c r i t è r e de Coulomb, côté élastique, est in-


changée, e t l'équation (2.46) reste valable. De la relation (2.51 ),
nous calculons les variations dcZP , dceP et E$ que nous inté-
g r o n s sous IQforme [ 131 :

(2.52) devient :

(2.53) modifie donc la deuxième équation traduisant la continuité d e


U ( r ) au rayon R., Nous verrons cependant que les différences s u r
les calculs de pression de fracturation sont faibles et jouent s u r t o u t
s u r les valeurs d u déplacement.
Pour certaines valeurs des paramètres du sol v, K, et
Co la résolution d e FRAC I n'aboutit pas. Nous en déduisons que
la solution correspondante sera FRAC II ou FRAC III.

2.3.4. RESOLUTION DE FRAC II

. Inconnues et équations disponibles

FRAC II se caractérise (Fig. 2.91 p a r u n régime d'arête


jusqu'au rayon Rb e t un régime de face de Rb à R., Le régime
d e face est défini p a r : a < u8 < a,. Nous connaissons dans cette
hypothèse l'expression des contraintes (2.41 1. La détermination com-
plète d e a, a, e t ae est assurée quand les constantes d'intégra-
tions D, e t O, sont connues.

Le régime d'arête est défini p a r : a, = a


8
= < a,. Sont
inconnues ici l'étendue d e ce régime, soit le rayon Rb e t la valeur
de PL. La dernière inconnue sera l'étendue complète du domaine
plastique, soit l e rayon R., Dans le'domaine élastique, les contrain-
tes seront données par (2.30 1. L'écriture du c r i t è r e de Coulomb
(2.8) au rayon R,, côté élastique, e t la continuité du déplacement
U(R,) donne deux équations. Ces deux équations sont équivalentes
:a e t ae continues au rayon R, . E{ est nulle e n R., Deux
équations supplémentaires sont données p a r :

a, = PL
(2.54) . au rayon Rb
a8 = PL

La dernière équation sera fournie p a r I'écriture de l a con-


t i n u i t é d e déplacement au rayon Rb.

Nous allons détailler l'obtention de celle-ci car cette équa-


tion dépend de la loi de comportevent choisie, donc de l'écriture du
c r i t è r e en régime d'arête.
. Continuité du déplacement U ( R b ) . critère initial

S u r le domaine caractérisé par le régime d'arête


(a, = u 8 = PL). le c r i è t r e de Coulomb s'écrit :

Nous en déduisons les relations s u r les variations de dé-


formations plastiques :

Nous appelerons ce domaine DI.

Ces relations s'intègrent e t donnent :

avec C, et C, constantes.

En régime de face, r supérieur à Rb, le c r i t è r e s'écrit :

Nous en déduisons les relations intégrées e n t r e les d é f o r -


mations plastiques, soit :
L e domaine caractérisé p a r ce régime d e face e s t appelé DI*.
L e s r e l a t i o n s (2.6) n o u s d o n n e n t dans DI :

avec or= PL

De (2.58) n o u s d é d u i r o n s :

A u rayon Rb nous pouvons a l o r s calculer la déformation


plastique E,P p a r (2.57)

II v i e n t :

D e (2.56) e t (2.57), n o u s pouvons calculer C, e t C, et


obtenir :

II d e v i e n t possible d e calculer d e déplacement U(Ri) par


l e calcul complet d e :E et E
8
au rayon RI.

A u rayon R,I nous avons :


Ainsi, à ce même r a y o n :

De (2.58) nous t i r o n s au r a y o n Ri :

Soit finalement :

Nous pouvons également calculer, p a r (2.58 e t (2.601, la


valeur d e E~ e t obtenons :

avec E,P donné p a r ( 2.60 1.

L'intégration d e sr permet le calcul d e U(r1 dans DI.


L a constante d'intégration est calculée graCe à U(Ri), e t nous obte-
nons a u r a y o n Rb :

En Rb. est nulle. ce q u i permet d'écrire :

En égalant (2.66) e t (2.67). nous trouvons une condition


liant Rb et PL . cette condition nous f o u r n i t la d e r n i è r e équation.
. Continuité du déplacement U ( R b ) . Critère modifié.

S u r le domaine D,I nous écrirons le c r i t è r e :

Les variations de déformations plastiques sont déduites d e


(2.9): e t l'intégration nous donne :

avec : C,, C, : constantes

E
0i
P = EeP cebP = 'e"
a u rayon Ri au rayon R b
P - P
'ri - Er E,~P = E ~ P

Les équations ( 2 . 5 7 ) q u i caractérisent le domaine DII res-


t e n t valables puisque nous nous situons en régime de face. Nous expo-
sons i c i les différentes étapes q u i permettent le calcul de U[Rb) dans
le domaine DI.

Dans le domaine DL :

- Nous exprimons E,* au rayon Rb p a r (2.6) e t déduisons alors


de (2.571 l'expression de E,P a u rayon Rb.
- Nous calculons à l'aide de (2.68 1, e t en déduisons la valeur de
E au rayon R I . Cette valeur permet le calcul de U ( Ri 1
8

- Nous calculons E,P à I'aide de (2.681, e t exprimons ainsi sr sur


le domaine DI

- L'intégration de E, nous permet le calcul de U ( r 1. La continuité


de U(r) au rayon Rb nous f o u r n i t l'équation manquante.
Cette équation s'écrit :

2.3.5 RESOLUTION DE FRAC III

Nous pouvons remarquer que l a modification du critère sera


i c i sans objet puisque le régime d'arête n'existe que ponctuellement,
au rayon RI.

Nous présentons dans cette étude les inconnues à déterminer


e t les équations disponibles.

Les inconnues se résument i c i à :

- l'étendue du domaine plastique R,,

- la valeur de la pression 'de fracturation PL,

- les constantes d'intégration 0, e t D, de l'expression


(2.41

Nous disposons de deux équations au rayon RI soit :

ar = PL
(2.69) pour r = RI
a
8
= PL

Deux équations supplémentaires sont fournies p a r la conti-


n u i t é de oe et oz au rayon R, . Les quatre équations permet-
t e n t la résolution complète de FRAC II 1.

2.3.6 CAS PARTICULIER DE RESOLUTION - CAS fi < 1

Nous avons soulevé certaines ambiguités dans l'article de


RISNES e t HORSUO [19] quant au choix d e l'écriture d u c r i t è r e d e
Coulomb comparé aux expressions ( 2 . 5 ) . aT nulle est également d i s -
cutable dès que Co est d i f f é r e n t de zéro. Le c r i t è r e de f r a c t u r a t i o n
devient alors si $ est d i f f é r e n t de l'unité e t UT non n u l :
$ PL - ae = U T

Si UT représente la limite de r u p t u r e à la traction alors


a~ est négatif par convention. II v a u t mieux écrire le c r i t è r e de f r a c -
t u r a t i o n sous la forme : ae -
p P, = 3.Cette expression montre q u e
nous ne sommes plus en régime d'arête au rayon RI puisque
Y
est inférieure à or. Nous pouvons alors imaginer p a r analogie avec
FRAC I,qui représente le cas le plus courant,la distribution de con-
traintes suivante ( f i g . 2.11 ) :

Fiqure 2.11 :

Exemple supposé de distribution de contraintes


tirée de FRAC I pour (3 # 1
Supposer un régime d'arête de R, à R, permet d'établir
une solution plus simple même si elle entraîne, comme pour FRAC I
une légère discontinuité s u r o e t a, au rayon R,. Les inconnues
8
seront dans cette hypothèse l'étendue d u domaine plastique R, le
rayon intermédiaire R b et la valeur de la pression de fracturation
PL. NOUS ne connaissons pas la loi d e variation des contraintes or,
a et a, dans le domaine 1. Etablir cette loi, représente la pre-
8
mière étape dans la résolution.

. Calcul des distributions de contraintes : cas a 8 < or< OZ

Nous supposons que dans l'ensemble d u domaine ( r variant


de RI à R,), le c r i t è r e d e Coulomb s'écrit sous la forme :

1l De cette é c r i t u r e du critère, nous remarquons que la rela-


tion (2.49) établie pour FRAC I reste valable, soit :

crP étant nulle partout, nous utilisons la relation (2.71 ) e t le système


(2.6) pour établir l'expression de E, et soit :

avec A = ( 1 + (t+1l2 - 2v(t+l))

B = - v(t+2)
De (2.72 nous pouvons e x t r a i r e a et a0 que nous é-

crivons :

Vx a, = E [A E
; - B c g ] + P [ B O - A C ] + ( B Ci - A C 2 )
(2.73)
V, a0 'E [ce - B E=) + P [BC - D l + B C2 - Ci

avec Vx = A - B *

En notant UE : U E = E.U(R), nous obtenons de (2.73) e t


de I'équation d'équilibre, I'équation différentielle :

avec el = D(B+11 - C(A+B)

e2 = (BD - AC) 6 +el (Po - G L o g R,) + e,


e, = Cl (B+1) - C, (A+B)

Nous intégrons e t obtenons l'expression de UE :

e 2 Ar )
(2.75) U E ( r ) = D 3 r Y + Di, r-Y+ -
I - A
2
~ + ~
( r Log r + -
- A 1 - A

avec : Y2 = -
1
A

O,, D, constantes d'intégration.

L'expression complète des contraintes est fournie par (2.73 1


e t (2.75) :
+ (1-BI -e
1 - A (Log . + l,) + P(BC - D ) + BC2 - C1

Finalement, les inconnues à déterminer seront les deux


rayons R, e t R, la pression limite PL e t les constantes d'intégra-
tion D, et D,.

. Equations disponibles

Deux équations sont f o u r n i e s en é c r i v a n t :

Or = PL
(2.77) au r a y o n RI
O
8
= a PL+OT

Une équation supplémentaire est donnée au r a y o n Rb en


posant :

(2.78) ur = og pour r = Rb

Les deux équations manquantes seront déterminées au


r a y o n plastique R, soit :

- continuité du déplacement U ( R,)

- é c r i t u r e côté élastique du c r i t è r e de Coulomb.

Ces c i n q équations permettent la résolution complète. Nous


fournissons des exemples comparatifs au § 2.4.
L a résistance en compression que nous avons notée Co
v a également i n f l u e r s u r les valeurs finales de la pression de f r a c -
turation, e t s u r l'étendue d u domaine plastique. Nous présenterons
alors l'influence de Co.

L e module d'élasticité E n ' i n t e r v i e n t que s u r la valeur


relative du déplacement.

. Résultats

Les principaux résultats que nous obtiendrons, et com-


parerons seront la valeur de la pression de fracturation, l'étendue
des d i f f é r e n t s domaines plastiques e t certains déplacements. Les dé-
placements seront parfois comparés en des points particuliers p o u r
des utilisations du c r i t è r e de Coulomb i n i t i a l ou modifié.
2 -4 -PLES - SYNTIXEZSES DES RESULTATS

2.4.1 PARAMETRES UTILISES. VALEURS NUMERIQUES

. Géométrie du modèle

Tous les résultats sont présentés avec les valeurs sui-


vantes p o u r R, e t RI

La profondeur d'étude Z est f i x é e à t r o i s mille mètres,


mais les contraintes sont données en : kPa/m. Soit en divisant o
p a r la profondeur Z.

. Etat initial

Nous supposons que le poids des t e r r e s q u i définit oz,


est f i x é à : y, = 22.6 kPa/m. La pression Po uniforme dans le do-
maine est donnée p a r le poids volumique d e l'eau, soit :
y, = 10.18 kPa/m. La contrainte horizontale a, dépend d u coef-
f i c i e n t de poussée au repos que nous utiliserons comme paramètre va-
riable. T r o i s valeurs seront testées : K, = 0,4 ; 0,6 ou 0,8.

. Paramètres mécaniques et physiques.

. L'angle d e frottement $, d u matéria; est ici f i x é à t r e n -


t e degrés qui donne alors t égale deux.

Dans la p l u p a r t des calculs, l e coefficient de BIOT e s t


f i x é à l'unité, ce qui impose une f o r t e porosité d u matériau [ 6 1.
Nous comparerons néanmoins, pour quelques cas, les résultats obte-
n u s en faisant v a r i e r ce coefficient. Le coefficient de Poisson du maté-
r i a u est choisi comme paramètre variable, e t nous utiliserons trois va-
leurs : v = 0 , 2 ; 0,3 ou O,4.
2.4.2 PRESENTATIONS DES P R I N C I P A U X RESULTATS

T 1 .1, T 1.2, T 1.3 donnent une enveloppe d e résultats compara-


tifs de l'utilisation d u c r i t è r e initial ou modifié en faisant varier les
différents paramètres mécaniques.

Tableau TL Cntira initial C i t i r œ modifii


. ---------------------------------------.,---------------------------------------.
8 -
w,
9
-- 1
0.4
30' m

360 15.47 15.41 3.98 1


J
' . 0.2 17.65

1w.00 16.45 0.61 1 16.45 0.61 1

V m 0.3
360

7200
1s .34
-----------------.,-----------------------------
15.71

16.09
3.21

1.09
.----------------..-----------------------------f---------
0.43
1---------/
I*
I*
1*
15.34

1'7I

16.09
3.21
--------------.,--------------..---------
1.09

0.43
I*

-------------.-----..--------.--------- 16.86
L*
It
I
i
RC 7.86

V = 0.4
360 13.71

3.68
13.81
RE : 3.47 16.02
I1
1
1LOO 12.96 RC 0.756 II Rc:0.692 11 !
Rb 0.126 Rb : 0.307

Cas 1M i t e FRAC 1 - FRAC II Rb ki Rc

Tableau T 1 . 2
Résultats c o m ~ a r a t i f s

Tableau :T Critera iniclal C r i r e r e modifie

P r e s s i o n de Mode Pression d e Rayon node Previslon

3 ' IO0
-
3 b0 19.45 0.d2 1 19.45 0.81
_________________-_---------------------------------------.--------------.-------------.
1 19.94 0.48 I 21.40
v : O.? l2U0 19.94 0.49
__________________.________________________________-------<.--------------.----_____----..-__-------
LU00 20.15 0.30 1 20.45 0.295 1

360 19.05 0.12 1 19.05 0.115 1


_________________.--------------.--~--~~---~--~.---------.--------------.----------
7200 19.41 0.42 19.41 0.415 :O.?O
v = 0,)

/
1W.400 19.15 0.245

360 18.38 0.5 I* 18.38 0.5 1.2


_ _ _ _ _ _ _ _ _ . _ _ _ _ _ _ _ . - - - - - - - - - --------------.-------------.----------
-----.-------.
v = u,4 I* 18.58 0.28 1;: 18.95
_ _ . _ - ~ - ~ ~ ---------------.-------------.----------
18.58
_ _ 7_200_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ 0.28 -------.-------.
14400 18.79 0.15 1': 18.79 0.15 1'

" Limite FRAC 1 - FRAC II Tableau T 1 . 2


R é s u l t a t s comparatifs
T.ibl..ai~ Tl

0 . l
. . . . . . . Critcre
. . . . . .i n.i .t i .a l. . . . . . . . . . . . . . . . .Çriterr
. . . . . modifie
.... __-_-____
. CO ( kPa ) Pression Je
frxcurac~on
kPalm
Rayon
piastLque
m
Mode
ïR4C
Pression d e
fracturarion
kPdlrn
Rayon
plascique
node
FRAC
Prevision
ilnsr q u e
9 A IO' m

160 23.46 0.41 1 23.45 0.425


.------*---------_.--------------.------------------------------------------------------*--------- 1
v = 0.2 7200 23.9i.
.-----------------.--------------.-------------------------.-------------.-----------------
0.30 0.30 1 .1 25.13 23.93
14400 24.45 0.22 1 20.45 0.216 1

.-----------------.--------------.--------------.-------------------------------------------------
160 22.1b 0.40 11 22.76 0.40
V 0,3 1 ZOO
.-----------------.--------------.----------------------------------------------------------------
a
23.12 0.275 1 23.15 0 . 2 7 5 1 23.il
11400 23.50 O. 190 1 23.49 0.190 I

160 21.66

= 0,4

LU00 22.57 0.121 22.08 0.122

Tableau T 1 . 3
Résultats comparatifs

. Remarques qénérales

La p l u p a r t d e s r é s u l t a t s m o n t r e q u e la pression d e f r a c t u r a -
t i o n obtenue p a r un calcul en comportement élastoplastique e s t p l u s
f a i b l e q u e l o r s d'un comportement (lastique. Ce phénomène se v é r i f i e
dans la réalité. e t les pressions d e f r a c t u r a t i o n obtenues " i n - s i t u "
s o n t s o u v e n t b i e n i n f é r i e u r e s à la p r é v i s i o n élastique [ 1 5 ] .

C'est l'hypothèse d e d i s t r i b u t i o n d e c o n t r a i n t e s d é f i n i e p a r
FRAC 1 qui a p p a r a î t le p l u s souvent. Dans c e r t a i n s cas, p o u r
v = 0,3
p a r exemple, nous nous situons a u t o u r d'une limite
K = 0,4
FRAC I -
F R A C II. L a r é s o l u t i o n d e v i e n t numériquement délicate car
le r a y o n i n t e r m é d i a i r e Rb coincide avec l e r a y o n plastique total R, .
Nous obtenons alors u n e extension d e F R A C I avec u8 et a, conti-
nues en r = R., Ceci e x p l i q u e q u e l a modification du c r i t è r e n ' e n t r a i -
n e aucune d i f f é r e n c e dans la r é s o l u t i o n p u i s q u e la déformation p l a s t i q u e
est n u l l e en R,. Généralement. la modification du c r i t è r e p r é s e n -
t e peu d e d i f f é r e n c e s notables v i s à v i s du c r i t è r e initial, p o u r u n e
solution en c o n t r a i n t e s . Si l'on calcule le déplacement, les nuances
s o n t p l u s importantes (fig. 2.121, fig. (2.131, fig. ( 2 . 1 4 ) .
Influence de la cohésion
sur les déplacements c û m -
parés critère initial -
critère symétrisé
- critère initial
---- critère symétrisé

Paramètres
K o = 0,4
Figure 2.12: Co = 360 kPa v = 0,2

0 2

Figure 2.13:

Figure
- - -
2.14: Co = 14 400 kPa
II apparaît nettement que, si la solution en contraintes n'est
pas ou peu modifiée quand on utilise une symétrisation du critère d e
Coulomb en régime d'arête, l'évolution d u déplacement d u domaine est
totalement différente. Le déplacement est plus faible en utilisant le
c r i t è r e symétrisé p r è s du rayon RI pour finalement égaler le dépla-
cement élastique UE au rayon R., A ce rayon, les deux déplace-
ments calculés dans la zone plastique par le c r i t è r e modifié ou non
s'égalent. Si nous observons en parallèle les déformations volumiques
( f i g . 2.15, 2.16, 2.17), nous remarquons, pour K, faible, deux
phases dans la zone plastique. Une phase de dilatance p r è s d u fora-
ge, suivie d'une phase de contractance p l u s ou moins marquée jus-
qu'au rayon R., A ce rayon apparaît alors une discontinuité dans
les déformations volumiques qui deviennent très faibles. La dilatance
est plus élevée dans le cas d'une cohésion faible e t K, faible ( f i g .
2.15) et à l'inverse la contractance est plus forte avec u n e cohésion
élevée e t K, élevé ( f i g . 2.17).

Pour des valeurs de K, plus élevées, l'évolution des va-


riations d e volume présente les mêmes caractéristiques ( fig . 2.18) .

Influence de la cohésion
sur les variations de vo-
l urne
- critère initial
--- critère modifié

Paramètres

Figure 2.15 Co. = 360 kPa


Influence de la cohésion
sur les variations de vo-
l Ume
Figure 2.16
- critère initial
--- critère modifié

Paramètres

K o = 0,4

v = 0,2

Figure 2.17

0
t !
a-', -+-+--+-1---l -- - -. R
; Ti-
-6 r !!/

Figure 2.18 : Variation de volume pour Ko = 0,8 ;


v = 0,2 ;
Co = 360 kPa

- critère initial
- - - - critère modifié
. Influence de la poussée au repos & et du coefficient
de Poisson

Les r é s u l t a t s d'ensemble donnés dans les tableaux ( T 1.1 1, ( T 1.2)


e t ( T 1.31 montrent que la valeur f i n a l e d e la pression d e f r a c t u -
r a t i o n diminue quand le coefficient d e Poisson augmente. En rappe-
l a n t (2.38) que la d i s t r i b u t i o n de contraintes,avan t I'injection, p r è s
du forage, ne dépend pas du coefficient d e Poisson, ces résultats
s o n t logiques. En effet, l'expression des contraintes dans le domaine
élastique (2.30) montre clairement qu'une v a r i a t i o n A? dans le f o -
r a g e entraÎne sensiblement u n e variation AO proportionnelle à :
8i
(Zv-l)
2(1-v)
. APi, e t augmente donc rapidement avec v . Les différences

observées seront alors fonction essentiellement des phénomènes en-


g e n d r é s p a r I'injection e t liées à l'évolution de la plastification au-
tour d u puits.

L'influence d e K, apparaît nettement à la l e c t u r e des r é -


s u l t a t s e t les variations obtenues s u r les valeurs des pressions d e
f r a c t u r a t i o n sont t r è s importantes.

Par exemple, s i :

La différence est alors d e p l u s d e cinquante p o u r cent.


Ce r é s u l t a t est s u r p r e n a n t s i l'on remarque qu'avant I'injection, les
contraintes sont identiques p r è s d u forage. Les équations ( 2.38 1
d o n n a n t ces contraintes ne dépendent pas de K., ( f i g . 2.191, (2.20)
Fiqure 2.19 : Figure 1.20 :
Comparaison de distributions de contraintes avant injection pour différentes valeurs de 1,

Nous pouvons remarquer que dans le cas où K, est élevé


l'étendue d e la zone plastique est beaucoup p l u s faible q u e lorsque
K, est p e t i t . L'évolution de la plastification autour d u p u i t s pendant
I'injection explique en p a r t i e les écarts obtenus s u r les pressions d e
f r a c t u r a t i o n . Une a u t r e hypothèse p e u t ê t r e néanmoins formulée. La
résolution d e t y p e analytique suppose un état final, au moment d e la
f r a c t u r a t i o n , où le domaine compris e n t r e RI e t R, est totalement
plastifié. Nous ne tenons pas compte des possibilités éventuelles d e
décharge, au sens du c r i t è r e d e Coulomb, d'une zone a u t o u r d u p u i t s
pendant I'injection. Une telle décharge engendrerait au d é p a r t de
I'injection des variations s u r la contrainte tangentielle p l u s proches ,dgs
variations obtenues p a r calcul élastique, e t nous obtiendriions alors
u n e f r a c t u r a t i o n p l u s rapide quand K, augmente. Nous confirme-
r o n s cette hypothèse p a r comparaison r e l a t i v e des r é s u l t a t s obtenus
p a r l'utilisation des c r i t è r e s de Coulomb ou d e D r u c k e r . Elle j u s t i f i e
ainsi l'utilisation d ' u n e méthode de détermination d u champ de con-
t r a i n t e s p a r calcul incrémental.

. Influence de la cohésion

L'influence de la cohésion e s t t r è s nette s u r l'évolution d u


champ d e déplacement e t de la déformation volumique. Elle a été sou-
lignée précédemment e t observée s u r les f i g u r e s ( 2 . 1 5 ), ( 2.161, (2.17 ).

L'augmentation de Co s'accompagne d'une diminution d e


la zone plastique R, au d é b u t d e I'injection ( f i g . 2.21, 2.22, 2.231,
e t au moment de la f r a c t u r a t i o n ( f i g . 2.24, 2.25, 2.26 1. Une f o r t e
augmentation de la cohésion permet alors le passage d u cas FRAC II
au cas FRAC III ( f i g . 2.25, 2.26). FRAC III est bien l'extension d e
FRAC II quand R, devient faible e t qu'alors Rb se confond avec
RI

Influence de la variation
de Ç, sur 1 'évolution des
contraintes avant injection
I\o = 0,s v = 0,45

0 .2 .4 .6 .ô 1 1.2 1.4 1.6 1.8 Z

Fiqure 2.21 5 = 360 kPa

0 .2 .4 .6 .6 1

Figure 2.22 C, = 7 200 kPa


Influence de la variation
de Co sur 1 'évolution des
contraintes avant injection
Ko = 0,8 v = 0,45

Figure 2.23 Co = 14 400 kPa

Influence de la cohésion
sur la distribution de
contrainte et l'étendue
de la zone plastique à la
fracturation.

Paramètres :

Figure 2.24 C, = 7 200 kPa (FRAC II)


U (kpa\m)

Figure 2.25 Co = 14 400 kPa (FRAC II)


Influence de la cohésion
sur la distribution de
contrainte et 1 'étendue
de la zone plastique à la
fracturation.

Paramètres :

Figure
. _ - -
2.26 Co = 22 600 kPa (FRAC III)

L'expression du c r i t è r e de Coulomb justifie aisément le r ô -


le minarateur d'une cohésion élevée s u r l'étendue de la zone plasti-
que. II est p l u s délicat de t i r e r des conclusions s u r la valeur finale
de la pression de fracturation q u i est p l u s élevée avec I'augmenta-
tion de Co puisque nous avons supposé que UT est nulle. De p l u s
amples informations.sur Itévolution de la zone plastique au cours d e
l'injection permettraient certainement de visualiser le rôle de la cohé-
sion. Remarquons néanmoins que l'écart avant l'injection entre
ogi
e t o~~ est proportionnel à Co e t peut ainsi, en partie, expliquer
l'obtention d'une pression de fracturation plus élevée si Co augmen-
te.
. Influence de et de UT

Peu d e r é s u l t a t s o n t pu finalement ê t r e obtenus par l'uti-


lisation du schéma d e f r a c t u r a t i o n proposé au p a r a g r a p h e 2.3. Ce
schéma se v é r i f i e néanmoins p o u r des v a l e u r s d e v f a i b l e ( v = O,Z 1,
e t quelques remarques p e u v e n t ê t r e déduites d e la l e c t u r e du tableau
T 1 .f+.II semble q u e l a d i m i n u t i o n du coefficient d e B i o t s'accompagne
t o u t d ' a b o r d d'une m i n o r a t i o n d e l a pression d e f r a c t u r a t i o n et du
rayon plastique R, quand UT e s t nulle. Une r é d u c t i o n supplémen-
t a i r e d e B i o t a b o u t i t e n s u i t e à u n e remontée d e l a pression de f r a c -
t u r a t i o n qui finit p a r dépasser la v a l e u r obtenue p o u r @ égal à
l'unité. L'influence d e UT , non nulle, e s t t r è s nette, e t la pres-
sion d e f r a c t u r a t i o n augmente t r è s sensiblement d ' u n e v a l e u r p r o c h e
d e q mais i n f é r i e u r e à celle-ci. R, s'accroit L e rayon plastique
également dans ce cas, c e qui est l o g i q u e p u i s q u e la pression de f r a c -
t u r a t i o n é t a n t p l u s élevée, l a p r e s s i o n i n t e r s t i t i e l l e dans l e domaine
augmente. Rappelons i c i q u e l e domaine é t a n t p e u p e r t u r b é loin du
forage, c'est b i e n l'augmentation d e p r e s s i o n i n t e r s t i t i e l l e qui d é f i n i t
l'évolution du r a y o n p l a s t i q u e R., Cette remarque montre bien I'u-
t i l i t é d ' u n e étude p l u s f i n e dans l e c a d r e d ' u n e injection r a p i d e n ' a -
b o u t i s s a n t pas à u n e é v o l u t i o n s t a t i o n n a i r e d e la pression i n t e r s t i t i e l -
le.

Tableau Tir Pression de Rayons Prévis ion Privislon


K = 0,4 Erseturarion plastiques Coulomb élasrt~a ,
6 n B = 1 aT=o
a = 30-
CoIkPa) kPa/m m - kPa1m kPa! a

Rc = 2.58
0.90 O 15.23
Rb = 0.164
-------------------.-------------....................
Rc = 1.88
0.80 O 15.38
Rb = 0.15
-----------__------.-------------.--------------------
360 0.70 O
-------------------,-------------.--------------------
15.81
R,
Rb . 1.k7
0.42
15.1i1

Q = 2.45
0.90 k/(t+l) 15.28
Rb 0.170
-------------------.-------------.--------------------
V . 0.2 0.80 k/(t+l) 15.46
k ' 1.92
Rb ' 0.26
17.jj

0.90 O 15.81 R, ' 0.98


Rb = 0.13
----------.--------<-------------.--_-----------------

RE = 1.68
n.sn I:<,J(?LI]11.II.
RI, Cl. l'!
:?O0 ----------.--------
-------------.------_-____________
15.04
0.85 i'ol(i+ii 11.62 Rc * 1.51
Rh * 0.40
.---------.--------<-------------.---__---------------

0.V'i 0 l'>.HO
R,. I . 11
1 Rh ' 0.16
I I
Tableau T 1.4

E x e m p l e d e résultats
2.4.3 CONCLUSION

De l'ensemble des r é s u l t a i s présentés, nous pouvons t i r e r


les conclusions suivantes :

- L'augmentation d e Co aboutit à une diminution d u domaine plas-


tifié, e t majore la valeur finale de la pression de f r a c t u r a t i o n . L e
phénomène d e réduction de R, est également observé avant l'in-
jection ;

- Un coefficient d e Poisson p l u s élevé amène une minoration de la


pression limite, e t une diminution d u r a y o n plastique a u moment de
la f r a c t u r a t i o n (sauf p o u r v = 0,4 K, = 0,4). La v a r i a t i o n d e la
pression limite p o u r d i f f é r e n t s coefficients de Poisson ( K,
Co et
fixés 1 dépend essentiellement des phénomènes liés à I'injection. II
semble que la pression de f r a c t u r a t i o n augmente t r è s sensiblement
avec l e r a p p o r t Ko tandis q u e le r a y o n R, diminue. Nous avons
cependant souligné que d e tels écarts semblaient étonnants et jus-
t i f i e n t la nécessité de s u i v r e p l u s finement l'évolution d e la zone
plastifiée au c o u r s de I'injection.

- L'influence du coefficient d e B i o t p e t de la limite e n t r a c t i o n


a~ du matériau ne peut ê t r e totalement décrite p a r le p e u de r é s u l -
t a t s obtenus. II semble, ce qui p a r a i t logique, qu'une utilisation d e
p d i f f é r e n t d e l'unité e t d'une résistance en t r a c t i o n UT non nul-
le majore la v a l e u r d e la pression d e fracturation, d'autant p l u s
nettement que p est faible. Nous r e v i e n d r o n s s u r l'influence
d u paramètre 8 dans la synthèse des résultats obtenus par I1u-
t i l i s a t i o n d u c r i t è r e de D r u c k e r .
III - RESOLUTION NUMERIQUE -
CRITERE DE DRUCKER
L ' u t i l i s a t i o n du c r i t è r e d e Mohr-Coulomb, présenté au
c h a p i t r e I I nécessite la connaissance d e l ' o r d r e des contraintes.
L ' a p p a r i t i o n d'un régime d ' a r ê t e amène certaines d i f f i c u l t é s q u a n t à
l ' é c r i t u r e d e la loi d e comportement. Nous avons ainsi choisi, p o u r
r é s o u d r e numériquement le calcul d e s pressions d e f r a c t u r a t i o n , un
c r i t è r e p r o c h e d e Coulomb : le c r i t è r e d e D r u c k e r . Nous p o u r r o n s
comparer les r é s u l t a t s obtenus l o r s d e la f r a c t u r a t i o n o u en phase
d e pré-injection. L e calcul sera mené p a r différences finies, e t
nous supposerons un écoulement permanent a u t o u r du p u i t s .

Nous présentons dans c e c h a p i t r e les d i f f é r e n t e s étapes


d e résolution, les systèmes d'équations à résoudre, e t I'architec-
t u r e du programme d e résolution DRUCK 1.

L'influence des paramètres mécaniques d u sol ( v , Co), d u


coefficient d e poussée a u repos K, e t du coefficient d e B i o t y est
étudiée e t présentée.

3 - 1 GEOMETRIE DU MODELE - HYPOTHESES

L a géométrie du modèle c o r r e s p o n d à celle d é c r i t e d a n s


l e c h a p i t r e I1. Les hypothèses générales sont inchangées e t s o n t
également données dans l e c h a p i t r e II.

3.1.1 CRITERE DE DRUCKER

L a l o i d e comportement du matériau sera d é d u i t e du


c r i t è r e d e DRUCKER q u e nous é c r i v o n s sous l a forme :

avec : a, k, paramètres fonction des caractéristiques mécaniques


du sol (cohésion Sco ., a n g l e d e f r o t t e m e n t @ 1.
Choix des paramètres a et k,

Dès à présent, nous pouvons noter l'intérêt de comparer


les résultats obtenus s u r la pression de fracturation, e t l'étendue d u
domaine plastique. p a r l'utilisation des critères de Coulomb ou de
Drucker .
Les deux surfaces d'écoulement sont respectivement r e p r é -
sentées dans Ilespace par un cône à base hexagonale p o u r Coulomb
e t un cône à base circulaire p o u r Drucker.

.
Le sommet du cône d e Coulomb (fig 3.1 ) est obtenu p o u r
une valeur particulière de a; , a: e t a i soit :

Figure 3 - 1 :
Surface d'écoulement de Coulomb

Nous désirons f a i r e coihcider les sommets de ces deux


cônes e t obtenons la condition :

3a Sco
(3.3) ke= tg 4

Le paramètre a, d u c r i t è r e de Drucker, caractérisera


le rayon de la base d u cône. Nous pouvons ainsi déterminer deux
valeurs remarquables a, et a, ( f i g . 3.2)

Fiqure 3.2 :

Section par un plan o: = o ' = a; = cste des surfaces de


0
Coulomb et Drucker

Si a égaie al, la surface de Drucker passe p a r les


points A, B et C. Si a égale a,, cette même surface passe p a r
les points A', BI e t Cl. Nous obtenons comme valeurs de al et
a, :

1 2 sin
=- (9
al
fi 3 - sin (9

1 2 sin (9
a2 =-
fi 3 + sin (9

a, et a, ne dépendent que de l'angle de frottement interne du ma-


tériau. Le coefficient a devant être déterminé expérimentalement se-
r a ici considéré comme u n paramètre que nous ferons varier entre
a, et a,.
Nous avons montré dans le chapitre II que géométr/quement
le problème posé était de nature unidimensionnelle. Seul, le rayon
r influence, à une profondeur z donnée, l'expression des contrain-
tes e t du déplacement. Nous considèrerons plus loin l'influence
d'une variation d e la pression interstitielle au cours d u temps. Ces
deux remarques nous conduisent à choisir une méthode de résolution
p a r différences finies.

3.2.1 MAILLAGE UTILISE - NOTATIONS


'

La zone fortement perturbée p a r l'injection se situe p r è s


du forage de rayon Ri. 'Nous y choisirons donc une discrétisation
p l u s fine, l'évolution du maillage sera linéaire.

Un point quelconque d u domaine sera repéré p a r l'indice


1. Le rayon r repérant ce point est noté R( 1 ) , e t I'accroissement
dr du rayon D R ( I ) , tel que : R(I+1) = R ( I ) + DR(I), (fig.3.3).
L'indice I varie de 1 à M.

Figure 3.3 :

Maillage

Nous poserons pour toute variable initialement notée


+(rl : $ ( r l = + ( I l
3.2.2 DEROULEMENT DU CALCUL

Le p o i n t d e d é p a r t de t o u t calcul,qui permettra d ' i n i t i a l i -


ser les d i f f é r e n t e s variables,est choisi comme é t a n t l'état d u domaine
au repos. Cet état, d é f i n i au c h a p i t r e II, peut se résumer par :

(3.5) O
, (1) = ,O
,

1 quelconque.

Nous pouvons noter qu'à l'infini (représenté p a r le r a y o n


R,) le domaine e s t non p e r t u r b é . Nous aurons toujours :

Ces conditions (3.6 sont les seules que, numériquement,


l'on p e u t imposer. Ro est choisi g r a n d devant Ri a f i n d e simuler
un comportement à l'infini. Ce r a y o n é t a n t numériquement fini, o n n e
p e u t alors imposer : og(M) = O
, et O, ( M l =. , O Les variations d e
ces valeurs seront néanmoins faibles.

. Etape initiale de résolution

A v a n t d e simuler l'injection, il nous f a u t é t a b l i r l'état d e


contraintes a u t o u r du p u i t s quand est nul. Cette étape consiste
à simuler la "création du forage". Les variables sont initialisées p a r
(3.51, e t nous devons aboutir a u x conditions a u x limites suivantes :

Le calcul se déroule d e manière incrémentale. L'état d e


contraintes au b o r d du p u i t s é t a n t d é f i n i à la ième incrémentation p a r :

DP représente la variation de la contrainte totale


a, ( 1 ) e n t r e deux itérations. Elle p e u t représenter une variation d e
contrainte effective l o r s d e la première phase d e calcul aboutissant
aux conditions (3.7 1 puisqu'alors la pression P est constante p a r -
tout.

. Simulation de l'injection

Quand les conditions (3.7) sont obtenues, nous pouvons


passer à la phase d'injection. Cette phase s'élabore également p a r
incrément d e chargement en pression, d'amplitude DP, dans le Fora-
ge. La pression P(1) v a alors s'accroitre jusqu'à l'obtention d e la
fracturation :

Rappelons qu'au c o u r s d e I1injection,le d é b i t est s u p -


posé évoluer lentement e t qu'alors on suppose un régime d e pression
stationnaire.

3.2.3 L O I DE COMPORTEMENT E T NOTATIONS EN


CALCUL INCREMENTAL

Nous supposons q u l e n t r e d e u x incréments d e chargement


u n e variable $ évolue v e r s : J, + A$. Nous écrivons alors en va-
riables discrétisées :
- L'équation d'équilibre

- Les relations d e Biot


Ao,(l) = ( h + 2 ~ )A~;(I) + h(Ac~(l+
) ACSI)) + $ APII)

(3.11 AU,(I) = ( ~ + 2 p )AE;(I) + A ( A E ~ ( I )+ 'AE:(~)) + $ ~ ~ ( 1 1

AU,(^) = ( A + 2 ~ A) E ~ ( I+) A(AE;(~) + A E ~ ~ ( I )$ ) A+P ( I )

- La loi de comportement

avec BA, ( 1 ) scalaire positif ou nul.

- La variation du déplacement est notée : DUR( Il.

Notons que A 1) est constamment nul.

3.2.4 DEVELOPPEMENT DE L'EQUATION D'EQUILIBRE

Les conditions aux limites du problème sont connues en


termes de contraintes (3.5 1, (3.6 1, ( 3 . 8 ) . La résolution, au t r a v e r s
de l'équation d'équilibre, s'effectue s u r le déplacement DUR( 1) qui
est l'inconnue principale. La connaissance de la contrainte au b o r d
d u t r o u nous permet d'obtenir une condition de premiere espèce s u r
le déplacement (avec des termes -
dr
( D U R ) ) . II est délicat d'ex-
primer, en termes discrétisés, la dérivée du déplacement au bord du
forage puisque le domaine n'y est pas défini. II est possible par
l'utilisation de mailles fictives d'exprimer cette dérivée mais la réso-
lution s'est avérée imprécise.

Dans l'équation (3.101, nous remarquons que c'est la déri-


vée seconde de DUR ( 1 ) qu'il faudrait discrétiser.

En effet, cette équation f a i t intervenir la dérivée première


de AU, qui se transforme alors en une équation différentielle du se-
cond o r d r e pour le déplacement.

O u t r e que le domaine n'est pas défini avant le rayon


R,I
la décomposition en séries de Taylor du déplacement conduisant à la
discrétisation de ses dérivées conduira le plus souvent à négliger
des termes en DR 1 I devant le rayon RI qui est petit. Résoudre
directement I'équation ( 3.10 suppose l'organigramme suivant :

Equation (3.10) Obtention de Discrétisation


1 ' équation dif fé- des dérivées de DUR
rentielle pour DUR
I

ul +

Résolution à
partir des conditions
aux limites (3.7) ou (3.8)

Nous choisissons alors une méthode plus directe pour t r a -


d u i r e l'équation d'équilibre. Celle-ci sera écrite élément p a r élément
en faisant directement intervenir les variables discrétisées, e t évite-
r a ainsi d e s dérivations multiples préjudiciables à une bonne préci-
sion. lsolons u n élément du domaine (fig 3.4). .
Si nous supposons que la contrainte tangentielle moyenne
vaut :

L'équilibre radial de l'élément s'écrit :


avec

Figure 3 - 4 :

Equilibre d'un élément

Cette méthode d e résolution c o n d u i t à l'organigramme


suivant :

DiscrBtisation, Intégration dans cette Obtention directe


Directe de l'équation
(3.10) en termes de - équation des expressions A U
'écrites en variables discrètes*
de l'équation différentielle
discrétisée en DUR(1)
contraintes AU DLrR ( 1 )
F

Résolution à partir des con-


ditions aux limites (3.7) ou (3.8)
-
Cette a u t r e façon d e r e c h e r c h e r un schéma aux d i f f é r e n c e s
f i n i e s est d e considérer l'aspect mécanique du problème' e n établis-
s a n t un b i l a n local d ' é q u i l i b r e s u r un élément d e volume d é f i n i à
p a r t i r du maillage d'espace. Cette méthode est fréquemment u t i l i s é e
e n t h e r m i q u e e t consiste à d é f i n i r un b i l a n local d'énergie, élément
p a r élément [28].
3-3 APPLICATION AU CRITERE: DE DRUCKER

Le calcul se déroule en deux phases que nous allons dis-


t i n g u e r p a r le paramètre T,. Lors de la première phase (simula-
tion de forage) T, vaut l'unité, e t lors de la seconde phase (in-
jection ) T, vaut zéro. Nous pouvons écrire alors la relation liant
l'incrément DP e t la variation de contrainte effective AU:( 1) :

D'où il vient :

3.3.1 CALCUL DES DEFORMATIONS - CONSEQUENCES


SUR LES RELATIONS DE BIOT

Au point courant, les déformations totales s'écrivent :

~ ~ ~ =( O 1 1 car cZ
-- = cste

Dans le cas où le critère de Drucker est vérifié, nous


notons :

avec Fi(l) - = J 6 ( 1-( d i - -~ u'k' ~ 1 .- ~a


af
= auni
zuti 0'.

Nous poserons alors :


Nous pouvons calculer à l'aide de ces relations Iaexpres-
sion des déformations élastiques caractérisant Lin incrément de c h a r -
gement, soit :

Nous pouvons u t i l i s e r les relations (3.20) e t (3.11 ), e t ob-


t e n i r une nouvelle é c r i t u r e des variations d e contraintes totales :

DUR*( I )
Aar(!) = (1-v) d D UR*(I)
d R(1)
+

R1I)
- hA,*(i) [F,(O - LV,] + $ hP(1)

d DUR*( 1)
(3.21 ) Aoe(l) = v d R(I)
+

R( 1 )
- bA,*(I) [F,(I) - LV,] + p bP(I)

d DUR*(I)
~a,(l) = v
d RiI)
+

R( 1 )
- b 1 * [F,(I) - LV,] + 6 AP(I)

avec : DUR*(I) = DUR(I)


v

LV,
-- -
3a X
2~

La résolution consiste maintenant à injecter les expressions


AU,( l) et A O ~ 1( dans l'équation d a é q u i l i b r e ( 3.14) a f i n d'obtenir un
système d'équations en DUR*( 1 ) . L'équation d'équilibre sera t r a d u i t e
e n chaque point du domaine.
3.3.2 CALCUL DU SYSTEME D'EQUATIONS EN DUR*( I l

d DUR*(II)
Nous admettons que la dérivée d u déplacement (
d R(1)
p e u t se mettre sous la forme ( p o u r I v a r i a n t d e 2 à M-1) :

avec : A (1 , A (1 , A ( 1) constantes géométriques fonction du


maillage choisi.

Cette équation sera établie complètement au c h a p i t r e I V .


II est possible d ' é c r i r e l'équation (3.14) à chaque point d'indice I va-
r i a n t de 2 à M-2. En remplaçant AU,( I) et bug( l) p a r l e u r valeur
en fonction du déplacement DUR* nous obtenons :

+ DUR*(I+l) [ l - v R(l) + f DR(I)) +


1-v DR(I)
+ A2(I+1) ((v-1) R(I+1) + DR(I))- v + -2 ~ ( 1 + II
1

+ DuR*(I+~)[A,(I+I) (IV-1) R(I+I) + DR(I)I] =

( - p AP(I) [ R ( l ) + -
2
+ p A P ( I + ~ )[ R ( I+1) --
DR(IIl
2
+

+ Ah,*(l) [(F,(I) - LV,; R ( I ) + ( F Z ( I ) - LV1)


DR(!) ]
7

Nous devons établir également les t r o i s équations manquan-


tes aux points d'indice : 1 = 1, 1 = M - 1, I = M - 2.
. Développement de l'équation d'équilibre au h o r d du f o r-
2-
y e : I = l

Nous allons localement modifier l'équation d ' é q u i l i b r e a f i n


d ' é v i t e r l e calcul d e la d é r i v é e du déplacement p o u r I égal à 1.
Pour cela, n o u s u t i l i s o n s la c o n d i t i o n connue s u r la v a r i a t i o n de la
contrainte effective Aut,( 1 ) .

Rappelons q u e AU',( 1) se note également AU,. Nous t i -


r o n s a l o r s des r e l a t i o n s (3.21 ) :

(3.24) permet le calcul d e 1) et AO; (1 en f o n c t i o n d u d é p l a -


cement DUR*I1) et de Au, :

Nous u t i l i s o n s l'expression d e ~ o $ l dans l'équation d ' é -


q u a t i o n d ' é q u i l i b r e (3.14) e t t r o u v o n s ainsi la première équation d u
système r e l a t i v e à DUR*( 1 ) :

\' (1-2,))
( T , + ( ~ - B ) ( T , - ~ ) ) . D +P A X , * ( ~ ) [ F , ( ~ ) --
1- v F m - I-,) LVlI * -
DR ( 1 )
2

+ ai,*(2) [IF,(2) - LV,) w) - (F,(2) - LV,) R!2I]


. Développement de l'équation d'équilibre près du rayon
R o (I = M - 1 , I = M)

Nous allons simplifier les conditions a u x limites au r a y o n


R, en supposant q u e le milieu e s t réellement n o n p e r t u r b é . La d i s -
t r i b u t i o n d e c o n t r a i n t e s est i d e n t i q u e à celle du d é b u t du calcul
(3.51, e t n o u s pouvons alors d i r e qu'il n ' y a u r a pas d e plastification
à l'infini. Nous é c r i v o n s donc :

L e système sera v é r i f i é q u a n d les expressions DUR*('M)/R,


et d DUR*(M) /dR t e n d e n t simultanément v e r s zéro. Que le r a p p o r t
DUR*(M) sur R, t e n d e v e r s zéro e s t logique en hypothèses d e pe-
t i t s déplacements, l e r a y o n R, é t a n t grand, e t n'amène donc pas
d'information nouvel le. La condition intéressante consiste à o b t e n i r :

(3.28) DUR* + O quand R + R,


dR

L a discrétisation simple d e c e t t e d é r i v é e se t r a d u i t alors :

L a d e r n i è r e équation du système, p o u r l'indice 1 , I égal


à M, est déterminée p a r (3.29).

I I r e s t e finalement à é t a b l i r I'équation d ' é q u i l i b r e p o u r 1


égal à M-1 .
T e n a n t compte des remarques précédentes, I'équation d'é-
q u i l i b r e p o u r le d e r n i e r élément s ' é c r i t :
Cette équation se transforme en :

Finalement les équations ( 3.23 ) , ( 3.25 ) , ( 3.29 ) e t (3.31 )


f o u r n i s s e n t le système complet p o u r D U R * ( ! ) q u i v a permettre à
chaque i t é r a t i o n d e calculer l e champ d e déplacement du domaine.

3.3.3 RESOLUTION - PRESENTATION DU PROGRAMME


DRUCK 1

L a méthode d e résolution, qui a été choisie e t implantée .

dans le programme DRUCK 1, p o u r r é s o u d r e l e problème du calcul


d e la d i s t r i b u t i o n d e contraintes en milieu élastoplastique, est u n e
méthode d i t e de c o n t r a i n t e s initiales [ 2 1. Les variations de c o n t r a i n -
tes totales sont données p a r ( 3.21 1.

Plaçons-nous e n t r e deux i t é r a t i o n s i et i+l e t suppo-


sons qu'après l ' i t é r a t i o n i l'état d e c o n t r a i n t e s est globalement d é -
I
fini p a r [ai] ou [ai]. Nous appliquons un incrément d e charge-
ment supplémentaire OP e t calculons l a v a r i a t i o n du déplacement
DUR* en faisant AX,* nul partout. Ce champ noté DUR*, nous
permet l e calcul des accroissements d e contraintes [Au,] et [AU:] .
Nous pouvons ainsi calculer en t o u t p o i n t le scalaire f( [al] + [AU:] 1.
Si f e s t négatif o u n u l partout, nous n'avons pas plastification, e t
nous pouvons passer à l'incrément s u i v a n t . Si f d e v i e n t positif, il
f a u t le ramener à zéro en c o r r i g e a n t [AU:] q u i d o i t p r e n d r e la v a -
leur finale [Au'].
Si nous notons sous u n e f o r m e condensée :

- -
(3.32) [AG'] = [Ë] [Ar] - AX [Ë] [Fu,]

Nous devons alors réaliser en chaque p o i n t du domaine les


con'ditions. :

* Equation d ' é q u i l i b r e
(3.33) -- -
* f([u;] + [El [Ar] - Ah [ E l [Fu,]) 2 O

. Déroulement du c a l c u l

Nous présentons les d i f f é r e n t e s étapes qui p e r m e t t e n t d 4 a -


b o u t i r a u x conditions (3.33). Ces étapes v o n t consister à e f f e c t u e r
des i t é r a t i o n s i n t e r n e s e n t r e chaque application d'incrément d e c h a r -
gement.

Etape no 1 : Calcul des accroissements [AU',] en t o u t p o i n t d é d u i t d e


DUR*, donc de [AEO] e t détermination d e l'étendue
d e la zone plastique.
Etape no 2 : Calcul des valeurs-- Ah, (1 1 q u i annulent en t o u t p o i n t :
f([a;] + [AU:] - AX,[E] [ G i+ AG:])

Etape no 3 : Retour s u r l'équation d ' é q u i l i b r e en u t i l i s a n t les va-


leurs de AX, (1) déterminées p l u s h a u t e t calcul de
[Au: ] par (3.21).

-
Etape no 4 : A u x p o i n t s où il y a plastification, calcul de
- AX, (I )
q u i annulent : f ( [a' ] + [Au2 - Ah, [ E l [ ~a~ + ho:] )

Nous répétons alors les étapes n o 3 e t no 4 jusqu'à con-


vergence s u r les coefficients bh, (1) en assurant en parallèle la
-
condition e n t o u t p o i n t : f ( [ai] + [ A o'] 1- AX, [ E l [Fa; + Ao'l) S E .
Quand c e t t e condition est vérifiée, e t q u e les valeurs d e AX, (1 1
c o n v e r g e n t nous avons réalisé (3.33) e t passons à l'incrément d e
chargement suivant. Cette méthode e s t appelée méthode d e "con-
t r a i n t e s initalest' c a r la composante -AX[E] [ F U j i n t e r v i e n t comme
u n e c o n t r a i n t e i n i t i a l e dans I'équation d ' é q u i l i b r e [ 2 1.

. Fin du calcul - Commentaires

L e calcul e s t stoppé l o r s q u e la condition d e f r a c t u r a t i o n e s t


assurée. IL est possible d e c o n n a i t r e à chaque i n s t a n t l ' é t a t de con-
t r a i n t e a u t o u r d u forage, p l u s p a r t i c u l i è r e m e n t avant l'injection, e t au
moment d e la f r a c t u r a t i o n .

Nous avons mis en o e u v r e un programme comparatif, s u r


V A X 750, p a r éléments f i n i s selon le même p r i n c i p e d e résolution. Ce
programme u t i l i s e des éléments a x i s y m é t r i q u e s à q u a t r e noeuds e t qua-
t r e p o i n t s d ' i n t é g r a t i o n . Les r é s u l t a t s des d e u x programmes coihcident,
mais l'exploitation p a r DRUCK 1 en d i f f é r e n c e s f i n i e s e s t p l u s souple.
Ce programme implanté s u r HP 9000, présente l'avantage d e f o u r n i r
des systèmes dont les coefficients s o n t pré-déterminés e t dtaccé.lérer
ainsi les processus d ' i n v e r s i o n e t d e résolution.

Nous é c r i v o n s en d i f f é r e n c e s finies, les phases d ' i n t é g r a t i o n


successives permettant le calcul des c o n t r a i n t e s pendant les itérations
ORGANIGRAMME DU PROGRAMME DRUCK 1

( lnitialisation
1
7
DRUCK 1

df
des données1

I
s
Définition du maillage
contraintes initiales

*
1 1
* Equation d'équilibre
Calcul d e AEO

ha0(i)
( I)

r v
Calcul du c r i t è r e
I
Incrément
suivant '
en chaque point Calcul d e
f la) > O
4
NON a + bu0

. V
Calcul d e b.13 I 1 1 Equation d'équilibre
p o u r annuler f calcul d e
. . - . - t -

T e s t de convergence 2 A E ~ 1( )
L
sur AX?
Lb

Convergence OUI Calcul d e


a + bui
b

Diminution d e l'amplitude
d u chargement DP
i n t e r n e s . Ces phases sont pénalisantes, en éléments finis, en temps
CPU, e t nous estimons à maillage équivalent un g a i n de temps d e
I ' o r d r e d e q u a r a n t e p o u r cent.

Nous avons pu comparer les r é s u l t a t s obtenus e n compor-


tement élastique aux solutions analytiques connues. La précision en
d i f f é r e n c e s f i n i e s e s t d e I ' o r d r e de un p o u r cent, ce qui e s t satis-
faisant, en u t i l i s a n t un maillage composé d ' e n v i r o n cent soixante p o i n t s
e t u n e r é d u c t i o n du maillage p r è s du t r o u d e I ' o r d r e du vingtième.
L a convergence en calcul élastoplastique s ' o b t i e n t en général facile-
ment sauf p o u r les t r è s faibles v a l e u r s d e la cohésion Co, dans ce
cas nous devons f o r t e m e n t diminuer l'incrément DP dans la premiè-
r e phase du calcul Isimulation d e "création d e forage" 1. C'est c e t t e
phase qui e s t la p l u s délicate e t q u i v a f o r t e m e n t p e r t u r b e r le champ
d e c o n t r a i n t e s p r è s du p u i t s .

3 -4 PARAMEZïRJZS DE CALCUL

3.4.1 PARAMETRES GEOMETRIQUES DU MODELE

Le rayon intérieur RI est f i x é à 0,lm e t le r a y o n R,


v a u t 10m. Nous maintenons ainsi le r a p p o r t R O IRI égal à 100 uti-
lisé p o u r les calculs u t i l i s a n t le c r i t è r e d e Coulomb. Le maillag'e se
compose d e 175 p o i n t s e t la r é d u c t i o n au b o r d du forage e s t de 25.
Elle r e p r é s e n t e le r a p p o r t [R, - R( 174)]/[R(2) - RI ] e t v a r i e li-
néairement e n fonction d e l'indice 1 . Nous avons choisi ces v a l e u r s
p a r expérience car elles semblent nous f o u r n i r un bon compromis
temps calcul-précision. La précision l o r s d'un calcul élastique est d e
l ' o r d r e d e 0,5 p o u r c e n t v i s à v i s des solutions analytiques. Quand
il y a plastification s u r u n e p a r t i e du domaine, la précision est d e
I ' o r d r e d e 1 p o u r cent dans le domaine élastique.

3.4.2 VALEUR DE L'INCREMENT DP - TEMPS C A L C U L

L'incrément DP q u e nous utilisons


d a n s le f o r a g e comme élément de décharge ( p h a s e 1 du calcul ou
d e chargement (phase 2 : mise en pression dans le f o r a g e ) est
p r i s égal à 0,01 kPa/m. Cet incrément d o i t ê t r e divisé dans l a phase
1 pour assurer u n e bonne convergence d e la résolution quand o,(l)
se rapproche de %. C'est cette phase qui est parfois délicate numé-
riquement, essentiellement quand la cohésion est faible, La convergen-
ce est obtenue sans problème pendant la phase d'injection. La d u r é e
du temps calcul e s t t r è s variable e t dépend s u r t o u t de l'étendue d e
la zone plastifiée c a r le nombre d'itérations internes est p l u s élevée
s i cette zone est importante. La durée moyenne peut ê t r e généralement
estimée à 40 mn s u r HP 9000 avec un g a i n de temps non négligeable
quand seule la variation du coefficient d e Poisson doit ê t r e étudiée.
S i nous considérons la phase 1 du calcul, la pression dans le do-
maine P est constante e t v a u t Po, nous t i r o n s alors des équations
(2.30) :

R ,=
a,, = O,,+ 2v ( u n - Ro2-R<

II apparaît alors que ur e t og ne dépendent pas de v


e t que la variation Au, quand aRi v a r i e est de l ' o r d r e d e
2 . 1 0 ' ~ x v x AuRi donc pratiquement nulle. Pour une résolution d e
t y p e "contraintes initiales", d o n t la f i n a l i t é est d'annuler à chaque
itération la fonction d'écoulement, il est c l a i r que lors d e la phase 1,
l e coefficient de Poisson n ' i n t e r v i e n t pas s u r la valeur des contraintes.
II devient ainsi possible de minimiser le temps calcul en e n r e g i s t r a n t
les résultats après la phase 1, e t en relançant la phase d'injection avec
ces valeurs pour d'autres coefficients d e Poisson. Le g a i n de temps
est alors important e n remarquant q u e [temps calcul phase 1!
temps calcul phase 21 vaut 2 en moyenne.

PARAMETRES MECAN IQUES

Les paramètres f i x é s sont r é d u i t s e t se limitent à O


, et
et Po s o i t :

,a, = 22.6 kPa/m

Les paramètres variables d o n t nous souhaitons déterminer


l ' i n f l u e n c e sont les mêmes q u e ceux présentés a u C h a p i t r e I I soit .
v, K, C, (OU K e ) , 8.

Nous f e r o n s également v a r i e r le coefficient a du c r i t è r e


de Drucker.

. Tableau des valeurs u t i l i s é e s

Nous n ' é t u d i e r o n s pas toutes les possibilités, mais défini-


r o n s les tendances e t c e r t a i n s r é s u l t a t s s i g n i f i c a t i f s .

3-5 RESULTATS - TENDANCES GENEFL%ILES

Nous p o r t e r o n s p l u s particulièrement n o t r e attention s u r


l'étendue du domaine p l a s t i q u e e t son évolution e n phases de calcul
1 et 2 , s u r la v a l e u r d e la pression d e f r a c t u r a t i o n , s u r les concen-
t r a t i o n s d e contraintes p r è s du forage e t p a r f o i s s u r le déplacement
e t les variations d e volume.
3.5.1 ETAT DE CONTRAINTES AVANT INJECTION

Généralement l'étendue du domaine plastifié avant injection


est moins élevée p a r utilisation du c r i t è r e de D r u c k e r par r a p p o r t au
c r i t è r e de Coulomb.Cette propriété explique que les "concentrations"
d e contraintes soient p l u s importantes dans les résultats donnés p a r
DRUCKER . Nous pouvons néanmoins observer q u e l'allure des d i s t r i -
butions de contraintes est semblable p o u r les deux critères : (fig 3.5)

Drucker

Figure 3-5 :

Exemple comparatif des distributions de contrainte avant injection


(critère de Coulomb - Critère de Drucker)
Nous constatons que l'étendue d u domaine plastifié avant
I'injection décroft quand C o et Ko augmentent. L'évolution de la zo-
ne plastifiée se p r o d u i t toujours du b o r d du forage vers R,. Souli-
gnons également qu'à proximité du puits à a et Co f i x é s l'évolu-
t i o n des contraintes n e dépend pas de K, ceci correspond aux r é s u l -
t a t s trouvés pour Coulomb, ( f i g u r e 3.6) . Ainsi avant I'injec-
tion. Ilécart ( og( 1 1 - Po ne dépend que de a et Co . Cet écart
est d'autant plus élevé que Co et a sont grands ( f i g u r e 3 . 7 ) .
C'est donc bien I'évoiution de la pression e t de la plastification Pen-
dant I'injection qui v a conditionner le résultat final sur la pression d e
fracturation.

.O9 . !3 .1 .?1 .25 .29 .33 .37 . i l .*S .iS

k, = 0.6

Figure 3.6 :

Influence de K, sur les distributions


de contraintes avant injection
( a = 0.165 et v = 0.2) l
a = 0.220
Fiqure 3-7 :

Influence de a sur les distributions


de contraintes avant injection
Les distributions d e contraintes obtenues par l'utilisation
du c r i t è r e d e Coulomb montraient u n régime d'arête oe égal à a,
p r è s du forage. Nous remarquons l o r s du calcul numérique un com-
portement semblable puisque a, et oe sont proches e t évoluent
parallèlement à proximité du puits, mais a, e s t toujours inférieu-
re à a dans cette zone.
8

3.5.2 INJECTION - RESULTATS SUR LES PRESSIONS DE


FRACTURATION

. Evolution du domaine plastique pendant l'injection

L'évolution du domaine plastique peut ê t r e observée pen-


d a n t I'injection. Deux t y p e s d'évolution peuvent apparaître :

- La plastification est nulle au départ d e I'injection, puis apparaît à


I ' i n t é r i e u r du domaine. Elle se développe alors en anneau de r a y o n
intérieur Rb e t de r a y o n extérieur R,. R, c r o î t avec I'évolu-
t i o n de la pression interstitielle et R b p e u t atteindre RI en fin
d'injection ou r e s t e r supérieur à celui-ci.

- L a plastification se développe peu après ou dès le début de I'injec-


t i o n à p a r t i r du b o r d du forage. Le rayon R, croît constamment
avec l'augmentation de pression interstitielle dans le domaine;

Ces deux phénomènes semblent s u r t o u t liés à la valeur d e


a e t de K, . Si a est faible et K, faible, la plastification évolue
généralement à I'intérieur d'un domaine de rayon i n t é r i e u r Rb. Si a
est p l u s élevé ainsi que K, , la plastification s'initie au b o r d du
p u i t s . II est donc ainsi possible de v o i r apparaître au début de l'in-
jection une zone autour d u p u i t s q u i est en décharge (au sens du
c r i t è r e de D r u c k e r ) . Cette zone est adjacente à une portion d u do-
maine qui se t r o u v e chargée p a r I'augmentation d e pression i n t e r s t i -
tielle.

. Obtention de la fracturation. Influence de a, CQ

L'influence d'une variation combinée de a et C o peut


ê t r e schématisée p a r la fig. 3.8 . Ko et v s o n t fixés.

PLE (PREVISION ELRSTIQUE)

Fiqure 3.8 :

Diagrames d'évolutinn de la pression de fracturation


(PL) quand a et Co varient
C e t t e f i g u r e p r é s e n t e qualitativement les c a r a c t é r i s t i q u e s
suivantes. A u n e limite d e compression f i x é e [ Gi1, PL augmente r é -

qulièrement avec a p o u r a t t e i n d r e un p a l i e r e t d é c r o î t r e e n s u i t e

v e r s la p r é v i s i o n élastique. II e x i s t e u n e v a l e u r maximale, notée Gk


t e l l e qu'il n'y a i t p l u s d e plastification. Dans ce cas PL c o r r e s p o n d à la
p r é v i s i o n élastique PLe.

En parallèle, nous remarquons qu'une augmentation d e a


ou de Co induit u n e zone plastifiée p l u s faible. ( f i g 3.9)
Co = 7 200 kPa C, = 14 400' k P a
R, = Rayon plastique avant injection
Fiqure 3.9 :
Influence de Co sur la distribution finale des contraintes
(à l'initiation de la fracturation)

V = 0.2 - a = 0.190 - k, = 0.6

. L e déplacement e t la v a r i a t i o n d e volume s o n t t r è s f o r t e -
ment influencés p a r l a v a l e u r d e Co (ou K, ) . Si a u t o u r du forage,
les r é s u l t a t s nous d o n n e n t t o u j o u r s u n e dilatance, celle-ci est t r è s
importante s i Co e s t f a i b l e p o u r d e v e n i r négligeable q u a n d Co
augmente. E n parallèle, le déplacement u(Ri ) passe d ' u n e v a l e u r
positive ( C o faible) à u n e v a l e u r n é g a t i v e ( C o élevée). ( f i g u r e s 3.10
e t 3.11 ) . C'est la phase 1, de simulation d e création d e forage,
qui perturbe le plus la zone autour du puits, de limite R, avant
l'injection. Elle conditionne en particulier le signe final du déplace-
ment au bord du puits (si u < O, le déplacement est de RI vers

-
.3
L. .5 .? .>
Influence de Co sur le déplacement
Figure 3.10 :

Influence de Co sur le déplacement


Fiqure 3.11 :

Influence de Co sur la variation de volume

v = 0.2 a = 0.190 ko = 0.6


. Influence de Ko et a

Si les tendances générales observées p a r Coulomb ou D r u -


c k e r coincident q u a n t à l'influence d e Co ( o u K, ) et de v, ce
n'est p l u s le cas s u r l ' e f f e t d e K, .
Une v a r i a t i o n d e la poussée a u
r e p o s n e p e u t ê t r e dissociée d e la v a l e u r d e a e t nous pouvons .
qualitativement r e p r é s e n t e r l'influence d e a et Ko s u r la f i g u r e 3.12
Co et v sontfixés.
PREVISION ELASTIQUE

Figure 3 . 2 2 :

Diagrames d'évolution de la pression de fracturation

quand a et k, varient

Les courbes sont présentées avec a, < a, < a, < a, < a,.

Pour des valeurs faibles à moyennes de a ( a , à a, 1, la


pression de fracturation calculée diminue avec Iiaugrqentation de K,.
La pression de fracturation ne c r o i t avec K, que pour les valeurs
plus élevées de a (a, à a,). Ces résultats semblent contradictoires
pour a faible avec ceux trouvés par application d u critère de Cou-
lomb. Remarquons néanmoins que la résolution analytique, utilisant
les schémas FRAC, ne préjugeait que d'un état final des contraintes
au moment de la fracturation sans p r e n d r e en compte la possibilité
éventuelle d'une décharge autour du p u i t s pendant l'injection. La
résolution numérique montre qu'une telle décharge est possible quand
a est faible. Nous expliquons ainsi les divergences e n t r e les résul-
tats donnés p a r les schémas FRAC e t la résolution numérique.

L'étendue du domaine plastique décroit quand K, augmen-


t e e t justifie une concentration de contraintes près du puits, p i u s
élevée quand K, est g r a n d : f i g u r e 3.13 (influence de & 1.
Figure 3.13 :

Influence de K o sur la distribution finale


des contraintes
a = 0.190 - v = 0.3 - Co= 7 200 kPa

Nous retrouvons le rôle minorateur, s u r la pression de


fracturation e t l'étendue du domaine plastique, d'une augmentation
du coefficient de Poissqn v. Cette influence avait été soulignée l o r s
de l'utilisation d u c r i t è r e de Coulomb et est confirmée p a r la résolu- .
tion numérique. Nous présentons i c i t r o i s schémas comparatifs de
l'influence d e v au moment de la fracturation, fig. 3.14.
Fiqure 3.14 :
I ~ T l u e n c ede v sur la distribution finale des contraintes
a = 0.190 - .k, = 0.4 - C,=3600kPa

. Influence du coefficient de Biot $

Une variation de 8, même faible, influence sans ambiguité


la valeur finale de la pression de fracturation. Celle-ci Se t r o u v e for-
tement majorée dès que $ devient i n f é r i e u r à l'unité : En parallè-
le, cet accroissement de la pression de fracturation s'accompagne
d'une augmentation d e la zone plastique autour du forage, liée
certainement à l'évolution de la pression interstitielle loin du puits.
Dans ce cas, les concentration^^^ d e contraintes près du p u i t s s'at-
ténuent pour parfois disparaitre totalement. La contrainte tangen-
te uB devient alors inférieure à a, autour du forage, fig. 3.15
. Soulignons enfin qu'il n'est pas possible de t r a i t e r le cas
où $ est faible ( d e l'ordre de 0,8 à 0,2) s i la résistance en com-
pression Co l'est aussi. La fracturation n'est alors pas calculable
pour un calcul élasto-plastique, e t on doit donc revenir à u n calcul
élastique en prenant . élevé. Nous décrivons ainsi une roche
dure, de faible porosité e t de résistance élevée d u t y p e grès ou
calcaire, p a r exemple. Dans ce cas, il n ' y a plus de plastification
autour du forage.

Figure 3.15 :
Influence d e P sur la distribution finale des contraintes
v = 0.2 - a = 0.165 - Co = 7 200 kPa
3 5 . '3 CONCLUSION!,
- --

L'opportunité de pouvoir suivre l'évolution de l a zone


plastifiée autour d u puits lors de sa mise en pression représente
l'un des intérêts principaux de la résolution numérique que nous
avons proposée. Si l'influence des différents paramètres est géné-
ralement concordante pour les deux types de solutions - numéri-
que ou analytique - des différences apparaissent s u r les effets
d'une variation de la poussée au repos K, . Nous remarquons, de
plus que, avant l'injection, les distributions de contraintes sont
semblables pour les deux solutions, e t qu'à ce stade, la plastifica-
tion du domaine est comparable dans les deux cas. Nous concluons
alors que la décharge, observée près d u puits, au sens d u c r i t è r e
de D r u c k e r justifie les divergences importantes s u r I'influence com-
parée de K, e t qu'elle coincide avec une minoration de la valeur
finale de la pression de fracturation. La plastification, loin d u
puits, est exclusivement liée à l'augmentation de la pression inters-
titielle puisque Les résultats montrent une faible perturbation s u r
les contraintes totales. De cette constatation apparaFt clairement
l'intérêt de pouvoir simuler u n e injection rapide, correspondant à
une faible pénétration de fluide dans le terrain. C'est ce que nous
nous proposons d'étudier dans le chapitre suivant.
IV - ECOULEMENT NON PERMANENT

CRITERE DE DRUCKER
Les chapitres I I et III présentaient le calcul des d i s t r i -
butions de contraintes et des pressions de fracturation sous u n r é -
gime permanent d'injection. La pression interstitielle autour d u fora-
g e ne dépend que de la pression PI dans le puits e t des caracté-
ristiques de perméabilité du terrain. II n'est pas possible alors d e
simuler une injection rapide puisque le paramètre temps n'intervient
pas. Plusieurs solutions sont possibles. La plus complète consiste à
établir l'équation de diffusion de la pression interstitielle autour
d'un forage en couplant totalement le fluide e t le squelette du sol
lors d'un comportement élasto-plastique. MORITA-GREY e t KIM [27]
o n t proposé un t e l couplage dont les paramètres principaux sont la
porosité e t la perméabilité du terrain. Leurs valeurs sont fonction
de l'état de contraintes et des déformations élastiques e t plastiques
du squelette mais leur détermination complète nécessite la connais-
sance d e nombreux paramètres expérimentaux. Cette étude est fina-
lement p l u s orientée vers la détermination de la variation de porosi-
t é e t d e perméabilité lors de l'injection et s'applique difficilement au
cadre d e la nôtre q u i consiste plutôt à évaluer l'influence de la non-
permanence de l'écoulement.

Une a u t r e solution consiste à privilégier l'étude des effets


1

d'une injection rapide - donc d'une faible percolation autour d u


puits - s u r l'évolution des contraintes. La solution exacte en pres-
sion intertitielle n'est alors plus recherchée, e t il devient possible
d'élaborer une résolution plus simple et moins gourmande en temps
calcul. Cette résolution consiste à établir une solution couplée flui-
de-squelette, lors d'un comportement élastique d u sol. FRANK e t
NAHRA [ 2 9 ] ont développé l'étude de la consolidation autour du
pressiomètre dans une. cavité cylindrique. Les conditions aux limi-
tes - déplacement radial imposé par le pressiomètre dans le p u i t s -
d i f f è r e n t des nôtres puisque nous imposons une surpression connue
dans le- forage. L'état final de leur calcul repose alors s u r une dis-
sipation complète des surpressions initiales engendrées par le p r e s -
siomètre alors que nous cherchons à évaluer l'évolution de la pres-
sion au cours du temps. Notre solution dépendra néanmoins d'une
équation d e diffusion d u fluide semblable à la leur mais de condi-
tions aux limites différentes. Nous définirons ainsi p a r cette équa-
t i o n une solution complète AP(r, t ), déduite d'un comportement é-
lastique d u domaine. Nous simplifierons alors la résolution en a p p l i -
q u a n t la même loi de variation de la pression p o u r u n comportement
élasto-plastique. Cette résolution ne permet pas de d é f i n i r la solu-
t i o n exacte en pression et contrainte a u t o u r d u forage puisqu'elle
n ' u t i l i s e pas un couplage complet. Elle o f f r e cependant l'avantage
d'une détermination séparée, pression - contraintes, e t permet a-
l o r s un calcul numérique beaucoup p l u s rapide. Elle n e nécessite
pas e n e f f e t d e recalculer à chaque pas d e temps la pression
~ P ( r , t ) donc les contraintes qui s'en déduisent. ( v o i r 8 4.4 - orga-
nigrammes d e résolution). Cette simplification s ' i n s c r i t b i e n dans l e
c a d r e d e n o t r e étude q u i consiste p l u s à déterminer l'influence d e
paramètres q u ' à la recherche, certainement illusoire, d e l'état d e
contraintes r é e l i n - s i t u autour du forage.

II sera ainsi possible d e comparer t r o i s t y p e s d e sollicita-


tions :

- régime permanent d'écoulement,

- régime non permanent mais stationnaire (la vitesse d e chargement


( d D P / d t ) e s t t r è s lente - le régime d e surpression imposé p a r OP
n'évolue p l u s avant l'application d e l'incrément DP s u i v a n t 1,

- régime d'injection rapide ( v i t e s s e d e chargement ( d D P I d t ) e s t


élevée 1.

4-1 MISE EN PLACE DE L'EOUATION DE DIFF'U-


SION

Le paramètre temps i n t e r v i e n t à présent dans les d i f f é -


r e n t s calculs. Toutes les variables (contraintes, déformations, p r e s -
sion, déplacement) seront fonction d u r a y o n r définissant u n p o i n t
c o u r a n t du domaine e t du temps t.
MODELE ET HYPOTHESES

Le modèle utilisé et les hypothèses générales sont inchan-


gés e t définis dans le chapitre II. Le chargement dans le puits e s t
déterminé par l'application d'incréments de pression OP. Ce charge-
ment v a induire des variations s u r les contraintes et la pression qui
évoluent au cours du temps. Ce sont ces évolutions que nous dési-
rons calculer afin d e déterminer leur influence s u r les valeurs d e
pression de fracturation.

Rappelons t r o i s hypothèses essentielles à l'établissement de


l'équation de consolidation :

. Le sol est saturé,

. L'écoulement r é g i p a r la loi de Darcy est radial,

. Le f l u i d e est incompressible,
. Le comportement du sol est élastique, linéaire.

. La perméabilité est constante.

NOTATIONS

Nous définissons ici certains paramètres utilisés plus loin


tels que :

' YW : poids volumique de l'eau


- k, : perméabilité d u sol
- % :1/3(a, + og + o z ) : contrainte totale moyenne
- ob : 113 ( o> + O; + o& 1 : contrainte effective moyenne
- E~ : variation de volume (G = % + + 1
- a, : am, + BP

4.13 EQUATION DE DIFFUSION

En comportement élastique linéaire la variation de volume


du sol s'écrit :
Sous u n e a u t r e forme, nous pouvons é c r i r e l a vitesse de
variation d e volume notée Ev :

L'incompressibilité d e l'eau e t la conservation du volume


s'expriment p a r l'équation :

(4.3) div ( 1 - LV = O

-+
avec v vecteur vitesse d u f l u i d e i n t e r s t i t i e l .

+
L a loi de Darcy permet d'exprimer v sous la forme :

avec H l a charge h y d r a u l i q u e .

L a charge h y d r a u l i q u e H s ' é c r i t complètement :

(4.5) H z -P + -v 2 f
Y" 2g

g : accélération d e I'appesanteur .
S i nous négligeons l e terme cinétique -
v*
2g'
l a vitesse de
l'eau é t a n t faible, nous obtenons :

Nous aurons finalement :

avec v Z P : Laplacien de P

Nous écrivons alors en u t i l i s a n t (4.2) e t (4.31 :


avec

Nous allons u t i l i s e r l'expression (4.8) en termes de varia-


tions de variables. En effet, c'est l'application d ' u n incrément de
pression OP q u i va p r o d u i r e les variations de pression et de con-
t r a i n t e s mesurées à p a r t i r d'un état initial supposé v é r i f i e r (4.8).

Nous obtenons alors :

avec AU, = J1 AU^ + AU= + A U z )

S i nous travaillons en solution non couplée, nous néglige-


r o n s la variation de contrainte moyenne au cours du temps, soit :

En solution couplée, nous ne négligeons plus ce terme.


Nous allons ainsi transformer (4.9 pour obtenir l'équation de diffu-
sion avec couplage.

4 - 2 EOUATION DE DIFFUSION MODIFIEE - COU-


PLAGE

4.2.1 PRISE EN COMPTE DE LA VARIATION DE LA CON-


TRAINTE MOYENNE

Rappelons les équations obtenues en comportement élas-


tique - linéaire utilisant les variations de contraintes et déplacement.
Nous avons :
. Les relations d e Biot

. L'équation d'équilibre

Les relations ( 4 . 1 0 ) et (4.11 ) donnent par combinaison une


équation différentielle liant I'évolution AP à la variation de dépla-
cement ~ u ( r ):

L'équation (4.12 J s'intègre p a r :

f(t) est une fonction d u temps qui va dépendre des conditions aux
limites.

Nous utilisons l'équation ( 4 . 1 2 ) pour l'introduire dans


( 4 . 9 ) . Nous remarquons que AU, s'écrit :

soit en utilisant ( 4 . 1 3 ) :
avec

Finalement, une autre écriture de (4.91 est obtenue :

avec a' = B.Y,k E (1-2v)


(1-v)
(l+v)

Cette équation caractérise le couplage. Remarquons que


c'est la constante a', différente de a,, qui permet d'introduire
la variation d e volume engendrée p a r la variation de la contrainte
moyenne Au, au cours du temps. La fonction h ( t 1 ne caracté-
r i s e pas le couplage mais se définit p a r r a p p o r t aux conditions aux
limites [ 291 .

Dans la résolution numérique, nous supposons que R,


représente l'infini. Si nous prenons cependant le cas d'un cylindre
creux, de rayon extérieur Re et de rayon intérieur RI, avec
drainage en R e , nous obtenons :

h (t 1 s'exprime alors p a r :

On peut ainsi, dans u n tel cas, utiliser h(t), par


calcul numérique en différences finies, dans le système d e résolu-
tion. Le terme h(t) intervient comme u n terme correctif. Nous
pouvons également e x p l i c i t e r p l u s finement h(t) dans le cas où
R, simule I'infini. En e f f e t (4.15) nous donne :

(2v-1 ) .
A% = 3 8 ( v - l ) AP + g ( t ) De cette expression e t de (4.161, nous
déduisons que h ( t ) s'écrit :

Par hypothèse AP(R,) est iiul quelque soit t et g ( t )


v a u t donc :

soit :

Si R, v a u t réellement I'infini alors h(t) est n u l . Dans


le cas o ù R, simule l'infini e t représente u n r a y o n suffisamment
g r a n d p o u r que la variation d e contrainte moyenne soit numérique-
ment négligeable, alors nous pouvons admettre q u e h ( t J tend v e r s
zéro. Cette hypothèse a été admise au c h a p i t r e III l o r s du calcul du
champ d e déplacement DUR"( 1 ) . Nous l'admettons d e nouveau en r e -
marquant qu'à p o s t é r i o r i elle sera parfaitement justifiée. Ainsi, n o u s
posons finalement : h ( t ) = O. L'équation de consolidation avec coupla-
g e se résume a l o r s à :

Nous remarquons l ' i n t é r ê t d ' u n e telle équation qui permet


de calculer l'évolution de AP au cours du temps sans f a i r e i n t e r -
v e n i r l e champ d e déplacement AU, . La variation d e volume n'appa-
r a i t qu'au t r a v e r s d e a' comparée à a O . C'est donc seul le temps
d'établissement du régime permanent en d i s t r i b u t i o n d e pression qui
sera modifié q u a n d on u t i l i s e le couplage en comportement élastique-
linéaire.
4 - 3 RESOLUTION NUMERIQUE

La résolution numérique par différences finies se justifie


de nouveau p a r la n a t u r e uni-dimensionnelle ( v a r i a b l e r ) et la p r é -
sence du paramètre temporel t.

4.3.1 CHOIX DES PARAMETRES - VARIABLES REDUITES

Nous utilisons dans la résolution les variables réduites


suivantes :

a't
t* = -
Ro

L'équation (4.22) s'écrit alors :

aAP -
puisque : - -- ah P*
a' -
at R, at*

--
aAP -_ - 1 -
~AP*
ar Ro ar*

Nous allégeons l ' é c r i t u r e dans la présentation en s u p p r i -


mant l'astérisque. L e r e t o u r aux variables réelles se d é d u i t d u chan-
gement d e variables (4.23).

Le r a y o n r v a donc v a r i e r d e l ' u n i t é à RI iR,

4.3.2 MODELE - CONDITIONS AUX LIMITES

Le maillage du domaine, nécessaire p o u r le calcul des d é r i -


vées, est p r é s e n t é au c h a p i t r e I I 1 . Nous en reprenons les mêmes r a-

r a c t é r i s t i q u e s . Rappelons que le nombre total d e points v a u t M et


q u e les variables r, dr et AP(r, t ) s'écrivent R ( 1 1 , DR ( 1 et
AP( I 1 . L ' i n d i c e I r e p è r e un p o i n t c o u r a n t du domaine.

Si nous notons DP I'accroissement d e pression dans l e


p u i t s d e forage, nous obtenons :

h P ( 1 ) = DP ttt
(4.25)
AP(M) = O ttt

Nous pouvons également r e m a r q u e r q u e quand t tend


v e r s l'infini le champ d e pression s ' é c r i t :

(4.26) AP(I) DP Log ( R ( I ) ) / L o g ( R ( l ) I

C e t t e solution j u s t i f i e la convergence f i n a l e du calcul.

4.3.3 APPROXIMATION DES DERIVEES GEOMETR IQUES

L a décomposition d e AP(I+1) et A 1 est le résul-


t a t d e base qui permet d e d i s c r é t i s e r les dérivées. Nous avons e n
développement d e T a y l o r :

U n e combinaison d e ces équations nous permet d ' e x p r i m e r :


A p a r t i r des équations (4.28) e t (4.291, nous exprimons
sous u n e forme p l u s concise l'expression des dérivées première e t
seconde d e AP(I) . Ces expressions sont valables p o u r un indice
I variant de 2 à M-1. Elles s'écrivent :

e t p l u s généralement :

avec : Q fonction d e r

Ces expressions sont des approximations à O(DR2) près.

e t p l u s généralement :

a 2 @ ( r = R ( I ) )= B, ( 1 ) $ ( i + 1 ) + B 2 ( l l $ ( I l + Bl(I) $(l-1)
ar

avec

Ces expressions sont des approximations à O(DR) près.


La résolution de l'équation (4.24) va nécessiter une discré-
tisation temporelle. Le temps t v a r i a n t de zéro à l'infini est p r i s é-
gal à n.At. ~t représente u n incrément de temps et n le nombre
d'incréments.

Des expressions (4.30) e t (4.31 1, nous déduisons alors :

avec M,(I) = a t (E3,II) + -


A.(O)
RiIl

4.3.4 DISCRETISATION TEMPORELLE

Nous nous plasons, p o u r discrétiser, a u temps intermédiai-


r e : t = ( n + 8 ) At.

8 est u n coefficient compris e n t r e zéro e t l'unité.

Notons alors AP I - la valeur de la variable AP( I aù


temps nAt.

L e développement en série de- Taylor d e AP(I l nous don-


n e d e u x équations :
La combinaison de ces deux équations nous permet d'obte-
nir en première approximaion :

à O(nt21 près
(4.34) A P (l inte= 8 AP(1) "++ l( 1 - 9 ) AP(I)~

à O ( A ~ ) près.

4.3.5 SYSTEME DE RESOLUTION

La combinaison des équations (4.32). (4.34) e t (4.35.)


nous permet d'exprimer en variables discrétisées l'équation (4.24)
q u i r é g i t l'écoulement :

Cette équation est exprimée au temps intermédiaire ( n + el ~ t .


1
Elle met en évidence t r o i s v a l e u r s remarquables d e 8 : 8 = -
2'
e = 1, e = O [9].

Le cas : 8 = O donne u n e résolution appelée : "schéma explicite"

Le cas : 8 = 1 donne une résolution appelée : "schéma implicite pur"

Le cas : 8 = -
2
donne une résolution appelée : "schéma implicite d e
Crank-Nicholson"

Nous ne présentons pas i c i les éléments j u s t i f i a n t le c h o i x


d'un schéma p a r t i c u l i e r . Rappelons q u e le schéma e x p l i c i t e est d e
mise en oeuvre aisée, mais nécessite un pas d e temps ~t f a i b l e
donc converge lentement. Les schémas implicites sont inconditionnel-
lement stables mais nécessitent la résolution d'un système linéaire
p l u s complexe à chaque pas d e temps. I l s convergent p l u s rapidement
car AT peut être p r i s p l u s élevé que dans le cas d u schéma e x p l i -
cite [II].

Nous avons choisi, par besoin d'une convergence plus r a -


1
pide, le schéma de Crank-Nicholson, soit : 8 = -2 [91.

Dans ce cas particulier, l'équation (4.36) se transforme e t


devient :
q+l n+ 1 n+l
(4.37) - M,,(I) - Ml(I ) A P ( I - 1 ) =
bP(1+1)+(2-M2('l'))AP(I)

avec : pour t = O :

(4.38) initialise le calcul.

Rappelons que (4.37) s'écrit p o u r t o u t I variant de 2 à


M-1. II nous manque deux équations fournies p a r les conditions aux
limites, soit :

~ v e cles équations (4.37), (4.38) e t (4.391, nous pouvons


considérer que la pression interstitielle AP(I l est connue à chaque
pas de temps. A p a r t i r de cette distribution. nous allons pouvoir é-
t a b l i r l'évolution au cours du temps du champ de déplacement Au,
e t du champ de contraintes AU.
4.3.6 CALCUL DU DEPLACEMENT AU,

Des remarques concernant h (t 1 établies au paragraphe


4.2.2 , nous déduisons que :

Nous pouvons alors envisager l e déroulement suivant dans


le calcul. Résumons le :

Etape no 1 : discrétisation géométrique de AU, et d e ses dérivées

Etape no 2 : obtention d'un système linéaire en AU, et AP avec


des conditions aux limites de deuxième espèce (condition
s u r les contraintes dans le puits e t en R, donc s u r la
dérivée %)
Etape tiO 3 : utilisation d u champ de déplacement obtenu e t des rela-
tions de Biot afin de calculer les contraintes.

Nous avons déjà souligné la difficulté d'une telle résolution


( v o i r chapitre II I ) . Cette difficulté s'explique par :

. une discrétisation imprécise au b o r d d u puits,

. le fait que certains termes sont négligés dans les approxi-


mations devant le rayon RI qui est petit,

. les conditions aux limites de deuxième espèce.

Nous reprenons donc une résolution, présentée au chapitre


III, qui consiste à établir u n bilan local [ 2 8 ] pour chaque élément et
t r a d u i r e son équilibre. Dans ce bilan local, nous utilisons en particu-
l i e r les conditions aux limites en contraintes pour exprimer

Les systèmes de résolution sont fournis par les équations


( 3 . 2 3 ) ( 3 . 2 6 ) ( 3 . 2 9 ) ( 3 . 3 1 )d u c h a p i t r e I I I e t A X ~ ( In)u l p u i s q u e n o u s
t r a v a i l l o n s en comportement élastique linéaire. Nous déterminons
donc à chaque pas d e temps l'évolution des contraintes e t d u dé-
placement.

Rappelons que dans la résolution d u c h a p i t r e III, le dé-


placement AU,( I ) devient DUR*( I ) t e l que :

4-4 UTILISATION D'UN REGIME D'ECOULEMENT

NON PE-NT LORS D'UN COMPORTEMENT

L o r s du calcul d e l'évolution des contraintes e t d e la p r e s -


sion d e f r a c t u r a t i o n , nous avions supposé dans les c h a p i t r e s II e t
III q u e l e régime d'évolution d e la pression i n t e r s t i t i e l l e é t a i t p e r -
manent. C e t t e hypothèse impliquait a l o r s une injection lente.

II nous semble i m p o r t a n t de p o u v o i r simuler u n e injection


r a p i d e o u u n e injection variable-stationnaire a f i n d'en é t u d i e r les
conséquences s u r l a d i s t r i b u t i o n finale des contraintes. L e b u t f i n a l
est d ' o b s e r v e r l'influence d e l a v a r i a t i o n au c o u r s du temps d e l a
pression i n t e r s t i t i e l l e . Cette remarque j u s t i f i e a l o r s q u ' e n p r e m i è r e
approche d e cette i n f l u e n c e nous u t i l i s o n s un "semi-couplage"
fluide-squelette, c'est-à-dire q u e l'on f a i t évoluer la pression a u
c o u r s du temps, mais q u e c e t t e évolution est d é d u i t e d'un comporte-
ment élastique du sol (§ 4.2 e t § 4.3 ) . Nous g a r d o n s l a même équa-
t i o n d e d i f f u s i o n présentée précédemment (4.24 1 . Ce t y p e de réso-
l u t i o n p r é s e r v e l'indépendance des calculs d e pression i n t e r s t i t i e l l e
d'une p a r t , e t des champs d e c o n t r a i n t e s e t d e déplacement, d'au-
t r e part.

Nous pouvons j u s t i f i e r u n e t e l l e résolution e n r e m a r q u a n t


q u e seule u n e f a i b l e zone a u t o u r du f o r a g e est t r è s p e r t u r b é e p a r
un calcul élasto-plastique, e t q u ' a i l l e u r s le comportement élastique
prévaut.

Nous avons v u dans la synthèse d u c h a p i t r e I I I que la


plastification a v a n t I'injection correspondait généralement à u n e di-
latance élevée p r è s du forage. Nous en déduisons que cette d i l a -
tance sera synonyme d ' u n e augmentation locale d e perméabilité au-
t o u r du p u i t s [27]. Elle d o i t ainsi c o r r e s p o n d r e à u n e accéléra-
t i o n d e la convergence de la pression v e r s sa v a l e u r en régime p e r -
manent. Numériquement, nous observons q u e la pression converge
assez rapidement p r è s d u p u i t s v e r s sa valeur finale, e t q u ' a l o r s
les différences e n t r e couplage complet e t le "semi-couplage" pro-
posé d o i v e n t ê t r e moindres.

REGIME D'ECOULEMENT V A R I A B L E S T A T I O N N A I R E

Nous présentons i c i la méthode d e résolution e t I'organi-


gramme d u programme d e calcul. Toutes les équations e t systèmes
nécessaires au calcul informatique o n t été présentés dans les chapi-
t r e s III e t I V (§(4.1), (4.21, ( 4 . 3 ) ) . Ce n ' e s t q u e dans I'applica-
t i o n d e ces équations q u e se s i t u e r o n t les différences v i s à v i s du
programme DRUCK 1 . Remarquons q u e la première phase d e calcul
(simulation d e "création d e forage" 1 e s t inchangée.

D a n s le c h a p i t r e II 1, nous avons d é f i n i le chargement a u


c o u r s d e I'injection p a r un accroissement d e pression, d'amplitude
DP, dans le forage. Nous avions alors supposé en régime permanent
q u e dès l'application d e DP, la pression AP dans le domaine se
m e t t a i t sous la forme :

Nous supposons à présent que, après application d e DP,


l'évolution d e la pression i n t e r s t i t i e l l e e s t d é d u i t e d e (4.24). Le pas-
sage à l'incrémentation s u i v a n t e est e f f e c t u é q u a n d AP(I J conver-
g e v e r s la v a l e u r f i n a l e (4.41 ) . Pratiquement, nous supposerons
q u ' a p r è s un c e r t a i n nombre d'incréments ~t ( d e l ' o r d r e d e 1501, la
convergence est obtenue, e t nous admettons (4.41 ) .

Le calcul d i f f è r e peu d e celui présenté p o u r le programme


DRUCK 1 ( c h a p i t r e 1 1 1 1 excepté l ' i n t r o d u c t i o n d'une deuxième phase
d'itérations relatives au temps. Cette deuxième phase p r e n d en comp-
t e l'évolution de la pression i n t e r s t i t i e l l e lors d e l'application d e cha-
que incrément DP. Nous travaillons ainsi p a r différences e t s u p e r -
positions.

Exemple : Si au c o u r s de la ième
i t é r a t i o n temporelle, la pression
AP(1) s'écrit AP i( l 1, les contraintes valant à cet i n s t a n t a, a-
l o r s nous calculons p o u r la ( i + l ) ème itération la valeur *pi+l (1)
e t déduisons ainsi la variation 60 d u e à l'évolution d e la pression
6AP avec :

La v a r i a t i o n 60 se calcule p a r la méthode présentée a u


c h a p i t r e III dans l e programme DRUCK I en s u b s t i t u a n t 6AP( 1 )
à AP(1).

Nous superposons alors les d i f f é r e n t e s valeurs 60 à


a p o u r o b t e n i r finalement le champ d e contraintes a + AO e t pas-
sons ensuite à u n e nouvelle incrémentation DP.

Cette méthode est synthétisée dans l'organigramme du p r o -


gramme VARSTAT.

Trois phases distinctes apparaissent dans cet organigram-


me. La pression i n t e r s t i t i e l l e évolue rapidement, p r è s du forage, dès
l'application de DP. Les amplitudes 6AP( 1) sont élevées. Par la
suite, l'évolution se stabilise e t 6AP( 1) est faible. Nous avons ain-
si adopté la méthode suivante :

phase 1 : La phase 1 représente le d é b u t de l'injection ( o u d e I'é-


I Injection

1-I
i varie de
O à 10 IL t varie de
0 à 10 A t

t varie de i varie de 11

1 ex. : N = 150 1 A
I
.I Calcul de
APibt (R)

Calcul de
di( Au ) due à di( AP)
(voir DRüCK 1)
1 on admet convergence
sur la pression
I
'1
1 ,A,
1
i multiple
de IO

Superposition
o -+ o + dl( Au )

+ Calcul de
d w( Au ) due à d
I
AP
] Calcul de.
AU) due à dlO(b P)
1

Incrément Superposition finale


DP suivant u = u + dm( A U ) Superposition
o + a + AU AU)

Organigramme de résolution :
Programme VARSTAT
v o l u t i o n d e la p r e s s i o n ) . Nous calculons alors a chaque
pas d e temps ht la v a r i a t i o n des c o n t r a i n t e s . L a p r e s -
sion évolue rapidement jusqu'au temps T L (T, est p r i s
à 10 A t ) .

Phase 2 : La phase 2 e s t u n e phase intermédiaire pendant la-


quelle la pression évolue lentement. Nous f i x o n s la d u r é e
d e c e t t e phase à un temps T, . (T, est p r i s à 150 nt l .
Dans un souci d'accélérer le temps calcul, n o u s n e calcu-
lons les v a r i a t i o n s des contraintes q u e tous les d i x pas
d e temps ~ t Quant
. t atteint T,, nous estimons q u e
. l'écoulement est suffisamment p r o c h e du régime permanent
p o u r l'admettre e t passer en phase 3.

Phase 3 : C'est la phase f i n a l e du calcul e t nous admettons q u e


A P ( I ) e s t d o n n é p a r (4.41). Nous e n déduisons la d e r -
n i è r e v a r i a t i o n des contraintes engendrée p a r la d i f f é r e n -
ce 6=(hPI avec :

S i l a f r a c t u r a t i o n n'est pas obtenue, nous passons à


t'incrément d e chargement DP suivant.

La phase 3 se j u s t i f i e essentiellement p a r l e f a i t q u e la
pression p r è s du p u i t s n'évolue pratiquement p l u s dès q u e
t e s t g r a n d . A d m e t t r e la convergence n'influence q u ' u n e
zone l o i n du forage. zone qui e s t a l o r s peu touchée par
l'évolution des contraintes.

4.42 SIMULATION DE L'INJECTION RAPIDE

La simulation d e l'injection r a p i d e n e présente pas d e dif-


f i c u l t é s . II s u f f i t d e modifier le schéma d e résolution présenté p a r
l'organigramme d e VA R S T A T .
Pour obtenir une telle simulation, nous n'admettons plus
la convergence systématique de i'écoulement, après T, , lors d u
chargement OP e t nous appliquons à chaque intervalle de temps
T, u n nouvel incrément OP ( L e temps T, définit la rapidité d e
l'injection (T, = N ,~ .
t )

Présentons cette méthode dans l'organigramme d u program-


me SIMINJEC.

Données i n i t i a l e s
(avant injection)
-1 Ue(R)
Uz(R)

1 Injection 1

t varie de
OàNF. A T

( ourt- c- 1 t multiple de

-7-
N,. A t.

+ Incrément de temps
suivant
1
5 - j
1 1 I '
I

Calcul de
di( ~ p s) Di-Api-l '
Calcul de
" d i ( AU ) due à ' ' Superposition
O -+ u + di( A U )
di(^ P)

Organigramme du programme de simulation


d'injection rapide : SIMINJEC
Le calcul. se déroule en une seule phase continue jusqu'au
temps final NF .~t. NF représente le nombre d'incréments de temps
total jusqu'à l'obtention de la fracturation. Les variations des con-
traintes sont déterminées à chaque pas d e temps car l'évolution d e
la pression est constamment rapide.
4 - 5 RESULTATS COMPAFUCïIFS - INFLUENCE DES
PARAMETRES

Les paramètres que nous allons faire varier a f i n d'établir


la synthèse de la simulation de I'injection sont identiques à ceux pré-
sentés dans la synthèse du chapitre II 1. Les conclusions obtenues sur
l'influence relative de ceux-ci s u r la valeur de la pression de f r a c t u -
ration restent valables, e t nous allons nous limiter à la seule consé-
quence d'imposer I'injection rapide. Nous comparons finalement les
distributions de contraintes e t la pression de fracturation entre deux
types de résolution : régime d'écoulement permanent ou injection r a -
pide - écoulement non permanent. En effet, I'ensembls des résultats
montre que l'utilisation du programme VARSTAT - écoulement varia-
ble stationnaire - fout-nit les mêmes valeurs que celles obtenues pout-
l'utilisation d'un écoulement permanent. Pour cette raison, nous n'é-
voquons p l u s ce t y p e de résolution q u i est beaucoup p l u s coûteuse
en temps calcul puisqu'elle consiste à attendre la convergence de cha-
que incrément de chargement DP avant l'application d u suivant.

4.5.1 CONSTATATIONS GENERALES. INFLUENCE DE L'EVOLUTION


DU DOMAINE PLASTIQUE.

La question posée se r é d u i t finalement à : I'injection rapide


va-t-elle accélérer ou non l'obtention de la fracturation ? La réponse
est double, puisque deux possibilités apparaissent, possibilités q u i
sont liées à l'évolution du domaine plastique autour 'du puits.

. évolution en anneau de diamètre intérieur supérieur à RI

Dans ce cas de figure, la différence injection lente (écoule-


ment permanent) - injection rapide peut être importante. La plasti-
fication pour I'injection lente s'initie dans le domaine e t évolue v e r s
Ro quand la pression interstitielle croft. Lors de l'injection rapide,
la percolation est faible e t la pression interstitielle varie peu loin d u
puits. La plastification d u domaine est alors peu étendue, e t le début
de I'injection s'accompagne souvent d'une décharge au sens d u ct-itè-
t-e de Di-ucker. Nous obtenons alors des pressions de fracturation
plus faibles en injection rapide qu'en écoulement permanent.
Prenons l'exemple suivant ( Th. 1 )

Ecoulement permanent Injection rapide


..
PL(kFa/m) 14.78 f i g (4.1) 13.93 f i g (4.2)

v = 0.3 - Ko = 0.4 - a = 0.165 - Co = 7 200 kPa

Tableau (T4.1)
Comparaison Ecoulement permanent - Injection rapide
(v - Ko - a - Co sont fixés)

Fiqure 4-1 : Ecoulement permanent Fiqure 4-2 : Injection rapide

Diagrammes comparatifs de distributions de contraintes


au moment de la fracturation

Parfois l'injection rapide s'effectue sans plastification


du domaine. Son comportement est alors élastique. Ce comportement
apparaît quand Co diminue. Un exemple est fourni par le tableau
(T4.2).
Co = 7 200 kPa C o = 3 600 kPa

EcoulernPnt 16.75 (fig. 4 . 3 ) 14.03 (fig. 4.5)


PL(kPa/m)
permanent
(R, = 2m) (R, = 3.211) -
Iniection PL( Wa/m) 16.04 ( f i g . 4 . 4 ) 12.94 (fig. 4.9)
rapide
(R, = 0.13m) (Rc = 0 )

V = 0.3 - K, = 0 . 4 - U = 0.190

Tableau (T.4.2) :

Comparaison Ecoulement permanent - Injection rapide.


Influence de Co ( v - Ko - a sont fixés)

Fisure 4-3 : Ecoulement permanent Fiqure 4-4 : Injection rapide


Figure 4-5 : Ecoulement permanent Figure 4-6 : Injection rapide

Diagrammes comparatifs de distributions de contraintes


au moment de la fracturation

. Evolution de la plastification à partir du bord du fora- .


ge
Ce t y p e d'évolution est le plus souvent caractérisé par un
comportement élastique d u domaine au début de I'injection. La plasti-
fication s'initie ensuite du b o r d du forage e t évolue en anneau quand
la pression interstitielle c r o i t autour du puits. Notons néanmoins que
l'étendue du domaine plastique IR,) reste t r è s faible au cours de l'in-
jection. Nous obtenons alors, quand cette évolution de la plastifica-
tion se produit, des valeurs de pression de fracturation légèrement
plus élevées en injection rapide qu'en écoulement permanent. Nous
remarquons alors que si nous stoppons I'injection, l'évolution de la
pression interstitielle dans le domaine s'accompagne d'une décroissan-
ce d e oe au b o r d du forage. II est alors possible d ' o b t e n i r la
f r a c t u r a t i o n e n laissant simplement le régime d'écoulement pet-ma-
n e n t s'établir. Précisons néanmoins q u e les é c a r t s sont tt-ès f a i -
bles. L e Tableau ( T 4.3) nous donne un exemple d e r é s u l t a t s corn-
pat-atifs oü la pression d e fraciui-ation est p l u s élevée l o r s d ' u n e
injection rapide.

1
Ko = 0.6 Ko = 0.6

Ecoulement 15.73 ( f i g . 4.7j 15.57 ( E i g . 4.9)


permanent baim) (R, = O.il mj ( R , = 0.11 m)

Injection P 15.85 ( E i g . 4.8) 15.77 ( f i g . 4.l0j


rapide (k~aim) (R, = 0.104 m) (R, = 0.104 mj

V = 0.3 - a = 0.190 - Co = 7 200 kPa

Tableau (T 4 . 3 ) :
Comparaison Ecoulement Pernlanent - I n j e c t i o n rapide
Irlfluence d e K, (V -a- Co s o n t fixési
Fiqure 4-7 : Ecoulement permanent Figure 4-8 = Injection rapide

Figure 4-9 : Ecoulement permanent Fiqure 4-10 : Injection rapide

Diagrammes comparatifs de distributions de contraintes


au moment de la fracturation
Nous remarquons pour la p l u p a r t des résultats que I'éten-
due du domaine plastique est semblable pour les deux types de char-
gement : injection rapide ou écoulement permanent. Seule, une faible
zone près du p u i t s est perturbée, mais nous observons que p o u r
l'injection rapide, les contraintes atteignent rapidement les valeurs
initiales O, pour oz e t O, pour O, et o e . Prenons I'exem-
ple du Tableau ( T 4.4) t r è s significatif de l'influence d e l'injection
rapide sur la distribution de contraintes autour du p u i t s

Ecoulement permanent Injection rapide

% 20.5 f i g . (4.11) 20.8 f i g . (4.12)


(kPa/m) (ii, = 0.3 m) (R, = 0.11 m)

a = 0.220 -V = 0.3 - Ko = 0.6 - Co = 7 200 kPa


Tableau (T.4.4) :

Comparaison Ecoulement permanent - Injection rapide (a élevé)

Figure 4-13 : Ecoulement permanent Figure 4-12 : Injection rapide

Diagrammes comparatifs de distributions de contraintes


au moment de la fracturation
INFLUENCE DE ê

Les remarques du chapitre II I restent valables e t I'influ-


ence d'une variation d e $ est sans ambiguité. Nous remarquons n i -
anmoins q u e p r e n d r e $ d i f f é r e n t de l'unité ne modifie pas les phé-
nomènes d é c r i t s précédemment s u r l'évolution du domaine plastique
pendant l'injection. Les différences obtenues s u r les valeurs de la
pression de f r a c t u r a t i o n calculées p o u r u n écoulement permanent o u
u n e injection rapide r e s t e n t liées à la plastification du domaine au-
t o u r du p u i t s .

Le Tableau I T 4.5) donne des résultats comparatifs dans


le cas d'une évolution de la plastification en anneau de r a y o n i n t é -
r i e u r supérieur à RI.

I
Ecoulement permanent Injection rapide

P~ 17.48 fig. (4.13) 16.06 fig. (4.14j


(kPa/m)

V = 0.2 - Ci = 0.165 - Ko = 0.4 - $ = 0.95 - Co = j 200

si $ = 1 PL = 15-68 kPa/m pour l'écoulement permanent

Tableau (T 4 . 5 ) :

Coniparaison Scoul enlent permanent - Ir1jection rapide


$ différent de I'unité
Figure 4.13 : Ecoulement permanent Figure 4.14 : Injection rapide

Diagrammes comparatifs de distributions de contraintes


au moment de la fracturation (Influence de fl )

Si la plastification s'initie du b o r d d u forage e t croit vers Ro,


la pression de fracturation obtenue par une injection rapide devient supé-
rieure à celle calculée pour un écoulement permanent. L e tableau ( T 4.6)
f o u r n i t un exemple e t peut Stre comparé au tableau ( T 4.4). Nous re-
trouvons alors l'influence importante d'une faible variation de $ qui con-
duit 3 u n e f o r t e majoration d e la pression de fracturation.

Ecouiemant permanent Injection rapide

P~ 17.48 fig. (4.15) 17.68 fig. (4.10)

V = 0.3 - a = 0.190 - K, = 0.6 - $ = 0.95 - Co = 7 200 kPa

Tableau (T 4.6) :

Coinparaison Ecoulement permanent - Injection rapide.


La plastification s'initie .au bord du puits
Figure 4.15 : Ecoulement permanent Figure 4-16

Diagrammes comparatifs de distributions de contraintes


: Injection rapide
1
au moment de la fracturation (Influence de B)

4.5.3 CONCLUSION ~
De l'ensemble des résultats obtenus, il est intéressant
d'observer que l'influence de I'injection rapide ne donne pas lieu
à des résultats définitifs ou figés. Nous ne pouvons conclure f i n a -
lement que s u r l'évolution comparée de la plastification du domaine
autour du p u i t s quand la pression interstitielle croit. En effet, si
l'étendue de la zone plastique est systématiquement p l u s faible l o r s
de I'injection rapide, c'est bien son schéma d'évolution qui va con-
ditionner la valeur relative d e la pression de fracturation obtenue
pour les deux méthodes de simulation d'injection ( t r è s lente o u r a -
p i d e ) . Nous avons montré e t souligné ce phénomene au paragraphe
4.5.2.

L'influence refatlve de tous les autres paramètres (v, K,


a, B, Co) n'est pas modifiée par le f a i t de simuler u n e injection
rapide et n'appelle ainsi aucune remarque supplémentaire vis à v i s
de celles commentees dans la synthèse d u chapitre II1.
V - RESOLUTION NUMERIQUE -
MODELE DE LADE-SHAO
Nous avons présenté dans les chapitres 11, II1, et I V des
méthodes de résolutions, analytiques ou numériques, qui faisaient
intervenir u n comportement élastique ou élasto-plastique parfait d u
sol.

Nous développons dans ce chapitre, le calcul d e la pres-


sion de fracturation et les distributions de contraintes autour du
puits, déduits d ' u n comportement élasto-plastique écrouissable d u ma-
tériau. Le critère que nous avons choisi est le deuxième critère d e
LADE [20] [ 2 1 ] [22] adapté par SHAO [33] pour d é c r i r e le compor-
tement d e la craie poreuse. Ce c r i t è r e présente deux surfaces d e
charge, u n e déviatorique et une contractante. Nous avons apporté
quelques simplifications au modèle utilisé par SHAO a f i n de l'adapter
plus aisément à la nature d u calcul que nous envisageons.

Nous présentons finalement des résultats s u r la valeur de


la pression de fracturation permettant d'effectuer une synthèse com-
parative des différentes méthodes utilisées.

5 - 1 PRESENTATION DU MODELE EUSTO-PLASTIOUE:

LOIS DE COMPORTEMENT

Le modèle que nous allons utiliser pour déterminer la dis-


t r i b u t i o n des contraintes autour du p u i t s de forage est le modèle
élasto-plastique de LADE [20] à deux surfaces de charge. Des modi-
fications du modèle initial o n t été apportées p a r SHAO [33] afin d e
décrire le comportement de la craie poreuse sous f o r t e pression h y -
drostatique. Les paramètres du modèle ont été déterminés après de
nombreux essais triaxiaux de révolution e t de compression isotrope.

Nous reprenons dans notre étude l'essentiel du modèle u-


tilisé en y apportant certaines simplifications nécessaires au t y p e de
calcul envisagé.
FORMULATION GENERALE

Le matériau est supposé ê t r e homogène e t isotrope répon-


d a n t à u n comportement élasto-plastique avec écrouissage isotrope.
Selon LADE [20], la déformation totale ( € 1 est la somme de la dé-
formation élastique ( c e ) , d e la déformation plastique contractante
( c c ) e t de la déformation plastique déviatorique ( c d ) . NOUS écri-
v o n s alors sous forme incrémentale :

Rappelons que la déformation A E ( 1) représente la varia-


t i o n d e la déformation E( Il lors d e l'application d'un incrément DP
dans l e forage. L'indice I permet le repérage d'un point c o u r a n t d u
domaine conformément aux indications d u c h a p i t r e 1 I 1.

DEFORMATION ELASTIQUE ( )

Pour le matériau considéré la déformation élastique sera cal-


culée en utilisant les relations de B I O T [ 4 1 . Nous supposons i c i que
le module d'élasticité e t le coefficient d e Poisson sont constants a u
c o u r s du chargement, e t donc indépendants d e l'état d e contraintes
d e la roche.

SHAO a montré [33], qu'en fait,pour la craie. les modu-


les d'Young e t de compressibilité dépendent du premier i n v a r i a n t du
t e n s e u r des contraintes ( 1, ) .
5.1.3 DEFORMATIONS PLASTIQUE CONTRACTANTE

Le c r i t è r e d e LADE a été initialement élaboré pour des


sols sans cohésion. Nous avons montré dans les chapitres précédents
que la cohésion est un paramètre important qui i n t e r v i e n t s u r l a va-
l e u r finale d e la pression d e fracturation et s u r l'étendue d u domai-
n e plastique autour du p u i t s . Ainsi q u e l'a proposé LADE [21] [33].
nous la faisons i n t e r v e n i r en translatant les surfaces de charge s u r
l a t r i s e c t r i c e (01 = a', = ail en substituant à la contrainte al ia
contrainte Ü telle q u e :

Sc0
avec p =-
tg 6

D'après l e modèle de LADE, la déformation plastique con-


t r a c t a n t e est déterminée p a r une règle d'écoulement associée avec
écrouissage isotrope. L a fonction de charge correspond à u n e s u r -
face sphérique dans l'espace des contraintes principales [ 3 3 ] . Elle
s'écrit :

(5.3) fc = Il2 + 21, - Y,= O

avec 11 = (O> + P v ) + (09 + 9) + (ad + 91


I 2= - ( ( a > + Py 1 (0; + Pv + (a:+ P, (a\+ P, 1 + (O\ P I
+ , (a\+e))

L e potentiel plastique associé est noté Qc et s ' é c r i t :

Nous déterminons alors sous forme incrémentale l a déforma-


t i o n plastique e n posant :

avec hhC positif o u nul.

Dans l'expression (5.3) i n t e r v i e n t le paramètre Y, q u i r e -


présente I'écrouissage e t se décompose en :

avec :Y limite élastique


Pa pression atmosphérique

C, P paramètres expérimentaux

WC travail plastique total contractant.

YcO limite élastique sera choisie dans le cadre d e notre é t u -


de comme la valeur initiale de Y,. :Y est ainsi déterminée à p a r t i r
des contraintes initiales que nous rappelons :

WC, travail plastique contractant s'écrit dans n o t r e cas :

5.1.4 DEFORMATION PLASTIQUE DEVIATORIQUE

La déformation plastique déviatorique est déterminée p a r


une règle d'écoulement non associée avec une règle d'écrouissage
isotrope. La fonction d e charge a été formulée à p a r t i r du c r i t e r e
de r u p t u r e de LADE [ 2 2 ] en supposant que la surface d e r u p t u r e
est la position ultime de la surface de charge. Le c r i t è r e de ruptu-
r e a été v é r i f i é expérimentalement p a r LADE s u r des roches et du
béton [ 2 1 ] [ 2 2 ] . 11 s'écrit :

avec 1, = (a',+ P, ) (O'


O
+ P, 1 ( a i + )

Y, : limite de r u p t u r e

m : paramètre expérimental

La fonction de charge déviatorique a la même forme q u e le


c r i t è r e de r u p t u r e et s'écrit :

avec Yd paramètre d'écrouissage.

Yd dépend du travail plastique déviatorique Wd et d'une


limite d'élasticité Y: . sera choisie comme étant la valeur initia-
le de Yd en posant fd égale zéro lors de I'initialisation du cal-
cul. Les contraintes sont alors données par (5.7). Y, représentera
la borne supérieure de Yd et nous supposerons que lorsque &
atteint Y
, . fd s'écrit sous la forme (5.9 1. Le matériau devient a-
lors élasto-plastique parfait.

Avant d'atteindre la valeur , Yd s'écrit [33] :

avec Wd =
I (O-
'
- criin) dc- d

et a. p. P
., L paramètres du matériau déterminé expérimentalement.

Le potentiel plastique Qd utilisé pour les calculs des dé-


formations plastiques déviatoriques s'écrit :
avec = S. Yd

S : constante adimensionnelle du matériau.

La déformation plastique déviatorique A E ~sera ainsi cal-


culée p a r :

avec AAd scalaire p o s i t i f ou nul.

5 - 2 UTILISATION DU MODELE DE LADE DANS UN


PROGRAMME DE CALCUL PAR DIFFERENCES FI-
NIES

La méthode générale d e résolution ne d i f f è r e pas de ce q u e


nous avons exposé au c h a p i t r e III. Rappelons brièvement que le cal-
c u l se déroule en d e u x phases distinctes :

Fh313-j-: Simulation d e "création d e forage" à p a r t i r d e l'état ini-


t i a l d é f i n i p a r ( 5 . 7 ) . Cette phase permet de déterminer
l'état d e contraintes autour du p u i t s a v a n t le d é b u t d e I'in-
jection.

Fh3>zeL: C'est la phase d'injection se déroulant p a r applications


d'incréments d e pression d'amplitude OP dans le p u i t s .
Ce calcul se p o u r s u i t jusqu'à l'obtention de la condition
d e f r a c t u r a t i o n définie au c h a p i t r e I1.

Nous r e p r e n o n s une géométrie du maillage identique à celle


définie au c h a p i t r e 1 I1. Toutes les v a l e u r s des contraintes, déforma-
t i o n s e t déplacements seront donc implicitement fonction d e l'indice I
q u i repère un p o i n t c o u r a n t d u domaine. Le temps n ' i n t e r v i e n t pas
ici, e t nous supposons q u e le régime d'écoulement est permanent.
5.2.1 GENERALITES - DEFINITIONS

Nous nous situons ici dans le cas o ù après incrémentation


d e chargement DP, les deux fonctions fd e t f, deviennent po-
sitives. L e champ d e contraintes i n i t i a l ( a v a n t application d e DP)
est noté [a' ] et il v a r i e pendant le chargement de [Ao'] avec :

L a variation du champ d e déplacement est notée DUR (cha-


p i t r e III e t nous définissons alors un champ f i c t i f de contraintes
[DICI avec :

(5.15 = 1
DCRE

et DCRE = ( A + 2 p ) A% + A Ac,
DCOE = ( A + 2 p ) Ace + A Ar,
DCZE = x Acr + A AE
8
= v (DGRE + DC0E)

avec :

Ac8 -- DUR
-r
Si nous supposons qu'après chargement, u n i n v a r i a n t 1
devient : 1 + AI
j, nous avons :

Les déformations plastiques s o n t alors simultanément d é f i -


nies p a r le système :

II nous f a u t finalement calculer les variations A ,A et


AI, qui v o n t permettre d e ramener les fonctions fd e t f= à u n e va-
l e u r nulle, e t t r o u v e r le champ d e déplacement DUR qui résoud
l'équation d'équilibre.

Les fonctions fd e t f, évoluant positivement au c o u r s


du chargement, la variation des contraintes AU:, AU; et bd, en-
t r a î n e u n e évolution des paramètres d'écrouissage et Y
., Nous
pouvons calculer au premier o r d r e la nouvelle valeur de ces paramè-
t r e s sous u n e forme développée. Si nous notons Y~(o;A~) e t
Y, (0' + AU'), la valeur de Yd et Y, après chargement, il v i e n t :
Le problème est résolu quand nous vérifions simultanément
les équations d u système :

1 =(11+~1,)2 + 2(12+~121- YC(u1+ Ad) =


1 i
f,(a+Ao O , df, > O

Equation d'équilibre ( 3.141..

. Obtention du système d'équations.

Dans l'hypothèse où les deux fonctions fc e t fd sont po-


sitives après l'application du chargement DP, nous pouvons écrire
le vecteur déformation sous la forme :

(5.21 ) [Ar] = [Are] + AAC aQc


[aOrj + AAd rad]QI

avec [AE] = 1:~iJ


- AcZ -
-

Rappelons que toutes les variables sont définies à l'indice


I d e repérage.

Nous allons utiliser Iiexpression ( 5.21 ) pour calculer la


variation des contraintes [ A U ] en utilisant les relations de Biot.
a Qc aQd
A p a r t i r des vecteurs [ab] et [-au 1 , nous calculons les
vecteurs [DFD] e t [DFC] définis par leurs composantes.

(5-221 [DFD] = [-:]DFRd


et [DFC] = [q DFZc

DCRd = ( h + 2 ~ )F r d + A ( Fbd+Fzd
DF6d = (h+2p) FQd + A (Frld+Fzd
DFZd = ( x + 2 ~ )Fzd + ~ ( F r d + F d d )
DFRc = (h+2p) F r c + ~ ( F 6 c + F z c l
DF6c = ( ~ + 2 p )F6c + h(Frc+Fzc)
DFZc = (X+2p) Fzc + A ( F r c + F6c)
Les expressions de [DFD] e t [DFC] nous permettent d e
calculer la variation des contraintes p a r les relations de BIOT [ 4 1.
Nous pouvons alors à l'aide du vecteur [DF] défini p a r (5.151 e x p r i -
mer [Au] :

(5.23) [Au] = [DG,] - AX' [DFC] - A? [DFD] + $ [AP]

Nous pouvons détailler les différentes possibilités suivantes :

- pas de plastification fd et fc négatives alors : AAC = A X ~= O

- plastification fd positive, f, négative alors : AA= = 0 et A$ >0


- plastification fd négative, fc positive alors : AXC > 0 et A X ~= O

- piastification fd e t fc positives alors : AX= >O et A A ~ >O


Nous allons établir à ce stade l'équation d'équilibre qui four-
n i r a un système d'équations p a r rapport au champ de déplacement
DUR( I l . En effet, nous rappelons que cette équation s'écrit en varia-
bles discrétisées p a r rapport aux incréments d e contraintes :

Nous exprimons (5.24) en chaque point 1 en utilisant l'expres-


sion (5.23) qui donne [Ao].
Nous avions montré dans le chapitre I II que (5.24) s1ex-
primait pour l'indice I variant de 2 à M-2. Nous devons utiliser les
conditions aux limites en contraintes p o u r I'exprimer différemment au
rayon RI e t près du rayon R.,

Rappelons la définition de la constante T, qui d é f i n i t la


phase de calcul. T, vaut l'unité en phase de création de forage.
T, est nulle pendant l'injection. L'équation ( 5.25) donne dans ce
cas la variation de contrainte effective AU:( 1 1, notée ha en fonc-
tion de DP, T, et p, soit :

Puisque nous connaissons Au, nous pouvons calculer au


rayon RI la dérivée d u déplacement. Si nous appelons DUR* l'ex-
A
pression : DUR* = -V DUR. II vient : .

Aul = (1-v) --
d DUR*
dR(1)
+

- ,hd(1 DFR~LI) - ~ ~ c (DFRC(I


1

.. ( 5 . 2 6 ) permet l e calcul de dDUR*( 1 ) /dr. Nous pouvons


alors en deduire les expressions de (A
;U' 1 e t su; ( 1 ) soit :

En utilisant les remarques du chapitre III s u r les expres-


sions de la dérivée du déplacement au rayon R, nous pouvons dé-
terminer le système complet en DUR*.

Ce système s'écrit :

Pour I = 1
Système
(5.28)

Pour 1 variant de 2 à M-2

Système
(5.28)
Pour I = M - 1

DUR*(M-2) [A1(M-1) ( ( 1-v) R(M-1) + 5 DR (M-1 ) ]

1-v) DR(M-1)
Système + DUR*(M-1) [A,(M-1)((1-V) R(M-O + DRLM-1) J + v + R(M-l)]
15.28)

Pour I = M

Système DUR*(M) = DUR*(M-1)


(5.28)

avec A ( 1 , A ( 1, A (1) constantes géométriques déve-


loppées au chapitre IV.

Nous sommes finalement en position d'un système de M é-


quations à M inconnues s u r le déplacement q u i va nous permettre
de résoudre l'équation d'équilibre. Cette équation est conditionnée
p a r la valeur des coefficients du t y p e ahd (1) o u ~f (1 ) .

Nous pouvons à ce stade élaborer un principe de résolu-


t i o n qui v a permettre de réaliser les conditions (5..20), e t de calcu-
l e r l'accroissement des contraintes.

Nous présentons les différentes étapes de cette résolution.

Etape O : A p a r t i r d'un état considéré comme initial, nous appliquons


le chargement DP dans le forage.

Etape 1 : En supposant que tous les coefficients A et Abc sont


nuls partout, nous calculons les variations d e contraintes
notées [AoO] déduites des équations (5.27). (5.28) e t
(5.23).

Etape 2 : Nous déterminons les zones d u domaine où les fonctions


fd et f, deviennent positives afin d e calculer l'étendue
de la zone plastique. II est possible que les zones où
fd e t f, deviennent positives soient d i f f é r e n t e s . L1éten-
d u e du domaine plastique est alors l e p l u s g r a n d r a y o n
définissant ces zones.

Etape 3 : Dans un cas général, nous calculons p a r i t é r a t i o n s s u c -


d
cessives les v a l e u r s Ah, ( 1 e t dhC1( 1 ) q u i annulent s i -
multanément fd(a' + AU') et f, ( a 1 + AU') comme indi-
quées p a r ( 5.20 .
Avec : [ A U ' ] = [Au',] - A A [DFC]
~ - AX:[DFD]

Etape 4 : Retour s u r l'équation d ' é q u i l i b r e avec les v a l e u r s cal-


culées à l'étape 3 de AXC1 et dAdl. La résolution f o u r -
nit le champ d e déplacement DUR:( 1 ) e t permet le cal-
cul de [AU]'.

Etapes suivantes : Retour s u r les conditions (5.20) e t calcul des va-


leurs de AAC, et A& qui a n n u l e n t fd ( o l + ~ a l ) e t
fc ( o l + ~ a ' l . Nous répétons ce glouble schéma d e r é s o l u -
t i o n jusqu'à l'obtention d'un champ d e déplacement
DUR*( 1 1 e t des valeurs dXC ( I l e t dXd ( l ) qui r é s o l v e n t
complètement (5.20 1. Nous v é r i f i o n s q u a t r e c o n d i t i o n s
simultanément p o u r affirmer la convergence.

Quand ces conditions sont vérifiées, nous calculons la va-


l e u r des paramètres dlécrouissage Yd ( l ) et Y, ( l ) . Nous passons
e n s u i t e à l'application de l'incrément d e chargement s u i v a n t .
- p.151 -
5 - 3 PRESENTATION D E L 1 ~ C H I T E C T U R EDU PRO-
GFL%MME DE F3ZSOLUTXON "GIK"

Initialisation des données


Coordonnées du maillage.
Paramètres initiaux Y$ , yoC

Etat de contraintes initial


(avant application de l'incrément)
1
7
Incrément
Equation d'équilibre ( ,-----
suivant f
-
4 Calcul de DUR0 4
AEO Au0

Test sur , ,
FiikC
8

4
, fd

:
Critère : f,
Calcul de Fin du calcul
C + Ac0 si vérifié

1' incrément

'l
Calcul de^ A,~I Equation
Calcul de
convergence
2 D L ? ~ , DGi , !Ici
Pas de convergence lests de convergence
sur fc, fd, A A
-

Convergence obtenue Paramètres


5 - 4 DEROULEMENT DU CALCUL - RESULTATS

PARAMETRES TESTES

Lors des chapitres e t méthodes de calcul précédents, nous


avons montré l'influence des paramètres mécaniques qui intervenaient
sans ambiguité. Ces paramètres sont la cohésion e t le coefficient de
Poisson du matériau. Nous vérifierons que leurs influences respecti-
ves sont confirmées en utilisant le c r i t è r e de Lade. Le rôle du coef-
ficient de poussée K, est moins net, e t les résultats obtenus sont
parfois contradictoires entre la résolution analytique ( c r i t è r e d e Cou-
lomb) e t la résolution numérique ( c r i t è r e de D r u c k e r ) . Nous axerons
ainsi plus précisément notre étude s u r l'influence de K, et propo-
serons un ensemble d e résultats concernant ce paramètre.

5.4.2 DEROULEMENT DU CALCUL

. maillage, incrément de chargement

Le maillage utilisé e t les incréments d e chargement sont i-


dentiques à ceux proposés l o r s des chapitres III et IV.

. déroulement du calcul en phase de simulation de "créa-


tion de foraqel'

L o r s de la simulation de "création de forage", la plastifi-


cation du domaine s'établit d'abord en anneau autour du puits, e t
c'est la surface de charge contractante qui est atteinte (fig. (5.1 1 )
Les corrections de contraintes sont pratiquement négligeables à ce
stade du calcul.

La surface déviatorique est atteinte plus tardivement. Deux


zones distinctes autour d u p u i t s caractérisent alors la plastification.
Dans la première zone, de rayon i n t é r i e u r RI, les deux surfaces de
charges sont atteintes simultanément. Autour de cette zone, subsis-
t e un anneau où seule la surface contractante est atteinte Ifig. 5.2) 1.
ZONE 1

Figure 5.1 :
Evolution de la plastification en phase I du calcul
Zone I : Surface contractante atteinte seule

ZONE 1

Figure 5-2 :

Zone I : Surfaces déviatorique et contractante atteintes simultanément


Zone II : Surface contractante atteinte seule
La f i n d e la première phase de calcul est marquée par I'exis-
tence de t r o i s zones. Une zone de décharge de rayon R,I sur la sur-
face contractante, o ù seule la surface déviatorique est atteinte. U n
anneau,où les deux surfaces sont atteintes simultanément,entoure cet-
t e zone. Autour de cet anneau, une faible zone du domaine subsis-
t e où seule la surface de charge contractante est atteinte ( f i g . 5.3)

ZONE 1 ZONE III

ZONE I I

Figure 5.3 :

Evolution de la plastification en phase I du calcul


Zone I : Surface déviatorique atteinte seule
Zone II : Surfaces déviatorique et contractante atteintes simultanément
Zone III : Surface contractante seule

Nous pouvons souligner que les corrections s u r les con-


traintes deviennent t r è s importantes dès que la surface déviatori-
que est atteinte dans une zone du domaine. Ces corrections sont
d'autant p l u s élevées que le rapport Ko est grand. En particulier,
les contraintes o8 (RI) e t o,(RI) décroissent rapidement vers la fin
du calcul de la phase 1, quand oR(RI) est proche de Po.
. Phase d'injection - Obtention de la fracturation

O n ne p e u t dissocier l'évolution d e la plastification e t


l'obtention d e la f r a c t u r a t i o n l o r s d e la phase d'injection. Pour des
v a l e u r s faibles de K, (O,4),et ceci quelque soit v, il y a plasti-
fication, e t la surface déviatorique est atteinte dans un domaine d e
rayon intérieur supérieur à RI. Plus v est faible, e t p l u s cette
zone est étendue à la fin du calcul. Pour v valant 0.2, la plas-
t i f i c a t i o n a t t e i n t le b o r d du forage. Pour K, valant 0.6, la plas-
t i f i c a t i o n e s t t r è s f a i b l e e t reste localisée dans un domaine de r a y o n
i n t é r i e u r supérieur à RI. Pour K, égal à 0.8, le comportement est
t o u j o u r s élastique pendant I'injection, e t ceci quelque soit v. Les
corrections s u r les contraintes, nulles p o u r K, égal à 0.8, restent
e n général faibles ( e n v i r o n 10 % ) v i s à v i s du calcul élastique. O n
p e u t donc d i r e que c'est b i e n la d i s t r i b u t i o n des contraintes avant
I'injection qui va conditionner le r é s u l t a t f i n a l s u r la pression d e
f r a c t u r a t i o n . (nog élastique indépendant d e K,). Ces r é s u l t a t s sont
présentés dans le tableau ( T 5.1 1.

Tableau ( T 5.1) :

Résultats comparatifs. Sc, = 3 000 kPa


. Influence de la simulation de "création" de foraqe sur
les contraintes.

Nous avons testé, p o u r mener le calcul, t r o i s valeurs d e


K, : 0,4 ; 0,6 ou 0,8, et t r o i s valeurs de v : 0,2 ; 0,3 ; 0,4.
L'indépendance de la d i s t r i b u t i o n finale de contraintes, à K, fixé,
v i s à v i s de la valeur de v est de nouveau vérifiée. La cohésion
est i c i définie p a r u n e valeur moyenne : Sco = 3 000 kPa.

Pour les t r o i s valeurs de K, testées, l'étendue de la zo-


ne totale plastifiée reste faible (aux alentours de 0,2m) e t finale-
ment seule. cette faible zone sera fortement perturbée. Par r a p p o r t
aux critères de Coulomb ou Drucker, l'utilisation d u c r i t è r e d e Lade
amène i c i de profondes modifications s u r l'évolution d e a, et ae
p r è s du puits. Si l'allure générale d e la distribution d e ces con-
traintes varie peu. nous pouvons remarquer que a et ae sont
t r è s différentes près du puits. Rappelons que les calculs précédents
donnaient :

- u n régime d'arête ae = a, près du puits ( c r i t è r e d e


Coulomb

- une évolution proche a


e peu différente d e a, près du
p u i t s ( c r i t è r e de D r u c k e r 1.

Nous trouvons ici une différence a ( Ri -a Ri qui


c r o i t fortement avec &. La valeur de la contrainte tangentielle a-
v a n t injection est nettement supérieure à celle trouvée p a r I'utilisa-
tion des critères de Drucker ou Coulomb (fig. 5.4). Cette valeur
c r o i t avec K, alors qu'en parallèle a,( Ri) décroît. Nous expose-
rons plus loin les conséquences de cette propriété s u r l'obtention
d e la fracturation.
Figure 5-4 :
___----
Influence de K, sur
la distribution de con-
traintes avant injection
1 1.4 1.0 2.2 2.8 3 3.4 3.8 4.2 4.8 S
Nous pouvons noter que l'on retrouve l'influence majora-
trice due à l'augmentation de K,, et le rôle minorateur d'une augmen-
tation de v sur PL. Les "concentrations" de contraintes sont d'au-
t a n t plus fortes que
K, est grand ( F i g . 5.51. Ces "concentrations"
apparaissaient déjà nettement sur les résultats fournis par l'utilisation
d u critère de Drucker. .

Figure 5 - 5 :
Influence de k, sur la distribution des contraintes
au moment de la fracturation
Pour K, valant 0.8 e t une valeur élevée d e v
(v = 0.41, le comportement élastique pendant l'injection induit la
propriété suivante : la fracturation peut s'initier dans un plan o r -
+
thogonal à z , C'est ce que laisse présager le calcul avec les réser-
ves q u i s'imposent néanmoins s u r la validité des paramètres e t du
modèle quant à ce t y p e de calcul. Cette tendance n'en est pas moins
intéressante e t n'a jamais p u être visualisée précédemment (utilisa-
t i o n des critères de Drucker e t Coulomb).

Une telle observation peut ê t r e effectuée ici car u8( Ri 1


est t r è s supérieure à oz( Ri) avant l'injection e t le .comportement
est élastique pendant cette injection. En effet, pour v valant 0.4
et K, valant 0.8, l'incrément OP d e 100 kPa provoque les va-
riations : AU; ( Ri) = - 170 kPa et AD;( Ri) = - 70 kPa. O:( Ri) peut
alors s'annuler avant D ) R ~ ) , ce qui définit la fracturation suivant
z. C'est ce que montre la f i g u r e ( 5 . 6 ) .

Figure 5-6 :

Cas limite fracturation verticale - fracturation horizontale


II est donc possible d'imaginer, qu'en tendance, les f o r -
tes valeurs de K, provoqueraient une fracturation horizontale. Sou-
lignons néanmoins que l'hypothèse E, -- E, = cste, lors du calcul,
amplifie probablement les effets s u r la contrainte verticale, la pru-
dence s'impose alors s u r l'affirmation d'une conclusion définitive.
Cette hypothèse semble physiquement acceptable lors de l'injection
qui concerne une faible "tranche" d e sol, mais elle doit être plus é-
loignée de la réalité lors de la simulation de "création de forage"
qui provoque les fortes chutes de og et a, près du puits.

5.4.3 CONCLUSION

Nous avons volontairement insisté s u r l'influence de K,


dans la synthèse de résultats présentée. Si cette influence apparait
p l u s clairement s u r la valeur finale d e 5
vis à v i s du calcul utili-
sant le c r i t è r e de Drucker, il nous parait s u r t o u t important de sou-
l i g n e r la f o r t e "concentration" de contraintes liée à l'augmentation de
K., II parait alors probable que l'influence de ce paramètre se fasse
sentir s u r la pression de maintien qui caractérise l'évolution de la
fracture. On peut en effet imaginer que si a (r) est élevée près
8
du puits, la f r a c t u r e se propagera moins aisément, e t qu'alors la
pression d e maintien doit augmenter avant de décroitre. Cette baisse
d e la pression correspond alors à la fracturation du domaine où
0 8 ( r ) diminue (fig.. 5.71.

Pour les plus faibles valeurs de K, les "pics" s u r 08


disparaissent et l'on peut envisager l'application d'une pression de
maintien sensiblement stable.

Ces constatations montrent et expliquent des tendances


éventuelles, physiquement appréhendables. Elles ne peuvent cepen-
d a n t ê t r e suffisantes et demandent une étude approfondie, post ini-
tiation de fracturation, q u i prendrait en compte ces fortes "concen-
trations" d e contraintes avant l'évolution de la fracture.
Fiqure 5.7 :

Influence supposée de la "concentration" de contrainte


sur la pression de maintien (v = 0.4, Ko = 0 . 6 )
Zone I : o8 augmente fortement : la pression de maintien doit croître
Zone Ix : Diminution de o : la pression de maintien peut décroître
0
CONCLUSION

La détermination des d i s t r i b u t i o n s d e contraintes a u t o u r d ' u n


p u i t s p é t r o l i e r e t I'estimation des pressions de f r a c t u r a t i o n h y d r a u l i q u e o n t
été effectués dans le c a d r e d e matériaux faiblement résistants (sables, g r è s
e t argilites peu consolidés, . . . 1. Pour d e tels matériaux, l ' u t i l i s a t i o n de c r i -
t è r e s de plasticité simples, tels que MOHR-COULOMB ou DRUCKER, mon-
t r e q u ' u n domaine plastique en anneau apparait autour d u p u i t s l o r s d e la
création o u d e la p r o d u c t i o n du forage e t pendant I'injection.

La p r i s e en compte d e la plastification est t r a d u i t e p a r la mise


a u p o i n t de d i f f é r e n t e s méthodes de résolution, qui, p o u r ê t r e comparables,
utilisent, p o u r le modèle, des paramètres mécaniques, physiques e t géomé-
t r i q u e s similaires. La géométrie du modèle est axisymétrique e t suppose
a l o r s u n état i n i t i a l d e contraintes horizontales uniformes a, qui découle
directement d e la c o n t r a i n t e verticale i n i t i a l e ,a
, p a r l'intermédiaire de
la poussée a u repos K,. Ce coefficient t r a d u i t l'état de c o n t r a i n t e "in-
situ1' avant t o u t e p e r t u r b a t i o n d u domaine. C'est un paramètre essentiel
d o n t nous avons é t u d i é l'influence au c o u r s des d i f f é r e n t s calculs.

Une résolution analytique complète a été effectuée. Cette résolu-


tion, basée s u r l'utilisation d u c r i t è r e d e MOHR-COULOMB, montre I'influ-
ence de la plastification au t r a v e r s d e t r o i s paramètres : la poussée K,,
la résistance e n compression Co e t le coefficient d e pression v du ma-
t é r i a u . La d i s t r i b u t i o n d e contraintes, a u t o u r du p u i t s avant I'injection,
a été déterminée ainsi q u e son évolution v e r s t r o i s états d e contraintes pos-
sibles au moment de l a f r a c t u r a t i o n . L'exploitation d e ces r é s u l t a t s permet
d e dégager q u a t r e idées principales :

- l'influence d ' u n e plastification minore le p l u s souvent la valeur estimée


d e la pression d e f r a c t u r a t i o n comparée à l'estimation p a r calcul élastique,

- I'augmentation de K, majore fortement la pression de f r a c t u r a t i o n ,

- l'augmentation d e Co majore également cette pression,

- Ilaugmention de v minore la pression d e f r a c t u r a t i o n .

Nous pouvons cependant c r i t i q u e r cette résolution s u r d e u x


points :
- la pression d e f r a c t u r a t i o n est estimée à p a r t i r d ' u n état f i n a l d e con-
t r a i n t e s qui ne permet pas d e s u i v r e pas à pas I'injection, et d ' e n v i -
sager un éventuel comportement élastique au c o u r s de celle-ci,

- la nécessaire simplification d e la d i s t r i b u t i o n d e pression i n t e r s t i t i e l l e


qui suppose un régime permanent d'écoulement. Cette hypothèse n e
permet pas d e t r a i t e r le cas du matériau peu perméable sollicité p a r
u n e injection rapide.

L'insuffisance d'une telle approche nous a amenés à e f f e c t u e r


u n e résolution numérique p a r différences finies apte à f a i r e a p p a r a i t r e
I'influence des deux p o i n t s précédemment cités. Cette approche est b a -
sée s u r l'utilisation du c r i t è r e d e DRUCKER. Deux étapes dans le calcul
permettent l'élaboration d ' u n e sol u t i o n :

- la détermination d e la d i s t r i b u t i o n d e contraintes avant I'injection ( s i -


mulation d e "création d e forage" ),

- I'injection d a n s , l e p u i t s simulée p a r un chargement incrémental d e p r e s -


sion.

P o u r simuler I'injection, nous avons envisagé d e u x méthodes de


résolution t r a d u i s a n t la n a t u r e d e l'écoulement :

- I'injection e s t lente, l e matériau est t r è s perméable, le régime d'écoule-


ment est alors stationnaire,

- I'injection e s t rapide, le matériau est peu perméable, le régime d'écoule-


ment est t r a n s i t o i r e .

L e deuxième p o i n t est t r a i t é p a r I'alaboration d'un couplage sim-


p l i f i é fluide-squelette.

L'ensemble d e s r é s u l t a t s montre qu'avant I'injection, les d i s t r i -


b u t i o n s de contraintes obtenues p a r la résolution numérique sont proches
d e celles f o u r n i e s p a r l e calcul analytique antérieur. L o r s du calcul des
pressions d e f r a c t u r a t i o n , l'influence d e Co e t v coihcide p o u r les deux
méthodes d e résolution alors que des différences importantes apparaissent
s u r la conséquence d ' u n e évolution d e K., L'augmentation d e ce coefficient
n'amène p l u s u n e majoration systématique d e la pression d e f r a c t u r a t i o n
d o n t le calcul apparait s u r t o u t lié à l'évolution d e la plastification l o r s de
I'injection.
Qu'elle soit stationnaire ou rapide, la phase d'injection s'accompagne sou-
v e n t d'un comportement élastique d e la t o t a l i t é ou d ' u n e p a r t i e du domaine.
Nous justifions, p a r cette constatation, les différences notables observées
s u r le r ô l e d e K,.

Nous avons f a i t le c h o i x d'une étude d e l'influence de nombreux


paramètres, e t il est p a r f o i s délicat d ' i n t e r p r é t e r relativement le r ô l e de
chacun d ' e n t r e eux. Nous désirons cependant présenter i c i un exemple p r é -
cis d e calcul. L o r s d'expériences d e f r a c t u r a t i o n s f mini-frac), il e s t c o u r a n t
d ' i n t e r p r é t e r les r é s u l t a t s obtenus p o u r estimer la valeur des contraintes
"in-situ", e t en particulier, la v a l e u r d e K,. Une approche essentiellement
élastique du comportement du matériau p e u t conduire à des i n t e r p r é t a t i o n s
contestables o u certainement insuffisantes. KRY e t GRONSETH 1381 o n t me-
n é des expérimentations d e mesures de contraintes i n - s i t u p a r f r a c t u r a t i o n s
hydrauliques. I l s concluent, dans le cas d e bi-couches g r è s peu consolidé-
argiles, à des contrastes élevés d e contraintes horizontales p a r des mesures
d e pressions d e f r a c t u r a t i o n .

Nous avons mené d e u x calculs d i s t i n c t s p o u r d e u x natures d e ma-


tériaux, mais soumis aux mêmes conditions initiales (Tableau 1 ).

grès peu V = 0.2 $I = 35O


consolidé Co = 4 000 kPa

K, = 0.6

,a
, = 22.6 MPa
v = 0.2 @ = 20°
argilite
Co = 10 000 kPa

Tableau 1

L e r a p p o r t d e perméabilité k g r è s / k a r g i l e est f i x é à 10
3
.
Le calcul de pression d e fracturation, sous injection rapide, f o u r -
nit les r é s u l t a t s suivants (ramenés à une p r o f o n d e u r d e mille mètres) :
. PL (grès) : 13.9 MPa

. PL (argilite) : 18.8 MPa

. Prévision élastique : 21.4 MPa

L ' i n t é r ê t de ce calcul est d e montrer q u e des différences impor-


tantes s u r les pressions d e f r a c t u r a t i o n s n e sont pas, pour certains maté-
riaux, nécessairement justifiables p o u r des variations d e contraintes h o r i -
zontales, e t q u e la plastification du domaine p e u t également e x p l i q u e r sans
contrastes observés. Les f i g u r e s 1 e t 2 présentent les évolutions comparées
des contraintes avant injection e t au moment de la f r a c t u r a t i o n .

Les méthodes précédemment décrites u t i l i s e n t u n comportement


élasto-plastique p a r f a i t du matériau. La volonté d e p o u r s u i v r e nos calculs
s u r un matériau écrouissabla nous a c o n d u i t à é t a b l i r une méthode d e réso-
l u t i o n numérique à p a r t i r d e l'utilisation du modèle élasto-plastique écrouis-
sable à deux surfaces d e c h a r g e d e LADE-SHAO. Nous avons adapté c e mo-
dèle a u t y p e d e calcul envisagé en supposant q u e la limite d'élasticité ini-
tiale du matériau était d é f i n i e p a r l'état d e contraintes "in-situ" dans l e do-
maine. Nous avons ainsi pu o r i e n t e r u n e recherche d e r é s u l t a t s s u r l'influ-
ence d e K, les paramètres Co et v i n t e r v e n a n t sans ambiguité d a n s le
sens d'une majoration d e la pression d e f r a c t u r a t i o n quand Co augmente ou
v diminue. II apparait finalement q u ' u n e majoration d e Ko engendre u n e
augmentation d e la pression d e f r a c t u r a t i o n . On n e p e u t cependant pas p a r l e r
dans ce cas d ' u n e convergence avec la résolution analytique c a r cette a u g -
mentation est liée aux f o r t e s variations d e d i s t r i b u t i o n s de contraintes plas-
t i q u e s p r è s du forage a v a n t l'injection. Rappelons q u e le calcul analytique
p a r MOHR-COULOMB o u numérique p a r DRUCKER montre l'indépendance d e
ces d i s t r i b u t i o n s plastiques avant I'injection v i s à v i s d e K.,
Finalement, nous pouvons signaler que c e t t e étude e t les program-
mes d e calcul qui en r é s u l t e n t r e n d e n t nécessaire la connaissance de nom-
b r e u x paramètres et doivent ainsi ê t r e prolongés p a r le dépouillement
d'essais i n - s i t u e t de Laboratoire. Citons aussi les développements f u t u r s ,
selon nous fondamentaux, qui permettraient l'analyse p l u s f i n e des r é s u l t a t s
expérimentaux e t numériques : la mise au p o i n t d'un modèle cyclique permet-
LI'! Ur - _---
#

Grès Argilite

Fiqure 1 :
Distribution de contraintes avant injection

2E t Cr?

P
Ir' 1..
. .- R/QI

I 1 . 4 1.2 . ' 1 : .a ?.1 4 . 4.7 4.1: :- ' 1 1.4 1.9 2.2 2.5 3 ? . c l 3.- 4,; 4.c r

Grès Argilite

Fiqure 2 :

Distribution de contraintes au moment de la fracturation


t a n t la simulation d e chargement-déchargement en pression, la prise e n comp-
t e numériquement d e la formation éventuelle d ' u n "cake" sur la paroi d u fo-
r a g e e t l'utilisation d ' u n modèle géométrique tridimensionnel permettant d'en-
visager une non uniformité d e la contrainte horizontale "in-situ".
NOTATIONS E T VARIABLES

A (1) ; A ( 1 ; A ( 1) : coefficients géométriques

B (1 ; B ( 1) ; B ( l : coefficients géométriques

Co = 2 Sco t a n g 'E : limite à la r u p t u r e en compression simple


=
: v e c t e u r d é f i n i p a r [DFC] = [ E l [$
aQ
-
[DFDl : v e c t e u r d é f i n i p a r [DFD] = [Ë] [$]

[DG] : champ f i c t i f d e contraintes

DP : incrément d e chargement

D R ( [ ) = dr : accroissement du r a y o n au p o i n t c o u r a n t

DUR (II : v a r i a t i o n du déplacement au c o u r s d ' u n


incrément d e chargement

E : module d ' Y o u n g du matériau

-
[ E l : t e n s e u r d'élasticité
A+2p A

A+2p A 1
f~ : s u r f a c e d e charge contractante

fd : s u r f a c e d e charge d é v i a t o r i q u e

: h a u t e u r (épaisseur 1 du modèle ( p r i s e égale


à l'unité)

I : i n d i c e d e repérage d'un p o i n t c o u r a n t du
domaine

11, 12, 13 : i n v a r i a n t s du tenseur des contraintes

: perméabilité

: paramètre du c r i t è r e d e DRUCKER

kO : poussée des t e r r e s au repos


M : nombre d e points d e découpage d u domaine

P : pression i n t e r s t i t i e l l e
: pression au rayon Rc

: pression dans le forage

: pression d e fracturation

: pression au rayon Ro

: débit d e l'écoulement

: potentiel plastique contractant

: potentiel plastique déviatorique

: rayon repérant u n point courant

: rayon d e la zone plastique

: rayon d u forage

: rayon représentant l'infini (domaine non


perturbé 1

: cohésion

: déplacement au point courant

: travail plastique contractant

: t r a v a i l plastique déviatorique

: paramètre d'écrouissage contractant

: paramètre d'écrouissage déviatorique


: profondeur d'étude

: paramètre d u c r i t è r e de D r u c k e r

: coefficients pour l'équation d e diffusion


d u fluide

: coefficient de BIOT
: t r a c e du tenseur des déformations

: composantes d e la déformation en c o o r -
données c y l i n d r i q u e s
: composantes d e la déformation élastique
e n coordonnées c y l i n d r i q u e s

: composantes d e la déformation plastique


en coordonnées c y l i n d r i q u e s

: v a r i a t i o n d e volume

: vitesse d e v a r i a t i o n d e volume

: déformation verticale initiale d u domaine


: angle d e frottement i n t e r n e du matériau

: poids volumique d e l'eau

: coefficients d e LAME

: coefficient d e POISSON

: coefficient ( q = 2(I-Zv)@)
(

: contrainte totale a u r a y o n r = R ( I) -
positive si c o n t r a i n t e de compression

a', o'(l) : contrainte effective au r a y o n r = R( I ) -


p o s i t i v e s i c o n t r a i n t e de compression

: contraintes totales exprimées en coor-


données c y l i n d r i q u e s

: c o n t r a i n t e totale moyenne (1(ar + a. + oz) 1


3
: c o n t r a i n t e horizontale p o u r l e domaine non
perturbé

: contrainte verticale initiale

: limite d e résistance en t r a c t i o n simple

: v a r i a t i o n d e la déformation a u cours d'un


incrément d e chargement

: v a r i a t i o n d e la déformation élastique a u
c o u r s d ' u n incrément de chargement

: v a r i a t i o n d e la déformation plastique a u
c o u r s d ' u n incrément de chargement
1) : déformation plastique contractante

A E ~ (l ) : déformation plastique déviatorique

AA,(I),AA~(I),AX~(I) : scalaires positifs


[ 11 D. AUBRY, J.C. HUJEUX, F. LASSOUDIERE, Y. MEIMON "A -
double memory model w i t h multiple mechanisms f o r c y c l i c
behaviour o f soils". Proceedings of the International Sym-
posium on Numerical models in Geomechanics, Zurich, AA Bal-
kema, Ed. pp. 3-13 (1982)

[ 2 ) A. BARBAS, R. FRANK - flUtilisation d e la méthode des éléments


f i n i s en Mécanique des Sols dans le domaine de I'élastoplas-
ticité - Rapport de recherche L.C.P.C., n o 116 (Sept. 1982)

[ 31 BEZALEL C., HAIMSEN and John-N. EDL, J r . -


"Hydraulic
F r a c t u r i n g o f Deep. Wells" - SPE 4061 - 47th Annual Full
Meeting of the Society of Petroleum Engineers of Aime (1972)

[ 41 M.A. BlQT -
"General Theory o f t h r e e dimensional consolidation" -
Journal of Applied Physics, Vol. 12, p. 155-164 (1941)

[ 51 M.A. BlOT -
" T h e o r y of elasticity an consolidation f o r a p o r o u s
anisotropic solid" - Journal of Applied Physics, Vol. 26,
p. 182-185 (1955)

[ 61 M.A. BlOT - "Général solktions o f t h e equationç o f elasticity


a n d consolidation f o r a porous material" - Journ. ~ppl.
Mech. Vol. 23, N O 3, p. 91-96 (1956)

[ 71 M.A. BlOT -
"Non linear and semilinear rheology o f porous so-
lids" -
Journal of Geophysical research, Vol. 78, no 23,
pp 4924-4937 (1973)

[ 83 W.B. BRADLEY -
"Failure of inclined boreholes", ASME paper
presented at the Energy Technology Conference and Exhibi-
tion, Houston, Nov. 5-9, (1978)

[ 91 J. CRANK and P. NICHOLSON - "A p a r t i c a l method f o r numeri-


cal evaluation of solution of p a r t i a l d i f f e r e n t i a l equations
o f t h e heat conduction t y p e " - Proc. ~ o m b .Phil. SOC. - 43,
50 - 67 (1947)
[IO] F. DARVE, M. BOULON, R. CHAMBON -
"Loi rhéologique inct-é-
mentale des sols" - Journal de Mécanique V c ' . 17, r i 0 5, p p .
679-716 (1978)

[Il] J. DOUGLAS -
"On t h e relation between s t a b i l i t y and c o n v e r -
gence in t h e numerical solution o f linear parabolic a n d h y -
perbolic differential equation" -
J. Soc. Indust. Appli. Math.
vol. 4 - 20.37 (1975)

[ 121 J.M. DUNCAN a n d C.Y. CHANG -


"Non linear analysis o f stress
a n d s t r a i n i n soils" - Journal of the soi1 mechanics and
foundations Division, No SM5, p. 2629-1653 (1970)

[13] A.L. FLORENCE and LE SCHWER -


Int. Journal for Numerical
and Analytical Methods in Geomechanics, Vol. 2, 367-379,
( 1975)

[l4] GEERTSMA J. -
"Problems of r o c k mechanics i n petroleum p r o d u c -
t i o n engineering" - Proc. First Congr. of the Int. Soc. of
Rock Mech., Vol. 1, p. 585 (1966)

[15] GEERTSMA J. -
"Some Rock Mechanical Aspects o f oil and GAS
weil compietions" -
Eur. Otts. Petr. Conference and Exibi-
tion in London, p. 301-310 ( O c t o b r e 1978)

1161 P.F. GNlRK - " T h e mechanical behavior of uncased wellbores


situated in elastic/plastic media u n d e r h y d r o s t a t i c s t r e s s "
soc. Pet. Eng. J. - 49-59 ( F e b . 1972)

[17] A. GUENOT - "Contraintes e t r u p t u r e autour des forages pé-


troliers". Proc. 6 th. Congr. Int. Soc. Rock Mec. Montreal
(1987)

[18] P. HORSUD -
"Sand stresses acound a wellbore" - Proc. SPE Middle
East Tech. Conference, p. 709-727 (1981)

[19] P. HORSUD, R. RISNES, R.K. B R A T L I -


" F r a c t u r e I n i t i a t i o n Pres-
sures o n permeable p o u r l y consolidated sands" -
Journal of
Rock Mech. Min. Sci and Geomech. Abstr., Vol. 19, p. 255-266
(19823

[20] P.V. LADE -


"Elasto plastic s t r e s s - s t r a i n t h e o r y f o r cohesion-
less soi1 w i t h c u r v e d yield surfacest1 int . J. Solids Struc-
tures, Vol. 13, p. 1011-1035 (1977)
[21] P.V. LADE - " T h r e e parameters f a i l u r e c r i t e r i u m f o r concretel'
J. E n g . Mech., D i v . ASCE, V o l . 104, n o EM5, 850-863 (1982)

[22] P.V. LADE a n d KIM M.K. - "Modelling Rock S t r e n g h i n T h r e e


Dimensions" - I n t . J. R o c k Mech. Min. S c i . & Geornech. Abstr . ,
V o l . 2 1 , n o 1 , p a g e 21-33 (1984)

[23] G. MAIER, T . HUECKEL - "Non associated and coupled f l o w


r u l e s o f élasto-plasticity f o r r o c k - l i k e materials" - I n t .
J. R o c k Mech. Min. S c i . & G e o m e c h , Abstr. 16, p . 77-92
(1979)

[ 2 4 l V. MAURY e t J.M. SAUZAY - "Borehole l n s t a b i l i t y : Case h i s -


toires, r o c k mechanics approach a n d results" SPE/IADC
n o 1 6 051 (Mars 1987)

[25] V. MAURY, J.M. SAUZAY, D. FOURMAINTRAUX - "Approche


mécanique d e la p r o d u c t i o n p é t r o l i è r e - Problèmes essen-
tiels, premiers résultats" -
P r o c . 6 t h Congr. I n t . S o c .
R o c k Mec. M o n t r é a l ( 1987 )

[26] T.W. MILLER AND J r . J.B. CHEATHAM - "A new y i e l d condi-


t i o n a n d Hardening r u l e f o r rocks" - I n t . J. ~ o c kMech.
Min S c i . , V o l . 9 , p p 453-474 (1972)

[27] N. MORITA. K.E. GRAY, C.M. K I M - "Stress State, Porosity,


Permeability a n d Break down Pressure around a borehole
D u r i n g F l u i d Injection -
U n i v e r s i t y o f Texas

[28] G. E. MYERS - "Analytical Methods in conduction heat t r a n s f e r "


Mac Graw H i 1 1 ( 1971 )

[29] R. NAHRA - R. FRANK - " C o n t r i b u t i o n s numériques e t analy-


t i q u e s à Itétude de la consolidation a u t o u r du pressiomètre"
R a p p o r t d e recherche L.C.P.C., n o 137 ( F ~ v .1986)

[30] P. R. PASLAY and J.B. CHEATHAM -


"Rock stresses induced
b y flow o f f l u i d s i n t o boreholes", S o c . , P e t . E n g . 85-94
(March, 1963)

1311 W. PRAGER - " T h e t h e o r y o f p l a s t i c i t y : A s u r v e y o f r e c e n t


Achievements" - P r o c . I n s t . Mech. E n g s LONDON, p p . 4 1 -
57 (1955)
[32] J .P. SARDA, M. BOUTECAT - "Etat de l ' a r t en f r a c t u r a t i o n
hydraulique" - Revue de l'I.F.P., Vol. 42, n o 1, janvier-
f é v r i e r 1987

[33] J.F. SHAO -"Etude du comportement d'une craie blanche t r è s


poreuse e t modélisation" - Thèse de Doctorat, n o 138, USTL
(Septembre 1987 1

[34] K.C. VALANIS and H. E. READ - "A new endochronic plasticity


model f o r soils, soi1 mechanics - Transient a n d cyclic Loads"
Edited by G.N. Pande and O.C. Zienkiewicz, John Willey &
Sons Ltd, pp 375-417 (1982)

[35] H.M. WESTERGAARD - "Plastic state of stress around a deep


weilii - Journal of the Boston Society of Civil Engineers
vol. 27, 4 - 5 (Janv. 1940)

[36] S.E. YAMADA, J.F. SCHATZ. A. ABOU SAYED, A.H. JONES -


liElastoplastic behaviour o f porous rocks u n d e r undrained
conditions" - .
Int J. Rock. Mech. Min. Sci . 1 Geomech. Abstr.,
Vol. 18, p p . 177-179

[37] H. ZIEGLER - "A modification of pragerls hardening rule" -


Vol. 17, N o 1, pp. 55-65 (1959)

[38] P.R. KRY, J.M. GRONSETH - "IN-SITU stresses and h y d r a u l i c


f r a c t u r i n g in t h e Deep Basin" - Journal of Canadian Petro-
leum Technology, p p . 31-35 (Déc. 1983).
Dsle &thodes de rdsolutian analytigueo e t d r i q u e r aht &/
$Isediettihtions de contraintes autour de farages pbtrcrfiers daas le cro de
Hsirrbnts. pe calcul de ' c y distrPbutions aboutit; la d6tsmoinatian des p-
tumtion.

Vous aimerez peut-être aussi