Vous êtes sur la page 1sur 62

Anatomie 1

muscles supérieurs

Les documents sont tirés des ouvrages suivants :

• G. Civardi, Le Grand livre de l’anatomie artistique, Paris, Éditions De Vecchi S.A., 2000, 223 pages

• G. Civardi, Notes sur l’anatomie et études du mouvement, Paris, Éditions De Vecchi S.A., 2000, 87
pages

• Gottfried Bammes, L’étude du corps humain, Paris, Éditions Dessain et Tolra, 1991, 143 pages

• Sarah Simblet, Anatomie pour l’artiste, Paris, Éditions Dessain et Tolra, 2014, 256 pages

• Manuel de l’anatomie artistique, Paris, Éditions Solar, 2010, 143 pages

\l ~ ::---
~.P:

/ ~

L.
\ 1 \

1 ~ 1

\ f 1

sterno-cléido-
mastoïdien --~~ \\-_-
dtgastrique

sterno-cléido-
hyoïdien

omo-hyoïdien

G. Civardi
clavicule
I /
1
1
-

1./;

digastrique
os hyoïde
sterno -cl•ei"d0 -masto ··d·
1 1en

cartilages du
larynx

<-iJJ'
- .l ~ ~, -

1 1

scalènes

"" ' \ sterno-cl ei

clavicule
•.do-masto· 1·d·1en

"

\.

1
! G. Civardi
VI 1e vertèbre cervicale

omo-hyoïdien
sterno-cléido-mastoïdien
sterno-hyoïdien
-1-----1.L
MUSCLE PEAUCIER DU COU (Platysma)

Forme, Le muscle peaucier du cou est une lame aplatie très fine et large qui recouvre
structure, la surface latérale antérieure du cou, s'étendant de la région claviculaire à la
relations mandibule et aux coins de la bouche. Ce muscle peaucier est l'équivalent très
rudimentaire du « pannicule charnu » de certains mammifère s et il varie selon
les individus : il peut être absent, très réduit, se limiter à un côté, se prolon-
ger sur l' avant, sur le dos ou dan s le creux del ' aisselle. Ce muscle étant sous-
cutané, sa face externe est en contact avec la peau , tandis que sa face profonde ,
adhérant à l'aponévrose superficielle, recouvre la clavicule, la veine jugulaire
externe, le grand pectoral , le deltoïde, le sterno-cléido-mastoïdien , l' omo-
hyoïdien , le ventre antérieur du muscle digastrique, le mylo-hyoïdien , et le
masséter.
Origine Aponévrose recouvrant le grand pectoral et le deltoïde.
Insertion Bord inférieur de la mandibule ; peau d~ la partie inférieure du visage et du coin
de la houche ; muscle peaucier controlatéral (le long du bord médian) .
Action Traction vers le bas de la mandibule, du coin de la bouche et de la lèvre inférieure ;
traction vers le haut de la peau de la poitrine.
Anatomie La contraction du muscle provoque la formation de nombreux plis dirigés en
de surface oblique, de la clavicule à la mandibule et qui sont surtout liés à des efforts mus-
culaires ou des expressions émotionnelles intenses (peur, douleur, terreur, dégoût,
etc.). Le cou apparaît alors élargi et la fosse sus-sternale plus profonde. Chez les
personnes âgées, le bord interne du muscle peaucier peut former un pli vertical
en forme de cordon qui subsiste même lorsque le muscle est détendu et placé en
position médiane par rapport au muscle omo-hyoïdien.

, ..
MUSCLE STERNO-CLEIDO-MASTOIDIEN (Sternocleidomastoideus)
Forme, Le muscle sterno-cléido-mastoïdien est une grosse formation aplatie, en forme
structure, de ruban , dirigée en oblique vers le haut et l'arr ière. Il s'étend de son origine,
relations située à proximité du sternum, à l'a pophy se mastoïde , en traversant la face
latérale du cou. Il est constitué de deux chefs d 'o rigine distincts , le chef ster-
nal (ou médian) et le chef claviculaire (ou latéral), qui se superposent pendant
le parcours (le chef claviculaire se plaçant derrière le chef sternal) et s'unissent
à proximité de l'insertion formant un ventre musculaire épais et arrondi. On
remarque en particulier qu 'au dépar t, le faisceau sternal a une forme conique
mais qu'il s'aplatit très rapidement, atteignant la largeur de 2 mm environ, tan-
dis que le faisceau claviculaire est fin, laminaire, doté d' une section d'origine
étendue. Ce muscle a des relations avec le muscle peaucier du cou, qui le
recouvre, pour sa moitié inférieure , et avec la peau et la glande parotide pour
sa moitié supérieure. Les muscles sous-hyoïdiens (sterno-hyoïdien, sterno-thy-
roïdien, omo-hyoïdien) sont placés en profondeur. À l'arr ière, ce muscle a des
relations avec le splénius, le muscle angulaire del' omoplate et les scalènes. Au
niveau de son insertion, le muscle sterno-cléido-mastoïdien est plus près de la
surface que le splénius, le grand droit antérieur de la tête et le ventre postérieur
du digastr ique. Ce mu scle peut présenter un certain nombre de variantes :
absence, séparation complète des deux chefs, avec la formation de deux muscle s
distincts (sterno-mastoïdien et cléido-mastoïdien) ; insertion anormale , jonction
avec des muscles voisins, etc.
Origine Chef sternal, bord supérieur et partie inférieure de la face antérieure du manubrium
du sternum.
Chef claviculaire : surface supérieure du tiers médian de la clavicule .
Insertion Surface latérale de l'a pophyse mastoïdienne du temporal ; moitié latérale de la
ligne occipitale supérieure.
Action Extension et flexion de la tête, si la contraction est bilatérale ; flexion et rotation
latérale de la tête, si la contraction est unilatérale. En outre, le muscle travaille en
synergie avec les autres muscles du cou pour le mouvement et le maintien en posi-
tion dressée de la tête.
Anatomie Ce muscle , qui est superficiel, est situé dans la partie dédoublée de l'a ponévrose
de surface cervicale superficielle et recouvert par le muscle peaucier du cou ainsi que par
la peau. Il est donc visible et palpable dans son ensemble. Il apparaît comme
un relief placé sur les côtés du cou et dirigé en oblique par rapport à la partie
se trouvant à l'arrière du pavillon auriculaire. La région latérale du cou est
ainsi divisée en deux zones triangulaires : celle de l'avant (région sus et sous-
hyoïdienne) et délimitée par la ligne médiane du cou, par Ja base de la mandi-
bule et par le bord antérieur du muscle sterno-cléido-mastoïdien. La zone pos-
térieure (région sus-claviculaire) est délimitée par le bord arrière du
stemo-cléido-mastoïdien, par le tiers médian de la clavicule et par le bord anté-
rieur du muscle trapèze.
On peut également voir nettement le tendon d'origine du chef sternal, qui appa-
raît comme un faisceau en forme de cordon, à côté de la fossette jugulaire, et
la dépression triangulaire située dans l'espace compris entre le chef sternal et
le chef claviculaire.
MUSCLES SUS-HYOÏDIENS
L es muscl es sus-hyoïdi ens forment un groupe musculaire situé entre la mandibule et l 'os hyoïde,
constituant en grande parti e le pl ancher de la cavité buccale. Il s'ag it de quatre muscles : le
di gastriqu e, le sty lo-hyoïdi en, le mylo- hyoïdi en et le génio- hyoïdi en.

MUSCLE DIGAST RIQUE (Digas tricus)

Form e, Le muscl e di gastriqu e est formé de deux ventres musculair es de forme fuselée,
structu re, le ventre antéri eur et le ventre postéri eur, réunis par un gros tendon intermé-
relation s diair e, assurant la conjonction à l 'os hyoïde sur lequel il est fixé par l' intermédiaire
d' une robuste aponévrose fi breuse. L e muscle se trouve sous le corps de la man-
dibul e et form e une arcade, concave dans le bas, dont les extrémités sont insérées
sur l 'os temporal et sur la mandibul e. Le muscle digastriqu e est le plus superfi-
c iel des sus-hyoïdi ens et peut présenter un certain nombre de vari antes : il peut,
par exempl e, être absent, être constitué d' un seul ventre, avoir des connexions
avec les muscles limitr ophes. L e ventre antérieur est recouvert par l 'aponévrose
cerv icale superficiell e, par le muscle peaucier, ainsi que par la peau et il recouvre
le muscle my lo-hyoïdi en. Le ventre postérieur, dans la porti on proche de l' in-
serti on, est situé en profond eur, appuyé sur les muscles sty lo-hyoïdi ens, à côté du
muscle droit latéral. Il est recouveI1 par les muscl es sui vants : le petit compl exus,
le splénius et le sterno-clé ido-mastoïdien. En revanche, après avoir été recouveI1e
par les g landes parotid e et sous-maxill aire, la part ie restante se rapproche de la
surface, à prox imit é de l 'os hyoïde.
Origine Ap ophyse mastoïde de l' os temporal.
Insertion Basede la mandibule, dans la fossette di gastriqu e, à prox imit é de la ligne médiane.
Action Ab aissement de la mandibu le et soul èvement de l'os hyoïde : les deux ventres
musculair es agissent toujours en synerg ie et parti c ipent au mécani sme de la
déglutiti on.
Anatomie Le ventre antérieur, sous-clllan é, est facil ement visible lorsque la tête est en
de surface extension. Dans cette positi on, le plan de base de la mandibul e est exposé et le
muscle, même s' il n'est pas contracté, apparaît comm e un petit reli ef diri gé vers
l ' arrière et un peu sur le côté du muscl e my lo-hyoïd ien qui est presque placé en
positi on médiane.

MUSCLE STYLO-HYO ÏD IEN (Stylohyo idéus)

Forme, Le muscle sty lo-hyoï dien est petit , fi n, all ongé, diri gé en obliqu e vers le bas, en
structure, avant de l 'apophyse sty loïde de l' os hyoïdi en. À proximit é de l'in serti on, il est
relations traversé par le tendon intermédi aire du muscle di gastriqu e et il est recouvert laté-
ralement, sur la porti on initi ale au mo ins, par le ventre postérieur du muscle
di gastriqu e. L e muscle sty lo- hyoïdi en peut présenter des vari antes indi viduell es
impo11antes : i l peut être absent, être double, s' insérer sur l' angle de la mandibule.
avo ir des connexions avec des muscles l imitr ophes (di gastrique, omo-hyoïdi en,
sty lo-glosse. hyo-g losse et génio-g losse).
Origine Os temporal : base superfic ielle externe de la pai1ie supéri eure de l 'apophyse
sty loïde.
Insertion Os hyoïde : face latérale du corps, à proximit é de l'o rig ine de la grande corne.
Action Élévati on et rétracti o n de l 'os hyoïd e. L es muscl es styl o-hy oïdi ens des deux
cô tés agissent en même temps et en sy nerg ie avec les muscles sus et sous-
hyo ïdi ens, il s fix ent l 'os hyoïd e, int ervenant dans la déglutiti on et la form at io n
des sons.
Anatomie de surface Ce muscle est situé en profo ndeur.

MUSCLE GÉN IO-HYOÏDIEN (Geniohyo ideus)

Forme, Le muscl e génio- hyoïdi en est fin , aplati , légèrement coniq ue, tendu de la man-
structure, dibul e à l'os hyoïde et placé le long çle la ligne médiane profo nde du muscle my lo-
relation s hyoïdi en, qui a un parcours presque parall èle au sien. Les muscles génio-hyoï-
diens des deux côtés peuvent se fusionner le long du bord int erne et former un
muscle uniqu e, avec des fonct ions analogues à cell es du my lo-hyoïdi en.
Origine M andi bule : apophyse génienne inf éri eure située sur la face postéri eure de la
symphyse du menton.
Insertion Os hyoïde : face antéri eure de la parti e centrale du corps.
Action Soulèvement et déplacement vers l'a vant de l' os hyoïde ; abaissement de la man-
dibul e (lo rsque l 'os hyoïde est fi xé).
Anatomie de s urface Ce muscle est situé en profo ndeur.
MUSCLE MYLO-HYOÏDIEN (Mylohyoideus)
Forme, Le muscl e mylo-hyodï en est une lame aplatie, de forme triangulaire , tendue entre
structure, la face int erne de la mandibule et le corps de l 'os hyoïde, constituant avec le
relations muscle de l 'a utre côté, le plancher musculaire de la cavité buccale. Ces deux
muscles sont réuni s par un raphé fibreux médian (ligne blanche sus-hyoïdienne ),
tendu entre la symp hy se du menton et l'os hyoïde. De ce muscle partent des fais-
ceaux de fibres de lon gueur s différentes, dirigés un peu vers le bas, vers l 'a lTière
et sur le plan méd ian. Le muscle peut présenter de nombreu ses variation s selon
les individus: il peut être absent, se confondr e avec la pa11iecontro latérale. sans
l'interposition du raphé (dans ce cas, on considère qu'il s'ag it d'un muscle uniqu e
non apparié, médian), avoir des connexions avec les muscles limitrophes ou être
subdi v isé en plusieurs faisceaux. La face superfici elle (ou inf érieure) du mu scle
mylo-hyoïdien est, dans sa partie latérale , recouvert par le ventre antérieur du
muscle digastrique, tandi s que la par1ie médiane est recouve11epar l'aponévro se
cervical e superficiell e et par le muscle peaucier du cou. La face int erne (ou supé-
rieure)"est en relation avec le muscle génio-hyoïdien et avec les muscles du corps
de la langue, avec les faisceaux et les glandes sublin guales.
Origine Mandibule : face int erne du corps, le long de la lign e mylo-hyoïdi enne.
Insertion Corps de l 'os hyoïd e; raphé fibreux médian.
Action Élévation du plancher de la bouche, pendant les premi ères phases de dégluti ti on ;
abaissement de la mandibule; élévation de l 'os hyoïd e.
Anatomie La poni on médiane du muscle mylo-hyoïdien est superficielle, recouve11e par
de surface l ' aponévrose cervica le superfici elle et par la peau, et on l 'aperçoit lorsque la tête
est en extension. Elle apparaît alor s com me un reli ef en fo rm e de cordon placé
au mili eu du ventre antérieur du muscle digastrique : entre les deux muscles
myl o-hyoïdi ens. au ni veau du raphé médian, il se forme une légère dépression,
dirigée vers l'arri ère. Le plan cher de la cav ité buccale, qui est formé notamment
par les muscles sus-hyoïdien s, est concave vers le haut, par co nséquent, lor sque
la tête est en position anatomique et placée de profil, on voit, en raccourci, comme
une lame qui part de l'os hyoïde et se dirige légèrement vers le haut pour atteindre
la base de la mandibu le.

MUSCLESSOUS-HYOÏDIENS
Les muscles sous-hyoïdien s constituent un gro upe musculaire situé dans la région antérieure du
cou, entre l'os hy oïd e et les os de la ceinture scapulaire. Il s'ag it de quatre muscles : le sterno -
cléido-hyoïdien, le sterno -thyroïdien , le thym-hyoïdien et l'omo-hyoïdien. Leur action globale ,
tendant à abaisser l'os hyoïde , est antagoniste avec celle du groupe sus-hyoïdien.

MUSCLESTERNO-CLÉIDO-HYOÏDIEN(Sternohyoideus)
Forme, L e muscle sterno-cléido-hyoïdien est le plus superficiel du groupe des sous-hyoï -
structure, diens . Il est aplati, étroit, en forme de ruban , et se dirige vers le haut et en posi-
relations tion médiane, du sternum à l'os hyoïd e. Sur le segment d'origine, les muscles des
deux côtés sont plutôt distants tandis qu 'i ls se rapprochent sur la ligne médiane ,
dans la section d'inse rti on, délimitant un espace triangulaire dont la pointe est tour-
née vers le haut et vers lequel sont tourn és le ca11ilage thyroïdien , la glande thy -
roïde et les muscles sterno -thyroïdien s. On remarque fréquemment l 'absence de
ce muscl e, la fusion avec des muscles voisins, la présence d' une inse11iontendi-
neuse dans la partie inf érieure ou la présence d'une section d'o rigine claviculaire .
Le sterno-cléido-hyoïdien recouvr e le muscle sterno-thyroïdien et il est recouvert
par l 'aponévrose cervicale médiane, par le muscle stemo-cléido-mastoïdien (dans
la partie intërieure ) et par l'aponévro se cervicale superficielle ; le bord externe
est cont igu avec le ventre supérieur du muscl e omo -hyoïdien.
Origine Clavicule: face postérieure de l 'ex trémité sternale; ligament sterno-claviculaire
postérieur ; face postéro -supérieure du manubrium du sternum.
Insertion Os hyoïde : bord inf érieur du corps.
Action Abaisseme nt de l'os hyoïde, participe à la déglutition , à la for mation des sons et
à la respiration .
Anatomie Bien qu'étant sous-cutané, ce muscle est difficile à identifier: dans certaines cir-
de surface constances, il apparaît, pendant la phase de contraction, comme un relief en
for me de cordon vertical placé en positi on médiane par rapport au muscle sterno-
cléido-mastoïdien. On le distingue du bord interne du muscle peaucier du cou car
celui-ci est plus superficiel, situé plus sur le côté et dans une direction plus
obl iqu e.

101
cageFthoracique
• thoraciccage
• Structure osseuseconstituéedes 12 paires de côtes,des 12 vertèbresthoraciques et du sternum; elle renfermeet protègeles organes du
• thoraxetjoue un rôle dans la respiration.

• cageFthoracique: vueFantérieure
thoracic cage:anterior view
LJ.J
l-
i-
LJ.J
....J
LJ.J
=>
0
(./)

LJ.J
....J

manubriumM premièrevertèbreFthoracique
manubrium first thoracicvertebra
Partie supérieuredusternum, qui Vertèbre situéeentre la vertèbre
s'articule aveclesdeux premiers proéminente et la deuxièmevertèbre

cac
: :i:~~ec,osra
uxet les clavicules.··•··•-..•..•....
_____ _..-······
················..· thoracique.

c/avicle ··... ,'1fi~~l~.,.!~'':


/
Ospair qui relie l'omoplate austernum. ~F ;=:~:._~ \ ..,..
__,.:..~--:-
---c'?r

cartilageMcostal
costal cartilage
Structure detissuconjonctif ........................... vraiescôtesF
prolongeant unecôteet s'articulant ·----
trueribs
avecle sternum. ·······························Côtes(7 paires)posséda nt un cartilage
costal propre, sit uéesdans la partie
!. ...... supérieure de la cagethoracique.
sternumM li __
_.......---·········
···--·
sternum ....--·······--·····----
Osallongéverticalement, formant la __ ..............-----···
partie antérieuremédiane de la cage
thoracique, et aveclequel s'articulent
lescartilagescostaux.

faussescôtesF ....
fa/se ribs ....- •···········
Côtes(3 paires)partageant le même··•1===:::::::::····
..................... ..... côtesFflottantes
cartilagecostal, situéessouslesvraies ....................... f/oatingribs
côtes. --·····
-.;r ............................................. Côtes(2 paires)dont l'extrémité
• ······..--·•.................................. antérieuren'est pasrattachéeau
sternum, qui formentla partieinférieure
de la cagethoracique.

apophyseFxiphoïde douzièmevertèbre Fthoracique


xipho id process twelfththoracicvertebra
Excroissanceosseuse triangulaire Dernière vertèbre thoracique, située
sit uéeà l'extrémité inférieuredu entre la onzième vertèbre thoracique et
sternum. la première vertèbre lombaire.

coupeFtransversale de la cageFthoracique
transversesection of thoracic cage

vertèbreF thoraciq ue
thoracicvertebra
Vertèbre support ant lescôtes,sit uéeau
•······ 7 ···············
···················
·················
···········niveau du thorax.
têteFde la côteF ---········
head of rib
Extrémité postérieure d'une côte,
s'articulant avecunevertèbre
thoracique par deuxpoints de contact. sternumM
sternum
Osallongéverticaleme nt, formantla
partie antérieure médianede la cage
thoracique, et aveclequels'articulent
-·········· lescartilagescostaux.
côteF-········
rib cartilageMcostal
Oscourbé en forme d'arc, qui forme les costal cartilage
partieslatéralesde la cagethoracique. ................. Structuredetissu conjonctif
........ prolongeant une côteet s'articulant
avecle sternum.
• 30
néralement plus haute que et constitue un repère appré-
LES CLAVICULES LES OMOPLATES
chez la femme. ciable pour les art istes. Le
La clavicule retient l' omo- bord intérieur, proc he de la
Les clavicules sont des os plate vers l'arrière et vers Les omoplates sont des os colonne vertébra le, se d is-
courts et cyl indriques en l'avant et pennet l'insertion de plats et triangulaires compor - tingue également lors d e cer-
forme de S. Elles relient le différents muscles du cou, du tant deux faces, trois angles tains mou vement s. La face
sternum à l'omoplate . L'arti- bras et du thorax. Presque to - et troi s bords. La face anté- post é rieure de l'omoplate
culation de la clavicule avec le talement visible sous la peau , la ri e ure est légèr e m en t présente deux apophyses ou
man ubrium du sternum lui claviculeest un excellent repère concave, pour mieux s'appli- saillies : l'é pine, qu i se ter -
permet d 'effectuer trois types pour le dessinateur débutant. quer à la cou rbure de la cage mine par le volumineux acro-
de mouvements : d'avancée thoracique. L'angle supérieur mion auquel s'articule la cla-
ou de recul, d'abai ssement ou L '11c1·0111io11
et l'apophyse coracoide
atteint la d e uxième côte. vicule; l'apophyse coracoïde,
d'élévation, dc _rotation sur sont dm:,: protuberances de L'angle inferieur, ou « pointe qui naît du bord sup érieur et
son axe. Ces mouvements se l'omoplate ento11m11tet p,·otégeant de l'omopl ate », atteint géné - po inte en avant d e l'omo-
produisent automatiquement l'aniculation de l'lmmérus. Toutes ralement le niveau de la sep- plate. L'épine et l'acromion
lors de ceux de l' omoplate. deux permettent l'insenion de tièm e côte. Gross i par les in-
plz,sicm-s muscles. La saillie de sont palpables sous la peau et
Chez 'l'homme , l'extrémité l'ac1·omion est clairement 11isible sertions muscu laires, il forme cla iremen t visibl es lors de
externe de la clavicule est gé- sous la peau . un relief visible sous la peau certains mouv ements .

Clavicu le Acromion

Acrom ion
Épine Apophyse coracoïde

L'omoplate est tm os plat


offi·ant une la'lf& sm face pour
l'inm·tion. de multiples muscles
de l'épaul e. Cette illmtrarion
Humé rus montre sa face externe, otl l'on
e le relief de l'épine,
disti11g11
de l'acromion et, au second plan ,
de l'apophyse coracoïde.
Pointe

L'omoplate est légèrement concave L'omoplate et la clavicule


mr la face intern e. Cette concavité formmt un ensemble
s'adapte à la con vexité de la cage très articulé, p11isqu'elles
thoracique et permet de foger se trom 1ent dans l'épaule,
plusieurs mmcles. p11.rtie la plttS mobile
du C()rps . Ces deux os
reçoivent des insenions
de muscles du thorax,
du cou, de l'épaule et
du dos.

r._.,,
C.j
'\ / (
~

J\
\
,j
~ ;

\ __:/
.

\\ \
LE MOUVEMENT Lor:sde l'éléi>atiou111a.xi111ale
DE L'OMOPLATE de.r /Jms, les omoplates se déplrrcmt
i>e,~l'e.xtérimr de lrr cage
thomciquc et basculent 11ers
L'omoplate est un os extrê- le haut. Cette élé1m.tio11impliq11e
mement mobile: clic glisse sur ,me t01~io11de l'ru,ant -bras, qui
la face postér ieure du thorax évite q11cla tête de l'lmmérus
ne he11,rtel'ac,,omio11
.
dans plusieurs directions.
Cette aptitude permet l'ampli-
tude et la variété des mouve -
ments du bras.

LA POSITION DE REPOS

Lorsque les bras tombent le


long du corps, le bord spinal
ou interne de l'omoplate est
parallèle à la colonne verté-
brale, et l'espace séparant les
deux omoplates équivaut à la
largeur de l'un d'entre eux.
Les deux omoplates étant col-
lées aux côtes, elles ne sont pas
situées sur un même plan,
mais forment un angle ouvert.

LE BALANCEMENT

Lorsqu'on lève les bras, les


omoplates se balancent de
telle façon que le.ur angle infé-
rieur se dù.ige vers l'extérieur
du corps . En heurtant l'acro-
mion, l'hmnérus vi.ent freiner
ce mouvement. Il est donc im-
possible de continuer l'éléva-
tion des bras.

L'ÉLÉVATION MAXIMALE
DES BRAS
Pour obtenir l'élévation
maximale des bras, il faut que
les omoplates basculent en
tournant autour du thorax jus-
qu'à deven ir quasi parallèle
l'une à l'autre, de part et
d'autre de la cage thoracique.

LA ROTATION DES BRAS

Lors de la rotation interne


des bras, les omoplates
s'a baissent et se déplacent vers
les mnopla.tes atteignent, dans
leur partie inflricm·c, le 11il>ca11 l'extérieur de la cage thora-
des septièmes 011 des huitièmes cique. Lors de la rotation ex-
côtes. Elle;· petwent glisser terne , les omoplates s'abais-
lrr.téralewent contn la cage sent également, mais cette
t/Joi•acÙJIIC,monter ou descend,·c,
en fonction du mmo>ement fois-ci en se rapprochant de la
de.<bras. colonne vertébrale .
Lo.-sq11'011élè11cles /1ms n parti,·
de ln positio,, « /,ms e,, croix»,
l1t tétc de l'l111méms1>0Î/'
so11nsccnsion Ji111itéc par
q11ijoue le râle
l'n.c,-0111io11,
d 'un frci11. Pour conti1111cr
l'éléJ1atio11des bms, il fn11t que
l'n11mu-bms ,-énlise une tonùm.
La tiite de L'h11111b-11.ï
pe11tainsi
se libérer de l'obstnclc que
.,.·cpréJeutc
l'nc1·omio11.

'on rnpprochc les bms


Lo,·sq11 Les omoplates sont des pl1111s
1'1111de l'nutrc de,-,,ièrc le dos à ln courbure des côtes.
t1111gc11ts
(mtatio11 interne dc.ï brns), Ellesglissent amour du thornx
les omop!n.tesse rapprochent et s011t rarcuteut dnus le mêlne
jmq11'â se toucher, a11-dcss11S pl1t11.Celn 1tjfccte émmuément le
de lrr colmme J1e.-tébrrrlc, dmiu. des éprr11lcs dam les figures
entrnhrn11-r1111 grrrnd en rnccourci, cmume le montre
déplacement de.<11mscfrs -- ··· ,,,,.- -✓~- l'exemple ci-dessous.
et crérr11t 1m profond si/1011,,.,
a11 11iven
do,·snle.
.u de l'épi11c
r(,,r

~ '

2
acromio n
t brach ial antérieur

___.,J

1~
deltoïde

épine de l'omoplate
grand rond
----;.,f--_ sous -épine ux

rhomboïde
grand dorsal
~-

I' !
rhor

tr iceps bra

_..__,,.✓•

grand oblique

--i.
-. --,, ..

1/ <".:·~- \1
1 '---"""i~ -
t rapèze

de ;/ :-//

sous-épineux
.:.:"\......
-
_
---
gra nd ro nd :;,

~I;
-,..;;,
/

Â
grand dorsa l

gra nd obliq ue

. - ,-- . . 1' 1 .
MUSCLE TRAPÈZE (Trapezius)

Forme, Le muscle trapèze doit son nom à sa fonne qui, d'une manière très simplifiée, rap-
structure, pelle précisément un trapèze dont la base la plus large est située le long de la
relations colonne vertébrale et les côtés obliques convergent vers la base la plus petite
située sur les os de la ceinture scapula ire. Le trapèze est une grosse lame mus-
culai re tendue entre l'occiput, la colonne vertébrale et l'omoplate . Ses faisceaux
sont orientés latéralement mais selon des directions différente s, et sur cette base,
le muscle est subdivisé en trois portions : la partie supérieure (ou descendante)
fine, dirigée en oblique vers le bas; la partie médiane (ou transverse) un peu plus
épaisse, dirigée presque à l'horizontale; la partie infér ieure (ou ascendante), fine,
dirigée en ob lique vers le haut. Le tendon vertébral d'o rigine qui, dans le haut et
le bas, est plutôt étro it, s'élargit notablement sur la portion médiane (au niveau
de la VI• vertèbre cervicale et des premières thorac iques). Compte tenu des
muscles des deux côtés, il se forme donc une zone tendineuse ovoïde ou en fonne
de losange allongé où saillent les apophyses épineuses vertébrales .
Le trapèze (qui peut présenter des variantes limitées: chef d'o rigine distinct , ori-
gine limitée aux dix première s vertèbres thoraciques) couvre, sur le haut, les
muscles profonds de la nuque, le splénius, le rhomboïde, le sus-épineux, et vers
le bas, une petite portio n du grand dorsal. Ce muscle est sous-cutané et il est
couvert uniquement par l'a ponévrose dorsale et par la peau . Son bord supérieur
arrive à proximité de l'insertion du muscle sterno-cléido-mastoïdien et contribue
à délimiter l'es pace situé au-dessus de la clavicule.
Orig!ne Partie supérieure: occipita le (portion médiane de la ligne occipita le supérieure
et protubérance extérieure) ; liga ment occ ipi tal.
Partie médiane : apophyse épineuse et ligament sus-épineux de la l"' à la V• ver-
tèbre thoraci ue.
Partie inférieure : apophyse épineuse et ligament sus-épineux de la VI• à la
Xll<venèbre thorac ique.
Insertion Partie supérieure : clavicule (bord postér ieur de la section latérale) .
Partie médiane : omo lace (bord médian de l'acromion et bord supérieur de
l'épine).
Partie inférieu re : omoplate (ponion médiane du bord supérieur de l'é pine et
zo ne triangulaire de l'épine).
Action Stabilisation de l'omoplate , participant à l'a bduction et à la flexion du bras ; élé-
vation de l'o moplate (contraction de la panie supérieure) ; adduc tion de l'o mo-
plate (partie médiane et inférieure); dépression de l'omoplate (partie inférieure).
Si la contraction est bilatérale , on constate l'extension de la tête et le rapproche-
ment des omoplates sur le plan médian.
Anatomie Le trapèze est entièrement sous-cutané; sa section supérieure est à l'o rigine de
de surface la ligne courbe postérieure latérale du cou (ligne du cucullaire) ; la portion
médiane , qui est épaisse, recouvre le rhomboïde et forme avec ce dernier un
relief assez important entre la colonne venébrale et l'épine de l'omoplate; la por-
tion inférieure est fine, ce qui signifie que ses bords latéraux ne sont pas faciles
à distinguer sous la peau . La section terminale , en revanche , peut apparaître
comme un relief pointu, parallèle aux dernières vertèbres thoraciques . Le bord des
longs tendons d 'o rigine dessine , entre les muscles des deux côtés, un léger sillon
médian sur la face postérieure du cou (nuque) puis, une dépression plus large et
en forme de losange (losange aponévrotique) au centre de laquelle émerge l 'apo-
physe épineuse de la YU• vertèbre cervicale.

MUSCLE ANGULAIRE DE L'OMOPLATE (Levawr scapulae)


Forme, Le muscle angulaire de l'o mop late (ou élévateur de l'omoplate) est robuste,
st ructure, long et aplati . Il se dirige presque verticalement vers le bas, partant des ver-
relations tèb res, pour alle r jusqu 'à son insertion sur l'o moplate. Ce muscle qui peut
être absent, présenter des insertions anormales ou avoir des connexions avec
les mu scle s voisins, recouvre les muscle s longs du cou, les splénius , le petit
dentelé postérieur et supérieur, le scalène postérieur et il est en partie recou-
vert par le muscle sterno-cléido-mastoïdien, latéralement , et par le muscle
trapèze , postérieurement.
Origine Apophyses transverses des quatre premi ères vertèbres cervicales (avec quatre
faisceaux distincts).
Insertion Bord médian de l'omoplate , dans la section comprise entre l'angle supérieur et
l'o rigine de J'ép ine.
Insertion Élévation et adduction de l'omoplate , avec rotation médiane et vers le bas de
l'angle latéral.
Anatomie Le muscle angulaire de l'omoplate est sous-cutané uniquement dans la portion
de surface qui est située dans la partie supérieure de la fosse sus-claviculaire. Si la tête subit
une rotation forte face à une résistance ou si le bras soutient un poids , le muscle
apparaît comme un relief cou rt, diagonal, tendu entre le bord du trapèze (situé à
l'arrière et vers le bas) et celui du muscle sterno-cléido-mas toïdien (placé à
l'ava nt et sur le haut).
116
MUSCLE PETIT ROND (Teres mino,·)
Forme, Le muscle petit rond est plat, étroit et allongé ; pa11antsur le côté et vers le haut
structure, de l'omoplate, il va jusqu 'à son insertion sur l'humérus . lJ est contenu dans l'apo-
relations névrose qui recouvre le muscle sous-épineux et. souvent, il fusionne avec celui-
ci. Le petit rond est recouve11 en partie par le de ltoïde et le sous-épineux, par
conséquent seule une petite portion est sous-cutanée ; le segment d' insertion
croise et passe à l 'aiTière du tendon de la po11ionlongue du triceps ; le bord infé-
rieur est en relation avec le grand rond.
Origine Portion supérieure du bord externe de I'omoQ]ate et surface dorsale limitrophe ;
cloisons fibreuses de l'a ponévrose sous-épineuse (assurant la séparation par rap-
port au sous-épineux, en haut et au grand rond, en bas).
Insertion Facette inférieure de la grande tubéros ité de l' humé rus; surface inférieure pos-
térieure de la capsule de l'articulation scapulo-humérale.
Action Rotation latérale et adduction de l'humérus (en synergie partielle avec les muscles
sous-épineux et sus-épineux pour ce qui est de la composante de rotation).
Anatomie Le petit rond est sous-cutané sur une portion très limitée seulement et il est
de surface difficileme nt visible en surface. Toutefois, si le memb re est en abduction
horizontale et tourne latéralement, il peut apparaître comme un faible re lief
allongé co mpris entre le muscle sous-épineux et le grand rond , à proximité
du bord posté rieur du deltoïde.

MUSCLE GRAND DORSAL (Latissimus dorsi)


Forme, Le grand dorsal est un muscle lamellaire (son épaisseur moyenne est de 5 mm
structure, environ, mais il s'épaissit à proximité de son inse11ion), il est très large et de
relations forme triangulaire , s'étendant de la colonne vertébrale à l'humérus. Son origine
est située sur une lamelle aponévrotique large, con-espondant à la région lombaire
et sur laquel le le début des faisceaux musculaires décrit une ligne courbe à
convexité inférieure, di1igée vers le bas et sur le côté. Dans ce muscle, on distingue
trois groupes de faisceaux musculaires tous dirigés latéralement vers le haut,
mais avec une inclinaison différente : les faisceaux supérieurs sont presque hori-
zontaux, les moyens sont obliques et dirigés vers le haut, les inférieurs sont très
obliques vers le bas, presque verticaux. Le segment d'insertion est rétréci et
ap lati. li contourne le grand rond avec lequel il contribue à former le pilier pos-
térieur de l'a isse lle. Le grand dorsal qui présente souve nt certaines variantes
morphologiques aussi bien pour ce qui est de l'extension des faisceaux d'origine,
que pour ce qui est de l'insertion, est sous-cutané , recouvert par l'aponévrose dor-
sale et par la peau ; seule une petite po11ionmédiane supécieure est couverte par
le trapèze. La surface profonde est en relation avec les côtes, les muscles verté-
braux, le petit dentelé postérieur et inférieur et la partie inférieure du grand
oblique de l'abdome n ; le bord supérieur recouvre l'angle inférieur de l'omoplate.
Le bord inférieur croise et recouvre paniellement le grand dentelé.
Origine Apophyse ép ineuse de la V 11° à la XII• venèb rc thoracique ; apophyses épineuses
des vertèbres lombaire s, surface dorsale du sacrum et port ion postér ieure de la
crête iliaque : les fibres musculaires pai1ent de ces points par l' intermédiai re
d'une large membrane aponévrotique , adhérant au feuillet superficiel de l'apo-
névrose lombo-dorsale. Certains faisceaux partent également des trois ou quatre
dernières côtes.
Insertion Crête de la pelite tubéros ité de l'humérus: le tendon recouvre celui du grand rond
et entre eux se trouve une bourse séreuse destinée à réduire les effets mécaniques
de frottement.
Action Adduction du bras (abaissement lorsqu'il est levé) avec légère rotation médiane
de l'humérus; traction postérieure du bras et de l'épaule (en synergie avec cer-
tains faisceaux du muscle trapèze et en antagonisme avec le muscle grand pec-
tora l) ; soulèvement du tronc , si les membres supérieurs sont fixes (par exemple
en cas de reptation) et si les deux muscles agissent bilatéralement) . Ce muscle
intervient également dans l'expiration forcée et en cas de toux.
Anatomie Le grand dorsal est sous-cutané sur presque toute son extension et, étant donné
de surface qu'i l est très fin, les formes qui apparaissent en surface sont détermi nées par les
muscles qu'il recouvre (les muscle~ spinaux, le grand dentelé) et par la structure
osseuse de la partie inférieure du thorax. Le bord latéral du muscle , pendant la
contract ion, notamment, et lorsque le bras est en abduction, apparaît en revanche
assez nettement, avec un bord relevé qu i traverse en diago nale le grand dente lé.
La part ie inférieure du bord, à proximité de la crête iliaque, est masquée par le
tissu adipeux du flanc, passe sous le trapèze, sur une courte portion médiane,
puis co uvre et traverse horizontalement l'ang le inférieur de l'omop late .
MUSCLE RHOMBOÏDE (Rhomboïdeus)

For me, Le muscle rhomboïde est aplati, fin dans sa partie supérieure et un peu plus épais
str uctur e, dans sa pa1tie inférieure. Sa forme rappelle le losange. Ses fibres sont dirigées vers
relations le bas et sur le côté, partant de son segment d'origine sur la colonne vertébrale et
se dirigeant vers son insertion, située sur le bord médian de l'o moplate. Ce muscle
est presque toujours subdivisé en deux parties distinctes contiguës et para llèles:
la portion supé rieure (ou petit rhomboïde) et la portion inférieure (grand rhom-
boïde), mais il peut également présenter des chefs d'origine plus nombreux ou bien
des connexions avec les muscles voisins et le muscle controlatéral. Le rhom-
boïde, qui couvre le petit dentelé postérieur supérie ur, le splénius du cou et les
muscles surcostaux, est presque complètement recouvert par le trapèze, dont il est
séparé par une aponévrose ainsi que par le muscle grand dorsal , mais uniquement
sur une petite portion, à proximité de l'a ngle inférieur de l'o moplate.
Origine Petit rhomboïde: apophyses épineuses de la Ylie vertèbre cervicale et de la I"' tho-
racique ;·portion inférieu re du ligament occipital.
Grand rhomboïde : apophyses épineuses de la l[ c à la y c vertèbre thoracique et
ligament s interépineux associés.
Inser tion Petit rhomboïde : partie supérieure du bord médian de l'omoplate.
Grand rhomboïde: partie inférieure du bord médian de l'omoplate.
Action Adduction de l'omo plate vers la colonne vertébrale. Le muscle participe à la sta-
bilisation de l'omoplate sur la cage thoracique et le mouvement d'extension du bras.
Anato mie Le muscle rhomboïde est presque complètement co uvert par le trapèze avec
de sur face lequel il contribue à créer le relief musculai re situé entre la colonne vertébrale et
le bord interne de l'o moplate . Si l'omo plate est mise en abduction (par exemple
lorsque le bras fléchi est placé derrière le dos) , une petite portion du muscle peut
être visible sous la peau , dans une zone limitée , comprise entre le bord inférieur
du trapèze et le bord supérieur du grand dorsal : ses fibres, dirigée s vers le haut
et sur une ligne médiane , ont un parcours perpe ndiculaire à celui du trapèze.

MUSCLE SUS-ÉPINEUX (Supraspinatus)


Forme, Le muscle sus-épineux est allongé, de forme triangulaire, aplati à son origine, mais
structure, plus étroit et plus épais (presque 2 cm) dans le segment d ' insertion. Ce muscle
relations est situé à l'horizontale dans la fosse située au-dessus de l'épine de l'omoplate ,
dont il est séparé par une lamelle de tissu conjonctif, sauf dans la zone d'o rigine.
Il est entièrement recouvert par le trapè ze.
Origine Surface de la partie médiane de la fosse sus-épineuse de l'omoplate.
Insertion Facette supérieure de la grande tubérosité de l'humérus. Le tendon adhère éga-
lement à la capsule de l'articulation scapulo-humérale.
Action Légère abduction du bras, avec rotation latérale de l'humérns ; stabilisat ion de la
tête sur l'humérns dans la cavité articulaire.
Anatomie Ce muscle est situé en profondeur par rapport au trapèze , mais, lorsqu'il est
de surface contracté (en cas d'abduction du membre, par exemple), il peut contribuer à la for-
mation d'un relief visible au-dessus de l'é pine scapulaire et parallèle à celle-ci.

MUSCLE SOUS-ÉPINEUX (/nfraspinatus )


Forme, Le muscle sous-ép ineux est souvent aplati et de forme triangulaire. li occupe
structure, entièrement la fosse sous-épineuse de l'omoplate qui est son point d'o rigine et à
relations partir de laquelle il se dirige latéralement et vers le haut, ju squ 'à s'insérer sur l' hu-
mérus. Compte tenu de la disposition des fibres, le muscle sous-épineux peut
être subdivisé en trois portions: supérieure, inférieure et moyenne (cette dernière
qui est la plus volumineuse a une strncture pennée). Vers le bas, le muscle est en
relation avec le grand rond et le grand dorsal ; sa face profonde adhère à l'omo-
plate; la face superficielle est en grande partie recouverte par d'a utres muscle s:
le trapèze dans l'a ngle médian supérieur et par le deltoïde latéralement et vers le
haut. La zone restante est sous-cutanée, recouverte seulement par l' aponévrose
propre du muscle (aponévrose sous-épineuse) et par la peau.
Origine Fosse sous-épineuse de l'o moplate; aponévrose sous-épineuse; cloison fibreuse
de séparation du grand rond.
Insertion Facette médiane de la grande tubérosité de l' humérus.
Action Rotation latérale de l'humérus, avec légère abduction du bras (en synergie avec
les muscles sus-épineux et petit rond, pour la composante de rotation ).
Anatomie La portion sous-cutanée du muscle apparaît comme un relief de forme triangu-
de surface laire, placé au centre de la région scapula ire et délimité: intérieurement par le bord
du trapèze , vers le haut et sur le côté par le deltoïde , dans le bas par le petit et le
grand ronds. La saillie de la zone muscu laire est accentuée si le bras est amené
à son niveau de rotation latérale max imum, tand is que la surface sous-cutanée
apparaît plus étendue et aplatie si le membre est relevé.
113
MUSCLES SACRO-COCCYGIENS
Les muscles sacro-coccyg iens co nstitu ent un ensembl e de faisceaux musculair es fin s qui par-
co urent la face ve ntral e du sacrum et <lu cocc yx. I ls sont rudim entair es et revêtent peu d' im -
ponance d'un point de vue foncti onnel.

MUSCLESSPINAUXOU MUSCLESDES GOUTTIÈRES VERTÉBRALES


(Sacrospinalis, Erecror spinae)
Forme, Ce mu scle est un ensembl e di sposé parall èlement à côté de la col onne verté-
structure, brale. Il est co nstitu é de tro is bandes musculaires (muscles iléo-costaux [l atérale].
relations petit co mpl ex us, transversair e du co u et long dorsal [int ermédiair e] et épin eux
[m édi ane]) qui ont des ori gines co mmun es le long de toute la colo nne vené-
brale. Chaque bande. à son tour, est composée de secteurs plu s cou11s : celui des
lombes. celui du thorax et celui du cou. L'ensemble musculaire sacro-épin eux est
un ex tenseur de la co lonne vertébral e ; il occupe les go utti ères vertébrales et il
est do nc situ é en profo ndeur. En fait , il est recouvert, dans la région lombair e et
thoracique, par l ' aponév rose lombo-do rsale, dans la pani e inf érieure. par le petit
dentelé postérieur et inférieur, dans la partie supérieure par le rhomboïd e et le splé-
niu s et par le petit dentelé postérieur et supéri eur. L a masse du muscle est visibl e
dans la po11ion lombaire où elle apparaît co mme un reli ef parall èle à la co lonne
et délimit é. sur le cô té. par un rebord qui croi se les côtes, se diri geant vers le haut
et toujour s plu s vers le centre.

MUSCL E !LIO-COSTAL (/liocostalis) : c' est la composante latérale des muscles spin aux
et il est constitué de tro is secteurs.

MUSCLE SACRO -LOMBA IRE (lliocostalis lumborum)


Origine Face dorsale du sacrum , bord ext éri eur de la porti on postérieure de la crête
iliaqu e; aponév rose lombo-do rsale.
Insertion Bords intër ieurs des angles costaux de la XII • à la V• côte.
PORTION T HORA CIQUE DU MUSCL E !LIO-COSTAL
(/liocostalis thoracis)
Origine Bord supérieur des angles costaux de la XII • à la Vil • côte (en positi on médiane
par rappo11au tendon d' inserti on du muscle intercostal des lombes).
Insertion Bords supérieurs des angles costaux de la VI • à la I"' côte ; sur face supérieure de
l' apophyse transverse de la V II • vertèbre cervicale.
PORTION CERV ICALE DU MUSCLE TLIO-COSTAL
(lliocostalis cervicis)
Origine A ngle costal des III •, IV •, V • et VI • côtes (en positi on médiane par rapport au ten-
don d' inseni on de lïli o-costal du thorax).
Insertion Tu bercule postérieur des apophyses transversesdes IV <, V<,V I• ve11èbrescervicales.
Act ion Pour le mu scle ili o-cos tal : ext ension de la co lonne vertébrale, si la contr acti on
globale est bilat érale; la po11ion lombaire et la porti on thoracique étendent le tronc, la por-
tion cervica le étend le co u. La co nt racti on unil atérale du muscle provo que, dans
les diff érent s secteur s, une légère flex ion latéral e du tronc.
A natomie Ce muscle est situ é en profondeur, il n'est pas v isibl e dir ectement : il ne parti cipe
de surface à l ' émergence des mu scles spin aux que dans la pon io n lombaire.

M USCLES LONG DORSAL , TRANSYERSAIRE DU COU , PETIT COMPLEXUS


(lo ngissimus) : ces troi s muscles constitu ent un ensemble traité simult anément.
MUSCLE LONG DORSAL (l ong issimus thoracis)
Origine Face postérieure des apophyses transverses (costifo rmes) des venèbres lombaires;
co uche interm édiair e de l' aponévrose lombo-dorsale (ou thoraco- lombaire).
Insertion Somm ets des apophyses transverses de toutes les vcnèbres thoraciques ; tuber-
cules et angles costaux des neuf s ou dix derni ères côtes.
MUSCLE TRANSYERSA IRE DU COU (lo ngissimus cervicis)
Origine A pophyses transverses de la ("· à la-V• ve11èbre thoracique : les fai sceaux sont dis-
posés en positi on médi ane par rapport à ceux du muscle long dorsal.
Insertion Tu bercule postérieur des apophyses transversesde la U• à la VI • vertèbre cervicale.
PET IT COMPLEXUS (Long issimus capiti s)
Origine Apo physes articulaires des vertèbres cervicales de la Il • à la V II •. Ce muscle est
situ é entre le muscle transversair e du co u et le grand compl exus.
Insertion Face postérieure de l'apophyse mastoïdienne du temporal, situ ée en profo ndeur
par rapport au spléniu s de la tête el au sterno-c léido- mastoïdi en.
Action Pour ces trois m uscles : extension et courbure de la colonne vertébrale. du tho-
globale rax et du cou. extension de la tête si la contraction est bilatérale : légère flexion
latérale du tronc et rotation <le la tête si la rotation est unilatérale.
Anatomie de surface Ce mu scle est situ é en profo ndeur (lf muscle ili o-costal).

106
MUSCLEDELTOÏDE (Deltoideus )
Forme, Le deltoïde est aplati sur les bords mais relativ ement épais (environ 2 cm) dans
structure, sa portion int erm éd iair e. Il est volumineux et robu ste, de forme trian gulaire , la
relations base étant placée sur les os de la ce intur e scapulaire et le somme t dirigé vers le
bas. pou r s'in sérer sur l'hum érus. Ce mu scle doit son nom à sa forme trian gu-
laire rappelant la lettr e grecque delta. Le deltoïde est composé de troi s parties
bapt isées en fonction de leur origine : la parti e claviculaire (ou antérieure) qui
co mm ence sur la clavicule et dont les fibres se dirig ent vers le bas, latéralement
et postérieurement; la partie scapulaire (ou postérieure), dont l'origine est situ ée
sur l 'ép ine et qui se dirige ve rs le bas, latéralement et antérieurement; et, enfin.
la pa11ieacromiale (ou intermédiair e), qui est dirigée vers le bas, avec un parcours
convexe, vers la tête de l'humérus. La partie acromiale est la plu s épaisse et la
plus vol umin euse et elle est dotée d'une stru cture multipenn ée car quatre mem-
branes tendineuses intramu sculaires, qui pa11entdu tendon situé sur l' acrom ion,
se dirigent vers le bas et s' intègrent à troi s autres membranes dirigées vers le haut,
provenant du tendon situé sur l'humérus. Cette structure présente des avantages
fo nction nels car ell e permet une tracti on très puissante. Elle est à l' or igine d'une
fasciculation secondaire du muscle, bien visibl e. Le delt oïde présente fréquem-
ment des vari antes morphologiques intéressantes pour l"arti ste: il peut avo ir des
chefs d'or igine, distincts et indépendants, fusionner paniellement avec le mu scle
vo isin. avoir une inse11ion sur l' humérus au niveau le plus proximal ou le plus dis-
tal. Ce mu scle recouvre l'a11iculation scapulo-humérale, les tendons des biceps,
du petit pectora l, du grand pectoral. du coraco- brachial , du sous-scapulaire, du
sous-épineux. du petit rond et du tri ceps. Sa face superfi ciell e est recouverte uni -
quement par l' aponévrose musculaire, le plan sous-cutané et la peau. Sur une
régio n méd iane peu étendue, il peut être recouve11par le muscle peaucier du
cou. Le bord antérieur du deltoïde vo isine avec le grand pectoral dont il est séparé
par la fosse sous-cl aviculaire dans laquell e passe également la veine céphaliqu e.
Origine Parti e claviculaire : bord antérieur de la po11ion latérale de la clavicul e.
Pa11ie acrom iale: bord latéral de l'acromion.
Pa11ie scapulaire: bord infëri eur de l 'ép ine de l' omoplate.
Insertion Tubérosités deltoïdes de l 'h umérus. Entre le tendon et la surl ace osseusese trouve
une bourse séreuse.
Action Abduc ti on du bras (si la co ntr action concerne l'ensemble du muscle ou bien sa
pani e acrom iale) : tracti on antérieure et fl ex ion avec légère rotation médiane de
l'humérus (contraction de la pai1ie claviculaire) ; tracti on postérieure et extension
avec légère rotation latérale de l'humérus (co ntr action de la partie scapulaire).
Anatomie Le deltoïde est entièrement sous-cutané et il est à l'origine du profil arrondi de
de surface l'épaule. En position anatom iqu e. le memb re parallèle au tron c, le mu scle
co nserve une tension physiologique (tonu s) qui permet de vo ir facilement la
séparati on entre les trois parties et la stru ctur e fasciculée de chacune d'entre
elles. Sous l' effe t de la co ntracti on. ces structur es sont plu s accentu ées. Une
légère dépression cutanée indiqu e le sill on de séparati on entr e le bord antérieur
du deltoïde et le grand pectoral. La surface supérieur e de l'a crom ion reste tou-
jo urs sous-cutanée et co nstitu e un point de référence bien précis et identifiabl e
dans tous les mou vements du bras : lor sque le bras est étendu vers le haut, le bord
d'origine de la partie acrom iale provoque une pliur e cutanée et l' on peut co nsta-
ter la fo rmati on d'un sill on orienté de l'ava nt vers l'arrière.

MUSCLEGRAND ROND (Teres major )


Forme, Le grand rond est un muscle aplati et épais, d' une fonne presque cy lindriqu e. plus
structure, vo l umineux que le petit rond qui est placé sous lui et qui lui est presque paral-
relations lèle . Les faisceaux musculaires passent sur le côté et en haut, partant de la zone
d'origine sur l'om oplate pour finir sur le segment d'insertion de l'hum érus. Ce
muscl e, qui peut être absent, ou fusionner avec le grand dor sal, est en grande par-
tie superficiel ; le bord inf érieur est en relation avec le grand dorsal : le bord
supérieur, dans sa portion médian e. est co nti gu avec les muscles sous-épineux et
le petit rond. Le tendon d ' insertion. plat et d' une longueur de 5 cm environ, se
trouv e derrière le tendon du grand dorsal (dont il est séparé par une bourse
séreuse). Il croi se à l'arrièr e le tendon de la po11ion longue du tri ceps.
Origine Bord inf éri eur de l 'o moplat e, sur une région restreinte de la surface postérieur e.
Insertion Lè vre médiane du sillon bicipital (int ertuberculaire ) de l ' humém s.
Action Adduction et tracti on inf érieure du bras, avec rotati on médiane et légère exten-
sion (en synergie avec le grand dor sal et en antagonisme, avec le petit rond, pour
l 'effe t de rotation, ce dernier muscle faisant tourner l ' humérus latéralement ).
Anatomie Le grand rond est presque entièrement sous-cutané, et, avec le grand dorsal, il
de surface constitue le bord postérieur de! 'aisselle, particu lièrement relevé si le membre est
en abduction ou relevé. Si le bras est en position anatomique, le muscle apparaît
comm e un relief i mportant , presque transversal , placé sur le côté de l'angle infé -
rieur de l'omoplate.

115
MUSCLE TRICEPS BRACHIAL (Triceps brachii)
Forme, Le muscle triceps brachial est volumineux, d'une grande épaisseur (environ 4 cm)
structure, et il occupe entièrement le côté postérieur du bras, étendu del' omoplate et de l'hu-
relations mérus jusqu ' au cubitus. Il est constitué de trois ventres mu sc ulaires qui restent
distincts et n'ont en commun qu'un large tendon d'insertion : le chef médian (ou
vaste interne) situé profondément ; le chef latéral (ou vaste externe) et le chef long
situés superficiellement. Le vaste interne est fin et triangulaire, ses fibres sont
orientées en oblique du haut vers le bas et latéralement. Il ·est en grande partie
recouvert par le chef long, par le chef latéral et par le tendon commun dont il
déborde légèrement sur les côtés dan s la portion inférieure du bra s. Le chef long
se superpose sur une brève portion au chef latéral : tous deux sont superficiels et
parallèles en occupant la portion supérieure du bras. Le tendon d'origine du chef
long se prolonge en une lame aponévrotique qui recouvre au milieu le ventre mus-
culaire et qui forme en surface un aplatissement de la face médiane du bra s, par-
ticulièrement visible lor s de l'exte nsion . Le muscle tricep s est en grande partie
so us-cutané, recouvert par le fascia aponévrotique brachial et par la peau. Le
chef long, dans sa partie initiale, passe devant le petit rond et derrière le grand rond
et il est couvert par le deltoïde; le chef latéral est en contact avec le brachial , anté-
rieurement , et avec l' anconé, inférieurement ; le chef médian adhère à la face pos-
térieure de l'humérus et il est couvert par le tendon commun.
Origine Chef long : tubérosité sous-glénoïde de l'omoplate et capsule fibreuse de l' arti-
culation scapulo-humérale.
Chef latéral : surface po stérieure et latérale de l'humérus (zone comprise entre
le sillon du nerf radial, la tubérosité deltoïde et l'insertion du petit rond) ; cloi-
so n intermusculaire latérale.
Chef médian : surface postérieure et médiane de l'huméru s (zo ne restreinte com-
pri se entre le sillon du nerf radial, l'insertion du petit rond et la trochlée humé-
rale) ; cloisons intermusculaire s, médiane et latérale.
Insertion Cubitus (surfaces postérieure et supérieure de l'o lécrâne ) ; fascia antibrachial.
(L'insertion survient par l'intermédiaire d'un tendon long, robuste et aplati sur
lequel convergent les troi s ventres mu sc ulaire s. Ce tendon est constitué de deux
lame s aponévrotiques superposées qui partent du milieu du mu scle environ, l'une
profondément et l'autre superficiellement. Entre le plan osseux et le tendon , on
trouve une bourse muqueuse d'écoulement, une bour se sou -tendineuse et, super-
ficiellement, la bour se so us-c utanée de }'o léc râne.)
Action Extension de l'avant-bras sur le bras. On peut remarquer que le chef long du tri-
ceps agit sur deux articulations, épaule et coude, favorisant également une faible
adduction et un déplacement dorsal du bra s ; les chefs médian et latéral n'agi s-
sent en revanche que sur l'art iculation du coude, provoquant so n extension.
Anatomie Le muscle triceps est sous-cutané pendant pre sque toute son extension et il occupe
de surface le sec teur postérieur du bra s. Le chef long est la portion la plu s évidente et la plus
relevée, recouverte, sur une courte portion supérieure, par le muscle deltoïde ; le
chef latéral est placé latéralement par rapport au chef long qui le recouvre en par-
tie ; le chef médian est cou vert par le tendon commun et l'o n ne voit que ses bord s
sit ués à proximité des épicondyles de l'huméru s. Le tendon commun forme une
large zone aplatie, légèrement convexe, d'une forme pre que rectangulaire et
orientée en oblique vers le ba s et le milieu par rapport à l'axe longitudinal du bra s.
Sur le côté supérieur et latéral , so nt insérées les fibre s musculaires du chef laté-
ral et certaines fibres du chef médian ; ur le côté médian so nt insérées les fibres
du chef long et, dan s la partie inférieure, celles du chef médian. Si le mu cle est
contracté, ses ventres apparaissent bien relev és dans la moitié supérieure du bra s,
formant un contraste avec la zone aplatie correspondant au tendon commun qui
occupe la moitié inférieure . Si le muscle est relâché ou l'avant-bras replié sur le
bra s, les reliefs du tricep s sont très atténués et toute la région postérieure du bras
prend un aspect assez régulièrement arrondi ou aplati.

MUSCLE SUPINATEUR (Supinator)

Forme, Le muscle supinateur (ou court supinateur) est aplati, d ' une forme pre sque tri-
structure, angulaire et placé en dessou et derrière l'art iculation du coude. Il est orienté en
relations oblique et latéralement , du cubitus av radiu s, qu'il contourne dan s so n tier proxi-
mal. Le muscle supinateur (qui peut être distingué en deux lame s superpo sées,
superficielles et profondes ou qui peut pré senter des insertions anorma les) adhère
au radius et à la capsule articulaire du coude. Postérieurement , il est recouvert par
les muscles extenseurs communs des doigt s et par le mu sc le extenseur cubital du
carpe ; antérieurement , il entre en contact avec le tendon du bicep s.
;

Origine Epicondyle latéral de l'huméru s ; ligaments de l' articulation du co ude ; bord


latéral du cubitus (sur la crête du supinateur, une zone rugueuse placée sur l' échan-
crure semi- lun aire).
Insertion Face antérieure et latérale du tier s supérieur du radius, près de la tubérosité.
Action Supination de l'avant-bras (rotation latérale du radius sur le cubitus).
Anatomie de surface Le muscle, situé profondément, n' est donc pas visible sous la peau.

146
MUSCLE BICEPS BRACHIAL (Biceps brachii)

Forme, . Le muscle biceps brachial est grand et fuselé (il peut atteindre 5 cm au point de
structure, plus grande largeur et 3 cm au point de plus grande épaisseur), placé dans la par-
relations tie antérieure du bras. Il doit son nom au fait d'avo ir deux chefs d'origine au départ
de l'o moplate : le chef long, situé latéralement, débute par un tendon long et fin
qui part du tubercule sus-glénoïdien ; le chef court, situé au milieu , débute par un
tendon court, robuste et aplati qui part du processu s coracoïdien. Les deux ventres
musculaires sont parallèles et ne se fondent que dans la partie distale , , en s' insé-
rant sur le radius au moyen d'un seul tendon très robuste et élargi. A partir du bord
médian du tendon, au niveau du pli cutané correspondant à l'articulation du
coude, une expansion aponévrotique (membrane fibreuse du bicep s) s'élargit,
orientée en oblique vers le bas et le milieu , en s'é tendant sur le fascia qui recouvre "·
le groupe des muscles fléchisseurs de l'avant-bras. Le muscle (qui peut présen-
ter des insertion s anormales, une connexion ou une séparation complète des deux
extrémités ou bien l'absence d'une des deux) est presque entièrement sous-cutané,
recouvert simplement par le fascia superficiel du bras (fascia brachial) et par la
peau. La bande profonde du muscle recouvre le brachial ; le bord médian est en
contact avec le coraco-brachial ; le bord latéral est en contact avec le deltoïde et
le brachio-radiaJ ; la bande superficielle, uniquement dans sa portion d'origine, est
couverte par le grand pectoral et par le deltoïde. Le tendon d'insertion est disposé
entre le groupe médian et le groupe latéral des muscles fléchisseurs de l'avant-bra s.
Origine Chef long : tubercule sus-glénoïdien et cavité glénoïde del' omoplate. (Le tendon
parcourt également l' intérieur de la capsule fibreuse de l'art iculation scapulo-
humérale.)
Chef court : sommet du processus coracoïde de l'omoplate.
Insertion Face postérieure de la tubérosité bicipitale du radiu s ; faisceau aponévrotique
antibrachial (par l' intermédiaire des fibres du biceps).
Action Flexion de l'avant-bra s sur le bras , avec une légère rotation latérale (supination)
de l'avant-bra s. (Il faut se rappeler que le muscle biceps n'a pas d' insertion sur
l'hum érus.)
Anatomie '
Le muscle biceps brachial est sous-cutané sur presque toute sa longueur. A l'é tat
de surface de relâchement , il apparaît comme une surface hémicylindrique située dans la par-
tie antérieure du bras. Le relief du ventre musculaire est plus net près du chef d'in-
sertion, alors que la portion située près des chefs d'origine est recouverte par le
'
muscle deltoïde. A l'é tat de contraction, le muscle se raccourcit et son épaisseur
augmente, surtout dans sa moitié inférieure, qui apparaît ainsi plus relevée que
la moitié supérieure. De plus, dans cet état, le tendon d' insertion comme le biceps
fibreux émergent nettement: le tendon apparaît avec netteté si l'avant-bra s est en
.position de supination et replié à angle droit par rapport au bras. Le bicep s fibreux
est en revanche plus-visible si, dans cette position repliée, l'avant-bras effectue
une légère rotation médiane.
Le tendon d'origine de l'extrémité courte pas se derrière le pilier antérieur de
l'ai sselle et devant le tendon du coraco-brachial. Il est fréquemment visible sous
la peau au niveau de la ligne de séparation des deux extrémités d'o rigine et, dan s
certains cas, on peut aussi voir la veine céphalique et des faisceaux secondaires
du ventre musculaire.

MUSCLE BRACHIO-RADIAL (Brachioradialis)

Forme, Le muscle brachio-radial (ou long supinateur) est long , légèrement aplati, volu-
structure, mineux, situé superficiellement sur le côté médian de l'ava nt-bras, tendu entre
relations l'humérus·et le radius. Il a une forme presque triangulaire parce que les fibres vien-
nent d'une surface très élargie et il converge, presque à la moitié de l'a vant-bras ,
dans un tendon d'insertion long, fin et plat. Le muscle, qui peut présenter des inser-
tions anormales ou des connexions avec les muscles proches, est accompagné, au
milieu et à l'arrière, par l'exten seur radial long du carpe. Vers le milieu et vers
l'ava nt, il est en contact avec le rond pronateur (qu'il recouvre en partie) et le flé-
chisseur radial du carpe. La partie distale du tendon d ' insertion croise les tendons
du long abducteur du pouce et le court extenseur du pouce.
Origine Bord latéral de l'humérus (crête sus-glénoïde) ; face antérieure de la cloison
intermusculaire latérale.
Insertion Face supérieure du proce ssus styloïde du radius.
Action Flexion de l'ava nt-bras sur le bras (particulièrement efficace si l'avant-bras est
en position intermédiaire entre la pronation et la supination)..
Anatomie Le muscle brachio-radial est sous-cutané sur presque toute son extension. A ' l'é tat
de surface de relâchement , sa masse charnue ne peut pas être distinguée de celle du long
extenseur radial du carpe contigu, mais lors d' une contraction vigoureuse, elle
apparaît nettement relevée ( « tendon du radial ») sur les deux tiers supérieurs du
côté radial de l'avant-bras en flexion. Il constitue alors le bord latéral de la fos-
sette cubitale dans laquelle le relief du tendon bicipital est situé au milieu du
muscle brachio-radial.

145
MUSCLE GRAND PECTORAL Wec toralis 111ajor
)

Forme, Le grand pectoral est un gros muscle de forme presque rectangulaire. lorsque le
structure, bras est en position anatomique. tandis quï l prend une forme nellemen1 trian-
relations gulaire lorsque le bras esl levé et e n exte nsion maximale. Cc muscle. qui esl
large. esl lamellaire (même si. à certains points du bord inférieur latéral. il peut
aueindre une épaisseur de presque 3 cm) el recouvre toute la pani c supérieure de
la cage thoracique. Panant de ses larges sections d"origine sur la èlavicule, sur le
sternum el les côtes. il alleint un bord d'insert ion. étroit sur l'hum érus. Le grand
pectoral est composé de trois parties. subdivisées en fonction de la wne d"origine
et dom les fibres 0111des orientations différemes. Il s·ag it de la partie claviculaire,
dirigée lméralemem el vers le bas. de la partie externe costale. dirigée sur le côté
el de la partie abdominale. dirigée sur les côtés el vers le haut. Les faisceaux sonl
assez impo11an1s el. dans cena incs cond itions. on peut les distinguer en surface.
ce qui donne un aspect fasciculé à la région. Les trois pani cs confluent dans le
segmelll dïnscrti on et se superposcm dans le segmem latéral, s'épaiss issant jus-
qu' à former le pilier amérieur de l'a isselle et le bord inférieur latéral du muscle.
Le grand pectoral. qui peut être 101alement ou partiellement absent. ou bien pos-
séder des insertions anormales. recouvre les côtes et le petit pecwral : son bord
supérieur es1 en relation avec le de ltoïde et il en est recouvert partiellement. Le
muscle est donc sous-cutané sur 1ou1 son ensemb le : il est recouvert tout d'abord
par l'aponévrose pectorale sur laquelle adhère la glande mammaire. par le muscle
peaucier du cou. puis par la peau.
Origlne Panic clavicu laire : section médiane du bord antérieur de la claviçule,.
Partie stcrno-costale : pani c médiane de la surface antérieure du sternum : carti-
lages costaux de la 11° à la VJ•·côte .
Partie abdominale : aponévrose du &@!.Hl oblique Cl des muscles droit~ de !'ab;
domcn.
Insertion Lèvre antérieure du sillon bicipital de lï1u111érus.sous la grandhllib_@:iité (par
l'intermédiaire d"un tendon robuste et aplati. de 5 à 6 cm de large. constitué par
deux lamelles rapprochées provenant de la superposition des faisceaux muscu-
laires dans la section terminale ).
Action Adduction (abaissement du bras levé) et rotation médiane du bras: soulèvemelll
el rapprochement vers l"humérus du tronc. si le point fixe se trouve sur le bras (par
exemple en cas de reptation : dans cc cas. les muscles pectora ux des deux côtés
sont aidés par le gra nd dorsal. le trapèze et le petit dentelé postérieur supérieur) ;
soulèvement et traction de l'huméru s vers l'avant. si c'est uniquement le faisceau
claviculaire qui se contrac te : abaissement de lï1u111 érus et de la ceinture scapu-
laire. si c·es l uniquement le faisceau inférieur qui se contracte.
Anatomie Le muscle grand pectoral est sous-cutané sur toute son extension quasiment. sauf
de surface dans la ponion tendineuse d'insert ion e1sur une petite partie recouvene par le del-
toïde. Il occupe le quart antéro-supérieur du thorax el forme une légère convexité,
délimitée sur le bas par le bord musculaire. épaissi par un coussinet adipeux de
volume variable. situé dans la partie latérale. Le bord, qui est ne1temen1relevé en
position anmomique, s'aplatit el disparaît presque si le bras est levé, tandis qu'il
s'accen tue si les bras sont dirigés vers le plan médian : dans ce cas, le muscle se
contracte. augmente de volume, saillant d'une manière importante et révèle une
fasciculation en éventail sous la peau. Chez les athlètes, le bord médian à côté du
sternum es1également surélevé par rapport au plan osseux.
La glande mammaire à laquelle, en surface, correspond le mamelon, adhère à la
face sous-cutanée du grand pectoral. Elle est séparée de celui-ci par l'a poné-
vrose pectorale et par le tissu adipeux et elle est située à proximité de la ponion
latérale du bord musculaire inférieur.

MUSCLE SOUS-SCAPULAIRE (Subscapularis)


Forme, Le muscle sous-scapulaire est large, aplati et de forme triangulaire. Adhérant à
structure, une grande panic de la face costale de l'omoplate , il converge latéralement pour
relations s'in sérer sur l'extrémit é supérieure de l'hum érus. La face antérieure du muscle
est en relation avec le grand dentelé avec lequel, sur la section proche de l'in -
sertion. il contribue à former la paroi postérjeure de la cavité de l' aisselle. Le ten-
don est cro isé à l'avant par le coraco -bracchial et le biceps (portion longue).
Origine Zone médiane de la fosse sous-scapulaire.
Insertion Petite wbérosité de l' humérus et partie antérieure de la capsule de l'articulation
scapulo-huméra le. Entre le tendon et l' os, se trouve une bourse séreuse assurant
le glissement.
Action Rotation médiane et légère adduction de l'huméru s.
Anatomie Le muscle sous-scap ulaire est situé en profondeur et n'es t donc pas visible en
de surface surface.
MUSCLEGRAND DENTELÉ(Serra1usan1erior)
Forme, Le muscle grand dentelé est large, aplati, adhérant à la paroi latérale thoracique ,
structure, où se trouve son origine. avec neuf ou dix digi1a1ions qui se dirigent vers l'arrière
relations el sur un plan médian jusqu'il son insertion sur l'omoplate. Compte tenu de l' ori-
gine de l'insertion du muscle , celui-ci est subdivisé en trois parties: supérieure,
médiane et inférieure. La partie supérieure est formée des faiscea ux des deux pre-
mières digi1a1ions, prove nant des Jreel IJe cô tes, avec une direction presque hori -
zontale; la partie médiane est fom1ée par des faisceaux dont l'orig ine est située
sur les ne,III• et IV• côtes, avec un parcours oblique et convergent vers l'inser-
tion ; la partie infé rieure est la plus importan te : elle est formée par les faisceaux
robustes des digitations restantes. Le muscle, qui peut avoir un nombre de digi-
tations plus ou moins important ou ne pas être complet, couv re de sa face pro-
fonde les côtes et les espaces intercostaux et il est recouvert par le grand dorsal
et par le grand pecto ral et, pour une petite partie, par le sous -clavier, le petit pec-
tora l, le sous-scapu laire. Seules les quatre dernières digitalions sont cutanées et
croisent cê lles du muscle grand ob lique de l'a bdomen.
Ori inc Partie supér ieure : I• et Il<icôtes.
Partie médiane : ne,me,IV• et V<côtes.
Partie inférieure : VI•. VII•, VJIJ•. IX• (et parfois X•) côtes.
Insertion Partie supérieure : angle de r omoplate.
Partie médiane: bord interne de l'omoplate .
Partie inférieure: ang le inférieur de l'omoplate.
Action Abductio n de l'omoplat e. Le muscle gra nd dentelé , compte tenu des différentes
or ienta tions de ses faiscea ux, exerce des act ions diftërente s. La contraction glo-
bale du mu scle relève légèrement les côtes (fonction inspiratoire ) et étire l'omo-
plate vers l'avant, contr ibuant à la rotation antér ieu re méd iane du bras, en anta-
gon isme avec l'action des muscles rhomboïdes ; la contract ion des faiscea ux
supérieurs et inférieurs fait adhérer l'omoplate au thorax en syne rgie avec les
muscles rhomboïdes. La contraction du faisceau inférieur fait tourner latéralemen t
et vers l'avant l'angle inférieur de l'omo plate permettant une élévatio n horizon-
tale du bras, en synergie avec les muscles trapèze et del!oïde.
Anatom ie Le muscle grand dentelé est sous-cu tané uniquement dans la portion correspon-
de surface dant aux quatre dernières digitations , car la port ion arr ière est recouverte par le
grand dorsal et la portion supérieure. par le grand pectoral. La digitation la plus
volumineuse et la plus évidente est la plus haute des quatre, correspondant au
niveau du sillon sous- mammaire prolongé sur le côté et sur l'arr ière, tandis que
le vo lume des trois autres se rédu it progressivement. Les digitations en relief
croisent, en oblique , sur la face latérale des côtes, ce lles du grand obl ique de
l'abdomen qui, en comparaiso n, semble nt moins hautes et moins importantes, lais-
sant tran sparaître les cô tes .

MUSCLESOUS-CLAVIER(Subclavius)
Forme, Le muscle sous-clavier est petit, fin et allongé, de forme triangulaire. Ses fibres
structure, sont dirigées très en oblique vers le haut et latéralement, partant de la première
relatio ns côte pour arriver à la clavicu le. Ce muscle peut être absent et remplacé par un liga-
ment, partant de la grand e côte ou être doté de petits faisceaux accessoires. Il est
recouvert presque complètement par la clavicule et il est revêtu d'une membrane
apo névrotique qu i le sépare du grand pectoral et s'éte nd vers le hau t en direction
de l'aponévrose cerv icale et vers le bas en direction de la fonnation memb raneuse
qui recouvre le petit pectoral.
Origine Face inférieure de la première côte (dans la section se trouvant à proximité du car-
tilage costa l, sur le côté et à l'arrière de l'a rticulation sternale).
Inse rtion Face inférieure de la clavicule, dans le sillon sous -c lavier.
Action Abaissement de la clavicule et de l' arrondi de l'épaule; stab ilisation de l'articu-
lation stemo-clav icu laire.
Anatomie de su rface· Ce mu scle est situé en profondeur.
' '1 '
i Iljjl ·---~\ 1
1/
1
trapèz_e -----------
1
, ou • 1
é 'n''
acromion ~ ' l 1

.-, . . ~

clavicule .,, ,, 1 dd
1
n i
delto1de sa)

.
....
,\,
1·. / ndil1
.r telé
grand pectoral ·
'
biceps brachial
triceps brachial
Î
brachial antér ie

tendon du tr i
brachial
long supi

prem ier radial

) ,· ~- -·'
,. --.; I
J "·
I 1
./4
' :\,,f ~
1
1 1 ./' \
\.
-..c,
::;;
,,
corac
gran
vap~è~ ·:~ c.1~~ -
,\.. ~
/ •
J

1
' •]

/ /,.1/
' ,d ,.,',

, \ k,;j':.rom;oo 1
grand do
grand dentelé

1,·'~ '1 - -:>·/7'~%:,


...
/., k- ,,.~; 1
l1\\ ,- / '''"'
. ~ -"-..,
/ . \ ~'"°"
{\ ,:'°"\,e
,/ [ t Ir ,., _
1~
: 1om p pla~e-
bord spmal
--- \. '"',--~ L' ~-- f I,1 'J)if
i~~.'·\"\,ii!.,
V.y. ,,
4J _.,,
°' - "":\,- j
grand dorsal , , }f ,;7~
'I •
i,..1f
/ /,.l,
/ I '-
~hi,, /
-"-, ,. ,I y
-'"v-/;..
_,,..
,.,

sous-é
7· o/ J.t;,. gran
._,.,..
; . triceps brachial
...
•.--t-.!,
..r.-

--
i~j
1/,

11
l 1

grand pectoral

veine
~/
cielles • 1
Q 1 ,

.f : \\ j\l or~ib 1•
1_, ,
, , j/' :.!
co-brachial

1/1·,t\\
1~.1
j"'I
11
1\ "\1,, 1
. ilf;/ .
f 11 il '
- ·-' ' ·
/ I'' '<· ·J1

. ) /
, :
'
/
J I

i7,iv._
trapèze' ",;;i;J==~

=
; •~omion

deltoïde

sous-épineux
l
,1/Jw
.' grand rond

,/fJ grand dorsal

·,M.
triceps brachial
\
\ brachialantérieur

•., . l ,

l_-1

, . 1 '
I !
(
, .
/

\ , , f )
~
//1 /
. I
'

1 l I
/\
ti. l '
1 '
,.,.
- ,/

11 1

' ;·
veines/ sup~
I .
,\ deltoïde
1

\ biceps
j

:l
\, ( brachial

~ .1
1
long
1
pre
1
r l ,1\
1
\

,1

', \i.
, 1 1
1

~
)
1
\
' 1: .. ; 1
-t/
j \ ,ctr,a
1
'~l . ( ~pce~(
f.
\i' \1 ' / \va~il-
'<' / /
1.
/ fe1d ,
,, \ \' chia
ér1eu1

/ ,,1
1
(
i
' 1
·i !_\- 1
! 1
omion et é .
e I' pine
omoplate
I
}i
us-épineux
3 1 /
l I' ,,.;! z{,'',
I ,·~ "'
- --: / :-:----")Jp,µ;J~.J!.J petit rond / '
YJi,
}!JI,, tr:V
I, ;;.),_

~~
; deltoïde f, //
/ //· .,,-»
\~1,
IW
rii
!, '
';t
f 1 , ! }
1 '·
-
-,~.
i,1}.".~
- ___ ____.
~ ~ triceps brachial .,
~ biceps brach · 1

n t ✓ brachial antérieur
ra

!/ J,·· \
\_
!;_.p
, nd,clorsal /
1 /•. ,.
I 1

I olécrane
/

'/,
L'AISSELLE

La région de l'a isselle apparaît comme une dépre ssion située


entre la partie supérieure de la paroi latérale thoracique et la par-
tie supérieure médiane du bras.
Si le membre est en adduction, c'est-à-dire adhérant au tronc, le
creux axillaire est réduit à une fente profonde orientée dans le sens
antéro-postérieur.
Si le bras est en abduction, c'est-à-dire éloigné du tronc jusqu'à la
position horizontale, l'a isselle apparaît dans sa profondeur la plus
grande. Elle apparaît ainsi en forme de coupole ou de pyramide
tronquée dont le sommet (le fond de l'a isselle) correspond à la face
médiane du processus coracoïde et se dirige vers la base du cou.
Le creux axillaire s'ouvre vers l'avant et latéralement, délimité
par deux ponts musculaires recouverts par la portion axillaire
du fascia superficiel : le fascia antérieur, presque laminaire ,
constitue la paroi antérieure et est formé du grand et du petit
pectoral ; le fascia postérieur, d'une plus grande épaisseur et plus
étendu, constitue la paroi postérieure et est formé par le grand
dorsal et le grand rond.
La paroi médiane de la cavité axillaire est représentée par la por-
tion supérieure de la paroi thoracique latérale, c'est-à-dire par les
quatre ou cinq premières côtes recouvertes par le dentelé antérieur.
La partie latérale se réduit à un bord délimité par l'humérus et par
les parties proximales du coraco-brachial et du chef court du biceps.
La peau de l'aisse lle, en particulier celle du fond de la cavité, est
riche en glandes sudoripares, en nœuds lymphatiques, en tissu
adipeux, et elle présente un système pileux développé. La mor-
phologie de l'ai sselle change radicalement quand le bras, par
abduction et rotation, est tendu verticalement vers le haut : dans
cette position, le creux s'aplatit et la saillie de la tête de l'humé-
rus apparaît.

biceps deltoïde

triceps 0

coraco-brachial
grand dorsal

Dess ins schéma tique s de l'aisselle


Cette vue du bras montre
le vofame du triceps et
dt< brachial et, juste awdessus,
la masse du biceps. Entre ces dmx
groupes musculaires, on aperçoit
un sillon assez marqué.

)
Cette torsion de l'avant-bras
met m évidence le relief du long
mpinateur , dt<premier radial et
de l'extmseur commun des doigts.
-- _l 1I ~

·1~ ,_ I ·'. ' ..


1
J:-

i
J

biceps bra-
chiai
/ deltoïde
,~ 1
grand
t ' I"'
1
'

pectoral

1-:1-
1V

I
1

. \\

1 . ~ '1!

1\ '1 t.r..:;;:,.\(
P'
).
:' r J /: /

i ~--

. •ik<
-~'.' '\ · ..t•
,, \
( , :,
gran
,,t\,
. . ..
'di
;,,.,! ,r~;{':i(i
,..., ' .,. ;
J,,,.
. ,~t
• ..
1
r, .. rt!J.
,~

,JI
. I
grand dors

~~-
\ 1 \~,i( ' ' ;

~ '

\w
\
1

1
~~

'-:.1:$:
7,, ..

1. \'
\ li1
1
I , '\ ,.~
1
1
~ \
1
''°
~ .\
tendon du cub ital
antérieur

ubitus- apop h
styloïde

.):
.,
,
1 ,.
tendon du grand 11
1. palmaire 1
1
1
11 tendon du petit !1
. palmr ire
11
1

I
.,__
c---
-- coraco-brachial

grand pectoral

grand dorsal
hu
ép1troch lée 1 ' t rie ur 11)V
1 1
te?i~on' du b1cJps 1 1 'i
' ~-
1
hl~1
~ '
1
) 1l1 ~1 . 1
,11·\'!\~,,&icep
.~ 1 1/
• 1 11
1
1
1
·1dé
1
1
longue portion
; vaste interne
aste externe
et tendon du
triceps brachial
'\
· rane
, --~
,\

\
deltoïde
/ ; ,,.;1,· : 1 1 lr1 1 ;' l · · ·_
· _
1
I /.,·.
t· 1• , 1l 1
·, c....-'---,
on d11grand pal- ,,::'19n'°g
mair~ - · ·-,~·
. 1. 1' 1!· ~"<
t t . •
1

). -
petit pa maire

antérieur
1 ••
'·1/
\ J
'1_-· . f \. 1
1 i' 1 •
.r . .l
.. I
J

-~-·
1
.
... . .

acrorni
,
clavicule
l··•
1 I
i
-~-

deltoïde
/
''
tf '. 1
1

1.
J
1

grand rond brachial

!
grand dorsa l brachial anté ieur ~

.:,'/ ' ..
-1. ;,:, \ ,,_
rr
!~~~~ / va
\ / long supinateur
cendo

>(
r, /1
p1é
l ne
muscles radiau>
de l'avanc-b~s
1•.'!

I 1, 1
1 /
11
ie

1/ 1 11 /·
•' 1 1 11
~t.i
' ,
h •(::::,,
1 1 extc
corn
1 l des doi

i., ,~. •._' I


\. \.\
\ ,·.\:·
\1' ',
\

.,
.,
apophyse scy- ,
' loïde - .--
1 .
/
/ 1
l ./
) li
,.'
I

:p
I f ,.
I ~,'-
//,;
!'-;,,,

,:
,
..

,,..;
/

~/
1
1
µ - -
:Cc' f
1
'
\ J,."
/
},
,! '
. If
/
I
I
I / /
MUSCLE CORACO-BRACHIAL (Coracobrachialis)

Forme, Le coraco-brachial est un muscle peu volumineux, allongé, d'une forme presque
structure, cylindrique ou conique, orienté en oblique vers le bas et l'extérieur. Il part de
relations l'omoplate, au point d'insertion sur l'humérus. Le muscle, qui peut présenter
des variations de longueur, est en grande partie recouvert du chef court du biceps,
tandis que son tendon d'origine croise dans sa partie antérieure et supérieure le
muscle grand pectoral et le deltoïde, et postérieurement, les muscles grand dor-
sal, grand rond, sous-scapulaire.
Origine Sommet du processus coracoïde de l'omoplate (le tendon est placé au milieu du
tendon du chef bref du biceps).
Insertion Surface antéro-médiane du tiers moyen de la diaphyse de l'humérus.
Action Adduction du bras, avec légère flexion antérieure et déplacement médian ; sta-
bilisation de l'humérus dans l'articulation scapulo-humérale. (On peut remar-
quer que la situation topographique et l'action d'adduction du muscle sont ana-
logues à celles des muscles adducteurs de la cuisse.)
Anatomie Le muscle coraco-brachial n'est sous-cutané que sur une courte portion du ten-
de surface don d'origine: il apparaît comme un cordon en relief placé derrière le bord anté-
rieur de l'aisselle et profondément derrière le chef court du biceps, qui lui est adja-
cent. La partie superficielle est surtout visible quand le bras est en abduction et
l'avant-bras replié à angle droit.

MUSCLE BRACHIAL (Brachialis)

Forme, Le brachial (ou brachial antérieur) est un muscle robuste, aplati, long et assez large,
structure, situé sur la face antérieure de l'articulation du coude, tendu entre l'humérus et le
relations cubitus. Le muscle, qui peut être divisé en plusieurs fascias distincts, adhère à la
surface ventrale de l'humérus et est en grande partie recouvert par le biceps. Le
bord médian est en contact avec le brachio-radial et le long extenseur radial du
carpe, dont il est séparé par un faisceau nerveux-vasculaire. Certaines portions des
bords médian et latéral sont superficielles.
Origine Moitié inférieure du fascia antérieur de l'humérus , cloisons intermusculaires
médiane et latérale.
Insertion Tubérosité du cubitus ; surface rugueuse du fascia antérieur du processus coronoïde.
Action Flexion de l'avant-bras, en synergie avec le muscle biceps et en agissant de façon
plus efficace quand l'avant-bras est déjà partiellement replié.
Anatomie Le muscle brachial est large et ses bords médian et latéral, au niveau de l'articu-
de surface lation du coude, débordent donc du biceps et apparaissent sous-cutanés sur les
côtés du bras. La partie superficielle médiane est courte et forme une zone apla-
tie près du tendon du biceps, tandis que la portion latérale est étendue, atteint l'in-
sertion du deltoïde et apparaît comme un relief compris entre le biceps et le chef
latéral du triceps.

MUSCLE ROND PRONATEUR (Pronator teres)

Forme, Le muscle rond pronateur est court, charnu, cylindrique dans sa partie initiale
structure, d'origine, près de l'humérus, et aplati vers le tendon d'insertion sur le radius. Ce
relations muscle est le plus latéral du groupe qui vient de l'épicondyle médian (ou épitro-
chlée) de l'humérus et il est orienté latéralement vers le bas, traversant en dia-
gonale la partie antérieure de l'avant-bras. Le rond pronateur débute par deux
chefs séparés venant l'un de l'humérus et l'autre du cubitus, qui s'unissent presque
aussitôt en un seul ventre. La portion supérieure du muscle est superficielle, tan-
dis que la portion inférieure, surtout tendineuse, est recouverte par les muscles de
la région latérale de l'avant-bras. Le fascia profond recouvre le brachial et les ten-
dons du fléchisseur superficiel des doigts. Le bord latéral du muscle délimite au
milieu la fossette cubitale, une dépression triangulaire placée antérieurement à l'ar-
ticulation du coude et dans laquelle, en profondeur, sous les fibres du biceps,
sont situés les tendons du biceps, le brachial et le supinateur (court).
Origine Chef huméral : épicondyle médian (épitrochlée) de l'humérus ; cloison inter-
musculaire médiane.
Chef cubital : surface médiane du processus coronoïde du cubitus.
Insertion Fascia latéral de la portion médiane du radius.
Action Pronation de l'avant-bras (c'est-à-dire rotation, vers l'axe du bras, du radius sur
le cubitus, en synergie avec le muscle carré pronateur et en antagonisme avec le
muscle supinateur); faible flexion de l'avant-bras.
Anatomie Le muscle rond pronateur est sous-cutané dans sa portion proximale, mais il
de surface n'est pas facile de le distinguer parmi les muscles de la région. Si l'avant-bras est
en pronation contre une résistance et légèrement replié, le muscle contracté peut
apparaître comme un petit cordon sur le fascia antéro-médian de l'avant-bras, sous
le pli cubital, dans une zone comprise entre le brachio-radial (placé latéralement
et séparé par un sillon) et l'épicondyle médian de l'humérus.
MUSCLE EXTENSEUR RADIAL LONG DU CARPE
(Extensor carpi radialis Longus)

Forme, Le muscle extenseur radial long du carpe (ou premier radial externe) est consti-
structure, tué d'un court ventre fu elé, légèrement aplati dans la portion qui , au niveau du
relations tiers médian de l'avant-bras , continue sous forme de tendon long et plat. Le
muscle occupe le bord latéro-po stérieur de l'ava nt-bra s qu ' il parcourt superfi-
ciellement tout en étant en contact avec le brachio-radial (au-dessus et au milieu)
et le supinateur (en profondeur). La partie supérieure couvre en partie le radial
court du carpe , un mu scle qui suit le même trajet et est de la même forme mais
qui est situé plu s profondément et postérieurement. La portion distale du tendon ,
prè s du proce ssus styloïde du radius , est croisée et recouverte par les tendons de ,.
l'a bducteur long du pouce , de l'exten seur court du pouce et du ligame nt dorsal
du carpe.
Origine Zone sus-co ndyloïdienne latérale de l' humérus; cloison intermu sculaire latérale.
Insertion Surface dor sale de la base du nemétacarpien.
Action Extension et abduction de la main par rapport à l'ava nt-bra s, au niveau du poi-
gnet, agissant en synergie avec l'exten seur cubital du carpe , avec l'ex ten seur
radial court du carpe (po ur l'ex tension ) et avec le fléchi sse ur radial du carpe
(pour l'abduction) ; faible flexion de l'avant-bra s, favori sant la fermeture du
poing , et faible pronation (à cause de la direction oblique, de latérale à postérieure,
de la ligne de traction mu sculaire ).
Anatomie Le mu scle extenseur radial long du carpe est sous-cutané sur pre sque toute son
de surface exten sion. Avec le supinateur et l' extenseur radial court , qui sont disposés à ses
côtés , il occupe le bord latéral de l' avant-bras, du condyle huméral au poignet.
Les trois mu scles ne peuvent pas être distingués individuellement quand ils son t
relâchés , mai s si l'avant-bras est en flexion contre une résistance , le radial long
apparaît nettement. Le tendon est situé sur le bord latéral de la surface dorsale du
poignet et il se relève pendant l' extension de la main. Au milieu de la main , sur
la ligne médiane mais d ' une façon beaucoup moins apparente, se trouve le ten-
don de l'ex ten seur radial long du carpe.

MUSCLE EXTENSEUR COMMUN DES DOIGTS


(Extensor digitorum communis)

Forme, Le mu scle extenseur des doigts est le plus latéral du groupe des extenseurs situé s
structure, sur la couche superficielle de la partie postérieure de l'avant-bras. Le ventre est
relations fusiforme , allongé , légèrement aplati et, environ au niveau de la moitié de l'avant-
bra s, il se divi se en faisceaux musculaires qui se prolongent en quatre tendons
aplati s dirigés vers le dos de s quatre dernier s doigts . Les tendons , entourés d' une
gaine synoviale commune, vont, rapprochés , jusqu 'a u ligament annulaire posté-
rieur du carpe, pas sent des sous puis divergent vers les doigt s, mai s dan s une
direction plus oblique que les os métacarpiens. Ils sont ensuite réunis par de fines
expansions tendineuses tran sversales , qui servent à les contenir et à rendre uni-
formes les mouvement s d' extension. Le muscle est recouvert par le fascia anti-
brachial et par la peau. Il couvre le supinateur , l'abducteur long du pouce , l'ex-
tenseur cubital du carpe, l'exten se ur propre de l' index , l'articulation
radio-carpienne , les métacarpe s et les phalange s. Tout au long du bord médian ,
se trouve l'ex ten seur propre de l'a uriculaire .
~

Origine Epicondyle latéral de l'humérus ; ligament s du cubitus et du radiu s ; fascia anti-


brachial.
Insertion Surface s dor sales des seco ndes phalange s (avec expansions fibreu ses à la base des
phalange s distale s) de l' index , du majeur , de l'a nnulaire et de l'a uriculaire .
Action Extension de s quatre dernier s doigts , au niveau des articulation s métacarpo-pha-
langienne s, avec légère abduction de l' index et de l'a uriculaire . (L'extension de
chaque doigt , surtout celle de l'annulaire , est fortement limitée par les connexions
fibreuse s tran sversale s. L'action mu sculaire place les premières phalange s dan s
l'axe de s métacarpien s et les replie côté dorsal , mai s seulement de quelque s
degrés. De plu s, l' index et l' auriculaire sont très mobiles parce que deux muscles
spécifiques agissent sur eux, les extenseurs propres de l' index et de l' auriculaire ,
dont les tendon s sont parallèle s et rapprochés de ceux de l'ex ten seur commun.)
Anatomie Le mu scle extenseur commun de s doigts est sous-cutané. Son ventre mu sculaire
de surface est visible sur la surface dor sale de l'avant-bra s, dans la portion supérieure , dan s
la zone allongée comprise entre l'ex ten seur radial long du carpe et l'extenseur
radial court du carpe (placés latéralement ), ainsi que l 'ex ten·seur cubital du carpe,
placé au milieu . Le dos du poignet est plat parce que le robuste ligament dorsal
carpien recouvre les tendon s mais ceux-ci deviennent trè s apparents ur le do s de
la main et des phalange s proximale s quand les doigts sont tendus : ils apparais-
sent alors comme des cordons en relief qui divergent du poignet vers les pha-
lange s. Ils sont plus en biai s que les os métacarpien s, notamment le neet le ve.
Les tendon s de l' index et de l'auriculaire sont proche s des tendons des muscles
spécifique s respectifs (extenseurs propre s de l'index et de l' auriculaire) .

151
,,,
MUSCLE FLECHISSEUR CUBITAL DU CARPE (Flexor carpi ulnaris)

Forme, Le muscle fléchisseur cubital du carpe (ou cubital antérieur) est long, aplati, placé
structure, sur le bord médian de l'avant-bras, orienté verticalement de l' humérus au carpe.
relations C' est le plus volumineux et le plus médian des muscles fléchisseurs superficiels
de l'avant-bras : les deux chefs d'origine , le chef huméral et le chef cubital,
fusionnent en un seul ventre qui, à peu près au tiers de la partie distale de l'avant-
bras, se prolonge en un tendon fin et aplati. Le muscle est sous-cutané sur toute
sa longueur, recouvert du fascia antibrachial. La partie profonde est en contact
avec les fléchisseurs superficiel et profond des doigts et avec le carré pronateur.
Origine Chef huméral : épicondyle médian de l'humérus.
Chef cubital: bord médian du cubitus (olécrâne); portion supérieure du bord pos- .. .
térieur du cubitus, par l'intermédiaire d'une lame aponévrotique.
Insertion Os pisiforme , avec extensions à l'os unciforme et à la base du Ve métacarpien.
(Le tendon, à proximité de l' insertion, est relié au fascia antibrachial par une
expansion aponévrotique.)
Action Flexion de la main sur l'avant-bras (en synergie avec le fléchisseur radial du
carpe et le long palmaire) ; adduction (déviation dans le sens médian) de la main.
Anatomie Le muscle fléchisseur cubital du carpe est sous-cutané, mais il est difficile à dis-
de surface tinguer des muscles voisins à cause du fascia aponévrotique qui les recouvre
(voir le muscle fléchisseur radial du carpe). Parfois, le ventre musculaire contracté
peut former un léger sillon parallèle au cubitus, délimité par celui-ci et par le bord
cubital du muscle, dans lequel passe la veine basilique. On voit bien en revanche
le tendon , qui est le plus central de ceux des fléchisseurs et délimite le bord anté-
rieur médian du poignet. Si le membre est en position anatomique, le tendon est
peu relevé et passe près du cubitus, mais il n' y adhère pas car une légère couche
adipeu se les sépare et contribue à modeler la morphologie externe de la région.
Si la main est repliée , le tendon apparaît fortement relevé au milieu du tendon du
long palmaire.

,,,
MUSCLE FLECHISSEUR SUPERFICIEL DES DOIGTS
(Flexor digitorum superficialis ; Flexor digitorum sublimis)
Forme, Le fléchisseur superficiel des doigts est un large muscle aplati situé en profondeur
structure, dans le secteur antérieur de l'avant-bras qu'il parcourt tout le long de son axe. On .
relations distingue deux chefs d'origine, le chef huméro-cubital et le chef radial, auxquels
correspondent deux ventres disposés sur un plan profond et sur un plan superfi-
ciel, tous deux également divisés en deux chefs. Ils se prolongent en quatre longs
tendons cylindriques qui s'insèrent sur les doigts de la main, à l'exception du
pouce. Les deux tendons qui proviennent de la couche superficielle sont super-
posés à ceux de la couche profonde et, au niveau du poignet et de la main, se diri-
gent vers les deux doigts centraux , le majeur (ou IIIe doigt) et l'annulaire (ou IVe);
les deux tendons de la couche prof onde sont au contraire divergents et se dirigent
vers les autres doigts, l'index (ou n e) et l'auriculaire (ou Ve). Le muscle est sujet
à de nombreuses variations et a des contacts étendus. Il recouvre, sur l'avant-bras,
le fléchisseur profond des doigts et est recouvert par le long palmaire, par le flé-
chisseur radial du carpe, par le rond pronateur, par le brachio-radial ; sur le poi-
gnet, les quatre tendons qui recouvrent ceux qui correspondent au fléchisseur
profond des doigts et le tendon du long fléchisseur du pouce sont entouré s d'une
gaine synoviale et sont recouverts du ligament transverse du carpe ; sur la main,
les tendons sont couverts par l'aponévrose palmaire. Dans les doigts, chaque
tendon recouvre le tendon correspondant du fléchisseur profond sauf dans la por-
tion proche de l'insertion, au niveau de la n e phalange où, en se dédoublant, le
tendon vient se lacer à proximité.
Origine Chef huméro-cubital : épicondyle médian de l'humérus ; surface médiane du
processus coronoïde du cubitus (au-dessus du chef cubital du rond pronateur) ;
ligament latéral cubital.
Chef radial : bord antérieur du radius (dans le tiers médian).
Insertion Bords sur les côtés des deuxièmes phalanges , du IIe au Ve doigt.
Action Flexion de la deuxième phalange (moyenne) sur la première phalange (proxi-
male) des quatre derniers doigts de la main ; faible flexion et inclinaison cubi-
tale de la main.
Anatomie Le muscle fléchisseur superficiel des doigts est situé profondément et contribue
de surface à former la masse charnue de la moitié supérieure de l' avant-bras, dans sa partie
antérieure et sur le bord médian. Seule une fine portion du ventre est sous-cuta-
née, le long du bord médian de l'avant-bras, entre le long pafmaire (placé antéro-
latéralement) et le fléchisseur cubital du carpe (placé au milieu). En fonction de
ces contacts , le faisceau des quatre tendons (qui restent rapprochés jusqu ' au poi-
gnet) est visible entre les tendons du long palmaire et du fléchisseur cubital du
carpe, dans la partie distale de l'avant-bras , surtout si la main est serrée en poing
et légèrement repliée. Si les doigts sont pliés avec la main ouverte, on peut voir
apparaître, sur la paume, les reliefs divergents des quatre tendons, recouverts par
l'aponévrose palmaire et par la peau. '

149
~

MUSCLE FLECHISSEUR PROFOND DES DOIGTS


(Flexor digitorum profundus)

Forme, Le muscle fléchisseur profond commun des doigts est volumineux et aplati, placé
structure, devant et au milieu de l'avant-bras. Le ventre musculaire, unique à l'origine, se
relations divise ensuite en quatre faisceaux qui restent sur le même plan et, après une
brève portion , environ à la moitié de l'avant-bras, se prolongent en quatre tendons
longs et fins dirigés vers les quatre derniers doigts, de l'index à l' auriculaire. Le
muscle, qui peut présenter des chefs d'origine distincts et avoir des connexions
avec les muscles voisins, recouvre le cubitus, la lame interosseuse et le carré
pronateur ; il est recouvert par le fléchisseur superficiel des doigts et, au milieu,
par le fléchisseur cubital du carpe ; latéralement, il est en contact avec le fléchis-
seur long du pouce. Les quatre tendons d' insertion suivent le même parcours
que ceux du fléchisseur superficiel qui les recouvre.
Origine Faces antérieure et médiane du cubitus (dans les deux tiers proximaux) ; mem-
brane interosseuse.
Insertion Phalanges distales (sur les faces antérieures des bases) des doigts, de la neà
lav e.
Action Flexion des phalanges distales sur les médianes , avec une légère flexion des
doigts, même individuellement, sur les articulations métacarpo-phalangiennes
(en synergie avec le fléchisseur superficiel des doigts).
Anatomie Le muscle fléchisseur profond des doigts n'est pas visible sous la peau , mais il
de surface contribue à former la masse charnue antéro-médiane de l'avant-bras. Dans cer-
taines conditions, par exemple si l' avant-bras est en pronation et les doigts repliés
plusieurs fois_, on peut voir le relief du bord du ventre musculaire en correspon-
dance avec une bande cutanée fine placée entre le bord postérieur du cubitus et
le ventre du muscle fléchisseur cubital du carpe .

MUSCLE ABDUCTEUR LONG DU POUCE (Abductor pollicis Longus)


Forme, L'abducteur long du pouce est un muscle fuselé, légèrement aplati, situé dans la par-
structure, tie postérieure de la moitié distale de l'avant-bras , orienté vers le bas et sur le côté
relations du cubitus au pouce. Le ventre musculaire devient superficiel dans la portion
proche du poignet et continue sous forme de robuste tendon aplati qui se prolonge
sur la surface latérale de l'extrémité distale du radius. Ensuite, recouvert par le liga-
ment dorsal carpien , il se dirige vers les points d'insertion, parfois en se dédoublant
en deux faisceaux, latéralement au tendon de l' extenseur court du pouce.
Le muscle, qui peut être fusionné avec l'extenseur court ou bien être divisé en
deux faisceaux distincts, adhère au cubitus , au radius et à la membrane interos-
seuse ; il est contigu, inférieurement et au milieu , à l'extenseur court du pouce ;
il est recouvert , dans sa portion d'origine, par le supinateur et par l' extenseur com-
mun des doigts. Le tendon , avant d'atteindre le poignet, croise les tendons des
extenseurs radiaux long et court du carpe, qui sont situés plus profondément.
Origine Portions médianes de la face postérieure du radius et de la face postéro-latérale
du cubitus ; membrane interosseuse.
Insertion Bord latéral de la base du Jer os métacarpien, avec des expansions vers le trapèze.
Action Abduction et extension du Jer os métacarpien (en synergie avec l'abducteur court
du pouce et les extenseurs du pouce).
Anatomie Le muscle abducteur long du pouce, bien qu'étant en partie sous-cutané, n'est pas
de surface facile à voir en surface, mais il forme, avec l'extenseur court du pouce, la légère
convexité du bord latéral de l' avant-bras, à proximité du poignet. Quand le pouce
est en abduction contre une résistance , le tendon , plutôt robuste, peut être perçu
au toucher à la base du Jer métacarpien, sur le côté du tendon del' extenseur court
du pouce.

MUSCLE OPPOSANT DU POUCE (Opponens pollicis)

Forme, Le muscle opposant du pouce est aplati, de forme triangulaire, situé profondé-
structure, ment dans l'éminence thénar, orien~é en biais vers le bas du carpe au Jcros méta-
relations carpien. Le muscle , qui peut être absent ou divi sé en deux faisceaux distincts,
recouvre la portion initiale du fléchisseur court du pouce (placé au milieu) et il
est couvert par l'abducteur court du pouce , sauf sur le bord latéral, le long du
bord du métacarpe.
Origine Tubercule du trapèze ; ligament transverse du carpe.
Insertion Bord latéral et superficiel palmaire du Jer métacarpien.
Action Opposition du pouce, avec flexion et rotation médiane. Grâce à cette combinai-
son de mouvements , le bout du pouce peut être mis en contact avec le bout de
chaque autre doigt.
Anatomie Le muscle opposant du pouce est situé profondément dans l'éminence thénar
de surface dont il contribue à déterminer la forme. Le bord sous-cutané n'est même pas
visible en surface .
154
,
MUSCLE CARRE PRONATEUR (Pronator quadratus)

Forme, Le muscle carré pronateur est aplati, presque laminaire, de forme quadrangu-
structure, laire, situé dans la portion distale de la partie antérieure de l'avant-bras, près de
relations l'articulation du poignet. Les faisceaux musculaires sont disposés de façon à
constituer deux couches laminaires superposées qui relient le cubitus et le radius
dans une orientation transversale ou légèrement oblique. ~e muscle, qui peut
présenter des variations d'extension ou de volume ou bien être séparé en plusieurs
faisceaux séparés, est situé profondément et adhère aux os de l'avant-bras et à la
membrane interosseuse. Il est recouvert par les tendons des muscles fléchisseurs
(cubital du carpe, superficiel et profond des doigts, long et court palmaires, flé-
chisseur du pouce) puis par le fascia antibrachial et par la peau. Le bord supérieur
du carré pronateur est très fin, tandis que le bord inférieur est plus épais et contri-
bue à déterminer le volume du segment distal et antérieur de l'avant-bras.
Origine Portion distale de la face antérieure du cubitus.
Insertion Portion distale de la face antérieure du radius, au-dessus de l'échancrure cubitale.
Action Pronation de l'avant-bras.
Anatomie Le muscle carré pronateur est situé profondément et il n'est donc ni visible en sur-
de surface face, ni palpable.

,
MUSCLE ANCONE (Anconeus)

Forme, Le muscle anconé est petit, aplati, de forme triangulaire parce que ses fibres vien-
structure, nent d'une zone restreinte et qu'elles se dirigent vers le milieu et le bas en s' élar-
relations gissant en éventail près du point d' insertion. Le muscle, qui peut se fondre avec
le chef latéral du triceps, est superficiel, recouvert par le fascia antibrachial et par
la peau ; sa partie profonde adhère à la surface postérieure de l'articulation du
coude. Le bord supérieur est en contact avec le chef latéral du triceps et le bord
latéro-inférieur est en contact avec l'exten seur cubital du carpe.
Origine Face postérieure de l'épicondyle latéral de l'humérus, avec un court tendon et dans
la continuité du chef latéral du triceps.
Insertion Surface postéro-latérale du cubitus (sur et sous !'olécrâne).
Action Extension de l'avant-bras (en synergie avec le muscle triceps); participation aux
mouvements de pronation et de supination de l'avant-bras.
Anatomie Le muscle anconé est superficiel et quand il est contracté (avec l'avant-bras en
de surface forte extension), il apparaît comme un·petit relief allongé placé sur le côté del' olé-
crâne, entre le tendon du triceps et le groupe de muscles à l'origine de l'épi-
condyle latéral de l' humérus (extenseurs).

,
MUSCLE FLECHISSEUR RADIAL DU CARPE (Flexor carpi radialis)
Forme, Le muscle fléchisseur radial du carpe (ou grand palmaire) a un ventre volumineux,
structure, fuselé, légèrement aplati dans la portion où il passe vers le long tendon d'inser-
relations tion. Il est orienté vers le bas et latéralement,de l'épicondyle médian de l'humérus
au deuxième os métacarpien, et traverse en biais la partie ventrale de l'avant-bras.
Le muscle, qui peut être absent, présenter des insertions anormales ou être par-
tiellement fusionné avec les muscles proches, est superficiel sur presque tout son
trajet, recouvert par le fascia antibrachial et par la peau. Il couvre le fléchisseur
superficiel des doigts et est accompagné latéralement par le muscle rond prona-
teur et au milieu par le muscle long palmaire.
Origine Épicondyle médian de l'humérus ; fascia antibrachial.
Insertion Face antérieure de la base du neos métacarpien (la portion distale du tendon,
recouverte d' une gaine synoviale, s'étend le long de l'os scaphoïde et est recou-
verte par le ligament carpien palmaire).
Action Flexion de la main sur l'avant-bras (en synergie avec le fléchisseur cubital du
carpe) ; faible abduction et pronation de la main.
Anatomie Le muscle fléchisseur radial du carpe est sous-cutané, mais son ventre n'e st pas
de surface facile à distinguer de ceux des autres muscles fléchisseurs superficiels venant de
l'épicondyle médian (fléchisseur cubital du carpe, long palmaire, rond pronateur)
parce qu'ils sont tous recouverts d'un fascia aponévrotique d'insertion robuste, sur
lequel adhère le fascia antibrachial. Le tendon d'insertion est en revanche bien
visible sous la peau, sur la surface ventrale de l'avant-bras, à proximité du poignet.
Il apparaît comme un cordon en relief, surtout si la main est légèrement repliée et
déviée vers le radius : ce cordon est situé du côté du radius par rapport à la ligne
médiane de l'avant-bras , sur les côtés du tendon du muscle long palmaire, qui est
plus fin et encore plus relevé. Si l'avant-bras est en position anatomique, l'axe du
tendon se dirige vers l'index, alors qu'il est orienté en oblique et plus près du
bord radial si l'avant-bras est en pronation. La partie contractile du muscle tend,
sur une courte portion, quelques fibres sur les côtés du tendon d'insertion, ce der-
nier semblant ainsi être situé plus bas qu'elles. Pendant la contraction, cela peut
créer en surface un léger vallonnement cutané de forme triangulaire.
148
1
:11 ) 1,
1 • 1

·,
1

Il ,1
1

r:
,{I
---- - -.
·' iF
t· 1: J
.\ : 1
,11 1~ 1t.C
·1 1
1
'V - tendon de l'extenseur
propre du petit doigt
,, ...~
' 1 ·~:·//· ~
1J;,i.
~,t;_\1
@'A:~·;' tendons de l'extenseur
brac~ia ,. ' v/, 'J commun des doigts
antérieur ~ ~~\;·! •,;:·
.,
' h,
i:'
\~li~~\~ ~'"
., -- _::,.;1,cubitus
premier tendon du court ~ ~~
11
radial a\ antérieur extenseur du pouce te r don ~u. cubital
/ posteneur
: ~ronateur 11 I i't '•
·\Ir ,,.
e:nfS superficielles I
ri'
I1 v'!'1
1 1
,>,1\ .
·t:'.
1
1
1 1'
ndpàlmaire j 1 , 1. ·
' 1
-~
,~~
"~
'~~
.,
\
~,·

\ ·V, ~~
~'
u petit palmaire

I i: \
11, 1 '

1 1
\ humérus

1
\

\ \

tendon du court extenseur


du pouce

\.
11
abducteur du
petit doigt
/
, 1\ /,. '~ \
~ / J ; \

~- ;;)
1 IÎ .
,

, .,
I ·,

,' 1'L .
f
.7· ·
'l"J

adducteur du ' 11
court abducteur pouce 1 1
1l
du pouce
1/"

, • I
.; •.f/h
G:.C
' ,, (. . ' 1 I

,.,
~•:',
. .:JA'
V,~~' -::1
'

.,··kw'
~-,\\\\~ y,f,/7,
..,..,'''f:.:~!
,,1,.
,I
) '")' '''\//_XPr:.-
;r}/'' »
,R,
p
~ - ~lm,,. - ~r,f,>!}<'~Y. \1 •

i
-?..'' \ . , ,,( ~~ ••
,. '\ ,"\ . t ..
~-!' rt'Jll.lJJ.'' -
1 1 ;...,.. ,.,:'u,·:::'.:.:.Li'

I ,·,I. .. '-1r. ,
, ~

1' .t "!)~y.

I
/
.~
r /
, '
., ', r· ' ,
'

f
j
,\~
.:}.''
:,,.,"
:\4(J,I;.,,.,-,.. ' '
1
l/ '-11• l
,: .. ,
. ·· ..
tendons du fléchisseur , , ~· ).
commun superficiel·.:..--~ :...---'-'- - -:-:--,
des doigtS
- ~,
'
/;; 1 ,,
--
~.,
-1,,,.
,,;,., ",'
, .-:--,~ -
-- .,,:;,: "
\.
\. .::- -"'-
·· ·?\ . ,;. ,,
' -
/'
i. .
. ·&
\ ~ ~

,,, '
/
. .. ' ,., .., ..,\\•~··
'
// <
/ •• • ~ ~~71RNl~
~F,', ~
.,1

, I . ·:J.w
:1~ .'
.. -~
.,-,
;,
~j ·" .
':~'
'll
•\
.1/1_,,
j~,\
;,,
ï. ·i
J ~
I' ·~
~\
/. .,.
,(. '>.'
,..,Y

~~
.
't'
'.:z
1

\.
/."-;.,

...~ \ ..,
';P,' ,.\1 '('
1,-~i~ 1:' \\ '
i~ (r.;,· •
-··.tx
(
{
'r. '

~
; ~-
""<'•
,· ~-,
•.
I

_:;. \ fi
f '"-.

If,,,,_ ., ~ :::· -

,
rJ
/

\.

L I
.I

' 1

.,_ ~-"''·,,·,
~ - . ~
.., ,
' 1
..

court abducteur du
tendon du grand
palmaire
; I! ( dI 1 , endon élulco
' 1e xtenseu ' , 1 •
pouce / 1 1
tendon du petit
palmaire t

plis cutanés
palmaire cutané

court fléchisseur
et
adducteur du petit do igt

I ,
I
opposant
court abducteur
court fléchisseur du pouce

adducteur __ .._j, ·Y«·


~-

.,, court fléchisse ur - '


opposant du
petit do igt
.- = - •-;-;'.<·,
~;
.,.
:,~-~
.-~. :W,
4 _,._..
.,
adducteur du pol!

f \ ,,

/.,
/r"'·
1,
j
remier interos-
p seux 'dorsal /

1
I,
1

1
veines supe rfi.
cielles

, court ab
teur opp I
1
pouc
1
'1~
1
tendons d u court i' l1 \\ ,
extenseur / 1 \ I
tendons d~ loî g /
extenseur
1

,l 1
1
1

'/ I
1 /

d l'extenseur
tendon ed l'index
propre e

,/

1 •
. \ ·.

{~
~
z¼l(_
~

,/:
·//'

!~l
I

. . .

F
MUSCLE GRAND OBLI UE DEL' ABDOMEN (Obliquus externus abdominis)

Forme, Le filillld ob[igue de l'abdomen est une lar 0 e nembrane de 5 ou 6 mm d'épais-


structure, seur, qui constitue la couche musculaire su~ cielle de la aroi latérale antérieure
relations de l'abdomen . Ce muscle est tendu entre la cage thoracique (il part de huit digi-
tations situées sur les huit dernières côtes). et le bass in auquel il est relié ar l'in-
termé diaire d'une membrane tendineuse étendue . Les fipres musculaires sont
dirigées vers le bas et vers l'ava nt mais avec un parcours diftërent selon l'origine:
les fibres provenant des trois derniè res côtes se dirigent presque verticalement jus-
qu'à la crête iliaque sur laquelle elles s'insèrent; les autres fibres ont un parcours
diagonal, divergent en directio n médiane et vers le bas pour terminer sur la mem-
brane aponévrot ique , le long d'une ligne presque verticale qui traverse la section
de conjonction ent re la Yi" côte et son cartilage et se poursuit, vers le bas , sur le
ligament inguinal. Celui-ci est un tendon robuste et allongé, qui relie l'ép ine
iliaque antérieure supérieure et le pubis, en enjambant le muscle psoas iliaque et
d' autres forma tions vasculo -nerveuses inguinales. Son parcours dél imite une
zone très complexe et importante d' un point de vue chirurgical.
La face superficie lle du muscle oblique externe est recouverte par l'aponévrose
prop re, relayée, à l'arri ère, par l'a ponévrose du grand dorsal; elle est recouve11e
par la peau et, en partie, dans la section inférieure postérieure, par le grand dor-
sal et, dans la partie supérieure, par le grand pecto ral. La face profonde couvre
le petit oblique et sa partie aponévrotique couvre le grand droit de l'abdomen et
le muscle pyramidal de l'abdomen. Le bord postérieur est libre et il est en contact
avec le grand dor sal, avec lequel il délimite un espace triangu laire. Les digitations
costales ne sont pas toutes en rapport avec les mêmes éléments : les cinq supé-
rieures sont reliées aux digitat ions du grand dentelé , le long des lignes d' inser-
tion sur les côtes. Les trois digitations inférieures cro isent les digitations thora-
ciques du grand dorsal. Le gran d obliq ue de l'ab domen peut avoir des relat ions
avec les muscle s voisin s (petit oblique, grand dentelé, grand dor sal, intercos-
taux) ou avoi r des digitations supplémentaires sur la Xe ou la XIe côte.
Origine Face externe et rebo rd inférieur des côtes de la V• à la VII• (les digitation s supé-
rieures partent d' un secteur situé à proximité du cartilage de chaque côte, la der -
nière partant du sommet de la dernière côte, les intermédiaires paitant des côtes
à proximité de leur cart ilage respectif).
Insertion Ilion et pubis. Les faisceaux musculaires postérieurs s'insèrent directement sur
la moitié antérieure du bourrelet externe de la crête iliaque. La partie restante du
muscle se term ine sur la membrane tend ineuse qui s'insère sur le bord de la crête
iliaq ue, sur le pubis (par l'intermédiaire du ligament ingu inal) et sur la ligne
blanche abdom inale.
Action Flexion du tronc au niveau de la co lonne thoracique et lombaire , si la contraction
est bilatérale , en synergie avec les muscles dro its de l'abdomen; flexion latérale
du tronc si la contraction est unilatérale et légère rotation du tronc en synergie avec
les muscle s rotateurs de la colonne, vers le côté opposé à celu i du muscle e n
actio n.
Anatomie Le grand oblique es t presque entièrement sous-cutané et forme la paro i latérale
de surface de 1'a bdomen. La digitation supérieure commence sous la première digitation infé-
rieure du muscle grand dente lé, qui est plus saillante et plus horizontale . De toute
façon, les digitation s ne sont pas particuliè rement évidentes , même lorsque le
muscle est en act ion, car e lles sont recouvertes par l' aponévrose tendine use, qu i
est robuste. Le bord inférieur du musc le (même lorsqu ' il n'es t pas en contraction)
est saillant par rapport à la crête iliaque , en part ie recouverte par une couche adi-
peuse . Le liga ment inguinal tendu entre l' épine iliaque antérieure supér ieure et
le tube rcule pub ien est une annexe de la membrane aponév rotique d'insertion ,
dont elle constitue le bord inférieur. Elle détennine une ligne courbe, convexe vers
le bas et légèrement relevée qui marque la séparation entre l'abdomen et la cuisse.
MUSCLE CARRÉ DES LOMBES (Quadratus lumborum)
For me, Le muscle carré des lombes a une forme de quadrilatère, presque rectangu-
structure, laire. Les côtés d'o rigine et d'insertion sont courts, alors que les côtés médian s
relations et latéraux sont assez longs. dirigés verticalement et parallèles aux vertèb res
lombaire s. Le muscle est aplati mais assez épais, pouvant atteindre 2 cm au point
maximum d'épaisseur. Il est constitué de deux lames musculaires placées côte
à côte : la partie principale est située à l'arrière et plus près de la surface ; la
partie abdominale est placée devant la partie principale et est tournée vers la
cavité de l'a bdomen et les viscères. Le muscle est situé en profondeur, recou-
vert par l'apo névrose lombo-dorsale , par les mu scle s ilio-costaux et par le
grand dorsal ; le bord médian est parallèle et proche de la colonne vertébrale ;
il est en partie recouvert par le muscle psoas iliaque ; le bord latéral croise
l'aponévrose lombo-dorsale.
Origine Partie médiane de la lèvre interne de la crête iliaque ; ligament ilio-lombaire.
Insertion Paitie principale : partie médiane du bord inférieur de la XII<côte.
Partie abdominale: sommet des apophyses transverses (cost iformes) des quat re
premières vertèbres lombaire s.
Action Élévation du bassin et flexion latérale du tronc, si ia contraction est unilatérale.
Si les muscles des deux côtés agissent simultanémènt, on obtient une stabilisa-
tion de la cage thoracique sur le bassin avec une rigidification de la portion lom-
baire de la colonne, nécessaire pour la station debout.
Anatomie Ce muscle étant situé en profondeur , il n'es t pas visible, mais il peut être palpé à
de surface son origine, sur les côtés des muscles spinaux.

MUSCLEPETIT OBLIQUE DE L'ABDOMEN (Obliquus intemus abdominis)

Forme, Le muscle petit oblique de l'abdomen est situé en profondeur sous le grand
structure, oblique. li est plus fin et moins développé que ce dernier. Ses fibres ont un par-
relations cours diagonal , vers le haut et l'ava nt, s'élargissant en éventail dans le vaste bord
d' insertion situé sur la gaine des muscles droits et ont une direction opposée à
celles du muscle grand ob lique. Le petit ob lique, qui peut présenter quelque s
variantes indiv iduelles (être partiellement absent, être doté de faisceaux d'origine
ou d ' insertion surnumé raires ; avoir une ramificat ion dite musculo-crémasté -
rienne , dirigée vers le testicule) , recouvre complètement le muscle transve rse de
l' abdomen et il est couvert par le grand ob lique tandis que seule une courte por-
tion postérieure est recouverte par le grand dorsal
Origine Bord externe du ligament inguinal ; crête iliaque antérieure; aponévrose lombo-
dorsa le (une membrane aponévrotique commune avec le grand dorsal ).
Insertion Rebords inférieurs des trois ou quatre dernières côtes ; l'aponévrose qui contri-
bue à former la gaine des muscles droits et le ligament inguinal , qui est relié à la
ligne blanche et au pubis.
Action Rotation du thorax vers le côté oü le muscle agit et flexion latérale du tronc , si la
contraction est unilatérale (dans ce cas, l'action se fait en synergie avec celle du
grand oblique du côté opposé) ; flexion du thorax sur le bassin si la contraction
est bilatérale.
Anatomi e Ce muscle est situé en profondeur, mais dans certaines conditions et chez certains
de surface individus , il peut apparaître en surface, uniquement sur une brève portion posté-
rieure , à proximité du grand dorsal.

MUSCLE TRANSVERSE DE L'ABDOMEN (Transversus abdom inis)


Forme, Le muscle transverse de l'ab domen (environ 5 mm) es t le plus fin des trois
structure, muscles larges de l' abdomen. Il est situé en profondeur par rapport à eux et ses
relations fibres ont un parcours horizontal dirigé vers l'ava nt. Elles sont reliées par de
larges aponévroses à la colonne vertébrale et à la ligne blanche . Ce muscle est
complètement recouvert par le petit et le grand oblique et, avec sa face profonde
recouverte par l'aponévrose transversa le et le péritoine , il est dirigé vers la cavité
abdominale.
Origine Face interne des six dernières côtes ; aponévrose lombo-dorsale; bord interne de
la sec tion antérieure de la crête iliaque ; bord externe du ligament inguinal.
Inse rtion Aponévrose des muscles droits, dont il constitue la lame postérieure (le bord
d' insertion de la partie charnue sur la partie tend ineuse décrit une vaste ligne
courte dite( < ligne en demi-lune »). · ·
Action Rétrécis sement de la cavité abdominale ; généralement, la contraction est bila-
térale et en association avec les autres muscles des parois abdominales; participe
à la contention et à la compression des organes viscéraux, réalisant la pression
abdominale nécessaire pour de nombreuses actions physiologiques . Provoquant
une légère dépression de la cage thoracique, il favorise l'ex piration.
Anatomi e de surfa ce Ce muscle est situé en profondeur et il n'est donc pas visible.
119
MUSCLE GRAND DROIT DE L'ABDOMEN (Recrus abdominis)
Forme, Le muscle grand droit de l'abdomen est situé dans la partie abdominale avant ,
structure, immédiatement à côté de la ligne médiane : les muscles des deux côtés sont
relations contigus et entourés par une gaine fibreuse complexe et séparés par la ligne
blanche de l'abdomen. Le faisceau musculaire a la forme d ' un ruban (d'une
longueur de 40 cm environ, d'une largeu r d' environ 7 cm dans la portion
supérieu re et d'une épaisseur de I cm environ dans fa section inférieure). Il
se dirige verticalement vers le haut , en partant du segment d'origine, assez
étroit et épais, se dirigeant vers le pubis, pour atteind re le segment d'insertion,
plus élargi, aplati et subdivisé en un certain nombre de digitations qui rejoi-
gnent les VIJ0 , VI0 et V0 cartilages costaux. Le parcours du muscle es t inter-
rompu par la présence de quelques intersections tendineuses , généralement au
nombre de trois : une au niveau du nombril, une en dessous de l'arcade cos-
tale, environ à la hauteur de la pointe de l'apophyse xiphoïde et une troisième
à mi-distance entre le nombril et l' apophyse xiphoïde. Des intersections ten-
dineuses sont fréquemment incomplètes , ne concernant pas toute la largeur du
muscle ; leur parcours est un peu oblique et elles sont rareme nt situées au
même niveau dans les muscles des deux côtés. Parfois on remarque la présence
d ' une quatrième intersection tend ineuse située dans la section comprise entre
le pubis et l' ombi lic.
Les muscles droits de l'abdomen sont entourés d' une robuste gaine fibreuse et sont
superficiels : la face antérieure est recouverte par la gaine et par la peau : la face
postérieure, profonde, revêtue par l' aponévrose transversale, est dirigée vers la
cav ité abdominale ; le bord médian est contigu de celui du muscle controlatéral,
auquel il est uni par l'intermédiaire de la ligne blanche; le bord latéral est en
contact avec l'aponévrose des muscles larges de l'abdomen (petit oblique , grand
oblique, transverse de l'abdomen) qui recouvrent ensuite l' ensemble du muscle
en fusionnant avec la gaine des muscles droits.
Origine Pubis : rebord supérieur, entre le tubercule et la symphyse.
in sertion V•, VI• et VII• cartilages costaux , avec ramifications également sur la face anté-
rieure des V0 et VI<côtes et sur l'apophyse xiphoïde.
Action Flexion du tronc, agissant en antagonisme avec les muscles du groupe spinal. Si
la contraction est bilatérale et si le point fixe se trouve sur le bassin, on constate
la flexion de la cage thoracique sur le bassin, avec une accentuation de la cyphose
dorsale et une réduction de la lordose lombaire ; si le point fixe est sur la cage tho-
racique, on constate un soulèvement et une flexion du bassin sur le thorax. La
contraction du muscle droit d'un seul côté peut provoquer une légère torsion et
une inclinaison latérale du tronc . Le tonus normal des muscles droits a un rôle de
contention des viscères et la contraction synergique avec les autres muscles de
l'abdomen (en particulier le muscle transverse de l'abdomen) augmente la pres-
sion abdominale interne , ce qui est très important pour certaines fonctions phy-
siologiques : respira tion, toux, éternuement, défécation, accouchement. En
revanc he, contrairement à ce que l'on pourrait supposer, la musculature abdo-
minale, dans son ensemble , a peu d'importance dans la déambulation et le main-
ùen de la position debout.
Anatomie Le muscle grand droit de l'abdomen est sous-cutané et particulièrement visible
de surface dans so n ensemble, déterminant la morpholog ie externe de la région, surtout
pour les individus qui ont une intense activité phys ique ou athlé tique. La ligne
blanche et les insertions tend ineuses transversales apparaissent comme des sillons
entre lesquels émergent les segments musc ulaires. Penda nt les fortes contrac -
tions , les fibres musculaires se raccourcissent et les sillons transversaux sem-
blent plus rapproc hés, le faisceau musculaire des muscles dro its est très saillant,
surtout lors de la flexion du tronc, et il peut se former quelques plis horizontaux
un petit peu au-dessus du nombr il. Au contraire , en extension accentuée , les
sillons transversaux s'atténuent et la paroi abdominale antérieure paraît assez
lisse et plate. ·

MUSCLE PYRAMIDAL DE L'ABDOMEN (Pyramida lis)


Forme, Le muscle pyramidal de l'abd9men est petit, de forme triangulaire, enrobé par la
structure, gaine fibreuse des muscles droits abdominaux , qui, à ce niveau , se dédoublent
relations pour le conteni r. Ses fibres dirigées vers le haut et sur un axe médian , diminuent
de largeur au furet à mesure qu'elles s'élèvent,jusqu'à ce que leur extrémité poin-
tue s'insère sur la ligne blanche , en un point à peu près équidistant entre la sym-
physe pubienne et l'ombilic. Le muscle pyramidal , très variable dans ses dimen-
sions et souvent absent, est superficiel et recouvre le segment d' origine du grand
droit de l'abdomen.
Origine Os pubien : zone antérieure, entre la symphyse et le tubercule, devant le tendon
du muscle grand droit de l'abdomen.
Insertion Ligne blanche de l'abdomen.
Action Tension de la ligne blanche.
Anatomie de surface Ce muscle n'est pas visible car il est recouvert par la gaine fibreuse.
118
crête iliaque

/
1

deltoïde

grand dentelé
I /
I
grand rond
omoplate
f grand dorsal

;. , r;n<}oblique
.' · ~1·IJ 1
7
I
1 1

rête iliaquj ,,.


seur du fascia lata I '1
,,
, , • ; 'f·? 1

', 1
1 1 I

C::~!!!!:::!=~~~~f:'
nd trochanter

en fessi~r
_~½_~~~;;;J~~=-...:,_ .,.::_f-----•-...L.1__ _
('° \
t 1 \ //
~.,....- -r-(-~
Il/ j

/
/
1

• / 1 I / /
'

;.~ .

I /.\
1 /'.(
',' '
' 1

/
,,

grand pectoral

1
'
grand\ ors
1'

,
I . 1•·.· .~,. ) f?t
I / 1· \ \· ,1
grand droit de l'abd}I

\, '

1 1 grand ob

épine iliaj
et supérieu~
1\

!\,,

~~·
~: 1
/11
',.
~---
-;~

/, •,
~.,: -~
.,,; ,1-:..
,,,-~: · . ....
' '!/
,,
1,.,,1
·.·